Vous êtes sur la page 1sur 87

Normes professionnelles d’audit externe

Master Professionnel en Audit et Contrôle de Gestion

Année : 2020 & 2021


Sènan Esaïe AGONMA
Auditeur Comptable et Financier-Expert comptable mémorialiste
Mail: esaieagonma@yahoo.fr 1
Cours : Normes professionnelles d'audit externe
Objectifs du module

• Parcourir ensemble la notion de l’audit en général et celle de l’audit


externe en particulier ;
• S’approprier de l’organisation de la profession de l’audit externe
dans l’espace OHADA ;
• Savoir identifier les normes professionnelles applicables à chaque
mission d’audit externe ;
• Être informer du contenu de chaque catégorie de normes
professionnelles d’audit externe ;
• Présenter l’organisation de l’IFAC et de l’ONECCA ;
• Apprécier l’intérêt de la normalisation comptable et de l’audit
externe dans l’espace OHADA.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 2


Bibliographie
❖ AHOUANGANSI Evariste (2010), « Audit et révision des comptes : aspects internationaux et espace
OHADA », Editions Mondexperts, 2ème édition, Cotonou, 923 pages

❖ PIGE Benoît (2009), « Audit et contrôle interne », Editions EMS, 3ème édition, France, 319 pages

❖ RENARD Jacques (2010), « Théorie et pratique de l’audit interne », Eyrolles Edition d’Organisation,
7ème édition, Paris, 469 pages

❖ SAMBE Oumar & DIALLO Mamadou Ibra (2015), « Le praticien, Guide pratique des Sociétés
commerciales et du Groupement d’Intérêt économique (GIE)», Editions Comptables et Juridiques,
3ème édition, Dakar, 1144 pages

❖ Code d’éthique des professionnels de la comptabilité et de l’audit de l’espace OHADA

❖ Guide pratique d’application des normes professionnelles-Espace OHADA, Tome1 : Audit et


commissariat aux comptes

❖ Guide pratique d’application des normes professionnelles-Espace OHADA, Tome2 : Autres


interventions des professionnels d’expertise comptable

❖ Organisation internationale de la comptabilité (IFAC). Site de l’IFAC, https ://www.ifac.org/

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 3


S
Introduction générale
O
M I- Généralité et fondamentaux sur l’audit externe

M
A II- Normes professionnelles applicables à l’audit
externe
I
R
III- Présentation de quelques normes du guide pratique
d’application des normes d’audit de l’OHADA
E
4
Cours : Normes professionnelles d'audit externe
I- Généralité et fondamentaux sur l’audit externe

I-1. Définition et objectifs de l’audit et


des normes

I-2. Formes d’audit

I-3. Règlementation de l’audit externe

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 5


II- Normes professionnelles applicables à l’audit externe

II-1. Cadre conceptuel des normes


d’audit externe

II-2. Présentation du Règlement N°


01/2017/CM/OHADA

II-3. IFAC et les normes


internationales d’audit externe

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 6


III- Présentation de quelques normes du guide pratique
d’application des normes d’audit de l’OHADA

III-1. Normes relatives aux


principes généraux et
responsabilités

III-2. Normes relatives à


l’évaluation des risques et réponses
à l'évaluation des risques

III-3. Normes relatives aux


éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels
et aux rapports
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 7
Introduction générale
• Les entreprises et/ou les organisations gèrent plusieurs types d’informations
(économiques, financières, stratégiques, analytiques, etc.) ceci sous diverses formes
➔nécessité de tenir ou d’enregistrer les opérations quelque soit la forme de l’activité.
• Ces informations sont destinées à des parties prenantes (stakeholders) de l’entreprise
appelées encore utilisateurs des états financiers ➔ envisager une correcte
comptabilisation de l’information et des reportings financiers fiables.
• Ces parties prenantes n’ayant pas toujours les compétences comptables et financières,
elles délèguent cette fonction à des spécialistes (auditeurs, contrôleurs, etc.) ce qui
confirme la théorie d’agence ➔ le développement de la fonction d’auditeur dont l’une
interne (auditeur interne) et l’autre externe (auditeur externe)
• La loi (par exemple les actes uniformes de l’OHADA) a aussi imposé pour certaines
formes de sociétés l’obligation d’avoir un auditeur externe, encore appelé « Commissaire
aux comptes » ➔ ces auditeurs doivent se conformer à certaines normes, règles dans
l’exercice de leur fonction ou la mise en œuvre de leur mission
1- Qu’est-ce-que l’audit? Et qui est
l’auditeur ?
2- Quelles sont les formes d’auditeur et les
différents audits possibles ?
3- Aviez vous une connaissance sur les
normes applicables à l’audit externe?
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 8
I- Généralité et fondamentaux sur l’audit externe

I-1. Définition et objectifs de l’audit et


des normes

I-2. Formes d’audit

I-3. Règlementation de l’audit externe

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 9


I- Généralité et fondamentaux sur l’audit externe

I-1. Définition et objectifs de l’audit et


des normes
I-1.1- Définition et objectifs de l’audit
I-1.2- Relation entre l’audit et le
« contrôle »
I-1.3- Définition d’une norme et sa
différence avec un référentiel

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 10


I-1. Définition et objectifs de l’audit et des normes

I-1.1- Définition et objectifs de l’audit (1/2)


Pas de définition officielle ou universelle de la notion d’audit.
❖ Proposition de Robert OBERT (1998), « Généralement, les définitions de l’audit
données par les auteurs convergent vers une mission d’opinion : confiée à un
professionnel ‘‘indépendant ’’ (auditeur interne ou externe) ; utilisant une méthodologie
spécifique ; et justifiant un niveau de diligence acceptable par rapport aux normes ».
Robert OBERT dans « Synthèse droit et comptabilité », Editions Dunod, 1998

❖ Proposition de Jacques RENARD (2010) qui revient sur les « origines latines » du mot
« audit » en mentionnant qu’il signifie « audio, audire : écouter » et qu’il peut prendre
soit la forme d’un audit interne (un professionnel interne à l’entreprise) ou d’un audit
externe (personne externe). Jacques RENARD dans «Théorie et pratique de l’audit
interne », Eyrolles Edition d’Organisation, 2010

❖ Proposition de CAUSSE & EBONDO (2013) qui intègre la notion de qualité et qui
présente l’audit « comme un examen professionnel d’informations et de processus en
vue d’exprimer une opinion responsable et indépendante, par référence à des critères de
qualité et/ou des normes ».
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 11
I-1. Définition et objectifs de l’audit et des normes

I-1.1- Définition et objectifs de l’audit (2/2)

L’objectif principal de l’audit est « d’exprimer une opinion après la mise en œuvre de
diligences spécifiques ».

Spécifiquement, les objectifs varient selon la forme de l’audit.


Par exemple :
❖ pour l’audit interne, l’objectif est souvent « d’aider une organisation à atteindre ses
objectifs en évaluant son processus de management des risques, de contrôle et de
gouvernement d'entreprise. Il est également possible de faire des propositions pour
renforcer l'efficacité de ces entreprises » ;
❖ pour l’audit externe, l’objectif est « d’exprimer une opinion sur la régularité, la
sincérité et l’image fidèle des états financiers annuels ».

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 12


I-1. Définition et objectifs de l’audit et des normes

I-1.2- Relation entre l’audit et le « contrôle »

L’audit a été longtemps considéré comme le contrôle, alors que l’audit va au-delà du
contrôle.

H Bouquin (1989) dans l’encyclopédie de gestion mentionne : « Le contrôle (…) fait appel
à quatre catégories de dispositifs : des objectifs, des normes, des règles et des outils.
Les objectifs sont les résultats (financiers et autres) que l’on se propose d’attendre sur un
horizon temporel déterminé pour remplir des missions définies sur un horizon au moins
aussi éloigné.
Les normes ou politiques sont des lignes de conduite à tenir en présence d’une situation
donnée.
Les règles ou procédures définissent l’enchaînement des tâches à effectuer pour traiter une
situation. Elles visent donc des aspects répétitifs et programmables du fonctionnement
d’une organisation.
Les outils sont les différents moyens d’information et d’aide à la décision nécessaire au
pilotage » H Bouquin dans « L’encyclopédie de gestion », Editions Economica, 1989

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 13


I-1. Définition et objectifs de l’audit et des normes

I-1.3- Définition d’une norme et sa différence avec un référentiel

DENIS & al. (2016) définissent une norme comme un « ensemble des critères concrets
(technique, productif) ou abstraits (sociaux) permettant de rendre un objet, ou une
production, comparable ou de définir une attitude de vie compatible avec la vie du groupe
social » DENIS Jean-Philippe, MARTINET Alain-Charles & SILEM Ahmed, « Lexique
de gestion et de management », Editions Dunod, 2016.

De façon pratique, GERMAK & al. (2018) appréhendent une norme comme « un
référentiel élaboré en consensus par l’ensemble des acteurs d’un marché (producteurs,
utilisateurs, laboratoires, pouvoirs publics, consommateurs, etc.) en reflétant l’état de la
technique et des contraintes économiques à un moment donné. La norme est un document
d’application volontaire et contractuelle » GERMAK Philippe, LETELLIER Bruno &
MOULIN Philippe , « Les normes et référentiels des audits des systèmes d’information, le
Système d’information et le contrôle interne », INTEC, 2018.

De ces mêmes auteurs, « Un référentiel contient des informations de référence ».

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 14


I- Généralité et fondamentaux sur l’audit externe

I-2. Formes d’audit


I-2.1- Audit interne et audit externe :
divergences et complémentarités
I-2.2- Autres formes spécifiques
d’audit
I-2.3- Spécificités de l’audit externe

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 15


I-2. Formes d’audit

I-2.1- Audit interne et audit externe : divergences


et complémentarités (1/3)

De façon générale, on parle d’audit externe lorsque


l’intervention (la mise en œuvre de la mission d’audit)
procède du fait d’un professionnel externe à l’entité
visitée.
A contrario, l’audit interne est concrétisé par le salarié de
l’entreprise.
D’autres points spécifiques permettent de mieux cerner
les divergences ou les complémentarités entre les deux
professions d’audit externe et d’audit interne.
Quels sont ces points ?

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 16


I-2. Formes d’audit
I-2.1- Audit interne et audit externe : divergences et complémentarités (2/3)
Source : AHOUANGASSI Evariste (2010)
Audit externe Audit interne
Mécanisme non spécifique/externe Mécanisme non spécifique/interne
Statut de l’audit Mécanisme obligatoire pour certaines catégories Mécanisme intentionnel
d’organisation
Actionnaires, dans les testes Direction générale, managers Conseil
Mandats/bénéficiaire de l’audit
Ensemble des stakeholders, en fait d’administration/Comité d’audit
Processus d’élaboration des états financiers et de Global
détermination du résultat

Champ d’application de l’audit Aval Amont


L’auditeur interne identifie et évalue les risques avant
qu’ils ne soient traduits dans les comptes

Temporalité de la mission d’audit Mission permanente dans les textes. Mission continue
Mission généralement intermittente dans les faits Suivi des recommandations

Nature de la mission d’audit Mission d’assurance Mission d’assurance


Mission de conseil
Position eu égard à la gouvernance Acteur/mécanisme de gouvernance (dispositif de mise Acteur/mécanisme de gouvernance (dispositif de mise
sous contrôle) sous contrôle)
Evaluateur de la gouvernance Conseiller en matière de
gouvernance

…. … …

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 17


I-2. Formes d’audit

I-2.1- Audit interne et audit externe : divergences et complémentarités (3/3)

Les professions d’audit interne et d’audit externe sont organisées au niveau international
respectivement par l’ Institute of Internal Auditors (IIA) et la Fédération Internationale des
experts comptables (IFAC) qui sont des associations professionnelles. Ce sont ces
organismes qui publient des normes précises sur l’étendue et le domaine de la
collaboration entre les deux métiers.
Des normes spécifiques de chacun de ces métiers mentionnent la collaboration entre eux :
Audit interne Audit externe
Norme IIA 2050 Norme ISA 610
Le responsable de l’audit interne doit L’audit externe doit prendre en compte
partager les informations et les travaux de l’audit interne ainsi que
coordonner les activités avec les leur incidence potentielle sur les
autres prestataires internes et externes procédures d’audit externe. (…)
Objectifs et intérêt de la
de services d’assurance et de conseil, Certains aspects de l’audit interne
coopération
de manière à assurer une couverture peuvent être utiles pour définir la
adéquate des travaux à éviter dans la nature, le calendrier et l’étendue des
mesure du possible les doubles procédures d’audit externe.
emplois.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 18


I-2. Formes d’audit

I-2.2- Autres formes spécifiques d’audit


Sans être exhaustif, au regard de l’objectif de l’audit, nous pouvons avoir plusieurs formes
d’audit :
❖ l’audit du management général ;
❖ l’audit des stratégies ;
❖ l’audit de la fonction commerciale ;
❖ l’audit de la production ;
❖ l’audit des ressources humaines ;
❖ l’audit informatique ;
❖ l’audit social ;
❖ l’audit fiscal ;
❖ l’audit juridique ;
❖ l’audit de la formation ;
❖ l’audit comptable et financier ;
❖ etc.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 19


I-2. Formes d’audit
I-2.3- Spécificités de l’audit externe (1/2)
Une mission d’audit externe peut prendre la forme :
❖ soit d’une mission d’audit contractuel : qui porte sur un audit d’éléments bien
distincts définis entre les deux parties (l’auditeur et la société commanditaire de la
mission d’audit). Donc une demande expresse d’une entité à des fins définies par un
contrat ou une convention ;
❖ soit d’une mission d’audit légal encore appelée mission de « commissariat aux
comptes (CAC)» : il s’agit d’une mission d’audit des états financiers imposée par la
loi à certaines formes d’entreprises.

Dans l’espace OHADA, c’est l’Acte Uniforme relatif au Droit des Sociétés Commerciales
et du Groupement d’Intérêt Economique (AUDSCGIE) qui impose à certaines sociétés la
nomination d’un (ou de deux) CAC selon leur forme ou sur la base de l’atteinte de certains
seuils.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 20
I-2. Formes d’audit
I-2.3- Spécificités de l’audit externe (2/2)
Les conditions de nomination d’un CAC selon l’OHADA peuvent être synthétisées comme suit :
Nombre de commissaires aux
Formes de Sociétés Désignation Durée du mandat
comptes
(1) Fixée par l’assemblée ou les Fixée par l’assemblée
Société en Nom Collectif (SNC)
statuts
Société en Commandite Simple (1) Fixée par l’assemblée ou les Fixée par l’assemblée
(SCS) statuts
Société A Responsabilité Limitée (1) 3 exercices
Un
(SARL)
-Désignation obligatoire 2 exercices (à la constitution) - Société ne faisant pas appel
public à l’épargne (APE) : 1
Société Anonyme (SA) -Désignation par décision 6 exercices (encours de vie) titulaire, 1 suppléant
de justice, à la demande de - Société faisant APE : 2
tout actionnaire si omise titulaires, 2 suppléants
Désignation obligatoire, si Un
Groupement d’Intérêt
le GIE émet des
Economique (GIE)
obligations
Société par Actions Simplifiée (1) Suivant dispositions des Un
(SAS) statuts
(1) Désignation obligatoire si à la clôture de l’exercice 2 des conditions suivantes remplis : Total du bilan supérieur à FCFA 125 millions (250
millions pour SNC/SCS), Chiffre d’affaires supérieur à FCFA 250 millions (500 millions pour SNC/SCS), effectif permanent supérieur à 50
personnes.
Désignation facultative si 2 des conditions ci-dessous ne sont pas remplies pendant les 2 exercices précédant l’expiration du mandat
Désignation par décision de justice à la demande d’un ou de plusieurs associés possédant au moins 10% du capital social.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 21
I- Généralité et fondamentaux sur l’audit externe

I-3. Règlementation de l’audit


externe
I-3.1- Réglementation au niveau
international
I-3.2- Règlementation au niveau
régional
I-3.3- Réglementation au niveau
national

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 22


I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.1- Réglementation au niveau international (1/3)

L’audit externe est encadré au niveau mondial par un organe qui est l’International
Federation of Accountants (IFAC en anglais), soit Fédération Internationale de la
Comptabilité (en français).

Elle a pour « mission de servir l’intérêt général, de renforcer la profession comptable du


monde entier et de contribuer au développement de l’économie internationale robuste en
assurant et en promouvant l’adhésion à des normes professionnelles de haute qualité, en
faisant progresser la convergence vers ces normes internationales et en s’exprimant sur les
problèmes d’intérêt public là où l’expertise de la profession est la plus pertinente. » (Code
IFAC, 2018).

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 23


I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.1- Réglementation au niveau international (2/3)


Actuellement, l’IFAC dispose de quatre conseils (ou organes) internationaux
d’établissement de normes dont le rôle est d’établir des normes internationales de haute
qualité :

International Auditing and Assurance International Accounting Education


Standards Board (IAASB) Standards Boards (IAESB)
Pour les normes internationales liées à Pour les normes pour la formation comptable
l’audit, l’assurance et la gestion de la qualité professionnelle

IFAC

International Ethics Standards Boards for International Public Sector Accounting


Accountants (IESBA) Standards Boards (IPSASB)
Pour les normes d’éthique de haute qualité et Pour les normes, directives et ressources
appropriées pour les comptables comptables internationales du secteur public

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 24


I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.1- Réglementation au niveau international (3/3)

Les normes de l’audit externe sont élaborées par l’IFAC précisément l’IAASB.
Elles sont dénommées les Standards Internationaux d’Audit soit en anglais
«International Standards on Auditing » (ISA).

Pour l’adoption des normes, deux modes sont applicables selon les catégories de membres
de l’IFAC :
❖ soit l’adoption intégrale par les membres de l’IFAC appelés « Full Member IFAC » ou
« IFAC Members » : ils sont admis par le Conseil sur recommandation du Conseil
d’Administration de l’IFAC. Ils peuvent assister aux réunions et participer à ses
discussions et délibérations ;
❖ soit l’adoption partielle par les membres-associés appelés « IFAC Associates » : ce
statut est ouvert aux organisations professionnelles de la comptabilité qui ne répondent
pas aux critères d’admission de membres mais qui soutiennent la mission de l’IFAC.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 25
I-3. Réglementation de l’audit externe
I-3.2- Réglementation au niveau régional (1/3)
Dans notre espace, la réglementation de l’audit est sous la direction des institutions
suivantes :
❖ l’ Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique (OHADA)
avec ses organes. Des structures spécifiques de l’OHADA interviennent dans la
rédaction des textes liés à la comptabilité et aux actes uniformes. Il s’agit notamment
de la Commission de Normalisation Comptable (CNC-OHADA), du Secrétariat
Permanent (SP-OHADA) ;

❖ l’ Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) avec ses organes. En


matière de textes liés à la comptabilité et à l’audit, c’est plus des organismes
consultatifs (dont le CCOA, le CPPC, les CGA, etc.) rattachés à la Commission de
l’UEMOA qui font des propositions ; lesquelles propositions sont revues, analysées et
transmises à la Conférence et au Conseil sous forme de recommandation et avis.
CCOA : Conseil Comptable Ouest Africain
CPPC : Conseil Permanent de la Profession Comptable
CGA : Centres de Gestion Agréés

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 26


I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.2- Réglementation au niveau régional (2/3)

❖ Conseil Comptable Ouest Africain (CCOA) : organisme consultatif de l’UEMOA


chargé de la normalisation comptable sous régionale. Crée par le Règlement n°
02/2009/CM/UEMOA du 27 mars 2009 instituant un Conseil Comptable Ouest
Africain dans l’UEMOA, le CCOA assiste la Commission de l’UEMOA dans
l’élaboration et l’harmonisation des normes comptables ; il assure la coordination et
la synthèse des recherches théoriques et méthodologiques des CNC des Etats
membres, conduit tout projet de reformes des règles comptables ;

❖ Conseil Permanent de la Profession Comptable (CPPC) : organisme consultatif de


l’UEMOA placé sous l’autorité de sa Commission et établi par le Règlement n°
01/2009/CM/UEMOA du 27 mars 2009. Il est chargé de la réglementation
professionnelle et de l’harmonisation des conditions d’exercice de la profession
comptable dans l’Union. Il joue un rôle important dans l’élaboration du code de
déontologie et des devoirs professionnels, la détermination des normes professionnelles
spécifiques, la définition du cadre, des conditions et des contours de la formation
continue des professionnels comptables, le suivi du tableau des Ordres, etc.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 27
I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.2- Réglementation au niveau régional (3/3)


En matière des textes réglementaires régionales régissant le métier d’audit externe, nous
pouvons retenir sans être exhaustif :
❖ les actes uniformes relatifs aux sociétés commerciales et à la comptabilité de
l’OHADA : nous avons entre autres : l’Acte Uniforme relatif au Droit des Sociétés
Commerciales et du Groupement d’Intérêt Economique (AUDSCGIE), l’Acte
Uniforme relatif au Droit Comptable et à l’Information Financière (AUDCIF) ;

❖ les directives et les règlements de l’OHADA et de l’UEMOA : la Directive


n°02/97/CM/UEMOA portant création d’un ordre national des experts comptables et
des comptables agréés dans les Etats membres de l’UEMOA, le Règlement
n°01/2017/CM/OHADA portant harmonisation des pratiques des professionnels de la
comptabilité et de l’audit dans les pays membres de l’OHADA, la Directive
n°04/2009/CM/UEMOA instituant un guichet unique de dépôt des états financiers dans
les États membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).
Remarque : Certains secteurs spécifiques (comme les banques, les assurances, les
sociétés boursières, etc.) ont des textes spécifiques qui reviennent ou spécifient les
diligences sur les fonctions de l’auditeur externe.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 28
I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.3- Réglementation au niveau national (1/2)

Le cadre institutionnel et réglementaire de l’audit externe au niveau national varie selon


les pays.
Toutefois, les textes communautaires respectent applicables au niveau national sauf
indication contraire.
Les institutions nationales qui assurent l’encadrement de la profession dans les pays sont
généralement :
❖ l’Ordre des experts comptable et comptable agrée (ONECCA/OECCA) ;
❖ le Conseil National de la Comptabilité (CNC), institué par la Directive
n°03/97/CM/UEMOA du 28 novembre 1997. Il est placé souvent sous la tutelle du
Ministre chargé de l’Economie et des Finances ;
❖ certains ministères : Ministère de l’Economie et des Finances, Ministère de la Justice
et Garde des Sceaux, etc.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 29


I-3. Réglementation de l’audit externe

I-3.3- Réglementation au niveau national (2/2)

La Directive n°02/97/CM/UEMOA recommande à chaque Etat-membre la création des


ordres des experts comptables et comptables agrées et le vote d’une loi en interne pour
l’encadrement de la profession.
Ainsi, sont applicables dans les différentes pays de l’UEMOA, à la date du 31 décembre
2018, les lois suivantes pour les ordres :

Pays Loi
BENIN Loi n°2004-03 du 27 avril 2006
BURKINA Loi n°048-2005/AN du 20 décembre 2005
COTE D’IVOIRE Ordonnance n°2009-387 du 1er décembre 2009
MALI Loi n°08-015 du 4 juin 2008
NIGER Loi n°2003-023 du 13 juin 2003
SENEGAL Loi n°2000-05 du 10 janvier 2000
TOGO Loi n°2001-001 du 23 janvier 2001

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 30


II- Normes professionnelles applicables à l’audit externe

II-1. Cadre conceptuel des normes


d’audit externe

II-2. Présentation du Règlement N°


01/2017/CM/OHADA

II-3. IFAC et les normes


internationales d’audit externe

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 31


II- Normes professionnelles applicables à l’audit externe

II-1. Cadre conceptuel des


normes d’audit externe
II-1.1- Cadre conceptuel des
normes internationales d’audit :
pourquoi ? Un peu d’histoire sur le
cadre
II-1.2- Formes de mission de
l’audit externe
II-1.3- Quelques spécificités
d’adoption du cadre : cas du
CNCC, cas de l’OHADA

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 32


II-1. Cadre conceptuel des normes d’audit externe

II-1.1- Cadre conceptuel des normes internationales d’audit :


pourquoi ? Un peu d’histoire sur le cadre.

Le cadre conceptuel des normes internationales d’audit a été adopté en Octobre 1987 par
l’International Auditing Pratice Commitee (IAPC) remplacé par l’IAASB en 2002.
Il est un cadre de référence pour les recommandations internationales sur l’audit et les
missions connexes.
Ce cadre a été publié en Février 1988.
Ce cadre de référence, à son adoption, distingue quatre (04) types de missions pour l’audit
externe :
❖ les missions d’audit ;
❖ les missions « d’examen limité » ;
❖ les missions «d’application des procédures convenues » ;
❖ les missions de « compilation ».

Schématiquement, l’IAASB présente le cadre conceptuel comme suit :

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 33


II-1. Cadre conceptuel des normes d’audit externe

Source : IAASB-Handbook of Internationa quality control (2015) mais traduite par nos soins
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 34
II-1. Cadre conceptuel des normes d’audit externe

II-1.2- Formes de mission de l’audit externe

L’IFAC distingue :
❖ les missions d’audit selon les normes ISA (normes internationales d’audit) : il s’agit
d’une mission d’audit fournissant une assurance élevée, mais non absolue et dans
laquelle le rapport fournit une assurance positive sur les assertions retenues sous-
tendant l’établissement des états financiers ;
❖ les missions d’examen limité ou missions selon les normes ISRE (normes
internationales d’examen limité) : la mission d’examen limité donne une assurance
modérée et le rapport y afférent fournit une assurance négative sur les assertions
retenues sous-tendant l’établissement des états financiers ;
❖ les missions autres que les missions d’audit et les missions d’examen limité (normes
ISAE : normes internationales de missions autres que de missions d’assurance,
normes ISRS : normes internationales de services connexes), dans lesquelles, selon
le cas, il peut y avoir une assurance élevée (comme dans la mission d’audit), une
assurance modérée (comme dans la mission d’examen limitée) ou aucune assurance
(comme dans la mission de compilation développée dans la norme ISRS 4410 dans
laquelle le rapport fournit l’identification des informations compilées).
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 35
II-1. Cadre conceptuel des normes d’audit externe
II-1.3- Quelques spécificités d’adoption du cadre :
cas du CNCC, cas de l’OHADA (1/2)

Cas spécifique des NEP du CNCC


Les normes d’audit de l’IFAC ont servi de base en France par la Compagnie Nationale des
Commissaires aux Comptes (CNCC) pour l’élaboration des normes appelées « Normes
d’Exercice Professionnel (NEP) ».
Révisées en juillet 2003, les normes de la CNCC comprennent les ensembles suivantes :
0- introduction
1- dispositions relatives à l’exercice des missions
2- missions d’audit
3- missions d’examen limitée
4- interventions définies par convention
5- vérifications et informations spécifiques
6- interventions définies par la loi et le règlement
7- missions particulières confiées à un commissaire aux comptes.

On y trouve des normes dont la structure est semblable à celle de l’IFAC.


Cours : Normes professionnelles d'audit externe 36
II-1. Cadre conceptuel des normes d’audit externe

II-1.3- Quelques spécificités d’adoption du cadre :


cas du CNCC, cas de l’OHADA (2/2)

Cas spécifique de l’OHADA


Les normes d’audit de l’IFAC ont inspiré la Commission de Normalisation Comptable
(CNC) de l’OHADA pour l’élaboration des « Guides pratiques d’application des normes
professionnelles ».
Ces guides sont d’une application globale par les professionnels de la comptabilité et de
l’audit de l’espace OHADA.
L’OHADA rend obligatoire l’application de ces guides par le Règlement
N°01/2017/CM/OHADA qui sera développé après dans ce module.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 37


Cas d’application N°1

Choisissez la bonne réponse :


I- Les normes d’audit applicables par les commissaires aux comptes sont :
a- les normes de l’IIA
b- les normes de l’IFAC
c- les normes de l’OFNAC
d- les normes du FMI

II- Dans le cadre des normes d’audit externe, le sigle IFAC est :
a- International Funds According to the Cuncil
b- International Federation of Accountants
c- International Federation of Accounting

III- L’OHADA impose pour l’audit externe l’application :


a- des normes de l’IIA
b- des normes de l’IFAC
c- des normes du CNCC

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 38


II- Normes professionnelles applicables à l’audit externe

II-2. Présentation du Règlement


N° 01/2017/CM/OHADA
II-2.1- Pourquoi le Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.2- Champ d’application du
Règlement
II-2.3- Synthèse du Règlement

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 39


II-2. Présentation du Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.1- Pourquoi le Règlement N°01/2017/CM/OHADA

Avant 2017, presque chaque pays (ou cabinet) faisait recours à des différentes normes
d’audit.
Le Règlement N°01/2017/CM/OHADA « vise à harmoniser les pratiques des
professionnels de la comptabilité et de l’audit dans les Etats membres de l’OHADA ».
Il est entré en vigueur à compter du 1er janvier 2018.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 40


II-2. Présentation du Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.2- Champ d’application du Règlement

Les quatre (04) domaines d’harmonisation du Règlement N°01/2017/CM/OHADA sont :

❖ les normes professionnelles ;


❖ les guides pratiques d’application des normes professionnelles ;
❖ le code d’éthique des professionnels de la comptabilité et de l’audit ;
❖ le système d’assurance qualité.

Aucune disposition du Règlement ne peut être interprétée comme ayant pour effet de régir
l’organisation et le fonctionnement des Ordres professionnels comptables.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 41


II-2. Présentation du Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.3- Synthèse du Règlement (1/4)

Conformément au Règlement N°01/2017/CM/OHADA, les normes professionnelles que


les professionnels de la comptabilité et de l’audit de l’OHADA doivent appliquées sont les
Normes internationales de l’audit, dites normes ISA, publiées par la Fédération
Internationale des Experts Comptables (IFAC).

Remarque :
✓ l’auditeur doit se conformer à l’ensemble des normes ISA et à l’Acte Uniforme relatif
au Droit Comptable et à l’Information Financière (AUDCIF) ;
✓ les diligences à mettre en œuvre par l’auditeur dans le cadre des audits sont complétées
par les exigences additionnelles et modalités d’application prévues par l’Acte Uniforme
relatif au Droit des Sociétés Commerciales et du Groupement d’Intérêt Economique
(AUDSCGIE) pour les commissariats aux comptes.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 42


II-2. Présentation du Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.3- Synthèse du Règlement (2/4)
Le Règlement N°01/2017/CM/OHADA a permis d’instituer deux (02) guides
d’application pour la mise en œuvre des diligences requises dans le cadre de l’audit par les
professionnels comptables et de l’audit :
❖ « Guide pratique des normes professionnelles, Tome 1 : Audit et Commissariat aux
comptes-Espace OHADA » : conçu pour faciliter la mise en œuvre des diligences
requises par les missions d’audit et de CAC.
❖ « Guide pratique des normes professionnelles, Tome 2 : Autres interventions des
professionnels d’expertise comptable- Espace OHADA » : institué pour faciliter la
mise en œuvre des diligences se rapportant aux missions autres que de l’audit
contractuel et le commissariat aux comptes. Les autres missions sont : les missions de
présentation des comptes, les missions d’examen limité, les services liés et les autres
missions d’assurances.
Remarque :
✓ Les guides sont élaborés par la Commission de Normalisation Comptable ;
✓ L’utilisation des guides ne dispense pas l’auditeur du devoir de prendre connaissance
de l’intégralité du texte d’une norme ISA, y compris de ses modalités d’application et
autres commentaires, ainsi que les dispositions légales et réglementaires en vigueur
dans chaque Etat membre pour appliquer correctement les diligences requises.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 43
II-2. Présentation du Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.3- Synthèse du Règlement (3/4)

Le Règlement N°01/2017/CM/OHADA a permis d’instituer un « Code d’éthique des


professionnels de la comptabilité et de l’audit » qui fixe les règles de déontologie pour
l’exercice :
✓ des missions d’audit contractuel et de commissariat aux comptes ;
✓ des autres missions réalisées par un professionnel de l’expertise comptables ;
✓ de l’activité des professionnels de l’expertise comptable exerçant en entreprise et autres
organisations.

Le Code d’éthique de l’OHADA s’inspire de celui de l’IFAC et des dispositions de l’Acte


Uniforme relatif au Droit des Sociétés Commerciales et du Groupement d’Intérêt
Economique (AUDSCGIE) pour les commissariats aux comptes.
Il est élaboré par la Commission de Normalisation Comptable de l’OHADA.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 44


II-2. Présentation du Règlement
N°01/2017/CM/OHADA
II-2.3- Synthèse du Règlement (4/4)

Le Règlement N°01/2017/CM/OHADA recommande la mise en place par les ordres


professionnels comptables des Etats membres de l’OHADA, individuellement ou
collectivement, d’un dispositif d’assurance qualité chargé d’assurer le respect :
✓ des normes internationales ISA de l’IFAC en matière d’audit, et des diligences
complémentaires exigées par l’AUDSGIE ;
✓ des règles d’éthique des professionnels de la comptabilité et de l’audit visées par le
Règlement.
Les professionnels de la comptabilité et de l’audit de l’espace OHADA mettent en œuvre
le système d’assurance qualité suivant le manuel d’assurance qualité.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 45


II- Normes professionnelles applicables à l’audit externe

II-3. IFAC et les normes


internationales d’audit externe
II-3.1- IFAC et l’importance des
normes internationales d’audit ISA
II-3.2- Classification des normes
d’audit ISA
II-3.3- Structure d’une norme ISA

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 46


II-3. IFAC et les normes internationales d’audit externe

IFAC
(International Federation of II-3.1- IFAC et l’importance des normes
Accountants) internationales d’audit ISA

IAASB
L’IFAC, par l’intermédiaire de l’IAASB, a publié les
(International Auditing and
normes ISA.
Assurance Standards Board)
L’IFAC est l’organisation mondiale de la profession
comptable au niveau internationale.
Cette organisation sert l’intérêt public en renforçant la
profession et en contribuant au développement
d’économies internationales solides.
En 2004, l’IAASB met sur pied un programme
complet visant à améliorer la clarté des normes ISA.
Ce projet « clarté » de l’IAASB visant à réviser et à
remarier les normes ISA a été achevé en février 2009.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 47


II-3. IFAC et les normes internationales d’audit externe

II-3.2- Classification des normes d’audit ISA

A la date du 31 décembre 2019, nous pouvons dénombrer 36 nomes ISA réparties dans six
catégories (ou rubriques) à savoir :

En dehors de ses 36 normes, l’IFAC a élaboré d’autres normes spécifiques applicables qui
sont entre autres : ISQC 1, ISAE 3000, ISAE 3410, ISRE 2400, ISRE 2410, ISRS 4400,
ISRS 4410, IAPN 1000.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 48


II-3. IFAC et les normes internationales d’audit externe

II-3.3- Structure d’une norme ISA (1/2)

Une norme ISA est généralement structurée en cinq (05) parties (voir photographie) :

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 49


II-3. IFAC et les normes internationales d’audit externe

II-3.3- Structure d’une norme ISA (2/2)

Une norme ISA est généralement structurée en cinq (05) parties :


❖ une introduction : qui permet de comprendre le but visé par la norme, le champ
d’application et l’objet de la norme. Elle peut également décrire ce qui est attendu de
l’auditeur et d’autres personnes ainsi que le contexte dans lequel s’inscrit la norme
ISA;
❖ les objectifs (objectifs) : cette section de la norme présente clairement les objectifs à
atteindre pour l’aspect de l’audit dont traite cette norme ISA ;
❖ les définitions (définitions) : il s’agit de la définition des termes applicables pour
chaque norme ISA afin de faciliter la compréhension;
❖ les exigences (requirements) : chaque objectif de la norme ISA est étayé par des
exigences claires. Les exigences sont toujours exprimées au moyen de l’expression
« l’auditeur doit ». De nombreuses normes ISA, l’ISA 315 par exemple, indiquent
précisément, au minimum, ce qui doit être documenté dans le dossier d’audit ;
❖ l’application et autres éléments explicatifs importants : cette partie d’une norme ISA
présente les explications complémentaires et les applications spécifiques de la norme.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 50


III- Présentation de quelques normes du guide pratique
d’application des normes d’audit de l’OHADA

III-1. Normes relatives aux


principes généraux et
responsabilités
III-1.1- Tableau synoptique des
normes relatives aux principes
généraux et responsabilités
III-1.2- Résumés de quelques
normes relatives aux principes
généraux et responsabilités
III-1.3- Formes de responsabilités
du CAC

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 51


III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités

III-1.1- Tableau synoptique des normes relatives aux principes généraux et


responsabilités

Les normes de l’IFAC de la catégorie des principes généraux et responsabilités sont :


Rubrique des
Normes ISA Libellés de la norme ISA
normes
Objectifs généraux de l'auditeur indépendant et réalisation d'un
ISA 200
audit conforme aux Normes Internationales d'audit
ISA 210 Accords sur les termes et conditions d'une mission d'audit
ISA 220 Contrôle qualité d'un audit d'états financiers
ISA 230 Documentation de l'audit
200-299 : Principes
Responsabilités de l'auditeur concernant les fraudes lors d'un
généraux et ISA 240
audit d'états financiers
responsabilités
Prise en compte des textes légaux et réglementaires dans un
ISA 250*
audit d'états financiers
ISA 260* Communication avec les responsables de la gouvernance
Communication des déficiences du contrôle interne aux
ISA 265
responsables de la gouvernance et à la direction

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 52


III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités
III-1.2- Résumés de quelques normes relatives aux principes généraux et
responsabilités

Norme ISA 200 : Objectifs généraux de l'auditeur indépendant et réalisation d'un audit
conforme aux Normes Internationales d'audit

L'auditeur doit déterminer si le référentiel comptable adopté par la direction pour


l'établissement des états financiers est acceptable.
Il doit se conformer aux règles d'éthique relatives à un audit d’états financiers, et il doit
effectuer sa mission selon les Normes Internationales d’Audit. Ainsi pour pouvoir indiquer
qu’une mission d’audit s’est effectuée conformément aux Normes Internationales,
l’auditeur doit-il avoir satisfait à toutes les Normes Internationales d'Audit qui s’y
appliquent.
L'auditeur doit planifier et effectuer sa mission de façon à réduire le risque d'audit à un
niveau suffisamment faible pour être acceptable et répondre aux objectifs assignés à une
mission d'audit. Il doit savoir faire preuve d'esprit critique et être conscient que certaines
situations peuvent exister et conduire à ce que les états financiers contiennent des
anomalies significatives.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 53
III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités
III-1.2- Résumés de quelques normes relatives aux principes généraux et
responsabilités
Norme ISA 210 : Accords sur les termes et conditions d'une mission d'audit

L'auditeur ne doit accepter une mission d'audit d'états financiers que s'il est à même de
conclure que le référentiel comptable adopté par la direction est acceptable ou que celui-ci
est imposé par la loi ou les textes réglementaires.
Lorsque la législation ou la réglementation imposent d'appliquer un référentiel comptable
pour l'établissement d'états financiers à caractère général que l'auditeur considère ne pas
être acceptable, il ne doit accepter la mission que dans les cas où les insuffisances
constatées dans le référentiel peuvent être correctement expliquées afin d'éviter d'induire
les utilisateurs en erreur.
Lors d'audits récurrents, l'auditeur doit déterminer si les circonstances exigent une révision
des termes de la mission et s'il est nécessaire de rappeler au client les termes de la mission
en vigueur.
Un auditeur qui, avant l'achèvement de sa mission, se voit demander de modifier les
termes de sa mission pour une mission aboutissant à un niveau d'assurance moins élevé,
doit examiner l'opportunité d'accéder à une telle demande.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 54


III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités

III-1.2- Résumés de quelques normes relatives aux principes généraux et


responsabilités
Norme ISA 220 : Contrôle qualité d'un audit d'états financiers

L'associé responsable d’une mission d’audit doit prendre la responsabilité de la qualité


globale de cette mission. Il doit s'assurer que les membres de l'équipe affectés à la mission
satisfont aux règles d'éthique telles que décrites dans les parties A et B du Code d'éthique
de l'IFAC ou telles qu’elles existent au niveau national, dans la mesure où les règles
nationales s’avèrent plus restrictives que celles du code de l’IFAC.
Le Code de l'IFAC définit les principes fondamentaux d'éthique professionnelle touchant:
❖ à l'intégrité ;
❖ à l'objectivité ;
❖ à la compétence et la conscience professionnelle ;
❖ au secret professionnel ; et
❖ au comportement professionnel.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 55


III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités
III-1.2- Résumés de quelques normes relatives aux principes généraux et
responsabilités
Norme ISA 230 : Documentation de l’audit
L'auditeur doit consigner dans les dossiers les questions importantes en collectant des
éléments probants qui fondent son opinion et qui permettent de justifier que la mission
d’audit a été effectuée selon les Normes Internationales d'Audit.

Forme et contenu des dossiers de travail


L’auditeur doit préparer des dossiers de travail suffisamment complets et détaillés pour
permettre une compréhension globale de la mission. Il doit consigner dans ces dossiers
toutes les informations relatives à la planification de l'audit, à la nature, au calendrier et à
l'étendue des procédures d'audit utilisées, ainsi que les résultats obtenus et les conclusions.

Confidentialité, sécurité, conservation et propriété des dossiers de travail


L'auditeur doit mettre en place des procédures appropriées garantissant la confidentialité
et la sécurité des dossiers de travail, ainsi que leur conservation, pendant une période
suffisante pour répondre aux besoins de la politique du cabinet. Ces procédures doivent
être conformes aux exigences légales et professionnelles en matière de conservation de
documents.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 56
III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités

III-1.2- Résumés de quelques normes relatives aux principes généraux et


responsabilités
Norme ISA 240 : Responsabilité de l’auditeur concernant les fraudes lors d’un audit des
états financiers

Lors de la planification et de la réalisation de l’audit, l’auditeur doit prendre en compte le


risque que les états financiers contiennent des anomalies significatives provenant de
fraudes.
Une fraude est un acte intentionnel commis par un ou plusieurs membres de la direction,
personnes constituant le gouvernement d'entreprise, membres du personnel ou tiers,
impliquant des manœuvres dolosives dans le but d'obtenir un avantage indu ou illégal.
Les facteurs de risque de fraude : sont faits ou conditions porteurs d'une incitation ou
d'une pression à commettre une fraude ou qui fournissent une opportunité de la
commettre.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 57


III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités

III-1.2- Résumés de quelques normes relatives aux principes généraux et


responsabilités
Norme ISA 260 : Communication avec les responsables de la gouvernance

L’auditeur doit communiquer aux personnes constituant le gouvernement d’entreprises les


questions soulevées à l’occasion de l’audit des états financiers et qui présentent un intérêt
pour ces personnes du fait de leurs fonctions.

Personnes concernées
L'auditeur doit déterminer quelles sont les personnes qui constituent le gouvernement
d'entreprise et auxquelles devront être communiqués les questions soulevées à l’occasion
de la mission d’audit.

Questions soulevées à l’occasion de la mission et devant être communiquées


L'auditeur doit informer dans un délai approprié les personnes constituant le
gouvernement d'entreprise de l'ensemble des anomalies non corrigées qu'il a identifiées
durant sa mission et qui ont été considérées, prises individuellement et en cumulé, comme
non significatives au regard des états financiers pris dans leur ensemble.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 58
III-1. Normes relatives aux principes généraux et
responsabilités
III-1.3- Formes de responsabilités du CAC

La responsabilité de chaque partie doit être définie dans la lettre de mission.


Pour l’auditeur légal (CAC), il faut dénombrer trois (03) responsabilités :
❖ une responsabilité civile : elle est évoquée par les articles 725 à 727 de l’AUDSCGIE.
L’auditeur (ou le commissaire aux comptes) est civilement responsable, tant à l’égard
de la société que des tiers, des conséquences dommageables, des fautes et négligences
qu’il commet dans l’exercice de ses fonctions ;

❖ une responsabilité pénale : elle est énoncée dans les articles 898 à 899 de
l’AUDSCGIE. Elle est engagée notamment pour le non-respect des règles
d’incompatibilité (article 898), pour les informations mensongères données ou
confirmées sur la situation de la société (article 899), pour la non-révélation de faits
délictueux au ministère public (article 899), pour la divulgation du secret professionnel;

❖ une responsabilité disciplinaire : la responsabilité disciplinaire du commissaire aux


comptes vise à le faire répondre de ses fautes devant ses pairs. Cette responsabilité vise
ainsi à maintenir l’éthique des commissaires aux comptes en sanctionnant les
comportements fautifs des professionnels qui détérioraient l’image de la profession.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 59
III- Présentation de quelques normes du guide pratique
d’application des normes d’audit de l’OHADA

III-2. Normes relatives à


l’évaluation des risques et
réponses à l'évaluation des
risques
III-2.1- Tableau synoptique des
normes relatives à l’évaluation des
risques et réponses à l’évaluation
III-2.2- Résumés de quelques
normes relatives à l’évaluation des
risques et réponses à l’évaluation
III-2.3- Risques d’anomalies
significatives en audit externe

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 60


III-2. Normes relatives à l’évaluation des risques et réponses
à l’évaluation
III-2.1- Tableau synoptique des normes relatives à l’évaluation des risques et
réponses à l’évaluation

Les normes de l’IFAC de la catégorie de l’évaluation des risques et des réponses à


l’évaluation sont :
Rubrique des
Normes ISA Libellés de la norme ISA
normes
ISA 300 Planification d'un audit d'états financiers

ISA 315* Compréhension de l'entité et de son environnement aux fins de


l'identification et de l'évaluation des risques d'anomalies significatives
300-499 : Evaluation
des risques et ISA 320 Caractère significatif dans la planification et la réalisation d'un audit
réponses à
l'évaluation des ISA 330 Réponses de l'auditeur à l'évaluation des risques
risques
ISA 402 Facteur à considérer pour l'audit d'entités faisant appel à une société de
services

ISA 450 Evaluation des anomalies détectées au cours de l'audit

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 61


III-2. Normes relatives à l’évaluation des risques et réponses
à l’évaluation

III-2.2- Résumés de quelques normes relatives à l’évaluation des risques et


réponses à l’évaluation
Norme ISA 300 : Planification d'un audit d'états financiers

L’auditeur doit établir un plan de mission décrivant la stratégie globale adoptée pour la
mission, et doit développer un programme de travail. Les différentes étapes de la
planification d’une mission d’audit des états financiers sont différentes selon que le
mandat est un nouveau ou ancien.

Planification de la mission d’audit : l'auditeur doit établir un plan de mission décrivant la


stratégie globale adoptée pour la mission.

Etablissement d’un programme de travail : l'auditeur doit développer un programme de


travail spécifique pour la mission afin de réduire le risque d'audit à un niveau acceptable.

Modifications au cours du déroulement de l'audit des décisions prises lors de sa


planification : le plan de mission et le programme de travail doivent être mis à jour et
modifiés autant de fois qu'il est nécessaire durant le déroulement de l'audit.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 62
III-2. Normes relatives à l’évaluation des risques et réponses
à l’évaluation
III-2.2- Résumés de quelques normes relatives à l’évaluation des risques et
réponses à l’évaluation
Norme ISA 315 : Compréhension de l'entité et de son environnement aux fins de
l'identification et de l'évaluation des risques d'anomalies significatives

L’auditeur doit acquérir une connaissance de l’entité et de son environnement, y compris


de son système de contrôle interne, lui permettant d'identifier et d'évaluer le risque que les
états financiers contiennent des anomalies significatives, résultant de fraudes ou d'erreurs,
et de concevoir et mettre en œuvre des procédures d'audit complémentaires.

L'auditeur doit effectuer les démarches nécessaires afin d’évaluer les risques d’audit :
❖ demandes d’informations auprès de la direction et d’autres personnes au sein de
l'entité;
❖ examens analytiques de la situation de l’entité et de son évolution ; et
❖ observations physiques et examens divers.
Lorsque l'auditeur décide d'utiliser les informations recueillies au cours des exercices
précédents sur l'entité et son environnement, il doit vérifier si des changements sont
survenus depuis l'exercice précédent et si ceux-ci peuvent avoir un impact sur la
pertinence des informations utilisées pour l'audit de la période en cours.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 63
III-2. Normes relatives à l’évaluation des risques et réponses
à l’évaluation
III-2.2- Résumés de quelques normes relatives à l’évaluation des risques et
réponses à l’évaluation

Norme ISA 330 : Réponses de l’auditeur à l'évaluation des risques

Afin de réduire le risque d’audit à un niveau acceptable, l’auditeur doit concevoir et mettre
en œuvre des procédures d’audit complémentaires en fonction des risques identifiés.

L'auditeur doit définir les réponses globales à apporter au risque d’anomalies


significatives. Il doit définir et mettre en œuvre des procédures d’audit complémentaires
dont la nature, le calendrier et l’étendue prennent en compte son évaluation de ce risque.

Si, en application de la Norme ISA 315, l'auditeur conclut qu’il n’est pas possible de
réduire le risque d’anomalies significatives à un niveau acceptable en se référant à des
éléments probants recueillis uniquement à partir de contrôles de substance, il doit réaliser
des tests sur les contrôles concernés afin de recueillir des éléments probants quant à
l’efficacité de leur fonctionnement.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 64


III-2. Normes relatives à l’évaluation des risques et réponses
à l’évaluation

III-2.2- Résumés de quelques normes relatives à l’évaluation des risques et


réponses à l’évaluation

Norme ISA 402 : Réponses de l’auditeur à l'évaluation des risques

L’auditeur doit apprécier la façon dont les prestations rendues à l’entité par un service
bureau peuvent affecter son contrôle interne ; lorsqu’il utilise un rapport de l’auditeur du
service bureau, aucune référence dans son propre rapport ne doit y être faite.

L'auditeur doit apprécier la façon dont les prestations rendues à l'entité par un service
bureau peuvent affecter son contrôle interne, afin d'identifier et d'évaluer le risque
d'anomalies significatives et de concevoir et mettre en œuvre des procédures d'audit
complémentaires.

Si l'auditeur envisage d’utiliser le rapport de l'auditeur du service bureau, il doit examiner


la nature et la teneur de ce rapport, et s'enquérir des compétences professionnelles de cet
auditeur pour la mission spécifique qui lui a été confiée par le service bureau.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 65


III-2. Normes relatives à l’évaluation des risques et réponses
à l’évaluation
III-2.3- Risques d’anomalies significatives en audit externe

L’auditeur, dans son scepticisme professionnel, doit envisager l’existence d’un risque
d’audit.
Le risque d’audit est le risque que le professionnel exprime une opinion inappropriée
alors que les états financiers comportent des anomalies significatives.

Le risques d’audit comprend :


❖ le risque d’anomalies significatives : c’est risque que l’information soit affectée par
des anomalies significatives. Il se présente sous deux (02) formes :
- un « risque inhérent » qui correspond à la possibilité qu’une assertion
comporte une anomalie qui pourrait être significative, soit individuellement, soit de
manière cumulée avec d’autres anomalies, nonobstant les contrôles existants ;
- un « risque lié au contrôle » qui correspond au risque qu’une anomalie
susceptible de survenir dans une assertion et pouvant présenter un caractère significatif
soit individuellement, soit de manière cumulée avec d’autres anomalies, ne soit ni
prévenue, ni détectée et corrigée en temps voulu par le contrôle interne de l’entité ;
❖ le risque de non détection : c’est le risque que le professionnel, auditeur, ne détecte
pas une anomalie matérielle qui existe.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 66
III- Présentation de quelques normes du guide pratique
d’application des normes d’audit de l’OHADA

III-3. Normes relatives aux


éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels
et aux rapports
III-3.1- Tableau synoptique des
normes relatives aux éléments
probants, à l’utilisation des travaux
d’autres professionnels et aux
rapports
III-3.2- Résumés de quelques normes
relatives aux éléments probants, à
l’utilisation des travaux d’autres
professionnels et aux rapports
III-3.3- Eléments probants et
opinions pour l’auditeur
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 67
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation des travaux
d'autres professionnels et aux rapports

III-3.1- Tableau synoptique des normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports
Les normes de l’IFAC de la catégorie des éléments probants, de l’utilisation des travaux
d’autres professionnels et aux rapports sont :
Rubrique des normes Normes ISA Libellés de la norme ISA
ISA 500 Eléments probants
ISA 501 Eléments probants - considérations particulières concernant certains points
ISA 505 Confirmations externes
ISA 510 Audit Initial-Soldes d'ouvertures
ISA 520 Procédures analytiques
ISA 530 Sondages en audit
500-599 : Eléments probants
Audit des estimations comptables, y compris les estimations comptables en juste valeur, et des
ISA 540*
informations y afférentes à fournir
ISA 550 Parties liées
ISA 560 Evènements postérieurs à la date de clôture
ISA 570 Continuité de l'exploitation
ISA 580 Déclarations écrites
Audits d'états financiers de groupe (y compris l'utilisation des travaux des auditeurs des composantes) -
ISA 600
600-699 : Utilisation des Considérations particulières
travaux d'autres professionnels ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes
ISA 620 Utilisation par l'auditeur des travaux d'un expert de son choix
ISA 700* Opinion et rapport sur les états financiers
ISA 705* Expression d'une opinion modifiée dans le rapport de l'auditeur indépendant
700-799 : Conclusion de ISA 706* Paragraphes d'observations et paragraphes sur d'autres points dans le rapport de l'auditeur indépendant
l'audit et rapport ISA 710 Informations comparatives-Chiffres correspondants et états financiers comparatifs
Responsabilités de l'auditeur concernant les autres informations présentées dans des documents contenant
ISA 720*
des états financiers audités

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 68


III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 500 : Eléments probants

L’auditeur doit recueillir des éléments probants suffisants et appropriés pour parvenir à
des conclusions raisonnables sur lesquelles fonder son opinion. Il doit concevoir et mettre
en œuvre des procédures d’audit qui lui permettront d’obtenir ces éléments probants.

Lorsque les informations produites par l’entité sont utilisées pour les besoins des
procédures d’audit, l'auditeur doit recueillir des éléments probants concernant l’exactitude
et l’exhaustivité de ces informations.

L'auditeur doit utiliser les assertions relatives aux flux d’opérations, aux soldes de
comptes, ainsi qu'à la présentation et aux informations fournies dans les états financiers,
de façon suffisamment détaillée pour servir de base à son évaluation du risque
d’anomalies significatives, ainsi qu’à la définition et à l’exécution de procédures d’audit
complémentaires
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 69
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 501 : Eléments probants - considérations particulières concernant certains


points

L’objectif de l’auditeur est d’obtenir des éléments probants suffisants et appropriés


concernant :
❖ l’existence et l’état des stocks;
❖ l’exhaustivité des informations sur les procès et litiges auxquels l’entité est partie ;
❖ la présentation et la communication d’informations sectorielles conformément au
référentiel d’information financière applicable.

Sauf impossibilité ou caractère non significatif, le recueil d’éléments probants doit être
effectué par l’assistance à la prise d’inventaire physique, par l’identification des procès et
des contentieux concernant l’entité, par l’examen de l’évaluation des participations à long
terme et l’examen des informations les concernant, par l’examen des informations
sectorielles à fournir dans les états financiers.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 70
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 505 : Confirmations externes

L’auditeur doit déterminer si l’utilisation de la procédure de confirmations externes est


nécessaire à l’obtention d’éléments probants suffisants et appropriés.

Lors de la mise en œuvre de la procédure de confirmations externes, l’auditeur doit


conserver la maîtrise :
❖ du processus de sélection de tiers à qui seront adressées les demandes ;
❖ de la préparation de celles-ci et de leur envoi ;
❖ ainsi que de l’analyse des réponses obtenues.

La confirmation (ou circularisation) de solde peut être une confirmation ouverte ou


confirmation fermée.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 71


III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports
III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à
l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 510 : Audit Initial-Soldes d'ouvertures

Dans le cadre d’une première mission d’audit concernant une entité, l’auditeur doit
recueillir les éléments probants suffisants et appropriés pour vérifier les soldes
d’ouverture, le report des soldes de clôture de l’exercice précédent, la permanence des
méthodes par rapport aux exercices précédents.
Dans une mission d'audit initiale, l'auditeur doit recueillir des éléments probants suffisants
et appropriés pour vérifier:
❖ que les soldes d'ouverture ne contiennent pas d'anomalies ayant une incidence
significative sur les états financiers de la période en cours ;
❖ que les soldes de clôture de la période précédente ont été correctement repris dans la
période en cours ou, si nécessaire, ont été retraités ; et
❖ que des méthodes comptables appropriées ont été appliquées de manière permanente
ou que les changements de méthodes comptables ont été correctement enregistrés et
présentés de manière appropriée et qu'une information pertinente a été fournie dans les
états financiers.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 72
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports
III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à
l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 520 : Procédures analytiques

L’auditeur doit mettre en œuvre des procédures analytiques en tant que procédures
d’évaluation des risques pour acquérir la connaissance de l’entité et de son environnement,
ainsi que pour la revue de la cohérence d’ensemble des états financiers à la fin de l’audit.

Nature et objet des procédures analytiques


L'auditeur doit mettre en œuvre des procédures analytiques :
❖ en tant que procédures d'évaluation des risques pour acquérir la connaissance de l'entité
et de son environnement,
❖ et comme moyen de revue de la cohérence d'ensemble des états financiers vers la fin ou
à la fin de l'audit, pour tirer une conclusion générale sur la cohérence d'ensemble des
états financiers.
En complément aux procédures analytiques, les autres procédures de l’auditeur incluent
généralement : l’inspection, l’observation, les demandes d’information, les confirmations,
le contrôle arithmétique, la réexécution, etc.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 73
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 540 : Audit des estimations comptables, y compris les estimations
comptables en juste valeur, et des informations y afférentes à fournir

L’auditeur doit recueillir des éléments probants suffisants et appropriés sur les estimations
comptables. Pour ce faire, l’auditeur peut suivre plusieurs approches :
❖ revue et test de la procédure suivie par l’entité pour procéder à ces estimations ;
❖ utilisation d’une estimation indépendante pour la comparer avec celle effectuée par
l’entité ;
❖ revue des évènements postérieurs à la date de clôture permettant de fournir des
éléments probants sur le caractère raisonnable de l’estimation.

L'auditeur doit également procéder à une évaluation finale du caractère raisonnable des
estimations comptables faites par l'entité sur la base de sa connaissance de l'entité et de
son environnement et à une revue de cohérence de ces estimations avec les autres
éléments probants recueillis au cours de l'audit.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 74
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 570 : Continuité de l'exploitation

L’auditeur doit apprécier le caractère approprié de l’application du principe de continuité


d’exploitation pour l’établissement des états financiers.

Lors de la prise de connaissance de l'entité, puis tout au long de l'audit et lors de la mise en
œuvre des procédures d'audit, l'auditeur doit rester vigilant à tous les événements ou
conditions, ainsi qu'aux risques liés à l'activité, susceptibles de jeter un doute important
sur la capacité de l'entité à poursuivre son activité.

Si de tels événements ou conditions sont relevés, l'auditeur doit examiner, en complément


des procédures prévues ci-après, si ceux-ci ont une incidence sur son évaluation des
risques d'anomalies significatives.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 75


III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 580 : Déclarations écrites

L’auditeur doit obtenir de la direction les déclarations qu’il juge nécessaires (lettre
d’affirmation).

L’auditeur doit recueillir des éléments probants montrant que la direction prend acte de sa
responsabilité dans l’établissement et la présentation sincère des états financiers
conformément au référentiel comptable applicable et qu’elle a approuvé les états
financiers ainsi établis.

Lorsqu’il ne peut raisonnablement s’attendre à l’existence d’autres éléments probants


suffisants et appropriés, l’auditeur doit obtenir des déclarations écrites de la direction sur
toutes les questions significatives relatives aux états financiers, et confirmant que la
direction prend acte de sa responsabilité dans la conception et la mise en œuvre d’un
contrôle interne propre à prévenir.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 76
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports
III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à
l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 600 : Audits d’états financiers de groupe (y compris l'utilisation des travaux
des auditeurs des composantes

Lorsque l’auditeur principal utilise les travaux d’un autre auditeur (surtout des filiales
d’un groupe), il doit déterminer leur incidence sur son propre audit, en prenant en
considération la compétence de ce dernier, les travaux effectués, les conclusions
significatives de ces travaux.

En cas de partage de responsabilité, l’auditeur doit préciser la partie des états financiers de
l’entité auditée par l’autre auditeur.

L'auditeur principal amené à utiliser les travaux d'un autre auditeur, doit déterminer si sa
participation aux travaux d'audit est suffisante pour lui permettre d'agir en tant qu'auditeur
principal. Il doit prendre en compte les conclusions significatives de l'audit réalisé par
l'autre auditeur, et l'autre auditeur, connaissant le contexte dans lequel l'auditeur principal
utilisera ses travaux, doit coopérer avec celui-ci.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 77
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 610 : Utilisation des travaux des auditeurs internes

L’auditeur externe doit prendre en compte les travaux de l’audit interne ainsi que leur
incidence potentielle sur les procédures d’audit externe.

Il doit évaluer la fonction d’audit interne lorsqu’il s’avère que celle-ci peut être utile à son
évaluation des risques, et examiner les travaux effectués pour confirmer leur adéquation
avec ses propres objectifs.

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 78


III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à


l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 620 : Utilisation par l'auditeur des travaux d'un expert de son choix

Lorsque l’auditeur utilise les travaux d’un expert, il doit évaluer sa compétence
professionnelle, son objectivité, et l’étendue de ses travaux.

Lorsque l'auditeur utilise les travaux d'un expert, il doit recueillir des éléments probants
suffisants et appropriés montrant que ces travaux sont adéquats au regard des besoins de
l'audit.

Si les résultats des travaux de l'expert ne fournissent pas d'éléments probants suffisants et
appropriés ou si les résultats ne sont pas cohérents avec d'autres éléments probants
recueillis, l'auditeur doit étendre ses propres travaux pour résoudre ce différend.

L’auditeur ne doit pas faire état des travaux de l'expert dans son rapport mais en tenir
compte dans l’expression de son opinion.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 79
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports
III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à
l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 700 : Opinion et rapport sur les états financiers

Le rapport de l’auditeur doit clairement exprimer son opinion sur les états financiers, le
fondement de son opinion, et le référentiel comptable applicable. L'auditeur doit évaluer
les conclusions tirées des éléments probants recueillis pour fonder son opinion sur les états
financiers.
Le rapport de l'auditeur doit être présenté sous forme écrite. Il doit comporter un intitulé
qui indique clairement qu'il s'agit du rapport d'un auditeur indépendant.
Lorsque l'auditeur rédige son rapport d'audit en suivant la présentation ou le libellé
spécifiés par la loi, la réglementation ou les normes d'audit d'une juridiction ou d'un pays
particulier, son rapport doit se référer à un audit effectué selon les ISA et les normes
d'audit d'une juridiction ou d'un pays particulier, seulement si le rapport inclut, au
minimum, chacun des éléments suivants: intitulé, destinataire, paragraphe d'introduction
identifiant les états financiers audités, description de la responsabilité de la direction dans
l'établissement et la présentation sincère des états financiers, description de la
responsabilité de l'auditeur, sa signature, une date, son adresse…
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 80
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports
III-3.2- Résumés de quelques normes relatives aux éléments probants, à
l’utilisation des travaux d’autres professionnels et aux rapports

Norme ISA 700 : Opinion et rapport sur les états financiers

Le rapport de l’auditeur doit clairement exprimer son opinion sur les états financiers, le
fondement de son opinion, et le référentiel comptable applicable. L'auditeur doit évaluer
les conclusions tirées des éléments probants recueillis pour fonder son opinion sur les états
financiers.
Le rapport de l'auditeur doit être présenté sous forme écrite. Il doit comporter un intitulé
qui indique clairement qu'il s'agit du rapport d'un auditeur indépendant.
Lorsque l'auditeur rédige son rapport d'audit en suivant la présentation ou le libellé
spécifiés par la loi, la réglementation ou les normes d'audit d'une juridiction ou d'un pays
particulier, son rapport doit se référer à un audit effectué selon les ISA et les normes
d'audit d'une juridiction ou d'un pays particulier, seulement si le rapport inclut, au
minimum, chacun des éléments suivants: intitulé, destinataire, paragraphe d'introduction
identifiant les états financiers audités, description de la responsabilité de la direction dans
l'établissement et la présentation sincère des états financiers, description de la
responsabilité de l'auditeur, sa signature, une date, son adresse…
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 81
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.3- Eléments probants et opinions pour l’auditeur (1/4)

Eléments probants

L’auditeur réduit le risque d’audit en définissant et en mettant en œuvre des procédures


d’audit afin de recueillir des éléments probants lui permettant de tirer des conclusions
raisonnables sur lesquelles il peut fonder son opinion. L’assurance raisonnable est obtenue
lorsque l’auditeur a pu réduire le risque d’audit à un niveau faible acceptable.

Ces éléments probants doivent être suffisants et appropriés.

Des éléments probants suffisants peuvent être obtenus soit en sélectionnant tous les
éléments, soit en sélection des éléments spécifiques, soit en sélectionnant un échantillon
d’éléments représentatifs à partir d’une population (échantillonnage statistique,
échantillonnage non statistique, sélection systématique et sélection au hasard).

Des éléments probants appropriés le sont au regard de l’activité de l’entité auditée, de la


chose auditée et aussi du référentiel comptable applicable.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 82
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.3- Eléments probants et opinions pour l’auditeur (2/4)

Formes d’opinions de l’auditeur

L’IFAC parle l’auditeur peut exprimer deux formes :


❖ Opinion non modifiée : lorsqu’il conclut que les états financiers ont été préparés, dans
tous leurs aspects significatifs, conformément au référentiel d’information financière
applicable (ISA 700) ;
❖ Opinion modifiée, si l’auditeur :
(a) conclut, à la lumière des éléments probants obtenus, que les états financiers
dans leur ensemble ne sont pas exempts d’anomalies significatives ;
(b) n’est pas en mesure d’obtenir des éléments probants suffisants et appropriés
lui permettant de conclure que les états financiers dans leur ensemble ne sont pas exempts
d’anomalies significatives. (ISA 705).
L’auditeur peut aussi attirer l’attention du lecteur de son rapport sur des observations qu’il
juge nécessaire en insérant dans le rapport d’opinion : un paragraphe d’observation.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 83
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports
III-3.3- Eléments probants et opinions pour l’auditeur (3/4)

Formes d’opinions de l’auditeur

Selon l’OHADA, pour ce qui est des formes d’opinions que peuvent donner
l’auditeur, ce sont les articles 70, 73-1 (pour les comptes sociaux) de l’AUDCIF
et l’article 100 (pour les comptes consolidés) qui les présentent.
Les Commissaires Aux Comptes (CAC), soit :
✓ émettent une opinion indiquant que les états financiers sont réguliers et
sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice
écoulé ainsi que de la situation financière et des flux de trésorerie à la fin de
cet exercice ;
✓ expriment en la motivant, une opinion avec réserve ou défavorable ;
✓ indiquent qu'ils sont dans l'impossibilité d'exprimer une opinion.
Le Guide pratiques d’application des normes de l’OHADA et même les normes
de l’IFAC présentent les modèles-types de rapport pour les missions de CAC.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 84
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

III-3.3- Eléments probants et opinions pour l’auditeur (4/4)


Selon l’OHADA, l’opinion formulée par le CAC sur les états financiers doit porter sur la
régularité, la sincérité et l’image fidèle des comptes.
❖ RÉGULARITÉ : Conformité aux règles et procédures en vigueur. C'est également
l'obligation que doit satisfaire toute entité, en matière de tenue, de contrôle, de présentation
et de communication des informations qu'elle aura traitées, pour assurer l'authenticité des
écritures de sorte que la comptabilité puisse servir à la fois d'instrument de mesure des
droits des partenaires de l'entité, d'instrument de preuve et d'instrument d'information des
tiers.
❖ SINCÉRITÉ : Application de bonne foi de la règle de prudence, des obligations de
régularité et de transparence inhérentes à la tenue, au contrôle, à la présentation et à la
communication de toutes les procédures comptables en vigueur, en fonction de la réalité et
de l'importance des opérations, des événements et des situations.
❖ IMAGE FIDÈLE : Finalité de la comptabilité, l'image fidèle est présumée résulter de
l'application de bonne foi des règles et des procédures du SYSTÈME COMPTABLE
OHADA en fonction de la connaissance que les responsables des comptes doivent
normalement avoir de la réalité et de l'importance des opérations, des événements et des
situations. L'image fidèle est un objectif supposé atteint lorsque les comptes sont réguliers
et sincères.
Cours : Normes professionnelles d'audit externe 85
III-3. Normes relatives aux éléments probants, à l’utilisation
des travaux d'autres professionnels et aux rapports

Les autres normes de l’IFAC

Les autres normes de l’IFAC sont en autres :


Rubrique des normes Normes ISA Libellés de la norme ISA
Audit d'états financiers préparés conformément à des référentiels à usage particulier-
ISA 800*
Considérations particulières
800-899 : Domaines
Audit d'états financiers isolés et d'éléments, de comptes ou de postes spécifiques d'un
spécialisés ISA 805*
état financier-Considérations particulières
ISA 810* Missions visant la délivrance d'un rapport sur les états financiers résumés
Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d’audit ou d’examen limité d’états
ISQC 1
financiers, ainsi que d’autres missions d’assurance et de services connexes
Missions d’assurance autres que les audits ou examens limités d’informations
ISAE 3000*
financières historiques
ISAE 3410 Missions d’assurance relatives aux bilans des gaz à effet de serre
Autres normes
ISRE 2400 Examen limité de comptes historiques
spécifiques
Examen limité d'informations financières intermédiaires effectué par l'auditeur
ISRE 2410
indépendant de l'entité
ISRS 4400 Missions de procédures convenues relatives aux informations financières
ISRS 4410 Mission de compilation
IAPN 1000 Audit d’instruments financiers – Considérations particulières

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 86


Merci de votre attention

Cours : Normes professionnelles d'audit externe 87

Vous aimerez peut-être aussi