Vous êtes sur la page 1sur 50

AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

VILLE DE CHAMBLY

AMENAGEMENT DE LA PLACE
VAUQUELIN ET DE SES ABORDS

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES


PARTICULIERES
V.R.D. & MOBILIER URBAIN

- SAEM –
Page 1 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

SOMMAIRE

CHAPITRE 1 - ETENDUE ET CONSISTANCE DES TRAVAUX 4

1.1 - Les travaux à la charge de l'entreprise sont les suivants : 4

CHAPITRE 2 - SPECIFICATIONS ET PROVENANCE DES MATERIAUX ET PRODUITS 5

2.1 - Généralités 5
2.2 - Provenance des matériaux et produits 5
2.3 - Codification des granulats 5
2.4 - Codification des granulats pour bétons hydrauliques et mortiers 8
2.5 - Caractéristiques applicables aux sables et graves 9
2.6 - Matériaux pour remblais, lit de pose et enrobage 11
2.7 - Grave naturelle 11
2.8 - Matériaux traités aux liants hydrauliques 12
2.9 - Fabrication des matériaux traités aux liants hydrauliques 13
2.10 - Liant hydrocarboné pour couche d'accrochage 13
2.11 - Matériaux pour béton bitumineux à chaud 14
2.12 - Centrale de fabrication des enrobés 15
2.13 - Liants hydrocarbonés 15
2.14 - Liant hydrocarboné pour couche d'accrochage 16
2.15 - Granulats pour Grave bitume 0/14 16
2.16 - Granulats pour BBSG 0/10 pour couche de roulement 16
2.17 - Granulats 17
2.18 - Bordures T2 béton 31
2.19 - Bordures îlot type ID2 31
2.20 - Liants hydrauliques 32
2.21 - Sable 32
2.22 - Mortier pour pose des bordures 32
2.23 - Aciers 32
2.24 - Cadres tampons, plaques de recouvrement et grilles 33
2.25 - Spécifications des fourreaux 33
2.26 - Grillage avertisseur 33
2.27 - Chambre de tirage 33
2.28 - Dispositif de fermeture des chambres 33
2.29 - Câble de terre 33
2.30 - Spécifications des canalisations 33
2.31 - Caniveaux assainissement E.P.à grilles 34
2.32 - Regards de visite 34
2.33 - Avaloir à grille PMR 34
2.34 - Matériaux pour enduits synthétiques 34
2.35 - Signalisation verticale 34
2.36 - Marquage au sol 34
2.37 - Barrières métalliques de sécurité de 1.50 m 34
2.38 - Corbeille de type spirale 60 l 34
2.39 - Dalles d'éveil à la vigilance 35

CHAPITRE 3 - SPECIFICATION DU MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX 36

3.1 - Programme d'Exécution des Travaux 36


3.2 - Piquetage des Travaux 36
3.3 - Essais et Contrôles 36
- SAEM –
Page 2 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

CHAPITRE 4 - MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX DES CHAUSSEES 38

4.1 - Démolition de chaussée, trottoir et accès 38


4.2 - Démolition des bordures et caniveaux béton 38
4.3 - Réglage et compactage du sol en place 38
4.4 - Exécution des Remblais 38
4.5 - Mise en Oeuvre de la grave 0.20 et 0.315 pour couche de fondation 38
4.6 - Mise en place et compactage des matériaux 39
4.7 - Déblais en tranchée 39
4.8 - Réglage et compactage du fond de tranchée 40
4.9 - Lit de pose et enrobage 40
4.10 - Remblai 40
4.11 - Réutilisation des matériaux extraits 40
4.12 - Matériaux d’apport 40
4.13 - Blindage 41
4.14 - Dispositif avertisseur 41
4.15 - Sciage et fraisage des enrobés 41
4.16 - Couche d’accrochage 41
4.17 - Mise en œuvre des enrobés 41
4.18 - Béton 43
4.19 - Bordures, bordurettes 44
4.20 - Mise à niveau de tampons et bouche à clef 44
4.21 - Massif de fondation 44
4.22 - Nettoyage avant application de la signalisation horizontale 45
4.23 - Pré-marquage 45
4.24 - Marquage de passage protégé 45
4.25 - Marquage de bande STOP 45
4.26 - Marquage de dents de requin 45
4.27 - Marquage axial de chaussée 45
4.28 - Marquage de voie d’insertion 45
4.29 - Caniveaux assainissement E.P.à grilles 45
4.30 - Terre végétale d’apport 46

CHAPITRE 5 - ASSAINISSEMENT 47

5.1 - Déblais en tranchées 47


5.2 - Réglage et compactage du fond de tranchée 47
5.3 - Lit de pose et enrobage 48
5.4 - Remblai 48
5.5 - Pose de tuyaux dans l'eau 48
5.6 - Etaiements et blindage 48
5.7 - Pose des tuyaux – façon et pose des joints 48
5.8 - Raccordement des canalisations 48
5.9 - Remblai 49
5.10 - Réutilisation des matériaux extraits 49
5.11 - Matériaux d’apport 49
5.12 - Regards de Visite 49
5.13 - Système de fermeture 49
5.14 - canalisations 49
5.15 - Essais 49
5.16 - Plan de récolement 50

- SAEM –
Page 3 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

CHAPITRE 1 - ETENDUE ET CONSISTANCE DES TRAVAUX

1.1 - Les travaux à la charge de l'entreprise sont les suivants :

- Travaux préparatoires

- l'installation de chantier
- la mise en place de la signalisation de chantier et sa maintenance
- la mise en place de déviations véhicules et piétons et leurs maintenance pour
travaux de nuit
- la dépose de signalisation verticale
- les sondages sur réseaux en place

- Travaux routiers

- le piochage d’enrobé
- la démolition de trottoirs et d’accès revêtus
- la dépose de bordures et caniveaux
- la démolition de corps de chaussée y compris évacuation
- le réglage et compactage du fond de forme
- la fourniture et mise en œuvre de grave de recyclage
- la fourniture et mise en œuvre de grave non traitée
- la fourniture de bordures type T2 - ID2
- la découpe d’enrobé à la scie
- la réalisation de couche d’accrochage
- la fourniture et la mise en œuvre de nuit d’enrobé de chaussée
- la fourniture et la mise en œuvre d’enrobé de trottoir
- la fourniture et mise en oeuvre de résine gravillonnée
- le marquage de passage protégé
- le marquage au sol en général
- la mise à niveau de bouche à clef
- l’ouverture de tranchée pour 1 réseau
- l’ouverture de tranchée pour fourreaux en traversée de chaussée
- la fourniture et la mise en œuvre de fourreaux Ø 51/63 mm
- la fourniture et la mise en œuvre de fourreaux Ø 160 mm

- Travaux d’assainissement

- la modification de bouche avaloir


- la mise à niveau de tampon
- l’ouverture de tranchée pour réseau E.P.
- la fourniture et mise en œuvre de canalisation E.P. Ø 100 mm/Ø 300 mm
- la fourniture et mise en œuvre de regard d’assainissement Ø 1000 mm avec leurs
accessoires
- la fourniture et mise en œuvre de caniveaux à grille fonte type PMR
- la fourniture et mise en œuvre de matériaux d’enrobage

- Travaux annexes

- la fourniture et mise en œuvre de barrières type croix de Saint André (tranche


conditionnelle 1)
- la mise en œuvre de terre végétale
- la mise en œuvre de corbeilles vigipirates
- SAEM –
Page 4 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

CHAPITRE 2 - SPECIFICATIONS ET PROVENANCE DES MATERIAUX ET PRODUITS

2.1 - Généralités

Sous réserve des compléments ou tolérances indiquées aux articles correspondants,


les modalités des contrôles et essais de vérification sont ceux du cahier des clauses et
conditions techniques applicables aux marchés de travaux passés au nom de l’état ou à
défaut des services du Ministère de l’environnement et du cadre de vie et des transports.

Dans les huit (8) jours qui suivront la notification de l’approbation du marché,
l'entrepreneur devra soumettre au visa du Maître d’Oeuvre la provenance des matériaux qu’il
propose.

2.2 - Provenance des matériaux et produits

L’entrepreneur est tenu de justifier la provenance des produits et matériaux au moyen de


bons de livraison, signés par le responsable du fournisseur. Pour les produits et matériaux
définis par une norme française non issue des normes européennes, l’entrepreneur devra en
faire la demande avec les documents justificatifs joints à l’appui de son offre, pour faire jouer
la clause d’équivalence.
Pour les matériaux et produits dont la nature n’est pas précisée au CCTP, l’entrepreneur en
soumet la demande au maître d’œuvre. Pour respecter le délai d’exécution contractuel, il fera
sa demande en temps utile.
L’entrepreneur précisera les nature, provenance et caractéristiques ainsi que les contrôles
qu’il se propose d’effectuer dans le cadre de sa démarche qualité.
Dans le cas où le fournisseur dispose de stocks existants, il doit apporter la preuve justifiant
leur qualité, à défaut de quoi les stocks seront refusés.

2.3 - Codification des granulats

La codification utilisée dans le CCTP pour les spécifications et conformités des granulats est
conforme à la norme française d’application volontaire XP P 18 – 545,
Les catégories correspondant à cette codification sont choisies parmi celles prévues par les
normes européennes NF EN citées ci-après :

- normes NF EN 12620, granulats pour béton,


- normes NF EN 13043, granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits
superficiels utilisés dans la construction des chaussées et autres zones de
circulation,
- normes NF EN 13139, granulats pour mortiers,
- normes NF EN13242, granulats pour matériaux traités aux liants hydrauliques et
matériaux non traités, utilisés pour les travaux de génie civil et la construction de
chaussée.

Ces codes peuvent associer des catégories des normes NF en produits de différentes
caractéristiques mais ne se substituent pas à la désignation explicite dans les fiches
techniques produit fournies par l’entrepreneur.

- SAEM –
Page 5 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.3.1 - Codification des granulats pour chaussée employés en couches de


fondation, de base et de liaison

Article 7 de la norme XP P 18-545


2.3.1.1 Caractéristiques intrinsèques des gravillons et de la fraction gravillons des
graves
CODE LA catégorie EN (1) MDE catégorie EN (1)
B LA 20 MDE 15
C LA 25 MDE 20
D LA 30 MDE 25
E LA 40 MDE 35
(1)sauf indication contraire dans la suite du CCTP, une compensation maximale de 5 points entre les caractéristiques LA et
MDE est autorisée.
Cette compensation se traduit, pour exemple :
Un granulat de LA = 25 est jugé conforme au code B s’il possède un MDE ≤ 10
Un granulat de MDE = 20 est jugé conforme au code B s’il possède un LA ≤ 15
Un granulat de MDE = 18 est jugé conforme au code B s’il possède un LA ≤

F Autres catégories EN-FTP renseignées


2.3.1.2 Caractéristiques de fabrication des gravillons

Teneur en fines Aplatissement


CODE
Catégories Catégories Tolérances f F1
NF EN 13043 NF EN 13242 à d et D

GC 85/20 (1)
III Gc 80/20 e10 f1 (3) FL 25 (2)
G20/15 ou G25/15
GTC 20/15 ou
GTC 25/15 ou
IV GTC 20/17.5 e15 f2 (4) FL 35

V Autres catégories norme NF EN 13043 OU 13242 – FTP renseignée

(1) Pour les gravillons de classe granulaire serrée d/D ou D<2*d, la limite inférieure à D de la catégorie Gc
85/20 est abaissée de 80%.
(2) FL35 pour norme NF EN 13242 – FL30 si D ≤ 6.3 mm pour norme NF EN 13043
(3) f2 pour norme NF EN 13242 – f2 pour norme NF EN 13043 si MBF ≤ 10.
(4) f4 si MBF ≤ 10

- SAEM –
Page 6 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.3.1.3 Caractéristiques de fabrication des sables et des graves

Propreté
CODE Catégories Catégories MB ou SE
NF EN 13043 (1) NF EN 13242 (1)

a MB2 SE60 (6)


0/2 : GF85 (2) GF85 (3)
GTC 10 GTF 10 (4)
b MB2.5 SE50 (6)

GF80 (5)
c MB3 SE40 (6)
GTF 10 (4)

d Autres catégories norme NF EN 13043 OU 13242 – FTP renseignée


(1) Dans le cas ou le passant à D est > à 99%, la granularité type déclarée est renseignée aux
dimensions D,D/2et 0.063 mm et aux tamis de la série principale + série 1 ou série 2.
(2) GA 85 si 2 < D ≤ 6.3 mm
(3) GA 85 si 2 D > 6.3 mm
(4) GTA 10 si D > 6.3 mm
(5) GA 80 si D > 6.3 mm
(6) Norme NF EN 13242 uniquement.

2.3.1.4 Angularité des gravillons et des sables d’extraction alluvionnaire ou marine


Gravillons Sables
CODE
Catégorie EN ECG – Vsi (1) Catégorie EN ECS – Vsi

Ang 1 C95/1 110 ECS 38 (2) 38 (2)

Ang 2 C90/1 105 ECS 35 35

Ang 3 C90/1 95 ECS 30 30

Ang 4 C50/10 ECS déclaré < 30


(1) L’appartenance à une catégorie EN peut être acceptée si le résultat de l’essai d’écoulement des
gravillons ECG (norme NF EN 933-6) est conforme au critère correspondant à la catégorie, en cas de
contestation l’essai correspondant à la norme NF EN 933-5 est réalisé :

ECS des sables et des graves de 2 ≤ D ≤ 6.3 mm : essai d’écoulement sur une fraction de 0.2 mm
EcG des gravillons 6.3 ≤ D ≤ 14 mm : la conformité à Vsi est vérifiée sur la fraction granulaire prévue par la
norme NF EN 933-6 (4/6.3 – 6.3/10 – 4/10 – 10/14) la plus fortement représentée dans la granularité du
gravillon.

(2) ECS 35 sous réserve de vérification de l’orniérage.

- SAEM –
Page 7 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.4 - Codification des granulats pour bétons hydrauliques et mortiers

Article 10 de la norme XP P 18-545.

2.4.1 - Caractéristiques applicables aux gravillons

2.4.1.1 Los Angeles


CODE Catégorie EN

LAA LA30

LAB et LAC LA40

LAD LA50

2.4.1.2 Sensibilité au gel-dégel


CODE Catégorie EN

GA et GB
Granulats résistants
GC Au gel dégel (1)

GD F déclarée

(1) F1 peut être requis pour certains usages spéciaux dans


les régions à fortes contraintes hivernales
2.4.1.3 Granularité et teneur en fines
Granularité
Caractéristiques générales Tolérances Teneur
CODE En fines
Dimensions Catégorie EN Dimensions Catégorie EN
Tolérances f
A d et D

D/d ≤ 2 mm D/d ≤ 4 mm NEANT


Ou GC 80/20 E15(± 7.5)
GrA D ≤ 11.2 mm D/d > 4 mm Gt17.5
GrB
GrC D/d > 2 mm D/d < 4 mm Gt15
Ou GC 90/15 (2)
f1.5 (1)
D > 11.2 mm D/d ≥ 4 mm Gt17.5

GrD FTP renseignée

(1) f4 si MBF ≤ 10.


(2) Ou GC80/20 en s’appuyant sur l’article 4.3.7 de la norme NF EN 12620 comme proposé par le CEN
/TC 154 du 7/10/2003, dans l’attente de la définition des dispositions européennes faisant suite à la
demande d’amendement français.

2.4.1.4 Aplatissement
F1
CODE
Catégorie EN Valeurs spécifiées

- SAEM –
Page 8 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

AA FL 20 20

AB et AC FL 35 35

AD FL 50 50

2.4.1.5 Eléments coquilliers des gravillons d’origine marine

CODE SC

CqA Catégorie EN Valeurs spécifiées

CqB et CqC SC 10 Vss 10

CqD SC déclaré Vss déclarée

2.5 - Caractéristiques applicables aux sables et graves

2.5.1.1 Caractéristiques

Granularité Teneur en fines (1)


CODE
Dimensions Catégorie EN Code Catégorie EN

fA f10

D ≤ 4mm GF85 Fb et Fc f16

GrA à GrD fD F22

fA à fC f11
D > 4mm GA85
fD f1déclarée

(1) ne s‘applique pas aux sables et graves pour mortiers

2.5.1.2 Module de finesse


Ne s’applique pas aux sables de D ≤ 1mm

CODE Catégorie EN

MFA et MFB CF (1) ou MF

MFC et MFD CF (1) ou FF

- SAEM –
Page 9 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

GF pour les sables pour mortiers.


L’appartenance à une catégorie EN est définies à partir du module de finesse type
figurant dans la FTP.
Rappel des catégories EN :
CF= module de finesse de 2.4 à 4.
MF = module de finesse de 1.5 à 2.8.
FF = module de finesse de 0.6 à 2.1.
GF = module de richesse de 2.4 à 3.6
2.5.1.3 Propreté
Sables et graves D> 1 mm Sables D ≤ 1 mm
CODE SE
MB MB
Si ECS ≤ 30 Si ECS > 30
PA Vsi 65 Vsi 60 Vss 1

PB et PC Vss 1.5 Vss 2


Vsi 60 Vsi 50
PD Vss déclarée
2.5.1.4 Propreté
CODE WA 24 (1)
AB A Vss 2.5
ABB Vss 5
ABC Vss 6
ABD Vss déclarée
(1) sur O/D pour les sables et graves, fines incluses

2.5.1.5 Soufre total


CODE Teneur exprimée en S
SA Vss 0.4
SB et SC Vss 1
SP Vss1

- SAEM –
Page 10 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.5.1.6 Soufre total


Catégorie EN Teneur exprimée en SO3
CODE
Granulats Laitiers Granulats Laitiers

AA et SAB AS 0.2 Vss 0.2

AS 0.2
SAC AS 1 Vss 0.2 Vss 1

SAD AS 0.8 AS déclarée Vss 0.8 Vss déclarée

2.6 - Matériaux pour remblais, lit de pose et enrobage

2.6.1 - Matériaux de remblais pour lit de pose et enrobage

Les matériaux de remblais pour lit de pose et enrobage des canalisations et fourreaux
seront soumis à l’approbation de la maîtrise d’œuvre. Ils devront être de classe C suivant les
normes de référence XP P 18 – 545 et NF P 11- 300.
La terre végétale et les débris végétaux sont formellement interdits dans les remblais.

2.6.2 - Matériaux de remblais

Les matériaux de remblais de tranchée devront répondre à la norme NF-P 11-300.

2.7 - Grave naturelle

Quelle que soit sa provenance, la grave ne sera acceptée que si elle répond aux
conditions ci-après :

- la grave sera pré-criblée de façon à éliminer les éléments de craie ou les mottes de
limon, et écrêtée mécaniquement à 25 mm tamis.
- son équivalent de sable humide mesurée sur la fraction 0/5 mm sera supérieur à 40.

- le pourcentage d'éléments crayeux supérieurs à 5 mm sera inférieur à 2%.


- le pourcentage d'éléments crayeux supérieurs à 5 mm plus le pourcentage des
éléments inférieurs à 0,080 mm après test CBR ou compactage (compacité égale à 100% de
l'Optimum Proctor Modifié) sera inférieur à 8%.
- le pourcentage d'éléments refusés au tamis de 16 mm sera supérieur à 10%.

- dans le cas d'un équivalent de sable inférieur à 40, la grave pourra être fractionnée en
0/6 et 6/20, lavée et reconstituée. Le mélange aura alors un ES supérieur à 40.
- dans le cas d'un manque d'éléments supérieurs à 16 mm, la grave pourra être
améliorée par un apport de gravillon 6/20 ou 10/20 provenant du criblage d'une grave
alluvionnaire.
Le mélange devra alors avoir un pourcentage d'éléments plus gros que 16 mm
supérieur à 10%.

- la grave sera alors stockée en évitant la ségrégation (hauteur de déversement


inférieure à 2,00 m sur une aire préalablement nivelée et stabilisée)
- dans le cas d'extraction dans l'eau, la grave ne sera acceptée que si sa teneur en eau
est égale ou inférieure à la teneur en eau optimum de l'essai Proctor Modifié soit environ 7%.
En cas de dépassement de la teneur en eau, la grave sera stockée et ne sera utilisée
qu'après égouttage et abaissement de l'OPM.
- SAEM –
Page 11 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

L'entrepreneur devra donner la préférence à une grave sableuse, mais dans tous les cas le
fuseau de spécifications sera soumis à l'agrément du Maître d'œuvre en même temps que le
choix de la provenance.

Les dispositions du fascicule 23 du CCTG "Fournitures de granulats employés à la


construction et à l'entretien des chaussées" sont applicables.

Caractéristiques normalisées :

Elles sont conformes aux spécifications de l’article 7 de la norme XP P 18-540 et répondent


aux exigences minimales ci-après.

- Caractéristiques des gravillons D III


- Caractéristiques de fabrication des sables b

Par dérogation à la norme XP P 18-540, le renvoi 7 du tableau 3 de l’article 7.2 n’est pas
applicable.

- Friabilité des sables, définie par la norme P 18-576 50 < à 50


- Angularité IC > = à 30

Les granulats sont non gélifs conformément aux spécifications de l’article 5.7 de la norme XP
P 18-540.

2.8 - Matériaux traités aux liants hydrauliques

2.8.1 - Granulats

Les dispositions du fascicule 23 du CCTG fournitures de granulats employés à la


construction et à l’entretien des chaussées sont applicables.
Pour chaque granulat, l’entrepreneur fournira une fiche technique produit.
Les sables sont définis par l’article 5.1.1 de la norme XP P 98-113, ils appartiennent à la
classe PR1 ou PR2.
La friabilité est inférieure à 45.

2.8.2 - Liant hydraulique

Le liant hydraulique est un ciment courant ou un liant hydraulique routier.

2.8.2.1 Caractéristiques
Le ciment est conforme à la norme NF P 197-1.
Le liant hydraulique routier est conforme à la norme NF 9 15-108.
L’approvisionnement par des usines de fabrication différentes est interdit
Le changement d’usine de fabrication ou de ciment doit correspondre à des phases de
chantier différentes et être validé par une nouvelle étude.

2.8.2.2 Adjuvants
Les adjuvants sont agréés par la COPLA.
Le PAQ précise si la formule proposée prévoit l’emploi d’adjuvants, dans l’affirmative, leur
nature et leur dosage.
- SAEM –
Page 12 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.8.2.3 Eau
L’eau utilisée pour le malaxage des matériaux et leur arrosage est conforme à la norme NF P
98-100.
2.8.2.4 Caractéristiques du mélange
Le PAQ de l’entreprise présentera les résultats d’une étude de formulation de moins de 2 ans
avec les granulats et les liants proposés pour le chantier.
2.8.2.5 Granularité
La granularité sera de 0.20mm, la courbe granulométrique sera située dans la zone 1 du
fuseau de spécification de la norme NF P 98-116 en fonction du liant hydraulique défini.
2.8.2.6 Performances mécaniques
La classe de performances mécaniques est au minimum G3 conformément à la norme NF P
98-116.
2.8.2.7 Délai de maniabilité
Le délai de maniabilité sera de 6 heures.

2.9 - Fabrication des matériaux traités aux liants hydrauliques

2.9.1 - Niveau et capacité de la centrale de fabrication

La centrale d’enrobage sera de niveau 2 conformément à l’article 7.3.1.3.1 de la norme NF


P 98-115.
Sa capacité de fabrication doit être de 250T/H selon la norme NF P 98-701.

2.9.2 - Bons d’identification

Les matériaux traités aux liants hydrauliques sont livrés avec un bon d’identification
comportant les éléments suivants :

- numéro du bon
- nom du client, nom et adresse du chantier
- nom et immatriculation du véhicule du transporteur
- désignation du type d’enrobé
- date et heure de départ de la centrale d’enrobage
- masse totale du véhicule en charge
- masse du véhicule à vide
- masse de l’enrobé livré.

2.10 - Liant hydrocarboné pour couche d'accrochage

Le liant employé pour enduit de protection est une émulsion cationique faiblement
acide (PH > à 4), appartenant à la classe ECR65 ou ECR69 de la norme NF T 65-011.

2.10.1 - Granulats pour enduit de protection

Les granulats pour enduit de protection sont de classe granulaire 4/6 mm et répondent
aux spécifications de l’article 7 de la norme XP 18-545 pour les codes DIII.

Les granulats pour cloutage sont de classe granulaire 10/20 mm et répondent aux
spécifications de l’article 7 de la norme XP 18-545 pour les codes DIII.

- SAEM –
Page 13 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.10.2 - Gravillons

Les caractéristiques seront conformes aux spécifications de l’article 7 de la norme


XP P 18 – 540 et répondront aux caractéristiques normalisées suivantes :

a) caractéristiques intrinsèques : D
- Los Angeles ≤ 35
- Micro Deval Humide ≤ 30
- Los Angeles + Micro Deval Humide ≤ 55

b) caractéristiques de fabrication : III


- Coefficient d’aplatissement (A) ≤ 20
- Propreté superficielle des gravillons ≤2

2.11 - Matériaux pour béton bitumineux à chaud

2.11.1 - Sables

Les sables entrant dans la composition de la grave bitume seront conformes aux
spécifications de l’article 7 de la norme XP P 18-540 et répondront aux caractéristiques
minimales ci-après de la catégorie a, à savoir : PS :Vsi=60 ou VB :Vss=2.
L’indice de concassage du mélange gravillons+sable doit être supérieur à 60 pour les graves
bitume en couche de base.

2.11.2 - Fines d’apport

Les caractéristiques des fines d’apport éventuelles seront de catégorie F2 ou F3


comme défini au chapitre 7.7 de la norme XP P 18-540.
Les fines de sable doivent être conformes aux spécifications du tableau ci-après :

ESSAI VALEUR
Indice des vides Ritgen (P 18-565) IVR ≤ 40%
Pouvoir rigidifiant (NT T 66-008) 10°C ≤TBA ≤ 20C
Essai au bleu (NF EN 933-9) MBF≤ 10

Si ce n’est pas le cas, les fines du mélange doivent être conformes aux spécifications du
tableau ci-dessus.
La teneur en fines est définie à partir de l’étude de laboratoire

2.11.3 - Liants hydrocarbonés

L’approvisionnement simultané par différentes raffineries ou usines de fabrication est interdit


sauf dérogation de la maîtrise d’œuvre ou cas de force majeure.
Les liants hydrocarbonés sont :

des bitumes conformes aux spécifications de la norme NF EN 12591 ou d’autres normes


applicables en France en vertu d’accords internationaux.

- SAEM –
Page 14 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

Des liants non normalisés (liants modifiés) conformes à une fiche technique du fournisseur
qui précise leurs conditions de transport, de stockage et d’emploi. Ces liants doivent avoir fait
l’objet d’un avis technique.

Le liant employé pour enduit de protection et couche d’accrochage est conforme :

- aux spécifications de la norme NF T 65-011 pour une émulsion de bitume de type


cationique à rupture rapide (ECR 65 ou ECR69)
- soit à la fiche technique de caractérisation du fournisseur quand il s’agit d’une
émulsion de bitume modifiée.

2.12 - Centrale de fabrication des enrobés

L’entreprise devra obligatoirement certifié que la centrale qui fabriquera les enrobés pour le
chantier aura un marquage CE attestant la conformité réglementaire des enrobés aux
normes européennes.
L’entreprise devra transmettre au maitre d’œuvre :
- une étude de formulation définie par la norme NF EN 13108-20 (Epreuve de
formulation).
- Organisation qualité et des plans de contrôle des constituants et enrobés fabriqués
suivant la norme NF EN 13108-21 (maitrise de la production)
- Le dernier certificat de conformité réalisé par un organisme auditeur dit « organisme
notifié »
Les étiquettes CE de chaque enrobés produit dans la centrale et qui sera livré sur le chantier.

2.13 - Liants hydrocarbonés

L'approvisionnement simultané par différentes raffineries ou usines de fabrication est interdit


sauf cas de force majeure soumis à l'accord préalable du Maître d’Oeuvre.

Le liant pour les mélanges formulés de façon empirique ou fondamentale doit être conforme
pour :
- un bitume pur à l’EN 12591
- un bitume modifié à l’EN 14023
- un bitume dur EN 13924

Le liant pour les mélanges formulés empiriquement doit être conforme au 4.2.2 de la NF EN
13108-1.
Il est possible d’ajouter de l’asphalte naturel conforme à l’annexe B de l’EN 13108-4 :2006.

Lorsqu’un bitume modifié est utilisé pour améliorer des caratéristiques qui ne sont pas
couvertes par l’approche de spécification empirique, il doit être fourni une preuve
additionnelle. Cette preuve doit être fournie par des investigations utilisant les normes de la
série EN 12697 et montrant que le bitume modifié permet d’améliorer la caratéristique
fonctionnelle souhaitée. La preuve peut être apportée par des recherches antérieures.
Les liants destinés aux couches d'accrochage sont conformes :
- soit aux spécifications de la norme NF EN 13808 pour une émulsion de bitume de type
cationique à rupture rapide (ECR65 ou ECR69) ;
- soit à la fiche technique de caractérisation du fournisseur quand il s'agit d'une émulsion de
bitume modifié.

- SAEM –
Page 15 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.14 - Liant hydrocarboné pour couche d'accrochage

Le liant employé pour enduit de protection est une émulsion cationique faiblement
acide (PH > à 4), appartenant à la classe ECR65 ou ECR69 de la norme NF T 65-011.

2.15 - Granulats pour Grave bitume 0/14

Les dispositions du fascicule 23 du CCTG fournitures de granulats employés à la


construction et à l’entretien des chaussées sont applicables.
Pour chaque granulat, l’entrepreneur fournira une fiche technique produit.
Les caractéristiques intrinsèques et de fabrication des gravillons et des sables sont
conformes aux spécifications de l’article 7 de la norme XP P 18-545 pour les codes :

- CIII pour les gravillons


- a pour les sables

L’angularité des gravillons et des sables d’extraction alluvionnaire ou marine est déterminée
par la norme NF EN 933-6 ou 933-5 et conforme aux spécifications correspondant au code
Ang2 défini par la norme XP P 18-545.

2.15.1 - Caractéristique du mélange

Le PAQ de l’entreprise donne les résultats d’une étude de formulation de niveau 2.


Si l’étude proposée est ultérieure à un an, il sera réalisé une épreuve de vérification.
La courbe de % de vides résultant de l’essai à la presse à cisaillement giratoire (PCG)ne doit
pas s’écarter de plus de 1.5% de celle obtenue lors de l’essai initial.
Dans le cas où ce résultat ne serait pas atteint, une nouvelle étude de niveau 2 sera réalisée
par l’entrepreneur.

2.15.2 - Introduction d’agrégats d’enrobé

L’introduction d’agrégats d’enrobé est autorisée pour un maximum de 10% du squelette


minéral.
Les conditions d’emploi de ses agrégats seront conformes à l’annexe B de la norme XP P
98-135.
L’entrepreneur fournira une fiche technique d’identification conforme à l ‘annexe A de la
norme XP P 98-135.

2.16 - Granulats pour BBSG 0/10 pour couche de roulement

Les dispositions du fascicule 23 du CCTG fournitures de granulats employés à la


construction et à l’entretien des chaussées sont applicables.
Pour chaque granulat, l’entrepreneur fournira une fiche technique produit.
Les caractéristiques intrinsèques et de fabrication des gravillons et des sables sont
conformes aux spécifications de l’article 8 de la norme XP P 18-545 pour les codes :

- BIII pour les gravillons


- a pour les sables

- SAEM –
Page 16 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

L’angularité des gravillons et des sables d’extraction alluvionnaire ou marine est déterminée
par la norme NF EN 933-6 ou 933-5 et conforme aux spécifications correspondant au code
Ang1 défini par la norme XP P 18-545.

2.17 - Granulats

Les granulats des enrobés seront fournis par l'entrepreneur selon les dispositions du
fascicule 23 du C.C.T.G. et devront répondre aux spécifications précisées dans les articles
suivants.
Les normes de référence sont :

- NF EN 13-043 Granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits superficiels.


- XP P 18-545 Granulats, Éléments de définition, conformité, codification.
Lors de la préparation des travaux, l'entrepreneur soumettra les matériaux à l'agrément du
maître d'œuvre, en fournissant les fiches techniques produits.
Les fiches techniques produits devront comprendre :
- une partie engagement du fournisseur, comprenant les valeurs sur lesquelles le
fournisseur s'engage,
- une partie informative comprenant les résultats d'une période de production récente.
Les fiches techniques produits devront faire référence aux spécifications du C.C.T.P., et aux
catégories des normes européennes.
Dans son PAQ, l'entrepreneur précisera les dispositions générales nécessaires à l'obtention
de la qualité et les modalités de son contrôle,

2.17.1.1 – Provenance des granulats

Les granulats devront provenir de carrières dont le système d'attestation de conformité est
de niveau 2+. L'entrepreneur fournira la déclaration de conformité CE des carrières
proposées.
Toutefois, les carrières n'ayant pas encore obtenu ce niveau, mais en ayant fait la demande
pourront être agréées, sous réserve de justifier cette demande.
Chaque coupure ne pourra provenir que d'un seul site de production.

2.17.1.2 – Stockage des granulats

L'entrepreneur est responsable de la gestion et de l'entretien de l'aire de stockage ainsi


que de ses accès. Il doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter la
pollution des nappes ou des eaux de surface. Il maintiendra en état les accès pendant
toute la durée des travaux.
Chaque coupure sera stockée séparément, tel que défini par l'entreprise sur son plan de
l'aire. Les pieds de tas auront été préalablement matérialisés sur l'aire avant tout
approvisionnement. L'entrepreneur est responsable de la protection de tous les stocks de
granulats pendant les approvisionnements et la durée de fabrication des enrobés, y
compris la protection contre les remontées de fines de la plateforme. Le sable Sera
protégé des intempéries de manière à assurer une teneur en eau faible et homogène
dans le stock.

- SAEM –
Page 17 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.17.1.3 L'aménagement de l'aire et de ses accès, ainsi que leur


remise en état en fin de chantier sont à la charge de
l'entrepreneur. – Chauffage et déshydratation des granulats

Le chauffage et la déshydratation des granulats sont réalisés conformément à l’article


4.8.2.4 de la norme NF P 98-150 et à l’article 6 de la norme NF P 98-150-1

2.17.1.4 – Filler d’apport

Les fines d'apport doivent être d'origine calcaire. Le lieu de provenance devra être soumis à
l'agrément du Maître d'œuvre. Les catégories prescrites sont les suivantes :

Catégorie prescrite
Fines nocives MBF10
Porosité à sec compacté (vides V28/45
Rigden)
Pouvoir rigidifiant (Delta TBA) D TBA8/16

2.17.1.5 – Fourniture – transport et stockage

L'entrepreneur assurera la fourniture, transport et stockage des fines d'apports éventuelles


nécessaires à la fabrication des enrobés, conformément aux spécifications des fascicules
23 et 27 du C.C.T.G et à la norme NF EN 13043.

2.17.2 - - Dopes et additifs

Les dopes permettant d'améliorer l'adhésivité du liant sur les granulats ou les additifs
destinés à améliorer les caractéristiques physiques et mécaniques des enrobés sont
conformes à la fiche technique du fournisseur qui fixe leurs conditions de transport, de
stockage et d'emploi (dosage et mode d'introduction).
La nature et les caractéristiques de tous les additifs doivent être déclarées et être
conformes aux spécifications requises suivantes :
- une norme européenne
- un agrément Technique Européen
- La preuve de leur adéquation par une expérience qui ont donné satisfaction comme
constituants pour enrobés

2.17.3 - - Couches d’accrochage

Une couche d'accrochage est appliquée, conformément à la norme NF P 98-150-1 et la


norme produit citée au niveau de l’article 1.2 du présent CCTP, avant l’application de
toutes couches d’enrobés y compris avant reprofilage ou déflachage éventuels.

Un liant modifié est prévu pour la couche de roulement

Pour le BBSG, le dosage en bitume résiduel est, au minimum, de 400 grammes au m².

- SAEM –
Page 18 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

Sur les opérations notifiées par le Maître d’Oeuvre, la couche d’accrochage est mise en
oeuvre par tout dispositif ou produit, soumis à son agrément préalable, permettant
d’éviter les effets de collage aux pneumatiques des camions approvisionnant l’enrobé.

2.17.4 - - pour le BBSG 0/10 cl3 20/30 pour la couche de liaison

2.17.4.1 - Granulats

Les caractéristiques des granulats doivent être conformes à la norme NF EN 13043 et


aux dispositions complémentaires de la norme expérimentale XP P 18-545.

Pour chaque granulats, l’Entrepreneur fournit une fiche technique Produit (FTP).

a) Spécifications des granulats pour enrobés

Angularité des
Caractéristiques Caractéristiques de
Appellation granulats issus de
physique des fabrication
Française roche meuble
gravillons
Gravillons Sables Gravillons Sables
GC 85/20
C95/1
G20/15 ou GF85
LA 25 - MDE 20 ou ECS38
G25/15 GTC10
BBSG PSV50 ECG110
e10 à d et D MB2
Code
Fl25 f1
Code C Code Ang1
Code a
Ang1
Code III

2.17.4.2 - Caractéristiques du mélange

Le niveau d’épreuve de formulation est de 2


La durée de validité des épreuves de formulation est de 5 ans

2.17.4.2.1 Exigences empiriques

La formule du mélange doit être conforme aux exigences générales et aux exigences
empiriques sélectionnées en 5.2 et 5.3 de la norme EN 13108-1

2.17.4.2.2 Exigences fondamentales

La formule du mélange doit être conforme aux exigences générales et aux exigences
fondamentales sélectionnées en 5.2 et 5.4 de la norme EN 13108-1

2.17.4.3 – Tenue à l’eau (NF P98-251-1)

Type d’enrobés Catégorie ITSR


ITSR70
BBSG3
0/10
- SAEM –
Page 19 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.17.4.4 – Pourcentage de vides (NF EN 12697-31)

Type d’enrobés % mini – maxi à n giration


Vmin 5 à Vmax 10 (60
BBSG3 girations)
0/10
2.17.4.5 – Résistance à l’orniérage (NF EN 12697-22 + A1 - appareil
grand modèle)

Type d’enrobés Catégorie P, (prof. Maximale en % à


60°C, n cycles) et % vides compris
entre Vi et Vs
-P5 - 60° C et 30 000 cycles)
BBSG3 -VI = 5 % - Vs = 8 %
0/10

2.17.4.6 - Introduction d’agrégats d’enrobés

L’utilisation des agrégats dans les enrobés seront conforme à la norme NF EN 13108-8.
Le Conseil Général de l’Oise autorise l’entreprise à utiliser 40 % d’agrégats d’enrobés
dans la formulation suivant les articles 5.8.8.7.1, 5.8.8.7.2, 5.8.8.7.3 et 5.8.8.7.4.
Une étude de formulation devra être fournie par l’entreprise prenant en compte les
différentes origines des fraisats qui va être employé sur ce chantier.

2.17.4.6.1 – Teneur en liant moyenne et étendue

Les catégories d’agrégats d’enrobés et l’étendue de leur teneur en liant sont définies dans ce
tableau

Etendue de la teneur en
liant Catégorie
≤1% TL 1

2.17.4.6.2 – Classification vis-à-vis de l’étendue de la


pénétrabilité ou de la TBA du liant

Pénétrabilité en 1/10
TBA en °C Fréquence des essais Catégorie
mm
Maximale = 77 1 essai pour 1000
Minimale = 5 et
et tonnes avec un B1
étendue ≤ 15
étendue ≤ 8 minimum de 5 essais

- SAEM –
Page 20 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.17.4.6.3 Classification vis-à-vis de l’homogénéité


granulométrique des granulats

% passant à % passant à % passant à 2 % passant à


Catégorie
1,4 D D mm 0,063 mm
Li 85 Ls 99 e
VSI 99 e 15 e4 G1
10

2.17.4.6.4 Caractéristiques intrinsèques et angularité


exigés sur les granulats issus de l’agrégat
d’enrobé

Fréquence des
Catégorie des granulats Catégorie
essais
Code A ou B et code Ang 1 pour les gravillons
1 par lot R1
et sables

2.17.4.7 - Bon d'identification

Les enrobés sont livrés avec un bon d'identification comportant les éléments suivants :

- numéro du bon,
- nom du chantier, du client ou de l'adresse de livraison,
- nom du transporteur et numéro du véhicule,
- désignation de l'enrobé,
- date de livraison et heure de départ de la centrale,
- masse totale du camion en charge,
- masse du camion vide,
- masse de l'enrobé livré.

En cas de pluie ou sur chaussée mouillée, l'Entrepreneur doit interrompre la mise en


oeuvre.

Le répandage des enrobés est arrêté dès lors que la température extérieure est
inférieure à 10°C ou que la vitesse du vent atteint 30 Km/h.

2.17.4.7.1 - Joints longitudinaux

Les méthodes de réalisation des joints longitudinaux sont précisées au PAQ de


l'Entrepreneur en conformité avec les articles 9.3.2.1 & 9.3.2.2 de la norme NF P 98-
150-1.

2.17.4.7.2 - Joints transversaux de reprise

Les méthodes de réalisation des joints transversaux de reprise sont précisées au PAQ
de l'Entrepreneur en conformité avec l’article 9.3.2.4 de la norme NF P 98-150-1.

2.17.4.7.3 - Raccordements définitifs à la voirie existante

- SAEM –
Page 21 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

Ils sont réalisés par engravures biaises par rapport à l'axe longitudinal de la chaussée.
Ces dernières sont dimensionnées de façon qu'il n'y ait pas de changement brusque
dans le profil en long de la chaussée.

Les raccordements aux voiries latérales et affluentes sont également réalisés par
engravure.

2.17.4.7.4 – Compactage
a) Matériel de compactage :
Les dispositions du compactage seront conformes à l'article 9.4 de la norme NFP 98.150-1
Le matériel de compactage sera approprié à la nature du revêtement et en nombre suffisant
pour assurer le respect de la compacité requise.
Le nombre de compacteurs, les caractéristiques des compacteurs, les paramètres de
réglages, le plan de balayage feront l'objet d'une acceptation provisoire par le Maître
d'œuvre.

b) Équipements des engins :


Les compacteurs à pneus seront équipés de jupes de protection des pneumatiques.
Les compacteurs vibrants seront équipés de tachygraphe.

c) Prescriptions de compactage :
Le plan de balayage des engins devra être conçu de façon qu'il y ait un recouvrement des
zones compactées par deux engins d'au moins 50 cm.
Le compactage des matériaux sera réalisé directement après le répandage et l'entrepreneur
devra prendre toutes les précautions pour que la longueur d'évolution de l'atelier de
compactage soit minimale.

Cette longueur sera déterminée lors de l'épreuve de convenance et sera liée aux
conditions climatiques.
La composition de l'atelier de compactage est indiquée dans le PAQ de l'Entrepreneur.

Les modalités de compactage une planche de vérification est réalisée.

c) Température :
La température de répandage des matériaux hydrocarbonés sera conforme à l’article
9.3.1 de la norme NF P 98-150-1 dans le cas des bitumes purs.
Ces températures sont rappelées ci-après en fonction du bitume utilisé :

Type de bitume Température


pur minimale °C
160/220 115
70/100 120
50/70 125
35/50 130
20/30 140

- SAEM –
Page 22 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

10/20- 15/25 145

2.17.4.7.5 - Contrôle de mise en oeuvre

a) Pourcentage de vides (sauf pour les BBTM)

Les mesures réalisées sont au nombre minimum de 10 par intervention ; les résultats
des mesures doivent vérifier l'intervalle des pourcentages de vides soit entre 4 % et 8 %
.

Au voisinage des joints longitudinaux et transversaux de reprise, le pourcentage de


vides ne doit pas être supérieur à 3% du pourcentage maximal indiqué ci-avant.

Le Maître d’Oeuvre peut, au titre du contrôle extérieur, vérifier directement par


carottage le gradient de masse volumique apparente, les épaisseurs de couche, le
collage au support ou entre les différentes couches (NF P 98-150 -1

b) Epaisseur
6 cm

c) Nivellement (Profil en long)

Si le guidage est réalisé en référence fixe, les tolérances sont celles des chantiers
courants.

d) Profil en travers

Le contrôle s'effectue à la règle de 3 mètres (NF P 13036-7).

e) Uni longitudinal

Le contrôle de l'uni longitudinal de la couche de roulement est réalisé à l'aide de l'APL.


Il est effectué conformément à la circulaire 2000-36 (Uni)

Les mesures sont effectuées dans les bandes de roulement de chaque voie de
circulation.

Pour chaque lot, les spécifications données par le tableau ci-après sont appliquées,
pour chaque voie et par sens de circulation à la bande de roulement dont les notes
petites ondes (PO) ont les valeurs les plus faibles. Si ces valeurs sont identiques pour
les deux bandes de roulement, on applique les spécifications sur la bande de droite.

Les spécifications ci-après sont fixées pour des lots dont la mise en œuvre est réalisées
en continu et sans obstacle du type raccordement à un point altimétrique obligé.

Le non-respect de ces seuils donne lieu :

- soit à l’application des pénalités fixées au CCAP,


- soit à la réfection de l’ouvrage.
- SAEM –
Page 23 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

Bandes Seuil de Seuil d’application Seuil de


d’ondes spécification des pénalités réfection
PO 100 % des notes 5 Pas plus de 10 % de Si plus de 10 % des
notes < 5 notes < 5
et 0 % des notes < 4 ou au moins 1 note < 4
MO Moyenne des notes Si non-respect des
après travaux au moins spécifications
égale à celle avant
travaux et aucune note
inférieure à la note la
plus basse avant
travaux.
GO 100 % des notes 5 Pas plus de 10 % de Si plus de 10 % des
notes < 5 notes < 5

f) Macrotexture

La macrotexture, pour les couches de roulement, est contrôlée par la mesure de la


Profondeur Moyenne de Texture (PMT-ex HSv) selon la norme NF EN 13036-1. Les
résultats obtenus doivent être conformes aux exigences de la circulaire 20023-39 du 16
mai 2002 de la Direction des Routes.

Le chantier est découpé en lots de caractéristiques homogènes correspondant à des


séquences de conduite différentes fonction des conditions de circulation et de
configuration du site.

Niveau de macrotexture
Produit minimal exigé (PMT - NF EN
13036-1) après mise en oeuve
0,7 mm pour 90 % des points
A 0/10, A 0/14, B 0/14
controlés
BBM
0,5 mm pour 90 % des points
B 0/10, C 0/10
controlés
0,4 mm pour 90 % des points
0/10
controlés
BBSG et BBME
0,5 mm pour 90 % des points
0/14
controlés
0,7 mm pour 90 % des points
0/6
controlés
BBTM
0,9 mm pour 90 % des points
0/10
controlés

2.17.5 - - pour EME 0/14 20/30 pour la couche de base

2.17.5.1 - Caractéristiques du mélange

Le niveau d’épreuve de formulation est de niveau 3


La durée de validité des épreuves de formulation est de 5 ans
- SAEM –
Page 24 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.17.5.1.1 Exigences empiriques

La formule du mélange doit être conforme aux exigences générales et aux exigences
empiriques sélectionnées en 5.2 et 5.3 de la norme EN 13108-1

2.17.5.1.2 Exigences fondamentales

La formule du mélange doit être conforme aux exigences générales et aux exigences
fondamentales sélectionnées en 5.2 et 5.4 de la norme EN 13108-1

2.17.5.2 – Tenue à l’eau (NF P98-251-1)

Type d’enrobés Catégorie ITSR


EME 2 0/14 ITSR70

2.17.5.3 – Pourcentage de vides (NF EN 12697-31)

Type d’enrobés % mini – maxi à n giration


EME 2 0/14 Vmax 6 (100 girations)
2.17.5.4 – Résistance à l’orniérage (NF EN 12697-22 + A1 - appareil
grand modèle)

Type d’enrobés Catégorie P, (prof. Maximale en % à


60°C, n cycles) et % vides compris
entre Vi et Vs
EME 2 0/14 -P7,5 - 60° C et 30 000 cycles)
-VI = 3 % - Vs = 6 %

2.17.5.5 – Module (NF EN 12697-26 annexe A ou annexe E)

Type d’enrobés Catégorie Smin (valeur) et % vides


compris entre Vi et Vs
EME 2 0/14 Smin14000 ( ≥ 14 000 Mpa
à 15°C, 10 Hz ou 0,02 s)
- VI = 3 % - Vs = 6 %
2.17.5.6
2.17.5.7 – Résistance à la fatigue (NF EN 12697-24 + A1 – annexe A)

Type d’enrobés Catégorie 6 (valeur) et % vides


compris entre Vi et Vs
_
EME 2 0/14 ε6-130 (≥ 130,10-6 à 10°C, 25 Hz) -
Vi = 3 % - Vs = 6 %

2.17.5.8 - Introduction d’agrégats d’enrobés

- SAEM –
Page 25 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

L’utilisation des agrégats dans les enrobés seront conforme à la norme NF EN 13108-8.
Le Conseil Général de l’Oise autorise l’entreprise à utiliser 30 % d’agrégats d’enrobés
dans la formulation suivant les articles 5.8.8.7.1, 5.8.8.7.2, 5.8.8.7.3 et 5.8.8.7.4.
Une étude de formulation devra être fournie par l’entreprise prenant en compte les
différentes origines des fraisats qui va être employé sur ce chantier. L’entreprise devra
justifier dans son étude de formulation qu’il à bien pris en compte la vétusté des liants
des agrégats pour l’obtention du module et de la fatigue.

2.17.5.8.1 – Teneur en liant moyenne et étendue

Les catégories d’agrégats d’enrobés et l’étendue de leur teneur en liant sont définies dans ce
tableau

Etendue de la teneur en
liant Catégorie
≤2% TL 2

2.17.5.8.2 – Classification vis-à-vis de l’étendue de la


pénétrabilité ou de la TBA du liant

Pénétrabilité en 1/10
TBA en °C Fréquence des essais Catégorie
mm
1 essai pour 1000
Minimale = 5 Maximale = 77 tonnes avec un B2
minimum de 5 essais

2.17.5.8.3 Classification vis-à-vis de l’homogénéité


granulométrique des granulats

% passant à % passant à % passant à 2 % passant à


Catégorie
1,4 D D mm 0,063 mm
Li 80 Ls 99 e
VSI 99 e 20 e6 G2
15

2.17.5.8.4 Caractéristiques intrinsèques et angularité


exigés sur les granulats issus de l’agrégat
d’enrobé

Fréquence des
Catégorie des granulats Catégorie
essais
Code C ou non caractérisé Non Spécifiée R NS

- SAEM –
Page 26 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.17.5.9 - Bon d'identification

Les enrobés sont livrés avec un bon d'identification comportant les éléments suivants :

- numéro du bon,
- nom du chantier, du client ou de l'adresse de livraison,
- nom du transporteur et numéro du véhicule,
- désignation de l'enrobé,
- date de livraison et heure de départ de la centrale,
- masse totale du camion en charge,
- masse du camion vide,
- masse de l'enrobé livré.

2.17.5.10 - Mise oeuvre des enrobés

2.17.5.10.1 - Répandage

- Pour couche base

Le chantier se déroule sous circulation

Le répandage est exécuté mécaniquement par voie de circulation

Le(s) plan(s) de répandage est (sont) précisé(s) au PAQ de l'Entrepreneur.

2.17.5.10.2 - Guidage en nivellement du finisseur

Les modalités de guidage se feront Guidage altimétrique par système de référence fixe
suivant la norme NF-P98-150-1

2.17.5.10.3 - Conditions météorologiques défavorables

En cas de pluie ou sur chaussée mouillée, l'Entrepreneur doit interrompre la mise en


oeuvre.

Le répandage des enrobés est arrêté dès lors que la température extérieure est
inférieure à 5°C ou que la vitesse du vent atteint 30 Km/h.

2.17.5.10.4 - Joints longitudinaux

Les méthodes de réalisation des joints longitudinaux sont précisées au PAQ de


l'Entrepreneur en conformité avec les articles 9.3.2.1 & 9.3.2.2 de la norme NF P 98-
150-1.

2.17.5.10.5 - Joints transversaux de reprise

Les méthodes de réalisation des joints transversaux de reprise sont précisées au PAQ
de l'Entrepreneur en conformité avec l’article 9.3.2.4 de la norme NF P 98-150-1.

2.17.5.10.6 - Raccordements définitifs à la voirie existante


- SAEM –
Page 27 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

Ils sont réalisés par engravures biaises par rapport à l'axe longitudinal de la chaussée.
Ces dernières sont dimensionnées de façon qu'il n'y ait pas de changement brusque
dans le profil en long de la chaussée.

Les raccordements aux voiries latérales et affluentes sont également réalisés par
engravure.

2.17.5.10.7 – Compactage

a) Matériel de compactage :
Les dispositions du compactage seront conformes à l'article 9.4 de la norme NFP 98.150-1
Le matériel de compactage sera approprié à la nature du revêtement et en nombre suffisant
pour assurer le respect de la compacité requise.
Le nombre de compacteurs, les caractéristiques des compacteurs, les paramètres de
réglages, le plan de balayage feront l'objet d'une acceptation provisoire par le Maître
d'œuvre.

b) Équipements des engins :


Les compacteurs à pneus seront équipés de jupes de protection des pneumatiques.
Les compacteurs vibrants seront équipés de tachygraphe.

c) Prescriptions de compactage :
Le plan de balayage des engins devra être conçu de façon qu'il y ait un recouvrement des
zones compactées par deux engins d'au moins 50 cm.
Le compactage des matériaux sera réalisé directement après le répandage et l'entrepreneur
devra prendre toutes les précautions pour que la longueur d'évolution de l'atelier de
compactage soit minimale.

Cette longueur sera déterminée lors de l'épreuve de convenance et sera liée aux
conditions climatiques.

La composition de l'atelier de compactage est indiquée dans le PAQ de l'Entrepreneur.

Les modalités de compactage fera l'objet d'une planche de vérification

c) Température :
La température de répandage des matériaux hydrocarbonés sera conforme à l’article
9.3.1 de la norme NF P 98-150-1 dans le cas des bitumes purs.
Ces températures sont rappelées ci-après en fonction du bitume utilisé :

Type de bitume Température


pur minimale °C
160/220 115
70/100 120
50/70 125
35/50 130

- SAEM –
Page 28 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

20/30 140
10/20- 15/25 145

2.17.5.11 - Contrôles de conformité - Spécifications

2.17.5.11.1 - Contrôle de fabrication

Le contrôle de conformité des mélanges fabriqués est réalisé en permanence par un


système d'acquisition de données. En outre, des prélèvements sont effectués dans les
conditions définies à l'article 4.16.5.2 de la norme NF P 98-150. Les résultats sont
comparés aux seuils d'alerte indiqués dans le tableau ci-après

Dimension D du plus
gros granulat
< 16 mm ≥ 16 mm
Pourcentage de
passant à:
D ±4 ±5
D/2 ou tamis à maille
large ±4 ±4
2 mm ±3 ±3
Tamis à maille fines ±2 ±2
0,063 mm ±1 ±2

Les tolérences de fabrication auront la spécification du marquage CE (moyenne


glissante des 32 analyses) sur une moyenne journalier de production ou d’un lot de
production.

Passant à 6,3 mm Plus ou moins 4% en valeur absolue


Passant à 2 mm Plus ou moins 3% en valeur absolue
Passant à 0,063 mm Plus ou moins 1% en valeur absolue
Teneur en liant Plus ou moins 0.30%

2.17.5.11.2 - Contrôle de mise en oeuvre

a) Pourcentage de vides (sauf pour les BBTM)

Les mesures réalisées sont au nombre minimum de 10 par intervention ; les résultats
des mesures doivent vérifier l'intervalle des pourcentages de vides soit ≤ 6 % .

Au voisinage des joints longitudinaux et transversaux de reprise, le pourcentage de


vides ne doit pas être supérieur à 3% du pourcentage maximal indiqué ci-avant.

Le Maître d’Oeuvre peut, au titre du contrôle extérieur, vérifier directement par


carottage le gradient de masse volumique apparente, les épaisseurs de couche, le
collage au support ou entre les différentes couches (NF P 98-150 -1

b) Epaisseur
13 cm

- SAEM –
Page 29 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

c) Nivellement (Profil en long)

Si le guidage est réalisé en référence fixe, les tolérances sont celles des chantiers
courants.

d) Profil en travers

Le contrôle s'effectue à la règle de 3 mètres (NF P 13036-7).

2.17.5.11.3 - Plan de contrôle

Le contrôle de conformité des enrobés est organisé selon le plan de contrôle suivant.

Essais Fréquence
1 - GRANULATS
1.1 - Sables

Analyse granulométrique 1 pour 500 tonnes


Propreté des sables
- Equivalent de Sable 2 pour 500 tonnes
- Essai au bleu de méthylène 2 pour 500 tonnes
1.2 - Gravillons

Analyse granulométrique 1 pour 500 tonnes


PSV 1 de moins d'un an
Los-Angeles 1 pour 2500 tonnes
MDE 1 pour 2500 tonnes
Aplatissement 1 pour 2500 tonnes
1.3 Fines

Indice de vides 1 pour


Pouvoir absorbant l'ensemble
Pouvoir rigidifiant du chantier
Valeur au bleu
2 - LIANTS
2.1 - Liants normalisés

Pénétration à 25°C 1 pour l'ensemble du


Température bille et anneau chantier
2.2 - Liants non normalisés

Pénétration à 25°C 1 par semaine


Température bille et anneau 1 par semaine

3 - ENROBES
- SAEM –
Page 30 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

3.1 - Fabrication

Avec système d'acquisition de données

Test d'homogénéité 1 en début fabrication


Teneur en eau sur stock 1 par jour et stock
Débit des granulats et fines 1 par semaine
Débit des liants 1 par jour
Analyse granulométrique 3 par jour
Teneur en liant 3 par jour

Sans système d'acquisition de données

Test d'homogénéité 1 en début fabrication


Teneur en eau sur stock 1 par jour et stock
Analyse granulométrique 1 par 200 tonnes
Teneur en liant 1 par 200 tonnes
3.2 - Mise en oeuvre

Contrôles géométriques

Nivellement 1 par jour


Profil en travers 1 tous les 20 mètres

Compactage

Pourcentage de vides 10 par jour

Macrotexture 1 profil par 50 mètres

2.18 - Bordures T2 béton de classe U

Règles NF043
NF EN 1340 (20040201
NF P98-340/CN (20040301)
Les normes applicables aux bordures et caniveaux préfabriqués en béton (NF EN 1340 et
NF P 98-340/CN) définissent leurs profils, leurs tolérances dimensionnelles et leurs classes
de résistance (mécanique, aux agressions climatiques et à l’abrasion).
U (ancienne classe A) 6,0 Voiries urbaines à circulation intense.
Chaque fois que des efforts particulièrement importants sur les bordures et caniveaux
peuvent être escomptés.

2.19 - Bordures îlot type ID2

Les bordures satisferont aux caractéristiques physiques et mécaniques prévues aux


fascicules n° 31 du CCTG et aux normes françaises en vigueur (NFP 98-302), ils devront
être de la classe A + R (10 Mpa) pour les types normalisés CS2 et CCA. Les bordures T2 et
P1 seront en béton pleine masse (classe A + R).
Elles seront à parement lumisilice blanc.

- SAEM –
Page 31 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.20 - Liants hydrauliques

Les ciments de la classe 250 (ou 35 de la norme P15-301) sont admis pour les fondations de
trottoirs, de bordures et de caniveaux, les rejointoiements, les mortiers et enduits.
Ils seront de classe CPA 400 (CPA 45 de la norme P15-301) pour tous les ouvrages en
béton armé.

2.21 - Sable

Sable 0/4 conforme à la norme NFP 18301 (sable propre de module de finesse proche de
2,5).

2.22 - Mortier pour pose des bordures

2.22.1 - Mortier de pose

Sable 0/5 conforme à la norme NFP 18-301 (sable propre de module de finesse proche de
2,5). Exclure les sables à lapin, de dunes ou fins.
ciment CPJ CEMII/A 42,5 R (L) CP2 dosé à raison de 250 kg/m3.
Adjuvant plastifiant retardateur indispensable en cas de délai d'attente du mortier supérieur à
l'heure et en cas de temps chaud. Adjuvant ajouté à l'eau de gâchage.
Adjuvant "anti-retrait"

2.22.2 - Barbotine

- 50 kg de ciment CPJ 52,5


- 100 kg de sable 0/2,5
- 10 litres d'eau (le dosage en eau est susceptible de varier en fonction du
coefficient d'absorption du sable).
- additif adhérent afin d'assurer une dalle/mortier
- adjuvant complémentaire anti-retrait possible.

2.22.3 - Mortier de garnissage

Le mortier modifié de garnissage des joints devra être de consistance fluide avec un
minimum de retrait, il sera conforme à la formulation suivante :

2.22.4 - Dosage

- 50 kg de ciment CPJ 52.5


- 18 l d'eau (consistance liquide)
- super plastifiant afin d'assurer la fluidité du mortier pour le remplissage des
joints sur toute leur hauteur.

2.23 - Aciers

Les armatures rondes et lisses seront de la nuance Fe E 24 telle que définie au chapitre II du
titre I du fascicule n° 4 du CCTG. Les armatures à haute adhérence seront choisies parmi
celles qui sont définies au chapitre III du titre I du même fascicule du CCTG et qui font l'objet
d'une fiche d'identification.
Conformité à la norme NF A 25-002.

- SAEM –
Page 32 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.24 - Cadres tampons, plaques de recouvrement et grilles

Les grilles et les dispositifs de fermeture des regards de visite et des bouches avaloirs sont
en fonte ductile, les tampons de fermeture sont pleins et reposent sur des cadres de même
nature.
Les dispositifs de fermeture des regards de visite sont de classe D400 et sont équipés :
- D’un joint élastomère sur le cadre
- D’un système qui empêche d’enlever le tampon du cadre et qui permet de
verrouiller le tampon en position d’ouverture de façon à empêcher sa fermeture
accidentelle.
- D’un système qui permet au tampon de s’entrouvrir en cas de mise en charge du
réseau sans qu’il puisse être éjecté et de se refermer automatiquement après
évacuation des effluents excédentaires.

2.25 - Spécifications des fourreaux

Fourreaux de type ICO, en P.V.C., de diamètre 160 mm


Fourreaux en polyéthylène Ø 51/63 mm aiguillés

2.26 - Grillage avertisseur

Grillage rouge, avertisseur en polyéthylène, largeur 0 m 50, posé à 0.30 m au dessus des
fourreaux.

2.27 - Chambre de tirage

Les chambres de tirage en béton préfabriqué seront conformes à la norme NFP 98-050

Elles seront de type :


L0T

2.28 - Dispositif de fermeture des chambres

Les chambres seront fermées par des cadres et tampons répondant aux normes NFP 98-312
et P 98-313 de classe :

- B 125 sous espaces verts et trottoirs : cadre et tampon en acier galvanisé

2.29 - Câble de terre

Le réseau de terre général sera constitué par un câble de cuivre nu de 25 mm2 posé à fond
de fouille.

2.30 - Spécifications des canalisations

Les tuyaux pour collecteur eaux pluviales :

- PVC classe CR8 Ø 100 et 300 mm.

L'ensemble conforme à la norme NFP 16-352 ou Equivalente

- SAEM –
Page 33 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.31 - Caniveaux assainissement E.P.à grilles

Les caniveaux préfabriqués seront avec ou sans pente, équipés d’un système de
récupération des eaux de ruissellement à grille série lourde.

2.32 - Regards de visite

Les regards de visite seront de type préfabriqué dans une usine agréée par l'Administration.
Ils seront conformes aux prescriptions de l'article 23 du fascicule 70 du CCTG, avec les
caractéristiques suivantes :

- section intérieure circulaire de 1 mètre de diamètre


- épaisseur minimale : 0 m 08
- embase avec plages et piédroits enduits sur 0 m 02
- cheminée avec échelons de descente
- hotte avec crosse amovible.

2.33 - Avaloir à grille PMR

Les avaloirs seront à décantation, le dispositif de fermeture sera composé d'un cadre et
d'une grille plate en fonte EN-GJS-500-7 dont l'écartement entre les barreaux sera inférieur
ou égal à 20 mm classe C250 EN 124.

2.34 - Matériaux pour enduits synthétiques

La résine utilisée est une résine de synthèse à deux composants. Elle est non toxique et
non nocive. En cas de feu, elle ne doit pas dégager de substance dangereuse pour les
êtres vivants, notamment aucune substance halogénée ou cyanure d'hydrogène (HCN).
Elle doit être translucide afin de ne pas dénaturer la couleur naturelle des granu1ats.
Les granulats utilisés auront une granulométrie identique à ceux utilisés pour les enduits
superficiels classiques (2/4 – 4/6). Ils seront propres. La quantité de fines inférieures à 2
mm sera inférieure à 0,5%. En outre, ils seront parfaitement secs au moment de leur
utilisation.

2.35 - Signalisation verticale

Signalisation routière composée de :


Fût en aluminium lisse de couleur aluminium naturel
Panneaux : face arrière, collier et bague de fixation couleur RAL 6004

2.36 - Marquage au sol

Marquage en résine thermoplastique.

2.37 - Barrières métalliques de sécurité de 1.50 m

Barrière métallique de 1,50 mètres de longueur, d'une hauteur hors sol de 0.90 à sceller.

2.38 - Corbeille de type spirale 60 l

Corbeilles constituées d'un corps en spirale en acier thermolaqué , fixation par support à
platine d'une capacité de 60 litres.

- SAEM –
Page 34 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

2.39 - Dalles d'éveil à la vigilance

Dalle d'éveil à la vigilance de 0.40 x 0.40 épaisseur 0.06m en béton couleur pierre naturelle
conforme à la norme NF P 98-351.
Mise en œuvre à 0.50 en retrait du fil d’eau des bordures sur lit de mortier avant la mise en
œuvre des enrobés de trottoir.
Implantation suivant le croquis suivant :

- SAEM –
Page 35 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

CHAPITRE 3 - SPECIFICATION DU MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX

3.1 - Programme d'Exécution des Travaux

Conformément à l'article 8-1 du CCAP, l'entrepreneur devra, dans un délai de huit jours à
compter de la date de notification du marché, soumettre à l'agrément du Maître d'Oeuvre, un
programme d'exécution des travaux.

Ce document comprendra, en tenant compte des suggestions exposées dans le CCAP :


- un projet d'installation de chantier
- un planning de chantier qui devra tenir compte de la réalisation des travaux sous
circulation.
- une note expliquant quelle organisation de chantier (technique et matériel) l'entrepreneur
envisage d'utiliser
L'attention de l'entrepreneur se portera sur la présence des réseaux : PTT, eau potable,
éclairage public, électricité MT, BT, gaz et fibre optique.

3.2 - Piquetage des Travaux

Le piquetage des travaux sera exécuté conformément à l'article 27-23 du CCAG.


Le piquetage général du chantier notamment les axes des voies et les canalisations, est
effectué par l'entrepreneur, contradictoirement avec le maître d'oeuvre, à partir des plans
d'implantation qui seront notifiés à l'entrepreneur par le maître d'oeuvre. Les prix sont réputés
en tenir compte.
L'entrepreneur tiendra à la disposition du maître d'oeuvre le matériel topographique et
le personnel qualifié nécessaires.
Les frais engagés à cette occasion seront entièrement à la charge de l'entrepreneur et
seront compris dans les prix unitaires de règlement des travaux.
L'entrepreneur sera tenu de compléter le piquetage général par autant de piquets qu'il
sera nécessaire pour déterminer sur le terrain la hauteur ainsi que la limite des zones de
remblai, l'intersection des talus avec le terrain naturel, les banquettes et les fossés.
Dans l'éventualité où des piquets seraient enlevés, le maître d'oeuvre pourra en
demander le rétablissement à leur emplacement primitif, ou en tout autre point, s'il le jugeait
nécessaire.
Le piquetage spécial du tracé des canalisations, ouvrages souterrains, est à effectuer
par l’entrepreneur.

3.3 - Essais et Contrôles

Les essais et contrôles sont à la charge de l'entrepreneur.


Tous ces essais devront être conformes aux modes opératoires du Laboratoire
Central des Ponts et Chaussées.

3.3.1 - Terrain naturel avant remblai et forme

Désignation des Fréquences Observations


Contrôles
Densité 1 tous les 50 m Densitomètre à membranes ou
gammadensimètre

- SAEM –
Page 36 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

3.3.2 - Remblais - Assise - Couche de Forme

Désignation des Fréquences Observation


Contrôles
Essais de plaque 1 pour 200 m² Couche par couche et au minimum
Essai Proctor 1 pour 300 m3 un par couche
Teneur en eau 1 pour 300 m3
Densité 1 pour 300 m3

3.3.3 - Construction des Chaussées

Les couches de fondation et les trottoirs seront en GNT0/315.


La couche de base en grave 0/20.

Désignation des Fréquences Observation


Contrôles
I - Grave pour couche de
forme (0/31,5) et de base
(0/20) 1 par 40 m 3 ou
* équivalent de sable par jour de
* test CBR en % éléments production
crayeux

Compacité in situ 10 contrôles en


Nivellement moyenne - un (1)
profil tous les
7,50m
Surfaçages Règle de 3,00 m

II - Bordures
Essai dans la presse deux (2) éléments
spéciale à flexion selon la droits par lot de
technique indiquée à 50
l’alinéa 3-2 de l’article 6 du
fascicule 31 du CCTG. Les
résultats obtenus devront
satisfaire aux valeurs
donnés à l’alinéa 3-3 du dit
article dans les limites des
tolérances admises

- SAEM –
Page 37 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

CHAPITRE 4 - MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX DES CHAUSSEES

4.1 - Démolition de chaussée, trottoir et accès

Sur l’emprise totale des chaussées, des trottoirs et accès, l’entreprise exécutera les
démolitions quelle que soit la nature des matériaux rencontrés.
Les couches de surface en enrobé et les assises traitées sont pré-découpées
mécaniquement.
En cas de non respect de l’évacuation des eaux pluviales, le maître d’œuvre en demandera
le pompage et ce aux frais de l’entreprise.
Les eaux pluviales sont évacuées chaque fois que possible par gravité.
Tous les vides rencontrés (anciens réseaux, regard abandonnés, etc…) sont comblés
suivant les prescriptions de la maîtrise d’œuvre.
Les déblais seront évacués à une décharge agréée inscrite dans le SOSED.
En permanence, l’accès des riverains, la circulation piétonne et l’accès aux bouches
d’incendie sera maintenu.

4.2 - Démolition des bordures et caniveaux béton

La démolition des bordures et caniveaux est réalisée avec le solin et le lit de pose.
L’évacuation en décharge est conforme au SOSED.

4.3 - Réglage et compactage du sol en place

Le réglage et le compactage des sols en place seront conformes au PAQ de l’entreprise.


L’objectif de densification est : q4 (norme NF P 98-331).
Les variations altimétriques de la plate-forme sera de plus ou moins 0.03m.
Le sol en place après démolition fera l'objet sur l'emprise totale des chaussées, trottoirs et
allées, d’un réglage au niveau du fond de forme projet et d'un compactage de façon à obtenir
une densité sèche du sol compacté, au moins égale à 90% de la densité sèche de l'Optimum
Proctor Normal sur une épaisseur de 0.30 m.
S’il s’avère nécessaire de réaliser une purge dans le sol support, ses modalités d’exécution
seront soumise à la maîtrise d’œuvre.
Les matériaux extraits seront évacués en décharge conformément au SOSED.

4.4 - Exécution des Remblais

Tous les remblais seront méthodiquement compactés jusqu'au fond de forme.


Le profil des remblais sera réglé identiquement au profil final du fond de forme avec une
tolérance d'exécution de plus ou moins 0.03 m.
La densité sèche du remblai en place devra atteindre au moins quatre vingt quinze (95) pour
cent de la densité sèche de l'Optimum Proctor Normal.

4.5 - Mise en Oeuvre de la grave 0.20 et 0.315 pour couche de fondation

La couche de fondation est mise en œuvre sur le sol support réceptionné en nivellement et
portance sur une épaisseur de 0.30m.
Dans le cas du non respect de cette prescription, les frais de purge seront à sa charge.
L’objectif de densification est : q2 (norme NF P 98-331).
Le profil sera réglé avec une tolérance d'exécution de plus ou moins 0.02 m.
La mise en œuvre est interdite par temps de pluie ou de gel.

- SAEM –
Page 38 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

4.6 - Mise en place et compactage des matériaux

4.6.1 - Qualité du compactage

Le matériel, sa classe, utilisé pour la réalisation du compactage et la cadence de livraison


des matériaux sont indiqués dans le PAQ de l’entreprise.
Les épaisseurs obtenues devront correspondre à celles définies à l’article 3.7 du CCTP et
sur le profil en travers. Elles pourront toutefois être modifiées par le maître d’oeuvre dans le
cas de mises au point jugées nécessaires au cours des travaux en raison de la portance du
sol.
Les flashes admissibles mesurés avec une règle droite de 3 m s’appuyant sur deux points
quelconques de la surface de la couche de fondation ne devront pas dépasser 0.02 m.
Le contrôle du compactage est effectué couche par couche et porte sur la densité précisée à
l’article 3.7 du CCTP.

4.6.2 - Insuffisance du compactage

En cas d’insuffisance de compactage, une reprise du compactage est effectuée si la dernière


couche est en cause.
Si l’insuffisance de compactage est constatée sur les couches inférieures, l’enlèvement des
matériaux sous compactés et leur remplacement si nécessaire est réalisé.
L’ensemble de ces prestations seront à la charge de l’entrepreneur.

4.7 - Déblais en tranchée

Les tranchées ne pourront être ouvertes qu'au moment de la pose des conduites lorsque
tous les approvisionnements seront à pied d'œuvre.
Préalablement à l'ouverture des tranchées, l'entrepreneur devra reconnaître les points de
sujétions et vérifier au moyen de sondages, les emplacements des canalisations
existantes. Il sera tenu d'aviser le maître d’oeuvre au cas où ces reconnaissances
révéleraient des difficultés pour le passage des canalisations du projet.
L'exécution des fouilles sera menée conformément aux prescriptions de l'article 5-3 du
fascicule 70 du CCTG et de l'article 47 du fascicule 71 du CCTG.
Les déblais seront : pour une partie, mis en cordon et réutilisés en remblai des tranchées
après accord du maître d'œuvre
Avant la pose des tuyaux, le fond de fouille sera vérifié par le maître d'œuvre.
Les longueurs maximales de tranchées pouvant rester ouvertes avant la pose des tuyaux
sont en principe fixées à :
* 10 m pour les tranchées nécessitant des épuisements
* 20 m pour les tranchées sous chaussées
* 100 m pour les tranchées sous terrain naturel
Le maître d'œuvre aura la possibilité de modifier celles-ci en fonction des caractéristiques du
terrain rencontré et des difficultés d'exécution.
Un pré-découpage mécanique des bords de la tranchée sur une profondeur minimale de
0.30 m est réalisée.
Le matériel utilisé pour cette phase de chantier est présenté au maître d’œuvre.
Le balisage de la tranchée est effectué à l’avancement.
Les parois de la tranchée devront être aussi verticales que possible.
Les déblais excédentaires seront évacués en décharge conformément au SOSED.

- SAEM –
Page 39 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

4.8 - Réglage et compactage du fond de tranchée

Le fond de tranchée est réalisé de manière à permettre un compactage homogène sur toute
la surface.
Le niveau du fond de fouille doit respecter la cote projet avec une tolérance de +- 0.03 m, et
+- 0.05 m en plan.
Au droit de chaque joint, le fond de fouille est approfondi pour permettre au tuyau de reposer
sur toute sa longueur et non sur sa collerette.
L’objectif de densification à atteindre est q4, il s’applique aux parties supérieures de remblai
subissant des sollicitations dues à l’action du trafic.
L’entreprise présentera dans son mémoire technique les moyens, le mode opératoire et le
contrôle interne qu’elle compte mettre en œuvre pour atteindre et respecter l’objectif de
densification q3.
Le contrôle interne est réalisé couche par couche, le contrôle extérieur est réalisé lorsque la
tranchée est entièrement remblayée et ce, avant réfection de la chaussée. Ce contrôle est
effectué à l’aide d’un PDG 1000.
En cas d’insuffisance de compactage, une reprise du compactage est effectuée si la dernière
couche est en cause.
Si l’insuffisance de compactage est constatée sur les couches inférieures, la réouverture de
la tranchée sera réalisée.
L’ensemble de ces prestations seront à la charge de l’entrepreneur.
L’entrepreneur doit assurer, en permanence, la protection de ses ouvrages contre les eaux
de toute nature et de toute origine. Il assure également l’évacuation des eaux de toute
origine, depuis ses ouvrages jusqu’aux exutoires où elles peuvent être reçues. Les moyens
d’exécution doivent être adaptés pour éviter une humidification excessive des déblais et de
l’arase de terrassement afin d’éviter la non-réutilisation des matériaux de déblais ou une
perte de portance de l’arase.

4.9 - Lit de pose et enrobage

Le fond de fouille nivelé et dressé est purgé des pierres avant mise en œuvre du lit de pose.
Les matériaux utilisés appartiennent à la catégorie c de l’article 7 de la norme XP P 18-545.
Le coefficient de friabilité est de 0.5 mm et le % d’éléments inférieurs à 0.08 mm est au
maximum de 10.
L’équivalent de sable est supérieur ou égale à 40.
La valeur au bleu VSB est inférieure à 0.1.
Les matériaux constituant l’enrobage doivent permettre d’atteindre l’objectif de densification
q3.

4.10 - Remblai

Le matériau de remblai est conforme à l’article 6.2 de la norme NF P 98-331 et doivent


répondre à l’objectif de densification q3.

4.11 - Réutilisation des matériaux extraits

Dans le cas de non réutilisation des déblais provenant du sol en place, l’entreprise proposera
un matériau de substitution dans un délai inférieur à deux jours avant remblayage.

4.12 - Matériaux d’apport

Le matériau de substitution sera soumis à l’approbation de la maîtrise d’œuvre.

- SAEM –
Page 40 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

4.13 - Blindage

Les fouilles des tranchées d’une profondeur supérieure à 1.30 m ne seront exécutées
qu’avec des parois verticales blindées de manière à éviter les affaissements de terre et à
assurer la protection du personnel travaillant en fond de fouille.
Toutes les précautions devront être prises lors de l'enlèvement des blindages
(simultanément, enlèvement des blindages et remblayage soigneusement compacté).

4.14 - Dispositif avertisseur

Grillage rouge avertisseur en polyéthylène, largeur 0 m 50, posé à 0.30 m au dessus des
fourreaux.

4.15 - Sciage et fraisage des enrobés

La couche de roulement en enrobé sera sciée dans les zones indiquées par la maître
d’œuvre, quelle que soit son épaisseur.
L’emploi d’outils pneumatiques est interdit.
Le sciage interviendra avant la démolition des enrobés.
Les surfaces fraisées seront balayées et le fraisa sera évacué en dépôt définitif ou vers un
centre de retraitement conformément au SOSED.

4.16 - Couche d’accrochage

Une couche d’accrochage sera réalisée avant la mise en oeuvre des enrobés.

L’atelier est composé :

- d’une répandeuse de liant.


- d’une balayeuse aspiratrice si nécessaire.

La température ambiante superficielle de la chaussée doit être au minimum de 5° ;


La température du liant devra être comprise entre les valeurs suivantes au stockage et à la
mise en oeuvre :

- catégorie 65M : 50 à 70°C

La température minimale de mise en oeuvre sera celle nécessaire pour ramener


l’équiviscosité du liant à une valeur inférieure à 11 E.
Le recours à un dopage d’interface est recommandé aux alentours des températures
critiques mentionnées ci-dessus.

4.17 - Mise en œuvre des enrobés

4.17.1 - Situation

Les bétons bitumineux mis en œuvre :

- l’enrobé sera de type BBSG 0/10 classe 3 mis en œuvre sur 0.06 m d’épaisseur
après compactage sur l’ensemble des voies et en réfection de tranchée
d’assainissement.

- SAEM –
Page 41 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

- la grave bitume sera de type GB0/14 mis en œuvre sur 0.08 m d’épaisseur après
compactage sur l’ensemble des voies et en réfection de tranchée
d’assainissement.
- l’enrobé pour les trottoirs sera noir et de type BB 0/6,3 P mis en œuvre sur
0.03 m d’épaisseur après compactage.

4.17.2 - Mise en œuvre

Le chantier se déroulera sous circulation avec mise en œuvre mécanique par voie de
circulation.

4.17.3 - Guidage et réglage altimétrique du finisseur

Le guidage et réglage altimétrique du finisseur sont explicités dans le PAQ suivant l’article
4.14.3.8.5 de la norme NF P 98-150.

4.17.4 - Conditions climatiques de mise en œuvre

La mise en œuvre est interrompue en cas de :


- support mouillé ou de pluie.
- pour + de 0.04 m d’épaisseur si la température est inférieure à 5°C
- pour – de 0.04 m d’épaisseur si la température est inférieure à 10°C
- dans tous les cas si la vitesse du vent est supérieure à 30Km/h.

4.17.5 - Joints longitudinaux

La réalisation des joints longitudinaux est explicitée dans le PAQ en conformité avec l’article
4.14.3.3 de la norme NF P 98-150.

4.17.6 - Joints transversaux

La réalisation des joints transversaux est explicitée dans le PAQ en conformité avec l’article
4.14.3.5 de la norme NF P 98-150.

4.17.7 - Raccordements aux voiries existantes

Le raccordement aux voiries existantes est réalisé par engravures biaises par rapport à l’axe
longitudinal de la chaussée.
Le raccordement aux voiries latérales est réalisé par engravure.

4.17.8 - Compactage

L’atelier de compactage est décrit dans le PAQ.

4.17.9 - Contrôle de conformité

Le contrôle de conformité des mélanges fabriqués est réalisé en permanence par un


système d’acquisition de données.
Des prélèvements seront effectués suivant l’article 4.16.5.2 de la norme NF P 98-150.
Les résultats sont comparés au tableau des seuils d’alerte.

Passant à 6 mm +- 3% de la valeur absolue


Passant à 2 mm +- 2% de la valeur absolue
Passant à 0.063 mm +- 0.8% de la valeur absolue
Teneur en liant +- 5% de la valeur relative
- SAEM –
Page 42 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

4.17.10 - Contrôle de mise en œuvre

4.17.10.1 Contrôle du % de vides hors BBTM


Les mesures réalisées sont au nombre de 10 par intervention.
Les résultats des mesures doivent vérifier l’intervalle des % de vides indiqué dans la norme
Produit pour les GB et les BBSG.
Le maître d’œuvre peut faire réaliser des carottages dans le but de vérifier la masse
volumique apparente, l’épaisseur mise en œuvre, le collage au support ou entre les
différentes couches.
4.17.10.2 Contrôle de l’épaisseur
Le contrôle de l’épaisseur est effectué chaque journée de mise en œuvre, par comparaison
de la surface revêtue avec la quantité de matériaux mis en œuvre.
La quantité moyenne de matériaux mis en œuvre par unité de surface ne doit pas différer de
plus de 5% de la quantité prescrite.
4.17.10.3 Contrôle du nivellement
Le contrôle du nivellement est réalisé visuellement, si nécessaire en faisant appel à un
nivellement du profil en long après mise en œuvre.
4.17.10.4 Contrôle du profil en travers
Le contrôle du profil en travers est réalisé à l’aide d’une règle de 3.00 m.

L’entrepreneur est tenu dans le cadre de son contrôle intérieur de s’assurer de la conformité
du compactage.

Les résultats du contrôle intérieur sont systématiquement fournis au maître d’œuvre


immédiatement après le contrôle.

4.18 - Béton

4.18.1 - Etudes et contrôles du béton

Dans le cas où l'entrepreneur n'aurait pas de références à fournir sur les caractéristiques
mécaniques de béton proposé, les épreuves d'études et de convenances seront réalisées
suffisamment tôt pour connaître les résultats vingt huit (28) jours avant le début des travaux.

4.18.2 - Traitement de surface

Le béton devra présenter les caractéristiques définies à l'article 8-1 de la section II du


fascicule 28 du CCTG.

4.18.3 - Sciage

Si les joints sont réalisés par sciage, celui-ci sera effectué moins de 24 Heures après le
bétonnage et sera exécuté sur une profondeur située entre le 1/5 et ¼ de l'épaisseur de la
dalle. L'entrepreneur soumettra à l'agrément du Maître d'œuvre un plan de réalisation des
joints.

4.18.4 - Etanchéité :

L'étanchéité des joints se fera d'abord par un nettoyage par aspiration des poussières, avant
le garnissage des joints, lesquels seront soumis préalablement à l'approbation du maître
d'œuvre.

- SAEM –
Page 43 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

4.19 - Bordures, bordurettes

4.19.1 - Bordures

Les bordures béton seront de type T2, P1, ID2 conformes à la norme NF A + R (norme NFP
98-302, résistance renforcée au gel et aux sels de déverglaçage).

4.19.2 - Fondations

Les fondations des bordures et caniveaux projetés seront en béton de ciment BCS 250.
En cas de fouilles trop profondes, l'entrepreneur compensera la différence de cote par
une augmentation de l'épaisseur de la fondation.

4.19.3 - Joints

Les bordures seront posées sans joint hormis les parties courbes .

4.19.4 - Réglage – pose en courbe

Les bordures et caniveaux seront posés suivant les cotes, alignements et déclivité fixés
au présent projet, selon les plans joints au présent dossier.

La tolérance admise en plan et profils est de 0,002 m. Il est précisé que les courbes de
rayon inférieur à 12,00 m seront construites en éléments de 0,33 m et celles de rayon
compris entre 12,00 et 40,00 en éléments de 0,50 m

Pour les petits rayons, les pièces spéciales adéquates devront être impérativement
employées afin de réaliser une finition soignée.

Au droit des passages piétons, les bordures hautes seront surbaissées.

Les raccords préfabriqués entre bordures devront impérativement être employés.

4.20 - Mise à niveau de tampons et bouche à clef

Les regards et ouvrages existants définis sur plan seront mis au niveau définitif de la
chaussée ou du trottoir.
Le rehaussement ou l’abaissement sera réalisé soit par calage de la couronne au moyen
d’un cadre, toute sa surface reposant sur un mortier M 450, par mise en place d’un
coffrage si nécessaire.
Avant la mise en œuvre du mortier, le repiquage du béton sera réalisé jusqu’aux aciers
existants, la mise en œuvre d’aciers neufs si nécessaire, la mise en œuvre de béton
BCS 350 et le calage et scellement du cadre.
Les bouches à clef seront vérifiées par le fermier du réseau et remise en état par celui-ci si
nécessaire.
Leur mise à niveau sera réalisée par l’entreprise titulaire du marché.

4.21 - Massif de fondation

Le mobilier urbain devra être scellé dans des massifs en béton dont le dosage et les
dimensions seront définies suivants les indications du fournisseur.

- SAEM –
Page 44 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

4.22 - Nettoyage avant application de la signalisation horizontale

En cas de nécessité, avant l’application de la signalisation horizontale, il sera effectué un


nettoyage des zones à marquer à l’aide d’une balayeuse aspiratrice, ou manuel.

4.23 - Pré-marquage

Un pré-marquage manuel ou mécanique avant l’application de la signalisation horizontale


sera réalisé sous circulation.

4.24 - Marquage de passage protégé

Le marquage sera réalisé par bande blanche continue de 0.50 de large en résine
thermoplastique.
Des dents de requin seront placées de part et d’autre du passage protégé.
Avant toute mise en œuvre, le support devra être propre et sec.

4.25 - Marquage de bande STOP

Le marquage sera réalisé par bande blanche continue de 0.50 de large en résine
thermoplastique.
Avant toute mise en œuvre, le support devra être propre et sec.

4.26 - Marquage de dents de requin

Le marquage sera réalisé par triangles blancs ayant une base de 0.70 et une hauteur
variable suivant la largeur des rampants (1.00, 1.20, 1.40) de large en résine
thermoplastique.
Avant toute mise en œuvre, le support devra être propre et sec.

4.27 - Marquage axial de chaussée

Le marquage sera réalisé par bande blanche continue de 0.10 de large en résine
thermoplastique.
Avant toute mise en œuvre, le support devra être propre et sec.

4.28 - Marquage de voie d’insertion

Le marquage sera réalisé par bande blanche continue de 0.10 de large en résine
thermoplastique.
Avant toute mise en œuvre, le support devra être propre et sec.

4.29 - Caniveaux assainissement E.P.à grilles

Les Caniveaux préfabriqués seront avec ou sans pente, équipés d’un système de
récupération des eaux de ruissellement à grille série lourde.
La pose est effectuée sur chaussée suivant les prescriptions du fabricant.
Les grilles seront en fonte.
Le béton polyester est un conglomérat d’agrégats de quartz (grain de 0 à 8 mm) liés par de
la résine de polyester, dont les caractéristiques sont :

- résistance à la compression : 90 N/mm² (selon DIN 1164)


- résistance à la flexion : 25 N/mm² (selon DIN 1164)
- SAEM –
Page 45 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

- rugosité de la paroi : ca 25 µm
- absorption : ca 0,1 mm (selon DIN 4281)
- dilatation thermique : 0,017 mm/m/°C (selon DIN 51290)

- résistance chimique : le béton polyester est résistant aux acides minéraux, aux
sels d’épandage, aux huiles minérales, mazout, essence et la plupart des acides et
des bases

Caniveau préfabriqué en béton polyester; longueur 100,0 ou 50,0 cm; largeur intérieure 10,0
cm, largeur extérieure 13,0 cm; hauteur à encastrer 15,0 à 25,0 cm, avec ou sans pente
incorporée de 0,5%

Le fond du caniveau en en forme de V.

Les extrémités du caniveau sont munis de manchons mâle et femelle périphériques, et d’un
évidement pour exécution étanche.

Lors d’exécution étanche, il faut colmater les évidements avec un masse de jointoyage
polysulfide.

Les bords supérieurs du caniveau sont munis d’une feuillure intégrée en acier galvanisé à
chaud, épaisseur de la feuillure 4,0 mm; avec évidement pour le système de verrouillage à
clips.

Le caniveau répond à la norme européenne EN 1433

Grille passerelle, à double fente, fonte largeur des fentes 12 mm; surface d’absorption 371
cm²/m; longueur 50,0 cm.

La grille est munie de 4 ergots en matière synthétique par mètre, pour le système de
verrouillage à clips.

La grille répond à la classe de résistance E 600 kN selon la norme européenne EN 1433.

4.30 - Terre végétale d’apport

La terre végétale devra contenir plus de 3% d’humus, elle devra être sableuse, exempte de
pierres, gravois et déchets organiques.

- SAEM –
Page 46 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

CHAPITRE 5 - ASSAINISSEMENT

5.1 - Déblais en tranchées

Les tranchées ne pourront être ouvertes qu'au moment de la pose des conduites lorsque
tous les approvisionnements seront à pied d'œuvre.
Préalablement à l'ouverture des tranchées, l'entrepreneur devra reconnaître les points de
sujétions et vérifier au moyen de sondages, les emplacements des canalisations
existantes. Il sera tenu d'aviser le maître d’oeuvre au cas où ces reconnaissances
révéleraient des difficultés pour le passage des canalisations du projet.
L'exécution des fouilles sera menée conformément aux prescriptions de l'article 5-3 du
fascicule 70 du CCTG et de l'article 47 du fascicule 71 du CCTG.
Les déblais seront : pour une partie, mis en cordon et réutilisés en remblai des tranchées
après accord du Maître d'œuvre
Avant la pose des tuyaux, le fond de fouille sera vérifié par le maître d'œuvre.
Les longueurs maximales de tranchées pouvant rester ouvertes avant la pose des tuyaux
sont en principe fixées à :
* 10 m pour les tranchées nécessitant des épuisements
* 20 m pour les tranchées sous chaussées
* 100 m pour les tranchées sous terrain naturel
Le Maître d'œuvre aura la possibilité de modifier celles-ci en fonction des caractéristiques du
terrain rencontré et des difficultés d'exécution.
Un pré-découpage mécanique des bords de la tranchée sur une profondeur minimale de
0.30 m est réalisée.
Le matériel utilisé pour cette phase de chantier est présenté au maître d’œuvre.
Le balisage de la tranchée est effectué à l’avancement.
Les parois de la tranchée devront être aussi verticales que possible.
Les déblais excédentaires seront évacués en décharge conformément au SOSED.

5.2 - Réglage et compactage du fond de tranchée

Le fond de tranchée est réalisé de manière à permettre un compactage homogène sur toute
la surface.
Le niveau du fond de fouille doit respecter la cote projet avec une tolérance de +- 0.03 m, et
+- 0.05 m en plan.
Au droit de chaque joint, le fond de fouille est approfondi pour permettre au tuyau de reposer
sur toute sa longueur et non sur sa collerette.
L’objectif de densification à atteindre est q4, il s’applique aux parties supérieures de remblai
subissant des sollicitations dues à l’action du trafic.
L’entreprise présentera dans son mémoire technique les moyens, le mode opératoire et le
contrôle interne qu’elle compte mettre en œuvre pour atteindre et respecter l’objectif de
densification q4.
Le contrôle interne est réalisé couche par couches, le contrôle extérieur est réalisé lorsque la
tranchée est entièrement remblayée et ce, avant réfection de la chaussée. Ce contrôle est
effectué à l’aide d’un PDG 1000.
En cas d’insuffisance de compactage, une reprise du compactage est effectuée si la dernière
couche est en cause.
Si l’insuffisance de compactage est constatée sur les couches inférieures, la réouverture de
la tranchée sera réalisée.
L’ensemble de ces prestations seront à la charge de l’entrepreneur.
L’entrepreneur doit assurer, en permanence, la protection de ses ouvrages contre les eaux
de toute nature et de toute origine. Il assure également l’évacuation des eaux de toute
origine, depuis ses ouvrages jusqu’aux exutoires où elles peuvent être reçues. Les moyens
- SAEM –
Page 47 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

d’exécution doivent être adaptés pour éviter une humidification excessive des déblais et de
l’arase de terrassement afin d’éviter la non-réutilisation des matériaux de déblais ou une
perte de portance de l’arase.

5.3 - Lit de pose et enrobage

Le fond de fouille nivelé et dressé est purgé des pierres avant mise en œuvre du lit de pose.
Les matériaux utilisés appartiennent à la catégorie c de l’article 7 de la norme XP P 18-545.
Le coefficient de friabilité est de 0.5 mm et le % d’éléments inférieurs à 0.08 mm est au
maximum de 10.
L’équivalent de sable est supérieur ou égale à 40.
La valeur au bleu VSB est inférieure à 0.1.
Les matériaux constituant l’enrobage doivent permettre d’atteindre l’objectif de densification
q3.

5.4 - Remblai

Le matériau de remblai est conforme à l’article 6.2 de la norme NF P 98-331 et doivent


répondre aux objectifs de densification q4 - q3- q2.

5.5 - Pose de tuyaux dans l'eau

L’entrepreneur doit assurer, en permanence, la protection de ses ouvrages contre les eaux
de toute nature et de toute origine. Il assure également l’évacuation des eaux de toute
origine, depuis ses ouvrages jusqu’aux exutoires où elles peuvent être reçues. Les moyens
d’exécution doivent être adaptés pour éviter une humidification excessive des déblais et de
l’arase de terrassement afin d’éviter la non-réutilisation des matériaux de déblais ou une
perte de portance de l’arase.

5.6 - Etaiements et blindage

La responsabilité de l'entrepreneur en matière de protection contre les éboulements est


affirmée par la réglementation en vigueur (code du travail et décret du 8 Janvier 1965)
dès que la profondeur des tranchées dépasse 1 m 30.
Les étaiements et blindages seront conformes à l'article 5-3-1 du fascicule 70 du CCTG.
Les fouilles des tranchées d’une profondeur supérieure à 1.30 m ne seront exécutées
qu’avec des parois verticales blindées de manière à éviter les affaissements de terre et à
assurer la protection du personnel travaillant en fond de fouille.
Toutes les précautions devront être prises lors de l'enlèvement des blindages
( simultanément, enlèvement des blindages et remblayage soigneusement compacté).

5.7 - Pose des tuyaux – façon et pose des joints

Les tuyaux d'assainissement seront posés conformément aux prescriptions de l'article 5-


4 du fascicule 70 du CCTG.
Avant remblaiement, la pose des tuyaux sera vérifiée par le Maître d'œuvre. Les joints
seront posés conformément aux prescriptions de l'article 43 du fascicule 70 du CCTG.

5.8 - Raccordement des canalisations

Le raccordement des canalisations aux regards devra être exécuté au moyen d'un joint
souple identique à ceux utilisés pour le raccordement des canalisations entre elles.

- SAEM –
Page 48 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

5.9 - Remblai

Le matériau de remblai est conforme à l’article 6.2 de la norme NF P 98-331 et doivent


répondre à l’objectif de densification q3.

5.10 - Réutilisation des matériaux extraits

Dans le cas de non réutilisation des déblais provenant du sol en place, l’entreprise proposera
un matériau de substitution dans un délai inférieur à deux jours avant remblayage.

5.11 - Matériaux d’apport

Le matériau de substitution sera soumis à l’approbation de la maîtrise d’œuvre.

5.12 - Regards de Visite

Ils seront de type préfabriqué dans une usine agréée par l'Administration. Ils seront
conformes aux prescriptions de l'article 23 du fascicule 70 du CCTG, avec les
caractéristiques suivantes :
- section intérieure circulaire de 1 mètre de diamètre
- épaisseur minimale : 0 m 08
- embase avec plages et piédroits enduits sur 0 m 02
- cheminée avec échelons de descente
- hotte avec crosse amovible
Les regards seront posés sur un béton de propreté avec une tolérance de pose de 0.05 m
en plan et 0.01 m en altimétrie.

5.13 - Système de fermeture

Les grilles et les dispositifs de fermeture des regards de visite et des bouches avaloirs sont
en fonte ductile, les tampons de fermeture sont pleins et reposent sur des cadres de même
nature.
Les dispositifs de fermeture des regards de visite sont de classe D400 et sont équipés :
- D’un joint élastomère sur le cadre
- D’un système qui empêche d’enlever le tampon du cadre et qui permet de
verrouiller le tampon en position d’ouverture de façon à empêcher sa fermeture
accidentelle.
- D’un système qui permet au tampon de s’entrouvrir en cas de mise en charge du
réseau sans qu’il puisse être éjecté et de se refermer automatiquement après
évacuation des effluents excédentaires.

5.14 - canalisations

- PVC classe CR8 Ø 100 et 300 mm.

L'ensemble conforme à la norme NFP 16-352 ou Equivalente

5.15 - Essais

Les essais d’ étanchéité et inspection caméra seront réalisés et à la charge de l’entrepreneur


avant le remblaiement des tranchées. L’entrepreneur s’engage à s’y soumettre.

- SAEM –
Page 49 sur 50
AMENAGEMENT DE LA PLACE VAUQUELIN ET DE SES ABORDS DCE – NOVEMBRE 2010 – CCTP VRD

5.16 - Plan de récolement

L’entrepreneur reporte sur un fond de plan les ouvrages réalisés.


Le plan sera de format DWG à l’échelle du 1/200 e.

- SAEM –
Page 50 sur 50