Vous êtes sur la page 1sur 112

UE 122  ANGLAIS APPLIQUÉ

AUX AFFAIRES

année 2013-2014

Ce fascicule comprend :
La présentation de l'Ue
La série 1
Le devoir 1 à envoyer à la correction

En collaboration avec
le Centre National Soraya BELAROUSSI
d’Enseignement à Distance Denis BOODHU
Institut de Lyon

W1221-F1/4
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Les auteurs :
Soraya BELAROUSSI : Agrégée d’anglais, responsable de l’UE « Anglais appliqué aux affaires ».
Denis BOODHU : Professeur d’anglais au Cnam.

� • • • www.cnamintec.fr • • • �

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

L’ensemble des contenus (textes, images, données, dessins, graphiques,


etc.) de ce fascicule est la propriété exclusive de l’INTEC-CNAM.
En vertu de l’art. L. 122-4 du Code de la propriété intellectuelle, la repro-
duction ou représentation intégrale ou partielle de ces contenus, sans auto-
risation expresse et préalable de l’INTEC-CNAM, est illicite. Le Code de la
propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions stricte-
ment réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation
collective » (art. L. 122-5).

2
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

••• OBJECTIFS •••

• Consolider les bases de la grammaire anglaise.


• Acquérir des compétences en rédaction commerciale.
• Améliorer la lecture et la compréhension de textes économiques.
• Faire une traduction anglais-français.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

 201221TDPA0113 3
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Table des matières

Présentation de l’UE et de l’examen 7


Plan annuel du cours 33

Partie 1 35

I. Grammaire..............................................................................................35
A. Le présent d’un verbe........................................................................35
B. L’impératif et l’infinitif.........................................................................48
C. L’utilisation du « s » au pluriel............................................................49
D. L’emploi des adjectifs........................................................................51
E. Les pronoms relatifs : « who », « which », « that ».............................53
F. Les mots apparentés.........................................................................53
G. Quelques règles d’orthographe.........................................................59
II. Les points principaux à retenir de cette partie...................................62

III. Business and economy.........................................................................63


A. Types of business structures.............................................................63
B. Accounting: basic anglo-saxon principles........................................64
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

IV. Exercices de compréhension et de traduction...................................65

Partie 2 69

I. Grammaire..............................................................................................69
A. Les formes passées d’un verbe : le prétérit......................................69
B. L’infinitif..............................................................................................79
C. L’usage des prépositions...................................................................81
D. L’article défini « the » : son emploi.....................................................82
E. Les noms et les adjectifs...................................................................84
F. Les pronoms relatifs « who » et « which ».........................................87
G. L’ordre des mots................................................................................88
H. Les mots apparentés : « faux amis » (verbes du 1er groupe).............88
I. Quelques règles d’orthographe.........................................................90
II. Les points principaux à retenir de cette partie...................................91

 201221TDPA0113 5
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

III. Business and economy.........................................................................92


A. Business: company growth...............................................................92
B. Accounting: the income statement....................................................93
C. Business organisation.......................................................................94
D. Corporate alliances and acquisitions................................................97
IV. Exercices de compréhension et de traduction...................................98

Annexes 105
Devoir 1 109

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

6
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Présentation de l’UE
et de l’examen

Bienvenue dans le cours de l’UE 122 – Anglais appliqué aux affaires de l’Intec !

I. Le programme d’anglais appliqué aux affaires en DGC


Le cours d’anglais appliqué aux affaires de l’Intec correspond au programme de l’UE n° 12 du
nouveau DCG tel qu’énoncé dans le BO n° 11 du 18 mars 2010 (cf. programme ci-après). Il s’agit
donc d’un cours de niveau Licence pour lequel le programme officiel prévoit 150 heures d’ensei-
gnement et équivalant à 12 ECTS (crédits européens d’enseignement).

Programme d’anglais appliqué aux affaires – BO n° 11 du 18 mars 2010

1. Thèmes économiques et sociaux


Les chocs pétroliers et leurs conséquences
Les traits contemporains des échanges internationaux
La place des firmes multinationales
La globalisation des marchés
La constitution d’espaces économiques régionaux (Union européenne, ALENA)
La montée en puissance des pays asiatiques
Les technologies de l’information et de la communication
L’aménagement du temps de travail
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

L’évolution de la protection sociale


La concurrence et le droit

2. L’entreprise
Les formes juridiques de l’entreprise (française)
L’organisation de l’entreprise
Les grandes fonctions de l’entreprise
Les partenaires de l’entreprise (fournisseurs, clients, banques)
La création d’entreprise
La stratégie de l’entreprise
L’analyse des performances de l’entreprise
La communication interne et externe de l’entreprise

Indications complémentaires
Le candidat doit montrer une connaissance suffisante de la langue (niveau B2 du cadre européen
commun de référence pour les langues) pour :
• comprendre et commenter, en anglais, des documents de la vie des affaires tels que des textes ;
• graphiques et tableaux tirés de revues ou d’un rapport annuel d’entreprise ;
• rédiger une note de synthèse, en français ou en anglais, à partir de documents en anglais ;
• concernant la vie des affaires ;
• rédiger, en anglais, un document commercial de base (lettre, devis, bon de commande).

 201221TDPA0113 7
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

II. Déroulement du travail en cours à distance


Le but de ce cours est de vous préparer à réussir votre examen. Ainsi l’approche se veut prag-
matique : il s’agit de vous donner les moyens de comprendre un texte d’anglais des affaires,
d’être capable de le traduire et d’écrire sur son contenu.
Dans les quatre séries constituant votre programme d’étude, vous allez travailler sur les princi-
paux points de grammaire, de vocabulaire et de structure de phrase de la langue anglaise. Ces
points doivent vous permettre, quand vous lisez un texte, de comprendre l’idée de l’auteur et
inversement d’exprimer clairement la vôtre quand vous écrivez.
Chacune des deux parties des quatre séries se divisera en deux aspects : la grammaire en pre-
mier et des textes sur l’économie et les affaires en second. Afin d’éviter les malentendus dus aux
différences linguistiques entre les deux langues, les parties traitant de la grammaire anglaise
sont rédigées en français. En revanche, les textes portant sur les affaires et la comptabilité sont
en anglais.
La section « Grammaire » abordera :
• les temps des verbes ;
• les articles, les substantifs, et l’emploi de la lettre « s » ;
• les adjectifs et les adverbes ;
• les prépositions ;
• les verbes à particules ;
• l’ordre des mots dans la phrase ;
• des règles d’orthographe ;
• les correspondances de vocabulaire entre français et anglais.
Ces points suivront un développement progressif d’une série à la suivante. Les premières séries
présenteront les règles de base devant être observées pour comprendre correctement et rédiger
clairement. Les séries suivantes traiteront des variations plus complexes et les exceptions à ces
règles. Nous nous concentrerons sur les règles qui devront être les plus utiles à votre succès.
Peut-être seront-elles parfois présentées de façons différentes de celles que vous avez originel-
lement apprises, compte tenu du fait que la langue anglaise a évolué et continue à évoluer. Pour
les variations entre l’anglais américain et l’anglais britannique nous privilégions l’usage interna-
tional actuellement dominant le cas échéant (normalement, les formes américaines).

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
La deuxième section de chaque partie abordera les concepts et les termes de l’économie
et des affaires. Elle comportera toujours un sous-titre sur la comptabilité et les documents
comptables. Nous vous encourageons à bien étudier le vocabulaire de cette seconde section.
Les séries 1 et 4 comprennent chacune un devoir à rendre, similaire à celui qui vous sera pré-
senté à l’examen, les séries 2 et 3 en proposent deux.
Dans chaque série, plusieurs exercices vous permettront de tester votre compréhension et
votre utilisation du vocabulaire et de la grammaire.
Pensez aussi à profiter du site web où vous trouverez des explications supplémentaires (direc-
tement en anglais) ainsi que des jeux et des tests sur la grammaire et le vocabulaire, les affaires,
et la comptabilité. L’adresse est la suivante : www.cnamintec.fr ou www.cnam.fr/anglais.
Il est fortement recommandé d’étudier le cours avec attention. Beaucoup de termes sont à rete-
nir et assimiler. Notez un mot dans un contexte, une phrase avec des collatéraux qui faciliteront
l’assimilation ou bien notez un mot et son contraire.
Les exercices fournis demandent des séances de travail assez courtes. C’est la régularité, voire
la répétition des tâches qui entraînera le progrès.
Boucler le devoir à envoyer en une seule séance peut vous permettre d’acquérir le rythme sou-
tenu de l’examen. N’essayez pas de réduire la durée trop tôt. Il est normal de passer du temps
sur les devoirs. Pour les devoirs à envoyer utilisez votre livre de grammaire et votre dictionnaire
économique.

8
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Quand on vous rend un devoir, ce sont les annotations dans la marge (si vous en avez laissé une)
qui doivent attirer votre attention plutôt que la note obtenue. Étudiez de près les corrigés pour
remédier aux erreurs. Ne vous découragez pas si vous n’atteignez pas immédiatement vos
objectifs. C’est un travail de longue haleine et le progrès en langue se fait souvent par paliers.
Des efforts brefs mais souvent répétés sont la clef de la réussite. Persévérez et bon courage !

III. Bibliographie
Le cours par correspondance, très abondant, est autosuffisant. Néanmoins, les étudiants ont
besoin de dictionnaires. Le Harraps shorter ou le Robert et Collins sont incontournables comme
dictionnaires bilingues. L’approfondissement en traduction exige souvent un dictionnaire tout
anglais : le Cambridge Advanced Learner’s Dictionary chez Cambridge serait un choix judi-
cieux. N’ayez crainte, les dictionnaires tout anglais sont d’accès très abordable ; dépassez vos
préjugés et vous comprendrez mieux les articles qui vous seront soumis.
Dictionnaire indispensable :
• Dictionnaire économique, commercial et financier (anglais-français/français-anglais) Langues
pour tous, Pocket.
Livres de grammaire conseillés :
• Murphy, Essential grammar in use with answers, Cambridge University Press. Niveau élémen-
taire. Une version en français existe également.
• Murphy, English Grammar in Use. Cambridge University Press. Niveau intermédiaire.
• Hewings, Advanced Grammar in Use. Cambridge University Press. Niveau avancé.
La lecture d’articles sur le net sera également utile :
www.bbc.co.uk ou http://www.bbc.co.uk/worldservice/learningenglish/

IV. Méthodologie de l’épreuve d’anglais appliqué aux affaires


Selon le bulletin officiel, l’épreuve n° 12 du DCG est :
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

« Une épreuve écrite pouvant comporter, à partir de documents fournis en anglais, la tra-
duction d’une partie d’entre eux en français ou la rédaction d’un résumé ou d’une note ou
de commentaires en anglais ou en français ou la rédaction en anglais d’un document à
caractère commercial ou toute combinaison de plusieurs des exercices précédents. »

Elle dure 3 heures et compte pour un coefficient 1.


À l’Intec, l’épreuve se compose de plusieurs exercices :
• des exercices de compréhension ;
• des exercices d’expression écrite.
1. Compréhension de texte
a. Une compréhension écrite
Elle porte sur un texte d’ordre économique tiré d’articles d’actualité, extraits de la presse britan-
nique ou américaine ou de documents exposant des situations rencontrées dans l’entreprise ou
en cabinet comptable.
b. Une restitution
Elle comprend soit :
• la traduction d’un ou deux paragraphes du texte ;
• soit un résumé de texte ou la synthèse de plusieurs textes ;
• soit la reprise en français de certains éléments précis du texte.

 201221TDPA0113 9
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

2. Expression écrite en anglais


Elle comporte deux types d’exercice :
a.
• soit un commentaire d’états financiers ;
• soit une note de synthèse ;
• soit un commentaire de graphique.
b. Une rédaction
• soit d’un courrier comportant une problématique précise et détaillée ;
• soit d’un mémorandum ;
• soit d’un sujet économique, financier.
Ci-après, vous trouverez tous les éléments pour vous préparer à ces différents exercices.

A. Comment traduire un texte de l’anglais au français


La plupart des gens pensent que traduire signifie simplement changer tous les mots d’un texte
anglais, l’un après l’autre, par le mot identique en français et dans le même ordre. Mais si vous
essayez de faire exactement cela, le résultat sera probablement un texte incompréhensible ! Le
Robert de poche propose une définition plus réaliste  : «  faire passer d’une langue dans une
autre, en tendant à l’équivalence de sens ». Pour faire cela il y a souvent plusieurs manières
possibles de communiquer fidèlement le message.

1. Huit raisons pour lesquelles vous devez lire la phrase entière


avant de commencer à la traduire
Il importe de se rappeler que l’anglais et le français ont beaucoup de similitudes de structure et
de vocabulaire mais également beaucoup de différences. Ces différences rendent nécessaire de
réorganiser la structure et d’adapter le vocabulaire et les images. En bref, voici les principales
différences entre les deux langues :

a. L’anglais place fréquemment les mots dans un ordre différent


En fait la séquence de la phrase française est souvent exactement l’inverse de celle de la phrase

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
anglaise ! Voici deux exemples importants :
• En anglais le complément d’objet doit toujours suivre le verbe, ce qui n’est pas forcément le
cas en français :
–– I like my classes: J’aime mes cours.
–– I like them a lot: Je les aime beaucoup.
• En anglais l’adjectif et le nom utilisé comme adjectif précèdent presque toujours les noms
qu’ils qualifient, alors qu’en français les mots correspondants se placent après. Si vous tradui-
sez mot à mot, vous faites un contresens :
–– An interesting idea: une idée intéressante.
–– A successful strategy: une stratégie réussie.
–– A race car: une voiture de course.
–– A car race: une course de voitures.

b. Les phrases anglaises sont faites de petits sous-groupes de mots


Ces sous-groupes ont une synergie et les mots doivent être lus en tant que groupe. La phrase
“The product production cycle begins with product design” doit être fractionnée en trois
sous-groupes :
• the product production cycle (le cycle de production d’un produit) ;
• begins with (commence par) ;
• product design (la conception du produit).
Si vous essayez de traduire chaque mot l’un après l’autre, sans tenir compte des sous-groupes
de mots, votre traduction n’aura aucun sens !

10
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

c. Les adjectifs, les noms et les verbes anglais peuvent paraître identiques
Le mot « race » peut être un nom « une course », un adjectif « de course » ou bien le verbe « aller
très vite ». C’est la position du mot dans la phrase qui lui donne son sens.

Exemples
“The race car raced to finish the race first.”
Fragmentée correctement en sous-groupes, la phrase se présentera ainsi :
“The race car / raced / to finish / the race / first.”
(La voiture de course / allait très vite / afin de finir / la course / en premier.)

d. Les phrases anglaises sont généralement plus courtes


que les phrases françaises
La même idée sera le plus souvent exprimée par une structure plus courte en anglais, ce qui veut
dire que vous devrez ajouter des mots pour que la phrase ait du sens en français.
Si nous regardons la traduction des deux mots anglais ci-après, nous pouvons déjà voir la
différence :
• database: base de données ;
• carmaker: constructeur de voitures.

e. Certains mots anglais peuvent être implicites alors qu’ils doivent


nécessairement apparaître en français
Le mot « that » est par exemple fréquemment omis en anglais. Son équivalent français doit être
ajouté dans la traduction, ce qui va rendre la phrase plus longue. De plus l’anglais n’aura pas de
sens pour vous à moins que vous ne reconnaissiez la présence implicite de « that ».

Exemple
“John said Susan thought it was a good idea”: Jean a dit que Susan pensait que c’était une
bonne idée.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

f. Le sens exact des verbes anglais ne peut être compris


que par rapport au contexte du temps
Le « mot partenaire » du verbe qui précise la notion de temps se trouve normalement à la fin de
la phrase. Comparez les deux phrases suivantes où le verbe est le même mais avec des parte-
naires de temps différents qui par conséquent conduisent à des traductions différentes du
verbe :
• I have worked with that company before: J’ai travaillé avec cette société auparavant.
• I have worked with that company since 2001: Je travaille avec cette société depuis 2001.

g. Une préposition qui suit un verbe peut changer le sens du verbe


Certains verbes, les verbes à particules, peuvent être associés à différentes prépositions, cha-
cune d’elles donnant au verbe un sens particulier. Pour traduire correctement, vous devez lire le
verbe et la préposition qui le suit et les traduire en tant que groupe :
• She looked at the file: Elle a regardé le dossier.
• She looked for the file: Elle a cherché le dossier.
• She looked after the file: Elle s’est occupée du dossier.

h. Les mots doivent être considérés dans leur contexte


et en particulier dans l’ensemble de la phrase
Beaucoup de mots ont plusieurs sens possibles, chacun relié à une situation spécifique :
a key: une clé a key: une touche (de clavier)

 201221TDPA0113 11
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Également, entre l’anglais et le français, il y a des « faux amis », c’est-à-dire des mots qui se
ressemblent mais ont en fait des sens différents.

Exemples
His policy was cancelled by his insurer: Sa police a été annulée par son assureur.
The manager’s policy was approved by his boss: La politique du manager a été approuvée
par son supérieur.
Et enfin, beaucoup d’expressions utilisent des images différentes et ne peuvent être traduites
directement, mot à mot :
• He beat around the bush before answering: Il a tourné autour du pot avant de répondre.
Tous ces points seront développés dans les séries 2 à 4.

2. Procédure pour traduire

a. Lire d’abord attentivement


Lisez complètement le paragraphe. Ensuite lisez attentivement chaque phrase avant de la tra-
duire. Pour chaque phrase identifiez les principaux paramètres :
• si la phrase est affirmative, négative, interrogative ou impérative ;
• le sujet, le verbe et les compléments ;
• les sous-groupes dans la phrase ;
• le contexte de temps pour le verbe.
N’oubliez pas que pour traduire correctement, il faut d’abord comprendre correctement !

b. Trouver les équivalents français


Travaillez phrase par phrase. Pour chacune, ne commencez à écrire qu’après avoir identifié les
paramètres ci-avant. Ensuite, sous-groupe par sous-groupe, trouvez les équivalents français
jusqu’à ce que vous atteigniez la fin de la phrase. Continuez ensuite avec la phrase suivante.
Quand vous traduisez, soyez attentif :

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
• aux inversements nécessaires ;
• aux mots qui doivent être ajoutés ;
• aux temps justes des verbes ;
• au vrai sens des groupes verbes-prépositions ;
• aux mots justes selon le contexte ;
• aux faux amis.
Rappelez-vous qu’il peut y avoir plusieurs façons de dire la même chose.

c. Vérifier la clarté de son style


Quand vous relisez la traduction, posez-vous les questions suivantes :
• Ai-je communiqué le message essentiel ?
• Ai-je inclus les détails nécessaires ?
• Ai-je utilisé un bon français, suffisamment clair, pour exprimer ces idées ?
• Ma traduction serait-elle claire pour un autre français qui n’a pas lu le texte original ?

Exemple applicatif

Exemple de traduction d’un extrait de texte de l’anglais au français (notez les équivalences) :
Spurred on by mounting criticism over what many see as unfair special treatment for rich foreign-
ers, the British Treasury has announced that the fun is over. Along with a new 18% flat rate for
capital-gains tax, the government is proposing an annual fee of around $60,000 for any foreigner
who lives in the country for more than seven years, and wants the tax man to keep his hands off

12
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

their non-British assets. Anyone unwilling to stump up that fee will have to pay taxes like every-
one else. While the superrich may grit their teeth and accept the $60,000 bill as a minor irritation,
it’s expected that a significant number of Britain’s nondoms won’t pay it, and will thus be forced
to join the general tax pool. Or they’ll leave.
Sous la pression de critiques grandissantes à l’égard de ce que beaucoup considèrent comme
un traitement de faveur accordé aux riches étrangers, le ministère des Finances a annoncé que
la partie est terminée. En plus de la nouvelle taxe forfaitaire de 18 % prélevée sur les plus-values,
le gouvernement propose une redevance annuelle d’environ 60 000 $ pour tout étranger résidant
plus de sept ans dans le pays qui refuse que l’État ne mette la main sur ses actifs provenant de
l’étranger. Quiconque rechigne à s’acquitter de cette redevance sera tenu de payer des impôts
comme tout un chacun. Même si les super-riches risquent de grincer des dents et considèrent la
facture de 60 000 $ comme un moindre mal, on s’attend à ce qu’un nombre important de non-
résidents en Grande-Bretagne refusent de s’en acquitter et ils se verront ainsi contraints de
rejoindre le commun des contribuables ou alors, ils n’auront qu’à partir.

B. Expression écrite

1. Les principes généraux


L’écrit demande une plus grande rigueur formelle que l’oral. En effet, le registre de langue est
plus soutenu. Pour réussir une expression écrite, il faut respecter quelques principes fondamen-
taux au niveau de la forme et du fond.

a. La forme
On veillera à la correction grammaticale (emploi convenable de la syntaxe : les temps, les termi-
naisons des verbes, le « s » à la 3e personne du présent, les accords…).
On veillera à la qualité de la langue, c’est-à-dire à l’utilisation d’un lexique approprié au sujet (les
fonctions  : par exemple, comment exprimer une opinion, une argumentation, une comparai-
son…), ainsi qu’à l’utilisation d’un lexique riche et varié et de phrases complexes.
On veillera à l’articulation et à l’enchaînement des phrases et donc à l’utilisation de mots de
liaison corrects («  linking-words  »  : terme qui regroupe différentes catégories grammaticales
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

comme les adverbes, les connecteurs, les conjonctions de coordination et de subordination, les
expressions…). Les idées et les paragraphes doivent s’enchaîner logiquement.
On veillera également à la ponctuation, qui s’emploie parfois différemment du français.

b. Le fond
Il faudra lire le sujet attentivement et l’analyser afin de repérer les mots-clés.
Il faudra respecter la forme demandée (essai, e-mail, lettre, mémo, dialogue…).
Il faudra faire une liste des idées et les hiérarchiser ; à chaque idée doit correspondre un para-
graphe relié par des « linking-words ».
Il faudra mobiliser le lexique et les fonctions appropriées au sujet.
S’il s’agit d’un essai, il faudra rédiger l’introduction, le développement et la conclusion qui
devront s’enchaîner logiquement. L’introduction donnera une définition des mots-clés, reformu-
lera le sujet et présentera le plan. La conclusion reprendra les idées principales, apportera une
réponse à la problématique et proposera un élargissement de la question.
Il faudra supprimer les redondances et aller à l’essentiel.

2. Linking-words

Attention !
Voici une liste non exhaustive des « linking-words » qui vous seront utiles pour la rédaction. Il
vaut mieux en sélectionner quelques-uns plutôt que de vouloir tous les retenir.

 201221TDPA0113 13
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Présentation des arguments dans l’ordre (d’abord, en tout premier lieu…)


To begin with… First and foremost… First of all… Firstly… In the first place…
Then… Secondly…
Thirdly…
On the one hand… on the other hand…
Last but not least… Lastly… Finally…
Examples: To begin with, the issue we are dealing with, is quite controversial. Secondly, we must
weigh the pros and the cons. Last but not least, it is difficult to make up one’s mind.
Addition (de plus, d’autre part…)
Besides… Moreover… What is more… Furthermore…
Examples: Besides / Moreover / What is more / Furthermore, one has to consider the overhead
costs too.
Contraste (pourtant, cependant, à l’inverse, d’autre part, en dépit de…)
But… However… Still… Yet… Nevertheless…
On the contrary… On the other hand…
In spite of… Despite…
Examples: However / Still / Yet I think your opinion is valuable. In spite of this / Despite the obvi-
ous benefits, there are clear disadvantages too.
Comparaison (de la même façon…)
Similarly… Likewise… By comparison… In comparison…
Examples: You should notify any change of address to the Bonds and Stock Office. Similarly,
savings certificate are to be registered with the Post Office.
The stockbroker bought shares in the company and advised his clients to do likewise.
Concession (bien que, même si…)
Though… Even though… Although… Even if…
Examples: Though / Even though / Although they are well-off, they do not spend much on food.
Cause et conséquence (parce que, à cause de, par conséquent, donc…)
Because… Because of… Owing to… Due to…
As a result… As a consequence… Therefore… Thus… Consequently…
Examples: Because of / Owing to / Due to the strike, we had to drive to town. Therefore / Thus /

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Consequently, it took us hours.
Condition (si, si seulement, pourvu que…)
If… If only… Provided… Providing… Suppose… Supposing…
Examples: If I were you, I would…
You can do what you want provided / providing you succeed.
But (pour, afin de, pour que…)
To… In order to… So as to…
Examples: He disconnected the phone / not to / so as not to / in order not to be disturbed. He
did it to / so as to / in order to get some rest.
Évidence (il va sans dire, bien sûr…)
It goes without saying… Obviously… There is no denying…
As one might expect…
Examples: There is no denying new technologies help save time. Teenagers are obviously better
at surfing the web.
Exemple (par exemple, c’est-à-dire, tel que…)
For instance… For example… Namely…
Such as…
Examples: Two famous politicians, namely, Kennedy, Nixon…
Not all prices have increased so dramatically. Compare, for instance, the price of oil and of gas…

14
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Digression (d’ailleurs, en fait…)


Anyway… By the way… It reminds me of…
As a matter of fact…
Examples: The company is doing well. As a matter of fact, we have doubled our sales budget.
Nuance (jusqu’à un certain point, dans une certaine mesure…)
Up to a certain point… To some degree… To some extent…
We must take into account… We must weigh the pros and cons…
Examples: This is true to some extent / degree / up to a certain point.
Transition (quant à…, en ce qui concerne…)
As for… As regards… As far as the manager is concerned…
Concerning… Regarding…
Examples: As for / As regards / Concerning the second problem, I believe…
Temps (avant, après, une fois que, quand, pendant que, chaque fois, jusqu’à, depuis que, en
même temps…)
As soon as… When… While… Once…
Whenever… Until… Till… Since…
At the same time…
Examples: As soon as / When / Once its price goes down, I will buy it.
Opinion (en ce qui me concerne, je pense que…, à mon avis, je suis d’accord, je ne suis pas
d’accord…)
As far as I am concerned… In my opinion… My opinion is…
From a personal point of view…
I agree with… I disagree with…
I strongly disapprove of such an idea… I am in favour of…
Examples: As far as I am concerned, I totally disagree with what he says. In my opinion, he is
wrong.
Conclusion (en conclusion, en bref, en résumé…)
To conclude… In conclusion…
In short… In a word…
In brief… To sum up… (To put it) in a nutshell… All in all…
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Examples: In conclusion / To conclude, let me say that…


To put it in a nutshell, education is the key word.

3. La ponctuation

a. La virgule (Comma)
• Elle ne s’emploie pas entre le sujet et le verbe et entre le verbe et le complément :
An advertising agency handles its clients’ advertising.
• Elle s’emploie après les différents éléments d’une énumération mais disparaît avant le dernier
élément pour être remplacé par « and » :
Publicity involves market research, sales promotion, advertising and public relations.
• Elle s’emploie pour une apposition :
Our new sales representative, Mr. Howard Smith, will be in London on Monday, January 23rd.
• Elle s’emploie après une subordonnée :
Once a bankrupt has obtained his discharge, the balance of his debt is wiped out.
Any time after the making of the receiving order, the debtor may make a proposal to his
creditors.
• Elle peut s’employer pour un dialogue :
He opened the door and said, « Is this the meeting room? »

 201221TDPA0113 15
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Attention
Attention à son emploi avec une proposition relative !
The employees, who were angry, went on strike (proposition non définissante mais explicative).
The employees who were angry went on strike (proposition définissante ; seuls les employés
en colère se sont mis en grève).

b. Le point (Full stop (UK)/Period (US))


Il indique la fin de la phrase. Le premier mot d’une phrase prend toujours une majuscule.

c. Le point virgule (Semi-colon)


Il sépare, à l’intérieur d’une phrase, des propositions indépendantes mais étroitement liées ou
des éléments complexes d’une liste.
A price is quoted franco when the goods are delivered free of charge to the customers’ premises;
free ex-warehouse, ex-works or loco when it does not include the carriage charges; free to… etc.

d. Les deux points (Colon)


Ils s’utilisent pour introduire une énumération, une explication, un dialogue.
Railways quote two rates: a carrier’s risk rate and an owner’s risk rate.
Marketing includes all the different techniques used to sell a product or develop a service. It like-
wise involves the auxiliaries of trade: transport, financing, insurance, warehousing and publicity.
He said: “This is the meeting room.”

e. Le point d’interrogation (Question mark)


Il s’emploie pour poser une question.
What are commercial banks?

f. Le point d’exclamation (Exclamation Mark)


Il s’emploie pour indiquer une surprise, un ordre, une forte émotion…
Call us!

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
What a bargain!

g. Les parenthèses (Brackets)


Elles s’emploient pour ajouter une information, un élément moins important dans la phrase.
A statement of account lists the amount and dates of the invoices sent during a stated period
(usually a month).

h. Le tiret (Dash)
Il peut s’utiliser à la place des parenthèses, des deux points et d’une virgule (langue courante).
Property is anything legally owned. It may be either real property – land and buildings – or per-
sonal property.
Street parking is permitted for short periods only – either with or without discs – or on payment
at parking meters.

i. Les guillemets (Quotation/Speech marks; inverted commas)


Ils s’utilisent pour faire une citation et indiquer le discours direct.
He said: « Our company is leading the market. »

j. Le trait d’union
Il s’emploie entre les deux parties de certains mots composés. »
Free ex-works: franco usine.
Follow-up letter: lettre de relance.

16
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

4. Les exercices d’application

Exercice 1

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Choose the appropriate linking words: and, but, so, in addition, however, therefore, also, yet,
consequently, moreover, nevertheless, thus.
a. Profits have increased over the past few months …………………. we start the new year in a
strong financial position.
b. …………………. we have increased our share of the market.
c. …………………. we should not underestimate competition.

Corrigé
a. Il s’agit d’une consequence, on peut utiliser : so, therefore, consequently, thus.
b. Il s’agit d’une information supplémentaire, on peut utiliser : and, in addition, also, moreover.
c. Il s’agit d’un contraste, on peut utiliser : but, however, yet, nevertheless.

Exercice 2

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Choose the appropriate linking words:
a. The economic situation is… I don’t think it is a good idea to invest in luxury. (so as/so that/
such as/such that)
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

b. Just… the boss got so angry with his secretary, I don’t know. (because/why/as/that)
c. The sales team has been working hard… the beginning of the year. (on/while/since/meanwhile)

Corrigé
a. such that (conséquence)
b. why (cause)
c. since (moment de départ)

Exercice 3

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Fill in the gaps with the appropriate linking words:
a. … the specialists, the economy goes through great cycles.
b. … waiting for help, you should try and do it yourself.
c. … the difficulties, we’ll have to go through with the project.
d. You will… send a fax,… sort the mail… type the letters.
e. He works hard… become a computer analyst.
f. You won’t get the job… you make a good impression.

 201221TDPA0113 17
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Corrigé
a. according to
b. instead of
c. in spite of/despite
d. first, then, and/finally/eventually
e. in order/so as to/to
f. unless

Exercice 4

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Match the linking words with the right notions.
a. according to 1. contrast
b. firstly 2. conclusion
c. really 3. cause
d. like 4. introduction
e. in other words 5. example
f. however 6. hesitation
g. due to 7. explanation
h. moreover 8. insistance
i. all in all 9. addition
j. well 10. opinion

Corrigé
a. 10. opinion b. 4. introduction

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
c. 8. insistance d. 5. example
e. 7. explanation f. 1. contrast
g. 3. cause h. 9. addition
i. 2. conclusion j. 6. hesitation

Exercice 5

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Combine all the sentences into one effective sentence and use the right punctuation.
Example:
Hartford is the capital of Connecticut. It is the second largest city in the state.
Correction : Hartford, the capital of Connecticut, is the second largest city.
a. Manufactures once took advantage of Hartford’s access to the Connecticut River. They also
enjoyed Hartford’s well-educated workforce.
b.  Today, great wealth abounds in Hartford. The wealth is centered in the insurance industry.
However, few manufacturing jobs are still available.

18
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

c. Some students become nervous around computers. They are nervous around anything high-
tech. Other students seem to enjoy new challenges. They regard learning how to use computers
as a kind of game.
d. Ramonita Espinoza used to coach at Notre Dame University. She now works at Uconn. She is
the new soccer coach.

Corrigé
Il s’agissait de lier les phrases en changeant la ponctuation et en ajoutant des mots de liaison
pour les rendre concises et efficaces. Il faut éviter de délayer les informations et aller à l’essentiel
dans un anglais le plus authentique possible et correct. Ces reformulations sont des proposi-
tions et d’autres seraient possibles.
a. Manufacturers once took advantage of Hartford’s access to the Connecticut River and the
city’s well-educated workforce.
b. Although/Though/Even though there is much wealth centered in Hartford’s insurance industry
today, there are few manufacturing jobs available.
c. Some students are nervous around computers or anything high-tech; others enjoy new chal-
lenges and regard learning how to use computers as a kind of game.
d.  Ramonita Esinoza, the new soccer coach at Uconn, was formerly a coach at Notre Dame
University.

Exercice 6

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Combine all the sentences into one effective sentence and use the right punctuation.
a. Mr Terry Burton is 50 years old. Mr Burton left Morgan Stanley in 2007. Mr Burton will join the
office of the chairman. This office was recently formed. In this office Mr Burton will give advice.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

The advice will be on risk management and strategy.


b. Parents are paying to send their teenage children abroad for an education. They are middlle-
class parents. There are tens of thousands of middle-class parents. The parents are from around
the world. The parents are paying thousands of dollars a year. The education is at private schools.
The schools are in distant countries. People in these countries speak English.
c. Tesla Motors makes cars. Tesla Motors is based in California. Tesla plans to build an electric
sports sedan. The sedan will have four doors. The sedan is for five passengers. The sedan can
be compared to a mid-range BMW. The price will be roughly $50,000.
d. Oliver Wilson has decided to leave our bank. Wilson is the junior accountant. Wilson’s appraisal
was unsatisfactory. The appraisal is once a year. You may remember this. Therefore we will have
to start recruiting a new replacement. We must do so as soon as we can.
e. We experienced a shortfall in earnings last year. The shortfall was serious. The reason is that
we lost one of our customers. He was a major customer. The customer started buying from our
competitor. This is our principal competitor.

Corrigé
a. Mr Terry Burton, 50, who left Morgan Stanley in 2007, will join the recently formed office of the
chairman where he will give advice on risk management and strategy.
b. Tens of thousands of middle-class parents from around the world are paying thousands of
dollars a year to send their teenage children for an education at private schools in distant English-
speaking countries.
c. Tesla Motors, the California-based carmaker plans to build an electric four-door, five-passen-
ger sports sedan, comparable to a mid-range BMW, that will sell for roughly $50,000.

 201221TDPA0113 19
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

d. Oliver Wilson, the junior accountant, whose yearly appraisal, you may remember, was unsat-
isfactory has decided to leave our bank, so we will have to start recruiting a new replacement as
soon as possible.
e. We experienced a serious shortfall in earnings last year as a result of losing one of our major
customers who started buying from our principal competitor.

C. Correspondance commerciale

1. Écrire une lettre – Writing a letter

Parts of a business letter

Sender’s details:
Jean Maillon, Entreprises Maillon SARL, 15 rue Turbigo, 75003-Paris.
Email : maillon@wanadoo.com

Reference:
Ref: DKB/45

Date:
12 June 2012
12th June 2012
June 12, 2012
June 12th 2012

Inside address:
The recipient’s name and address
Mr Alan Bates

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
General Manager
Ideal Wholesale Stores
25 Main Street
Oxford OX4 6JP
England

Purpose of the letter:


Re: outstanding invoice
Subject: outstanding invoice

Opening and closing salutations:


Dear Sir Yours faithfully
Dear Madam Yours faithfully
Dear Mr Bates Yours sincerely
Dear Mrs Wilson Yours sincerely
Dear Ms Hartford Yours sincerely

Enclosures:
Enc: Curriculum Vitae
Encl: Curriculum Vitae

20
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 7

Énoncé
Le directeur de la banque où vous travaillez au poste de chef comptable vous demande de répondre
au courrier d’un client éventuel qui sollicite un prêt bancaire pour agrandir son entreprise.
Vos coordonnées : Jean Chaumont, Chef comptable, Barclays Bank, 32 Bd Haussmann, 75002
Paris.
Le client : Ray Wilkinson, 55 rue de la Pompe, 75016 Paris

TRAVAIL À FAIRE
Rédigez la lettre en lui demandant de vous adresser les documents nécessaires pour bâtir
son dossier : le bilan et le compte de résultat des trois derniers exercices, les statuts de son
entreprise, le délai prévu et le devis pour les travaux, etc.
Ajoutez tous les éléments que vous jugez nécessaires dans ce genre d’affaire.
Proposez-lui un rendez-vous pour discuter du type de prêt, son degré de solvabilité, le rem-
boursement, l’assurance, l’hypothèque, etc.
Pensez à inclure les éléments tels que date, référence, objet, salutations et formules d’usage.

Corrigé

BARCLAYS BANK
32, Boulevard Haussmann, 75002 Paris, France
Tel. : 01.22.33.44.55 Fax: 01.55.66.77.88
email : barclaysb@wanadoo.com
Reference : PL/404
22nd March 2013
Mr Ray Wilkinson
55 rue de la Pompe
75016-Paris
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Re : Bank loan


Dear Mr Wilkinson
I would like to acknowledge receipt of your letter dated 3rd March and thank you for your interest
in and the choice of our bank. (I have duly received your letter dated…).
First of all, I have to inform you that we will have to make up a file for you as you are a new client
with us. As such, I would be most grateful if you would forward the following documents which
are indispensable in order to handle your case – the balance sheet and the profit and loss
statement for the past three years, copies of ownership, the memorandum and articles of
association of your firm, as well as the pro forma statements for the next three years.
If you already have the dates and an estimate for the renovation, kindly inform us as well.
We would have to set up an appointment to discuss your current indebtedness, the terms and
conditions of repayment, the type of loan you would like to take out (long, medium or short term)
and the interest rates. There is also the question of the sort of collateral you intend to offer or a
mortgage (fixed or ajustable rates) and the insurance policy suited to your needs.
May I suggest a meeting with you mid-April, preferably in the morning at our office. Should you
require any further information to assist you in putting together your dossier, do not hesitate to
get in touch with me on extension 88.99.
Please find enclosed a copy of our Barclay’s Credit brochure.
I look forward to hearing from you in the near future and to doing business with you.
Yours sincerely,
Signature
Jean Chaumont
Chief Accountant
Encl: 1 brochure

 201221TDPA0113 21
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

2. Écrire un email – Writing an email

a. Don’ts

From meredith.woodward@hearst_corp.co.eg
Date 30:3:12 10:35
To idris@idrisshaker.com
CC
Subject Hello!!!! (1)

hi (2) Idris
Hope things r (3) well with u, its good 2 know that u will be back in egypt (4) again in dec to hold
your seminar on effective biz letter writing. PLS LET ME HAVE SOME FREE DATE (5) while u r
over here. Some bookstores r interested ina talk cum singing (6) event,
I hope u will agree to take part.

Tnks & regs (7)


Meredith

(1) It is a poor subject line.


(2) Hi is OK, but use a capital letter.
(3) Abbreviations like r, u and 2 are only suitable for mobile phone text messages.
(4) Use capital letters.
(5) Don’t abbreviate. Capitals are like shouting and aggression. They are not polite.
(6) Check your spelling. The writer probably means “signing”.
(7) Avoid abbreviations like this at the close (Please, Thanks and regards).

b. Do’s

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
From meredith.woodward@hearst_corp.co.eg
Date 30:3:12 10:35
To idris@idrisshaker.com
CC
Subject Book signing in Egypt

Hello Idris
I hope things are well with you.
I was pleased to hear that you will be back in Egypt again in December to hold your seminar on
Effective Business Letter Writing.

Some bookstores are interested in asking you to do a talk and signing event. I hope you will
agree to take part. If so, please let me have some free dates while you are over here.

See you soon.


Meredith

22
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Phrases for e-mails and letter writing

Openings:
The standard opening for formal correspondance: Dear
Dear Sir Dear Mr Wilson
Dear Madam Dear Mrs Jones
Dear Sir or Madam Dear Ms Harrison
Dear Sirs
Useful phrases:
Thank you for your letter of [date] concerning As stated in your letter/fax of [date]
Thank you for sending me a [catalogue, quotation] I wish to draw your attention to the
Thank you for your enquiry of [date] I wish to inform you that…
I refer to your letter of [date] concerning I am writing to inform you that…
Further to our telephone conversation of [date] I am writing to express my dissatisfaction with…
I am writing to confirm our telephone Please note that…
conversation of [date]
I would be grateful if you could forward me a Please find enclosed / attached
[price list, catalogue]
I am contacting you regarding…
Good/bad news:
We are pleased to announce / to inform you that… I am pleased / delighted to inform you that…
We regret to inform you that… Unfortunately, we are unable to…
I am afraid it would not be possible to… I am writing to complain about…
Apologizing:
We are sorry for the delay in replying We regret any inconvenience caused
I would like to apologize for the delay /
inconvenience
Orders:
I am pleased to acknowledge receipt of your We would like to cancel our order n°…
order n°…
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Your order will be processed as quickly as Unfortunately, these items are no longer
possible available / are out of stock
Prices:
You will find enclosed our most recent catalogue Please note our prices are subject to change
and price list without notice
We have pleasure in enclosing a detailed quotation Our terms of payment are as follows:
Payment:
According to our records we have not yet
received payment of… You will receive a credit note for the sum of…
Closures:
I look forward to hearing from you I look forward to hearing your response
I would be most grateful if you would look into I trust that you will give this matter your urgent
this matter as soon as possible attention
We hope you can settle this matter to our Please do not hesitate to contact me should you
satisfaction require further information
We look forward to a successful working Please let me know as soon as possible what
relationship in the future action you propose to take
Please contact me if you require further details
Ending:
If you know the person’s name use: Dear Mr Bates…… Yours sincerely
If you don’t know the person’s name use: Dear Sir……Yours faithfully
Sincerely
Sincerely yours

 201221TDPA0113 23
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Personal e-mail and letter writing phrases

Openings:
The standard opening for personal correspondence is “Dear” but variations include:
Hi My dear…
Hello My dearest…
Darling…

Useful phrases:
Thank you for your letter [inviting, offering, confirming] I am happy to announce that
I am very grateful to you for [letting me know, offering, writing] I was delighted to hear that
It was so kind of you to [write, invite, send] I am sorry to inform you that
Many thanks for [sending, inviting, enclosing] I was so sorry to hear that
I am writing to tell you that

Closures: For acquaintances and informal situations


Regards With best wishes
Best wishes Kindest regards
Best regards

Closures: Affectionate variations for close friends and family


All my love See you soon
All the best Once again many thanks
Love I look forward to seeing you soon
Lots of love With love and best wishes
Much love With love to you all
With love Do give my kindest regards to…
Love from us both

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Exercice 8

Énoncé
Le client : M. Gilles Duprez, 50 avenue Trudaine, 75009 Paris.
Email : gduprez@hotmail.com
Votre société : M. Jean Maillon, Entreprises Maillon SARL, 15 rue Turbigo, 75003 Paris. Email :
maillon@wanadoo.com
Vous êtes le chef comptable dans la société « Entreprises Maillon SA ». La facture d’un client,
M. Gilles Duprez, pour une somme de 8 550 euros aurait dû être réglée depuis un mois. Le délai
pour le réglement est de 30 jours. Votre directeur vous demande de traiter ce dossier.

TRAVAIL À FAIRE
1. Envoyez un e-mail de rappel de quelques lignes à M. Duprez.
2. Vous n’avez toujours pas de nouvelles après 15 jours. Envoyez-lui cette fois-ci une lettre
en recommandé. Joignez une photocopie de la facture. Soyez ferme et menaçant.
3.  M.  Duprez se manifeste finalement. Envoyez un e-mail de quelques lignes au nom de
M. Duprez. Précisez les raisons de l’oubli. Un chèque sera expédié tout de suite.

24
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Corrigé

1. E-mail. A reminder

From maillon@wanadoo.com
Date 29 January 2012
To gduprez@hotmail.com

Re: Outstanding invoice


Dear Mr Duprez
I am writing to let you know that your account no AXZ 65709 is currently overdue. The deadline
for the settlement of your bill was 15 January. May I remind you that credit is granted for a
30-day period. Please find attached a copy of your statement of account which shows a balance
due of 8 550 euros.
Thank you for your prompt attention to this matter

Yours sincerely
Jean Maillon
Managing Director

2. A letter. A final reminder

REGISTERED LETTER
M. Jean Maillon
Entreprises Maillon SARL
15 rue Turbigo, 75003 Paris
Telephone : 01.45.56.82.10
Fax : 01.45.56.88.11
email : maillon@wanadoo.com
Ref : DXZ/22
23 February 2012
Mr Gilles Duprez
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

50 avenue Trudaine
75009 Paris
Re: Outstanding invoice

Dear Mr Duprez
On January 29, we called your attention to the outstanding balance of 8 550 euros on your
account no AXZ 65709. According to our records we have still not received payment nor have
we received a reply to our mail.
We extended credit to you on your account in good faith and expected payment under our
normal thirty-day terms, which we feel are most reasonable. So that no further action on our part
will be necessary, we would appreciate your prompt settlement in full or the courtesy of a reply
why payment is being withheld.
Unless we receive a prompt reply on this matter, we will have no alternative but to transfer your
file to our legal department. We would, of course, prefer not to have to resort to such drastic
measures.
Please find enclosed a copy of your statement of account.
We look forward to hearing from you in the very near future.
Yours sincerely

Signature

Jean Maillon
Managing Director

Enc : 1

 201221TDPA0113 25
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

3. E-mail. An apology

Re: outstanding invoice


Dear Mr Maillon
Duly received your mail. We have just renovated our office and I am afraid your invoice was mislaid.
In addition, our computer system broke down recently. I will be sending you a cheque for the sum
of 8 550 euros today. Please accept my sincere apologies for any inconvenience caused.
I look forward to doing business with you as usual in the future.

Yours sincerely

Gilles Duprez

3. Écrire une note – Writing a memo


A memorandum (or memo) is a very common form of business communication which is
exchanged between members of the same organisation, and often requests action to be taken.
It may be sent to a single person or a group of people.
There are different techniques used in memo writing, but several basic rules should always be
applied:
• Memos are a little less formal than letters so it is best to use simple language and a neutral tone.
• You should keep your memo clear: use short and simple sentences.
• A memo should not be any longer than one page. Most people do not have time to read long
memos.
• The opening and closing formula can be more direct and less formal than in a letter.

Exemple applicatif

Sopharmax Laboratories are sending a delegation of executives to Switzerland to negotiate an


important contract, so the executives are going to attend a series of seminars given by Ulrich
Meyer, a Swiss consultant.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Read the memo from the Managing Director to the Human Resources Manager, Lawrence
Greenfield. It shows the parts of the memo (A-F).
A. When the memo is sent.
B. Name of the person to whom the memo is sent.
C. A short heading which tells you what the memo is about.
D. A brief introduction to the memo giving the most important information.
E. The body of the memo (can be done in the form of a list enumerating the actions to take).
F. The conclusion of the memo, which often recommends a course of action.
Sopharmax Memorandum
A DATE 20th December
B TO Lawrence Greenfield, Human Resources Manager
FROM Harry Mallet, Managing Director
C SUBJECT or RE Seminars on national regulations on the safety of drugs.
Lawrence
The trip to Geneva has been confirmed for the 18th of next month. I’ve decided to go ahead with
D
the seminars as we discussed before.
Could you contact the consultant you mentioned and get back to me about the following:
– The topics he covers
E – Short description of each topic
– Whether you think we should use his services or look for someone else
We haven’t much time, so could you arrange this asap* and also check the availability of the
F
executives who will be involved in this training.
H.M. * as soon as possible

26
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

D. Commentaire de document

1. Dealing with numbers


a. Numbers: 15, 50, 15,000: fifteen, fifty, fifteen thousand
486: four hundred and eighty six
L’utilisation de « and » se produit seulement entre les centaines et les dizaines.
1,467: one thousand four hundred and sixty seven
En anglais américain, on se dispense du « and » : one thousand four hundred sixty seven
b. Les mots tels que « dozen » (douzaine), « score » (vingtaine), « hundred », « thousand », « mil-
lion » et « billion » ne prennent jamais la marque du pluriel (s) s’ils sont précédés d’un nombre.
Ce sont des adjectifs donc invariables : 2 dozen eggs, four score files, two hundred Euros, fifty
million claims, 1.6 billion premiums.
Ces termes prennent la marque du pluriel quand ils sont des noms employés dans le sens de
« des » ou « plusieurs » :
Millions of members have insurance policies. Des millions de membres ont des polices
d’assurance.
c. How should these figures be spoken?
269,457,310: two hundred and sixty-nine million, four hundred and fifty-seven thousand, three
hundred and ten
9,479,000: nine million, four hundred and seventy-nine thousand
53,448,291: fifty three million, four hundred and forty eight thousand, two hundred and
ninety-one
d. Decimals
Les décimales sont indiquées par un point (point) et pas par une virgule (comma).
Après la décimale, on prononce chaque chiffre séparément :
43.35 (forty three point three five)
Après la décimale, le zéro se prononce O, comme la lettre de l’alphabet :
3.05 (three point O five)
e. Percentage (%)
75% (seventy five per cent), avec l’accent sur la deuxième syllabe
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

f. Totals
The population of France totalled (came to) 60,000,000 last year.
g. Fractions
1/2: a half 2/3: two thirds
1/3: a third 5/8: five eighths
1/4: a quarter 3/4: three quarters

h. Mathematical symbols
3 + 8: three plus eight
15 − 9: fifteen minus nine
8 × 4: eight times four
5 + 4 = 9: five plus four equals nine
6
 : six divided by two
2
A > B: A is greater then B
A is more than B
A < B: A is less than B
A is smaller than B

 201221TDPA0113 27
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

2. Describing trends
Some of the most common expressions used to describe trends are set below.
To indicate upward movement
a rise to rise
an increase to increase: to go up
a climb to climb
a jump to jump / to reach a peak

To indicate downward movement


a fall to fall
a drop to drop
a decline to decline
a decrease to decrease

To indicate stability
To level out/off to remain stable

To indicate fluctuation
To fluctuate

3. Intensifiers and softeners


Compare
A: 298 B: 300 B is fractionally higher than A / A is marginally lower than B
A: 100 B: 60 B is somewhat lower
A: 200 B: 190 A is slightly higher than B / B is a little lower than A
A: 400 B: 200 A is considerably higher than B / B is substantially lower than A
A: 200 B: 50 A is a great deal higher / B is far lower / much lower / dramatically lower than B

4. Rates of change (nuancer)

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Examples
• With adverbs
In 2013, sales rose slightly
dramatically = sharply = rapidly
gradually = steadily
• With adjectives
There has been a slight / sharp / steady fall in population since the war.

5. Use of prepositions in the context of trends


The percentage rose from 70% to 90%.
The figure fell from 90 to 70.
The amount stayed / levelled out at 300,000.
The figure went up / rose by 5 percent.
There was a rise of 10 percent last month.
There has been a drop in sales lately.

28
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 9

Énoncé
Commenting a (line) chart
140

120

100

80

60

40

20

0
y

ry

ch

ril

ay

ne

ly

st

er

r
be

be

be
ar

Ju
Ap

gu
ua

ob
M
ar

Ju
nu

em

em

m
br

Au

ct

ce
Ja

Fe

pt

ov
O

De
Se

N
Ice cream Hot snacks

This report was issued on November 2013.


This chart shows the 2013 results of sales of ice cream and hot snacks in your company. Write
a report to describe the performance of these products, and provide explanations.
Figures are given in millions of euros.

Corrigé
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Les mots de liaison sont soulignés.


Notez l’emploi des temps selon qu’il s’agit :
• d’une période passée (preterit) ;
• d'une période dont on fait le bilan jusqu’à présent (present perfect) ;
• d’une prévision (be expected to/before cast to be likely to).
This report summarises the 2013 performance of two lines of our core products, namely (c’est-
à-dire), ice cream and hot snacks.
Ice creams sold on average (en moyenne) 10 million euros during the first quarter due to the cold
weather, before rocketing in the months May to August and reaching a peak in August at 120
million euros. The beautiful weather resulted in / caused these excellent figures.
However, as you know, they have plummeted to just 10 million euros in November.
Concerning hot snacks, we sold approximately 100 million euros per month over the first two
months of the year, after which their sales shrank to just under 60 million in June down from 80
million in April. They then rose again to 80 million in July before dipping/dropping to 50 million
in November. Sales are expected to soar/are likely to reach (pour atteindre) 120 million in
December.
In summary, these figures show that sales of these two lines are highly seasonal as they com-
pletely rely on the weather.

 201221TDPA0113 29
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

E. Résumé et note de synthèse

1. Le résumé
Le résumé est une contraction d’un texte en un nombre de mots imposé avec restitution de
toutes les idées. Ce n’est pas une juxtaposition des phrases mais une ré-écriture personnelle,
qui reste fidèle à la progression des idées développées dans le texte. Le résumé est objectif et il
n’apporte aucun jugement sur le contenu et il n’ajoute aucun commentaire personnel au texte.
Un bon résumé restitue avec rigueur le sens et le contenu du texte initial.

CONSEILS
• Suivez la logique du texte. Dégagez le thème principal et repérez les différentes étapes de la
réflexion. Chaque paragraphe apporte des informations supplémentaires en vue de répondre
au questionnement d’ensemble.
• Suivez les étapes du texte tout en veillant à l’exactitude et à la concision. Reformulez un
ensemble cohérent et fidèle au texte.
• Ne gardez que les grandes idées. Éliminez les détails, les citations, les énumérations, les
chiffres et les exemples qui ne servent qu’à illustrer une idée déjà formulée.
• Ne reprenez jamais les expressions et les phrases entières du texte. Ne citez pas le texte.
Utilisez un vocabulaire personnel, votre propre langage et les synonymes.
• Évitez les tournures telles que « l’auteur déclare que… » ; « le texte dit que… ».
• Reliez les paragraphes entre eux par des « connecteurs » (linking words). Allez à la ligne pour
chaque nouveau paragraphe.
• Si le résumé est à faire en français, ne faites surtout pas une traduction du texte.
• Respectez la limite du nombre de mots. Indiquez le nombre de mots à la fin du résumé. Une
marge de 10 % est accordée en plus ou en moins. Le non-respect du nombre de mots est
sanctionné.
• Peaufinez votre présentation : écriture, marge, mise en page soignées.
• Vérifiez la correction de la langue (surtout pour le résumé en français) : grammaire, ortho-
graphe et vocabulaire.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
2. La synthèse (exercice de l’examen d’État)
La synthèse se fait à partir d’un dossier qui comporte différents documents : des textes, des
dessins, des tableaux, des données chiffrées en tableaux ou en graphiques… Il faut dégager de
l’ensemble du dossier une construction logique qui rende compte de la diversité ou la similitude
des points de vue. La synthèse présente ces documents de manière simplifiée mais complète.
La synthèse de documents a de nombreux points communs avec le résumé :
• les citations directes sont interdites ;
• il faut chercher une reformulation personnelle ;
• il faut rester objectif : donnez uniquement le point de vue de l’auteur.

CONSEILS
• Énoncez le thème dans votre introduction et présentez chacun des documents.
• Formulez la problématique et annoncez les grands axes de réflexion.
• Faites un développement organisé en paragraphes.
• Contrairement au résumé, on n’est pas obligé de suivre l’ordre des documents. Regroupez,
réorganisez et triez les informations.
• Faites une conclusion objective qui fait le bilan de la réflexion.

30
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 10

Énoncé
Voici deux articles qui illustrent plusieurs aspects de l’évolution des entreprises par le biais des
acquisitions et des fusions.

H and M agrees to acquire 60% of Swedish fashion maker


The clothing retailer Hennes and Mauritz said Thursday that it had agreed to buy the Swedish
fashion company Fabric Scandinavia, acquiring brands that include the Cheap Monday denim line.
H and M will buy 60 percent of Fabric Scandinavien for $92 million, in cash and has an option to
purchase the remaining shares within five years, the company said. Rolf Erikson, the chief execu-
tive of H and M, said Fabric Scandinavien would operate as a separate company, overseen by its
four founders.
The purchase is the first of another fashion brand in the 61-year history of H and M, and mirrors a
strategy by Inditex, its larger European rival, of owning several labels. H and M introduced the
higher-priced COS chain last year, plans to create a home-decoration unit, and is considering fur-
ther acquisitions, Erikson said.
Fabric Scandinavien designer brands include MTWTFSS Weekday, Cheap Monday and Monki.
H and M acquired Fabric Scandinavien partly because of the success it had in Sweden, where it is
“hard to be successful”, Erikson said.
Lars Karlsson, chief executive of Fabric Scandinavien, said the founders of the company had
agreed to the sale to help the business expand internationally.
Fabric has about 300 employees, while H and M has 68,000 workers.
Adapted from Herald Tribune, March 2008.

Talk of airline mergers fade after pilots fail to agree


Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Early this year, U.S. airlines and industry experts seemed unanimous in their view that airline merg-
ers were necessary and inevitable. But some of that certainty has faded.
The outlook for the U.S. airline consolidation in 2008 has dimmed rapidly in recent weeks because
of the apparent inability of pilots at Delta Air Lines and Northwest Airlines to reach an integration
deal.
Optimism that consolidation will shrink the industry, reducing excess capacity and costs, has
decreased. Such talk has given way to statements by airline executives that they have solid stand-
alone plans that will get companies past soaring fuel prices, softening demand and low-cost
competition.
Until two weeks ago, a merger between Delta and Northwest seemed all but assured. The only
major issue left to be resolved was the integration of the unionized pilots at the two carriers.
The two groups eventually broke off talks, effectively halting plans for a merger.
For years, airline experts have been full-throated proponents of consolidation as a means of stabi-
lizing the industry, which is burdened by overcapacity.
Adapted from Herald Tribune, March 2008.

 201221TDPA0113 31
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

TRAVAIL À FAIRE
Vous travaillez dans une entreprise qui projette de racheter une autre société. Vous souhaitez
faire part à votre directeur de ces deux cas de rachat/fusion (H et M et Delta Airlines) que vous
avez trouvés dans la presse anglophone. Comme ce dirigeant ne comprend pas l’anglais,
vous lui faites un court compte-rendu en français des informations essentielles de chaque
cas en faisant bien apparaître le(s) contraste(s) qui existe(nt) entre le cas H et M et le cas de
Delta Airlines. Votre compte-rendu devra tenir en environ 100 mots. Par conséquent, il ne
s’agit en aucun cas de traduire les deux articles.

Corrigé
Après avoir lancé une chaîne plus haut de gamme l’année dernière, H et M, le détaillant de mode,
poursuit sa stratégie de développement face à Inditex, le numéro un européen du secteur, en
rachetant Fabric Scandinavien, un fabricant suédois de plusieurs marques haut de gamme déjà
bien implanté sur le marché réputé difficile de la Suède. En contrepartie, ce rachat permettra à
Fabric Scandinavien de se développer à l’international.
Contrairement à la politique expansionniste de H et M, les regroupements voulus dans l’aviation
américaine serait un moyen de restreindre une capacité jugée excessive.
Le projet de fusion entre Delta Airlines et Northwest Airlines, souhaitée par l’ensemble des
acteurs de l’aviation civile américaine, a échoué devant le refus des syndicats de trouver un
accord permettant l’intégration des pilotes des deux compagnies.
L’industrie, qui souffre actuellement d’une surcapacité et de coûts de fonctionnement excessifs
provoqués par la concurrence accrue des compagnies à bas prix et la flambée du prix du kéro-
sène, souhaite assainir cette situation au moyen de regroupements des compagnies existantes.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

32
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Plan annuel du cours

Série 1

Partie 1
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Partie 2
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Série 2

Partie 3
I. Grammaire
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

II. Les points principaux à retenir de cette partie


III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Partie 4
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Série 3

Partie 5
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

 201221TDPA0113 33
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Partie 6
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Série 4

Partie 7
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Partie 8
I. Grammaire
II. Les points principaux à retenir de cette partie
III. Business and economy
IV. Exercices autocorrigés

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

34
1

partie
I. Grammaire

A. Le présent d’un verbe


L’anglais est extrêmement précis pour exprimer le temps d’une action. La spécificité, la multipli-
cité et la complexité des règles font du temps présent probablement le plus difficile à appliquer
pour quelqu’un dont l’anglais n’est pas la langue maternelle.

1. Le présent des verbes « be », « can », « must », « have got »


Commençons par quatre verbes dont le comportement est assez similaire en français : be (être),
can (pouvoir), must (devoir), et have got (avoir).
Dans le tableau ci-après, les expressions en italique correspondent aux formes contractées.

Forme affirmative Forme négative Forme interrogative Forme interronégative


BE I am / I’m I am not / I’m not am I? am I not? / aren’t I?
he is* / he’s he is not / he isn’t, he’s not is he? is he not? / isn’t he?
we are** / we’re we are not / we aren’t are we? are we not? / aren’t we?
                    we’re not
CAN I can (forme invariable I cannot / I can’t can I? can I not? / can’t I?
à toutes les personnes)
MUST I must (forme invariable I must not / I mustn’t must I? must I not? / mustn’t I?
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

à toutes les personnes)


HAVE I have got** / I’ve got I have not got / I haven’t got have I got? have I not got? /
GOT he has got* / he’s got he has not got / he hasn’t has he got? haven’t I got?
got has he not got? /
hasn’t he got?
* Formes identiques pour he, she et it.
** Formes identiques pour we, you et they.

a. Points à retenir sur la structure

➠➠La forme affirmative


Le sujet précède toujours le verbe :

Exemples
The documents are ready.
I must obtain the authorization from the accountant (comptable).
La forme contractée est préférable pour la langue écrite aussi bien que parlée. La forme non
contractée est appropriée lorsque l’on veut insister sur le sens, et aussi pour les documents
formels tels par exemple des contrats.

 201221TDPA0113 35
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

➠➠La forme interrogative


Pour « be », « can » et « must », la forme interrogative se construit en inversant les positions
relatives du sujet et du verbe.

Exemples
Are the documents ready?
Can you transfer (virer) the money into my account (compte)?
Must I obtain the authorization from the accountant?
Pour « have got », seulement « have » et « has » sont inversés avec le sujet et « got » reste à sa
position initiale (après le sujet).

Exemples
Have you got the data (données)?
Has the secretary got the file (dossier)?
Dans une question, la position du sujet est fixe, que ce soit un nom ou un pronom. Le sujet n’est
jamais le premier élément d’une question ; il est toujours après « am, is, are, can, must, have »,
et « has » :

Exemples
Is Microsoft a computer company? (et non : Microsoft, is it a computer company?)
Is it a computer company?
Has it got a large staff (effectif)?
Must the employees work hard?

➠➠La forme interro-négative


Remarquez la différence entre les formes contractées et non contractées dans la tournure
interro-négative :

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Exemples

Formes contractées Formes non contractées


Aren’t the calculations right (juste/exact)? = Are the calculations not right?
Can’t she attend (assister)? = Can she not attend?
Mustn’t we respond quickly? = Must we not respond quickly?
Haven’t I got everything? = Have I not got everything?

Remarquez également cette forme particulière : Am I not? contracté devient Aren’t I?

b. Utilisations spéciales de « to be »


Dans certains cas, l’anglais utilise « to be » là où le français emploie « faire » ou « avoir ». Voici
les plus importants à retenir :
« To be » remplace « faire » :
It’s nice out → Il fait beau
It’s dark out → Il fait nuit
It’s light out → Il fait jour
« To be » remplace « avoir » :
I’m thirty years old → J’ai trente ans
I’m hungry/thirsty/sleepy → J’ai faim/soif/sommeil
I’m right/wrong → J’ai raison/tort

36
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Remarquez les traductions du mot « right » selon les sujets employés :


• Pour les choses : « It’s right » (c’est exact/juste)
• Pour les personnes : « We’re right » (nous avons raison)
« Il y a » est traduit par « there is » au singulier et, au pluriel par « there are » :
• There is one document → Il y a un document
• There are many documents → Il y a beaucoup de documents
« To be » remplace « aller » :
• How are you? Comment allez-vous ? ; Comment vas-tu ?
• I’m fine, thanks. → Je vais bien, merci.
• How is business? → Comment vont les affaires ?
« To be able to » remplace « pouvoir » :
To be able to est fréquemment une façon d’exprimer le verbe « pouvoir » :
• I am able to = I can
• She (he/it) is able to = She (he/it) can
• You (we/they) are able to = You (we/they) can

Exemples
I’m now able to estimate the costs (coûts/frais/charges).
Is he able to come?
They aren’t able to do it.
Aren’t you able to help us?

Rappel
On emploie la préposition « to » après les formes de « be able », mais jamais après « can » :
Je peux le faire : I’m able to do it ou I can do it.
« To be supposed to » remplace « devoir » :
« Must » est la traduction de « devoir » au sens d’obligation ou de nécessité. « To be supposed
to » signifie littéralement « être supposé » et est employé pour « devoir » dans le sens d’une
probabilité ou d’un événement planifié qui « doit » se produire plutôt que d’une nécessité. Il ne
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

peut donc avoir le même sens que « must ».

Exemples
The bus is supposed to come now: Le bus doit arriver maintenant.
(et non pas : The bus must come now.)
He’s supposed to see them today: Il doit les voir aujourd’hui ; il est prévu que…
« To be supposed to » peut également signifier « être censé » au sens d’une conformité à une
règle, à des instructions ou à un rôle.

Exemples
Accountants are supposed to prepare the accounts. They aren’t supposed to give an opinion
on the accounts.
Statutory auditors (les commissaires aux comptes) aren’t supposed to prepare a company’s
financial statements (états financiers). They are supposed to judge if the accounts give a true
and fair view (image fidèle) of a company’s finances.
Phillip Jones is supposed to be one of the best lawyers (avocat ; juriste) in New York.

 201221TDPA0113 37
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Rappel
On emploie « to » avec les formes de « supposed to », mais jamais avec « must » :
Elle doit partir : She must leave (= obligation)
She is supposed to leave (= c’est prévu)

2. Le présent de tous les autres verbes

a. Le présent simple

➠➠La structure du présent simple


Pour tous les autres verbes (c’est-à-dire tous les verbes sauf « be », « can », « must », « have
got »), il existe deux formes possibles du présent. Le premier est le « présent simple ». Cette
forme du présent se construit comme suit (dans le tableau ci-après, les expressions en italique
correspondent aux formes contractées).

Exemple
« work » (travailler ; marcher/fonctionner)

Forme affirmative Forme négative Forme interrogative Forme interronégative


I work** I do not work / I don’t work do I work? do I not work? / don’t I work?
he works* he does not work / does he work? does he not work? / doesn’t
he doesn’t work he work?
** Formes identiques pour we, you, they et I.
* Formes identiques pour he, she et it.

➠➠Les points à retenir

La forme affirmative
Il faut mettre un « s » à la fin du verbe pour indiquer la 3e personne du singulier (he, she, it, this,
that).

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Les formes interrogatives et négatives
La forme interrogative est construite avec l’addition de « do » (pour les sujets I, you, we, they,
these, those) et « does » (pour he, she, it, this, that) devant le sujet. La forme négative utilise
«  don’t  » ou «  doesn’t  » (pour la 3e personne du singulier) devant le verbe. L’utilisation de
« does » ou « doesn’t » supprime le « s » à la fin du verbe !! :
He works. Does he work? He doesn’t work. Doesn’t he work?
You work. Do you work? You don’t work. Don’t you work?

Remarquez là aussi les différences dans la position des mots entre les formes contractées et non
contractées :
Doesn’t this machine work? ou Does this machine not work?

Tous les verbes, à l’exclusion de « be », « can », « must » et « have got », doivent être utilisés
avec « do/don’t » et « does/doesn’t » :
• What types of films do you like?
• When do they prepare the budget?
• Where does the company have its headquarters (siège social)?

38
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Comparez les formes interrogatives et négatives au présent pour « be », « can », « must », « have
got » avec les formes pour tous les autres verbes (avec « work » comme exemple) :

Formes interrogatives Formes négatives


Is he competent? He isn’t competent.
Can he do the job? He can’t do the job.
Must he do the job? He mustn’t do the job.
Has he got the skills? He hasn’t got the skills (compétences).
Does he work well? He doesn’t work well.

➠➠Le verbe « do »


Le verbe « do » fonctionne comme les autres verbes en utilisant les auxiliaires « do » et « does » :
We do. Do we do? We don’t do. Don’t we do? (Do we not do?)
She does. Does she do? She doesn’t do. Doesn’t she do? (Does she not do?)

Exemples
What do you do for a living?: Que faites-vous dans la vie ?
How do you do this procedure?

➠➠Les verbes « have got » et « have »


Ces deux verbes ont exactement le même sens : avoir ou posséder.
Leur seule différence réside dans la construction de leurs formes négative et interrogative.
We have got. Have we got? We haven’t got. Haven’t we got?
We have. Do we have? We don’t have. Don’t we have?

• The company has one subsidiary (filiale) = The company has got one subsidiary.
• I don’t have the time to speak now = I haven’t got the time to speak now.
Parfois, les deux formes sont utilisées dans la même phrase :
• We don’t have the money, and we haven’t got the infrastructure.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

➠➠Les verbes « must », « have got to », « have to »


Ces trois verbes veulent dire « devoir » dans le sens d’obligation et nécessité. Là encore, la seule
différence réside dans leurs structures :
• Must we amortize (amortir) it?
• Do we have to amortize it?
• Have we got to amortize it?
(Des différences plus subtiles entre ces trois verbes seront explorées dans des séries ultérieures.)

Exercice 1

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Changez les phrases suivantes en leurs formes interrogatives et négatives en utilisant les
contractions lorsque c’est possible :
1. There are six accountants working for the company.
2. She can speak English well.
3. She speaks English well.
4. She’s fluent in English.
5. You must write your name.

 201221TDPA0113 39
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

6. They work for a big accounting firm.


7. He’s got many contacts.
8. He has many contacts.
9. She studies every day.
10. That means many opportunities for us.
11. They do many important jobs.
12. I agree with you.

Corrigé
1. Are there six accountants? There aren’t six accountants.
2. Can she speak …........? She can’t speak …........
3. Does she speak …........? She doesn’t speak …........
4. Is she fluent …........? She isn’t fluent ….........
5. Must you write …........? You mustn’t write ….........
6. Do they work …........? They don’t work …........
7. Has he got …........? He hasn’t got …........
8. Does he have …....? He doesn’t have ….......
9. Is he right? He isn’t right.
10. Does she study …........? She doesn’t study …........
11. Does that mean …........? That doesn’t mean …........
12. Do they agree …........? They don’t agree …........

➠➠Le sens du présent simple


Le présent simple exprime l’idée de l’habitude, de la permanence, de la régularité des
actions et des situations.

Exemples
It snows in winter.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Most people (la plupart des gens) work from Monday to Friday.
Peter always takes the bus to his office. He never goes by car (en voiture).
Quand on utilise un verbe à cette forme de présent, il est accompagné de mots exprimant les
idées de permanence, régularité et répétition, tels :
always every month
usually every year
often annually
repeatedly every quarter (trimestre)
frequently every half-year (semestre)
sometimes every decade (décennie)
rarely every century (siècle)
hardly ever (presque jamais) in winter
never in summer
every morning during the week
every day on weekends
every week

40
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

De tels mots sont les « partenaires » du présent simple. Ils sont explicites le plus souvent mais
peuvent parfois être sous-entendus. Voici leurs positions dans la phrase :

Les compléments de temps


Un complément de temps exprime quand une action se déroule. Les compléments de temps se
placent toujours au début ou à la fin d’une phrase :
• Every morning I read the Herald Tribune.
• Every month, the accountant prepares the balance sheet (le bilan).
Ou bien :
• The accountant prepares the balance sheet every month.
• I read the Herald Tribune every morning.
Les synonymes de ces expressions étant aussi des compléments de temps, ils se placent au
début ou à la fin d’une phrase :
• every Monday = on Mondays
• every week = weekly = on a weekly basis
• every quarter = quarterly = on a quarterly basis
• every half-year = half-yearly = on a half-yearly basis
• every year = yearly = on a yearly basis = annually = on an annual basis

Exemples
The Accounting Department (service comptabilité) has a meeting (réunion) on Mondays.
The accountant prepares the balance sheet on a monthly basis.
On weekends, I play tennis if it’s nice out.

Les adverbes de temps


Un adverbe de temps exprime la fréquence d’une action, tels « always », « never », « habitually »,
« rarely »… Ces mots se placent juste après « am », « is », « are », « can », « must » et au milieu
de « have/has » et « got » :
• He is always early (en avance). He’s never late (en retard).
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

• Paula can sometimes come to the meetings.


• I have never got much time for sports.
Dans une question, avec l’inversion de la position de sujet, ces adverbes sont situés après le sujet :
• Are you frequently absent?
• Must you often consult with the lawyer?
Par contre, un adverbe de temps se place toujours avant tous les autres verbes : « work »,
« do », etc. :
• They never call me.
• I always listen to the radio every morning.
• I sometimes read the Wall Street Journal.
• Do you often read the Financial Times?
• « J’ai l’habitude de »
Cette expression est normalement traduite en anglais par le « présent simple » précédé par
« usually » (qui veut dire « habituellement ») :
• I usually go to bed late: J’ai l’habitude de me coucher tard.
• He usually verifies the figures several times: Il a l’habitude de vérifier les chiffres plusieurs fois.

 201221TDPA0113 41
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exercice 2

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Dans les phrases suivantes, corrigez les erreurs dans l’ordre des mots :
1. I go every day to work.
2. Always, she verifies the accounts.
3. John, does he speak English?
4. The accountant every month establishes the balance sheet.
5. The statutory auditor signs annually the financial statements.
6. Never he makes a mistake.
7. Can sometimes you take a holiday?
8. Frequently must they consult with their manager?
9. She goes usually to work early.

Corrigé
1. Every day I go to work or I go to work every day.
2. She always verifies the accounts.
3. Does John speak English?
4. Every month, the accountant establishes the balance sheet or The accountant establishes the
balance sheet every month.
5. Annually, the statutory auditor signs the financial statements or The statutory auditor signs the
financial statements annually.
6. He never makes a mistake.
7. Can you sometimes take a holiday?
8. Must they frequently consult with their manager?
9. She usually goes to work early.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
b. Le présent en be + ING (aussi appelé présent progressif)

➠➠La structure du présent en be + ING


La deuxième forme du présent est le « présent en be + ING ». Il se construit avec « am », « is »,
ou « are » plus le participe présent du verbe que l’on veut utiliser, c’est-à-dire qu’on lui ajoute
à la fin le suffixe « -ing ». (Les règles pour « to be » sont celles qui ont déjà été exposées. Le
participe présent du verbe qui exprime l’action se place en dernière position.)

Affirmation Négation Interrogation Interronégation


You’re reading. You aren’t reading. Are you reading? Aren’t you reading?

➠➠Le sens du présent en be + ING


Le présent progressif est utilisé dans trois cas :

Pour signifier que l’action est en train de se dérouler

Exemples
You are reading this lesson now.
At the moment, they are constituting their new company.
Look! The bus is coming.

42
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

La traduction de la première phrase peut être soit « Vous êtes en train de lire cette leçon », soit
« Vous lisez cette leçon maintenant ». Les deux traductions sont valables. Le présent progressif
penche sur la notion d’une action qui est en train de se dérouler. Ainsi, cette forme de présent
est employée en combinaison avec des compléments de temps qui expriment l’idée de « à cet
instant ; maintenant ». De telles expressions « partenaires » sont : now, right now, just now, at
the moment, at this moment.

Quand l’action intervient uniquement dans une période présente définie

Exemple
Today I’m working on my English lesson and I’m not working on accounting.
Dans ce cas, le présent progressif ne signifie pas nécessairement que le sujet agit pendant toute
la période. « Today I’m working on my English lesson » ne veut pas dire que je travaille ma leçon
d’anglais pendant que je prends mes repas. Alors la traduction française est « Aujourd’hui je
travaille ma leçon d’anglais… » Le présent progressif est alors employé avec des compléments
de temps tels : today, this morning, this week, this month, this year.

Pour indiquer une nouvelle tendance ou un changement d’actualité

Exemples
The climate is changing: Le climat change.
I’m beginning to get hungry: Je commence à avoir faim.
They are starting to make a profit: Ils commencent à faire un bénéfice.

➠➠L’ordre des mots pour le présent progressif


Ces mots « partenaires » du présent progressif, précisant quand l’action se déroule, sont des
compléments de temps. Ces expressions, donc, se placent en début ou en fin de phrase :
(Today) I’m studying (today).
Les expressions avec « now » peuvent se placer en trois positions : en début ou en fin, et aussi
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

comme un adverbe de temps, c’est-à-dire, après « am », « is », « are » et devant le verbe prin-
cipal : (Now) You are (now) reading this explanation (now).

Exercice 3

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Corrigez les erreurs dans les phrases suivantes :
1. I’m today working.
2. Are not you working today?
3. They are going not.
4. Why she is not going?
5. Why is not he studying?

Corrigé
1. Today, I’m working or I’m working today.
2. Aren’t you working today? or Are you not working today?
3. They aren’t going or They are not going.
4. Why isn’t she going? or Why is she not going?
5. Why isn’t he studying? or Why is he not studying?

 201221TDPA0113 43
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

c. Présent simple ou présent en be + ING ?


Ces deux formes de présent correspondent à des positions différentes, voire opposées, de
l’action par rapport au temps.
Le contraste se vérifie au niveau des « partenaires » respectifs, exprimés ou sous-entendus :
• Avec le présent simple : every day, habitually, usually, permanently.
• Avec le présent en be + ING : today, now, exceptionally, temporarily.

Exemples
• Every week, the company accountant works on many tasks (tâches). Today the accountant
is working on the balance sheet.
Chaque semaine, le comptable de l’entreprise travaille sur beaucoup de tâches. Aujourd’hui,
il travaille sur le bilan.
• I always play tennis on Tuesdays, but I’m not playing today because I’m ill.
Je joue toujours au tennis le mardi, mais aujourd’hui je ne joue pas parce que je suis malade.
• Jane normally lives and works in London, but this year she’s living in New York because
she’s working on a temporary assignment (mission) for her company.
Normalement Jane habite et travaille à Londres, mais cette année elle habite New  York
parce qu’elle travaille sur une mission temporaire pour sa société.

Comme vous pouvez le voir, la traduction des deux formes du présent est la même en
français !

Attention
En anglais, quand le « partenaire » n’est pas exprimé, le sens est reconnu par la forme même
du verbe. Dans les phrases suivantes, étudiez les formes des verbes et les sens que ces
formes communiquent.

Limitation à ce moment ou période


Habitudes / permanences (présent simple)
(présent en be + ING)
What do you do? What are you doing?

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Que faites-vous dans la vie ? Qu’est-ce que vous êtes en train de faire ?
I come from New York. I’m coming from New York.
Je suis originaire de New York J’arrive de New York.

Quand vous lisez un texte en anglais, faites attention à l’utilisation de ces deux formes du présent.
Les choix ne sont pas un hasard car ils communiquent des distinctions entre des choses perma-
nentes ou habituelles (présent simple) et des choses d’actualité ou temporaires (présent en be +
ING). Dans la phrase ci-après, on doit comprendre que son activité habituelle est la fabrication
des ordinateurs mais que, à l’heure actuelle, la société ne fait pas de bénéfices :
• The company makes computers, but it isn’t making a profit.
Dans les exemples suivants, les deux formes expriment des contrastes :
• entre les situations permanentes (présent simple) et des nouvelles tendances qu’on peut
constater (présent en be + ING) : It always snows a lot in winter, but the climate is changing ;
• entre les habitudes de quelqu’un (présent simple) et la situation actuelle (présent en be +
ING) : I usually never feel hungry at this time of day, but I’m beginning to feel hungry ;
• entre les cas usuels (présent simple) et un cas actuel qui sort de la norme (présent en be +
ING): In most negotiations, the two parties concentrate on the question of money, but in this
particular negotiation, they are concentrating more on the legal aspects of the accord.

44
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 4

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Dans chacune des phrases suivantes, qualifiez l’action ou la situation par un de ces deux
mots « habituelle » ou « actuelle » :
1. Company “A” makes big profits.
2. Company “B” is losing money.
3. I am beginning to understand.
4. The days are becoming longer again because it’s Spring.
5. The days grow longer again in the Spring.
6. The economy isn’t doing well.
7. Many people lose their jobs when the economy doesn’t do well.

Corrigé
1. habituelle
2. actuelle
3. actuelle
4. actuelle
5. habituelle
6. actuelle
7. habituelle

d. Les verbes qui ont une seule forme du présent


La grande majorité des verbes sont des verbes d’action (work, do, dance, write, read, study, say…).
Tous ces verbes sont soumis à la règle anglaise de distinguer entre le présent simple (actions
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

habituelles ou permanentes) et le présent progressif (les actions limitées à ce moment).


Mais une minorité de verbes sont ce qu’on appelle en anglais les « non-action verbs ». Ils expri-
ment un état d’être, une capacité ou un sentiment. Si vous dites : « I have a car » ou « I know the
Financial Director », vous n’êtes pas vraiment en train de faire quelque chose.
Pour ces verbes, on ne fait pas la distinction entre présent simple et présent progressif. Il n’y a
qu’une forme du présent pour cette catégorie des verbes et elle est le présent simple.
Étudiez les différences dans les exemples suivants :
• Action verb: Every year, I buy a new car and I’m buying a new car today.
Non-action verb: I always have a new car and I have my new car here today.
• Action verb: I’m meeting the Financial Director now. I meet him every week.
Non-action verb: I know the Financial Director.
• Action verb: I often speak with him and we’re speaking right now.
Non-action verb: I’m sorry. I can’t speak with you now.
L’anglais considère les verbes des catégories suivantes comme « non-action verbs » :
• Les verbes d’état : be, exist.
• Les verbes de possession, besoin et nécessité  : need (avoir besoin de), have, have got,
possess (posséder), own (posséder), belong to (appartenir à), must, be supposed to, have to,
have got to.
• Verbes de capacité : can, be able to, understand, see, hear.
• Verbes cognitifs : know, think, believe, mean, recognize, seem.
• Verbes de désir, sentiment et préférence : want, desire, like, love, appreciate, hate, prefer,
wish, hope.

 201221TDPA0113 45
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Rappel
Ces verbes sont toujours employés avec le présent simple et avec toutes « les expressions
partenaires » :
I always understand what you mean and I understand what you mean now.
This car belongs to the company.
Here’s your new car. It belongs to you now.

e. Les verbes qui ont deux sens


La dernière complication à toutes ces règles est que certains verbes peuvent être employés
dans les deux sens, action et non-action. Voici les plus fréquents.

➠➠Le verbe « to think »


« To think » peut signifier « penser » au sens de croire. Ici, le verbe « think » n’est pas une action
et a un sens cognitif. Par conséquent, on ne peut utiliser que le présent simple.
SAM : What do you think of my suggestion?
JIM : For the moment, I think it’s a good idea.
I generally think your ideas are good.

« To think » peut aussi signifier « penser » au sens de réfléchir, qui est une action. Par consé-
quent, « think » peut prendre les deux formes du présent. Imaginons ce dialogue :
SAM : What are you thinking about?
JIM : For the moment, I’m thinking about what to do.
I always think before I make an important decision.

➠➠Le verbe « to have »


« To have » : « avoir » au sens de posséder. Verbe de non-action, donc seul le présent simple
est possible.
I have a great new computer now.
« To have » : « avoir » au sens d’expérimenter, de vivre. Ici, « have » est considéré comme un

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
verbe d’action, soumis à la règle de différencier entre le présent simple et le présent en be + ING :
I’m having difficulty with my computer, but generally everybody has difficulty in the beginning.
De même pour to have trouble doing (avoir du mal à faire), to have problems, to have a con-
versation, to have fun (s’amuser).

➠➠Le verbe « to see »


Ce verbe a trois sens, dont les deux premiers correspondent à des verbes de « non-action ».
« To see » : « voir » au sens premier. Verbe de capacité dans le système anglais (dont le contraire
absolu est d’être aveugle ou non-capable de voir), donc, verbe de non-action :
• I see him on the bus every day.
• I see him now. He’s leaving the meeting and walking in our direction.
« To see » : « voir » au sens de comprendre. Verbe de non-action.
Now, I see what you’re saying.
«  To see  »  : «  voir  » au sens de rencontrer, sortir avec. Dans ce cas, il s’agit d’un verbe
d’action :
• She sees many new people in her job as a sales representative.
• She’s seeing a new client today.

46
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 5

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez en anglais les phrases suivantes en utilisant la forme appropriée du présent selon
chaque verbe et le contexte de chaque action :
1. Nous travaillons ensemble tous les jours.
2. Il pleut aujourd’hui.
3. Il pleut souvent à Paris.
4. Regardez ! Il arrive.
5. Il arrive à 9 heures chaque lundi.
6. Je pense que c’est une bonne idée.
7. Peux-tu arrêter ? J’essaie de réfléchir.
8. Que faites-vous dans la vie ?
9. Que fais-tu aujourd’hui ?
10. D’où arrives-tu ?
11. D’où venez-vous ?
12. Travaille-t-il le lundi ?
13. Travaille-t-elle aujourd’hui ?
14. Il me croit maintenant.
15. J’ai du mal à comprendre ce qu’elle est en train de me dire. Je n’ai aucune idée de ce qu’elle
veut dire.
16. Elle a un drôle d’accent.
17. La société fait des bénéfices pour la première fois.

Corrigé
1. We work together every day.
2. It’s raining today.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

3. It often rains in Paris.


4. Look! He’s arriving (or He’s coming).
5. He arrives at 9 a.m. every Monday.
6. I think it’s a good idea.
7. Can you stop? I’m trying to think.
8. What do you do?
9. What are you doing today?
10. Where are you arriving (or coming) from?
11. Where do you come from?
12. Does he work on Mondays?
13. Is she working today?
14. He believes me now.
15. I’m having trouble understanding what she’s telling me (or saying to me). I have no idea what
she means (or wants to say).
16. She has a funny accent (or a strange accent).
17. The company is making profits for the first time.

 201221TDPA0113 47
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

B. L’impératif et l’infinitif
1. L’impératif
L’impératif à la deuxième personne du singulier et du pluriel n’a qu’une expression en anglais, et
il est tout simplement le nom du verbe, sans sujet.
• Be ready!: Soyez prêt(e) ! / Sois prêt(e) !
• Tell me!: Dites-moi ! / Dis-moi !
• Do it!: Faites-le ! / Fais-le !
Il n’y a pas d’impératif pour « must ». Pour « can » il faut utiliser « be able to » :
• Be able to tell me the exact figures! (Soyez / Sois capable de me dire les chiffres exactes ;
soyez / sois en mesure de…
« To have got » et « to have » ont la même forme à l’impératif : « Have! »
• Have the right document with you!: Ayez / Aie le bon document sur vous / toi !
La forme négative emploie « don’t » devant le verbe : « Don’t tell me! » ; « Don’t be absent! » ;
« Don’t have the wrong document! »
Remarquez l’impératif négatif pour « do » : « Don’t do it! » 
Enfin, cette forme est simple, donc :
« Don’t worry! Be happy! »: Ne vous inquiétez pas ! Soyez heureux !

2. L’infinitif
L’infinitif est exprimé en ajoutant le mot « to » devant le verbe :
It’s important to study: Il est important d’étudier.
Tout le monde se rappelle que l’infinitif de « am », « is », « are » est « to be » :
You’re late! It’s essential to be on time (d’être à l’heure)!
Mais, peu de monde se souvient des infinitifs suivants :
• « Can » devient « to be able to » : It’s necessary to be able to speak English.
• « Have got » devient « to have » : I’ve got a computer. It’s necessary to have one.
« Ne pas » est traduit par « not to » : « To be or not to be, that is the question! » 

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Exercice 6

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez les phrases suivantes :
1. Écrivez votre nom !
2. Écris ton adresse !
3. Soyez présent et ne soyez pas en retard !
4. Il est essentiel d’avoir une connaissance de la comptabilité.
5. Il est important de ne pas être en retard.
6. Il est nécessaire de pouvoir parler l’anglais.
7. Pour ce poste, ne pas pouvoir parler l’anglais est un point négatif.

Corrigé
1. Write your name!
2. Write your address!
3. Be here and don’t be late!
4. It is essential to have a knowledge of accounting.

48
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

5. It is important not to be late.


6. It is necessary to be able to speak English.
7. For this job, not to be able to speak English is a negative point.

C. L’utilisation du « s » au pluriel


Plusieurs règles en anglais concernent l’utilisation du « s ». Voici les règles de base pour le « s »
pour indiquer le pluriel.
Les mots devant être obligatoirement suivis par le singulier d’un nom (donc, pas de « s ») sont :
• one, a/an, another
• each, every, a certain
• this, that, the whole

Exemples
a company; an enterprise; another company; each day; every week; a certain person; this
document, that document, the whole document (le document entier).
Les mots devant être suivis par le pluriel (donc, avec un « s » final) sont :
• some, several, many,
• other, certain, one of the
• these, those, all/all the
• a lot of, the majority of, the totality of ; most of the ; most

Exemples
some companies; other companies; one of the companies; several clients; many clients, a lot
of clients; these documents; those documents; all documents; all the documents  ; most
companies.
Rappelez-vous que « the » est invariable et peut précéder un singulier ou un pluriel. Par consé-
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

quent, pour savoir si « the » signifie « la/le » ou s’il signifie « les » on doit regarder la fin du nom.

Exemple
the bank (la banque), the banks (les banques)
Certains mots ont une forme irrégulière de pluriel :

Exemples
a child → some children
one woman → one of the women
each man → all men
every person → one of the people
this phenomenon → these phenomena
one analysis → several analyses
(de même pour crisis, thesis, synthesis, hypothesis)
Le mot « people » est presque toujours utilisé en tant que pluriel. Il signifie « les personnes » ou
« les gens » et le mot « person » a ainsi deux formes de pluriel : « persons » et aussi la forme
irrégulière « people ». Cependant « people » est le plus fréquemment employé.

 201221TDPA0113 49
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exemple
a person is … → two people are… (aussi : two persons are…)
Dans de rares cas, « people » peut aussi signifier « peuple ».
Certains mots font exception et sont toujours utilisés avec un « s » qu’ils soient au singulier
ou au pluriel. Ceux dont il est le plus important de se souvenir sont :
• a headquarters (siège social, maison mère) dont le pluriel est : two headquarters
• a series (série)
• a means (moyen)

Exemples
a series of mergers: une série de fusions → several series of mergers: plusieurs séries de
fusions.
a means of financing: un moyen de financement → two means of financing: deux moyens de
financement.

Rappel
En anglais les noms sont neutres. Il n’y a pas de notion de masculin ou féminin du point de vue
grammatical.

Exercice 7

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Choisissez dans la parenthèse le mot correct :

1. (This/These) documents 2. (Each/All) firm

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
3. (A/Some) people 4. (That/Those) papers
5. One (company/companies) 6. One of the (company/companies)
7. Some (analysis/analyses) 8. One means (is/are)
9. One headquarters (is/are) 10. A lot of (client/clients)
11. (The whole/all the) situations 12. One of the (situation/situations)

Corrigé
1. These documents 2. Each firm
3. Some people 4. Those papers
5. One company 6. One of the companies
7. Some analyses 8. One means is
9. One headquarters is 10. A lot of clients
11. All the situations 12. One of the situations

50
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

D. L’emploi des adjectifs


1. Les règles concernant les adjectifs
Les règles concernant les adjectifs sont assez différentes entre l’anglais et le français. Tout
d’abord, comme il n’y pas de différence entre le masculin et le féminin pour les noms, ces dis-
tinctions n’existent pas pour les adjectifs anglais. Et, à l’opposé du français, un adjectif est tou-
jours invariable en anglais, c’est-à-dire qu’il a la même forme au singulier et au pluriel.
The product is expensive (cher) → the products are expensive (chers)
an international firm → one of the many international firms
La règle la plus importante à retenir est que l’adjectif précède toujours le nom :
a strong economy: une économie forte
the financial statements: les états financiers
the United States: les États-Unis
electronic mail ou e-mail: courrier électronique
a chartered accountant: forme britannique (UK) pour « expert-comptable »
S’il y a plusieurs adjectifs, ils se placent tous avant le verbe :
• a strong and vigorous market: un marché fort et vigoureux
• a certified public accountant (forme américaine (US) pour « expert-comptable »)
• gross domestic product: produit intérieur brut
Les noms des sociétés, des organismes, des services des entreprises et leurs fonctions suivent
ces règles :
• the Bouygues Group: le groupe Bouygues
• the Accounting Department (forme US pour « le service comptabilité »)
• the Accountancy Department (forme UK pour « le service comptabilité »)
• the Sales and Marketing Director: le directeur commercial
• the IMF (the International Monetary Fund): le FMI
Pour savoir si une expression avec « the » suivi d’un ou plusieurs adjectifs est au pluriel, il faudra
attendre de voir le nom à la fin de la séquence, alors qu’en français la forme pluriel est évidente
dès le premier mot :
Au singulier Au pluriel
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

the usual procedure the usual procedures


the usual accounting procedure the usual accounting procedures
the complete and final version the complete and final versions

2. Les noms peuvent jouer le rôle d’adjectifs


Voici une particularité anglaise qui provoque des erreurs de compréhension pour des français.
Souvent en anglais un nom peut jouer le rôle descriptif d’adjectif. C’est sa position relative qui
indique son rôle et donc son sens. Comme les adjectifs précèdent les noms en anglais, dans
une série de deux noms c’est le premier nom qui joue le rôle d’adjectif, et le deuxième nom
est considéré comme le nom. Prenons l’exemple de ces deux noms en tant que mots indépen-
dants : « a bank » (une banque) et « an account » (un compte). Si on met l’un après l’autre, les
deux mots constituent un groupe adjectif-nom :

Exemples
• a bank account: un compte bancaire
• voice (voix) + mail (courrier) → voice mail: boîte vocale
• parent + company → parent company: maison mère

En français, ce type d’expression comportera souvent le mot « de » …


• the company policy: la politique de la société
• the interest rate: le taux d’intérêt
• an investment bank: une banque d’affaires

 201221TDPA0113 51
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

… ou ces expressions auront « à », « entre », ou une construction plus complexe en français :
• internet access: l’accès à l’Internet
• a bread knife: un couteau à pain
• the BNP-Paribas merger: la fusion entre BNP et Paribas
• a time machine: une machine à explorer/remonter le temps

Attention
Ne pas confondre l’ordre des mots ! C’est le dernier mot qui est le nom :
• a race car: une voiture de course
• a car race: une course de voitures
• company car: voiture de fonction
• car company: une société qui fabrique des voitures

Certains mots français n’ont pas d’équivalent anglais en un seul mot, mais une expression basée
sur le principe de « adjectif + nom ».
• impôt : income tax (= taxe sur les revenus)
• un fiscaliste : a tax lawyer (= juriste spécialisé en impôts)
• la Bourse : the Stock Market (= le marché des actions)
• un gestionnaire : a cost controller (= contrôleur des coûts)
• le bilan (sens comptabilité) : the balance sheet (= « feuille d’équilibre »)
• l’exercice (sens comptabilité) : the financial year/the fiscal year
L’élément important en anglais est que le nom est précédé par ses éléments descriptifs et que
de ce fait il est le dernier mot de la séquence. Il est essentiel de s’en souvenir, particulièrement
lorsqu’il y a plusieurs adjectifs et noms qui « jouent » un rôle descriptif.
La plupart du temps, les traductions de l’anglais en français se font à l’inverse, ou quasiment :
• some essential financial documents: des documents financiers essentiels
• the company bank account: le compte bancaire de l’entreprise

Rappel
Il est essentiel de ne pas traduire mot à mot ces groupes « adjectif(s) + nom ». Par exemple, la

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
traduction de : « the new income tax regulations » sera « les nouveaux règlements fiscaux »
et non pas la simple séquence «  le nouveau revenu taxe règlements  », qui n’aurait pas de
sens !

Exercice 8

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Trouvez les équivalents français des expressions suivantes :

1. social charges 11. the necessary funds


2. direct access 12. the basic principles
3. the main strategy 13. a principal goal
4. a new professional opportunity 14. the calendar year
5. a travel agency 15. the required infrastructure
6. a bookstore 16. natural resources
7. the consolidated accounts 17. small and medium-sized enterprises
8. the financial year 18. a database
9. human resources 19. an audit firm/an accounting firm
10. the finance director 20. the Chief Financial Officer

52
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Corrigé
1. charges sociales 11. les fonds nécessaires
2. accès direct 12. les principes de base
3. la stratégie principale 13. un but principal
4. une nouvelle opportunité professionnelle 14. l’année civile
5. une agence de voyage 15. l’infrastructure requise
6. une librairie 16. ressources naturelles
7. les comptes consolidés 17. les petites et moyennes entreprises (PME)
8. l’exercice 18. une base de données
9. ressources humaines 19. un cabinet d’audit
10. le directeur financier 20. le directeur administratif et financier

E. Les pronoms relatifs : « who », « which », « that »


Le pronom « qui » a trois traductions en anglais : « who », « which », et « that ».
1. Le pronom relatif « who » est la traduction de « qui » et il est utilisé exclusivement avec des
sujets qui sont des personnes :
• The woman who is speaking is the Financial Director.
• The people who work here are all accountants.
2. Le pronom relatif « which » est la traduction de « qui » pour tout sujet qui n’est pas une
personne : les objets, les sociétés, les conditions… :
• The sector which makes a lot of profits is the computer business (activité informatique).
• The products which have high sales (ventes élevées) are personal computers.
3. Le pronom relatif « that » est aussi la traduction de « qui ». On peut l’employer avec tout
sujet, personne ou objet :
• The people that work here…
• The products that have…
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Concernant les positions des groupes adjectifs-noms, il est quelquefois possible de mettre l’ad-
jectif après le nom, mais il faudra alors employer :
• « who is » or « that is » devant l’adjectif s’il s’agit d’une personne
• « which is » ou « that is » s’il s’agit d’une chose :
–– A man who is interesting ou A man that is interesting
–– A company which is important ou A company that is important
Cependant ces formes sont plus longues et plus lourdes que « an interesting man » et « an
important company » et en général l’anglais privilégiera la forme la plus courte.

F. Les mots apparentés


1. Les verbes français du 1er groupe
Un fort pourcentage du vocabulaire anglais vient directement du français (pour une grande part
à cause de l’invasion des Normands au xie siècle) avec parfois de petites différences d’ortho-
graphe ou des modifications de prononciation. De ce fait celui dont le français est la langue
maternelle a déjà accès à une large part du vocabulaire anglais.
Les verbes français du premier groupe, c’est-à-dire ceux qui se terminent en « -er », se transfor-
ment souvent en anglais en des formes faciles à reconnaître. Voici les plus utiles à retenir en
ordre de fréquence et ainsi d’importance.

 201221TDPA0113 53
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

a. Verbes anglais où le « -er » (ou le « -re ») français est perdu en anglais :

abandon absorb accept


adapt adjust attest
comment confirm credit
confront consider contact
debit depend detail
develop document export
function govern inform
import imprison inject
insist merit persist
position present proceed
prospect recommend reform
reproach resist return
revolt sign tax

b. Verbes anglais où la terminaison en « -ier » français devient « -y » :

clarify classify justify


magnify modify multiply
rectify solidify vary verify

c. Verbes anglais où le « -er » devient « -ate » :

allocate appropriate calculate


concentrate consolidate create
delegate demonstrate duplicate
eliminate estimate exaggerate
facilitate initiate manipulate
motivate negotiate obligate
operate participate regulate

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
separate stimulate terminate
tolerate validate violate

d. Verbes anglais où le « -r » final du français est perdu :

adhere admire assume


base change combine
complete conserve date
cede determine encourage
examine finance imagine
influence oblige* persuade
prepare propose reserve
structure suppose vote
* « to oblige » et « to obligate » sont deux équivalents du verbe français « obliger ».

54
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

e. Verbes qui perdent le « r » de la terminaison « -iser » française


et deviennent « -ize » en anglais américain (« -ise » en anglais britannique) :

analyze authorize characterize


concretize dynamize economize
finalize generalize harmonize
nationalize optimize organize
penalize prioritize privatize
rationalize specialize utilize

f. Verbes anglais se terminant par « -ude » à partir de verbes français en « -ure » :

conclude exclude include

g. Verbes anglais se terminant par « -ute » à partir de verbes français en « -uer » :

attribute constitute contribute


distribute substitute

Exercice 9

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Pouvez-vous trouver les verbes français auxquels ces verbes correspondent avec certaines
déformations d’orthographe ?
Example: enter → entrer
1. dedicate add subtract divide
2. count approach deny direct
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

3. doubt imply possess refine


4. criticize correct respond suspend
5. consume reimburse found reply
6. plan promise practice submit
7. commit convince center collect
8. impress insert suggest explain

Corrigé
1. dédier additionner/ajouter soustraire diviser
2. compter approcher dénier/nier diriger
3. douter impliquer posséder raffiner
4. critiquer corriger répondre suspendre
5. consommer rembourser fonder répliquer/répondre
6. planifier promettre pratiquer soumettre
7. commettre convaincre centrer collecter/collectionner
8. impressionner insérer suggérer expliquer

 201221TDPA0113 55
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

2. Les préfixes
Dans les séries ultérieures vous verrez que les mots apparentés existent dans d’autres catégo-
ries de verbes et aussi pour les noms, les adjectifs, et les adverbes. Souvent ces mots ont des
préfixes qui, également, proviennent du français. Voici les plus importants :

Préfixe anglais Exemple


re to reconsider (reconsidérer)
pre premature (prématuré)
pro proactive (pro-actif ; par anticipation)
retro retrogressive (rétrogressif)
de degeneration (dégénérescence)
dis to discharge (décharger)
sub a submarine (un sousmarin)
mis to miscalculate (mal calculer)
inter interactive (interactif)
intra intranet
macro macro-economics (macroéconomie)
micro microprocessor (microprocesseur)

Les préfixes suivants sont des négations :

in inactive (inactif)
im impossible
il illegally (illégalement ; d’une manière illégale)
ir irresponsible (irresponsable)
non nonsense (non-sens ; absurdité)
anti anti-smoking (anti-tabac ; anti-tabagisme)
a atypical (atypique)
ab abnormal (anormal)

Cependant, le préfixe le plus fréquent est la négation « un », qui ne provient pas du français.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Exemples
unnecessary (non-nécessaire)
unbeatable (imbattable)
uncertain (incertain)
to unchain (déchaîner ; libérer)
unconstitutional (anticonstitutionnel)
Les expressions suivantes sont également importantes à retenir :
• The pros and the cons (le pour et le contre d’une situation) :
Before we decide to acquire another company, we must consider all the pros and the cons of
such an action.
• Malpractice (faute professionnelle) :
Doctors and accountants must have malpractice insurance to protect themselves in case of a
serious litigation resulting from their professional actions.

3. Les suffixes
Bien que les suffixes anglais ne proviennent pas du français, il y a des correspondances qu’on
peut constater entre les suffixes des deux langues. Le suffixe le plus fréquent,
«  -ly  », correspond au suffixe français «  -ment  », tous les deux indiquant des adverbes. Les
autres suffixes ci-après correspondent aux locutions françaises qui ne sont pas des suffixes
proprement dits.

56
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

a. Suffixe anglais : -ly (sens français : -ment ; de façon…)

Exemples

rapidly (rapidement)
certainly (certainement)
annually (annuellement)

Il faut noter certains mots exceptionnels se terminant en « ly » qui ne sont pas des adverbes :
costly (coûteux) ; friendly (convivial) ; lively (animé) ; likely (possible, vraisemblable).

b. Suffixe anglais : -ful (sens français : plein de…)

Exemples

hopeful (plein d’espoir)


successful (réussi = « plein » de succès)
useful (utile = « plein » d’utilité)
harmful (nocif, nuisible, dangereux)

c. Suffixe anglais : -less (sens français : sans)

Exemples

hopeless (sans d’espoir)


useless (sans utilité, inutile)
harmless (sans danger, anodin, inoffensif)

d. Suffixe anglais : -free (sens français : libre de… ; hors…)


Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Exemples

duty free (hors taxe = « sans taxe douanière »)


tax free (exonéré de taxes ou d’impôts)

e. Suffixe anglais : -wise (sens français : en ce qui concerne…)

Exemples

time wise (en ce qui concerne le temps ; du point de vue de temps)


money Wise (en ce qui concerne l’argent ; du point de vue de l’argent)

À noter l’exception « otherwise » (autrement, sinon).

 201221TDPA0113 57
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

f. Suffixe anglais : -ness (sens français : l’état d’être…)

Exemples

sadness (la tristesse = « l’état d’être triste »)


happiness (le bonheur = « l’état d’être heureux »)

Bien sûr, on retrouve très souvent des combinaisons de ces préfixes et suffixes :

Exemples
The company competed for the contract unsuccessfully (de manière non-réussie, sans
succès).
The law will be applied retroactively (rétroactivement).
The harmlessness (la nature inoffensive) of certain industrial materials such as asbestos
(l’amiante) has been refuted.
Des séries ultérieures approfondiront le sujet des adjectifs et des adverbes.

Exercice 10

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Rapprochez les mots anglais de leur traduction française :

1. consecutively A. anormalement
2. prematurely B. désespoir
3. unsuccessful C. de façon irresponsable
4. abnormally D. manque d’attention, manque de soins
5. atypically E. prématurément

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
6. carelessness F. sans réussite, qui échoue
7. irresponsibly G. en ce qui concerne les ressources
8. hopelessness H. atypiquement
9. resource-wise I. réussi
10. successful J. consécutivement

Corrigé
1. J 6. D
2. E 7. C
3. F 8. B
4. A 9. G
5. H 10. I

58
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

G. Quelques règles d’orthographe


1. Présent des verbes « to go » et « to do »
À la troisième personne du singulier, ces verbes se terminent par « -es ».
He, she, it goes.
He, she, it does.
De la même manière, il y a les pluriels des noms : tomatoes (tomato) ; potatoes (potato).

2. Présent des verbes se terminant par « -ss », « -sh », « -x », « -ch »


et « -tch »
À la troisième personne du singulier au présent simple ces verbes prennent la terminaison
« -es ».

Exemples
to kiss → she kisses
to rush → he rushes
to fix → she fixes (réparer)
to attach → she attaches
to watch → she watches
De même pour les noms avec ces terminaisons :
a tax → many taxes
a watch → several watches

3. Noms se terminant par « -fe » ou en « -f »


La plupart des noms se terminant par « -fe » ou en « -f » deviennent « -ves » au pluriel
a life → two lives
myself → ourselves
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Exception
a roof → two roofs

4. Forme en « -ing » d’un verbe se terminant par « -e »


Le «  -e  » final ou «  -es  » final d’un verbe tombe devant la forme en «  -ing  » pour le présent
progressif :

Exemples
I write → I’m writing
He acquires → He’s acquiring

Exceptions
to be → being
to see → seeing

5. Forme en « -ing » d’un verbe se terminant par des consonnes


Lorsqu’un verbe se termine par une seule consonne immédiatement précédée par une seule
voyelle, la consonne finale est doublée dans la forme en «  -ing  » du verbe (présent
progressif) :

 201221TDPA0113 59
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exemples
to stop → stopping
to run → running
to get → getting
to swim → swimming

Exception
Les verbes se terminant par la consonne « -w » : to snow → snowing
Mais dans les verbes où la consonne finale est précédée par une voyelle double, ou la
consonne finale est déjà double, la consonne finale n’est pas doublée :
to need → needing
to look → looking
to steal → stealing
to help → helping
Ceci est également le cas si le verbe contient une consonne double devant les terminaisons
« -er » et « -en » :
to remember → remembering
to happen → happening

6. Les mots se terminant par « -y »


Les verbes en « -y » prennent la terminaison « -ies » à la troisième personne du singulier :

Exemple
to vary → it varies
Les noms en « -y » se terminent par « -ies » au pluriel.

Exemple

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
a company → many companies

7. Forme en « -ing » d’un verbe se terminant par « -ie »


Le « -ie » devient « y » devant « -ing ».

Exemple
to die → dying

8. Full / -ful
Quand le mot « full » se présente comme mot indépendant, il s’écrit avec deux « l ».
Mais quand « full » se présente comme suffixe, on l’écrit avec un seul « l ».
to be full of hope
to be hopeful
Quand on ajoute aux mots qui se terminent en « ful » le suffixe -ly, il y aura, en conséquence,
deux « l » :
hopeful + ly = hopefully

60
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

9. Utilisation des articles « -a » et « -an »


L’article « a » précède immédiatement le nom ou l’un de ses adjectifs si celui-ci commence par
une consonne, (y compris par « h ») ou si le mot commence par la voyelle « y » :

Exemples

a director a hero a year

En revanche « an » précédera un nom ou l’un de ses adjectifs commençant par a, e, i, o, u, ou


l’un des mots suivants, faisant donc exception à la règle précédente : an hour, an honor, an
honest person, an heir/heiress (héritier/ière), an herb ainsi que les mots qui en dérivent  :
hourly, honorable, honesty, etc.

Exceptions
Les mots qui commencent par « uni- » et aussi « eu- » (qui ont alors le son phonétique équiva-
lent à « y » initial) sont employés avec « a » au lieu de « an » :
a union
a university
a universe
a universal (+ nom)
a united (+ nom)
a European

10. Les contractions


a. La dernière consonne de « am », « are », « is », et de « have », « has » s’ajoute à la fin du pro-
nom complet.
To be: I’m, you’re, we’re, they’re, he’s, she’s, it’s,
To have / to have got: I’ve, you’ve, we’ve, they’ve, he’s, she’s, it’s
Comme vous pouvez le voir, les contractions pour la 3e personne du singulier sont identiques
pour « to be » et « to have / to have got » : He’s = he is/he has.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

b. La contraction de « not » est toujours « n’t » (jamais « nt »). L’apostrophe indique la position du
« o » qui a été enlevé : isn’t ; aren’t ; haven’t, can’t, mustn’t, …

Remarques
• La contraction « amn’t » n’existe pas. Il faut toujours écrire « I’m not ».
• Les formes négatives de « can » : soit « cannot » soit la contraction « can’t ».

Exercice 11

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Dans les expressions suivantes, corrigez les erreurs d’orthographe :

1. They are’nt. 6. An hero. 11. What’s happenning?


2. She’s writeing. 7. She’s swiming. 12. He’s a honest man.
3. He dos. 8. You must’nt. 13. Successfull.
4. I’m stoping. 9. Three companys. 14. My timetable is ful.
5. She’s lieing. 10. A hour and an half. 15. Carefuly.

 201221TDPA0113 61
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Corrigé
1. aren’t 6. a hero 11. happening
2. writing 7. swimming 12. an honest man
3. does 8. mustn’t 13. successful
4. stopping 9. companies 14. my timetable is full
5. lying 10. an hour and a half 15. carefully

II. Les points principaux à retenir de cette partie

À retenir

A. La différence entre les deux formes du présent :


• le présent simple pour les actions habituelles :
“I work from Monday to Friday.”
• le présent en be + ING pour les actions limitées au moment présent ou à la période actuelle :
“I’m not working this week.”

B. Certaines expressions de temps sont spécifiques à chaque forme du présent :


“Henry speaks to Anne every Saturday and he’s speaking to her now.”

C. La position des adjectifs :


• avant le nom :
an interesting person
an exciting job
• ou après le nom mais précédés par « that is », « who is », ou « which is » :
a person who is interesting (a person that is interesting)
a job which is exciting (a job that is exciting)

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
D. Un nom peut servir d’adjectif s’il se place devant un autre nom :
a race car (une voiture de course)

E. Le dernier nom dans la série est le vrai nom. Il faut donc souvent traduire à
l’envers :
a car race (une course de voitures)

F. Les verbes français du premier groupe se transforment souvent en anglais en


des formes faciles à reconnaître :
to confront to accuse to motivate to reimburse

G. Les préfixes français se retrouvent également en anglais :


to reconsider
atypical

H. Le suffixe anglais -ly correspond au suffixe français « -ment » :


Certainly exactly

62
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

III. Business and economy

A. Types of business structures


The simplest form of business organization is the Sole Proprietorship (US), called the Sole
Trader in Britain, where one individual owns the company, provides the capital and personally
assumes all responsibility for debts (dettes) and losses (pertes). This form corresponds to the
French « entreprise individuelle » and also to the EURL business structure.
Another business structure is the Partnership (société de personnes ; société en nom collectif ;
partenariat). When two or more individuals wish to set up (monter) a company (entreprise)
together for profit-making (dans un but lucratif), they can form a partnership. In the US, there is
no restriction on the number of partners (associés ; partenaires), while in Britain, they are legally
limited to twenty. Partners generally provide (fournir) equal capital and they share (partager)
management authority. Partners also share the risk of losses and liabilities (dettes). As with the
Sole Proprietorship, partners are all personally liable (responsable  ; redevable) for all debts
incurred (contractées). In the case of bankruptcy (faillite), a partner with a personal fortune can
lose everything. A sleeping partner (associé passif) is one who has a stake (intérêt ; participa-
tion) but does not participate in the management (gestion) of the company.
The third type of business structure is the incorporated company called, in the United States, the
corporation (société de capitaux ; société par actions ; société à responsabilité limitée ; société
anonyme  ; personne morale). The British call this company structure the limited company.
Corporations are based on the joint stock principle, that is the provision of capital by a large
number of investors (investisseurs). The word “limited” refers to the liability (responsabilité) of
the investors which is limited to their investment (investissement) in the company. The company
is considered to be a juristic person, or legal entity (personne morale), separate from its inves-
tors. If the company goes bankrupt (faire faillite), the company’s assets (actifs) are sold to repay
creditors (créanciers). If the company assets do not cover the debts, they remain unpaid
(impayés) and creditors are not reimbursed.
In many countries, professionals such as accountants (comptables), doctors and lawyers (avo-
cats) cannot form corporations. They are restricted to creating partnerships, where the liability is
unlimited, so as to encourage responsible professional behavior. The big audit firms (cabinets
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

d’audit) are partnerships.


In the UK, there are two types of limited companies. The first is the Private Limited Company
indicated by “Ltd” after the company’s name. These companies cannot publicly sell or trade
their stock (actions) and shares (parts) on a stock market (Bourse).
The Public Limited Company, the second type, sells its shares to the general public where they
are traded on the London Stock Exchange or other newer stock markets. They are called quoted
companies or also listed companies (sociétés cotées en Bourse). Such companies are desig-
nated by the letters “PLC” after their names. In the US no distinction is made between corpora-
tions which are listed and unlisted. All have “Inc.” (incorporated) after their names. All publicly
traded companies (un troisième nom pour « sociétés cotées ») pay dividends to their sharehold-
ers (actionnaires) once or twice a year.
When a limited company is incorporated, the founders must register its company name (raison
sociale), premises (locaux), purpose (but) and authorized share capital (capital social), also
called capital stock. They must also draw up (rédiger) articles of association (UK) or bylaws
(US) which are the equivalent of the French « statuts » and define the rights (droits) and duties
(devoirs) of directors (administrateurs) and shareholders.
Corporations are governed by a Board of Directors (conseil d’administration), directed by a
chairman (président du conseil) and a management team, headed by a chief executive officer
(CEO) in the US (directeur général), who is called the Managing Director in the UK. The same
person may hold the position of Chairman and CEO (or Chairman and Managing Director),
which is then the equivalent of the French « PDG ».

 201221TDPA0113 63
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

When a government-owned company opens to investment from the private sector, it is said to
be privatized. This has been the recent case with many utility companies (services d’utilité pub-
lique) in the energy and telecommunications sectors.

B. Accounting: basic anglo-saxon principles


Accounting (comptabilité), or accountancy in UK terminology, is defined as the provision and
interpretation of financial information. The job of the accountant (comptable) is to prepare vari-
ous financial statements (états financiers) which present a company’s overall (global) financial
situation: assets (actifs), liabilities (passifs), costs (charges, coûts), expenditure (dépenses),
profits (bénéfices), losses (pertes) and cash flow (flux de trésorerie). This information is used to
help managers, bankers, investors, and others, to make decisions concerning spending
(dépenses), budgets, loans (prêts, emprunts, crédits), and investments. The accountant’s role is
not to make these decisions but to provide an accurate (exacte) representation and presentation
of the data (données) required for decisions.
Anglo-Saxon accounting systems have always been pragmatic in approach (démarche) and
spirit. The first professional bodies (organismes) of accountants were formed in Scotland as
early as 1854 as a direct result of the intense economic activity of the Industrial Revolution with
its creation of thousands of private companies. Accounting techniques were developed in large
industrial centers like Manchester, Liverpool and London. The purpose of financial reporting
(présentation des données) was to show investors and shareholders if companies were using
their money well. Anglo-Saxon financial statements were created before organized taxation sys-
tems (fiscalité) and therefore were not developed for governmental tax purposes. Additionally,
most accounting rules were founded on the practices of British Common Law, which were not
written or codified, but rather the recognition and acceptance of common, traditional habits. In
the 19th and 20th centuries, many English and Scottish accountants immigrated to the US,
Canada, Australia and New Zealand and brought their traditions with them. Today’s big audit
firms still bear (porter) the names of Anglo-Saxon accounting pioneers, such as Young, Deloitte,
Touche, and Marwick.
Today, despite (malgré) national variations, these countries share the same basic approach to
financial reporting, which can be summarized as pragmatic. For example, English-speaking

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
accountants have a certain degree of flexibility (souplesse) concerning a company’s chart of
accounts (plan comptable). Accountants are able to choose among many solutions and prac-
tices when preparing financial statements. Experimentation and creativity are a basic part of the
tradition as is the need to respond to changing circumstances.
The fundamental guiding concept behind Anglo-Saxon accounting is “a true and fair view”
(image fidèle), which is essentially a pragmatic definition. The American term for this concept is
“fair presentation”. Its implementation varies according to the type of business and circum-
stances. Different accountants may present a true and fair view of a company’s financial situation
using very different accounting methods. In the Anglo-Saxon concept, the substance (fond) is
more important than the form. The spirit of this concept is: “True” means that the accounts pre-
sent the truth (vérité) and reality of the company’s financial situation; “Fair” (juste, honnête)
refers to the honesty of the accounting methods used. To present a «  true and fair view  »,
accountants utilize the following principles (principes):
• Full Disclosure (principe de bonne information ; information complète): All significant informa-
tion must be included.
• Materiality (importance relative): Small amounts can be omitted or not separately accounted
for if they do not alter the true and fair view.
• Objectivity (objectivité): All recorded data must be verifiable and free from subjective bias
(parti pris).
• Consistency (permanence des méthodes ; fixité): The same accounting method must be used
each quarter (trimestre), half-year (semestre) or financial year (exercice) so that performance
and costs can be compared.

64
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

• Matching (rapprochement des produits et des charges ; rattachement): Generated revenues


are to be identified with related costs whenever they were incurred (engagés).
• Conservatism and prudence (principe de prudence): When there is a choice of different
accounting techniques, the method which gives the most prudent and conservative value is to
be utilized. However too much conservatism is to be avoided, as it could equally distort a true
and fair view.
When professionals agree to adopt certain standards (normes), these principles are called
GAAP (Generally Accepted Accounting Principles). US GAAP, UK GAAP, and French GAAP are
all different from each other. A company’s results may differ according to the accounting stand-
ards in which they are reported (présenté ; publié). For this reason, efforts are in progress (en
cours) today for global (mondial) harmonization through IAS (International Accounting Standards)
and the progressive adoption of IFRS (International Financial Reporting Standards) by different
countries. At the same time, professionals are working to harmonize US GAAP with these new
international standards. In general, one can say that IFRS is based on the application of general
principles concerning the definitions of assets (actif), equity (droit sur l’actif ; capitaux propres ;
fonds propres), revenue recognition (constation des produits ; comptabilisation des produits),
amortization (amortissement), and impairment in value (moins-value ; perte de valeur ; dépré-
ciation), while (alors que) local GAAPs involve the application of specific detailed rules concern-
ing these points.
Words with multiple translations:
• A company: une affaire, entreprise, compagnie, société
• Une société anonyme (SA) : a corporation; a limited company
• Une société cotée en Bourse : a listed company, a quoted company, a publicly-traded company
• Expert-comptable : The American term is a certified public accountant (CPA)
The British term is a chartered accountant (CA)
• Liabilities: dettes ; responsabilités ; passif ; passifs

IV. Exercices de compréhension et de traduction

Retrouvez d’autres exercices et tests de l’UE 122 sur le site Internet de l’Intec  :
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

www.cnamintec.fr, rubrique « Ressources ».

Exercice 12

Énoncé

A – Medical company
Florian’s interim pre-tax profits growth of 15% was somewhat inflated as a result of the income
received from the disposal of several of the company’s subsidiaries. The underlying 7% rise in
operating profits is a more realistic gauge of the company’s true progress. However, Florian’s
impending merger with Howard Co and its appointment of a new chief executive should mean that
the company will be able to sustain growth for the foreseeable future. The share price has varied
little during the course of the year and now stands at 45 euros.

B – Hotel group
During the past year the Johnson Hotel Group has acquired 80 new properties, thus doubling in
size. Last week the group reported pre-tax profits of 90 million euros in the first six months of the
year, ahead of expectations and helped by a strong performance from its Paris-based hotels and
newly expanded US business. However, there is still some way to go. Integration of the new acqui-
sitions is still not complete and, while the share price has risen recently, major problems with inte-
gration have yet to be solved. •••/•••

 201221TDPA0113 65
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

•••/••• C – High-tech company


This time last year a share in Micron was worth just over 5 euros. Six months ago it was worth 40
euros. Today it is priced at under 20 euros. If proof were needed, here is an illustration of how much
of a lottery the technology market can be. But some technology companies are fighting back and
Micron is one of them. What has renewed excitement in the company is the opening of its new
American offices in Texas and its ambitious plans to expand its user base in both North and Latin
America.

D – Construction company
Bolton’s share price has risen gradually over the past year from 22 to 33 euros. The company has
been successful in choosing prime locations for its buildings and has benefited from the buoyant
demand for housing. Whilst this demand is expected to slow down somewhat during the next year,
investors are encouraged by the company’s decision to move into building supermarkets. Work
has already begun on two sites in Oxford, and the company is expected to sign a contract within
the next month for building four large supermarkets in Ireland.

E – Pottery Manufacturer
Thomson Dishes has been through a shake-up over the past year. The group, which has been cut-
ting margins and improving marketing, may post a small profit this year. The many members of the
Thomson family, who between them own 60 per cent of the business, have been watching the
share price rise steadily and several are looking to sell. Trade rival Hitchcock has bought up just
over 18 per cent of the shares and could well be spurred into further action by the signs of a recov-
ery at the firm.

TRAVAIL À FAIRE
1. Comprehension: Match these statements (1-10) with the companies (A-E). If there is no
corresponding company put NM (Not mentioned). You need to use some of the letters more
than once. Do not recopy the statements.
1. This company has been involved in diversifying its business activities.
2. Although this company is doing well, it has a number of internal difficulties to deal with.
3. This company has reduced the profits it makes on individual items.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
4. Expansion policies probably contributed to this company’s profits.
5. This company’s profits were affected by poor maagement.
6. One statistic is a less accurate guide to this company’s performance than another.
7. The conditions which have helped this company are likely to be less favourable in the future.
8. This company’s share price has been extremely volatile over the last twelve months.
9. This company is likely to be the subject of a takeover bid in the near future.
10. This company’s performance exemplifies a widely-held belief.
2. Version : Traduisez en français le texte suivant.
The decline of the U.S. economy has been greatly exaggerated. America is coming back
better and faster than most experts expected. The Dow Jones industrial average is up by
70 points in the past 13 months, and auto sales in the first quarter were up 16% from
2009. The economy added 160,000 jobs in March, including 17,000 in manufacturing.
So what accounts for the pervasive gloom? Housing and large deficits remain serious
problems. But most experts are overlooking America’s true competitive advantages. The
tale of the economy’s remarkable turnaround is largely the story of swift reaction, a great
willingness to write off bad debts and restructure, and a strong embrace of efficiency –
disciplines largely invented in the U.S. and at which it still excels. America still leads the
world at processing failure, at latching on to new innovations and building them to scale
quickly and profitably.

NEWSWEEK, 2010

66
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

3. Writing a report
Your company opened a new branch abroad a year ago and the Managing Director at the
Head Office has asked you to prepare a report on its progress. Write your report for the
Managing Director, including the following information:
• the reasons for opening the branch;
• problems experienced;
• plans for the coming year.
15-20 lignes
4. Expression personnelle : Reaching the age of 60 - 65. Retirement is a controversial and
topical issue. Should the age be modified or not?
Develop this subject in two parts.
Part 1: defend the present status of retirement.
Part 2: give arguments explaining why the retirement age should be changed.

Corrigé

1. Comprehension
1 – D ; 2 – B ; 3 – E ; 4 – B ; 5 – NM ; 6 – A ; 7 – D ; 8 – C ; 9 – E ; 10 – C.

2. Version
Le déclin de l’économie américaine a été largement exagéré. L’Amérique se rétablit mieux et plus
vite que ne le prévoyaient la plupart des experts. L’indice Dow Jones a gagné 70 points au cours
des treize derniers mois et les ventes d’automobiles ont augmenté de 16 % au premier trimestre
par rapport à l’année précédente. En mars, l’économie a créé 160  000 emplois, dont 17  000
dans l’industrie manufacturière.
Comment, donc, expliquer le pessimisme ambiant ? L’immobilier et les déficits vertigineux conti-
nuent certes de poser de sérieux problèmes. Mais la plupart des spécialistes négligent les véri-
tables avantages concurrentiels de l’Amérique. L’histoire du redressement spectaculaire de
l’économie est d’abord celle d’une capacité de réaction rapide, d’une forte volonté d’annuler les
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

dettes irrécouvrables et de hâter les restructurations, d’un farouche attachement à l’efficacité –


autant de disciplines inventées en grande partie aux États-Unis et dans lesquelles le pays conti-
nue d’exceller. L’Amérique n’a pas son pareil dans le monde pour se relever d’un échec, saisir au
vol les innovations et les appliquer à grande échelle rapidement et de façon rentable.

3. Writing a report

Report on the first year of activities in our Polish subsidiary


To: Mr. Tim Burton, Managing Director
From: Mr. Elvis Peterson, Regional Manager

Reasons for opening


The main reason for our choice to set up a branch in Poland is financial. Indeed, our aim was to
reduce labour costs. Our activity as cosmetic producers requires numerous staff. It is a well-known
fact that labour costs in Poland are by far lower than in France. We managed to build a brand new
factory within the deadline and we have had very positive results.

Problems experienced
Problems were encountered in two areas:
• transportation: the road network in Poland is not well-developed and the time spent on
transportation was higher than expected.
• staff: we still have to learn enormously about the staff’s culture, work ethic, customs and the
Polish language. •••/•••

 201221TDPA0113 67
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

•••/••• Plans for the coming year


Our plan for the coming year is mainly to improve the above-mentioned points. We will also look at
the feasibility of purchasing a couple of lorries so as not to have to depend on third parties for
delivery.
We plan to organise seminars on a monthly basis for both local staff and overseas managers. The
topics will include cultural differences and social events.
Finally, I would like to take the opportunity of this report to invite the top management at our Head
Office to visit our plant and premises in Poland at their convenience.
Tom Jones

4. Expression personnelle

Part 1
Many older workers no longer have the means to afford a decent retirement. The present system
of retirement – public pensions, employer pensions and individual savings – is still intact, but it
does need to be strengthened. This can be done by strengthening public retirement systems so
that they can serve as the bedrock of retirement income.
Public retirement systems are well designed to provide for the basic needs of retirees. They are
efficiently run and help to ensure basic income needs when the primary source of family income
disappears due to a breadwinner’s retirement, disability or death. Their main economic advan-
tage stems from the government’s ability to tax people and thus finance promised benefits long
into the future. Individual savings should play a role in a strengthened retirement system, mainly
because they are the only part of the retirement system that can be individualised to each per-
son’s needs.

Part 2
Forced or mandatory retirement at 60 or 65 discriminates against older citizens who wish to
continue working. This is not to argue that society should force people to work until they are 70
or older. However, improvements in health and the greater capacity of older people to work
beyond the statutory retirement age mean that it is both wasteful and even harmful not to allow
them to do so, if they wish.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
The key issue for ageing societies is how a constrained working-age population will create ade-
quate resources to be transferred to a rapidly growing population of older citizens.
There are strategies to address this problem, including those designed to raise the participation
of women at work, to manage immigration policy more effectively, to facilitate lifelong learning
and training and to encourage greater productivity growth. All of these can boost labour input in
economic growth.
But there may be labour and skill shortages. It may be necessary to try to encourage older citi-
zens to work for longer or encourage them back into work after they formally retire. In other
words, increasing the participation of those over 60, and even over 65, in the labour force would
make a positive contribution to relieving the constraints of labour supply in the future.
Under flexible retirement, individuals could work until their late 60s, and then perhaps gradually
retire via flexible working arrangements, including part-time work and working from home.

68
2

partie
I. Grammaire

A. Les formes passées d’un verbe : le prétérit


Comme le présent, la forme « passé » est très difficile à maîtriser pour un Français. Cependant,
lorsqu’on a complètement assimilé ces deux temps, le reste de la grammaire anglaise est facile.
Nous avons vu que les formes du présent sont plus complexes et variées en anglais qu’en fran-
çais. Le passé est difficile pour la raison opposée : sa simplicité « réductrice ». De même les
catégories conceptuelles pour diviser la notion de temps diffèrent entre les deux langues.
Le prétérit, appelé simple past ou past simple en anglais, est la forme la plus importante car la
plus utilisée. Le prétérit a une forme de base plus deux variations :
• le prétérit simple (la forme de base) ;
• le prétérit progressif (la première variation) ;
• la forme « used to » (la deuxième variation).

1. Le prétérit simple
Commençons avec le prétérit simple qui est la forme de base du prétérit, et la plus impor-
tante de toutes les formes du passé.

a. Le prétérit des verbes « be » et « can »


Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

(Dans le tableau ci-après, les expressions en italique correspondent aux formes


contractées.)

➠➠Be

Forme
Forme affirmative Forme négative Forme interronégative
interrogative
I was* Was I? I was not / I wasn’t Was I not? / Wasn’t I?
You were** Were you? You were not / You weren’t Were you not? / Weren’t you?
* Formes identiques pour I, he, she et it.
** Formes identiques pour you, we et they.

Remarque
Au présent, « I » correspond à une forme particulière de « be » tandis qu’au prétérit, « I » se
conjugue comme « he », « she » et « it ».

➠➠Can (formes invariables à toutes les personnes)

Forme affirmative Forme Forme négative Forme interronégative


interrogative
I could Could I? I could not / I couldn’t Could I not? / Couldn’t I?

 201221TDPA0113 69
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

➠➠Utilisations spéciales de « to be »


• « Naître » est traduit par « to be born »
Les formes « was born » et « were born » correspondent au passé composé français.

Exemples
Where were you born?: Où êtes-vous né(e) ? / Où es-tu né(e) ?
I was born in Sydney: Je suis né(e) à Sydney.
• Comme nous l’avons déjà vu dans la première partie, « to be » peut dans certaines expres-
sions remplacer d’autres verbes français. Ainsi, au prétérit :
• Faire
It was nice out. (Il faisait beau.) It was dark out. (Il faisait nuit.)
It was light out. (Il faisait jour.)
• Avoir et il y a
He was 25 years old. (Il avait 25 ans.)
I was hungry/thirsty/sleepy. (J’avais faim/soif/sommeil.)
She was right/wrong. (Elle avait raison/tort.)
There was one person. There were two people. (Il y avait/Il y eut une personne/deux personnes.)
• Aller
How were they? → They were fine. (Comment allaient-ils ?)
How was business?
• Pouvoir : « was able to » et « were able to » sont des formes alternatives de « could » :
Jane and Phillip were able to attend (assister à) the meeting but I wasn’t able to be present.
• Devoir : « was supposed to » et « were supposed to » sont les prétérits de « devoir » dans les
contextes de prévision ou dans le sens d’être « supposé ou censé » faire :
The bus was supposed to come 5 minutes ago (Le bus devait arriver…).
You weren’t supposed to do that! (Vous n’étiez pas censé…)

b. Tous les autres verbes


Les autres verbes – c’est-à-dire tous les verbes sauf « be » et « can » – se divisent en deux
catégories : les verbes dits « réguliers » et les verbes dits « irréguliers ».

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
➠➠Les verbes « réguliers »
Pour les verbes réguliers (qui sont majoritaires), le prétérit se forme en ajoutant « -ed » aux
verbes se terminant par une consonne ou par « -y » (et dans ce dernier cas, normalement le
« y » se change en « i » devant « ed »)…
work → worked
carry → carried
… et en ajoutant « -d » aux verbes se terminant par « e » :
change → changed
« Did? » et « didn’t » sont utilisés pour les formes interrogatives et négatives. Dans ces cas
on n’ajoute pas « -ed » ou « -d » à la fin du verbe.
Les formes sont invariables : toutes les personnes se conjuguent de la même manière : I, we,
you, he…

70
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exemple
To work

Forme Forme
Forme négative Forme interronégative
affirmative interrogative
I worked Did I work? I did not work / I didn’t work Did I not work? / Didn’t I work?
He worked Did he work? He did not work / He didn’t work Did he not work? / Didn’t he work?

➠➠Les verbes « irréguliers »


Pour les verbes « irréguliers », un mot spécial est utilisé pour la forme affirmative du pré-
térit au lieu du verbe avec les terminaisons « -ed » ou « -d ». Mais les formes interrogatives
et négatives se construisent comme dans les exemples ci-avant.

Exemple
To speak

Forme Forme
Forme négative Forme interronégative
affirmative interrogative
We spoke Did we speak? We did not speak / We didn’t speak Did we not speak? / Didn’t we speak ?
She spoke Did she speak? She did not speak / She didn’t speak Did she not speak? / Didn’t she speak?

➠➠Le verbe « to do » suit ces mêmes règles


I did    Did I do?    I did not do / I didn’t do    Did I not do? / Didn’t I do?

➠➠Le verbe « to die » (mourir ; décéder) est un verbe régulier

He died Did he die? He did not die / He didn’t die Did he not die? / Didn’t he die?

c. Les verbes « have », « have got » et « must »


Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

« Have » est un verbe irrégulier dont le prétérit est « had » pour la forme affirmative.
Au prétérit, « have got » perd le « got » et se conjugue exactement comme « have ».
Ainsi, les prétérits de « have » et « have got » sont identiques :
They had Did they have? They did not have Did they not have?
They didn’t have Didn’t they have?

« Must » (« devoir » dans le sens de nécessité et obligation) devient au prétérit « had to » et se
conjugue comme « have » plus « to » :
They had to Did they have to? They did not have to Did they not have to?
They didn’t have to Didn’t they have to?

Rappel
• Tous les verbes au prétérit simple ont une forme invariable pour toutes les personnes, sauf
le verbe « be » avec ses deux formes « was » et « were ».
• On emploie « did » et « didn’t » pour les formes interrogatives et négatives au prétérit simple
de tous les verbes sauf « be » et « can ».

 201221TDPA0113 71
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exercice 1

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
1. Mettez les verbes suivants à la forme négative et à la forme interrogative :

a. I was g. We were able to


b. She was h. You were supposed to
c. They were i. They were born
d. He could j. I calculated
e. The accountant worked k. They waited
f. The managers decided l. She hurried

2. Mettez les verbes irréguliers suivants aux formes affirmative et négative du prétérit (Référez-
vous au tableau des verbes irréguliers à la fin de cette série) :

a. buy i. write
b. sell j. fall (tomber, chuter, baisser, diminuer)
c. say k. rise (monter, augmenter)
d. come l. meet
e. have m. leave (quitter, partir, laisser)
f. have got n. do
g. must o. make
h. go p. spend (dépenser, passer du temps/de l’argent)

Corrigé
1.
a. I wasn’t; was I? b. She wasn’t; was she?

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
c. They weren’t; were they? d. He couldn’t; could he?
e. The accountant didn’t work; did the accountant work?
f. The managers didn’t decide; did the managers decide?
g. We weren’t able to; were we able to?
h. You weren’t supposed to; were you supposed to?
i. They weren’t born; were they born?
j. I didn’t calculate; did I calculate?
k. They didn’t wait; did they wait?
l. She didn’t hurry; did she hurry?

2.
a. bought; didn’t buy i. wrote; didn’t write
b. sold; didn’t sell j. fell; didn’t fall
c. said; didn’t say k. rose; didn’t rise
d. came; didn’t come l. met; didn’t meet
e. had; didn’t have m. left; didn’t leave
f. had; didn’t have n. did; didn’t do
g. had to; didn’t have to o. made; didn’t make
h. went; didn’t go p. spent; didn’t spend

72
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

d. Le sens du prétérit
L’idée du prétérit est simple et implique les conditions suivantes :
• l’action est terminée ;
• la période pendant laquelle elle a eu lieu est finie, autrement dit, le début et la fin de l’action se
situent au passé ;
• rien de l’action ne se réfère au présent.
Les conditions pour le prétérit simple sont assez larges et générales. Par conséquent, trois
formes françaises du passé peuvent presque toujours se traduire par le prétérit simple en
anglais :
• le passé simple français ;
• le passé composé ;
• l’imparfait.
Ainsi, ces trois formes du français ont normalement la même traduction en anglais :
Je travaillai : I worked Je fus : I was
J’ai travaillé : I worked J’ai été : I was
Je travaillais : I worked J’étais : I was

Que l’action soit courte ou longue, récente ou ancienne, unique ou répétitive, cela ne modifie pas
cette forme du passé. Les distinctions exprimées en français par différentes formes du passé ne
se retrouvent pas en anglais dans lequel la forme de base, le prétérit, signifie seulement que
l’action et la période où elle se situait sont terminées.
Il faut noter que le prétérit est aussi utilisé pour traduire le plus-que-parfait en anglais quand
l’antériorité d’une action par rapport à une autre action est claire. (C’est surtout la tendance de
l’anglais américain.)

Exemples
The company announced that it had good results for the fiscal year. (La société a annoncé
qu’elle avait eu de bons résultats pour l’exercice.)
It said that its profits rose. (Il a annoncé que ses bénéfices avaient augmenté.)
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Soyez vigilant lorsque vous traduisez le passé composé français en anglais de ne pas tra-
duire les auxiliaires « avoir » et « être »…1

Exemples
J’ai été : I was
J’ai pu : I could
J’ai étudié : I studied (et non I have studied)
J’ai fait : I did
J’ai eu : I had
Je suis resté : I stayed (et non I am stayed)
Je suis allé : I went
… et non plus avec les formes interrogatives et négatives où l’auxiliaire est toujours « did »
(sauf pour « be » et « can » qui n’ont pas d’auxiliaire).

1. Les exceptions à cette règle seront exposées dans la série 2.

 201221TDPA0113 73
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exemples
was I? / I wasn’t
could I? / I couldn’t
did I study? / I didn’t study
did I do? / I didn’t do
did I have? / I didn’t have
did I stay? / I didn’t stay
did I go? / I didn’t go

e. Les expressions « partenaires » du prétérit simple


Les mots « partenaires » du prétérit sont des expressions qui indiquent une période située
totalement au passé. Ces expressions peuvent être explicites ou implicites.

Exemples

In 2001 At 10 a.m. last Monday


In the 1960’s (dans les années soixante) From 1980 to 1990
One second ago (il y a 1 seconde) When I was in Scotland
10,000 years ago (il y a 10 000 ans) During the Roman Empire
For two years (pendant 2 ans) Yesterday
For twenty years (pendant 20 ans) The day before yesterday (avant-hier)
Last week At 10 a.m. last Monday
Last year From 1980 to 1990
This morning… (si on est l’après-midi ou le soir du même jour)

Ainsi que nous l’avons vu pour le présent, les compléments de temps (qui expriment quand ou
pendant combien de temps l’action s’est déroulée) se placent en début ou en fin de phrase :
• Last year I went to London. I stayed there for three months.
• What did you do yesterday?
• During our last vacation (vacances), I played tennis and Jim went sailing (a fait du bateau à
voile).

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Un adverbe de temps (qui exprime la fréquence d’une action), tel que par exemple « always »,
« never », « rarely » et « often », se place après « was », « were » et « could » :
• We were always keen (enthousiaste) to participate.
• They could never make a decision (prendre une décision).
Pour tous les autres verbes, « had to » y compris, un adverbe de temps se place devant le
verbe :
• He never made a mistake (faire une erreur).
• He always had good judgement.

f. La traduction de « il y a » pour des phrases au prétérit


«  There was  » (singulier) et «  there were  » (pluriel) sont le prétérit de «  there is/there are  ».
« There was/there were » sont les traductions de « il y a eu », « il y eut » et « il y avait » qui
indiquent l’existence d’objets ou de situations dans le passé.

Exemple
In the 1990’s, there was a trend (tendance) for companies to consolidate. As a result, there
were many mergers (fusions) between big firms.
« Ago » est le complément de temps qui correspond à « il y a » appliqué au temps et s’utilise pour
indiquer quand une action terminée a eu lieu dans le passé. En anglais on met la période de temps
avant le mot « ago ». L’ordre des mots est donc le contraire de l’ordre français. Comme tout com-
plément de temps, une expression avec « ago » se place au début ou à la fin de la phrase.

74
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exemples
I met him five months ago: Je l’ai rencontré il y a cinq mois.
Three years ago, the company created a new subsidiary (filiale).
« Il y a » appliqué au temps est traduit seulement par le mot « ago ». Il est incorrect d’utiliser
« there is ».
correct → 10 days ago incorrect → There is 10 days ago

g. Les traductions de « pendant » au prétérit


« Pendant » se traduit par les deux mots « during » et « for » mais dans des sens différents :
• « During » est suivi par un nom et répond à la question « quand ? » :
John: When did you meet her?
Pamela: I met her during my visit to London.
• « For » est utilisé pour indiquer la durée d’une action ou d’une situation. Il est suivi par un
chiffre ou un mot qui remplace un chiffre (comme « many ») avec une expression évoquant une
durée. Il répond à la question : « pendant combien de temps ? »
Personnel manager: For how long did you work in New Zealand?
Candidate: I worked there for 6 years.
Personnel manager: For how many years did you live there?
Candidate: I lived there for many years, for almost a decade (presque une décennie).
• La question « pendant combien de temps » peut être traduite de plusieurs façons :
–– For how long?
–– For how much time?
–– For how many years (days, hours, minutes, etc.)?
• Cependant, « for how long » est le plus utilisé. En anglais contemporain, « for » est placé fré-
quemment à la fin de la phrase ou simplement implicite bien que les trois formes soient
correctes :
–– For how long did you work there?
–– How long did you work there for?
–– How long did you work there?
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Exercice 2

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez ces phrases en anglais en utilisant le prétérit :
1. J’ai travaillé hier.
2. Ils étaient riches avant le krach.
3. Il est allé à Londres la semaine dernière et il est revenu hier.
4. Il allait souvent à Londres quand il était jeune.
5. Elle entra dans la pièce.
6. As-tu reçu mon message ?
7. Pourquoi n’as-tu pas appelé ?
8. Je suis née à New York en 1980.
9. J’ai vécu à New York de 1990 à 1995 et j’y étais très heureuse.
10. Nous n’étions pas à l’heure.
11. J’ai pu aller à la soirée mais ils n’ont pas pu y aller.
12. La société avait de bons résultats.
13. J’ai commencé à travailler il y a trois ans.
14. Il a fait un discours pendant la réunion.
15. Il y avait 30 personnes dans la salle de réunion (meeting room) pendant son discours.

 201221TDPA0113 75
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

16. Pendant combien de temps ont-elles étudié ?


17. Elles discutèrent du problème pendant plusieurs heures.
18. Je ne les ai pas vus pendant 3 ans et puis un jour je les ai rencontrés pendant un voyage à
Londres.
19. Pendant combien d’années êtes-vous resté en Irlande ?

Corrigé
1. I worked yesterday.
2. They were rich before the crash.
3. He went to London last week and he came back yesterday.
4. He often went to London when he was young.
5. She entered (or “came in”) the room.
6. Did you receive my message?
7. Why didn’t you call?
8. I was born in New York in 1980.
9. I lived in New York from 1990 to 1995 and I was very happy there.
10. We weren’t on time.
11. I could (or “was able to”) go to the party but they couldn’t (or “weren’t able to”) go there (or
“to it”).
12. The company had good results.
13. I began to work three years ago.
14. He made a speech during the meeting.
15. There were thirty people in the meeting room during his speech.
16. For how long did they study? (or “How long… for?” or “How long…?”)
17. They discussed the problem for several hours.
18. I didn’t see them for three years and then, one day, I met them during a trip to London.
19. For how long did you stay in Ireland? (or “How long… for?” or “How long…?”)

2. Les autres formes du prétérit

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Nous avons vu que trois formes du passé français normalement deviennent le prétérit simple en
anglais. Précisons un peu plus :
• le passé simple devient le prétérit simple à 100 % ;
• le passé composé devient le prétérit simple à plus de 90 % (les exceptions seront exposées
dans la section B) ;
• l’imparfait devient soit le prétérit simple soit les variations du prétérit :
a. la forme en be + ING du prétérit,
b. la forme « was going to »,
c. la forme « used to ».

a. La forme en be + ING du prétérit (aussi appelée prétérit progressif)


La première, et la plus importante variante du prétérit, est sa forme en be + ING  : «  was
doing »/« were doing ».
Elle est la traduction de l’imparfait la plus utilisée. Comme toute forme du prétérit, elle cor-
respond à une action terminée qui s’est passée pendant une période entièrement passée.
«  Was/were doing  » peut être considérée comme le raccourci de «  was in the middle of
doing » qui correspond exactement à « était en train de faire » en français. Des partenaires
de cette forme sont « at that moment » et « at that time » :
• Patricia: What were you doing at 5 p.m.? Que faisais-tu/faisiez-vous à 17 h ?
• David: At that time, I was driving home from work. À ce moment-là, j’étais en train de rentrer
chez moi en voiture.

76
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

« When » et « while » (en même temps que/pendant que) sont aussi des partenaires typiques :
• James: What were you doing when they were discussing the problem?
• Jennifer: I was reading while they were discussing the problem.
C’est-à-dire que la forme en be + ING du prétérit est employée pour décrire des actions qui
étaient en train de se passer simultanément à un certain moment précis :
At that moment, I was reading and they were discussing the problem.
Comme nous l’avons vu pour le présent, seuls les verbes « d’action » peuvent se terminer
avec « -ing ». Les verbes de « non-action » doivent utiliser le prétérit simple :
What did you understand when he was explaining the problem to you? (et non “were you
understanding?”)
La forme en be + ING du prétérit est aussi fréquemment utilisée comme contexte passé dans
le cadre duquel une action ou un événement sont intervenus :
What were you doing (le contexte) when the accident happened (l’événement)?
Que faisais-tu/faisiez-vous quand l’accident est survenu ?
Qu’étais-tu/étiez-vous en train de faire quand l’accident est survenu ?
… Ici l’action qui est intervenue dans ce contexte est ponctuelle. Elle n’est pas à la forme pro-
gressive mais plutôt au prétérit simple. Cette construction correspond en français à l’utilisation
de l’imparfait (le contexte) avec le passé composé (l’action intervenante) :
John was taking a shower (le contexte), when the phone rang (l’événement).
John prenait une douche quand le téléphone a sonné.

Rappel
« Pendant » peut avoir trois traductions : « during » (+ nom), « for » (+ durée) et « while » (pen-
dant que).

b. « Was going to » : une variante de la forme progressive du prétérit


Des variantes de la forme en be + ING du prétérit sont « was going to do/were going to do ».
Ces formes correspondent à l’imparfait français  : «  allais / allait / allions / alliez / allaient
faire ». Comme en français, on les utilise en anglais pour exprimer qu’on avait l’intention ou
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

qu’on était sur le point de faire quelque chose, qu’on allait faire quelque chose.

Exemples
• I was going to send them an e-mail (j’allais leur envoyer un e-mail), but they called on the
phone just before I could send it.
• We were going to buy (nous allions acheter) a new flat-screen television, but we changed
our minds and instead we bought a DVD player (mais nous avons changé d’avis et à la place
nous avons acheté un lecteur DVD).

c. La forme « used to »


Voici la troisième exception où on n’utilise pas le prétérit simple pour traduire l’imparfait français.
Quand on veut préciser le fait qu’une situation passée durait pendant une longue période
ou qu’une action dans le passé était habituelle pendant longtemps, on a la possibilité d’uti-
liser « used to » devant le verbe :
• I used to live in San Francisco: Je vivais à San Francisco. (autrefois)
• They used to play tennis every day: Ils jouaient au tennis chaque jour. (auparavant)
Cette forme correspond au concept français de l’imparfait en association avec l’idée d’un autre-
fois qui n’est plus.
« Used to », qui est considéré en anglais comme une forme du prétérit, s’emploie avec « did » et
« didn’t » pour les questions et les négations :
• I used to speak Spanish, but that was a long time ago.

 201221TDPA0113 77
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

• Where did you use to live before coming to Paris?


• You didn’t use to smoke before. When did you begin?
• I never used to go to the gym, but now I go every day.
Pourtant, l’anglais considère cette forme comme facultative, plutôt comme une manière « éco-
nomique » de dire une phrase au prétérit qui est beaucoup plus longue. Par exemple, la phrase
«  They played tennis on a regular basis in the past but now they don’t play anymore (ne
plus) » peut être remplacée par « They used to play tennis ».

Rappel
L’imparfait français a trois traductions possibles. Tout dépend du temps dans lequel l’action
s’est déroulée et de l’expression « partenaire » associée qui exprime cette notion de temps :
1. Le prétérit simple
I worked hard when I was in New York. Je travaillais dur quand j’étais à New York.
2. La forme en be + ING du prétérit, la traduction la plus fréquente de l’imparfait français :
I was working hard at 5 p.m. on Saturday. J’étais en train de travailler dur à 17 h samedi.
I was working hard while they were watching television. Je travaillais pendant qu’ils regardaient
la télé.
I was working hard when the doorbell rang. Je travaillais (J’étais en train de travailler) dur au
moment où la sonnette a retenti.
… et sa variante avec « allais (allait, etc.) + faire » :
I was going to work hard but my schedule changed. J’allais travailler dur mais mon planning
a changé.
3. La forme « used to » pour exprimer la notion d’un « autrefois » de longue et régulière
durée qui n’est plus (forme facultative utilisée pour être plus précis à la place de 1.
ci-avant) :
I used to work hard, but I don’t work hard anymore. Autrefois je travaillais dur mais je ne
travaille plus dur.

Exercice 3

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez les phrases suivantes en utilisant «  was/were… -ing  » ou «  used to  » pour
l’imparfait :
1. Où alliez-vous quand je vous ai vu dans la rue hier ?
2. Je regardais la télé pendant qu’il lisait.
3. Nous regardions la télé quand le téléphone a sonné.
4. J’allais écrire une lettre mais je n’avais pas de timbres.
5. Elle parlait l’anglais quand elle était plus jeune.
6. En Californie, il allait à la plage tous les jours.

Corrigé
1. Where were you going when I saw you in the street yesterday?
2. I was watching (the) TV while he was reading.
3. We were watching (the) TV when the telephone rang.
4. I was going to write a letter but I didn’t have (any) stamps.
5. She used to speak English when she was younger.
6. In California, he used to go to the beach every day.

78
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

B. L’infinitif
1. « Afin de », « de », « à », « pour » + verbe
La traduction de « afin de » est « in order to » ou « so as to » ou simplement « to » devant le
verbe. « Afin d’être » serait, par exemple, traduit des trois façons suivantes :
• in order to be ;
• so as to be ;
• to be.
To be listed on the New York Stock Exchange (afin d’être cotée à la Bourse de New York), a
company must register with the Securities and Exchange Commission.
Les prépositions « de » et « à » devant un verbe se traduisent également par « to » :

Exemples
She asked him to call back later. Elle lui a demandé de rappeler plus tard.
I have something to do. J’ai quelque chose à faire.
The company decided to create a new subsidiary (filiale).
We were obliged to make a choice (faire un choix).
« Pour » devant un verbe, également, se traduit par « to », dans le sens de « afin de »…
I went to the bank to obtain a loan. Je suis allé à la banque pour obtenir un prêt/crédit.
… tandis que devant un nom, « pour » devient « for » :
• I went to the bank for a loan.
• This document is for the statutory auditor (commissaire aux comptes).
• Can you please do it for me?

2. “It’s … for someone to do”


Voici le cas des expressions impersonnelles avec « it’s » (au présent) ou « it was » (au prétérit)
+ un adjectif tels :
« necessary », « important », « essential », « easy », « difficult », « possible », « im-possible »,
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

« intelligent », « absurd », « urgent », « useful » (utile), « useless » (inutile)…


Avec ces expressions impersonnelles, nous rencontrons très souvent trois structures de phrases
qui sont en accord avec les règles exposées ci-avant, « to » + verbe / « for » + nom :
• it + (to be) + adjectif + to do
It is/was necessary to do.
• it + (to be) + adjectif + for someone/something
It is/was necessary for the company.
• it + (to be) + adjectif + for someone to do
It was necessary for the company to do.

Exemples
It’s essential to be on time.
It was urgent for John.
It was urgent for him to act (agir) quickly.
It was necessary for the company to obtain a loan.
La phrase « It was necessary for the company to obtain a loan » peut se traduire par : Il était
nécessaire pour la société d’obtenir un prêt ou par : Il était nécessaire que la société obtienne
un prêt.

 201221TDPA0113 79
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exemple
« It wasn’t easy for them to decide » qui peut être traduit par : Il n’était pas facile pour eux de
décider ou par : Il ne leur était pas facile de décider.
Des variations comprennent l’emploi des négations « isn’t » ou « wasn’t » ; de « this » ou « that »
à la place de « it » :
• That wasn’t an intelligent thing to do.
… et « to do », au négatif devient « not to do » (de ne pas faire) :
• It’s important not to be late.
• It’s absurd not to take advantage of (profiter de) this opportunity.

3. To wait for someone to do


Les règles de « for someone » et « to do » s’appliquent au verbe « to wait » :
To wait for someone or something
• I waited for the documents. J’ai attendu les documents.
• She was waiting for his call. Elle attendait son coup de fil.
To wait to do something
• He waited to send the documents. Il a attendu d’envoyer les documents.
• He was waiting to call her. Il attendait de l’appeler.
To wait for someone to do something
Faites attention à la traduction de cette structure. En français, elle comporte le subjonctif, ce qui
n’est pas le cas en anglais :
• I waited for him to send the document. J’ai attendu qu’il envoie les documents.
• She was waiting for him to call her. Elle attendait qu’il l’appelle.

Exercice 4

Énoncé

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
TRAVAIL À FAIRE
Mettez « to » ou « for » dans les phrases suivantes :
1. We had many things… do yesterday.
2. That document was… the Payroll Accountant.
3. I waited for them… come for 20 minutes.
4. It was essential… the two companies… merge.
5. He told me not… reveal the data (données).
6. I went to the bank… a loan.
7. They did the calculations several times so as… be sure that they had the correct results.
8. … succeed, it’s important… you… study.
9. She waited… his call.
10. We waited… the Credit Manager… approve the loan.
11. I went to the USA… learn… speak English.
12. Shareholders invest in the Stock Market… make a profit.

Corrigé
1. We had many things to do yesterday.
2. That document was for the Payroll Accountant.
3. I waited for them to come for 20 minutes.
4. It was essential for the two companies to merge.
5. He told me not to reveal the data (données).

80
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

6. I went to the bank for a loan.


7. They did the calculations several times so as to be sure that they had the correct results.
8. To succeed, it’s important for you to study.
9. She waited for his call.
10. We waited for the Credit Manager to approve the loan.
11. I went to the USA to learn to speak English.
12. Shareholders invest in the Stock Market to make a profit.

C. L’usage des prépositions


1. « In », « on » et « at » pour exprimer le temps
La préposition de base pour exprimer le temps d’une action est « in » :
« in » + mois : in January
+ trimestre : in the first quarter of 2001
+ semestre : in the first half of 2000
+ année : in 2002
+ décennie : in this decade; in the Nineteen-Fifties (in the 1950’s)
+ siècle : in the Twenty-First Century
+ millénaire : in the Third Millenium
Il y a également les groupes d’expressions suivants :
in the morning in the afternoon
in the evening in the middle of (au milieu de ; en train de)
in the process of (en train de) in the act of (dans l’acte de)

Exceptions avec « on » et « at »

« on » + un jour ou une date


• on Monday
• on January 1st
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Faites attention à la « gymnastique » du changement de la préposition le cas échéant :


• « in January » (le mois) mais « on January 1st » (le jour)
• « in 2002 » (l’année), « in March » (le mois), « in March 2002 » (le mois), mais :
« on March 15th, 2002 » (le jour)

« at » + l’heure ou le mot « time »


• at 9 o’clock
• at this time (en ce moment)
• at the same time (en même temps)
et aussi :
• at the beginning/at the start (au début) et at the origin
• at the end/at the finish/at the conclusion (à la fin)

« at » + « night »
Many taxi drivers work at night and sleep in the morning.
À noter une différence entre l’anglais américain et l’anglais britannique :
• on the weekend (US)
• at the weekend (UK)

 201221TDPA0113 81
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

D’autres expressions
• to be on time (être à l’heure)
• to be in time (à temps)
Ces deux expressions n’emploient pas de préposition en anglais :
• to be early (en avance)
• to be late (en retard)
Notez la différence entre « on time » (à l’heure) et « in time » (à temps). « In time » implique un
retard :
• My friends were on time for the concert. They didn’t arrive late.
• I was late for the concert, but I arrived just in time before they closed the doors.
• Another friend was very late. He arrived after the doors were closed and so it wasn’t possible
for him to enter.

2. « From »… « to »
Quand nous indiquons les deux limites d’une durée, nous utilisons « from » (de) pour le moment
initial et « to » (à) pour le moment final. Il est possible de remplacer « to » avec le mot « until »
(jusqu’à) ou « till » (jusqu’à) :
• Yesterday, I worked from 8 a.m. to 8 p.m.
• The meetings (réunions) lasted (ont duré) from Monday until Thursday.

Exercice 5

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Insérez les prépositions correctes dans les phrases suivantes :
1. Our meetings always start exactly… time.
2. There is a flight for London every day leaving… 7 a.m.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
3. These meetings always take place… Mondays, … 9 a.m. … 11:30 a.m.
4. The annual closing is … December.
5. The calendar year (l’année civile) starts… January 1st and finishes… December 31st.
6. Many people aren’t sure if the Third Millenium officially started… 2000 or … 2001.

Corrigé
1. Our meetings always start exactly on time.
2. There is a flight for London every day leaving at 7 a.m.
3. These meetings always take place on Mondays, from 9 a.m. to 11:30 a.m.
4. The annual closing is in December.
5. The financial year starts on January 1st and finishes on December 31st.
6. Many people aren’t sure if the Third Millenium officially started in 2000 or in 2001.

D. L’article défini « the » : son emploi


L’article défini « the » est invariable devant les noms masculins ou féminins, et devant les
noms au singulier ou au pluriel. Comme en français, l’article défini est utilisé pour spécifier
des noms communs :
• the company ;
• the merger between BNP and PARIBAS ;

82
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

• The people who were present were the Finance Director (le directeur financier) and the
Management Auditor (le contrôleur de gestion) ;
• I used to live in the city (la ville), but three years ago I moved to the country (la campagne) ;
• the West (l’Occident), the East (l’Orient).
« The » a un emploi très fréquent devant les groupes adjectifs-noms, qui incluent, naturelle-
ment, les noms de documents, fonctions, services, et organismes :
• the financial statements (les états financiers)
• the balance sheet (le bilan)
• the Human Resources Director
• the Payroll Department (le service paie)
• the International Monetary Fund
• the European Union
Les noms des pays précédés normalement par un adjectif prennent « the »2 :
• the United States
• the United Arab Emirates
• the United Kingdom
• the Dominican Republic
• the Netherlands (= the Low Lands)
• the Czech Republic
Comme en français, « the » s’emploie avec les noms des régions, hémisphères, mers, fleuves,
massifs, qui, par définition, comportent des adjectifs :
• the Middle East (le Moyen-Orient)
• the Western Hemisphere
• the Thames River
• the Mediterranean Sea
• the Atlantic Ocean
• the Rocky Mountains
Les noms de nationalités prennent l’article défini. Le mot «  people  » (gens/peuple) peut être
explicite ou implicite : The French people ou The French
Si le mot « people » est implicite, les noms qui se terminent par « -ch », « -s », « -ss », ou « -se »
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

restent invariables (sans « s » final) :


the French (les Français) the Irish (les Irlandais) the Swiss (les Suisses)
the Dutch (les Hollandais) the Spanish (les Espagnols) the Chinese (les Chinois)
the English (les Anglais) the Swedish (les Suédois) the Japanese (les Japonais)

Toutes les autres nationalités prennent le «  -s  » au pluriel quand le mot «  people  » est
sous-entendu :
the Greeks the Americans the Arabs
the Germans the Italians the Norwegians

Finalement, lorsqu’un qualificatif permet de dénommer un groupe de personnes (autre qu’une


nationalité), « people » est sous-entendu et l’adjectif (qui devient le nom du groupe) demeure
invariable :
• the young (les jeunes)
• the elderly (les âgés)
• the rich (les riches)
• the wealthy (les riches)
• the unemployed (les chômeurs)
• the jobless (les sans-emplois)

2. Les exceptions à cette règle seront exposées dans la série 2.

 201221TDPA0113 83
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Exercice 6

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez les noms et expressions suivantes :

1. le bilan 6. le service paie


2. les états financiers 7. le Royaume-Uni
3. l’Union européenne 8. les Allemands
4. les Français 9. les Chinois
5. les jeunes 10. les chômeurs

Corrigé
1. the balance sheet 6. the Payroll Department
2. the financial statements 7. the United Kingdom
3. the European Union 8. the Germans
4. the French 9. the Chinese
5. the young 10. the unemployed

E. Les noms et les adjectifs


1. Les adjectifs et le participe passé
Il est utile de se souvenir que beaucoup d’adjectifs sont, comme en français, des participes
passés de verbes (les autres formes d’adjectifs seront exposées dans la section B) :

a. Pour les verbes réguliers, le participe, comme le prétérit, se termine en « -ed » :

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
• an interested buyer (un acheteur interessé)
• a credited amount (un montant crédité)
• signed contracts (des contrats signés)

b. Pour beaucoup de verbes irréguliers, le participe passé a la même forme


que le prétérit :
Référez-vous au tableau des verbes irréguliers en fin de série :
• a paid invoice (une facture payée)
• spent money (de l’argent dépensé)
• lost opportunities (des opportunités perdues)

c. Pour d’autres verbes irréguliers, le participe a une forme particulière :


• spoken English (l’anglais parlé)
• a hidden problem (un problème caché)
• the written report (le rapport écrit)

2. L’ordre des adjectifs dans une séquence


Il est très fréquent de trouver en anglais des « chaînes » d’adjectifs qui qualifient les noms.
L’adjectif le plus « définissant » est le dernier de la séquence et précède directement le nom :
• a monthly financial statement (un état financier mensuel)
• a monthly bank statement (un relevé bancaire mensuel)

84
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

• essential natural resources


• essential human resources
• a famous American rock guitarist
• a famous American jazz guitarist
Dans une séquence d’épithètes, les descriptions subjectives sont en premier et les descrip-
tions objectives viennent après, près du nom :
Opinion subjective + fait objectif + nom
a beautiful sunny day
an interesting new film

Quand il y a plusieurs adjectifs « objectifs », l’ordre est :


chronologie + taille + âge + couleur + origine + matière + nom

Exemples
The first software version (la première version du logiciel)
A short white cotton dress
An old Russian tradition
A new technological development
L’anglais supporte plus facilement que le français ces longues séquences d’adjectifs. Après un
certain nombre d’adjectifs il est difficile de trouver à tous une place dans une phrase française.
Quand on fait une traduction il faut souvent « arranger » la séquence pour que la phrase ait un
sens en français :
• a short white cotton dress (une robe courte en coton blanc) ;
• an effective new development strategy (une nouvelle stratégie efficace de développement).

Exercice 7

Énoncé
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez les adjectifs suivants qui sont des participes passés. Certains proviennent de
verbes réguliers ; d’autres, de verbes irréguliers :

1. écrit 6. dit 11. démarré


2. parlé 7. compris 12. annoncé
3. lu 8. vendu 13. construit
4. dépensé 9. offert 14. détruit
5. acheté 10. finis 15. chanté

Corrigé
1. written 6. said / told 11. started / begun
2. spoken 7. understood 12. announced
3. read 8. sold 13. constructed / built
4. spent 9. offered 14. destroyed
5. bought 10. finished 15. sung

 201221TDPA0113 85
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

3. Le comparatif des adjectifs


a. « More » (plus) et « less » (moins) sont toujours suivis de « than » quand on fait une com-
paraison. Par conséquent « more than » est la traduction de « plus que », ou de « plus de » pour
des quantités, de même que « less than » est celle de « moins que » ou de « moins de » :
• I have more than you.
• He had more than $1,000 in his account. (et non « more of »)
b. Lorsque l’on compare des adjectifs, on utilise « more than » avec les adjectifs de deux syl-
labes ou plus :
• Your investment is more profitable than mine.
• My last job was more interesting than my present job.
c. Pour les adjectifs ne comportant qu’une syllabe ou une syllabe plus « -y », « -ow » ou « -le »,
on ajoute la terminaison « -er » à l’adjectif au lieu d’employer « more ». Les adjectifs se termi-
nant par « -y » prennent « -ier » à la fin au comparatif :
• This is an older version of the software program (logiciel) than the other.
• My method is faster and simpler than yours.
• Their product range (gamme de produits) is narrower (plus étroite) than ours.
• There is an easier way to solve this problem.
d. À noter les comparatifs irréguliers suivants :
good → better (meilleur)
bad → worse (pire)
far further (plus éloigné)
e. On emploie « less » devant tous les adjectifs indépendamment de leur longueur :
This procedure is less easy and less convenient to use than other.
Il ne faut pas confondre un adjectif comparatif avec un autre mot qui se termine par « -er » :
the lawyer (nom): l’avocat, le juriste
the maker (nom): le fabricant, le constructeur
to lower (verbe): baisser, diminuer

4. Le superlatif des adjectifs

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
En français, on reconnaît le superlatif par la présence de « le », « la » ou « les » devant « plus » ou
« moins ». En anglais, on utilise « the » mais « plus » devient « most » au lieu de « more » et
« moins » devient « least », au lieu de « less ». « The most » est utilisé pour les adjectifs de
deux syllabes ou plus :
• It was the most exciting day in Wall Street’s history.
• The most volatile stocks are in the high-tech sector.
Avec les adjectifs d’une syllabe ou d’une syllabe plus « -y », « -ow » ou « -le », on ajoute
« -est » à la fin :
• the quickest way
• the lowest price
• the easiest solution
« The least » est utilisé pour tous les adjectifs :
• In January, the least profitable investments were the tech stocks (valeurs technologiques).
• Unfortunately (malheureusement), they chose the least easy way to do things!
Les superlatifs irréguliers s’appliquent aux mêmes adjectifs que les comparatifs irréguliers :
good → better → the best (le meilleur)
bad → worse → the worst (le pire)
far → further → the furthest (le plus loin)
« Elder » (aîné) et « the eldest » (le plus âgé) sont pour « old » d’autres formes de comparatif et
de superlatif employées uniquement pour les relations familiales :
My brother John is the eldest in the family.

86
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Un superlatif est fréquemment suivi de « of » ou « in ». On utilise généralement « of » devant les
mots « all » et « everyone » et on emploie « in » devant « the world » et des catégories telles
que « the class » ou « the company » :
• He was considered to be the best employee of all.
• He was voted the best employee in the company.

Exercice 8

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez :

1. plus grand que 6. le plus simple


2. moins grand que 7. le moins important
3. plus difficile que 8. meilleur que et pire que
4. moins intelligent que 9. le meilleur du monde
5. le plus important 10. le pire de tout

Corrigé
1. bigger than (larger than) 6. the simplest
2. less big than (less large than) 7. the least important
3. more difficult than (harder than) 8. better than and worse than
4. less intelligent than 9. the best in the world
5. the most important 10. the worst of all

F. Les pronoms relatifs « who » et « which »


Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Dans la première partie nous avons vu que le pronom relatif « that » peut remplacer « who » et
« which » dans des phrases telles que :
• John was the person who called ou John was the person that called.
• This is the machine which works ou This is the machine that works.
Dans les phrases ci-avant, les pronoms relatifs introduisent des subordonnées relatives qui défi-
nissent la personne ou la chose. Mais dans les phrases suivantes les pronoms relatifs intro-
duisent des informations complémentaires qui sont non définissantes sur les sujets de ces
phrases :
• John, who visited Canada last year, called a few minutes ago.
• This stereo, which I bought for a very low price, is really wonderful.
Quand «  who  » et «  which  » introduisent des informations complémentaires et non
définissantes :
• On est obligé d’utiliser les mots « who » pour les personnes et « which » pour les choses. On
ne peut pas les remplacer par « that ».
• Ces informations complémentaires introduites par « who » ou « which » doivent être précé-
dées et suivies par des virgules.
Le mot «  which  » peut avoir d’autres sens. Par exemple, «  of which  » peut se traduire par
duquel, de laquelle, desquel(le)s et parfois par dont.
(Les autres utilisations de « which » seront présentées dans des séries ultérieures.)

 201221TDPA0113 87
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

G. L’ordre des mots


Un des éléments les plus importants dans la rédaction en anglais est la position correcte des
mots dans la phrase. Vous avez déjà vu les règles qui concernent la position des expressions de
temps et des adverbes de temps. Voici deux règles de base qui s’ensuivent :

1. Le lieu devant le temps


Nous avons vu que l’expression du temps (« quand ») est toujours placée au début ou à la fin
d’une phrase. Donc, lorsque le temps est en fin de phrase, ce qui est le plus fréquent, l’évocation
du lieu se fera toujours avant :
• I went to London last Friday. (et non : I went last Friday to London.)
• They visited Dublin many times. (et non : They visited many times Dublin.)

2. Les mots « always » et « never » ne sont jamais les premiers mots


d’une phrase
En accord avec les règles que nous avons déjà vues, les adverbes de temps (fréquence) ne se
placent jamais en première position et jamais devant le sujet :
• I never saw him before. (et non : Never I saw him…)
• They were always our partners. (et non : Always they were…)

Exercice 9

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Corrigez les erreurs dans l’ordre des mots :
1. They went last month to New Zealand.
2. They left one week ago for the US.
3. I took the train every day to work.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
4. She worked for six months in London.
5. Never at work I saw her.
6. At the office always we had lunch together.

Corrigé
1. They went to New Zealand last month. (or Last month, they went to New Zealand.)
2. They left for the US one week ago. (or One week ago, they left for the US.)
3. I took the train to work every day. (or Every day, I took the train to work.)
4. She worked in London for six months. (or For six months, she worked in London.)
5. I never saw her at work.
6. We always had lunch together at the office.

H. Les mots apparentés : « faux amis » (verbes du 1er groupe)


Il y a des mots qui sont passés du français à l’anglais mais qui ont pris des sens différents avec
le temps. Voici quelques faux amis importants qu’il est souhaitable de retenir :

88
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

attirer : to attract alors que to attire: habiller


assister à : to attend to wait: attendre
achever : to finish to achieve: réaliser
demander : to ask for to demand: exiger
fixer : to set to fix: réparer
user : to wear out to use: utiliser
rester : to stay to rest: se reposer
résumer : to summarize to resume: reprendre
former : to train to form: constituer, créer
disposer de : to have to dispose of: céder

Exemples 
• The accountant summarized the problem. Le comptable a résumé le problème.
• The client was angry and demanded a reduction. Le client était en colère et il a exigé une
remise.
• They formed the subsidiary last month. Ils ont constitué la filiale le mois dernier.
• When the negotiations resumed after the coffee break, the parties were able to find an
agreement. Quand les négociations ont repris après la pause café, ils ont pu trouver un
accord.

Notez également que :


• to ignore signifie « ne tenir aucun compte de » mais ne signifie pas « ne pas savoir » :
They saw the danger signals but they ignored them. Ils ont vu les signaux de danger mais ils
ne les ont pas pris en compte.
I don’t know her name. J’ignore son nom.
• to realize signifie « se rendre compte de » mais ne signifie pas « réaliser un projet » qui est
traduit par « achieve », « perform », « do », « make », « construct » ou « carry out » :
I realized my mistake but it was too late. Je me suis rendu compte de mon erreur mais c’était
trop tard.
The company achieved excellent results. La société a réalisé d’excellents résultats.
• to support signifie « soutenir » mais ne signifie pas « endurer » :
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

I entirely support your policy. Je soutiens entièrement votre politique.


• to appreciate signifiera la plupart du temps « être reconnaissant » plutôt que « évaluer » tandis
que « apprécier » devient « to evaluate », « to assess » ou « to appraise » :
We evaluated (assessed/appraised) the risks. Nous avons apprécié les risques.
She appreciated your help. Elle était reconnaissante.

Exercice 10

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Traduisez ces phrases :
1. J’ignore son adresse.
2. Il exige toujours beaucoup de choses.
3. Elle était en train de résumer ses arguments.
4. J’ai apprécié ton aide.
5. J’attends mon nouveau téléphone portable.
6. Nous avons formé plusieurs personnes en 2003.
7. Ils doivent apprécier les coûts.
8. Elles m’ont demandé les chiffres exacts.

 201221TDPA0113 89
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Corrigé
1. I don’t know his address (or her address).
2. He always demands many things (or a lot of things).
3. She was summarizing her arguments. (or She was in the middle of summarizing…, or She was
in the process of summarizing…)
4. I appreciated your help.
5. I’m waiting for my new mobile phone. (or cell phone).
6. We trained several people (or persons) in 2003.
7. They must (or have to, or have got to) evaluate (or assess, or appraise) their costs.
8. They asked me for the exact figures.

I. Quelques règles d’orthographe


1. Les verbes réguliers se terminant par « -y » perdent ce dernier pour « -i » devant « -ed » :
• carry devient carried,
• hurry devient hurried.
Sauf les verbes réguliers qui se terminent par « -ay » :
• play devient played,
• stay devient stayed.

Rappel
« Pay » et « say » sont des verbes irréguliers : pay devient paid ; say devient said.
2.  Les adjectifs se terminant par «  -y  » perdent ce dernier pour «  -i  » devant «  -er  » et
« -est » :
busy / busier than / the busiest
3. Aux adjectifs se terminant par « -e » on ajoute à la fin « r » et « st » pour les formes com-
paratives et superlatives :
simple / simpler / the simplest

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
4. Les adjectifs se terminant par une seule consonne précédée par une seule voyelle, ont
leur consonne finale doublée devant « -er » et « -est » :
to be fit (en forme) / fitter / the fittest
5. En anglais, on écrit avec une majuscule les nationalités et les adjectifs correspondants,
les langues, les jours de la semaine, les mois et souvent les saisons :
French, European, Polish (polonais / polonaise), April, Autumn, Monday.
6. Avec les chiffres, l’anglais emploie une virgule là où le français utilise une espace et un
point là où le français utilise une virgule :
• 10,500 (ten thousand five hundred) → en français 10 500 (dix mille cinq cents)
• 10.5 (ten point five) → en français 10,5 (dix virgule cinq)
• m = million ; bn = billion (milliard)

90
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 11

Énoncé

TRAVAIL À FAIRE
Corrigez les erreurs :
1. the easyest 7. biger than
2. august 8. fitest
3. european 9. largeer than
4. busyer than 10. payed
5. wednesday 11. english
6. marryed 12. the french

Corrigé
1. the easiest 7. bigger than
2. August 8. the fittest
3. European 9. larger than
4. busier than 10. paid
5. Wednesday 11. English
6. married 12. the French

II. Les points principaux à retenir de cette partie

À retenir
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

A. Le prétérit simple anglais est la forme la plus fréquente pour traduire le passé
d’un verbe français :
• Il est toujours la traduction du passé simple :
Je travaillai. I worked.
• Il est normalement la traduction du passé composé :
J’ai travaillé. I worked.
• Il est souvent la traduction de l’imparfait :
Je travaillais. I worked.
• Il peut être la traduction du plus-que-parfait.

B. L’imparfait français peut aussi se traduire par deux autres formes du passé
anglais selon le contexte :
• La forme « I was + …-ing » quand on insiste sur le fait d’être « en train de faire » :
Je travaillais quand il est arrivé. I was working when he arrived.
• La forme « used to + infinitif » quand on insiste sur le fait qu’une action habituelle ne se fait
plus :
Je travaillais beaucoup quand j’habitais Los Angeles. I used to work a lot when I lived in Los
Angeles.

C. « Pour » se traduit tantôt par « for » et tantôt par « to » :


• On utilise « for » quand « pour » est suivi par « quelqu’un » ou « quelque chose » :
This is for you. It’s for your new apartment.

 201221TDPA0113 91
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

• On utilise « to » devant un verbe :


To learn a new language you must study on a regular basis.

D. Le bon ordre des mots dans une phrase est important :
• L’adjectif précède le nom :
An interesting person.
• L’expression du lieu précède l’expression du temps :
I went to New York last year.

E. Il y a beaucoup de verbes « vrais amis » (avec des petites modifications


d’orthographe) :
to arrive, to confirm, to justify, to calculate, to privatize, to contribute, to conclude, to possess,
to consume, to suspend, to reimburse, to add, to substract, to direct, etc.

F. Les verbes « faux amis » peuvent créer des contresens, donc soyez attentif !
to demand: exiger
to ask: demander
to dispose of: céder (des actifs)

III. Business and economy

A. Business: company growth


At a certain stage (étape) in a company’s growth (croissance), it can decide to create a subsidi-
ary (filiale). A subsidiary is a separate company which, however, remains linked (liée) to the par-
ent company (maison mère). It can be compared to a child which was born from its parents, and
now has an independent life, but is still (toujours) part of the family. A subsidiary is different from
a branch office (succursale) in that a subsidiary is a separate company from a legal (juridique)
point of view, while a branch office is not legally separate from its headquarters (US) / head
office (UK) (siège social). A branch office functions like a company representative (réprésentant)

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
at a geographical distance.
A company can create a subsidiary for three different reasons:
1. The company is beginning a new business (activité) which is different from its core business
(activité de base), and this new activity requires a separate structure and organization.
2. There may be tax (fiscal) and legal advantages in having several small companies, rather than
(plutôt que) one large company.
3. Because an overseas (outre-mer) branch office is legally considered as a foreign (étranger)
company by the country in which it is located (situé), it is often more advantageous for a com-
pany to set up (monter, créer) a subsidiary. The subsidiary is then constituted under the laws
(lois) of that foreign country.
A subsidiary may be either (soit) wholly-owned (détenue à 100  %) by one company, or its
shares (parts) may be held (détenues) by several shareholders (actionnaires) or investors
(investisseurs). A  parent company which does not participate in the management (gestion,
direction) of a subsidiary, but simply holds (détenir) its stock (actions), is called a holding com-
pany (société de portefeuille, holding).
Another way for a company to grow is to merge (fusionner) with another company. The resulting
merger (fusion) combines the capital, material resources, manpower (main-d’œuvre), skills
(compétences) and know-how (savoir-faire) of the two companies. Generally, a merger is
between two companies of equivalent size and importance, but it can also be the case that one
company is the dominant partner. A joint venture (co-entreprise, entreprise commune, GIE) is
a company that is created by two or more different companies which become partners (parte-
naires, associés) for a specific activity only. The companies remain separate, except for the

92
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

specific business of the joint venture. A joint venture between a government and one or more
companies is also possible.
Sometimes, after significant growth, a company decides to dispose of (céder) part of its busi-
ness to another company so as to reduce its size, or to concentrate on certain core businesses
only. It will then separate the activity that it wishes to sell from the rest of the company. The
money it makes (gagner, réaliser) from the sale (vente) can then be used for future expansion.
This is an important way for companies to raise funds (lever des fonds/lever de l’argent) and also
to increase (augmenter) their profits (bénéfices, résultats).
Companies with a lot of cash (liquide, argent) can use (utiliser) this liquidity for future growth.
They frequently find opportunities abroad (à l’étranger) and often in less developed countries.
Developing countries (les pays en voie de développement) need (avoir besoin de) capital in
order to develop their infrastructures and to establish new businesses (entreprises, activités)
and services for their inhabitants (habitants). Foreign companies are able to invest (investir) in
local private companies or participate in joint ventures with the governments of developing
countries. These governments frequently encourage foreign investment (investissement)
through (par, à travers) tax advantages for the investing foreign companies.

B. Accounting: the income statement


When companies announce their results to the press at the end of a financial year (exercice) or
at the finish of a quarter (trimestre), or half-year (semestre), the principal document which pro-
vides the financial data (données) is the income statement (compte de résultats), which in the
United Kingdom is often called the profit & loss account (the P & L). The first line of this docu-
ment shows the company’s net sales (chiffres d’affaires). British companies frequently refer to
“net sales” as turnover (internationally, “net sales” is preferred to “turnover”). The last or bottom
line of the document shows the company’s net profit (résultats) for the period, which is also
called net income or net earnings. This is the origin of the expression “the bottom line” which
means the company’s profit (bénéfice) or loss (perte). It is frequent to hear or read, “The bottom
line is good” – (or “bad”) – when talking about the company’s earnings.
The income statements used in the US and the UK both have a similar approach, even if there
are some differences in the details and the terminology used. The Anglo-Saxon approach is
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

based on cost accounting (comptabilité analytique) which, in particular, analyzes how much
money it costs the company to produce its products. In a US income statement, this cost is
called the cost of goods sold (coûts des produits vendus), and in the UK, the cost of sales.
In an Anglo-Saxon income statement, costs are separated according to their destination. For
example, salaries or wages (salaires) are broken down (décomposés, répartis, ventilés) and
accounted for (comptabilisés) in different work areas such as Production, data processing
(l’informatique), or selling and administrative expenses (frais de vente et d’administration).
The accounting treatment in France concentrates, rather, on the types of expenditure (dépenses)
and presents them by nature, or category. For example, in a French « compte de résultats », all
salary costs are grouped together in «  salaires et traitements  » (salaries and wages) and
« charges sociales » (payroll taxes). In the French method, the cost of goods sold is determined
indirectly.
Words with multiple translations:
business: entreprise, activité, les affaires, un métier
profit: profits, bénéfice, résultats
net income, net earnings, and net profit are all translations for « résultat net ».

Rappel
L’anglais utilise une virgule où le français emploie le point, et vice versa : $1.3 bn sera en fran-
çais $1,3 milliard.

 201221TDPA0113 93
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

C. Business organisation
1. Company structures
Most companies have a hierarchical or pyramidal structure with a single person or a group of
people at the top and a number of people below them at each successive level. A chain of com-
mand runs down the hierarchy, so that all employees know who their boss is, to whom they
report, and whom their subordinates are, to whom they can give instructions.
Some people in a company have an assistant who helps them and has no line of authority, and
is not integrated into the chain of command.
Most companies are made up of three groups of people: the shareholders (who provide capital),
the management and the work force. The management structure of a typical company is shown
in this organisation chart.

Board of Directors

Managing Director

Senior management

Middle management

At the top of the company hierarchy is the board of directors, headed by the chairperson or
president. The board is responsible for policy decisions and strategy. It will usually appoint a
managing director or chief executive officer. Senior managers or company officers head the

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
various departments or functions within the company, which may include the following:
A. Marketing E. Finance
B. Public Relations (PR) F. Production
C. Information Technology (IT) G. Research and Development (R&D)
D. Personnel or Human Resources

to report to: rendre compte à quelqu’un, être le subordonné de quelqu’un (le mot français report
se traduit par « postponement »)
subordinates: subordonnés
shareholders: actionnaires
management: direction
work force: main-d’œuvre
board of directors: conseil d’administration
chairperson: président du conseil d’administration
managing director: directeur général
to appoint somebody to a job: nommer quelqu’un
Large British companies generally have a chairperson of the board of directors. He is in the
driver’s seat and oversees operations. A group of people can very often produce better ideas
and decisions than a single person working alone. The original idea is challenged, tested and
modified by argument and discussion until it is improved and often transformed. The chairper-
son guides, stimulates and summarises the debate – prevents it from becoming heated and
turning into a clash of personalities. New and original suggestions are vital to the future

94
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

development of any organisation and must be encouraged. It is up to the chairperson to per-


suade members of the board to turn suggestions into practical ideas.
to oversee: superviser to improve: améliorer
to summarise: résumer a clash: un conflit

A managing director (MD) or chief executive officer (CEO) is responsible for the day-to-day run-
ning of the company and is supported by various executive officers each with clearly defined
authority and responsibility (Marketing, PR, IT, Personnel, Finance, Production, R&D).
Management is essentially a matter of organising people. Managers divide the work into distinct
activities and then into individual jobs. They select people to manage these activities and per-
form the jobs. They have to be good at communication and motivation. They need to communi-
cate the organisation’s objectives to the people responsible for attaining them. They have to
motivate their staff to work well, to be productive, and to contribute something to the organisa-
tion. They make decisions about pay and promotion. They also have to measure the perfor-
mance of their staff, and to ensure that the objectives are reached. Furthermore, they have to
train and develop their staff, so that their performance continues to improve. Some managers
obviously perform these tasks better than others. Most achievements and failures in business
are the achievements and failures of individual managers.
to be responsible for: être responsable de
to support somebody: soutenir quelqu’un
to perform a job: effectuer un travail
to attain objectives (= to achieve objectives): atteindre des objectifs
to train: former achievements: réussite failures: échecs

Top managers are appointed and dismissed by a company’s board of directors. They are super-
vised and advised by the board. They have to set objectives and develop strategies that will
enable the company to achieve them. This will involve allocating the company’s human, capital
and physical resources. They are expected to set standards, and to develop human resources,
especially future top managers. They also have to manage a business social responsibilities and
its impact on the environment. They have to establish and maintain good relations with custom-
ers, suppliers, bankers, and government agencies. The top management is naturally on perma-
nent stand-by to tackle major crises, and draw inspiration from crises. These tasks require
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

many different skills which are almost never found in one person, so top management is work for
a team.
The directors of private companies were traditionally major shareholders, but this does not apply
to large public companies with wide share ownership.
to dismiss an employee: renvoyer quelqu’un
to advise: conseiller
to set objectives: fixer des objectifs
permanent stand-by: constamment sur le qui-vive
to tackle (= to deal with) a problem: résoudre un problème
ownership: la propriété, la possession
Large companies employing a large work force and manufacturing a wide range of products
have complex internal structures and normally decentralized into separate operating divisions,
each with its own engineering, production and sales departments.
The activities of large companies are too elaborate to be organised in a single hierarchy, and
require functional organisation, with production or operations, finance, marketing and personnel
departments.
a wide range: une large gamme
Inevitably with hierarchy, people at lower levels are unable to make important decisions, but are
obliged to pass on responsibility to their boss, unless responsibilities have been explicitly dele-
gated. One solution to this problem is matrix management, in which employees report to more than
one superior: the appropriate managers in the finance, manufacturing and sales departments.

 201221TDPA0113 95
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Another idea is to have a network of teams instead of traditional departments, which are some-
times at war with each other; they are formed to carry out a project, after which they are dis-
solved and their members reassigned.
to pass on responsibility: décliner la responsabilité
matrix: matrice
network: réseau
to carry out: effectuer, mener à bien
reassigned: reclassé
This is a fairly typical organisation for a manufacturing firm:

Marketing Human Production Finance


Resources

Sales
Sales Promotion Advertising
Financial
Accounting
Management

Recruitment Training
and Personnel
1. Capital Requirements
2. Fund Control
3. Credit

Production Quality Engineering


Purchasing Manufacturing
Control Control Support

1. Scheduling 1. Tooling
2. Materials 2. Assembly
Control 3. Fabrication

It is divided into Finance, Production, Marketing, and Human Resources departments.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
The Finance department is composed of two sections: Financial Management, which is respon-
sible for capital requirements, fund control, and credit, and Accounting.
The Production department consists of five sections. The first of these is Production Control,
which is in charge of both Scheduling and Materials Control. Then there is Purchasing,
Manufacturing, Quality Control, and Engineering Support. Manufacturing contains three sec-
tions: Tooling, Assembly, and Fabrication.
The Marketing department is made up of three sections: Sales, Sales Promotion, and Advertising,
whose heads are all accountable to the marketing manager.
The Human Resources department is the simplest. It consists of two sections. One is respon-
sible for recruitment and personnel matters, the other is in charge of training.

2. Business objectives and values


One definition of a company is that it is “a sum of other people’s money invested in producing
capacity or services which produce a profit greater than the opportunity cost of the capital
involved” (benefits or advantages lost by choosing a course of action rather than better
alternatives).
From this definition follows the belief that the role of a company is to maximize its value for the
shareholders.
capacity: capacité de production
involved: impliqué

96
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

The managers must be permanently concerned with maximizing value, and not only if there is the
threat of a hostile takeover. They have to concentrate exclusively on activities that create value,
so that the company will regularly sell off less profitable operations (assets or subsidiary com-
panies), acquire other profitable businesses, and restructure itself.
According to the logic of management based on value, it is not enough to launch a successful
new product occasionally, and to revitalize existing mature products by effective marketing pro-
grammes. The company has to develop structures that allow it consistently to create added
value. These structures will include the way in which it allocates financial and human resources
to a particular purpose, measures performance, and remunerates its top managers.
This approach is unlikely to motivate employees who know that they could at any time be fired
to reduce costs or that their section could be sold or restructured out of existence if it is consid-
ered to be producing insufficient value. Financial objectives will probably only motivate in the
head office, and only if they are rewarded in proportion to the company’s value.
Another view is that corporations are much more than money-making machines. They are what
holds society together and provides it with the means of progress. They can go on producing
wealth and driving progress for society, focussing not on the management of financial capital but
on human capital.
Profit is not an objective in itself, but a natural consequence of doing something well. Profit is like
health: you need it, and the more the better, but it is not the reason why you exist. You exist to
produce a product or service. Employees are more likely to be motivated by qualitative corpo-
rate purposes than quantified ones. It is not enough to think of employees as assets: they could
be seen as volunteer investors, choosing to invest their talents in the organisations they have
joined.
A company whose central values include a commitment to produce high quality goods or reli-
able services while respecting each individual employee, is more likely to inspire everybody,
from middle managers down to shop-floor production workers. These are values that everybody
in the firm can share.
An alternative to management based on value is the “stakeholder” model, which suggests that
a business organisation has responsibilities to all the partners with a stake in, or an interest in, or
a claim on the firm, including employees, suppliers, customers, and the local community.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

According to this approach, a company has to balance the interest of its owners (shareholders)
with those of the other groups of people involved in its existence. You can’t do it all yourself.

threat: menace to reward: récompenser


subsidiary: filiale a commitment: un engagement
to launch: lancer shop-floor: atelier
mature: à maturité reliable: fiable
consistently: constamment stakeholder: détenteur d’intérêt
to be likely to: vraisemblable claim: droit
fired: renvoyé suppliers: fournisseurs
head office: siège owners: propriétaires

D. Corporate alliances and acquisitions


As business and the world economy become increasingly competitive, more and more compa-
nies have to strengthen their operations to remain profitable. Companies can go about this in a
number of ways. There are different types of business combinations:
• A merger: this is when two companies, often in the same industry, join together voluntarily to
form a new one (e.g. Exxon and Mobil, America Online and Time Warner). The parties con-
cerned have equal status in the negotiations leading up to the merger even when the compa-
nies involved are of unequal size.

 201221TDPA0113 97
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

Companies merge for many reasons, for example, to increase market share and cut costs in
certain areas, such as research and development. Their purpose is to become stronger thanks
to economies of scale and integration. A company may get rid of its (less profitable or non-
strategic) assets to recapitalize its main activities. Such a technique is called
asset-stripping
• A takeover or acquisition: this is when one company buys another one (e.g. Vodafone and
Mannesmann, Daimler-Benz and Chrysler). This can happen in two ways. Firstly, a company
buys out the shares in another company. It accumulates enough of another company’s shares
to take over control and ownership. This is called a raid and it implies the unwillingness of one
party and the use of force on the other. Secondly, a company can offer to buy all the sharehold-
ers’ shares at a certain price (higher than the market price) during a limited period of time. This
is called a takeover bid.
Mergers and takeovers are not allowed to take place without due regard to the public interest,
especially where a reduction in competition would result from the amalgamation of companies.
Therefore, mergers and takeovers come under anti-trust legislation in the United States, the
Monopolies and Mergers Act and the scrutiny of the European commissioner for competi-
tion in Britain.
Companies can also work together without a change of ownership. For example, when two or
more companies agree to collaborate a jointly invest in a separate business project. This is
called a joint venture (e.g. Sony Ericsson, which makes mobile phones). This type of deal
allows the partners to combine their strengths in one specific area.
• A buyout is when a company wants to sell part or the whole of its activities. This may happen
when a particular activity no longer fits into the corporate strategy of a holding company which
then decides to divest itself of that subsidiary. It may also happen when a company goes into
receivership with potentially profitable activities and other loss-making subsidiaries. Another
case is when there is a problem of management succession. When a company is bought by its
executives or employees, this kind of buyout is called a management or employee buyout.
When the buyout is financed by offering high interest stock in exchange for equity, it is called
a leveraged buyout. Leveraged means largely financed by borrowed capital (usually by issu-
ing bonds). After the takeover, the raider sells subsidiaries of the company in order to pay back
the bondholders. Bonds issued to pay for takeovers are usually called junk bonds because
they are risky: it may not be possible to sell subsidiaries at a profit. But, because of the risk,

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
these bonds pay a higher interest rate, so some investors are happy to buy them.
merger: fusion ; du verbe « merge » : fusionner
takeover: rachat ; du verbe « takeover » : reprendre, racheter
takeover bid: offre publique d’achat (OPA)
raid ; raider: prédateur
buyout: rachat (d’activité ou d’entreprise)
to divest of: céder
receivership: administration judiciaire
management / employee buyout: Rachat d’entreprise par ses salariés (RES)
leveraged buyout: rachat d’entreprise par l’endettement (lit. avec effet de levier)
economies of scale: économies d’échelle
to recapitalize: recapitaliser
asset-stripping: dégraissage/toilettage d’actifs
anti-trust legislation: législation antimonopole (qui remonte au Sherman Anti-trust Act de 1890)
Monopolies and Mergers Act: loi sur les monopoles et les fusions
European commissioner for competition: commissaire européen pour la concurrence

IV. Exercices de compréhension et de traduction

Retrouvez d’autres exercices et tests dans les modules de l’UE 122 sur le site Internet de
l’Intec www.cnamintec.fr, rubrique « Ressources ».

98
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Exercice 12

Énoncé

America’s union-bashing backlash


Unlike bankers, US labour unions had nothing to do with the economic crisis – yet they’re the ones
now being scapegoated. These are still tough times in America. Joblessness is rife, growth rates
are slow and all sorts of fiscal crises loom in government.
The impact of the Great Recession rumbles on and blights the lives of tens of millions of ordinary
Americans. No one should be surprised, then, that America’s political system is on the hunt for a
scapegoat – some bunch of villains on which to blame the nation’s woes.
Across the US, politicians are railing against the terrible abuses of powerful union bosses, espe-
cially in state government. Many of those politicians are Republicans. But far from all of them. In
New York, the freshly minted Democratic governor, Andrew Cuomo, has joined the backlash, ask-
ing for a wage freeze for all public workers. In many states, new laws are being considered that will
trim union rights, such as the ability to get fees from their members or the right to negotiate a union
contract or even form a union at all. In Ohio, a new Republican governor wants to ban strikes by
public school teachers.
What is perverse about this trend is just how it vastly misunderstands what went wrong with the
American economy. No one is denying that this is a time for belt-tightening. Or that some unions
have problems. Or that some union contracts look over-generous in austerity America. But the
fundamental truth remains: powerful and reckless unions did not cause the Great Recession by
rampant speculation. Nor did an out-of-control labour movement cause or burst the housing bub-
ble. It was not union bosses who packaged up complex derivatives to sell in their millions and thus
wrecked the economy and put millions out of work. Nor was it union bosses who awarded (and
continue to award) themselves salaries worth hundreds of millions of dollars for doing nothing of
social value. Neither was it the union movement that was bailed out by the taxpayer and then
refused to change its habits.
Yet, as America continues to search for solutions to its economic problems, it is the labour move-
ment, and not the banking sector, that is getting it in the neck. This is despite the fact that many
unions, especially in such cases as the bailout of Detroit’s automakers, have proved themselves
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

highly flexible in sacrificing wages and long-held workers’ rights in order to preserve jobs. Mean-
while, the finance industry, where true and meaningful reform has failed to happen, still squeals as
if President Obama were a raving socialist.
In fact, American bankers and big corporations are flush with cash and generous tax breaks and
back to most of their old habits like grotesque bonus payouts, refusing to loan money and offshor-
ing jobs and profits. But in the political world, it is the good union jobs that are suddenly an evil
thing, when, in fact, a job that allows someone to afford their house and have good healthcare is a
boon to the economy. Certainly, more of a boon than a multimillion dollar bonus to a financier who
is already rich. A decent union job is a mini-stimulus package at a time when jobs are scarce and
in a country where real wages are all too often stagnant or declining.
Not that the politicians care. Demonising labour has a long and dirty history in America, despite its
historical weakness and low rates of union membership. Now, in times of trouble, American politi-
cians have fallen back on the oldest stereotype they know: the evil union. Yet never has demonising
the labour movement and the hardworking Americans it represents seemed more out of place.
The Guardian, 2011.

I. Vrai ou faux ?

TRAVAIL À FAIRE
Répondez Right, Wrong ou NM (Not Mentioned). Justifiez les réponses Right / Wrong à l’aide
d’une citation brève du texte. Ne recopiez pas les questions. Les réponses suivent l’ordre
chronologique du texte.

 201221TDPA0113 99
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

1. To some extent unions can be held responsible for the present crisis.
2. Union practices are the butt of angry government attacks.
3. Civil servants’ salaries have not been increased because of governor Cuomo.
4. Unions may possibly be outlawed in some parts of the States.
5. It is a generally accepted fact that the current crisis has entailed a decrease in spending.
6. It would be incorrect to establish a link between unions and the subprime crisis.
7. Redundancies were avoided thanks to unions’ judicious bargaining.
8. There has definitely been a change in bankers’ mentality owing to the crisis.
9. The economy risks collapsing if people cannot become house owners and thus contribute to
the economy.
10. Despite criticisms American workers have always been union-prone.

II. Version
Traduisez le 4e paragraphe : « What is perverse … change its habits. »

III. Grammatical structures


Rédigez dix phrases en utilisant les mots de liaison ci-dessous. N’employez que du vocabu-
laire économique, commercial ou financier.

1. although 6. since (depuis)


2. despite 7. since (puisque)
3. in order to 8. in spite of
4. providing (pourvu que) 9. whereas
5. owing to 10. unless

Exemples
Although extra highly-skilled staff were taken on, the Christmas deadlines were not met.
Despite the hefty rise in wages granted by management the unions still called for a general
strike.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
IV. Correspondance commerciale
Rédigez une demande de renseignements à l’aide des informations ci-après.
Vous êtes David Gardener, directeur des ventes dans une entreprise à Paris. Écrivez une lettre
en anglais à Henry Potter, directeur d’une société américaine spécialisée en informatique. Vous
voulez des détails sur un nouveau modèle d’ordinateur.
• Faites savoir comment vous avez découvert cette entreprise et pourquoi vous vous intéressez
à ses produits.
• Présentez votre société brièvement afin que le destinataire puisse faire une réponse adaptée à
vos besoins.
• Demandez l’envoi d’une documentation.
• Demandez les conditions de paiements. Précisez votre mode de paiement.
• Faites spécifier les délais de livraison.
• Ajoutez d’autres points que vous jugez nécessaires.

V. Expression personnelle en anglais


Rédigez 15 à 20 lignes sur le thème suivant :
You have been working in a medium-size accountancy firm in Paris for many years. There is
a lot of dissatisfaction among the employees. You have been asked to set up a trade union.
What do you hope to achieve by doing so? What may the manager’s reaction be?
Use the linking terms in série 1.

100
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Corrigé

I. Vrai ou faux ?
1. To some extent unions can be held responsible for the present crisis.
Wrong: … US labour unions had nothing to do with the present crisis.
2. Union practices are the butt of angry government attacks.
Right: … politicians are railing against the terrible abuses of powerful union bosses.
3. Civil servants’ salaries have not been increased because of governor Cuomo.
Wrong: … Cuomo has joined the backlash asking for a pay freeze.
4. Unions may possibly be outlawed in some parts of the States.
Right: New laws are being considered … or even form a union at all.
5. It is a generally accepted fact that the current crisis has entailed a decrease in spending.
Right: No one is denying that this is a time for belt-tightening.
6. It would be incorrect to establish a link between unions and the subprime crisis.
Right: Nor did an out-of-control labour movement cause or burst the housing bubble.
7. Redundancies were avoided thanks to unions’ judicious bargaining.
Right: … many unions have proved themselves highly flexible … in order to preserve jobs.
8. There has definitely been a change in bankers’ mentality owing to the crisis.
Wrong: … bankers are … back to most of their old habits.
9. The economy risks collapsing if people cannot become house owners and thus contribute to
the economy.
NM
10. Despite criticisms American workers have always been union-prone.
Wrong: … historical weakness and low rates of union membership.

II. Version
Cette tendance a ceci de pervers qu’elle méconnaît largement les maux de l’économie améri-
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

caine. Personne ne nie qu’il faut se serrer la ceinture aujourd’hui ni que certains syndicats ont
des problèmes ou que certains accords collectifs paraissent excessivement généreux en ces
temps d’austérité en Amérique. Mais il ne faut pas oublier cette vérité fondamentale : des syndi-
cats puissants et insouciants n’ont pas causé la grande récession à force de spéculation débri-
dée. Des actions syndicales incontrôlables ne sont pas non plus responsables de l’éclatement
de la bulle immobilière. Ce ne sont pas non plus les dirigeants syndicaux qui ont présenté des
produits dérivés complexes dans de jolis paquets, dans le but d’en écouler des millions, ruinant
ainsi l’économie, et mis des millions de personnes au chômage. Ce ne sont pas les syndicalistes
qui se sont arrogé (et continuent de le faire) des salaires s’élevant à des centaines de millions de
dollars sans contribuer au bien-être social. Enfin, ce ne sont pas les syndicats qui ont été sauvés
par les contribuables américains avant de refuser de s’amender.

III. Grammatical structures


1. Although the chief accountant had checked the balance sheet carefully the auditor still found
mistakes in the figures.
2. Despite the upturn in the economy stock prices tumbled during the last quarter.
3. The CEO has decided to make 50 workers redundant in order to satisfy shareholders.
4. The manager will agree to your request for a day’s leave providing you finish checking the files
by midday.
5. Our overseas subsidiary could not meet its financial targets owing to the prevailing slump.
6. Our profits have soared since the merger in 2012.
7. Since our present supplier is unable to deliver our orders on time we will have to cancel our
contract.

 201221TDPA0113 101
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

8. In spite of huge subsidies the company remained in the red.


9. Last year we witnessed a steady rise in investors’ dividends whereas this year the trend is
reversed.
10. This company will go bankrupt unless the board of directors decide to reshuffle the manag-
ing team.

IV. Correspondance commerciale

Computer Plus Sarl


15 Avenue Parmentier
75011-Paris
Tel : 01.42.55.89.99 - Fax : 01.42.55.99.88 - Email : complus@yahoo.com

Ref: 007/JB

3rd November 2013

Mr Henry Potter
Managing Director
USA Electronics Inc
22 Clive Road
Florida – FL 33434

Re: Computer information

Dear Mr Potter

I saw a demonstration of the latest Dell computer AZ 400 at your stand in the Paris Electronics Fair
last week. I am particularly interested in having more detailed information and might also be inter-
ested in any other electronic equipment which you manufacture.

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
We are a well-established company in France, specialising in importing state-of-the-art computers
and electronic devices. We distribute to retail outlets throughout France.

We would be grateful if you could send us your catalogue with full technical specifications. Kindly
state your best export prices, terms of payment and earliest date for overseas delivery, I am willing
to settle all invoices by documentary credit if that suits you.

Would you be so kind as to let me know if you have a local agent in France for after-sales service
and spare parts?
I am enclosing a brochure of our company.
I look forward to hearing from you in the near future and to doing business with your firm.

Yours sincerely,
Signature

David Gardner
Sales Manager

Enc: 1 brochure

102
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Additional expressions:
I have just received your brochure introducing your range of articles.
You were recommended to us by the French Chamber of Commerce.
We have recently set up more sales outlets and would like to extend our range of products.
Could you please forward full details of your production.
Would you be so kind as to forward a catalogue as soon as possible.
Prompt delivery is essential. What is your usual overseas delivery time?
If you prices are competitive we will place a large offer.

V. Expression personnelle en anglais: What are trade unions?


Why do workers band together rather than deal with employers individually? The obvious answer
is that they have more power. But more power to do what?
• Trade unions are organisations that represent people at work. Their purpose is to protect and
improve and negotiate wages and working condition terms. They also campaign for laws and
policies which will benefit working people.
• Trade unions exist because an individual worker has very little power to influence decisions
that are made about his or her job. By joining together with other workers, there is more chance
of having a voice and influence.
• They regulate relations between workers and the employer, take collective action to enforce
the terms of collective bargaining, raise new demands on behalf of its members, and help set-
tle their grievances.
• Negotiation is where union representatives discuss with management issues which affect peo-
ple working in an organisation. The union finds out the members’ views and relays these views
to management. There may be a difference of opinion between management and union mem-
bers. ‘Negotiation’ is about finding a solution to these differences. This process is also known
as ‘collective bargaining’.
• Pay, working hours, holidays and changes to working practices are the sorts of issues that are
negotiated. People who work in organisations where unions are recognised are better paid and
are less likely to be made redundant than people who work in organisations where unions are
not recognised.
• Most ‘collective bargaining’ takes place quietly and agreements are quickly reached by the
union and the employer. Occasionally disagreements do occur and the two sides cannot agree.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

In these cases the union may decide to take industrial action.


• Industrial action takes different forms. It could mean an overtime ban, a work-to-rule or a
strike. There are strict laws which unions have to follow when they take industrial action.
• A strike is only called as a last resort. Strikes are often in the news but are rare. Both sides have
a lot to lose. Employers lose income because of interruptions to production or services.
Employees lose their salaries and may find that their jobs are at risk.
• When employees organize a union, employers must, by law, bargain with employees and their
union over terms and conditions of employment, and that right is enforced by law. This is the
primary reason employers spend so much time, effort, and money preventing employees from
finding out the truth about union organization.

 201221TDPA0113 103
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

Annexes

Annexe 1 Tableau des verbes irréguliers – List of irregular verbs


base form simple past past participle base form simple past past participle
be was/were been hide hid hidden
beat beat beaten hit hit hit
become became become hold held held
begin began begun hurt hurt hurt
bend bent bent keep kept kept
bet bet bet know knew known
bite bit bitten lay laid laid
blow blew blown lead led led
break broke broken leave left left
bring brought brought lend lent lent
build built built let let let
burst burst burst lie lay lain
buy bought bought light lit lit
catch caught caught lose lost lost
choose chose chosen make made made
come came come mean meant meant
cost cost cost meet met met
cut cut cut pay paid paid
deal dealt dealt put put put
dig dug dug read / [ri:d] / read / [red] / read / [red] /
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

do did done ride rode ridden


draw drew drawn ring rang rung
drink drank drunk rise rose risen
drive drove driven run ran run
eat ate eaten say said said
fall fell fallen see saw seen
feed fed fed seek sought sought
feel felt felt sell sold sold
fight fought fought send sent sent
find found found set set set
fit fit fit sew sewed sewn/sewed
fly flew flown shake shook shaken
forbid forbade forbidden shine shone shone
forget forgot forgotten shoot shot shot
forgive forgave forgiven show showed shown
freeze froze frozen shrink shrank shrunk
get got gotten shut shut shut
give gave given sing sang sung
go went gone sink sank sunk
grow grew grown sit sat sat
hang hung hung sleep slept slept
have had had speak spoke spoken
hear heard heard spend spent spent

 201221TDPA0113 105
Anglais appliqué aux affaires • Série 1

base form simple past past participle base form simple past past participle
split split split swing swung swung
spread spread spread take took taken
spring sprang sprung teach taught taught
stand stood stood tear tore torn
steal stole stolen tell told told
stick stuck stuck think thought thought
sting stung stung throw threw thrown
stink stank stunk understand understood understood
strike struck struck wake woke woken
swear swore sworn wear wore worn
sweep swept swept win won won
swim swam swum write wrote written

Murphy, Grammar in use, Cambridge University Press.

Annexe 2 Faux amis


Sont soulignés les termes anglais faussement « transparents » ! Sont donnés ensuite les termes
anglais qui traduisent le mot de départ.
A
Actual – vrai, réel / Current = actuel
Agenda – l’ordre du jour/ Diary = agenda
Ancient – très vieux, âgé/ Former or Old = ancien
Assist – aider /Attend = assister à
Assume – supposer, présumer/ Take (responsibility) Hold (role) = assumer
B
Benefit – avantage/ Profit = bénéfice
C

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Camera – appareil photo/ video camera = caméra
Cave – grotte/ Cellar = cave
Chance – hasard/ Luck = chance
Charge – accuser ou facturer/ Load = charger
Comprehensive – complet/ Understanding = compréhensif
Concerned – inquièt(e), inquiétude (selon contexte peut signifier « concerner » comme dans « as
far as I’m concerned »)
Course – stage, cours, plat (food)/ Race = une course
D
Deceive – tromper + Deception - tromperie/ Disappoint = décevoir
Delay – retard/ Time-limit or Deadline = délai
Demand – exiger/ Ask = demander
Dispose – se débarasser (of) + Disposable = jetable/ Have = disposer de, Available =
disponible
Dramatic – spectaculaire, énormer/ Tragic or Terrible = dramatique
E
Engaged – fiancé(e)/ Involved or committed = engagé(e)
Eventual – final / Possible = éventuel
Evidence – preuves / Obvious = évident
F
Figure – chiffre, silhouette/ face = visage, figure
G
Genial – jovial/ Brilliant = génial(e)

106
UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

H
Hazard – danger (hazardous-dangereux)/ Chance = hasard.
I
Ignore – refuser de prêter attention/ Not to know = ignorer
Infant – nouveau-né (infancy – petite enfance)/ Child = enfant
Inhabited – habité/ Uninhabited = inhabité
Inherit – hériter/ Disinherit = déshériter
Injure – blesser/ Insult or Abuse = injurier
L
Large – grand, vaste / Wide or Broad = large
Lecture – conférence ou leçon de morale/ Reading = la lecture
Location – endroit, emplacement/ Hire or Rent = Location
M
Marriage – le mariage (vie conjugale, institution)/ Wedding = la cérémonie
Miserable – triste/ Very poor or Destitute = misérable
Misery – détresse morale/ Dire poverty = misère
O
Occasion – jour ou moment spécial/ Bargain, Opportunity = occasion à ne pas manquer
Offer – proposer/ Give = offrir
P
Petrol – essence/ Oil = pétrole (crude oil = pétrole brut)
Prejudice – préjugé/ Damage = préjudice
Pretend – faire semblant/ Claim = prétendre
Proper – correct/ Clean = propre
Property- propriété/ Cleanliness = propreté
Propose – demander en mariage/ Suggest or Offer = proposer
Purchase – acheter/ Chase = pourchasser
R
Remark – mentionner/ Notice = remarquer
Rest – se reposer/ Stay or Remain = rester
Resume – reprendre, recommencer/ Sum up or Summarise = résumer
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

Retire – prendre sa retraite/ Withdraw = (se) retirer


Rude – grossier, impoli/ Hard = rude
S
Savage – féroce/ wild = sauvage (wildlife= la faune et la flore)
Sensible – raisonnable/ Sentitive = sensible
Stage – étape, scène/ Training period = stage
Support – soutenir, entretenir financièrement/ Stand, Bear or Put up with = supporter.

 201221TDPA0113 107
UE 122

Devoir 1
Anglais appliqué aux affaires
Année 2013-2014

À envoyer à la correction
Auteur : Soraya BELAROUSSI

Pop-Up Revolution
With a seventh of storefronts in Britain’s malls and town centers standing empty, U.K. merchants are
filling the spaces with temporary outlets to help salvage a difficult year.
The highest level of vacancies in more than 12 months means there’s ample room for so-called pop-up
stores, which usually stay in business for just a few weeks or months.
“The opportunity is there because there is so much space available,” said Maureen Hinton, retail director at
Verdict Research in London. The number of pop-ups is “definitely increasing,” she said, without providing
an estimate.
After a year of deteriorating consumer confidence and lower incomes, stores really need a boost for the
holidays, when retailers in some sectors can make more than a third of their annual sales.
No longer just a publicity stunt, pop-ups are providing retailers with a way to get their toes wet in a market
without committing to a longer lease. While some decide to stay on beyond the pop-up term, others will
pack up their wares and enjoy the short-term sales increase.
Fashion chain Hobbs is among those that have opened temporary stores for the first time this year, while CD
and DVD retailer HMV Group Plc is adding more than usual for the holiday in an effort to win business. The
phenomenon is spreading, with such outlets also popping up at Heathrow airport and inside the Selfridges
department store.
Pop-ups “are becoming more prevalent around seasonal events, and Christmas is the biggest,” said Neil
Mason, head of retail research at Mintel International in London.
Average U.K. retail sales this year have risen less than inflation, meaning shoppers are buying less, accor-
ding to the British Retail Consortium. December spending will rise by 3 percent, Mintel forecasts, providing
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

an extra boost to shopkeepers with temporary outlets.


Pop-up stores typically pay landlords little or no rent outside of services such as electricity and construction
costs. For property owners, the aim is to add retailers that can bring in more customers and improve the
shopping experience. The additional space “allows us to increase the profile of the brand at an important
time of year,” said Hobbs Chief Executive Officer Nicky Dulieu.
HMV says it plans to open about 15 pop-ups for the holiday, while Hobbs is seeking to add as many
as four of them in the run-up to Christmas after turning its first pop-up, in London, into a permanent
location.
About 14 percent of U.K. retail outlets are empty, up slightly from last year, according to analysts,
which say an average of 20 stores closed daily in the country’s top 500 town centers during the first
half of 2012.
That means landlords are more willing to offer shorter leases, according to Rosie Cann, director of
Popupspace Ltd, a consulting firm that has brokered deals for as little as one day and as long as a
year.
Harvey Nichols, the luxury London department store, opened three pop-up food outlets in northern and
central England for the Christmas rush. The upscale retailer sees the temporary units as a way of introducing
its gift sets to a wider audience, said Iain Mackenzie, the retailer’s acting director for pop-ups.
He added he expected pop-ups to become a growing phenomenon in U.K. town centers.
Once mostly the domain of charity shops and inventory clearances, pop-up shops are now also springing
up at U.K. airports as retailers seek short-term leases to reach wealthy, gift-buying travelers. At Heathrow’s
Terminal Five, an Omega James Bond theme store showcases products worn in the Skyfall movie. Crystal-
ornament maker Swarovski also has pop-up space there, while fashion brand Ted Baker and fragrance
maker Chanel are taking up temporary space at Terminal One. •••/•••

 201221TDPA0113 109

Anglais appliqué aux affaires • Devoir 1

•••/••• Brands that wouldn’t previously have been offered stores at Heathrow have opened pop-ups there to prove
they have sufficient appeal, according to Muriel Zingraff, the airport’s retail concessions director.
“We wouldn’t have been comfortable giving them space without giving them a pop-up space before,” Zin-
graff said.
Adapted from Businessweek, November 2012

Exercice 1 : ComprEhension (5 points)

Répondez par vrai, faux ou NM (non mentionné) à ces affirmations. Attention, il n’y a qu’une seule
réponse « non mentionné ». Justifiez vos réponses vrai ou faux par une brève citation du texte. Ne reco-
piez pas les phrases de départ.
1. This is the worst time to open a pop-up store in Britain.
2. Pop-up shops used to be a way to launch a new brand.
3. Shopkeepers may only stay long enough to make a profit and then leave.
4. Music store HMV is a newcomer in the list of pop-up space users.
5. Britons are expected to reduce their expenditures at the end of a particularly hard year.
6. The main objective for retailers is to restore their profitability.
7. The British capital is where there are the most successful pop-up stores.
8. Expensive brands use the pop-up trend as an opportunity to reach new customers.
9. In the past, even the cheapest shops refused this type of temporary occupancy.
10. Owners of business spaces at airports are reluctant to rent storefronts to less famous brands.

Exercice 2 : Version (5 points)

Traduisez en français les passages en gras du texte :


• La première phrase, de « With a seventh.... » à « a difficult year ».
• Le paragraphe commençant par: « HMV says it plans to open... » jusqu’à « ...for as little as one day and
as long as a year. »

Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite
Exercice 3 : Writing in english: The right preposition (5 points)

Complétez le paragraphe suivant en utilisant les prépositions de la liste ci-dessous (5 points, 0,25
par bonne réponse).
IN FROM AT FOR UP ON BY TO OUT OF UNDER

La même préposition peut être utilisée plusieurs fois ou être combinée à une autre (deux prépositions de
suite).
…………… January 15th 2012, HMV, which employs 4,350 people, announced it may soon go ………
HMV adds …………… to the list of high-street retailers victims ………… the recession, hundreds …………
all last year.
The country’s artists account ………………… around 13% of global music sales. Four …………………
the top five albums in America last year were …………………… British artists. A culture of musical crea-
tivity is the obvious reason, but another is the relative strength of Britain’s music retail market, which
encourages record labels to continue investing ………………… domestic artists. Per person, Britons
spend almost twice as much ………………… music as do Americans.
Downloading and streaming through services like iTunes and Spotify have become mainstream; piracy is
consequently …………… control. But it is still easy to buy old-fashioned CDs, online or in shops. That
helps sustain sales, partly because older consumers prefer discs ……………… downloads and partly

110

UE 122 • Anglais appliqué aux affaires

because …………… the shop-window effect. Music stores publicise new albums and so help sell music
………………… all its forms.
“Very few of HMV’s customers actually purchase music ………………… HMV”, argues Will Page, director
of economics ………………… Spotify.
But most expect a drop ………………… sales if HMV’s stores close. A solution must be found ……………
all costs …………… next month. The future of hundreds of employees depends …………… it.

Exercice 4 : Writing a letter (5 points)

Conjuguez les verbes entre parenthèses à la bonne forme (Be+ing/ ING/ passif) et au bon temps
(past perfect, present perfect, present, preterit, future with WILL).
0,5 point par bonne réponse.

OFFICE WARES
95 Warwick Road, New Milverton
Leamington Spa
WC 25 England

Mr Clément Mérieux
Manager
Bureau Vallée
3 avenue Lafayette
79 000 Niort - France
10 March 2014
Re: your order Ref XL 2014-FR
Dear Mr Mérieux
We thank you for your order. However, we (write) to inform you that unfortunately we (notify) that the manu-
facturer is unable to provide some of the products from your order.
Document de travail réservé aux élèves de l’Intec – Toute reproduction sans autorisation est interdite

He (confront) by a shortage of raw materials, particularly paper (come) from Asia.


Consequently, the gift wrapping, folders and paper bags (only be) available in June, not by April as we
(promise).
(Serve) you (be) a pleasure and a pride for years, that’s why we apologise profusely for the inconvenience
this (certainly cause) you.
Please let us know if you wish to maintain or cancel your order.
We look forward to (hear) from you soon.
Yours sincerely
Evelyn Langford
Sales Manager

 201221TDPA0113 111

Vous aimerez peut-être aussi