Vous êtes sur la page 1sur 2

DE PAGE 82 A 107

3.1.2.2. Le plan daction.


L'existence des plans opérationnels permet d’assurer la coordination avec la stratégie de
l’entreprise a l’aide des tests de cohérence menées par le contrôleur de gestion. En effet les
plans d action sont largement liés à la budgétisation des moyens commerciaux.
Avant d’approuver un plan commercial la direction doit être capable de juger le réalisme des
hypothèses internes au plan commercial, et de vérifier que les incidences externes de ce plan
sont acceptables. Ainsi que L'existence d'une méthodologie marketing est le principal atout
pour évaluer la crédibilité des plans commerciaux.

La direction dispose alors de trois références pour apprécier le réalisme des plans : les
réalisations de l'année en cours, les prévisions sectorielles, les prévisions initiales de
l'entreprise.
 les plans commerciaux doivent prévoir :
 la nature des choix retenus
 les responsables de la mise en œuvre,
 les dates de mise en œuvre,
 les effets attendus avec dates et durées, et la nature de ces effets.
Une fois approuvés par la direction, les plans d'action se traduisent en termes budgétaires.

3.2 La politique de stockage :

La budgétisation doit être réaliste pour trois raisons :


 les mouvements de stocks de produit conditionnent le passage des objectives de vente
aux prévisions d’activités de même le passage des consommations prévues aux
programmes d'achats.
 les politiques de stockage est lune des formes de la strategie de l’entreprise
 les variations de stocks constituent une véritable marge d'ajustement des comptes.
Cependant le stock pose 4 problèmes 
 s'assurer que leur évolutions prévues sont réalistes
 la justification des mouvements des stocks par des plans d’action.
 les stock doivent être gérés conformément à la politique et la stratégie générale
 la vérification de la réalisation des politiques

3.2.1. La cohérence des évolutions en régime stable :

En régime stable de production les stocks de produits en cours Ils suivent en volume l'activité.
En toute rigueur, en effet, la croissance de l'activité sans extension des capacités réduit
les coûts fixes de production par unité. De sorte que, même si les stocks en volume suivent

Le rythme de croissance de l'activité, ils augmentent moins rapidement en valeur comptable


qu'en volume. Dans ce domaine, un chiffrage précis demande donc de recourir à une
comptabilité de gestion suffisamment modélisée pour anticiper correctement l'évolution
prévisible des charges. Cependant, La rigueur de l'évaluation comptable dépend de la capacité
à prévoir de manière fiable les différents types de stocks.
Pour détecter des incohérences En volume comme en valeur, l'identité simple et classique :
entrées + stock initial = sorties + stock final

3.2.2. La cohérence avec la politique de l'entreprise et la capacité de maintien de cette


cohérence

Les deux dernières préoccupations du contrôle de gestion, garantir la cohérence des outils de
gestion avec la stratégie et leur bon fonctionnement grâce au système d'information, peuvent
être illustrées, à titre d'exemple, en utilisant la formule la plus célèbre, sinon la plus réaliste,
de gestion des stocks : le modèle de Wilson qui a pour objectif de minimiser le coût total du
stockage. Cependant ce modèle a été critique car il ne s'applique que sur des situations sûres
et certaines.

Chapitre 4 
La budgétisation des fonctions et charges liées à la production et à la vente :

L'objectif de coût est souvent revu pour se situer entre ces deux bornes. » II reste alors à
définir des plans d'action propres à obtenir les améliorations qui permettront de s'aligner sur
ce coût. Le coût n'est donc pas issu de normes internes mais il est déduit des contraintes de
compétitivité sur le marché.La budgétisation de la fabrication suppose aussi, sur le court
terme, la définition de politiques permettant de connaître le mode de fonctionnement de la
production : objectifs de délais, connaissance des délais par les commerciaux, fluctuation
acceptable des effectifs et politique retenue pour y faire face, politique de stockage de
produits par l'entreprise.

1. LES EFFECTIFS ET LES CHARGES DE PERSONNEL :

La budgétisation pose souvent des problèmes complexes, en raison du nombre des paramètres
à prévoir, notamment les charges qui pèsent sur l'entreprise en matière sociale, et aussi à
cause des mouvements que connaît l'effectif, composé de personnes de qualifications et
d'ancienneté différentes.il faut faire :

L'analyse des effectifs : il faut distinguer le cas des effectifs directs de production,
c'est-à-dire des personnes intervenant dans l'exécution des fabrications, de celui de
l'encadrement et, plus généralement, des effectifs indirects de support.

Les effectifs directs :calcule du volume d'heures de travail disponibles pour la période
budgétaire par catégorie de personnel et par entité de l'entreprise, puis à le comparer aux
besoins et en tirer des plans d'action.

Vous aimerez peut-être aussi