Vous êtes sur la page 1sur 11

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION

TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE

****************************

DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA


FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

COMPLEXE SCOLAIRE PRIVÉ

DISCIPLINE : FRANÇAIS CLASSE : 1ère A

THÈME : PRÉSENTATION DE
L'OEUVRE "L'AFFAIRE BISSI"
NOM ET PRÉNOM(S) DES EXPOSANTS APPRÉCIATION ET / OU NOTE

APPRÉCIATION ET / OU NOTE

Sous la supervision de :

Professeur certifié

de Français

Année scolaire 2019- 2020


PLAN

INTRODUCTION

I- BIOBIBLIOGRAPHIE DE L'AUTEUR

A- BIOGRAPHIE

B- BIBLIOGRAPHIE

II- GENRE LITTÉRAIRE ET ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE LA TRAME DU LIVRE

A- GENRE LITTÉRAIRE

B- ELÉMENTS CONSTITUTIFS DE LA TRAME D’UN LIVRE

III- ANALYSE LITTÉRAIRE DE L'ŒUVRE:

IV- RÉSUMÉ DES DEUX NOUVELLES:

V- ETUDE DES PERSONNAGES DES DEUX NOUVELLES

A- PRINCIPAUX PERSONNAGES

B- PERSONNAGES SECONDAIRES

VI- ETUDE THÉMATIQUE DES DEUX NOUVELLES : LES MÉSAVENTURES DE KEMI ET


FUNMI

CONCLUSION

DEBAT

INTRODUCTION
L'Afrique dispose de plusieurs écrivains tels que Jean PLIYA, Ferdinand OYONO,
Seydou BADIAN, Félix COUCHORO, Daté Atavito BARNABÉ-AKAYI etc.

Daté Atavito BARNABÉ-AKAYI est l’un de ses écrivains qui a écrit plusieurs œuvres
parmi lesquelles se trouve " L'AFFAIRE BISSI ". L'AFFAIRE BISSI est une œuvre dans
laquelle l'auteur met un accent sur les mésaventures des principaux personnages des
cinq nouvelles. Tout d'abord qui est Daté Atavito BARNABÉ-AKAYI ? Quelle est sa
profession ? Quel est le thème principal que ce dernier a mis en exergue dans les deux
nouvelles suivante de "L'AFFAIRE BISSI ": « Kèmi ou l'amnésie d'une bière » et « Funmi,
la rupture du contrat » ?

Dans ce mémento, on va d'abord aborder la biobibliographie de Daté Atavito


BARNABÉ-AKAYI et présenter ensuite les personnages des deux nouvelles. Enfin nous
présenterons l'étude thématique.

I- BIOBIBLIOGRAPHIE DE L'AUTEUR

A- BIOGRAPHIE

Né le 24 septembre 1978 à Kpalimé (Togo) où il a passé sa prime d'enfance, Daté


Atavito BARNABE-AKAYI, fils unique côté maternel, mais frère et petit frère de
plusieurs enfants côté paternel, il manifeste très tôt un goût prononcé pour la lecture et
les livres de littérature. Même si, en classe, il n'est guère passionné par les études.
Néanmoins, grâce à son oncle maternel, à sa tante et autres parents qui le prennent
tour à tour sous leur tutelle, il réussit de brillantes études, est devenu enseignant de
français dans les lycées et collèges du Bénin, après ses études en lettres modernes
(UAC) et une traversée dans toute l’Afrique de l’Ouest au début de ce millénaire. Ses
relations avec le français et les écrivains du monde se déclinent en une amitié éternelle
entendu qu’au-delà de l’enseignant qu'il est, il est cité comme poète, dramaturge,
nouvelliste, romancier, critique littéraire et anthologie béninois d’expression française.
Il a connu l’Amérique avec le festival international de poésie au Canada (en octobre
2013), l’Europe avec un séminaire pédagogique à Lyon (en octobre 2014), l’Asie par la
Chine (en mai 2016) où ses textes en français sont traduits en mandarin… et beaucoup
d’autres rencontres littéraires. Père d’un garçon né le 30 mai 2009 (à la veille de la fête
de Pentecôte) et prénommé Imonlè (Lumière), sa dévotion pour la lumière de la liberté
qui chez lui, est intimement liée au travail et à la responsabilité, a séduit sa compagne
Omolola ADJINDA qui le comble et lui permet de continuer à considérer l’écriture
comme un divertissement et surtout comme une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire).

B- BIBLIOGRAPHIE

Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il a écrit des:

Théâtres

* Amour en infraction et Les confessions du PR, Plumes Soleil, Cotonou, 2010.

* Quand Dieu a faim... Plumes Soleil, Cotonou, 2010.

* Les confessions du PR, suivie des pièces Amour en infraction, et Quand Dieu a faim...
Plumes Soleil, Cotonou, 2014.

Poésie

* Noire comme la rosée, Plumes Soleil, Cotonou, 2011.

* Tristesse ma maîtresse, Plumes Soleil, Cotonou, 2011.

* Solitude mon S, Plumes Soleil, Cotonou, 2012.

* Tes lèvres où j’ai passé la nuit. Imonlè 158, Plumes Soleil, Cotonou, 2014.

Essais

* Lire cinq poètes béninois, Plumes Soleil, Cotonou, 2011.

* Entretiens avec des écrivains béninois au programme, Plumes Soleil, Cotonou, 2014

* Anthologie (sous la coordination) Même l’amour saigne (Nouvelle), Plumes Soleil,


Cotonou, 2012.

* Obama et nous (Mélange), Plumes Soleil, Cotonou, 2013.

* Anxiolytique (Poésie), Plumes Soleil, Cotonou, 2013.

* Manuels scolaires de français (Collectifs, sous la direction de l’Inspecteur Apollinaire


Agbazahou, Plumes Soleil, Cotonou)

* Tests de Lecture, 2007.(revu et augmenté), 2012.

* Cahier de Lecture, 2009.

* Communication écrite, 2011.


* Lecture-Écriture. Préparation au bac, 2012.

* Tests de Lecture, Clé de correction, Plumes Soleil/Laha, Cotonou, 2013.

* L’affaire Bissi (Nouvelles),

Ruisseaux d'Afrique Cotonou, 2011.

II- GENRE LITTÉRAIRE ET ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE LA TRAME DU LIVRE

A- GENRE LITTÉRAIRE

Comme souligné ci-dessus " L'AFFAIRE BISSI " est une nouvelle caractérisée de cinq
autres nouvelles. De collection Lianes, éditeur Ruisseaux d'Afrique, sa date de parution
étant le 01 Août 2011, L'AFFAIRE BISSI compte 145 pages de dimensions 22,00 cm x
15,00 cm, elle pèse plus ou moins 220 g.

B- ELÉMENTS CONSTITUTIFS DE LA TRAME D’UN LIVRE

Il est évident que cette œuvre est déconcertante et déroutante, mais il a voulu la
construire comme une démonstration mathématique. L'œuvre n’a pas vraiment
d’intrigue, l’auteur en apparence ne mise pas sur des coups de théâtre ou des effets de
suspens, on n’a pas l’impression d’une intrigue suivie, continue et linéaire. Il s’agit
plutôt d’une suite d’histoire, une sorte de collage d'épisodes sans suite chronologique
évidente. L’auteur multiplie les retours en arrière ou les anticipations et même des
sauts de plusieurs années. C’est un des premiers aspects modernes de cette œuvre.
Cette construction n’est pas aléatoire, elle est justifiée. Il a une stratégie d’écriture « il
pousse plusieurs pions, offensives à la fois ».

Explication sur les règles générales d'une telle structure qui est à trouver dans la
stratégie de rédaction par fragments simultanés c’est-à-dire que dans la phase
préparatoire il a rédigé simultanément des épisodes qui étaient destinées à être mis à
des endroits différents dans le livre. C’est une écriture par prolifération. Néanmoins elle
présente des caractères structurants très forts et très visibles qui en sauvegarde
l’unité. À vrai dire c’est le temps qui est le principal personnage du livre, il nous permet
de découvrir l’unité. Les éléments structurant :

Le narrateur, celui qui dit « je » tout au long du texte. Toute l'histoire est écrite à la
première personne sauf quand il revient à la technique du narrateur omniscient (qui
connaît tout de l’histoire qu’il raconte). Prenons l'exemple de l'œuvre Jean Santeuil ,
écrite à la troisième personne. Le « je » du narrateur ne doit pas être confondu avec le «
je » de l’auteur. Même s’il a réutilisé des détails de son existence (sa vie sentimentale)
il les a toujours réinventés, Ce n’est pas une œuvre autobiographique, ni d’un journal
intime, ni un mémoire. C’est une œuvre de création romanesque.

La structure de cette œuvre est cyclique : ce n’est lorsque l’on a achevé une première
lecture que l’on dispose de toutes les clefs pour la comprendre dans toutes ses
dimensions. Comme signalé, Daté Atavito BARNABÉ-AKAYI nous invite à une
deuxième lecture dont la somme (1ere et 2e lecture) peut être qualifiée d'une première
lecture véritable. C’est pourquoi malgré l’amplification progressive de l’œuvre et la
complexification de sa structure, il a toujours eu la conviction et le souci d’écrire un
seul et même livre. Toutes les additions ne brouillent pas la structure d’ensemble mais
elles sont faites pour la renforcer et la souligner. C’est une œuvre « inachevée » mais
complète. C'est très bon pour les bons littéraires.

III- ANALYSE LITTÉRAIRE DE L'OEUVRE:

Ce recueil de nouvelle est un miroir dans lequel toute femme devrait se voir pour se
faire une idée de ce qui fait la différence entre son quotidien à elle et celui d’une autre
femme. Un cri de cœur, une invite au renouement avec les pratiques ancestrales.

Source d’inspiration pour tout lecteur désireux d’en découdre un temps soit peu avec
les clichés habituels. C’est l’âme de l’Afrique noire toute entière qui se perçoit dans ces
maux. Et les mots de Daté, exagérés et hyperboliques dans leur ensemble, nous
portent sans ambages jusqu’à destination, vers des horizons osées, jusqu’au seuil de
l’irréel.

IV- RÉSUMÉ DES DEUX NOUVELLES

Daté Atavito BARNABÉ-AKAYI ficelle sont chef d’œuvre autour de deux personnages
répartis dans les deux nouvelles de ce recueil. Que ce soit Fari, Funmi, tous ont une
histoire fabuleuse à raconter. Parfaite excuse pour que l’auteur s’alloue les services du
paranormal, du rocambolesque et de la fiction pour faire peindre en noir-blanc et non
blanc-noir le quotidien des femmes. Les nouvelles font voir en prosaïque la vie des
personnages sous le prisme de la tragédie et de la mort qui étendent leurs tentacules à
chaque carrefour du livre. C’est ainsi que dans la première nouvelle, titrée « Kèmi ou
l’amnésie d’une bière » dans L'AFFAIRE BISSI, l'auteur nous raconte l'histoire
dégoûtante de Fari. Kèmi, malade, a perdu sa mémoire. Après qu'elle s'est retrouvée en
bonne santé avec sa parfaite mémoire, grâce à trois différentes domaines
d'interventions (médecine ; prière et notamment la tradition), projette comme sur un
écran la vie de sa camarade étudiante, la nommée Faridath "Fari", très belle et brillante
étudiante dont l'avenir est prometteuse, morte par suicide. Ce qui a fait que Kèmi s'est
évanouie.
A travers des intrigues à dénouement tragique un peu comme pour peindre en noir le
tableau déjà sombre des déboires. L’une des héroïnes, Funmi, dans « Funmi, la rupture
du contrat », prend son lot, parfaite répercussion de ses déviances comportementales.
Coup de massue, elle mourra avant de pouvoir vivre la seule idylle qui lui convenait.
Mort mystérieuse, rupture de contrat avec la vie, effets fracassant de la guerre des
choses dans l’ombre, tout un répertoire de mariages entre la vie et la mort, le bien et le
mal, l’obscurité et la lumière.

V- ETUDE DES PERSONNAGES DES DEUX NOUVELLES

A- PRINCIPAUX PERSONNAGES

Les principaux personnages sont Faridath et Funmi.

Faridath: Charmante jeune fille très impressionnante par ses différentes qualités
irréprochables, étudiante à l'université. " Fari " a été retrouvé morte dans sa cabine où
elle vivait avec Kèmi.

Funmi: La fille malmener par Akim, son propriétaire qu'elle ignorait, son prétendu mari.
Après avoir fini ses études, elle pense partager sa vie avec le frère d'Akim, quand la
mort lui rappelle que ce n'est pas possible.

B- PERSONNAGES SECONDAIRES

Kèmi: L'ami inséparable de " Fari ". Elle a perdu sa mémoire après avoir suivi un
événement horrible. C'est elle qui a retrouvé Fari morte et s'est évanouie.

Le Docteur: C'est celui qui avait comblé Kèmi de tous les soins hospitaliers dont elle
avait besoin quand elle était malade.

La jeune fille: Étudiante en FSS, stagiaire qui a aidé le docteur à soigner Kèmi.

Une autre jeune fille: C'était l'une des proches de Kèmi qui a su en première position
que Kémi est devenue folle.

Les deux grosses dames: il s'agit de Tanti Assiba, (mère de Kèmi mais qui ne l'a pas
mise au monde) et d'une autre dame qui ont d'abord prié Dieu pour que Kèmi ne meurt
pas. Enfin, elles ont envoyé Kèmi dans un village afin qu'un vieillard restitue
traditionnellement la santé mentale de Kèmi.

Le vieillard: c'est le vieux qui a guéri traditionnellement la santé mentale de Kèmi dans
un village.
Akim: L'homme qui voyage beaucoup. Au pays, il vit dans la même clôture que Funmi.

Le frère d'Akim: C'est lui que Funmi a choisi comme mari après consultation. Il est parti
annoncer à Funmi, la mort de son ex, ce qui a aussi coûté la mort à cette dernière.

Le prêtre: Il est l'oncle du frère d'Akim. C'est à lui que le frère d'Akim est parti faire une
véritable confession de ses mauvaises habitudes.

VI- ETUDE THÉMATIQUE DES DEUX NOUVELLES: LES MÉSAVENTURES DE FARI ET


FUNMI

• Kèmi ou l'amnésie d'une bière

Le début de cette nouvelle est marqué par le rêve de Kèmi quand elle était malade.
Après une partie de son rêve, elle s'est réveillée et ignore tout ce qui s'est passé avant
qu'elle ne soit sur un lit à l'hôpital de l'infirmerie du campus. Elle contempla la salle et
vit les accessoires médicaux disposés près du lit, mais elle ne pouvait plus voir plus
loin, ladite salle paraissait flou, malgré qu'il y avait une ampoule allumée. Tout à coup le
lit se mit à tourner comme des tourbillons, rempli de peur, Kèmi a fermé ses yeux et
dors automatiquement. Dommage, le même rêve inimaginable continue, c'est la
deuxième partie qui commence. Kèmi s'est réveillé après avoir poussé un cri de
douleur et de douceur car elle sentait que les poissons la pénètrent au niveau de sa
région intime. Ensuite elle se réveilla en larmes et vit un homme habillé en blouse
blanche au chevet du lit. Elle n'a pas pu distinguer ce dernier entre un agent de santé ou
avocat ou un prêtre pour Kèmi, ce n'est pas l'essentiel, car tous ces hommes ne disent
pas la vérité: «Le docteur ne dit pas la vérité, de crainte de faire plonger au secret
professionnel ; l'avocat ne dit pas la vérité de crainte de faire plonger son client, le
prêtre lui ... » (page 20). Certes, l'homme en blouse était un docteur qui a dû faire une
piqûre à Kèmi avant de demander son avis. Une autre jeune fille est venue dans la salle
après l'arrivée de la jeune fille stagiaire, étudiante à la FSS, cette dernière était l'un des
proches de Kèmi. Elle demandait à Kèmi si tout allait bien. Kèmi, avec des gestes, se
demande qui s'appelle encore Kèmi et veut savoir quel est le problème de cette
dernière. De là, la jeune fille a déduit que Kami est devenue folle : « Elle est devenue
folle ! C'est fini, elle est folle ! ». Malgré les propos et gestes de celle-ci, le nom "Kèmi "
ne disait rien à Kèmi et plus encore, Kèmi se dit qu'elle n'a pas la physionomie d'un
Yoruba, ni d'un Nago, pire elle se voit plus belle que ce nom difficile à prononcer,
commençant par "K ". Pour elle, sa mémoire est toujours parfaite.

À l'hôpital, deux grosses dames étaient assises près du lit de Kami. Elles ne font que
prier Dieu avec tous les outils religieux pour que Kèmi retrouve sa santé. L'une des deux
grosses et vieilles dames, Tanti Assiba, rappelait en vain à Kami qu'elle est sa fille.
Kami a retrouvé sa santé physique, mais elle a perdu sa mémoire (sa santé mentale).
La même nuit, les cérémonies traditionnelles les plus surnaturelles ont commencé
après avoir parcouru une très longue distance. Tout d'abord en route, Kèmi ne
reconnaissant pas les deux dames qui l'ont embarqué vers le lieu de la cérémonie, ne
fait que penser à sa mort fatale dont personne ne saura afin qu'on regrette au moins
cet incident. Pour elle, l'Homme doit mourir digne et pour la vérité. Elle a essayé par
force physique de contrarier ce projet mais ses muscles l'ont abandonné. Le
comportement de Tanti Assiba a permis à Kami de confirmer qu'elle serait sa mère.
Dans le véhicule, elle fut débarrassé de tous ses vêtements sauf de son soutien-gorge
et de son cache-sexe. Quelques temps plus tard, le véhicule s'immobilisa dans un
village et un vieillard de quatre vingt ans environ, Baba Alase qui mesurait un peu plus
d'un mètre est venu saluer leur arrivée puis leur a indiqué une case bien équipée des
instruments traditionnels, où se fera premièrement une consultation à l'aide de quatre
cauris sur la cérémonie traditionnelle en cours. Après la consultation, le consultant,
Baba Alase a annoncé que : « les dieux avaient, en effet, confirmé les cérémonies. »
(page 29). Au cours de ladite cérémonie, se sont passées des choses quasi inédites.
Quelle force surnaturelle ! Kèmi a retrouvé automatiquement sa parfaite mémoire. Déjà
dans les lieux elle dit : « Je me rappelle tout. Je m'appelle Kèmi Sidi BA. J'ai dix-huit
ans et je passe ma deuxième année d'agronomie. Je suis ... , j'ai perdu la mémoire,...,
parce que j'ai assisté à un spectacle horrible ». Elle se rappelle surtout des qualités
uniquement prestigieuses, très enviables de sa camarade de cabine, Faridath
communément appelé “Fari ”. Fari, la charmante jeune fille, laisse toujours de bonnes
traces dans le cœur de tout le monde. Fari et Kèmi, de même âge, s'aiment beaucoup,
se disent tout et font tout ensemble. Les toutes dernières lignes de cette nouvelle nous
informe de la triste nouvelle suivante à la page 39: « le cadavre me faisait dos: ... oh
mon Dieu ! C'était Fari ! je m'évanouie. ».

• Funmi, la rupture du contrat

Dans cette nouvelle primo, il est question de la réception d'une lettre pour
déménagement fixé dans 3 mois après récupération des frais d'avance sur loyer. Après
lecture de ce message, Funmi se sent malmené et souhaite passer à une résolution
agressive écrite à adresser au propriétaire. Funmi ne devait pas se fâcher contre qui
que ce fût (page 44) .Elle a dû faire une enquête pour savoir si d'autres locataires ont
reçu la même lettre, ce n'est pas le cas, confirme Akim. Toutefois, Funmi a répondu
favorablement à la demande du propriétaire par un message écrit. Le frère d'Akim
appartient à un groupe de cybercriminalité, heureusement qu'il n'était pas présent
quand la police anti-cybercriminalité est venue capturer ses collègues. Ce drenier à
délaissé cette pratique et est parti se confesser à Dieu via son oncle prêtre. Une nuit, le
frère d' Akim a rencontré Funmi, une femme qui se connaissent bien avec Akim parce
qu'il vivait dans le même clôture, celle-ci la peut être sa grande soeur voire sa mère,
Funmi à invité le frère d'Akim qui venait passer quelques temps dans la chambre
d'Akim, quand ce dernier voyage vers l'exterieur, dans sa chambre. A l'allure où se
déroulèrent les faits, le frère d'Akim a compris ce qui est en téléchargement (en cours).
Mais, il a déjà confessé qu'il ne va plus reprendre ces mauvaises habitudes que l'on
conférait à la vie de cybercriminalité. Pourtant, Funmi n'a pas hésité à avancer ses
avances au frère d'akim: « ... Chaque fois que ton frère me parle de toi, je te vois en
train de déposer tout ton corps en moi, je ne sais pas trop pourquoi, mais j'avais
follement envie de te décliner mon identité et ma nudité ». À la page 54, l'auteur nous
raconte la vie de Funmi: « Funmi est née dans un village... et secondaire. À la page 55,
Funmi raconta au frère d'Akim, sa belle histoire d'amour conjugal avec Anselme. Une
bonne relation n'est pas arrivée à terme, car après les enquêtes de Funmi, Anselme est
un député à l'Assemblée, possédait déjà trois différentes familles dont chacune d'elle
ignore l'existence des deux autres. Après cette découverte, Anselme a supplié Funmi
afin qu'elle soit la quatrième femme, mais en vain, résultat, Anselme intimida et
menaça Funmi. À la fin de l'histoire, Funmi confirma au frère d'Akim qu'après une
consultation, il résulte que ce dernier (le frère d'Akim) est son prince charmant : « Je ne
voulais pas quitter cette maison ... ici avec moi ...» (page 57). Un jour, Funmi a offert
des cadeaux à son homme pour son anniversaire, le frère d'Akim qui se trouvait dans
sa 21eme année de vie, alors que son amour se trouvait dans sa 42eme année de vie.
Le frère d'Akim se posait assez de questions sur la célébration d'un tel mariage.
Néanmoins il alluma la télévision et tomba sur une chaîne qui diffusait l'information
suivante: « ... puté Anselme AKPATA vient de s'éteindre, dans sa salle de bain, des
suites d'une électrocution ... ». Quand le frère d'Akim annonça la mauvaise nouvelle à
son amour Funmi, ex d'Anselme, celle-ci est devenue inerte et froide. (page 62).

CONCLUSION

L'AFFAIRE BISSI, une œuvre dans laquelle Daté Atavito BARNABÉ-AKAYI, l'auteur nous
raconte l'histoire fabuleuse des jeunes filles. Ainsi il nous invite, notamment la gente
féminine à comprendre que les bouleversements de nos vies ne seront probablement
pas de la même façon, chacun a son avenir prometteur ou non devant lui. Enfin, il met
l’accent sur les coutumes traditionnelles africaines qu'on doit respecter.

DIscussion

Vous aimerez peut-être aussi