Vous êtes sur la page 1sur 3

Baccalauréat cultures européennes option « philosophie »

Les fondateurs de la modernité politique : Machiavel, Hobbes et Locke


Responsable du cours : Philippe Poirier
Année académique 2007-2008

A) Problématique du cours :
La modernité politique affirme l’autonomie de la Raison d’un individu. C’est-à-dire non seulement le
rejet du pouvoir politique de la religion mais aussi celui du principe de finalité autre que celui de la
réalisation du désir humain. En d’autres termes, l’individu n’est plus l’élément d’un Tout qui le
dépasse comme il l’était dans le Cosmos de la Grèce ancienne ou dans la Création de la religion
chrétienne. L’individu est au contraire son propre souverain et le maître absolu de sa destinée pour peu
qu’il existe un système juridique et constitutionnel, liant liberté et égalité, qui les lui garantisse.

Cette modernité politique a été notamment imaginée par trois auteurs que le cours propose d’aborder à
travers l’étude et le commentaire de leurs œuvres : Nicolas Machiavel (1469-1527), Thomas Hobbes
(1588-1679) et John Locke (1632-1704)

Pour le premier, l’objectif n’est par la vertu, mais l’atteinte des objectifs raisonnablement à la portée
de l’humain, par l’abaissement des critères et codes moraux qui régissaient autrefois la Cité.
Autrement dit, comme le monde se crée dans l’immoralité, l’homme n’est pas par nature orienté vers
la vertu. S’il existe une vertu, celle-ci n’est pas vers l’autre mais dans la Cité, sorte de vertu civique.
Cela signifie que l’homme peut se proposer à lui-même presque n’importe quelle fin. Ce plan d’action
est lié au principe de la nécessité, qui incarné dans la ruse, emporte l’individu dans un devenir à soi.

Pour le second, l’homme est un animal par nature asocial. Pour éviter la catastrophe sociale et
politique qui guette par conséquent toute communauté humaine, il est nécessaire que chacun transfère
le pouvoir qu’il avait dans l’état de nature à l’État et à son souverain. Dès lors le droit naturel moderne
ne saurait être construit en référence à une nature juste en soi comme le prétendait la philosophie
politique ancienne. Il faut au contraire s’attacher à reconstruire une artificialité de la nature, si l’on
souhaite échapper à l’incertitude de la nature. Le droit naturel moderne demeure donc l’objet de notre
volonté et suit par conséquent la logique mathématique. L’essentiel de cette nature est toujours à venir.

Pour le troisième, la contractualisation de la société en référence à un état de nature implique que le


droit de conservation soit intimement lié au droit de la propriété. La seule garantie efficace des droits
des individus demeure la possibilité d’une accumulation sans fin, car elle dépasse le souci de
conservation afin d’atteindre le seul plaisir. L’atteinte du seul plaisir serait d’autant plus légitime
qu’elle détournerait les passions humaines. La défense de la propriété, ce n’est pas simplement la
défense du droit à la vie, c’est l’outil qui réalisera l’atteinte du plaisir d’autant plus si le régime
politique en vigueur assure le principe naturel d’égalité et les libertés fondamentales.

B) Mots clés : Droit Naturel, Droit de propriété, Droit à la vie, Etat, Humanisme, Libéralisme(s),
Pouvoir, Raison, Ruse, Religion et Vertu.

C) Plan du cours :
Introduction

Chapitre 1 Nicolas Machiavel ou la rupture avec la philosophie politique ancienne (10 heures)

Section 1 Contexte politique et philosophique d’une œuvre


Section 2 Morale et religion dans l’œuvre de Machiavel
Section 3 Vertu et pouvoir dans l’œuvre de Machiavel
Section 4 Le fondateur de la Raison d’Etat
Chapitre 2 Thomas Hobbes ou l’inventeur du contrat social (10 heures)

Section 1 Contexte politique et philosophique d’une œuvre


Section 2 L’état de nature et la nécessité du contrat dans l’œuvre de Hobbes
Section 3 Le caractère mathématique dans l’œuvre de Hobbes
Section 4 Le fondateur de l’Etat Léviathan

Chapitre 3 John Locke ou le créateur du républicanisme moderne (10 heures)

Section 1 Contexte politique et philosophique d’une œuvre


Section 2 Droit naturel et droit de propriété dans l’œuvre de Locke
Section 3 La théorie du Gouvernement civil dans l’œuvre de John Locke
Section 4 Le fondateur du Libéralisme politique

Conclusion

D) Bibliographie :

1) Nicolas Machiavel

De Principatibus (Il Principe, 1513). Paris : Presses Universitaires de France, 2000.

Discours sur la Première Décade de Tite-Live (Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio 1512-1517). Paris :
Gallimard-NRF, 2004.

2) Thomas Hobbes

Le Citoyen ou les Fondements de la Politique (De Cive, 1642). Paris : GF- Flammarion, 1982.

Eléments de la Loi naturelle et politique (The Elements of Law Natural and Politic, 1640). Paris, LGF-Le Livre
de Poche, 2006.

Léviathan ou matière, forme et puissance de l'Etat chrétien et civil (Leviathan, 1651). Paris : Gallimard, Folio-
Essais, 2000.

3) John Locke

Lettre sur la Tolérance. précédée de Essai sur la Tolérance, 1667. et de Sur la Différence entre Pouvoir
ecclésiastique et Pouvoir civil, 1674 (A Letter Concerning Toleration, 1689). Paris GF-Flammarion, 1992.

Deux Traités du Gouvernement (Two Treatises of Government: In the Former, The False Principles and
Foundation of Sir Robert Filmer, And His Followers, are Detected and Overthrown. The Latter is an Essay
concerning The True Original, Extent, and End of Civil-Government, 1689). Paris : Vrin 1997.

Essai philosophique concernant l'Entendement humain (An Essay Concerning Human Understandin, 1690).
Paris : Vrin 1998.

4) Commentateurs des œuvres

Beneton Philippe Introduction à la Politique Presses Universitaires de 1998


France, collection 1er cycle
Dunn John The Political Thought of John Locke: An Cambridge University 2002
Historical Account of the Argument of the 'Two Press
Treatises of Government
Gilson Bernard L'apport de Locke à la philosophie générale et Vrin 2000
politique
Godfroy Véronique Dictionnaire des Idées Politiques. Editions Dalloz-Sirey 1998
Goyard-Fabre Simone John Locke et la raison raisonnable Vrin 2000
Goyard-Fabre Simone Les principes philosophiques du droit politique Presses Universitaires de 1997
moderne France, Collection
Philosophie Themis
Herla Anne Hobbes ou le déclin du royaume des ténèbres. Kimé 2006
Politique et théologie dans le Léviathan
Jolley Nicholas Locke: His Philosophical Thought Oxford University Press 1999
Lefort Claude Le Travail de l'œuvre de Machiavel Gallimard 1986
Macpherson C-B La théorie politique de l'individualisme Gallimard 2004
possessif. De Hobbes à Locke
Malherbe Michel Thomas Hobbes ou l'oeuvre de la raison Vrin 2000
Mansfield Harvey Le Prince apprivoisé Fayard 1994
Overhoff Jurgen Hobbes's Theory of Will: Ideological Reasons Rowman & Littlefield 2000
and Historical Circumstances Publishers
Skinner Quentin Reason and Rhetoric in the Philosophy of Cambridge University 1997
Hobbes Press
Strauss Léo Pensées sur Machiavel Payot 1982
Strauss Léo La critique de la religion chez Hobbes. Une Presses Universitaires de 2005
contribution à la compréhension des Lumières France
(1933-1934)
Sullivan Vickie B. Machiavelli, Hobbes, & the Formation of a Cambridge University 2004
Liberal Republicanism in England Press
Touchard Jean Histoire des idées politiques. Tome 1, Des Presses Universitaires de 2001
origines au XVIIIème siècle.. France,
Collection Quadrige
Touchard Jean Histoire des idées politiques. Tome 2, Du Presses Universitaires de 2005
XVIIIe siècle à nos jours France,
Collection Quadrige
Vienne Jean-Michel Expérience et raison. Les fondements de la Vrin 2000
morale selon Locke
Walker William Locke, Literary Criticism, and Philosophy Cambridge University 2006
Press
Zarka Yves-Charles Machiavel, la politique du moindre mal PUF 2001
Zarka Yves-Charles Hobbes et son vocabulaire. Études de Vrin 2000
lexicographie philosophique

E) Contrôle des connaissances :


Les étudiants en groupe présentent des textes portant sur un passage tiré des œuvres abordées dans le
cours, et dont ils montreront le sens et l'intérêt, en l’insérant dans son contexte philosophique et
politique (Quelles sont les idées qu’on y trouve ? Quel est son sujet ou son thème principal ? Quelles
en sont les intentions ? Comment peut-il être divisé ? Dans quel contexte se situe-t-il ? Développe-t-il
un argument, et lequel ? Comment s’articule-t-il ? Etc.)

(40% de la note finale).

Un examen écrit à rédiger en anglais ou en français à la fin du semestre (2h00) avec deux sujets au
choix

(60% de la note finale)

Vous aimerez peut-être aussi