Vous êtes sur la page 1sur 76

BUREAU DU VERIFICATEUR GENERAL REPUBLIQUE DU MALI

UN PEUPLE – UN BUT – UNE FOI

Formation en fiscalité du personnel de Vérification

Juin 2011

________________________________________________________________________________
Formation réalisée le cabinet CHT
Av. du Mali, Rue 311, P C 361, Hamdallaye ACI 2000-BAMAKO, Tél : 00223 23 26 74, 66 74 97 87, E-mail :
cheick_dio@yahoo.fr

1
Table des matières

TITRE I : LES IMPOTS DIRECTS................................................................................. 6


Chapitre 1 : L’Impôt sur les traitements et salaires (ITS)................................................ 6
Section I : Personnes imposables à l’ITS ............................................................................... 6
Section II : Revenus soumis à l’ITS....................................................................................... 6
Paragraphe I : Revenus imposables à l’ITS (article 1à 3) ...................................................... 6
Paragraphe II : Revenus exonérés de l’ITS............................................................................ 7
Paragraphe III : Calcul et paiement de l’ITS.......................................................................... 7
Section III : Détermination du montant de l’ITS à payer....................................................... 8
Section IV : Paiement de l’ITS ....................................................................................... 10
CHAPITRE 2 : LES IMPOTS ET TAXES SUR SALAIRE A LA CHARGE DE ......... 10
L’EMPLOYEUR.................................................................................................................. 10
SECTION I : La Contribution Forfaitaire (CF), la Taxe de Formation Professionnelle
(TFP), la Taxe Emploi Jeune (TEJ) (Art.159, 183 et suivants du CGI).............................. 10
Paragraphe I : Redevables soumis à cette contribution........................................................ 10
Paragraphe II : Assiette ........................................................................................................ 11
Paragraphe III : Exonérations............................................................................................... 11
Paragraphe IV : Taux et modalités de recouvrement ....................................................... 11
Section II : La Taxe Logement (TL) .................................................................................... 12
Chapitre 3 : l’impôt sur le Revenu Foncier.................................................................... 12
Section I : Champ d’application........................................................................................... 12
Paragraphe I : Revenus Imposables et exonérés (articles 14 et 16 du CGI) .................. 12
Paragraphe II : Exonération (articles 16 et suivants) ........................................................... 12
Section II : Détermination du revenu imposable et taux (articles 17 à 21) ................... 13
Paragraphe I : Revenus bruts disponibles ............................................................................ 13
Paragraphe II : Les revenus imposables des immeubles inscrits à l’actif du bilan d’une
société de capitaux (SA, SARL) .......................................................................................... 14
Paragraphe III : Régimes d’évaluation du revenu imposable .............................................. 14
Paragraphe III : le taux ........................................................................................................ 15
Section III IV: Obligations des contribuables ...................................................................... 15
Paragraphe I : Obligations des propriétaires ........................................................................ 15
Paragraphe II : Obligations des locataires............................................................................ 15
Paragraphe III : Contrôle, Sanctions, Rectification d’Office et Prescription (articles 42 et
584 du LPF).......................................................................................................................... 15
Chapitre 4 : Impôt sur les revenus des valeurs mobilières (IRVM) .............................. 16
Section I : Revenu Imposable dans cette catégorie (articles 23 du CGI)........................ 16
Section II : Les Exonérations :....................................................................................... 17
Section III : Fait générateur et détermination du revenu imposable ................................. 17
Paragraphe I : Fait générateur : ............................................................................................ 17
Paragraphe II : Détermination du revenu imposable............................................................ 17
Section III : Taux et paiement de l’impôt (article 41 42 du CGI)................................... 18
Paragraphe I : Taux : ............................................................................................................ 18
Paragraphe II : Paiement : .................................................................................................... 18
Section III : Impôt sur le revenu des créances, dépôts et cautionnement (IRC) : ................ 20
Section V : Obligations des redevables, Sanctions, Contentieux : ................................ 20
Paragraphe I : Obligations (43 du LPF) : ............................................................................. 20
Paragraphe II: Sanctions (article 433 du LPF) ................................................................. 21
Paragraphe III : Contentieux ................................................................................................ 21
CHAPITRE 5 : L’IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES INDUSTRIELS ET ....................... 21

2
COMMERCIAUX ............................................................................................................... 21
SECTION I : BÉNÉFICES IMPOSABLES DANS CETTE CATEGORIE ....................... 21
A Bénéfices imposables............................................................................................. 21
B Personnes imposables ............................................................................................ 22
C- Exonérations .............................................................................................................. 23
SECTION II : DETERMINATION DU BÉNÉFICE IMPOSABLE............................... 23
A/ Le produit brut .......................................................................................................... 25
1) Le bénéfice brut professionnel :................................................................................ 25
2) Les gains exceptionnels : les plus-values.................................................................. 26
3) Les revenus accessoires.............................................................................................. 27
B LE BÉNÉFICE NET........................................................................................... 27
1) Frais généraux (article 51 nouveau du CGI)..................................................... 27
2) Les amortissements.................................................................................................... 29
3) Les provisions ........................................................................................................ 30
4) Les moins-values et pertes diverses .......................................................................... 31
C Le bénéfice imposable : ....................................................................................... 31
SECTION III : ÉTABLISSEMENT DE L’IMPOSITION .................................................. 33
A) Le régime de l’impôt synthétique (art. 71 du CGl)........................................... 33
1) Les conditions d’application du régime de l’impôt synthétique (art. 71 du CGl) ...... 33
2) Tarifs ..................................................................................................................... 34
3) Mode de perception.............................................................................................. 34
4) Effets de l’imposition à l’impôt synthétique...................................................... 34
5) Obligations, contrôle et sanctions......................................................................... 35
B) Le régime du bénéfice réel (article 75 du CGI et suivants).............................. 35
 Le mode du bénéfice réel simplifié s’applique :........................................................ 35
 Obligations des contribuables (article 57, 63 du LPF) .............................................. 36
SECTION IV : TAUX ET MINIMUM D’IMPOSITION ................................................... 36
A/Taux ............................................................................................................................. 36
B/Minimum d’imposition ............................................................................................. 37
 Redevables soumis au régime de l’impôt synthétique............................................... 37
 Redevables soumis au régime du bénéfice réel ......................................................... 37
SECTION V : PAIEMENT DE L’IMPÔT .......................................................................... 38
A/ Contribuables imposés suivant le régime du réel normal ............................................... 38
B/Contribuables imposés suivant le régime du réel simplifié.............................................. 39
SECTION VI : SANCTIONS .............................................................................................. 39
SECTION VII : LE CONTRÔLE ET LE CONTENTIEUX ............................................... 40
SECTION VIII : DISPOSITIONS DIVERSES DE CONTRÔLE ...................................... 40
PARAGRAPHE I : CESSION, CESSATION D’ENTREPRISE, FUSION DE SOCIÉTÉS
(articles 89 à 92 du CGI) ...................................................................................................... 41
PARAGRAPHE II : SOMMES VERSEES A DES PRESTATAIRES DE SERVICES NON
IMMATRICULES (article 440 du LPF).............................................................................. 41
PARAGRAPHE III : DECLARATION DES COMMISSIONS, COURTAGES,
RISTOURNES, HONORAIRES, DROITS D’AUTEUR, ETC. (article 75 du LPF) ......... 41
PARAGRAPHE IV : SOMMES VERSEES A DES PERSONNES N’AYANT PAS AU
MALI D’INSTALLATION PROFESSIONELLE PERMANENTE (article 94) ................ 41
PARAGRAPHE V : REVISION DES BILANS.................................................................. 42
PARAGRAPHE VI : ACOMPTES SUR DIVERS IMPÔTS ET TAXES (ADIT)......... 42
PARAGRAPHE VII : IMPOSITION A L’IBIC DES REMUNERATIONS DES
GERANTS MAJORITAIRES DE SARL (article 58 du CGI) ............................................ 42
A Conditions à remplir pour être considéré comme gérant majoritaire.............................. 43

3
B. Détermination de la rémunération imposable................................................................. 44
C/ OBLIGATIONS DES CONTRIBUABLES.................................................................... 45
CHAPITRE 6 : LA CONTRIBUTION DES PATENTES ET DE LICENCES .............. 45
SECTION I : LA PATENTE ............................................................................................... 45
PARAGRAPHE 1 : Personnes imposables.......................................................................... 45
A) Principe Général .................................................................................................. 45
B) Exemptions ........................................................................................................... 46
PARAGRAPHE II : Annualité de la patente ....................................................................... 47
A) Dérogations en faveur de l’Administration ....................................................... 47
B) Dérogations en faveur du contribuable.............................................................. 47
PARAGRAPHE III : Bases d’imposition ............................................................................ 48
A) Le droit fixe .......................................................................................................... 48
2 Calcul du droit fixe .................................................................................................. 49
3/Modalités de calcul du droit fixe................................................................................ 50
B) Le droit proportionnel......................................................................................... 52
1 Base d’imposition..................................................................................................... 52
2/ Taux............................................................................................................................. 53
3/ Minimum d’imposition .............................................................................................. 53
4/ Exonérations ............................................................................................................... 53
5/ Lieu d’imposition ....................................................................................................... 53
PARAGRAPHE IV : REGLES PARTICULIERES A CERTAINES PROFESSIONS ...... 53
1/ Entrepreneurs de travaux publics ............................................................................ 53
3/ Patente sur marché .................................................................................................... 53
PARAGRAPHE V : OBLIGATIONS DES REDEVABLES.............................................. 54
PARAGRAPHE VI : FORMULE DES PATENTES .......................................................... 54
PARAGRAPHE VII : SANCTIONS PRESCRIPTIONS.................................................... 55
A) Sanctions ............................................................................................................... 55
1) Pénalités d’assiette ..................................................................................................... 55
2) Non paiement dans les délais .................................................................................... 55
B) Prescription................................................................................................................ 55
SECTION II : LA CONTRIBUTION DES LICENCES ..................................................... 56
PARAGRAPHE I : CHAMP D’APPLICATION (article 145 et suivants du CGI)............. 56
PARAGRAPHE II : CALCUL DES DROITS .................................................................... 56
PARAGRAPHE III : PAIEMENT ET SANCTIONS.......................................................... 56
TITRE II : IMPOT INDIRECT / LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE ................. 58
CHAPITRE PRELIMINAIRE ............................................................................................. 58
CHAPITRE 1 : CHAMP D’APPLICATION....................................................................... 58
SECTION 1. OPERATIONS IMPOSABLES (Article 187 CGI) : ..................................... 58
SECTION 2. PERSONNES IMPOSABLES (art. 191 CGI) ............................................... 60
SECTION 3. LES EXONERATIONS (Article 195 CGI) ................................................... 61
SECTION 4. TERRITORIALITE........................................................................................ 61
CHAPITRE 2 : ASSIETTE DE LA TVA............................................................................ 62
Section 1 : REGLES GENERALES D’ASSIETTE............................................................. 63
Section 2. REGLES PARTICULIERES D’ASSIETTE ...................................................... 65
(DEROGATIONS AUX REGLES GENERALES D’ASSIETTE) ..................................... 65
CHAPITRE 3 : FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE (Article 204 à 206 CGI).......... 66
CHAPITRE 4 : REGIME DES DEDUCTIONS (Article 207 et suivants CGI) ................. 67
SECTION I : PRINCIPE :.................................................................................................... 67
SECTION 2 : Exclusion (article 209-215 CGI) :................................................................. 67
SECTION 3 : Limitation du droit à déduction : Règle du prorata (article 216 à 223 CGI). 68

4
SECTION 4. REMISE EN CAUSE DES DEDUCTIONS.................................................. 69
SECTION 6 : REMBOURSEMENT DE CREDIT DE TAXE N’EST AUTORISE, SAUF
EN CE QUI CONCERNE :.................................................................................................. 70
CHAPITRE 5 : TAUX DE LA TVA ................................................................................... 71
CHAPITRE 6 : LES REGIME D’IMPOSITION ................................................................ 71
CHAPITRE 7 : OBLIGATION DES CONTRIBUABLES................................................. 72
SECTION 1 : OBLIGATION ADMINISTRATIVES......................................................... 72
SECTION 2 : OBLIGATION COMPTABLE (art. 114 LPF) ............................................. 72
SETION 3 : OBLIGATION D’ETABLISSEMENT DES FACTURES ............................. 73
SECTION 4 : DECLARATION ET PAIEMENT DE LA TAXE ....................................... 73
CHAPITRE 8 : INFRACTION ET SANCTIONS............................................................... 75
SECTON 1 : Défaut de dépôt de la déclaration mensuelle (art. 119.5 LPF) ....................... 75
SECTION2 : Dépôt tardif de la déclaration (art. 119.1.2.3. CGI) ....................................... 75
SECTION 3 : Inexactitude et omissions .............................................................................. 75
SECTION 4 : Retard dans le paiement de la TVA (art. 328 LPF)....................................... 75
SECTION 5 : Autres infractions .......................................................................................... 76
CHAPITRE 9 : PRESCRIPTIONS ...................................................................................... 76
CHAPITRE 10 : CONTENTIEUX ET GRACIEUX .......................................................... 76

5
TITRE I : LES IMPOTS DIRECTS

Chapitre 1 : L’Impôt sur les traitements et salaires (ITS)

Section I : Personnes imposables à l’ITS

Sont imposables à l’ITS, comme sous le régime de l’IGR sur salaire et conformément aux
dispositions de l’article 4 nouveau du CGI :

1- Les personnes bénéficiant de traitements et salaires, quels que soient leur statut et leur
nationalité, qui résident habituellement au Mali et y exercent une activité rémunérée ou y
perçoivent des revenus imposables.

2- Les personnes domiciliées ou ayant une résidence habituelle au Mali alors même que
l’activité rémunérée s’exercerait hors du dit Etat ou que l’employeur ou la partie versante
serait domicilié ou établi hors de celui ci.

Sont considérées comme ayant une résidence habituelle au Mali :

a- les personnes qui possèdent une habitation à leurs dispositions à titre de propriétaire,
usufruitiers ou locataires lorsque, dans ce dernier cas, la location est conclue, soit par
convention unique, soit par convention successive pour une période continue d’au moins une
année ;

b- Les personnes qui, sans disposer au Mali d’une habitation dans les conditions définies à
l’alinéa précédent, ont néanmoins au Mali le lieu de leur séjour principal.

3 - Les personnes domiciliées ou résidant hors du Mali, à la double condition que l’activité
rétribuée s’exerce au Mali et, que l’employeur ou la partie versante y soit domicilié ou établi.

N.B : n’est pas imposable, le contribuable qui, ayant son domicile ou sa résidence habituelle
dans un Etat ayant conclu avec le Mali une convention en vue d’éliminer les doubles
impositions, justifie y être imposé sur l’ensemble de ses revenus.

4 - Les personnes se trouvant en congé hors du Mali, et qui sont visées à l’article 13 du CGI.

5- Les fonctionnaires ou agents de l’Etat et des collectivités publiques servant dans les pays
étrangers où ils sont exemptés d’impôt sur le revenu ou d’un impôt similaire en vertu des
dispositions des accords internationaux.

Section II : Revenus soumis à l’ITS

Paragraphe I : Revenus imposables à l’ITS (article 1à 3)

En principe sont imposables à l’ITS, les traitements et salaires c’est à dire tous les éléments
qui participent à la rémunération du salarié quelles qu’en soient la forme et la périodicité. Ce
sont :

 Le salaire de base : y compris les augmentations légales et réglementaires

6
 Les primes et indemnités diverses : Ce sont des avantages de caractère pécuniaires
consentis en supplément du traitement de base :
 Les primes constituent des suppléments de traitement destinés à rétribuer
l’accomplissement des prestations spéciales indispensables à l’emploi exercé, la manière
exemplaire de servir ou certaines sujétions et conditions particulièrement exigeantes
attachées à la fonction
 Par indemnités, il faut entendre les sommes octroyées en vue de compenser certaines
charges ou aléas professionnels excédant les conditions normales de l’emploi, de
rembourser les frais exposés ou susceptibles d’être exposés du fait des fonctions exercées.

 Les majorations :

- Majoration pour heures supplémentaires


- Majoration pour travaux de nuit
- Majoration pour travaux de jours fériés chômés

 Les congés payés

Paragraphe II : Revenus exonérés de l’ITS

 Éléments de rémunération définis à l’article 3 du CGI, dont le contenu est développé


par l’arrêté n° 99-0892/MF-SG du 18/05/99

 Les primes et indemnités consenties pour des raisons liées à la nature de l’emploi ou
aux conditions particulières de travail, telles que définies à l’arrêté ci-dessus.
 Certaines primes et indemnités consenties pour des raisons liées à des événements
affectant personnellement le salarié :

- Allocations de caractère social (allocation familiale, …)


- Indemnités de départ ou de mise à la retraite
- Indemnité de licenciement.
 Les primes et indemnités consenties pour des raisons liées à des obligations légales et
réglementaires, dont l’exonération est expressément prévue par les textes
d’adoption :

- Indemnité spéciale 1982


- Indemnité de solidarité
- Allocation de stage, accordées conformément au Décret N° 92-128/PM-RM du 18
avril 1992.
Paragraphe III : Calcul et paiement de l’ITS

1- Assiette ITS =
Montant total brut des rémunérations :
-
Primes et indemnités non imposables à l’ITS
-
Retenues faites par l ‘employeur en vue de la constitution de pensions ou de retraites
dans la limite de 4% des salaires bruts.

Le montant net des revenus imposables est arrondi aux mille francs inférieurs.

7
2 – Taux de l’ITS :

Tranche de revenu Taux Impôt Cumul


0 à 175.000 0% 0 0
175.001 à 600.000 5% 21.250 21.250
600.001 à 1200.000 13% 78.000 99.250
1.200.001 à 1.800.000 20% 120.000 219.250
1.800.001 à 2.400.000 28% 168.000 387.250
2.400.001 à 3.500.000 34% 374.000 761.250

Plus de 3.500.000 40%

Section III : Détermination du montant de l’ITS à payer

ITS à payer = ITS brut – Réduction pour charge de famille

Réduction pour charge de famille = ITS brut x Taux de réduction variable suivant le statut
matrimonial du contribuable

- Célibataire, divorcé ou veuf, sans enfant à charge……….0%


- Marié (e), sans enfant à charge………………………….10%
- Par enfant à charge, jusqu'au dixième inclus……………2,5%

A retenir que :

 L’enfant majeur infirme donne droit à une réduction d’impôt de 10%


 Dans le cas d’imposition séparée de la femme mariée, chaque époux dispose de la
réduction de 10%, majorée éventuellement de celle à la quelle ouvre droit les
enfants effectivement à la charge

Application 1 : Salaire mensuel imposable d'un gérant d’une Alimentation : 100.000 F CFA,
marié et 4 enfants à charge.

- Montant annuel : 100.000 X 12 = 1.200.000 F

- Montant inclus dans la tranche de 600.000 à 1.200.000 = 13%.

. Impôt brut : (1.200.000 - 600.000 = 600.000 X 13% = 78.000 F)


78.000 + 21.250 = 99.250 F

- Abattement pour chaque enfant : 10 + (2,5 x 4) = 20%


99.250 X 20% = 19.850 F

- ITS net annuel : 99.250 - 19.850 = 79.400 FCFA

- ITS mensuel : 79.400 / 12 = 6.617 FCFA

8
Application 2 : Soit un salarié malien, marié (trois enfants) qui vient d’être embauché en
qualité d’enquêteur par une ONG britannique qui n’est pas représentée au Mali mais qui doit
lui envoyer à la fin de chaque mois son salaire par « Western Union ».

Le revenu brut gagné en novembre 2010 est : 490 000 FCFA. Il se décompose comme suit :

 Salaire mensuel contractuel : 250.000 FCFA


 Indemnité de responsabilité : 40.000 FCFA
 Logement : 100.000 FCFA
 Frais d’électricité : 40.000 FCFA
 Indemnité de monture : 60.000 FCFA

Questions : l’employeur étant absent du Mali, ce salarié doit- il supporter l’ITS et si oui
déterminer son ITS mensuel et annuel. Dans le cas contraire justifier votre réponse. Ce salarié
est classé dans la catégorie 10 A de la Convention Collective du Commerce. Déterminer
éventuellement le sur salaire.

ELEMENTS DE REPONSE

I / Calcul de l’ITS :

Le salarié de l’ONG britannique est bien passible de l’impôt sur le revenu (ITS) en vertu du
principe de territorialité de cet impôt.

Ce salarié n’occupe pas un poste de responsabilité, il est enquêteur, il ne peut donc bénéficier
de la prime de responsabilité.

En tant que enquêteur, il peut user de son propre moyen de transport pour effecteur sa
mission, dans cette hypothèse, l’indemnité de monture est déductible dans de la base ITS.

Les avantages en nature (logement frais d’électricité) qui sont octroyés sont imposables à
50%.

 Base INPS : 250 000+40 000+100 000+40 000+60 000 = 490 000
 Cotisation INPS (3.6%) = 17 640
 Base ITS : 490 000-(20 000+50 000+2000+17 640+60 000)= 340 360 x 12
=4 084 320
 ITS Brut : 4 084 320 -3 500 000=584 320 x 40 % = 233 728 +761 250=994 978
 Abattement familial : 994 978 x 17.5% =174 121
 ITS annuel : 994 978 -174 121 =820 857
 ITS mensuel : 820 857 /12 = 68 405 F.
Application de la réduction de 2 points du taux effectif de l’ITS :

F1 : 820 857/4 084 320= 0,20 x 100= 20

F2 : 20-2=18

9
ITS annuel = 4 084 320 x 18% = 735178

ITS mensuel= 735 178/12= 61 264 F

Gain : 68 405- 61 264= 7141 FCFA

Section IV : Paiement de l’ITS

L’ITS porte chaque mois sur les sommes payables aux intéressés au cours du même mois
selon les modalités suivantes :

 Lorsque l’employeur ou la partie versante est domicilié au Mali, l’impôt est perçu par voie
de retenue opérée pour le compte du Trésor au moment de chaque paiement (article 411-1
du LPF) ;

 Les contribuables domiciliés au Mali, qui perçoivent des personnes physiques ou morales
domiciliées ou établies hors du Mali, des sommes passibles de l’impôt sont tenus de
calculer eux – même le montant de la taxe dont ils sont redevables et d’en effectuer le
versement à la caisse du payeur ou du percepteur du lieu de leur domicile dans les
conditions de délais fixés en ce qui concerne les employeurs (article 411-2 du LPF).

 Les salariés des missions diplomatiques et consulaires étrangères ainsi que ceux des
organisations internationales, doivent personnellement s’assurer que leur employeur
effectue mensuellement sur leurs salaires les retenues pour l’ITS prévues à l’article 410 du
LPF.

A défaut de retenue effectuée par l’employeur, ces salariés doivent procéder eux-mêmes
au calcul et au versement de l’ITS afférent à ces salaires dans les mêmes conditions et
sous les mêmes sanctions que celles applicables aux salariés visés à l’article 411, al.2 du
LPF.

 Les salariés rétribués par plusieurs employeurs, sont tenus d’effecteur une déclaration
annuelle, dans les conditions prévues à l’article 29 du LPF.

CHAPITRE 2 : LES IMPOTS ET TAXES SUR SALAIRE A LA CHARGE DE


L’EMPLOYEUR

SECTION I : La Contribution Forfaitaire (CF), la Taxe de Formation Professionnelle


(TFP), la Taxe Emploi Jeune (TEJ) (Art.159, 183 et suivants du CGI)

Il s’agit de taxes assimilées aux Impôts Directs et qui obéissent en ce qui concerne la
détermination de la base taxable à des règles assez proches de celles déjà vues en matière
d’impôt sur les traitements et salaires. Il convient de noter toutefois une différence importante
par rapport à l’ITS: ces taxes sont supportées par l’employeur qui ne peut les déduire du
salaire de ses salariés.
Paragraphe I : Redevables soumis à cette contribution
Ce sont les employeurs, personnes physiques ou morales, passibles de l’impôt sur les
bénéfices industriels et commerciaux ou de l’impôt sur les bénéfices agricoles. Les personnes
employant à titre privé des salariés (domestiques, chauffeurs, etc.) ne sont pas assujetties à la
contribution forfaitaire.

10
Paragraphe II : Assiette
L’assiette de ces impôts est constituée par le montant brut des traitements, salaires,
rémunérations, indemnités payés à l’ensemble du personnel, majoré, le cas échéant, de la
valeur réelle des avantages en nature. Elle est d’ailleurs identique pour les 2 taxes.
L’assiette de ces taxes est donc plus large que celle retenue pour le calcul de la base des
salaires soumise à l’ITS : les avantages en nature notamment y sont soumis pour leur valeur
réelle dans tous les cas, que leurs bénéficiaires soient ou non des expatriés. Par ailleurs, les
retenues pour retraite ne sont pas déduites de la base taxable comme en matière d’ITS. En
revanche, l’indemnité spéciale de solidarité, qui est exonérée de tout impôt ou taxe, est de ce
fait également exonérée de la Contribution Forfaitaire et de la Taxe de Formation
Professionnelle.
Paragraphe III : Exonérations
Dans le cadre du Code Général des Impôts, il est prévu 3 cas d’exonération temporaire à la
Contribution Forfaitaire à la Taxe de Formation Professionnelle et à la TEJ. Il s’agit :

 des sommes ou avantages en nature versés ou alloués à des salariés recrutés à compter
du 1er janvier 1989, lorsque ces salariés sont titulaires de l’un des diplômes
mentionnés à l’article 132 du CGI1 et sont âgés de moins de 40 ans à la date de leur
embauche. La durée de l’exonération est de 3 ans à partir de la date de l’embauche du
ou des salariés concernés (cf. article 161 du CGI);

 des salaires versés à des salariés engagés par un nouvel employeur à compter du 1er
janvier 1990, lorsque ces salariés avaient fait précédemment l’objet d’un licenciement
pour motifs économiques. La durée de l’exonération est de 2 ans (cf. article 162 du
CGI);

 des allocations versées aux jeunes diplômés dans le cadre du stage de formation
institué par le décret no 92-128/PM-RM du 18 Avril 1992. Toutefois, le plafond des
déductions autorisées à ce titre est fixé annuellement pour l’ensemble des entreprises
par voie d’arrêté interministériel. De plus, la déduction est entière pour la première
période, mais dégressive pour les 2 périodes suivantes (article 163 du CGI).
Paragraphe IV : Taux et modalités de recouvrement
1/ Taux :
La base taxable est comme indiquée, identique pour les deux taxes. Les taux sont les
suivants : CF = 3, 5%, TFP&TEJ = 2%.

2/ Modalités de recouvrement
L’employeur est tenu de calculer lui-même et de verser ensuite le montant des taxes au
Receveur du Centre des Impôts dont dépend le domicile de l’employeur ou le siège de
l’entreprise. Les modalités de paiement et les délais sont les mêmes qu’en matière de retenues
pour l’ITS sur les salaires : les taxes doivent être versées spontanément par l’employeur dans
les 15 premiers jours du mois suivant celui au cours duquel les salaires ont été payés ou
devraient l’être.

Exemple : Les taxes dues sur les salaires du mois de décembre 2005 devront être versées le
15 janvier 2006 au plus tard. Toutefois si le montant mensuel n’excède pas 5.000 F le

1
Ce diplôme peut être un diplôme de l’enseignement fondamental, de l’enseignement secondaire général,
technique et professionnel, de l’enseignement supérieur ou d’un établissement professionnel agréé.

11
versement peut n’être que trimestriel : il doit alors être effectué, pour chaque trimestre écoulé,
dans les 15 premiers jours des mois d’avril, juillet, octobre et janvier.
Dans le cas de transfert du domicile hors du ressort du Centre des Impôts compétent, ainsi que
dans le cas de cession ou de cessation d’entreprise, les taxes doivent être immédiatement
versées. En cas de décès, les taxes dues doivent être versées par les héritiers dans les 15
premiers jours suivant celui du décès.

3/ Sanctions
Dans les cas de défaut de déclaration ou de minoration ou d’inexactitude des sommes dues,
l’amende encourue est égale à 100% des droits non déclarés ou compromis.
Lorsqu’il s’agit de retard dans le paiement, l’amende fiscale encourue est égale à 2% des
sommes dues par mois de retard décompté du 16 du mois au 15 inclus du mois suivant, tout
mois commencé étant considéré comme un mois entier.

Section II : La Taxe Logement (TL)

La Taxe Logement est un prélèvement institué par l’Ordonnance N° 10 CMLN du 18 mars


1971, qui fixe son taux à 1% de la masse salariale brute. Elle constitue la principale ressource
de l’OMH.
Les employeurs, publics et privés sont dans leur ensemble, passibles de la Taxe Logement,
conformément aux dispositions de l’Ordonnance N° 10 CMLN du 18 mars 1971. Aucune
exonération n’est prévue en la matière, à l’exception des cas visés par les protocoles d’accord
signés entre le Gouvernement du Mali et ses partenaires dans le cadre d’une convention
d’établissement.
Son recouvrement est assuré par l’administration fiscale.

Chapitre 3 : l’impôt sur le Revenu Foncier

Section I : Champ d’application

Paragraphe I : Revenus Imposables et exonérés (articles 14 et 16 du CGI)

- Seuls les revenus provenant des propriétés bâties ou assimilées, situées au Mali sont
soumises à l’impôt sur le revenu foncier.

L’outillage des établissements industriels attachés au sol à perpétuelle demeure ou


reposant sur des fondations spéciales faisant corps avec l’immeuble est assimilé à un
immeuble bâti.

- Ces revenus sont taxables qu’ils proviennent de construction érigée en banco ou en dur

- Les revenus sont taxables dans cette catégorie même s’ils proviennent d’immeuble
figurant à l’actif du bilan d’une société, toute fois s’il s’agit d’une société passible de
l’impôt sur les sociétés (SA, SARL), les revenus sont alors compris dans l’assiette de cet
impôt et exonérés d’impôt sur le revenu foncier (cf. article 16-3 du CGI).

Paragraphe II : Exonération (articles 16 et suivants)

12
Certains revenus bien que provenant d’immeuble bâti sont exonérés d’IRF

- L’exonération peut être permanente : l’immeuble ne faisant pas l’objet de location,


l’immeuble appartenant à l’Etat ou aux collectivités publiques affectées à un service
public et improductif de revenu, immeuble affecté à l’exercice du culte.

- L’exonération peut également être liée à la personne du propriétaire de l’immeuble donné


en location : loyers des immeubles inscrits au compte d’une société de capitaux (SA,
SARL)

Il n’existe plus depuis janvier 1999 d’exonération temporaire en faveur des constructions
nouvelles sauf lorsque celles- ci résultent de l’agrément du code des investissements (5 ou 10
ans)

Section II : Détermination du revenu imposable et taux (articles 17 à 21)

Il convient de noter que l’IRF n’est dû que sur les immeubles donnés en location à la
condition que l’immeuble ne soit exonéré.

Lorsque les loyers sont encaissés par une telle société ils sont ajoutés comme revenu
accessoire au résultat d’exploitation pour être taxer à l’IS.
Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’imposition à l’IRF ou à l’IS, il convient de déterminer la
base à soumettre à l’impôt.

Paragraphe I : Revenus bruts disponibles

Sont concernés dans cette hypothèse les immeubles productifs des revenus appartenant à des
personnes physiques ou à des personnes morales autres que les sociétés de capitaux c’est à
dire sociétés de personnes SNC, sociétés civiles

Les sommes perçues par le propriétaire au cours de l’année d’imposition à titre de loyer ou
de recette accessoire constituent le revenu brut de l’immeuble. Ce sont les loyers présumés
avoir été perçus par le propriétaire au cours de la période à laquelle il se rapporte, sauf preuve
contraire.

Par loyers perçus, il faut entendre aussi bien les loyers payés en espèces par le locataire que
ceux acquittés sous une autre forme. Le propriétaire doit déduire des loyers perçus, les
dépenses qu’il a faites et qui incombent normalement au locataire (eau, électricité…). En
revanche, il doit être ajouté au loyer perçu les dépenses payées par ses locataires et qui
normalement lui incombent.

Application : un propriétaire loue son immeuble pour un an à charge pour le locataire de lui
verser 200 000 par mois et de construire une piscine d’un coût de 2 500 000. Par ailleurs le
propriétaire a payé lui-même les dépenses d’eau et d’électricité du locataire pour 300 000 f.
Quel est le revenu brut annuel ?

Loyer :200 000 x 12 = 2 400 000


Piscine :…………… = 2 500 000
Total :………………= 4 900 000
Dépense d’eaux…….= 300 000

13
Revenu brut……….. = 4 600 000

Ainsi déterminer ce revenu brut ne fait l’objet d’aucune réduction au titre des charges se
rapportant à l’amortissement, à l’entretien de l’immeuble. En conséquence, l’impôt est
indiqué directement sur le revenu brut à des taus qui ont étés aménagés pour tenir compte de
l’absence de déduction de charge.
Paragraphe II : Les revenus imposables des immeubles inscrits à l’actif du bilan d’une
société de capitaux (SA, SARL)

Ils sont exonérées d’IRF, mais passibles d’IS, ce sont les sommes perçues par la société en
cours d’année à titre de loyer ou de recette accessoire.

Depuis 2006, il n’existe plus de charges déductibles se rapportent réellement ou


forfaitairement à l’entretien, l’amortissement et la conservation de l’immeuble (cf. article 57
du CGI).

Paragraphe III : Régimes d’évaluation du revenu imposable

A/Régime d’évaluation par comparaison (articles 2 à 5 du LPF)

Elle intervient lorsque l’administration fiscale n’a pu avoir connaissance du revenu réel de
l’immeuble donné en location.

Cette méthode d’évaluation consiste à faire une comparaison entre le revenu sous évalué de
l’immeuble concerné avec le revenu réel d’immeuble similaire loué suivant les baux
authentiques ou par location verbale passée dans des conditions normales. La valeur locative
ainsi déterminée ne peut être inférieure à un revenu forfaitaire établi par référence à u barème
qui fait l’objet d’n arrêté interministériel du Ministre des Fiances et du Ministre de l’Habita.
Toutefois, cette valeur locative peut faire l’objet de dénonciation par le contribuable dans les
trois premiers mois de l’année d’imposition et, de révision par l’administration fiscale en cas
de changement notoire de cette valeur locative.

Lorsqu’un cadastre à but fiscal existe, la valeur locative ne peut en aucun cas être inférieure à
celle résultant de l’application des règles cadastrales.

B/Régime de l’évaluation directe (articles 6 à 7 du LPF)

Elle intervient lorsque la méthode d’évaluation par comparaison ne peut être appliquée (pour
les immeubles de nature exceptionnelle comme les usines, les grandes entreprises) et en cas
de location manifestement sous évaluée.

On procède alors ainsi qu’il suit :

1- détermination de la valeur vénale (vente)

2- Détermination du taux moyen d’intérêt des placements immobiliers (le loyer perçu pour
un immeuble par rapport au capital investi) pour chaque nature de propriété.

3- Application du taux d’intérêt à la valeur vénale pour obtenir la valeur locative.

14
Le revenu net ainsi déterminé ne peut être supérieur à 5% de la valeur d’acquisition de
l’immeuble en cause.

Paragraphe III : le taux

Les taux sont de :

- 15% pour les immeubles en dur et semi- dur


- 10% pour les immeubles en banco.
La base imposable est arrondie aux mille francs inferieurs (article 22 du CGI).

Section III IV: Obligations des contribuables

Les obligations concernent aussi bien les propriétaires que les locataires

Paragraphe I : Obligations des propriétaires

Les contribuables ayant des revenus fonciers imposables doivent en faire annuellement la
déclaration auprès du centre des impôts du lieu de situation de l’immeuble au plu tard le 31
mars de l’année suivante. Ils doivent mentionner sur les imprimés spéciaux ; des revenus
fonciers qu’ils ont perçus ou qu’ils sont présumés perçus au cours de l’année civil (article 40
du LPF)

Paragraphe II : Obligations des locataires

Les bénéfices de certaines locations dont le prix moyen mensuel est supérieur à 100 000 F
ainsi que les organismes et collectivités publiques quel que soit le montant du loyer doivent
obligatoirement opérer et reverser au trésor public une retenu sur les loyers dus au
propriétaire (article 423 du LPF). Les retenues effectuées au cours d’un mois déterminé
doivent être reversées au plu tard le 15 du mois suivant à la perception du cercle ou de la
commune locataire (article 424 du LPF).

A chaque versement il est établi des bordereaux avis en cas d’exemplaire, ventile entre la
perception, le centre des impôts et le propriétaire et le locataire les retenus opérées constituent
des acomptes déductibles de l’impôt sur le RF qui sera mis à la charge du propriétaire.
Paragraphe III : Contrôle, Sanctions, Rectification d’Office et Prescription (articles 42
et 584 du LPF)

- Dépôt de déclaration hors délais (après 31 mars) : Amende 25% de l’impôt dû (article 42 du
LPF) ;
- Défaut de déclaration : la redevable est taxe d’office c’est à dire que le revenu est détermine
arbitrairement par l’administration fiscale et l’impôt du est majoré de 25% de pénalité ;

- Déclaration inexacte (minoration) signifie que le contribuable a déclare le loyer inférieur a


ce qu’il a réellement perçu. L’administration rectifie d’office cette déclaration et impose au
revenu effectivement perçu l’impôt correspondant au revenu déclare est majore de 25%

15
- Défaut de retenue et non - reversement de la retenue dans les délais par le locataire :
application d’une majoration de 2% par mois de retard jusqu’au 5ème mois inclus (article 425
du LPF).

Application : Revenu réel : 1. 500 000/A


Revenu déclaré : 1000 000/ 15% = ………………………..150. 000
IRF normalement dû : 1.500.000 x 15% = 225.000
Différence : 225.000 – 150.000 = …………….75.000
Pénalité : 75.000 x 25% = …………….18.750
IRF après redressement :……………………= …………….._________
243.000

L’administration dispose d’un délai de 3 ans pour réparer les erreurs et omissions commise en
matière d’infraction (cf. article 584 du LPF).

Chapitre 4 : Impôt sur les revenus des valeurs mobilières (IRVM)

Les valeurs mobilières sont des biens tel que les parts d’intérêts, les actions, les obligations et
généralement tout capital placé et productif de revenus. Ces biens rentrent dans la catégorie
des meubles d’où leur nom et rapportent à leurs titulaires des revenus qui reçoivent des
appellations diverses : dividendes, intérêts, arrérages, tantième, jeton de présence.

Ces revenus constituent une cédule (catégorie) à part passible de L’IRVM.

L’imposition de cette catégorie présente la particularité d’être effectuée le plus souvent au


moyen d’une retenue a la source ; retenue à laquelle doit procéder celui paye les intérêts ou
les dividendes

Section I : Revenu Imposable dans cette catégorie (articles 23 du CGI)

Ce sont :

 Les produits des actions, des parts de société (dividendes, part de bénéfice) ayant leur
siège social au Mali. Il s’agit en réalité de sociétés qui ont subi (l’IS a 35%)

L’impôt est exigible quelle que soit la forme de la distribution (d’espèce avantage
quelconque, ex : distribution gratuite d’action remise de dette, cession d’un bien de la société
à un prix inférieur.
 Le montant des tantièmes, jetons de présence et remboursement de frais au profit des
administrateurs.

- les tantièmes représentent un pourcentage des bénéfices versés aux administrateurs,


- les jetons de présence correspondent aux sommes allouées aux administrateurs pour leur
participation aux réunions du Conseil d’Administration.

 Les produits de créances et emprunts de toute nature émise par les sociétés commerciales
et les établissements ayant leurs sièges au Mali ;

 Intérêts et autres produits : créances dépôts, cautionnement ;

16
 Certains revenus sur lesquels pèse une présomption de distribution ;

 Tous les bénéfices qui ne sont pas mis en réserve ou incorporés dans le capital.

 Toutes les sommes ou valeurs qui sont mises à la disposition de la société directement ou
par personne interposée à titre d’avance de prêt ou d’acompte.
 Les rémunérations et avantages occultes.

Section II : Les Exonérations :

Certains revenus quoi que rentrant dans l’une des catégories visées ci- avant sont exonérés de
l’IRVM par l’article 29 du CGI. A titre d’exemple, on peut citer :

 Les intérêts des livres des comptes d’épargne


 Les intérêts, des obligations émis (l’état, les Régions, Les communes)
 Les intérêts de comptes courant entre commerçants et industriels
 Les produits des parts dans les SNC

Section III : Fait générateur et détermination du revenu imposable

Paragraphe I : Fait générateur :

C’est la mise en distribution qui fait naître la dette d’impôt (article 35 du CGI). Un bénéfice
est réputé distribué, les intérêts sont réputés payés à partir du moment où ils sont mis en à la
disposition de leur bénéficiaire ; peu importe la date à laquelle l’actionnaire ou l’obligataire
vient effectivement les encaisser :

 Pour les Actions et part intérêts dans les SARL et obligations : le fait générateur est
constitué par la mise en distribution.

 Revenu de créance, dépôt, cautionnement et compte courant : le fait générateur est


constitue par le payement effectif des intérêts ou inscription à un compte.

Il résulte de cette règle que tant que les bénéfices ne sont pas distribués, l’IRVM n’est pas dû.
C’est tout à fait logique, dans la mesure où l’impôt sur le revenu ne peut être dû que si le
revenu est effectivement perçu.
Tel n’est pas le cas lorsque les bénéfices réalisés par la société restent investis dans
l’entreprise.

Application :

Une S.A. a réalisé un bénéfice de 50 millions avant impôt ( soit 17.500.000 F d’IS en 2000),
soit 32.500.000 de bénéfice net en 2001. Elle décide de répartir à compter du 11/01/2001
entre les actionnaires la somme de 10.000.000 F. L’impôt sera dû à compter du 11/01/2001 et
ne sera perçu que sur les 10.000.000 distribués. Les 22.500.000 mis en réserve échappent
momentanément à toute taxation.

Paragraphe II : Détermination du revenu imposable

Il résulte de ce qui précède que seuls les revenus mis en paiement sont taxables.

17
Le revenu taxable est déterminé :

 Pour les Actions : le montant des dividendes est fixé par l’assemblée d’actionnaire
 Pour les obligations : les intérêts distribués dans l’année.
 Créance, dépôt et compte courant cautionnement par : le montant brut des intérêts
payés (article 38 du CGI).

Section III : Taux et paiement de l’impôt (article 41 42 du CGI)

Paragraphe I : Taux :

Les taux sont multiples. Ce sont :

 15% pour les lots payés aux créanciers et porteurs d’obligations


 18% pour les autres revenus. Le taux de 18% est abaissé à :
 13% pour les intérêts et autres produits d’obligations contractées par les sociétés ayant
leur siège au Mali.
 9% Pour les intérêts et autres produits d’impôt à vu et compte courant.
 10% pour les dividendes régulièrement distribués.

Les produits et primes de remboursement d’obligations versées aux personnes domiciliées


hors de L’UEMOA sont exonérés (article 33-10 du CGI).

Paragraphe II : Paiement :

1- Paiement de l’impôt sur le revenu de valeurs mobilières proprement dit : actions


parts d’intérêts et obligations : L’impôt est avancé par la société qui verse les produits
imposables. Elle l’acquitte spontanément à la caisse du Receveur de l’Enregistrement du
siège social ou du centre des impôts (cf. article 426 du LPF)

2 - Modalité de versement : L’IVRM est acquitté en quatre termes ayant avant le 25 du mois
de janvier, avril juillet et octobre l’année (cf. article 427 du LPF).

Toutefois concernant les valeurs à revenus variables (actions et parts d’intérêts), chaque terme
est déterminé en prenant comme base le cinquième de l’IRVM dû au titre du dernier exercice.
S’il s’agit d’une société nouvelle, l’IRVM présumé est déterminé en prenant comme base le
bénéfice présumé qui est égal à 5% du capital appelé (cf. article 427. 2 du LPF.).

Application 1 : une société ancienne a distribué en 2000 une somme de 10 millions de


bénéfice. En 1999, elle a acquitté l’impôt dans les conditions suivantes :

- avant le 25 janvier : 10.000.000 x10 = 200.000


5 x100

- avant le 25 avril : 10.000.000 x10 = 200.000


5 x100

- avant le 25 juillet : 10.000.000 x10 = 200.000


5 x100

18
- avant le 25 octobre :
10.000.000 x10 = 200.000
5 x100
Soit un total de ………………………………………800.000 FCA

Il s’agit là de simples acomptes. Par contre, si la société verse au titre de l’exercice 99, 15
millions de bénéfices, elle devra acquitter un complément d’impôt égal à :

15.000.000 x 10 = 1.500.000
100
Déjà payé = 800.000
Reste dû = 700.000

Cette somme de 700.000 devra être immédiatement versée après qu’ait été prise la décision de
distribution.

Si au contraire la société ne verse au titre de l’année 99 qu’une somme de 5 millions, l’impôt


réellement dû sera de 5.000.000 x 10% = 500.000
Déjà payé = 800.000
Trop perçu = 300.000

Cet excédent de versement s’imputera sur l’exercice courant ou sera remboursé si la société
est arrivée à terme.

Application 2 : Soit une société nouvelle créée en 1999 au capital de 100.000.000 F. Elle
devra verser avant le 25 janvier, avril, juillet et octobre une somme à titre d’acompte d’IRVM
égal à :

100.000.000 x 5% = 5.000.000

5.000.000 x 10
= 125.000
4 x 100

Elle aura donc versé en 1999 : 125.000 x 4 = 500.000 F qui viendront en déduction de
l’IRVM dû sur les distributions de bénéfices afférentes à l’exercice 1999.
Rémunérations versées aux membres des conseils d’administration :

L’impôt doit être payé avant le 25 des mois de janvier, avril, juillet et octobre de chaque
année. Chaque versement est calculé sur les sommes mises en distribution au cours du
trimestre précédent.

NB : si la société est obligée d’acquitter elle-même l’impôt, ce n’est pas toutefois pas elle qui
en supporte la charge. S’agissant d’un impôt sur le revenu, il est en définitif supporté par le
bénéficiaire.

Application : En 2000, une société réalise un bénéfice de 10.000.000 après impôt sur le
revenu (I.S). Les associés décident de se répartir entre eux la somme de 5 millions. La société
versera alors au trésor à titre d’IRVM, la somme de :

19
5.000.000 x10% = 500.000

Le surplus sera réparti entre les associés soit : 5.000.000 – 500.000 = 4.500.000 F

Section III : Impôt sur le revenu des créances, dépôts et cautionnement (IRC) :

1- Les produits imposables sont payés par des banquiers : ceux-ci doivent acquitter
l’impôt dans les conditions prévues aux articles 48 et 49 du LPF (tenue d’un registre spécial,
paiement de l’impôt dans le mois de mai, août, novembre et février au bureau de
l’enregistrement dont dépend le siège de l’enregistrement).

2 - Les produits imposables sont payés par des particuliers : l’impôt est acquitté au moyen
de timbres fiscaux apposés soit sur les quittances, soit sur le compte ou l’inscription est
opérée (article 430 du LPF).

Ces intéressés ne sont taxables au Mali que si le créancier est fiscalement domicilié au Mali.
Si le paiement est effectué hors du Mali sans création d’un écrit, le bénéficiaire de ces
intérêts, c’est à dire le créancier, doit les déclarer à l’enregistrement et acquitter l’impôt
correspondant dans les trois premiers mois de l’année suivante ( article 431 du LPF).

Application : Monsieur Touré verse à Diarra le 10 juillet 99 la somme de 50.000 F à titre


d’intérêt de la somme de 500.000 F que lui a consenti Diarra.

Diarra doit lui donner un reçu de versement de cette somme. Dans ce cas, ce reçu devra être
revêtu en plus des timbres de quittance ordinaires, de timbres fiscaux représentant l’IRVM dû
pour un montant de 50.000 F x 9 % = 4.500 F

Ce dépôt est à la charge du créancier et c’est lui qui est tenu à l’achat et à l’apposition des
timbres. Toutefois, créancier et débiteur sont solidairement responsables du paiement de
l’impôt (article 429 du LPF).

Dans le cas où cette somme de 50.000 aurait été versée hors du Mali et sans qu’aucune
quittance soit établie, le créancier devrait déclarer à l’enregistrement et payer l’impôt
correspondant le 31 mars 2000 au plus tard. Le bureau compétent est celui dont dépend le
domicile ou la résidence du créancier.

NB : tout paiement d’intérêt doit faire l’objet d’une quittance lorsque le paiement a lieu au
Mali.

Section V : Obligations des redevables, Sanctions, Contentieux :

Paragraphe I : Obligations (43 du LPF) :

Les sociétés susceptibles de distribuer les sommes taxables doivent déposer une copie de leur
statut à la recette des domaines de l’enregistrement et du timbre. Une copie des comptes
rendus de délibération doit être déposée dans le mois de leur date.

Si les produits imposables sont payés par des banquiers ceux ci doivent payer l’impôt dans les
conditions suivantes : tenue d’un registre spécial paiement de l’impôt dans les mois de mai ou

20
novembre et février à la recette de l’enregistrement dont dépend le siège de l’établissement
bancaire.

Paragraphe II: Sanctions (article 433 du LPF)

 Défaut de retenue d’impôt, la sanction est l’amende = montant de l’impôt (100% de


pénalité)
 Minoration de retenue ou retenue inexacte, la sanction amende= montant impôt
compromis.
 Retenu n’ayant pas abouti au paiement de l’impôt, la sanction amende = montant de
l'impôt non versé (100% de pénalité)

 Paiement tardif 2% /mois de retard, calculé à partir de la date d’exigibilité, tout mois
commencé étant considéré comme un mois entier.

Paragraphe III : Contentieux

L’action du trésor pour le recouvrement de l’IRVM est soumise à la prescription de 5 ans, ce


délai commence à courir à partir de la date d’exigibilité des droits d’amende (article 591 du
LPF). Les redevables disposent également d’un délai de 5 ans pour obtenir le remboursement
des impôts indûment payés (article 592 du LPF). Ce délai a pour point de départ la date de
paiement.

CHAPITRE 5 : L’IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES INDUSTRIELS ET


COMMERCIAUX

SECTION I : BÉNÉFICES IMPOSABLES DANS CETTE CATEGORIE

Les revenus non classés dans l’une des quatre autres cédules existantes (revenus fonciers,
revenus de valeurs mobilières, bénéfices agricoles, traitements et salaires), sont réunis et taxés
par le Code Général des Impôts dans la cédule des bénéfices industriels et commerciaux.
Toutefois, l’imposition comporte là encore des exonérations, certaines permanentes, d’autres
temporaires.

A Bénéfices imposables

Il s’agit essentiellement des bénéfices réalisés dans le cadre d’une activité commerciale,
industrielle, artisanale ou libérale, c’est à dire :

1) les bénéfices provenant de l’exercice d’une profession commerciale ou industrielle, qui


correspondent aux activités suivantes :
- les activités commerciales proprement dites qui consistent à acheter des biens mobiliers en
vue de les revendre ou de les louer sans leur faire subir de transformations (commerçant
grossiste, demi-grossiste, détaillant);
- les activités industrielles de transformation (usines d’égrenage, usines de conserves
alimentaires, fabriques de meubles, de vélomoteurs, de matériels agricoles, etc..);
- les activités des entreprises de banques et assurances;
- les activités des entreprises de transport;
- les activités des entreprises de spectacles;

21
- les activités des agents d’affaires, commissionnaires et courtiers;
- les activités dans l’hôtellerie et la restauration;
- les industries extractives;
- les industries minières et pétrolières, ces dernières étant toutefois soumises à l’IBIC dans des
conditions particulières (voir les annexes du CGI).

2) les bénéfices provenant de l’exercice d’une profession artisanale : L’activité artisanale


consiste en l’extraction, la production, la transformation de biens ou la prestation de services
grâce à des procédés techniques dont la maîtrise requiert une formation, notamment par la
pratique. Le mode de production est principalement manuel, même s’il peut comporter
l’utilisation de machines et outillages qui n’occasionnent pas une production en série, comme
dans le mode de production industriel. A titre d’exemple, on peut mentionner les teintureries,
les menuiseries, les pâtisseries, les garages, etc.

3) les bénéfices provenant de l’exercice d’une activité libérale (avocats, architectes, experts
comptables, conseils fiscaux, etc..) ou ceux réalisés par les titulaires de charges et offices
(notaires et huissiers) Il faut noter toutefois que certaines de ses activités peuvent être
exercées aussi bien dans le cadre d’une profession libérale, qu’à titre de salarié.
Exemple : Le revenu d’un architecte installé à son propre compte sera imposé dans la cédule
BIC, mais s’il est salarié d’une entreprise, son revenu sera imposé dans la cédule
Traitements et Salaires.

4) Les bénéfices provenant d’activités n’ayant pas toujours un caractère commercial mais
expressément rangés dans cette catégorie par le Code (article 43 : bénéfices provenant des
lotissements de terrains).

5) Les honoraires des personnes qui exercent professionnellement leur activité, même
accessoirement, en dehors d’une entreprise, bureau d’étude, ou cabinet régulièrement
immatriculés (artice43 du CGI). Il en est de même pour les personnes disposant de revenus
non déclarés ou pour lesquelles il apparaît une disproportion marquée entre le train de vie et le
revenu déclaré. C’est en vertu de dispositions expresses du Code que ces catégories de
revenus sont désormais imposées dans la cédule des BIC (cf. article 626 du LPF).
B Personnes imposables

Les personnes imposables à l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciales peuvent être
aussi bien des personnes physiques que des personnes morales. Les règles générales indiquées
ci dessous s’appliquent donc aussi bien aux sociétés de capitaux (sociétés anonymes et
assimilées, sociétés et entreprises d’Etat, sociétés à responsabilité limitée, sociétés
d’économie mixte) qu’aux sociétés de personnes (sociétés en nom collectif) ou aux
exploitants individuels.

L’impôt sur les sociétés est l’appellation de l’impôt sur les bénéfices industriels et
commerciaux lorsqu’il est appliqué aux sociétés de capitaux (article 83 du CGI). Celles-ci y
sont soumises, du seul fait de leur forme juridique, quelque soit la nature leur activité, même
si celle-ci n’est pas commerciale. Les particularités que comporte l’impôt sur les sociétés (IS)
par rapport à l’Impôt sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux (IBIC) seront indiquées le
cas échéant. Quant aux personnes physiques (souvent appelées les entreprises individuelles,
ou encore les exploitants individuels), tant que leur activité demeure en deçà d’un certain

22
seuil, elles sont soumises à une modalité particulière du régime de l’impôt sur les bénéfices
industriels et commerciaux, l’impôt synthétique.

Les bénéfices imposables au Mali sont ceux qui sont réalisés dans des entreprises exploitées
au Mali. Ainsi une société ayant son siège social au Mali et des succursales à l’étranger
n’acquittera l’impôt sur les sociétés que sur les bénéfices provenant de son activité malienne.
A l’inverse, une société ayant son siège social à l’étranger, mais exerçant une activité au Mali
sera soumise à l’impôt sur les sociétés au Mali pour les bénéfices provenant de son activité au
Mali. Cependant il peut avoir des cas où l’imposition des bénéfices est attribuée au Mali par
une convention internationale relative aux doubles impositions.

C- Exonérations

1) Exonérations permanentes

Elles concernent notamment les entreprises visées à l’article 47 du CGI (Sociétés de secours
mutuel, Institut d’Emission, Coopératives de consommation, etc.). Ces organismes n’ont
guère l’occasion de réaliser des profits, ce qui justifie l’exonération permanente dont elles
bénéficient.
2) Exonérations temporaires

Afin de favoriser les investissements privés, aussi bien nationaux qu’étrangers, diverses
exonérations fiscales à caractère temporaire ont été instituées dans le cadre de législations
particulières. Il en est ainsi par exemple pour les entreprises agrées au titre du Code des
Investissements et pour lesquelles les avantages consentis sont fonction du régime qui leur a
été accordé par le décret ou l’arrêté interministériel d’agrément; ou encore pour les bénéfices
provenant d’usines nouvelles, modernisées ou agrandies. De même les entreprises agréées au
Code Minier, au Code Pétrolier ou au Code des Investissements Immobiliers bénéficient
également d’exonérations fiscales temporaires. Les conditions pour obtenir le bénéfice de ces
exonérations sont indiquées dans le Code des Investissements, le Code Minier, le Code
Pétrolier et le Code des Investissements Immobiliers.

SECTION II : DETERMINATION DU BÉNÉFICE IMPOSABLE

Généralités :

L’impôt est établi chaque année sur les bénéfices réalisés pendant l’exercice précédent. Si cet
exercice s’est étendu sur une période inférieure ou supérieure à 12 mois, l’impôt est
néanmoins établi d’après les résultats dudit exercice. Certes, en principe, l’exercice comptable
coïncide avec l’année civile, c'est-à-dire qu’il court du 1er janvier au 31 décembre. Toutefois,
le premier exercice débutant au cours du premier semestre de l’année civile a une durée
exceptionnellement inférieure à douze mois. Inversement, un premier exercice commencé au
cours du deuxième semestre de l’année pourra avoir une durée supérieure à douze mois. Le
bénéfice est donc déterminé dans le cadre de l’exercice : le résultat doit tenir compte de tous
les profits et de toutes les charges qui s’y rattachent, mais de ceux là seulement.
Le bénéfice servant de base à l’impôt est un bénéfice net, déterminé d’après les résultats
d’ensemble des opérations de toutes natures effectuées par l’entreprise, y compris les cessions
d’éléments de l’actif intervenues, soit en fin, soit en cours d’exploitation. Par ailleurs, l’article

23
50 du CGI précise que « l’actif net s’entend de l’excédent des valeurs d’actif sur le total formé
au passif par les créances des tiers, les amortissements et les provisions justifiées ». Cela
implique que si en fin d’exercice, l’actif net est plus élevé qu’au début du même exercice,
l’entreprise s’est enrichie de la différence. Le bénéfice imposable comprend donc même les
profits réalisés alors que l’entreprise n’a effectué aucune opération (exemple d’une plus value
réalisée à l’occasion d’une expropriation).
Le bénéfice net présente ainsi 2 caractères :
1) C’est le résultat final de l’activité de l’entreprise, compte tenu des frais qu’elle a exposés
pour l’acquisition et la conservation de ce bénéfice;

2) C’est le bénéfice réalisé, c’est à dire qu’il s’agit de son montant avant toute affectation
(mise en réserve, distribution, etc.). L’impôt étant dû à partir du moment où un bénéfice a été
réalisé, il devra être prélevé avant toute constitution de réserves et avant toute distribution.

De ce deuxième caractère découle une conséquence très importante : toutes les opérations
génératrices de gains ou de pertes doivent entrer en ligne de compte dès qu’elles sont
réalisées. Pour les recettes ou les dépenses normales, la réalisation implique la conclusion
définitive de l’opération qui entraîne la constatation de la créance ou l’engagement de la
dépense. Pour les gains exceptionnels, un transfert de patrimoine des éléments qui leur
donnent naissance est nécessaire pour qu’il y ait réalisation. Ce principe général souffre
cependant quelques exceptions : ainsi, certaines charges sont admises en déduction alors
qu’elles ne sont pas effectivement réalisées (provisions par exemple).

Le bénéfice net est obtenu en déduisant du produit brut les frais et charges de l’entreprise. Le
bénéfice net imposable ne correspond pas nécessairement au bénéfice net comptable donné
par le solde du compte de résultat : il faut en effet tenir compte pour la détermination du
bénéfice taxable, de certaines règles propres au droit fiscal. C’est ainsi que si dans le respect
des règles du SYSCOA, un commerçant est libre d’amortir ses immobilisations comme il
l’entend ou de porter en charge tous ses impôts, y compris l’IBIC, du point de vue fiscal, il est
obligé pour le calcul des amortissements déductibles de se soumettre aux règles édictées par
le Code Général des Impôts et d’exclure de ses charges certains impôts notamment l’IBIC.

Dans ces conditions, le bénéfice net imposable est souvent différent du bénéfice net
comptable : le plus souvent il lui est supérieur, mais il peut aussi, quoique plus rarement, lui
être inférieur.

Toutefois le bénéfice imposable est calculé à partir du bénéfice net comptable : il est procédé
alors, soit à des réintégrations (certaines sommes sont ajoutées au bénéfice comptable), soit à
des déductions (certaines sommes sont retranchées du bénéfice comptable) pour obtenir le
bénéfice net imposable.

24
A/ Le produit brut

Il est égal au bénéfice professionnel proprement dit, majoré éventuellement des gains
exceptionnels (plus-values) et des revenus accessoires (loyers d’immeubles, intérêts de
créances).

1) Le bénéfice brut professionnel :

Il est donné par la formule : BB = (ventes + stock de fin d’exercice) - (achats + stock de
début d’exercice).
Vente :
Leur montant correspond aux ventes réalisées au cours de l’exercice, que le prix en ait été ou
non encaissé au cours de cet exercice. Une vente est considérée comme réalisée lorsque
l’acheteur et le vendeur sont tombés d’accord sur la chose et le prix : ce sont les facturations
et non pas les encaissements qui doivent être pris en compte. Si l’activité exercée consiste en
prestations de services, les mêmes règles sont à appliquer : pour un transporteur, les ventes
sont représentées par le prix des transports qu’il a effectué pendant l’exercice, que ce prix lui
ait été payé pendant l’exercice ou lui reste dû à la fin de cet exercice, en totalité ou en partie.
Dans les usages comptables, la facturation intervient au moment de la livraison pour les
ventes, et pour les fournitures de services, au moment de l’achèvement des prestations.
Application: la Société Générale de Menuiserie a reçu en juillet 2004 une commande de
meubles qu’elle doit livrer avant le 1er mars 2005. La vente a été conclue au prix de
20 000 000 F payable à raison de 2 000 000 F à la commande, 10 000 000 F avant le 1er
décembre 2004 et le solde à la livraison.

Cette opération n’a pas d’influence sur les résultats de l’exercice clos le 31 décembre 2004.
En effet :
- la « créance » de 20 000 000 F ne doit pas être comptabilisée puisqu’il n’y a pas encore la
naissance d’une créance,

- la somme de 2 000 000 F encaissée en 2004 constitue une simple avance du client,

- le coût du matériel en cours de fabrication au 31 décembre 2004 doit être distrait des
charges de l’exercice 2004 pour figurer dans les produits en cours.
Achats :
Les achats à retenir sont ceux effectués au cours de l’exercice, même si leur prix n’est pas
encore payé à la clôture dudit exercice. Le montant des achats comprend non seulement le
prix d’achat proprement dit, mais aussi les frais accessoires d’acquisition (transport,
manutention, assurances, dédouanement). Le montant des achats doit être diminué le cas
échéant du prix des marchandises que l’exploitant prélève dans son magasin pour son usage
personnel ou celui de sa famille.

Stocks :
Le stock comprend l’ensemble des marchandises, matières premières, produits et
approvisionnements possédés par l’entreprise à 1a date de l’inventaire et dont la vente en
l’état ou après transformation, concourt à 1a réalisation du bénéfice d’exploitation. Il
comprend également les approvisionnements en produits destinés à être consommés dans
l’exploitation (carburants, huiles), les stocks d’emballage, les pièces de rechange, etc.

25
L’évaluation des stocks se fait au prix de revient, ou au cours du jour à la clôture de
l’exercice, si ce cours est inférieur au prix de revient. Les travaux en cours (entreprises de
travaux immobiliers), et les produits en cours de fabrication sont également évalués au prix de
revient.
Application: Au 31 décembre, un commerçant a dans son stock une pièce de tissu dont le
prix de revient est de 170 000 F, mais qui par suite de dépréciation ne pourra sans doute, se
vendre qu’au prix de 70.000 F : dans ce cas, le montant à retenir pour l’évaluation du stock
est de 70.000 F
Pour la détermination du bénéfice imposable, les achats, aussi bien que les ventes et les stocks
doivent être comptabilisés hors TVA déductible. Les contribuables relevant de l’impôt
synthétique ne sont pas concernés par cette règle.

2) Les gains exceptionnels : les plus-values.


La plus-value est égale à la différence entre le prix de vente et la valeur comptable d’un
élément cédé de l’actif immobilisé (terrains, bâtiments, matériels, véhicules, etc.).

Application :
Prix de revient d’un élément cédé 600.000 F
Amortissements pratiqués jusqu’au jour de la cession 200.000 F
Valeur comptable 400.000 F
Si le prix de cession est 500.000 F
la plus-value sera de 100.000 F
- Les plus-values réalisées ainsi réalisées, soit en cours, soit en fin d’exploitation constituent
un profit imposable. La plus value n’est donc imposable que pour autant qu’elle est réalisée,
c’est à dire si l’élément sur lequel elle porte sort de l’entreprise, donc disparaît de l’actif de
l’exploitant, avec ou sans contrepartie (vente, donation, apport en société).
a) Plus-values réalisées en cours d’exploitation :
Elles doivent être comprises pour leur montant intégral dans le bénéfice imposable de
l’exercice au cours duquel elles ont été réalisées. En application de l’article 55 du CGI, ces
plus-values ne sont pas imposables au moment de leur réalisation, si le contribuable prend
l’engagement de les réinvestir dans un délai de 24 mois à partir de la c1ôture de l’exercice de
leur réalisation en immobilisations dans ses entreprises au Mali (immeubles, matériels,
machines, etc.,).
b) Les plus-values réalisées en fin d’exploitation ou lors d’une cession partielle d’entreprise
(article 91 CGI)
- Si la cession intervient moins de 2 ans après la création ou l’acquisition de l’élément cédé, la
plus value est taxée pour sa totalité.
- Si la cession intervient plus de 2 ans et moins de 5 ans après la création ou l’acquisition, la
plus value est imposée pour la moitié seulement de son montant.
- Si la cession intervient plus de 5 ans après la création ou l’acquisition, la plus value ne sera
imposée que pour le tiers de son montant.
N.B. Les moins-values subies en cas de cession viennent bien entendu diminuer le bénéfice
brut.

26
3) Les revenus accessoires
Il convient d’ajouter au bénéfice brut professionnel tous les revenus ou profits accessoires
réalisés à l’occasion de la gestion de l’entreprise ou se rattachant à des opérations effectuées
par cette dernière ainsi que ceux provenant de la mise en valeur de certains éléments de son
actif (revenus locatifs des immeubles inscrits au bilan, revenus de valeurs mobilières,
bénéfices de change, subventions etc.). En ce qui concerne les revenus fonciers et les revenus
de valeurs mobilières, voir ci-après au paragraphe C).

B LE BÉNÉFICE NET
Du bénéfice brut établi comme indiqué ci-dessus, sont déduit les frais et les charges de
l’entreprise. La différence donne le bénéfice net. Ces frais et ces charges correspondent
généralement à des dépenses effectives actuelles (frais généraux), mais la règle n’est pas
absolue (cas des amortissements et des provisions).

1) Frais généraux (article 51 nouveau du CGI)

Ce sont les dépenses nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise. Ils doivent remplir
certaines conditions, notamment :
a) se rattacher à la gestion normale de l’entreprise : cette condition conduit à l’exclusion des
dépenses personnelles (exemple : le loyer de la villa occupée par le contribuable, les dépenses
exposées pour l’entretien de sa famille ne sont pas des frais généraux déductibles),
b) se traduire par une diminution de l’actif net de l’entreprise : ce n’est pas le cas pour les
dépenses relatives à l’acquisition d’éléments de l’actif (acquisition de véhicules, de machines,
etc.), qui ne peuvent donc être traitées comme des charges déductibles;
c) correspondre à une charge effective et être appuyés de toutes pièces justificatives.

Il existe différentes catégories de frais généraux, dont parmi les plus courantes :

a) les dépenses de personnel : salaires, charges sociales, rémunérations diverses.


Les participations aux bénéfices allouées par une entreprise à son personnel constituent en
principe une charge déductible, cette participation correspondant à un supplément de salaire.
En règle générale, cette charge vient en déduction des résultats de l’exercice au cours duquel
les sommes dues à ce titre ont été effectivement versées.
Mais le “salaire” que peut être amené à se verser l’exploitant lui-même dans une entreprise
individuelle n’est pas une charge déductible : s’il a été porté dans les charges déductibles en
comptabilité, il doit être réintégré au bénéfice taxable.
La même règle doit être appliquée pour les salaires que les associés des sociétés de personnes
(société en nom collectif, société de caution mutuelle) pourraient s’allouer en rémunération
de leurs activités au sein de la société : les sommes perçues à ce titre ne sont pas en effet, du
point de vue fiscal considérées comme des salaires mais comme des prélèvements de
bénéfices.
Les salaires des dirigeants des sociétés de capitaux (PDG de sociétés anonymes, gérants de
SARL) constituent des charges déductibles pour le calcul du bénéfice fiscal de la société dans
la mesure où, comme pour les autres salaires d’ailleurs, ces salaires rétribuent un travail
effectif et ne sont pas exagérés.

27
Toutefois, la rémunération versée à un gérant majoritaire de SARL est soumise à un régime
fiscal différent de celui des salaires. En effet, elle est taxée au nom du bénéficiaire à l’IBIC au
taux de 35%. (cf. article 58 du CGI).

b) les loyers : il peut s’agir des locaux professionnels (bureaux, usines, entrepôts, etc.), ou
du matériel (véhicules, engins de manutention), des logiciels, dont l’entreprise a la
disposition moyennant le versement d’un loyer, etc.

c) les dépenses d’entretien, d’éclairage, les primes d’assurance concernant l’entreprise


(incendie, vol, bris de glace), etc.
Lorsque les dépenses ont pour effet de donner une plus-value à un immeuble ou à un matériel,
elles peuvent seulement faire l’objet d’un amortissement échelonné. En revanche, les
dépenses qui n’ont d’autre objet que de permettre l’utilisation normale d’un élément jusqu’à
la fin de la période d’amortissement et qui n’ont pas pour effet de prolonger sa durée probable
d’utilisation au delà de cette date sont immédiatement déductibles. A titre d’exemple, le
remplacement des pièces usagées d’une machine, l’échange standard de moteur, sont des
dépenses déductibles.

d) - les frais de bureau, de correspondance, de téléphone, de fax, de publicité, de voyages,


d’utilisation d’Internet, etc.;

e) les impôts professionnels mis en recouvrement au cours de l’exercice : Patente,


Contribution Forfaitaire, droits de douanes sur marchandises (pour ces impôts, la déduction
n’est pas subordonnée au paiement, mais seulement à leur mise en recouvrement). Il est à
noter que du point de vue fiscal, les impôts et droits de douane grevant le prix d’acquisition
des éléments de l’actif immobilisé (machines, véhicules) entrent dans le prix de revient de ces
biens : ils ne constituent donc pas des frais généraux déductibles.
Parmi les impôts proprement dit, l’IBIC, ou l’IS suivant le cas, ainsi que les pénalités et
amendes pour infractions à la réglementation fiscale, douanière ou à la législation des prix
ne constituent pas des charges déductibles. Si des sommes ont été portées en charge à ce titre
dans la comptabilité, elles doivent être réintégrées dans le bénéfice imposable.
Application: Le bénéfice dégagé par la comptabilité d’une entreprise s’élève à 2.500.000 F
(bénéfice comptable). Toutefois, il est constaté que le contribuable a porté dans ses charges,
(c’est à dire qu’il a débité un compte de charges, classe 6) :
- le “salaire” qu’il s’alloue soit 1.500.000 F par an;
- l’IBIC établi à son nom et qu’il a eu à acquitter au cours de l’exercice, soit 800.000 F.
Dans ce cas, le bénéfice fiscal sera de 2.500.000 + 1.500.000 + 800.000
soit au total : 4.800.000 F

f) les frais financiers : intérêts versés aux créanciers de l’entreprise, frais de banque, agios,
commissions, etc.
- Les intérêts servis pour les capitaux empruntés à des tiers sont déductibles quelque soit leur
mode de calcul, à la condition que les capitaux empruntés aient été utilisés pour les besoins de
l’entreprise.
Les intérêts servis aux associés à raison des sommes prêtées par eux à la société en sus de leur
part de capital, sont déductibles en principe des bénéfices sociaux, quelque soit la forme de la
société, sous réserve de deux limitations. En premier lieu, le taux des intérêts servis ne peut
dépasser de plus de trois points le taux des avances de l’Institut d’Emission. Ensuite que le
capital social soit entièrement libéré (article 51 nouveau).

28
Les intérêts alloués au capital de l’exploitant individuel ou aux apports des associés en nom
collectif et des membres de sociétés de caution mutuelle ne sont pas déductibles. Ils sont en
effet considérés comme des prélèvements sur le bénéfice. Il en est de même des intérêts
versés aux actionnaires et associés des sociétés de capitaux rémunérant les actions ou parts
détenus par ceux-ci.

2) Les amortissements
Le bénéfice net est établi sous déduction des amortissements réellement effectués par
l’entreprise, dans la limite de ceux qui sont généralement admis d’après les usages de chaque
nature d’industrie, de commerce ou d’exploitation. Les amortissements ont pour but de
constater une dépréciation des éléments de l’actif immobilisé résultant de l’usure et du temps.
L’amortissement doit correspondre à une véritable dépréciation et doit être égal à la
dépréciation constatée
.

Biens amortissables.
Ce sont les constructions, le matériel, le mobilier, l’outillage et d’une façon générale tous les
biens qui s’usent et se déprécient avec le temps. Les terrains, les fonds de commerce ne sont
donc pas en principe amortissables. Bien entendu, sont seuls amortissables ceux des biens
appartenant à l’entreprise.

Calcul.
L’amortissement se calcule sur le prix de revient hors TVA déductible des immobilisations
amortissables et à partir de la date de mise en service de ces éléments. Toutefois, en ce qui
concerne les véhicules immatriculés dans la catégorie des voitures particulières, l’article 51
nouveau du CGI ne prévoit pas de dispositions particulières (cf. Loi n° 014 du 31 mai 2010, il
faut entendre le décret d’application de cette loi pour savoir si l’amortissement des voitures
particulaires est soumise à une condition particulière).
Le seul procédé admis par le Code est l’amortissement constant ou linéaire. Dans ce cas, on
fixe pour chaque bien et compte tenu de sa durée probable d’utilisation, un taux
d’amortissement annuel et c’est ce taux qui est appliqué chaque année jusqu’à ce que
l’amortissement pratiqué soit égal au prix de revient du bien amortissable : la valeur
comptable du bien est alors égale à zéro. Pour être déductibles, les amortissements doivent
avoir été effectivement constatés dans la comptabilité.
Le Code Général des Impôts ne fixe pas les taux d’amortissement, mais les taux généralement
admis sont les suivants :
- constructions : 1 à 5%
- matériel industriel : 10 à 20%
- mobilier : 10%
- moteurs : 20%
- matériels roulants : 33% (ou 1/3)
Application : un véhicule a été acquis par une entreprise le 1er avril 2000 pour un prix de
3.000.000 F. Le taux d’amortissement est de 1/3
L’annuité d’amortissement 2000 sera égale à : 3 000 000/3 x 9/12 = 750 000 F
Elle correspond à la période de 9 mois comprise entre le 1er avril 2000 date d’acquisition et
le 31 décembre 2000, date de clôture de l’exercice (Règle du prorata temporis).
L’annuité d’amortissement de 2001 sera normalement égale à :
3.000.000 / 3 = 1.000.000
L’annuité 2002 sera normalement égale à :

29
3.000.000 /3 = 1.000.000 F
L’annuité 2003 sera égale à :
3.000.000 - (750.000 + 1.000.000 + 1.000.000) = 250.000 F
Un bien ne peut en effet être amorti pour une valeur supérieure à sa valeur d’acquisition
Il faut noter cependant que le Code prévoit dans certains cas un amortissement accéléré et
dégressif (cf. article 51 nouveau).
Remarques
Les amortissements peuvent être différés en période déficitaire; ils ne peuvent l’être lorsque
l’exercice est bénéficiaire (article 51 nouveau du CGI).
Exemple : une entreprise a subit un déficit en 2000. Pour ne pas aggraver ce déficit, elle n’a
pas pratiqué les amortissements afférents à l’exercice 2004. Si l’exercice 2005 est
bénéficiaire, elle pourra porter en charge au titre des amortissements en 2005, non seulement
les amortissements afférents à l’exercice en cours, mais également ceux de 2004.
3) Les provisions
Les entreprises peuvent constituer des provisions destinées à faire face à des pertes ou charges
que des événements en cours rendent probables : provisions pour procès en cours, pour
dépréciation des stocks, pour risques de pertes sur créances douteuses, etc. Mais pour que ces
provisions soient faites en franchise d’impôt les conditions suivantes doivent être remplies
- l’objet de la provision doit être nettement précisé : il doit y avoir individualisation de
l’élément d’actif déprécié ou de la nature de la charge à prévoir. Le montant de la
perte ou de la charge doit pouvoir être évalué avec une approximation suffisante.
Exemple : provision pour client douteux Lassana Traoré. Il faut noter que les créances
des entreprises assujetties à la TVA incluent le montant de la TVA facturée au client.
Cette taxe est en cas d’impayé, récupérable à concurrence du montant de la taxe
correspondant à la somme devenue irrécouvrable : la perte probable à provisionner
doit être calculée à partir du montant hors taxe de la créance.
- la perte doit être probable et résulter d’événements en cours à la clôture de l’exercice:
elle ne doit pas être simplement éventuelle et des raisons sérieuses doivent faire
craindre que cette perte ne se réalise. Dans le cas des provisions pour créances
douteuses, il est à noter qu’aucune disposition de la loi n’exige qu’une action
judiciaire ait été menée au préalable pour justifier la probabilité de la perte et donc, la
constitution d’une provision. Celle-ci n’est pas également nécessairement liée à la
solvabilité du débiteur. Celui peut en effet contester la créance ou en refuser le
paiement. De même, le créancier peut être dans l’impossibilité juridique de poursuivre
en justice lorsque son débiteur bénéficie d’immunités. Dans tous les cas, c’est
l’influence de la cause invoquée sur les perspectives de recouvrement de la créance
qui doit être examinée en priorité.
- La provision doit correspondre à une charge fiscalement déductible : une provision
couvrant une charge non déductible ne pourrait être elle-même déductible : pour cette
raison, les provisions pour reconstitution des stocks, pour le renouvellement du
matériel et de l’outillage, pour l’IBIC ne sont pas déductibles. A l’inverse, il est admis
que les provisions constituées pour impôt à payer sont déductibles, si elles concernent
des impôts eux mêmes déductibles bien qu’ils n’aient pas encore été mis en
recouvrement, mais à la condition qu’ils se rattachent à des opérations déjà effectuées
par l’entreprise au cours de l’exercice.

30
- La provision doit avoir été effectivement constatée dans les écritures comptables de
l’exercice et figurer sur le relevé des provisions à joindre à la déclaration du résultat
annuel.
L’exonération d’impôt consécutive à la constitution de la provision n’est que provisoire : si
cette provision s’avère sans objet, la provision effectuée est réintégrée au bénéfice imposable
de l’exercice au cours duquel la provision est devenue sans objet.
Exemple : un client qu’on croyait insolvable et pour lequel a été constitué une provision de
2.000.000 F en 2001 s’acquitte de ce qu’il devait au commerçant en 2003.
Le bénéfice fiscal de 2001 a été diminué du fait de la provision de 2.000.000 F; le bénéfice
fiscal de 2003 sera au contraire augmenté de 2.000.000 F, puisque la perte prévue ne s’est
pas produite.
Il convient de retenir que l’article 51 nouveau du CGI prévoit, pour les banques, la déduction
des provisions pour dépréciation de créances constituées en application des normes de
prudence édictées par le BCEAO….
4) Les moins-values et pertes diverses
Les moins-values subies lors de la cession des éléments de l’actif, les pertes diverses, les
créances irrécouvrables sont des charges déductibles.
En matière de moins-value, il convient de bien préciser que la moins value ne vient en
déduction des résultats de l’exercice que lorsque l’élément sur lequel elle porte sort de
l’entreprise. Si elle n’est pas réalisée mais seulement constatée en comptabilité, elle n’est pas
normalement déductible.
Toutefois, il ne peut y avoir lieu à déduction effective que dans la mesure où il n’est pas tenu
compte de la perte sous une autre forme. C’est ainsi que par exemple une perte de
marchandises à la suite d’un vol, d’avaries, ne donne lieu à aucune déduction du fait qu’il en
est tenu automatiquement compte par le jeu des achats, des ventes et des stocks .

C Le bénéfice imposable :
Le bénéfice net ainsi déterminé est en principe, celui qui est soumis à l’impôt. Il y a lieu, le
cas échéant, conformément aux dispositions de l’article 57.I. du CGI, de déduire de ce
bénéfice pour la fixation du bénéfice taxable à l’IBIC :
- 1) le revenu net des valeurs mobilières (actions, parts d’intérêts) figurant à l’actif de
l’entreprise, qui a supporté l’IRVM ou qui est exonéré de cet impôt
- 2) le revenu net des immeubles figurant à l’actif de l’entreprise.
A cet égard, la situation est différente selon que le contribuable relève de l’impôt sur les
bénéfices ou de l’impôt sur les sociétés.

Exemple : Le bénéfice net comptable d’un commerçant s’établit à 9.000.000 F.


Or dans les produits qui sont entrés en ligne de compte dans sa comptabilité pour la
détermination du bénéfice net comptable, figurent des revenus d’immeubles qui s'élèvent pour
le net à 840.000 F et des revenus de valeurs mobilières pour un montant net de 125.000 F.
Le bénéfice net comptable de ce commerçant est ainsi décomposé:
8 035 000 840.000 125.000 9 000.000 F
Bénéfice net + Revenus Fonciers Revenus Valeurs = Bénéfice net
+ Mobilières
comptable

31
Les revenus fonciers ont été soumis à l’IRF et les revenus de valeurs mobilières à l’IRVM qui
sont libératoires. En définitive, le commerçant aura été imposé à l’IBIC sur : 8.035.000 F
Lorsqu’il s’agit de sociétés passibles de l’impôt sur les sociétés, la règle applicable est
différente. En effet les revenus bruts des immeubles inscrits à l’actif de ces sociétés sont
considérés comme des revenus accessoires à inclure dans leurs autres résultats imposables et
non pas comme des revenus fonciers (cf. article 57.II du CGI). Les charges réelles liées à ce
revenu (amortissement, entretien, grosses réparations, etc..) ne sont déductibles.
Les revenus bruts des valeurs mobilières sont également inclus dans les résultats imposables
de ces sociétés : toutefois, un crédit d’impôt correspondant à l’IRVM retenu par la société
distributrice, est imputé sur l’impôt sur les sociétés du.
Application : La société WARI dont le bénéfice comptable est de 40 000 000 F a reçu de la
société KARITE des dividendes de cette société pour un montant de 9 900 000 F. Déterminer
le crédit d’impôt et le montant imposable.

Dividende net perçu par WARI : 9 900 000


Cela suppose que la retenue de 10% a été préalablement effectuée et que le montant brut des
dividendes est de 9 900 000/90 x 100 = 11 000 000. La retenue est donc égale à : 11 000 000
– 9 900 000 = 1 100 000 et elle constituera un crédit d’impôt.
WARI réintégrera dans ses résultats imposables le montant brut des dividendes, soit
11 000 000 F, et imputera le crédit d’impôt de 1 100 000 sur le montant de l’Impôt sur les
Sociétés dont elle est redevable.
Mais lorsque la société bénéficiaire du revenu a la qualité de société mère vis à vis de la
société distributrice du revenu, elle est autorisée à déduire le montant du produit de sa
participation de ses résultats imposables, sauf une quotte part représentative des frais et
charges et fixée à 5% du produit total de la participation (cf. article 87 du CGI.
Application : WARI SA a reçu de sa filiale KONI SA des dividendes d’un montant de
20 160 000 F inclus dans ses résultats.
Le montant brut des dividendes est de 20 160 000/90 x 100 = 22 400 000 F
La quotte part des frais à intégrer est de : 22 400 000 x 5% = 1 120 000 F
Le montant déductible du bénéfice imposable de WARI SA est de 20 160 000 – 1 120 000 =
19 040 000 F

- 3) les déficits antérieurs, mais seulement dans la limite de 3 années doivent être déduits.
Exemple : L’exercice 2000 s’est soldé pour une entreprise par une perte de 3.000.000 F. En
2001, cette entreprise réalise un bénéfice net de 4.000.000 F. Elle sera donc imposée en 2001
sur la base suivante :
Bénéfice net 2001 4 000 000
moins Déficit 2000 3 000 000
= Base imposable 2001 1 000 000
Si ce déficit n’avait pu être, en totalité ou en partie, déduit des bénéfices de l’exercice 2001, il
aurait pu être déduit des bénéfices de l’exercice 2002 et éventuellement des bénéfices de
2003. La déduction ne sera plus possible en 2004, car le Code en limite la possibilité aux trois
exercices qui suivent.
Exemple : Une entreprise a subi un déficit en 2000 de 8.000.000 F. Elle a réalisé :
- en 2001 un bénéfice de : 3.000.000 F
- en 2002 un bénéfice de : 2.000.000 F

32
- en 2003 un bénéfice de : 1.300.000 F
Il lui reste donc un déficit qu’elle n’a pu encore déduire de :
8.000.000 - (3.000.000 + 2.000.000 + 1.300.000 ) = 1.700.000 F
Elle ne pourra plus déduire ce déficit des résultats de l’exercice 2004, car il remonte à plus de
3 ans.
(Le déficit déductible doit être entendu dans le sens d’un déficit fiscal. Une entreprise peut
faire apparaître un déficit sur le plan comptable alors qu’elle est bénéficiaire sur le plan
fiscal : dans ce cas, elle ne peut évidemment procéder à aucune déduction au titre des déficits
antérieurs).

SECTION III : ÉTABLISSEMENT DE L’IMPOSITION

Il existe 2 régimes d’imposition pour la détermination du bénéfice imposable :


- le régime de l’impôt synthétique,
- le régime du bénéfice réel qui lui-même comprend 2 variantes : le réel normal et le réel
simplifié.

A) Le régime de l’impôt synthétique (art. 71 du CGl)


L’Impôt Synthétique, constitue pour les contribuables concernés, comme son nom le suggère
d’ailleurs, une « synthèse » des impôts et taxes visés aux Titres I et II du Code Général des
Impôts. Il est émis en représentation de tous ces autres impôts et taxes, dont ces contribuables
se trouvent donc libérés.

1) Les conditions d’application du régime de l’impôt synthétique (art. 71 du CGl)

Elles sont déterminées par l’article 71 du CGI qui soumet à l’Impôt Synthétique tous les
exploitants individuels d’entreprises réalisant, au plus, 30 millions de chiffres d’affaires
annuel toutes taxes comprises. Les contribuables concernés sont pour l’essentiel ceux qui
étaient auparavant soumis au régime du forfait en matière de BIC et de TVA.
Les conditions requises pour l’assujettissement à l’impôt synthétique sont à la fois de fond et
de forme :

 Les conditions de fond :


- L’impôt synthétique n’est applicable qu’aux contribuables personnes physiques : les
personnes morales, quelque soit leur nature ou le montant de leur chiffre d’affaires ne peuvent
y être assujetties;
- Un contribuable, même personne physique, exploitant plusieurs établissements est exclu du
régime de l’impôt synthétique.
- Par ailleurs, lorsque dans un seul et même établissement, le contribuable exerce plusieurs
activités, le chiffre d’affaires retenu pour déterminer son seuil d’imposition à l’impôt
synthétique est le chiffre d’affaires global réalisé.
Application : Un redevable a réalisé en 2003 dans son unique établissement, un chiffre
d’affaires de 28 millions se décomposant comme suit :
- ventes en l’état : 19 millions
- prestations de services : 9 millions
Ce redevable sera soumis au régime de l’impôt synthétique puisque son chiffre d’affaires
global n’a pas dépassé la limite prévue par l’article 71 du CGI n’est pas dépassée.

33
- Certaines formes d’activités sont exclues du régime de l’impôt synthétique en raison de leur
nature, et cela, même lorsqu’elles sont exercées par des personnes physiques, et même lorsque
le chiffre d’affaires réalisé est inférieur au seuil de 30 millions de F.
Il s’agit d’une part, des titulaires de charges et offices visés à l’article 70.2 du Code Général
des Impôts (avocats, conseils juridiques et fiscaux, comptables et experts comptables), et
d’autre part, des activités ou des personnes visées dans le Tarif des Patentes établi par l’article
150 du CGI (les entreprises d’importations / exportation par exemple).
- Il faut noter enfin que lorsque le chiffre d’affaires réalisé par le contribuable vient à dépasser
au cours d’une année, la limite de 30 millions Francs, il perd le bénéfice du régime de l’impôt
synthétique. Il ne pourra en bénéficier à nouveau que si le chiffre d’affaires qu’il réalise au
cours des deux années suivantes reste inférieur ou égal à 30 millions de francs.
 Les conditions de forme :
Pour relever du régime de l’impôt synthétique, le contribuable doit avoir été préalablement
recensé. En pratique, ce recensement se trouve réalisé lorsqu’il lui est délivré une Carte
d’Identification Fiscale, comportant un Numéro d’Identification Fiscale (NIF) qui devra
figurer sur tous les documents qu’il délivre dans l’exercice de son activité.

2) Tarifs

Les tarifs de l’impôt synthétique sont fixés par un barème indiqué à l’article 74 du Code
Général des Impôts. Ils sont établis par nature d’activité et par tranche de chiffre d’affaires
réalisé par le contribuable.

3) Mode de perception

L’Impôt Synthétique est perçu annuellement, la période d’imposition allant du 1er Janvier au
31 décembre de la même année. Il doit être acquitté au plus tard le 31 mars de chaque année
ou dès le premier jour du début d’exercice de l’activité taxable, si cette date se situe après le
31 mars (cf. article 259 du LPF).
L’Impôt Synthétique est payé sous forme de vignette (constituée d’un reçu et d’un timbre
adhésif, article 260 du LPF), qui ne peut être délivrée que sur présentation de la carte
d’Identification Fiscale de l’exploitant, délivrée elle-même par la Direction Générale des
Impôts. Le timbre adhésif doit être apposé sur la face intérieure de la porte d’entrée de
l’entreprise. Il peut être aussi conservé à l’intérieur des locaux professionnels et doit être
présenté à toute réquisition de l’administration.
Les vignettes sont vendues par les Centres d’Impôts. En cas de destruction, de perte ou de vol
d’une vignette, sur demande du contribuable, un duplicata lui sera délivré moyennant
paiement d’un prix de 10.000F, quelle que soit la catégorie de vignette. Le service qui a
vendu la vignette est seul habilité à délivrer les duplicata correspondants (cf. article 261 du
LPF).

4) Effets de l’imposition à l’impôt synthétique

L’assujettissement à l’Impôt Synthétique, libère les contribuables concernés de tous les autres
impôts et taxes émis ou liquidés par la Direction Générale des Impôts.
Deux remarques doivent être toutefois faites :

34
- lorsque le contribuable assujetti à l’impôt synthétique exerce des activités ou dispose de
revenus autres que ceux au titre desquels, il est soumis à l’Impôt Synthétique, ces autres
activités ou revenus sont soumis au régime de droit de droit commun.
- lorsque le contribuable opte en cours d’année pour le régime du bénéfice réel ou lorsque son
chiffre d’affaires ayant dépassé le seuil de 30 millions de F, il se trouve imposable au réel,
l’Impôt Synthétique acquitté devient un acompte représentatif de l’impôt annuel dû. La
fraction représentative de chacun des impôts et taxes inclus dans le montant de l’Impôt
Synthétique a été déterminée par l’arrêté no 990893 MF-SG du 18/5/99 du Ministre chargé
des Finances (article 73-2 du CGI).

5) Obligations, contrôle et sanctions

 Obligations comptables (article 53 du LPF)

Les obligations comptables des contribuables de l’Impôt Synthétique sont très réduites : ils
doivent tenir (et produire sur réquisition des agents des Impôts), un registre récapitulé par
année, présentant le détail de leurs achats appuyés des factures justificatives, ainsi qu’un
registre des ventes.
 Contrôle et sanctions: (articles article 265 et suivants du LPF)
Le défaut de paiement dans les délais indiqués est sanctionné par une amende égale à 25% du
montant de l’Impôt, et éventuellement par la fermeture de l’établissement ou la saisie des
matériels professionnels. Les mêmes sanctions sont applicables en cas de fraude tendant à
minorer le montant de l’Impôt normalement dû.

B) Le régime du bénéfice réel (article 75 du CGI et suivants)

Le régime réel d’imposition comporte deux modes d’imposition :

- le mode réel simplifié ;


- le mode rée normal.

 Le mode du bénéfice réel simplifié s’applique :

- aux exploitants individuels (commerçants : vente en l’état, fourniture de logement) dont le


chiffre d’affaires dépasse les limites fixées pour le régime de l’impôt synthétique, c'est-à-dire
30 millions de francs ;
- aux exploitants individuels exerçant d’autres activités dont le chiffre d’affaires annuel HT
dépasse les limites fixées pour le régime de l’impôt synthétique mais inferieur ou égal à
cinquante millions FCFA ;
- aux exploitants individuels qui exercent simultanément des activités relevant des deux
catégories précitées et lorsque aucune des deux limites de cent millions et de cinquante
millions de francs n’est dépassée ;
- aux exploitants individuels exclus du régime de l’impôt synthétique conformément aux
dispositions de l’article 71 du CGI et lorsque le chiffre d’affaires annuel HT n’excède pas
trente millions de francs.
Toutefois, les exploitants individuels relevant de plein droit du régime de l’impôt synthétique
peuvent, avant le 1er novembre de chaque année, opter pour le mode réel simplifié (cf. article

35
78 du CGI). L’option prend effet, à compter du 1er janvier de l’année suivant celle au cours de
laquelle elle est exercée. Elle est irrévocable pendant trois exercices consécutifs. A la fin de ce
délai, elle peut être dénoncée expressément par le contribuable auprès du centre des impôts
dont il relève.

 Le mode du bénéfice réel normal


Il concerne selon les dispositions de l’article 79 du CGI, les contribuables qui ne remplissent
pas les conditions requises pour bénéficier soit du régime de l’impôt synthétique, soit du
mode du bénéfice réel simplifié.

 Obligations des contribuables (article 57, 63 du LPF)

Les contribuables soumis au régime du réel normal doivent tenir une comptabilité régulière.
Pour ceux qui sont soumis au régime du réel simplifié, les documents dont la tenue est exigée
se résument en un livre des achats; un livre des ventes; un livre des frais généraux; un livre
des salaires et des charges sociales; un livre de caisse; un livre d’inventaire,
La plupart des contribuables imposables suivant le régime du bénéfice réel doivent faire la
déclaration de leurs bénéfices au Centre des Impôts dont dépend le siège de leur entreprise,
dans les 4 mois qui suivent la clôture de l’exercice comptable. Si l’entreprise a plusieurs
établissements une seule déclaration doit être faite au Centre d’Impôts du principal
établissement.
Les entreprises qui relèvent de la Sous Direction des Grandes Entreprises (SDGE), c'est-à-dire
celles dont le chiffre d’affaires est supérieur à 200 millions, ou à 50 millions, lorsqu’il s’agit
de prestataires de services, doivent y déposer l’ensemble de leurs déclarations fiscales.
Exemple 1 : Un commerçant dont l’exercice coïncide avec l’année civile (1/1 au 31/12) doit
adresser sa déclaration d’IBIC au Centre d’impôts le 30 avril au plus tard : cette déclaration
concernera les bénéfices réalisés au cours de l’année précédente.
Exemple 2 : Un commerçant clôture son exercice comptable le 30 avril de chaque année. Il
devra déclarer au Centre d’Impôts ses bénéfices afférents à la période allant du 1er mai 2003
au 30 avril 2004, le 30 juin 2004 au plus tard.
Les déclarations sont rédigées sur des imprimés fournis par l’Administration et le
contribuable doit y joindre les états financiers prévus par la réglementation comptable des
Etats membres de l’UEMOA et les annexes qu’ils comportent, dont notamment : le bilan, le
compte d’exploitation générale, le compte Pertes et Profits, le relevé détaillé des
amortissements, le relevé détaillé des provisions, le détail des frais généraux.
Les redevables non assujettis à la tenue d’une comptabilité commerciale (professions
libérales) doivent fournir en même temps que leurs déclarations : le montant de leurs recettes
annuelles, l’inventaire de tous leurs biens, le détail de leurs frais généraux et un relevé des
amortissements.

SECTION IV : TAUX ET MINIMUM D’IMPOSITION

A/Taux

Le taux de l’Impôt sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux est désormais unique : 35%
conformément aux dispositions de l’article 85 du CGI. L’impôt est établi à leur nom pour les
particuliers, les exploitants individuels. Il en est de même pour les associés des sociétés en

36
nom collectif et les membres des sociétés de caution mutuelle où l’impôt est établi non pas au
nom de la société, mais au nom de chaque associé pour la part de bénéfice lui revenant.
Application : Une société en nom collectif a réalisé un bénéfice de 3.000.000 F en 2004. Elle
se compose de deux associés qui ont chacun le même nombre de parts, A et B.
Chacun des associés aura donc droit à 1.500.000 F de bénéfices et sera taxé à :.
1.500.000 x 35% = 525.000 F au titre de l’IBIC
Le bénéfice taxé est le bénéfice réalisé : l’impôt est du même si A et B n’ont pas
effectivement retiré leur part de bénéfices de la caisse de la société.
Les rémunérations perçues par un gérant majoritaire de SARL sont également taxées au taux
de 35% et l’imposition correspondante est établie à son nom. Les Sociétés en commandite
simple sont imposées dans les mêmes conditions que les sociétés de personnes tout au moins
en ce qui concerne la part de bénéfices revenant aux commandités2. Ces sociétés peuvent
toutefois opter pour le régime d’imposition des sociétés de capitaux : elles sont alors imposées
dans les mêmes conditions que ces dernières.
Lorsqu’il s’agit de sociétés de capitaux l’Impôt sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux
est établi au nom de la personne morale et est alors appelé Impôt sur les Sociétés (cf. article
83 du CGI), dont le taux est également de 35%. Lorsque ces personnes morales (sociétés
anonymes, sociétés à responsabilité limitée ou en commandite par actions, sociétés
d’économie mixte) répartissent entre les associés tout ou partie de leur bénéfice ainsi taxé,
elles doivent également acquitter l’IRVM, d’où une double taxation du bénéfice :
- une première fois, au moment de sa réalisation, au nom de la société et dans la catégorie des
bénéfices industriels et commerciaux;
- une seconde fois, pour la partie du bénéfice effectivement distribuée aux associés, l’IRVM,
impôt cédulaire est appliqué à la charge des bénéficiaires de revenus, mais retenu à la source
par la collectivité distributrice.

B/Minimum d’imposition

 Redevables soumis au régime de l’impôt synthétique

L’assujettissement à l’Impôt Synthétique, libère les entreprises de tous les autres impôts et
taxes émis ou liquidés par la Direction Générale des Impôts. Cependant si elles exercent
d’autres activités ou disposent d’autres revenus que ceux au titre desquels elles sont passibles
de l’Impôt Synthétique, elles seront soumises pour ses activités ou revenus au régime de droit
de droit commun.
Lorsque le contribuable opte en cours d’année pour le régime du bénéfice réel ou lorsque son
chiffre d’affaires ayant dépassé le seuil de 30 millions de F, il se trouve imposable au réel,
l’Impôt Synthétique acquitté devient un acompte représentatif de l’impôt annuel dû. La
fraction représentative de chacun des impôts et taxes inclus dans le montant de l’Impôt
Synthétique a été déterminée par l’arrêté no 990893 MF-SG du 18/5/99 du Ministre chargé
des Finances. Pour le minimum d’imposition, il sera dans la même situation que les
redevables du réel.

 Redevables soumis au régime du bénéfice réel

2
Commandité : associé solidairement et indéfiniment responsable des dettes sociales
Commanditaire : associé non solidairement et indéfiniment responsable des dettes sociales

37
L’IBIC qu’ils ont à acquitter ne peut être inférieur à 0,75% du chiffre d’affaires hors taxes
qu’ils ont réalisé pendant l’exercice (cf. article 86 du CGI). Ce minimum est dû, même en cas
de déficit et quelque soit le montant de ce déficit. Par ailleurs, lorsque le chiffre d’affaires est
supérieur à 30 000 000 F, l’impôt minimum à payer ne peut être inferieur à la fraction de
l’impôt BIC contenu dans le montant maximum (1200 000 FCF) des cotisations prévues au
tarif de l’impôt synthétique, soit 610 800 FCFA.

Exemple 1 En 2004, un commerçant individuel a réalisé un chiffre d’affaires TTC de


250.000.000 F et un bénéfice de 5.000.000 F
IBIC à 35% = 5.000.000 x 35% = 1 750.000 F
Minimum 0,75% C.A. = 250.000.000 x 0,75% = 1 875 000
Ce commerçant devra acquitter un IBIC de 1 875.000 F (le minimum 0,75% du C.A. étant
supérieur à l’impôt calculé à 35% sur le bénéfice). Mais si le maximum de l’impôt
synthétique, soit 1 200 000 avait été supérieur, l’impôt dû aurait été égal à ce montant,
puisque le chiffre d’affaires réalisé est supérieur à 30 000 000 F.
Exemple 2 : Une SARL a subi en 2003 une perte de 5.000.000 F. Pour cette même année, son
chiffre d’affaires s’est élevé à 300.000.000 F. Elle aura bien que déficitaire, à acquitter au titre
de l’impôt sur les sociétés un montant de : 250.000.000 x 0,75% = 2 250.000 F

SECTION V : PAIEMENT DE L’IMPÔT

Les bénéfices réalisés par les personnes physiques ou les associés des sociétés de personnes
sont imposés au nom de chaque exploitant ou associé, alors que dans les sociétés anonymes, à
responsabilité limitée ou en commandite par actions ainsi que dans les EPIC, l’impôt est
établi au nom de la personne morale (Impôt sur les sociétés)
L’impôt est établi par voie de rôle: le contribuable est informé par un avertissement qui lui est
adressé par le service chargé du recouvrement et où sont indiqués la somme à payer, le lieu
(Centre d’Impôts) où le paiement doit être effectué et le délai dont il dispose pour s’acquitter.
Mais avant l’envoi de cet avertissement, tous les contribuables imposés suivant le régime du
réel sont tenus de verser des acomptes à valoir sur le montant de d’impôt dû par eux. Ils
doivent calculer eux mêmes ces acomptes et les verser spontanément à la caisse du Receveur
des Impôts du Centre dont ils dépendent, c’est à dire qu’ils n’ont pas à attendre pour régler
ces acomptes, l’envoi d’un avertissement par l’Administration. Les modalités de paiement de
ces acomptes sont les suivantes :

A/ Contribuables imposés suivant le régime du réel normal

Les contribuables passibles du régime du réel normal doivent payer trois acomptes, dans les
15 derniers jours des mois de mars, juillet et novembre. Chaque acompte est égal au quart de
la dernière imposition établie au titre de l’IBIC. Pour les sociétés nouvelles, chaque acompte
est égal au quart de l’impôt calculé sur un bénéfice évalué à 5% du capital social (cf. l’article
278 et suivants du LPF).

Exemple 1 : Un commerçant a réalisé en 2001 un bénéfice de 4.000.000 F et un C.A. de


60.000.000 F. Il a donc été imposé en 2002 et l’impôt qui lui a été réclamé s’est élevé à 1
400.000 F (4.000.000 x 35%) . Ce commerçant aura à verser en 2002 les acomptes suivants :
- avant le 31 mars : 1 400.000/4 = 350.000 F

38
- avant le 31 juillet : 1 40.000/4 = 350.000 F
- avant le 30 novembre : 1 400.000/4 = 350.000 F
Total ………………………1 050.000 F
Cette somme viendra en déduction de l’IBIC qui lui sera réclamée en 2002 pour ses bénéfices
de l’année 2001.
Exemple 2 : Une société anonyme s’est constituée au capital de 150 millions le 15 janvier
2002. Elle aura à verser en 2002 des acomptes ainsi calculés :
Bénéfice présumé : 150.000.000 x 5% = 7.500.000 F
Impôt correspondant : 7.500.000 x 35% = 2.625.000 F
Acomptes à verser :
- avant le 31 mars 2002 : 2.625.000/4 = 656.250 F
- avant le 31 juillet 2002 : 2.625.000/4 = 656.250 F
- avant le 30 novembre 2002 : 2.625.000/4 = 656.250 F
Total : 1 968 750 F
Cette somme viendra en déduction de l’IBIC qui lui sera réclamé en 2003 pour ses bénéfices
de l’année 2002.
Lorsqu’un contribuable estime que les acomptes qu’il a déjà versé au titre d’un exercice sont
supérieurs à l’impôt qu’il devra verser, il peut se dispenser de payer de nouveaux acomptes à
la condition d’en avertir le Receveur des Impôts dont il relève, 15 jours au moins avant
l’exigibilité du prochain versement.

B/Contribuables imposés suivant le régime du réel simplifié

Comme les contribuables relevant du régime réel normal, les entreprises soumises au régime
simplifié d’imposition acquittent trois acomptes provisionnels égaux au titre de l’impôt sur les
bénéfices. Le versement de ces acomptes intervient également au plus tard les 31 Mars, 31
Juillet et 30 Novembre de chaque année (cf. article 276 du LPF).
Le montant total des trois acomptes est obtenu en multipliant le chiffre d’affaires réalisé
l’exercice précédent ou le chiffre d’affaire prévisionnel par 0,20% pour les entreprises de
revente de carburants s’approvisionnant exclusivement sur le marché local et 0,60% pour les
autres contribuables. En ce qui concerne les contribuables qui étaient soumis à l’impôt
synthétique l’année précédente, le montant total des trois acomptes est égal à celui de l’impôt
sur les bénéfices industriels et commerciaux contenu dans la dernière vignette synthétique
acquittée ou due

SECTION VI : SANCTIONS

- 1) Déclaration annuelle déposée après le délai fixé : l’amende encourue égale à 25% du
montant de l’impôt dû.
- 2) Le défaut de déclaration : le contribuable est taxé d’office et l’impôt dû est majoré d’une
amende égale à 25% du montant de l’impôt réclamé. En cas de taxation d’office, le montant
du bénéfice taxable est fixé par l’Administration: il n’a pas à être notifié au préalable au
contribuable (cf. article 66 du LPF).
- 3) La déclaration inexacte : la déclaration est rectifiée par l’Administration et le
contribuable encourt une amende égale à 25% de l’impôt correspondant au bénéfice ou au
chiffre d’affaires non déclaré. Cette amende peut être portée à 50% en cas de mauvaise foi
(article 67 du LPF).

39
Les mêmes pénalités sont applicables dans le cas où la rectification de la déclaration résulte
d’une vérification de la comptabilité.
Exemple : Apres rectification d’office, le bénéfice imposable d’un commerçant est porté de
2.500.000 F (bénéfice déclaré) à 3.500.000 F.
Complément d’impôt dû :
3.500,000 - 2.500.000 = 1.000.000 x 35% = 350.000 F
Pénalité 25% .............................................= 87.500 F
Total ........................................................= 437.500 F
- 4) Le défaut de paiement dans les délais fixés des acomptes provisionnels ou de l’impôt
dû : les sommes non payées dans ces délais sont majorées d’une pénalité de recouvrement
égale à 10% du montant de ces sommes. Le redevable s’expose en outre à des poursuites
(saisie, fermeture de boutique, contrainte par corps), cf.284 du LPF.
- 5) Procédure de rectification d’office : l’Administration doit faire connaître au préalable au
redevable la rectification qu’elle envisage et lui en indiquer les motifs. Le redevable dispose
alors d’un délai de 20 jours pour faire parvenir son acceptation ou ses observations. Si la
réponse faite ne satisfait pas l’Administration (justifications non fournies, explications
insuffisantes), la déclaration est rectifiée et il est procédé à l’établissement de l’imposition
complémentaire (cf. article 620 et 624 du LPF).

Toutefois, aussi bien dans le cas de taxation d’office que de rectification d’office, le
contribuable conserve le droit de contester l’imposition établie à son encontre : il doit alors
adresser une réclamation après la mise en recouvrement des droits dans les délais fixés par le
Code. Il lui appartient alors d’apporter la preuve que le bénéfice qu’il a effectivement réalisé
est inférieur à celui qui a été retenu par l’Administration comme base de taxation.
Il est rappelé par ailleurs que lorsque la comptabilité du redevable ne peut être considérée
comme régulière en la forme et propre à justifier les résultats déclarés, l’Administration peut
procéder à une taxation d’office. Toutefois, ce dernier peut la contester dans les conditions
visées ci avant (réclamation après mise en recouvrement, preuve du chiffre exact du bénéfice
réalisé)
Exemple : Le service a la preuve qu’un commerçant a minoré ses achats ou ses ventes; dans
ce cas, il n’est pas obligé de prendre en considération le bénéfice dégagé par la comptabilité
de l’entreprise. Il peut taxer d’office le commerçant en fonction des renseignements qu’il a en
sa possession. Il n’est tenu de lui notifier au préalable son intention de le taxer d’office que si
le contribuable avait déposé sa déclaration.

SECTION VII : LE CONTRÔLE ET LE CONTENTIEUX

Les règles relatives au contrôle et au contentieux des impôts sont communes, à quelques
particularités près. Elles sont traitées dans le Titre 5 et 6 du LPF.

SECTION VIII : DISPOSITIONS DIVERSES DE CONTRÔLE

Le Code général des Impôts a prévu diverses mesures de contrôle destinées à permettre à
l’Administration de s’assurer que tous les revenus imposables, tant ceux du contribuable lui-
même que ceux de certains tiers, sont déclarés ou effectivement imposés. Ces mesures sont
constituées soit par des déclarations obligatoires à la charge des contribuables, soit par
l’obligation d’effectuer des retenues sur certains paiements qu’ils effectuent pour des tiers et
de les reverser au Trésor Public, soit par une combinaison des deux.

40
PARAGRAPHE I : CESSION, CESSATION D’ENTREPRISE, FUSION DE
SOCIÉTÉS (articles 89 à 92 du CGI)

En cas de cession ou de cessation d’entreprise, la déclaration des bénéfices de l’exercice en


cours doit être souscrite dans les 20 jours de la cession ou de la cessation. Toutefois, si la
cessation résulte du décès de l’exploitant, ses héritiers disposent d’un délai de 6 mois, à
compter de la date du décès, pour satisfaire à cette obligation. Les obligations incombant aux
contribuables dans ces cas sont prévues par les articles 89 à 92 du CGI.

PARAGRAPHE II : SOMMES VERSEES A DES PRESTATAIRES DE SERVICES


NON IMMATRICULES (article 440 du LPF)

Les rémunérations versées aux prestataires de services non titulaires d'un Numéro
d'Identification Fiscal doivent faire l’objet d’une retenue de 17,5 % sur le montant brut. Cette
obligation est à la charge de la partie versante (entreprises, administrations publiques,
collectivités territoriales, projets, autres organismes publics).

PARAGRAPHE III : DECLARATION DES COMMISSIONS, COURTAGES,


RISTOURNES, HONORAIRES, DROITS D’AUTEUR, ETC. (article 75 du LPF)

Les contribuables qui dans l’exercice de leur profession versent à des tiers qui ne sont pas
leurs salariés des commissions, courtages, honoraires, ristournes, etc., dépassant 50 000 F par
an et par bénéficiaire, doivent déclarer les sommes versées à ce titre au cours de l’année
précédente ainsi que leurs bénéficiaires au Centre d’Impôts dont ils dépendent avant le 31
janvier de chaque année. La déduction de ces sommes sera refusée si le numéro
d’identification fiscal de leur bénéficiaire n’est pas indiqué sur le relevé qui doit être joint à la
déclaration annuelle d’impôt du contribuable ou s’il est erroné.
La même obligation incombe aux gérants des sociétés en nom collectif et aux présidents de
sociétés de caution mutuelle, en ce qui concerne la part de bénéfices revenant à chacun des
associés de leur société: ces renseignements doivent être joints à la déclaration annuelle
d’impôt sur les BIC.
Cette obligation s’applique également aux gérants de SARL pour les sommes versées à
chacun des associés au cours de l’exercice précédent (intérêts, rémunérations diverses, parts
de bénéfices, etc.) et aux sociétés anonymes pour les tantièmes et jetons de présence payés par
elles.
Dans les mêmes conditions, les contribuables doivent déclarer les loyers d’immeubles pris en
location et destinés à l’exercice de leur profession ou au logement de leurs dirigeants ou de
leur personnel. Lorsque le montant mensuel hors taxe du loyer est supérieur à 100 000 F, ils
doivent retenir et reverser l’impôt sur les revenus fonciers exigible sur ces loyers.
A défaut d’exécuter les obligations ci-dessus énumérées, le contribuable perd le droit de les
déduire à titre de frais professionnels pour l’établissement de ses propres impositions.
PARAGRAPHE IV : SOMMES VERSEES A DES PERSONNES N’AYANT PAS AU
MALI D’INSTALLATION PROFESSIONELLE PERMANENTE (article 94)

Enfin, en application de l’article 94 du Code, le contribuable doit déclarer toute somme ou


revenu versée en rémunération de l’exercice d’une profession non commerciale, à des
personnes n’ayant pas au Mali d’installation professionnelle permanente. Le taux de la retenue
est fixé à 35 %. Pour les prestations de services, une déduction forfaitaire de 50% au titre des
charges doit être appliquée aux encaissements bruts. Cette déduction au titre des charges est
de 90% pour les marchés, contrats de travaux et/ou de fourniture.

41
La personne qui verse le revenu doit opérer et reverser la retenue. A défaut une amende égale au
montant des retenues non effectuées est infligée et le montant de la retenue doit être acquitté
en sus. Pour les retenues effectuées mais non déclarées, l’amende est égale au double de ces
sommes (cf. article 443 du LPF, Directive UEMOA…..).

PARAGRAPHE V : REVISION DES BILANS

Elle est prévue par les articles 62 CGI. Elle est autorisée par décret pris en Conseil de
Ministres. C’est ce décret qui fixe les coefficients de réévaluation. La réserve dite réserve de
réévaluation est exonérée d’impôt sur les bénéfices, mais est soumise à la Taxe de
réévaluation au taux de 10% (article 67 du CGI). Lorsqu’elle elle est distribuée aux
actionnaires, elle est considérée comme répartition de bénéfices et elle est imposée suivant le
régime de droit commun.

PARAGRAPHE VI : ACOMPTES SUR DIVERS IMPÔTS ET TAXES (ADIT)


Certaines catégories d’opérateurs économiques sont soumis au prélèvement d’un acompte sur
les paiements qu’ils reçoivent du Trésor ou qu’ils effectuent auprès de l’Administration des
Douanes. Le taux de cet ADIT est de 3 % pour les opérateurs économiques réguliers, relevant
de plein droit du régime réel d'imposition et de 7,5% pour les autres opérateurs appartenant
pour la plupart au secteur informel (importateurs occasionnels, opérateurs économiques sans
Numéro d'Identification Fiscale (NIF), ou sans attestation de vérification des marchandises à
l'importation avant expédition, etc.) L’ADIT est imputable sur les impôts et taxes dus par les
opérateurs économiques réguliers, mais il est acquis au Trésor dans les autres cas (cf. Loi
n°……..).
PARAGRAPHE VII : IMPOSITION A L’IBIC DES REMUNERATIONS DES
GERANTS MAJORITAIRES DE SARL (article 58 du CGI)
Il a été précisé plus haut que les rémunérations versées aux associés, gérants ou non des
sociétés de personnes (sociétés en nom collectif, sociétés de caution mutuelle) ne sont pas
déductibles pour la détermination du bénéfice de la société taxable à l’impôt sur les sociétés.
En revanche, les rémunérations versées aux dirigeants et associés des sociétés de capitaux
(SA, SARL) sont déductibles pour la détermination du bénéfice de la société taxable à l’impôt
sur les sociétés (à la condition cependant de correspondre à un travail effectif et de n’être pas
exagéré).
Toutefois, si dans le cas des sociétés anonymes et éventuellement des sociétés en commandite
par actions, ces rémunérations sont toujours taxées au nom du bénéficiaire dans la catégorie
des traitements et salaires (en fait, ces rémunérations ne supportent que l’ITS retenu a la
source par l’employeur), il en va différemment pour les gérants des sociétés à responsabilité
limitée.
Dans ce cas, il convient d’examiner les trois situations qui peuvent se présenter :
1) Le gérant de la S.AR.L. n’est pas un associé. Le salaire qu’il perçoit constitue une charge
déductible pour la société. En contrepartie, le gérant acquitte sur ce salaire l’ITS par voie de
retenue à la source effectuée par l’employeur.
2) Le gérant est un associé de la société, mais un associé qui ne possède pas la majorité des
parts de la société. Il est dit alors gérant minoritaire. Le salaire qu’il perçoit constitue une
charge déductible pour la société. En contrepartie, le gérant acquitte sur ce salaire l’ITS par
voie de retenue à la source effectuée par l’employeur.
3) Le gérant est associé de la société, mais un associé qui dispose de plus de la moitié des
parts de la société. Il est dit alors gérant majoritaire. La rémunération qu’il perçoit constitue

42
une charge déductible pour la société. Toutefois, dans ce cas, cette rémunération n’est pas
fiscalement considérée comme un salaire : en effet, elle est, en application de l’article 58 du
CGI , soumise au nom du bénéficiaire à l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux
(35 %)..
Les conditions auxquelles doit satisfaire le gérant pour être considéré comme majoritaire, et
les règles relatives à la détermination du montant imposable de cette rémunération sont les
suivantes :

A Conditions à remplir pour être considéré comme gérant majoritaire


1ère condition : Qualité d’associé
Pour que soit reconnue au gérant la qualité d’associé, il faut qu’il possède lui-même une ou
plusieurs parts de la société ou que son conjoint ou ses enfants non émancipés soient eux-
mêmes propriétaires de parts.
Exemple : M X est gérant d’une SARL. Il ne possède personnellement aucune part de cette
société, mais son épouse est propriétaire de parts. M. X sera considéré comme gérant associé
en ce qui concerne l’application de l’article 58 du CGI.
2ème condition : Qualité de gérant
Sont considérés comme gérants :
- Non seulement les associés auxquels les statuts ou les décisions de l’assemblée générale des
associés ont expressément conféré cette qualité ou seulement des pouvoirs étendus
d’administration,
- mais encore ceux qui en fait exercent de tels pouvoirs (gérant de fait).
3ème condition : Nombre de parts
Tout associé gérant est, pour l’application de l’article 58 1 CGI, considéré comme possédant
non seulement les parts dont il peut être personnellement propriétaire ou usufruitier; mais
encore celles dont son conjoint, quel que soit le régime matrimonial ou ses enfants mineurs
non émancipés, sont propriétaires ou usufruitiers.
Exemple : M. X est gérant d’une société S.A.R.L. au capital 20.000.000 F. divisé en 200
parts de 100.000 F. chacune. Ces 200 parts se répartissent comme suit :
MX . 60 parts
Mme X, épouse de M. X 45 parts
M. Y 95 parts.
M. X sera imposé comme gérant majoritaire puisque le nombre de parts qu’il possède ajouté
au nombre de parts que possède son épouse est supérieur à la moitié des parts constituant le
capital de la société (105 parts sur 200).
Est donc majoritaire, le gérant qui possède lui même, ou par l’intermédiaire de son épouse ou
de ses enfants mineurs non émancipés plus de la moitié des parts de la société qu’il gère.
Par ailleurs, il convient de signaler, que lorsqu’il y a plusieurs gérants dans une SARL, ces
gérants sont assimilés à des gérants majoritaires, lorsqu’ils possèdent ensemble la majorité
des parts sociales, même si pris individuellement, ils ne détiennent pas cette majorité.
Exemple : M. X et M. Y sont cogérants d une S.A.R.L. au capital de 20.000.000 F. divisé en
200 parts de l0.000 F. chacune.
M. X est propriétaire de 40 parts
M. Y est propriétaire de 70 parts
M. Z. est propriétaire de 90 parts
M. X et M. Y seront imposés comme gérants majoritaires puisque à eux deux, ils possèdent
plus de la moitié des parts (110 sur 200).

43
B. Détermination de la rémunération imposable
1) Principes

Les rémunérations en cause doivent avoir été admises dans les charges déductibles de la
société qui les a versées. Cette condition implique que ces rémunérations correspondent
véritablement à un travail effectif et ne présentent pas d’exagération, eu égard aux fonctions
exercées et au travail accompli par le bénéficiaire. Celui-ci doit donc participer effectivement
et personnellement à l’activité de la société qui le rémunère.
Le caractère non exagéré des rémunérations doit être apprécié dans chaque cas particulier en
fonction des circonstances de fait telles que le type de la société, la nature de l’entreprise, les
difficultés spéciales de l’affaire, l’importance du travail fourni par le bénéficiaire ainsi que sa
responsabilité et sa valeur technique.
Pour apprécier le caractère normal et non exagéré de cette rémunération, il faut tenir compte
de la rémunération globale perçue laquelle peut comporter les éléments suivants :
- appointements fixes ou proportionnels,
- tantièmes, c’est à dire fraction du bénéfice attribuée après clôture du bilan pour
rémunérer spécialement les gérants,
- indemnités pour frais d’emploi,
- avantages en nature (logement, eau, électricité).
La partie de la rémunération globale qui serait considérée comme exagérée est à réintégrer
dans les bénéfices de la société. Par ailleurs, à l’égard du bénéficiaire, cette fraction ne peut
être considérée comme un salaire ou revenu visé par l’article 58 du C.G.I. : elle représente
des revenus de valeurs mobilières soumis à l’IRVM. Si dans le cas des sociétés dont le capital
est divisé par actions, les tantièmes sont assimilés à des revenus de valeurs mobilières et ne
sont donc pas déductibles des bénéfices sociaux, il en va différemment pour les tantièmes
alloués aux gérants - qu’ils soient d’ailleurs majoritaires ou non - des sociétés à
responsabilité limitée. Ces tantièmes constituent en effet pour la société des charges
déductibles : ils sont imposables au nom des bénéficiaires :
- soit dans la catégorie traitements et salaires s’il s’agit d’un gérant minoritaire;
- soit dans la catégorie BIC au nom du bénéficiaire, si celui est un gérant majoritaire.
2) Détermination de la base taxable

L’impôt porte sur un revenu net constitué par la différence entre le revenu brut perçu par
l’intéressé et les charges déductibles
Le revenu brut est représenté par la rémunération globale de l’intéressé qui comporte, comme
il a été indiqué ci-dessus, non seulement les appointements fixes ou proportionnels mais
encore, le cas échéant les tantièmes alloués après détermination du bénéfice de l’exercice, les
remboursements, allocations ou indemnités forfaitaires pour frais d’emploi et les avantages en
nature toujours retenus pour leur valeur réelle et intrinsèque.
Le régime spécial prévu pour les expatriés ne s’applique donc pas aux gérants majoritaires de
SARL, même s’ils sont en fait des expatriés (voir ITS, Chapitre II).
Au surplus, le gérant majoritaire étant fiscalement assimilé à un commerçant, les indemnités
pour frais d’emploi qui peuvent lui être alloués sont toujours imposables pour la totalité;
puisque les dispositions de l’Arrêté no 99-0894 MFC CAB du 18 mai 1999 portant modalités
d’application des articles 12 b et 36 du Code des Impôts et fixation de la valeur imposable des
avantages en nature ne s’appliquent qu’aux dirigeants salariés des entreprises .
Les charges déductibles sont les frais professionnels inhérents à l’exploitation sociale, à
condition d’avoir été supportés par les bénéficiaires eux mêmes dans l’exercice de leurs
fonctions. Ces frais sont déductibles pour leur montant réel et justifié

44
C/ OBLIGATIONS DES CONTRIBUABLES

Les bénéficiaires de ces rémunérations ont intérêt, afin d’éviter une taxation d’office, de
souscrire dans les trois premiers mois de chaque année, une déclaration des rémunérations
perçues au cours de l’année précédente : ils doivent joindre à cette déclaration un état détaillé
des charges qu’ils ont déduites du montant brut global de leurs rémunérations.
En tout état de cause, les gérants de SARL sont tenus de se conformer aux prescriptions de
l’article 8 du LPF, relatives aux sommes versées par leur société à chacun des associés au
cours de l’exercice précédent (Etat à fournir au Centre des Impôts en même temps que la
déclaration annuelle du bénéfice social)

CHAPITRE 6 : LA CONTRIBUTION DES PATENTES ET DE LICENCES

La contribution des patentes et des licences est un impôt à caractère réel et personnel perçu à
l’occasion de l’exercice d’une profession. C’est aussi un impôt local puisque son produit est
réparti entre le budget de la commune sur le territoire de laquelle la profession est exercée et
celui du cercle et de la région d’appartenance de la commune concernée. L’objet de cette
contribution est de faire participer les personnes imposables aux charges de ces collectivités
en proportion de la productivité de leur profession ou de leur entreprise, évaluée en fonction
de certains signes ou indices.

SECTION I : LA PATENTE

PARAGRAPHE 1 : Personnes imposables

A) Principe Général
La patente est due par toutes les personnes, physiques ou morales, qui exercent au Mali un
commerce, une profession, et qui ne sont pas expressément exemptés de patente par la loi.
L’assujettissement à la patente suppose la réunion de certaines conditions :
 il faut qu’il y ait véritablement exercice d’une profession, c’est à dire généralement
une répétition d’actes accomplis en vue de procurer un revenu à leur auteur
 la profession doit être exercée de façon effective et habituelle : pour être imposable, le
redevable doit consacrer tout ou partie du temps à accomplir les actes et à effectuer
les opérations caractéristiques d’une profession. L’exercice accidentel d’une
profession ne saurait donc suffire pour entraîner l’imposition à la patente.
 la profession doit être exercée dans un but lucratif : la réalisation d’un bénéfice doit
être le but ou l’un des buts recherchés, mais il n’est pas nécessaire que des bénéfices
soient effectivement réalisés. A contrario, si l’activité est exercée dans un but
désintéressé ou dans des conditions telles que la réalisation de tout profit est
impossible, la patente n’est pas due (ONG, partis politiques, etc.)
 la profession doit être exercée au Mali, dans un établissement commercial, industriel
ou professionnel ou dans des locaux ou installations situés au Mali. Toutefois, en
matière de patente sur marché, la patente est due dès lors que des travaux sont
effectués au Mali et que des fournitures y sont livrées pour les besoins des
administrations ou des organismes publics maliens, même si en fait le contribuable est
étranger au Mali et n’y possède aucun établissement.

45
Lorsque ces conditions se trouvent remplies, l’activité professionnelle est imposable qu’elle
ait un caractère illicite ou non, individuel ou collectif, privé ou public, et quelque soit la
situation des bénéfices qu’elle procure au regard des impôts sur le revenu. Lorsque l’activité
exercée ne figure pas parmi celles énumérées par le tarif des patentes ou parmi celles
exemptées de patente, le législateur a institué une procédure permettant de l’assimiler à l’une
de celles prévues par le Tarif des patentes et de l’imposer ainsi. L’assimilation est prononcée
par une décision du Directeur Régional ou du District des Impôts. En cas de contestation, la
décision incombe au Directeur Général des Impôts, après avis de la Chambre de Commerce.

B) Exemptions
La liste des exemptions donnée par l’article 131 CGI est limitative, ce qui veut dire que les
seules personnes exonérées de la patente sont celles mentionnées par cet article.
Les cas les plus notables sont les suivants :
- 1) les travailleurs salariés, qu’ils appartiennent au secteur public ou au secteur privé.
Toutefois, l’exonération est limitée à l’exercice de la fonction pour laquelle ils perçoivent un
salaire. Ainsi le salarié qui exerce aussi une activité commerciale est exonéré de patente en
tant que salarié, mais doit cet impôt en tant que commerçant;
- 2) l’Etat, les collectivités locales, les organismes et offices publics et semi publics d’intérêt
général. Toutefois, ces personnes publiques sont soumises à la patente pour toutes les
exploitations exercées dans les mêmes conditions que les particuliers. Les entreprises
publiques de transport par fer, route ou bateau, les entreprises distributrices d’eau et
d’énergie, les sociétés et les entreprises d’Etat, etc. sont par exemple assujetties à la patente
car leur activité est une activité à caractère industriel et commercial tout à fait comparable à
celle à laquelle se livrent les personnes physiques ou morales du secteur privé.
- 3) les sociétés et organismes bénéficiant de l’exonération permanente d’impôt sur les
bénéfices industriels et commerciaux en application de l’article 47 CGI : il s’agit des sociétés
coopératives de consommation, des offices publics d’habitation économique, des caisses de
crédit agricole mutuel, des sociétés de prévoyance et de développement rural, des sociétés de
secours mutuel, de l’Institut d’Emission, etc.; Quant aux contribuables exonérés
temporairement d’IBIC, ils sont exonérés de patente dans les mêmes conditions et
généralement pour la même durée. La décision qui leur accorde cette exonération (décret,
arrêté interministériel) précise également sa durée
- 4) les redevables de l’Impôt Synthétique : ce sont les contribuables désignés dans le tableau
de l’article 70 et suivants du Code des Impôts et dont la caractéristique essentielle est de
réaliser un chiffre d’affaires annuel inférieur à 30 millions de francs
- 5) les associés des sociétés en nom collectif, à responsabilité limitée, l’associé unique d’une
société à responsabilité limitée ou l’actionnaire unique d’une société anonyme : lorsqu’ils
sont pris en leur seule qualité d’associé ou d’actionnaire, ils ne sont pas imposables à la
patente;
- 6) les exportateurs de bétail au titre de cette seule activité;
- 7) les personnes exemptées en application de l’article 132 du CGI, c’est à dire :
- a) les personnes physiques âgées de moins de 40 ans et titulaires d’au moins un diplôme de
l’enseignement fondamental, supérieur ou d’un établissement professionnel agrée, et les
personnes morales et groupements constitués uniquement de ces personnes, lorsqu’elles
entreprennent une profession qui les rend passibles de la patente,
- b) les agents de la Fonction Publique partant volontairement à la retraite et les salariés du
secteur public ou privé, licenciés pour motifs économiques, qui entreprennent pour leur

46
propre compte, sous forme individuelle ou de groupement une profession qui les rend
passibles de la patente .
Cette exonération est dégressive en fonction du temps : 100% la première période continue de
12 mois d’activité, 50% la deuxième période continue d’activité de 12 mois, et 25% la
troisième période continue d’activité de 12 mois.

PARAGRAPHE II : Annualité de la patente

La contribution des patentes est due pour l’année entière par toutes les personnes exerçant au
1er janvier une profession imposable. C’est donc en principe la situation au 1er janvier qui est
prise en considération pour le calcul de la patente. Toutefois, il peut être dérogé à cette règle
dans un certain nombre de cas.
A) Dérogations en faveur de l’Administration

1) Début d’activité en cours d’année :


La patente est due au titre de l’année en cours, mais seulement à partir du premier jour du mois
au cours duquel la profession a commencé d’être exercée.
Exemple : un commerçant importateur ouvre son magasin le 15 juin 2005 : il devra donc une
patente en 2005, mais pour 6 mois seulement: c’est à dire qu’il aura à payer une patente égale
aux 6/12 de celle qu’il aurait eu à acquitter s’il avait exercé son activité depuis le 1er janvier.

2) Modifications intervenues dans l’exercice de la profession en cours d’année et entraînant un


accroissement du droit fixe ou du droit proportionnel (article 85 duLPF)
Des suppléments de patente sont dus et donnent lieu à l’établissement de rôles supplémentaires :
 dans le cas où le patenté entreprend en cours d’année une profession nouvelle comportant
un droit fixe plus élevé que celui auquel est soumise l’activité qu’il exerçait jusque là;
 dans le cas où le patenté vient à occuper des locaux d’une valeur locative supérieure à
celle des locaux qu’il occupait au 1er janvier et pour lesquels il avait été primitivement
imposé.
Les suppléments de droits consécutifs à ces faits sont dus à partir du 1er du mois au cours duquel
ils se sont produits. Le recouvrement des droits perçus en vertu des dérogations au principe de
l’annualité est assuré au moyen de rôles supplémentaires qui doivent être mis en recouvrement
au plus tard le 31 décembre de l’année suivant celle de l’imposition.

B) Dérogations en faveur du contribuable

1) Fermeture d’établissement
La fermeture volontaire d’établissement en cours d’année n’entraîne au profit du contribuable
aucun dégrèvement sur la patente de l’année. Celle ci reste due intégralement en application
du principe de l’annualité. Toutefois, si la fermeture d’établissement résulte de décès,
liquidation judiciaire, faillite déclarée, expropriation ou expulsion, la patente n’est due que
pour le passé et le trimestre au cours duquel est survenu l’évènement ayant entraîné la
fermeture. L’intéressé peut alors obtenir, à la condition d’en faire la demande dans les trois
mois de la fermeture, la décharge de la fraction de la patente non due.

47
Exemple : un commerçant est décédé le 15 juin 2005. La patente ne sera due que pour la
période allant du 1er janvier au 30 juin 2005. Ses héritiers pourront obtenir la remise de la
fraction de la patente correspondant à la période du 1er juillet au 31 décembre 2005.
2) Cession de fonds de commerce

La patente a un caractère personnel puisqu’elle est établie au nom d’une personne déterminée.
Dès lors, lorsqu’une personne succède à une autre dans l’exercice d’une profession, elle est
tenue de prendre une patente qui sera émise à son nom ; elle ne peut bénéficier de la patente
émise au nom de son prédécesseur.
Il est cependant fait exception à cette règle dans le cas de cession de fonds de commerce
remplissant les conditions fixées à l’article 89 bis du CGI. Dans cette hypothèse, la patente de
l’année de la cession peut, sur la demande établie d’un commun accord par le cédant et le
cessionnaire, être transférée au cessionnaire au prorata de la durée d’exploitation par ce
dernier. Ce transfert n’est cependant possible que si le cessionnaire est lui même un
patentable et s’il y a eu cession de fonds de commerce, comportant la jouissance des locaux,
la vente du matériel ou celle des marchandises.
Les industriels peuvent eux aussi obtenir une réduction de la patente si leur établissement n’a
pu fonctionner pendant une période au moins égale à 6 mois par suite d’un cas de force
majeure.

PARAGRAPHE III : Bases d’imposition

La patente se compose d’un droit fixe et d’un droit proportionnel, assis sur la valeur locative
des locaux professionnels.
A) Le droit fixe
L’expression « droit fixe » (par opposition à celle de « droit proportionnel »), désigne la partie
des droits de patente qui ne sont pas calculés en fonction de la valeur locative des locaux
utilisés pour l’exercice de la profession.
1) Généralités
Le montant du droit fixe est directement indiqué dans le tarif des patentes. Il est fonction de la
nature de la profession exercée et dans certains cas (professions énumérées au Tableau A), du
lieu d’exercice de la profession.
Le droit fixe est dû non par profession, mais par établissement : le patenté doit donc en
principe autant de droits fixes qu’il possède d’établissements. Rappelons qu’au sens fiscal du
terme, l’établissement est un centre d’affaires où sont effectuées dans un même local ou dans
un groupe de locaux, les opérations constituant les actes essentiels de la profession.
Dans les entreprises commerciales, l’acte distinctif de l’établissement est la vente : est
considéré donc comme établissement tout local dans lequel le client peut choisir et acheter.
Dans les entreprises industrielles, l’acte distinctif est non la vente mais la fabrication.
L’établissement coïncide avec le centre de fabrication, l’usine, le chantier où s’effectuent soit
des transformations industrielles, soit la mise en œuvre de matériaux.
Les deux notions de profession et d’établissement ne se recouvrent pas nécessairement. Une
même profession peut en effet être exercée dans plusieurs établissements, tandis que dans
l’autre sens, un seul établissement peut abriter l’exercice de plusieurs professions.

48
Des difficultés d’application peuvent surgir lorsque des professions différentes sont exercées
par un même contribuable dans des locaux proches ou voisins : dans ce cas il peut se poser la
question de savoir s’il y a un ou plusieurs établissements distincts.
Un droit fixe étant dû par établissement, lorsqu’un contribuable possède plusieurs
établissements, il est donc assujetti à plusieurs droits fixes. Il n’existe pas de difficultés pour
le calcul du droit fixe lorsque dans un établissement donné, une seule profession est exercée.
Il n’en va pas toujours de même lorsque plusieurs professions sont exercées dans un seul et
même établissement.
2 Calcul du droit fixe
Les professions sont classées en 3 Tableaux : A, B, C.
Tableau A
Les professions figurant au Tableau A sont réparties en 4 classes.
Le droit fixe afférent à une profession inscrite à ce Tableau se compose d’un seul élément
dont le montant est donné directement par la lecture du tarif. Pour une même profession, le
droit fixe varie suivant que l’activité est exercée à Bamako (1ère zone), dans les autres chefs
lieux de région (2ème zone) ou dans toute autre localité (3ème zone).
Exemple : un architecte dont le chiffre d’affaires est supérieur à 30 millions (Tableau A 1ère
classe) installé à Bamako (1ère zone) acquittera un droit fixe de 350.000 F. S’il est installé à
Gao (2ème zone), le montant du droit serait de 315.000 F.

Tableau B

Le Tableau B comprend 2 parties

1ère partie
La patente due par ceux qui se livrent aux activités prévues dans la première partie du
Tableau B est la patente dite sur marché: dans ce cas, le droit fixe est un pourcentage du
montant des marchés ou des adjudications passées par le contribuable. Le tarif des patentes
mentionne plusieurs catégories de marchés : marchés de fournitures, transports, travaux
publics, etc. Il faut signaler que pour ce qui concerne les marchés, ceux-ci ne donnent droit à
ouverture aux droits de patente sur marché que s’ils sont conclus avec des services publics
(Education Nationale, Défense Nationale, etc.) ou des établissements publics administratifs.
Un marché passé entre une entreprise et une société d’Etat par exemple n’entraîne pas
l’exigibilité du droit de patente sur marché.
Au sujet des entrepreneurs de travaux publics, il faut noter qu’est considéré comme travail
public, tout travail (construction de route, édification de bâtiment, etc.…) effectué sur un
immeuble appartenant à une collectivité publique (Etat, Région, Commune, etc.). Les marchés
de travaux n’ayant pas le caractère de travaux publics ne sont pas soumis à la patente sur
marché.
Exemples : Marché de fourniture de pain aux troupes de terre pour un montant de 5.000.000
F le droit fixe de patente sur marché sera de : 5.000.000 X 2% = 100.000 F.
- Marché de travaux publics passé entre l’Etat et une entreprise pour un montant de
100.000.000 F, le montant de droit dû est de : 100.000.000 F X 2,5% = 2.500.000 F.

49
2ème partie

Pour les activités énumérées dans la 2ème partie du Tableau B, le droit fixe comporte en
principe une taxe déterminée et une taxe variable, cette dernière prenant comme base des
données relativement faciles à connaître : Km de ligne, pompe d’essence, tonne de
marchandise, montant annuel des ventes, abonnements ou concessions. Certaines professions
sont exemptées de taxe déterminée.
Exemple : Pour un exploitant de station service possédant 1 station service avec vente
d’accessoires auto comportant 5 pompes :
Le droit fixe dû : taxe déterminée : 28 000 F
La taxe variable : 3 500 X5 = 17 500 F.

Tableau C
Ce tableau vise les patentes dues par les importateurs, les exportateurs et les importateurs
exportateurs. Dans ce cas, le droit fixe est fonction du montant annuel des importations, des
exportations ou des importations exportations.
Exemple : un commerçant a importé pour 140 millions de marchandises en 2004 et en a
exporté pour 30 millions. Le montant de ses importations exportations est donc de 170
millions. Il aura à acquitter le droit fixe de patente correspondant au Tableau C 4ème classe,
soit 400.000 F (montant des importations exportations inférieur à 250 millions).
Le montant des importations -exportations à prendre en considération pour le calcul de ce
droit fixe est la valeur réglementaire en douane des importations et exportations effectuées
l’année précédant celle de l’imposition, sous réserve de régularisation ultérieure.
Exemple : Pour établir la patente de l’année 2004, ce sont les importations exportations
effectuées en 2003 qui seront prises en considération. Il sera éventuellement procédé à une
régularisation si le montant réel des importations et exportations réalisées effectivement en
2003 aboutit à des droits différents de ceux de l’imposition primitive.
Afin de favoriser les exportations, le droit fixe est réduit de moitié pour le contribuable dont
le montant des importations exportations est constitué pour moitié au moins d’affaires à
l’exportation. Lorsque les exportations représentent la totalité du montant d’affaires, le droit
est réduit des ¾.
Exemple : un commerçant a réalisé en 2004 un chiffre d’affaires de 270 millions dont 190
millions de ventes à l’étranger. Ses importations au cours de la même année se sont élevées à
50 millions.
Le droit fixe de patente normalement dû est de 600.000 F
Après application de la réduction de 50% (exportations au moins égale à 50% du chiffre
d’affaires) , le droit dû sera de 300.000 F.
3/Modalités de calcul du droit fixe

Le calcul de ce droit ne présente pas en principe de difficulté puisque son montant est donné
par le tarif. Toutefois dans la réalité, certaines situations particulières se présentent
fréquemment.

Cas 1 : patentable possédant plusieurs établissements distincts.


Il est passible d’un droit fixe à raison du commerce, de l’industrie ou de la profession exercée
dans chacun de ces établissements. Pour qu’il y ait établissement distinct, il suffit d’ailleurs

50
que l’une seule des 3 conditions suivantes soit remplie :
- dans chaque établissement, un préposé spécial traite avec le public,
- un inventaire spécial de marchandises est dressé pour chaque établissement,
- les établissements sont situés dans des locaux distincts. Sont assimilés à des locaux distincts,
ceux juxtaposés dans le même immeuble à d’autres établissements appartenant au même
patenté.
Exemple : un garagiste dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 millions de F vend
également des pièces détachées pour autos. Ces deux activités sont exercées dans le même
immeuble, mais il y a un responsable pour le secteur vente et un autre pour le secteur
réparations dépannage. Ce contribuable devra 2 droits fixes de patente, un en tant que
commerçant, un autre en qualité de garagiste.
Cas 2 : patentable exerçant dans un même établissement plusieurs commerces,
industries ou professions tous inscrits au Tableau A.
Ce redevable n’est dans ce cas soumis qu’à un seul droit fixe et ce droit est le plus élevé de
ceux qu’il aurait à payer s’il était assujetti à autant de droits fixes que de professions exercées.
Exemple : un imprimeur dont le chiffre d’affaires est supérieur à 150 000 000 F exploite dans
le même établissement un magasin de consommables informatiques (chiffre d’affaires : 80
000 000 F).
Comme imprimeur, il est passible du droit fixe afférent au Tableau A 1ère classe (350.000 F,
Bamako).
Comme commerçant, il est passible du droit fixe afférent au Tableau A 2ème classe
(185.000 F à Bamako)
Pour ces deux activités exercées dans un seul établissement, l’intéressé n’aura donc à payer
qu’un seul droit fixe, le plus élevé des deux, soit 350.000 F, correspondant au tableau A 1ère
classe.

Cas 3 : commerçant exerçant dans le même établissement plusieurs professions toutes


inscrites au Tableau B
Il aura à payer toutes les taxes variables afférentes aux professions exercées, mais il n’aura à
payer que la plus élevée des taxes déterminées.
Exemple : un exploitant d’usine de production d’électricité distribue également de l’eau. Ces
deux activités sont exercées dans le même établissement. Il sera redevable de la taxe variable
en tant qu’exploitant d’énergie électrique (1 pour 1000 du montant annuel des ventes) et de la
taxe variable en tant que distributeur d’eau (1 pour 1000 du montant annuel des
abonnements). Par contre, il ne devra payer qu’une seule fois la taxe déterminée de 400.000 F
due une première fois au titre de son activité d’exploitant d’énergie électrique et une seconde
fois au titre de son activité de distributeur d’eau.

Cas 4 : patentable exerçant dans le même établissement des professions relevant les unes
du Tableau A, les autres du Tableau B.
Il doit d’une part, le plus élevé des droits fixes du Tableau A (ou des taxes déterminées du
Tableau B), d’autre part la totalité des taxes variables du Tableau B.
Exemple : un garagiste à Bamako réalise un chiffre d’affaires de 55 000 000 F et exploite
également dans le même établissement une station service d’essence comprenant 5 appareils.
.Le droit fixe de patente dont il est redevable se calcule ainsi
Tableau A 1ère classe 350.000 F

51
Taxe variable (Tableau B 2ème partie) 3.500 F X 5 = 17.500 F
Total 367.500 F

Cas 5 : industriel vendant sur place les produits de sa fabrication.


Il ne doit qu’un droit fixe, celui correspondant à son activité de fabricant. S’il vend ses
produits dans un magasin séparé de l’usine, il ne sera également soumis qu’à un seul droit
fixe mais à la double condition
- que la vente ait lieu en gros et concerne uniquement les produits de sa fabrication,
- qu’il n’effectue pas également la vente de ses produits dans l’établissement industriel. Si la
vente a lieu dans plusieurs magasins, l’exemption de droit fixe n’est accordée que pour le
magasin le plus rapproché du centre de l’établissement de fabrication.
B) Le droit proportionnel

1 Base d’imposition

Au droit fixe, s’ajoute un droit proportionnel calculé sur la valeur locative annuelle des locaux
servant à l’exercice de la profession (bureaux, magasins, boutiques, ateliers, hangars) ainsi
que sur celle de l’outillage fixe et des installations de toute nature. Les locaux d’habitation
occupés par le patenté échappent au droit proportionnel puisqu’ils ne servent pas à l’exercice
de la profession.
Pour les usines et les établissements industriels, le champ d’application du droit proportionnel
est encore plus étendu, puisque ce droit se calcule sur la valeur locative de ces établissements
pris dans leur ensemble et munis de tous leurs moyens matériels de production. Sous cette
expression, sont englobés non seulement les locaux eux mêmes, mais encore l’outillage fixe
et l’outillage mobile, à l’exception de l’outillage à main). Quant à l’expression établissement
industriel, elle vise toute entreprise de transformation de matières premières ou portants sur
des opérations de manipulation dans laquelle la force motrice et les machines ont une
influence prépondérante.
La condition essentielle pour qu’un patentable soit soumis au droit proportionnel, est que les
locaux ou les installations soient à la disposition du patentable à quelque titre que ce soit : ce
droit est donc dû aussi bien dans le cas où les locaux appartiennent à l’exploitant, que
lorsqu’ils lui sont loués ou concédés à titre gratuit. On peut noter d’ailleurs que si la notion
d’établissement régit le calcul du droit fixe, celle de local, d’installation, régit le calcul du
droit proportionnel.
Quant à la valeur locative qui est en principe la valeur réelle au 1er janvier de l’année
d’imposition, elle est déterminée de la façon suivante :
 s’il s’agit de bâtiments et installations pris en location, à partir des baux authentiques
ou des locations verbales passées dans des conditions normales, c’est à dire
moyennant un loyer dont le montant correspond à celui pratiqué sur le marché pour
des immeubles similaires;
 s’il s’agit de bâtiments non loués, par comparaison avec d’autres immeubles dont le
loyer a été régulièrement constaté ou est notoirement connu,
 s’il s’agit d’installations industrielles non louées (bâtiments avec leur outillage,
machines, matériels) ou les biens pour lesquels aucun des deux procédés précédents
n’a pu être appliqué, par voie d’appréciation directe. Dans ce cas, la valeur locative

52
taxable ne peut être inférieure à 5% de la valeur d’acquisition du bien, abstraction faite
de tout amortissement qui aurait pu être pratiqué pour ce bien.

2/ Taux

Il est de 10% de la valeur locative. La base du droit proportionnel de patente étant la valeur
locative brute, il n’y a donc pas lieu pour le calcul de ce droit de déduire de cette valeur, une
somme quelconque au titre des charges

3/ Minimum d’imposition

Le droit proportionnel ne peut en aucun cas être inférieur à ¼ du droit fixe.


Exemple : un commerçant du Tableau A 2ème classe installé à Bamako, occupe une boutique
dont la valeur locative annuelle est de 300.000 F. Il devra un droit fixe de 185.000 F.
Au titre du droit proportionnel, il sera perçu : 185.000/4 = 46.250 F.
Cette somme est en effet supérieure au droit proportionnel calculé sur la base de la valeur
locative (300.000 X 10% = 30.000 F).
4/ Exonérations
 Les contribuables assujettis à l’Impôt Synthétique sont exonérés de la patente.
 Les transporteurs assujettis à la Taxe sur les Transports Routiers sont exemptés de
patente. L’acquittement de cette taxe les libère en effet de la contribution des patentes.
Bien entendu, les transporteurs doivent un droit proportionnel lorsqu’ils utilisent pour
leur profession des locaux. Dans ce cas, le droit proportionnel est égal à 10% de la
valeur locative de ces locaux.

5/ Lieu d’imposition

Le droit proportionnel est dû dans toute commune ou localité où existent des éléments
imposables : magasins, usines, remises, chantiers. Peu importe que les locaux ou installations
soient ou non le siège d’un “établissement”.

PARAGRAPHE IV : REGLES PARTICULIERES A CERTAINES PROFESSIONS

1/ Entrepreneurs de travaux publics

La patente est due dans les conditions normales au Mali même si l’entrepreneur ne possède
aucun établissement au Mali, dès lors que cet entrepreneur exécute des travaux au Mali.

3/ Patente sur marché

Les règles de perception du droit de patente sur marché sont indiquées au Tableau B 1ère
partie. La patente est due sur les encaissements annuels. Les redevables sont tenus de
déclarer les encaissements effectués au cours d’une année avant le 1er février de l’année
suivante.
Il y a lieu de déduire de la patente sur marché, la patente payée par le soumissionnaire du
marché en sa qualité de commerçant ou d’entrepreneur de travaux. Toutefois, cette déduction
n’est pas possible si la patente sur marché est affectée à un budget différent de celui au profit
duquel a été acquittée la patente du Tableau A établie au nom de l’intéressé.

53
Exemple 1 : un commerçant à Bamako a été classé en catégorie A1.La valeur locative de sa
boutique est de 420.000 F. Il a encaissé en 2002 au titre des marchés de fournitures passés
avec l’Etat, la somme de 60.000.000 F.
La patente sur marché est de : …………… 60.000.000 X 2,5% = 1.500.000 F
Le droit proportionnel : ………………………….…. 1.500.000 /4 = 375.000 F
(le 1/4 du droit fixe est supérieur à 10% de la valeur locative )
Total………………………………………………………………. 1.875.000 F
A déduire patente déjà émise
Tableau A1:………………………………………………………..350.000 F
Droit proportionnel :…………………………………...350.000/4 = 87.500 F
(le 1/4 du droit fixe est supérieur à 10% de la valeur locative)
Total……………………………………………………………….437.500 F
Il lui sera donc réclamé : 1.875.000 - 437.500 = 1.437.500 F
au titre de la patente sur marché .
Exemple 2 : un entrepreneur de travaux publics installé à Bamako a encaissé en 2002 pour
un marché de travaux publics effectué à Sikasso, une somme de 100.000.000 F. Dans ce cas,
il n’y aura pas lieu de déduire de la patente sur marché qu’il doit, la patente du Tableau A
qu’il a déjà dû acquitter en sa qualité d’entrepreneur.
En effet, cette patente du Tableau A est perçue pour le compte du District de Bamako, alors
que la patente sur marché est perçue pour le compte de la commune de Sikasso, puisqu’il
s’agit de travaux effectués sur le territoire de cette commune.
Patente sur marché due : ……………………………100.000.000 X 2,5% = 2 500.000 F
Droit proportionnel : ……………………………………….2 500.000/4 = 625 000 F
Total patente sur marché au profit de la commune de Sikasso :………… 3 125 000 F.

PARAGRAPHE V : OBLIGATIONS DES REDEVABLES

1) Toute personne qui entreprend une profession assujettie à la patente est tenue d’en faire la
déclaration au Centre d’Impôts dont elle relève dans les 10 jours qui suivent le début de
l’exercice de l’activité. Elle aura alors à acquitter une patente prorata temporis; la patente ne
sera due qu’à partir du premier jour du mois au cours duquel l’activité a commencé à être
exercée (article 84 du LPF)
2) La même obligation est imposée à ceux qui dans l’année entreprennent une activité rendant
exigible un droit fixe plus élevé que celui qu’ils acquittaient précédemment ou qui viennent à
occuper des locaux dont la valeur locative est supérieure à celle des locaux pour lesquels ils
ont été primitivement imposés (article 85 du LPF).
3) Tout patentable est tenu de s’assurer avant la fin de l’année en cours de son imposition à la
patente. Il ne lui suffit pas pour être en règle d’avoir répondu aux demandes de renseignement
qui ont pu lui être adressées : il doit également avoir été régulièrement imposé.

PARAGRAPHE VI : FORMULE DES PATENTES

La patente est un impôt perçu par voie de rôle. Les rôles sont établis et les patentes calculées,
soit à partir des renseignements recueillis par l’Administration notamment à l’occasion du
recensement annuel, soit à partir des déclarations souscrites par les redevables (début
d’activité en cours d’année). C’est en principe l’avertissement établi par le service des impôts
et envoyé aux contribuables qui tient lieu de formule de patente.

54
La patente est également payée par anticipation dans le cas de début d’exercice d’activité en
cours d’année ou de changements survenus en cours d’année et rendant exigibles des droits
plus élevés de patente.
La formule de patente dans tous les cas ne doit être délivrée qu’après paiement intégral des
droits dus. Tout patentable qui exerce son activité dans un endroit fixe doit être en mesure de
justifier dans son établissement de son imposition à la patente au titre de l’année en cours. Les
agents de l’Administration des Impôts, porteurs de leurs commissions d’emploi, et
éventuellement assistés d’agents de la force publique sont chargés du contrôle de la patente.
C’est la raison pour laquelle le CGI prévoit la saisie ou le séquestre aux frais du contribuable,
des marchandises leur appartenant et destinées à la vente ainsi que des instruments servant à
l’exercice de sa profession chaque fois qu’il n’est pas en mesure de justifier de leur
imposition à la patente. Il peut toutefois éviter la saisie en fournissant une caution suffisante,
c’est à dire en versant une somme qui garantira le paiement des droits et pénalités
éventuellement exigibles.
Les fonctionnaires ayant procédé aux saisies et aux séquestres visés ci avant sont dans
l’obligation de remettre au contribuable un bordereau énumératif des biens et objets qu’ils ont
saisi ou mis sous séquestre.

PARAGRAPHE VII : SANCTIONS PRESCRIPTIONS


A) Sanctions

1) Pénalités d’assiette

Les sanctions en matière de patente en dehors des saisies indiquées précédemment consistent
en une amende égale au montant des droits dus ou compromis.
Les principales infractions en matière de patente sont :
 le défaut de déclaration de début d’exercice d’activité en cours d’année;
 l’incapacité pour le contribuable de faire la preuve de son imposition;
 la non imposition du contribuable avant la fin de l’année.
La pénalité ne porte que sur les droits de patente

2) Non paiement dans les délais

Le montant de la somme figurant sur l’avertissement est majoré de 10%. Par ailleurs, le
redevable s’expose à des poursuites (saisie, fermeture de boutique, etc.).

B) Prescription

L’Administration dispose d’un délai d’un an pour réparer les erreurs et omissions commises
en matière de patente (585 du LPF).
Exemple : Un contribuable, par suite d’une omission, n’a pas été soumis à la patente pour
l’année 2001. L’Administration a le droit de réparer cette omission et donc d’imposer
l’intéressé à la patente pour 2001 jusqu’au 31 décembre 2002. La réparation n’est réputée
effective que si les droits de patente correspondants sont mis en recouvrement le 31 décembre
2002 au plus tard. Il faut noter cependant que cette prescription ne joue pas en matière d’abus
de droit.

55
SECTION II : LA CONTRIBUTION DES LICENCES

PARAGRAPHE I : CHAMP D’APPLICATION (article 145 et suivants du CGI)

La contribution des licences est due par toute personne physique ou morale se livrant à la
vente en gros ou au détail de boissons alcooliques ou fermentées, qu’il s’agisse de ventes à
consommer sur place ou de ventes à emporter. Toute remise de boissons alcooliques faite à
l’occasion de transactions commerciales est assimilée à la vente, que cette remise soit
effectuée à titre d’échange ou même de cadeau.
Il est dû autant de droits de licence que d’établissements de vente : les succursales sont
assujetties à la licence dans les mêmes conditions que le siège de l’entreprise.
La contribution des licences n’est toutefois pas due par celui qui se borne à vendre
exclusivement pour emporter de la bière, des limonades gazeuses, de l’alcool de menthe
pharmaceutique et tous autres produits médicamenteux3. Les cercles ne poursuivant aucun but
lucratif en sont également exonérés.

PARAGRAPHE II : CALCUL DES DROITS

La contribution des licences ne comprend qu’un droit fixe dont le montant varie suivant la
catégorie dans laquelle se trouve classée l’établissement imposable et le lieu de son
exploitation. Le montant du droit est donné par la lecture du Tableau E du Tarif des Patentes.
Les activités rendant la licence exigible sont réparties en 4 classes, et le montant du droit
afférent à chaque classe varie suivant que l’activité est exercée à Bamako, dans un autre chef-
lieu de région ou dans une autre localité.
Exemple 1: un exploitant de café restaurant à Bamako paiera une licence de première classe
s’élevant à 150.000 F.
Exemple 2 : un commerçant vendant pour consommer sur place de la bière à l’exclusion
d’autres boissons alcoolisées telles que vin, whisky, paiera s’il est installé à Fana, un droit de
licence de 9.000 F (4ème classe, localité autre que Bamako et les autres chefs lieux de
région).

PARAGRAPHE III : PAIEMENT ET SANCTIONS

La contribution des licences est comme la patente, un impôt local perçu au profit des
collectivités locales. Mais elle est indépendante de la patente et s’ajoute à cette dernière.
Exemple : un exploitant de bar devra s’acquitter de la patente et de la licence.
Comme encore pour la patente, lorsque plusieurs activités sont exercées dans le même
établissement, seul est perçu le droit de licence le plus élevé. Toutes les dispositions
concernant l’assiette, le recouvrement et les déclarations que sont tenus de faire les
contribuables en matière de patente sont applicables à la licence.
Le montant des licences dues par les redevables de l’impôt synthétique est censé être compris
dans la vignette synthétique. En cas de non paiement de la licence, l’autorité administrative

3
Les pharmaciens ne sont donc pas assujettis à la licence bien que vendant des boissons alcooliques, tels que
l’alcool de menthe et autres médicaments contenant de l’alcool .

56
peut ordonner la fermeture immédiate de l’établissement. Malgré cette fermeture, la licence
reste due pour l’année entière.

57
TITRE II : IMPOT INDIRECT / LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE

CHAPITRE PRELIMINAIRE
 Loi N°90-115-AN-RM du 31 Décembre 1990 :
Institution de la TVA et de la TPS
 Loi N°99-12 du 1er Avril 1999 :
Suppression de la TPS, généralisation de la TVA
 Loi N°05-048 du 18 Août 2005 :
Institution du régime simplifié d’imposition en matière de TVA.

I- LES AVANTAGES DE LA TVA :


 Rendement élevé : champ d’application large
 Réduction de la fraude : droit à déduction
 Neutralité économique :
- Interne : à prix égal même TVA
- International : import. Taxée-export. Exonérée
 Favorise :
- La transparence de la gestion : comptabilisation hors taxes
- Le développement des exportations : exonération
- L’intégration économique : harmonisation

II-CONTRAINTES
 Administration fiscale : formation des agents afin d’exercer un contrôle régulier et
approfondi des déductions, et connaissance de la comptabilité des entreprises.

 Entreprises : deviennent des collecteurs d’impôt pour l’Etat. Respect des règles de
facturation et des obligations fiscales

CHAPITRE 1 : CHAMP D’APPLICATION

SECTION 1. OPERATIONS IMPOSABLES (Article 187 CGI) :


Sont soumises à la TVA les opérations relevant d’une activité économique que constituent les
livraisons de biens et les prestations de services effectuées au Mali, à titre onéreux, par un
assujetti.

 ACTIVITES ECONOMIQUES (art. 187) : Sont réputées activités économiques,


les activités du secteur économique industriel, commercial, artisanal, libéral,
agricole ou forestier.

 OPERATIONS CONCERNEES (art.188 et 189 CGI) :

LA TVA EST DUE PAR LES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES QUI


EFFECTUENT DES :

58
1/ VENTES ET LIVRAISONS DE BIENS MEUBLES CORPORELS

Par vente il faut entendre toute opération à titre onéreux ayant pour effet de transférer à un
tiers la propriété d’un bien.

2/ TRAVAUX IMMOBILIERS

Par travaux immobiliers il entendre tous les travaux exécutés par les différents corps de
métiers participant à la construction, l’entretient et la réparation de bâtiments et d’ouvrages
immobiliers, les travaux publics, les travaux de chaudronnerie du bâtiment et de construction
métallique, les travaux de démolition, les travaux accessoires préliminaires à ces travaux
immobiliers.

3/ PRESTATIONS DE SERVICES

Toutes les activités qui relèvent du louage d’industrie ou du contrat d’entreprise par lequel
une personne s’oblige à exécuter un travail quelconque moyennant rémunération, sont des
prestations de service.

4/ LIVRAISON A SOI-MEME

C’est l’opération par laquelle une personne obtient en vue de l’utiliser elle-même un bien à
partir de produits, d’éléments ou de moyens lui appartenant, que cette personne fasse ou non
appel à des tiers pour tout ou partie de l’élaboration du bien.
Les prestations de services ne sont pas visées par la mesure.

5/ IMPORTATIONS

Par importation il faut entendre le franchissement du cordon douanier au Mali pour la mise à
la consommation, qu’il s’agisse de marchandises provenant de l’extérieur, ou de marchandises
placées jusqu’alors sous un régime douanier suspensif.
Le passage de la frontière, c’est-à-dire l’introduction dans le territoire malien est considéré
comme un acte imposable par lui-même, sans qu’il y ait à considérer s’il y a transfert de
propriété, ni si l’opération d’importation est effectuée à titre onéreux ou gratuit.

6/ ACTIVITES DE PRODUCTION, DE FABRICATION, DE RENOVATION ET


TRANSFORMATION.

Les opérations de rénovation ou de transformation se traduisent par la création d’un bien


assimilable à un bien neuf et c’est pourquoi elles constituent des actes de production.

7/ OPERATIONS DE TRANSFORMATION DE PRODUITS DE L’AGRICULTURE, DE


L’ELEVAGE ET DE LA PECHE

Un agriculteur devient assujetti lorsque les transformations effectuées ne constituent plus le


prolongement normal de son activité agricole :
 Soit parce que ces transformations nécessitent des produits d’achat ;
 Soit en raison de l’utilisation de procédés industriels pour l’obtention des produits
transformés ou conditionnés

59
Pour qu’il ait activité économique taxable, selon les dispositions de l’article 190 du CGI, il
faut une opération :

 Entre deux personnes distinctes


 Les personnes juridiques différentes, si toutes les parties à l’opération sont établies au
Mali ;
 Les personnes juridiques différentes ou les établissements, agences, bureau,
succursales, si l’une des parties ayant ou non un statut juridique distinct, est située
hors du Mali.
 Moyennant une contrepartie : en espèce ou en nature, quelque soient les buts
recherchés ou les résultats obtenus.

SECTION 2. PERSONNES IMPOSABLES (art. 191 CGI)


Les personnes assujetties sont celles dont l’activité consiste à réaliser des opérations
imposables :
 Assujetties de plein droit
 Assujetties après l’exercice d’une option expresse pour le paiement volontaire de la
TVA
Sont assujetties à la TVA les personnes physiques ou morales, y compris celles du secteur
public économique, qui effectuent d’une manière indépendante, à titre habituel ou
occasionnel, des opérations soumises à la TVA, quels que soient leur statut juridique, leur
situation au regard des autres impôts et la forme ou la nature de leur intervention.

Sont réputés agir de manière indépendante les personnes qui exercent une activité sous leur
propre responsabilité et jouissent d’une totale liberté dans l’organisation et l’exécution des
travaux qu’elle comporte.
Exclusion des travailleurs salariés

2.1 ASSUJETTIS DE PLEIN DROIT : art.192 CGI

 LES IMPORTATEURS
 LES REVENDEURS EN L’ETAT
 VENDEURS D’IMMEUBLES NEUFS BATIS
 PRODUCTEURS INDUSTRIELS, ARTISANTS OU AGRICULTEURS
 ENTREPRENEURS DE TRAVAUX DE RENOVATION OU DE
TRANSFORMATION
 ENTREPRENEURS DE TRAVAUX IMMOBILIERS
 CONTRIBUABLES DEPASSANT LE PLAFOND DE L’IMPÔT SYNTHETIQUE
art.72 CGI
 PRESTATAIRES DE SERVICE

2.2 LES ASSUJETTIS SUR OPTION

 CONTRIBUABLES NORMALEMENT IMPOSES SUIVANT LE REGIME DE


L’IMPOT SYNTHETIQUE : art.78 CGI
 L’option doit intervenir avant le 1er Novembre de chaque année pour prendre effet le
1er Janvier de l’année suivante.

 Option irrévocable pendant les trois exercices consécutifs suivant la date de


notification

60
 Dénonciation possible au cours du mois de janvier suivant la période d’irrévocabilité.

 ENTREPRISES CONVENTIONNEES : art 237 CGI


 Option exercée à tout moment par lettre recommandée avec accusé de réception
 Option prend effet le 1er jour du mois suivant la date de l’accusé de réception.

SECTION 3. LES EXONERATIONS (Article 195 CGI)

Certaines opérations, qui seraient normalement passibles de la TVA, en sont exonérées par
une disposition expresse de la loi.

 Les contribuables ne peuvent se prévaloir de leur qualité de créancier du trésor Public


pour s’exonérer de leurs obligations fiscales ou pour en différer le règlement.

3.1. EXONERATION D’ORDRE ECONOMIQUE

 EXPORTATIONS DIRECTES DE PRODUITS OU MARCHANDISES ET


ACTIVITES ASSIMILEES AUX EXPORTATIONS

 LES VENTES PAR L’AGRICULTEUR DES PRODUITS DE SA RECOLTE A


L’ETAT NATUREL OU APRES TRANSFORMATION DANS LE
PROLONGEMENT DE SON ACTIVITE PAR UNE METHODE ARTISANAL

 LES VENTES ET IMPORTATIONS DE MATERIEL ET INTRANTS AGRICOLES


ET DE PRODUITS PETROLIERS

L’activité agricole recouvre la culture proprement dite, l’élevage et pêche.

Possède la qualité d’agriculteur et exerce une activité agricole toute personne qui obtient
des produits au cours ou à la fin d’un cycle de production végétal ou animal.
3.2. EXONERATION D’ORDRE SOCIALE
 Médicaments, matériel et mobilier spécialisé dans les activités médicales
 Tranche sociale d’eau et d’électricité
 Etablissements d’enseignement reconnus d’utilité publique
 Matériel informatique
 Energie solaire et énergie renouvelable à l’importation
 Les importations et les ventes de livres de toute nature
3.3. POUR EVITER UNE DOUBLE IMPOSITION

 OPERATIONS DE BANQUES ET D’ASSURANCES : TAF ET CONTRAT


D’ASSURANCE
 OPERATIONS SOUMISES A LA FORMALITE DE L’ENREGISTREMENT A
L’EXCLUSION DES IMMEUBLES NEUFS BATIS.

SECTION 4. TERRITORIALITE

Où L’OPERATION EST-ELLE IMPOSABLE ?


Les opérations ou les affaires imposables sont celles qui sont réputées faites sur le territoire de
la république du Mali
Une affaire est réputée faite au Mali lorsqu’il s’agit :

61
 D’une vente ou de toute autre opération ayant pour effet de transférer à un tiers la
propriété d’un bien, lorsque la vente ou l’opération est réalisée aux conditions de
livraison au Mali ;

 De travaux immobiliers, lorsque ceux-ci sont effectués au Mali

 De livraisons à soi même, lorsque le lieu de livraison est situé au Mali

 De toute autre opération notamment les prestations de services, lorsque le service


rendu, le droit cédé ou concédé, le matériel ou l’objet loué est utilisé ou exploité au
Mali.
Lorsqu’un redevable de la TVA est établi ou domicilié hors du Mali, il est tenu de faire
accréditer auprès du service chargé du recouvrement de cette taxe un représentant domicilié
au Mali qui s’engage à remplir les formalités incombant à ce redevable et à acquitter la taxe à
sa place.
A défaut, cette taxe et le cas échéant, les pénalités qui s’y rapportent, est payée par la
personne cliente pour le compte de la personne n’ayant pas d’établissement au Mali.

CHAPITRE 2 : ASSIETTE DE LA TVA

SUR QUELLE BASE SE CALCULE LA TVA ?

1 000 000 assiette ou base d’imposition


Operateur
18% taux
180 000 taxes dues

 IMPORTATION : valeur CAF des produits importés

 VENTES ET PRESTATIONS DE SERVICE : toutes les sommes ou valeur reçues ou


à recevoir par le fournisseur en contrepartie de la vente ou de la prestation, y compris
les paiements en nature.

 TRAVAUX IMMOBILIERS : montant des marchés, mémoires ou factures

 IMMEUBLE NEUFS BATIS : sommes, valeurs services reçus, ou à recevoir par le


vendeur en contrepartie de la vente

 LIVRAISONS A SOI-MEME : prix de revient des biens objet des livraisons


La base taxable à la TVA ne comprend pas la TVA

 IMPORTATIONS : valeur CAF des produits importés

Pour l’application de cette règle il y a lieu de se référer aux dispositions contenues


dans le code des douanes.

 VENTES ET PRESTATIONS DE SERVICES :


 Toutes les sommes ou valeurs reçues ou à recevoir par le fournisseur en contre partie
de la vente ou de la prestation, y compris les paiements en nature.

62
 Le prix de vente s’entend de l’ensemble des paiements qui incombent au client en
raison de la livraison qui lui est faite. La base d’imposition est constituée par
l’ensemble des paiements en espèce ou en nature.
 Pour les livraisons de biens, la base d’imposition est constituée par le prix convenu
entre les parties sans qu’il y ait lieu de tenir compte du fait que ce prix peut se
décomposer en versements d’acomptes du prix principal et du solde.
 Ventes et prestations de services :
En cas d’échange d’une marchandise contre une autre marchandise ou contre un
service, le prix imposable est constitué par la valeur de la marchandise ou du service
reçu en paiement, majoré de la soulte, s’il y en a une.
 TRAVAUX IMMOBILIERS : montant des marchés, mémoires ou factures.

Toutes les sommes versées pour un motif quelconque en sus du prix fixé au marché de
travaux.

Il comprend :

 Les primes et bonifications pour avance dans la livraison des ouvrages


 Les indemnités de résiliation correspondant au prix des travaux déjà
exécutés
 La retenue de garantie

 IMMEUBLE NEUFS BATIS : sommes, valeurs, services reçus, ou à recevoir par le


vendeur en contrepartie de la vente.

Par neuf, il faut entendre un immeuble qui n’a encore jamais été utilisé où occupé.
Un immeuble neuf n’est donc pas obligatoirement un immeuble achevé, prêt à être
utilisé ou occupé. Les immeubles inachevés doivent être considérés comme des
immeubles neufs, puisqu’ils n’ont pas encore été utilisés

 LIVRAISONS A SOI-MEME : prix de revient des biens faisant l’objet des livraisons.

 Le prix de revient est déterminé à la date à laquelle la taxe devient exigible :


- Première utilisation
- Première mise en service

Section 1 : REGLES GENERALES D’ASSIETTE

A AJOUTER A L’ASSIETTE : art.199 CGI

 Les impôts, taxes, droits et prélèvements à l’exception de la TVA elle-même.


La TVA grève le prix convenu avec le client mais n’est pas pour autant un accessoire
de ce prix.
Si le prix convenu ne mentionne pas la TVA : Toutes Taxes Comprises
- le fait de ne pas inclure le montant de la TVA dans le prix ne dispense pas du paiement
de cette taxe.

 Les frais accessoires aux livraisons de biens tels que :

- les commissions facturées au client

63
- les intérêts facturés au client
- Les frais d’emballage
- les frais de transport facturés par le vendeur à son client
- les frais d’assurance lorsqu’ils sont réclamés au client

 les indemnités n’ayant pas le caractère de dommage-intérêt

- les indemnités perçues à des titres divers entrent dans la base d’imposition à la TVA
lorsqu’elles représentent les contreparties, directes ou indirectes, d’une opération imposable

Exemple : l’indemnité versée par un transporteur de marchandises à la suite de retards


apporté à ce transport est considérée comme la réparation d’un dommage, et elle ne doit pas
être soumise à la TVA chez le bénéficiaire.
 Les indemnités n’ayant pas le caractère de dommage-intérêt
 Les subventions d’exploitation
 Les subventions d’exploitation :
- Subvention qui constitue l’unique contrepartie d’une opération imposable
- Subvention qui constitue le complément direct du prix d’une opération
imposable
- Subvention d’équilibre ou de fonctionnement
Les subventions reçues par un assujetti ne sont pas imposables à la TVA quand elles
présentent le caractère d’une libéralité c’est-à-dire qu’elles sont accordées sans
contrepartie :
Exemple : prime d’équipement versée par l’Etat dans le cadre d’une politique d’incitation à
l’investissement.

A EXCLURE DE L’ASSIETTE : art.200 CGI

 les escomptes de caisse, remises, rabais et ristournes consentis selon les normes
habituelles de l’activité
 le prix des emballages consignés
 les indemnités ayant un caractère de dommage-intérêt
 les débours.
 Les subventions d’équipement
 Les escomptes de caisse, remises, rabais, ristournes et autres réductions de prix
consenties directement au client dans les normes habituelles de l’activité.
 Conditions :
- ils doivent bénéficier intégralement et directement au client : facture-rectificative
ou note d’avoir
- ils doivent être consentis dans les normes habituelles de l’activité concernée :
proportionnée à l’opération imposable.
- Ils ne doivent pas rémunérer des services rendus par l’acheteur au vendeur : ils ne
doivent pas constituer en fait la rémunération d’un service ou la contrepartie
d’une prestation quelconque.
 Le prix des emballages consignés
 Une marchandise peut être vendue, soit :
- Emballages perdus c’est-à-dire non récupérables : la valeur de l’emballage
constitue un élément du prix de vente de la marchandise. Au regard de la TVA
ces emballages suivent le sort de la marchandise.
- Emballages consignés c’est-à-dire restituables :

64
 Ces emballages restent propriétés du vendeur
 Ces emballages ne sont pas compris dans le chiffre d’affaires
 Ces emballages sont rendus à l’expiration des délais en usage dans la
profession

 Les indemnités ayant un caractère de dommage-intérêt.


Elles ne sont pas passibles de la TVA (voir plus haut)
 Les débours :
La non imposition des débours est subordonnée aux trois conditions simultanés
suivantes :
- l’intermédiaire doit agir en vertu d’un mandat préalable et explicite
- l’intermédiaire doit rendre compte à son commettant du montant exact des
dépenses
- l’intermédiaire doit justifier, auprès du service des Impôts compétent, de la nature
et du montant exact des débours, par tous moyens appropriés (factures, etc.…)

 les primes et subventions d’équipement affectées au financement d’un bien


d’investissement déterminé et les aides à caractère financier entre entreprises.
Les aides à caractère commercial sont imposables à la TVA

Article 202 : lorsque l’impôt a été perçu à l’occasion de ventes ou de services qui sont
par la suite résiliés, annulés ou qui restent impayés, il est imputé sur l’impôt dû pour
les affaires faites ultérieurement ;
Il est restitué dans les conditions prévues à l’article 228 CGI, si la personne qui l’a
acquitté a cessé d’y être assujettis ; ( art 113 LPF)
L’imputation ou la restitution est subordonnée à la justification au près de
l’administration fiscale de la rectification préalable de la facture initiale.

 BIENS D’OCCASION art .230 à 232


 AGENCES DE VOYAGES art 233 à 234
 COMMISSIONNAIRE (de transport) et TRANSITAIRE : art.235
 Spectacles art.236

BIEN D’OCCASION

 SONT CONSIDERES COMME BIENS D’OCCASION LES BIEN AYANT FAIT


L’OBJET D’UNE UTILISATION ET QUI SONT SUSCEPTIBLE DE REEMPLOI
EN L’ETAT OU APRES REPARATION.
 LE BIEN N’ACQUIERT CETTE QUALIFICATION QUE LORSQUE :
L’ACQUISITION A ETE SUIVI D’UNE UTILISATION AVANT LA VENTE.
 Les négociants en biens d’occasion sont imposables à la TVA sur leurs ventes (droit
commun)
 Lorsqu’il s’agit de biens acquis auprès de non assujettis à la TVA, ils ont la possibilité
d’acquitter cette taxe sur leur marge c’est-à-dire sur la différence entre le prix de vente
et le prix d’achat.

Section 2. REGLES PARTICULIERES D’ASSIETTE


(DEROGATIONS AUX REGLES GENERALES D’ASSIETTE)

65
 AGENCES DE VOYAGES ET ORGANISATEURS DE CIRCUITS
TOURISTIQUE art.233 :

 Le CA imposable est constitué par la différence entre le prix total payé par le client et
le prix facturé à l’agence ou à l’organisateur par les entrepreneurs de transport, les
hôteliers, les restaurateurs, les entrepreneurs de spectacle et les autres assujettis qui
exécutent matériellement les services utilisés par le client.
 Conséquences :
- Agence de voyages et organisateurs de circuit touristique

 Article 234 : ils ne peuvent pas déduire la TVA afférente au prix payé aux
entrepreneurs de transport, aux hôteliers, aux restaurateurs, aux entrepreneurs de
spectacle et autres assujettis qui exécutent matériellement les services utilisés par le
client.

 COMMISSIONNAIRES (de transport), TRANSITAIRES ET DECLARANT EN


DOUANE art.235 du CGI :

Le CA imposable est constitué par la rémunération brute (totalité des sommes encaissées)
diminuée de la TVA et des seuls débours afférents au transport lui-même et au dédouanement
pourvu qu’il soit justifié desdits débours.

 SPECTACLE art.236 : (spectacle cinématographique et autres)

CA taxable est égal au montant total des recettes provenant de la vente des billets déduction
faite de la TVA et des droits de timbre.

CHAPITRE 3 : FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE (Article 204 à 206 CGI)

A quel montant la Tva prend naissance et devient exigible ?

 FAIT GNERATEUR
 LE FAIT GENERATEUR EST L4EVENEMENT JURIDIQUE QUI DONNE
NAISSANCE A LA CREANCE DE L’ETAT.

 EXIGIBILITE
 La date à la quelle l’administration est fondée à réclamer le paiement de la taxe.

 Livraison de biens :
 Fait générateur : transfert de propriété (livraison)
 Exigibilité : transfert de propriété (livraison)

 Prestations de services :
 Fait générateur : exécution de la prestation
 Exigibilité : encaissement du prix ou des acomptes

 Travaux immobiliers :
 Fait générateur : exécution des travaux.
 Exigibilité : exécution des travaux et paiement d’acomptes

66
 Livraison à soi même :
 Fait générateur : date de la 1ere utilisation

 Exigibilité : date de la 1ère utilisation

 Importations :
 Fait générateur : franchissement du cordon douanier

 Exigibilité : mise à la consommation

CHAPITRE 4 : REGIME DES DEDUCTIONS (Article 207 et suivants CGI)

SECTION I : PRINCIPE :
Les assujettis sont autorisés à déduire du montant de l’impôt exigible sur leurs opérations la
TVA facturée ou liquidée lors de l’achat ou de l’importation :

- des matières premières,


- des biens destinés à être revendus en l’état,
- des services entrant dans le prix de revient d’opération ouvrant droit à déduction,
- des biens meubles ou immeubles acquis pour des besoins de l’exploitation.

SECTION 2 : Exclusion (article 209-215 CGI) :

N’est pas déductible, la TVA ayant grevé :

- les biens ou services utilisés par des tiers, des dirigeants ou le personnel tels que le
logement ou l’hébergement, les frais de transport, de réception, de restauration, de
spectacles ou de toute autres dépenses ayant un lien direct avec les déplacements
ou la résidence (article 209 CGI). Exception : les vêtements de travail ou de
protection (uniforme obligatoire) ; locaux et matériels affectés à la satisfaction
collective des besoins du personnel sur les lieux de travail, les dépenses relatives à
la fourniture à titre gratuit au personnel salariés chargés spécialement de la
surveillance ou la garde des lieux de travail, toutefois, les logements de fonction
sont exclues.

- les véhicules ou engins conçus ou aménagés pour transporter des personnes et qui
constituent une immobilisation (article 210 CGI). Exception : véhicules routiers
comportant, outre le siège du conducteur, plus de huit places assises et utilisées
par les entreprises pour le transport exclusif de leur personnel, les véhicules ou
engins acquis par les entreprises de transport public de voyageurs et affectés de
façon exclusive à la réalisation des dits transports et les véhicules particuliers
acquis par les entreprises de location de voiture.

- Les immeubles autres que usage professionnel (art. 211CGI) : n’ouvrent pas droit à
déduction, les immeubles autres que les bâtiments et locaux à usage industriel,
commercial, artisanal ou professionnel. Tous les immeubles sont exclus du droit à
déduction.

- Biens cédés ou services rendus gratuitement (213CGI) : quelle que soit la qualité
du bénéficiaire ou la forme de la distribution, les biens, objets ou denrées cédés, et

67
les services rendus sans rémunération ou moyennant une rémunération très
inferieurs à leur prix de revient, notamment à titre de commission, salaire,
gratification, rabais, bonification ou cadeau, sont exclus du droit à déduction. (les
cadeaux offerts par une entreprise à son personnel n’ouvrent pas droit à déduction
de la TVA). Exception : les biens de faible valeur conçus spécialement pour la
publicité ouvrent droit à déduction.

- La TVA ayant grevé le prix d’acquisition de produits pétroliers (article 212 CGI) :
la TVA ayant grevé le prix d’acquisition des produits pétroliers, à l’exclusion des
produits noirs : distillant diesel oil et fuel, n’est pas déductible.

- Autres exclusion du droit à déduction (art. 213 CGI) : il s’agit de la facture ne


comportant pas de NIF du fournisseur et la retenue IS ou BIC non opérée.

- Les objets de mobilier n’ayant pas le caractère de matériel commercial ou de


bureau (art. 214 CGI) : les objets de mobilier, autres que ceux ayant le caractère de
matériel commercial ou de matériel de bureau, n’ouvrent pas droit à déduction.
N’ouvrent pas droit également à droit à déduction, « les meubles meublants », car
par hypothèse, ils n’ont aucun lien direct avec l’activité de l’Enterprise.

SECTION 3 : Limitation du droit à déduction : Règle du prorata (article 216 à 223 CGI)

Définition : Le prorata est la fraction du chiffre d’affaire afférent aux opérations qui ouvrent
droit à déduction.

Calcul du prorata (article 218 CGI) : la fraction est égale au montant de la taxe multiplié
par le rapport entre :

 Numérateur : montant annuel des recettes afférentes à des opérations ouvrant droit à
déduction.
 Dénominateur : le montant annuel des produits de toutes natures à l’exclusion des
cessions d’éléments d’actifs immobilisés, des subventions d’équipements, des
indemnités d’assurance (*) et des débours arrondi à l’unité supérieure
 Les exonérations administratives et les livraisons à soi-même sont exclues des deux
termes du rapport.

PRORATA PROVISOIRE : il est déterminé provisoirement en fonction des recettes et


produits réalisés l’année précédente ou pour les nouveaux assujettis des recettes et produits
prévisionnels de l’année en cours.

PRORATA DEFINITF : il est arrêté au plus tard le quinzième jour du mois de mai de
l’année suivante. Les déductions opérées sont régularisées en conséquence dans le même
délai.

68
SECTION 4. REMISE EN CAUSE DES DEDUCTIONS

A/ VARIATION DU PRORATA DEFINITIF DANS LE TEMPS : art 220 CGI

Lorsque le prorata définit afférent à chacune des quatre années suivant celle de l’acquisition
ou de la première utilisation d’un bien constituant une immobilisation varie de plus de cinq
points par rapport au prorata définitif retenu pour effectuer la déduction initiale, il est procédé
soit au reversement soit à la déduction complémentaire d’une fraction de la taxe ayant grevé
initialement l’immobilisation.
Quelle que soit la durée d’amortissement du bien considéré

Cette fraction est égale au cinquième de la différence entre le produit de la taxe ayant grevé
le bien par le prorata définitif de l’année d’acquisition et le produit de la même taxe par le
prorata définitif de l’année considérée.

 Variation positive = déduction complémentaire

 Variation négative = reversement à effectuer

Exemple : un matériel utilisé pour les besoins de l’entreprise a été acheté en janvier 2001
grevé d’une TVA de 30 000 francs. Le prorata de déduction définitif (déterminé en début
2002 étant de 60%, l’entreprise pourra déduire 18 000 francs au titre de 2001.

Si le prorata définitif de 2002 est de 80% (déterminé en début 2003), une déduction
complémentaire sera nécessaire. Le montant de la déduction complémentaire sera de :

(30 000 francs*80%) – 18 000 francs


----------------------------------------------- = 1 200 francs
5
Si en début 2003 le prorata définitif de 2002 était de 50%, il y aura un reversement pour :

18 000 francs – (30 000 francs*50%)


-------------------------------------------------= 600 francs
5

B/ CESSION D’IMMEUBLES (art 221 CGI) :

Lorsqu’un bien immeuble constituant une immobilisation est cédé avant le commencement de
la quatrième année qui suit celle de son acquisition ou de sa première utilisation, l’assujetti
doit reverser une fraction de la taxe initialement déduite corrigée éventuellement des
rectifications prévues aux articles 219 et 220 du CGI.
Le reversement est égal au montant de la taxe effectivement déduite diminué d’un
cinquième par année civile ou partie d’année civile écoulée depuis la date d’acquisition ou
de première utilisation de l’immobilisation en cause.

Exemple : pour un immeuble acquis en 2001, le reversement sera égal à :

5/5 – 1/5 = 4/5 en cas de cession avant le 1er janvier 2002


5/5 – 2/5 = 3/5 en cas de cession au cours de l’année 2002

69
5/5 – 3/5 = 2/5 en cas de cession au cours de l’année 2003
5/5 – 4/5 = 1/5 en cas de cession au cours de l’année 2004

Acompte du 1er janvier 2005, la cession ne donnera lieu à aucun reversement.

SECTION 6 : REMBOURSEMENT DE CREDIT DE TAXE N’EST AUTORISE, SAUF


EN CE QUI CONCERNE :

A / LES ENTREPRISES EXPORTATRICES : art 227 CGI

Le remboursement est limité à une somme égale à 60% de la TVA qui aurait grevé les biens
dont l’exportation a été constatée par l’administration des douanes au cours du trimestre, si
ceux-ci avaient été vendus à l’intérieur du pays.

Les entreprises peuvent obtenir le remboursement si elles ne sont redevables d’aucun autre
impôt et taxe à l’égard du trésor public.

Exemple : une entreprise réalise les opérations suivantes :

Mois d’octobre 2008 :


- Achats de marchandises au taux de 18% = 500 000 HT
- Ventes a l’exportation de marchandises taxées à 18% à intérieur = 700 000
Mois de novembre 2008 :
- Achats de marchandises au taux de 18% = 400 000 HT
- Ventes à l’exportation de marchandises taxées à 18 % a l’intérieur = 500 000
Mois de décembre 2008 :
- Achats de marchandises au taux de 18% = 600 000 HT
- Ventes à l’exportation de marchandises taxées à 18% à l’intérieur = 800 000

Question : quelle est la possibilité de remboursement du crédit de TVA à la fin du trimestre


civile ?

Exercice : un exportateur réalise les opérations suivantes :

Mois d’avril 2009


- Achats de marchandises au taux de 18% = 2000 000 HT
- Ventes a l’exportation de marchandises taxées à 18% à l’intérieur = 3 700 000
Mois de mai 2009 :
- Achats de marchandises au taux de 18% = 800 000 HT
- Ventes à l’exportation de marchandises taxées à 18 % à l’intérieur = 1 500 000
Mois de juin 2009 :
- Achats de marchandises au taux de 18% = 2 600 000 HT
- Ventes à l’exportation de marchandises taxées à 18 % à l’intérieur = 4 800 000

Question : L’entreprise demande le remboursement de son crédit de TVA le 2 juillet 2009.


Déterminez le montant de son crédit remboursable à cette date.
Quel est le montant du crédit à reporter à la suite de cette demande ?

Correction :

70
 Calcul de la TVA qui aurait grevé les biens exportée s’ils avaient été vendus au mali ;
Octobre 2008 : 700 000 x 18% =126 000 francs
Novembre 2008 : 500 000x 18% = 90 000 francs
Décembre 2008 : 800 000 x 18% = 144 000 francs
TOTAL DE LA TVA THEORIQUE : = 360 000 francs
 Calcul du plafonnement à 60 % :
360 000 x 60% = 216 000 francs

Calcul du remboursement effectif

 Crédit a reporté fin décembre 2008 =


- Octobre 2008 = 500 000 x 18 % = 90 000
- Novembre 2008 = 90 0000 + (400 000 x 18%)= 162 000
- Décembre 2008 = 162 000 + (600 000 x 18 %) =270 000 francs

 En janvier 2009, l’entreprise pourra :


 Demander le remboursement de la somme de 216 000 francs ;
 Reporter sur sa déclaration d janvier 2009 la somme de :
270 000 (crédit global à reporté) – 216 000 (remboursement demandé) = 54 000 francs

B/ LES ENTREPRISES QUI PERDENT LA QUALITE DE REDEVABLE (art 228 CGI) :

Lorsqu’un contribuable perd la qualité d’assujetti, le crédit de taxe déductible dont il dispose
est imputé en priorité sur les sommes dont il est débiteur au titre des autres impôts et taxes :

L’excédent de crédit de taxe déductible dont l’imputation n’a pu être opérée peut faire l’objet
de remboursement pour son montant total.

CHAPITRE 5 : TAUX DE LA TVA

TAUX D’IMPOSITION UNIQUE

TAUX légale = 18%

Lorsque le prix est présenté TTC, le taux réel est de 18/118

CHAPITRE 6 : LES REGIME D’IMPOSITION

1. REGIME DE L’IMPOT SYNTHETIQUE (art. 73.1 CGI) :

L’assujettissement à l’impôt synthétique libère les entreprises de tous autres impôts et taxes
relatifs à l’activité concernée, mais l’option est toujours possible le réel simplifié (art. 78 GI).

2. REGIME DU BENEFICE REEL (art. 186 CGI)

 Régime du réel simplifié (art. 75à 77 du CGI) : contribuables faisant l’objet du mode
réel simplifié d’imposition sur le BIC. Ce régime s’applique concerne :

71
1. Les exploitant individuelles de ventes de marchandises, d’objet, fournitures et denrées
à emporter ou à consommer sur place, de fourniture de logement, lorsque leur CA
annuel HTVA est supérieur a trente millions mais inférieur ou égale a cent millions de
francs.
2. Les exploitants individuels exerçant d’autres activités, lorsque leur CA annuelle H
TVA est supérieur à trente millions mais inférieur ou égal à cinquante millions francs.
3. Les exploitants individuels exerçant simultanément les activités relevant des deux
précédents points lorsqu’aucune des deux ne limites de cent à cinquante millions n’est
dépassée.
4. Les exploitants individuels exclus du régime de l’impôt synthétique en application de
article 71 CGI lorsque le CA annuelle HT n’excède pas trente millions.

 Régime du réel normal (art. 79 du CGI) : contribuable qui ne sont ni au mode simplifié
d’imposition ni au régime de l’impôt synthétique.

CHAPITRE 7 : OBLIGATION DES CONTRIBUABLES

SECTION 1 : OBLIGATION ADMINISTRATIVES

 Déclaration d’existence : art 112 LTF


 Déclaration modificative art 112 LPF
 Déclaration de cession ou de cessation art 112 LPF
 Dépassement du plafond des redevables de l’impôt synthétique : art 113 LPF

SECTION 2 : OBLIGATION COMPTABLE (art. 114 LPF)

IL existe des obligations communes à tous les contribuables : tenue d’une comptabilité suivant le
système en vigueur en la matière et, des Obligation selon le régime d’imposition.

Régime de la déclaration du CA réel : art 114 LPF

Les redevable soumis au régime de la déclaration du CA réel doivent tenir une comptabilité
régulière comportant les documents prévus à l’article 60 LPF

Régime de l’impôt synthétique art 53 LPF

 Un registre récapitulé par année et présentant le détail de leur achat appuyés des
factures justificative ;

 Un registre de leurs ventes ;

 Les états financiers établis selon le système Minimal de Trésorerie

Obligation comptable : régime du réel simplifié et réel normale

 Réel simplifié et réel normale

 Livre journal côté et paraphé

72
 Journal auxiliaire des ventes
 Journal auxiliaire des achats
 Un livre d’inventaire
 Pour les comptabilités informatisées, un fichier dont le logiciel permet de procéder à
tout a contrôle

SETION 3 : OBLIGATION D’ETABLISSEMENT DES FACTURES

A/ DELIVRANCE DES FACTURES : art 115 LPF


 Identification du fournisseur et du client.
 Date de la facture.
 De manière distincte :
 Le prix hors taxe TVA ;
 Le taux de la TVA ;
 Le montant de la TVA ;
 Le prix net des marchandises ou services
 Régime d’imposition du fournisseur et du clients.
 Le NIF du fournisseur et du client
LE FAITS, POUR UN REDEVABLE LEGALE, DE NE PAS INCLURE LE MONTANT
DE LA TVA DANS LE PRIX DE SES PRODUITS OU SERVICES NE LE DISPENSE PAS
DU PAIEMENT DE LA DITE TAXE

B/LES MENTION ABUSIVE DE LA TVA (art 115.3 LPF) :

 Les contribuables relevant de l’impôt synthétique, de même que tout contribuable qui
n’est pas redevable de la TVA, ne sont pas autorisés à faire apparaître la TVA sur les
factures ou document tenant lieu de factures.

La TVA que ces contribuables font apparaître abusivement sur les factures n’est pas
récupérable par leur client. (art 115.7 LPF)

En outre la TVA abusivement facturée doit être acquittée. (Art 115.4LPF)

SECTION 4 : DECLARATION ET PAIEMENT DE LA TAXE

A/ REGIME DU REEL NORMAL

Obligations de déclaration (art. 110 LPF) :

 Avant l’enlèvement en douane de la marchandise ;


 Dans les quinze premiers jours de chaque mois pour les opérations effectuées le mois
précédent ;
 Déclaration obligatoire même en absence d’opérations imposables

Obligation de paiement (art. 322 LPF):

 Avant l’enlèvement en douane de la marchandise ;

73
 Dans les quinze premiers jours de chaque mois ou le premier jour ouvrable suivant le
quinzième jour dudit mois ci celui-ci tombe sur un jour non ouvrable pour les
opérations effectuées le mois précédent

B/ REGIME DU REEL SIMPLIFIE

Obligations de déclaration (art. 110 LPF) :

 Au plus tard le quinze mai de l’année suivant celle de la clôture de l’exercice


comptable.
 Cette déclaration détermine l montant net de la taxe due au titre de l’exercice
comptable clos le 31 décembre de l’année écoulée

Obligation de paiement (art. 239 CGI, 322LPF):

 Versement d’acomptes provisionnels mensuels.


 L’acompte provisionnel est versé au plus tard le quinzième jour du mois suivant.
La somme a versé au titre de l’acompte est obtenu en appliquant au CA mensuel un
coefficient et en imputant sur le montant ainsi calculé celui de la TVA afférente à
l’immobilisation ouvrant droit à déduction.

 Le coefficient est 0,8% pour les ventes de biens meubles corporels taxables et de 3%
pour les prestations de services taxables.
 Les acomptes versés s’imputent sur le montant de la taxe due au titre de l’exercice
suivant la déclaration annuelle prévue a l’article 110.3 LPF.

C/DECLARATION ET PAIEMENYT DE LA TVA/REDEVABLES SITUES HORS DU


MALI

1/ DECLARATION (Art 116.1 LPF) :

Ils sont tenus de faire accréditer auprès du service chargé du recouvrement de cette taxe un
représentant domicilié au Mali qui s’engage à remplir les formalités leur incombant et à
acquitter la taxe à leur place

2/ PAIEMENT (Art 116.1 et 116 .2 LPF) :

A défaut, les taxes et le cas échéant, les pénalités qui s’y rapportent, sont payées par la
personne cliente pour le compte de la personne n’ayant pas d’établissement au Mali.

D/REDEVABLES PASSIBLES DE L’IMPOT SYNTHETIQUE (art. 259 LPF)

L’impôt doit être acquitté au plus tard le 31 mars de chaque année ou le cas échéant le
premier jour ouvrable suivant cette date lorsque celle-ci tombe sur un jour non ouvrable ou
dès le premier jour du début d’exercice de l’activité taxable si cette date ce situe après le 31
mars.

74
E/ PAIEMENT D’APRES LES DEBITS (art. 296 c CGI).

 La taxe peut être acquittée d’après les débits


 Lorsque le prestataire constate la réalisation des prestations, il inscrit dans sa
comptabilité la dette de son client au débit du compte de celui-ci. Cette écriture
coïncide le plus souvent avec la facturation sans toutefois y être nécessairement liée.
 Dans le cas des paiements d’après les débits, l’exigibilité est constituée par
l’inscription au débit du compte du client.
 Toute fois la taxe reste exigible lors de l’encaissement devance ou d’acompte antérieur
au début.
F/RECUPERATION DE LA TVA/OPERATIONS ANNULEES, RESILIES OU IMPAYE

 Lorsque l’impôt a été perçu a l’occasion de ventes ou de services qui sont par la suite
résilié, annulés ou qui restent impayés, il est imputé sur l’impôt dû pour le s affaires
faites ultérieurement.

 Il est restitué dans les conditions prévues a l’article 228 CGI, si la personne qui l’a
acquitté a cessé d’y être assujetti

 L’imputation ou la restitution est subordonnée a la justification au près de


l’administration fiscale de la rectification préalable de la facture initiale

CHAPITRE 8 : INFRACTION ET SANCTIONS

SECTON 1 : Défaut de dépôt de la déclaration mensuelle (art. 119.5 LPF)


Le contribuable ne souscrit pas sa déclaration dans les dix jours après mise en demeure de
l’administration ; Déclaration déposée après mise en demeure de l’administration. Sanctions :
Taxation d’office ; Pénalité de 100%.

SECTION2 : Dépôt tardif de la déclaration (art. 119.1.2.3. CGI)


- Déclaration déposée après le délai imparti mais avant mise en demeure de l’administration.
Sanctions : 25% des droits dus suivant la déclaration, Taux ramené à 5% si le retard est
inferieur à un mois

- Déclaration déposée près mise en demeure de l’administration. Sanctions : 50% des droits
dus suivant cette déclaration ; minimum de pénalités= 50 000 FCFA dans tous les cas.

SECTION 3 : Inexactitude et omissions

- Le contribuable est de bonne foi. Sanction : 50% des droits compromis.


- Le contribuable est de mauvaise foi. Sanction : 100% des droits compromis.

SECTION 4 : Retard dans le paiement de la TVA (art. 328 LPF)

En cas de retard dans le paiement la sanction est : intérêt égal à 2% de l’impôt dû par mois de
retard plafonné à 20%. Décompte du retard : Déclaration déposée : le retard se décompte à
partir de l’expiration du délai de paiement ; Taxations ou rectifications : le retard se
décompte à partir de la date d’approbation de l’Etat de liquidation.

75
SECTION 5 : Autres infractions

- Retard dans la déclaration d’existence. Sanction : amende de 25 000 F ;


- Défaut de déclaration d’existence. Sanction : amende de 50 000 F
CHAPITRE 9 : PRESCRIPTIONS

 Le délai de reprise ou délai de prescription est la période pendant laquelle


l’administration à la possibilité de rectifier les omissions ou irrégularités constatées
dans l’assiette ou le recouvrement des impôts, droits, taxes ou redevances. Articles
582 LPF.

 Les majorations d’impôts se prescrivent en même temps que le principal. Article 583
LPF.

 Assiette article 595 et 596 LPF

 L’administration dispose d’un délai expirant à la fin de la troisième année


suivant respectivement celle du fait générateur et de l’exigibilité pour procéder
à la recherche et à la liquidation des droits qui n’auraient pas fait l’objet d’une
déclaration, ou qui n’auraient pas été acquittés ou qui auraient été éludés d’une
manière quelconque.
 La prescription est interrompue par les notifications de redressement.

 Recouvrement : art 597 LPF


Les somme dues par les contribuables au titre de la TVA sont prescrites à leur profit
après un délai de quatre ans à partir du jour où elles ont été rendues exécutoire ou
depuis que les poursuites on été abandonné.

CHAPITRE 10 : CONTENTIEUX ET GRACIEUX

 ASSIETTE :
 Le recours gracieux
 Dégrèvement d’office : art 646 et 647 LPF
 Le contentieux au sens strict :

 RECOUVREMENT

 RECOURS GRACIEUX : la réclamation gracieuse est une demande par laquelle un


contribuable sollicité de l’administration la remise ou la modération d’une imposition
mais sans en contesté le bien fondée ou le montant.

 Dégrèvement d’office : art 646 et 647 LPF : les erreurs matérielles peuvent être
rectifiées par le service d’assiette compétent même sans réclamation préalable du
contribuable.

 Le contentieux au sens strict : les réclamations relève de la juridiction contentieuse


lorsqu’elles tendent à obtenir soit la réparation d’erreurs commises dans l’assiette ou
le calcul des impositions, soit le bénéfice d’un droit résultant d’une disposition
législative ou réglementaire.

76

Vous aimerez peut-être aussi