Vous êtes sur la page 1sur 92

Institut Supérieur de Gestion de Tunis

Maitrise des risques


Elaboré par : Amine Ghariani

1ère année master professionnel en management intégré: QSE

Année universitaire : 2019-2020 1


Introduction
• Dans un environnement de plus en plus incertain et
concurrentiel, chaque entreprise fait face à
des risques qui pourraient représenter des menaces
pour l’atteinte de ses objectifs.

• Les scandales financiers et les accidents industriels


ont conduit les entreprises à s’intéresser à la notion
de risque pour:

- En faire un outil de pilotage


- En faire un outil de prise de décision
Année universitaire : 2019-2020 2
Introduction
• Les entreprises ne peuvent être épargnées par le risque, ce
qui leur inflige des pertes financières, humaines et
matériels conséquentes.

• Le concept de gestion des risques vient en réponse


concrète pour atténuer ces pertes.

• La maitrise des risques est la finalité du processus


de gestion des risques (ou management des risques)

Année universitaire : 2019-2020 3


Chapitre 1 : Généralités sur la
notion du risque

Année universitaire : 2019-2020 4


I. Définitions et terminologie de la notion risque

Traditionnellement le terme risque inspire craintes,


peurs, anxiétés du fait de sa connotation négative .

Le terme risque dans le langage courant recouvre des


significations différentes et fait graviter autour de lui
plusieurs notions.

Année universitaire : 2019-2020 5


I. Définitions et terminologie de la notion risque
Définition du Dictionnaire
« un Danger éventuel prévisible, Eventualité d’un événement ne
dépendant pas exclusivement de la volonté des parties et pouvant
causer la perte »

Définition scientifique
« l’exposition (plus ou moins) volontaire à une situation qui a une
probabilité faible mais non nulle de se produire réellement et
dont l’occurrence provoquerait un dommage. »

Définition financière
« un élément d'incertitude qui peut affecter l'activité d'un agent
ou le déroulement d'une opération économique »

Année universitaire : 2019-2020 6


I. Définitions et terminologie de la notion risque
Définition de l’ISO 31000

«Le risque est l’effet de l’incertitude sur les objectifs »

« Un risque est souvent exprimé en termes de combinaison


des conséquences d'un événement (incluant des
changements de circonstances) et de sa vraisemblance »

Plusieurs notions entre en jeux…


- Danger
- Probabilité/incertitude/vraisemblance
- Dommage/affect/effet/conséquences
Année universitaire : 2019-2020 7
I. Définitions et terminologie de la notion risque

Un danger est une propriété ou une capacité d’un objet,


d’une personne, d’un processus, etc. pouvant entraîner
des conséquences néfastes, aussi appelés dommages.

Exemples de dangers :
• La hauteur d’une falaise
• La vitesse d’un véhicule
• L’inflammabilité d’un produit

Année universitaire : 2019-2020 8


I. Définitions et terminologie de la notion risque
Lorsqu’on parle de dommages, on parle de « cible
menacée »

Le risque existe si le danger peut toucher et affecter une


ou plusieurs cibles.
Un danger identifié mais ne pouvant atteindre aucune
cible ne représente aucun risque.

“Vivre sur la planète Mars serait peut-être très


dangereux, mais tant que personne ne vit sur Mars, il n’y
a aucun risque »

Année universitaire : 2019-2020 9


I. Définitions et terminologie de la notion risque

Exemples de cibles menacées :


• Les promeneurs au bord d'une falaise
• Le chauffeur d’un véhicule
• L’utilisateur d’un produit inflammable
• Un site naturel
• Un processus

Année universitaire : 2019-2020 10


I. Définitions et terminologie de la notion risque
Le risque est consécutif à la présence d’un danger, le
risque est probabiliste.

Le risque est la probabilité que les conséquences


néfastes, les dommages, se matérialisent.

Année universitaire : 2019-2020 11


I. Définitions et terminologie de la notion risque

Année universitaire : 2019-2020 12


II. Les caractéristiques du risque

Il existe deux catégories de caractéristiques :

- Les caractéristiques statiques qui n'évoluent pas au fil


du temps

- Les caractéristiques dynamiques qui peuvent évoluer


au cours du temps

Année universitaire : 2019-2020 13


II. Les caractéristiques du risque

A. Les caractéristiques statiques

• Le libellé : Il s’agit d’une description succincte et non ambiguë


du risque.

• Les causes : C’est l'ensemble des événements, certains ou non,


pouvant conduire à l’apparition du risque.

• Les conséquences : l'ensemble des impacts potentiels du risque

Année universitaire : 2019-2020 14


II. Les caractéristiques du risque

A. Les caractéristiques statiques


• La classe ou domaine : une classe regroupe un ensemble
cohérent de risques quant à leur nature et aux responsabilités
associées à leur management

Par exemple : SST (santé et sécurité au travail), procédés,


environnement, management, etc.

• Le propriétaire ou pilote : personne ayant les compétences


et/ou l'autorité de recueillir des informations sur le risque, d'en
assurer le suivi et d'indiquer des stratégies de réduction de ce
risque.

Année universitaire : 2019-2020 15


II. Les caractéristiques du risque

A. Les caractéristiques statiques

• La répétabilité : C’est l’aptitude du risque à se produire


plusieurs fois.

• Le processus lié au risque

Année universitaire : 2019-2020 16


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques

• La probabilité d'apparition : Cette probabilité peut être évaluée


de manière qualitative ou quantitative.

- L'évaluation qualitative consiste à affecter une valeur sur une


échelle ordinale (par exemple : très faible, faible, forte et très
forte).
- L'évaluation quantitative quant à elle, affecte une valeur
numérique à cette probabilité.

Année universitaire : 2019-2020 17


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques

• L'impact ou gravité : Mesure des conséquences du risque .


Cette caractéristique donne une estimation des conséquences
du risque.
On peut considérer un impact sur les coûts, sur les délais et la
qualité.
On peut aussi, considérer un impact global en lui attribuant une
valeur sur une échelle ordinale (par exemple : très faible, faible,
fort et très fort).

Année universitaire : 2019-2020 18


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques

• Détectabilité ou probabilité de détection : Degré de


vraisemblance pour que des signes précurseurs puissent être
détecté

On peut considérer cette caractéristique soit comme binaire


(facilement détectable, difficilement détectable) soit comme une
probabilité que l'on peut évaluer qualitativement ou
quantitativement

Année universitaire : 2019-2020 19


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques

• L'exposition ou criticité : niveau d'importance d'un risque


résultant de la combinaison des caractéristiques quantifiées du
risque, à savoir sa gravité, sa probabilité d'apparition et/ou sa
probabilité de détection
Cette caractéristique est déterminée en fonction de la probabilité,
de l'impact et/ou de la détectabilité du risque.

Criticité= probabilité x gravité X détectabilité

Année universitaire : 2019-2020 20


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques

• L'exposition ou criticité : niveau d'importance d'un risque


résultant de la combinaison des caractéristiques quantifiées du
risque, à savoir sa gravité, sa probabilité d'apparition et/ou sa
probabilité de détection
Cette caractéristique est déterminée en fonction de la probabilité,
de l'impact et/ou de la détectabilité du risque.

Criticité= probabilité x gravité X détectabilité

Année universitaire : 2019-2020 21


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques


• L'état : l'état d'un risque se caractérise par l'un des trois attributs
suivants :

- Latent (le risque ne s'est pas encore manifesté),


- Apparu (il s'est manifesté)
- Disparu (on considère qu'il ne peut plus se manifester)

• La période active du risque : la période active correspond à la


période durant laquelle le risque est susceptible de se manifester
Cette période active peut correspondre, soit à des intervalles temporels,
soit à des phases/activités.

Année universitaire : 2019-2020 22


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques


• La tendance d'évolution : La tendance d'évolution est un
indicateur de l'évolution du risque

Cette caractéristique du risque nous indique quelle est la tendance


globale actuelle d'évolution du risque. Cette caractéristique peut
prendre les valeurs suivantes :
- stable (pas de changement) ;
- en diminution (la probabilité et/ou l'impact du risque ont
diminué) ;
- en augmentation (la probabilité et/ou l'impact du risque ont
augmenté).

Année universitaire : 2019-2020 23


II. Les caractéristiques du risque

B. Les caractéristiques dynamiques

• Les actions de réduction associées au risque : ensemble des


dispositions et actions destinées à éviter son apparition ou à
limiter son impact.
Les actions indiquées ici concernent un risque en particulier mais
une même action peut permettre de réduire plusieurs risques.

• Les indicateurs : un indicateur est une donnée mesurable


simplement destinée à faciliter la détection du risque.

Année universitaire : 2019-2020 24


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

« Les risques d’entreprise sont tous les évènements pouvant


survenir et qui sont de nature à réduire sa rentabilité, voire à
remettre en question son existence. »

Typologie des risques : c’est l’ensemble des risques dont les


causes, les conséquences et les responsabilités associées à leur
gestion sont de même nature.

Année universitaire : 2019-2020 25


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

A. Classification selon l’origine

• Risque interne : c'est le risque résultant de l'organisation et du


fonctionnement de l'entreprise ; ses facteurs sont en grande
partie maîtrisables.

Exemple: risques sociaux (risque de recrutement, turnover,


absentéisme, conflits interpersonnel,etc) ; risques commerciaux
( stratégie de marketing); risques industriels (sinistres en tout
genre, produits finis présentant un risque sur la santé, etc.);
risques juridiques et fiscaux; risque de rupture de stock; risque
technologique; risques d’acquisition.

Année universitaire : 2019-2020 26


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

A. Classification selon l’origine


• Risque externe (exogène à l’entreprise) : c'est le risque indépendant
de l'organisation et du fonctionnement de l'entreprise et ses facteurs
sont difficilement maîtrisables.
- Risques liés aux aléas
- Risques liés au temps

Exemple:
Risques liés aux aléas (risques banquiers, risques naturels, risques de
malveillance, risques de retard d’approvisionnement, risques
politiques, risques économiques.
Risques liés au temps (risque de diminution de la demande d’une
produit/ service)

Année universitaire : 2019-2020 27


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

B. Classification selon l’activité

• Le risque économique et financier

• Le risque social

• Le risque environnemental

• Le risque opérationnel

Année universitaire : 2019-2020 28


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

C. Classification selon la nature

• Le risque inhérent : c'est le risque qu'une erreur significative se


produise compte tenu des particularités de l'entreprise révisée,
de ses activités, de son environnement, de la nature des
comptes et de ses opérations.

Exemple : Lors d’un saut en parachute, le risque de tomber existe


si le parachute ne s'ouvre pas au moment voulu.

Année universitaire : 2019-2020 29


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

C. Classification selon la nature

• Le risque de non contrôle : c'est le risque que le système de


contrôle interne de l'entreprise ne prévienne pas ou ne détecte
pas de telles erreurs.

Exemple : Une entreprise a des stocks qui ont été volés , mais les
caméras de sécurité installées n’ont pas pu identifier les
voleurs.

Année universitaire : 2019-2020 30


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

C. Classification selon la nature

• Le risque de non détection : C'est le risque résiduel après le


passage de l'audit interne ou du risk-manager.

C'est le risque que les procédures mises en œuvre par ne lui


permettent pas de détecter une anomalie qui présente des
conséquences significatives.

Année universitaire : 2019-2020 31


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

C. Classification selon le niveau

• Le risque matériel/avéré : c'est un risque qui s'est déjà


matérialisé dans l'entreprise et son impact doit être évalué afin
de définir une politique efficace pour sa maîtrise.
Sa fréquence et sa gravité sont mesurables avec fiabilité
Exemples:
- Risque d’accident de la route.
- Risque d’accident du travail.
- Risque de vol.
- Risque d’incendie.

Année universitaire : 2019-2020 32


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

C. Classification selon le niveau

• Le risque potentiel : c'est un risque qui est susceptible de se


produire si aucun contrôle n'est exercé pour l'empêcher ou le
détecter et corriger les erreurs qui pourraient en résulter.
L’un des deux facteurs, fréquence ou gravité, n’est pas mesurable
avec fiabilité en l’état actuel des connaissances.

Exemples:
- Un risque lié à certaines maladies professionnelles.
- Un risque lié au réchauffement climatique.

Année universitaire : 2019-2020 33


III. La typologie de risques affectant l’entreprise

C. Classification selon le niveau


• Le risque possible/ présumé : c'est le risque potentiel contre
lequel une entreprise donnée ne s'est pas dotée de moyens
pour le limiter ou le détecter et le corriger.

les risques pour lesquels nous ne pouvons établir ni la fréquence,


ni la gravité.

Exemples :
- Risques liés aux nouvelles technologies.
- Risques liés aux nouvelles pratiques.

Année universitaire : 2019-2020 34


IV. La cartographie des risques
A. Définition

• La cartographie des risques est un mode de


représentation et hiérarchisation des risques d'une
entreprise.

• La cartographie des risques est un outil qui permet


d'identifier, d'analyser, de classer, de comparer et
d'hiérarchiser les risques afin de pouvoir mettre en
place des méthodes et procédures dans le double
but est de les prévenir et de les maîtriser, voire de
les éliminer.

Année universitaire : 2019-2020 35


IV. La cartographie des risques
B. Objectifs

• Inventorier, évaluer et classer les risques de


l'organisation
• Informer les responsables afin que chacun soit en
mesure d'y adapter le management de ses activités
• Permettre à la Direction Générale, et avec l'assistance
du Risk Manager, d'élaborer une politique de risque
adaptée

Année universitaire : 2019-2020 36


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
Cette cartographie s'appuie sur une analyse des processus à
laquelle est croisée la typologie des risques.

Le développement de la cartographie des risques peut être divisé


en deux parties :

• Analyser les risques : Identifier, évaluer et hiérarchiser les


risques
• Représenter graphiquement les risques

Année universitaire : 2019-2020 37


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :

Cette étape est découpée en trois activités :

- Identification des risques


- Evaluation des risques
- Hiérarchisation des risques et conception de la matrice de
criticité

Année universitaire : 2019-2020 38


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.1 Identification des risques :
Elle a pour but de chercher les risques à traiter. Il existe plusieurs
méthodes d’identification :

 L‘identification basée sur l'atteinte des objectifs


 L‘identification par les temps : Passé, Présent et Futur
 L‘identification par l'analyse de l'environnement
 L‘identification par les taches élémentaires
 L‘identification par processus ou fonctions

Année universitaire : 2019-2020 39


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.1 Identification des risques :

a. L‘identification basée sur l'atteinte des objectifs

Il s'agit d'identifier d'abord les objectifs de l'activité ou de l'entreprise pour


ensuite les affecter au risque correspondant.

Année universitaire : 2019-2020 40


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.1 Identification des risques :

b. L‘identification par les temps : Passé, Présent et Futur

• Analyse du passe : elle prend en compte ce qui est arrivé auparavant dans la
même situation ou dans une situation comparable. Il faut se demander si les
risques passés identifiés pourraient survenir de nouveau.
• Analyse du présent: elle se base uniquement sur les données de la situation
telle qu’elle existe.
• Analyse du futur : elle pousse les participants à se servir de leur imagination
pour découvrir des risques futurs.

Année universitaire : 2019-2020 41


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.1 Identification des risques :

c. L‘identification par l'analyse de l'environnement

La détermination des risques se fait en fonction des variations que


peut subir l'environnement de l’entreprise, du processus,etc.

Année universitaire : 2019-2020 42


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.1 Identification des risques :

d. L‘identification par les taches élémentaires

Il s'agit d’identifier les risques liés à une mauvaise réalisation


d’une tache ou à sa non réalisation.

Année universitaire : 2019-2020 43


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.1 Identification des risques :

e. L‘identification par processus


Elle consiste d'abord à identifier les processus clés, puis affecter à chacun les
risques correspondants, selon les trois grandes familles de processus :

- Les processus de réalisation


- Les processus supports
- Les processus de pilotage

Année universitaire : 2019-2020 44


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.2 Evaluation des risques :

Le risque possède une valeur, sa criticité.


L’évaluation des risques est l'ensemble des méthodes consistant à
calculer la criticité des risques.

Les conséquences d’un risque donné dépendent de la probabilité de


survenance du sinistre, appelé également fréquence et de la valeur
du sinistre potentiel (gravité).

Criticité = probabilité x Gravité

Année universitaire : 2019-2020 45


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.2 Evaluation des risques :

Il existe deux types d’évaluation des risques :

- Une évaluation quantitative


- Une évaluation qualitative

Année universitaire : 2019-2020 46


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques
1.2 Evaluation des risques

a. Evaluation quantitative :
C’est une évaluation où la probabilité et/ou l’importance des
conséquences (gravité) sont exprimées numériquement et elle
doit comporter une description de l’incertitude.
La méthode quantitative de l'évaluation bien que difficile à réaliser
par absence d'expériences, de méthodes et de données de
base parait être celle qui apporte de plus de résultat.

Année universitaire : 2019-2020 47


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques
1.2 Evaluation des risques

b. Evaluation qualitative :
C’est une évaluation où la probabilité et/ou l’importance des
conséquences (gravité) sont exprimées en termes qualitatifs.

Par exemple : On donne en général quatre à cinq niveaux à chaque


paramètre :

La fréquence : Très improbable, Improbable (rare), Probable


(occasionnel)., Très probable (fréquent).
La gravité : Faible, Moyenne, Grave., Très grave.

Année universitaire : 2019-2020 48


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
Rappelons que la criticité d’un risque est le produit de sa
probabilité (ou fréquence) et de sa gravité.

Criticité = probabilité x Gravité

Il s’agit d’identifier différents niveaux pour chaque critère et


d’affecter un poids à chaque niveau

Année universitaire : 2019-2020 49


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques

• Les niveaux de gravité sont placés par ordre croissant en


abscisse
• Les niveaux de prababilité sont placés par ordre croissant en
ordonnée
• Pour hiérarchiser les risques, il faut définir un ou des seuils de
criticité

Année universitaire : 2019-2020 50


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
Par exemple :

Probabilité Gravité
Niveaux Poids Niveaux Poids
Très improbable 1 Faible 1
Improbable 2 Moyen 2
Probable 3 Grave 3
Très probable 4 Très grave 4

Année universitaire : 2019-2020 51


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques

Le seuil de criticité choisi est égal à 5


- Les risques dont la valeur est supérieure à 5 sont qualifiés de
« risques inacceptables »
- Les risques dont la valeur est inférieure à 5 sont qualifiés de
« risques acceptables »

Année universitaire : 2019-2020 52


IV. La cartographie des risques

Année universitaire : 2019-2020 53


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
Nous pouvons choisir deux seuils de criticité à savoir :
- Les risques dont la valeur est inférieure à 5 sont qualifiés de
« risques acceptables »
- Les risques dont la valeur est comprise entre 5 et 8 sont
qualifiés de « risques à maitriser »
- Les risques dont la valeur est supérieure à 8 sont qualifiés de
« risques inacceptables »

Année universitaire : 2019-2020 54


IV. La cartographie des risques

Année universitaire : 2019-2020 55


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
D’une manière générale nous pouvons distinguer 4 catégories de
risques :
- Les risques de fréquence et de gravité faibles
- Les risques de fréquence faible et de gravité élevée
- Les risques de fréquence élevée et de gravité faible
- Les risques de fréquence et de gravité élevée

Année universitaire : 2019-2020 56


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
a. Les risques de fréquence et de gravité faibles : ce sont des
risques qui se réalisent rarement et dont les impacts sont
limités.

On parle de risques mineurs, acceptables, résiduels, etc.

Année universitaire : 2019-2020 57


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
b. Les risques de fréquence faible et de gravité élevée : ce sont
des événements qui se produisent rarement mais dont les
conséquences sont significatives lorsqu’ils se produisent.

Il sont difficile à prévoir et à anticiper.

On parle de « risques catastrophiques ».

Année universitaire : 2019-2020 58


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques
c. Les risques de fréquence élevée et de gravité faible : Ces
risques se produisent assez régulièrement mais leurs
conséquences sont limitées.

Il sont facile à prévoir et à maitriser.

On parle de « risques opérationnels ».

Année universitaire : 2019-2020 59


IV. La cartographie des risques
C. Conception d’une cartographie des risques
1. L’analyse des risques :
1.3 Conception de la matrice de criticité et hiérarchisation des
risques

d. les risques de fréquence et de gravité élevée : Ces risques se


produisent régulièrement et leurs conséquences sont à chaque
fois significatives.

Année universitaire : 2019-2020 60


V. Le traitement des risques
A. Définition
Il s’agit de réduire autant que possible les gravités et les fréquences des
risques pour les faire tendre vers zéro.

B. But
La maîtrise et, si possible, la suppression des risques.

C. Modes de traitement
Il existe essentiellement trois modes de traitement :
- Réduction des risques
- Financement des risques
- Gestion des crises

Année universitaire : 2019-2020 61


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
1. Réduction des risques

• La suppression d’un risque ou l’évitement

• La prévention et la protection

• La précaution

Année universitaire : 2019-2020 62


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
1. Réduction des risques

a. La suppression d’un risque ou l’évitement

Cette mesure est prise lorsqu’il n’existe pour l’entreprise aucun


moyen de réduire la fréquence et la gravité d’un risque.

Dans une démarche SST, cela se fait par la suppression du danger


ou la suppression de la présence de la cible.
Par exemple : remplacement d’un produit chimique dangereux
par un produit chimique non dangereux.
Année universitaire : 2019-2020 63
V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
1. Réduction des risques
b. La prévention et la protection

Elles ont pour objet d’agir directement sur les deux paramètres du
risque.
- La prévention tend à réduire la fréquence, la probabilité de
survenance du risque
- La protection sert à atténuer la gravité du risque lorsqu’il
survient.

Année universitaire : 2019-2020 64


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
1. Réduction des risques
b. La prévention et la protection

Par exemple :
La sensibilisation du personnel et la signalisation constituent des
moyens de prévention

La formation, l’utilisation d’EPI, de cages de protection constituent


des moyens de protection.

Année universitaire : 2019-2020 65


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
1. Réduction des risques
c. La précaution

Principe de précaution : « l’absence de certitude, compte tenu des


connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit
pas retarder l’adoption de mesures effectives et
proportionnées visant à prévenir un risque de dommages
graves et irréversibles à l’environnement à un coût
économiquement acceptable. » (Loi no 95-101 du 2 février 1995 relative
au renforcement de la protection de l'environnement)

Année universitaire : 2019-2020 66


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
1. Réduction des risques
c. La précaution

Des mesures de précaution doivent être prises par l’entreprise


lorsqu’elle ignore soit la fréquence, soit la gravité du risque, soit les
deux à la fois.

Des mesures de précaution sont prises pour traiter les risques potentiels
Par exemple : Dans le cas des OGM, des procédures d’autorisation des
plantes GM et d’évaluation scientifique de leurs impacts potentiels
sur la santé et sur l’environnement on été réglementées à l’échelle
Européenne.

Année universitaire : 2019-2020 67


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
Le financement des risques est envisagé après que l’entreprise ait
déjà mis en oeuvre toutes les mesures de réduction des
risques.
Après applications des moyens d’atténuation des risques, il y a
toujours des risques résiduels.

Les principales méthodes de financement des risques sont :


- La rétention
- Le transfert.

Année universitaire : 2019-2020 68


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
a. La rétention

- L’entreprise décide, financièrement, de supporter elle-même le


risque
- L’entreprise doit suffisamment connaitre l’historique de la
fréquence et de l’impact du risque
- Le financement des risques par la rétention constitue en lui-
même un risque pour l’entreprise car il peut entrainer des
difficultés financières en cas de mauvaise évaluation du risque,

Année universitaire : 2019-2020 69


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

Le transfert des risques est une technique par laquelle l’entreprise


confie ses risques à un ou plusieurs tiers.

Dans la plupart des cas, le tiers qui accepte le risque d’autrui le fait
sous conditions sans supporter la totalité du risque

Année universitaire : 2019-2020 70


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

Il existe plusieurs formes de transfert des risques dont :

- La sous-traitance et la cotraitance
- L’assurance
- Le transfert juridique

Année universitaire : 2019-2020 71


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• La sous-traitance et la cotraitance
La sous-traitance désigne le fait pour une entreprise de demander
à une autre entreprise de faire une partie ou la totalité d'un travail
qu'elle s'était engagée à fournir auprès d'un client.

La sous-traitance est adoptée par l’entreprise pour se concentrer


sur son coeur de métier.

Année universitaire : 2019-2020 72


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• La sous-traitance et la cotraitance
Dans la cotraitance, l’entreprise travaille avec une autre dans une
activité ou un projet où les rôles et les responsabilités de chacune
sont bien déterminés.

Le tiers acceptant de supporter le risque prendra en charge tout


ou une partie des conséquences de celui-ci.

Année universitaire : 2019-2020 73


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• L’assurance
L’activité principale de l’assureur est de gérer les risques d’autrui
sous conditions,
Tout d’abord, l’entreprise propriétaire des risques doit d’abord
prendre des mesures de réduction des risques car la prime
d’assurance en dépend.
C’est donc le risque résiduel qui est transféré à l’assureur.

Année universitaire : 2019-2020 74


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• L’assurance
Les risques ou les biens assurés restent à la disposition de
l’entreprise
l’assureur laisse une partie du risque assuré à la charge de
l’entreprise. Cette charge est appelée « franchise »
Une franchise est la somme restant à la charge de l'assuré (donc
non indemnisée par l'assureur) dans le cas où survient un sinistre.
Cette charge permet de moraliser le risque,
Année universitaire : 2019-2020 75
V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• L’assurance
L’assureur accepte les risques de l’entreprise en fonction de leurs
typologies et en cas de survenance d’un risque dans les conditions
prévues au contrat, il prend en charge les conséquences
pécuniaires de celui-ci.

Année universitaire : 2019-2020 76


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• Le transfert juridique
Le transfert juridique se matérialise par des clauses inscrites aux
contrats avec des tiers dont les dispositions préservent les intérêts
de l’entreprise ou bien la protège en annulant ou réduisant
l’impact d’un risque sur l’entreprise.

Année universitaire : 2019-2020 77


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• Le transfert juridique
Par exemple :
la clause de non concurrence : il est d’usage que l’entreprise
insère dans un contrat de travail la clause de non concurrence
qui interdit à l’employé qui quitte son employeur de travailler
dans un secteur et ce durant un laps de temps fixés au contrat.

Année universitaire : 2019-2020 78


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• Le transfert juridique
Par exemple :
La clause exonératoire ou limitative de responsabilité : le
vendeur professionnel peut s’exonérer des dommages et
intérêts dus à son cocontractant professionnel en cas de retard
ou délivrance non conforme.

Année universitaire : 2019-2020 79


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
2. Financement des risques
b. Le transfert des risques

• Le transfert juridique
Par exemple :
La clause d’obligation d’assurance : Dans les relations clients-
fournisseurs, l’entreprise peut obliger ses fournisseurs à
souscrire une assurance pour qu’en cas de dommages elle n’ait
pas à prélever de sa trésorerie pour les réparer.

Année universitaire : 2019-2020 80


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
3. Gestion des situations d’urgence (crise)

Ensemble des processus d'organisation, des techniques et des


moyens mis en œuvre par une entreprise pour se préparer à
une situation d’urgence, y faire face et en atténuer les
conséquences.

La gestion des crises se fait par :

- L’élaboration d’un plan d’urgence


- L’évaluation de son efficacité
Année universitaire : 2019-2020 81
V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
3. Gestion des crises
a. Elaboration d’un plan d’urgence

L’élaboration d’un plan d’urgence permet de définir :

- Les situations d’urgence ou scénarii nécessitant leur activation


- Les mesures techniques et organisationnelles (incluant
les moyens humains et matériels nécessaires ainsi que les
méthodes d’intervention)

Année universitaire : 2019-2020 82


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
3. Gestion des crises
a. Elaboration d’un plan d’urgence

• Les situations d’urgence ou scénarii d’urgence (liste non exhaustive)


Les coupures d’énergie et d’eau
Les catastrophes naturelles (tremblements de terre, tempêtes et
tornades, inondation,etc.)
Les catastrophes technologiques (dégagements toxiques, pollution de
l’eau, incendies )
Les épidémies
Les attentats et attaques terroristes
Les mouvements sociaux et mouvements violents et leurs conséquences

Année universitaire : 2019-2020 83


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
3. Gestion des crises
a. Elaboration d’un plan d’urgence

• Les mesures techniques et organisationnelles


Il s’agit d’expliciter les procédures et les dispositions qui sont
nécessaires pour prévenir et faire face aux situations d’urgence et
de définir les rôles et les responsabilités des différents
intervenants.

Année universitaire : 2019-2020 84


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
3. Gestion des crises
b. Evaluation de l’éfficacité du plan d’urgence

Cette évaluation se fait via la réalisation de simulations des


situation d’urgence ou « opérations blanches »

Par exemple : réalisation d’un exercice d’évacuation, d’un exercice


de déversement de produits chimiques, d’un exercice d’accident
dans un espace confiné, la réalisation d’un exercice de traçabilité
etc,

Année universitaire : 2019-2020 85


V. Le traitement des risques
C. Modes de traitement
3. Gestion des crises
b. Evaluation de l’éfficacité du plan d’urgence

L’évaluation est matérialisée par un rapport dans lequel


les données de l’exercice y sont mentionnées,

Les écarts constatés font l’objet d’un plan d’action.

Année universitaire : 2019-2020 86


V. Le traitement des risques
D. Plan d’action

Un plan d'action est un document décrivant les différentes étapes ou


actions nécessaires pour atteindre un ou plusieurs objectifs.

Il s’agit d’un outil de pilotage qui permet de :

- Lister les actions à accomplir


- Optimiser les moyens humains et financiers.
- Maîtriser le temps de mise en oeuvre.
- Avoir à tout moment où l'on se trouve dans l'avancée .
- Impliquer et motiver les équipes en définissant des rôles précis pour
chacun

Année universitaire : 2019-2020 87


V. Le traitement des risques
D. Plan d’action

Un plan d'action est élaboré, mis en œuvre, suivi et évalué.

Il est composé principalement des éléments suivants :


- Objectifs
- Actions
- Responsables
- Délais
- Etat

Année universitaire : 2019-2020 88


VI. Les limites de l’évaluation des risques

• L’évaluation des risques doit être la plus proche possible de la


réalité
• La première condition est la justesse des données relevées et
de leur valeur.

• Toutefois, cette évaluation pose trois problèmes majeurs:

- Problème de délais
- Problème d’éthique
- Problème organisationnel

Année universitaire : 2019-2020 89


VI. Les limites de l’évaluation des risques

. Problème de délais :

- Pour évaluer le risque, il faut du temps.


- Il peut exister des délais importants entre le temps de traitement
et l’exécution d’une solution.
- Une fois le risque évalué, cette évaluation peut déjà avoir perdu
de sa pertinence.

Année universitaire : 2019-2020 90


VI. Les limites de l’évaluation des risques

. Problème d’éthique :

- L’évaluation des risques a une dimension éthique, dans la mesure


où elles conduisent à des décisions qui affectent la vie des
travailleurs.
- Il existe des situations où les risques dépassent la somme des
consentements individuels.
- Lorsque les individus consentants ne sont pas considérés dans la
balance des pondérations des risques.

Année universitaire : 2019-2020 91


VI. Les limites de l’évaluation des risques

. Problème organisationnel :

- L’estimation du risque bute souvent sur le caractère réfractaire de


nombreux salariés vis-à-vis d’une collaboration.
- Le retour d’expériences est essentiel en matière d’évaluation des
risques mais cette démarche est difficile à mettre en œuvre car elle
met en évidence des dysfonctionnement.
- Le retour d’expérience fait apparaître qui a failli dans l’organisation.
- Les salariés ont plus tendance à cultiver le secret par méfiance qu’à
collaborer, se mettant ainsi moins en danger par rapport à la direction

Année universitaire : 2019-2020 92

Vous aimerez peut-être aussi