Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 3 : Le plan d’affaire : un outil pour la pratique de

l’entrepreneuriat
Section I: Définition et utilité d’un plan d’affaire
I- Définition
Le plan d'affaire, ou Business Plan, est une synthèse du projet de création d’entreprise
et de ses points forts. Il décrit de manière précise la future activité.
C’est un outil de travail qui exprime une volonté réaliste de réussir une action
entrepreneuriale.
C’est un document qui synthétise toutes les informations sur le projet et permet de
faciliter la négociation avec des éventuels investisseurs/partenaires (banques, fournisseurs...)
qui pourront être intéressés par le projet, et les convaincre à faire confiance au projet.
Un bon plan d’affaire doit être:
-simple, facile à lire et à comprendre son contenu.
-précis, spécifique avec des objectifs clairs et mesurables.
-réaliste (dates importants et résultats)
-clair et complet incluant toutes les informations nécessaires rattachées au projet pour
s’’assurer de sa compréhension par les lecteurs externes (associé, banque…).
-soigné et structuré de manière logique et surtout vendeur de l’idée.
Il ne doit pas dépasser 30 à 50 pages. Les annexes représentant les pièces justificatives
et les documents des études effectuées doivent aussi figurer dans le plan pour garantir sa
crédibilité.
II- Utilité : Un plan d’affaire est un guide des affaires car il:
-définit les objectifs,
-met au point les priorités et
-prévoit l’activité de l’entreprise, sa rentabilité et sa viabilité.
Du fait le plan d’affaire peut être révisé pour aider à voir quels sont les objectifs qui
sont réalisés, quels sont les changements à faire ou quelles nouvelles directions l’entreprise
doit prendre, le cas échéant.
 Le plan d’affaire est :
- Un outil pour se convaincre de la faisabilité du projet. Relier des prévisions à des
faits pour faire preuve de crédibilité.
- Un outil pour convaincre (expliquer le projet à un tiers avec des preuves, le
convaincre par l’analyse).

1
Zeineb Handous
- sert de boussole lors du démarrage du projet
- permet de détecter les écarts entre les réalisations et les prévisions après le
démarrage de l’activité
- permet d’expliquer les dérives en cas où les résultats réalisés ne concordent pas
avec les prévisions planifiées, détecter les causes et les écarts. Et si c’est nécessaire
pouvoir fixer un autre plan.
Section II. Les éléments constitutifs d’un plan d’affaire (les
composantes) :
Le plan d’affaire n’est pas un document standard…
Le contenu, la forme et la longueur de la description synthétisée varie d’un projet à
l’autre.
Les principaux éléments constitutifs d’un plan d’affaire sont :
 Un résumé général comporte une ou deux pages de présentation synthétique
du projet. Il est généralement réalisé à la fin de la rédaction du plan d’affaire pour s’assurer
que toutes les informations sont réunies et sont cohérentes.
 Une introduction : description de la compagnie, du promoteur, activité
principale, secteur d’activité, produit ou service à vendre ainsi que ses avantages
concurrentiels.
 Une analyse du marché : présentation du marché cible, détermination de la
demande, étude de la concurrence…
 Une étude technique : déterminer les besoins en bâtiments, en personnels et
en équipements.
 Aspect juridique de l’entreprise : forme juridique et dossier de constitution.
 Un plan financier.
 Les annexes : sont utiles dans l’argumentation.
Section III. Les études de faisabilité :
Le plan d’affaire est une description détaillée de la faisabilité du projet. Il est essentiel
de vérifier la faisabilité du projet de création d’entreprise, avant de se lancer dans la mise en
œuvre concrète.
Le but de l’étude de faisabilité consiste alors de vérifier que le projet est cohérent
avec les moyens disponibles et les contraintes de l’environnement.
L'étude de faisabilité s'attache à vérifier que le projet soit techniquement faisable et
économiquement viable et sera donc utilisée pour la rédaction du Plan d’affaire de l'entreprise
en démarrage.
2
Zeineb Handous
La faisabilité est ce qui est faisable, réalisable, dans des conditions techniques,
financières et de délais définis. Elle permet de déterminer les objectifs, les résultats voulus, et
donc de prendre des décisions.
Elle permet de parvenir à des résultats à partir desquels le jeune promoteur peut
déterminer si, il va de l'avant avec son projet ou mettre fin à son projet.
Elle porte sur des axes permettant de passer à l’action:
- L’étude de marché,
- L’étude technique,
- L’étude juridique,
- L’étude financière

3
Zeineb Handous

Vous aimerez peut-être aussi