Vous êtes sur la page 1sur 33

SANTÉ PUBLIQUE

" Il n’y a pas de médecine sans confiance,


de confiance sans confidence
et de confidence sans secret. "
Pr. Portes 1
Santé Publique
1. Le raisonnement et la décision médicale
2. L’aléa thérapeutique
3. Organisation de l’exercice médical
4. Droits du patient
5. Certificats médicaux
6. Responsabilités médicales
7. Principes d’une démarche d’assurance qualité et évaluation des pratiques professionnelles
8. Formation tout au long de la vie
9. Organisation du système de soins
10. Sécurité sociale - Assurances
11. Système conventionnel
12. Mesure de l’état de santé de la population
13. Précarité
14. Sécurité sanitaire des produits destinés à l’homme
15. Accidents du travail et maladies professionnelles
16. Identification et gestion des risques

Pictogrammes
Le pictogramme en marge d’un niveau de titre indique que les notions abordées sont déjà tombées aux ECN
informatisées.

Code couleurs
Titre
Épidémiologie - Généralités - Physiopathologie
Clinique
Examens complémentaires
Diagnostics différentiels
À connaître par coeur
" L'astuce du PU "
Facteurs de risque - Données importantes
Particularités - Pièges

2
LE RAISONNEMENT & LA DÉCISION EN MÉDECINE - Item 3

DIRECTIVES ANTICIPÉES

= Indiquent les souhaits de la personne relatifs à sa fin de vie concernant les conditions de la limitation ou de l͛arrêt du traitement.
Ne peuvent pas être rédigées par un mineur.
- Rédigées à l͛initiative du patient qui les fait connaître lors de son hospitalisation.
- Révocables à tout moment par le patient sans formalité
- Durée : VALABLE SANS LIMITE DE TEMPS à compter de la date de rédaction = Recommandations HAS 2016
x Elles sont prolongées sans limitation si l͛état d͛inconscience ou d͛incapacité mentale empêche le patient de les renouveler
- Document écrit - daté - signé par son auteur et mentionnant :
x Nom - Prénom - Date & lieu de naissance LES DIRECTIVES ANTICIPÉES SONT
- Original conservé par le patient ou la personne de confiance et une copie dans le dossier du patient OPPOSABLES AU MÉDECIN.
x Si absente du dossier médical : Le médecin doit chercher son existence.

PERSONNE DE CONFIANCE
OBLIGATION DE PROPOSITION de déclaration d͛une personne de confiance.
= Personne physique MAJEURE désignée librement par le patient, et ce rôle est accepté par la personne choisie.
Témoigne des désirs et souhaits du patient Æ Ne peut en aucun cas prendre des décisions concernant les traitements, mais peut assister aux entretiens médicaux.
- Ex ͗WĂƌĞŶƚ͕ƉƌŽĐŚĞ͕ŵĠĚĞĐŝŶƚƌĂŝƚĂŶƚ͙
- Mandat ÉCRIT conservé dans le dossier
- Durée de l͛hospitalisation
x Il est possible de changer de personne de confiance au cours de l͛hospitalisation = RÉVOCABLE À TOUT MOMENT.
- Attention : Différent de la personne à prévenir (cependant, il peut s͛agit de la même personne)
- Le patient a le droit de ne pas désigner de personne de confiance Æ Choix écrit explicitement dans le dossier médical
LE TÉMOIGNAGE DE LA PERSONNE DE CONFIANCE PRÉVAUT SUR TOUT AUTRE TÉMOIGNANGE ;ƉĞƌƐŽŶŶĞăƉƌĠǀĞŶŝƌ͕ĨĂŵŝůůĞƐ͙Ϳ

SAISIE D͛UN DOSSIER MÉDICAL HOSPITALIER

- En présence :
x Représentant du conseil de l¶ordre
x Officier de police judiciaire
x Représentant de l¶hôpital

CONGÉ DE SOLIDARITÉ FAMILIALE

- Qui peut-on en bénéficier ? Tout salarié ascendant ou descendant, frère͕ƐƈƵƌou personne vivant au domicile.
- Possibilité de le « fractionner »
- Obtenu par une lettre recommandée à l¶employeur + Certificat médical

CONSENTEMENT

- Le consentement est obligatoire pour tout acte médical : Diagnostic͕ƚŚĠƌĂƉĞƵƚŝƋƵĞ͙


- Consentement suite à une information libre & éclairée TOTALE (claire, loyale et appropriée) Æ En cas de litige, c͛est au médecin de prouver qu͛il a délivré l͛information
- Consentement ORAL, SAUF Æ CONSENTEMENT ÉCRIT
x Prélèvement d͛organe, tissu, cellules
x Étude génétique
x Recherche biomédicale
x Interruption volontaire de grossesse
x Don de gamètes
x Stérilisation à visée contraceptive
NB : Si mineur, nécessité du consentement des deux parents SI ACTES GRAVES. Le consentement du mineur ou du majeur protégé doit être recherché.

3
LA GESTION DES ERREURS ET DES PLAINTES : ALÉAS THÉRAPEUTIQUE - Item 5

Définition
- Peuvent concerner les actions de prévention, de diagnostic ou de traitement Æ Involontaire & Évitable
x Omission vs. Commission (erreur dans l͛exécution)
ERREUR
x Non-mobilisation de connaissance vs. Absence de connaissance
- +/- Entraînant un dommage (événement indésirable)
- Provenant du patient ou de sa famille
- Adressée à un chef de service hospitalier, directeur de l͛hôpital +/- Autorité sanitaire
RÉCLAMATION
- Objectif : Porter à la connaissance du destinataire des problèmes de nature variée ayant émaillé un séjour hospitalier.
x +/- Dysfonctionnement ou erreur de soin
- Provenant du patient ou de sa famille, s͛estimant victime d͛un préjudice à la suite de ce qu͛ils jugent comme une erreur de soin
PLAINTE
= « Action de porter à la connaissance de l͛autorité compétente le tort qu͛a subi la victime d͛une infraction »
- Involontaire & Inévitable : Accident médical, affection iatrogène, nosocomiale qui est survenue SANS RESPONSABILITÉ des
professionnels de santé ou de l͛établissement de santé.
= « Survenance, en dehors de toute faute du praticien, d͛un risque accidentel inhérent à l͛acte médical et qui ne pouvait être
ALÉAS THÉRAPEUTIQUE
maîtrisé »
x Dommage suite à la réalisation de l͛acte = Indépendant de l͛état de santé du patient
x Accident avec un certain SEUIL DE GRAVITÉ
Culture positive de l͛erreur
Attitude de non-culpabilité, non-punitive
- Signalement des erreurs : Objectif (Faits non interprétés) - Anonymat et confidentialité - Exhaustif Cellule de gestion des risques et au coordinateur
- Repérage des évènements indésirables graves : (système passif) Médecins volontaire - Patients/Familles de la gestion des risques associés aux soins
- Analyse de dossiers ou de traces électroniques : (système actif) Analyse rétrospective de dossiers
LA CULTURE POSITIVE DE L͛ERREUR N͛EMPÊCHE PAS LA FAUTE, IMPLIQUANT LA RESPONSABILITÉ DU MÉDECIN ET SANCTION INDIVIDUELLE
Analyse approfondie des causes d͛erreurs
- Analyse des éléments indésirables par séquences se succédant où les différents niveaux de défense existant à chaque étape.
x Facteurs contributifs : Erreurs LATENTES
MODÈLE DE REASON x Erreurs humaines : Erreurs PATENTES
x Barrière : Cf. infra
Æ Accident = Cumul de différentes défaillances
= Défenses (protections) en profondeur contre le risque d͛erreur.
- Immatérielles : Lois et réglementation, consignes, bonnes pratiques de sécurité, recommandations, procédures et protocoles,
ƉƌŽŐƌĂŵŵĞƐĚĞĨŽƌŵĂƚŝŽŶ͕ŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶĚƵƚƌĂǀĂŝů͙
BARRIÈRES x 3 - Matérielles : Détrompeur physique
BARRIÈRE DE PRÉVENTION - Empêcher la survenue de l͛erreur et de l͛accident (check-ůŝƐƚĐŚŝƌƵƌŐŝĐĂůĞ͙Ϳ
BARRIÈRE DE RÉCUPÉRATION - Erreur commise mais récupérée avant d͛avoir des conséquences
BARRIÈRE D͛ATTÉNUATION - Erreur commise non récupérée Æ But : Limiter ses conséquences
- Patient : état de santé, maladies associées, communication, vulnérabilité͙
- Tâches à accomplir
- Equipe : communication au sein de l͛équipe/patient, traçabilité
Méthode ALARM
- Environnement : physique, formation, gestion des équipements
ANALYSE DES CAUSES RACINES - Organisation & management
Recherche dans l͛ensemble du - Contexte institutionnel
contexte qui entoure - Collecte des données
l͛événement indésirable - Reconstitution de la chronologie de l͛événement
Méthode Orion® - Identification des écarts par rapport aux pratiques recommandées, sans jugement par rapport à un
Aéronautique référentiel existant
- Identification des facteurs contributifs, liés au patient, à l͛individu ou à l͛équipe.
- Proposition d͛actions ăŵĞƚƚƌĞĞŶƈƵǀƌĞ
- Rédaction du rapport d͛analyse
Compensation de l͛erreur
- Office National d͛Indemnisation des Accidents Médicaux (ONIAM) sous la tutelle du ministère de la Santé :
x Financement : État & Assurance maladie.
x Versement (au patient éligible) d͛une indemnisation au titre de la solidarité nationale en cas d͛aléas thérapeutique, affections
iatrogènes ou associées aux soins
x L͛expertise de l͛éligibilité à l͛indemnisation dépend des Commissions Régionales de Conciliation et d͛Indemnisation (CRCI),
indépendamment de l͛ONIAM (Délai de recours : 10 ans)
RESPONSABILITÉ SANS FAUTE Æ Seuils de gravité : Taux minimal d͛incapacité permanente, incapacité temporaire ou durée minimale d͛arrêt de travail
Aléas thérapeutique = Seuil de gravité* : Taux d͛atteinte permanente à l͛intégrité physique ou psychique > 24%
ONIAM - CRCI
Non fautif :
= Accidents médicaux - Aléas thérapeutique - Vaccination obligatoire - Victimes de la vaccination H1N1 - Transfusion -
Victimes du Médiator® - Victimes des hormones de croissance
Æ Indemnisé à partir de fonds provenant de l͛assurance maladie et de l͛état.
™ Gravité < seuil de gravité : Procédure de conciliation « compromis entre l͛établissement et le patient/ayant droit »
™ Gravité t seuil de gravité* : Procédure de règlement amiable = solidarité nationale
- Fautif : Terme juridique désignant les accidents qui engagent la responsabilité des acteurs de santé
RESPONSABILITÉ AVEC FAUTE
Æ Indemnisé par l͛assureur du professionnel de santé
- Contexte : Absence d͛information sur un événement indésirable
CONTENTIEUX x But de l͛information correcte : Éviter une plainte.
POST-ACCIDENT MÉDICAL - Si plainte déposée dans un 1er temps à la direction de l͛hôpital, peut encore aboutir à un règlement amiable.
NB : Cependant, l͛information claire et éclairé, ne dispense pas d͛une possible indemnisation si erreur par procédure amiable

4
MÉTHODE PERMETTANT LA SÉCURITÉ DANS LE PARCOURS DU PATIENT - Item 6

PROTOCOLES PLUTI-PROFESSIONNELS DE SOINS DE PREMIER RECOURS (PPSPR)

= Expression d͛un consensus LOCAL et documenté, concernant la prise en charge pluri-professionnelle d͛un problème identifié par une équipe professionnelle
Elaboration d͛un protocole pluri-professionnel

Ex ͗'ĞƐƚŝŽŶƋƵŽƚŝĚŝĞŶŶĞĚĞƐs<ĞŶƚƌĞŵĠĚĞĐŝŶŐĠŶĠƌĂůŝƐƚĞĞƚĐĂƌĚŝŽůŽŐŝƋƵĞ͙
- Objectifs :
Sécurisation de la prise en charge a priori
Facilitation travail en équipe, articulation 1er et 2ème recours
Harmonisation / diffusion des bonnes pratiques
- Principes : Consensus local documenté entre plusieurs professionnels différents.
Identification d͛un problème ͒
Travail en groupe restreint : Prise en charge clinique, parcours de soin (appui : données type EBM, expérience, événements indésirables,
environnement, préférences des patients) ͒
Définition : ce qui doit être fait, quand et par qui.
Organisation, outils (messages clés, aide-mémoire) ͒
^ƵŝǀŝĚĞůĂŵŝƐĞĞŶƈƵǀƌĞ͒

CHECK-LIST

RÉUNIONS DE MORBI-MORTALITÉ (RMM)

= Réunion d͛analyse collective, RÉTROSPECTIVE de cas marqués par la survenue d͛ƵŶĠǀğŶĞŵĞŶƚŝŶĚĠƐŝƌĂďůĞĂƐƐŽĐŝĠĂƵdžƐŽŝŶƐ͕ĂĨŝŶĚĞŵĞƚƚƌĞĞŶƈƵǀƌĞĚĞƐĂĐƚŝŽŶƐ


de prévention, de récupération ou d͛atténuation.

RÉUNION DE CONCERTATION PLURI-DISCIPLINAIRE (RCP)

= Regroupement des professionnels de santé de différentes disciplines dont les compétences sont indispensables pour prendre une décision conforme aux données
actuelles de la science.
Æ Date - Nom des médecins avec qualifications Æ 3 spécialités différentes.
x Si éléments suivant non respectés : 2ème RCP ultérieurement.
NB : Le médecin traitant n͛est pas obligatoirement présent.
C¶est le médecin référent qui prend la décision finale
- RCP en cancérologie :
x Tout patient atteint d͛un cancer doit faire l͛objet d͛une présentation en RCP à visée diagnostique ou thérapeutique
x Si situation clinique standard avec prise en charge validée incontestablement Æ Possibilité de mise en route du traitement sans RCP, mais le dossier
devra être ultérieurement présenté pour être entériné.

5
DOSSIER MÉDICAL

Fonction Réglementation
- Assurer la continuité des soins - Confidentiel (protection)
- Transmission de l͛information - Conservé par l͛établissement hospitalier ou le médecin libéral
- Évaluation de l͛activité médicale - Accessible au patient directement ou via un médecin qu͛il désigne
- Document légal - Peut être saisi par un juge d͛instruction
- Enseignement & recherche - Peut-être transmis aux ayants droit après décès, sauf informations confidentielles.

LES INFORMATIONS RECUEILLIES AUPRÈS DES TIERS NE DOIVENT PAS FIGURER DANS LE DOSSIER MÉDICAL.

Modalités de transmission
- Demande adressée par ÉCRIT au médecin ou responsable de l͛établissement de soin par le patient, ayant droit (décès), parents, tuteur ou médecin intermédiaire
- Le médecin doit s͛assurer de l͛identité du demandeur (ou de la qualité du médecin intermédiaire).
- Délai : 8 JOURS après DÉLAI de RÉFLEXION (2 mois si documents > 5 ans)
Transmission à un tiers Conservation de dossier médical
Æ Après décès, les ayants droit, le concubin, le partenaire de PACS peuvent accéder MINEUR - Jusqu͛à ses 28 ans
aux informations nécessaires pour : MAJEUR VIVANT - 20 ans
x Connaître la cause de la mort
MAJEUR DÉCÉDÉ - 10 ans
x Faire valeur leur droits
x Défendre la mémoire du défunt TRANSFUSION - 30 ans

LA PERSONNE DE CONFIANCE N͛A PAS ACCÈS AU DOSSIER MÉDICAL

SECRET MÉDICAL
Le secret médical est OPPOSABLE à tout le monde.
CODE PÉNAL
CODE DE DÉONTOLOGIE CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE
Art. 226-13
Art. 4 Art. L1110-4
Ne s'applique pas quand la loi impose ou autorise la révélation.

VIOLATION DU SECRET MÉDICAL = DÉLIT = FAUTE DISCIPLINAIRE - PÉNALE - CIVILE.

Objectifs
Le secret médical est général et absolu Æ S͛étend à tout ce que le médecin a pu entendre, voir ou déduire
- Concerne les personnes travaillant avec les médecins et les documents médicaux
- PERSONNE (même le patient lui-même) NE PEUT EN AFFRANCHIR LE MÉDECIN.
- La protection du secret médical n͛est pas abolie par le décès du patient.
Dérogations
Article 226-16 du Code Pénal ne s͛applique pas :
- Dérogations à l͛information ou consentement du patient : Urgence vitale - Refus d͛être informé - Impossibilité d͛infirmer - Mineur en danger Æ Essayer d͛informer
secondairement si possible
- Information aux autorités judiciaires, médicales ou administratives de sévices sur mineurs < 15 ans ou personne ne pouvant pas se protéger (personne vulnérable),
dont il a eu connaissance.
- Information au Procureur, avec accord de la victime, de sévices faisant présumer de violences sexuelles sur majeur.
- Avec accord de la victime, de sévices à personnes détenues.
- Déclaration des toxicomanes à l͛autorité sanitaire (DDASS)
- Pensions civiles et militaires.
Déclarations obligatoires
DÉCLARATIONS CERTIFICATS
- Naissance - Vaccinations obligatoires
- Décès - Incapables majeurs
- Maladies vénériennes en période contagieuse si refus de soin - Internement (nom du malade)
- Maladies professionnelles - Accidents de travail - Santé pour enfants < 6 ans
- Signalement des alcooliques dangereux (DDASS) - Prénuptiaux
Cas particuliers
- Entre médecin et malade : Pas de secret
- Entre médecins : Secret s͛impose, sauf en cas de collaboration (accord du patient) Ses ayants droit, son concubin ou son partenaire lié par
- Entre médecin et justice : un PACS peuvent être informés sur l͛état de santé de
x Médecin = Témoin : Ne peut violer le secret, même pour se protéger son époux pour connaître les causes de décès, faire
x Médecin = Expert : Libéré vis-à-vis du magistrat qui l͛a commis, pour les questions posées. valoir ses droits, pour défendre la mémoire du défunt, si
- Ayant droit : Cause du décès celui-ci ne s͛y est pas opposé de son vivant
- Médecin traitant et médecin conseil de la sécurité sociale avec accord du malade
- Médecin traitant et médecin du travail Æ Ne transmettre que les données objectives
- Compagnies d͛assurances : Aucune dérogation (on peut certifier que la mort était naturelle, ou étrangère aux risques exclus)
- SIDA : Le médecin est tenu au secret professionnel vis-à-vis du ou des partenaires d͛une personne séropositive
- Violence : Æ DÉNONCER OBLIGATOIREMENT MAIS NE PAS INTERVENIR
x Obligation de dénoncer les crimes en cours
x Obligation de dénoncer les mauvais traitements sur mineurs < 15 ans ou personnes vulnérables
x Ne pas intervenir pour empêcher une infraction ou porter secours à une personne en péril, même si mauvais traitements ont cessé
- Pronostic grave : Si le patient refuse de connaître un diagnostic, il peut accepter que le médecin communique le diagnostic à la famille ou personne de confiance
͒

6
CERTIFICATS MÉDICAUX - DÉCÈS ET LÉGISLATION - PRÉLÈVEMENT D͛ORGANE - Item 09
Attestation écrite d͛éléments objectifs
Type
- Certificats légalements prescrits : IVG - Prénuptial - Naissance - Vaccinations - Maladies contagieuses - AT/MP - Décès à remettre aux ayants droit
- Certificat médical initial descriptif à remettre en mains propres au patient qui décide de son devenir
- Certificat de réquisition à remettre aux autorités de police

CERTIFICAT DE COUPS & BLESSURES


Certificat médical initial (CMI) descriptif NON INTERPRÉTATIF
1. :ĞƐŽƵƐƐŝŐŶĠƌ͙͘ĐĞƌƚŝĨŝĞĂǀŽŝƌĞdžĂŵŝŶĠD͙͘;ŽƵͨ ĚĠĐůĂƌĂŶƚƐĞŶŽŵŵĞƌ͙ ͩͿ͕ŶĠůĞ͙͕ƌĠƐŝĚĂŶƚă͙ĚĠĐůĂƌĂŶƚĂǀŽŝƌĠƚĠĂŐƌĞƐƐĠ͕ĚĂƚĞ͙
Æ Pas de nom, ni de désignation de l͛agresseur dans le CMI
2. Données de l͛examen clinique : Description objective - Précise - Schémas datés - Photographies sans interprétation Justifier ses lésions
Résultats des examens complémentaires Procédure de dommage corporel / AT
Gestes - Traitements pratiqués aux Urgences (sutures, SAT-VAT)
3. ITP : Incapacité temporaire partielle = Durée durant laquelle n͛est plus physiquement dans l͛incapacité totale d͛exercer une activité professionnelle, mais éprouve
une gêne particulière engendrée, en général, par la poursuite de soins.
4. ITT : Incapacité TOTALE de TRAVAIL = Durée durant laquelle le patient présente une gêne MAJEURE ne pouvant lui permettre de reprendre le TRAVAIL et des
GESTES DE LA VIE COURANTE
= VALEUR JURIDIQUE (PÉNALE) Æ ÉCRITE EN TOUTE LETTRE
- Attention, l͛ITT ne correspond pas à la durée de l͛arrêt de travail, ni à la durée totale des soins.
Æ « CERTIFICAT ÉTABLI À LA DEMANDE DE L͛INTÉRESSÉ ET REMIS EN MAINS PROPRES POUR FAIRE VALOIR CE QUE DE DROIT »

&Ăŝƚă͙͕ůĞ͙͘͘
Signature & Cachet
Conséquences médico-légales Æ Autorités judiciaires
< 8 jours Contravention par Tribunal de Police Délai de prescription 1 an
VOLONTAIRE INCAPACITÉ
> 8 jours Délit : Tribunal correctionnel Délai de prescription 6 ans
TOTALE DE
TRAVAIL < 3 mois Contravention par Tribunal de Police Délai de prescription 1 an
INVOLONTAIRE
> 3 mois Délit : Tribunal correctionnel Délai de prescription 6 ans
Remarque : Certificat de « non-admission » pour garde à vue
- Certifie que l͛état clinique est compatible avec une garde à vue dans les locaux de la police, ne nécessite pas de soins ou surveillance hospitalière
- Sinon patient hospitalisé mais toujours en garde à vue à l͛hôpital (garde policière)

RÉQUISITION
= Injection par l͛autorité judiciaire (Procureur de la République ou Officier de police judiciaire) Æ Mission pour acte médico-légal urgente
La réquisition est impérative : OBLIGATOIRE sous peine d͛amende Æ Remplir certificat
Æ LE MÉDECIN EST DÉLIÉ DU SECRET PROFESSIONNEL VIS À VIS DE L͛AUTORITÉ REQUÉRANTE

CERTIFICAT DE DÉCÈS

MORT VIOLENTE - Causée par un agent extérieur physique ou chimique Æ Toujours suspecte
MORT NATURELLE - Ce qui n͛est pas une mort violente
MORT SUSPECTE - Dont on ne peut éliminer la responsabilité d͛un tiers ou une infraction

PARTIE SUPÉRIEURE NOMINATIVE Æ À l͛intention de l͛Officier d͛état civil apporté par la famille à :
Mairie du lieu de décès - Chambre funéraire - Mairie de la chambre funéraire DANS LES 24H. (hors jours fériés et week-end)
1. Commune de décès
2. Etat civil du défunt
3. Date et heure
4. Caractère réel et constant de la mort
5. Rubrique pouvant modifier la décision d͛inhumation :
x Obstacle médico-légal : Demande d͛autopsie Æ Officier de police Judiciaire ou Procureur de la République
Æ Recommandations EUROPÉENNES :
Mort violente - Homicide - Mort inattendue - Suspicion de torture - Suspecte - MINEUR - SUICIDE
Suspicion de faute médicale - MALADIE PROFESSIONNELLE - Accident de travail ou domestique
Décès en détention ou associé à des actions de police - Catastrophe naturelle - Corps non identifiés, restes squelettiques
x Obligation de mise en bière immédiate : cercueil hermétique (Ebola, grippe aviaire, variole) ou cercueil simple (VIH - VHB - rage)
Transport de corps avant mise en bière ne peut se faire que dans les 48h suivant le décès (cas standard), 72h en cas de maladie de Creutzfeldt Jakob.
Dans cette situation, il n͛y a pas de soins du corps.
x Obstacle au don d͛organe
x Autopsie, prélèvement pour rechercher la cause de décès
x Présence de prothèse fonctionnant avec pile (Pace-Maker), matériel implantable

PARTIE INFÉRIEURE ANONYME Æ À l͛intention du Médecin de santé publique ARS (envoyé par l͛officier de l͛état civil) puis INSERM (statistiques)

1. Commune de décès et du domicile


2. Date du décès - Date de naissance - Sexe
3. CAUSE DU DÉCÈS : État morbide ou physique ayant abouti au décès
4. Circonstances du décès : En cours de grossesse - Comorbidité - Accident de travail ͙
ABSENCE D͛OBSTACLE MÉDICO-LÉGAL OBSTACLE MÉDICO-LÉGAL
Officier de police judiciaire
Permis d͛inhumer Procureur de la Levée de corps Autopsie (médecin légiste) ou
+ 24h à 6 jours après la mort république permis d'inhumer
"Enquête judiciaire"
Soins du corps et contact avec la famille hors exception
7
RECOMMANDATIONS - CERTIFICAT DE DÉCÈS
01 janvier 2018
SOINS DE CONSERVATION DON DU COPRS à la SCIENCE MISE EN BIÈRE IMMÉDIATE TRANSPORT AVANT MISE EN BIÈRE
Orthopoxvirose - Choléra
Peste - Charbon CERCEUIL HERMÉTIQUE
Fièvres hémorragiques virales NON
Rage - Tuberculose active NON
CERCEUIL SIMPLE
SDRA IMPOSSIBLE
Creutzfeld Jakob Délai de 48h
Sepsis grave NON Délai de 72h si Creutzfeld Jakob
VIH - VHB - VHC OUI Délai de 48h

PRÉLÈVEMENT D͛ORGANES

Principes Contre-indications
- Gratuité
- Anonymat (donneur & receveur)
- Consentement du donneur
- Refus exprimé de son vivant - Opposition des ayants droit - Mineur sans avis du
- Dépistages systématiques :
représentant légal
x Sérologies virales : VIH 1 & 2 - VHB - VHC - CMV - EBV - HTLV1 & 2 - Syphilis -
- Obstacle médico-légal - Mort suspecte - AT/MP - Ancien combattant
Toxoplasmose
- Maladie contagieuse, transmissible - Infection évolutive - Cancer < 5 ans
x Hémocultures - Prélèvements de trachée - ECBU - RT - Échographie
- Maladie de système ou neurologique d͛étiologie indéterminée
abdominale
x Immunologie : Phénotype HLA complet - Cross-match - Gr-Rh-RAI
Donneur
- Consentement écrit après information complète
VIVANT - Personnes ayant un lien affectif avec la personne, évolutif et stable depuis au moins 2 ans avec le receveur
- Epoux autorisé si urgence - Interdit au mineur (sauf MO)
- 2 médecins dont 1 chef de service différent des équipes de greffe
CONSTAT DE DÉCÈS - Clinique : Absence de conscience, ROT et ventilation spontanée
- 2 EEG plats > 30 minutes à 4h d͛intervalle hors hypothermie et sédatif ou
DÉCÉDÉ artériographie des 4 axes objectivant l͛arrêt de la circulation encéphalique
- Absence de refus du donneur de son vivant (oral ou écrit auprès de l͛entourage
PRÉSOMPTION DE CONSENTEMENT ou registre national des refus de prélèvement)
- Absence d͛obstacle médico-légal
- Information et soutien à la famille
LISTE DE GREFFE - Dans un établissement autorisé par ARS (EFG) : dure 5 ans
- Rédaction d͛un certificat de décès spécifique pour prélèvement + remplir la demande d͛autopsie
AUTOPSIE MÉDICALE
- Rechercher un refus explicite de son vivant

EXCEPTION : DEMANDE D͛AUTOPSIE PAR LA FAMILLE


Le consentement écrit des membres de la famille n͛est pas obligatoire.

- Vérifier que le patient ne soit pas inscrit sur le Registre National des Refus de prélèvement d͛organe
- Autorisation de levé du secret médical aux ayants droit (on peut communiquer la cause de décès à la famille) sauf refus du patient mentionné de son vivant.
- Possibilité de verser le contenu de la conclusion de l͛autopsie dans le dossier médical.

RIGIDITÉ CADAVÉRIQUE selon VIBERT

Température Rigidité Lividité Délai post-mortem


Chaud Souple Absente < 6h
Tiède Rigide S͛effaçant < 12h
Froid Rigide Immuable < 24h
Froid Souple Tâche verte > 36h

8
RESPONSABILITÉS MÉDICALES - Item 012

RESPONSABILITÉ CIVILE RESPONSABILITÉ ADMINISTRATIVE RESPONSABILITÉ PÉNALE RESPONSABILITÉ DISCIPLINAIRE

DOMMAGES & INTÉRÊTS = Compensation financière SANCTION PÉNALE SANCTION DISCIPLINAIRE


Compensation par assurance privée Compensation par assurance de l͛hôpital (= État) Amende (délit) - Emprisonnement (crime) Avertissement - Blâme - Suspension provisoire - Radiation
CONTRAT entre le médecin, la clinique et le patient Comportements anti-sociaux :
Obligation de moyen mais pas de guérison. Patient = usager du service public Atteinte à la personne humaine
(concerne les médecins libéraux) (concerne les médecins hospitaliers) Homicide involontaire par imprudence
Responsabilité pour faute : Insuffisance de gestion Coups et blessures involontaires avec ITT > 3 mois Infraction du code de Déontologie
- Fautes techniques : non-respect des données acquises Exécution des soins Imprudences & Négligences ORDRE DES MÉDECINS
de la science (expertise) Exercice médical Mise en danger de la personne sŝŽůĂƚŝŽŶĚƵƐĞĐƌĞƚƉƌŽĨĞƐƐŝŽŶŶĞů͙
- Fautes banales : Négligences - Imprudences Violation du secret professionnel
- Fautes contre l͛humanité : Non-assistance à personne en péril
x Faux certificat Faux certificats
x Violation du secret professionnel NB : Le professionnel de santé demeure personnellement Non-respect de règlements (euthanasies - /s'͙Ϳ
x Défaut d͛information responsable de ses infractions pénales. Exercice illégal de la médecine
Prescription = 10 ans Prescription = 10 ans Prescription = 3 ans (délit) & 10 ans (crime) Pas de prescription
EXCEPTION : RESPONSABILITÉ CIVILE DÉLICTUELLE
Requête préalable adressée au directeur de l͛hôpital Plainte ou « saisie judiciaire » du PROCUREUR DE LA
En absence de contrat
REPUBLIQUE, de la victime ou de ses ayants droit.
- Urgence Plainte émanent de tout intéressé SAUF POUR LES
Æ Officier de police judiciaire, informe le directeur de
- Malade incompétent pour donner son consentement MÉDECINS HOSPITALIERS.
Décision de rejet expresse ou tacite l͛hôpital, chef de service, conseil de l͛ordre
- Médecin de contrôle
Dossier scellé & expertise.
- Héritiers (préjudice par « ricochet »)
LA VICTIME APPORTE LA PREUVE du dommage (expertise judiciaire), de la faute et un lien de causalité direct & certain.
LA VICTIME N͛APPORTE PAS LA PREUVE.
Sauf pour le défaut d͛information, c͛est au médecin de prouver qu͛il a informé.
- Voie amiable : « Commission de conciliation et
d͛indemnisation »
x Transaction directe
x Commission de conciliation +/- indemnisation des TRIBUNAL ADMINISTRATIF TRIBUNAL CORRECTIONNEL
Conseil régional
victimes par l͛assureur (faute) ou ONIAM (en - Voie amiable (Commission d͛indemnisation des Conduit pas le Parquet.
Chambre disciplinaire de 1ère instance.
absence de faute) Accidents médicamenteux) Le professionnel est en prise directe avec la Justice, traité
- Voie contentieuse : TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE - Voie contentieuse comme un citoyen ordinaire.
x Les parties sont maîtres du procès, accord amiable
possible à tout moment
x L͛assureur est au 1er plan

COURS D͛APPEL COURS ADMINISTRATIVE D͛APPEL COURS D͛APPEL


CONSEIL NATIONAL (56 membres)
- Étudie les questions et projets soumis par le ministre
COURS DE CASSATION CONSEIL D͛ÉTAT COURS DE CASSATION
- Fixe le montant de la cotisation
Æ Chambre disciplinaire d͛appel, saisie en appel des
Loi 4 mars 2002 du Code de la Santé Publique - ALÉAS THÉRAPEUTIQUE décisions par :
Article 1142-1
x Médecin sanctionné - Auteur de la plainte
« Tout acte médical comporte un risque incompressible, même en absence de faute. »
x Représentant de l͛état dans la région
- Les médecins et établissements de santé ne sont responsables des conséquences dommageables de leurs actes qu͛en cas de faute.
x Ministre chargé de la santé - Procureur de la
- Les établissements sont responsables des infections nosocomiales sauf s͛ils apportent la preuve d͛une cause étrangère.
République - Conseil départemental et le conseil
Æ En absence de responsabilité, l͛accident ouvre droit à réparation au titre de la solidarité nationale si :
national
x Directement imputable à des actes médicaux
x Conséquences anormales
x Présentent un caractère de gravité. CONSEIL D͛ÉTAT

9
PRINCIPES D͛UNE DÉMARCHE D͛ASSURANCE QUALITÉ ET ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES - Item 13

En France, l͛organisme en charge de la qualité et de la sécurité des soins est la Haute Autorité de Santé (HAS) : Agence de droit public et indépendante
- C : Certification des établissements de santé
- U : Utilité médicale de l͛ensemble des actes
- I : Coordonne le développement des indicateurs de qualité et de sécurité des soins - Gère une partie des indicateurs nationaux
- R : Élaboration de recommandations de bonne pratique clinique.
- E : Définit les méthodes de l͛évaluation des pratiques professionnelles (DPC), des médicaments et des dispositifs médicaux

GESTION DE LA QUALITÉ

- Objectif : Garantir la qualité du service rendu à l͛usager


x Approche nominative qui vise la conformité des structures, processus, pratiques et résultats à des normes spécifiées
1. Traçabilité : Enregistrement (dossiers patients) - Modes opératoires - Procédures - Manuel Qualité
ASSURANCE 2. Évaluation interne de la qualité : Audit clinique & organisationnel - Satisfaction du patient, états de santé, EIAS - Suivi d͛indicateurs
QUALITÉ 3. Évaluation externe de la qualité :
À priori Certification ISO des hôpitaux non obligatoire
Certification ISO des laboratoires de biologie obligatoire
Certification JACIE des secteurs de greffes de cellules
Certification HAS
AMÉLIORATION - Approche dynamique permanente, fondée sur des cycles itératifs de résolution de problèmes :
CONTINUE QUALITÉ Æ Analyse des plaintes & réclamations des usagers, déclaration des dysfonctionnements par professionnels - Suivi d͛indicateurs & enquête
À postériori x « Roue de Deming » (PDCA) : Planifier (Plan) - Faire (Do) - Vérifier (Check)- Corriger (Act)

ACCRÉDITATION-CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


Pour tous les établissements de santé, publics et privés, par une loi de 1996, réformé et renommé par certification de la loi de 2004.
= Dispositif d͛évaluation des établissements de santé par un organisme extérieur à l͛aide d͛ƵŶƌĠĨĠƌĞŶƚŝĞůƋƵŝĚĠĐƌŝƚƚŽƵƚĐĞƋƵĞĚŽŝƚŵĞƚƚƌĞĞŶƈƵǀƌĞƵŶŚƀƉŝƚĂůĚĂŶƐ
ses différents domaines d͛activités pour rendre aux patients un service optimal : garantir, améliorer la qualité et sécurité de soin.
- Élabore et publie le manuel de certification :
MANUEL DE x Management de l͛établissement : Stratégie - Ressources - Qualité & sécurité de soin
CERTIFICATION x Prise en charge du patient : Droit et place des patients - Gestion des données - Parcours du patient - Prise en charge spécifique -
Évaluation des pratiques professionnelles.
- Autodiagnostic de sa position par rapport aux attentes de la certification par des groupes de travail multi-
AUTO-ÉVALUATION
professionnels Æ ĞƐĐƌŝƉƚŝŽŶĚĞƐĂĐƚŝŽŶƐĚĞŵŝƐĞĞŶƈƵǀƌĞƉŽƵƌĂŵĠůŝŽƌĞƌůĂƋƵĂůŝƚĠĞƚůĂƐĠĐƵƌŝƚĠĚĞƐƐŽŝŶƐ
- Visite d͛un groupe d͛experts-visiteurs de la HAS : Médecin, paramédicaux ou administratif d͛autres établissements
x Prendre connaissance des résultats de l͛auto-évaluation
VISITE x Élaboration d͛un plan de visite de 3 à 15 jours : Rencontre des instances de l͛établissement, groupes de travail,
PROCÉDURE DE professionnels de santé, représentants des usagers & visite des locaux
CERTIFICATION x « Patient traceur » : suivi des patients (au hasard) tout au long de leur parcours dans l͛établissement
/ 4 ans x « Pratique exigible prioritaire » et recueil d͛indicateur
- Rapport de visites & observations : examiné par le collège de la HAS qui valide le rapport de certification
x Si non-conformité modérée : Certification HAS avec recommandations d͛amélioration qui seront vérifiées lors
RAPPORT DE
du cycle suivant la certification
CERTIFICATION
x Si non-conformité grave : Sursoit à la certification et impose un suivi de l͛établissement
x Si non-conformité très grave : Non certification, adressé à l͛établissement, à l͛ARS et sur le site internet de la HAS
pour le public

INDICATEURS DE QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS (IQSS = IAS)


2016 : Organisation du recueil par la HAS
- DONNEÉS QUANTITATIVES : Taux ou pourcentage
- Objets : Moyens (ressources) - Processus (Organisation, pratiques) - Résultats (États de santé)
CARACTÉRISTIQUES
- Qualités souhaitées : Pertinence - Reproductibilité - Sensibilité - Faisabilité
- Analyse : par rapport à un objectif cible, suivi d͛une dynamique, comparaison entre établissements.
Æ Géré par le Ministère de la Santé
TABLEAU DE BORD - ICALIN : Indicateur composite de lutte contre l͛infection nosocomiale
des infections - ICSHA : Indicateur de consommation de solutions hydro-alcoolique
nosocomiales - SURVISO : Indicateur de surveillance des infections du site opératoire
- ICATP : Indicateur composite du bon usage des ATB par le taux de staphylocoques résistants à la Méthicilline
Æ Géré par la HAS.
- IPAQSS : Indicateur pour l͛amélioration de la qualité et de la sécurité des soins
x Caractère obligatoire ou optionnel, diffusion publique (sauf 1ère fois), recueil au sein des établissements (tirage au sort dossiers par HAS à
INDICATEURS
partir du PMSI)
IPAQSS
x Tenue de dossier - Qualité et délai d͛envoi des courriers de fin d͛hospitalisation - Évaluation de la douleur - Dépistage et trouble
nutritionnel - Risque d͛escarre - Dossier d͛anesthésie - Prise en charge de l͛IDM - Fonctionnement des RCP - Prévention de la prise en
charge des hémorragies du post-partum - WƌŝƐĞĞŶĐŚĂƌŐĞĚĞƐs͙
x But : Incitation - Transparence (publication sur le site Scope Santé de la HAS)

ACCRÉDITATION DES MÉDECINS DANS LES SPÉCIALITÉS À RISQUE


Loi 2004, sous l͛autorité de la HAS.
= Dispositif de gestion des risques visant à prévenir ou limiter les effets des évènements indésirables médicaux.
- Démarche VOLONTAIRE, des médecins exerçant en établissements de santé : « Gestion des risques fondée sur la déclaration et l͛analyse des événements porteurs
de risques médicaux, l͛ĠůĂďŽƌĂƚŝŽŶĞƚůĂŵŝƐĞĞŶƈƵǀƌĞĚĞƌĞĐŽŵŵĂŶĚĂƚŝŽŶƐ »
- Les médecins engagés bénéficient d͛une aide de l͛assurance maladie pour la souscription de leur assurance en responsabilité civile et professionnelle

10
ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (EPP) x 6
Obligation individuelle.
Obligation de formation continue des médecin (Loi 1996) - Obligation d͛évaluation des pratiques professionnelles (2004) = Développement professionnel continu (DPC)
FMC + EPP = DPF
Méthodes validées par la HAS
But : Vérifier la mise en applications des recommandations
- Évaluation : Pratiques réelles vs. pratiques idéales
- Tous les professionnels sont concernés, sans restriction, à leur initiative, idéalement collectif et pluridisciplinaire SANS FORMATION PRÉ-REQUISE
- Une série de cas d͛une pathologie donnée est examinée à l͛aide d͛une grille de critères définissant les bonnes
AUDIT CLINIQUE Comparaison pratiques
- Les écarts par rapport aux recommandations sont analysés
- Une série de cas ayant bénéficiés d͛une action de soins donnée est examinée à l͛aide d͛une grille de critères
REVUE DE PERTINENCE DES Comparaison définissant les indications pertinentes.
SOINS - Les cas où l͛action de soin n͛était pas justifiée sont analysés.
- Le parcours de soins optimal et ses étapes sont définis pour les patients présentant une pathologie donnée
CHEMINS CLINIQUES Processus
- Il s͛agit de planifier, rationaliser et standardiser la prise en charge pluridisciplinaire.
- Réunions d͛équipes au cours desquelles sont présentés et discutés les dossiers des patients décédés ou ayant fait
REVUE DE MORTALITÉ ET DE
Analyse de cas l͛objet d͛une complication
MORBIDITÉ (RMM)
- Discussion sur la qualité de la prise en charge dans le but de repérer d͛éventuelles erreurs et dysfonctionnements
RCP Analyse de cas - Dossiers de patients sont discutés en réunion pluridisciplinaire afin de proposer la prise en charge optimale
GROUPES D͛ÉCHANGES DE - Réunions régulières de médecins - Groupe « Balint »
PRATIQUES (Staff EPP) OU Analyse de cas - Chaque médecin expose le dossier d͛une de ses consultations de la semaine et soumet sa pratique à la discussion
GROUPES DE PAIRS (libéral) de ses pairs.

BASES DE DONNÉES DE CONNAISSANCES MÉDICALES


- Pubmed (MedLine)
- Cochrane library
- Site de la Haute Autorité de Santé (HAS)

11
FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE - GESTION DES LIENS D͛INTÉRÊTS - Item 014

DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU

Formation médicale continue (FMS) : Absence de preuve significative de son efficacité.


Æ Transformée en 1999 en : Développement professionnel continu (DPC) OBLIGATOIRE, inscrite dans le code de Déontologie médicale (article 11).
- Évaluation des besoins de formation s͛appuie sur l͛analyse des pratiques professionnelles (APP) en utilisant des méthodes reconnues :
x Pédagogie interactive ou réflexive, centrée sur des situations cliniques et pouvant se dérouler dans des contextes formels ou informels.
Æ En France :
- Loi de 2004, relative à l͛Assurance Maladie a complété le dispositif en introduisant, pour TOUS MÉDECINS, l͛obligation d͛évaluation des pratiques professionnels (EPP)
- Loi HPST en 2009 : Remplace FMC en Développement professionnel continu (DPC)

EN ABSENCE DE RESPECT DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU, LA RESPONSABILITÉ CIVILE (SOCIALE) DU MÉDECIN EST COMPROMISE

LECTURE CRITIQUE D͛UN ARTICLE MÉDICAL


Source majeure d͛acquisition des connaissances.
Revues médicales
- Presse médicale (papier et informatique) avec de nombreuses revues généralistes ou spécialisées
FORMATS DES REVUES MÉDICALES
- Le contenu des revues peut être indexé dans des bases de données bibliographiques (MEDLINE)
- Revue (relue par les pairs) de manière anonyme +/- Comité de lecture (de rédaction) :
PEER REVIEWING
x Manuscrit refusé ou accepté en l͛état ou sous réserve de modifications
- Manuscrit soumis pour publication doit être conforme aux recommandations aux auteurs de la revue
RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS
x Description de la forme de chaque type d͛article
Différents types d͛articles médicaux
ARTICLES ORIGINAUX - Travail de recherche fondamentale, translationnelle, clinique ou épidémiologique
- Article court écrit sur commande du comité de rédaction d͛une revue, par un auteur considéré comme un « expert » sur le
ÉDITORIAL
thème proposé
CAS CLINIQUE OU « FAIT CLINIQUE »
- Lettre adressée à l͛éditeur de la revue afin qu͛elle soit publiée
LETTRE À LA RÉDACTION
x Cas clinique court - Résultats préliminaires - Commentaires/critiques d͛un article
REVUE GÉNÉRALE OU MISE AU POINT - Analyse critique de l͛ensemble des travaux sur un thème donné
- Rapporter et commenter les résultats des articles parus dernièrement dans d͛autres revues et considérés comme importants
ANALYSE COMMENTÉE x Résumé de l͛article
x Commentaire critique : points faibles & points forts
- Connaissance dans le cadre de la formation initiale ou continue du lecteur
ARTICLE DIDACTIQUE
- Article pédagogique, qui doit se mettre à la portée d͛un lecteur « naïf » sur le sujet traité

GESTION DES CONFLITS D͛INTÉRÊTS

Définition des liens d͛intérêts


Information OBJECTIVE, IMPARTIALE et INDÉPENDANTE.
HAS : « Chacun a des liens avec des personnes ou des organismes résultants de sa vie personnelle ou professionnelle. Ces liens sont porteurs d͛intérêt, patrimoniaux,
professionnels, personnels ou familiaux, conduisant à porter des appréciations subjectives dans une situation qui peut les mettre en jeu. Les liens d͛intérêts peuvent alors
être en conflits avec d͛autres intérêts, individuels ou collectifs, privés ou publics. »
Impact des conflits d͛intérêts
Perturbation de l͛expression objective et impartiale de l͛avis ou de l͛opinion d͛un expert sollicité
- Analyse des liens d͛intérêt sur les 5 ans qui suivent sa cessation de ce lien.
Déclaration des liens d͛intérêt
Politique de gestion des liens d͛intérêt à la norme AFNOR NF X 50-110.
- « Déclaration d͛intérêt » (DI) OBLIGATOIRE destinée à devenir « publique » (DPI) modifiable Æ Loi 5 juillet 2012 :
x Activité principale Publié sur le site internet de chaque institution
x Activités exercées à titre secondaire pendant la durée de la mission ou du contrat.
x Activités qui ont bénéficié d͛un financement par un organisme à but lucratif Accessible pendant 5 ans ou 10 ans pour les
Présidents et Membres de Collèges et de
x Participations financières dans le capital d͛une société.
commissions.
x L͛existence de proches parents salariés ou possédant des intérêts financiers
x Autres liens d͛intérêt que le déclarant choisit de faire connaître.

12
ORGANISATION DU SYSTÈME DE SOINS - Item 15

Définition
- Ensemble des moyens destinés à réaliser les objectifs d͛une politique de santé :
x Organisationnels : Ministère de la Santé - Administration de la Sécurité Sociale
x Humains : Personnels médicaux - Paramédicaux - Administratifs - Associations de malades
- Objectifs :
x Préserver & Améliorer la santé
x Services qui répondent aux attentes (soins 24h/24 - Accès aux spécialistes)
SYSTÈME DE SANTÉ x Équité dans l͛accès aux services publics de santé
- Fonctions : Soins individuels - Services collectifs (Prévention de la maladie et de l͛invalidité - Éducation - Promotion de la santé)
- Fournitures :
x Ressources du système de santé en personnel médical, installations, médicaments, matériels, connaissances.
x Financement assuré en percevant des recettes et en affectant des ressources financières aux différentes activités
x Administration de la santé par l͛organisation du financement, la mise à disposition des ressources humaines et des structures, établissement
des priorités, élaboration ĚĞƐƉŽůŝƚŝƋƵĞƐĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĂŶƚĞƐ͕ůĞƵƌŵŝƐĞĞŶƈƵǀƌĞĞƚůĂŵĞƐƵƌĞĚĞƐƌĠƐƵůƚĂƚƐ.
SYSTÈME DE SOINS - Prestation d͛interventions préventives, curatives et palliatives, en réponse à des besoins spécifiques de santé des individus ou des populations
Hiérarchisation des soins
- Conférence d͛Alma-Ata (OMS, 1978) : « Soins de santé essentiels universellement accessibles à tous les individus et à toutes les familles de la
Soins primaires communauté par des moyens qui leur sont acceptables, avec leur pleine participation et à un coût abordable pour la communauté du pays. »
- Exemple : Médecin généraliste de ville, infirmière͙
- Hôpital : Soins pour les personnes qui ne peuvent demeurer dans leur milieu naturel de vie ou qui s͛appuient sur une infrastructure adaptée et
Soins secondaires une technologie relativement lourde.
- L͛urgence des centres hospitaliers est classée en 2ème ligne !
- Opérations complexes ;ŶĞƵƌŽĐŚŝƌƵƌŐŝĞ͕ĐĂƌĚŝĂƋƵĞ͕ƉůĂƐƚŝƋƵĞ͕ƚƌĂŶƐƉůĂŶƚĂƚŝŽŶ͙Ϳ
Soins tertiaires et
- Soins en néonatalogie - Soins psychiatriques - Soins oncologiques
quaternaires
- Soins intensifs - Soins palliatifs
Organisation du système de sante en France
Administration de la santé
- Vote les lois relatives au système de santé
PARLEMENT - Vote une loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) /an :
x ONDAM : Fixation d͛un Objectif National prévisionnel des Dépenses d͛Assurance Maladie pour l͛année suivante
- ůĂďŽƌĂƚŝŽŶĞƚŵŝƐĞĞŶƈƵǀƌĞĚĞůĂƉŽůŝƚŝƋƵĞĚĞƐĂŶƚĠ, directions techniques :
x Direction générale de la santé (DGS) : Concevoir la politique de santé publique après analyse des besoins de la
MINISTÈRE DE LA SANTÉ population (Ex : vaccin)
x Direction générale de l͛offre de soins (DGOS) : Organisation de l͛offre de soins, hospitalière et ambulatoire.
x Direction de la sécurité sociale : Lien entre l͛Etat et les organismes de sécurité sociale
- Agence de biomédecine (ABM) : Transplantation d͛organe, tissus et cellules - Procréation - Embryologie -
AGENCES SANITAIRES Génétique
Coordonnées par un - Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) (2011, ex-Afssaps)
NATIONNAL

Comité d͛animation du - Agence nationale de sécurité sanitaire de l͛alimentation, de l͛environnement et du travail (ANSES) (2010)
système d͛agence (CASA) - Établissement français du sang (EFS)
- Haute autorité de santé (HAS) (2004) :
- Agences sanitaires
x Évaluation de l͛utilité médicale de l͛ensemble des actes, prestations et produits de santé pris en charge par l͛AM
- Haut conseil de santé
x Certification des établissements de santé
publique (HCSP)
- Inserm x Promouvoir les bonnes pratiques et bon usage des soins auprès des professionnels de santé & grand public
- 1 représentant des - Institut national du cancer (INCa) (2004)
directeurs des ARS - Institut de veille sanitaire (InVS) (1998)
- Institut national de prévention et d͛éducation pour la santé (INPES) (2002)
- Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) (2001)
- Haut conseil de santé publique (HCSP)
ORGANISMES - Comité consultatif national d͛éthique pour les sciences de la vie et de la santé
CONSULTATIFS ET AUTRES - Institut nationale de la santé et de la recherche médicale (Inserm)
STRUCTURES NATIONALES - École des hautes études en santé publiques (EHESP)
- Haut conseil pour l͛avenir de l͛assurance maladie (HCAAM)
- S : Sécurité sanitaire à l͛échelle régionale
- P : Actions de prévention menées dans la région
AGENCES RÉGIONALES DE
- O : Organisation de l͛offre de soin RÉGIONALE en fonction des besoins de la population, y compris dans les
RÉGIONAL & DÉPARTEMENTAL

SANTÉ (ARS)
structures d͛accueil des personnes âgées ou handicapées
Autorité d͛un Directeur
Æ Tutelle des établissements de santé (donne les autorisations) : PROJET RÉGIONAL DE SANTÉ /5 ans
Général
- Comité de coordination des ARS :
Loi HPST 2009
x 26 en France x Lien entre le ministère de la Santé : Déclinaison des politiques nationales de santé en région
x Lien avec l͛Assurance Maladie
x Lien avec la Caisse nationale de solidarité et de l͛autonomie (CNSA)
- Pôle « offre de santé territorialisée » :
DÉLÉGATIONS
x Offre de soins ambulatoires et hospitaliers et les politiques en faveur des personnes handicapées et âgées
TERRITORIALES
- Pôle « prévention et gestion des risques » :
DÉPARTEMENTALES
x Veille et la gestion des alertes sanitaires - Protection et promotion de la santé
CONSEILS GÉNÉRAUX - Prévention et dépistage, notamment la protection maternelle et infantile
COMMUNAL - Maire : Application de l͛hygiène publique (aliments͕ŚĂďŝƚĂƚŝŽŶ͙Ϳ - Création de centres de santé et d͛aides médicales

13
Offre de soins
- Établissements de santé publique
ÉTABLISSEMENTS DE 2660 Établissements = 414 840 lits avec 68 049 places
- Établissements de santé privés d͛intérêt collectif (ESPIC)
SANTÉ
- Établissements privés à but lucratif
- Professions médicales : Médecins, Sages-femmes et Odontologistes
PROFESSIONNELS DE
- Professions de la pharmacie : Pharmaciens, préparateurs en pharmacie
SANTÉ
- Professions d͛auxiliaires médicaux : Infirmiers, kinés, pédicures-ƉŽĚŽůŽŐƵĞƐ͕ĂƵĚŝŽƉƌŽƚŚĠƐŝƐƚĞ͕ĚŝĠƚĠƚŝĐŝĞŶƐ͕ŽƉƚŝĐŝĞŶƐ͙͘

Régulation du système de soins en France


En 2008, 16,5% des Français déclaraient avoir renoncé à des soins pour raisons financières au cours de l͛année selon IDRES, concernant principalement les soins peu
remboursés : Soins dentaires (11%) - Achat de lunettes (4%) - Visites chez le généraliste ou spécialiste (3%)
- ůůŽĐĂƚŝŽŶƐĚĞϭϮϬϬΦ /mois à partir de la 2ème année de médecine ou à tout moment du cursus y compris pendant les années
CONTRAT D͛ENGAGEMENT DE
d͛internat
SERVICE PUBLIC
- Engagement à exercer, à titre libéral ou salarié, dans une zone ou l͛offre médicale fait défaut, pour une durée égale à celle
Loi HPST 2009
durant laquelle ils ont perçu cette allocation.
Æ Rééquilibrer l͛offre MEDICALE AMBULATOIRE
- Dispositions spécifiques pour les médecins souhaitant exercer en zone sous-dotée, le dispositif « démographique » :
- Aides financières à l͛activité - Aide à l͛investissement x 3 ans
- Conditions :
DISPOSITIONS DE LA x Activité au 2/3 dans une zone sous-dotée
CONVENTION MÉDICALE x Être installé à proximité (5km en zone rurale, 2 km en zone urbaine)
x Ne pas cesser leur activité, ni changer de lieu d͛exercice pendant 3 ans
x Assurer la permanence des soins (gardes)
NB : Les médecins à proximité d͛une zone sous-dotée peuvent bénéficier de l͛option solidarité territoriale : Exercice 28 jours /an dans la
zone déficitaire en échange d͛une rémunération complémentaire.
Technologie de l͛information et de la communication
- Télémédecine : Calydial - ^͙

ORGANISATION DES SOINS EN EUROPE

Mode de financement
- Royaume-Uni : Contributions sociales avec possibilité d͛acquérir une assurance santé individuelle par le paiement d͛une assurance privée
- Allemagne : Revenus fiscaux aux ressources assurantielles du financement de la santé. Possibilité de souscrire une assurance santé privée qui remplace totalement
l͛assurance publique (à la différence avec le Royaume-Uni)
- France : Fiscalisation progressive du financement du système de santé pour augmenter les ressources dédiées au système (Contribution sociale généralisée)
x En cas d͛AT d͛un salarié : indemnités journalières payées par les cotisations sociales
Système de santé
- Recentrage des systèmes de soins sur les soins primaires Les résidents de l͛UE peuvent se faire soigner dans les pays membres de l͛Union, grâce à la carte
- Prise en charge organisée des maladies chroniques européenne d͛assurance maladie (ainsi qu͛en Norvège, Liechtenstein, Islande et Suisse)
- Renforcement du système de santé primaire :
Royaume-Uni x Médecin généraliste : Commande de l͛offre de soin dans l͛accès à la médecine spécialiste et hospitalisation
Système Beveridgien x « Primary care groups » : DĠĚĞĐŝŶŐĠŶĠƌĂůŝƐƚĞĂǀĞĐŝŶĨŝƌŵŝğƌĞ;ƉƌĠǀĞŶƚŝŽŶ͕ƐƵŝǀŝĚĞŵĂůĂĚŝĞĐŚƌŽŶŝƋƵĞ͙Ϳ
- Déficit annuel = 25,5milliards d͛euros
- Programme spécifique de prise en charge des maladies chroniques dans chaque région :
x Contrat entre l͛ensemble des caisses d͛assurance maladie - Association régionale des médecins libéraux - Établissement de santé
Désignation d͛un médecin traitant qui filtre l͛accès aux autres médecins et professionnels de santé et coordonne le parcours de soins
Existence d͛un protocole de soins conforme aux recommandations professionnelles
Allemagne Mise en place d͛un système d͛échange d͛informations entre les professionnels de santé et entre ceux-ci et les caisses.
Système Bismarckien Formation des médecins et des patients au programme.
Participation du patient au processus de soins
Critères d͛évaluation du programme
x Avantages : Forfait annuel de coordination (médecin) - Réduction des tickets modérateurs (patient)

ORGANISATION DES SOINS AUX ÉTATS-UNIS


Absence de couverture du risque maladie pour la population
Modalités de couverture maladie Intervention de l͛État fédéral et des États fédérés
- Medicare : Personnes t 65 ans - Handicapés - Dialyse rénale
64% des personnes sont couvertes financièrement par une assurance maladie via
une assurance privée liée à l͛emploi : « managed care organization » (MCO) - Medicaid : Familles pauvres (variation du seuil en fonction des états)
Les primes d͛assurances santé sont en hausse, conduisant les petites entreprises à - State Children͛s Health Insurance Program (SCHIP) : Assurance pour les enfants
embaucher les temps partiels sans assurance maladie. dans les familles à revenus faibles (hors medicaid)
17% de la population ne bénéficie pas de couverture maladie NB : Les immigrés et leurs enfants entrés depuis < 5 ans aux Etats-Unis ne sont pas
éligibles aux programme Medicaid et SCHIP
Managed care organizations
- Politiques de prévention
- Services d͛éducation à la santé
- Programmes de disease management (coordination de l͛ensemble des soins pour des pathologies chroniques)
Réforme OBAMA 2014 : Obamacare
Assurance obligatoire pour tout le pays : 95% de la population couverte dans un délai de 10 ans. Æ En 2014 : 6 millions de personnes ont pu accéder à une assurance santé.
- Certains états refusent d͛appliquer la loi (Wisconsin, Michigan, Virginie)
- La réforme Obamacare interdit aux assurances de refuser d͛assurer une personne en fonction de ses ATCD À venir : Affordable Care Act
médicaux.
- Jeune adulte bénéficie de la couverture santé de leurs parents
- Medicaid élargi de façon à couvrir plus de personne à faibles revenus

14
SÉCURITÉ SOCIALE - ASSURANCE MALADIE & COMPLÉMENTAIRE - Item 16

PROTECTION SOCIALE

Définition
- La protection sociale désigne l͛ensemble des mécanismes de protection accordés par une société à ses membres pour leur permettre de
faire face aux risques sociaux de l͛existence et à leurs conséquences financières.
x Assurance sociale obligatoire : Prévenir les individus d͛une perte de revenus liée à certaines situations (perte d͛emploi, maladie,
vieillesse ou accident de travail) Æ Principe de transfert de type contribution/prestations : prélevées sur les revenus et reversées à
PROTECTION SOCIALE ceux qui cotisent ou leurs ayants droit.
x Assistance sociale : Solidarité entre les individus pour lutter contre la pauvreté et l͛exclusion
Æ Revenu de solidarité active (RSA) ou Allocation Adulte Handicapé (AAH)
x Protection universelle sans condition de ressource et est identique pour tous.
x Prévoyance individuelle ou collective : Épargne
- Situations susceptibles de compromettre la sécurité financière d͛un individu ou de sa famille en provoquant une baisse de ses ressources
RISQUES SOCIAUX
ou une hausse des dépenses (vieillesse͕ŵĂůĂĚŝĞ͕ĐŚƀŵĂŐĞ͕ĐŚĂƌŐĞĚĞĨĂŵŝůůĞ͙Ϳ
Financement de la protection sociale (2010)
- Versements obligatoires effectués par les non-salariés, salariés et les employeurs pour acquérir des droits à des prestations sociales :
Æ 8% du salaire versé par l͛employeur et l͛employé à l͛URSSAF
COTISATIONS SOCIALES x Assurance maladie - invalidité - AT/MP Autres prestataires :
Part en baisse x Assurance vieillesse : Vieillesse - Décès - Assurance emploi : CNAMTS (UNEDIC & Pôle emploi)
45% x Allocations familiales : Famille - Maternité - Logement : APL par CAF
- Contribution solidarité autonomie (CSA) ou journée de solidarité - Handicap dépendance : APA - MDPH
- Impôts et taxes :
x Transferts de ressources fiscales versées de manière permanente aux régimes de Sécurité sociale
RESSOURCES FISCALES x Impôts sur les produits ;ĂůĐŽŽů͕ƚĂďĂĐ͕ĂƵƚŽŵŽďŝůĞƐ͙Ϳ
Part en hausse x Impôts sur les salaires et la main-d͛ƈƵǀƌĞ
30% x Impôts sur le revenu et le patrimoine : Contribution Sociale Généralisée (CSG) - Contribution au remboursement de la dette sociale
(CRDS)
CONTRIBUTIONS PUBLIQUES - Financement des dépenses de solidarité (RSA, fonds de solidarité vieillesse)
D͛ÉTAT - Exonérations de cotisations employeurs
Part en hausse : 15% - Subventions des régimes de retraite
Modèles de sécurité sociale
- Protection sociale liée au travail
- Couverture maladie conditionnée à l͛exercice d͛une activité professionnelle
- Financement par des cotisations sociales, payées par des salariés et des employeurs à partir des revenus du travail
ALLEMAGNE - Revenus de la protection maladie proportionnels aux revenus de l͛activité professionnelle (revenus de remplacement en cas d͛accident ou
Modèle Bismarckien arrêt de travail)
1883 - Assurances sociales obligatoires fortement contrôlées par l͛État et dont la gestion est confiée aux partenaires sociaux dans le cadre d͛un
dialogue social
- 2009 : CMU
- Unité : Un seul système pour tous les risques
ROYAUME-UNI
- Uniforme : Prestations identiques pour tous, quels que soit les revenus antérieurs
Modèle Beveridgien
- Universalité : Toute la population est couverte et peut recevoir les prestations sans contribution financière obligatoire (basés sur les
1942
impôts)
- 1898 : Accident du travail : responsabilité de l͛employeur avec assurance contractée par l͛employeur
- 1905 : Assurance de l͛employeur obligatoire pour couvrir les accidents de travail
- 1910 : Régime obligatoire d͛assurance pour les salariés du commerce et de l͛industrie et agriculteurs
FRANCE
- 1930 : Régime spécial pour les agriculteurs - Risques maladie, maternité, invalidité, vieillesse et décès pris en compte
Modèle mixte
- 1945 : Sécurité sociale
majoritairement Bismarckien
- 1967 : Ordonnances Jeanneney : Gestion des caisses de façon paritaire (salarié - employeur)
1945
- 1996 : Ordonnances Juppé : Préparation du projet de loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) en tenant compte du HCSPÆONDAM
- 2000 : Couverture maladie universelle (CMU)
Régimes de sécurité sociale
Régime général - 86% de la population Française : Salariés - Étudiants
Régime agricole au sein de la
- 6%
mutualité sociale agricole
Régime social des
- 4% : Artisans - Commerçants - Professions libérales
travailleurs indépendants
Régimes spéciaux ( x 130) - Fonction publique - Collectivités territoriales - EDF - GDF - SNCF - ZdW͙

15
ASSURANCE MALADIE DU RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

Missions
- En s͛appuyant sur les recommandations médicales et les avis de la HAS
Périmètre des actes remboursables
- Services de contrôle médical de l͛assurance maladie (les médecins-conseils) vérifie la pertinence des soins dispensés.
- Financement et rémunération :
x ACTE :
Libéral avec tarification par la CCAM (Classification commune des actes médicaux)
Hôpital : T2A (Tarification à l͛activité) Æ À partir du codage, création de groupes homogènes de malades (GHM)
Tarification des actes et le niveau de pour obtenir le tarif du séjour.
prise en charge x PERFORMANCE :
Libéral : ROSP (Rémunération sur objectif de santé publique)
Hôpital : IFAQ
- UNCAM (Union nationale des caisses d͛AM) regroupe les 3 principaux régimes d͛assurance maladie (général, MSA et RSI) :
x Politique conventionnelle - Champ des prestations admises au remboursement - Taux de prise en charge des soins.
- UNOCAM (Union nationale des organismes d͛assurance maladie complémentaire)
x Négociations conventionnelles et fixation des prix ou tarifs des produits de santé
Négociations conventionnelles - Entre professionnels de santé et assurance maladie.
Planification de l͛offre de soins - Via ARS
Prévention et information des assurés - /ŶĨŽƌŵĂƚŝŽŶ͕ĂĐĐŽŵƉĂŐŶĞŵĞŶƚ͙
- Diffusion des recommandations de la HAS auprès des professionnels
Information des professionnels de santé
- Élabore des profils comparatifs d͛activité et de prescription
Gestion du risque - Ensemble des actions mises ĞŶƈƵǀƌĞƉŽƵƌĂŵĠůŝŽƌĞƌů͛efficience du système de santé : Programme pluriannuel régional
Affiliation à l͛assurance maladie
La totalité de la population est protégée par l͛assurance maladie du régime général des travailleurs salariés ou d͛un autre régime, le plus souvent sur une base
professionnelle ou familiale (ayants droit).
- Qualité des ayants droit :
x Conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité (PACS) de l͛assuré social, s͛il ne bénéficie pas lui-même d͛un régime obligatoire de la Sécurité
sociale ou s͛il n͛exerce pas d͛activité professionnelle.
x Enfants jusqu͛à 16 ans ou jusqu͛à 20 ans s͛ils poursuivent des études ou s͛ils sont dans l͛impossibilité de travailler par la suite d͛infirmité ou de maladie chronique
x Toute personne vivant chez l͛assuré social depuis ш 12 mois et qui est à sa charge.
NB : La CMU offre une AM à toute personne ayant une résidence stable et régulière ininterrompue шϯŵŽŝƐĞŶ&ƌĂŶĐĞ͕ŽƵůĞƐĠƚƌĂŶŐĞƌƐĂǀĞĐƚŝƚƌĞĚĞƐĠũŽƵƌ ou attestation de
dépôt de demande d͛asile. (Idem AME pour les étrangers avec conditions de ressources)
Prestations de l͛assurance maladie
1. Prestations en espèces (assuré social) :
x Salarié du privé : 3 jours de carence Æ Indemnités journalières versées à compter du 4ème jour de l͛arrêt de travail (50% salaire)
x Libéral : 3 mois de carence
x Salarié du public : Absence de jours de carence
RISQUE MALADIE 2. Prestations en nature (assuré social et ayants droit) : Prise en charge des frais engagés avec application d͛un ticket modérateur
x Variables selon les prestations - Majorées pour les soins en dehors du parcours de soins coordonnés (MT) - Exonération pour les ALD
Æ Limites :
- Participations forfaitaires ĚĞϭΦ à la charge du patient pour chaque cŽŶƐƵůƚĂƚŝŽŶ͕ĂŶĂůLJƐĞďŝŽůŽŐŝƋƵĞ͕ƌĂĚŝŽůŽŐŝĞ͙(plafond ͗ϱϬΦͬĂŶͿ
- Franchise médicale à la charge du patient pour les médicaments, actes paramédicaux et transports sanitaires
- Forfait journalier à la prise en charge du patient en cas d͛hospitalisation
Æ Avantage :
- Dispositif de tiers payant (dispense de l͛avance des frais) - Exonération du ticket modérateur (Cf. infra)
1. Prestations en espèce (assuré social) : Indemnités journalières pendant la durée légale du congé maternité
RISQUE MATERNITE 2. Prestations en nature : Prise en charge à 100% des examens prénataux et à partir du 6ème mois de grossesse jusqu͛au 12ème jour après
l͛accouchement (échographie, séance de préparation à l͛ĂĐĐŽƵĐŚĞŵĞŶƚ͕ƌĠĠĚƵĐĂƚŝŽŶ͙Ϳ
1. Prestations en espèce (assuré social) : Pension d͛invalidité calculée en fonction du revenu, de la capacité résiduelle de travail et du
besoin éventuel d͛une tierce personne
x Catégorie 1 : Personne capable d͛exercer une activité rémunérée : Rente = 30% du salaire antérieur (dans la limite d͛un plafond)
RISQUE INVALIDITE x Catégorie 2 : Personne incapable d͛exercer une activité rémunérée : Rente = 50% du salaire antérieur
Réduction DÉFINITIVE de la x Catégorie 3 : Personnes obligées de recourir à l͛assistance d͛une tierce personne pour effectuer les actes de la vie quotidienne :
capacité de travail > 2/3 Rente = 50% + Majoration pour une tierce personne
2. Prestations en nature : Exonération du ticket modérateur
Æ Conditions :
x Âge < 60 ans ou 62 ans selon le calendrier de l͛augmentation progressive de l͛âge à la retraire
x Capacité de travail ou de revenu réduit d͛au moins 2/3. (66%)
RISQUE DECES - Capital décès versant aux ayants droit sous certaines conditions et si la personne décède alors qu͛elle est en activité
Exonération du ticket modérateur
Taux de remboursement des prestations par l͛assurance maladie
Prise en charge à 100% UNIQUEMENT pour les soins en rapport avec sa maladie
- 100% : Médicaments irremplaçables des affections graves et invalidantes - ALD 30 (rédigé par le médecin traitant, sinon valable que 6 mois)
- 80% : Hospitalisation (secteur public ou privé) - Soins conformes au protocole ALD hors liste
- 70% : Consultations médicales dans le cadre du parcours de soins - Soins conformes au protocole polypathologie invalidante
- 65% : Médicaments, vaccins, transports sanitaires, lunettes, prothèses - Campagne nationale de prévention - Diagnostic ou traitement de la stérilité
dentaires et auditives - Bénéficiaire d͛une pension d͛invalidité - Titulaire d͛une pension militaire - CMU-C
- 60% : Auxiliaires médicaux, Analyses biologiques médicales - Rente d͛accident du travail ou maladie professionnelle pour une incapacité d͛au
- 35% : Médicaments symptomatiques d͛affection sans gravité dont le moins des 2/3
service médical rendu est faible ou nul - Mineurs victimes de sévices sexuels
- 30% : Médecins hors parcours de soins Æ - 40% si dans le parcours de soins - Soins en établissement de santé dans les 30 premiers jours de vie
x Exceptions : Urgence - Gynécologie - Stomatologie - OPH - Psychiatrie - - Enfants et adolescents handicapés en éducation spécialisée.
Éloignement du lieu de résidence - Consultation de suivi - Enfant < 16 ans - Maternité du 6ème mois et jusqu͛à 12 jours après l͛accouchement
- Accident de travail - Maladie professionnelle

16
NB : Le ticket modérateur est un pourcentage du tarif de convention d'une prestation médicale, qui reste à la charge de l'assuré.
Il varie en fonction du taux de remboursement.

30 AFFECTIONS DE LONGUE DURÉE


Établi par le médecin traitant avec spécialistes impliqués, revu par un médecin conseil de l͛assurance maladie.
1. AVC invalidant 10. Hémoglobinopathies, hémolyses chroniques 20. Paraplégie
2. Insuffisance médullaire et autres cytopénies constitutionnelles et acquises sévères 21. Périartérite noueuse, LED, sclérodermie
chroniques 11. Hémophilies et affections constitutionnelles de généralisée
3. Artériopathie chronique et évolutive avec l͛hémostase graves 22. Polyarthrite rhumatoïde évolutive grave
manifestations ischémiques 12. HTA sévère : Décret du 24 juin 2011 23. Affections psychiatriques de longue durée
4. Bilharziose compliquée 13. Maladie coronaire 24. RCH et maladie de Crohn évolutives
5. Insuffisance cardiaque, Trouble du rythme, 14. Insuffisance respiratoire chronique grave 25. Sclérose en plaques.
cardiopathies congénitales graves 15. Maladie d͛Alzheimer et autres démences 26. Scoliose structurale évolutive dont l͛angle ш
6. Maladies chroniques actives du foie et cirrhose 16. Maladie de Parkinson 25° jusqu͛à maturation rachidienne
7. Déficit immunitaire primitif grave nécessitant un 17. Maladie métabolique héréditaire nécessitant un 27. Spondylarthrite ankylosante grave
traitement prolongé ou VIH traitement prolongé spécialisé 28. Suites de transplantation d͛organe
8. Diabète de type 1 & 2 18. Mucoviscidose 29. Tuberculose active - lèpre
9. Formes graves des affections neurologiques et 19. Néphropathie chronique grave et syndrome 30. Tumeur maligne, affection maligne du tissu
musculaires, épilepsie grave néphrotique primitif lymphatique ou hématopoïétique
ALD 31 : Affection hors liste reconnue par le service du contrôle médical comme grave, évolutive ou invalidante et comportant un traitement prolongé et couteux
ALD 32 : Poly-pathologie à l͛origine d͛un état invalidant et nécessitant des soins continus d͛une durée prévisible > 6 mois.
Consommation médicale et économie de la santé
Agrégats des comptes de la santé : Montant de l͛ensemble des postes de la consommation médicale
Consommation de soins et de - Consommation de SOINS HOSPITALIERS
biens médicaux - Consommation de soins ambulatoires
CSBM (en augmentation) - Consommation de médicaments et de biens médicaux
сϮϴϬϬăϯϬϬϬΦͬpersonne /an - Consommation de transports sanitaires Consommation médicale totale
- Médecine préventive de l͛éducation nationale = CSBM + CSMP
Consommation de services de - Service de médecine universitaire = 187 milliards d͛euros
médecine préventive - Services de protection maternelle infantile (PMI)
CSMP - Médecine du travail
- Services de médecine préventive de l͛État ;ǀĂĐĐŝŶĂƚŝŽŶƐŽďůŝŐĂƚŽŝƌĞƐ͙Ϳ
Dépense courante de santé DCS - CSBM + Dépenses de prévention individuelle et collective + Dépenses pour les malades + Dépenses en faveur du système de soins
Dépense totale de santé DTS - 11,6% du PIB en 2012 (235,6 milliards d͛euros) = 3ème position des dépenses dans le monde en santé. (USA > Pays-Bas > France)
Déficit de la sécurité sociale
Déficit en 2015 = 10 milliards Æ En diminution
- ONDAM respecté depuis 6 années consécutives
Déterminants de la croissance des dépenses de santé Régulation de la consommation de soins
- Dissociation des niveaux de prise en charge du tarif des prestations
- Vieillissement de la population et évolution de la structure de morbidité
- Offre de soins : numerus clausus
- Innovation technologique médicale
- Parcours de soins coordonné
- Tendance à la spécialisation et à la technicisation
- Observance des recommandations de pratique clinique, prescription des
- Défaut de coordination
génériques, rémunération sur forfait
- Solvabilité de la demande
- Logique d͛évaluation pour améliorer les pratiques professionnelles
- Demande induite par l͛offre
- Logique de coordination ͗ĚŽƐƐŝĞƌŵĠĚŝĐĂůƉĞƌƐŽŶŶĞů͙

Tiers payant : CMU-c - AME - Maternité - ALD100% - Possibilité pour tout le monde, mais le médecin peut encore refuser.
Tiers payant partiel = Part assurance maladie obligatoire.

PRISE EN CHARGE DES DÉPENSES

ASSURANCE MALADIE / PUMA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ CMU-c AME ALD GROSSESSE


= ex-CMU
Tarif sécurité sociale Remboursement (cf. supra) Tiers payant Tiers payant
Ticket modérateur Dû Remboursement possible Tiers payant Tiers payant Exonération Exonération
Dépassement Dû Remboursement possible Forfaits : lunette, prothèse
WĂƌƚŝĐŝƉĂƚŝŽŶĨŽƌĨĂŝƚĂŝƌĞϭΦ Déduite du remboursement > 18 ans Responsabilisation Exonération Exonération Exonération
Franchisse médicale Déduite du remboursement > 18 ans Responsabilisation Exonération Exonération Exonération
Forfait hospitalier Dû > 30 jour de vie Remboursement possible Exonération Exonération Exonération

Reste à la charge du patient

PROTOCOLE DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ « Azalée »


(Transfert de compétences)
- Disposition « à titre dérogatoire » de la Loi HPST
- Transfert d͛actes (exécution) ou délégation de compétences (décision) à des paramédicaux par des médecins.

17
MODÈLES DE PROTECTION SOCIALE

BISMARKIEN MIXTE BEVERIDGIEN


Allemagne, 1883 France Angleterre, 1942
- Unité : Un seul système pour tous les risques
ASSURANCE SOCIALE OBLIGATOIRE
OBLIGATION DE COTISATION POUR TOUT TRAVAILLEUR - Uniforme : Prestations identiques pour tous, quels que soit les revenus antérieurs
Pour les travailleurs seulement
LOGIQUE Mécanisme complémentaire (CMU) - Universalité : Toute la population est couverte et peut recevoir les prestations
(sinon relai par assistance sociale)
sans contribution financière obligatoire (basées sur les impôts)

FINANCEMENT COTISATIONS SOCIALES COTISATIONS SOCIALES + IMPÔTS + ÉTAT IMPÔTS

REGULATION PARTENAIRES SOCIAUX SOUS LE CONTRÔLE DE L͛ÉTAT. GESTION PARITAIRE : PATRONA - SALARIÉS ÉTAT
+/- ÉTAT
LIMITES Pas de maîtrise des dépenses Organisation lourde - Listes d͛attentes
Contribution des patient Prédominance des SOINS PRIMAIRES

18
SYSTÈME CONVENTIONNEL - Item 017
= Régit les relations entre financeur (assurance maladie) et les médecins installés dans un cabinet de ville.

CONVENTIONS MÉDICALES NATIONALES


Révisées annuellement.
- Libre choix du médecin par son malade
- Liberté de prescription du médecin
1920 - 1945
- Liberté d͛installation (« Charte médicale ») : 1927.
- Paiement direct des honoraires par le malade au médecin
- Entente directe sur le montant des honoraires entre malade et médecin avec « tarif de responsabilité » en 1930
- Absence d͛obligation des praticiens d͛inscrire les honoraires perçues sur une feuille de maladie
1945 - 1960
- Dépassement d͛honoraire possible
- Avantages sociaux et fiscaux aux médecins conventionnés
1960
- Inscription des honoraires sur la feuille d͛assurance
1971 - Numerus clausus
- Engagement contractuel pour un pourcentage annuel : Objectif qualité national
= Accord-cadre fixe un pourcentage annuel d͛augmentation des dépenses
- Dossier médical : Carte magnétique santé SESAM Vitale
- Codage des actes médicaux et des pathologies à destination des caisses d͛assurance maladie
1970 - 1990 - RIAP : Relevés individuels d͛activité et de prescriptions des praticiens décrivant pour chaque médecin Æ 2 fois /an
x Nature et le nombre d͛actes réalisés
x Coût des prescriptions remboursées
x Statistiques de clientèle du médecin.
- RMO : Références mondiales opposables
- DISPOSITIF DU PARCOURS DE SOINS COORDONNÉ pour tout sujet > 16 ans
x Hors parcours de soins, consultation remboursée à 30% (vs. 70%)
Æ Exception :
x Consultations de suivi
x Urgences
x En dehors du lieu de résidence
2000 x Gynécologue
x Dentiste
x Ophtalmologue
x Psychiatre
x Enfant < 16 ans
NB : Les médecins spécialistes de secteurs 1 peuvent pratiquer des dépassements d͛honoraires lorsqu͛ils reçoivent un patient qui ne leur a
pas été préalablement adressé par un médecin traitant.
- ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES :
x CAPI : Contrat d͛amélioration des pratiques professionnelles
Situations conventionnelles des médecins, taux de remboursement des patients et couverture sociale des médecins en 2011
Secteur Tarifs Remboursement Cotisations sociales
Prise en charge d͛une partie des cotisations sociales du
1 Respect des tarifs conventionnels % Fixé par l͛assurance maladie
praticien par l͛assurance maladie
Le médecin fixe librement ses tarifs, dans le % Fixé par l͛assurance maladie
2 respect du code de déontologie le dépassement du tarif conventionnel est à la
(« avec tact et mesure ») charge du patient +/- mutuelle Financement intégral des cotisations sociale par le praticien
Le médecin fixe librement ses tarifs
3 Absence de remboursement
= 0,5% en France

RÔLE DU MEDECIN TRAITANT


Attention, la déclaration d͛un médecin traitant n͛est PAS OBLIGATOIRE mais recommandée.
- Participation au développement du programme Sophia d͛accompagnement des patients chroniques (Parcours de soins coordonné)
PROGRAMME SOPHIA
Æ ZĠŵƵŶĠƌĂƚŝŽŶĚĞƐDdƉŽƵƌůĞƐƵŝǀŝĚĞƐƉĂƚŝĞŶƚĞŶ>сϰϬΦͬĂŶ
Organisation du cabinet et de la qualité du service - Indicateurs de pratiques médicales et relatifs à la prévention.
- Nouveau dispositif de rémunération sur objectifs de Santé publique depuis le 01/01/2012 en complément avec la rémunération du
paiement à l͛acte.
RÉMUNÉRATION SUR - Suivi des indicateurs de santé publique sur sa patientèle l͛ayant choisie comme médecin traitant Æ Amélioration des pratiques
L͛OBJECTIF DE SANTÉ - Tenue d͛un dossier médical informatisé
PUBLIQUE - Utilisation de logiciels d͛aide à la prescription, certifiés pour optimiser le suivi des patients et leur prise en charge
(ROSP) - Information permettant de TÉLÉTRANSMETTRE (> 66% des feuilles de soins) et d͛utiliser des télé-services
- Affichage des horaires de consultations et des modalités d͛organisation du cabinet
- Réalisation de la synthèse annuelle du dossier médical de ses patients
Æ Rémunération maximale сϭϳϱϬΦͬĂŶ

19
MESURE DE L͛ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION - Item 019

INDICATEURS
Viabilité - Sensibilité au changement - Fiabilité (ou reproduction)
PRÉVALENCE - Nombre de cas (nouveaux et anciens)
INCIDENCE - Nombre de nouveaux cas sur une période donnée
- Espérance de vie à la naissance = Durée de vie moyenne
DÉMOGRAPHIQUES

x En 2013 : EV (H) = 79,2 ans vs. (F) = 85,4 ans


ESPÉRANCE DE VIE
INDICATEURS

- ƐƉĠƌĂŶĐĞĚĞǀŝĞăϲϬĂŶƐŽƵăϴϬĂŶƐ͙сEŽŵďƌĞĚ͛années restant à vivre


x En 2011 : EV à 65 ans (H) = 18,9 ans vs. (F) = 23 ans
- Nombre d͛années à vivre dans un état de santé déterminé sans incapacité (EVSI)
ESPÉRANCE DE SANTÉ x Espérance de vie plus longue chez les femmes avec durée de vie en incapacité est plus longue aussi.
x EVSI à 65 ans (H) = 17,9 ans vs. (F) = 21,4 ans - ESVI à 85 ans (H) = 8,7 ans vs. (F) = 8,6 ans
MORTALITÉ - Effectif des décès sur une période donnée : 572 000 /an (en 2013)
TAUX BRUT DE MORTALITÉ - Effectif des décès pendant l͛année / Population moyenne de l͛année x 1000 = 8,7 / 1 000 /an
ÉPIDÉMIOLOGIQUES

- Calcul du taux de mortalité stratifiée (idem supra) : Décès dans un groupe / Nombre de personnes dans ce groupe
TAUX SPÉCIFIQUE DE MORTALITÉ
INDICATEURS

x TSpM (H) = 9,35 / 1 000 /an vs. (F) = 8,63 / 1 000 /an - TSpM > 90 ans = 261 / 1 000 /an
TAUX DE MORTALITÉ PRÉMATURÉE - Effectif des décès < 65 ans / Population moyenne < 65 ans x 1000 : (H) = 2,70 vs. (F) = 1,29 / 1000 /an
MORTALITÉ ÉVITABLE - (H) = 27 600 /an vs. (F) = 8000 /an Æ 35 600 = 33% de la mortalité prématurée
ANNÉES POTENTIELLES DE VIE PERDUE - Nombre d͛années de vie qu͛un sujet décédé prématurément n͛a pas vécu
MORTALITÉ PROPORTIONNELLE - Effectif des décès dus à une cause pendant l͛année / Nombre total de décès dans l͛année x 1000
= Part d͛une cause Æ Cancer = 34%
TAUX DE LÉTALITÉ PAR CAUSE - Effectif des décès dus à une cause pendant l͛année / Nombre total de sujets atteints de la même cause x 1000

CONFÉRENCE NATIONALE DE SANTÉ (CNS)


Créée par les ordonnances Juppé en 1996
Æ Mission : DEFINITION DES PRIORITÉS DE SANTÉ PUBLIQUE
- Formuler des avis sur l͛amélioration du système de santé et en particulier, sur :
x Projet de loi définissant les finalités et priorités de la politique de santé
x Finalités et axes stratégiques de la politique nationale de santé
x Plans et programmes nationaux de santé
- Contribuer à l͛organisation de débats publics sur les questions de santé
- Élaborer chaque année un rapport sur le respect des droits des usagers du système de santé Æ Haut conseil de Santé Publique

20
SUJET EN SITUATION DE PRÉCARITÉ - Item 57

Définition
« La précarité est l'absence d'une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et familles d'assumer leurs responsabilités élémentaires et de jouir de leurs droits
fondamentaux » (Wresinski, 1987)
- Pauvreté (faibles ressources économiques) : Niveau de vie est inférieur au « Seuil de pauvreté » (< 50% du niveau de vie médian en France, 60% en Europe)
x Le revenu pris en compte est le revenu disponible avec impôts et prestations sociales
x ZĞǀĞŶƵƐŝŐŶŝĨŝĂŶƚůĂƉĂƵǀƌĞƚĠсϴϳϰΦ;ϱϬйͿŽƵϵϳϳΦ;ϲϬйͿ
x Prévalence : (en augmentation)
Seuil à 50% : 7,5% de la population en France (4,9 millions de pauvres)
Seuil à 60% : 13,5% de la population en France (8,8 millions) = 1 personne /10
Conditions indispensables à la santé (OMS, 1978) Situations variées
- Logement - Très grande précarité (état de détresse sociale, misère) : Extrême pauvreté, condition pénible de nature physique,
- Éducation & information matérielle ou morale, susceptible d͛inspirer la pitié.
- Nourriture (quantité-qualité) - Exclusion : Processus de disqualification sociale aboutissant à une marginalité subie, à l͛issue de plusieurs
- Revenu suffisant, certain et stable défaillances socio-économiques, familiales ou sanitaires.
- Écosystème stable et protecteur x Ex : SDF - Immigrés - sans papiers - Marginaux - Clandestins
- Apport durable de ressources - Précarité des conditions de travail (27% des travailleurs) : Statut précaire, CDD, temps partiel, saisonnier
- Justice sociale et traitement équitable - Précarité de logement : insalubre, sur-occupé, temporaire
- Précarité de rupture : Patient isolé - Chômeur intermittent
Conséquences pour la santé des différents formes de précarité
Espérance de vie à 35 ans Homme Femme
GRADIENT SOCIAL

Cadres 47,2 51,7


Professions intermédiaires 45,1 51,2
NOTION DE

DE SANTÉ

Agriculteurs 44,6 49,6


Artisans - Commerçants 44,8 50,3
Employés 42,3 49,9
Ouvriers 40,9 48,7
Inactifs non retraités 30,2 47
- Accès géographique
SOINS ET À LA
PRÉVENTION

- Montant des honoraires des professionnels


ACCÈS AUX

- Reste de charge (RAC) +/- mutuelle complémentaire


- Refus direct (rendez-vous) ou indirect (réaction de documents réglementaires) de certains professionnels de santé de recevoir des patients précaires.
x 37% des personnes bénéficiant de la CMU-C ont renoncé aux soins lors de l͛année écoulée
x Personnes à faibles ressources : Santé au second plan, après logement, travail et alimentation.
Evaluer la situation médicale, psychologique et sociale
SCORE EPICES
1. Rencontrez-vous parfois un travailleur social ? 7. Êtes-vous allé au spectacle au cours des 12 derniers mois ?
2. Bénéficiez-vous d͛une assurance maladie complémentaire ? 8. Êtes-vous parti en vacances au cours des 12 derniers mois ?
SOCIALE

3. Vivez-vous en couple ? 9. Au cours des 6 derniers mois, avez-vous eu des contacts avec des membres de
4. Êtes-vous propriétaire de votre logement ? votre famille autres que vos parents ou vos enfants ?
5. Y a-t-il des périodes dans le mois où vous rencontrez de réelles 10. En cas de difficultés, y a-t-il dans votre entourage des personnes sur qui vous
difficultés financières à faire face à vos besoins ? puissiez compter pour vous héberger quelques jours ? ou aide matérielle ?
6. Vous est-il arrivé de faire du sport au cours des 12 derniers mois ?
Principaux problèmes de santé
- Pathologies cardio-vasculaires (HTA) - Infections (IST - <͙Ϳ
- Maladies métaboliques : Diabète - Obésité - Intoxication au CO
- Consommations : Alcool - Tabac - Carences en ǀŝƚĂŵŝŶĞ͕ϵ͕ϭϮ͙͘
- Cancer - Problèmes dermatologiques
- Soins dentaires - Endocardite - Troubles psychiatriques
Mesures de protections
- Revenu de solidarité active :
x Résident en France (ou étrangers en situation régulière disposant d͛un titre de séjour avec permis de travail)
RSA x Âge t 25 ans (ou < 25 ans mais ayant travaillé au moins 2 ans au cours des 3 dernières années)
x Foyer de ressources inférieures à un revenu garanti
NB : Le bénéficiaire a le devoir de s͛inscrire dans un parcours d͛insertion sociale ou professionnelle.
- AAH : Allocation adulte handicapé
ALLOCATIONS - Allocation de solidarité pour les personnes âgées (minimum vieillesse)
- ALS : Allocation de logement social
Prise en charge des frais de santé
- Assurance maladie « de base » : Æ Demande auprès de la caisse primaire d͛͛assurance maladie (CPAM)
x Résident stable et régulier ininterrompu depuis 3 mois sur le territoire Français (Étranger avec titre de séjour en cours de validité ou
une attestation de dépôt de demande d͛asile)
Æ NB : Les SDF peuvent élire domicile auprès d͛un centre communal d͛action sociale ou d͛un organisme agréé par l͛autorité
COUVERTURE MALADIE préfectorale
UNIVERSELLE x Absence de couverture par un régime d͛assurance maladie obligatoire
CMU = PUMA x Ressources (pour une personne) :
хϴϲϰϰΦͬĂŶ͗Les assurés doivent s͛acquitter d͛une cotisation
фϴϲϰϰΦͬĂŶ͗ CMU de base gratuite
- Avantage : Ensemble des prestations en nature de l͛assurance maladie
- Inconvénient : Absence de prise en charge :
x Ticket modérateur - Dépassement d͛honoraire - Participation ĨŽƌĨĂŝƚĂŝƌĞ;ϭΦͿ- Forfait médical et hospitalier

21
- Assurance maladie complémentaire gratuite accordée pour 1 an : Æ Demande auprès de la CPAM, Caisse de la mutualité sociale
agricole ou du régime social des indépendants
x Résident stable et régulier ininterrompu depuis 3 mois sur le territoire Français (Étranger avec titre de séjour en cours de validité ou
CMU COMPLÉMENTAIRE une attestation de dépôt de demande d͛asile)
CMU-C x Ressources inférieures à un plafond au cours des 12 mois précédents en fonĐƚŝŽŶĚƵĨŽLJĞƌĚƵĚĞŵĂŶĚĞƵƌ;Z^ƐŽĐůĞ͙Ϳ
- Avantage : Ticket modérateur - Forfait hospitalier - Dépassements tarifaires pour prothèse dentaire et appareillage (lunettes) - Tiers
payant
- Inconvénient : La participation forfaitaire ;ϭΦͿ et la franchise médicale sont à la charge du patient
NB : Renouvèlement NON AUTOMATIQUE demandé 2 mois avant la date de fin d͛attribution
- Conditions pour y prétendre : Gratuite accordée pour 1 an
x Étranger en situation IRRÉGULIÈRE résident de manière stable et ininterrompue > 3 mois
AIDE MÉDICALE DE L͛ÉTAT x Absence de couverture maladie
(AME) x Ressources inférieures au plafond de la CMU-U
- Avantage : Prise en charge à 100% des soins médicaux et d͛hospitalisation dans la limite des tarifs de la sécurité sociale sans avoir à
avancer les frais
- Possibilité de faire une demande d͛asile médical à l͛ARS si impossibilité de soins dans son pays d͛origine.
NB : Renouvèlement NON AUTOMATIQUE
Dispositifs de soins
Prise en charge en urgence
Dans tous les cas, il est interdit de refuser des soins à un patient au prétexte qu͛il ne peut pas les payer (directement ou indirectement).
On peut toujours hospitaliser pour raison médicale un patient, même sans droit ou statut, en lui accordant la protection du secret médical, en application des « dispositifs
de prise en charge des soins urgents mettant en jeu le pronostic vital ou pouvant conduire à une altération grave et durable de l͛état de santé d͛une personne ou d͛un
enfant à naître. »
Dispositifs spécifiques

Programme régional pour l͛accès à la prévention et au soin (PRAPS)

- Hôpitaux publics & privés participant au service public hospitalier : Cellule de prise en charge médico-sociale :
PERMANENCES D͛ACCÈS AUX x Consultations externes - Actes diagnostiques & thérapeutiques - Traitement délivré gratuitement - Contraception - IVG - Accueil
SOINS DE SANTÉ d͛enfant
PASS x Accès au système hospitalier
x Accompagnement dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de leur droit, notamment pour leur couverture sociale
- Établissements médico-sociaux : Accueil temporaire des personnes pour les soins
x Prise en charge sanitaire de type lit d͛infirmier
LITS HALTE SOINS SANTÉ x Évaluation de l͛adéquation du traitement avec les conditions de vie du patient
LHSS x Évaluation sociale avec possibilité d͛orientation vers une structure d͛hébergement pérenne et, si nécessaire, un soutien psycho-
éducatif.
- CCAS : Centres communaux d͛action sociale
- CPAM : Assistances sociales des caisses primaires d͛assurance maladie
SERVICES SOCIAUX
- CARSAT : Caisse d͛assurance retraite et de la santé au travail
- Assistantes sociales
SAMU SOCIAL - Téléphone : 115
- ATD Quart-monde, Croix-RŽƵŐĞ͕^ĞĐŽƵƌƐĐĂƚŚŽůŝƋƵĞ͕^ĞĐŽƵƌƐƉŽƉƵůĂŝƌĞ͙
ASSOCIATIONS - ZĞƐƚŽƐĚƵĐƈƵƌ- Banque alimentaire, Planning familial
- Immigrés : CIMADE, COMEDE
- Centre d͛examen de santé de l͛assurance maladie : Bilans de santé gratuits aux assurés sociaux du régime général, précarité, AME
AUTRES - Centres de dépistage anonymes et gratuits
- Centre référent de santé mentale
- Service de santé universitaire

LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES EN SITUATION DE PRÉCARITÉ EST UN DÉVOIR DÉONTOLOGIQUE.

22
LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES PRODUITS DESTINÉS À L͛HOMME - VEILLE SANITAIRE - Item 177
Programme national sécurité des patients (PNSP)
Définition
SÉCURITÉ SANITAIRE Protection de la santé de l͛homme contre les risques induits par le fonctionnement de la société (alimentaire, environnement, sanitaire)
Situation imprévue & complexe, présentant un caractère de gravité potentielle ou avérée nécessitant des actions immédiates avec des
CRISE SANITAIRE
moyens de gestion exceptionnels
Processus continu de recueil, d͛identification, d͛évaluation et d͛investigation des risques d͛évènements ou des évènements indésirables
VEILLE SANITAIRE
de toutes natures, associés à une menace potentielle pour la santé humaine.
VIGILANCE SANITAIRE Dispositifs réglementés de surveillance des évènements indésirables et des incidents survenant chez l͛homme
PRODUITS DE SANTÉ Médicaments - Produits biologiques - Dispositifs médicaux - Produits cosmétiques et tatouages
Principes de sécurité sanitaire
- Les professionnels, les autorités sanitaires, les gestionnaires doivent disposer d͛une capacité de détection et d͛analyse des
PRINCIPE D͛ÉVALUATION
risques : Evaluation des actes a priori et a posteriori
- Absence de certitude, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l͛adoption de
PRINCIPE DE PRÉCAUTION mesures visant à prévenir a priori un risque de dommages graves et irréversibles à la société à un coup économiquement
acceptable.
PRINCIPE D͛IMPARTIALITÉ - Indépendance des autorités et des professionnels de santé, absence de lien financier entre les experts et les industriels
- Information de la population doit être effective, de même que les échanges et la controverse entre scientifiques, associations et
PRINCIPE DE TRANSPARENCE
autorités sanitaires
Agences de surveillance et alerte sanitaire

ANSM
InVS ANSES
Agence Nationale de
Sécurité du ASN Toxivigilance Agence Nationale de
Médicament et des ABM Sécurité Sanitaire, de
Agence de sûreté Infections associées l'alimentation, de
dispositifs médicaux Agence de nucléaire aux soins l'envrionnement et du
Pharmaco - Matério - Biomédecine Évènements Maladies à travail
Hémo - Bio - AMP vigilance significatifs de déclaration
Réactovigilance Pharmacovigilance
radioprotection obligatoire vétérinaire
Pharmacodépendance Intoxication au CO Nutrivigilance
Cosmétique-Tatouage

CIRCUITS DE DÉCLARATION DES VIGILANCES SANITAIRES GÉRÉES PAR L͛InVS

TOXICOVIGILANCE INFECTIOVIGILANCE MALADIE À DÉCLARATION OBLIGATOIRE

Infections nosocomiales (IN) graves


LOCAL

- Ayant entrainé un décès


Cas d'intoxication Evénement pouvant avoir un impact sur la santé publique
- Bactérie multi-résistante (BMR)
- IN liée à un germe présent dans l͛eau
INFORMATION par Professionnel de santé PRÉ-SIGNALEMENT à l͛équipe d͛hygiène hospitalière SIGNALEMENT NOMINATIF urgent par Professionnel de
& Public puis SIGNALEMENT par Professionnel de santé santé puis NOTIFICATION NOMINATIVE* non urgent
ARLIN (n=26) *Anonyme pour le VIH - VHB
Antenne régionale de lutte
Plate-forme régionale de veille et d'urgence sanitaire
CAPTV contre les infections CVAGS (ARS)
RÉGIONAL

Centre d'anti-poison et de toxicovigilance nosocomiales Cellules de veille,


(n=10) CCLIN d'analyse et de gestion CVAGS (ARS) CIRE (n=17)
- Réponse téléphonique Centre de coordination de la sanitaire Cellules de veille, Cellule inter-régionale d'épidémiologie
- Saisie des cas d'intoxications lutte contre les infections d'analyse et de - Surveillance épidémiologique
nosocomiales (n=5) gestion sanitaire - Expertise

INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE (InVS)


NATIONAL

= INPES + EPRUS (Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires)


- Surveillance épidémiologique
- Signalement d'alertes
- Contribution à la gestion des situations de crise

23
CIRCUIT DE DÉCLARATION DES HUIT VIGILANCES SANITAIRES GÉRÉES PAR L͛ANSM

PHARMACOVIGILANCE PHARMACO-DÉPENDANCE & HÉMOVIGILANCE MATÉRIOVIGILANCE COSMÉTOVIGILANCE & BIOVIGILANCE


ADDICTOVIGILANCE PRODUIT DE TATOUAGE
Receveur : Tout événement indésirable Tout accident ou risque d͛accident Tout effet indésirable lié à Effet indésirable sur un produit issu
Tout effet indésirable lié à un Tout cas de pharmacodépendance ou
Donneur : Tout événement indésirable sur un dispositif médical l͛utilisation de cosmétiques ou du corps humain in vitro
médicament d͛abus grave

LOCAL
grave produits de tatouage
- Déclaration par les professionnels de santé au correspondant local de PV Signalement par les professionnels de Signalement par les professionnels Signalement par les professionnels
Déclaration par les professionnels
- Déclaration par les organismes/entreprises exploitant le médicament. santé à la correspondance locale de santé à la correspondance locale de santé à la correspondance
de santé
d͛hémovigilance de réactovigilance locale de biovigilance

CRPV CEIP Déclaration par le correspondant local


Centre régional de Centre d͛évaluation et d͛information sur de l͛hémovigilance au coordonnateur Déclaration par le correspondant Déclaration par le correspondant
pharmacovigilance la pharmacodépendance. régional d͛hémovigilance (CRH) local local

RÉGIONAL
ANSM : AGENCE NATIONALE DE SÉCURITÉ DU MÉDICAMENT ET DES DISPOSITIFS MÉDICAUX.

Evaluation

NATIONAL
Mesure d͛alerte

24
ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES - Item 180
2018
Définition
MALADIE PROFESSIONNELLE - La maladie est la conséquence directe de l͛exposition d͛un travailleur à un risque physique, chimique ou biologique ou résulte des
Chronique conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle Æ Conditions mentionnées dans les « tableaux »
- « Accident de travail, quel qu͛en soit la cause, l͛accident survenu par le fait ou à l͛occasion du travail, à toute personne salariée ou
ACCIDENT DU TRAVAIL
travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chef d͛entreprise. »
Aigu
Æ L͛employeur est soumis à une obligation de résultats en matière de prévention des risques.
Maladies professionnelles indemnisables
Tableau de maladie professionnelle
Colonne n°3
Colonne n°1 Colonne n°2
Métiers ou postes professionnels susceptibles de
Maladie Délai de prise en charge
provoquer l͛affection
Présomption d͛origine (ou d͛imputabilité)
Maladie, délai de prise en charge ou exposition au risque, répond aux 3 conditions du tableau sans qu͛il soit nécessaire d͛en apporter la preuve.
Système complémentaire de réparation
- Maladie inscrite dans le tableau de MP mais qu͛une ou plusieurs conditions administratives requises ne sont pas remplies et s͛il est établi que la maladie est
directement causée par le travail habituel de la victime.
- Maladie n͛est pas désignée dans un tableau mais il est établi qu͛elle est directement et essentiellement causée par le travail habituel de la victime.
Æ Le travailleur (ou ses ayants-droit) peut bénéficier d͛une prise en charge au titre de MP après avis du CRRMP (Comité Régional de Reconnaissance des MP)

RECONNAISSANCE D'UNE MALADIE PROFESSIONNELLE POUR UN SALARIÉ DU RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

Déclaration de Maladie Professionnelle par le patient lui-même


Certificat médical initial (CMI) rédigé par un médecin
Attestation de salaire

Service AT/MP de la CPAM


dans les 15 jours qui suivent la cessation de travail

Enquête administrative +/- Expertise médicale


Réalité de l'exposition - Durée de l'exposition - Délai de prise en charge
Respect des 3 colonnes du tableau ?

NON
OUI
Système complémentaire

Reconnaissance par Conditions administratives Conditions médicales non


présomption d'origine non remplies : Alinéa 3 remplies : Alinéa 4

CRRMP CRRMP

L͛EMPLOYEUR N͛INTERVIENT PAS DANS LA PROCÉDURE


NB : Les travailleurs indépendant ne peuvent pas bénéficier de la reconnaissance en MP indemnisable par leur régime de couverture sociale, sauf :
- Souscription d͛une assurance complémentaire couvrant le risque AT/MP
- Exposition survenue lors d͛un précédent emploi salarié
- Maladie secondaire à l͛inhalation de fibres d͛amiante Æ FIVA
MODALITÉS DE PRESTATIONS APRÈS LA RECONNAISANCE D'UNE MALADIE PROFESSIONNELLE
+/- RECONNAISANCE DE TRAVAILEUR HANDICAPÉ AUPRÈS DE LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES (MDPH)

Décès Indemnité journalière pendant la période d'INCAPACITÉ TOTALE DE TRAVAIL (ITT)


Rente aux ayants-droit = J1-J28 : 60% du salaire - > J29 : 80% du salaire

Consolidation (avec séquelles)


Guérison sans séquelle
Rédaction d'un certificat médical final (CMF)

Taux d'incapacité partielle permanente (IPP) par MÉDECIN CONSEIL

IPP < 10% : Indemnité en capital (Ex : Salaire x 0,5 IP)


IPP t 10% : Rente mensuelle ou trimestrielle À VIE.
IPP > 40% : Rente et autres

25
MALADIES RESPIRATOIRES D͛ORIGINE PROFESSIONNELLE
MROP
- Asthme immunologique à période de latence +/- IgE-dépendant.
- Asthme non immunologique : Syndrome d͛irritation aigu bronchique (= syndrome de Brooks)
- Asthme aggravé par le travail Délai de prise en
Æ Métiers concernés : charge = 7 jours
ASTHME PROFESSIONNEL 1. Boulanger-pâtissier (homme) : farine de céréale - alpha-amylase - cellulase - acariens de farine - blatte
10 à 15% des asthmes 2. Métiers de la santé (femme) : 10% : Latex - Aldéhyde - Oxydes d͛ĠƚŚLJůğŶĞ͙
3. Coiffeur (femme) : Persulfate alcalin - Teinture ĐĂƉŝůůĂŝƌĞ͙
4. Peintre au pistolet dans l͛industrie automobile : Isocyanates
5. Travailleurs du bois : Bois exotique - Colles - Vernis (Isocyanates)
6. Métiers de nettoyage : Acariens - Latex (gant) - Ammoniums quaternaires des détergents - Amines aliphatiques
Æ Métiers concernés :
1. Secteur minier : Silice cristalline - Mine de charbon - Mines de fer, d͛or de potasse
BPCO 2. Secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) : Silice - Poussière de ciment - Gaz - Vapeurs - Fumées
10 à 15% des BPCO 3. Fonderie & sidérurgie : Silice - Métaux - Oxyde de soufre - Fortes températures
4. Industrie textile : Poussières végétales (coton, lin, chanvre)
5. Milieu agricole : Poussières végétales - Pneumallergiques - Micro-organismes bactériens, fongiques, endotoxines - Silos
MÉSOTHÉLIOME Æ Déclaration obligatoire : Amiante Cf. item Cancer broncho-pulmonaire
CANCERS
PROFESSIONNELS CANCER BONCHIQUE - Amiante - Silice cristalline - Hydrocarbure aromatique polycyclique - Arsenic - Éther - Chrome - Nickel
PRIMITIF - Cobalt + carbure tungstène
- Inhalation d͛antigène organique
PNEUMOPATHIE Æ Métiers concernés :
D͛HYPERSENSIBILITÉ 1. Maladie des éleveurs d͛oiseaux
2. Maladie des engrais & compost
PNEUMOPATHIES 3. Maladie des champignonnistes
INTERSTITIELLES DIFFUSES SILICOSE - Silice cristalline
BÉRYLIOSE - Béryllium
SIDÉROSE - Oxyde de fer
ABESTOSE - Amiante

MINIMUM DE TRAVAILLEURS HANDICAPÉS dans une entreprise pour ne pas payer d͛amende : 6%

Déclaration en maladie professionnelle

ACCIDENT DE TRAVAIL

Æ Avantage de reconnaissance en « accident de travail »


- Indemnités journalières plus élevées que si « arrêt simple »
DÉCLARATION D'UN ACCIDENT DE TRAVAIL
- Gratuité des soins = Tiers payant
- Si séquelles : Rente ou capital
- Aide à la reconversion si besoin
Déclaration d'accident de travail par le patient lui même dans les 24h Æ En cas de reprise du travail après arrêt pour « AT » si > 30 jours
- Visite de « pré-reprise »
(sauf impossibilité absolue) à l' employeur
x Déterminer si aménagement de poste nécessaire
x Comprendre les circonstance de l͛accident Æ Prévention
Déclaration de l'accident de travail par l'employeur à la CPAM dans les 48h x +/- Demander un avis complémentaire spécialisé
après la prise de connaissance de l'accident - +/- RQTH - SAMETH (service d͛aide au maintien dans l͛emploi
des travailleurs handicapés)
- Visite de réévaluation (à la demande)

CERTIFICAT MÉDICAL INITIAL (CMI) par le MÉDECIN TRAITANT


2 premiers volets
Peut être rédigé par tout médecin sur un formulaire CERFA ou sur papier libre
- Nom de la maladie suspectée
- Date du 1er symptôme ou 1er examen paraclinique anormal
- ITP : Incapacité temporaire partielle = Durée durant laquelle le patient ne peut reprendre le TRAVAIL
- ITT : Incapacité TOTALE de TRAVAIL = Durée durant laquelle le patient présente une gêne MAJEURE dans les GESTES DE LA VIE COURANTE = VALEUR JURIDIQUE
x Attention, l͛ITT ne correspond pas à la durée de l͛arrêt de travail, ni à la durée totale des soins.
- +/- Prescription d͛un temps partiel thérapeutique avec accord du médecin du travail, médecin de la Sécurité sociale et de l͛employeur
- 4 exemplaires :
x 1 & 2 : CPAM - 3 : Victime - 4 : Arrêt de travail remis à la victime, qui le transmet à son employeur
NB : Il n͛est pas nécessaire que le médecin ait la certitude de son origine professionnelle
La caisse d͛assurance maladie (CPAM) adresse une copie de la déclaration de MP à l͛employeur et à l͛inspection du travail sans y joindre le CMI.
- Feuille AT/MP pour la gratuité des soins
- Délai de 3 mois pour statuer sur la demande
- +/- Avis CRRMP (Comité régional de reconnaissance des MP) pour les pathologies ne remplissant pas les critères du tableau de MP.
- Informe l͛employeur et l͛inspecteur du travail en charge de la surveillance de l͛entreprise

26
BONUS - TRANSVERSALITÉ

Suivi professionnel ou post-exposition


- Dépister des pathologies PRÉVISIBLES après demande de SUIVI POST-PROFESSIONNEL avec attestation d͛exposition remplie par l͛employeur et le médecin du
travail Æ Vérification de la demande par le médecin conseil de la CPAM.
- Prise en charge par la SÉCURITÉ SOCIALE
- Réalisée par le médecin traitant (et non la médecine du travail)

SURVEILLANCE POST-PROFESSIONNELLE & DROITS SOCIAUX POUR LES MALADES LIÉS À L͛AMIANTE.

Suivi post-professionnel par le médecin traitant : Examen clinique pneumologique /2 ans (SANS EFR, ni RT) + TDM thoracique non injecté /5 à 10 ans
+ 30 ans (exposition intermédiaire) ou + 20 ans (exposition forte) après le début de l͛exposition
BUT : Dépistage des pathologies BÉNIGNES (Pas de dépistage du mésothéliome ou CBP car intervalle entre 2 TDM trop longue)
Æ MALADIES LIÉES à l͛EXPOSITION à l͛AMIANTE :
x Fibrose - Plaques pleurales - Épaississements pleuraux - Pleurésies asbestosiques
x Cancer broncho-pulmonaire
x Mésothéliome
x +/- Cancer colo-rectal - Cancer du larynx - Cancer de l͛ovaire (non inscrit dans les tableaux mais pouvant bénéficier d͛une réparation par CRRMP)
- Reconnaissance en MALADIE PROFESSIONNELLE pour les travailleurs salariés.
- Indemnisation par la FIVA (Fonds d͛Indemnisation des Victimes de l͛Amiante)
= Organisme d͛état financé par une contribution d͛état dont le montant est fixé chaque année par la loi de finances et par une contribution de la branche AT/MP du
Régime Général de la Sécurité Sociale.
x Indemnisation des victimes (ou ayants-droit) d͛une maladie de l͛amiante :
Contaminées sur le territoire Français
Maladies professionnelles ou environnementales
Travailleur salarié, artisan ou indépendant
NB : La FIVA n͛offre par contre pas de couverture de soins.
ALLOCATION DE CESSATION ANTICIPÉE D͛ACTIVITÉ DES TRAVAILLEURS DE L͛AMIANTE (ACAATA) dès 50 ans pour les travailleurs salariés

TDM injecté : Mésothéliome = Épaississement nodulaire et tissulaire irrégulier de


Plaques calcifiéesƌĠŐƵůŝğƌĞƐƐƵƌůĂƉůğǀre diaphragmatique la plèvre à gauche avec envahissement du médiastin

SURVEILLANCE POST-PROFESSIONNELLE DES MALADIES LIÉES À LA POUSSIÈRES DE BOIS (CANCER DE L͛ETHMOÏDE)

- Facteurs de risque : Poussière de bois - Chrome - Nickel


- Nasofibroscopie + Examen ORL /2 ans
- Durée minimale d͛exposition cumulée = 1 an
- Temps de latence minimale : 30 ans

SURVEILLANCE POST-PROFESSIONNELLE DES MALADIES LIÉES AUX HYDROCARBURES POLYCYCLIQUES OU AMINES AROMATIQUES CANCÉROGÈNES
(CANCER DE LA VESSIE)
- BU avec cytologie urinaire recommandée /6 mois
- Durée minimale d͛exposition cumulée > 1 an (ou < 1 si risque élevé)
- Temps de latence minimale : 20 ans

VISITE DE REPRISE à la MÉDECINE DU TRAVAIL


CONGÉ DE MATERNITÉ - Visite de reprise OBLIGATOIRE
MALADIE PROFESSIONNELLE - Visite de reprise OBLIGATOIRE
ACCIDENT DU TRAVAIL - Visite de reprise OBLIGATOIRE suite à une absence > 30 jours
MALADIE OU ACCIDENT NON PROFESSIONNEL - Visite de reprise OBLIGATOIRE suite à une absence > 30 jours
ABSENCES RÉPÉTÉES POUR RAISON DE SANTÉ - Pas de visite de reprise obligatoire

27
IDENTIFICATION ET GESTION DES RISQUES LIÉS AUX MÉDICAMENTS, BIOMATÉRIAUX, RISQUES IATROGÈNES ET ERREURS MÉDICAMENTEUSES - Item 322

Définition
MÉDICAMENTS « Toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l͛égard des maladies humaines ou animales,
Code de la Santé ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l͛homme ou l͛animal ou pouvant leur être administrée, en vue d͛établir un
Publique L. 5111-1 diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou
métabolique. »
BIOMATÉRIAUX « Matériau non vivant, utilisé dans un dispositif médical et conçu pour interagir avec des systèmes biologiques, qu͛il participe à la constitution d͛un
Consensus de appareillage à visée diagnostique ou à celle d͛un substitut de tissu ou d͛organe, ou encore à celle d͛un dispositif de suppléance (ou assistance)
Chester fonctionnelle »
DISPOSITIF « Tout instrument, appareil, équipement, matière, produit (à l͛exception des produits d͛origine humaine), ou autre article utilisé seul ou en association,
MÉDICAL y compris les accessoires et logiciels intervenant dans son fonctionnement, destiné par le fabriquant à être utilisé chez l͛homme à des fins médicales et
Code de la SP dont l͛action principale voulue n͛est pas obtenue par des moyens pharmacologiques ou immunologiques ni par métabolisme, mais dont la fonction peut
L. 5111-1 être assistée par de tels moyens. »
Mécanisme des principales pathologies induites par les médicaments

MÉCANISME IMMUNO-ALLERGIQUE IDIOSYNCRASIQUE


MÉCANISME TOXIQUE
Apparition après un 1er contact avec le Effet on fonction de la particularité
Lié à la dose et/ou durée du médicament
médicament ou dispositif médical (génétique) de la personne donnée

Il est difficile de faire la différence entre un phénomène immuno-allergique et idiosyncrasique !

PHARMACO-VIGILANCE
Surveillance du risque d͛effets indésirables résultant de l͛utilisation des médicaments et produits à usage humain.
Objectifs Quoi déclarer ?
- Signalement des effets indésirables & recueil des informations les concernant - Effets indésirables suspectés d͛être dus à un médicament y compris en cas de
- Enregistrement, évaluation et exploitation de ces informations dans un but de surdosage, mésusage, abus et erreur médicamenteuse.
prévention x Si AMM : Déclaration des EI dans l͛usage conforme et non-conforme.
- Réalisation d͛études ou de travaux concernant la sécurité d͛emploi des - Effets indésirables liés à une exposition professionnelle
médicaments - Recueil des informations les concernant
Qui déclare ?
- Médecins, sages-femmes, chirurgiens-dentistes & pharmaciens : OBLIGATION de déclaration immédiate
- Tout autre professionnel de santé ayant observé un effet indésirable susceptible d͛être dû à un médicament ou à un produit peut également en faire la déclaration.
- Les patients et associations agréées de patients peuvent déclarer les effets indésirables suspectés d͛être dus à un médicament ou à un produit de santé dont ils ont
connaissance.
À qui déclarer ?
Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) par voie postale ou courrier électronique, qui transmettra ensuite les information à l͛Agence nationale de sécurité du
médicament et des produits de santé (ANSM)
Quelles informations déclarer ?
Æ Déclaration sur le formulaire Cerfa 10011-04 ou à défaut sur papier libre
- Source identifiable (le déclarant)
- Patient identifiable : sexe - âge - poids - taille - d͙͘
- Nom du produit suspecté - Numéro de lot
- Nature de l͛effet indésirable

PHARMACO-DÉPENDANCE = ADDICTO-VIGILANCE MATÉRIO-VIGILANCE


Toute substance, à l͛exclusion de l͛alcool et du tabac. Surveillance des dispositifs médicaux
Déclaration des incidents graves, sans délai, à l͛Agence nationale de sécurité du
Centre d͛évaluation et d͛information sur la pharmacodépendance (CEIP)
médicament et des produits de santé (ANSM)
ANSM coordonne l͛action des CEIP
Si incident non grave : déclaration / 3 mois
Identifier et prévenir les erreurs médicamenteuses et celles du circuit du médicament
Circuit du médicament
Phase Qui ? Actions
Prescription Médecin - ƵƚƌĞƐƉƌĞƐĐƌŝƉƚĞƵƌƐ͙ Anamnèse - Examen clinique - Prescription d͛examens complémentaires - Ordonnance
Connaissance du contexte médical et de l͛historique médicamenteux
Analyse de la prescription de l͛ensemble des traitements
Dispensation Pharmacien - Préparateur en pharmacie
Préparation
Délivrance des médicaments
Administration Soignant - médecin - Patient Préparation - Contrôle - Administration correcte - Enregistrement de l͛administration
Suivi & réévaluation Soignant - Médecin - Patient - Pharmacien Suivi biologique & clinique - Suivi des actes de soins - Observance - Balance B/R
Erreur médicamenteuse = Événement indésirable +/- responsable d͛effets indésirables.
= Erreur non intentionnelle d͛un professionnel de santé, d͛un patient ou d͛un tiers, selon le cas, survenue au cours du processus de soins impliquant un médicament ou un
produit de santé, notamment lors de la prescription, de la dispensation ou de l͛administration.
- Erreur avérée : Administration au patient d͛un médicament erroné, d͛une dose incorrecte, par une mauvaise voie, ou selon un mauvais schéma thérapeutique.
- Erreur potentielle : Erreur interceptée avant l͛administration du produit au patient
- Erreur latente : Observation témoignant d͛un danger potentiel pour le patient (risque d͛erreur)
Analyse a posteriori permet de caractériser et qualifier la nature, type, gravité et conséquence de l͛erreur.
Erreur médicamenteuse ayant entraîné un effet indésirable : Centre régional de pharmacovigilance (CRPV)
Erreur médicamenteuse avérée ou potentielle sans effet indésirable : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

28
C
Abréviation C. : Clinique
CAE : Conduit auditif externe
CAV : Canal atrio-ventriculaire
CBC : Carcinome basocellulaire
A CBH : Claude Bernard Horner
AA : Air ambiant CBP : Cancer broncho-pulmonaire
AAA : Anévrisme de l’aorte abdominale CBNPC : Cancer bronchique non à petites cellules
AAG : Asthme aigu grave^ CBPC : Cancer bronchique à petites cellules
AAP : Anti-agrégant plaquettaire CCNE : Comité Consultatif National d’Ethique
Ac : Anticorps CCQ : Céphalée chronique quotidienne
ACM : Artère cérébrale moyenne CCR : Cancer colo-rectal
ACP : Artère ciliaire postérieure CDAPH : Commission Départementale des Droits et de l’Autonomie des
ACR : Arrêt cardio-respiratoire Personnes Handicapées
AD : Autosomique dominant CE : Corps étranger
ADC : Apparent Diffusion Coefficient CE (Dermatologie) : Carcinome épidermoïde
ADK : Adénocarcinome CEC : Circulation extra-corporelle
ADP : Adénopathie CECOS : Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humain
AEEH : Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé CEE : Choc électrique externe
AEG : Altération de l’état général CEP : Contraception œstro-progestative
AINS : Anti-inflammatoire non stéroïdien CIN : Néoplasie intra-épithéliale cervicale
AIT : Accident ischémique transitoire CGR : Culot de globules rouges
AJPP : Allocation journalière de présence parentale CGTC : Crise généralisée tonico-clonique
AL : Anesthésie locale CHB : Cancer hépato-biliaire
AG : Anesthésie générale CHC : Carcinome hépato-cellulaire
Ag : Antigène Chrm : Chromosome
AHAI : Anémie hémolytique auto-immune CI : Contre-indication
AM : Arrêt maladie CIA : Communication inter-atriale
AMIR : Anomalie micro-vasculaire intra-rétinienne CIV : Communication inter-ventriculaire
AMH : Hormone anti-müllérienne CIVD : Coagulation intra-vasculaire disséminée
AMM : Autorisation de mise sur le marché CL : Chaine légère
AMP : Aide médicale à la procréation CLU : Cortisol libre urinaire
AMS (Neurologie): Atrophie multi-systématisée CMD : Cardiomyopathie dilatée
AMS (HGE) : Artère mésentérique supérieure CMI : concentration minimale inhibitrice
AOMI : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs CML : Cellules Musculaires Lisses
APLV : Allergie aux protéines de lait de vache CMO : Cardiomyopathie obstructive
APS : Antipaludéen de synthèse CMR : Cardiomyopathie restrictive
AR : Autosomique récessif CNGOF : Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français
ARV : Anti-rétroviral CN : Colique néphrétique
ASP : Abdomen sans préparation CNO : Complément nutritionnel oral
AT : Arrêt de travail/ Accident de travail COP : Contraception oestro-progestative
ATB : Antibiotique CPA : Cellules présentatrices d’antigènes
ATCD : Antécédent CPAM : Caisse primaire d’assurance maladie
ATL : Anti-leucotriène CPC : Cavités pyélocalicielles
ATS : Antithyroïdien de synthèse CPDPN : Centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal
ATU : Autorisation temporaire d’utilisation CPP : Canal pancréatique principal
AV : Acuité visuelle CPRE : Cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique
AVB : Accouchement voie basse CRCM : Centre de ressource et de compétence de la mucoviscidose
AVC : Accident vasculaire cérébral CSI (Pneumologie) : Corticostéroïdes inhalés
AVF : Algie vasculaire de la face CSH : Cellule souche hématopoïétique
AVK : Anti vitamine K CST : Coefficient de saturation en transférine
AVP : Accident de la voie publique CT : Chimiothérapie
CTA : Céphalée trigémino-autonomique
CU : Contraction utérine
B CV : Champ visuel/ Cardio-vasculaire
BAAR : Bacille acido-alcoolo-résistant CVC : Circulation veineuse collatérale
BAT : Biopsie de l’artère temporale
BAV (Ophtalmologie) : Baisse d’acuité visuelle

BAV (Cardiologie) : Bloc atrio-ventriculaire D
BBD : Bloc de branche droit DA : Dermatite atopique
BBG : Bloc de branche gauche DAI : Défibrillateur automatique implantable
BDCA : Bronchodilatateur de courte durée d’action DAT : Diamètre abdominal transverse
BIP : Diamètre bipariétal DBAI : Dermatose bulleuse auto-immune
BGN : Bacille gram négatif DC : Décès
BGP : Bacille Gram positif DDB : Dilatation des bronches
BGSA : biopsie des glandes salivaires accessoires DDG : Date de début de grossesse
BHC : Bilan hépatique complet DDR : Date des dernières règles
BHE : Barrière hémato-encéphalique DDVG : Diamètre diastolique du ventricule gauche
BHR : Barrière hémato-rétinienne DEC : Déshydratation extracellulaire
BMR : Bactérie multi-résistante Del : Délétion
BOM : Biopsie ostéo-médullaire DEP : Débit expiratoire de pointe
BPCO : Broncho-pneumopathie chronique obstructive DFG : Débit de filtration glomérulaire
BSA : Bloc sino-atrial DFT : Démence fronto-temporale
BUD : Bilan urodynamique
BZD : Benzodiazépine DIC : Déshydratation intracellulaire
DICS : Déficit immunitaire combiné sévère
DICV : Déficit immunitaire commun variable

29
DIU : Dispositif intra-utérin
DG : Diabète gestationnel
G
DIU : Dispositif intra-utérin GAFA : Glaucome aigu par fermeture de l’angle
DLCO : Capacité de diffusion du CO GAJ : Glycémie à jeun
DLFT : Dégénérescence lobaire fronto-temporale GB : Globule blanc
DMLA : Dégénérescence maculaire liée à l’âge GDS : Gaz du sang
DMO : Densité minérale osseuse GEM : Glomérulopathie extra-membraneuse
DNF : Dégénérescence neurofibrillaire GEU : Grossesse extra-utérine
DO : Déclaration obligatoire GIU : Grossesse intra-utérine
DPC : Dilatation pyélocalicielle GPP : Glycémie post-prandiale
DPN : Diagnostic prénatal GR : Globule rouge
DR : Décollement de rétine
DRA : Détresse respiratoire aiguë

DRP : Désobstruction rhino-pharyngée H
DSVG : Diamètre systolique du ventricule gauche Hb : Hémoglobine
DT : Délirium tremens HBP : Hypertrophie bénigne de prostate
HBPM : Héparine de bas poids moléculaire
HCSP : Haut conseil de Santé Publique
E HD : Hémorragie digestive
EBM : Evidence based medicine HED : Hématome extra-dural
EBO : Endobrachyoesophage HGPO : Hyperglycémie provoquée par voie orale
ECA : Enzyme de conversion de l’angiotensine HIC : Hémorragie intra-cérébrale
ECBC : Examen cytobactériologique du crachat HID : Hyperhydratation intracellulaire
ECBU : Examen cytobactériologique des urines HIFU : Ultrasons Focalisés de Haute Intensité
ECG : Electrocardiogramme HIV : Hémorragie intra-vitréenne
ECTE : Electro-cardio-tocographie HLH : Hémianopsie latérale homonyme
ECT : Electro-convulsivo-thérapie HM : Hémorragie Méningée
EDC : Episode Dépressif Caractérisé HMG : Hépatomégalie
EEP : Examen électro-physiologique HMG (Diabétologie): Hyperglycémie modérée de la grossesse
EER : Epuration extra-rénale HMU : Hypermobilité urétrale
EFR : Exploration fonctionnelle respiratoire HNF (Hématologie): Héparine non fractionnée
EFS : Etablissement français du sang HNF (HGE) : Hyperplasie nodulaire focale
EIAI : Epine Iliaque Antéro inférieure HPN : Hémoglobinurie paroxystique nocturne
EIAS : Evènement indésirable grave associé aux soins HRB : Hyper-réactivité bronchique
EIAS (Anatomie) : Epine Iliaque Antéro Supérieure HRP : Hématome rétro-placentaire
EIC : Espace intercostal HSA : Hémorragie sous-arachnoïdienne
EMB : Ethambutol HSD : Hématome sous-dural
EMDR : Eye Movement Desensitization and Reprocessing Ht : Hématocrite
ENMG : Electro-neuro-myogramme HTA : Hypertension artérielle
EOG : Electro-oculogramme HTAP : Hypertension artérielle pulmonaire
EP : Embolie pulmonaire HTIC : Hypertension intracrânienne
EPF : Estimation du poids fœtal HTP : Hypertension portale
EPP : Electrophorèse des protéines plasmatiques HTO : Hypertension oculaire
EPS : Examen parasitologique des selles HU : Hauteur utérine
EPU : Electrophorèse des protéines urinaires HVD : Hypertrophie ventriculaire droite
ESA : Extrasystole auriculaire HVG : Hypertrophie ventriculaire gauche
ESV : Extrasystole ventriculaire HypoTSH : Hypothyroïdie
ETF : Echographie trans-fontanellaire
ETO : Echographie transœsophagienne

ETT : Echographie transthoracique I
EV : Espérance de vie I. : Insuffisance
EVA : Echelle Visuelle Analogique IA : Insuffisance aortique
IAH : Index d’apnée/hypopnée
aire
II : Secondaire
F IC : Insuffisance cardiaque
FA : Fibrillation atriale ICD : Insuffisance cardiaque droite
FAV : Fistule artério-veineuse ICSI : Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes
FC : Fausse couche ID : Immunodépression
FCS : Fausse couche spontanée IDE : Infirmier(e) diplômé(e) d’Etat
FCU : Frottis cervico-utérin IDM : Infarctus du myocarde
FCV : Frottis cervico-vaginal IDR : Intradermo-réaction
FdP : Facteur de protection IF : Immunofluorescence
FdR : Facteur de risque IFD : Immunofluorescence directe
FESF : Fracture de l’extrémité supérieure du fémur IFI : Immunofluorescence indirecte
FEVG : fraction d’éjection ventriculaire gauche IGH : Infection génitale haute
FFR : Fractional flow reserve (mesure de la réserve coronaire) IGRA : Test de relargage de l’interféron gamma
FID : Fosse iliaque droite IHC : Insuffisance hépatocellulaire
FIG : Fosse iliaque gauche IM : Intra-musculaire/ Insuffisance mitrale
FIV : Fécondation in vitro IMC : Indice de masse corporelle
FLQ : Fluoroquinolone IMSI : Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes
FMT : Fréquence maximale théorique morphologiquement sélectionnés
FO : Fond d’œil InVS : Institut de veille sanitaire
FOGD : Fibroscopie œso-gastro-duodénale INZ : Isoniazide
FOP : Foramen ovale perméable IOA : Infection ostéo-articulaire
FSH : Hormone folliculo-stimulante IOT : Intubation oro-trachéale
IOTF : International Obesity Task Force
IP : Indice de Pearl
IPD : Inter-phalangienne distale
30
IPP (Rhumatologie) : Inter-phalangienne proximale MISP : Médecin inspecteur de santé publique
IPP (HGE) : Inhibiteur de la pompe à protons MMH : Maladie des membranes hyalines
IPS : Index de pression systolique MN : Motoneurone
IR : Insuffisance rénale MNA : Mini Nutritional Assessment
IRA : Insuffisance rénale aiguë MNI : Mononucléose infectieuse
IRC : Insuffisance rénale chronique MO : Microscope optique/ Moelle osseuse
IRESPC : Insuffisant respiratoire chronique MP : Maladie professionnelle
IRF : Insuffisance rénale fonctionnelle MTP : Metatarso-phalangienne
IRM : Imagerie par résonnance magnétique MTR-PM : Métrorragie post-ménopause
IRT : Insuffisance rénale terminale MTV : Maladie thromboembolique veineuse
IST : Infection sexuellement transmissible MTX : Méthotrexate
ITK : Inhibiteurs de la tyrosine kinase MV : Murmure vésiculaire
ITL : Infection tuberculeuse latente
ITS : Immunothérapie spécifique

IU : Infection urinaire
IV : Intra-veineux
N
NAC : N-Acétylcystéine
IVA : Artère interventriculaire antérieure
NACO : Nouveaux anticoagulants oraux
IVG : Interruption volontaire de grossesse
NAV : Nœud atrio-ventriculaire
IVSE : Intra-veineux à la seringue électrique
NFS : Numération de la formule sanguine
NGC : Noyaux gris centraux
NHA : Niveau hydro-aérique
J NL : Neuroleptique
JDE : Jonction dermo-épidermique NO : Monoxyde d’azote
JLD : Juge des libertés et de la détention NOIAA : Neuropathie optique ischémique antérieure aiguë
JPDC : Jusqu’à preuve du contraire NORB : Névrite optique rétrobulbaire
JSC : Jonction squamo-cylindrique NPS : Neuropathie périphérique sensitive

K O
K. : Cancer OACR : Occlusion de l’artère centrale de rétine
OAP : Œdème aigu pulmonaire
OBACR : Occlusion de branche de l'artère centrale de la rétine
L OBVCR : Occlusion de branche de la veine centrale de la rétine
OCT : Optical Coherence Tomography
Lj : Lymphocytaire
ODM : Ostéodensitométrie osseuse
LA (Hématologie) : Leucémie aiguë
OGE : Organes génitaux externes
LA (HGE) : Liquide d’ascite
OH : Alcool
LAF : Lampe à fente
OMA : Otite Moyenne Aiguë
LAL : Leucémie aiguë lymphoïde
OMC : Œdème maculaire congestif
LAM : Leucémie aiguë myéloïde
OMI : Œdème des membres inférieurs
LBA : Lavage broncho-alvéolaire
OMS : Organisation mondiale de la santé
LCA : Ligament croisé antérieur
OPH : Ophtalmologie
LCC : Longueur crânio-caudale
OPP : Ordonnance de placement provisoire
LCH : Luxation congénitale de hanche
ORL : Oto-rhino-laryngologie
LCP : Ligament croisé postérieur
OSM : Otite séro-muqueuse
LCR : Liquide céphalo-rachidien
OVCR : Occlusion de la veine centrale de la rétine
LCS : Liquide cérébro-spinal
LED : Lupus érythémateux disséminé
LF (Pédiatrie) : Longueur fémorale
LF (Ophtalmologie) : Lampe à fente P
LH : Hormone lutéinisante PA : Pancréatite aiguë
LI : Libération immédiate PAC : Pneumopathie aiguë communautaire
LLC : Leucémie lymphoïde chronique PAD : Pression artérielle diastolique
LMMC : Leucémie myélo-monocytaire chronique PAF : Polypose adénomateuse familiale
Loco-R : Loco-régional PAG : Petit poids pour l’âge gestationnel
LP : Libération prolongée PAM : Pression artérielle moyenne
LT : Lymphocytes T PAP : Pression de l’artère pulmonaire
LVO : Ligature des varices œsophagiennes PAS : Pression artérielle systolique
PBH : Ponction biopsie hépatique
PBR : Ponction biopsie rénale
M PC : Pancréatite chronique/ Périmètre céphalique
PCH : Prestation de compensation du handicap
MAF : Mouvements actifs fœtaux
PCI : Produit de contraste iodé
MAI : Maladie auto-immune
PCT : Procalcitonine
MAP : Menace d’accouchement prématuré
PDC : Prise de contraste/ Produit de contraste
MAT : Micro-angiopathie thrombotique
PDF : Produit de dégradation de la fibrine
MAV : Malformation artério-veineuse
PE : Potentiel évoqué
MB : Membrane basale
PEAA : Potentiels évoqués auditifs automatisés
MCE : Massage cardiaque externe
PEAG : Pustulose exanthématique aiguë généralisée
MCP : Métacarpo-phalangienne
PEP : Pression expiratoire positive
MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées
PF : Paralysie faciale
MDS : Médicament dérivé du sang
PFC : Plasma frais congelé
ME : Microscope électronique
PIC : Pression intra-crânienne
MEC : Matrice extra-cellulaire
PIT : Primo infection tuberculeuse
MFIU : Mort fœtale in-utéro
PL : Ponction lombaire
MG : Médecin généraliste
PLP : Protéines de liaison des pénicillines
MICI : Maladie inflammatoire chronique de l’intestin
PLS : Position latérale de sécurité
MIN : Mort inexpliquée du nourrisson
PM : Pacemaker

31
PMA : Procréation médicalement assistée SAPL : Syndrome des anti-phospholipides
PMI : Protection maternelle et infantile SB : Substance blanche
PMZ : Pas mis zéro SBAU : Symptômes du bas appareil urinaire
PN : Polynucléaire/ Pyélonéphrite SC : Sous cutané
PNA : Pyélonéphrite aiguë SCB : Surface corporelle brûlée
PNB : Polynucléaire basophile SCM : Sterno-Cléido-Mastoïdien
PNEo : Polynucléaire éosinophile Sd. : Syndrome
PNL : Programmation Neurolinguistique Sd. MNO : Syndrome mononucléosidique
PNN : Polynucléaires neutrophiles SDE : Syndrome diurne excessif
PNO : Pneumothorax SDHA : Sulfate de Déhydroépiandrostérone
PNP : Pneumopathie SDRA : Syndrome de détresse respiratoire aiguë
PP : placenta prævia/ Post partum SDRC : Syndrome douloureux régional complexe
PPC (Rhumatologie) : Pyrophosphate de calcium Se : Sensibilité
PPC (Neurologie/ Pneumologie) : Pression positive continue SFR : Signes Fonctionnels Respiratoires
PPR : Pan-photocoagulation rétinienne SFU : Signes fonctionnels urinaires
PPSB : Complexe prothrombique humain SG (Neurologie) : Substance grise
PR : Polyarthrite rhumatoïde SG (Obstétrique) : Semaine de gestation
PRL : Prolactine SGA : Streptocoque du groupe A
Prlv : Prélèvement SGB : Streptocoque du groupe B
PRP : Diamètre promonto-rétro-pubien SHE : Syndrome d’hyper-éosinophilie myéloïde
PSDP : Pneumocoque de sensibilité diminuée à la Pénicilline SHU : Syndrome hémolytique et urémique
PSL : Produit sanguin labile SII : Syndrome de l’intestin irritable
PTH (Orthopédie) : Prothèse totale de hanche SMG : Splénomégalie
PTH (Endocrinologie) : Parathyroïde SMP : Syndrome myéloprolifératif
PTI : Purpura Thrombopénique idiopathique SNC : Système nerveux Central
PTT : Purpura thrombotique thrombocytopénique SNG : Sonde naso-gastrique
PVC : Pression veineuse centrale SNP : Système nerveux périphérique
PVD : Pays en voie de développement SOAS : Syndrome obstructif d’apnée du sommeil
PZA : Pyrazinamide SOPK : Syndrome des ovaires polykystiques
Sp : Spécificité
SPA : Spondylarthrite ankylosante
Q Spz : Spermatozoïde
SRIS : Syndrome de réponse inflammatoire systémique
Q : Débit
SRO : Sachet de réhydratation orale
Ssi : Si et seulement si
SU : Sonde urinaire
R SPUPD : Syndrome polyuro-polydipsique
R. : Récepteur/ Résultat
RA : Rétrécissement aortique
RAA : Rhumatisme articulaire aigu
RAC : Rapport Albuminurie/Créatininurie
T
T° : Température
RAI : Recherche d’agglutinines irrégulières
T4F : Tétralogie de Fallot
RAU : Rétention aiguë d’urine
TA : Tension artérielle
RCF : Rythme cardiaque fœtal
TAC : Traitement anti-coagulant
RCH : Rectocolite Hémorragique
TAP : Thoraco-abdomino-pelvien
RCIU : Retard de croissance intra-utérin
Tb. : Trouble
RCP : Réunion de concertation pluridisciplinaire
TC : Tronc cérébral/ Traumatisme crânien
RCP (Neurologie) : Réflexe cutanéo-plantaire
TCA (Psychiatrie) : Trouble du Comportement Alimentaire
RCT = IDR
TCA (Hématologie) : Temps de recoloration cutanée/ Temps de céphaline
RCT : Rapport cardio-thoracique
activée
RCT (Hépato-gastro) : Rupture cardio-tubérositaire
TCP : Tube contourné proximal
RDNP : Rétinopathie diabétique non proliférante
TCD : Tube contourné distal
RF : Radiofréquence
TD (Gastro-entérologie) : Tube digestif
RGO : Reflux gastro-œsophagien
TD (Néphrologie) : Tubules distaux
Rh : Rhésus
TDAH : Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité
RHD : Règles hygiéno-diététiques
TdC : Trouble de conduction
RHJ : Reflux hépato-jugulaire
TDM : Tomodensitométrie (Scanner)
RM : Retard Mental/ Rétrécissement mitral
TdR : Trouble du Rythme
RMP : Rifampicine
TDR : Test de diagnostic rapide
RP : Rhinopharyngite
THM : Traitement hormonal de la ménopause
RPM (Obstétrique) : Rupture prématurée des membranes
THS : Traitement hormonal substitutif (de la ménopause)
RPM (Ophtalmologie) : Réflexes Photo-moteur
TIH : Thrombopénie induite par l’héparine
RPM (Urologie) : Résidu post mictionnel
TIPMP : Tumeur intra-canalaire papillaire mucineuse du pancréas
RQTH : Reconnaissance qualité de travailleur handicapé
TIPS : Shunt porto-cave intrahépatique par voie trans-jugulaire
RT : Radiographie de thorax/ Radiothérapie
TIR : Trypsine immuno-réactive
RTh : Radiothérapie
TJ : Turgescence jugulaire
RVA : Remplacement valvulaire aortique
TM (Médecine interne) : Tuberculose maladie
RVO : Rupture de varice œsophagienne
TM (Obstétrique) : Diamètre transverse médian
RVU : Reflux vésico-urétéraux
TMF : Transmission materno-fœtale
TO : Tension oculaire
TOC : Trouble Obsessionnel Compulsif
S TOGD : Transit oeso-gastro-duodénal
SA : Semaines d’aménorrhée TP : Taux de prothrombine
SADAM : Syndrome algodysfonctionnel de l’appareil manducateur TQ : Temps de Quick
SAM (Immunologie) : syndrome d’activation macrophagique TS (Psychiatrie) : Tentative de suicide
SAM (Cardiologie) : Mouvement systolique antérieur TS (Hématologie) : Temps de saignement
SAMS : Staphylocoque aureus à Méthicilline sensible TSA : Tronc supra-aortique
SAOS : Syndrome d’apnée obstructive du sommeil TSH : Hormone thyroïdo-stimulante

32
TT : Temps de thrombine
TTT : Traitement
TV : Toucher vaginal
TVC : Thrombose veineuse cérébrale
TVO : Trouble ventilatoire obstructif
TVR : Trouble ventilatoire restrictif
TR : Toucher rectal
TRC : Temps de recoloration cutanée

U
UCRM : Urétro-cystographie rétrograde et mictionnelle
UGD : Ulcère gastro-duodénal
UIV : Urographie intra-veineuse
US : Ultrasons
USC : Unité de soins continus
USI : Unité de soins intensifs

V
VADS : Voies aéro-digestives supérieures
VAS : Voies aériennes supérieures
VBIH : Voie biliaire intra-hépatique
VC : Vasoconstriction
VCI : Veine cave inférieure
VD : Vasodilatation
VGT : Volume globulaire total
VIH : Virus de l’immunodéficience humain
VM : Ventilation au masque/ Ventilation mécanique
VNI : Ventilation non invasive
VO : Varice œsophagienne
VPP : Valeur prédictive positive
VPPB : Vertige paroxystique positionnel bénin
VRE : Volume résiduel expiratoire
VVC : Voie veineuse centrale
VVP : Voie veineuse périphérique

SYMBOLES
Æ : Absence / Diamètre
¹ : Différent de
= : égal à
¯ : Diminution
­ : Augmentation
# : Fracture
g : Grossesse
S : Synthétisé
S : Système sympathique
pS : Système para-sympathique
p : Pouls
D : Différentiel

33