Vous êtes sur la page 1sur 115

HUGUES BOIVIN

LA VENTILATION NATURELLE
Développement d’un outil d’évaluation du potentiel de la
climatisation passive et d’aide à la conception architecturale

Mémoire présenté
à la Faculté des études supérieures de l'Université Laval
dans le cadre du programme de maîtrise en Sciences de l’architecture
pour l’obtention du grade de maître ès sciences (M.Sc.)

FACULTÉ D’AMÉNAGEMENT, ARCHITECTURE ET ARTS VISUELS


UNIVERSITÉ LAVAL
QUÉBEC

2007

© Hugues Boivin, 2007


Résumé

La ventilation naturelle est une stratégie passive, sans moyen mécanique, de maintenir un
environnement intérieur confortable. La présente recherche a pour but de développer une
méthode permettant aux concepteurs de vérifier en phase de préconcept, de façon
sommaire, l’influence des principaux choix architecturaux sur la capacité à refroidir un
bâtiment par la ventilation naturelle.

Un outil informatique développé dans le cadre de cette recherche, HUVENT, permet de


supporter les concepteurs de bâtiments ventilés naturellement par rapport à l’orientation du
bâtiment, la disposition et le dimensionnement des ouvrants. Une étude de validation de
l’outil a été effectuée et fait partie du présent mémoire de recherche.

Dans le contexte où le compte à rebours sur le réchauffement du climat est bien enclenché
et que les opportunités de refroidissement passif seront de plus en plus limitées, cette
recherche présente le climat québécois et évalue la période annuelle favorable à la
ventilation naturelle.
ii

Abstract

Natural ventilation is a passive strategy, i.e. without mechanical means, that can maintain a
comfortable interior environment. The aim of the current research is to develop a method
allowing designers to understand, at the preconceptual stage and in a cursory fashion, the
influence of key architectural features on the capacity to cool down a building by natural
ventilation.

A computer based tool developed in the framework of this research, HUVENT, helps
designers of naturally ventilated buildings to evaluate the effect of building orientation,
opening localization and sizing. A validation study of the tool has been completed and is
part of this master’s thesis.

With the countdown on global warming well underway and keeping in mind that
opportunities for natural ventilation will be increasingly restricted, this research presents
the favourable period for passive cooling in Quebec climate.
iii

Avant-propos

Je voudrais en premier lieu remercier mon directeur, Monsieur André Potvin, pour la
confiance et le temps qu’il a su m’accorder ainsi que pour toute la motivation et la passion
qu’il a su me transmettre.

Je tiens à remercier sincèrement mon père Michel pour toute son aide offerte
généreusement et ses nombreux conseils en programmation.

Je voudrais également remercier la direction de l’École d’architecture et tout spécialement


Madame Carole Després, directrice des études graduées, d’avoir accepté cette recherche qui
m’a permis de diversifier mon champ d’exercice professionnel. Je salue et remercie mes
collègues du Groupe de recherche en ambiances physiques (GRAP) qui furent d’une
compagnie agréable et d’un soutien moral fort apprécié. Enfin, je remercie mes proches
pour leur support constant.
iv

Table des matières

1 Introduction.....................................................................................................................1
1.1 La climatisation passive par la ventilation naturelle...............................................2
1.1.1 La ventilation hybride.....................................................................................3
1.2 Objectifs de la recherche.........................................................................................5
1.2.1 Objectif général...............................................................................................5
1.2.2 Objectifs spécifiques.......................................................................................5
1.3 Contexte de la recherche.........................................................................................6
1.3.1 Contexte climatique et la climatisation des bâtiments....................................6
1.3.2 Le confort thermique ......................................................................................9
1.3.3 Ré-humanisation du confort..........................................................................12
1.3.3.1 Adaptabilité environnementale en architecture ........................................12
1.3.3.2 Vers un standard de confort thermique durable........................................14
1.3.3.3 Le paradigme du syndrome de l’édifice hermétique ................................16
1.4 Problématique de la recherche..............................................................................17
1.4.1 La conception de bâtiments à haute qualité environnementale ....................17
1.4.1.1 La simulation informatique du comportement thermique des bâtiments .18
1.4.1.2 Outils pour l’analyse et la conception de la ventilation naturelle.............19
1.4.2 Hypothèse .....................................................................................................20
1.4.3 Présentation de la recherche .........................................................................20
2 Méthodologie de la recherche.......................................................................................21
2.1 Revue des modèles en ventilation naturelle..........................................................21
2.1.1 Modèles macroscopiques..............................................................................23
2.1.1.1 Modélisation à zone thermique unique.....................................................24
2.1.1.2 Modélisation de plusieurs zones thermiques ............................................24
2.1.2 Modèles microscopiques...............................................................................24
2.2 Le modèle analytique de HUVENT......................................................................25
2.2.1 Principe de modélisation...............................................................................25
2.2.2 Équation fondamentale .................................................................................26
2.2.3 Hypothèse du modèle analytique..................................................................27
2.2.3.1 État d’équilibre massique..........................................................................27
2.2.3.2 Conservation d’énergie .............................................................................27
2.2.3.3 Gains thermiques ......................................................................................29
2.2.3.4 Température intérieure..............................................................................30
2.2.4 Évaluation du niveau des pressions thermique et éolienne...........................30
2.2.4.1 Pression éolienne ......................................................................................31
a) Milieu bâti.....................................................................................................32
b) Obstructions environnantes...........................................................................33
c) Coefficient de pression des façades ..............................................................33
d) Coefficient de décharge des ouvertures ........................................................34
2.2.4.2 Pression thermique....................................................................................35
2.2.4.3 Ventilation par une seule façade...............................................................35
2.2.5 Dimensionnement des ouvrants ....................................................................36
v

2.2.5.1 Conditions climatiques .............................................................................37


a) Conditions favorables ...................................................................................37
2.2.5.2 Critère de confort thermique.....................................................................38
a) Analyse statistique des résultats de dimensionnement .................................41
2.2.5.3 Critère de qualité d’air intérieur................................................................41
3 Outil d’aide à la conception architecturale HUVENT..................................................43
3.1 Possibilités fonctionnelles de l’outil HUVENT....................................................44
3.2 Présentation de l’interface de modélisation ..........................................................44
3.2.1 Description de l’environnement du bâtiment................................................47
3.2.1.1 Données météorologiques.........................................................................47
3.2.1.2 Terrain et milieu bâti.................................................................................51
3.2.1.3 Paramètres physiques du bâtiment............................................................51
3.2.1.4 Description architecturale du bâtiment .....................................................52
a) Orientation du bâtiment ................................................................................53
b) Nombre d’étages ...........................................................................................53
c) Dimensions de l’espace ................................................................................53
d) Caractéristiques verticales des ouvertures ....................................................53
3.2.1.5 Positionnement et dimensionnement des ouvertures ................................54
a) Positionnement des ouvertures .....................................................................55
b) Dimensionnement des ouvertures.................................................................58
3.2.1.6 Journalisation des résultats .......................................................................58
3.3 Validation de l’outil HUVENT.............................................................................60
3.3.1 Objectif de l’étude de validation...................................................................60
3.3.2 Outil et méthode de validation......................................................................60
3.3.2.1 Méthode British Standards........................................................................61
a) Validation de la méthode British Standards .................................................62
3.3.2.2 Logiciel AIOLOS .....................................................................................62
a) Validation de AIOLOS .................................................................................63
3.3.3 Description de l’analyse comparative...........................................................64
3.3.3.1 Variable dépendante : le débit volumétrique échangé ..............................65
3.3.3.2 Variables fixes ..........................................................................................65
a) Période d’étude .............................................................................................65
b) Conditions météorologiques .........................................................................66
c) Propriétés thermiques de l’espace.................................................................66
d) Dimension de l’ espace .................................................................................66
e) Superficie des ouvertures..............................................................................66
f) Coefficient de décharge des ouvertures ........................................................67
g) Milieu environnant et hauteur du bâtiment...................................................67
h) Orientation du bâtiment ................................................................................67
3.3.3.3 Variables indépendantes ...........................................................................69
a) Ventilation transversale avec ou sans effet de cheminée..............................70
b) Ventilation par une seule façade...................................................................73
3.3.4 Discussion sur les résultats ...........................................................................77
4 Analyse du potentiel de la climatisation passive par la ventilation naturelle pour le
climat du Québec ..................................................................................................................79
4.1 Aperçu du climat québécois..................................................................................79
4.2 Analyse comparative.............................................................................................85
vi

4.3 Analyse des résultats.............................................................................................88


4.4 Discussion.............................................................................................................89
5 Conclusion ....................................................................................................................92
5.1 Contribution de la recherche au processus de conception en architecture ...........92
5.2 Possibilités de l’outil HUVENT ...........................................................................93
5.3 Limites de l’outil HUVENT .................................................................................93
5.3.1 Validité des résultats de HUVENT...............................................................94
5.3.1.1 La masse thermique et la ventilation nocturne .........................................95
5.3.1.2 Couplage d’un modèle thermique.............................................................95
5.4 Discussion et perspectives d’avenir......................................................................96
vii

Nomenclature

A superficie de l’ouvrant (m2)


Aψ superficie théorique nécessaire (m2)
AQAI superficie nécessaire pour assurer la qualité d’air intérieure (m2)
Aenvl superficie totale de l’enveloppe de l’espace (m2)
Avc superficie de l’écoulement au vena contracta (m2)
Cd coefficient de décharge de l’ouverture
Cp coefficient de pression éolienne de la façade
cp chaleur spécifique de l’air à pression constante (J/(kg·oC))
E puissance des gains thermiques totaux (kW)
Ei puissance thermique des occupants et de l’éclairage artificiel (kW)
Es flux énergétique solaire (kW)
g accélération gravitationnelle (m/s2)
h hauteur de l’espace (m)
hchem distance verticale entre les ouvertures (m)
houv dimension verticale des ouvertures (m)
k conduction globale de l’enveloppe du bâtiment (W/m2·oC)
L longueur de l’espace (m)
l largeur de l’espace (m)
nQAI taux de renouvellement d’air pour la qualité d’air intérieure (ch.air/h)
Pvent pression éolienne sur la façade (Pa)
Ptherm pression thermique de l’espace par effet de cheminée (Pa)
∆P différentiel de pression de l’ouverture (Pa)
q débit volumétrique (m3/s)
qQAI débit volumétrique requis pour la qualité d’air intérieur (m3/s)
Tint température sèche intérieure (oC)
Text température sèche extérieure (oC)
∆T différentiel de température sèche (oC)
U vitesse du vent au site du bâtiment (m/s)
Umet vitesse du vent enregistrée à la station météorologique (m/s)
V volume de l’espace (m3)
viii

z niveau du toit (m)


υ vitesse de l’écoulement d’air au vena contracta (m/s)
Φ azimut de la direction du vent (o)
Ω azimut de la normale de la façade principale (o)
Ψ indice de performance thermique
ρint masse volumique de l’air à l’intérieur du bâtiment (kg/m3)
ρext masse volumique de l’air à l’extérieur du bâtiment (kg/m3)
ix

Liste des tableaux

Tableau 1 - Modèles en ventilation naturelle........................................................................22


Tableau 2 - Variables indépendantes du modèle HUVENT.................................................31
Tableau 3 - Constantes des caractéristiques du terrain d’implantation du bâtiment ............33
Tableau 4 - Description et contenu des différentes feuilles de calculs de l'interface de
modélisation..................................................................................................................45
Tableau 5 - Différents scénarios de ventilation et modèle(s) de référence attitré(s) ............61
Tableau 6 - Variables et paramètres du scénario de base pour l’étude de validation ...........69
Tableau 7 - Résultats du scénario de base pour la ventilation transversale ..........................70
Tableau 8 - Pourcentage d’écart moyen entre les résultats de AIOLOS et de HUVENT pour
les scénarios de ventilation transversale combinée à un effet de cheminée où la
distance verticale entre les ouvertures est comprise entre 0 et 6,0 mètres....................72
Tableau 9 - Résultats du scénario de base pour la ventilation à une seule façade................74
Tableau 10 - Pourcentage d’écart moyen entre les résultats du modèle de référence et le
modèle HUVENT pour les scénarios de ventilation par une seule façade où la
dimension verticale de l’ouverture a été variée successivement de 0,1 à 2,0 m...........75
Tableau 11 - Pourcentage d’écart moyen entre les résultats du modèle de référence et le
modèle HUVENT pour les scénarios de ventilation par une seule façade où le
différentiel de température a été varié successivement de 2 à 9,1 oC ...........................76
Tableau 12 - Indice d'applicabilité de la ventilation naturelle pour différentes villes nord-
européennes et les villes de Québec et Montréal..........................................................87
Tableau 13 - Résultats des calculs de dimensionnement d’ouvertures pour les villes nord-
européennes, Montréal et Québec.................................................................................88
x

Liste des figures

Figure 1 - Interdisciplinarité de l’approche bioclimatique (Olgyay 1963).............................2


Figure 2 - Section d’un bâtiment ventilé naturellement (Short and Ford Associates tiré de
Bourgeois et al. 2004).....................................................................................................3
Figure 3 - Schéma des flux de ventilation d’un système hybride : CVCA mécanique +
ventilation naturelle (Bourgeois et al. 2004) ..................................................................3
Figure 4 - Projection de la température annuelle pour les années 2080 selon le modèle
canadien 2-A21 (Institut canadien d’études climatologiques 2004)...............................6
Figure 5 - Progression des impacts relatifs sur le réchauffement planétaire des
refroidisseurs centrifuges pendant la période 1985-2000, avec le HCFC de type R123
en tant que remplacement au CFC de type R11 (Calm 2002) ........................................7
Figure 6 - Pourcentage des bâtiments climatisés au moins en partie selon l'année de
construction (Ressources Naturelles Canada 2003)........................................................8
Figure 7 - Plage de confort thermique acceptable spécifiée par la norme ASHRAE-55
(ASHRAE 2004)...........................................................................................................11
Figure 8 - Changements de la température de confort en fonction de la température
extérieure et du mode d’opération du bâtiment (Humphreys 1978).............................13
Figure 9 - Plage de confort thermique acceptable spécifiée par la norme ASHRAE-55-2004
pour un bâtiment ventilé naturellement (ASHRAE 2004)............................................15
Figure 10 - Nombre moyen de symptômes par occupant reliés au SEH relevé lors d’une
étude en terrain pour des bâtiments avec et sans refroidissement mécanique (Burge
2004) .............................................................................................................................17
Figure 11 - Pattern de circulation des flux de ventilation pour les modèles à zone thermique
unique et les modèles à plusieurs zones thermiques (Orme 1999) ...............................23
Figure 12 - Modèle nodal de HUVENT; plan d’un espace à quatre ouvertures...................26
Figure 13 - Flux thermiques d'un espace (Allard 1998) .......................................................28
Figure 14 - Écoulement d’air autour un bâtiment (Baker 1994)...........................................32
Figure 15 - Modification de l’écoulement en présence d’une ouverture (Allard 1998) .......34
Figure 16 - Hauteur effective de l’effet de cheminée (par l’auteur 2007)............................35
Figure 17 - Coupe d'un espace ventilé par une seule façade (par l’auteur 2005) .................36
Figure 18 - Superficie totale des ouvrants (A) (Brown et al. 2004) .....................................37
Figure 19 - Schéma de la structure logique de la fonctionnalité de dimensionnement des
ouvertures du modèle HUVENT selon le critère de confort thermique .......................39
Figure 20 - Diagramme des équations du calcul de dimensionnement des ouvertures selon
un critère de confort thermique.....................................................................................40
Figure 21 - Métaphore en spirales (Zeisel 1984)..................................................................43
Figure 22 - Diagramme de la procédure d'utilisation de l'outil HUVENT ...........................46
Figure 23 - Interface de modélisation; description de l’environnement du bâtiment ...........47
Figure 24 - Interface de modélisation; données météorologiques ........................................48
Figure 25 - Interface de modélisation; sélection du fichier climatique ................................48
Figure 26 - Interface de modélisation; importation des données météo réussie...................49
Figure 27 - Interface de modélisation; données météorologiques extraites du fichier
climatique......................................................................................................................49
xi

Figure 28 - Interface de modélisation; sélection de la période de refroidissement et la


période favorable à la ventilation naturelle..................................................................50
Figure 29 - Interface de modélisation; définition de la période favorable réussie ...............51
Figure 30 - Interface de modélisation; description de l’environnement du bâtiment ...........51
Figure 31 - Interface de modélisation; paramètres physiques du bâtiment ..........................52
Figure 32 - Interface de modélisation; description architecturale du bâtiment ....................52
Figure 33 - Interface de modélisation; positionnement et dimensionnement des ouvertures
......................................................................................................................................55
Figure 34 - Interface de modélisation; orientation des ouvertures .......................................56
Figure 35 - Interface de modélisation; positionnement vertical des ouvertures ...................57
Figure 36 - Interface de modélisation; variation du positionnement vertical des ouvertures
......................................................................................................................................57
Figure 37 - Interface de modélisation; dimensionnement des ouvertures ............................58
Figure 38 - Interface de modélisation; journalisation...........................................................59
Figure 39 - Interface de modélisation; résultats....................................................................59
Figure 40 - Schéma de circulation d'air de la méthode BS pour ventilation transversale
générée par effet de cheminée et par la pression éolienne (Allard 1998).....................62
Figure 41 - Schéma de la structure logique des modèles AIOLOS et BS ............................64
Figure 42 - Comparaison des différents Cp obtenus par HUVENT et AIOLOS .................68
Figure 43 - Résultats de la variation de la distance verticale entre les ouvertures pour les
scénarios de ventilation transversale combinée à un effet de cheminée.......................72
Figure 44 - Résultats de la variation de la dimension verticale de l'ouverture pour les
scénarios de ventilation par une seule façade ...............................................................74
Figure 45 - Résultats de la variation du différentiel de température pour les scénarios de
ventilation par une seule façade....................................................................................76
Figure 46 - Distribution annuelle de la température extérieure de Montréal........................80
Figure 47 - Distribution annuelle de la température extérieure de Québec ..........................81
Figure 48 - Distribution annuelle de la température extérieure de Copenhague ..................81
Figure 49 - Analyse du nombre d’heures de refroidissement de Québec et Montréal en
comparaison avec différentes villes nord-européennes ................................................82
Figure 50 - Rose annuelle des vents de la ville de Québec (Marsh 2000)............................84
Figure 51 - Potentiel d’applicabilité de la ventilation naturelle pour différentes villes nord-
européennes et les villes de Québec et Montréal..........................................................86
Figure 52 - Représentation schématique d'un système CVAC à ventilo-convecteurs à quatre
tuyaux (Ressources Naturelles Canada 2006) ..............................................................91
1 Introduction

La question énergétique constitue l’une des principales préoccupations économiques


mondiales (AQME 2004). L’industrie du bâtiment représente à elle seule plus de 50% de la
consommation énergétique des pays occidentaux (Liétard 1996). Il apparaît important que
la science du bâtiment continue de mettre au point des solutions réelles et durables aux
défis qui nous sont posés en matière d’énergie et d’environnement. La conception d’un
« bâtiment responsable » se doit d’offrir un équilibre entre sa performance thermique
(enveloppe du bâtiment, dispositif de chauffage, de climatisation et d’éclairage) et la qualité
de l’environnement intérieur en terme de confort thermique et de santé des occupants. En
général, le respect de cet équilibre ou encore le déséquilibre entre ces deux critères de
conception traduit l’évolution sociale et les pratiques de construction courantes (Allard
1998).

La question centrale n’est pas quelle sera la nature des futures constructions,
mais quel système de valeurs, ou quelle « vision du monde » s’imposera et
quel sera son succès à engendrer la responsabilité environnementale au sein
des diverses cultures.
(Cole 2000)
2

1.1 La climatisation passive par la ventilation naturelle

L’approche bioclimatique en architecture, telle qu’avancée par Olgyay dans les années 60,
permet de profiter du potentiel des forces de la nature afin de créer de meilleurs conditions
de vie dans le bâtiment. Cette symbiose entre le bâtiment et son environnement immédiat
(figure 1) est possible si le concepteur sait maîtriser l’interaction des variables climatiques,
biologiques, technologiques et architecturales (Olgyay 1963).

Figure 1 - Interdisciplinarité de l’approche bioclimatique (Olgyay 1963)

La ventilation naturelle est utilisée en approche bioclimatique pour procurer l’air frais
nécessaire aux occupants pour leur santé et contrôler la température pour leur confort. Cette
stratégie s’avère efficace à contrôler les surchauffes des bâtiments si ceux-ci sont bien
conçus et si les conditions climatiques le permettent : une disposition stratégique des
ouvertures et une morphologie architecturale favorable à la circulation transversale et
verticale de l’air permettront de générer suffisamment de changements d’air pour évacuer
la surchauffe (figure 2).
3

Figure 2 - Section d’un bâtiment ventilé naturellement (Short and Ford Associates tiré de
Bourgeois et al. 2004)

1.1.1 La ventilation hybride

La ventilation hybride est un système qui combine à la fois les stratégies passives de la
ventilation naturelle et les moyens actifs de la ventilation mécanique pour maintenir un
environnement confortable (Heiselberg 2002).

Figure 3 - Schéma des flux de ventilation d’un système hybride : CVCA1 mécanique +
ventilation naturelle (Bourgeois et al. 2004)

1
CVCA; chauffage, ventilation et climatisation de l’air
4

Selon les conditions météorologiques disponibles, le système de ventilation du bâtiment


permute entre les modes passif et mécanique de manière à assurer constamment une
ventilation et un refroidissement des espaces adéquat tout en minimisant la consommation
énergétique. Ainsi, pour les périodes météorologiques favorables à la ventilation naturelle
(température clémente, force et direction du vent convenables), le système opère en mode
passif et pour les périodes plus sévères (température chaude et humide, peu de vent), le
système mécanique assure les besoins de refroidissement. La figure 3 illustre
schématiquement les deux flux de ventilation possibles : le système mécanique CVCA et
les ouvertures du bâtiment. La complexité des systèmes hybrides repose sur les moyens et
les stratégies à adopter pour contrôler efficacement les permutations des modes
d’utilisation. Les travaux de Bourgeois ont permis de mieux comprendre l’influence et
l’interaction des utilisateurs dans l’opération de tels systèmes (Bourgeois 2005).

La présente recherche s’intéresse particulièrement à l’étude des phénomènes physiques de


la libre circulation des flux d’air de ventilation. Ainsi, la ventilation naturelle sera l’objet
principal de ce mémoire, mais toutefois, les principes présentés et l’outil développé dans
cette recherche demeurent valides pour la conception de bâtiments dotés de systèmes
hybrides.
5

1.2 Objectifs de la recherche

1.2.1 Objectif général

L’objectif général est de développer une méthode permettant d’évaluer sommairement


l’influence des choix architecturaux sur leur capacité à refroidir un bâtiment par la
ventilation naturelle.

1.2.2 Objectifs spécifiques

• Développer un modèle de ventilation simplifié qui répond aux besoins des


concepteurs de bâtiments;

• Développer un outil qui permet de supporter les architectes dans le


dimensionnement et le positionnement des ouvertures afin de maintenir le confort
thermique du bâtiment en période de surchauffe; et

• Offrir un rapprochement des disciplines et favoriser le transfert de connaissances de


la science physique des échanges thermiques et aérodynamiques au domaine de
l’architecture.
6

1.3 Contexte de la recherche

1.3.1 Contexte climatique et la climatisation des bâtiments

Le projet de recherche s’inscrit dans le contexte très présent des changements actuels du
climat planétaire. Le réchauffement de la planète indique des augmentations de
températures causées par une présence plus grande de gaz à effet de serre dans
l’atmosphère qui empêche l’évacuation de la chaleur de la terre vers l’espace (Enright
2001).

Figure 4 - Projection de la température annuelle pour les années 2080 selon le modèle
canadien 2-A21 (Institut canadien d’études climatologiques 2004)

La figure 4 présente les résultats du modèle de prévision canadien qui indique une tendance
générale au réchauffement de +4 à +6oC partout sur le sud du Québec d’ici 2080
(Ressources Naturelles Canada 2004). Cette perturbation climatique entraîne une
redistribution mensuelle de la consommation énergétique des mois d’hiver vers les mois
d’été ainsi qu’une modification de la pointe de chaque mois (Guimont 2002). Pour la ville
7

de Québec, l’effet du réchauffement pourrait induire une augmentation de la consommation


d’électricité en climatisation de l’ordre de 141% et une réduction de la consommation
d’électricité en chauffage de 20% d’ici 2015 (Bergeron 1997).

La généralisation de la climatisation n’est pas sans conséquences environnementales. Les


systèmes de climatisation contribuent significativement au changements climatiques par
leurs émissions de frigorigènes (CFC, HCFC) dans l’atmosphère qui détruisent l’ozone
stratosphérique et par les émissions de gaz à effet de serre associées à l’utilisation de
l’énergie nécessaire à l’opération des refroidisseurs (Garimella 2003).

La climatisation, à titre de mesure d’adaptation ou d’augmentation des


niveaux de confort, ne constitue pas une mesure durable, compte tenu de
l’état actuel des sources d’énergie. À moins de modifier les sources
d’énergie, la climatisation ne sert qu’à empirer les problèmes de pollution
atmosphérique et de changement climatique.
(Enright 2001)

100 associé aux émissions de réfrigérants


impact relatif sur le réchauffement planétaire (%)

90
80
associé à la consommation énergétique
70
60
50
40
30
20
10
0
1985 1990 1990 1992 1992 1995 1995 2000 2000
R-11 R-11 R123 R-11 R123 R123 R123b R123 R123b

Figure 5 - Progression des impacts relatifs sur le réchauffement planétaire des


refroidisseurs centrifuges pendant la période 1985-2000, avec le HCFC de type R123 en
tant que remplacement au CFC de type R11 (Calm 2002)
8

Les refroidisseurs ont connu des progrès technologiques remarquables au cours des
dernières années et les systèmes de climatisation modernes permettent de rencontrer de
hautes performances énergétiques. Le potentiel du réchauffement du climat associé aux
refroidisseurs récents a diminué de 48% par rapport à celui d’il y a 20 ans (figure 5) et ce,
notamment en raison des nouveaux réfrigérants moins polluants, d’un meilleur contrôle des
fuites et une grande amélioration de la performance mécanique des compresseurs (Calm
2002).

Paradoxalement, malgré ces progrès technologiques et les campagnes de sensibilisation sur


la rationalisation des ressources énergétiques, la consommation énergétique liée à la
climatisation au Canada est en croissance. La consommation d’énergie associée à la
climatisation des bâtiments commerciaux et institutionnels au pays a augmenté de 48% de
1990 à 2001 (37 à 55 PJ) et les émissions de gaz à effet de serre associées de 62% (2,1 à
3,4 Mt) (Ressources Naturelles Canada 2003). Ces augmentations importantes s’expliquent
entre autres par une mécanisation croissante des bâtiments en réponse à des nouveaux
standards de vie des occupants, mais aussi en raison du réchauffement du climat qui
implique une plus grande contrainte de climatisation.

Figure 6 - Pourcentage des bâtiments climatisés au moins en partie selon l'année de


construction (Ressources Naturelles Canada 2003)
9

Le 21e siècle, plutôt que d’être marqué par la consommation illimitée des
ressources, devra refléter les exigences de la viabilité écologique.
(Cole 2000)

Un compte à rebours alarmant est enclenché et il faut agir rapidement avant que le
réchauffement climatique ne vienne limiter les possibilités de refroidissement passif par la
ventilation naturelle.

1.3.2 Le confort thermique

Suite à la crise énergétique, au nom de l’efficacité énergétique en période de chauffe, le


rapport volume/enveloppe a été optimisé, entraînant une densification du construit et
réduisant ainsi les possibilités de profiter passivement, i.e. sans moyen mécanique de
l’environnement immédiat, et de favoriser une interaction avec l’utilisateur. Ce changement
architectural a provoqué une mécanisation grandissante du contrôle des environnements
intérieurs thermiques et lumineux et a ainsi augmenté la dépendance des bâtiments envers
les systèmes mécaniques CVAC (Potvin et Demers 2002). De nos jours, au Canada, plus de
quatre nouveaux bâtiments commerciaux et institutionnel sur cinq sont climatisés au moins
en partie (figure 6).

Les bâtiments doivent fondamentalement offrir aux occupant un environnement thermique


confortable. Le confort thermique se définit comme la satisfaction exprimée à l’égard de
l’ambiance thermique du milieu environnant (ASHRAE 2004). Le confort thermique a
d’abord été étudié sous des conditions environnementales contrôlées en chambres
climatiques. Les recherches ont permis d’élaborer des relations précises pour prédire la
sensation thermique d’un occupant en fonction de la charge thermique soumise à son
système de thermorégulation. Le modèle PMV (Predicted Mean Vote), développé par
(Fanger 1970), est largement utilisé pour prédire la sensation thermique d’un individu en
fonction de son activité métabolique, de son habillement et de l’environnement thermique
où il se trouve (température de l’air ambiant, température rayonnante moyenne, vitesse de
l’air et l’humidité relative). Les normes nord-américaines de confort thermique à l’intérieur
10

des établissements sont basées sur ce modèle rationnel qui traduit la réponse des occupants
par la physique et la physiologie du transfert thermique.

Les conditions thermiques acceptables de l’environnement intérieur d’un bâtiment se


réfèrent à la norme 55-1992 et son addenda 1995 de l’American Society of Heating,
Refrigerating and Air Conditioning Engineers (ASHRAE). Les normes de confort
spécifient une combinaison de conditions personnelles et environnementales « idéales » qui
permettent de procurer un environnement thermique acceptable pour au moins 80% des
occupants en bonne santé (figure 7).

La zone de confort du corps y est spécifiée en terme de température opérative. Cette


température tient compte de la température de l’air, du rayonnement et de la vitesse de l’air.
À des fins d’approximation, la température opérative peut s’exprimer comme la moyenne
entre la température de l’air et de la température rayonnante moyenne des surfaces
environnantes pour des conditions où l’occupant n’est pas directement exposé au
rayonnement et à des mouvements d’air supérieurs à 0,2 m/s.

Au Québec, ces conditions thermiques définies par la norme précédemment discutée


(ASHRAE 55-1992) servent de repère pour l’évaluation d’une situation de travail
acceptable dans le Règlement sur la santé et la sécurité du travail du Québec et dans le
Code national du bâtiment (CNB).
11

Figure 7 - Plage de confort thermique acceptable spécifiée par la norme ASHRAE-55


(ASHRAE 2004)

Pour des activités sédentaires ou légères exercées par des personnes portant une tenue
vestimentaire estivale normale, la température opérative limite de la zone de confort est de
27oC pour un environnement avec 55% d’humidité relative.

La température opérative de confort peut, par contre, être augmentée jusqu’à 29oC si la
vitesse de l’air est accrue au-dessus de 0,2 m/s. Le standard de confort thermique à
l’intérieur d’un établissement spécifie que la température opérative ne doit pas varier de
plus de 0,5oC à l’heure.

Ainsi, par sens professionnel, les ingénieurs, référés à des limites de confort thermique
exiguës, doivent souvent imposer leur veto sur des approches passives de contrôle
thermique des bâtiments et les dotent inconditionnellement de systèmes mécaniques de
CVAC (Brager et de Dear 2000).
12

1.3.3 Ré-humanisation du confort

Avec une approche à « condition unique » à l’égard du confort thermique des


environnements intérieurs, d’importants facteurs culturels, sociaux et contextuels sont
ignorés et peuvent mener à une exagération des besoins de climatisation (Brager et de Dear
1998; Brager et de Dear 2000). L’histoire récente démontre que l’approche déterministe,
préconisée par une école de pensée de la science du bâtiment vis-à-vis le confort et
l’efficacité énergétique, a souvent conduit à une dépossession par l’occupant et le
concepteur des objets même du confort (Goubert 1988).

On assiste donc de plus en plus à une mouvance de la science du bâtiment vers une ré
humanisation de la technologie du confort en redonnant à l’utilisateur le moyen de
modifier, d’adapter son environnement immédiat. Buildings don’t use energy, people do
(Brown et al. 2004).

1.3.3.1 Adaptabilité environnementale en architecture


La notion d’adaptabilité environnementale en architecture implique que l’individu n’est
pas passif vis-à-vis son environnement intérieur mais est plutôt actif et peut poser des
gestes pour s’adapter aux conditions physiques changeantes (Brager et de Dear 1998).
L’adaptation thermique repose sur le fait que si un changement de conditions climatiques
survient de manière à créer un inconfort, l’individu réagit afin de retrouver son degré de
confort (Humphreys et Nicol 1998).

Les normes de confort thermique, basées sur le modèle rationnel d’équilibre thermique
discuté précédemment, ne considèrent que partiellement l’adaptation du comportement de
l’occupant. Alors que la modification de l’habillement et l’ajustement de la vitesse des
mouvements d’air locaux sont considérés, la dimension psychologique de l’adaptation est
ignorée. Cet aspect est particulièrement important dans le contexte où l’occupant d’un
bâtiment ventilé naturellement interagit avec son environnement (ouverture/fermeture des
ouvrants mis à sa disposition) pour contrôler son niveau de confort (de Dear et Brager
2002). Baker a nommé ces possibilités de contrôle opportunités d’adaptation (Baker et
Standeven 1996).
13

Humphreys fut le premier à aborder la question du confort thermique avec un regard sur le
mode d’opération du bâtiment et le climat dans lequel il est implanté (Humphreys 1978).
La figure 8 illustre les résultats d’une étude en terrain réalisée dans le but d’analyser la
température de confort des occupants en fonction de la température extérieure et ce, pour
des bâtiments en mode mécanisé et pour des bâtiments en mode libre (sans système de
climatisation mécanique).

Figure 8 - Changements de la température de confort en fonction de la température


extérieure et du mode d’opération du bâtiment (Humphreys 1978)

Des études subséquentes (de Dear et al. 1997; Humphreys et Nicol 2000) ont démontré les
mêmes tendances révélant que les occupants de bâtiments ventilés naturellement acceptent
et préfèrent une plage de confort significativement plus élargie que les occupants de
bâtiments mécanisés. Ces différences de perception de confort dans un bâtiment ventilé
naturellement ne peuvent être entièrement expliquées par les facteurs physiques de
l’équilibre thermique du corps tel que suggéré par la théorie conventionnelle du confort
(Brager 2004).

Human reaction to sensory stimulus is modified when a person has control


over that stimulus.

(Brager 2004)
14

Il apparait clairement de la littérature consultée que les occupants manifestent un plus grand
taux de satisfaction et présentent un plus grand degré de tolérance aux variations de
conditions thermiques de leur environnement intérieur s’ils peuvent y exercer un certain
contrôle.

Indoor comfort temperatures in naturally ventilated buildings are strongly


influenced by shifting thermal expectations resulting from a combination of
higher levels of perceived control, and greater diversity of thermal
experiences in such buildings.

(de Dear et al. 1997)

1.3.3.2 Vers un standard de confort thermique durable


L’analyse des travaux en terrain de de Dear et Brager a permis de documenter et proposer
la création d’une nouvelle norme de confort qui inclut la théorie de l’adaptabilité pour les
bâtiments ventilés naturellement (ASHRAE 2004). La zone confortable de températures y
est ainsi élargie en lien avec la température extérieure mensuelle moyenne par une équation
de régression (figure 9). Cette plage de conditions acceptables est définie pour les espaces
où le contrôle thermique se fait principalement par l’ouverture et la fermeture des ouvrants
par l’occupant et où celui-ci peut librement ajuster sa tenue vestimentaire pour ses activités
sédentaires. La norme spécifie deux plages de températures opératives limites : une pour un
taux d’acceptabilité de 80% des occupants et une autre de 90% pour des conditions
thermiques plus contraignantes. ASHRAE recommande d’utiliser la plage de 80%
d’acceptabilité pour des utilisations typiques (ASHRAE 2004).
15

Figure 9 - Plage de confort thermique acceptable spécifiée par la norme ASHRAE-55-2004


pour un bâtiment ventilé naturellement (ASHRAE 2004)

Cette nouvelle norme n’est pas à ce jour en application et fait l’objet de différentes critiques
dans la communauté scientifique. Certains notent que la constante de temps devrait être
davantage d’ordre journalière que mensuelle (Hensen et Centnerova 2001) i.e. que la plage
de confort devrait être fonction des fluctuations des conditions météorologiques
quotidiennes plutôt que de la température moyenne mensuelle.

Toutefois, il y a consensus qu’en période estivale, le fait d’accroître le degré de contrôle de


l’occupant envers son environnement permet des économies d’énergie en raison d’un
meilleur arrimage entre les besoins et la consommation énergétique (Hawkes 1982). Dans
ce sens, tout en satisfaisant le confort des occupants en période estivale, des normes plus
flexibles qui permettent un ajustement du point de consigne en fonction des conditions
météorologiques permettraient ainsi d’économiser de l’énergie associée à la climatisation
mécanique des bâtiments.
16

1.3.3.3 Le paradigme du syndrome de l’édifice hermétique


Même lorsque les normes et règlements sont respectés dans la conception et l’opération des
bâtiments mécanisés, de nombreux problèmes de santé se manifestent souvent dans les
bâtiments.

Les symptômes liés au syndrome de l’édifice hermétique (SEH) ont émergé au début des
années 80 et constituent une préoccupation importante sur la santé et l’hygiène dans les
espaces de travail (Chao et al. 2003). La circulation d’air y est canalisée et distribuée par
des gaines vers les systèmes mécaniques de traitement d’air. L’environnement intérieur est
ainsi homogène et contrôlé pour satisfaire la majorité des occupants et les possibilités de
modifier ses paramètres sont limitées.

Malgré la complexité des interrelations entre la santé, le confort et la qualité de l’air


intérieure (QAI), plusieurs travaux démontrent des relations pertinentes entre les conditions
de travail et la santé physique et psychologique des occupants. Des relations de causalités
ont en effet été identifiées entre les types de systèmes de ventilation et la perception du
milieu auprès des occupants et leurs conséquences sur la santé.

Les bâtiments non-climatisés présentent moins de cas symptomatiques que les bâtiments
climatisés et ce, en dépit que la qualité de l’air mesurée pour ces derniers soit meilleure
(Burge 2004). La figure 10 présente les résultats des travaux en terrain de Burge et indique
que les bâtiments dotés de refroidissement mécanique présentent plus de cas
symptomatiques que les bâtiments non-climatisés.
17

Figure 10 - Nombre moyen de symptômes par occupant reliés au SEH relevé lors d’une
étude en terrain pour des bâtiments avec et sans refroidissement mécanique (Burge 2004)

La perception de l’environnement joue aussi un rôle important dans l’apparition des


symptômes du syndrome de l’édifice hermétique et ce, même si la qualité de l’air rencontre
les standards d’hygiène (Burge 2004). Fanger affirme que l’impossibilité pour l’occupant
d’améliorer ses conditions environnementales constitue une source de stress qui peut
contribuer à l’apparition de symptômes du SEH et à la baisse de productivité (Fanger
2001).

1.4 Problématique de la recherche

1.4.1 La conception de bâtiments à haute qualité environnementale

Dans le contexte actuel de préoccupations hygiéniques, énergétiques, économiques et


environnementales, le processus de conception des bâtiments s’est considérablement
complexifié. Les concepteurs doivent maintenant valider leurs hypothèses de design du
18

comportement physique à l’aide d’outils souvent issus de domaines professionnels


connexes, mais encore distants d’un point de vue de langage professionnel de travail.

Les architectes, désireux d’incorporer des stratégies passives comme mesure d’efficacité
énergétique, doivent collaborer étroitement avec les ingénieurs en mécanique afin de
valider les performances thermiques anticipées (Brager et de Dear 2000). Selon les
assemblées plénières des dernières années de l’ International Building Performance
Simulation Association (IBPSA 2003), on note que l’interaction entre l’ingénieur et
l’architecte doit être améliorée. Les ingénieurs et les architectes doivent davantage
collaborer d’une manière étroite et ce, plus tôt dans le processus de conception du bâtiment.
Pour ce faire, on doit reconnaître la nature non déterministe et transdisciplinaire de l’acte de
concevoir. Alors que les architectes travaillent avec l’espace et la matière, les ingénieurs
travaillent en systèmes et par flux. Plus fondamentalement, ces deux approches tentent de
résoudre la même équation énergie-confort dynamiquement dans le temps. Comment dès
lors intégrer ces notions systémiques de l’ingénieur aux notions perceptuelles de
l’architecte ? La science du bâtiment s’interroge actuellement sur la façon de présenter et
discuter, à la phase concept, des hypothèses de design de manière à améliorer la qualité de
la conception et sur la manière de partager ces connaissances au sein d’une équipe
multidisciplinaire.

1.4.1.1 La simulation informatique du comportement thermique des bâtiments


Les outils de simulation permettent d’évaluer la réponse du bâtiment (en termes
thermodynamique et/ou aérodynamique) pour un certain profil d’opération et de conditions
climatiques. L’intégration adéquate de différents outils dans la pratique est cruciale pour les
entreprises d’architecture, d’ingénierie et de construction pour gagner et maintenir un
niveau de compétitivité sur les marchés globaux (Hensen et Nakahara 2000).

L’architecture a une influence significative et directe sur les performances énergétiques


d’un bâtiment. Dans tout le processus de conception, c’est à la phase concept que les
décisions les plus importantes et souvent irréversibles d’un point de vue environnemental
sont prises. Il y a consensus dans la communauté qu’à cette étape préliminaire, les outils de
19

simulation devraient être davantage utilisés, mais ces-derniers ne sont pas adaptés à cette
phase où beaucoup d’informations ne sont pas encore précisées (André et al. 1999).

L’analyse des outils existants et la lecture de la littérature sur l’intégration de la simulation


informatique au processus de conception permet de constater une problématique générale :
les outils existants ne sont pas appropriés aux besoins des architectes qui ne peuvent ainsi
participer efficacement au processus de prise de décision.

Il y a un réel besoin d’outils flexibles, simples et rapides qui peuvent être utilisés très tôt
dans le processus de conception afin d’évaluer sommairement l’impact des premières
décisions et ainsi être en mesure de convaincre les différents intervenants de l’approche
préconisée (Balcomb 1998; Lewis et Lunneberg 2001).

1.4.1.2 Outils pour l’analyse et la conception de la ventilation naturelle


La conception d’un bâtiment ventilé naturellement implique un dimensionnement adéquat
et un positionnement stratégique des ouvrants en fonction des patterns de circulation d’air.
Pour les bâtiments non-résidentiels ventilés naturellement au Canada, le Code national du
bâtiment spécifie, en pourcentage de superficie de plancher, la superficie minimale
d’ouvrants nécessaires à des fins de qualité de l’air intérieur. Outre cette balise, le
concepteur dispose de peu de repère quant au dimensionnement et à la configuration des
ouvrants pour satisfaire un degré de confort thermique. Le manque de méthodes de
conception valides et l’incertitude quant aux performances des technologies durables
expliquent l’hésitation des concepteurs à développer la ventilation naturelle (Breesch et
Janssens 2000).

Les différentes approches de prédiction disponibles sont classées selon différents degrés
d’abstraction correspondant à la précision désirée et aux informations disponibles. Un
survol des outils existants en ventilation naturelle permet de réaliser la prédominance des
outils d’analyse sur les outils d’aide à la conception. Les outils sont en général complexes
et présentés dans une logique et une langue professionnelle plus près de l’ingénierie que de
l’architecture. Il est important que des outils simplifiés, accessibles et compréhensibles
20

soient disponibles auprès des architectes pour que l’intégration des stratégies de ventilation
naturelle soit efficace.

1.4.2 Hypothèse

En phase préconcept d’un projet de bâtiment ventilé naturellement, un outil simplifié peut
atteindre un degré de précision suffisant pour estimer adéquatement les principales
caractéristiques architecturales et sa performance sur les besoins de refroidissement.

1.4.3 Présentation de la recherche

Le chapitre 2 présente la méthodologie adoptée pour le développement de l’outil


HUVENT. Les fonctionnalités d’opération de l’outil sont discutées au chapitre 3 en plus de
présenter l’étude de validation de l’outil. Le chapitre 4 comprend une analyse du climat du
Québec et évalue son potentiel pour le refroidissement passif des bâtiments par la
ventilation naturelle. En conclusion, le chapitre 5 soulève le potentiel d’utilisation de cet
outil dans le processus de conception architecturale et discute des perspectives d’avenir des
bâtiments ventilés naturellement.
21

2 Méthodologie de la recherche

La présente recherche consiste à développer une méthode qui permet, pour un bâtiment
donné et un climat spécifique, d’évaluer le potentiel de la climatisation passive par la
ventilation naturelle. L’essentiel de la méthode consiste à développer un modèle analytique
et de l’intégrer à un outil informatique facile d’utilisation.

La première partie de ce chapitre présente en revue les modèles de ventilation naturelle


disponibles ainsi qu’une brève description des différents principes de modélisation. La
deuxième partie de chapitre décrit le modèle analytique HUVENT; les principes et les
équations sont présentés, développés et discutés.

2.1 Revue des modèles en ventilation naturelle

Un modèle2 est une représentation mathématique des relations qui existent réellement ou
qui, par hypothèse, semblent exister entre des phénomènes pour en réaliser une étude
analytique. Les modèles en ventilation naturelle permettent d’évaluer le débit et la direction
de l’air échangé, sans moyen mécanique, entre le bâtiment et son environnement extérieur
en fonction des caractéristiques architecturales, climatiques et thermiques. Les différents
modèles analytiques disponibles sont classés selon différents degrés d’abstraction
correspondant à la précision désirée et aux informations disponibles. Deux grandes
catégories de modèles peuvent être distinguées : les modèles macroscopiques (empirique,
analytique simple, analytique complexe) et les modèles microscopiques (analytique-
expérimental, numérique). Les différents modèles analytiques sont bien détaillés dans les
ouvrages suivants : (Li 2002), (Emmerich et al. 2001), (Orme 1999), (Allard 1998) et
résumés dans le tableau 1.

2
(1979) Conseil international de la langue française
22

Tableau 1 - Modèles en ventilation naturelle


Catégories Solutions Modèles disponibles

Empirique British Std3, ASHRAE4, Aynsley5, DeGidds Phaff6


Zone
unique Analytique
AIDA7, NORMA8, AIM29, LBL10
Macroscopique simple

Multi Analytique COMIS11, MIX12, CONTAMW13, LoopDA14, AIOLOS15,


zones complexe PASSPORT-Air16, AIRNET17, BREEZE18

Analytique
POMA19, SPARK20
empirique
Multi
Microscopique
zones
Analyse
CFX21
numérique

3 BS 5925 (1980). Code of Practice for Desi gn of Buildings : Ventilation principles and designing for natural ventilation. British
Standards Institution, London.
4 ASHRAE Fundamental Handbook (1985). Ch. 22. Natural ventilation and infiltration. American Society of Heating, Refrigeration and
Air-Conditioning Engineers, Atlanta, GA.
5 Aynsley, R.M., W. Melbourn and B.J. Vickery (1977). Architectural Aerodynamics. Applied Science Publishers, London.
6 DeGidds, W. and H. Phaff (1982). Ventilation Rates and Energy Consumption due to Open Windows. Air Infiltration Review, Vol.4,
No. 1, pp. 4-5.
7 Liddament M. (1996). International Energy Agency
8 Santamouris, M. (1997). University of Athens, Commission of the European Communities.
9 Walker I.S., Wilson D.J., (1990). The Alberta air infiltration model, University of Alberta.
10 Sherman and Grimsrud (1980) et Sherman and Modera (1986).
11 Feustel, H.E. (1998). Lawrence Berkeley National Laboratory, CA.
12 Li, Yuguo. (2000).
13Walton, G.N. (1999). National Institute of Standards and Technology, Building and fire research technology
14 National Institute of Standards and Technology, Building and fire research technology
15 Dascalaki, E. The AIOLOS software. Natural Ventilation in buildings : a design handbook. Pp.327-352 (1999).
16 Pascool research Program, The European commision
17 Walton, G.N. (1988). AIRNET, A Computer Program for Building Air Flow Network Modeling. National Institute of Standards and
Technology
18 BRE (1992). Building Reasearch Establishment, UK.
19 Lin, Y. (1999) "POMA - A Zonal Model for Airflow and Temperature Distribution Analysis", Thesis, M.A.Sc. (Building),
Department of Building, Civil and Environmental Engineering, Concordia University, Supervisor: F. Haghighat.
20 Lawrence Berkeley National Laboratory (1997).
21 ANSYS Inc. (2001)
23

2.1.1 Modèles macroscopiques

Les modèles macroscopiques ont recours à des représentations schématiques et des


simplifications basées sur une idéalisation des principes physiques. Le débit d’air de
ventilation est associé au différentiel de température et à la vitesse du vent. Les effets
aérodynamiques sont estimés par des techniques théoriques et empiriques.

On distingue deux catégories de modèles macroscopiques : les modèles à « zone unique »


et les modèles « multizones » (figure 11).

Figure 11 - Pattern de circulation des flux de ventilation pour les modèles à zone thermique
unique et les modèles à plusieurs zones thermiques (Orme 1999)
24

2.1.1.1 Modélisation à zone thermique unique


La modélisation à zone thermique unique considère tout l’espace intérieur du bâtiment
comme une entité thermique sans partition. Le débit d’air est généré par le gradient de
pression thermique et éolienne et est exprimé par des équations analytiques simples basées
sur la théorie fondamentale en mécanique des fluides. Il s’agit de modèles analytiques
simples.

Il existe aussi des modèles empiriques à zone thermique unique. Ces modèles sont basés sur
des corrélations générales par des déductions théoriques ou expérimentales.

2.1.1.2 Modélisation de plusieurs zones thermiques


La modélisation de plusieurs zones thermiques (multi zones) permet d’évaluer les
mouvements d’air entre chacun des espaces intérieurs du bâtiment en plus de prédire le
débit total échangé avec l’environnement extérieur. Le concept de modélisation est basé sur
une représentation schématique du pattern de circulation d’air disposé en un réseau de
nœuds (modèle nodal) pour chacun des espaces intérieurs du bâtiment (pressure node).
L’écoulement d’air au travers le maillage est généré par les gradients de pressions
thermique et éolienne et sont exprimés par des équations analytiques basées sur la théorie
fondamentale en mécanique des fluides. Cette synthétisation en réseau de nœuds (network
modeling) génère un système d’équations non-linéaires résolues par calculs itératifs
(Lorenzetti 2002). Il s’agit de modèles analytiques complexes.

2.1.2 Modèles microscopiques

Les modèles microscopiques s’appuient sur une approche mathématique complexe


(méthode des éléments finis) qui permet d’obtenir des résultats précis quant aux effets
aérodynamiques à l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment. La méthode de simulation des
écoulements par volume fini CFD (computational fluid dynamics) se base sur une
subdivision du domaine spatial en un grand nombre de petites cellules gouvernées par une
série d’équations qui sont résolues par discrétisation spatiale et par analyse numérique. Ces
modèles à haute résolution spatiale peuvent représenter la forme architecturale en détail et
25

obtenir en tout point des façades la pression éolienne exercée et le pattern de distribution
générés dans chacune des pièces du bâtiment. Les modèles microscopiques sont puissants,
mais beaucoup trop complexes et exigeants sur le plan informatique pour constituer une
approche envisageable à l’étape de la conception préliminaire d’un bâtiment (Allard 1998).

2.2 Le modèle analytique de HUVENT

L’outil HUVENT est développé selon un modèle analytique à zone thermique unique et est
basé sur les équations fondamentales de la mécanique des fluides et de la
thermodynamique. Le modèle permet de calculer le débit volumétrique d’air échangé par la
ventilation naturelle. Le modèle développé est basé essentiellement sur la méthode
présentée par Axley (Axley et Emmerich 2002).

Les méthodes analytiques constituent l’approche la plus appropriée à


assister l’architecte dans les premières étapes de conception.

(Heiselberg 2002)

Ce qui distingue le modèle HUVENT des outils existants, c’est sa possibilité de pouvoir
faire la démarche inverse, i.e. de fournir la dimension d’ouvrant nécessaire par mur
extérieur de l’espace étudié (Aψ) qui permet d’évacuer la surchauffe du bâtiment. Cette
fonctionnalité, basée sur les mêmes équations fondamentales que la modèle développé par
Axley, se démarque des autres modèles et outils disponibles.

2.2.1 Principe de modélisation

Le flux de circulation d’air du modèle HUVENT est défini par un réseau de maillage à zone
thermique unique (modèle nodal simple). Un modèle nodal consiste à créer un réseau de
nœuds permettant de définir l’ensemble des relations thermodynamiques entre les
différentes « entités » physiques d’un espace et de son environnement. On entend par entité
physique (nœud) tout élément dont les propriétés thermodynamiques sont semblables :
espace intérieur et chacune des façades. Les connexions (mailles) représentent quant-à-elles
26

les patterns de circulation d’air possible. Utilisé par Guimont pour l’étude du transfert
thermique par la masse thermique des bâtiments (Guimont 2002), le modèle nodal est bien
adapté pour représenter les interactions thermiques entre les divers éléments du système
bâtiment-environnement.

Figure 12 - Modèle nodal de HUVENT; plan d’un espace à quatre ouvertures

La figure 12 illustre le modèle nodal d’un espace quelconque composé de quatre façades
munies d’ouvertures. L’espace intérieur est défini par un nœud ainsi que chacune des quatre
façades qui sont exposées à des niveaux de pression différents. Suivant une maille donnée,
la circulation d’air ne peut qu’être orientée dans une seule direction, i.e que tout le flux est
orienté vers le nœud suivant. Ainsi, la double-circulation au travers d’un même ouvrant
n’est pas considérée par cette représentation en réseau.

2.2.2 Équation fondamentale

Le modèle analytique est basé sur l’équation fondamentale de Bernoulli (ASHRAE 2001).
Cette équation de la mécanique des fluides met en relation la vitesse d’un écoulement et
son degré de pressurisation. Ainsi, selon le différentiel de degré de pression retrouvé à la
façade du bâtiment, le débit volumétrique d’air qui s’écoule au travers chacune des
ouvertures est obtenu d’après la loi de puissance d’un orifice (équation 2.1).

q = Cd A ( 2 ∆P / ρ )½

(2.1)
27

où : q = débit volumétrique (m3/s)


Cd = coefficient de décharge de l’ouverture
A = superficie de l’ouvrant (m2)
∆P = différentiel de pression de l’ouverture (Pa)
ρ = masse volumique de l’air (kg/m3)

Le flux d’air traverse le bâtiment en circulant de la façade sur-pressurisée vers la façade


sous-pressurisée.

2.2.3 Hypothèse du modèle analytique

L’espace intérieur est modélisé en une seule entité thermique dont la température intérieure
est considérée constante et uniforme dans l’espace. Chacun des murs extérieurs étudiés ne
peut être composée que d’une seule ouverture; la superficie d’ouverture par mur extérieur
de l’espace étudié (A) correspond ainsi à la superficie totale des ouvrants qui composent le
mur extérieur de l’espace étudié.

2.2.3.1 État d’équilibre massique


Les paramètres physiques du modèle analytique sont considérés en équilibre et établis en
régime permanent (steady state conditions), i.e. que le bilan gain-perte des diverses
grandeurs physiques issues du transport des fluides et de l’énergie est nul et indépendant du
temps. De plus, pour un certain volume de contrôle (le bâtiment) dont l’écoulement est
établi en régime permanent, le débit massique d’air entrant est égal au débit massique d’air
sortant (équation 2.2). Ainsi, la quantité de fluide (air), exprimée en masse, qui s’échappe
du bâtiment est la même que celle qui s’y infiltre.

ρext Cd1 A1 U - ρint Cd2 A 2 U = 0

(2.2)
où : U = vitesse du vent (m/s)

2.2.3.2 Conservation d’énergie


Suivant le principe de conservation d’énergie exprimé par la première loi de la
thermodynamique, pour un certain volume de contrôle, le taux de variation de l’énergie
28

emmagasinée est égal au taux d’énergie produit par le volume de contrôle (gains
thermiques) moins le taux d’énergie échangé avec son environnement immédiat (pertes
thermiques par l’enveloppe et les pertes thermiques par échange convectif). Pour conserver
l’état d’équilibre statique, le taux d’énergie emmagasinée est nul; aucun effet dynamique
n’est ainsi considéré. C’est donc dire que toute l’énergie calorifique échangée par la
ventilation naturelle correspond aux gains thermiques totaux contenus dans le bâtiment
(occupants, éclairage artificiel, rayonnement solaire, équipements divers) moins les pertes
thermiques par conduction de l’enveloppe du bâtiment (équation 2.3) pour maintenir
l’équilibre gains-pertes.

k Aenvl ( ∆T ) + ρ cp q ( ∆T ) - E = 0

(2.3)
où : ∆T = Tint – Text
k = conduction globale de l’enveloppe (W/m2ּoC)
Aenvl = superficie totale de l’enveloppe (m2)
cp = chaleur spécifique de l’air (J/(kgּoC)
E = puissance des gains thermiques totaux (kW)

Un réarrangement de l’équation 2.3 permet d’isoler le débit volumétrique d’air échangé par
la ventilation naturelle (équation 2.4).

q = [ E – k Aenvl ( ∆T ) ] / ( ρ cp ∆T )
(2.4)

Figure 13 - Flux thermiques d'un espace (Allard 1998)


29

En résumé, le principe de calcul du modèle HUVENT est basé sur la fluctuation du flux
d’air de ventilation pour conserver l’équilibre thermique du bâtiment en fonction des pertes
calorifiques par conduction de l’enveloppe et des gains thermiques totaux. Le modèle
analytique permet par la suite d’évaluer la superficie d’ouvrant nécessaire pour que ce flux
de ventilation s’écoule librement en fonction du niveau de pression que le bâtiment génère
par rapport aux forces naturelles disponibles.

2.2.3.3 Gains thermiques


Tel que mentionné précédemment, le bilan thermique du bâtiment est directement influencé
par le taux de gains internes dû aux occupants, équipements, éclairage artificiel et au
rayonnement solaire (figure 13). Le taux de gains thermiques d’un bâtiment varie
continuellement en fonction de son utilisation (équipements), de l’horaire d’occupation
(charge thermique des occupants, éclairage artificiel) et du rayonnement solaire.

Le modèle développé considère des gains thermiques totaux fixes dans le temps : gains
internes (éclairage artificiel, occupants, équipements) et gains solaires par rayonnement
(équation 2.5).

E = Ei + Es

(2.5)

Cette considération simplifie la modélisation de la situation thermique et constitue une


limitation de l’outil développé. Le concepteur doit avoir préalablement une évaluation de la
charge des gains thermiques du bâtiment, chose souvent complexe et étrangère aux
compétences professionnelles de l’architecte. L’évaluation du profil horaire de la charge
des gains thermiques nécessite un calcul horaire du bilan thermique en fonction du
rayonnement solaire et des critères d’utilisation. Cette évaluation peut être faite par un
logiciel de calculs thermiques. De nombreux logiciels sont actuellement disponibles : DOE,
TRACE, B-Sim en sont des exemples. Ces logiciels, issus du domaine de l’ingénierie, sont
mal adaptés et intégrés à la pratique architecturale.
30

PET (Potvin et al. 2004) est un outil thermique développé spécifiquement pour la pratique
architecturale par le Groupe de recherche en ambiances physiques (GRAP) de l’École
d’architecture de l’Université Laval. L’outil PET peut convenablement complémenter
HUVENT pour l’évaluation de la charge thermique du bâtiment.

2.2.3.4 Température intérieure


Pour respecter la condition d’équilibre du modèle, la température intérieure est considérée
constante dans le temps et uniforme dans l’espace. De plus, considérant que l’outil sert à
dimensionner le système d’ouvrants, i.e. évaluer la superficie d’ouvertures nécessaire pour
que les charges thermiques les plus sévères puissent être contrôlées par la quantité
suggérée, le modèle HUVENT fait des calculs en considérant la situation thermique
extrême soit, la température intérieure acceptable maximale, 27oC. Cette hypothèse est
basée sur la norme ASHRAE-55-2004 qui définit la limite supérieure de confort thermique
acceptable pour satisfaire 80% des occupants d’un bâtiment ventilé naturellement en
fonction de la température mensuelle moyenne (voir section 1.3.3.2). Pour les mois d’été à
Québec (mai, juin, juillet), la température mensuelle moyenne est respectivement de 17, 19
et 18oC (Canada 2004).

La valeur de la température intérieure est donc fixée à 27oC.

2.2.4 Évaluation du niveau des pressions thermique et éolienne

En fonction du climat et des caractéristiques architecturales définies par l’utilisateur, l’outil


HUVENT effectue un calcul horaire de la pression disponible pour la période climatique,
dite favorable (voir 2.2.5.1a). Le concept de « pression disponible » fait référence au
différentiel de pression total exprimé par les équations 2.1 et 2.6. En fonction d’une série de
variables indépendantes (tableau 2) que le concepteur doit définir, HUVENT calcule de
façon horaire le différentiel de pression généré par la variation des conditions thermiques et
aérodynamiques retrouvée entre l’intérieur et l’extérieur de l’espace étudié. Certaines
variables permettant d’évaluer la pression disponible sont définies par des équations et des
données empiriques (voir sections suivantes).
31

Le différentiel de pression total d’un ouvrant (équation 2.6) est égal à la somme des
différentiels de pressions éolienne (ventilation transversale) et thermique (effet de
cheminée).

∆P = Ptherm ± Pvent

(2.6)

Tableau 2 - Variables indépendantes du modèle HUVENT

Propriétés Variables Définie par


Aérodynamiques Umet vitesse du vent à la station météorologique Fichier météo
U vitesse du vent au site du bâtiment Méthode BS5925
Φ azimut de la direction du vent Fichier météo
Cp coefficient de pression éolienne Méthode Liddament
Cd coefficient de décharge de l’ouvrant Valeur fixe (0,73)
Thermiques Text température sèche extérieure Fichier météo
Tint température intérieure Valeur fixe (27oC)
E puissance des gains thermiques totaux Concepteur
k conduction globale de l’enveloppe du bâtiment Concepteur
Architecturales Ø orientation du bâtiment Concepteur
L, l, h, V dimension de l’espace Concepteur
z niveau du toit/plafond Concepteur
hchem distance verticale entre les ouvrants (cheminée) Concepteur
houv dimension verticale des ouvrants Concepteur
A dimension des ouvrants Concepteur
position verticale des ouvrants (sup., inf. ou à mi- Concepteur
hauteur de la façade)

2.2.4.1 Pression éolienne


La pression éolienne est exprimée en fonction de la densité de l’air, la vitesse du vent et
d’un coefficient de pression éolienne (équation 2.7). Le coefficient de pression éolienne est
un facteur qui traduit la condition aérodynamique des façades du bâtiment; i.e. le degré de
surpression ou de sous pression de la façade selon l’angle qu’elle offre par rapport à la
direction du vent. Le coefficient de pression en un point donné sur une façade est influencé
par quatre paramètres : la forme du bâtiment, la position du point donné sur l’enveloppe, les
32

obstructions environnantes et la direction du vent. La méthode pour déterminer le


coefficient de pression sera discuté à la section c).

La figure 14 illustre de façon schématique un exemple de conditions de pression des


façades d’un bâtiment exposé au vent : la façade au vent est dite en pression positive
(surpression) car celle-ci freine l’écoulement et la façade sous le vent est en pression
négative car l’écoulement d’air y est accéléré.

P vent = ½ Cp ρext U2

(2.7)

Figure 14 - Écoulement d’air autour un bâtiment (Baker 1994)

a) Milieu bâti
Afin de tenir compte des perturbations aérodynamiques du milieu bâti et des conditions
topographiques du site, le modèle HUVENT ajuste la vitesse éolienne extraite du fichier
climatique (mesurée à une station météorologique) en fonction des particularités des
conditions de terrain retrouvées au site d’implantation. Ce facteur d’ajustement est basé sur
l’équation 2.8, méthode adoptée par la British Standards Institution (BS5925 :1991).

U = Umet γ za

(2.8)
où U = vitesse du vent (m/s) au niveau du toit de l’espace étudié;
Umet = vitesse du vent (m/s) au niveau de référence de la station météo;
a et γ = constantes qui caractérisent le site d’implantation (voir tableau 3);
z = niveau de référence (m) du toit de l’espace étudié.
33

Tableau 3 - Constantes des caractéristiques du terrain d’implantation du bâtiment


Description du terrain γ a

Terrain plat exposé 0,68 0,17


Région rurale avec des brise-vents 0,52 0,20
dispersés
Milieu urbain 0,35 0,25
Centre-ville 0,21 0,33

b) Obstructions environnantes
Les travaux empiriques en soufflerie de Liddament ont permis d’évaluer l’influence des
obstructions environnantes sur le niveau de pression éolienne à chacune des façades
(Liddament 1986).

Pour considérer les perturbations environnantes de l’écoulement d’air, cette méthode


permet d’ajuster le coefficient de pression des façades pour trois catégories de condition de
terrain :

• terrain environnant obstrué par des constructions ou de la végétation d’une hauteur


équivalente à la hauteur du bâtiment étudié;
• terrain environnant obstrué par des constructions ou de la végétation d’une hauteur
équivalente à la moitié de la hauteur du bâtiment étudié; et
• terrain environnant totalement exposé, i.e. sans obstruction environnante.

c) Coefficient de pression des façades


L’orientation relative de chacune des façades par rapport à la direction du vent influence
son degré de surpression ou de sous pression aérodynamique. Les coefficients de pression
éolienne pour chacune des façades (Cp) sont aussi obtenus à partir des travaux empiriques
de Liddament (Liddament 1986). Cette technique tient compte des facteurs suivants :
l’angle relatif de la façade par rapport à la direction du vent, de la proportion largeur-
profondeur du plan de l’espace, du nombre d’étages et ce, pour trois différentes conditions
d’obstruction (voir 2.2.4.1b). La méthode permet ainsi d’attribuer à chacune des façades un
coefficient de pression invariable d’un point de vue spatial en se référant à des valeurs
tabulées. Il faut par contre être conscient de la limitation de cette approche d’estimation des
34

coefficients de pression compte tenu d’une part des variations de la forme architecturale et
de la complexité du contexte bâti mais surtout, de la non-représentativité de la nature
stochastique du vent. L’évaluation précise des coefficients de pression exige encore de nos
jours un travail important et complexe (Heijmans et Wouters 2002). Les valeurs tabulées,
telles que celles du modèle Liddament, sont très simples d’utilisation, mais présentent une
représentativité limitée. D’ailleurs, il est compris que l’incertitude quant à la valeur exacte
du coefficient de pression des façades est une limite importante de représentativité des
résultats de tout outil de simulation sur la ventilation naturelle (Potvin et al. 2004).

d) Coefficient de décharge des ouvertures


La forme de l’ouverture (orifice en terme de la mécanique des fluides) et sa restriction
physique génèrent une convergence des lignes de courant (figure 15) qui réduit la surface
effective de l’écoulement. Cette contraction, vena contracta, entraîne une accélération de
l’écoulement d’air au travers l’ouvrant. Ce phénomène est représenté par le coefficient de
décharge (équation 2.9).

Figure 15 - Modification de l’écoulement en présence d’une ouverture (Allard 1998)

Cd = A vcυ / A U

(2.9)

où: Avc = superficie de l’écoulement d’air au vena contracta (m2)


υ = vitesse de l’écoulement d’air au vena contracta (m/s)
35

2.2.4.2 Pression thermique


La différence de température entre l’air intérieur et extérieur fait en sorte qu’un mouvement
d’air est généré par le différentiel de masse volumique retrouvé entre les deux
environnements (figure 16). La température de l’air intérieur étant normalement plus
chaude, donc moins dense, l’air chaud est évacué par l’ouverture supérieure de l’espace et
renouvelée par l’ouverture inférieure. Le différentiel de pression thermique (équation 2.10),
est fonction de la hauteur effective de l’effet de cheminée (hchem) et de la différence de
masse volumique de l’air extérieur et l’air intérieur (la masse volumique de l’air est
directement proportionnelle à la température). La hauteur effective de l’effet de cheminée
peut être considérée comme étant la distance verticale entre les ouvertures.

Ptherm = ( ρext - ρint ) g hchem

(2.10)

où: g = accélération gravitationnelle (m/s2)


hchem = distance verticale entre les ouvertures (m)

Figure 16 - Hauteur effective de l’effet de cheminée (par l’auteur 2007)

2.2.4.3 Ventilation par une seule façade


Selon la logique nodale discutée précédemment (voir section 2.2.1), le flux d’air au travers
un ouvrant ne doit circuler que dans une seule direction (entrant ou sortant) et tout l’air
admis dans l’espace doit être entièrement évacué.
36

Pour un scénario où la quantité d’ouvrants se retrouve exclusivement sur l’un des murs
extérieurs de l’espace étudié, la conservation des volumes ne peut être rencontrée par le
raisonnement unidirectionnelle des flux d’air. Pour cette situation particulière où la
ventilation ne peut être générée que par une seule façade (single-sided ventilation),
HUVENT s’appuie sur une méthode empirique (British Standards) pour estimer le débit
d’air qui circule par double circulation au travers de l’ouvrant (équation 2.11). L’équation
est fonction du différentiel de température retrouvé entre l’environnement extérieur et
intérieur et par la grandeur verticale de l’ouverture (figure 17).

Figure 17 - Coupe d'un espace ventilé par une seule façade (par l’auteur 2005)

q = ⅓ Cd A [ ∆T g houv / Text) ] ½

(2.11)
où: houv = dimension verticale de l’ouverture (m)
Text = température sèche extérieure (oC)

2.2.5 Dimensionnement des ouvrants

La fonction « dimensionnement » de l’outil HUVENT permet d’évaluer la superficie


d’ouverture nécessaire à un contrôle thermique et au maintien des critères de qualité d’air
intérieur pour un climat donné. La superficie d’ouvrant est calculée en fonction du degré de
pression naturelle générée par le bâtiment et la disposition des ouvertures (voir section
2.2.4).
37

La dimension des ouvrants (A) représente la superficie totale des ouvrants pour un mur
extérieur de l’espace étudié, i.e. que le flux d’air entier (q) circule dans une direction
donnée au travers un ouvrant de dimension A (figure 18).

Figure 18 - Superficie totale des ouvrants (A) (Brown et al. 2004)

2.2.5.1 Conditions climatiques


Les données météorologiques nécessaires au calcul de pression disponible de l’outil
HUVENT sont la température sèche, l’humidité relative, la direction et la vitesse du vent.
Les données sont tirées de fichiers climatiques utilisés par les logiciels de simulation
énergétique (CWEC, Canadian Weather Year for Energy Calculation et IWEC,
International Weather for Energy Calculation). Basée sur des relevés météorologiques
continus (CWEEDS pour le Canada 1953-1993, DATSAV3 pour les fichiers internationaux
1982-1999), une année fictive est créée par un algorithme statistique qui comptabilise les
variables météorologiques selon une certaine pondération. Cette analyse statistique,
composée de 8760 enregistrements horaires, est normalisée par l’ASHRAE (American
Society of Heating, Refrigerating and Air conditionning Engineers). Il est important de
noter que les fichiers climatiques sont basés sur un historique météorologique qui s’étale
jusqu’à 1993 de sorte que la composition de l’année fictive ne tient pas compte de la
totalité de la dernière décennie (1990-1999), décennie qui fut la plus chaude du 20e siècle
(Statistique-Canada 2003).

a) Conditions favorables
Le dimensionnent des ouvertures est calculé pour la période climatique où les conditions
hygrothermiques sont « favorables » à la ventilation naturelle; i.e. les conditions sont
38

comprises entre 13oC au thermomètre sec (TS) et 26oC TS avec un ratio d’humidité
inférieur à 0,012 (correspond à une température humide de 17oC). Ces conditions
définissent la période favorable à la ventilation naturelle, tel que considérées par Bourgeois
(Bourgeois et al. 2002b).

La température minimale de cette plage favorable, 13oC TS, correspond à la température


d’air normalement alimentée par les systèmes de climatisation mécanique traditionnels.
L’alimentation d’air à une température inférieure à 13oC créer un inconfort thermique
(ASHRAE 2004).

La température maximale de la période favorable, 26oC TS, est établie pour qu’un
différentiel de température minimal de 1 oC ( ∆T ≥ 1 oC ) soit retrouvé entre la température
extérieure (26oC) et la température intérieure (27oC, voir section 2.2.3.4) de manière à
maintenir une capacité sensible de refroidissement par échange convectif.

La limite d’humidité relative pour la période favorable, ratio d’humidité inférieur à 0,012,
est déterminée en référence à la norme de confort ASHRAE (ASHRAE 2004). Cette limite,
établie originalement pour des environnements mécanisés (voir 1.3.2), constitue une
contrainte importante, voir difficilement surmontable, pour maintenir les conditions
favorables par moyens passifs. Le contrôle de l’humidité relative à l’intérieur de la zone de
confort thermique normalisée demeure le paramètre physique le plus difficile à assurer dans
le contexte du climat québécois (voir chapitre 4).

2.2.5.2 Critère de confort thermique


Sur une base horaire, l’outil HUVENT calcule la superficie d’ouvrant (A) nécessaire pour
conserver l’équilibre thermique (voir figure 19). Plus précisément, l’outil HUVENT évalue
en fonction de la pression éolienne et de l’effet de cheminée disponible, la superficie
d’ouvrant nécessaire afin que les gains thermiques totaux de l’espace étudié soient
neutralisés par l’énergie, sous forme sensible, retrouvée dans le différentiel de température
entre l’air intérieur et le flux d’air extérieur débité.
39

La dimension de l’ouvrant (équation 2.12) est évaluée en fonction des :

• Débit volumétrique nécessaire au contrôle thermique; et


• Différentiel de pression totale disponible.

A = q / [ Cd ( 2 ∆P / ρ )½ ]

(2.12)
La figure 19 représente schématiquement la fonctionnalité « dimensionnement des
ouvrants » du modèle HUVENT.

Gains thermiques à
évacuer

Débit volumétrique Pression


nécessaire disponible

Calcul de la superficie
d’ouvrant

Figure 19 - Schéma de la structure logique de la fonctionnalité de dimensionnement des


ouvertures du modèle HUVENT selon le critère de confort thermique

En finalité, la dimension d’ouvrant calculée par HUVENT correspond à une valeur basée
sur les statistiques des données météorologiques horaires. Pour chacune des heures de la
période favorable, si l’occupant du bâtiment a la possibilité de profiter du plein potentiel
des pressions naturelles disponibles, la dimension d’ouvrant par mur extérieur de l’espace
étudié calculée permet d’offrir des conditions thermiques confortables pour un certain
pourcentage de temps (Ψ). Ce critère de performance est fixé par le concepteur. La section
suivante (2.2.5.2a) décrit plus en détails cette méthode d’analyse.
40

Équations du calcul de dimensionnement des ouvertures

Figure 20 - Diagramme des équations du calcul de dimensionnement des ouvertures selon


un critère de confort thermique
41

a) Analyse statistique des résultats de dimensionnement


La dimension des ouvertures est calculée selon un indice de performance (ψ) que
l’utilisateur introduit à titre de critère de conception. L’indice correspond au pourcentage
du temps de la période favorable (voir section 2.2.5.1a) où la ventilation naturelle suffit
comme mesure de refroidissement pour maintenir la température intérieure en-dessous de
27oC.

Une fois les calculs horaires réalisés, une analyse statistique permet d’évaluer la superficie
d’ouverture nécessaire (Aψ) pour permettre la circulation du débit volumétrique total (q)
afin de rencontrer une performance thermique donnée (ψ). L’analyse statistique, de type
descriptive, est faite par divisions en centiles. Un centile est défini comme étant un point
parmi une distribution de données en-dessous duquel, un certain pourcentage des valeurs
sont inférieures à ce point. Cette technique permet de situer une valeur donnée par rapport à
l’ensemble des résultats en tout point de sa distribution.

Par exemple, si l’utilisateur définit la valeur de l’indice de performance à 90%, le calcul


statistique par centile indiquera la valeur de la superficie d’ouverture qui est supérieure à
90% des résultats horaires; l’ouverture ainsi dimensionnée est donc suffisamment grande
pour 90% du temps.

2.2.5.3 Critère de qualité d’air intérieur


En plus de dimensionner les ouvrants selon un critère de confort thermique, l’outil permet
de dimensionner les ouvertures selon un critère de renouvellement d’air. La superficie
d’ouverture nécessaire est calculée pour assurer un taux de changement d’air minimal (nQAI)
spécifié par le concepteur en fonction de l’utilisation de l’espace. Suivant les valeurs
horaires du degré de pression disponible, l’outil HUVENT calcule la superficie d’ouvrant
(AQAI) nécessaire pour qu’à chaque heure de la période favorable, le débit volumétrique
minimal (qQAI) (équation 2.13) soit généré.

qQAI = nQAI ( l ▪ L ▪ 3,6 m ) / 3 600 s


(2.13)

où qQAI = débit volumétrique requis pour la qualité d’air intérieure (m3/s)


nQAI = taux de renouvellement d’air pour la qualité d’air intérieure (ch.air/h)
l = largeur de l’espace (m)
42

L = longueur de l’espace (m)

En général, le débit d’air frais nécessaire pour répondre aux besoins de qualité d’air est plus
petit que le débit d’air nécessaire pour répondre aux besoins thermiques (Allard 1998). La
valeur de la superficie d’ouvrants nécessaire aux besoins de qualité d’air demeure tout de
même intéressante à connaître pour le concepteur afin d’établir le besoin minimal
d’ouvrants.
43

3 Outil d’aide à la conception architecturale HUVENT

Ce chapitre constitue une présentation de l’interface HUVENT et une description des


fonctionnalités de l’outil.

HUVENT est développé sur le logiciel Excel™ afin d’être facilement accessible par le
concepteur et d’utiliser le grand potentiel d’études comparatives de type paramétrique de ce
support. Le processus itératif d’ajustement des déterminants physiques est très bien adapté
au principe similaire d’itérations dans le processus de création architectural (Potvin et al.
2004). Zeisel décrit le processus de conception comme étant un développement cumulatif,
répétitif et itératif d’une série de mises à l’épreuve des idées et des images qui permettent
au concepteur de réviser sa solution et d’obtenir une réponse plus fine et précise au
problème (Zeisel 1984) (figure 21). L’outil HUVENT vise à respecter cette démarche du
processus de conception architecturale.

Figure 21 - Métaphore en spirales (Zeisel 1984)


44

3.1 Possibilités fonctionnelles de l’outil HUVENT

L’outil développé pour la présente recherche se distingue des autres modèles simplifiés car
il permet à l’architecte de calculer la dimension des ouvrants nécessaires pour évacuer la
surchauffe d’un bâtiment ventilé de façon naturelle. Basé sur les mêmes équations
fondamentales de l’aérodynamisme et de la thermodynamique, HUVENT apporte certaines
améliorations à la procédure de calcul puisqu’il permet de :

• automatiser les calculs horaires par un outil informatique (application Excel);


• intégrer un fichier climatique régional de type CWEC, IWEC;
• isoler la période climatique favorable à la ventilation naturelle du bâtiment;
• établir de façon horaire la pression éolienne et thermique disponible; et
• établir de façon horaire le débit volumétrique d’air extérieur nécessaire pour
maintenir un état d’équilibre massique et de conservation d’énergie.

Du point de vue architectural, HUVENT permet aussi de :

• dimensionner les ouvrants pour répondre aux besoins de qualité d’air intérieure et
de confort thermique.

• et aussi de faire varier divers paramètres architecturaux tels :


o dimensions de l’espace;
o hauteur du bâtiment;
o orientation du bâtiment;
o orientation des ouvertures;
o disposition verticale des ouvertures; et
o caractéristiques de conduction thermique de l’enveloppe.

3.2 Présentation de l’interface de modélisation

Le fichier Excel™ HUVENT22 constitue l’interface de modélisation (figure 23). Ce support


d’utilisation simple permet en plus l’intégration de commentaires de nature didactique afin
de guider l’utilisateur étape par étape. Le fichier est composé de 7 feuilles de calcul (voir
tableau 4). Les feuilles numéros 6 et 7 (identifiants et calculs « cachés ») servent aux
calculs automatisés et n’ont pas à être consultées par l’utilisateur. Pour cette raison, ces
deux feuilles sont masquées de l’interface HUVENT.
45

Tableau 4 - Description et contenu des différentes feuilles de calculs de l'interface de


modélisation
Nom Description du contenu de la feuille de calcul

1. OUTIL Il s’agit de la feuille principale de l’interface.

Affichage des données et des résultats de tous les scénarios


2. Résultats
journalisés. Permet de réaliser une analyse comparative.

Plage déterminée par l'utilisateur; période horaire et conditions


Période de
3. météorologiques exigeant le refroidissement du bâtiment; (par
refroidissement
défaut : entre 8h et 20h et T°ext ≥ 13°C).

Période déterminée par l'utilisateur; sous-ensemble de la période


de refroidissement pour lequel les conditions météorologiques
4. Période favorable
extrêmes ne sont pas retenues (ex: T°ext ≤ 26°C et ratio
d’humidité < 0,012).

Données météorologiques extraites du fichier climatique


5. Données climatiques
normalisé.

Feuille protégée qui répertorie les fichiers climatiques des


différentes villes canadiennes avec leurs numéros d’identification.
6. Identifiants
Permet d’afficher automatiquement la ville étudiée dans la feuille
OUTIL.

Feuille protégée où s’effectuent différents calculs qui n’ont pas à


7. Calculs « cachés »
être présentés à l’utilisateur.

22 Pour le bon fonctionnement, le fichier HUVENT.XLS ne doit pas être renommé.


46

Diagramme de la procédure d’utilisation de l’outil HUVENT

Figure 22 - Diagramme de la procédure d'utilisation de l'outil HUVENT

La procédure d’utilisation de l’interface est présentée sous la forme d’un diagramme à la


figure 22. Le processus est composé de six grandes étapes que sont la description de
47

l’environnement du bâtiment, les paramètres physiques du bâtiment, la description


architecturale du bâtiment, le positionnement des ouvertures, le dimensionnement des
ouvertures, et enfin, la journalisation du scénario étudié. L’utilisateur peut, grâce à cette
fonctionnalité, tester par la suite l’influence de certains paramètres architecturaux en
modifiant les valeurs entrées et en relançant un nouveau calcul de dimensionnement.

3.2.1 Description de l’environnement du bâtiment

Les prochaines sections expliquent en détails l’opération de chacune des étapes de


l’interface de modélisation.

Figure 23 - Interface de modélisation; description de l’environnement du bâtiment

3.2.1.1 Données météorologiques


L’outil permet l’alimentation au système des données météorologiques environnantes
nécessaires aux divers calculs au moyen d’un module d’importation des données. Ces
48

données sont tirées de fichiers normalisés selon les formats les plus courants, canadien
(*.CW2) et international (*.IWC). La figure 24 présente le bouton pour lancer
l’importation des données climatiques.

Figure 24 - Interface de modélisation; données météorologiques

En cliquant sur le bouton approprié, l’utilisateur a l’opportunité de localiser et sélectionner


le fichier météorologique visé (figure 25) correspondant aux données pour la ville la plus
près du site d’implantation du bâtiment. Le choix du type de fichier (canadien ou
international) se fait en sélectionnant le type approprié dans le champ « Type de fichiers »
au bas de la fenêtre des données météo brutes.

Figure 25 - Interface de modélisation; sélection du fichier climatique

L’importation est ensuite lancée et les données météorologiques requises par le système
sont enregistrées dans la feuille « Données climatiques » de l’outil (figure 27). À la suite de
49

l’importation des données, deux variables dépendantes, la pression partielle et le ratio


d’humidité sont calculées dans cette même feuille. Pour chacune des étapes de traitement,
l’outil HUVENT affiche un message de réussite et informe l’utilisateur de l’étape suivante
(figure 26).

Figure 26 - Interface de modélisation; importation des données météo réussie

Figure 27 - Interface de modélisation; données météorologiques extraites du fichier


climatique

L’étape suivante consiste à déterminer les critères retenus pour établir la période de
refroidissement requis ainsi que la période pour laquelle les conditions sont favorables à la
ventilation naturelle. Ces deux périodes sont déterminées par les critères suivants qui
s’appliquent aux données climatiques importées (8760 lectures horaires) :
50

• Heure de début et heure de fin de la période d’opération;


• Température sèche extérieure minimale et maximale; et
• Ratio d’humidité maximal.

Après avoir inscrit les cinq valeurs appropriées, en cliquant sur le bouton « Lancer la
sélection de la période favorable », les lectures horaires rencontrant les critères retenus sont
extraites et enregistrées dans les feuilles « Période favorable » et « Période de
refroidissement ». Les résultats du nombre d’heures retenues pour chacune des périodes
apparaissent à la fin de cette opération (figure 28).

Figure 28 - Interface de modélisation; sélection de la période de refroidissement et la


période favorable à la ventilation naturelle

Les valeurs moyennes de la température sèche et de la vitesse du vent ainsi que la direction
des vents dominants pour la période favorable sont inscrites automatiquement à la feuille
« Outil » (figure 23).

Comme l’indique le message de confirmation (figure 29), l’étape à venir consiste à définir
le terrain et le milieu bâti.
51

Figure 29 - Interface de modélisation; définition de la période favorable réussie

3.2.1.2 Terrain et milieu bâti

Afin de mieux représenter la circulation d’air au site où doit être érigé le bâtiment,
l’utilisateur sélectionne au moyen de deux listes déroulantes le contexte où est prévue la
construction du bâtiment et la hauteur relative des obstructions environnantes (figure 30).
C’est à ce moment aussi que l’utilisateur indique la hauteur projetée du toit du bâtiment.
Ces paramètres influencent directement la vitesse du vent et la pression de vent qui sera
exercée sur les façades du bâtiment projeté.

Figure 30 - Interface de modélisation; description de l’environnement du bâtiment

3.2.1.3 Paramètres physiques du bâtiment


Dans cette section, les paramètres physiques du bâtiment sont définis (figure 31):
conduction thermique globale de l’enveloppe, gains thermiques totaux et température
intérieure maximale (voir sections 2.2.3.3, 2.2.3.4). Le concepteur entre aussi le taux de
52

renouvellement d’air visé pour assurer une qualité d’air intérieur adéquate (voir section
2.2.5.3). L’utilisateur entre ces paramètres physiques en se référant à des valeurs typiques
suggérées dans des tableaux retrouvés en commentaires des cellules à remplir.

Figure 31 - Interface de modélisation; paramètres physiques du bâtiment

3.2.1.4 Description architecturale du bâtiment

Dans cette partie, le concepteur entre les paramètres architecturaux du bâtiment :


l’orientation et le nombre d’étages du bâtiment, les dimensions de l’espace et les
caractéristiques des ouvertures (voir figure 32).

Figure 32 - Interface de modélisation; description architecturale du bâtiment


53

a) Orientation du bâtiment
L’orientation du bâtiment est déterminée par la valeur de l’azimut de la normale à la
« façade principale »; i.e. l’angle compris entre le nord géographique et la perpendiculaire
de la façade principale. L’orientation est mesurée en degrés (0-360o) dans le sens horaire.
Cette valeur est déterminante pour établir les coefficients de pression des façades (voir
section 2.2.4.1c).

b) Nombre d’étages
L’utilisateur doit entrer dans cette partie, les dimensions de l’espace étudié. Une liste
déroulante permet d’entrer le nombre d’étages du bâtiment projeté parmi deux choix : trois
étages ou moins, quatre étages ou plus. Cette valeur est déterminante pour établir le
coefficient de pression de la façade (voir section 2.2.4.1c).

c) Dimensions de l’espace
Le concepteur doit ensuite, en référence à la façade principale, entrer la largeur de l’espace,
la profondeur et la hauteur de l’espace. Ces valeurs sont déterminantes pour établir le
coefficient de pression des façades (voir section 2.2.4.1c) et le calcul du taux de
renouvellement d’air (voir section 2.2.5.3).

d) Caractéristiques verticales des ouvertures


Cette partie permet d’abord de caractériser l’effet de cheminée. L’utilisateur entre la
distance verticale entre les ouvertures comprises dans l’espace; i.e. la hauteur relative entre
l’ouvrant disposé le plus haut dans l’espace et celui positionné le plus bas. Cette valeur
représente la hauteur effective de l’effet de cheminée (voir section 2.2.4.2).

De plus, dans cette section l’utilisateur entre la dimension verticale des ouvertures, i.e. la
hauteur de l’ouvrant. Cette valeur est considérée seulement pour les scénarios de ventilation
par une seule façade (voir section 2.2.4.3).
54

3.2.1.5 Positionnement et dimensionnement des ouvertures

Il est important de rappeler que le modèle analytique de HUVENT ne peut considérer plus
qu’une ouverture par mur extérieur de l’espace étudié. Ainsi, il n’est pas possible de
représenter avec HUVENT un mur extérieur qui serait composée d’ouvertures à son niveau
inférieur et d’ouvertures au niveau supérieur de ce même mur. Développer un outil
permettant de considérer plus d’une ouverture par mur extérieur de l’espace étudié aurait
complexifié considérablement le modèle de calcul et ce, en raison du nombre plus élevé de
possibilités de patterns de circulation d’air. Seul un modèle résolu par calculs itératifs
permettrait de solutionner de tels scénarios.

Le concepteur qui utilise HUVENT doit donc être conscient que la superficie calculée par
l’outil représente la superficie totale de l’ensemble des ouvrants compris sur un mur
extérieur de l’espace étudié. Le concepteur doit ainsi faire la correspondance entre cette
valeur totale obtenue et la superficie des ouvrants individuels projetés. Par exemple, si
HUVENT estime que 10 m2 d’ouverture est approprié, le concepteur pourrait alors
composer une façade de dix (10) ouvrants de 1 m2. Par contre, celui-ci doit être averti que
de telles correspondances ne peuvent être équivalentes du fait que le coefficient de
décharge d’une ouverture de 10 m2 n’est pas le même que celui d’une ouverture de 1 m2.
En général, plus la superficie d’ouverture est grande, moins elle perturbe l’écoulement
d’air, moins l’effet vena contracta est présent et, plus grand est le coefficient de décharge
(Allard 1998) (voir section 2.2.4.1d).
55

Figure 33 - Interface de modélisation; positionnement et dimensionnement des ouvertures

a) Positionnement des ouvertures


Le concepteur doit déterminer la disposition stratégique des ouvertures en tenant compte de
la direction des vents dominants de la période favorable. L’orientation des ouvertures et
leurs dispositions verticales sur chacune des façades influencent le débit d’air échangé et
par conséquent, le dimensionnement des ouvertures.

Cette section permet au concepteur d’analyser en détails les degrés de pression naturelle de
chacun des murs extérieurs de l’espace étudié et de cibler les façades les plus avantageuses
à traiter et de déterminer la position verticale des ouvertures permettant de profiter du plein
potentiel de l’effet de cheminée. Les orientations et le positionnement vertical des
ouvertures sont ajustés par le concepteur pour assurer le flux de ventilation maximal.
L’ « état » de pressurisation de chacune des façades est indiqué à l’utilisateur par un code
de couleur attribué aux débits volumétriques (voir figure 33) :

• les façades en « pression positive » sont en bleues et la façade la plus pressurisée du


bâtiment a une trame de fond bleue;
• les façades en « pression négative » sont en rouge et la façade la plus sous-
pressurisée du bâtiment a une trame de fond rouge.

Pour conserver l’état d’équilibre massique, l’espace étudié ne peut admettre plus d’air qu’il
n’en évacue. Donc, pour générer une circulation d’air, le concepteur doit penser à
56

positionner des ouvertures sur une ou des façades en « pression positive » (les façades
pressurisées peuvent admettre de l’air) et aussi sur une ou des façades en « pression
négative » (les façades sous-pressurisées peuvent évacuer de l’air). Ainsi, pour créer un
flux maximal, le concepteur a intérêt à disposer des ouvertures sur la façade la plus
« pressurisée » et sur la façade la plus « sous-pressurisée ».

Le concepteur détermine ainsi sur quelle(s) façade(s) les ouvrants sont disposés en
choisissant « oui » ou « non »; oui signifiant que la façade dispose d’ouvrants. Ces
informations permettent notamment à l’outil de détecter si l’espace se trouve dans une
situation de ventilation transversale ou de ventilation par une seule façade.

À titre de d’exemple, la figure 34 illustre un cas où aucune circulation d’air n’est générée
parce que les ouvrants sont exclusivement disposés que sur des façades sous-pressurisées
(façades 2 et 3).

Figure 34 - Interface de modélisation; orientation des ouvertures

Si, pour des façades distinctes, les ouvrants sont distancés verticalement l’un de l’autre, un
effet de cheminée sera généré (voir 2.2.4.2). Étant donné que la masse volumique de l’air
admis est plus élevée que celle de l’air évacué, l’apport en air frais se fait par l’ouverture
inférieure et l’évacuation de l’air intérieur se fait par l’ouverture supérieure (l’air intérieur
est plus chaud que l’air extérieur).

Dans ce sens, le concepteur a intérêt à positionner les ouvertures qui contribuent à l’effet de
cheminée en respectant l’état de pressurisation des façades :
57

• les façades en « pression positive » ont avantage à être composées d’ouvertures au


niveau inférieur pour favoriser l’apport d’air frais;
• les façades en « pression négative » ont avantage à être composées d’ouvertures au
niveau supérieur pour favoriser l’évacuation de l’air.

Ainsi, pour l’espace étudié, le concepteur détermine pour chacun des murs extérieurs
composés d’ouvertures, leurs positions verticales projetées à l’aide d’un menu déroulant:
niveau supérieur ou niveau inférieur (voir figure 35).

Figure 35 - Interface de modélisation; positionnement vertical des ouvertures

À titre de d’exemple, la figure 36 illustre un cas où le positionnement vertical des


ouvertures désavantage le rendement du système de ventilation en comparaison avec le
même bâtiment témoin dont la disposition permet de meilleurs résultats (figure 35).

Figure 36 - Interface de modélisation; variation du positionnement vertical des ouvertures

Si les ouvertures du bâtiment ne sont pas distantes verticalement, aucun effet de cheminée
ne sera généré.
58

b) Dimensionnement des ouvertures


L’utilisateur, dans cette section, entre l’indice de performance du calcul de
dimensionnement, i.e. le pourcentage du temps de la période favorable où la ventilation
naturelle compte combler les besoins de refroidissement. Cette valeur est utilisée pour
l’analyse statistique des résultats horaires du calcul de dimensionnement (voir section
2.2.5.2a).

Figure 37 - Interface de modélisation; dimensionnement des ouvertures

La dimension des ouvertures (Aψ) pour assurer un confort thermique est calculée et
indiquée dans un encadré (voir figure 37). La dimension minimale des ouvertures
nécessaire pour assurer une qualité d’air intérieure (AQAI) y est aussi indiquée dans un
encadré. Rappelons que les superficies calculées représentent l’aire totale d’ouvrants par
mur extérieur de l’espace étudié (voir figure 18).

3.2.1.6 Journalisation des résultats

Une des fonctionnalités de l’outil HUVENT est de permettre à l’utilisateur de réaliser


facilement plusieurs itérations de calculs fastidieux afin d’apprécier les effets de ses choix
architecturaux. HUVENT permet l’enregistrement de tous les paramètres et des résultats
obtenus pour chacun des scénarios élaborés.

Pour faciliter l’analyse ultérieure des résultats et la sélection des choix optimaux,
l’utilisateur a la possibilité de nommer chacun des scénarios qu’il enregistre avant de
presser sur le bouton « Journaliser ces résultats » (figure 38). Cette fonction enregistre dans
59

la feuille «Résultats» l’ensemble des résultats et des paramètres ayant conduit à ces
résultats (voir figure 39).

Figure 38 - Interface de modélisation; journalisation

Pour prévenir des enregistrements successifs des mêmes résultats, le bouton de


journalisation n’apparaît que lorsque les calculs itératifs sont complétés avec succès et
s’estompe ensuite après chaque journalisation.

Figure 39 - Interface de modélisation; résultats


60

3.3 Validation de l’outil HUVENT

Cette section présente l’étude de validation réalisée dans le but de vérifier la conformité de
l’outil HUVENT et d’en soulever ses limites. Il est estimé qu’une analyse comparative
entre les résultats obtenus avec HUVENT et les résultats obtenus avec un outil de
ventilation naturelle validé par la communauté scientifique permet de rencontrer cet
objectif.

3.3.1 Objectif de l’étude de validation

Le but de l’étude de validation est de s’assurer que l’outil génère des résultats cohérents
avec la logique des principes fondamentaux de la ventilation naturelle. Plus spécifiquement,
en référence avec les objectifs de la présente recherche (voir section 1.2), l’étude de
validation a pour objectif de vérifier que HUVENT peut mesurer correctement, sur une
base relative, l’influence de certains choix architecturaux quant à leur capacité à refroidir
un bâtiment par la ventilation naturelle. Ainsi, l’étude de validation vise à vérifier que
HUVENT génère des résultats sensés qui pourront assister convenablement les
concepteurs afin de prendre des décisions architecturales rationnelles quant à la
performance de la ventilation naturelle.

3.3.2 Outil et méthode de validation

Afin de valider les résultats de l’outil HUVENT, ceux-ci sont comparés aux résultats
obtenus par des méthodes éprouvées et reconnues par la sciences du bâtiment et dont le
degré de représentativité de leur méthode est équivalent à celui de HUVENT. La
comparaison inter-modèles est fréquemment utilisée afin d’évaluer la précision et la
fonctionnalité des outils de simulation (Guimont 2002).

Les scénarios de ventilation de type transversale et par effet de cheminée seront validés à
l’aide de la méthode British Standard (BS) (British Standards Institution 1980). La
validation de la méthode BS est discutée à la section 3.3.2.1.
61

Pour les scénarios de ventilation par une seule façade, HUVENT se base déjà sur la
méthode BS. Un autre modèle doit être employé pour valider ces scénarios spécifiques.
Ainsi, pour les scénarios de ventilation par une seule façade, HUVENT sera validé à l’aide
du logiciel AIOLOS (Dascalaki et al. 1999). La validation du logiciel AIOLOS est discutée
à la section 3.3.2.2a).

Le tableau 5 résume les modèles de référence attitrés aux différents types de ventilation
étudiés.

Tableau 5 - Différents scénarios de ventilation et modèle(s) de référence attitré(s)


Type de ventilation naturelle Modèle HUVENT Modèle(s) de référence
Ventilation transversale Équations BS, AIOLOS23
fondamentales
2.1, 2.6, 2.7
Ventilation par effet de cheminée Équations BS, AIOLOS23
fondamentales
2.1, 2.6, 2.10
Ventilation par ventilation transversale et par effet de Équations BS, AIOLOS23
cheminée fondamentales
2.1, 2.6, 2.7, 2.10
Ventilation par une seule façade BS AIOLOS
(équation 2.11)

3.3.2.1 Méthode British Standards

La British Standards Institution (BSI) est l’autorité nationale responsable de rédiger,


publier et distribuer les normes et standards en Angleterre. La méthode British Standards
(BS), tel que présentée et commentée par Allard (Allard 1998), est tirée du code de bonne
pratique anglais en matière de conception de bâtiments ventilés naturellement et est publiée
par la BSI.

Pour calculer le débit volumétrique d’air échangé par la ventilation transversale et par effet
de cheminée combiné, cette méthode simplifiée à une seule zone thermique s’appuie à la
fois sur des principes théoriques et sur des données expérimentales. Le schéma de
circulation de l’air est illustré à la figure 40. La méthode BS propose sensiblement le même

23
À titre complémentaire, AIOLOS fera également l’objet de modèle de référence.
62

degré de représentativité que l’outil HUVENT et constitue une méthode qui convient au
type d’analyse comparative réalisée dans cette étude de validation.

Figure 40 - Schéma de circulation d'air de la méthode BS pour ventilation transversale


générée par effet de cheminée et par la pression éolienne (Allard 1998)

a) Validation de la méthode British Standards


La méthode BS est largement utilisée dans les codes de bonnes pratiques et a déjà fait
l’objet de nombreuses études de validation par la British Standard Institute. Les travaux
menés par des chercheurs de l’Institut des Technologies du Massachusetts (MIT) (Allocca
et al. 2003) ont permis de valider la méthode BS grâce à l’utilisation de la simulation des
écoulements par volume fini (CFD). L’étude révèle que les résultats obtenus par la méthode
BS suivent la même tendance que les résultats obtenus par méthode CFD et que le débit de
circulation d’air du modèle BS est surestimé par un écart de l’ordre de 25%. De plus, cette
même étude sur la ventilation par une seule façade affirme que les résultats obtenus par la
méthode BS sont très similaires aux résultats obtenus par une seconde méthode empirique
développée, celle-ci, par Phaff et De Gidds (Phaff et de Gids 1980).

Selon la littérature consultée, la méthode BS, est une méthode valide et éprouvée dans les
limites où celle-ci est utilisée comme approche approximative.

3.3.2.2 Logiciel AIOLOS

Le logiciel AIOLOS a été développé en 1998 dans le cadre d’un projet spécifique du
programme de la Commission européenne ALTENER visant à promouvoir les énergies
renouvelables au sein de l'Union européenne. Le but du projet AIOLOS était de créer du
63

matériel éducationnel spécifique à la compréhension et au bon usage des principes de la


ventilation passive des bâtiments. Le logiciel AIOLOS est basé sur un modèle analytique
complexe synthétisé en un réseautage de nœuds (network modeling) résolu par des
techniques itératives (voir section 2.1.1.2). L’algorithme de calcul combine à la fois les
équations des principes fondamentaux de la physique et le résultat des connaissances
empiriques. Ainsi, en raison des caractéristiques intrinsèques de son modèle de calcul, les
résultats générés par AIOLOS sont, selon la littérature et les expériences passées, plus
précis et justes que les résultats obtenus par des modèles simplifiés comme HUVENT.
Certes AIOLOS peut simuler des scénarios plus complexes et offre une plus grande
versatilité que l’outil HUVENT. Toutefois, il en demeure que AIOLOS peut également
simuler des scénarios « simples », tels que compris dans cette étude de validation, et
constitue un modèle de référence qui convient à la présente recherche.

a) Validation de AIOLOS
Le logiciel AIOLOS a été testé et validé par de nombreuses expérimentations dans le cadre
des travaux du projet PASCOOL. Le logiciel AIOLOS est basé sur une méthode analytique
complexe qui fait office de modèle de référence pour plusieurs analyses comparatives dont
récemment, celle de Breviglieri P. De Castro (Breviglieri Pereira De Castro et al. 2005). En
effet, AIOLOS a également été choisi par ces chercheurs comme logiciel de référence pour
valider leur modèle multizones nommé AEOLUS MZ qui permet de calculer les débits de
ventilation naturelle et qui peut être couplé au logiciel énergétique TRNSYS (Solar Energy
Laboratory 2000). Les résultats de l’étude de validation ont démontré une bonne
correspondance entre le modèle développé et le logiciel validé AIOLOS.

La description de l’analyse comparative de l’outil HUVENT est présentée à la section


suivante.
64

3.3.3 Description de l’analyse comparative

L’objectif de l’analyse comparative est de vérifier que le traitement accordé à chacune des
variables est valide. Les valeurs des variables calculées par HUVENT seront ainsi
comparées à celles du modèle de référence.

Tel que discuté précédemment, l’outil HUVENT calcule, selon un indice de performance
spécifié par l’utilisateur, la superficie d’ouverture nécessaire pour maintenir l’équilibre
thermique d’un espace (voir section 2.2.5.2).

En contrepartie, le logiciel AIOLOS et la méthode BS calculent le débit volumétrique d’air


échangé en fonction de la pression de vent disponible, de l’effet de cheminée présent et de
la superficie d’ouverture fixée par l’utilisateur. La figure 41 représente schématiquement la
structure logique des modèles AIOLOS et BS.

Aire des Pression


ouvrants fixée disponible calculée

Débit vol.
échangé

Figure 41 - Schéma de la structure logique des modèles AIOLOS et BS

En raison des distinctions logiques et fonctionnelles entre les outils HUVENT, AIOLOS et
BS, l’utilisation de HUVENT a été adaptée de manière à pouvoir présenter des scénarios
d’inter comparaison basés sur la même représentation analytique des phénomènes
physiques impliqués. L’aspect «équilibre thermique de l’espace» a donc été retiré de cette
analyse comparative dans le but de valider spécifiquement les résultats « aérodynamiques »
de l’outil HUVENT. Ainsi, afin de générer des résultats comparables entre les modèles, les
fonctionnalités suivantes de l’outil HUVENT ont été « désactivées » afin d’isoler
correctement le traitement du calcul aérodynamique de l’outil HUVENT :
65

• Dimensionnement des ouvrants (voir section 2.2.5);


• Établissement de la période favorable annuelle (voir section 2.2.5.1a).

Pour la présente étude comparative, une série de variations paramétriques est exercée aux
variables des modèles comparés. Le tableau 6 résume les variables traitées et les paramètres
attribués au scénario de base de cette étude.

Les sections suivantes décrivent les différentes variables et paramètres analysés dans
l’étude comparative.

3.3.3.1 Variable dépendante : le débit volumétrique échangé

Le débit volumétrique échangé est un indice commun aux modèles HUVENT et AIOLOS
et BS. Le débit volumétrique échangé est ainsi retenu comme variable dépendante pour
cette étude de validation.

3.3.3.2 Variables fixes

Pour les fins de l’analyse comparative, les variables suivantes sont fixes et les mêmes
valeurs ont été attribuées aux modèles étudiés.

a) Période d’étude
La période d’étude est établie à la journée du 21 juin de 8h00 à 20h00. Cette période a été
choisie car elle représente une journée type où la ventilation naturelle peut convenir à
refroidir un bâtiment. Bien qu’une canicule puisse survenir exceptionnellement, la fin juin
représente une période de l’année où les conditions météorologiques sont clémentes et
favorables à la ventilation naturelle (voir la section suivante au sujet des conditions
météorologiques de cette période).

Bien que les deux modèles puissent simuler la performance de la ventilation naturelle sur
une période plus longue (30 jours pour AIOLOS et 365 jours pour HUVENT), la période
d’étude a été restreinte à une seule journée dans le but d’analyser un scénario d’une journée
typique. Une étude comparative sur une plus longue période de temps serait pertinente si la
66

fonctionnalité « dimensionnement des ouvrants » en regard des performances thermiques


voulait être vérifiée.

b) Conditions météorologiques
Les conditions météorologiques pour la période d’étude sont extraites du fichier météo
normalisé CWEC de la Ville de Québec. Pour le 21 juin, de 8h00 à 20h00, les conditions
météorologiques sont les suivantes :

• Température moyenne de 17,9 oC


• Vitesse moyenne du vent de 3,9 m/s
• Direction dominante du vent à 81o

Les conditions météorologiques du 21 juin à Québec sont favorables à l’utilisation de la


ventilation naturelle, telles que définies à la section 2.2.5.1a).

c) Propriétés thermiques de l’espace


La température intérieure pour les deux modèles est fixée à 27oC et maintenue constante
pour toute la période d’étude (voir section 2.2.3.4). Les valeurs de la conductivité
thermique de l’enveloppe et des gains thermiques totaux de l’espace sont identiques pour
les modèles étudiés quoiqu’ils n’aient aucune influence sur l’aspect aérodynamique de la
présente analyse comparative.

d) Dimension de l’ espace
Le volume de l’espace intérieur est fixé à 30 m3 pour l’outil HUVENT et le logiciel
AIOLOS.

e) Superficie des ouvertures


Le logiciel AIOLOS permet de définir chacun des ouvrants de tous les murs extérieurs de
l’espace étudié. L’outil HUVENT ne permet pas de définir la superficie de chacun des
ouvrants composant chacun des murs extérieurs. La superficie des ouvrants, tel que
considérée par HUVENT, représente la superficie totale des ouvrants par mur extérieur de
l’espace étudié. Cette valeur est la même pour tous les murs extérieurs de l’espace étudié.
67

Pour l’analyse comparative, la superficie de chacune des ouvertures est fixée à 1,0 m2 pour
les modèles étudiés.

f) Coefficient de décharge des ouvertures


Le coefficient de décharge des ouvertures (Cd) des modèles comparés est fixé à 0,73. Cette
valeur représente bien la décharge d’une ouverture typique (Allard 1998).

g) Milieu environnant et hauteur du bâtiment


L’outil HUVENT permet de considérer l’influence du milieu bâti, des obstructions
environnantes et de la hauteur du bâtiment sur le degré de pression éolienne exercée sur les
façades du bâtiment (voir section 2.2.4.1).

Le logiciel AIOLOS bénéficie de cette même fonctionnalité et les méthodes utilisées sont
exactement les mêmes que celles du modèle HUVENT : British Standards BS5925-1991
pour les considérations du milieu bâti sur la vitesse du vent et les travaux empiriques de
Liddament pour l’établissement des coefficients de pression des façades.

Pour cette raison, ces paramètres sont fixés pour l’étude comparative :

• Milieu urbain;
• Obstructions environnantes à la mi-hauteur du bâtiment;
• Bâtiment de moins de 3 étages;
• Hauteur du toit à 2,5 m.

h) Orientation du bâtiment
Pour l’étude comparative, l’orientation du bâtiment est fixée à l’Ouest (Ω = 270o), i.e. la
direction de la normale à la façade principale est orientée vers l’Ouest.

Afin de valider le bon fonctionnement de ce paramètre, une analyse comparative spécifique


a été réalisée afin de vérifier que les Cp obtenus par HUVENT sont similaires à ceux
obtenus par le logiciel AIOLOS et ce, pour différentes orientations du bâtiment.
68

Les coefficients de pression des façades ont été vérifiés pour les trois scénarios suivants :

1. Bâtiment de moins de 3 étages, mi-obstrué, ratio longueur/largeur 1 :1;


2. Bâtiment de moins de 3 étages, exposé, ratio longueur/largeur 1 :1;
3. Bâtiment de moins de 3 étages, exposé, ratio longueur/largeur 2 :1.

La figure suivante présente les résultats des Cp calculés par AIOLOS et HUVENT (figure
42). Les valeurs des coefficients de pression des façades calculées par HUVENT sont
identiques à ceux calculées par AIOLOS.

Coefficient de pression de vent (Cp) en fonction de l'orientation de la façade


(direction du vent = 79 degrés soit NE-E)

0.8

0.6

0.4

0.2
HUVENT #1
0 AIOLOS #1
0 45 90 135 180 225 270 315 360 HUVENT #2
Cp

AIOLOS #2
-0.2 HUVENT #3
AIOLOS #3

-0.4

-0.6

-0.8

-1
Orientation de la façade

Figure 42 - Comparaison des différents Cp obtenus par HUVENT et AIOLOS


69

Tableau 6 - Variables et paramètres du scénario de base pour l’étude de validation


Variables Scénario de base
HUVENT AIOLOS et BS
Variable dépendante Débit volumétrique Q (m3/s) Qmoyen (m3/s) pour la
période d’étude
Variables fixes Période d’étude 21 juin 21 juin
8h00 à 20h00 8h00 à 20h00
Conditions Ville de Québec Ville de Québec
météorologiques Valeur moyenne Valeur horaire de
pour la période vitesse et direction
d’étude du vent, température
Umet = 3,9 m/s sèche
Φ = 81 o
Text = 17,9oC

Propriétés Tint = 27oC Tint = 27oC


thermiques de
l’espace
Dimension de V = 30 m3 V = 30 m3
l’espace
Superficie des A = 1 m2 A = 1 m2 (AIOLOS)
ouvrants A1=A2=A3=
A4=0,5 m2 (BS)
Orientation du Ω = 270o Ω = 270o
bâtiment
Milieu environnant Milieu urbain, Milieu urbain,
et hauteur du obstructions à mi- obstructions à mi-
bâtiment hauteur, bâtiment de hauteur, bâtiment de
moins de 3 étages, moins de 3 étages,
z = 2,5 m z = 2,5 m
Variables Cas de Distance verticale hchem = 0 m hchem = 0 m
indépendantes ventilation entre les ouvertures
transversale
Cas de Dimension houv = 1 m houv = 1 m
ventilation verticale de
par une l’ouvrant
seule Différentiel de ∆T = 9,1 oC ∆T = 9,1 oC
façade température de l’air
ext. et int.

3.3.3.3 Variables indépendantes

Afin de comparer les résultats des débits volumétriques calculés par l’outil HUVENT et les
modèles de référence, différents paramètres sont changés successivement de façon
indépendante afin d’en établir leur influence sur les variations du débit obtenu.
70

Rappelons que le modèle HUVENT permet de simuler des scénarios de ventilation


transversale et de ventilation par une seule façade. Selon le type de ventilation simulé, les
variables indépendantes sont différentes afin de valider le bon fonctionnement des deux
différentes approches de calculs. Cette section présente les résultats des débits
volumétriques (exprimé en taux de renouvellement d’air) obtenus avec l’outil HUVENT, le
logiciel AIOLOS et la méthode BS pour les différents scénarios simulés.

Pour les différents scénarios où les variables indépendantes sont variées successivement,
les résultats sont présentés sous forme de graphiques et tableaux. Le pourcentage d’écart
moyen des résultats des modèles BS et AIOLOS y sont inscrits.

Le pourcentage d’écart moyen représente la moyenne arithmétique des valeurs de


pourcentage d’écart entre les résultats obtenus des modèles de référence et les résultats
obtenus par l’outil HUVENT.

a) Ventilation transversale avec ou sans effet de cheminée


Tel que mentionné précédemment (section 3.3.2), pour les scénarios de ventilation
transversale avec ou sans effet de cheminée, le modèle de référence de cette étude de
validation est la méthode BS. À titre complémentaire les résultats obtenus par le logiciel
AIOLOS sont aussi présentés.

En premier lieu, une simulation « de base » est effectuée avec les variables fixées telles que
décrites au tableau 6. Cette simulation constitue le point de départ pour l’analyse des
scénarios de ventilation transversale.

Tableau 7 - Résultats du scénario de base pour la ventilation transversale


Modèle Taux de renouvellement Pourcentage d’écart
d’air
BS 71 + 22%
HUVENT 58 -
AIOLOS 29 - 50%

Les résultats du modèle HUVENT indiquent un taux de renouvellement d’air inférieur de


22% par rapport à la méthode BS et supérieur de 50% par rapport au logiciel AIOLOS (voir
71

tableau 7). Les résultats de HUVENT sont donc compris à l’intérieur de la plage de valeurs
des deux modèles étudiés.

Afin de vérifier le bon comportement de l’effet de cheminée (la distance verticale entre les
ouvertures provoque un mouvement d’air), une série de simulations ont été réalisées en
variant successivement de 0 à 6 mètres la distance verticale entre les deux ouvertures de
l’espace. Les résultats des taux de renouvellement d’air calculés en fonction de la distance
verticale des ouvertures sont présentés dans le graphique suivant (figure 45).

Il apparaît que pour de grandes distances verticales entre les ouvertures (effet de cheminée
important), la méthode BS génère des résultats qui semblent en dehors de valeurs
acceptables. Ainsi, pour ces scénarios spécifiques, l’étude de validation s’est rabattue sur le
logiciel AIOLOS à titre de modèle de référence. Les courbes des résultats de HUVENT et
de AIOLOS, quant à eux, suivent la même tendance pour toute la plage de distances
verticales simulée (voir figure 43). Le pourcentage d’écart moyen a été établi (voir
tableau 8).
72

Taux de renouvellement d'air en fonction de la distance verticale entre les ouvertures

400

350

300
Taux de renouvellement

250
d'air (ch.air/h)

HUVENT
200 BS
AIOLOS

150

100

50

0
0 1 2 3 4 5 6
Distance verticale entre les ouvertures (m)

Figure 43 - Résultats de la variation de la distance verticale entre les ouvertures pour les
scénarios de ventilation transversale combinée à un effet de cheminée

Tableau 8 - Pourcentage d’écart moyen entre les résultats de AIOLOS et de HUVENT pour
les scénarios de ventilation transversale combinée à un effet de cheminée où la distance
verticale entre les ouvertures est comprise entre 0 et 6,0 mètres
Modèle Pourcentage d’écart
AIOLOS -
HUVENT +50%

En référence à la figure 43, pour les cas de ventilation transversale combinée à un effet de
cheminée avec une hauteur effective supérieure à 2,0 mètres, les débits volumétriques
calculés par la méthode BS sont largement supérieurs à ceux de AIOLOS et de HUVENT.
C’est donc dire que pour des cheminées de grande hauteur, l’effet thermique semble
surévalué par la méthode BS. Ces résultats « hors-proportion » s’expliquent du fait que la
méthode BS a été développée pour concevoir un espace de morphologie typique (i.e. un
espace d’une hauteur raisonnable, sans puits, ni atriums). Cette étude de validation a donc
73

permis de constater que la méthode BS s’avère non appropriée à simuler un effet de


cheminée important et, permet ainsi de révéler le degré appréciable de représentativité que
permet l’outil HUVENT.

Donc, pour les scénarios de ventilation transversale avec effet de cheminée (voir figure 43),
il apparaît que :

• Pour un faible effet de cheminée (hauteur effective inférieure à 1,0 mètre), les
résultats de HUVENT correspondent aux résultats de la méthode BS dans une
marge de ±25%;
• Pour un grand effet de cheminée (hauteur effective comprise entre 1,0 et 6,0
mètres), les résultats de HUVENT correspondent aux résultats du logiciel AIOLOS
selon une erreur relative constante de +50%;
• Les résultats obtenus par HUVENT suivent la même tendance que ceux obtenus par
AIOLOS;
• HUVENT traite la ventilation transversale correctement; et
• HUVENT traite l’effet de cheminée correctement;

b) Ventilation par une seule façade


Rappelons que pour les scénarios de ventilation par une seule façade, le modèle HUVENT
est basé sur la méthode BS (voir tableau 5). Pour cette raison, le logiciel AIOLOS a été
choisi comme modèle de référence pour cette étude de validation.

La ventilation à une seule façade est générée par le différentiel de température présent entre
l’air extérieure et l’air intérieure. Ainsi, par une seule ouverture, une double circulation
d’air est provoquée en fonction de la dimension verticale de l’ouvrant : l’air intérieur étant
plus chaud que l’air extérieur, un flux d’air chaud est évacué par le haut de l’ouvrant et est
renouvelé par un flux entrant par la partie inférieure.

Initialement, une simulation « de base » est effectuée avec les variables fixées telles que
présentées au tableau 6 sous la colonne « scénario de base ». Cette simulation constitue le
point de départ pour les scénarios de ventilation par une seule façade.
74

Tableau 9 - Résultats du scénario de base pour la ventilation à une seule façade


Modèle Taux de renouvellement Pourcentage d’écart
d’air
AIOLOS 26 -
HUVENT 56 +54%

Les résultats du modèle HUVENT indiquent un taux de renouvellement d’air supérieur de


54% par rapport au logiciel AIOLOS pour un scénario de ventilation à une seule façade
(voir tableau 9 ci-dessus).

Afin de vérifier le bon comportement de HUVENT, une série de simulations ont été
réalisées en variant successivement de 0 à 2,5 mètres la dimension verticale de l’ouverture.
Les résultats des taux de renouvellement d’air calculés en fonction de la dimension
verticale de l’ouverture sont présentés dans le graphique suivant (figure 44).

Taux de renouvellement d'air en fonction de


la dimension verticale de l'ouverture
90

80

70

60
Taux de renouvellement
d'air (ch.air/h)

50
HUVENT
AIOLOS
40

30

20

10

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5

Dimension verticale de l'ouverture (m)

Figure 44 - Résultats de la variation de la dimension verticale de l'ouverture pour les


scénarios de ventilation par une seule façade
75

• Les résultats obtenus par HUVENT suivent la même tendance que ceux obtenus par
le logiciel AIOLOS.

Le pourcentage d’écart moyen entre les valeurs références et celles du modèle HUVENT a
été établi (voir tableau 10).

Tableau 10 - Pourcentage d’écart moyen entre les résultats du modèle de référence et le


modèle HUVENT pour les scénarios de ventilation par une seule façade où la dimension
verticale de l’ouverture a été variée successivement de 0,1 à 2,0 m
Modèle Pourcentage d’écart
AIOLOS -
HUVENT +50%

Une série de simulations ont été réalisées en variant successivement de 2 à 9,1 oC la


différence de température entre l’air extérieur et l’air intérieur. Les résultats des taux de
renouvellement d’air calculés pour les différents modèles en fonction du différentiel de
température entre l’air extérieur et intérieur sont présentés à la figure 45.
76

Taux de renouvellement d'air en fonction du différentiel de température


entre l'air extérieur et intérieur du bâtiment

60

50
Taux de renouvellement

40
d'air (ch.air/h)

HUVENT
30
AIOLOS

20

10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Différence de température entre l'air extérieur et intérieur du bâtiment (oC)

Figure 45 - Résultats de la variation du différentiel de température pour les scénarios de


ventilation par une seule façade

Les pourcentage d’écart moyen entre les valeurs références et celles du modèle HUVENT
ont été établis (voir tableau 11).

Tableau 11 - Pourcentage d’écart moyen entre les résultats du modèle de référence et le


modèle HUVENT pour les scénarios de ventilation par une seule façade où le différentiel
de température a été varié successivement de 2 à 9,1 oC
Modèle Pourcentage d’écart
AIOLOS -
HUVENT +50%

Ainsi, pour les scénarios de ventilation par une seule façade (voir figures 44 et 45), il
apparaît que :
77

• Les résultats de HUVENT correspondent aux résultats du logiciel AIOLOS selon


une erreur relative constante de +50%;
• Les résultats obtenus par HUVENT suivent la même tendance que ceux obtenus par
AIOLOS;
• HUVENT traite la ventilation par une seule façade correctement;

3.3.4 Discussion sur les résultats

D’après les résultats de cette étude comparative, il ressort que :

• Pour les scénarios de ventilation transversale avec un faible effet de cheminée, les
résultats obtenus par HUVENT sont justes dans une marge de ±25%;
• Pour les scénarios de ventilation par une seule façade, les résultats obtenus par
HUVENT sont supérieurs aux résultats obtenus par le logiciel AIOLOS de l’ordre
de 50%;.
• Les valeurs des coefficients de pression des façades (Cp) calculées par HUVENT
sont identiques à celles calculées par AIOLOS et ne peuvent ainsi expliquer les
différences de résultats entre les deux modèles;
• Pour tous les scénarios étudiés, les résultats de HUVENT suivent la même tendance
que les résultats obtenus par le logiciel AIOLOS;
• L’outil HUVENT réagit correctement aux variations des différents paramètres;
• L’outil HUVENT fournit des résultats logiques et cohérents avec les principes
fondamentaux associés à la ventilation naturelle;
• L’objectif de l’étude de validation a été rencontré.

Il apparaît évident que l’outil HUVENT présente des résultats avec des écarts absolus
importants versus les modèles de référence employés dans cette étude de validation.
Toutefois, considérant que cet outil vise à assister les concepteurs à prendre des décisions
architecturales aux étapes préconcepts et que, HUVENT génère des résultats logiques et
cohérents avec les principes physiques impliqués, l’outil HUVENT demeure tout à fait
pertinent et utile au processus de conception. En effet, à ces étapes où les « quantités » ne
78

sont pas précisées, ce qui importe aux concepteurs c’est de pouvoir mesurer, sur une base
relative, l’influence d’un choix architectural sur un autre. Dans ce sens, ce qui est décisif
pour le concepteur c’est de pouvoir comparer des scénarios architecturaux et d’en évaluer
leurs impacts en terme de proportion.

L’étude de validation ayant permis d’établir le pourcentage d’écart des résultats de


HUVENT pour tous les scénarios de ventilation, le concepteur est maintenant en mesure de
compenser les résultats de HUVENT afin d’obtenir des quantités plus justes en référence
aux résultats des modèles validés. Ainsi, désireux de dimensionner les ouvertures pour un
bâtiment ventilé transversalement avec un important effet de cheminée (voir section
3.3.3.3a), le concepteur devrait ajuster la dimension obtenue par HUVENT d’un facteur de
50%. Le concepteur devra alors ainsi multiplier par 1,5 la superficie d’ouverture suggérée
par l’outil HUVENT.

Il faut enfin rappeler que les modèles analytiques simplifiés, tel que HUVENT, demeurent
des méthodes approximatives qui doivent être utilisées avec précautions (Allard 1998).
79

4 Analyse du potentiel de la climatisation passive par la

ventilation naturelle pour le climat du Québec

Sous notre climat dominé par des besoins en chauffage, l’applicabilité et l’intégration de la
ventilation naturelle sont souvent remises en question. Cette section dresse un portrait
comparatif des climats québécois et nord-européen en terme de potentiel d’application de la
climatisation passive par la ventilation naturelle. L’outil HUVENT peut aussi être utilisé
pour ce type d’analyse. La fonction de HUVENT qui permet de sélectionner la « période
favorable » des données météorologiques annuelles (voir section 3.2.1.1) sera utilisée afin
de comparer, pour chacune des villes étudiées, cette portion annuelle où les conditions
météorologiques conviennent à la climatisation passive. De plus, dans le but d’analyser le
potentiel d’application de la ventilation naturelle à différents climats, la dimension des
ouvertures d’un bâtiment témoin sera calculée par HUVENT pour chacune des villes
comparées. Les résultats y sont présentés et discutés. Pour cette analyse, l’utilisation de
HUVENT est profitable en raison des fonctions automatisées qu’offre l’outil et sa
simplicité et rapidité d’utilisation. Également, la journalisation des résultats (voir section
3.2.1.6) permet de présenter sur une même feuille les résultats des différentes simulations
ce qui facilite l’analyse comparative (voir figure 39).

4.1 Aperçu du climat québécois

Le climat québécois peut être qualifié de rude. Les conditions météorologiques des quatre
saisons sont extrêmes et importantes : hivers froids, étés chauds et humides. La figure 46
illustre la distribution de la température extérieure de la ville de Montréal pour la totalité
des heures annuelles, ville où réside un québécois sur quatre (Institut de la statistique du
Québec, 2003) :

• La température est inférieure à 13oC pour 65% de l’année; les bâtiments ont des
besoins dominants en chauffage (4450 degrés-jours de chauffage @18oC );
80

• La période annuelle où les conditions météorologiques sont favorables à la


ventilation naturelle représente 28% de l’année : 13oC ≤ TS ≤ 26oC & ratio
d’humidité ≤ 0.012 (correspond à 17oC au thermomètre mouillé (TM));

• Pour 7% de l’année, alors que les conditions météorologiques exigent le


refroidissement des bâtiments, celles-ci sont trop sévères pour l’application de la
climatisation passive par la ventilation naturelle: TS > 26oC OU 13oC ≤ TS ≤ 26oC
ET ratio d’humidité > 0.012 (correspond à 17oC TM).

Distribution annuelle de la température extérieure


de Montréal

Conditions favorables à la ventilation


28% naturelle: 13ºC ≤ TS ≤ 26ºC ET ratio
d'humidité ≤ 0.012

Conditions non-favorables à la
ventilation naturelle: TS > 26ºC OU
13ºC ≤ TS ≤ 26ºC ET ratio d'humidité >
0.012
7%
65%
Heures de chauffage: TS < 13ºC

Figure 46 - Distribution annuelle de la température extérieure de Montréal

De façon similaire, la figure 47 illustre la distribution de la température extérieure de la


ville de Québec pour la totalité des heures annuelles:

• La température est inférieure à 13oC pour 71% de l’année;

• La période annuelle où les conditions météorologiques sont favorables à la


ventilation naturelle représente 24% de l’année : 13oC ≤ TS ≤ 26oC & ratio
d’humidité ≤ 0.012 (correspond à 17oC TM);

• Pour 5% de l’année, alors que les conditions météorologiques exigent le


refroidissement des bâtiments, celles-ci sont trop sévères pour l’application de la
climatisation passive par la ventilation naturelle: TS > 26oC OU 13oC ≤ TS ≤ 26oC
ET ratio d’humidité > 0.012 (correspond à 17oC TM).
81

Distribution annuelle de la température extérieure


de Québec

24% Conditions favorables à la ventilation


naturelle: 13ºC ≤ TS ≤ 26ºC ET ratio
d'humidité ≤ 0.012

Conditions non-favorables à la
5% ventilation naturelle: TS > 26ºC OU
13ºC ≤ TS ≤ 26ºC ET ratio d'humidité >
0.012

Heures de chauffage: TS < 13ºC


71%

Figure 47 - Distribution annuelle de la température extérieure de Québec

À titre comparatif, la figure 48 présente la distribution de la température de Copenhague


pour la totalité des heures annuelles.

Distribution annuelle de la température extérieure


de Copenhagen

27% Conditions favorables à la ventilation


naturelle: 13ºC ≤ TS ≤ 26ºC ET ratio
d'humidité ≤ 0.012

Conditions non-favorables à la
1% ventilation naturelle: TS > 26ºC OU
13ºC ≤ TS ≤ 26ºC ET ratio d'humidité >
0.012

Heures de chauffage: TS < 13ºC


72%

Figure 48 - Distribution annuelle de la température extérieure de Copenhague


82

La distribution annuelle de la température extérieure de Copenhague (figure 48) affiche une


quasi absence de période très chaude et/ou humide; la période « non-favorable » à la
ventilation naturelle représente 1% de l’année, soit 4% de la période de besoin en
refroidissement. C’est donc dire que lorsque le bâtiment est en demande de refroidissement,
les conditions météorologiques sont favorables à la ventilation naturelle pour 96% du
temps. Avec un climat si approprié, l’intégration de stratégies de refroidissement
exclusivement passives apparaît facilitée, fondée et rentabilisable.

La figure 49 présente le nombre total d’heures annuelles de refroidissement (T ≥ 13oC) de


différentes villes d’Europe du Nord et des villes de Québec et Montréal. Les villes nord-
européennes étudiées sont Berlin, Amsterdam, Londres, Copenhague, Oslo et Stockholm,
toutes des villes où la ventilation naturelle n’est plus remise en question. La période de
refroidissement de chacune des villes est divisée en deux catégories en fonction des
conditions météorologiques horaires favorables ou non à la climatisation passive par la
ventilation naturelle, telles que décrites à la section 2.2.5.1a).

Nombre annuel d'heures de refroidissement pour


différentes villes
o
( température sèche de l'air extérieur > 13 C )

3500
233

248

3000
653

60

49

2500
412

96

38

2000
3002

2780
2727

1500
2429

2383

2302

2179
2127

1000

500

0
Montréal
Berlin

London

Oslo
Copenhagen
Québec
Amsterdam

Stockholm

Conditions non-favorables à la ventilation naturelle: TS > 26ºC OU 13ºC ≤ TS≤ 26ºC ET ratio d'humidité > 0.012
Conditions favorables à la ventilation naturelle: 26ºC ≥ TS ≥ 13ºC ET ratio d'humidité ≤ 0.012

Figure 49 - Analyse du nombre d’heures de refroidissement de Québec et Montréal en


comparaison avec différentes villes nord-européennes
83

De cette analyse, il apparaît que :

• Le nombre annuel d’heures des périodes favorables de Québec et Stockholm sont


similaires (~2150 heures, soit près de 25% de l’année);

• Le nombre annuel d’heures des périodes favorables de Montréal et Copenhague sont


similaires (~2400 heures, soit 27% de l’année);

• Le nombre annuel d’heures de refroidissement de Montréal (3082 heures, soit 35%


de l’année) est plus important que la plupart des villes européennes étudiées; et

• La période de refroidissement non-favorable à la ventilation naturelle des villes de


Montréal et Québec est plus importante que celle des villes européennes étudiées,
soit 653 heures (7,5% de l’année ou encore 22% de la période de refroidissement) et
412 heures respectivement (5% de l’année ou encore, 16% de la période de
refroidissement).

La figure 50, obtenue par le logiciel Ecotect™ (Marsh 2000), présente la rose annuelle des
vents pour la ville de Québec. On constate que la fréquence horaire la plus élevée observée
annuellement correspond aux vents provenant du secteur Ouest-sud-ouest à une vitesse
comprise entre 15 et 25 km/h (4,2 à 6,9 m/s).
84

Figure 50 - Rose annuelle des vents de la ville de Québec (Marsh 2000)

Plus spécifiquement, pour la période favorable à la ventilation naturelle, l’analyse des


fichiers climatiques des villes de Québec et Montréal par HUVENT indique que la vitesse
moyenne des vents est de:
• 3,2 m/s (11,5 km/h) pour Québec; et
• 3,0 m/s (10,8 km/h) pour Montréal.

Toutefois, il faut noter qu’à des fins de conception, ces données éoliennes doivent être
utilisées avec précautions (ASHRAE 2002). En effet, les fichiers climatiques utilisés par les
logiciels de simulation sont développés en vue de calculs énergétiques. Basée sur des
données enregistrées pour une ville donnée, la pondération statistique attribue une plus
85

grande importance aux variables thermiques (température sèche et rayonnement solaire)


qu’aux variables éoliennes dans l’algorithme menant à la composition d’une année fictive.

4.2 Analyse comparative

Pour chacune des villes étudiées, les conditions météorologiques sont comparées l’une à
l’autre par l’expression de leur degré de pression totale disponible. Les degrés de pression
totale disponible tiennent compte conjointement de la pression éolienne et de l’effet de
cheminée tel que décrit à la section 2.2.4. Le calcul de la pression totale disponible est
effectué par HUVENT selon un bâtiment témoin positionné perpendiculairement à la
direction des vents dominants. La période d’étude pour chacune des villes étudiées est
définie par le critère de conditions favorables de chacune des villes étudiées (voir section
2.2.5.1a). Le calcul se base sur la vitesse moyenne des vents et la température moyenne de
la période favorable.

Le concept de pression totale disponible permet en un unique terme de représenter


conjointement la disponibilité des ressources éolienne et thermique de chacun des climats.
Ainsi, un climat donné, qui bénéficie de vents de bonne vélocité et de températures
fraîches, offrira un degré de pression totale disponible appréciable et avantageux à la
ventilation naturelle. La figure 51 illustre graphiquement, pour chacune des villes, la
pression totale disponible au bâtiment en fonction du pourcentage annuel que représente les
heures favorables à la ventilation naturelle. Cette représentation, proposée par l’auteur,
permet d’évaluer quelles villes offrent des conditions météorologiques les plus
avantageuses pour l’application de la ventilation naturelle. Ainsi, un climat est plus propice
à la ventilation naturelle s’il présente un degré de pression disponible élevé et s’il dispose
d’une grande proportion annuelle de conditions météorologiques favorables à la ventilation
naturelle. Pour un point donné, plus sa valeur en abscisse et sa valeur en ordonnée sont
grandes, meilleur est le potentiel d’applicabilité de la ventilation naturelle à ce climat.
86

Potentiel d'applicabilité de la ventilation naturelle pour différentes villes


européennes et les villes de Québec et Montréal
(pression thermique et du vent disponible en fonction du pourcentage annuel des heures favorables à la ventilation naturelle)

4.0
Pression thermique et du vent disponible (Pa)

Copenhagen
3.5

Amsterdam

3.0

London Berlin
2.5
Stockholm

Oslo
Québec
Montréal
2.0
20% 22% 24% 26% 28% 30% 32% 34% 36%
Pourcentage annuel des heures favorable à la ventilation naturelle (%)

Figure 51 - Potentiel d’applicabilité de la ventilation naturelle pour différentes villes nord-


européennes et les villes de Québec et Montréal

Afin de comparer et quantifier les potentiels d’applicabilité du climat de chacune des villes
étudiées, l’auteur de cette recherche propose un indice d’applicabilité. Cet indice résulte de
la multiplication du pourcentage que représente annuellement la période favorable et la
valeur de la pression totale disponible. Plus l’indice obtenu est élevé, plus le climat
présente un potentiel d’applicabilité de la ventilation naturelle. Le tableau 12 présente
l’indice d’applicabilité de chacune des villes étudiées.
87

Tableau 12 - Indice d'applicabilité de la ventilation naturelle pour différentes villes nord-


européennes et les villes de Québec et Montréal
Ville Pourcentage24 Pression totale Indice Classement
disponible (Pa)
Amsterdam 31 3,3 103 1

Copenhague 27 3,5 95 2

Berlin 34 2,5 86 3

Londres 32 2,5 79 4

Oslo 26 2,3 60 5

Stockholm 25 2,4 60 6

Montréal 28 2,1 58 7

Québec 24 2,2 53 8

En complément, un calcul de dimensionnement a été réalisé avec l’outil HUVENT afin de


comparer, en terme de superficie d’ouverture cette fois-ci, chacun des climats étudiés. Cette
comparaison permet d’apprécier l’intérêt architectural de l’outil développé. Un bâtiment
témoin, similaire à celui employé pour l’étude de validation (voir section 3.3.3), a été
modélisé et localisé dans chacune des villes étudiées. Pour tous les scénarios, le bâtiment
est orienté selon les vents dominants. Le tableau 13 présente les résultats de cette analyse
comparative. La superficie calculée par HUVENT (m2) nécessaire au maintien du confort
thermique est indiquée dans le tableau 13 ainsi que le pourcentage d’ouverture
supplémentaire requis à chacun des climats en comparaison avec la ville profitant du climat
le plus avantageux. La vitesse moyenne des vents et la température extérieure moyenne
pour la période favorable à ces climats sont également inscrites.

24
Pourcentage annuel que représente la période favorable à la ventilation naturelle
88

Tableau 13 - Résultats des calculs de dimensionnement d’ouvertures pour les villes nord-
européennes, Montréal et Québec

Aire calculée Vitesse moyenne Température


Ville
par HUVENT des vents Moyenne

différence
(m2) (%) (km/h) (oC)
Copenhague 0,32 -- 19 16,5

London 0,42 31% 13 16,8

Oslo 0,44 38% 10 16,9

Amsterdam 0,48 50% 18 16,5

Montréal 0,53 66% 11 18,0

Berlin 0,53 66% 14 17,5

Stockholm 0,57 78% 12 17,1

Québec 0,59 84% 12 17,9

4.3 Analyse des résultats

En référence à l’aperçu du climat québécois présenté à la section 4.1 et à l’étude


comparative réalisée à la section précédente, il ressort que :

• La pression totale disponible pour les villes de Québec et Montréal sont inférieures
à celles calculées pour les villes d’Europe du Nord étudiées;

• L’indice d’applicabilité du climat québécois à la ventilation naturelle est plus faible


que ceux des villes d’Europe du Nord étudiées;

• Montréal profite de vents d’une vélocité moyenne inférieure à ceux de la plupart des
ville d’Europe du Nord; et
89

• La température extérieure moyenne en période de refroidissement des villes de


Montréal et Québec est supérieure à celle des villes d’Europe du Nord étudiées.

Certes, à l’analyse des résultats, le climat québécois présente moins d’opportunités de


refroidissement par la ventilation naturelle en comparaison avec le climat nord-européen.
Bénéficiant de conditions météorologiques moins sévères, ce climat facilite l’atteinte de
hautes performances de tels systèmes passifs.

Les résultats de cette analyse du climat québécois révèlent donc qu’il semble inévitable que
les bâtiments soient dotés de systèmes de refroidissement mécaniques pour combler les
périodes météorologiques sévères qui pourraient mener à une surchauffe des espaces à
l’extérieur des zones de confort normalisées (7% annuellement pour Montréal et 5% pour
Québec). Néanmoins, au Québec, il demeure que pour la majorité des heures où le bâtiment
est en besoin de refroidissement (voir figure 49), les conditions météorologiques sont
favorables à la climatisation passive, c’est-à-dire qu’aucun moyen de refroidissement
mécanique ne serait nécessaire pour 79% du temps à Montréal, et 84% pour Québec.

4.4 Discussion

Le compromis de la ventilation hybride (voir section 1.1.1) apparaît clairement comme


approprié et souhaitable dans le contexte québécois. Cependant, peu de précédents
convaincants de bâtiments ventilés par systèmes hybrides ont été construits au Québec.
L’expérience positive des Européens dans l’intégration de tels systèmes de ventilation
hybride a été clairement démontrée et fut largement documentée grâce au projet de
recherche international sur la ventilation hybride Annex35 (IEA 2002) parrainé par
l’agence internationale de l’énergie (IEA).

Toutefois, bien que le climat québécois apparaisse convenable à la ventilation hybride, les
normes et règlements en vigueur contraignent passablement les possibilités architecturales
dans la conception de bâtiments ventilés par systèmes hybrides (Bourgeois et al. 2002a).
Ces limites sont particulièrement contraignantes en matière de :
90

• protection contre la propagation des fumées incendiaires entre les niveaux;


• contrôle sur l’apport normalisé d’air frais; et
• en matière de récupération d’énergie sur l’air évacué.

De plus, il ressort des travaux de différents chercheurs que, pour minimiser l’impact sur le
rendement énergétique du bâtiment, les systèmes hybrides doivent être dotés de divers
systèmes de contrôles relativement complexes, évolués, rapides et ajustables
individuellement (Emmerich et Crum 2005). Dans le contexte climatique québécois dominé
par des besoins en chauffage, où la zone de confort hygrothermique estivale est étroitement
normalisée et où des moyens de contrôle onéreux doivent être pris pour rendre compatible
le naturel et le mécanique, l’introduction de fenêtres ouvrantes peut ainsi sembler
problématique et pose, auprès des concepteurs et des propriétaires de bâtiments, des
complications qui soulèvent un questionnement quant à sa viabilité (Potvin et Demers
2005). La revue critique de Bourgeois (Bourgeois et al. 2004) permet de mettre en lumière
ces difficultés d’application et suggère des solutions à considérer pour les bâtiments
canadiens.

Le recours à un système CVAC à ventilo-convecteurs représente, selon l’auteur, une


solution envisageable. Un tel système, retrouvé couramment pour des projets mécanisés
traditionnels, permet de traiter l’air extérieur avec une unité centrale qui y est
exclusivement dédiée et de contrôler de manière indépendante les besoins en chauffage et
refroidissement de chacun des espaces (voir représentation schématique à la figure 52).

En période estivale, si l’occupant opte pour le mode libre, il n’a qu’à désactiver le
fonctionnement de son unité et ouvrir sa fenêtre. L’espace sera alors ni chauffé, ni climatisé
mécaniquement. L’arrêt des ventilateurs des unités individuelles et une diminution de la
charge appelée au refroidisseurs peuvent permettre des économies énergétiques.
91

Figure 52 - Représentation schématique d'un système CVAC à ventilo-convecteurs à quatre


tuyaux (Ressources Naturelles Canada 2006)

Pour respecter l’apport normé d’air frais, l’espace demeure alimenté en air extérieur par une
conduite de ventilation indépendante. L’air extérieur n’est pas climatisé en période estivale
et en période hivernale, une unité d’air d’appoint tempère l’air extérieur par un système de
récupération d’énergie sur l’air évacué. Le système de récupération sur l’air évacué peut
demeurer pleinement opérationnel même en mode libre. Ce système conventionnel de
CVAC n’implique que des éléments de contrôles courants et apparaît viable à l’intégration
de fenêtres ouvrantes sans affecter négativement le bilan énergétique.
92

5 Conclusion

L’objet principal de la présente recherche est le développement d’un outil informatique qui
simule le phénomène de la ventilation naturelle : HUVENT. La réalisation de cet outil a
nécessité avant tout une analyse et une familiarisation avec les différentes méthodes de
calculs et logiciels de simulation dans ce domaine. Dans un second lieu, une étude des
principes physiques en cause et des équations les régissant a permis de développer le
modèle simplifié HUVENT. Enfin, suite à la programmation du modèle sur l’application
Excel™, une étude de validation a permis d’évaluer le degré de précision de l’outil
HUVENT et d’en cerner ses limites.

5.1 Contribution de la recherche au processus de conception en


architecture

Les concepteurs de bâtiment doivent maintenant acquérir et maîtriser davantage de


connaissances sur les principes physiques associés aux notions de la science du bâtiment
(Heijmans 2003). La littérature consultée suggère qu’il y a un besoin évident d’outils
simples et adaptés aux besoins des concepteurs de bâtiments (Hensen 2002).

La présente recherche a pour objectif d’offrir un rapprochement des disciplines et favoriser


le transfert de connaissances de la science physique au domaine de l’architecture. Dans ce
but, l’outil HUVENT a été développé pour supporter les concepteurs de bâtiments dans le
dimensionnement et le positionnement des ouvertures. L’outil HUVENT constitue un outil
simple pour le concepteur qui lui permet de comprendre rapidement l’incidence de ses
choix architecturaux sur la performance de la ventilation naturelle dans l’espace projeté. En
ce sens, il s’agit d’un outil didactique de vulgarisation des phénomènes physiques
complexes normalement étrangers à l’environnement de travail de l’architecte. Il constitue
donc une porte d’entrée conviviale au concepteur vers des simulations ultérieures plus
complexes. Il aurait été fort intéressant que HUVENT soit testé par des concepteurs
93

architectes afin de vérifier ces hypothèses. Il est toutefois prévu qu’à court terme, l’auteur
de cette présente recherche introduise l’outil HUVENT au niveau académique.

5.2 Possibilités de l’outil HUVENT

En réponse à l’objectif général de cette recherche, l’outil HUVENT permet d’évaluer


sommairement l’influence des choix architecturaux sur leur capacité à refroidir un bâtiment
par la ventilation naturelle.

Plus spécifiquement, l’outil développé permet de :

• isoler la période climatique favorable à la ventilation naturelle du bâtiment;


• faire varier divers paramètres architecturaux afin d’en mesurer leur influence sur le
rendement du système de ventilation naturelle;
• dimensionner les ouvertures pour répondre aux besoins de qualité d’air intérieur et
de confort thermique.

Les qualités de l’outil HUVENT sont sa simplicité opérationnelle, sa convivialité et la


rapidité avec laquelle les réponses peuvent être fournies au concepteur. En concert avec le
processus de création architecturale, l’outil HUVENT permet de paramétrer différentes
variables architecturales et ainsi assister le concepteur en phase préconcept du projet.
L’outil HUVENT ne vise pas à remplacer l’utilisation de logiciels plus sophistiqués aux
phases plus avancées de la conception d’un bâtiment. HUVENT peut s’avérer utile afin
d’évaluer le potentiel de la ventilation naturelle dans un bâtiment projeté alors que peu
d’informations ne sont encore disponibles.

5.3 Limites de l’outil HUVENT

Le modèle analytique utilisé par HUVENT comporte de nombreuses hypothèses qui


permettent de simplifier le processus de calcul, mais qui diminuent le degré de
représentativité de l’outil. La simplicité de l’outil HUVENT est responsable de ses
principales limites, soit :
94

• l’étude restreinte à un espace unicellulaire de géométrie rectangulaire (modélisation


à zone thermique unique);
• la présence d’un seul ouvrant par mur extérieur de l’espace étudié et de même
dimension pour tous les murs extérieurs de l’espace;
• l’absence de prise en compte de la stratification de l’air et de la double-circulation
d’air au travers une même ouverture;
• l’étude statique des phénomènes thermiques néglige la nature dynamique du
comportement thermique d’un bâtiment;
• l’absence de prise en compte de la variation des gains thermiques par le
rayonnement solaire;
• l’absence de prise en compte du confort dynamique de l’occupant, i.e. que les
mouvements d’air générés dans le bâtiment ne sont pas pris compte pour
l’évaluation du confort thermique de l’occupant;
• l’absence de la prise en compte de la masse thermique comme stratégie de
refroidissement passif diurne/nocturne, stratégie bioclimatique importante.

5.3.1 Validité des résultats de HUVENT

L’étude de validation a permis de démontrer que HUVENT, bien qu’il surestime la valeur
du débit d’air généré par la ventilation naturelle de l’ordre de 50% en comparaison avec le
logiciel validé AIOLOS, fournit une réponse et des résultats valides en terme de
comportement physique. Tel que mentionné précédemment (voir section 3.3.4), aux étapes
préliminaires d’un projet, les valeurs absolues ne sont pas capitales au concepteur. Par
contre, il importe que ce-dernier puisse étudier de manière paramétrique et relative les
choix architecturaux auxquels il est confronté.

Si des améliorations devaient être apportées à l’outil HUVENT, les avancements suivants
seraient considérés afin de tenir compte de l’effet non-négligeable de la masse thermique
du bâtiment sur le profil thermique journalier d’un bâtiment ventilé naturellement.
95

5.3.1.1 La masse thermique et la ventilation nocturne


L’usage de la masse thermique du bâtiment consiste à exploiter les matériaux à haute
densité d’une construction tels que les murs, dalles de plancher et structure afin de
régulariser les températures intérieures sur un cycle journalier. Puisque les matériaux à
haute densité ont la propriété d’absorber la chaleur excessive de l’air ambiant, leur
utilisation permet de diminuer les périodes de températures extrêmes et conséquemment,
les besoins en climatisation en termes de puissance et charge. Dans certaines conditions
climatiques ou pour certaines périodes de l’année, la ventilation nocturne peut contribuer à
maximiser l’effet de la climatisation passive par la masse thermique. Lorsque la
température extérieure baisse suffisamment, la ventilation nocturne permet d’abaisser la
température des espaces intérieurs, d’augmenter le flux thermique masse-air et de transférer
la chaleur vers l’extérieur. La masse thermique ainsi refroidie agit le lendemain comme un
climatiseur naturel (Guimont 2002). L’usage de la masse thermique et de la ventilation
nocturne du bâtiment doivent être considérées dans tout projet ventilé et climatisé
naturellement. L’introduction d’un module de calcul du refroidissement nocturne de la
masse thermique selon la feuille de calcul développée par Guimont apparaît réalisable et
améliorerait la réponse du modèle HUVENT.

5.3.1.2 Couplage d’un modèle thermique


Pour considérer la variabilité des gains thermiques du bâtiment, HUVENT devrait être
couplé à un modèle dit « thermique ». Deux types de simulation se distinguent : les
modèles thermiques et les modèles de ventilation. Les modèles de simulation thermique
permettent d’évaluer la température intérieure et les flux thermiques échangés entre le
bâtiment et son environnement extérieur en fonction des propriétés architecturales données,
le climat et les conditions d’opération (débit de ventilation, charge thermique interne et
horaires d’exploitation). À court terme, l’introduction à HUVENT d’un module de calcul
thermique selon la feuille de calcul PET développée par Potvin (Potvin et al. 2004)
apparaît réalisable.
96

5.4 Discussion et perspectives d’avenir

Alors que des progrès technologiques remarquables ont été réalisés dans le domaine de la
réfrigération mécanique et de l’efficacité énergétique, la consommation énergétique et les
émissions de gaz à effet de serre associées à la climatisation des bâtiments sont en
constante progression au Canada (Ressources Naturelles Canada 2003). Pour soulager la
problématique environnementale, il apparaît inéluctable qu’une prise de conscience
collective soit portée sur la généralisation actuelle des systèmes de climatisation dans les
bâtiments. Il semble exister dans notre société contemporaine une faible tolérance des
occupants envers des conditions thermiques qui excèdent, même momentanément, les
normes de confort établies. Ce haut degré d’attente, tel que définit par Fanger (Fanger et
Toftum 2002), pourrait s’expliquer par la coexistence des deux facteurs suivants:

• le fait que le climat québécois ne présente que d’occasionnelles et brèves


occurrences de vagues de chaleur, et;
• les systèmes de climatisation mécaniques sont généralisés dans l’environnement bâti
du Québec.

Contraints par une étroite plage de confort thermique régie par les normes en vigueur et les
exigences réglementaires en matière de qualité d’air intérieur, les ingénieurs se doivent
professionnellement de doter les bâtiments de systèmes de contrôle de l’humidité, de
ventilation et de refroidissement mécanique. Avec le cadre législatif actuel, il apparaît
inévitable que les bâtiments institutionnels montréalais soient également dotés de
climatisation mécanique et ce, malgré une haute qualité de conception et des gains internes
modérés (Bourgeois et al. 2004). Ainsi, toute aspiration à une réduction sur le coût
d’immobilisation du capital lié à la qualité d’air intérieur par la ventilation naturelle ou
hybride est pratiquement sans fondement.

Les normes en vigueur trop déterministes que nous subissons aujourd’hui visent à
concevoir des systèmes de contrôle de l’environnement intérieur qui assurent typiquement
des conditions thermiques neutres, homogènes et constantes dans le temps. Toutefois, dans
le domaine de la science du bâtiment il existe une mouvance encourageante vers une
97

réforme des normes pour reconnaître la notion d’adaptabilité. Cette théorie est cruciale
pour le développement d’une architecture durable (Potvin et Demers 2005).

Approaches to indoor climate management based on « one-size-fits-all »


and « uniform, world-wide conditioning with cool, still, dry air » are fast
becoming curious anomalies of the last century.
(de Dear et Brager 2002)

De récentes consultations publiques sur les changements à apporter au futur Code national
du bâtiment (Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies,
2003), ont permis de proposer une modification à l’article 6.2.2.2 du CNB afin de permettre
la ventilation naturelle des bâtiments non-résidentiels. Les concepteurs devraient alors
présenter des données techniques qui démontrent qu’une telle stratégie passive peut fournir
la ventilation nécessaire pour le type d’usage du bâtiment et pour le climat d’implantation.
Voir lien hypertexte suivant:

http://www.nationalcodes.ca/consult/tc/nbc/part6/6/index_e.shtml25

Dans ce contexte d’hyper-climatisation, et considérant que le compte à rebours sur le


réchauffement du climat est bien enclenché et que les opportunités de refroidissement
passif seront de plus en plus limitées, il apparait urgent que les décideurs publics,
concepteurs et propriétaires de bâtiments endossent une position idéologique qui saura
favoriser une réhumanisation des environnements intérieurs et qui saura stimuler les
occupants à développer une plus grande tolérance aux fluctuations thermiques. Sans
changement de comportement, il n’y aura pas de transformation des marchés ni de
développement durable (AQME 2004).

Au cours des dernières années, dans le cadre de travaux de consultation du GRAP en


matière de la construction bioclimatique, l’auteur de cette recherche a participé activement
au processus de conception de récentes réalisations26. Ces expériences ont permis de
constater le défi important que pose l’intégration de stratégies passives dans le climat et la

25
Site consulté le 24 janvier 2007
26
Les bâtiments Eugene-H-Kruger (2005) et le CIFSS (en cours) à l’Université Laval, Québec, Canada
98

législation québécoise auprès des concepteurs de bâtiments. Pour relever ce défi, le degré
de sensibilisation à l’égard du changement climatique devra être intensifié si l’on espère un
engagement plus significatif et des changements de comportement plus durables de la
société (Enright 2001).
99

La maîtrise de la demande d’énergie offre des possibilités intéressantes.


Toutefois, elle repose en bonne partie sur la volonté du consommateur et
nécessite des changements de comportement qui ne s’acquièrent pas
facilement et qui prennent du temps à s’implanter.
(AQME 2004)
Bibliographie
Allard, F. (1998). Natural Ventilation in Buildings A design Handbook, James & James,
London.
Allocca, C., Chen, Q., et Glicksman, L. (2003). Design analysis of single-sided natural
ventilation. Energy and Buildings, 35 (8), 785-795.
André, P., Lebrun, J., et Ternoveanu, A. (1999). Bringing simulation to application; some
guidelines and practical recommendations issued from IEA-BCS Annex 30. Actes
de conférence IBPSA Conference, Kyoto, Japon.
AQME. (2004). Pour mieux comprendre la complexité de l'efficacité énergétique et sa
contribution au secteur énergétique du Québec. Association québécoise pour la
maîtrise de l'énergie.
ASHRAE. (2001). ASHRAE Handbook Fundamentals, American Society of Heating,
Refrigerating and Air-Conditioning Engineers, Atlanta, GA.
ASHRAE. (2002). IWEC Weather Files User's Manual. American Society of Heating,
Refrigerating and Air-Conditioning Engineers.
ASHRAE. (2004). Thermal Environmental Conditions for Human Occupancy, Standard
55-2004. American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning
Engineers, Atlanta.
Axley, J. W., et Emmerich, S. J. (2002). A method to assess the suitability of a climate for
natural ventilation of commercial buildings. Actes de conférence Indoor Air 2002.
Baker, N. (1994). Energy and Environment in Non-Domestic Buildings - A Technical
Design Guide, Cambridge Technical Research.
Baker, N., et Standeven, M. (1996). Thermal comfort for free-running buildings. Energy
and Buildings, 23, 175-182.
Balcomb, J. D. (1998). The coming revolution in building design. P. L. A. Award, ed.,
Passive and Low Energy Architecture, Lisbon, Portugal.
Bergeron, L. (1997). Impacts et adaptation à la variabilité et au changement du climat.
Association de climatologie du Québec.
Bourgeois, D. (2005). Detailed occupancy prediction, occupancy-sensing control and
advanced behavioural modeling within whole-building energy simulation. Thèse de
doctorat, Université Laval, Québec, Canada.
Bourgeois, D., Haghighat, F., et Potvin, A. (2002a). On the applicability of hybrid
ventilation in canadian office and educational buildings: Part 1 - Barriers and
opportunities stemming from building regulation. Actes de conférence Annex35
Hybvent: Hybrid Ventilation in New and Retrofitted Office Buildings, Montreal,
Canada.
Bourgeois, D., Haghighat, F., et Potvin, A. (2002b). On the applicability of hybrid
ventilation in canadian office and educational buildings: Part 2 - Implementing
Annex35 pilot study projects in Canada. Actes de conférence Annex35 HybVent:
Hybrid Ventilation in New and Retrofitted Office Buildings, Montreal, Canada.
Bourgeois, D., Haghighat, F., et Potvin, A. (2004). Making the case for hybrid ventilation
and adaptive comfort theory in Canada: conclusions drawn from a literature review.
Actes de conférence IAQVEC 2004, the 5th International Conference on Indoor Air
Quality, Ventilation and Energy Conservation in Buildings, Toronto.
101

Brager, G. S. (2004). Operable Windows, Personal Control, and Occupant Comfort.


ASHRAE Transactions, 4695 (RP-1161).
Brager, G. S., et de Dear, R. (1998). Thermal adaptation in the built environment: a
literature review. Energy and Buildings, 27, 83-96.
Brager, G. S., et de Dear, R. (2000). A Standard for Natural Ventilation. ASHRAE Journal
(Octobre), 21-28.
Breesch, H., et Janssens, A. (2000). How to apply building simulation tools in the design of
natural and hybrid ventilation. Actes de conférence FTW PhD Symposium,
University Ghent , Belgium.
Breviglieri Pereira De Castro, E., Virgone, J., Eurico, L., et Bastos, G. (2005). Un nouveau
composant TRNSYS pour calculer les débits de ventilation naturelle dans les
bâtiments multizones. Actes de conférence 7ème Colloque Interuniversitaire
Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes, Saint-Malo, France.
British Standards Institution. (1980). BS 5925 Code of Practice for Design of Buildings:
Ventilation principles and designing for natural ventilation. London, UK.
Brown, G. Z., Kline, J., et Livingston, G. (2004). Natural Ventilation in Northwest
Buildings, University of Oregon, Eugene, Oregon.
Burge, P. S. (2004). Sick Building Syndrome. Occup Environ Med (61), 185-190.
Calm, J. M. (2002). Emissions and environmental impacts from air-conditioning and
refrigeration systems. International Journal of Refrigeration (25), 293-305.
Canada, E. (2004). Normales climatiques au Canada 1971-2000. Services météorologiques
du Canada.
Chao, H. J., Schwartz, J., Milton, D. K., et Burge, H. A. (2003). The Work Environment
and Workers' Health in Four Large Office Buildings. Environmental Medicine, 111
(9), 1242-1248.
Cole, R. J. (2000). Regard vers l'avenir. Principes de développement durable pour la
conception de bâtiments, I. R. d. A. d. Canada, ed.
Dascalaki, E., Klitsikas, N., et Santamouris, M. (1999). The AIOLOS software version1.0.
Commision of the European Communities, Athens, Greece.
de Dear, R., Brager, G., et Cooper, D. (1997). Developing an Adaptive Model of Thermal
Comfort and Preference. RP-884, American Society of Heating, Refrigerating and
Air Conditioning Engineers et Macquarie Research.
de Dear, R. J., et Brager, G. S. (2002). Thermal comfort in naturally ventilated buildings:
revisions to ASHRAE Standard 55. Energy and Buildings, 34.
Emmerich, S. J., et Crum, J. (2005). Simulated performance of natural and hybrid
ventilation systems in an office building. Air-Conditioning and Refrigerating
Technology Institute (ARTI), Gaithersburg, MD.
Emmerich, S. J., Dols, S. W., et Axley, J. W. (2001). Natural Ventilation Review and Plan
for Design and Analysis Tools. NISTIR 6781.
Enright, W. (2001). Changement d'habitudes, changement climatique. Institut canadien de
la santé infantile, Ottawa.
Fanger, P. O. (1970). Thermal Comfort Analysis and Applications in Environmental
Engineering, McGraw-Hill, New York.
Fanger, P. O. (2001). Human requirements in future air-conditioned environments.
International Journal of Refrigeration (24), 148-153.
Fanger, P. O., et Toftum, J. (2002). Extension of the PMV model to non-air-conditioned
buildings in warm climates. Energy and Buildings, 34.
102

Garimella, S. (2003). Innovations in energy efficient and environmentally friendly space-


conditioning systems. Energy (28), 1593-1614.
Goubert, J.-P. (1988). Du luxe au confort, Belin, Paris.
Guimont, P. (2002). Méthode d'évaluation de la climatisation passive par l'usage de la
masse thermique et de la ventilation nocturne dans les immeubles administratifs au
Québec. Mémoire, Université Laval, Québec.
Hawkes, D. (1982). The Theoretical Basis of Comfort in the 'Selective' Control of
Environments. Energy and Buildings, 5, 127-134.
Heijmans, N. (2003). The 8th IBPSA International Conference and Exhibition on Building
Simulation. AIR information review, 24 (4), 10-11
Heijmans, N., et Wouters, P. (2002). Impact of the uncertainties on wind pressures on
buildings on the prediction of thermal comfort performances. A case study: The
Probe building. Actes de conférence Annex35 Hybrid Ventilation in New and
Retrofitted Office Buildings, Montreal, Canada.
Heiselberg, P. (2002). Principles of Hybrid Ventilation, Hybrid Ventilation Centre, Aalborg
University, Aalborg, Denmark.
Hensen, J. L. M. (2002). Simulation for performance based building and systems design:
some issues and solution directions. Actes de conférence 6th International
Conference on Design and Decision support Systems in Architecture and Urban
Planning, Ellecom, The Netherlands.
Hensen, J. L. M., et Centnerova, L. (2001). Energy simulation of traditional vs. adaptive
thermal comfort for two moderate climate regions. Actes de conférence Windsor
Conference 2001:Moving Thermal Comfort Standards into 21st Century, Windsor
UK, 78-91.
Hensen, J. L. M., et Nakahara, N. (2000). Energy and building performance simulation:
current state and future issues. Energy and Buildings (1302), 1-3.
Humphreys, M. A. (1978). Outdoor temperature and comfort indoors. Building Research
and Practice (J CIB), 6 (2), 92-105.
Humphreys, M. A., et Nicol, F. (2000). Outdoor temperature and indoor thermal comfort:
raising the precision of the relationship for the 1998 ASHRAE database of field
studies. ASHRAE Transactions, 206 (2), 485-492.
Humphreys, M. A., et Nicol, F. J. (1998). Understanding the Adaptive Approach to
Thermal Comfort. ASHRAE Transactions, SF-98-7-1.
IEA. (2002). Annex 35 Hybrid Ventilation in New and Retrofitted Office Buildings.
Energy Conservation in Buildings and Community Systems (ECBCS).
Lewis, M., et Lunneberg, T. A. (2001). Applying simplified simulation tools and
techniques to the design of new commercial buildings. Actes de conférence IBPSA
Conference, Rio de Janeiro, Brazil.
Li, Y. (2002). Analysis of natural ventilation - A summary of existing analytical solutions.
University of Hong Kong, Hong Kong.
Liddament, M. W. (1986). Air infiltration Calculation Techniques - An Applications Guide,
Coventry, UK.
Liétard, A. (1996). Guide de l'architecture bioclimatique -Connaître les bases et Construire
avec le climat. Comité d'action pour le solaire, P. ALTENER, ed., Presses des
Imprimeries de Champagne, Chaumont.
Lorenzetti, D. M. (2002). Computational Aspects of Nodal Multizone Airflows Systems.
Building and Environment (37), 1083-1090.
103

Marsh, A. J. (2000). Ecotect. Suare One Research Limited, Perth, Australia.


Olgyay, V. (1963). Design with climate: bioclimatic approach to architectural regionalism,
Princeton University Press, NJ.
Orme, M. (1999). Applicable Models for Air Infiltration and Ventilation Calculations.
TP51, AIVC Internation Energy Agency.
Phaff, J. C., et de Gids, W. F. (1980). The ventilation of buildings: Investigation of the
consequences of opening one window on the internal climate of a room. Report C
448, TNO Institute for Environemental Hygiene and Health Technology (IMG-
TNO), Delft, Netherlands.
Potvin, A., et Demers, C. (2002). Assessing Environmental Comfort - A Combined
Quantitative and Qualitative Approach to Comfort. Actes de conférence PLEA2002,
Toulouse, France.
Potvin, A., et Demers, C. (2005). La ventilation naturelle dans le contexte climatique
québécois. Esquisses, le bulletin d'information de l'Ordre des architectes du
Québec, 16 (1).
Potvin, A., Demers, C., et Boivin, H. (2004). PET - Les profils d'équilibre thermique
comme outil d'aide à la conception architecturale. Actes de conférence eSIM2004,
Vancouver, BC.
Ressources Naturelles Canada. (2003). Guide de données sur la consommation d'énergie,
1990 et 1995 à 2001. Office de l'efficacité énergétique, Ottawa, ON.
Ressources Naturelles Canada. (2004). Impacts et adaptation liés aux changements
climatiques : perspective canadienne. Direction des impacts et de l’adaptation liés
aux changements climatiques, Ottawa.
Ressources Naturelles Canada. (2006). Guide de modélisation EE4 v1.6. Ottawa, Canada.
Solar Energy Laboratory. (2000). TRNSYS 15. University of Wisconsin, Madison, WI.
Statistique Canada. (2003). Le climat canadien, ses tendances et événements.
Gouvernement du Canada.
Zeisel, J. (1984). Inquiry by design, Cambridge University Press, New York.

Vous aimerez peut-être aussi