Vous êtes sur la page 1sur 10

47e congrès SFSCMF

Disponible en ligne
23 juillet 2011
Les biomatériaux de substitution osseuse :




classification et intérêt


Biomaterials as bone substitute: Classification and




contribution

F. Chaia,b, G. Raoula,b,c,*,d, A. Wissa,b,c, J. Ferria,b,c,d, H.F. Hildebranda,b



a
Université Lille Nord de France, UDSL, 59000 Lille, France
b
Unité Inserm U1008, médicaments et biomatériaux à libération contrôlée, 59000 Lille,
Disponible en ligne sur
France
c
Département universitaire de chirurgie maxillofaciale et stomatologie,
hôpital Roger-Salengro, CHU de Lille, rue du Professeur-Emile-Laine, 59000 Lille, France
d
www.sciencedirect.com Association internationale de médecine orale et maxillofaciale (AIMOM), France

Summary Résumé
Autograft is considered as the ‘‘gold standard’’ for bone reconstruc- L’autogreffe est le « gold standard » de la reconstruction osseuse.
tion. It provides osteoinductive factors, osteogenic cells, and appro- Elle est la seule capable de fournir des facteurs de croissance ostéo-
priate osteoconductive scaffold. Donor site morbidity is the main inducteurs, des cellules ostéogéniques et un « échafaudage » ostéo-
limitation of autograft. Donor disease transmission limits the use of conducteur. La morbidité du site donneur est sa principale limite. Le
allograft. Synthetic bone substitutes still lack osteoinductive or risque de transmission de maladie du donneur restreint le recours à
osteogenic properties. Composite bone substitutes combining syn- l’allogreffe. Les substituts synthétiques manquent de propriétés
thetic scaffold and biochemical substances initiating proliferation ostéo-inductrices ou ostéogéniques. Les substituts osseux composites
and cell differentiation, and possibly osteogenesis. Bone substitutes combinent les propriétés d’« échafaudage » avec des éléments
and grafts intended for clinical use are listed. biologiques pour stimuler la prolifération et la différenciation cel-
ß 2011 Elsevier Masson SAS. All rights reserved. lulaire et éventuellement, l’ostéogenèse. Nous donnons un aperçu
des greffons et substituts osseux disponibles pour des applications
Keywords: Artificial implant, Transplant, Allograft, Ceramic, Hydro-
cliniques.
xyapatite, Bone regeneration, Bone reconstruction ß 2011 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Implant, Autogreffe, Allogreffe, Polymère, Céramique,


Hydroxyapatite, Réparation osseuse, Reconstruction osseuse

Introduction étendues, qu’elles soient congénitales, ostéolytiques, infec-


tieuses ou néoplasiques, restent un défit majeur en termes
de reconstruction. On estime que plus de 500 000 greffes
L’utilisation de matériaux de substitution osseuse augmente
osseuses sont faites par an aux États-Unis, plus de 2,2 millions
continuellement en chirurgie orthopédique, cranio-maxillofa-
dans le monde. Une telle demande ne peut être satisfaite par
ciale et reconstructrice. Les pertes de substance osseuses
les seuls moyens conventionnels.
La greffe osseuse autologue est, à l’heure actuelle, consi-
* Auteur correspondant.
dérée comme le « gold standard » en matière de restaura-
e-mail : gwenael.raoul@gmail.com (G. Raoul). tion osseuse. Elle permet, en prélevant sur le patient, de

0035-1768/$ - see front matter ß 2011 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
10.1016/j.stomax.2011.06.003 Rev Stomatol Chir Maxillofac 2011;112:212-221
212
Les biomatériaux de substitution osseuse : classification et intérêt

corriger n’importe quelle perte de substance osseuse. Elle Classification des biomatériaux
possède l’ensemble des caractéristiques nécessaires à la
croissance osseuse : ostéoconduction, ostéogenèse, ostéo-
de substitution osseuse
induction, compatibilité immunitaire. Mais la quantité d’os
disponible peut être limitée et la morbidité sur le site Différentes catégories de substituts osseux existent. Ils englo-
donneur n’est pas négligeable (inflammation, infection, bent une grande variété de matériaux et de sources (naturel
douleurs). ou synthétique). La plupart sont des composites souvent
Les allogreffes, prélevées sur donneurs ou cadavres, sont une synthétiques de plusieurs matériaux [1].
alternative intéressante aux autogreffes. Malgré des prépa- Laurencin distingue dans sa classification basée sur les grou-
rations élaborées, le risque de transmission de maladies du pes de matériaux [2] :
donneur ne peut être complètement évité.  les allogreffes osseuses :
Les limites des autogreffes et allogreffes ont motivé la recher-  AllogroW (AlloSource, Centennial, Colorado),
che d’alternatives. L’évolution technologique et une meilleure  OpteformW (Exactech Inc, Gainesville, Florida),
compréhension de la biologie osseuse ont largement contri-  GraftonW (Biohorizons, Birmingham, Alabama),
bué à résoudre de nombreux problèmes. Les chercheurs ont  OrthoBlastW (Isotis Orthobiologics, Irvine, Californie) ;
développé de multiples biomatériaux naturels et synthéti-
 les substituts osseux à base de céramiques (phosphates de
ques, dont certains sont d’ores et déjà utilisés en clinique :
calcium, sulfates de calcium, bioverres) :
polymères, céramiques et composites. Ils ont aussi conçu des
 OsteografW (Dentsply Friadent Ceramed, Lakewood,
stratégies cellulaires ou factorielles en application directe ou
Colorado),
combinée aux divers biomatériaux. Certains matériaux sont
 Norian SRSW (Synthes Inc, West Chester, Pennsylvanie),
utilisés pour combler les pertes de substance osseuses,
 ProOsteonW (Interpore Cross International, Irvine, Cali-
d’autres pour la fabrication ou le recouvrement de prothèses.
fornie),
Nous présentons une revue générale de ce qui est actuelle-
 OsteosetW (Wright Medical Technology Inc, Arlington,
ment disponible et en préparation.
Tennessee) ;
 les substituts osseux à base de polymères dégradables et
non dégradables :
Plan du chapitre  CortossW (Orthovita Inc, Malvern, Pennsylvanie),
 OPLAW (open porosity polylactic acid polymer),
I. Introduction
II. Classification des biomatériaux de substitution  ImmixW (OsteoBiologics Inc, San Antonio, Texas) ;
osseuse  les substituts osseux à base de facteurs de croissance
III. Les allogreffes osseuses naturels ou recombinés :
IV. Les substituts osseux à base de céramiques  Transforming Growth Factor beta (TGF-bêta),
IV.1. Phosphates de calcium  Platelet-Derived Growth Factor (PDGF),
IV.1.1. L’hydroxyapatite (HA)  Fibroblast Growth Factor (FGF),
IV.1.2. Tricalcium phosphate (TCP)  Bone Morphogenetic Proteins (BMP) ;
IV.2. Bioactive glasses (bioverres)  les substituts osseux à base de produits cellulaires avec
IV.3. Ciments de phosphate de calcium (CPC) ou sans matrice support (cellules souches mésenchyma-
IV.4. Sulfates de calcium teuses) ;
V. Substituts osseux à base de polymères  autres : biomatériaux non conventionnels d’origine marine
VI. Substituts osseux à base de facteurs de croissance comme le corail, le chitosan, le squelette d’éponges.
VII. Substituts osseux à base de produits cellulaires Les greffes osseuses et leurs substituts peuvent être classés à
VII.1. Cellules souches partir de leur caractère ostéo-inducteur, ostéoconducteur ou
VII.2. Collagène ostéogénique :
VII.3. Thérapie génique  les agents ostéo-inducteurs sont en général des protéines
VIII. Autres substituts osseux stimulant la prolifération et/ou la différenciation de cellules
VIII.1. Corail souches en cellules ostéogénitrices ;
VIII.2. Chitosan et squelette d’éponge  l’ostéoconduction est le processus utilisant un treillis
IX. Les thématiques avancées de recherche microscopique et macroscopique afin de générer la migration
IX.1. Nouveaux matériaux et approches de cellules impliquées dans la formation osseuse (cellules
X. Conclusion mésenchymateuses, ostéoblastes, ostéoclastes. . .) : coralline
HA, matrices à base de collagène, phosphates ou sulfate de
calcium, bioverres ;

213
F. Chai et al. [(Figure_1)TD$IG] Rev Stomatol Chir Maxillofac 2011;112:212-221

 l’ostéogenèse se réfère en général à la formation osseuse


sans indication sur l’origine cellulaire (issue de la greffe ou de
l’hôte).

Les allogreffes osseuses


L’utilisation d’allogreffes demande la stérilisation et la
désactivation des molécules propres à l’os sain. La matrice
extracellulaire du tissu osseux contient de nombreux facteurs
de croissance, protéines et autres substances bioactives,
nécessaires à l’ostéo-induction. Afin de capitaliser ce
cocktail – protéines et facteurs bioactifs – la composante
Figure 1. Profil du relarguage de la ciprofloxacine (CFX) sur une
minérale est dégradée par l’acide chlorhydrique, et les agents
hydroxyapatite (HA) fonctionnalisée avec de la cyclodextrine (CD) par
ostéo-inducteurs restent dans la matrice osseuse déminéra- une méthode Monomère (M) ou une méthode polymère (P) par réaction
lisée (MOD). entre le BTCA (ButaneTetraCarboxylic Acid) et le HPb-CD
Le grand intérêt de la MOD est son potentiel ostéoconducteur (HydropxyPropyl-b-CD) pour obtenir poly(BTCA-HPbCD), aboutissant à la
formation des complexes monomères (CD-HA-M) ou polymères (CD-HA-
et ostéo-inducteur [3,4]. Elle se revascularise assez rapide- P) dans du Phosphate Buffer Solution (PBS). L’HA non fonctionnalisée en
ment et agit comme un porteur de moelle osseuse autologue. CFX servant de contrôle.
Elle n’induit aucune réaction aux corps étrangers [5].
Sa capacité ostéo-inductrice peut être altérée par les métho-
des de stockage, de purification et de stérilisation, et peut
varier d’un donneur à l’autre. biocompatibilité [14,15]. Sa formule est Ca10(PO4)6(OH)2 avec
La MOD est utilisée avec succès dans le comblements de un rapport atomique calcium/phosphate de 1,67. De par sa
cavités kystiques [6,7], les reconstructions cranio-maxillofa- structure hautement cristalline, l’HA est peu résorbable.
ciales [8], le pontage de pertes de substance osseuses larges Elle est reconnue comme étant un excellent porteur de
[9].
facteurs de croissance et de cellules ostéogéniques. Elle
Les meilleurs résultats sont obtenus avec des composites de peut servir de véhicule à la délivrance d’agents bioactifs
MOD et de moelle osseuse autologue [10] ou de sulfate de [16,17] (fig. 1).
calcium [11]. La taille idéale des pores d’un scaffold de biocéramique
Son intérêt est grand quand le capital d’os autologue dis- devrait être similaire à celle de l’os spongieux. Pour assurer
ponible pour une autogreffe est limité. la circulation de fluides corporels, une microporosité
(pores inférieurs à 10 mm) est nécessaire. En revanche, seule
Les substituts osseux à base une macroporosité (pores de 100 à 200 mm et 65 % de
de céramiques porosité) permet la colonisation cellulaire [18] (fig. 2). La
taille idéale des pores serait de 565 mm pour une recon-
Environ 60 % des substituts osseux contiennent des céra- struction osseuse interne [19], et d’environ 500 mm pour
miques, qu’elles soient pures ou en combinaison avec Kuhne. [20].
d’autres matériaux. Les plus utilisées sont les phosphates Sur la chèvre, l’ostéo-intégration est meilleure avec des
de calcium (HA, le b-tricalcium phosphate) et les bioverres. mélanges d’HA (70 %) et d’os autologue (30 %).[21] L’utilisa-
Elles possèdent des propriétés ostéoconductrices et ostéo- tion d’HA pure peut être décevante [22].
intégrantes et forment des liens intimes avec le matériau L’HA, avec sa structure fortement poreuse interconnectée,
existant. Dans certains cas, elles peuvent être ostéo-induc- donne des résultats très prometteurs dans la fusion vertébrale
trices. intertransversaire lombaire par voie postéro-latérale (PLF), en
produisant une masse fusionnelle riche en cellules à forte
Phosphates de calcium viabilité [23,24].
Beaucoup d’études ont cherché à développer des biocéra-
Les phosphates de calcium sont des supports (scaffolds) syn- miques dopées pour augmenter leur propriétés mécaniques
thétiques utilisés en dentisterie depuis les années 1970, puis et biologiques et leur cytocompatibilité [25]. La bonne
en orthopédie depuis les années 1980 [12,13]. cytocompatibilité de l’HA en fait un matériau courant de
recouvrement des implants dentaires et orthopédiques.
L’hydroxyapatite(HA)
Mais sa faible solubilité dans l’organisme et ses propriétés
L’HA est chimiquement similaire à la matrice minérale de mécaniques (différentes de l’os) limitent les applications
l’os, d’où son potentiel ostéoconducteur et son excellente cliniques Le dopage de l’HA avec des sels de manganèse et/

214
[(Figure_2)TD$IG] Les biomatériaux de substitution osseuse : classification et intérêt

Tricalcium phosphate (TCP)


Comme l’HA, le TCP est biorésorbable et biocompatible.
Sa composition chimique et sa cristallinité sont proches de la
phase minérale de l’os. Sa formule est Ca3(PO4)2 avec un
rapport atomique calcium/phosphate de 1,50. On distingue
des formes de cristallinité a ou b. Sa biodégradation est plus
rapide que celle de l’HA, par dissolution et par résorption
ostéoclastique [31].
Les implants en TCP sont utilisés depuis plus de 20 ans pour
les comblements osseux orthopédiques et dentaires [32]. Leur
petite taille et la microporosité interconnectée des particules
favorisent une bonne ostéconductivité, avec une résorption
concomitante au remodelage de l’os [33].
Zhang [34] montre l’intérêt de combiner le bêta-tricalcium
Figure 2. Cellules mésenchymateuses de moelle osseuse humaine phosphate (b-TCP) avec des cellules souches de la moelle
(BMSCs) sur un support d’hydroxyapatite (HA). Les BMSCs ont été osseuse (BMSCs). Nous avons obtenu d’excellents résultats
ensemencées sur l’HA poreux par simple dépôt en suspension d’une
culture cellulaire dans un bioréacteur durant sept jours. Les BMSCs
avec des composés de BMSCs/b-TCP (fig. 3).
pénètrent très bien dans le scaffold d’HA par le biais des macropores. Cutright [35] montre que des implants en b-TCP intra-tibiaux
chez le rat se résorbent en 48 jours avec une croissance
osseuse extensive et une régénération de la moelle osseuse
ou de zinc peut produire une cinétique de résorption plus au contact des implants.
rapide [26]. Pour Cameron [36], il n’y a pas d’effet indésirable chez le chien
Le traitement de surface de l’HA par plasma spray de la tige et après implantation du b-TCP et sa résorption est progressive.
du cotyle de prothèses fémorales limitent les complications L’intérêt du b-TCP combiné à l’ostéogénine, une protéine
liées à l’utilisation de polymethyl méthacrylate (PMMA) [27]. ostéconductrice, a été démontré par des implants calvariaux
Les tiges recouvertes d’HA stimulent l’intégration osseuse chez le lapin [37].
quels que soit le type d’os ou les conditions de charge et Pour Gao [38], le biocorail est supérieur au b-TCP après
elles limitent le risque d’infections et de descellement [28].
implantation segmentaire du tibia (16 mm long).
Chez le lapin les implants en titane à surface poreuse recou- L’association du b-TCP avec la protéine morphogénique de l’os
verts de phosphate de calcium apportées par la méthode sol- rhBMP-2 est une combinaison prometteuse par sa capacité
gel sont mieux ostéo-intégrés que ceux sans couche de ostéogénique et son efficacité à réparer des pertes de sub-
phosphate de calcium[29]. stances osseuses étendues [39].
La céramique biphasique hydroxyapatite/tricalcium phos-
phate (60/40) génère une interface intime avec l’os adjacent.
Bioactives glasses (bioverres)
Même si l’intérêt est limité quand la reconstruction doit
supporter une charge importante, les premiers essais Les verres bioactifs furent développés pour la première fois
d’implantations montrent une bonne intégration [30]. par Hench et al. [40]. Ces verres sont biocompatibles, ostéo-
[(Figure_3)TD$IG]

Figure 3. Cellules mésenchymateuses de moelle osseuse de brebis (BMSCs) sur un scaffold tridimensionnel de bêta-tricalcium phosphate (b-TCP). Les
BMSCs ont été ensemencées sur le scaffold tridimensionnel de b-TCP par simple dépôt en suspension d’une culture cellulaire dans un bioréacteur durant
sept jours. A. Vue en microscopie électronique de la surface du scaffold. B. Vue en microscopie électronique à 500 mm de la surface.

215
F. Chai et al. Rev Stomatol Chir Maxillofac 2011;112:212-221

conducteurs et se lient à l’os sans interface de tissu conjonctif biocompatibles. Les pâtes ou CPC offrent en plus l’avantage
fibreux [34]. d’être modelables et de s’adapter ainsi parfaitement à la
Ce matériel a été largement utilisé pour des comblements forme de la perte de substance osseuse.
osseux en application seule ou combinée avec du matériel Brown et Chow [48] ont été les premiers à proposer des
osseux autogène ou allogène [41]. ciments, mélanges de tetracalcium phosphate (TetCP) et de
Ils sont composés essentiellement de silice, d’oxyde de dicalcium phosphate anhydre (DCPA).
sodium, d’oxyde de calcium et de phosphates. Ceux-ci sont définis par Grüninger et al. [49] comme « des
La réaction de liaison à l’os résulte d’une séquence de poudres ou mélanges de poudres qui – après addition d’eau ou
réactions physicochimiques à l’interface matériau/tissu d’une solution aqueuse – forment à température ambiante ou
osseux. Après une certaine durée d’implantation se forme corporelle des précipitas contenant des cristaux de un ou
biologiquement une fine couche phosphocalcique d’apatite plusieurs phosphates de calcium pour former par leur enche-
qui est ensuite – au moins partiellement – colonisée par l’os vêtrement une masse consistante ».
[42]. Après implantation, cette composition forme de l’HA en
Le comportement des verres bioactifs dépend de leur compo- présence des fluides corporels.
sition [43], du pH environnant, de la température et de la Le principal inconvénient de ces matériaux réside dans la
couche surfacique sur le verre [44]. nécessité d’un contact intime avec l’os receveur pour obtenir
La porosité du scaffold permet ensuite son invasion en pro- l’ostéoconduction.
fondeur de l’os par la différenciation des ostéoblastes en Par ailleurs, la croissance osseuse reste très limitée du
ostéocytes et par une nouvelle vascularisation. Cette porosité fait de la non-ostéo-inductivité de ces matériaux. C’est pour
du bioverre est favorable à sa résorption et augmente sa surmonter cette limitation que l’on a cherché à appliquer
bioactivité [45]. un certain nombre de facteurs de croissance d’origine
Les modèles expérimentaux chez le rat de défects d’os spon- osseuse pour stimuler la croissance osseuse, la synthèse
gieux ont retrouvé une parfaite biocompatibilité et un effet de collagène et la réparation de fractures, tant in vitro qu’in
de comblement par remplacement supérieur avec les biover- vivo.
res par rapport à l’os autogène. Le bioverre déclenche même la La haute biocompatibilité, la facilité de moulage et la capacité
formation osseuse par une matrice osseuse allogénique et sa de l’auto-formation sous des conditions ambiantes en ont
biocompatibilité a été confirmée par l’absence de toute réac- fait des matériaux de choix pour la réparation des tissus durs
tion cellulaire adverse [46]. [50], d’ailleurs, le secteur recherche et développement a
La réponse de liaison avec l’os est augmentée aussi par la trouvé un grand intérêt dans ce domaine ces dernières
microrugosité de la surface, mais c’est la composition qui années.
affecte son intensité. Basés sur leur comportement de fluide au moment de leur
Les verres bioactifs n’induisent aucune ou seulement une très application, les CPC sont utilisés comme biomatériau injectable
faible réaction inflammatoire dans le tissu avoisinant, et après en chirurgie vertébrale (vertébroplastie percutanée, kyphoplas-
six mois, la résorption est complète [47]. tie), ou en traumatologie faciale (fracture de paroi orbitaire).
La nature friable des bioverres limite leur application, c’est Un des inconvénients est le manque de microporosité pour
pourquoi ils sont souvent combinés au polymethyl-métha- une meilleure invasion tissulaire. La taille des pores et la
crylate pour obtenir un ciment osseux ou utilisés comme qualité mécanique jouent donc un rôle majeur pour l’utilité
traitement surfacique sur des implants métalliques pour et l’utilisation des CPC. La taille des pores de certains CPC peut
former une couche carbonée de phosphate de calcium et varier de 2 à 5 nm à 8 à 12 mm, peu favorable pour une
générer une meilleure osté-intégration. application pour les parois orbitaires, par exemple. Initiale-
Parmi les bioverres, on distingue : ment, on pensait que les CPC étaient résorbés simultanément
 BiogranW (développé par Orthovita et produit sous licence à la formation osseuse par ostéoconduction, mais les derniè-
par 3i Implant Innovations Inc, Palm Beach Gardens, Florida) ; res études suggèrent que les CPC génèrent directement
 PerioGlassW (NovaBone Products, Alachua, Florida). l’ostéogenèse [51].
Les principales utilisations en clinique sont les tympanoplas- Bien que le mécanisme de l’ostéo-induction reste peu
ties, le traitement de résorptions parodontales, la reconstruc- clair, les propriétés d’échanges ioniques du CPC avec son
tion de défects du massif facial (le comblement des sinus milieu environnant sont considérées comme des paramè-
frontaux, la réparation du plancher orbitaire), la reconstruction tres les plus pertinents. La haute microporosité des CPC est
de la crête iliaque après prélèvement osseux. . . directement corrélée avec la surface exposée. Pour cette
raison, une dissolution intra-poreuse accélérée peut élever
le taux d’ions libres de calcium ou d’orthophosphate
Ciments de phosphate de calcium (CPC)
pour déclencher la différentiation cellulaire vers des
Les céramiques en phosphate de calcium sont considérées lignées ostéogéniques. De plus, le procès de dissolution-
depuis plus de 30 ans comme des matériaux parfaitement précipitation peut aboutir à la formation d’une couche

216
Les biomatériaux de substitution osseuse : classification et intérêt

minérale semblable à l’os et ainsi initier la formation Substituts osseux à base de facteurs
osseuse. de croissance
Sulfates de calcium
Les facteurs et protéines existant dans l’os sont responsables
Le sulfate de calcium a été utilisé comme biomatériau pour la de la régulation de l’activité cellulaire. Les facteurs de crois-
première fois en 1892 sous sa forme de plâtre de Paris. Il fut sances se lient aux récepteurs membranaires stimulant la
définitivement admis par la Food and Drug Administration réaction intracellulaire.
(FDA) en 1996. En général, cette activité est liée à une protéine kinase qui
Il se résorbe en quatre à 12 semaines, produit à résorption la induit une série d’événements générant la transcription de
plus rapide de tous les substituts ostéoconducteurs disponi- l’acide ribonucléique messager (ARNm) pour synthétiser au
bles. Le suintement occasionnel de plaies est probablement le final une protéine avec une fonction intra et extracellulaire.
résultat de l’effet osmotique du plâtre. La combinaison et l’activité simultanée de plusieurs facteurs
Le sulfate de calcium avec une structure cristalline brevetée entraı̂nent à la fois une production et une résorption osseuse
comme alpha-hemihydrate, est utilisé comme comblement contrôlées.
osseux avec une résorption totale, remodelant l’os avec Parmi ces facteurs résidant le plus souvent dans la matrice
sa forme anatomique et ses propriétés structurales. Les extracellulaire osseuse, on distingue :
applications du sulfate de calcium comme substitut osseux  le Transforming Growth Factor b (TGF-b) ;
sont essentiellement le comblement de kystes, de cavités  l’IGF-1 et Insulin-like Growth Factor 1 et 2 (IGF-2) ;
osseuses, de lésions bénignes, de défects segmentaires  le facteur de croissance plaquettaire (Platelet-Derived
osseux, l’expansion de greffes pour la fusion spinale et le Growth Factor [PDGF]) ;
comblement de sites de prélèvement osseux.  le facteur de croissance fibroblastique (basic Fibroblast
En raison de sa dégradation rapide, son utilisation en zone de
Growth Factor [bFGF]) ;
charge est à éviter.
 les protéines morphogéniques de l’os (Bone Morphogenetic
Proteins [BMP]).
Substituts osseux à base de polymères Ces facteurs ont été isolés et parfois même synthétisés.
Les IGF-1 et TGFb modulent la synthèse du cartilage, alors que
Les polymères présentent des caractéristiques mécaniques,
le bFGF – produit localement dans l’os – est un facteur
physiques et chimiques différents des autres matériaux.
mitogénique puissant stimulant la différenciation des chon-
On distingue des polymères naturels ou synthétiques, dégra-
drocytes et ostéocytes.
dables ou non-dégradables, parmi eux :
Le PDGF quant à lui a une action stimulante sur la réparation
 HealosW (DePuy Orthopaedics Inc, Warsaw, Indiana) est un
de fractures en activant la multiplication ostéoblastique.
polymère naturel, composite polymère-céramique formé de
Les BMP sont des molécules bioactives induisant la formation
fibres de collagène recouvertes d’HA. Il est indiqué pour la
osseuse. Elles trouvent une application clinique notamment
fusion spinale ;
pour la réparation de défects osseux.
 CortossW (Orthovita Inc, Malvern, Pennsylvanie) est un
Les composites poreux en polymères/HA fournissent d’excel-
produit injectable basé sur des résines pour applications sur lents porteurs pour la libération de rhBMP-2, promouvant
zones de charge ; ainsi la régénération osseuse [52].La FDA a approuvé l’utilisa-
 RhakossW (Orthovita Inc, Malvern, Pennsylvanie) est une tion du PMA/rhBMP-2 (InfuseW Bone Graft, Medtronic) en
résine composite disponible comme produit solide sous remplacement d’autogreffes pour la fusion spinale et le
différentes formes pour des applications spinales. traitement des fractures ouvertes du tibia.
Les polymères dégradables naturels ou synthétiques sont Le rhBMP-7 (OP-1W Implant, Olympus) est considéré comme un
entièrement résorbés par l’organisme. Ils laissent alors l’orga- dispositif à utilisation humanitaire (Humanitarian Use Device
nisme se charger complètement de la guérison sans laisser de [HUD]) approuvé comme substitut d’autogreffes pour les
résidus de corps étrangers. fractures des os longs.
Dans ce but, les producteurs proposent des polymères dégra- Le rhBMP-7 (OP-1W Putty) est également un HUD approuvé
dables comme l’acide polylactique et polylacto-co-glycolique pour la fusion spinale lorsqu’une reconstruction autologue
comme dispositifs autonomes ou en composites avec l’acide n’est pas envisageable.
hyaluronique pour des barrières parodontologiques : Ces applications cliniques démontrent la capacité ostéocon-
 BoneTec, Inc (Toronto, Canada) a développé un acide ductrice impressionnante de ces matériaux.
polylacto-co-glycolique poreux sous forme de mousse ; L’utilisation clinique des facteurs de croissance est essentiel-
 Immix Extenders (OsteoBiologics Inc, San Antonio, Texas), lement limitée par les problèmes de libération.
autre acide polylacto-co-glycolique particulier est utilisé En effet, la méthode d’administration nécessite la mise en
comme extenseur de greffons. place directe sur le site chirurgical. Les résultats sont plus

217
F. Chai et al. Rev Stomatol Chir Maxillofac 2011;112:212-221

prometteurs quand les facteurs de croissance sont combinés à topoı̈étiques, cellules neurales, adipocytes, cellules musculaires,
un substrat ou un scaffold, permettant une libération contrô- myocytes, chondrocytes, ı̂lots pancréatiques et ostéoblastes.
lée dans le temps. L’emploi de facteurs visant à stimuler les cellules souches in
Les réglementations de la FDA vont déterminer leur disponi- vivo afin d’initier le procès de régénération a été longtemps
bilité, c’est le rapport coût/bénéfice qui définira finalement imaginé. Leur succès reste limité en raison des problèmes de
leur utilisation clinique. dosage, du manque d’activité complète de facteurs recombi-
Certains produits sont d’ores et déjà sur le marché. nés et de l’incapacité à maintenir la présence d’un facteur
durant une période appropriée.
Des matrices activées par thérapie géniques (plasmides) sont
Substituts osseux à base de produits
en expérimentation, elles permettent d’induire le codage de
cellulaires facteurs de croissance et de différenciation cellulaire.
Des cellules de moelle osseuse fraı̂che ou des cellules
Il est aujourd’hui techniquement possible d’induire la différen- souches mésenchymateuses cultivées (MSCs) combinées
ciation in vitro de cellules souches mésenchymateuses vers des aux céramiques poreuses et implantées chez le rat ou le
lignées ostéoblastiques par la présence de divers additifs chien ont bien révélé un potentiel ostéogénique [55].
comme le dexaméthasone, l’acide ascorbique ou le b-glycero- En revanche, la réparation de cartilage endommagé est un
phosphate. plus grand défi puisque le cartilage est peu épais et encore
Il en est de même pour l’addition de TGF-b et BMP-2, BMP-4 et moins vascularisé. Toutefois, certains essais d’implantation de
BMP-7.
MSCs cultivées chez le lapin dans des défects du condyle
En laboratoire, on combine des cellules souches mésenchy-
fémoral ont abouti à la formation uniforme de chondrocytes
mateuses de la moelle osseuse avec des céramiques poreuses pour recréer la surface condylienne [56].
pour remplacer des pertes osseuses segmentaires chez le rat Malgré les défis d’isolement, d’expansion et de caractérisation
ou le chien. La réparation osseuse se fait très rapidement en des populations de cellules souches, celles-ci tiennent des
deux mois. promesses formidables pour la régénération tissulaire au
Des cellules souches mésenchymateuses ont également été niveau clinique.
incorporées dans des céramiques bioactives afin d’induire une
différenciation ostéoblastique. Ces méthodes sont proposées
Collagène
pour des traitements de surface de dispositifs stimulant l’ostéo-
synthèse. Le collagène est utilisé comme matériel ostéo-inducteur en
combinaison avec des porteurs ostéoconducteurs comme l’HA
Cellules souches ou le TCP, approuvés par la FDA en 1991. Ces composites sont
La recherche sur les cellules souches attire une attention mélangés avec la moelle osseuse autologue contenant par
particulière en raison de la controverse éthique associée au conséquent des cellules ostéoprogénitrices et autres facteurs
sacrifice d’embryon humain et le potentiel clinique de cellules de croissance.
souches pour les thérapies régénératives et réparatrices. Les expériences de Chapman et al. [57], avec des greffes pro-
Les cellules souches sont des cellules immatures ou indiffé- venant de la crête iliaque et un composite de calcium/collagène
renciées capables de produire toutes cellules sœurs identi- pour traiter des fractures de l’os long, ont conduit les auteurs à
ques [53]. la conclusion que ce composite combiné à la moelle osseuse
On distingue les cellules somatiques de l’adulte (hématopoı̈é- autologue pouvait remplacer les greffes d’os autologue.
tiques HSC, mésenchymateuses de la moelle osseuse MSC, En revanche, son utilisation comme comblement d’os méta-
neurales NSC, épithéliales) et les cellules embryonnaires du physaire n’est pas recommandé en raison de l’absence de
cordon ombilical. support structurel.
Le prélèvement de moelle osseuse permet d’obtenir deux
types de cellules : Thérapie génique
 les cellules souches hématopoı̈étiques générant toute la La thérapie génique utilise le transfert des informations
lignée des cellules sanguines ; géniques aux cellules : quand un gène est transféré à une
 les cellules souches mésenchymateuses d’où se déclinent cellule cible, cette cellule synthétise la protéine codée par ce
les différents tissus conjonctifs comme le tissu osseux et le gène. Afin de garantir l’expression du gène, l’ADN transféré
tissu adipeux. doit entrer dans le noyau pour être transcrit. L’ARNm résultant
Les cellules souches mésenchymateuses sont aussi couram- est alors envoyé en dehors du noyau et sert de matrice pour la
ment utilisées pour la réparation et la régénération de l’os, du production de protéines dans ses ribosomes.
cartilage, du muscle, des tendons et ligaments [54]. Tomita et al. [58] ont été les premiers à réussir le transfert de
Avec les cellules souches embryonnaires de la souris, on peut gènes dans le cartilage articulaire en utilisant une suspension
générer différents phénotypes comme les précurseurs héma- de liposomes contenant le SV40 du virus hémagglutinant

218
Les biomatériaux de substitution osseuse : classification et intérêt

(HVJ Sendai virus). Le transfert de facteurs de croissance a été Les avancés en ingénierie tissulaire et en sciences biologiques,
mis en œuvre avec le gène du BMP-7 inoculé sur un scaffold de physiques et d’ingénierie, vont permettre la création de
polymère implanté dans un défect ostéochondral d’un genou d’implants bioactifs régénérant et restaurant les fonctions
de lapin [59]. tissulaires. On pourra les fonctionnaliser avec des facteurs de
croissances et incorporer des cellules souches mésenchyma-
Autres substituts osseux teuses pour en faire de vrais supports biologiques. On peut
donc imaginer la fabrication de tissus osseux ex vivo dans des
bioréacteurs pour une utilisation directe dans le système
Corail
squelettique.
Chiroff et al. [60] ont observé les premiers que les coraux
avaient un squelette similaire à l’os cortical et spongieux avec
une porosité interconnectée. Ce système fut approuvé par la
Les thématiques avancées de recherche
FDA en 1992.
Nouveaux matériaux et approches
L’HA corallin est obtenu par un échange hydrothermal qui
convertit le phosphate de calcium en un HA cristallin avec des Malgré les nombreuses avancés concernant les substituts
pores d’un diamètre de 200 à 500 mm et une structure osseux, de nouveaux matériaux et approches pour la recon-
similaire de l’os trabéculaire humain. struction osseuse sont en développement et en expérimenta-
Les performances cliniques de l’os spongieux autologue et de tion. Un domaine excitant est l’ingénierie tissulaire qui peut
l’HA corallin sont similaires quand ils sont employés comme être définie comme l’application de principes biologiques,
comblements osseux. chimiques et d’ingénierie à la réparation, restauration ou
Par ailleurs, l’HA corallin a été utilisé avec succès comme régénération de tissus vivants tout en utilisant des biomaté-
porteur de facteurs de croissance : BMP, TGF-b, et bFGF. riaux, cellules et facteurs, autonomes ou combinés.
Sous forme granulaire ou en blocs de taille adaptée au défect Appliquant l’ingénierie tissulaire à la reconstruction osseuse,
osseux, l’utilisation de l’HA corallin permet donc d’éviter la on développe des matrices biocompatibles et biodégradables
morbidité des sites donneurs ; il est cliniquement effectif pour possédant beaucoup d’autres propriétés essentielles pour la
de nombreuses applications (cavités osseuses, dépressions guérison osseuse. Des microsphères servent à concevoir des
tibiales, chirurgie de la main, chirurgie maxillofaciale) et matrices biomimétiques poreuses avec des surfaces ostéo-
malgré sa résorption lente, ce matériau n’induit aucun effet conductrices pour l’attachement des ostéoblastes et avec un
indésirable. système de pores interconnectés permettant la prolifération
Il faut toutefois éviter de l’utiliser en regard des surfaces et migration cellulaires.
articulaires du fait du risque de migration dans l’articulation. Ces matrices de base peuvent être combinées avec des bio-
céramiques pour former des matrices composites. La stratégie
derrière ces composites permettrait un bénéfice des deux
Chitosan et squelette d’éponge matériaux dans le même dispositif. La composite polymère/
Pendant les trois dernières décennies, une vaste gamme de céramique stimulerait la minéralisation pour former de l’os
biomatériaux ont été proposés pour servir de scaffold à la nouveau. De plus, de telles matrices composites peuvent
croissance cellulaire, mais peu ont affirmé une utilisation servir de surface efficace pour l’attachement de cellules sou-
clinique efficace. ches transfectées produisant des facteurs de croissance
Les squelettes naturels d’éponges marines ainsi que le chito- comme les BMP.
san [61] se sont révélés comme des biomatériaux efficaces
pour l’ingénierie tissulaire. L’abondance et la diversité struc- Conclusion
turale des squelettes naturels d’éponges marines ainsi que
leur potentiel multifonctionnel, leurs réseaux conducteurs et Beaucoup de produits sur le marché remplissent les besoins
inducteurs cellulaires complétés de fibres de collagène en ont de substituts osseux, mais a-t-on déjà le substitut idéal :
fait un matériau prometteur. ostéoconductivité et ostéo-inductivité ? Comme on découvre
Le Chitosan, est un dérivé du polysaccharide chitine. Ce et adapte toujours de nouveau matériaux, les produits déjà
biopolymère naturel abondamment disponible dans les existant peuvent trouver de nouvelles applications et effets
exosquelettes de crustacés pourrait être un matériau effi- en les combinant avec les technologies émergentes. De plus,
cace pour la réparation osseuse en raison de sa biocompa- comme les chercheurs continuent de trouver de nouveaux
tibilité. matériaux et approches biologiques, l’avenir des substituts
Les composites hydroxyapatite/chitosan ont un bon effet osseux reste un thème d’expansion. Les futurs implants
ostéoconducteur à condition d’être en contact intime avec osseux biosynthétiques pourront répondre au besoin de gref-
l’os receveur. Ils pourraient alors trouver toute leur place en fes osseuses autologues. L’intérêt de combiner des protéines
application clinique. ostéoconductrices à un porteur ostéoconducteur pour faciliter

219
F. Chai et al. Rev Stomatol Chir Maxillofac 2011;112:212-221

la libération contrôlée et/ou pour obtenir un scaffold pour la [14] Ghosh SK, Nandi SK, Kundu B, Datta S, De DK, Roy SK, et al. In
vivo response of porous hydroxyapatite and beta-tricalcium
construction osseuse est croissant.
phosphate prepared by aqueous solution combustion method
Les futures avancées en ingénierie tissulaire, « l’intégration des and comparison with bioglass scaffolds. J Biomed Mater Res B
sciences biologiques, physiques et d’ingénierie » créeront de Appl Biomater 2008;86:217–27.
nouveaux substituts porteurs qui peuvent régénérer et res- [15] Nandi SK, Kundu B, Ghosh SK, De DK, Basu D. Efficacy of nano-
taurer les tissus dans leur fonction initiale. Ces substrats hydroxyapatite prepared by an aqueous solution combustion
pourront recevoir de nouvelles familles de facteurs de technique in healing bone defects of goat. J Vet Sci 2008;9:
183–91.
croissance, produire des scaffolds biologiques pour l’incor- [16] Noshi T, Yoshikawa T, Ikeuchi M, Dohi Y, Ohgushi H, Horiuchi K,
poration de cellules souches mésenchymateuses. Puis, le et al. Enhancement of the in vivo osteogenic potential of
développement de bioréacteurs ex vivo capables de fabri- marrow/hydroxyapatite composites by bovine bone morpho-
quer l’os avec des fonctions biomécaniques appropriées et genetic protein. J Biomed Mater Res 2000;52:621–30.
[17] Lepretre S, Chai F, Hornez JC, Vermet G, Neut C, Descamps M,
fournir des dispositifs implantables directement dans le
et al. Prolonged local antibiotics delivery from hydroxyapatite
squelette. functionalised with cyclodextrin polymers. Biomaterials
2009;30:6086–93.
Déclaration d’intérêts [18] Daculsi G. Biphasic calcium phosphate concept applied to
artificial bone, implant coating and injectable bone substitute.
Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en Biomaterials 1998;19:1473–8.
[19] Gauthier O, Bouler JM, Weiss P, Bosco J, Daculsi G, Aguado E.
relation avec cet article. Kinetic study of bone in growth and ceramic resorption asso-
ciated with the implantation of different injectable calcium-
phosphate bone substitutes. J Biomed Mater Res 1999;47:
Références 28–35.
[20] Kuhne JH, Bartl R, Frisch B, Hammer C, Jansson V, Zimmer M.
[1] McKee MD. Management of segmental bony defects: the role Bone formation in coralline hydroxyapatite. Effects of pore size
of osteoconductive orthobiologics. J Am Acad Orthop Surg studied in rabbits. Acta Orthop Scand 1994;65:246–52.
2006;14:S163–7. [21] Toth JM, An HS, Lim TH, Ran Y, Weiss NG, Lundberg WR, et al.
[2] Laurencin C, Khan Y, El-Amin SF. Bone graft substitutes. Expert Evaluation of porous biphasic calcium phosphate ceramics for
Rev Med Devices 2006;3:49–57. anterior cervical interbody fusion in a caprine model. Spine
[3] Katz JM, Nataraj C, Jaw R, Deigl E, Bursac P. Demineralised bone (PhilaPa 1976) 1995;20:2203–10.
matrix as an osteoinductive biomaterial and in vitro predictors [22] Johnson KD, Frierson KE, Keller TS, Cook C, Scheinberg R,
of its biological potential. J Biomed Mater Res B Appl Biomater Zerwekh J, et al. Porous ceramics as bone graft substitutes
2009;89:127–34. in long bone defects: a biomechanical, histological, and radio-
[4] Wang JC, Alanay A, Mark D, Kanim LE, Campbell PA, Dawson EG, graphic analysis. J Orthop Res 1996;14:351–69.
et al. A comparison of commercially available demineralised [23] Kaito T, Mukai Y, Nishikawa M, Ando W, Yoshikawa H, Myoui A.
bone matrix for spinal fusion. Eur Spine J 2007;16:1233–40. Dual hydroxyapatite composite with porous and solid parts:
[5] Tuli SM, Singh AD. The osteoninductive property of decalcified experimental study using canine lumbar interbody fusion
bone matrix. An experimental study. J Bone Joint Surg Br model. J Biomed Mater Res B Appl Biomater 2006;78:378–84.
1978;60:116–23. [24] Motomiya M, Ito M, Takahata M, Kadoya K, Irie K, Abumi K et al.
[6] Docquier PL, Delloye C. Treatment of aneurysmal bone cysts by Effect of Hydroxyapatite porous characteristics on healing
introduction of demineralised bone and autogenous bone outcomes in rabbit posterolateral spinal fusion model. Eur
marrow. J Bone Joint Surg Am 2005;87:2253–8. Spine J 2007;16:2215–24.
[7] Tynan JR, Schachar NS, Marshall GB, Gray RR. Pathologic [25] Santos MH, Valerio P, Goes AM, Leite MF, Heneine LG, Mansur HS.
fracture through a unicameral bone cyst of the pelvis: CT- Biocompatibility evaluation of hydroxyapatite/collagen nano-
guided percutaneous curettage, biopsy, and bone matrix injec- composites doped with Zn+2. Biomed Mater 2007;2:135–41.
tion. J Vasc Interv Radiol 2005;16:293–6. [26] Braye F, Irigaray JL, Jallot E, Oudadesse H, Weber G, Deschamps
[8] Damien CJ, Parsons JR, Prewett AB, Rietveld DC, Zimmerman N, et al. Resorption kinetics of osseous substitute: natural coral
MC. Investigation of an organic delivery system for deminer- and synthetic hydroxyapatite. Biomaterials 1996;17:1345–50.
alised bone matrix in a delayed-healing cranial defect model. J [27] Moroni A, Pegreffi F, Cadossi M, Hoang-Kim A, Lio V, Giannini S.
Biomed Mater Res 1994;28:553–61. Hydroxyapatite-coated external fixation pins. Expert Rev Med
[9] Knothe UR, Springfield DS. A novel surgical procedure for Devices 2005;2:465–71.
bridging of massive bone defects. World J Surg Oncol [28] Hayashi K, Uenoyama K, Mashima T, Sugioka Y. Remodelling of
2005;3:7–11. bone around hydroxyapatite and titanium in experimental
[10] Connolly JF. Injectable bone marrow preparations to stimulate osteoporosis. Biomaterials 1994;15:11–6.
osteogenic repair. Clin Orthop Relat Res 1995;8–18. [29] Nguyen HQ, Deporter DA, Pilliar RM, Valiquette N, Yakubovich
[11] Lieberman JR, Ghivizzani SC, Evans CH. Gene transfer R. The effect of sol-gel-formed calcium phosphate coatings on
approaches to the healing of bone and cartilage. Mol Ther bone ingrowth and osteoconductivity of porous-surfaced Ti
2002;6:141–7. alloy implants. Biomaterials 2004;25:865–76.
[12] Bohner M. Calcium orthophosphates in medicine: from ceramics [30] Balcik C, Tokdemir T, Senkoylu A, Koc N, Timucin M, Akin S, et al.
to calcium phosphate cements. Injury 2000;31(Suppl 4):37–47. Early weight bearing of porous HA/TCP (60/40) ceramics in
[13] Hak DJ. The use of osteoconductive bone graft substitutes in vivo: a longitudinal study in a segmental bone defect model of
orthopaedic trauma. J Am Acad Orthop Surg 2007;15:525–36. rabbit. Acta Biomater 2007;3:985–96.

220
Les biomatériaux de substitution osseuse : classification et intérêt

[31] Daculsi G, LeGeros RZ, Heughebaert M, Barbieux I. Formation of [47] Moimas L, Biasotto M, Di LR, Olivo A, Schmid C. Rabbit pilot
carbonate-apatite crystals after implantation of calcium phos- study on the resorbability of three-dimensional bioactive glass
phate ceramics. Calcif Tissue Int 1990;46:20–7. fibre scaffolds. Acta Biomater 2006;2:191–9.
[32] Shigaku S, Katsuyuki F. Beta-tricalcium phosphate as a bone [48] Brown WE, Chow LC. A new calcium phosphate setting cement.
graft substitute. Jikeikai Med J 2005;52:47–54. J Dent Res 1983;62:672.
[33] Nandi SK, Ghosh SK, Kundu B, De DK, Basu D. Evaluation of new [49] Gruninger A, Hugo B, Stassinakis A, Hotz P. The Celay System.
porous beta-tricalcium phosphate ceramic as bone substitute Preparation and use of ceramic in- and onlays produced by the
in goat model. Small Rumin Res 2008;75:144–53. copy milling method. Schweiz Monatsschr Zahnmed 1996;106:
[34] Zhang H, Ye XJ, Li JS. Preparation and biocompatibility evalua- 126–40.
tion of apatite/wollastonite-derived porous bioactive glass [50] Tien YC, Chih TT, Lin JH, Ju CP, Lin SD. Augmentation of tendon-
ceramic scaffolds. Biomed Mater 2009;4:045007. bone healing by the use of calcium-phosphate cement. J Bone
[35] Cutright DE, Bhaskar SN, Brady JM, Getter L, Posey WR. Reac- Joint Surg Br 2004;86:1072–6.
tion of bone to tricalcium phosphate ceramic pellets. Oral Surg [51] Friedman CD, Costantino PD, Takagi S, Chow LC. BoneSource
Oral Med Oral Pathol 1972;33:850–6. hydroxyapatite cement: a novel biomaterial for craniofacial
[36] Cameron HU, Macnab I, Pilliar RM. Evaluation of biodegradable skeletal tissue engineering and reconstruction. J Biomed Mater
ceramic. J Biomed Mater Res 1977;11:179–86. Res 1998;43:428–32.
[37] Breitbart AS, Staffenberg DA, Thorne CH, Glat PM, Cunningham [52] Kaito T, Myoui A, Takaoka K, Saito N, Nishikawa M, Tamai N,
NS, Reddi AH, et al. Tricalcium phosphate and osteogenin: a et al. Potentiation of the activity of bone morphogenetic
bioactive onlay bone graft substitute. Plast Reconstr Surg protein-2 in bone regeneration by a PLA-PEG/hydroxyapatite
1995;96:699–708. composite. Biomaterials 2005;26:73–9.
[38] Gao TJ, Tuominen TK, Lindholm TS, Kommonen B, Lindholm TC. [53] Robey PG. Stem cells near the century mark. J Clin Invest
Morphological and biomechanical difference in healing in 2000;105:1489–91.
segmental tibial defects implanted with Biocoral or tricalcium [54] Bruder SP, Kurth AA, Shea M, Hayes WC, Jaiswal N, Kadiyala S.
phosphate cylinders. Biomaterials 1997;18:219–23. Bone regeneration by implantation of purified, culture-
[39] Yoneda M, Terai H, Imai Y, Okada T, Nozaki K, Inoue H, et al. expanded human mesenchymal stem cells. J Orthop Res
Repair of an intercalated long bone defect with a synthetic 1998;16:155–62.
biodegradable bone-inducing implant. Biomaterials 2005;26: [55] Sempuku T, Ohgushi H, Okumura M, Tamai S. Osteogenic
5145–52. potential of allogeneic rat marrow cells in porous hydroxya-
[40] Hench LL, Splinter RJ, Allen WC, Greenlee TK. Bonding mechan- patite ceramics: a histological study. J Orthop Res 1996;14:
isms at the interface of ceramic prosthetic materials. J Biomed 907–13.
Mater Res 1971;5:117–41. [56] Koga H, Engebretsen L, Brinchmann JE, Muneta T, Sekiya I.
[41] Dorea HC, McLaughlin RM, Cantwell HD, Read R, Armbrust L, Mesenchymal stem cell-based therapy for cartilage repair:
Pool R, et al. Evaluation of healing in feline femoral defects a review. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc 2009;17:
filled with cancellous autograft, cancellous allograft or Bio- 1289–97.
glass. Vet Comp Orthop Traumatol 2005;18:157–68. [57] Chapman MW, Bucholz R, Cornell C. Treatment of acute
[42] Neo M, Nakamura T, Ohtsuki C, Kasai R, Kokubo T, Yamamuro T. fractures with a collagen-calcium phosphate graft material.
Ultrastructural study of the A-W GC-bone interface after long- A randomised clinical trial. J Bone Joint Surg Am 1997;79:
term implantation in rat and human bone. J Biomed Mater Res 495–502.
1994;28:365–72. [58] Tomita T, Hashimoto H, Tomita N, Morishita R, Lee SB, Haya-
[43] Brink M. The influence of alkali and alkaline earths on the shida K, et al. In vivo direct gene transfer into articular cartilage
working range for bioactive glasses. J Biomed Mater Res by intraarticular injection mediated by HVJ (Sendai virus) and
1997;36:109–17. liposomes. Arthritis Rheum 1997;40:901–6.
[44] Gatti AM, Zaffe D, Gatti AM, Zaffe D. Long-term behaviour of [59] Mason JM, Breitbart AS, Barcia M, Porti D, Pergolizzi RG,
active glasses in sheep mandibular bone. Biomaterials 1991;12: Grande DA. Cartilage and bone regeneration using gene-
345–50. enhanced tissue engineering. Clin Orthop Relat Res 2000;
[45] De Aza PN, Luklinska ZB, Santos C, Guitian F, De AS. Mechanism S171–8.
of bone-like formation on a bioactive implant in vivo. Bioma- [60] Chiroff RT, White EW, Weber KN, Roy DM. Tissue ingrowth of
terials 2003;24:1437–45. Replamineform implants. J Biomed Mater Res 1975;9:29–45.
[46] Pajamaki KJ, Andersson OH, Lindholm TS, Karlsson KH, Yli-Urpo [61] Mukherjee DP, Tunkle AS, Roberts RA, Clavenna A, Rogers S,
A. Induction of new bone by allogeneic demineralised bone Smith D. An animal evaluation of a paste of chitosan glutamate
matrix combined to bioactive glass composite in the rat. Ann and hydroxyapatite as a synthetic bone graft material. J
Chir Gynaecol Suppl 1993;207:137–43. Biomed Mater Res B Appl Biomater 2003;67:603–9.

221