Vous êtes sur la page 1sur 3

Elevage de porcs à Moya

province du Littoral au Cameroun

Programme de développement rural de Moya


Construction d'une porcherie

Elaboré par l'Association des Femmes et des


Filles de Moya - AFEFIMO - pour renforcer
les capacités économiques du village et
accroître son autonomie alimentaire, un projet
d'élevage porcin a démarré fin 2006.

Une étude préalable du dossier a permis de


vérifier la faisabilité du projet et de mesurer
son potentiel de réussite.

Alliée au dynamisme de la population, la


fertilité des sols est le meilleur atouts de ce
projet d'implantation d'une porcherie à Moya. Le village produit en quantité
suffisante le maïs et les tourteaux de noix de palme nécessaires à l'alimentation des
animaux et bénéficie en outre d'un climat et d'un environnement favorables à un
élevage sain et productif.

Ce projet présente également le grand avantage de rationnaliser l'élevage, inexistant


jusque là à Moya, se limitant à quelques animaux errants dont les divagations
occasionnent de grands dégâts dans les champs.

Construction du bâtiment d'élevage


Une première structure de
40m² a été construite,
divisée en 9 boxes de 3m²
et un magasin attenant.
Chaque boxe est équipé
d'une auge en béton.

La hauteur sous-plafond
est de 2m et l’élévation
des cloisons intérieures en
parpaings atteint 1,60m.
La hauteur des façades
des boxes est complétée
par des lattes de bois
permettant une bonne
aération. Les murs ne sont
pas crépis pour l’instant,
mais le sol a été lissé.

Un verrat, deux truies et des porcelets

Dans un premier temps, cette porcherie accueille un verrat et deux truies accompagnées
de leur progéniture.

Une race améliorée a été sélectionnée, sur des


critères de fécondité, de résistance et de
rendement. Les truies « à 16 pis » choisies ont
deux portées annuelles de neuf porcelets en
moyenne.

Les porcelets seront vendus sur le marché local


sitôt sevrés, ou au plus tard à l'âge de trois mois,
afin de réduire les frais et proposer des prix de
vente peu élevés, tenant compte des revenus
extrêmement bas de la région.
Activité très rentable et facile à gérer, la porcherie présente en outre l'avantage d'offrir
des débouchés supplémentaires à la production locale.

Agissant en interaction avec les actions déjà engagées à Moya, elle participe à leur
rationnalisation. L'alimentation des porcs utilise à 90% des ressources villageoises, dont
le maïs et divers végétaux, mais surtout le tourteau de palmiste, résidu de l'extraction
d'huile de palme et de la fabrication de savon.

De grands espoirs sont fondés sur cette expérience d'élevage porcin qui, en fonction des
résultats obtenus, est appelée à se renouveler pour s'étendre dans le village.

Votre participation

SOS Enfants recherche les fonds nécessaires


au soutien des projets de l'AFEFIMO.

Si vous le souhaitez, vous pouvez vous aussi


participer au développement de ce petit village
au Cameroun.

Par votre don en ligne, vous deviendrez


ACTEUR de son essor économique et social
et permettrez à la population, en soutenant les
actions de ce groupement de femmes, de
prendre en main l'avenir de son village.

Et ce projet deviendra le vôtre.

Vous aimerez peut-être aussi