Vous êtes sur la page 1sur 6

I nformations

Informations
Ostéonécrose de la mâchoire
associée à un traitement par bisphosphonates :
extraits du rapport de la “task force” de l’ASBMR
et recommandations françaises

R
 isque méconnu, désinformation, rumeur :
la mauvaise spirale

O
n peut avancer différentes expli- Research (ASBMR) publiées à la fin de de santé concernés, et particulièrement
cations pour expliquer l’agitation l’année 2007, sur le plan international, des dentistes. Quand on y regarde de
importante que suscite le pro- et de la lettre aux prescripteurs récem- plus près, ces recommandations ne
blème des ostéonécroses de la mâchoire ment publiée sur le site de l’Afssaps, sont finalement pas très différentes de
(ONM) induites par les bisphosphonates, sur le plan français. Ces différents docu- ce que le bon sens recommande, puis-
mais force est de reconnaître qu’une fois ments, ainsi qu’une mise au point sur qu’il est précisé que la mise en route
encore le défaut d’information sur un ce sujet, vous sont présentés dans cette du traitement ne doit pas être retardée
risque jusque-là méconnu a largement revue par Pascal Guggenbuhl. chez les patientes à haut risque de faire
favorisé des prises de position exagé- une fracture, c’est-à-dire l’essentiel de
rées et, pour tout dire, irrationnelles au De notre point de vue de rhumato- la cible thérapeutique. À l’occasion
regard des données scientifiques. Un logues, on peut bien sûr regretter de la mise en route d’un traitement, il
amalgame très préjudiciable est actuel- l’alourdissement de la prise en charge convient donc de rappeler les règles
lement fait entre une situation théra- que sous-entend cette lettre aux pres- d’une bonne hygiène bucco-dentaire,
peutique utilisant les bisphosphonates cripteurs alors que l’ONM est, pour ce qui inclut un suivi spécialisé annuel. Il
à forte dose chez des patients traités que l’on en sait actuellement, un évé- revient maintenant à chacun d’entre
pour cancer et combinant de nombreux nement indésirable certes grave, mais nous de faire cet effort supplémentaire
autres facteurs de risque, et l’utilisation exceptionnel. Je rappelle que l’incidence d’information et de communication à
des bisphosphonates dans le traitement estimée dans le cadre de patientes destination des patients afin qu’un
de l’ostéoporose dont le recul remonte recevant des bisphosphonates pour le retour à une situation plus rationnelle
à près de 20 ans. traitement d’une ostéoporose est entre fondée sur les évidences scientifiques
1/­40 000 et 1/­100 000 patients/­année. puisse être envisagé.
Il faut maintenant à la fois informer tous
les professionnels de santé ainsi que les Dans la situation de crise actuelle, il T. Thomas
malades et calmer les esprits. C’est le but était cependant indispensable de tenir (Équipe INSERM U890,
des recommandations de la “task force” compte du point de vue et des inquié- service de rhumatologie, hôpital Bellevue,
de l’American Society of Bone and Mineral tudes de l’ensemble des professionnels Saint-Étienne).

La Lettre du Rhumatologue - n° 339 - février 2008 13

LR-NN-339-0208.indd 13 14/02/08 16:02:30


I nformations
Informations

L
a constatation du fait qu’un traitement par bisphospho- ✓ Inflammation muqueuse.
nates pouvait entraîner une ONM a conduit l’ASBMR ✓ Ostéomyélite infectieuse.
à réunir un panel d’experts dans le but de dégager une ✓ Sinusite.
attitude en fonction des données actuelles de la littérature. ✓ Pathologie péri-apicale liée à une carie.
Vous trouverez également ci-contre les “Recommandations ✓ Pathologie de l’articulation temporo-mandibulaire.
sur la prise en charge bucco-dentaire des patients traités par ✓ Ostéonécrose radique.
bisphosphonates” adressées aux professionnels de santé par ✓ L ésion cavitationnelle ostéonécrotique neuropathique
l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. (NICO).
✓ Tumeurs osseuses ou métastases.

Définition de l’ONM
Examens complémentaires
ONM confirmée
Il s’agit d’une surface d’os exposée de la région maxillo-faciale Quand le diagnostic est établi, ils servent à apprécier l’étendue
qui ne cicatrise pas après huit semaines d’évolution, constatée des lésions : panoramique dentaire, tomodensitométrie (TDM) et
par un professionnel de santé, chez un patient qui reçoit ou a IRM, parfois scintigraphie osseuse. L’IRM semble être l’examen
reçu des bisphosphonates et qui n’a pas eu de radiothérapie de le plus performant, notamment pour un diagnostic précoce.
la sphère cranio-faciale. Cependant, les modalités d’imagerie demandent à être précisées,
notamment dans les phases précoces.
ONM suspectée
Dans ce cas, la durée d’évolution est inférieure à huit semaines.
Ces cas doivent bénéficier d’un suivi rapproché pour surveiller Les facteurs favorisant l’ONM
l’évolution.
✓ Bisphosphonates i.v.
✓ Cancer ou traitement anticancéreux.
Signes associés ✓ Extraction dentaire, chirurgie osseuse buccale, mauvaise
adaptation des appareils dentaires.
Ils ne sont jamais suffisants pour établir le diagnostic s’ils ✓ Traumatisme oro-buccal.
surviennent de façon isolée. ✓ Durée d’exposition aux bisphosphonates.
✓ Douleur. ✓ Traitement par glucocorticoïdes.
✓ Gonflement. ✓ Comorbidités (comme une maladie maligne).
✓ Paresthésies. ✓ Intoxication alcoolique ou tabagique.
✓ Suppuration. ✓ Maladie dentaire ou parodontale préexistante.
✓ Ulcération des tissus mous.
P. Guggenbuhl, J.D. Albert
✓ Fistulisation intra- ou extra-buccale. (Service de rhumatologie, CHU de Rennes).
✓ Perte dentaire.
✓ Anomalies radiographiques variables (aucune anomalie,
déminéralisations ou opacités).

Diagnostic différentiel Pour en savoir plus...


Il faut éliminer d’autres diagnostics.  Khosla S, Burr D, Cauley J et al. Bisphosphonate-associated osteonecrosis of
✓ Maladie parodontale. the jaw: report of a task force of the American Society for Bone and Mineral Re-
✓ Gingivite. search. J Bone Miner Res 2007;22:1479-91.

14 La Lettre du Rhumatologue - n° 339 - février 2008

LR-NN-339-0208.indd 14 14/02/08 16:02:31


I nformations

Informations

La Lettre du Rhumatologue - n° 339 - février 2008 15

LR-NN-339-0208.indd 15 14/02/08 16:02:34


I nformations
Informations

16 La Lettre du Rhumatologue - n° 339 - février 2008

LR-NN-339-0208.indd 16 14/02/08 16:02:36


I nformations

Informations

La Lettre du Rhumatologue - n° 339 - février 2008 17

LR-NN-339-0208.indd 17 14/02/08 16:02:39


I nformations
Informations

18 La Lettre du Rhumatologue - n° 339 - février 2008

LR-NN-339-0208.indd 18 14/02/08 16:02:42