Vous êtes sur la page 1sur 81

République Tunisienne

Ministère de l'enseignement
Supérieur
‫المعهد العــالي للدراســات التكنولــوجية برادس‬
et de la recherche Scientifique
‫قســم الهندســــة الكهربـــــــائية‬

Rapport de Stage de Fin d’études


LICENCE APPLIQUEE EN GENIE ELECTRIQUE

Dimensionnement et Simulation d’un système


photovoltaïque pour l’éclairage du LPV au CRTEn
à la technopole de Bordj-Cedria

Entreprise d’accueil :

CRTEn, LPV, Technopole de Bordj-Cedria

Réalisé par :

Rahmouni Cherif

Mzoughi Mohamed Amin

Encadré par :

Encadreur Entreprise : Mr. Zagrouba Moncef

Encadreur ISET : Mr. Azzouni Mourad

Année universitaire : 2017/2018 Code : S27/18/2018


Rapport de stage de fin d’étude Dédicaces

DEDICACES

A mes chers parents

Les mots me manquent …

Aucune dédicace ne saurait exprimer l’étendue de ma reconnaissance pour le sacrifice,


la patience, la compréhension, la générosité et le bien être moral et matériel que vous avez
assurés.

Je vous dois tout et j’espère que ce modeste travail soit le témoignage de l’amour que
j’ai pour vous.

Je ferai de mon mieux pour rester toujours un sujet de fierté à vos yeux. J’espère que
Dieu vous protège et vous procure santé et longue vie.

A ma sœur
Pour l’amour que je porte pour vous et pour la compréhension et la complicité qui
nous unissent. Je vous souhaite un grand avenir et une vie prospérée rayonnante.
Je vous aime.

A toute ma famille à qui j’exprime toute ma gratitude

A tous mes amis pour les bons moments qu’on a vécus ensemble

A tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

Rahmouni Cherif
Rapport de stage de fin d’étude Dédicaces

DEDICACES

Avec tout respect et amour je dédie ce modeste travail

À mes chers parents

À mes aimables sœurs

Pour tout leur soutien moral et leur amour et affection

À tous mes amis

En Souvenir des plus beaux instants qu'on a passés ensemble

Aussi bien à tous ceux qui m'ont aidé Merci.

Mzoughi Mohamed Amine


Rapport de stage de fin d’étude Remerciements

Remerciements
On remercie dieu le tout puissant de nous avoir donné la santé et la volonté d’entamer
et de terminer ce projet.

Tout d’abord, ce travail ne serait pas aussi riche et n’aurait pas pu avoir le jour sans
l’aide et l’encadrement de Mr AZZOUNI MOURAD, on le remercie pour la qualité de son
encadrement exceptionnel, pour sa patience, sa rigueur et sa disponibilité durant notre
préparation de ce projet.

Nos remerciements s’adressent à Mr ZAGROUBA MONCEF pour son aide, son


soutien moral, ses encouragements et ses remarques pertinentes.

Nos remerciements s’adressent également à tous nos professeurs pour leurs générosités
et la grande patience dont ils ont su faire preuve malgré leurs charges académiques et
professionnelles.

Nos profonds remerciements vont également à toutes les personnes qui nous ont aidés
de près ou de loin.

Enfin, nous n’oublierons pas de remercier les membres de jury qui nous ont fait
l’honneur d’évaluer ce travail.
Rapport de stage de fin d’étude Sommaire

Sommaire
Introduction générale ............................................................................................. 1

Cahier de charge .................................................................................................... 3

Chapitre 1 : Etude préliminaire ............................................................................... 5

I Introduction ................................................................................................................ 5

II Contexte générale du projet ....................................................................................... 5


II.1 Cadre du projet .......................................................................................................................... 5
II.2 Présentation de l’organisme d’accueil ....................................................................................... 5
II.3 Données générales sur la société ............................................................................................... 6

III Etude de l’existant .................................................................................................... 6


III.1 Analyse de l’existant ................................................................................................................. 6
III.2 Critique de l’existant ................................................................................................................. 7
III.3 Solution proposé ....................................................................................................................... 7

IV Etat de l’art ............................................................................................................... 8


IV.1 Effet photovoltaïque ................................................................................................................. 9
IV.2 Cellule photovoltaïque .............................................................................................................. 9
IV.2.1 Principe de fonctionnement ........................................................................................ 10
IV.2.2 Types et rendements des cellules photovoltaïques .................................................... 10
IV.2.3 Modélisation d’une cellule photovoltaïque ................................................................. 12
IV.3 Le module photovoltaïque ...................................................................................................... 14
IV.3.1 Paramètres électrique du module photovoltaïque ..................................................... 14
IV.3.2 Protections classiques d’un module photovoltaïque .................................................. 16
IV.4 Constitution d’un générateur photovoltaïque (GPV).............................................................. 16
IV.5 Régulateur solaire ................................................................................................................... 17
IV.5.1 Définition d’un régulateur solaire ............................................................................... 17
IV.5.2 Rôle d’un régulateur solaire ........................................................................................ 17
IV.5.3 Types de régulateurs solaires ...................................................................................... 18
IV.6 Batteries solaires..................................................................................................................... 20
IV.6.1 Montages des batteries ............................................................................................... 20
IV.7 Câbles solaires......................................................................................................................... 21
IV.8 Les consommateurs DC ........................................................................................................... 22
IV.9 Armoire électrique .................................................................................................................. 22
Rapport de stage de fin d’étude Sommaire

IV.9.1 Définition ..................................................................................................................... 22


IV.9.2 Parafoudre ................................................................................................................... 22
IV.9.3 Disjoncteurs ................................................................................................................. 23
IV.9.4 Disjoncteur différentiel ................................................................................................ 23

V Conclusion ............................................................................................................... 24

Chapitre 2 : Dimensionnement du système photovoltaïque ................................... 25

I Introduction .............................................................................................................. 25

II Répartition des points lumineux ............................................................................... 25

III Dimensionnement du régulateur solaire .................................................................. 28


III.1 Critère de sélection d’un régulateur solaire ........................................................................... 28
III.2 Choix du régulateur solaire ..................................................................................................... 28

IV Dimensionnement des batteries solaires ................................................................. 29


IV.1 Les types des batteries solaires .............................................................................................. 29
IV.2 Choix de tension des batteries ................................................................................................ 31
IV.3 Calcul de la capacité de stockage............................................................................................ 32
IV.4 Intégration d'autonomie souhaitée ........................................................................................ 33
IV.5 Etude comparative selon la capacité ...................................................................................... 34
IV.6 Choix des batteries ................................................................................................................. 35

V Dimensionnement des câbles solaires ...................................................................... 35


V.1 Calcul des sections de câbles pour chaque portion du circuit ................................................. 36
V.2 Calcul des chutes de tension .................................................................................................... 37
V.3 Vérification du courant d’emploi ............................................................................................. 38

VI Dimensionnement de l’armoire ............................................................................... 40


VI.1 Parafoudre .............................................................................................................................. 40
VI.1.1 Choix du parafoudre .................................................................................................... 41
VI.2 Choix des disjoncteurs ............................................................................................................ 42
VI.3 Choix du disjoncteur différentiel ............................................................................................ 43
VI.4 Système après le dimensionnement ....................................................................................... 44
VI.4.1 Armoire électrique....................................................................................................... 44
VI.4.2 Schéma unifilaire de l’installation ............................................................................... 44

VII Conclusion ............................................................................................................. 45


Rapport de stage de fin d’étude Sommaire

Chapitre 3 : Simulation d'un système photovoltaïque ............................................ 46

I Introduction .............................................................................................................. 46

II Simulation MATLAB du génerateur photovoltaique ................................................... 47


II.1 Caractéristique courant-tension et puissance-tension du GPV dans les condition standard .. 48
II.2 Influence de la température .................................................................................................... 50
II.3 Influence de l’Éclairement ....................................................................................................... 51

III Simulation MATLAB des Convertisseurs DC-DC avec la commande MPPT .................. 53
III.1 Les convertisseurs DC/DC ....................................................................................................... 54
III.2 Hacheur série (abaisseur) ........................................................................................................ 54
III.3 Hacheur parallèle (élévateur) ................................................................................................. 57
III.4 Techniques de poursuite du point de puissance maximale(MPPT ) ...................................... 59

IV Conclusion .............................................................................................................. 65

Conclusion générale ............................................................................................. 66

Bibliographie........................................................................................................ 67

Annexes ............................................................................................................... 69
Rapport de stage de fin d’étude Liste des figures

Liste des figures

Figure 1: Les dimensions du couloir commun.......................................................................................................... 3


Figure 2: Organigramme de la CRTEn ..................................................................................................................... 6
Figure 3: Les composantes du système photovoltaïque autonome ........................................................................ 8
Figure 4: Schéma d'une cellule photovoltaïque ..................................................................................................... 10
Figure 5: Les différents types des cellules photovoltaïques ................................................................................... 11
Figure 6: Cellule photovoltaïque idéal ................................................................................................................... 12
Figure 7: Cellule photovoltaïque Réel .................................................................................................................... 13
Figure 8: Module photovoltaïque .......................................................................................................................... 14
Figure 9: Protection d'un module photovoltaïque ................................................................................................. 16
Figure 10: Régulateur solaire ................................................................................................................................ 17
Figure 11: Rôle du régulateur dans un système photovoltaïque ........................................................................... 18
Figure 12: Régulateur PWM .................................................................................................................................. 18
Figure 13: Régulateur MPPT ................................................................................................................................. 19
Figure 14: Batterie solaire de type GEL ................................................................................................................. 20
Figure 15: Branchement en parallèle Figure 16: Branchement en série ........................................... 21
Figure 17: Câble solaire ......................................................................................................................................... 21
Figure 18: Lampe LED ............................................................................................................................................ 22
Figure 19: Schéma d’un Parafoudre ...................................................................................................................... 23
Figure 20 : schéma d’un Bloc vigi .......................................................................................................................... 24
Figure 21: Le logiciel DIALux .................................................................................................................................. 25
Figure 22: Plan d'ensemble du couloir avec la répartition des points lumineux ................................................... 26
Figure 23: Vue 3D du couloir avec l'éclairage ....................................................................................................... 27
Figure 24: Architecture du CRTEn .......................................................................................................................... 27
Figure 25 : Les longueurs des câbles solaires ........................................................................................................ 36
Figure 26: La densité de foudroiement en Tunisie................................................................................................. 40
Figure 27: Symbole de disjoncteur bipolaire ......................................................................................................... 42
Figure 28: Disjoncteur PLS6-C16/2(TTI) ................................................................................................................. 43
Figure 29: Schéma du disjoncteur PLS6-C32/2 (TTI) .............................................................................................. 43
Figure 30: Armoire électrique équipée .................................................................................................................. 44
Figure 31: Schéma unifilaire de l'installation ........................................................................................................ 45
Figure 32: Modélisation du générateur photovoltaïque ....................................................................................... 47
Figure 33: Caractéristique courant-tension ........................................................................................................... 48
Figure 34: Caractéristique puissance-tension ....................................................................................................... 49
Figure 35: L’influence de la température sur la caractéristique I=f(V) .................................................................. 50
Rapport de stage de fin d’étude Liste des figures

Figure 36: L’influence de la température sur la caractéristique P=f(V) ................................................................. 51


Figure 37: L’influence de l’éclairement sur la caractéristique I=f(V) ..................................................................... 52
Figure 38: L’influence de l’éclairement sur la caractéristique P=f(V) .................................................................... 53
Figure 39: Hacheur série avec MATLAB ................................................................................................................. 54
Figure 40: La tension aux bornes de la charge ...................................................................................................... 56
Figure 41: Hacheur parallèle avec MATLAB .......................................................................................................... 57
Figure 42: La tension d'entrée E ............................................................................................................................ 58
Figure 43: Schéma synoptique d’un système photovoltaïque avec MPPT ............................................................ 59
Figure 44: La caractéristique P-V et la trajectoire de PPM.................................................................................... 60
Figure 45: La caractéristique I-V et la trajectoire de PPM ..................................................................................... 60
Figure 46: Signe de dP/dV pour différentes zones de fonctionnement ................................................................. 62
Figure 47: Caractéristiques de fonctionnement de la méthode par incrémentation de conductibilité ................. 63
Figure 48: Organigramme de l’algorithme P&O ................................................................................................... 64
Rapport de stage de fin d’étude Liste des tableaux

Liste des tableaux


Tableau 1: Rendements des différentes cellules ................................................................................................... 11
Tableau 2: NFC 15-100 « Éclairage intérieur des lieux de travail » ....................................................................... 26
Tableau 3: Différences entre régulateur PWM et MPPT ....................................................................................... 28
Tableau 4: Les différents types des batteries solaires ........................................................................................... 31
Tableau 5: Choix de la tension des batteries ......................................................................................................... 32
Tableau 6: Les couts des batteries ........................................................................................................................ 35
Tableau 7: Section des câbles pour chaque portion .............................................................................................. 37
Tableau 8: Chute de tension pour chaque portion ................................................................................................ 37
Tableau 9: Détermination du courant admissible ................................................................................................. 38
Tableau 10: Tableau récapitulatif ......................................................................................................................... 39
Tableau 11: Choix du parafoudre .......................................................................................................................... 41
Tableau 12: Caractéristiques des disjoncteurs divisionnaires ............................................................................... 43
Tableau 13: Les caractéristiques électriques du système photovoltaïque ............................................................ 46

Iset Rades
Rapport de stage de fin d’étude Liste des acronymes et symboles

Liste des acronymes et symboles

Acronymes

CRTEn : Centre de Recherche et Technologie de l’Energie.

PV : Photovoltaïque.

GPV : Générateur photovoltaïque.

WC : Watt crête.

E : Emittance énergétique (éclairement ou ensoleillement).

DC= CC : Courant Continu.

STC : Conditions de tests standard ‘Standard Test Conditions’.

MPP : Point de fonctionnement optimal ‘Maximum Power Point’.

MPPT : Suiveur/Algorithme du Point de fonctionnement optimal.

FF: Facteur de forme.

P&O: Perturbation et Observation

Iset Rades
Rapport de stage de fin d’étude Liste des acronymes et symboles

Symboles

Icc : Le courant de court-circuit (A).

Vco : La tension de circuit ouvert (V).

Pmax : La puissance maximale produite PV (W).

Vmax : Tension qui correspond à la puissance maximale (V).

Imax: Courant qui correspond à la puissance maximale (A).

Vopt : Tension optimale (V).

Iopt : Courant optimum (A).

Vco : Tension à circuit ouvert (V).

Icc : Courant de court-circuit (A)

K : coefficient de Boltzman (1.38.10-23 J / K)

Rp : Résistances parallèle shunt (Ω)

RS : Résistance série (Ω).

G : L’incrémentale conductance.

I0: Courant de saturation de diode.

Ppvn: la nouvelle puissance

Ppvn-1: l'enceint puissance dans le temps (t-1).

Iph : Le photo-courant.

K : constante de Boltzmann (1,381 .10-23 joule/Kelvin).

q : charge d'électron =1,602 .10-19 C.

Iset Rades
Rapport de stage de fin d’étude Introduction générale

Introduction générale
Comme nous le savons, la plus grande partie de l’énergie consommée actuellement
provient de l’utilisation des combustibles fossiles comme le pétrole, le charbon, le gaz naturel
ou encore l’énergie nucléaire. Les études et les prévisions récentes nous alertent que
l’utilisation massive de ces ressources conduira certainement à l’épuisement total de ces
réserves. En plus, tout le monde est mondialement convaincu par le danger de ce processus
sur l’environnement.

A partir de ce constat, il été nécessaire de chercher d’autres ressources d’énergie de


remplacement. Les énergies renouvelables, comme l’énergie photovoltaïque, éolienne ou
hydraulique, représentent des solutions de remplacement par excellence et elles sont de plus
en plus utilisées dans nos jours. Ce type d’énergie n’est pas seulement gratuit et inépuisable,
mais aussi très propre pour l’environnement. D’ailleurs, on parle souvent d’une énergie
«verte», puisqu’elle permet d’éviter totalement la pollution produite par les sources
traditionnelles1.

D’autre part, le rayonnement solaire est repartie sur toute la surface de la terre, sa
densité n'est pas grande et ne cause aucun conflit entre les pays contrairement au pétrole. Les
systèmes photovoltaïques semblent bien s’imposer comme moyen de conversion de l’énergie
solaire en énergie électrique. Un tel système se compose d'un champ de modules et d'un
ensemble de composants qui adaptent l'électricité produite par les modules aux spécifications
des récepteurs2.

Dans ce cas, la conception, l’optimisation et la réalisation des systèmes


photovoltaïques sont des problèmes d’actualité puisqu’ils conduisent surement à une
meilleure exploitation de l’énergie solaire. Pour une installation photovoltaïque, la variation
de l’éclairement, de la température ou de la charge induit une dégradation de la puissance
fournie par le générateur photovoltaïque.

1
LATRECHE Soufiane et BOUZID Kheir Eddine, ‘’Etude et réalisation d’un système photovoltaïque à base
d’une carte arduino uno’’ UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA, Faculté des nouvelles technologies de
l’information et de la communication, mémoire master professionnelle 2015.
2
BENSACI Wafa, ‘’Modélisation et simulation d’un système photovoltaïque adapté par une commande MPPT
‘’, UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA, Faculté des Sciences et technologie et sciènes de la matière,
Diplôme de master 2012.

Iset Rades Page-1-


Rapport de stage de fin d’étude Introduction générale

Dans ce contexte général, notre étude s’intéresse à la filière photovoltaïque et consiste


essentiellement à étudier et dimensionner un système PV pour l’éclairage du laboratoire LPV
en exploitant les panneaux solaires qui existent déjà.

La présentation du travail effectué fera l’objet de trois chapitres. Le premier chapitre


présente l’étude préliminaire qui prend en compte le contexte générale du projet, l’étude de
l’existant et l’état de l’art. Le deuxième chapitre met l’accent sur la répartition des points
lumineux ainsi que le dimensionnement des matérielles nécessaires pour l’éclairage de
l’environnement du travail. Le troisième chapitre est consacré à modéliser et simuler une
partie du notre projet avec le logiciel MATLAB.

Iset Rades Page-2-


Rapport de stage de fin d’étude Cahier de charge

Cahier de charge

Objectif :

Notre objectif est de faire une étude théorique pour l’éclairage du couloir commun
(figure 1) des laboratoires photovoltaïque (LPV au CRTEn du bordj-Cedria) à l’aide de
l’énergie solaire, en exploitant les panneaux solaires déjà existant.

Figure 1: Les dimensions du couloir commun

Taches à exécuter :

- Détermination et dimensionnement des matériels nécessaires pour notre système :

 Régulateur solaire.
 Batteries solaires.
 Câbles solaires.
 Armoire électrique.

-Simulation MATLAB.

Iset Rades Page-3-


Rapport de stage de fin d’étude Cahier de charge

Matériels nécessaire :
- Lampes LED (12v, 7w) pour l’éclairage du couloir.
- Câbles électriques pour acheminer l’énergie vers les lampes.
- Générateur photovoltaïque déjà existant afin d’alimenter les lampes en énergie
photovoltaïque. Ce générateur présente les caractéristiques suivant :
 Voc=40(V)
 Icc=10.4(A)
 Imp=10(A)
 Vmp=35(V)

- Régulateur solaire.
- Batteries pour remplacer le GPV pendant la nuit.

Iset Rades Page-4-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Chapitre 1 : Etude préliminaire

I Introduction

Dans ce chapitre, nous présenterons tout d’abord le cadre du projet, ensuite, nous
présenterons l’organisme d’accueil dans lequel nous avons effectué notre projet de fin
d’étude, puis, nous présentons une analyse de l’existant dans le but de dégager leurs limites et
de justifier le développement de notre solution.

II Contexte générale du projet

II.1 Cadre du projet

Dans le cadre de l’obtention du diplôme de licence appliqué en génie électrique, ce


projet de fin d’étude proposé par le centre de recherche et technologie de l’énergie consiste à
l’étude et le dimensionnement d’un système photovoltaïque.

II.2 Présentation de l’organisme d’accueil

Notre projet s’est déroulé au sein de Centre de Recherche et Technologie de l’Energie


connu sous l’acronyme « CRTEn ». Dès sa création Le CRTEn est chargée d’élaborer,
d’exécuter et de coordonner des programmes de recherches-développements et d’innovation
technologique dans les domaines liés à l’énergie d’une façon générale. L’objectif de ces
recherches contribue à l’enrichissement et l’approfondissement des connaissances nécessaires
pour maitriser la consommation des énergies conventionnelles et accroitre la part des énergies
renouvelables et les nouvelles technologies de l’énergie dans le bilan énergétique de la
Tunisie.

Iset Rades Page-5-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Figure 2: Organigramme de la CRTEn

II.3 Données générales sur la société

 Adresse : CRTEn : Bordj Cedria B.P N°95 2050 - Hammam Lif - Tunisie
 Tel : 79.325.811 / 79 325 215
 Fax : 79 325 934 / 79 325 825
 E-mail : Admin@Crten.Rnrt.Tn
 Site Web : http://www.crten.rnrt.tn/public/fr/home

III Etude de l’existant

III.1 Analyse de l’existant

L’étude de l’existant est une phase importante pour bien comprendre le système actuel
et définir ces objectifs.

Le CRTEn est aujourd’hui constitué de 3 grands laboratoires :

 Le Laboratoire de Photovoltaïque (LPV).


 Le Laboratoire des Procédés Thermiques (LPT).
 Le Laboratoire de Maitrise de l’Energie Eolienne et de Valorisation Énergétique des
Déchets (LMEEVED).

Iset Rades Page-6-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Les laboratoires LPV possèdent un couloir commun éclairé à l’aide de l’énergie


fournie par le réseau STEG. Cependant il se trouve des panneaux solaires existent déjà mais
ne sont pas exploitable car ils nécessitent toute une étude incluant les matérielles, les normes
qui contribuent à la bonne gestion de l’énergie utilisée.

III.2 Critique de l’existant

L’analyse de l’existant nous a permis de dégager un certain nombre des défauts :

D’une part, La répartition des points lumineux du couloir commun des laboratoires
LPV ne respecte pas la norme NFC 15-100 qui cause des pertes d’énergie, donc gaspillage
d’argent.

D’autre part, cette répartition utilise l’énergie fournie par le réseau STEG qui entraine
des pertes financière, la solution optimale est d’exploiter l’énergie solaire qui est inépuisable,
renouvelable, fiable et non polluante.

De plus, exploiter les panneaux solaires déjà existant.

III.3 Solution proposé

Dans notre projet nous essayons de trouver des solutions pour remédier aux problèmes
présentés ci-dessus. Le travail demandé se résume dans les fonctionnalités suivantes :

-Refaire la répartition des points lumineux selon la norme NFC 15-100 qui spécifie la
qualité et la quantité d’éclairage nécessaire pour que les tâches visuelles soient
assurées avec précision sur les lieux de travail.

-Dimensionnement du régulateur solaire.

-Dimensionnement des batteries solaires.

-Dimensionnement des câbles solaires.

-Dimensionnement de l’armoire électrique.

-Simulation de la solution adoptée par le logiciel MATLAB.

Iset Rades Page-7-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

IV Etat de l’art

Une installation photovoltaïque autonome est une installation qui produit de


l’électricité grâce au soleil, mais qui fonctionne indépendamment du réseau électrique. Dans
la majorité des cas, ce système est utilisé dans les sites isolés où il serait beaucoup trop
couteux de raccorder l’habitation ou le locale que l’on souhaite alimenter en électricité. La
différence majeure avec une installation photovoltaïque standard (raccordée au réseau), c’est
la présence de batteries. Une installation photovoltaïque autonome doit être capable de fournir
de l’énergie, y compris lorsqu’il n’y a plus de soleil (la nuit ou en cas de mauvais temps), il
faut donc qu’une partie de la production journalière des modules photovoltaïques soit stockée.

D’une manière générale, notre système est composé des matériels suivant (figure 3).

Figure 3: Les composantes du système photovoltaïque autonome

Les modules (ou panneaux) solaires : Source d’énergie du système, les modules
photovoltaïques produisent de l’énergie électrique à partir de la lumière solaire.

Iset Rades Page-8-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Le régulateur : stabilise l’énergie délivrée par les modules solaires de manière à


ce que celle-ci puisse être stockée dans des batteries et soit utilisable pour des applications en
courant continu (DC = Direct Courant).

Les batteries : constituent le moyen de stockage pour stocker l’énergie produite


par les modules solaires.

Les consommateurs DC (lampe LED)

Les modules solaires chargent un groupe des batteries. Les batteries libèrent l’énergie
au moment où celle-ci est demandée. Le régulateur règle le processus de chargement des
batteries électroniquement. Ce groupement de batteries est prévu pour donner une meilleure
autonomie au système. Celle-ci est établie en fonction de l’énergie nécessaire (en nombre de
Wh / jour) et du nombre de jours d’autonomie désiré.

IV.1 Effet photovoltaïque

L’effet photovoltaïque a été découvert en 1839 par le physicien français Becquerel. Un


panneau solaire fonctionne par l’effet photovoltaïque c'est-à-dire par la création d'une force
électromotrice liée à l'absorption d'énergie lumineuse. C’est le seul moyen connu actuellement
pour convertir directement la lumière en électricité.

IV.2 Cellule photovoltaïque

La cellule photovoltaïque constitue l’élément de base des panneaux solaires


photovoltaïques. Il s’agit d’un dispositif semi-conducteur à base de silicium. La cellule
photovoltaïque (figure 4) est fabriquée à partir de deux couches de silicium (matériau semi-
conducteur).

 une couche dopée avec du bore qui possède moins d'électrons que le silicium, cette
zone est donc dopée positivement (zone P).
 une couche dopée avec du phosphore qui possède plus d'électrons que le silicium,
cette zone est donc dopée négativement (zone N).

Iset Rades Page-9-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Figure 4: Schéma d'une cellule photovoltaïque

IV.2.1 Principe de fonctionnement

Lorsqu'un photon de la lumière arrive, son énergie crée une rupture entre un atome de
silicium et un électron, modifiant les charges électriques. Les atomes, chargés positivement,
vont alors dans la zone P et les électrons, chargés négativement, dans la zone N. Une
différence de Potentiel électrique, c'est-à-dire une tension électrique, est ainsi crée. C'est ce
qu'on appelle l'effet photovoltaïque. A la surface, le contact électrique (électrode négative) est
établi par la grille afin de permettre à la lumière du soleil de passer à travers les contacts et de
pénétrer dans le silicium. Les cellules solaires sont recouvertes d’une couche anti-reflet qui
protège la cellule et réduit les pertes par réflexion. C’est une couche qui donne aux cellules
solaires leur aspect bleu foncé.

IV.2.2 Types et rendements des cellules photovoltaïques

Il existe différents types de cellules solaires (ou cellules photovoltaïques), et chaque


type de cellules a un rendement et un coût qui lui est propre. Cependant, quel que soit leurs
types, leurs rendements restent assez faible : de 8 à 23% de l’énergie qu’elles reçoivent. Il
existe trois principaux types de cellules à l'heure actuelle (figure 5).
 Les cellules monocristallines : Ce sont celles qui ont le meilleur rendement
mais aussi celle qui ont le cout le plus élevé, du fait d'une fabrication
compliquée.
 Les cellules poly-cristallines : Leur conception étant plus facile, leur coût de
fabrication est moins important, cependant leur rendement est plus faible.

Iset Rades Page-10-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

 Les cellules amorphes : Elles ont un faible rendement, mais ne nécessitent que
de très faibles épaisseurs de silicium et ont un coût peu élevé. Elles sont
utilisées couramment dans de petits produits de consommation telle que des
calculatrices solaires ou encore des montres.

Figure 5: Les différents types des cellules photovoltaïques

 Rendements :

Le tableau suivant présente les différents types des cellules avec leurs rendements.

Technologie de cellules Rendement en laboratoire Rendement Production


Silicium amorphe 13 % 5-9%
(a-Si)
Silicium poly-cristallin 19,8 % 11 à 15 %
(p-Si)
Silicium monocristallin 24,7% 13 à 17 %
(m-Si)

Tableau 1: Rendements des différentes cellules

Ce rendement dépend de plusieurs facteurs :

 Réflexion à la surface.
 Température de jonction des cellules.
 Type de matériau utilisé et technique de fabrication.
 La résistance série et parallèle responsables des pertes par effet joule.
 Absorption incomplète et excès d’énergie des photons absorbés.

Iset Rades Page-11-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

IV.2.3 Modélisation d’une cellule photovoltaïque


 Cellule photovoltaïque idéal :

Une cellule photovoltaïque peut être décrite de manière simple comme une source
idéale de courant qui produit un courant 𝐼𝑝ℎ proportionnel à la puissance lumineuse incidente,
en parallèle avec une diode (figure 6).

Figure 6: Cellule photovoltaïque idéal

D’après la loi de nœuds :

𝐈 = 𝐈𝐩𝐡 − 𝐈𝐝 Équation 1

Pour un générateur PV idéal, la tension aux bornes de la résistance est égale à celle aux
bornes de la diode :

V= 𝐕𝐃 Équation 2

La diode étant un élément non linéaire, sa caractéristique I-V est donnée par la relation
suivante :

𝐕𝐝
𝐈𝐃 = 𝐈𝟎 .(𝐞𝐱𝐩 ( ) − 𝟏) Équation 3
𝐕𝐭

Avec :

𝐼0 : Le courant de saturation inverse de la diode.

𝑉𝑑 : La tension aux bornes de diode.

𝐾.𝑇
Vt = Potentielle thermique.
𝑞

Iset Rades Page-12-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Donc la relation sera :

𝐕𝐝
𝐈 = 𝐈𝐩𝐡-𝐈𝟎 .(𝐞𝐱𝐩 ( ) − 𝟏) Équation 4
𝐕𝐭

 Cellule photovoltaïque réel :

Le model photovoltaïque précédent ne rendait pas compte de tous les phénomènes


présents lors de la conversion d’énergie lumineuse. En effet, dans le cas réel, on observe une
perte de tension en sortie ainsi que des courants de fuite. On modélise donc cette perte de
tension par une résistance en série Rs et les courants de fuite par une résistance en parallèle
Rp (figure 7).

Figure 7: Cellule photovoltaïque Réel

𝐈 = 𝐈𝐩𝐡 − 𝐈𝐝 −𝐈𝐩 Équation 5

𝐕+𝐑𝐬.𝐈
𝐈𝐩 = Équation 6
𝐑𝐩

Avec :

I : Le courant fourni par la cellule

Iph : Le photo-courant dépendant de l’éclairement (G).

Iset Rades Page-13-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

𝐼0 : Le courant de saturation de la diode.

K : constante de Boltzmann (1,381 .10-23 joule/Kelvin).

q : charge d'électron =1,602 .10-19 C.

n : Le facteur de qualité de diode.

T : La température de cellule en kelvin.

𝐕+𝐑𝐬.𝐈 𝐕+𝐑𝐬.𝐈
𝐈 = 𝐈𝐩𝐡 -𝐈𝟎 . (exp( ) − 𝟏) − ( ) Équation 7
𝐑𝐩 𝐑𝐩

IV.3 Le module photovoltaïque

La cellule individuelle, ne produit qu'une très faible puissance électrique, typiquement


de 1 à 3 W avec une tension de moins d'un volt. Pour produire plus de puissance, les cellules
sont assemblées pour former un module (figure 8). Les connections en série de plusieurs
cellules augmentent la tension pour un même courant, tandis que la mise en parallèle accroît
le courant en conservant la tension.

Figure 8: Module photovoltaïque

IV.3.1 Paramètres électrique du module photovoltaïque

Les différents paramètres caractérisant un module photovoltaïque sont la tension de


circuit ouvert, courant de court-circuit, puissance maximale, facteur de forme et rendement.

Iset Rades Page-14-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Ils sont extraits des caractéristiques courant-tension, permettent de comparer les différents
modules éclairés dans des conditions identiques.

 Tension de circuit-ouvert :

Si on place un module sous une source lumineuse constante sans aucune circulation de
courant, on obtient à ses bornes une tension maximale continue, dite tension à circuit ouvert
Vco On l’obtient en branchant directement un voltmètre aux bornes du module PV

 Courant de court-circuit :

Lorsqu'on place le module PV en court-circuit, il débite son courant maximal à tension


nulle. On dit courant de court-circuit Icc. On obtient sa valeur en branchant un ampèremètre
aux bornes du module.

 Facteur de forme :

On appelle facteur de forme ff le rapport entre la puissance maximale délivrée par le


module Pmax (Vopt, Iopt) et le produit de la tension de circuit ouvert (Vco) par le courant de
court-circuit (Icc).

𝐏𝐦𝐚𝐱 𝐕𝐨𝐩𝐭∗𝐈𝐨𝐩𝐭
ff = = Équation 8
𝐕𝐨𝐜∗𝐈𝐜𝐜 𝐕𝐨𝐜∗𝐈𝐜𝐜

Le facteur de forme indique la qualité du module plus il s’approche de l’unité plus le


module est performant, Il est de l’ordre de 0.7 pour les modules performants, et diminue avec
la température.

 Rendement :

Le rendement énergétique d’un module PV est le rapport entre la puissance électrique


Maximale fournie par le module Pmax et la puissance solaire incidente.

Il est donné par (équation 9) :

𝑷𝒎𝒂𝒙
= Équation 9
𝑷𝒊𝒏𝒄

Avec Pinc est égale au produit de l’éclairement et de la surface totale du module PV.
Ce paramètre reflète la qualité de conversion de l’énergie solaire en énergie électrique.

Iset Rades Page-15-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

IV.3.2 Protections classiques d’un module photovoltaïque

Lorsque nous concevons une installation photovoltaïque, nous devons assurer la


protection électrique de cette installation afin d’augmenter sa durée de vie en évitant
notamment des pannes destructrices liées à l’association des cellules et de leur
fonctionnement en cas d’ombrage. Pour cela, deux types de protections sont classiquement
utilisés dans les installations actuelles (figure 9)3:

- la protection en cas de connexion en parallèle de modules PV pour éviter les courants


négatifs dans les GPV (diode anti-retour).

- la protection lors de la mise en série de modules PV permettant de ne pas perdre la


totalité de la chaîne (diode by-pass).

Figure 9: Protection d'un module photovoltaïque

IV.4 Constitution d’un générateur photovoltaïque (GPV)

L’association de plusieurs cellules photovoltaïques en série/parallèle donne lieu à un


générateur photovoltaïque. Si les cellules se connectent en série, les tensions de chaque cellule
s’additionnent, augmentant la tension totale du générateur. D’une autre part, si les cellules se
connectent en parallèle, c’est l’ampérage qui augmentera4.

3
M.Slama Fatah, ‘’modélisation d’un système multi générateur photovoltaïque interconnectés au réseau
électrique’’ UNIVERSIT2 FARHAT ABBAS-SETIF UFAS (Algérie) Faculté de Technologie, mémoire de
magistère 2011.
4
Othmane BENSEDDIK et Fathi DJALOUD, ‘’Etude et optimisation du fonctionnement d’un système
photovoltaïque’’, UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA, Faculté des Sciences et technologie et sciènes
de la matière, mémoire de master 2012.

Iset Rades Page-16-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

IV.5 Régulateur solaire

IV.5.1 Définition d’un régulateur solaire

Le régulateur de charge solaire (figure 10) est l’élément central d’un système
photovoltaïque. Il contrôle le flux énergétique dans l’ensemble du système. Cet élément est
indispensable de toute installation solaire utilisé pour les sites isolés (non reliés au réseau
électrique). Il se présente sous la forme d’un petit boîtier électronique et se branche entre les
panneaux solaires et le parc de batteries.

Figure 10: Régulateur solaire

IV.5.2 Rôle d’un régulateur solaire

Le régulateur de charge/décharge est associé à un générateur photovoltaïque (figure


11), il a pour rôle de :

 Convertir la tension de sortie des panneaux solaire en tension adaptée à la


charge de la batterie (14.4 V pour une charge complète).
 Protéger les batteries en contrôlant leur niveau de charge : lorsque les batteries
sont complètements chargées le régulateur coupe la production des panneaux.
 Il arrête la consommation des appareils branchés lorsque le niveau de charge de
la batterie descend sous le seuil de sécurité autorisé,
 Protéger les panneaux en bloquant les courants inverses qui gaspillent de
l’électricité.

Iset Rades Page-17-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Figure 11: Rôle du régulateur dans un système photovoltaïque

IV.5.3 Types de régulateurs solaires

 Régulateur PWM

Le PWM (figure12) est le premier type du régulateur solaire. Il est composé d'un
interrupteur électronique fonctionnant en MLI et d'un dispositif anti-retour (diode). En gros, la
technique consiste à découper le signal produit par les panneaux en signaux carrés de
fréquence variable (c’est pourquoi on parle de largeur d’impulsion). Ceci permet de modifier
la tension du signal venant des panneaux pour obtenir un signal avec une tension adaptée à la
charge des batteries.

Figure 12: Régulateur PWM

Il est habituellement limité à deux étapes de charge de batterie, soit la charge rapide et
la charge de maintien. Il permet d'abaisser le voltage des panneaux aux paramètres habituels
de charge d'une batterie au plomb à décharge profonde afin de rapidement charger celle-ci.
Une fois la tension nominale atteinte, le contrôleur va abaisser la tension à une valeur qui
correspond à une tension de maintien de charge sans toutefois appliquer beaucoup de courant.

Iset Rades Page-18-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

 Régulateur MPPT

Le régulateur MPPT (figure 13) est le deuxième régulateur solaire. Le cœur de ce


régulateur est un microcontrôleur qui contrôle le convertisseur DC-DC à découpage de haut
rendement qui assure trois fonctions :

 Détection de la puissance maximale du champ photovoltaïque tant que la


batterie n'est pas chargée.
 Conversion DC/DC.
 Régulation de la tension de sortie en fonction de la phase de charge.

Le contrôleur MPPT est le plus sophistiqué et le plus efficace. Il ajuste constamment le


voltage du panneau afin de tirer le maximum d'énergie en tout temps (beau temps ou mauvais
temps) et optimiser en permanence les paramètres électriques de fonctionnement entre les 3
systèmes suivants :

 Le système photovoltaïque (constitué de un ou plusieurs panneaux solaires).


 Le parc à batterie (composé d’une ou plusieurs batteries).
 Les utilisations consommatrices de l’énergie (LED).

Figure 13: Régulateur MPPT

Le régulateur de charge MPPT permet une plus grande souplesse au niveau du choix
des panneaux. En effet, tous les types de module photovoltaïque peuvent être utilisés. Leur
performance accrue, par rapport au contrôleur PWM, devient très évidement lorsque les
panneaux utilisés ont un grand écart de voltage par rapport à la batterie rechargée.

Iset Rades Page-19-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Le MPPT transforme la haute tension disponible en basse tension pour la batterie avec
un rendement de l'ordre de 95%. Certain peuvent accepter jusqu'à 150 V et peuvent charger
des batteries de 12V avec un minimum de perte de rendement.

IV.6 Batteries solaires

Les batteries solaires (figure 14) stockent l'énergie produite par les panneaux
photovoltaïques afin d’assurer l'alimentation électrique en toutes circonstances (jour ou nuit,
ciel dégagé ou couvert).

Figure 14: Batterie solaire de type GEL

Vous pouvez brancher une batterie solaire directement sur un panneau solaire, mais
vous risquez d'endommager la batterie si son niveau de charge dépasse les 90%. C'est pour
cela qu'il est vivement recommandé d'installer un régulateur solaire entre le panneau solaire
photovoltaïque et la/les batteries solaires.

Le rôle du régulateur dans une installation solaire est très important car le niveau de
charge des batteries solaires ne doit être ni trop bas (pas en dessous de 40%) ni trop haut (ne
pas dépasser 95%). Des charges trop faibles ou trop importantes non régulées détériorent les
batteries et limitent leur durée de vie. Les batteries solaires ont une durée de vie de plus de
500 cycles, soit de 7 ans jusqu'à 15 ans.

IV.6.1 Montages des batteries

Le montage des batteries se fait en série ou en parallèle pour augmenter la tension ou la


capacité :

Iset Rades Page-20-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

 Le montage en parallèle (figure 15) consiste à relier les bornes "+" aux bornes "+"
et les bornes "-" aux bornes "-", qui permet d'additionner les capacités de stockage
(en Ah) tout en conservant la même tension (en Volts).
 Le montage en série (figure 16) permet d'additionner la tension des batteries, en
revanche la capacité en Ah reste celle d'une seule batterie.

Figure 15: Branchement en parallèle Figure 16: Branchement en série

IV.7 Câbles solaires

Pour assurer le transport de l’énergie des modules jusqu’au régulateur de charge, on ne


peut pas utiliser n’importe quel câble électrique. Les câbles solaires (figure 17) sont étudiés
pour résister aux conditions spéciales liées à leur utilisation. Ils sont les seuls à pouvoir
assurer une longue durée de vie (supérieure à 30 ans) tout en minimisant les pertes d’énergie.

Les câbles ordinaires, même s’ils sont conçus pour un usage extérieur, ne supportent
pas aussi bien les variations de température (pouvant aller de -20°C à 120°C à proximité des
modules), ainsi que l’exposition aux rayons ultra-violets et à l’ozone. Tout cela en restant
souples et maniables. Ils sont équipés dans la majorité des cas d’une double isolation et ne
possèdent pas de substances inflammables ou toxiques (halogène) ce qui accroît leur sécurité.

Figure 17: Câble solaire

Iset Rades Page-21-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

IV.8 Les consommateurs DC

Une lampe LED (de l'anglais Light-Emitting Diode), DEL en français, est ce qu’on
appelle une diode électroluminescente (figure 18). Cette diode est capable d’émettre de la
lumière et elle est aujourd’hui une solution d’éclairage présentant de nombreux avantages :
économiques, écologiques ou encore de confort.

Figure 18: Lampe LED

IV.9 Armoire électrique

IV.9.1 Définition

L'armoire électrique est le lieu où sont regroupés :

 Des systèmes de réglettes et de fixations, permettant d'accrocher les différents modules


formant le contenu.
 Les modules eux-mêmes, comme les disjoncteurs pour chaque partie de l'installation.
 Les batteries solaires (de dimensions 344*172*276).
 Le régulateur.
 Un interrupteur parafoudre.

IV.9.2 Parafoudre

Dans une installation photovoltaïque, les parafoudres (figure 19) ont pour rôle de
protéger les modules photovoltaïques contre les risques de surtensions induites dans le circuit
de la partie continue. D’une manière générale, les installations autonomes sont moins
sensibles à la foudre que des installations raccordées au réseau électrique aérien mais ca
n’empêche qu’il faut protéger notre installation.

Iset Rades Page-22-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Figure 19: Schéma d’un Parafoudre

IV.9.3 Disjoncteurs

Le disjoncteur est un dispositif destiné à établir, supporter et interrompre des courants


continus sous sa tension assignée afin de protéger notre installation contre les surcharges et
les courts circuits. La protection contre les courts-circuits est assurée par la partie magnétique,
et la protection contre les surcharges est assurée par la partie thermique.

IV.9.4 Disjoncteur différentiel

Le disjoncteur différentiel est formé de l’association d’un disjoncteur et d’un bloc vigi.
Le disjoncteur protège les biens (le matériel) et le bloc vigi (figure 20) est utilisé pour assurer
la protection des personnes contre les défauts d’isolement qui ne peuvent être détectés par les
appareils de coupure et de sectionnement (disjoncteurs, interrupteur) et qui peut causer des
dégâts important sur le corps humain. Le bloc vigi mesure le courant de fuite résiduel en
comparant, à tout instant la valeur du courant qui parcourt la phase et le courant issu du
neutre. Un écart entre les deux courants se produit lors d’un contact direct d’une personne
avec une partie d’un équipement ou d’une installation sous tension. A partie d’une différence
de courant bien déterminée, appelée sensibilité (30 mA ou 300mA), le bloc vigi déclenche
instantanément le disjoncteur assurant ainsi la protection de la personne en contact avec
l’équipement sous tension.

Iset Rades Page-23-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 1 : Etude préliminaire

Figure 20 : schéma d’un Bloc vigi

V Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté le CRTEn et le cadre de ce projet ainsi que
l’étude de l’existant. Nous avons terminé par l’étude de l’art qui présente le système
photovoltaïque.

Iset Rades Page-24-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Chapitre 2 : Dimensionnement du système


photovoltaïque

I Introduction

Dans ce chapitre, nous présenterons la répartition des points lumineux ainsi que le
dimensionnement des matériels nécessaires pour l’éclairage de notre environnement du
travail.

II Répartition des points lumineux

Pour faire une répartition des points lumineux qui répond aux exigences de la norme
NFC 15-100 « Éclairage intérieur des lieux de travail », on a utilisé le logiciel DIALux
(figure 21).

Figure 21: Le logiciel DIALux

Iset Rades Page-25-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Ce dernier est une source utile d’informations pour créer les solutions d’éclairage qui
répondent aux besoins de l’utilisateur et qui fournissent des conditions de travail efficaces. Il
permet de trouver les solutions pour un éclairage intérieur ou extérieur optimale.

En se basant sur la norme NFC 15-100, on a recours à l’éclairement 100 lux moyen
qui s’applique à une zone de circulation et couloirs ce qui représente notre environnement de
travail (tableau 2).

Zone ou activité Eclairement


Hall (sans poste d’accueil) 100 lux moyen
Zone de circulation et couloirs 100 lux moyen
Escaliers 100 lux moyen
Point d’accueil 200 lux moyen
Circulation parking 75 lux moyen
Circulation extérieure 20 lux moyen

Tableau 2: NFC 15-100 « Éclairage intérieur des lieux de travail »

Dans le DIAlux, nous avons éditer la géometrie du couloir ainsi qu’introduire les
paramètres des lampes désirés(Lampe LED 7W 12V, 560 lm). Ce logiciel nous a donné une
répartition des points lumineux (figure 22), ainsi que le nombre des points nécessaire pour
faire l’éclairage du couloir. Et aussi la répartition lumineuse en 3D (figure 23).

Figure 22: Plan d'ensemble du couloir avec la répartition des points lumineux

Iset Rades Page-26-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Figure 23: Vue 3D du couloir avec l'éclairage

Le DIALux nous a permet d’obtenir aussi l’architecture réel du CRTEn illustré par La
figure ci-dessous :

Figure 24: Architecture du CRTEn

Iset Rades Page-27-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

III Dimensionnement du régulateur solaire

III.1 Critère de sélection d’un régulateur solaire

Un régulateur doit être soigneusement sélectionné, puisqu’elle dépend directement


des panneaux solaires auxquels il sera relié. Il y a 2 éléments principaux qui nous devons
prendre en compte :

 La tension entre les panneaux et les batteries : le régulateur doit pouvoir accepter
cette tension (en général 12V, 24V ou 48V).

 L’intensité maximale du régulateur : l'intensité du régulateur (en ampères, A) doit


être supérieure à l'intensité de court-circuit du ou des panneaux solaire auquel il est
connecté. Une marge de sécurité de 10% à 20% est indispensable.

III.2 Choix du régulateur solaire

Comme mentionné dans le chapitre 1, il y’a deux types de régulateur : régulateur


PWM et régulateur MPPT. Afin de choisir lequel on va l’utiliser dans notre installation, il faut
bien comprendre la différence entre eux, pour cela on a tracé le tableau ci-dessous.

Contrôleur de charge PWM Contrôleur de charge MPPT

Couplage direct du champ PV sur la batterie Charger la batterie via un convertisseur abaisseur de
tension

La tension nominale de la chaine PV doit être La tension nominale de la chaine PV peut être
compatible avec la tension batterie supérieure à la tension batterie

Nécessite l’utilisation de modules de 36 ou 72 Possibilité d’utiliser des modules quel que soit le
cellules nombre des cellules

Typiquement adapté pour des petits systèmes Plus adapté pour des puissances PV > 200 Wc

PV < 200 Wc

Tableau 3: Différences entre régulateur PWM et MPPT

Iset Rades Page-28-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

En se basant sur le tableau ci-dessus, on va choisir un régulateur MPPT vu que la tension


à vide des panneaux est de 40V, ainsi que les batteries qu’on va utiliser sont de 12V et que notre
puissance fournie par les panneaux 350W qui est supérieur à 200Wc. Notre choix est renforcé
aussi par les avantages présenté dans le chapitre 1 section “Régulateur solaire“.

Pour obtenir la tension la plus élevée possible, on additionne les tensions à vide (𝑈𝑂𝐶 )
puis on ajoute un coefficient de 20% pour tenir compte de l’influence de la température
ambiante.

On a installé 2 panneaux en série, la tension à vide de 20V chacun nous donne (équation
10) :

20(V) + 20(V)= 40(V) Équation 10

après on ajoute un coefficient de sécurité de 20% (équation 11).

40+ (40*0.2) = 48V Équation 11

 Il faudra donc un régulateur qui supporte une tension en entrée de 50V.

Concernant le courant du régulateur, une seule formule s’applique (équation 12).

La Puissance des panneaux de 350 W avec une batterie en 12 V donne (équation 13) :

P=U*I Équation 12

350 W
I= = 29,166 A Équation 13
12

 Il faudra donc un régulateur de 30A.

IV Dimensionnement des batteries solaires

IV.1 Les types des batteries solaires

Iset Rades Page-29-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Dans notre système nous avons besoin d’une batterie qui présente plusieurs avantages
au niveau du rendement et durée de vie.

Technologie de batterie solaire Avantages Applications

 Longue durée de vie :


> 10 ans
 Très bonne résistance
aux températures  Habitat isolé
extrêmes (inertie de
 Télécommunications
Batterie solaire à plomb ouvert l'électrolyte liquide)
(relais)
 Bacs transparents pour
La batterie au plomb ouvert à plaque
visualiser le niveau
tubulaire est robuste, elle nécessite
d'acide et l'état de la
un entretien régulier.
batterie.

 Sans entretien
 Résistance aux chocs et
 Habitat isolé
vibrations
 Signalisation lumineuse
 Durée de vie 5 à 15 ans
routière
 Résistance aux
 Balisage lumineux
températures extrêmes
Batterie solaire étanche au maritime, terrestre et
(-20 / +55°C)
aérien
GEL  Performance excellente
 Télécommunications
en cyclage
(relais, caméra…)
La batterie étanche à électrolyte  Pas de stratification
 Hydraulique
d'électrolyte
gélifié est le "haut de gamme" des  Télémesure
 Pas de fuite
batteries au plomb. Elle ne nécessite d'électrolyte
pas d'entretien.

Iset Rades Page-30-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

 Sans entretien  Petites applications


 Très bonne résistance aux  Loisirs
(modélisme, jouets…)
chocs et vibrations
 Applications non
Batterie solaire étanche AGM  Très faible dégagement sensibles
d'hydrogène (explosif)
La batterie étanche AGM est un  Local batterie avec faible
compromis entre la batterie plomb ventilation
ouvert et la batterie gel.

 Sans entretien  Véhicules


 Plus légère que les  Bateaux
batteries au plomb  Application spécifique
Batterie solaire Lithium
La batterie au lithium est légère,  Résiste mieux aux

sans entretien et résiste à la charge décharges profondes

profonde. Cette technologie reste


encore onéreuse.

Tableau 4: Les différents types des batteries solaires

 D’après ce tableau comparatif on a choisi la batterie solaire étanche au GEL pour ces
multiples avantages.

IV.2 Choix de tension des batteries

Il faut déterminer la tension de stockage de l'énergie solaire : 12V, 24V ou 48V. La


règle pour cela est assez simple : plus vous utilisez d'énergie, plus vous devez utiliser une
tension élevée, afin de diminuer les pertes d'énergie, qui surviennent quand l'énergie est
transportée ou stockée.

Iset Rades Page-31-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Le tableau ci-dessous, présente la tension des batteries selon la puissance des modules
photovoltaïques.

Puissance 0 W < Puissance ≤ 500 500 W < Puissance ≤ 2 000 2 000 W < Puissance ≤ 10 000 W
W W

Au-delà de 2 000 W, les sections


Choix de la Une tension de 12 V du Une tension de 24 V du parc de câbles deviennent trop
tension de parc de batterie est de batterie est raisonnable. importante (= 50 mm²) sous une
batterie tension de 24 V. Une tension de
acceptable.
48 V est donc requise afin de
minimiser la section des câbles.

Tableau 5: Choix de la tension des batteries

 Notre installation fournie une puissance de 350 W au maximum donc il faut


installer des batteries de 12 V.

IV.3 Calcul de la capacité de stockage

La première question qui se pose est la question de la capacité de stockage d'énergie


solaire, dont nous avons besoin. La capacité d'une batterie solaire est exprimée en Ampères
Heure (Ah) ce qui désigne le débit totale d'énergie de la batterie dans des conditions données
(les heures de fonctionnement et l’autonomie de notre installation sont exigées par le cahier
de charge).

Donc, si nous reprenons notre exemple, on à 48 points lumineux chaque point a une
puissance de 7W. Donc la puissance de la charge est égale à 336W (équation 14)

𝐏𝐜𝐡 = 𝟕𝐖 ∗ 𝟒𝟖 𝐩𝐨𝐢𝐧𝐭𝐬 = 𝟑𝟑𝟔 𝐖 Équation 14

NB : le cahier de charge exige 6h de fonctionnement.

Le temps d’utilisation des points lumineux est de 6 heures. Donc l’énergie journalière
d’utilisation est égale à 2016 Wh/jour (équation 15), ce qui correspond à 168 Ah.

Iset Rades Page-32-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

𝑊𝑐ℎ = 336𝑊 ∗ 6 = 2016 𝑊ℎ/jour Équation 15

IV.4 Intégration d'autonomie souhaitée

Dans les systèmes photovoltaïques autonome, il faut fixer l’autonomie c'est-à-dire le


nombre de jours pendant lesquels nos batteries n'ont pas besoin d'être rechargées tout en
conservant une consommation d'énergie normale. En général, cela représente le nombre de
jours consécutifs sans soleil auquel nous pouvons faire face.

NB : le cahier de charge exige 2 jours d’autonomie.

En continuant avec notre exemple, si nous avons un besoin d'énergie de 2016 Wh par
jour et que nous choisissons une autonomie de 2 jours, notre besoin d’énergie sera égal à 4032
Wh (équation 16), avec une capacité de stockage égale à 336 Ah (équation 17).

W = 2016W ∗ 2 jour = 4032 Wh Équation16

Équation 17
C = 168 Ah ∗ 2 jours = 336 Ah

Dans une installation photovoltaïque, cette capacité n'est qu'une base de travail, car il
est hors de question de décharger une batterie à 100% cela la détruirait. Dans le cadre d'un
dimensionnement photovoltaïque, on prendra donc comme hypothèse une décharge possible
de 40% (jusqu'à 50% maximum), afin de ne pas endommager la batterie et de prolonger sa
durée de vie.

4032 Wh
Soit en 12V, une capacité de = 336 Ah. Comme indiqué plus haut il est
12 V
recommandé de ne pas décharger sa batterie au-delà de 50%, donc il faut prévoir le double en
capacité de batterie, donc elle sera égale à 672 Ah (équation 18).

Iset Rades Page-33-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

336Ah
C= = 672 Ah Équation 18
0.5

IV.5 Etude comparative selon la capacité


 Si on utilise des batteries GEL 121 Ah-12V nous pourrions choisir avec une
bonne marge de sécurité 6 batteries (équation 19) montées en parallèles qui
nous donnera une capacité cumulée de 726 Ah.

Équation 19
672𝐴ℎ
𝑛= = 5.53 ≅ 6 𝑏𝑎𝑡𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑠
121𝐴ℎ

 Si on utilise des batteries GEL 91 Ah-12V nous pourrions choisir avec une
bonne marge de sécurité 8 batteries (équation 20) montées en parallèles qui
nous donnera une capacité cumulée de 728 Ah.

672𝐴ℎ Équation 20
𝑛= = 7.38 ≅ 8 𝑏𝑎𝑡𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑠
91𝐴ℎ

 Si on utilise des batteries GEL 10Ah-12V nous pourrions choisir avec une
bonne marge de sécurité 68 batteries (équation 21) montées en parallèles qui
nous donnera une capacité cumulée de 680 Ah.

672𝐴ℎ
𝑛= = 67.2 ≅ 68 𝑏𝑎𝑡𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑠
10𝐴ℎ Équation 21

n : le nombre des batteries à installer

Iset Rades Page-34-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

IV.6 Choix des batteries

Chaque étude d’un système photovoltaïque nécessite une étude des prix des matériels
pour ne pas engendrer des pertes financière. Pour cette raison on a tracé le tableau 6 ci-
dessous qui montre qu’il faut éliminer la batterie de capacité 10 Ah-12V car elle nécessite un
grand nombre de batteries (68 batteries), ainsi leur prix est très élevé. Il nous reste de choisir
entre la batterie 121 Ah-12V et la batterie 91 Ah-12V, les deux capacités de batteries sont
acceptables pour notre installation mais pour des raisons d’arrangement et malgré la petite
différence concernant le prix on va choisir la batterie 121 Ah-12V comme un choix final.

Capacité de la Nombre des Prix unitaire de la Prix total pour


batterie batteries à installer batterie l’installation

121 Ah-12V 6 batteries 590 dinars 3540 dinars

91 Ah-12V 8 batteries 413.02 dinars 3304.16 dinars

10 Ah-12V 68 batteries 54.662 dinars 3717.016 dinars

Tableau 6: Les couts des batteries

V Dimensionnement des câbles solaires

L’objectif de cet exemple est de calculer la section adaptée des câbles côté champ
photovoltaïque qui présentent ces propriétés électriques :

o UMPP= 35 V
o IMPP= 10 A
o ICC= 10.4 A

Le champ photovoltaïque est constitué de 5 chaînes de 2 modules en série, soit un total


de 10 modules. La jonction de ces cinq chaînes est effectuée dans une boîte de jonction au
niveau du champ photovoltaïque.

Les câbles utilisés sont en cuivre : ρ = 0.02314 Ω.mm²/m

La longueur des câbles est donnée ci-après :

Iset Rades Page-35-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Figure 25 : Les longueurs des câbles solaires

V.1 Calcul des sections de câbles pour chaque portion du circuit

Dans le tableau ci-dessous on a calculé les sections de câbles de chaque portion du


circuit :

Section calculée

Portions Courant 𝑰𝒎𝒑𝒑 (𝑨) Tension 𝐔𝐦𝐩𝐩 (V) Longueur totale (chute de tension ε = 0.03)
des câbles (m)
𝛒∗𝐋∗𝐈
𝑺=
𝛆∗ 𝐕

Portion 1 Impp Umpp =35 V 1m S = 0.0440 mm²


=2A
5

Portion 2 Impp Umpp = 35 V 1.80 m S = 0.0793 mm²


=2A
5

Iset Rades Page-36-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Portion 3 Impp Umpp = 35 V 2.90 m S = 0.1278 mm²


=2A
5

Portion 4 Impp Umpp = 35 V 4.8 m S = 0.2115 mm²


=2A
5

Portion 5 Impp Umpp = 35 V 5.20 m S = 0.2291 mm²


=2A
5

Portion 6 Impp = 10 A Umpp = 35 V 29 * 2 = 58 m S = 12.782 mm²

Portion 7 Impp = 10 A Umpp = 35 V 7.20 m S = 1.5867 mm²

Tableau 7: Section des câbles pour chaque portion

V.2 Calcul des chutes de tension

A partir des sections calculées, il convient ensuite de choisir la section commerciale


supérieure et calculer la chute de tension associée à cette section (tableau 8) :

Portions Section calculée Section proposée chute de tension ε calculée


(chute de tension ε = 0.03) (mm²) 𝛒∗𝐋∗𝐈
𝛆=
𝐒∗ 𝐕

Portion1 S = 0.0440 mm² S1=1.5 mm² ε1=0.088 %


Portion2 S = 0.0793 mm² S2=1.5 mm² ε2 = 0.158 %
Portion 3 S = 0.1278 mm² S3=1.5 mm² ε3 = 0.255 %
Portion 4 S = 0.2115 mm² S4=1.5 mm² ε4 = 0.423 %
Portion 5 S = 0.2291 mm² S5=1.5 mm² ε5 = 0.458 %
Portion 6 S = 12.782 mm² S6=16 mm² ε6 = 2.396 %
Portion 7 S = 1.5867 mm² S7 = 2.5 mm² ε7 = 1.904 %

Tableau 8: Chute de tension pour chaque portion

Iset Rades Page-37-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Nous venons, dans le tableau ci-dessus, de calculer la chute de tension sur chacune des
portions du circuit électrique. Pour calculer la chute de tension sur l’ensemble du circuit du
champ photovoltaïque, il convient, lorsque cinq chaînes sont en parallèles, de considérer la
chute de tension la plus défavorable, et de l’ajouter à la chute de tension dans la chaîne
principale. Ainsi, dans notre exemple, la chute de tension totale côté champ photovoltaïque
vaut :

ε = ε6 + ε7 = 4.218 %.

La chute de tension totale est bien supérieure à 3%, il aurait fallu augmenter (par
exemple) la section dans la portion 7 jusqu’à la chute de tension devient inférieure à 0.3 %
 S7= 10 mm² donc ε7 = 0.476 %

V.3 Vérification du courant d’emploi

Par ailleurs, il est important de vérifier que le courant admissible IZ des câbles est bien
supérieur à 1.25×ICC. Pour connaître le courant admissible IZ des câbles, nous supposerons
que :

 la température ambiante maximale est de 120 °C dans les 7 portions,

Tableau 9: Détermination du courant admissible

Iset Rades Page-38-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Après avoir consulté ce tableau ci-dessus, nous rassemblons les données dans le
tableau ci-dessous :

Courant
Portions admissible 𝑰𝒛
Section des Courant d’emploi 𝑰𝒛 ≥ 1.25 * 𝑰𝒄𝒄 ?
dans les câbles
câbles maximal (A) 1.25 * 𝑰𝒄𝒄
(A)
Portion 1 S1= 1.5 mm² 29 A 1.25 *
𝐼𝑐𝑐
= 2,6 A
5

Portion 2 S2 = 1.5 mm² 29 A 1.25 *
𝐼𝑐𝑐
= 2,6 A
5

Portion 3 S3 = 1.5 mm² 29 A 1.25 *
𝐼𝑐𝑐
= 2,6 A
5

Portion 4 S4 = 1.5 mm² 29 A 1.25 *
𝐼𝑐𝑐
= 2,6 A
5

Portion 5 S5 =1.5 mm² 29 A 1.25 *
𝐼𝑐𝑐
= 2,6 A
5

Portion 6 S6 = 16 mm² 105 A 1.25 * 2 * 10.4 = 26 A

Portion 7 S6 = 10 mm² 96 A 1.25 * 10.4 = 13 A

Tableau 10: Tableau récapitulatif

Nous constatons donc que dans chacune des portions, le courant admissible IZ est bien
supérieur au courant d’emploi maximal préconisé (1.25 × ICC).

NB : Notons que le régulateur ne devra néanmoins pas se situer à moins de 50 cm du


parc de batteries pour des raisons de sécurité et que les câbles doivent avoir une section
appropriée pour minimiser les pertes de charge, 6 mm² pour 30A (intensité du régulateur).

Iset Rades Page-39-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

VI Dimensionnement de l’armoire

VI.1 Parafoudre

Notre installation est située dans une région qui a un niveau kéraunique NK = 43 ce
qui est perceptible dans la figure ci-dessous (source «météo Tunisie»).

Figure 26: La densité de foudroiement en Tunisie

Iset Rades Page-40-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

VI.1.1 Choix du parafoudre

Les parafoudres installés doivent être conformes à la norme en 3 types de produits et


leur mise en œuvre doit respecter les prescriptions du guide UTE C15-712.

Parafoudre de type 1 :

Il est conçu pour être utilisé sur des installations où le risque "foudre" est très
important, notamment en cas de présence de paratonnerre sur le site, avec une très forte
capacité d’écoulement.

Parafoudre de type 2 :

Destiné à être installé en tête d’installation, généralement au niveau du TGBT, sur des
sites où le risque d’impact direct est considéré comme inexistant, les parafoudres « Primaires
» de type 2 protègent l’ensemble de l’installation avec une forte capacité d’écoulement.

Parafoudres de type 3 :

En cas d’équipements particulièrement sensibles ou d’installation très étendue, il est


recommandé d’utiliser des parafoudres à proximité des équipements sensibles. Ils sont
exclusivement réservés à la protection fine des récepteurs et s’installent derrière un type 1 ou
un type 2.

Le choix entre un parafoudre de type 1 et de type 2 se fait en fonction du niveau


kéraunique du site et de la présence ou non d'un paratonnerre. Les Conditions de mise en
œuvre des parafoudres sont présentées dans le tableau suivant (guide UTE C15 712) :

Tableau 11: Choix du parafoudre

Iset Rades Page-41-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

NB : Paratonnerre : dispositif destiné à guider le courant de foudre à la terre

Vu que notre site est équipé d’un paratonnerre ainsi que le niveau kéraunique de la
région NK = 43> 25 (figure 23) et que notre installation est en DC on doit donc installer un
parafoudre de type 2 à l’origine de l’installation au niveau du Tableau Divisionnaire
(l’armoire).

VI.2 Choix des disjoncteurs

Pour l’éclairage du couloir notre installation exige 48 points lumineux. Et d’après la


norme NFC 15-100 le nombre de points d’éclairage alimentés par un même circuit est limité à
8. La section du fil doit être de 1.5𝑚𝑚2 , l’intensité maxi du disjoncteur est 16 A. Donc il faut
utiliser 6 disjoncteurs de 16 A (équation 22) et un disjoncteur divisionnaire général 32 A.

48 points Équation 22
= 6 disjoncteurs
8

On va choisir un disjoncteur bipolaire puisqu’il contrôle le courant sur la phase et le


neutre donc au niveau de sécurité le disjoncteur bipolaire est plus performant que le
disjoncteur unipolaire mais il est nettement plus cher et prend plus de place dans l’armoire à
cause de la protection qui est réalisée sur ces deux pôles ce qui est clair dans son symbole ci-
dessous :

Figure 27: Symbole de disjoncteur bipolaire

D’après le miniature circuit breakers PLSM page 6 et page 10 du catalogue TTI


(exemple de fournisseurs des disjoncteurs), il est perceptible que pour une tension assignée
DC 48V au maximum il faut installer un disjoncteur de types PLS. Puisque la tension de notre
installation est de 12 V DC, donc on peut installer ce type de disjoncteur.

Iset Rades Page-42-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Les caractéristiques électriques des disjoncteurs divisionnaires sont résumées dans le


tableau ci-dessous :

Référence du disjoncteur Disjoncteur PLS6-C16/2 Disjoncteur PLS6-C32/2

Courant nominal 16 A 32 A

Tension nominal 48 DC 48 DC

Tableau 12: Caractéristiques des disjoncteurs divisionnaires

Figure 29: Schéma du disjoncteur PLS6-C32/2 (TTI)


Figure 28: Disjoncteur PLS6-C16/2(TTI)

VI.3 Choix du disjoncteur différentiel

Le disjoncteur différentiel 300mA est utilisé dans un cas bien précis : dans le milieu
industriel ou tertiaire. L’installation d’un “disjoncteur différentiel de 300mA” est normée et
doit répondre à un critère que voici :

Les connexions électriques des circuits branchés sur le réseau protégé par le 300mA doivent
être inaccessibles et démontables uniquement à l’aide d’outil, Le risque de contact électrique
direct doit être nul. L’utilisation d’un interrupteur différentiel 300mA n’est pas autorisée dans
un logement d’habitation.

Vu que notre milieu est tertiaire ainsi que les connexions électriques sont inaccessibles
et démontables on va installer un DDR de 300 mA et non un DDR de 30 mA car il est utilisé
généralement dans les installations domestiques.

Iset Rades Page-43-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

VI.4 Système après le dimensionnement

VI.4.1 Armoire électrique

D’après les dimensions de la batterie (344*172*276) et que le régulateur ne devra


néanmoins pas se situer à moins de 50 cm du parc de batteries pour des raisons de sécurité on
a déduit les dimensions de l’armoire, ceci est perceptible dans la figure ci-dessous :

Figure 30: Armoire électrique équipée

VI.4.2 Schéma unifilaire de l’installation

Après le dimensionnement des différents composants du notre système PV, on a réalisé


le schéma unifilaire illustré par la figure ci-dessous.

Iset Rades Page-44-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 2 : Dimensionnement du système PV

Figure 31: Schéma unifilaire de l'installation

VII Conclusion

Dans ce chapitre on a réalisé le dimensionnement du système photovoltaïque pour


satisfaire le besoin énergétique, comme perspective de ces résultats théoriques on propose de
réaliser sur le plan pratique cette étude théorique.

Iset Rades Page-45-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Chapitre 3 : Simulation d'un système


photovoltaïque

I Introduction

Pour réaliser la modélisation d’un module photovoltaïque, nous avons utilisé le


langage MATLAB comme outil de test et de simulation. Nous faisons une simulation des
différents effets sur les caractéristiques Courant-Tension et Puissance-Tension tel que,
l’influence de l’éclairement et de la température.

Le module peut délivrer dans les conditions standards (STC) de test une puissance
maximale de 350W, un courant optimal de 10A sous une tension optimale de 35V.

Les caractéristiques électriques de ce module photovoltaïque sont données dans le


tableau ci-dessous :

Puissance maximale 350W

Tension à puissanc maximale(Vmp) 35 V

Courant à puissance maximale(Imp) 10 A

Courant de court-circuit(Icc) 10.4 A

Tension à circuit ouvert(Vco) 40 V

éclairement standard, E 1000W/m2

Température standard, T 25°C

Tableau 13: Les caractéristiques électriques du système photovoltaïque

Iset Rades Page-46-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

II Simulation MATLAB du génerateur photovoltaique

Le schéma de générateur photovoltaïque en l’environnement Matlab-Simulink est


illustré par la figure 32 :

Figure 32: Modélisation du générateur photovoltaïque

Iset Rades Page-47-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

II.1 Caractéristique courant-tension et puissance-tension du GPV dans


les condition standard

La figure 33 représente la courbe I =f (V) de notre systéme photovoltaïque typique


dans des conditions constantes d’irradiation et de température. L’irradiation standard adoptée
pour mesurer la réponse des modules photovoltaïques est une intensité rayonnante de 1000
W/m2 et une température de 25°C.

Figure 33: Caractéristique courant-tension

Dans notre système, la tension maximale que le GPV peut délivrer sous les conditions
standards est de 40V. Mais dans cet état, le GPV ne débite aucun courant et ne peut alimenter
un récepteur. C’est sous une tension inférieur que le GPV le sera utilisée afin qu’elle débite
tension et courant pour alimenter le récepteur.

On augmente successivement la valeur de la charge jusqu’à temps que le GPV


fournisse son courant maximal. Au-delà, la tension continuera à diminuer mais le courant sera
pratiquement constant. Par cette augmentation de la charge on peut tracer la courbe courant-
tension (figure 33).

Iset Rades Page-48-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Donc, il est difficile de donner un caractère source de courant ou de tension à un GPV


sur toute l’étendue de la caractéristique courant-tension. Par conséquent, le GPV est considéré
comme une source de puissance avec un point Pm où la puissance se trouve être maximale. Il
est donc intéressant de se placer sur ce point pour tirer le maximum d’énergie et ainsi
exploiter au mieux la puissance crête installée.

Dans notre systéme le régulateur MPPT permet de tirer la puissance maximale de GPV(figure
34).

Figure 34: Caractéristique puissance-tension

Iset Rades Page-49-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

II.2 Influence de la température


 Courant-tension :

Nous remarquons que le courant dépend de la température, en effet il augmente


légèrement avec l’augmentation de température, et on constate aussi que la température
influe négativement sur la tension de circuit ouvert, c'est-à-dire que quand la température
augmente la tension de circuit ouvert diminue, ce qui est décrit dans la (figure 35), en effet
lorsque on augmante la température de 0°c à 70°c, la tension du circuit ouvert diminue de
41V(courbe bleu) à 38V (courbe vert).

Figure 35: L’influence de la température sur la caractéristique I=f(V)

Iset Rades Page-50-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

 Puissance –tension :

Suivant la formule P = U*I et d’après la (figure 35) lorsque la tension du circuit ouvert
diminue avec l’augmentation de la température, la puissance aussi diminue avec cette
augmentation (figure 36).

Figure 36: L’influence de la température sur la caractéristique P=f(V)

II.3 Influence de l’Éclairement


 Courant-tension :

En faisant varier l’éclairement entre 200 w/m² et 1200 w/m² avec un pas de 200, la
caractéristique (Ipv=f(Vpv)) est donnée par la (figure 37). On remarque que la valeur du
courant de court-circuit est directement proportionnelle à l’intensité du rayonnement. Par
contre, la tension en circuit ouvert ne varie pas dans les mêmes proportions, elle reste
quasiment identique même à faible éclairement.

Iset Rades Page-51-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Figure 37: L’influence de l’éclairement sur la caractéristique I=f(V)

Sous éclairement fort le courant seul varie, la tension restera donc relativement
constant. Cette caractéristique est intéressante notamment pour la charge du batterie. Donc la
tension reste compatible avec la tension de charge de la batterie, ainsi le courant de charge est
proportionnel à l’éclairement.

 Puissance – tension :

L’augmentation du courant est due a l’augmentation de l’éclairement (figure 37), ce qui


engendre une augmentation de la puissance (figure 38).

Iset Rades Page-52-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Figure 38: L’influence de l’éclairement sur la caractéristique P=f(V)

III Simulation MATLAB des Convertisseurs DC-DC avec la


commande MPPT

Le module solaire ne peut générer sa puissance maximale que pour une certaine
tension et courant de fonctionnement, la position de ce point de fonctionnement dépendant à
son tour de l’ensoleillement et de la température ainsi que de la charge. Pour que le module
fournisse sa puissance maximale disponible il faut une adaptation permanente de la charge
avec le générateur photovoltaïque.

Cette adaptation pourra être réalisée par l’insertion d’un convertisseur DC-DC
(hacheur) contrôlé par un mécanisme de poursuite «Maximum Power Point Tracking»
(MPPT). Donc on s’interesse de simuler quelques types des convertisseurs DC-DC, utilisés
dans les systèmes photovoltaïques. Comme l’hacheur série et l’hacheur paralléle. Ainsi, on
décrive la commande MPPT des convertisseurs DC-DC.

Iset Rades Page-53-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

III.1 Les convertisseurs DC/DC

Les hacheurs sont des convertisseurs statiques continu-continu permettant de fabriquer


une source de tension continue variable à partir d’une source de tension continue fixe.

Dans ce travail, parmi les convertisseurs DC-DC existant dans la littérature on présente
le principe des deux types des convertisseurs à découpage paralléle et série. Ces
convertisseurs sont utilisés fréquemment dans les systèmes PV pour générer les tensions et les
courants souhaités ainsi que pour l’adaptation des panneaux PV avec les déférentes charges.

l’interrupteur du convertisseur est attaqué par un signal MLI (Modulation Large


Impulsion), avec une fréquence Fs fixe et un rapport cyclique α variable.

III.2 Hacheur série (abaisseur)

Pour montrer le rôle du hacheur série nous avons utilisé logiciel MATLAB pour la
simulation et nous prenons (E=40 V, R=30 Ω)

Figure 39: Hacheur série avec MATLAB

Iset Rades Page-54-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Charge résistive R

Le tableau ci-dessous représente la variation de la valeur moyenne de la tension et du


courant en fonction de rapport cyclique

α 0.20 0.30 0.40 0.50


UC moy(V) 8 12 16 20
IC moy(A) 0.24 0.38 0.51 0.65

D’après cet exemple ci-dessus on a montré le rôle du hacheur utilisé dans un système PV qui
consiste à abaisser la tension d’entrée qui est égale à 40 V à 12 V qui est la tension du notre
système PV.

 Tension aux bornes de la charge

On prend la fréquence du MLI=5000 Hz avec α le rapport cyclique qui est égale au temps
de fermeture de MOSFET sur la période T = 2* 10−4 s

MOSFET : passant
 [0, αT [

Diode : bloqué

Donc, la tension aux bornes de la charge est égale à la tension d’entrée (Uc = E).

MOSFET : bloqué
 [αT, T [

Diode : passant

Donc, la tension aux bornes de la charge est nulle (Uc = 0).

Iset Rades Page-55-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Figure 40: La tension aux bornes de la charge

 Tension moyenne

Notre tension d’entrée qui est égale à 40 V est abaissée à 12 V par les équations présenter ci-
dessus :
1 𝑇
On a : Ucmoy = ∫ 𝑈𝑐(𝑡)
𝑇 0
Équation 23

Alors : Ucmoy = α . E avec α = 0.3 Équation 24

Donc : Ucmoy = 40 × 0.3 = 12 V Équation 25

 Courant moyenne

Le courant moyenne est présenté par l’équation suivant :

On a : Ucmoy = R × Icmoy Équation 26

Ucmoy 12
Donc : Icmoy = = = 0.4 A Équation 27
𝑅 30

Iset Rades Page-56-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

III.3 Hacheur parallèle (élévateur)

On prend dans cet exemple une tension d’entrée E = 5 V et notre objectif consiste à
faire augmenter cette tension à 12V. Pour cela on a utilisé un hacheur parallèle comme suit :

Figure 41: Hacheur parallèle avec MATLAB

Iset Rades Page-57-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

 Tension d’entrée E = 5 V

Figure 42: La tension d'entrée E

 Tension moyenne :

MOSFET : passant
 [0, αT [

Diode : bloqué

La tension d’entrée V est nulle donc, V= 0

MOSFET : bloqué
 [αT, T [

Diode : passant

La tension aux bornes de la charge est égale à la tension d’entrée donc V = Uc

1 𝑇
On a : Vmoy = ∫ 𝑈𝑐(𝑡) = Uc. (1- α )
𝑇 0
Équation 28

𝐸
Or : Vmoy =E Alors Uc = 1− Équation 29
α

Donc c’est un hacheur élévateur de tension

Avec α = 0.58 et E = 5 V

Iset Rades Page-58-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

 Courant moyenne :

On a : Ucmoy = R × Icmoy Équation 30

Ucmoy 12
Donc : Icmoy = = 30 = 0.4 A Équation 31
𝑅

III.4 Techniques de poursuite du point de puissance maximale(MPPT )

Pour obtenir la puissance maximale du GPV, un suiveur de point de puissance


maximum « Maximum Power Point Tracking» est essentielle pour le fonctionnement optimal
du système photovoltaïque. Le principe de cette commande est basé sur la variation
automatique du rapport cyclique α en l’amenant à la valeur optimale de manière à maximiser
la puissance délivrée par ce GPV (figure 43).

Figure 43: Schéma synoptique d’un système photovoltaïque avec MPPT

Iset Rades Page-59-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Les figures 44 et 45 représentent la trajectoire du point de puissance maximale produite par le


générateur.

Figure 44: La caractéristique P-V et la trajectoire de PPM

Figure 45: La caractéristique I-V et la trajectoire de PPM

Iset Rades Page-60-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

 Technique de l’incrémentation de la conductibilité :

Cette méthode s’intéresse directement aux variations de la puissance en fonction de la


tension. La conductance est une grandeur physique relativement connue : il s’agit du quotient
de l’intensité par la tension (G=I/V) La conductance incrémentielle est beaucoup plus
rarement définie, il s’agit du quotient de la variation, entre deux instants, de l’intensité par
celle de la tension (G = dI / dV). En comparant la conductance G à la conductance
incrémentielle ∆G, nous allons chercher le maximum de la courbe en cherchant le point
d’annulation de la dérivée de la puissance.

Précisément la puissance en sortie de la source peut s’écrire :

P =V*I Équation 32

D’ou en écrivant la dérivée :

𝐝𝐏 𝐝𝐕 𝐝𝐈
=I * +V∗ Équation 33
𝐝𝐕 𝐝𝐕 𝐝𝐕
𝐝𝐏 𝐝𝐈
= I + V∗ Équation 34
𝐝𝐕 𝐝𝐕
𝐝𝐏 𝟏 𝐈 𝐝𝐈
* = + Équation 35
𝐝𝐕 𝐕 𝐕 𝐝𝐕
𝐼 𝑑𝐼
On définit la conductance de la source G = et l’incrémentale conductance ∆ G = 𝑑𝑉
𝑉

Puisque la tension V du panneau est toujours positive, les relations expliquent que le
point de puissance maximale MPP est atteint si la conductance de la source G égale
l’incrémentale conductance ΔG de la source avec un signe moins, et qu’elle est à gauche de ce
point lorsque la conductance G est supérieure à l’incrémentale conductance ΔG et vice-versa
(figure 46).

𝐝𝐏 𝐈 𝐝𝐈
>0 si > − Équation 36
𝐝𝐕 𝐕 𝐝𝐕
𝐝𝐏 𝐈 𝐝𝐈
=0 si = − Équation 37
𝐝𝐕 𝐕 𝐝𝐕
𝐝𝐏 𝐈 𝐝𝐈
<0 si < − Équation 38
𝐝𝐕 𝐕 𝐝𝐕

Iset Rades Page-61-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Figure 46: Signe de dP/dV pour différentes zones de fonctionnement

Les équations 36, 37 et 38 sont employées pour déterminer la direction dans laquelle
une perturbation doit se produire pour déplacer le point de fonctionnement vers le MPP. Cette
perturbation est répétée jusqu'à ce que l'équation 37 soit satisfaite. Une fois le MPP est atteint,
le MPPT continue à fonctionner avec cette valeur jusqu'à ce qu'un changement de la valeur du
courant soit détecté, ce dernier résulte d'un changement au niveau de l'éclairement. Quand
l'éclairement augmente, le MPP se déplace vers la droite de la tension de fonctionnement.
Pour compenser ce mouvement du MPP, le MPPT doit augmenter la tension de
fonctionnement. La même chose pour le cas contraire, quand l'éclairement diminue, le MPPT
doit diminuer cette dernière.

Les valeurs actuelles et précédentes de la tension et du courant sont utilisées pour


calculer (ΔV) et (ΔI). Si ΔV=0 et ΔI=0, alors les conditions atmosphériques n'ont pas changé
et le MPPT fonctionne toujours au MPP. Si ΔV=0 et ΔI>0, alors l'éclairement a augmenté.
Ceci exige à l’algorithme d'augmenter la tension de fonctionnement pour retrouver de
nouveau le MPP. Contrairement si ΔI<0, l'éclairement a diminué tout en exigeant au
l’algorithme de diminuer la tension de fonctionnement. Si le changement de la tension n'est
pas nul, les rapports dans les équations 36 et 38 peuvent être employés pour déterminer la
direction dans laquelle la tension doit être changée afin d'atteindre le MPP.

Iset Rades Page-62-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

 Algorithme perturbation et observation

La méthode Perturb & Observe (P&O) est l’une des méthodes les plus utilisées. Cette
méthode est une approche largement répandue dans la recherche de MPPT parce qu'elle est
simple et exige seulement des mesures de tension (Vpv) et du courant (Ipv) du GPV. Elle
fonctionne avec la perturbation de la tension V et elle peut dépister le point de puissance
maximum même lors des variations de l’éclairement et la température [2].

Si la puissance de sortie a augmenté, Vpv est ajustée dans la même direction que dans
le cycle précédent. Si la puissance de sortie a diminué, Vpv est ajustée dans la direction
opposée que dans le cycle précédent (figure 47). Vpv est ainsi perturbée à chaque cycle de
MPPT.

Figure 47: Caractéristiques de fonctionnement de la méthode par incrémentation de conductibilité

La figure 48 représente l'algorithme de la méthode P&O. À chaque cycle Vpv et I pv


sont mesurés pour calculer Ppv(k). Cette valeur de Ppv(k) est comparée à la valeur Ppv (k-1)
calculée au cycle précédent.

Iset Rades Page-63-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

Figure 48: Organigramme de l’algorithme P&O

Ppvn:la nouvelle puissance

Ppvn-1: l'enceint puissance dans le temps (t-1).

ΔV =Vpvn-Vpv(n-1).

ΔP=Ppvn-Ppv(n-1).

Iset Rades Page-64-


Rapport de stage de fin d’étude Chapitre 3 : Simulation du système PV

IV Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons fait une simulation MATLAB du générateur


photovoltaïque ainsi que les convertisseurs DC/DC comme l’hacheur série et l’hacheur
paralléle. Ainsi, on décrit la commande MPPT de ces convertisseurs pour tirer la puissance
maximale du GPV.

Iset Rades Page-65-


Rapport de stage de fin d’étude conclusion générale

Conclusion générale

En guise de conclusion, nous avons orienté notre projet de fin d’étude dans le but de
maitriser le dimensionnement et la simulation MATLAB d’un système photovoltaïque
autonome.

Dans le premier chapitre, des notions sur l’énergie solaire et ses caractéristiques ont été
annoncées ainsi que le principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque au silicium a
été décrit. Son rendement et les différents types de cellules existantes ont été ensuite définis.
Et finalement, on a présenté les différents composants de systèmes photovoltaïques.

Le deuxième chapitre a entamé la partie la plus importante et la plus délicate de ce


projet. Effectivement, un dimensionnement des composants de système PV (batterie,
régulateur, câble, armoire électrique…) a été abordé, dont le but de satisfaire le besoin
énergétique.

Le troisième chapitre a été dédié à la simulation MATLAB du générateur


photovoltaïque avec l’influence de l’éclairement et de la température sur ses caractéristiques
Courant-Tension et Puissance-Tension. On a simuler aussi quelques types des convertisseurs
DC-DC, utilisés dans les systèmes PV, comme l’hacheur série et l’hacheur paralléle. Ainsi, on
décrive la commande MPPT ces convertisseurs.

Comme perspectives, plusieurs travaux futurs pourraient être poursuivis à partir de nos
résultats. Nous proposons particulièrement la realisation pratique de ce système en se basant sur
notre étude théorique.

Iset Rades Page-66-


Rapport de stage de fin d’étude Bibliographie

Bibliographie
[1] M.Slama Fatah, ‘’modélisation d’un système multi générateur photovoltaïque
interconnectés au réseau électrique’’ UNIVERSIT2 FARHAT ABBAS-SETIF UFAS
(Algérie) Faculté de Technologie, mémoire de magistère 2011

[2] Amara Mohamed Salah, ‘’ Optimisation de la production d’un générateur photovoltaïque


‘’ UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA, Faculté des Sciences Appliquées, Mémoire
master académique 2015

[3] LATRECHE Soufiane et BOUZID Kheir Eddine, ‘’Etude et réalisation d’un système
photovoltaïque à base d’une carte arduino uno’’ UNIVERSITE KASDI MERBAH
OUARGLA, Faculté des nouvelles technologies de l’information et de la communication,
mémoire master professionnelle 2015

[4] Othmane BENSEDDIK et Fathi DJALOUD, ‘’Etude et optimisation du fonctionnement


d’un système photovoltaïque’’, UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA, Faculté des
Sciences et technologie et sciènes de la matière, mémoire de master 2012

[5] BENSACI Wafa, ‘’Modélisation et simulation d’un système photovoltaïque adapté par
une commande MPPT ‘’, UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA, Faculté des
Sciences et technologie et sciènes de la matière, Diplôme de master 2012

[6]T. T. Guingane, Z. Koalaga, E. Simonguy, F. Zougmore, D. Bonkoungou. Modélisation et


simulation d’un champ photovoltaïque utilisant un convertisseur élévateur de tension (boost)
avec le logiciel MATLAB /SIMULINK. Journal International de Technologie, de
l’Innovation, de la Physique, de l’Energie et de l’Environnement, Université Clermont
Auvergne,2016<http://revues.clermont-universite.fr/index.php/JITIPEE/article/view/80>.
<10.18145/jitipee.v1i2.80.G59>. <hal-01495747>

[7] Cyril Lahore. Optimisation de commandes MPPT. Automatique / Robotique. 2012.


<dumas01304277>
[8] Les cellules solaires Jean-Paul Braun-Benjamin Faraggi-Anne Labouret.

Iset Rades Page-67-


Rapport de stage de fin d’étude Bibliographie

Logiciels utilisés :
DIALux
MATLAB
Netographie ;
https://www.solaris-store.com
http://www.photovoltaique.guidenr.fr
https://www.ecolodis-solaire.com

Iset Rades Page-68-


Rapport de stage de fin d’étude Annexes

Annexes

Iset Rades Page-69-

Vous aimerez peut-être aussi