Vous êtes sur la page 1sur 6

COMMENT RÉUSSIR SON ÉLEVAGE GRACE AU MEILLEUR CHOIX DE LA RACE

DE PORC

GÉNÉRALITÉ

 De manière générale pour faire le choix économique d’un porcelet ou d’un porc, il faut se
renseigner sur les génotypes de ses parents

 Une bonne truie est celle qui donne une descendance nombreuse, saine, et vigoureuse,
arrivant au sevrage en grand nombre et en parfaite condition.

 -Entre une truie qui a donnée en 03 portées, 09 porcelets en moyenne par portée et celle qui a
donnée en trois portées 07 porcelets en moyenne, celle de 09 porcelets est la plus prolifique
est la plus intéressante et la plus prolifique.

 -entre deux truies ayant mis bas un même nombre de porcelets, les deux lots de petits étant
d’un poids à peu près égal, celle dont les petits au bout de 3 semaines sont les plus vigoureux,
les plus lourd, celle là en général, produit beaucoup plus de lait. Ces une bonne laitière, ses
petits grandissent plus vite. (Plus la truie produit du lait, plus les petits sont vigoureux. Le
poids du porcelet à 03 semaines est en corrélation étroite avec la quantité de lait produite par
la truie, le lait constitue la seul nourriture du porcelet jusqu’à 15 à 20 jours).

 Dans les locaux bien aménagés, au bout de 3 semaines, une truie qui perd 8 petits sur 10 alors
que sa congénère n’en a perdu que un sur 10, cette truie là est moins bonne mère que la
deuxième. Il s’agit ici d’une qualité maternelle.

 Quand on achète une truie ou quand on la sélectionne, on veille à ce que se soit un animal
sain. En outre, on évite les individus venant d’un élevage où on rencontre :

 – la Foetophagie (caractère irréversible).

– Des cas de lactation insuffisante.

– Un faible nombre de porcelets par portée, à la naissance et au sevrage.

 – Conformation : existence des tétines supérieures ou égale à 6.

  POUR TOUT DIRE :

 Avant de choisir un porcelet, il faut vous assurer qu’il provient d’un croisement qui a réuni le
plus de qualité possible notamment :

 +POUR LA MÈRE :

-Bonne fécondité

-Bonne prolificité

-Bonne laitière
-Bonne mère

-Caractéristique physique : long moyen / par opposition à courte et trapues.

+POUR LE PÈRE : (CE SONT LES CARACTÈRES TRANSMIS PAR LE PÈRE


VERRAT QUI INFLUENCENT LA CROISSANCE DU PORC

 -Meilleur développement musculaire (la quantité de viande qu‘on peut trouver sur un animal
abattu par rapport à son poids vif un animal qui a poussé très vite)

 -Très faible rendement de graisse. (S’il est une masse de graisse, n ‘est intéressant ni pour le
boucher qui achètera plus de graisse que de viande, ni pour le Consommateur qui dans son
assiette trouvera une petite noix de viande noyée dans une masse de graisse, ni pour l’éleveur
qui trouvera difficilement à vendre son produit.

 -La durée de l’engraissement

 -L’indice de consommation (la quantité totale d’aliments consommés pendant


l’engraissement. Le souhait de tout éleveur étant de produire le maximum de viande pour un
minimum d’aliment consommé)

 PRÉAMBULE.

 Sus scrofa domesticus (littéralement un « sanglier domestique ») est une sous-espèce du


sanglier sauvage (Sus scrofa). C’est un mammifère domestique omnivore de la famille des
porcins, ou suidés. Appelé porc (du latin porcus) ou cochon ou encore cochon domestique, il
est resté proche du sanglier avec lequel il peut se croiser.

 La femelle adulte est la truie (coche), la jeune femelle élevée pour la reproduction est une
cochette, le mâle est le verrat et le jeune cochon (avant le sevrage) s’appelle porcelet,
cochonnet, goret (ou cochon de lait dans l’assiette), le jeune porc sevré se nomme nourrain
(ou nourrain).

Le terme désigne aussi la viande fournie par cet animal qui est la viande la plus consommée
dans le monde alors même que le porc fait l’objet d’un interdit alimentaire dans certaines
cultures (dans le judaïsme et l’islam notamment).

La production se concentre dans trois zones : l’Europe (y compris la Russie), l’Asie


(notamment la Chine) et l’Amérique du Nord (le Canada – l’un des plus grands producteurs,
avec notamment le Québec – et les États-Unis). La Chine avec 46 millions de tonnes (2003)
produit presque la moitié du total mondial.

MESSAGE PUBLICITAIRE :

AVEC CNO-BSF LA-SOURCE ET SES PARTENAIRES VOUS ÊTES SUR D’APPORTER


UNE VALEUR AJOUTE ÉCONOMIQUE DANS VOTRE QUOTIDIEN ET DANS VOTRE
VIE.

                                            LES DIFFÉRENTES RACES DE PORC


De nombreux éleveurs paysans et producteurs de porc du Cameroun en particulier et
d’ailleurs en général ne prennent pas en compte la source de provenance des animaux de leur
élevage qui influencent le cycle de production de la viande de porc dans leur localité. En effet
ils ne tiennent pas compte de la race de l’animal, souvent même ils ne connaissent pas le sexe
de l’animal. C’est pourquoi il leur est difficile de connaitre les caractères génétiques des
animaux qu’ils élèvent. Ils leur est donc difficiles de prévoir les performances zootechniques
des animaux qu’ils élèvent. Il en résulte aussi de ce désordre que les calendriers
d’alimentation, d’abreuvement, de prophylaxies en rapport avec le calendrier des fêtes en
fonction des différentes races ne soient pas pris en compte. Toutes ces négligences ont une
influence directe très négative sur les rendements donc par conséquent sur les bilans de leur
production. Le pire dans cette situation désespérée est que ces paysans ne s’en plaignent pas
parce qu’ils pratiquent encore un élevage de simple consommation ou de subsistance. IL est
donc indispensable de vulgariser les données informatives nécessaires aux paysans et aux
producteurs. En effet pour mener à bien cette activité complexe de production de porc,
l’éleveur de porc devrais au préalable maitriser: les différentes races de porcs existantes, leurs
caractéristiques, leurs différentes performances zootechniques.

Ce cours constitue une introduction aux préliminaires du cycle de production de la viande de


porc, il s’agit ici d’une activité primordiale de l’itinéraire technique de production de la
viande de porc.

Il a pour rôle de  ressortir les informations économiques capitales liées à l’activité de choix de
la race de porc,  afin d’améliorer le rendement de l’élevage et favoriser un bilan positif pour
réussir le cycle de production de la viande de porc.

Nous noterons que cette activité se pratique généralement dans tous les projets d’élevage

Nous pouvons vous assurer que si vous négliger cette étape, vous avez déjà ouverts la voix à
l’échec de votre investissement et il ne vous resterait plus qu’à prier. Or faire l’élevage ce
n’est pas prier, mais c’est essayer de bien prévoir les bénéfices que nous devrions avoir pour
toujours essayer de les améliorer.

Il existe plus plusieurs races de porc au Cameroun et à travers la planète. Au fil du temps, les
variétés des races présentes sur le territoire ont diminué car la plupart des éleveurs ont eu
recours à quelques races qui présentaient les caractéristiques adéquates aux exigences des
consommateurs, à savoir des animaux qui donnaient une viande qui n’est pas trop grasse.
Ainsi aujourd’hui, le paysage des races porcines est séparé en deux catégories bien distinctes.
Choisir des verrats ayant des testicules et la verge bien ressortis et bien développés. Des truies
avec la vulve normale et possédante au moins 12 tétines. Garder 1 verrat pour 20 truies pour
un grand troupeau, un troupeau de truie inférieur ou égal à 20 et supérieur à 5. Deux verrats
sont nécessaires.

1. LES RACES CLASSIQUES OU IMPORTÉES

D’une part, on compte les races dites classiques que l’on retrouve en croisement dans la
plupart des élevages de porcs modernes. Parmi ces races classiques, on peut citer:

     LA LARGE WHITE OU YORKSHIRE:

  
    LARGE WHITE FEMELLE : Cette race cosmopolite est
d’origine anglaise (Royaume-Uni). Porc blanc, à corps très robuste à oreilles relevées ou
dressées, les animaux ont une robe claire avec peu de poils. Bien adaptée en milieu tropical,
bonnes qualités maternelles (bonne mère et bonne laitière): 10 à 13 porcelets voir 14,9
porcelets par portée (à la naissance) pour une moyenne de 24,9 porcelets par truie et par
an; 9 à 10 porcelets au sevrage, poids adulte verra et truie : 150 à 250 kg.

NB: elle a de bonnes performances en matière de croissance (un jeune mâle castré peut
atteindre les 100 kg en 145 jours) et d’indice de consommation. Ainsi, chez des mâles
castrés à l’engraissement, on enregistre un gain moyen quotidien de 944 g par jour et un
indice de consommation de 2,691. Le large white produit une viande de très bonne
qualité, avec une faible épaisseur de lard(9,9 mm de gras dorsal). Il est indemne du gène
de sensibilité à l’halothane.

De plus, c’est un cochon très rustique; aux membres robustes, qui peut s’adapter à des
systèmes d’exploitation variés, en plein air comme en bâtiment. Il s’adapte bien aux pays
chauds,

Il est essentiellement utilisé en croisement, notamment avec des verrats de la race Land-race
pour la production de truies reproductrices hybrides particulièrement appréciés des éleveurs,
et avec des truies de race piétrain pour la production de verrats terminaux.

2. LA LAND-RACE:

  Originaire du
Danemark et de Suède, c’est un porc très répandu en Europe surtout dans les pays
Scandinaves ; un porc  blanc au corps allongé et aux oreilles pendantes (tombantes) ou semi
pendantes et de grand format. Les animaux ont une robe claire avec peu de poils plus sensible
au stress que la large white. Les truies ont de bonnes qualités maternelles: race prolifique
de 8 à 12 porcelets à la naissance voir 13,7 porcelets par portée et 24 porcelets par an, 7
à 9 porcelets au sevrage, poids adulte : verrat en truie : 150 à 250 kg. Dans des
meilleures conditions d’élevage, les adultes mâles peuvent atteindre 450 kg.

           NB: Ces performances sont proches de celles du large white, race de référence dans ce
domaine. Le Land-race français se caractérise aussi par sa précocité sexuelle (on peut la
mettre à la reproduction à partir de 8 à 9 mois) et par son excellent comportement maternel.
Sa croissance est plutôt bonne et elle fournit une carcasse de qualité moyenne. L’épaisseur de
lard dorsal étant de 11,3 mm. Le Land-race est particulièrement bien ancré dans le schéma
de croisements pratiqués en élevage intensif. En effet, son croisement avec la race large white
permet d’obtenir des truies hybrides à la productivité numérique record, et qui constituent le
type génétique le plus largement répandu.

3. LE PIETRAIN:

Cette race est originaire de


Belgique. Les animaux ont une robe claire tachetée de noir et parfois de roux, les oreilles sont 
dressées. Cette race se caractérise par une musculation développée et très bien conformée. Ces
animaux produisent une grande quantité de viande par rapport à leur poids. Dans des
meilleures conditions d’élevage, les adultes peuvent atteindre260 à 300 kg.

Caractéristiques

TABLEAU SYNTHÈSES DE COMPARAISON DES CARACTÉRISTIQUES RACES


AMÉLIORÉES

Caractéristiques
Perfo
physiques (courtes
laitiè
et trapues/moins Performance
Milieu Description Performance (porc
Races bonnes d’engraissement/
d’adaptation physiques de mise bas vigou
reproductrice ou croissance
gran
long moyen/bonne
plus
reproductrice)

un jeune mâle castré


10 à 13
porc blanc, à peut atteindre les 100
La Large Bien adaptée porcelets voir
corps très robuste kg en 145 jours.
white ou en milieu 14,9 porcelets
à oreilles relevées
Yorkshire tropical par portée (à
ou dressées poids adulte verra et
la naissance)
truie : 150 à 250 kg.
poids adulte : verrat
blanc au corps
en truie : 150 à 250 kg.
allongé et aux 8 à 12
plus sensible oreilles pendantes porcelets à la
La Dans des meilleures
au stress que (tombantes) naissance voir
Landrace conditionsd’élevage,
la large white. ousemi pendantes 13,7 porcelets
les adultes mâles
et de grand par portée
peuvent atteindre 450
format
kg.

Ces animaux
les oreilles sont
Les animaux produisent une grande
dressées.
ont une robe quantité de viande par
une sensibilité
claire rapport à leur poids.
au stress Cette race se 10,4 porcelets
Le piétrain tachetée de
d’origine caractérise par par portée
noir et Dans des meilleures
génétique. une musculation
parfois de conditions d’élevage,
développée et très
roux les adultes peuvent
bien conformée
atteindre260 à 300 kg.

très robuste.
poids adulte : verrat et
porc marron cette race présente truite : 250 – 350 kg. 0 –12
Duroc
(rouge un corps allongé, porcelets à la
Jersey
brique) des membres forts fortes performances naissance
et des oreilles de croissance,
tombantes.

Vous aimerez peut-être aussi