Vous êtes sur la page 1sur 10

L’une des fonctions les plus importantes de la comptabilité financière est de fournir

des informations sur la situation économique et financière des sociétés d’un groupe, afin que
les actionnaires et les investisseurs potentiels soient en mesure de faire des analyses et des
comparaisons de sociétés qui leur permettent d’effectuer des choix rationnels en matière
d’investissement.

Donc il est dans l’intérêt des entreprises de fournir au marché les informations
nécessaires, aussi bien en terme de quantité que de qualité. Certaines informations peuvent
être privilégiées en fonction des objectifs et des groupes d’utilisateurs visés.

Les normes comptables Internationales, ont pour but d’assurer une certaines
comparabilité des états financiers d’entreprises, étant donné que les états financiers établis
conformément à la réglementation et aux usages d’un pays donné sont souvent difficilement
compréhensibles par les investisseurs étrangers.

Ces investisseurs veulent détenir des informations suffisantes et comparables, ainsi ils
préfèrent que ces informations leurs soient communiquées sous une forme qui leur est
habituelle, qu’ils comprennent facilement, et qui leur permet de faire des comparaisons avec
les entreprises locales.

Les normes IAS/IFRS s’appliquent à toutes les sociétés cotées en Bourse dont la
politique d’information doit respecter les contraintes imposées par le marché, quant aux
entreprises, elles sont en concurrence pour l’obtention de ressources financières rares, si elles
veulent obtenir des conditions de financement satisfaisantes et économiques acceptables, elles
doivent satisfaire les attentes des investisseurs en matière d’information.

Le plan de ce mémoire se subdivise en trois parties principales :

 Dans une première partie, on examinera les fondamentaux et mécanismes


des normes IAS/IFRS.
 La deuxième partie détaillera ces normes et procédera à leur impact sur les
états financiers.
 Finalement, la dernière partie fera l’objet d’un cas d’une Entreprise
marocaine, dans lequel nous répondons à des interrogations de type :

Quel l’impact de l’application de ces normes sur les principaux états financiers ?
Ce mémoire se terminera par la présentation d’une conclusion générale, qui mettra en
relief les principaux apports de cette recherche, ainsi que les pistes de recherches
envisageable.

La comptabilité n’est plus seulement un moyen de preuve, mais c’est aussi un outil
indispensable au service de l’information, désormais appelé comptabilité financière, elle
permet également d’établir des états financiers qui donnent des informations fiables,
pertinents et fidèles aux dirigeants, aux actionnaires et aux tiers, ces informations permettent
les prises de décision et la comparaison des performances, dans un marché où les capitaux, et
les entreprises sont internationaux, la comptabilité doit aussi être internationale pour atteindre
l’objectif de comparaison des performances.

En fait, ces entreprises ont tendance à préférer un système comptable uniforme pour
toute l’organisation car cela facilite le contrôle interne et simplifie l’audit externe.

Après avoir rappelé l’importance de l’adoption des normes comptables IAS/IFRS,


j’aborderai dans une première partie les thèmes suivants :

 <!--[endif]-->Définition des normes IAS/IFRS;

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Un aperçu sur l’organisme qu’il les produit ;

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Le cadre de préparation et de présentation de


l’information financière (dit cadre conceptuel) qui regroupe un ensemble d’objectifs et
de principes comptables fondamentaux liés entre eux, et destinés à permettre d’assurer
la définition de normes cohérentes ;

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Et enfin, les règles d’évaluation qui sont


appliquées par ces normes IAS/IFRS.

publié par adil @ 16:52 0 commentaires

Chapitre I : concepts et mécanisme des


normes IAS/IFRS
1) <!--[endif]-->Définition:
IAS/IFRS (International Accounting Standards/International Financial
Reporting Standards) est un ensemble de règles internationales uniques auxquelles les
entreprises cotées en bourse, ou filiales de grands groupes internationaux cotés sont tenues de
répondre à compter de 2005 pour présenter leurs comptes consolidés. L’objectif de cette
nouvelle réglementation est d’accéder à une plus grande transparence dans l’analyse d’une
situation financière et économique de l’entreprise vis-à-vis des tiers.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme statutaire en 2001, il a été ainsi


décidé d’utiliser un nouveau vocabulaire pour les nouvelles normes ifrs à émettre :

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Le vocabulaire jusqu’alors utilisé est celui


d’IAS (International Accounting standard) : norme comptable international ;

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->La nouvelle terminologie est : IFRS


(International Financial Reporting Statement) : norme internationale relative à l’information
financière.

Les normes comptables internationales (IAS/IFRS) sont adoptées par l'organisme


international de normalisation comptable, l' International Accounting Standards Board : «
IASB »

2) Priorités :

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Créer les conditions optimales pour un marché des


capitaux intégré et efficace en augmentant la comparabilité des comptes dans le marché
unique pour faciliter la concurrence et la circulation de capitaux ;

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Adopter un règlement si l'on veut garantir que toutes


les sociétés cotées à la bourse appliqueront bien les normes IAS à partir de 2005
(crédibilité, évaluation, concurrence).

3) Champ d’application :

Dès 2005, toutes les sociétés cotées de l'UE (y compris les banques et les entreprises
d'assurance) sont tenues d'appliquer des normes comptables internationales de haute qualité
dans la préparation de leurs comptes consolidés. Les États membres peuvent aussi autoriser
ou obliger ces entreprises à appliquer ce système à leurs comptes annuels.

4) Mécanisme d’adoption :
Pour qu'une norme comptable internationale puisse être adoptée, elle devra refléter
une image fidèle et honnête de la situation financière et des résultats de l'entreprise, répondre
à l'intérêt public européen et satisfaire la qualité de l'information requise.

5) Les objectifs des IAS/IFRS :

 Répondre à la croissance rapide de l’internalisation des échanges ;

 Elaborer dans l’intérêt général un jeu unique de normes comptables de


haute qualité ;

 Satisfaire les besoins des marchés financiers et donner à leurs états


financiers une meilleure visibilité internationale et une meilleure
crédibilité ;

 Assurer une meilleure comparabilité des états financiers au sein des


entreprises cotées en bourse ;

 Satisfaire les besoins des investisseurs en matière d’information.

Chapitre II : l’IASC/l’IASB

1) Définition :
Est un organisme professionnel comptable privée et totalement indépendant qui a pour
objectif la production d’une information financière de haute qualité, transparente, comparable
pour aider les investisseurs dans leurs prises de décision.

L’IASC<!--[if !supportFootnotes]-->[1]<!--[endif]--> a modifié son nom en


IASB<!--[if !supportFootnotes]-->[2]<!--[endif]--> (B pour Board) en avril 2001, à la suite
de la modification de ses structures qui donne une importance et une indépendance nettement
plus importante au Board.

L’appellation normes IFRS remplaçant l’appellation IAS va également dans le même


sens. L’accent n’est plus mis sur des standards comptables mais sur des standards liés à
l’information financière.

2) Le financement de l’IASC :

Le financement de l’IASC provient pour moitié de ses membres et de l’IFAC<!--[if !


supportFootnotes]-->[3]<!--[endif]-->.
Et pour l’autre moitié, de contributions d’Entreprises multinationales et de grands cabinets
comptables ainsi que de la vente de publications.

3) <!--[endif]-->L’historique de l’IASC/IASB :

L’IASC/IASB est un rassemblement d’expert comptables et d’auditeurs qui s’est fixé


pour objectif d’élaborer un ensemble de normes ifrs pour les transactions internationales et
les organisations commerciales. Il a été fondé en 1973 à l’initiative d’Henry Benson,
partenaire de Coopers & Lybrand , par les organisations comptables professionnelles de 10
pays : (Etats Unis, Royaume Unis, France, Allemagne, Mexique, Canada, Japon, Pays Bas,
Irlande et l’Australie)<!--[if !supportFootnotes]-->[4]<!--[endif]-->.

A l’origine, les normes de l’IASC étaient destinées à apporter une réponse à la croissance
rapide de l’internationalisation des échanges et le conseil a approuvé toute une série de
normes ifrs supposées constituer un ensemble de pratiques jugées les meilleurs pour les
sociétés internationales<!--[if !supportFootnotes]-->[5]<!--[endif]-->.Elles ont surtout été
utilisées partiellement et volontairement par un petit nombre d’entreprises pour
l’établissement des comptes consolidés destinés aux investisseurs internationaux.

Dans les années 1980, l’IASC a considéré que sa mission consistait non seulement à
élaborer des normes comptables pour les pays développés, mais également à offrir aux
professions comptables naissantes et aux nouveaux organismes de normalisation un ensemble
de règles toutes prêtes. Cet objectif a reçu le soutien de l’International Federation Of

Accounttants ( IFAS).
Ce rapprochement a donné à l’IASC l’appuie des organisations membres de l’IFAS. Cette
organisation a également fourni des fonds pour permettre à des pays en voie de
développement de participer au conseil.

A la fin des années 1980, l’IASC a adopté une nouvelle politique caractérisée par une
plus grande implications des instances nationales de normalisation, par un financement plus
diversifié et surtout par la volonté d’établir des normes reconnues par toutes les Bourses du
monde.
En 1987, un accord avec l’IOSCO<!--[if !supportFootnotes]-->[6]<!--[endif]--> a
aboutit à l’adoption d’un programme d’améliorations dont l’objectif était d’éliminer la plupart
des options et de compléter l’étendue des sujets couverts.

Ce programme a été abandonné en 1993 à l’issue du processus prévu, la commission


technique de l’IOSCO refusa de reconnaître les normes révisées.

En 1995, un nouveau programme fut annoncé lors du congré annuel de l’IOSCO à


Paris. Ce programme devrait conduire à la reconnaissance des normes ifrs IAS par toutes les
Bourses du monde, y compris celles des Etats-Unis.

Ce serait vraiment un grand pas vers l’harmonisation internationale et une


reconnaissance pour l’IASC dont les normes constitueraient alors la base commune des états
financiers de toutes les sociétés multinationales.

Ensuite, le conseil européen en mars 2002 a adopté un règlement rendant obligatoire


dès le 1er janvier 2005, l’application des normes comptables internationales pour
l’établissement des comptes consolidés des sociétés faisant appel public à l’épargne.

Le 18 septembre 2002 puis le 29 octobre 2002, l’IASB et le FASB<!--[if !


supportFootnotes]-->[7]<!--[endif]--> américain s’engagent à faire converger leurs normes
et à coordonner leurs programmes techniques. Les normes sont donc réellement
internationales.

Le 16 juillet 2003, l’ARC<!--[if !supportFootnotes]-->[8]<!--[endif]--> a adopté


l’ensemble des normes IAS<!--[if !supportFootnotes]-->[9]<!--[endif]--> leur donnant ainsi
une validité juridique européen.

4) La structure de l’IASB :
<!--[if !vml]-->

1) <!--[endif]-->Le conseil (Board) : à l’entière responsabilité de toute les questions


techniques, notamment la préparation et la publication des normes comptables
internationales.

 <!--[endif]-->Rôles :

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Oriente l’activité de l’IASC/l’IASB ;

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Définit son programme, constitue les groupes


de travail chargés de l’élaboration des textes ;

<!--[if !supportLists]--> • <!--[endif]-->Suit l’avancement des travaux, commente les projets


qui lui sont soumis et se prononce sur l’adoption des normes.
2) <!--[endif]-->Le comité consultatif de normalisation :

Le SAC<!--[if !supportFootnotes]-->[10]<!--[endif]--> est composé d’une


cinquantaine de membres selon les statuts<!--[if !supportFootnotes]-->[11]<!--[endif]-->.
Ils sont d’origine géographiques et professionnelles diverses, et sont nommés par les
Trustees pour un mandat de 3 ans renouvelable.

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Rôles :

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Conseiller le conseil sur les décisions relatives


à l’ordre du jour, et aux priorités des travaux ;

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Informer le conseil des points de vues des


organismes et des particuliers siégeant au comité consultatif sur les principaux
projets de normalisation ;

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Conseiller le conseil sur tout aspect de son


programme de travail ainsi que dans d’autres domaines.

3) IFRIC : comité permanent d’interprétation

Le comité permanent d’interprétation (IFRIC)<!--[if !supportFootnotes]-->[12]<!--


[endif]-->, anciennement SIC<!--[if !supportFootnotes]-->[13]<!--[endif]--> est composé de
12 membres nommés par les Trustees pour une durée de 3 ans et d’un président qui ne prend
pas part au vote.

 <!--[endif]-->Rôles :

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Il interprète, commente l’application des


normes comptables internationales, dans le contexte du cadre conceptuel de
l’IASB et exécute d’autres tâches à la demande du conseil ;

<!--[if !supportLists]-->• <!--[endif]-->Il rend compte au conseil des interprétations


définitives et obtient son application.

4) <!--[endif]-->Le conseil de surveillance (Les trustees):


Sont les administrateurs de la fondation, ils sont au nombre de 19<!--[if !
supportFootnotes]-->[14]<!--[endif]-->, la composition des Trustees doit être représentative
des marchés de capitaux du monde et de la diversité des origines géographiques et
professionnelles<!--[if !supportFootnotes]-->[15]<!--[endif]-->.

Doivent être nommés : 6 Trustees d’Amérique du Nord, 6 d’Europe, 4 Trustees de la


région Asie, 3 Trustees de toute origine géographique sans réserve de respecter un équilibre
géographique global.

Rôles :

 Ils exercent tous les pouvoirs à l’exception de ceux expressément réservés


au conseil (IASB), au comité permanent d’interprétation (IFRIC) et au
conseil consultatif de normalisation (SAC). Les Trustees doivent tout mettre
en œuvre pour faire respecter les dispositions des statuts.
 Responsable du financement, des changements de statuts de l’ IASB ;
 Responsable de la désignation des membres de l’IASB, IFRIC et du SAC.

5) Les objectifs de l’IASB :

 <!--[endif]-->Formuler et publier dans l’intérêt général des normes ifrs comptables à


observer pour présenter les états financiers et promouvoir leur acceptation et leur
application dans le monde ;

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Travailler de façon générale à l’amélioration et à


l’harmonisation des réglementations, relatives à la présentation des états financiers ;

<!--[if !supportLists]--> <!--[endif]-->Contribuer au développement et à l’adoption des


principes comptables pertinents, équilibrés et comparables internationalement.

<!--[endif]-->
<!--[if !supportFootnotes]-->[1]<!--[endif]--> International Accounting Standards
Committee.

<!--[if !supportFootnotes]-->[2]<!--[endif]--> International Accounting Standards


Board.
<!--[if !supportFootnotes]-->[3]<!--[endif]--> l’International Federation Of
Accounttants est une organisation qui représente la profession comptable au niveau
international.

<!--[if !supportFootnotes]-->[4]<!--[endif]--> Les normes comptables


internationales, Manuel/Catherine, édition Foucher 2003 page 10

<!--[if !supportFootnotes]-->[5]<!--[endif]--> Comptabilité internationale, les


éditeurs Bernard Raffournier, Axel Haller, Petter Walton, page 16

<!--[if !supportFootnotes]-->[6]<!--[endif]--> (l’Iternational Organisation Of


Securities Commisions).

<!--[if !supportFootnotes]-->[7]<!--[endif]--> Le FASB est généralement considéré


comme l’organisme le plus important du monde anglo-saxon (les Etats-Unis,
l’Australie, le Canada et le Royaume Unis) en matière de recommandations
concernant la publication des états financiers.

<!--[if !supportFootnotes]-->[8]<!--[endif]--> Accounting Regulator Committee.

<!--[if !supportFootnotes]-->[9]<!--[endif]--> A l’exception d’IAS 32 et IAS 39 ;


normes relatives aux instruments financiers.

<!--[if !supportFootnotes]-->[10]<!--[endif]--> (Standards Advisory Council)

<!--[if !supportFootnotes]-->[11]<!--[endif]--> 45 selon le site Web de l’IASB (février


2002)
<!--[if !supportFootnotes]-->[12]<!--[endif]--> (International Financial Reporting Interprétation
Committee)

<!--[if !supportFootnotes]-->[13]<!--[endif]--> Standing Interprétations Committee

<!--[if !supportFootnotes]-->[14]<!--[endif]-->Les 19 personnes choisies par le comité


de nomination avant l’entrée en vigueur des statuts (avril 2001) constitues les
trustees d’origine IASCF.

<!--[if !supportFootnotes]-->[15]<!--[endif]--> Les normes comptables


Internationales IAS/IFRS : Manuel/Catherine Maillet, Paris, Foucher 2003. Page 17