Vous êtes sur la page 1sur 12

Géologie et Sciences de la Terre

Formation des reliefs et mouvements Terrestres

Le mouvement d'obduction

- w w w . g e o p e d i a . f r -
Textes, illustrations, photographies déposés.
© geopedia.fr - Tous droits réservés - Publication, reproduction totale ou partielle interdite.

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par

Géologie et Sciences de la Terre


Les grands mécanismes de la Terre

Les principes du mouvement d'obduction

Les collisions de plaques

Au premier abord, là, comme ça..., "l'obduction" ça à l'air compliqué et franchement pas appétissant.
Mais c'est quand même intéressant. si, si... ça permet de comprendre comment se forme un océan, un
volcan, une chaîne de montagne... comment se passe toute cette petite mécanique à l'origine des
cataclysmes les plus spectaculaires de notre planète. Ca vaut quand même le coup ;-) Pour voir ce que
c'est que cette bizarrerie, y'aura donc des super dessins en couleur et même... des explications. Ben oui,
c'est pas un album de coloriage non plus. Allez hop, c'est parti.

Qu'est ce que la subduction et l'obduction ?

Les plaques "dérivant" sur la surface de notre planète se rencontrent parfois. A cette occasion, les
plaques les plus lourdes, les plus dures et les plus compactes se courbent lentement et s'enfoncent
sous la terre : ce sont les plaques océaniques. Elles glissent sous les plaques continentales plus
légères et moins denses. C'est ce qu'on appelle la Subduction (Sub :dessous, -duction : du latin tirer -> tirer
par en dessous).

Pour voir en détail comment ça marche, vaut mieux jeter un oeil là dessus : Dérive des continents - Subduction - Plaques Terrestres

Le mouvement de subduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

On va donc partir d'une situation de subduction "classique" dans laquelle une plaque glisse vers une
autre. En principe tout devrait se passer normalement : la plaque la plus "dense" devrait glisser sur la
plaque la plus "légère".

Il va arriver parfois que ce mouvement se bloque comme une vieille machine rouillée. Les plaques ne
vont pas coulisser comme prévu, la plaque indiquée en rouge va glisser trop vite vers le bas et ce
tapis de roche ne va pas réussir à "plonger" vers les couches souterraines de la Terre. Le mouvement
va s'arrêter, et notre vielle machine va se détraquer. Le problème, c'est que de l'autre coté de la plaque,
ça pousse aussi, et ça continue d'avancer... Le mouvement va donc s'inverser : au lieu de passer en
dessous, il faudra bien que ça passer ailleurs, et ce sera au dessus... d'où le nom : "ob-duction" (ob : au
dessus, et -duction : tirer : tirer par dessus)

Et là, un deuxième problème se pose : il n'y a plus de place non plus :-))) Toute la mécanique va donc
s'enrayer. Quand on pousse de chaque coté et qu'il n'y à pas assez de place le résultat est simple : ça
se compresse. Et bien c'est exactement ce qu'il va se passer. Toutes les roches prises entre ces deux
mouvements vont se froisser comme de vielles couvertures et faire un tas. En géologie, ce tas, on
l'appelle tout simplement... une chaîne de montagne.
Le mouvement d'obduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

la formation des chaînes de montagnes (les chaînes d'obduction)

Si vous avez tout bien lu la page sur la [subduction], l'âge et la vitesse d'expansion des plaques
océaniques est déterminante. Lorsque le mouvement est lent et régulier, la subduction est progressive.
La plaque Terrestre est régulièrement absorbée par les couches inférieures de la lithosphère. Si ce
mouvement s'accélère, les frictions deviennent de plus en plus importantes. A partir d'un certain stade, la
plaque océanique ne glisse plus sous la plaque continentale, elle la "percute". Cette collision entraîne
alors un mouvement d'obduction (l'inverse de la subduction) et la couche océanique passe au dessus de la
plaque continentale. [Voir dessins]
Le mouvement d'obduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

Comment se forme ce mouvement d'obduction ?

Voyons un peu comment ça se passe du coté "technique". La plaque indiquée en rouge se déplace,
alimentée par les grandes dorsales océaniques qui fournissent sans cesse de la matière rocheuse. Dans
cet exemple, c'est une plaque océanique "rapide" qui témoigne d'une formation "jeune" - une plaque
océanique, donc assez dense, et récente, donc encore plus dense, qui se déplace donc plus vite- .

Ce qui est intéressant ici, c'est le pendage : l'angle sous lequel se présente la plaque océanique. Plus
l'angle de pénétration sera faible plus il va entraîner un frottement important. A un certain moment ces
plateau vont se heurter et c'est parce que la lithosphère continentale (la plaque continentale) est formée
de roches moins denses que la plaque océanique peut y opposer toute la force de son déplacement.

La vitesse, le pendage, la densité et la composition des roches... tous ces facteurs vont entraîner un
écrasement plus ou moins important et un blocage du phénomène de subduction. Une fois la machine
s'enrayée, elle ne peut plus absorber de matière, elle va la refouler, la rejeter. Tous ces facteurs
(vitesse, pendage, densité...) vont alors jouer "en sens inverse" et déterminer si le relief va subir des
plissements et des fractures. Ce mouvement d'obduction va donc aussi modifier l'ordre des couches
géologiques.
Le mouvement d'obduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

Au moment où le pendage n'est plus assez important, cette plaque océanique écrase littéralement les
roches qu'elle rencontre. Les contraintes de compression sont alors de plus en plus importantes jusqu'à
ce qu'elles entraînent un chevauchement. Progressivement la masse océanique va pénétrer la masse
continentale et entraîner une importante déformation : des reliefs complexes qui vont se plisser dans le
sens du continent (évidement ce n'est pas la "mer" qui passer au dessus du "continent", mais tout le plateau de l'océan,
son socle). L'ampleur du charriage (le déplacement de ces roches) peut atteindre plusieurs centaines de
kilomètres. Ces roches vont ainsi subir de très importantes pressions sans que la température
augmente pour autant. Il s'agit donc d'une déformation "à froid". Ce phénomène sera court, la croûte
n'aura pas le temps de se réchauffer, ce qui expliquera également l'absence de magmatisme, de
volcanisme et de "métamorphisme" à haute température (transformation profonde de la roche sous l'effet de la
chaleur) .
Le pendage dans les mouvements de plaques lithosphériques
© geopedia.fr- Tous droits réservés

Obduction, Coulissage et subduction

Et bien voilà. Quand deux plaques se rencontrent, on peut désormais définir les trois types de réactions
qui se déroulent. D'une part une plaque glisse sous une autre, c'est ce qu'on appelle la Subduction (sub
= dessous) ; et d'autre part une plaque s'élève au dessus d'une autre (ou plus précisément contre une autre) :
c'est l'obduction. Quand elles ne se heurtent pas, elles glissent l'une contre l'autre : c'est le coulissage.

Ces phénomènes, ou plutôt ce principe essentiel du fonctionnement de la terre est appelé de


manière générale : "le principe de subduction" (On regroupe là dedans tous les phénomènes d'obduction, de
coulissage et de subduction sans les distinguer). C'est le moteur de la tectonique des plaques, la base des
mouvements terrestres, de la dérive des continents, des mouvements océaniques, de la formation des
montagnes et des océans.

Géologie et Sciences de la Terre


Formation des reliefs et mouvements Terrestres

Le mouvement d'obduction

- w w w . g e o p e d i a . f r -
Textes, illustrations, photographies déposés.
© geopedia.fr - Tous droits réservés - Publication, reproduction totale ou partielle interdite.

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par

Géologie et Sciences de la Terre


Les grands mécanismes de la Terre

Les principes du mouvement d'obduction

Les collisions de plaques

Au premier abord, là, comme ça..., "l'obduction" ça à l'air compliqué et franchement pas appétissant.
Mais c'est quand même intéressant. si, si... ça permet de comprendre comment se forme un océan, un
volcan, une chaîne de montagne... comment se passe toute cette petite mécanique à l'origine des
cataclysmes les plus spectaculaires de notre planète. Ca vaut quand même le coup ;-) Pour voir ce que
c'est que cette bizarrerie, y'aura donc des super dessins en couleur et même... des explications. Ben oui,
c'est pas un album de coloriage non plus. Allez hop, c'est parti.

Qu'est ce que la subduction et l'obduction ?

Les plaques "dérivant" sur la surface de notre planète se rencontrent parfois. A cette occasion, les
plaques les plus lourdes, les plus dures et les plus compactes se courbent lentement et s'enfoncent
sous la terre : ce sont les plaques océaniques. Elles glissent sous les plaques continentales plus
légères et moins denses. C'est ce qu'on appelle la Subduction (Sub :dessous, -duction : du latin tirer -> tirer
par en dessous).
Pour voir en détail comment ça marche, vaut mieux jeter un oeil là dessus : Dérive des continents - Subduction - Plaques Terrestres

Le mouvement de subduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

On va donc partir d'une situation de subduction "classique" dans laquelle une plaque glisse vers une
autre. En principe tout devrait se passer normalement : la plaque la plus "dense" devrait glisser sur la
plaque la plus "légère".

Il va arriver parfois que ce mouvement se bloque comme une vieille machine rouillée. Les plaques ne
vont pas coulisser comme prévu, la plaque indiquée en rouge va glisser trop vite vers le bas et ce
tapis de roche ne va pas réussir à "plonger" vers les couches souterraines de la Terre. Le mouvement
va s'arrêter, et notre vielle machine va se détraquer. Le problème, c'est que de l'autre coté de la plaque,
ça pousse aussi, et ça continue d'avancer... Le mouvement va donc s'inverser : au lieu de passer en
dessous, il faudra bien que ça passer ailleurs, et ce sera au dessus... d'où le nom : "ob-duction" (ob : au
dessus, et -duction : tirer : tirer par dessus)

Et là, un deuxième problème se pose : il n'y a plus de place non plus :-))) Toute la mécanique va donc
s'enrayer. Quand on pousse de chaque coté et qu'il n'y à pas assez de place le résultat est simple : ça
se compresse. Et bien c'est exactement ce qu'il va se passer. Toutes les roches prises entre ces deux
mouvements vont se froisser comme de vielles couvertures et faire un tas. En géologie, ce tas, on
l'appelle tout simplement... une chaîne de montagne.
Le mouvement d'obduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

la formation des chaînes de montagnes (les chaînes d'obduction)

Si vous avez tout bien lu la page sur la [subduction], l'âge et la vitesse d'expansion des plaques
océaniques est déterminante. Lorsque le mouvement est lent et régulier, la subduction est progressive.
La plaque Terrestre est régulièrement absorbée par les couches inférieures de la lithosphère. Si ce
mouvement s'accélère, les frictions deviennent de plus en plus importantes. A partir d'un certain stade, la
plaque océanique ne glisse plus sous la plaque continentale, elle la "percute". Cette collision entraîne
alors un mouvement d'obduction (l'inverse de la subduction) et la couche océanique passe au dessus de la
plaque continentale. [Voir dessins]
Le mouvement d'obduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

Comment se forme ce mouvement d'obduction ?

Voyons un peu comment ça se passe du coté "technique". La plaque indiquée en rouge se déplace,
alimentée par les grandes dorsales océaniques qui fournissent sans cesse de la matière rocheuse. Dans
cet exemple, c'est une plaque océanique "rapide" qui témoigne d'une formation "jeune" - une plaque
océanique, donc assez dense, et récente, donc encore plus dense, qui se déplace donc plus vite- .

Ce qui est intéressant ici, c'est le pendage : l'angle sous lequel se présente la plaque océanique. Plus
l'angle de pénétration sera faible plus il va entraîner un frottement important. A un certain moment ces
plateau vont se heurter et c'est parce que la lithosphère continentale (la plaque continentale) est formée
de roches moins denses que la plaque océanique peut y opposer toute la force de son déplacement.

La vitesse, le pendage, la densité et la composition des roches... tous ces facteurs vont entraîner un
écrasement plus ou moins important et un blocage du phénomène de subduction. Une fois la machine
s'enrayée, elle ne peut plus absorber de matière, elle va la refouler, la rejeter. Tous ces facteurs
(vitesse, pendage, densité...) vont alors jouer "en sens inverse" et déterminer si le relief va subir des
plissements et des fractures. Ce mouvement d'obduction va donc aussi modifier l'ordre des couches
géologiques.
Le mouvement d'obduction
© geopedia.fr- Tous droits réservés

Au moment où le pendage n'est plus assez important, cette plaque océanique écrase littéralement les
roches qu'elle rencontre. Les contraintes de compression sont alors de plus en plus importantes jusqu'à
ce qu'elles entraînent un chevauchement. Progressivement la masse océanique va pénétrer la masse
continentale et entraîner une importante déformation : des reliefs complexes qui vont se plisser dans le
sens du continent (évidement ce n'est pas la "mer" qui passer au dessus du "continent", mais tout le plateau de l'océan,
son socle). L'ampleur du charriage (le déplacement de ces roches) peut atteindre plusieurs centaines de
kilomètres. Ces roches vont ainsi subir de très importantes pressions sans que la température
augmente pour autant. Il s'agit donc d'une déformation "à froid". Ce phénomène sera court, la croûte
n'aura pas le temps de se réchauffer, ce qui expliquera également l'absence de magmatisme, de
volcanisme et de "métamorphisme" à haute température (transformation profonde de la roche sous l'effet de la
chaleur) .
Le pendage dans les mouvements de plaques lithosphériques
© geopedia.fr- Tous droits réservés

Obduction, Coulissage et subduction

Et bien voilà. Quand deux plaques se rencontrent, on peut désormais définir les trois types de réactions
qui se déroulent. D'une part une plaque glisse sous une autre, c'est ce qu'on appelle la Subduction (sub
= dessous) ; et d'autre part une plaque s'élève au dessus d'une autre (ou plus précisément contre une autre) :
c'est l'obduction. Quand elles ne se heurtent pas, elles glissent l'une contre l'autre : c'est le coulissage.

Ces phénomènes, ou plutôt ce principe essentiel du fonctionnement de la terre est appelé de


manière générale : "le principe de subduction" (On regroupe là dedans tous les phénomènes d'obduction, de
coulissage et de subduction sans les distinguer). C'est le moteur de la tectonique des plaques, la base des
mouvements terrestres, de la dérive des continents, des mouvements océaniques, de la formation des
montagnes et des océans.

Vous aimerez peut-être aussi