Vous êtes sur la page 1sur 31

Université Mouloud MAMMERI Tizi-Ouzou

Faculté de Médecine
Cours de psychiatrie
Année universitaire 2019/2020

Les conduites suicidaires

Pr MESSAOUDI Abdelkrim
Mail: akmessaoudi@hayoo.fr
Le suicide : un événement traumatisant du fait de sa soudaineté
et de sa brutalité ainsi que des perturbations plus ou moins
durables qu'il peut engendrer chez les proches des suicidés.
Le phénomène du suicide constitue aujourd'hui un réel problème
de santé publique.

Environ un million de personnes meurent chaque année par suicide


dans le monde. Ce qui représente une mort toutes les quarante
secondes.

Selon des estimations, les troubles dépressifs et les schizophrénies


sont à l'origine de 60% des suicides.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) classe le suicide comme


l'une des premières causes de décès partout dans le monde,
particulièrement chez les jeunes.
(American Journal of Psychiatry, 2004), le suicide : mort auto-
infligée avec la preuve (explicite ou implicite) que la personne avait
l’intention de décéder.

«C'est une conduite d'appel et de rupture qui permet souvent de


réaménager les relations avec l'entourage familial frustrant».

Le suicidant met fin à une souffrance en exprimant un sentiment de


vengeance avec l'idée de culpabiliser l'autre :
«A moi la mort, à toi le remords».
II- INTERET DE LA QUESTION :

 Problème majeur de santé publique à travers le monde.

 Environ 01million de personnes se suicident chaque année.

 Troisième cause de mortalité après les accidents vasculaires


et accidents de la voie publique.
 Déterminisme complexe et multifactoriel.

 La prévention reste le meilleur moyen de lutte contre ce


phénomène universel.
Epidémiologie:

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS):


En 2012, à peu prés un million de personnes se sont suicidés et 20
fois plus ont fait des tentatives de suicide à travers le monde.

L’OMS reconnût que ces chiffres sont sous-estimés et les chiffres


réels doivent être beaucoup plus élevés.

Ce constat est d’autant plus alarmant qu’il s’agit d’une cause de


décès évitable quand il existe une prise en charge adaptée.
En ALGÉRIE

Le profil épidémiologique dégagé est celui:

Population jeune,
Sexe masculin,
Célibataire ,
Bas niveau socio-économique,
Chômage,
Antécédents familiaux de suicide,
Antécédents personnels de pathologie somatiques et de tentative de
suicide, la prise de toxique.
En ALGÉRIE

Dans 14 wilayas du nord est algérien 1263 cas de suicide ( 1995-


2003), prévalence de 6,5/ 100000 hbts.

Oran 183 cas entre 2003- 2006.

Le Pr LAIDLI, à Alger 259 cas de suicide (2007-2011) parmi les


autopsies, la pendaison+++

Batna 123 cas de suicide (2009-2012)


EN ALGERIE

La gendarmerie nationale a annoncé les chiffres suivants en 2011:


1865 tentatives de suicide
335 suicides
La ville de Bejaia serait la plus touchée.

Le nombre exact des suicides et tentatives de suicide n’est pas disponible


officiellement.

Dans la wilaya de Tizi-Ouzou 2007-2012, une incidence des TS de 15,1 -


15,5 . concernant l’incidences du suicide était de 4,6 à 6 pour 100000 hbts.
(331 cas)
LE POTENTIEL SUICIDAIRE : RISQUE, URGENCE, DANGEROSITE

Souffrances durables
et insoutenables

URGENCE
Idées de suicide

Facteur de risque Intention


Facteur de protection retardant ou bloquant
Programmation
RISQUE la crise suicidaire
Mise en
œuvre

Moyen de suicide :
Tentative de suicide
Létalité x accessibilité
DANGEROSITE

Décès

amSn Bois-Guillaume- Pr JL Terra


Les facteurs de risque
Source : Fédération Française de Psychiatrie. La crise suicidaire : reconnaître et prendre en charge. Paris :
John Libbey Eurotext ; 2001, p.422.

• L’enfance
– Evénements de vie
– La violence subie : morale, physique, sexuelle
• La psychopathologie
– Dépression, abus de substance, schizophrénie, trouble de la
personnalité…
• Les événements de vie durant la dernière année
Facteurs de risque
Source : Gunnell G, Frankel S. Prévention of suicide : aspirations and évidence.
Br Med J, 1994, 308 (6938) : 1227-1233.

Groupe RR * %suicide

Trouble psychiatrique actuel ou ancien x10 50

Contact actuel ou récent avec psychiatrie 25

4 semaines après la sortie Fx100 10-15

Hx200

Antécédents de tentative de suicide x10-30 30-47

Antécédents familiaux de suicide x4

RR = risque relatif
Facteurs de risque liés
aux troubles mentaux
Source : Gunnell G, Frankel S. Prevention of suicide :
aspirations and evidence. Br Med J, 1994,
308 (6938) : 1227-1233.

Abus d’alcool x 20

Dépression x 20

Trouble bipolaire x 28

Schizophrénie x8

Trouble de la personnalité x7
• Les facteurs prédisposant:

Il s’agit des facteurs susceptibles d’augmenter la


vulnérabilité d’une personne au regard des actes
suicidaires
FACTEURS PREDISPOSANT
c
• Les facteurs contribuant:
qui se rapportent au comportements ou accentuent
le niveau de risque de suicide déjà présent.
LES FACTEURS CONTRIBUANT
• Les facteurs précipitant:
Agissent comme des déclencheurs pour des personnes
vulnérables au suicide et enclines aux comportement
suicidaire.

Ce sont des évènements ponctuels susceptibles


d’augmenter la perception de vulnérabilité de la
personne et qui peuvent ainsi précipiter le passage a
l’acte.
LES FACTEURS PRECIPITANT
Prévenir le suicide:
Repérer et agir
Possibilités de prévention du suicide :

Comme le suicide et les tentatives de suicide sont des événements


complexes, influencés par de nombreux facteurs, leur prévention ne
peut avoir lieu que de manière interdisciplinaire, avec la
participation de toutes les professions concernées et des proches de
personnes suicidaires.

Les progrès de la médecine et de la psychologie ne peuvent pas, à


eux seuls, faire baisser le taux de suicide. La prévention du suicide est
en premier lieu une tâche de société.
Objectifs de la prévention du suicide :

 Amélioration de la santé mentale par des mesures de


promotion de la santé.
 Influence sur les facteurs de risque connus comme la
consommation d’alcool et de drogues.
 Traitement adéquat des troubles et maladies psychiques et
intervention de crise.
 Prévention du passage à l’acte en cas d’idées suicidaires.
 Prévention des récidives de crise suicidaires.
Mesures de santé publique
(destinée à l’ensemble de population)

* Promotion de la santé
* Sensibilisation de la population aux maladies psychiques
et au suicide
* Création et promotion de lieu de contact facilement
accessibles
* Entraves à l’accès aux moyens permettant de se donner
la mort.
* Information sur le Suicide
Mesures de soins de santé
(destinées aux groupes cibles)

* Formation universitaire, poste garde et continue pour les


spécialistes du domaine médical.
* Création de mesures spécifiques pour les groupes à risque
suivants :
- Les personnes ayant tenté de se suicider.
- Les personnes dépressives, souffrant de troubles
personnalité et de schizophrénie.
- Toxicodépendants
- Les personnes âgées isolées socialement.
- Les personnes souffrant de stress post traumatique.
Recherche à évaluer

• Enquête statistique sur les suicides et surveillance


continue des tentatives de suicide
• Elaboration de bases pour le développement de
programmes de prévention axés sur les groupes cible.
• Evaluation de l’efficacité de projet et programmes de
prévention du suicide.
Evaluation des comportements suicidaires :

Une évaluation complète des comportements suicidaires est d’une


importance vitale pour les activités d’intervention et de prévention.
Toute évaluation du comportement suicidaire devrait
comprendre :

Les facteurs de risque.


Les antécédents du comportement suicidaire.
Une liste des conditions psychosociales, mentales, situationnelles ou
médicales.
L’étendue des présents symptômes suicidaires.
Les facteurs stressants
Niveau d’impulsivité.
Les facteurs protecteurs.
Les facteurs psychosociaux :

Présence des difficultés économiques persistantes.


Isolement social et affectif de l’individu.
Séparation et perte récente de liens importants, deuil.
Placement dans un foyer d’accueil, en institution ou dans un
centre de détention, traitement discriminatoire.
Difficultés scolaires ou professionnelles.
Effet de contagion (à la suite du suicide d’un proche, endeuillé à
la suite d’un suicide)
Présence de problèmes d’intégration sociale.
Facteurs familiaux :

Présence de violence, d’abus physique, psychologique ou sexuel


dans la vie de l’individu.
Existence d’une relation conflictuelle entre les parents et l’individu.
Pertes et abandons précoces.
Problèmes de toxicomanie et d’alcoolisme chez les parents ;
Présence de conflits conjugaux majeurs.
Comportements suicidaires de la part de l’un ou des deux parents.
Problèmes de santé mentale chez l’un ou chez les deux parents.
Conclusion

Malgré les progrès de la science, le suicide demeure énigmatique, ses


causes sont complexes. Certaines personnes semblent
particulièrement vulnérables lorsqu’elles sont placées devant un
événement difficile de leur vie ou une combinaison de facteurs de
stress.

Le défi dans la prévention du suicide consiste à repérer les personnes


les plus vulnérables et les circonstances propices au suicide, pour
ensuite intervenir efficacement.

La reconnaissance de la crise suicidaire par l’ensemble des


intervenants passe par la recherche de facteurs de risque, l’évaluation
de la dangerosité ainsi que par la détection de troubles
psychopathologiques associés.

Vous aimerez peut-être aussi