Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 1: NOMENCLATURE DES COMPOSES INORGANIQUES

I. Introduction

Beaucoup de composés chimiques possèdent un nom ancien et familier, d’usage courant, mais
qui apporte peu d’indications sur leur formule (exemple : eau, sel, ammoniac). Il a été établi
au niveau international toute une série de règles afin d’imposer une dénomination
systématique des composés chimiques : c’est la nomenclature. On attribue ainsi un nom
systématique qui indique les éléments présents, la nature du composé et parfois la disposition
même des atomes.

Les corps purs élémentaires se divisent en deux catégories :

1. les éléments métalliques

Ce sont des solides dont le point de fusion est élevé. Ce sont des conducteurs électriques et
de chaleur. Les métaux sont ductiles, malléables et présentent un éclat métallique.

Exemples : Le plomb, l'argent, l'or, l'aluminium, le cuivre, le zinc, le magnésium, le fer, le


sodium, le mercure.

2. Les éléments non métalliques

Les non métaux existent sous trois formes (Solides, liquides et gazeuse) et présentent un
point de fusion peu élevé. Ce sont des mauvais conducteurs électriques et de chaleur.

Les non métaux sont cassants, mats et non ductiles.

Exemples : Le soufre, le carbone, le phosphore, l'iode, le fluor, le chlore…

NB : Les gaz rare ayant une valence nulle ne peuvent s’associer et ne forment jamais de
molécule : ce sont des corps purs élémentaires. Ils ne sont pas concernés par la nomenclature
des composés purs.

II. Classification de la matière

Les corps purs composés comprennent quatre grandes familles :

- Les oxydes
- Les hydroxydes
- Les acides

- Les sels
II.1. Les grandes familles de corps composés

En dehors des corps simples, il existe 7 grandes familles de composés minéraux :

Formule Famille du composé Exemple


MO Oxyde métallique Fe2O3
XO Oxyde non-métallique CO2
MOH Hydroxyde (base hydroxylée) Ca(OH)2
HX Acide binaire (hydracide) HCl
HXO Acide ternaire (oxacide) H3PO4
MX Sel binaire (sel d'hydracide) KCl
MXO Sel ternaire (sel d'oxacide) Al2(SO4)3

Dans le tableau ci-dessus :

- On remplace les symboles des éléments métalliques (ou à prédominance métallique)


par le symbole M ;
- On remplace les symboles des éléments non métalliques (ou à prédominance non
métallique) par le symbole X ;
- On conserve les symboles de l’oxygène O et de l’hydrogène H ;
De la sorte, nous obtenons les formules générales d’un nombre limité de corps purs composés.
On constate qu’il n’ya que 7 grandes familles de composés minéraux dont les formules
générales sont : MO, XO, MOH, HX, HXO, MX et MXO

II.2. Règles de nomenclature des corps purs composés

De nombreux composés ont au moins deux noms. : le nom courant et le nom selon la
nomenclature.

Exemple : CO2 le nom courant est le gaz carbonique et le nom selon la nomenclature est le
dioxyde de carbone.

Le nom selon nomenclature a l’avantage de donner la composition de la substance.

Il existe plusieurs nomenclatures en chimie minérale, seule la nouvelle nomenclature est prise
en compte.

II.2.1. Les oxydes

Ce sont des composés formés par oxydation d'un corps pur simple.

On distingue :

a) Les oxydes métalliques (MO)


M + O → MO (Oxyde métallique)

Règle : Oxyde de M

Exemples : MgO : oxyde de magnésium ; Fe2O3 : Oxyde de fer

b) Les oxydes non-métalliques (XO)

X + O → XO (Oxyde non-métallique)

Règle : (préfixe) oxyde de X

NB : Les préfixes ne s’utilisent que dans le cas des oxydes non-métalliques

Rapport Préfixe Rapport Préfixe Rapport Préfixe


O/X O/X O/X
1/2 hémi 4/1 tétra 5/2 hémipent
1/1 mono 5/1 penta 7/2 heptapent
2/1 di 6/1 hexa 3/2 Sesqui (hémi tri)
3/1 tri 7/1 hepta
X2O: hémi- XO: mono- X2O3: sesqui-

XO2: di- X2O5: hémipent- XO3: tri-

Exemples : P2O5 : hémipentoxyde de phosphore ;

Nombre Préfixe Nombre préfixe


1 mono 5 penta
2 di ou bi 6 hexa
3 tri 7 hepta
4 tétra 8 octa

Exemples : P2O5 : est le pentoxyde de diphosphore ;

CO2 : dioxyde de carbone

II.2.2. Les hydroxydes

Ils sont formés par réaction d'un oxyde métallique avec l'eau:

MO + H2O → MOH (Hydroxyde métallique)

Règle : Hydroxyde de M (valence)

Exemples : KOH : hydroxyde de potassium ; Ca(OH)2 : hydroxyde de calcium ;


Cu(OH)2 : hydroxyde de cuivre (II).

Remarques importantes

 La valence est indiquée entre parenthèses uniquement dans le cas des métaux
suivants : Fe (II ou III) ; Cu (I ou II) ; Pb (II ou IV) ; Hg (I ou II)

 L’ion ammonium NH4+ a une valence de 1 et est considéré comme un métal M

 L’ion cyanure CN- a une valence de -1 et est considéré comme un non-métal X

II.2.3. Les acides

Un acide est reconnaissable à la présence d’un hydrogène en début de la formule. On


distingue :

a) Les acides binaires ou hydracides

Les acides binaires sont formés par réaction d'un non-métal avec l'hydrogène.

. X + H → HX (acide binaire)

Règle : X-ure d'hydrogène

Exemples : HCl chlorure d'hydrogène ; H2S : sulfure d’hydrogène

b) Les acides ternaires

Ce sont des acides formés par réaction d'un oxyde non-métallique avec l'eau:

XO + H2O → HXO (acide ternaire)

Règle : (X-ite ou X-ate) d'hydrogène

Exemples : H2SO3 sulfite d'hydrogène


 X-ite ou X-ate ?

Groupe Nom Groupe Nom


CO3 carbonate
SO4 sulfate SO3 sulfite
NO3 nitrate NO2 nitrite
PO4 phosphate PO3 phosphite
ClO3 chlorate ClO2 chlorite
CrO4 chromate
MnO4 permanganate

 avec le moins d'oxygène : on ajoute le suffixe « ite » (NO2- ion nitrite)

 avec le plus d'oxygène : on ajoute le suffixe « ate » (NO3- ion nitrate)

II.2.4. Les sels

a) Les sels binaires

Les sels binaires sont formés par réaction d'un hydroxyde avec un acide binaire :
MOH + HX → MX + H2O sel binaire

Règle : X-ure de M

Exemple : NaCl chlorure de sodium

b) Les sels ternaires

Les sels tertiaires sont formés par réaction d'un hydroxyde avec un acide ternaire :

MOH + HXO → MXO + H2O sel ternaire

Règle : (X-ite ou X-ate) de M

Exemple: Fe2SO4 sulfate de fer

Remarque :

 Les halogénures d’hydrogène dissous dans l’eau libèrent des protons (caractère acide),
on les nomme en ajoutant le mot acide et le suffixe -hydrique au nom de l’élément.

Exemples : HCl, aq acide chlorhydrique

HBr, aq acide bromhydrique

De même, on nomme H2S acide sulfhydrique.

 Le suffixe -ique est utilisé pour l’acide contenant le plus d’oxygène (l’élément étant
au degré d’oxydation le plus élevé) et le suffixe -eux pour celui en contenant le moins.

Exemples : HNO2 acide nitreux

HNO3 acide nitrique

H2SO3 acide sulfureux

H2SO4 acide sulfurique

 Les hydrures métalliques (MH) sont nommés selon la règle suivante : Hydrure de M

Exemples : LiH : hydrure de lithium

KH : hydrure de potassium
III. Nomenclature des cations

1. Cations monoatomiques

Ils sont généralement formés à partir d'un métal. On les nomme : ion + « nom du métal »

Exemple : Na+ ion sodium ; Zn2+ ion zinc, Al3+ ion aluminium

Lorsqu’un élément (métal) peut former plusieurs cations de charges différentes, on indique
l’état d’oxydation de l’élément en chiffre romain entre parenthèse, ou encore la charge de
l’ion entre parenthèse.

Exemples : Cu+ ion cuivre (I) ; ion cuivre (1+)

Cu2+ ion cuivre (II) ; ion cuivre (2+)

Remarque : un système plus ancien attribuait aux cations des métaux de transition un nom à
partir de la racine de l’élément et du suffixe -eux ou -ique suivant l’état d’oxydation. Le
suffixe -eux étant réservé au cation le moins chargé, c’est-à-dire au cation correspondant au
degré d’oxydation le plus faible.

Exemples : Fe2+ ion ferreux

Fe3+ ion ferrique

2. Cations polyatomiques

On distingue les cations homopolyatomiques, pour lesquels on se contente d’un préfixe


multiplicatif.

Exemples : (Hg2)2+ : ion dimercure (II) ou ion dimercure (2+) ;

S42+ : ion tétrasoufre (2+)

Pour les cations obtenus par ajout d’un proton (on doit dire "hydron" ) à un hydrure, il faut
utiliser le suffixe -ium au nom de l’hydrure :

NH4+ ion azanium ou ammonium N2H5+ ion diazanium


N2H6+ ion diazanedium

PH4+ ion phosphonium H3O+ ion oxonium

Le nom oxonium est réservé exclusivement à l’espèce H3O+.


IV.Nomenclature des anions

S'ils sont monoatomiques, ils sont formés à partir d'un non-métal : On ajoute le suffixe « ure
» au nom de l'élément.

Les anions monoatomiques et homopolyatomiques portent le nom de l’élément correspondant


auquel on ajoute le suffixe -ure (sauf pour l’oxygène).

Exemples : H− ion hydrure

F− ion fluorure Cl- ion chlorure

N3− ion nitrure N3− ion trinitrure (1-) (ancien azoture)

C4− ion carbure C2− ion dicarbure (2-)

S2- ion sulfure N3- ion nitrure (azote = nitrogen en anglais)

Exception : O2- ion oxyde

Pour l’oxygène il existe aussi les ions O2− : ion dioxyde (1-) anciennement hyperoxyde

O22− ion dioxyde (2-) anciennement peroxyde

O3− ion trioxyde (1-) anciennement ozonide

 Les anions polyatomiques : Les anions polyatomiques qui contiennent de l'oxygène


sont appelés des polyanions :

Exception : OH- ion hydroxyde

S’il y a plus de 2 ions, on utilise les préfixes " hypo " (moins de) pour celui qui en a le moins,
(hypo ……. ite) , et " per " (plus de) pour celui qui en a le plus (per……ate).

Exemples : ClO- ion hypochlorite ; ClO4- ion perchlorate

 Le préfixe thio- signale la présence d’un atome soufre comme dans l’ion thiocyanate

SCN− où l’atome de soufre se substitue à un atome d’oxygène par rapport à l’ion cyanate.

Pour les anions obtenus par addition d’un ion hydrure à un hydrure mononucléaire, on utilise
la nomenclature de coordination, même si l’atome central n’est pas un métal.

NB : Les hydrates de composés ioniques comportent des molécules d’eau appelées « eau
d’hydratation ». On indique le nombre de molécules d’eau présentes dans ces hydrates.
Exemple: CuSO4, 5H2O sulfate de cuivre (II) à 5 molécules d’eau (cristaux bleus)

Il est recommandé de ne plus utiliser le mot hydrate et un préfixe multiplicatif (ancienne


nomenclature), mais de donner le nom du sel suivi de l’expression « à n molécules d’eau » :

CaCl2, 6 H2O dichlorure de calcium à 6 molécules d’eau (au lieu de hexahydrate).

Vous aimerez peut-être aussi