Vous êtes sur la page 1sur 1

DOSSIER GREP

Épaule du sportif :
pourquoi j’ai mal à l’épaule
quand je joue au tennis ?
The athlete shoulder:
why is my shoulder painful when playing tennis?
Johannes Barth*, Jérôme Bianchi**, Pierre Mansat***, Jacques Parier****, Éric Noël*****

Johannes Barth

C
et article résume la revue de la littérature apparaître une différence (à vitesse lente ou rapide)
et les discussions de la table ronde sur les entre les rotateurs externes et les rotateurs internes
douleurs d’épaule dans la pratique du tennis en faveur de ces derniers du côté dominant. Si les
qui s’est tenue lors de la 10e Journée nationale du rotateurs internes sont plus puissants, les rotateurs
GREP en mars dernier. Participaient à cette table externes ne sont pas différents par rapport à une
ronde : Éric Noël, rhumatologue et modérateur, population “standard”, ce qui déséquilibre les ratios
Jérôme Bianchi, kinésithérapeute de l’équipe de en faveur des rotateurs internes chez ces sportifs
France féminine de tennis, Pierre Mansat, chirurgien asymptomatiques.
de l’épaule, et Jacques Parier, médecin de médecine Pour augmenter sa force de frappe, le joueur (de
physique et de réadaptation et médecin du sport bon et de haut niveau) déplace progressivement son
spécialisé dans le tennis. volant de rotation vers une hyperrotation externe
(RE2) et une limitation de la rotation interne (RI2)
en faveur d’une raideur en rotation interne tout en
Revue de la littérature maintenant le même volant de rotation globale
(figure 4) : c’est le concept de la GIRD (Gleno-
Bases biomécaniques de l’épaule humeral Internal Rotation Deficit) [4-6]. Tant que
douloureuse du joueur de tennis l’amplitude globale du volant est respectée, il n’y a

L’épaule est touchée dans 13 % des pathologies de


l’appareil locomoteur du joueur âgé de 16 à 28 ans,
pour atteindre 50 % après 50 ans (1). Au tennis, c’est
le service qui représente l’événement délétère pour
l’épaule, car le geste est brutal, avec un grand bras
de levier (bras + raquette = force de 600 N) et très
* Chirurgien orthopédiste, clinique rapide (7 000 m/s) [2] (figures 1 à 3). Les vitesses de
des Cèdres, Échirolles. balle peuvent atteindre 250 km/h, voire plus chez
** Kinésithérapeute du sport, Aix-
en-Provence.
certains joueurs comme Andy Roddick. Si la coiffe
*** Chirurgien orthopédiste, hôpital postéro-supérieure (supra-épineux et infra-épi-
­Purpan, Toulouse. neux) est modérément sollicitée, les stabilisateurs
**** Médecin du sport et médecin internes (grand dentelé, trapèze) et les rotateurs
de médecine physique et réadapta-
tion, Paris. internes (grand pectoral et sous-scapulaire) sont au
***** Rhumatologue, médecin du contraire très largement impliqués dans le service, Figure 1. Le geste du service : ébauche de l’armé
sport, centre orthopédique ­Santy, lors de l’armé autant que lors de la frappe ou en du bras après avoir lancé la balle.
Lyon.
fin de geste (3). Ainsi, les tests isocinétiques font

20  |  La Lettre du Rhumatologue • No 366 - novembre 2010

Vous aimerez peut-être aussi