Vous êtes sur la page 1sur 2

Université Chouaib Doukkali Année universitaire : 2015/2016

E.N.C.G d’El Jadida 3ème année / S5

Matière : Décision d’Investissement et de Financement


Pr. B. BOUZAHIR

Exercice 1 : calcul du CMPC


Supposons qu’une entreprise investisse un million de DH dans un projet donné, financé à
raison de 600 000 DH par les capitaux propres (dont le taux de rendement exigé est de 20 %)
et 400 000 DH par un emprunt portant un taux d’intérêt de 12 % avant impôt. Le taux d’impôt
sur le bénéfice des sociétés est de 30 %.

T.A.F : Calculer le cout moyen pondéré du capital.

Exercices sur le calcul de Cash-flows

Exercice 2
Une entreprise envisage un investissement I1 de 750 000 DH. Il sera réalisé en 2015 et
commencera à être opérationnel en 2016.

Le chiffre d’affaires prévu est de 950 000 DH la première année et sera en progression de
10 % par an ensuite. Les charges variables générées par cet investissement sont de 60 % du
chiffre d’affaires et les charges fixes hors amortissements seront de 180 000 par an.

Le besoin en fonds de roulement (BFR) est réévalué à 20 jours de chiffres d’affaires. Le


matériel est amorti en cinq ans et le taux de l’impôt sur les sociétés est de 30 %.

Remarque : l’étude de rentabilité est réalisée sur cinq ans, durée de vie de l’immobilisation.
On suppose que l’immobilisation acquise a une valeur nulle au bout des cinq ans. Par
ailleurs, on suppose que les différents éléments du BFR ne donneront pas lieu à un
encaissement net, la valeur résiduelle des stocks et des créances clients étant juste suffisante
pour couvrir le règlement des fournisseurs à la fin du plan. C’est une manière de prendre en
compte le risque sur les stocks et les créances clients.

T. A.F :

1) Établir le compte du résultat prévisionnel.


2) Calculer les cash-flows nets prévisionnels.
Exercice 3
L’entreprise « Grégoire » commercialise du prêt-à-porter masculin dans plusieurs pays. À
partir du 1er janvier N+1, elle envisage d’ouvrir un nouveau magasin au Maroc.

M. Bachir, directeur financier, a mené une étude qui lui a permis de réunir les éléments
suivants :

Investissements Terrain : 186 000


nécessaires Magasin : 930 000

CA prévus (en K dhs) Année N+1 N+2 N+3 N+4 N+5


CA 434 620 992 1030 1120
Charges d’exploitation
prévues (hors Année N+1 N+2 N+3 N+4 N+5
amortissements (en K Charges 192 248 360 361 396
dhs)
Amortissement des
constructions Mode linéaire sur 10 ans
Les études faites montrent que cette activité engendre un BFR
BFR d’exploitation
d’exploitation de 120 000 DH.

La rentabilité du projet est étudiée sur cinq ans. Il est possible que le magasin poursuivre son
activité plus longtemps, mais M. Bachir estime que la prévision devient totalement aléatoire
au-delà de cette durée.

A l’issue des cinq ans, le terrain pourrait être revendu 279 000 DH et le magasin aurait une
valeur résiduelle égale à sa valeur comptable nette. Afin de présenter son projet à
M. Grégoire, M. Bachir souhaite évaluer l’ensemble des flux de trésorerie générés par ce
projet.

T.A.F :

1) Quel est le montant de l’investissement initial ?


2) Quels sont les autres flux nets de trésorerie générés par ce projet ?

Exercice 4
Un nouvel équipement A nécessite un investissement de 1 200 000 DH.
Il est destiné à réduire les couts de fabrication à 1000 000 DH par an pendant 3 ans (ces
couts étaient initialement de 1800 000 DH par an).
Les ventes demeurent inchangées à 2 000 000 DH
L’emprunt assure 50 % du financement de l’achat du nouvel équipement au taux d’intérêt
de 12 % remboursable en totalité à la fin du projet. Le taux d’impôt sur le bénéfice des
sociétés s’élève à 30 %.
Les fonds propres financent 50 % de l’investissement initial.
Les actionnaires exigent un taux de rendement minimum de 18 % sur ses projets
d’investissement.

Vous aimerez peut-être aussi