Vous êtes sur la page 1sur 57

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université Larbi Ben M’Hidi - Oum El Bouaghi -
Faculté des Sciences et Sciences Appliquées
Département de Génie Électrique

Mémoire de fin d’études


En vue de l’obtention du
Diplôme de Master
Spécialité : Réseaux Électriques

Thème :

Etude d’une chaine de conversion


d’énergie Photovoltaïque raccordée au
Réseau électrique
Soutenue publiquement à Ain el Beida le : 11/06/2015

Présenté par :
GARAH YAAKOUB

Dirigé par :
Pr. : BARRA KAMEL
Co-dirigé par le doctorant :
Amrani Mohamed Nader

Promotion : Juin 2015


Dédicace
A ceux qui m’ont donné la vie, symbole de beauté, de fierté, de sagesse et
de patience.
A ceux qui sont la source de mon inspiration et de mon courage, à qui je
dois de l’amour et la reconnaissance.
Mes chers Parents.
Mes Frères.
Mes Sœur.
GARAH AMINA, CHAHINAZ
KHAMMI SARA
Ma Famille et tous mes Proches.
Et à tous qui me connait et compte sur moi…
Tous mes Amis(es)

YAAKOUB
Remerciements

Tout d’abord je voudrais exprimer ma gratitude et mes remerciements a


Mr Barra Kamal qui a accepter d'encadrer et de me diriger le long de ce
modeste travail.
Mes remerciement vont aussi a Mr Amrani Mohamed Nader, Doctorat
au laboratoire LGEA(Laboratoire génie électrique et Automatique) de
l'université d'Om El Bouaghi, pour l'aide qui n'a cessé de me prodiguer.
D'un manière générale, tous les enseignants du département de génie
électrique sont remercies, chacun par son nom, pour durant notre
formation.
Sommaire
SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE................................................................................................ 1

CHAPITRE -I- Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

1. INTRODUCTION .................................................................................................................. 2
2. HISTORIQUE ........................................................................................................................ 3
3. RAYONNEMENT SOLAIRE ............................................................................................... 4
4. DIFFERENTS TYPES DE RAYONNEMENT SOLAIRE ................................................... 4
a. Rayonnement global ............................................................................................................... 4
b. Rayonnement diffus ............................................................................................................... 4
c. Rayonnement solaire réfléchi ................................................................................................. 4
5. Rayonnement direct ................................................................................................................ 5
Conversion photovoltaïque .................................................................................................. 5
a. Principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque ..................................................... 5
b. Cellule solaire ......................................................................................................................... 6
c. Différents types des cellules solaires ...................................................................................... 6
Cellule mono- cristalline ...................................................................................................... 6
Cellule poly-cristalline ......................................................................................................... 6
Cellule amorphe ................................................................................................................... 7
d. Modélisation du générateur photovoltaïque (GPV) ............................................................... 7
e. Caractéristique électrique de la cellule solaire ....................................................................... 9
f. Association des cellules photovoltaïques.............................................................................. 10
Association en série ............................................................................................................ 10
Association en parallèle ..................................................................................................... 10
Association hybride (en série et en parallèle) .................................................................... 11
g. Influence de l’éclairement .................................................................................................... 12
h. Influence de la température .................................................................................................. 13
i. Avantages et inconvénients de l'énergie photovoltaïque ...................................................... 13
Avantage............................................................................................................................. 14
Inconvénients ..................................................................................................................... 14
6. Conclusion ........................................................................................................................... 15

CHAPITRE II Algorithmes de recherche du point à puissance maximale

1. Introduction ......................................................................................................................... 16
2. Intérêt de recherche ou point à puissance maximale ............................................................ 16
3. Adaptation de la charge au générateur PV ........................................................................... 17
4. Etage d’adaptation en utilisant un convertisseur DC-DC .................................................... 18
5. Le hacheur survolteur (Boost) .............................................................................................. 19
6. Hacheur dévolteur (Buck) .................................................................................................... 19
7. Le convertisseur Buck-Boost ............................................................................................... 20
8. Fonctionnement d’un générateur PV à sa Puissance Maximale .......................................... 20
Principe............................................................................................................................... 20
9. Les commandes MPPT......................................................................................................... 22
Commande « Hill Climbing » ............................................................................................ 23
Commande "Perturb and Observe (P&O)" ....................................................................... 24
La commande « Incrément de conductance (IncCon) » ..................................................... 25
10. Résultats de simulation....................................................................................................... 28
11. Conclusion ......................................................................................................................... 32

CHAPITRE III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque


au réseau électrique

1. Introduction ......................................................................................................................... 33
2. Principe de l’installation photovoltaïque raccordée au réseau électrique ............................ 33
3. Définition des éléments de l’installation utilisée ................................................................. 34
a. Convertisseur DC-AC .................................................................................................... 35
b. Modélisation de l’onduleur monophasé ......................................................................... 36
c. Commande du système de conversion ........................................................................... 37
d. Boucle de régulation du courant..................................................................................... 38
4. Les résultats de simulations.................................................................................................. 40
5. Conclusion ........................................................................................................................... 42
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................. 43
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................. 44
RESUME .................................................................................................................................. 45
Introduction
générale
Introduction générale
La production d'énergie est un défi de grande importance pour les années à venir. Les
besoins énergétiques des sociétés industrialisées ainsi que les pays en voie de
développement ne cessent de se multiplier. Cette production a triplé depuis les années
60 à nos jours. La totalité de production mondiale d’énergie provient de sources
fossiles. La consommation de ces sources donne lieu à des émissions de gaz à effet
de serre et donc une augmentation de la pollution. En plus la consommation excessive
de stocks de ressources naturelles réduit les réserves de ce type d’énergie de façon
dangereuse pour les générations futures.

Les énergies renouvelables telles que l'énergie éolienne, l'énergie solaire, l’énergie
biomasse et l’énergie hydroélectrique, sont des solutions prometteuses pour concurrencer
les sources d’énergies de masse telle que l’énergie fossile et nucléaire. On entend par
énergie renouvelable, des énergies issues du soleil, du vent, de la chaleur de la terre,
de l’eau ou encore de la biomasse. A la différence des énergies fossiles, les énergies
renouvelables sont des énergies à ressource illimitée.

Le rayonnement solaire est repartie sur toute la surface de la terre, sa densité n'est
pas grande et ne cause aucun conflit entre les pays contrairement au pétrole. Les
systèmes photovoltaïques semblent bien s’imposer comme moyen de conversion de
l’énergie solaire en énergie électrique. Un tel système se compose d'un champ de
modules et d'un ensemble de composants qui adaptent l'électricité produite par les modules
aux spécifications des récepteurs [4].

L’objectif de notre mémoire est l’analyse ,la modélisation et la simulation des méthodes
de recherche du point a puissance maximale d’une générateur photovoltaïque comme
« perturb & observe » et « incrément de conductance » pour un éventuel raccordement au
réseau électrique.

Pour décrire cela, ce mémoire est présenté en trois chapitres :

Le premier chapitre ,est l’objet de généralités sur les générateurs photovoltaïques. On


présente le principe de la conversion photovoltaïque, la cellule PV et ses paramètres. En suite
on étudie les effets de variations des paramètres : éclairement et température, sur les
caractéristiques d’un GPV

Dans le deuxième chapitre, on étudiera les différentes techniques de la recherche du


point de puissance maximale MPPT supporté par des simulations de ces techniques pour
différents profils d’éclairement.

Dans le troisième chapitre, nous nous sommes intéressés à étudier un exemple


d’application sur l’énergie solaire, c’est l’intégration de la puissance générée par GPV
au réseau monophasé. La transformation de cette puissance contrôlée par un onduleur
monophasé (étage d’adaptation DC-AC) avec comme objectif d’obtenir un facteur de
puissance unitaire (courant injecté au réseau en phase avec sa tension).

1
CHAPITRE -I-

Généralités sur la conversion


d’énergie photovoltaïque
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

1. Introduction

La consommation mondiale d’électricité observée durant ces dernières décennies est


fortement liée au développement de l’industrie, du transport et des moyens de
communications. De nos jours, une grande partie de la production électrique est produite à
partir de ressources fossiles non renouvelables comme le charbon, le gaz naturel, le pétrole et
l’uranium. Leur vitesse de régénération est extrêmement lente à l’échelle humaine. Ce qui
entraînera à plus ou moins courte échéance un risque non nul d’épuisement de ces ressources.
D’autant plus que la demande ne cesse de croître et tend dès à présent à être supérieure à
l’offre, se traduisant par exemple par une forte fluctuation du prix mondial du pétrole. D’autre
part, ce type de consommation énergétique n’est pas neutre sur l’impact environnemental.
Pour les hydrocarbures et le charbon par exemple, d’importantes émissions de gaz à effet de
serre sont générées quotidiennement jouant un rôle prépondérant au niveau du dérèglement
climatique et de l’augmentation de la pollution. Ce constat pousse à rechercher de plus en plus
de solutions innovantes palliant le déficit énergétique et limitant l’impact négatif sur
l’environnement. Ainsi, le développement des sources non polluantes à base d’énergie
renouvelable est de plus en plus sollicité à la fois par les producteurs d’énergie et les pouvoirs
publics [1].

On distingue plusieurs types de sources d’énergies renouvelables dont on cite:


l’énergie hydroélectrique, l’énergie géothermique, l’énergie éolienne, l’énergie de la
biomasse et l’énergie photovoltaïque. Excepté l’énergie géothermique qui provient de la
chaleur des profondeurs de la terre, ces sources d’énergie proviennent directement ou
indirectement du soleil. Elles sont donc disponibles indéfiniment tant que celui-ci brillera.
L’énergie photovoltaïque est la plus jeune des énergies renouvelables, elle a l’avantage
d’être non polluante, souple et fiable [3].

2
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

2. Historique

Même si les bases théoriques de l’effet photovoltaïque étaient connues depuis le début du
siècle, le scientifique français, Edmond Becquerel, fut le premier à découvrir en 1839 l’effet
photoélectrique. Il a trouvé que certains matériaux pouvaient produire une petite quantité de
courant sous l’effet de la lumière. Par la suite, Albert Einstein à découvert, en travaillant sur
l’effet photoélectrique, que la lumière n’avait pas qu’un caractère ondulatoire, mais que son
énergie était portée par des particules, les photons. Ce n’est qu’à partir de 1954, dans
les laboratoires de Bell Téléphone à New Jersey, que la première cellule ayant un
rendement raisonnable a été mise au point. Depuis la deuxième moitié du siècle précédent, le
processus de purification de monocristaux de silicium a été réalisé.
En 1956 Loferski publiait différentes tables de conversions de rendement photovoltaïque
pour tous les matériaux semi-conducteurs. Puis, c’est au début des années 70 que l’on a pu
obtenir en laboratoire un rendement de 20 % en travaillant sur des cellules de
monocristal d’arsenic de gallium (GaAs). Le rendement est sensiblement inférieur lorsque
ces cellules se font à l’échelle industrielle.
Aussi, des expériences ont été faites avec des cellules composées de deux couches : une de
sulfure de cadmium (SCd) et une autre de sulfure de cuivre (SCu2). Ces cellules présentent
l’avantage d’utiliser très peu de matière active et permettent un processus de fabrication plus
simple. Cependant, leur faible rendement ne permet pas de les utiliser à échelle industrielle.
La commercialisation des cellules solaires photovoltaïques a commencé dès l’apparition du
silicium monocristallin et elles occupent encore la première place du marché. Plus
tard, apparurent les matériaux poly-cristallins, de fabrication plus économique, mais
présentant encore de faibles rendements. Récemment se sont commercialisées des
cellules de silicium amorphe, utilisées pour des dispositifs de très faible puissance.
Les premières applications pratiques de l’électricité photovoltaïque se firent dans les
véhicules spatiaux, permettant l’alimentation des équipements de commande, de mesure, ou
de retransmission de données. Ensuite, la production industrielle de premiers panneaux ayant
des applications terrestres domestiques a débuté. Bien qu’au début des années 80, ces
panneaux n’aient pas été suffisamment compétitifs pour la production à grande échelle, ils ont
tout de même permis l’électrification de logements isolés.
Les recherches pour faire des produits plus efficaces et économiques continuent à
bon rythme même s’il existe peu d’entreprise au niveau mondial ayant la capacité de
supporter des coûts élevés de recherche [2].

3
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

3. Rayonnement solaire

Le soleil est une étoile parmi tant d’autres. Il a un diamètre de 1390000 km, soit environ 50
fois celui de la terre. Il est composé à 80% d’hydrogène, 19 % d’hélium et 1% d’un mélange
de 100 éléments, soit pratiquement tous les éléments chimiques connus depuis que
Langevin et Perrin, s’appuyant sur la théorie de la relativité d’Einstein, ont émis l’idée il y a
une soixantaine d’années que c’est l’énergie de fusion nucléaire qui fournit au soleil sa
puissance, il est aujourd’hui admis que le soleil est une bombe thermonucléaire hydrogène-
hélium transformant chaque seconde 564 millions de tonnes d’hydrogène en 560
millions tonnes d’hélium, la réaction se faisant dans son noyau à la température
d’environ 25 millions de degrés Celsius. Ainsi, à chaque seconde, le soleil est allégé de 4
millions de tonnes dispersées sous forme de rayonnement. Sa lumière, à une vitesse de
300000 km/s, met environ 8 minutes pour parvenir à la terre, sa distribution spectrale de
l’atmosphère présente un maximum pour une longueur d’onde d’environ 0.5μm, la
température de corps noir à la surface du soleil est d’environ 5780°k
- Diamètre de soleil : Ds=1.39.109m.
- Diamètre de la terre : Dt=1.27.107m.
- Distance moyenne soleil-terre : Dms=1.5.1011m [2].

4. Différents types de rayonnement solaire

Il y a quatre types de rayonnement


a- Rayonnement direct :
Rayonnement reçu directement du soleil. Il peut être mesuré par un pyrhéliomètre.
b- Rayonnement diffus :
Rayonnement provenant de toute la voûte céleste. Ce rayonnement est dû à
l’absorption et à la diffusion d’une partie du rayonnement solaire par l’atmosphère et à sa
réflexion par les nuages. Il peut être mesuré par un pyranomètre avec écran masquant le
soleil.
c- Rayonnement solaire réfléchi :
Ou l’albédo du sol : le rayonnement qui est réfléchi par le sol ou par des objets se trouvant
à sa surface. Cet albédo peut être important lorsque le sol est particulièrement
réfléchissant (eau, neige).

4
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

d- Rayonnement global :
La somme de tous les rayonnements reçus, y compris le rayonnement réfléchi par le sol et
les objets qui se trouvent à sa surface. Il est mesuré par un pyranomètre ou un
solarimètre sans écran. À noter que certains capteurs solaires concentrent le rayonnement
solaire afin d’augmenter le rendement du capteur par rapport à une surface donnée.
Ces capteurs à concentration ne peuvent utiliser que le rayonnement direct provenant du
soleil.
Dans les endroits avec une forte proportion d’ensoleillement diffus, ces capteurs ne
peuvent pas fonctionner efficacement car l’ensoleillement diffus ne peut être concentré en un
point [2].

5. Conversion d’énergie photovoltaïque

La possibilité de transformer directement l’énergie lumineuse, et en particulier le


rayonnement solaire en énergie électrique est apparue en 1954 avec la découverte de l’effet
photovoltaïque. Cet effet utilise les propriétés quantiques de la lumière permettant la
transformation de l’énergie incidente en courant électrique dont la cellule solaire ou
photopile, est l’élément de base de cette conversion photovoltaïque [3].

a- Principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque


L’effet photovoltaïque utilisé dans les cellules solaires permet de convertir
directement l’énergie lumineuse des rayons solaires en électricité par le biais de la
production et du transport dans un matériau semi-conducteur de charges électriques
positives et négatives sous l’effet de la lumière. Ce matériau comporte deux parties, l’une
présentant un excès d’électrons et l’autre un déficit en électrons, dites respectivement
dopée de type n et dopée de type p. Lorsque la première est mise en contact avec la
seconde, les électrons en excès dans le matériau n diffusent dans le matériau p. La zone
initialement dopée n devient chargée positivement, et la zone initialement dopée p chargée
négativement. Il se crée donc entre elles un champ électrique qui tend à repousser les
électrons dans la zone n et les trous vers la zone p. Une jonction (dite p-n) a été formée. En
ajoutant des contacts métalliques sur les zones n et p, une diode est obtenue. Lorsque la
jonction est éclairée, les photons d’énergie égale ou supérieure à la largeur de la
bande interdite communiquent leur énergie aux atomes, chacun fait passer un électron de la

5
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

bande de valence dans la bande de conduction et laisse aussi un trou capable de se


mouvoir, engendrant ainsi un pair électron - trou.
Si une charge est placée aux bornes de la cellule, les électrons de la zone n rejoignent les
trous de la zone p via la connexion extérieure, donnant naissance à une différence de
potentiel le courant électrique circule voir la Figure(1) [4].

Figure (1). Coupe transversale d’une cellule PV [4].

b- Cellule solaire
Une cellule photovoltaïque est un capteur constitué d’un matériau semi-conducteur
absorbant l’énergie lumineuse et la transformant directement en courant électrique. Le
principe de fonctionnement de cette cellule fait appel aux propriétés d’absorption du
rayonnement lumineux par des matériaux semi-conducteurs. Ainsi, le choix des matériaux
utilisés pour concevoir des cellules PV se fait en fonction des propriétés physiques de
certains de leurs électrons susceptibles d’être libérés de leurs atomes lorsqu’ils sont excités
par des photons provenant du spectre solaire et possédant une certaine quantité d’énergie
selon leurs longueurs d’onde. Une fois libérés, ces charges se déplacent dans le matériau
formant globalement un courant électrique de nature continu (DC). La circulation de
ce courant donne alors naissance à une force électromotrice (fem) aux bornes du semi
conducteur correspondant ainsi au phénomène physique appelé effet photovoltaïque [4].

c- Différents types des cellules solaires


Il existe trois types principaux de cellules solaires :

 Cellule mono- cristalline


La cellule monocristalline qui s'approche le plus du modèle théorique: cette cellule est
effectivement composée d'un seul cristal divisé en deux couches. Les cellules
monocristallines permettent d'obtenir de hauts rendements, de l'ordre de 15 à 22 %.

6
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

 Cellule poly-cristalline
Les cellules poly-cristallines sont composées d'un agglomérat de cristaux. Elles aussi
proviennent du sciage de blocs de cristaux, mais ces blocs sont coulés et sont dès lors
hétérogènes. Leur rendement de 13 % et jusqu’à 20 % au laboratoire.

 Cellule amorphe
Le silicium amorphe, apparu en 1976. Sa structure atomique est désordonnée, non
cristallisée, mais il possède un coefficient d'absorption supérieur à celui du silicium
Cristallin. Cependant, ce qu'il gagne en pouvoir d'absorption, il le perd en mobilité
des charges électriques (rendement de conversion faible seulement 5 % par module et de 14 %
au laboratoire) [2].

d- Modélisation du générateur photovoltaïque (GPV)

Le schéma équivalent d'une cellule solaire peut être représenté sous diverses variantes. La
configuration suivante peut être considérée comme la plus usuelle. Elle comporte une source
de courant variable, monté en parallèle avec une diode D caractérisant la jonction et
une résistance Rp (résistance parallèle) simulant l'arrière de l'élément, et en série avec une
autre résistance Rs (résistance série) représentant les pertes par effets joule [1].

Figure(2): Schéma électrique équivalent d'une cellule solaire [1].

Le comportement d'une cellule PV constituée d'une jonction PN à base de silicium peut


être décrit par l'équation non-linéaire suivante :

7
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

.
I ==I − I exp −1 −

(1)
Avec :
IPV, VPV : Le courant et la tension de la cellule PV.
Isc: Le courant de court-circuit de la cellule PV.
I0: Le courant de saturation inverse.
Rs,Rp: Résistance série et parallèle.
Vth: La tension thermique.
Si Rs=0 et RP devient trés grande (théoriquement infini), le modèle de la cellule PV
devient un modèle idéal qui est donné par l’équation suivante :

I = I − I exp −1 (2)

I = (I − I )exp − (3)

V = (4)

Pour un générateur photovoltaïque GPV, les grandeurs électriques du GPV sont données
sous la forme suivante :
I = N .I
I = N .I
I = N .I (5)
V = N .V
N
R = .R
N
Ns et Np sont respectivement le nombre de cellules en série et le nombre de cellules
parallèle. . Les caractéristiques courant-tension (I-V) et puissance – tension (P-V) sont
essentiellement affectées par la variation des deux paramètres principaux : l’éclairement et
la température des panneaux. L'adaptation de l’équation de courant pour différents
niveaux d’ensoleillement et de température peut être manipulée par les équations suivantes :

∆ = − (6)

8
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

∆ = ∆ + −1 (7)

∆V = −β. ∆T − R ∆I (8)

= +∆ (9)

V = V + ∆V (10)

Le suffixe « r » fait référence à des conditions nominales (rated values) données par :
Éclairement nominal E=1000W/m2 et température nominale Tr=25°C [1].

e- Caractéristique électrique du panneau solaire GPV


On peut ainsi retrouver l’allure des caractéristiques courant-tension I(V) et puissance
- tension P(V) du GPV par les figures (3),(4).

4
Courant (A)

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension (V)
Figure (3). Carctéristique I-V d’un GPV.

180
160
140
Puissance (w)

120
100
80
60
40
20
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Voltage (V)
Figure (4). Caractéristique P-V d’un GPV.

9
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

Il est difficile de donner un caractère source de courant ou de tension à un générateur


photovoltaïque sur toute l’étendue de la caractéristique courant-tension. Par conséquent, le
générateur photovoltaïque est considéré comme une source de puissance avec un point Pmax
où la puissance se trouve maximale. Il est donc intéressant de se placer sur ce point pour tirer
le maximum d’énergie et ainsi exploiter au mieux la puissance crête installée. Il est important
de noter que certains régulateurs solaires réalisent une adaptation d’impédance afin qu’à
chaque instant on se trouve proche de ce point Pmax [1].

f- Association des cellules photovoltaïques


 Association en série
Dans un groupement en série, les cellules sont traversées par le même courant et
la caractéristique résultante du groupement en série est obtenue par addition des
tensions à courant donné. La figure (5) montre la caractéristique résultante obtenue en
associant en série ns cellules identiques [3].

Figure (5) : Caractéristique résultante d’un groupement en série de ns cellules identiques


[3].

 Association en parallèle
Dans un groupement de cellules connectées en parallèle, les cellules sont soumises à
la même tension et la caractéristique résultante de groupement est obtenue par addition des

10
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

courants à tension donnée. La figure (6) montre la caractéristique résultante obtenue en


associant en parallèles np cellules identiques [3].

Figure (6): Caractéristique résultante d’un groupement en parallèle de np cellules


identiques [3].
 Association hybride (en série et en parallèle)
Selon l’association en série et/ou parallèle de ces cellules, les valeurs du courant de
court-circuit total et de la tension à vide totale sont données par les relations :
I = n .I (11)
= . (12)
avec :
np: nombre des cellule en parallèle,
ns: nombre des cellule en série.
La figure (7) montre la caractéristique résultante obtenue en associant, en série ns et en
parallèle np, cellules identiques [3].

Figure (7) : Caractéristique résultante d’un groupement hybride de (np+ ns) cellules
identiques [3].

11
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

g- Influence de l’éclairement

Les figures (8) et (9) présentent les caractéristiques (I-V) et (P-V) pour différents
niveaux d’ensoleillement d’un GPV. On pourra voir que le courant de court-circuit varie en
proportion du niveau d'ensoleillement, tandis que la tension en circuit ouvert est à peu
près constante.

180
400w/m2
160
600w/m2
140 800w/m2
200w/m2
120
Puissance (W)

1000w/m2
100
80
60
40
20
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45
Tension (V)

Figure (8) : Effet de l’éclairement sur la caractéristique P(V).

10
400w/m2
8 600w/m2
800w/m2
200w/m2
Courant (A)

6 1000w/m2

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45
Tension (V)

Figure (9) : Effet de l’éclairement sur la caractéristique I(V).

12
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

h- Influence de la température.

Pour la température de fonctionnement d'un GPV, il est essentiel de comprendre l'effet de


variation de celle-ci à la fois sur la tension en circuit ouvert et de court -circuit. Le courant
augmente légèrement à mesure que la température augmente, ce qui est dû à
l'absorption accrue de la lumière. Toutefois, comme la température augmente la tension en
circuit ouvert tend à diminuer comme le montre les figures (10),(11).

180
160
25 °C
140 40 °C
Puissance (w)

120 60 °C

100
80
60
40
20
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension (V)
Figure (10) : Effet de la température sur la caractéristique P(V).

4
25 °C
40 °C
Courant (A)

3 60 °C

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension (V)
Figure (11) : Effet de la température sur la caractéristique I(V).

i- Avantages et inconvénients de l'énergie photovoltaïque


Malgré les avantages qu'elle présente, l'énergie photovoltaïque présente certains
inconvénients qui peuvent être résumés comme suit :

13
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

 Avantages

Les systèmes photovoltaïques ont plusieurs avantages:


- Ils sont non polluants sans émissions ou odeurs discernables.
- Ils peuvent être des systèmes autonomes qui fonctionnent sûrement, sans surveillance
pendant de longues périodes.
- Ils n'ont besoin d'aucun raccordement à une autre source d'énergie où à un
approvisionnement en carburant.
- Ils peuvent être combinés avec d'autres sources d'énergie pour augmenter la fiabilité du
système.
- Ils peuvent résister à des conditions atmosphériques pénibles comme la neige et
la Glace.
- Ils ne consomment aucun combustible fossile et leur carburant est abondant et libre.
- une haute fiabilité car l’installation ne comporte pas de pièces mobiles, ce qui la rend
particulièrement appropriée aux régions isolées, d’où son utilisation sur les engins
spatiaux.
- Le système modulaire de panneaux photovoltaïques permet un montage adaptable à des
besoins énergétiques variés ; les systèmes peuvent être dimensionnés pour des
applications allant du MilliWatt au MégaWatt.
- La technologie photovoltaïque présente des qualités sur le plan écologiques car le
produit est non polluant, silencieux, et n’entraîne aucune perturbation du milieu.
- Ils ont une longue durée de vie.
- Les frais et les risques de transport des énergies fossiles sont éliminés [4].

 Inconvénients

La fabrication des modules photovoltaïques relève de la haute technologie, ce qui rend le


coût très élevé.
- le rendement réel d’un module photovoltaïque et actuellement de l’ordre de 15 à 23 % ;
- ils sont tributaires des conditions météorologiques.
- l’énergie issue du générateur photovoltaïque est continue et de faible voltage. Donc, elle
doit être transformée par l’intermédiaire d’un convertisseur statique.
- beaucoup d’appareils vendus sur le marché fonctionnent avec du 220 V alternatif [4].

14
Chapitre I Généralités sur la conversion d’énergie photovoltaïque

6. Conclusion

L’énergie solaire photovoltaïque provient de la transformation directe d’une partie du


rayonnement solaire en énergie électrique. Cette conversion d’énergie s’effectue par la cellule
photovoltaïque basée sur un phénomène physique appelé effet photovoltaïque. La tension
générée peut varier en fonction du matériau utilisé pour la fabrication de la cellule.
L’association de plusieurs cellules en série et/ou parallèle donnent lieu à un module
photovoltaïque qui a une caractéristique courant-tension non linéaire présentant un point de
puissance maximale.
Les performances d’un module photovoltaïque sont fortement influencées par les conditions
climatiques, particulièrement l’irradiation solaire et la température du module [5].

15
CHAPITRE -II-

Algorithmes de recherche du point à


puissance maximale
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

1. Introduction
Dans ce chapitre, quelques types de convertisseurs DC-DC, largement utilisés dans les
systèmes photovoltaïques pour l’adaptation de la source à la charge sont présentés, Ensuite on
présentera quelques algorithmes classiques de recherche du point à puissance maximale PPM
particulièrement comme la méthode « Perturb & Observ », « incrément de conductance » et
« Hill Climbing ». La chaîne de conversion photovoltaïque (panneau solaire, hacheur, MPPT,)
sera validée par une simulation.

2. Intérêt de recherche de point à puissance maximale

Le point de fonctionnement du GPV raccordé à une charge à courant continu (DC)


quelconque résulte de l’intersection de la caractéristique (I-V) du GPV et la caractéristique
(V-I) de la charge DC.

Figure (12): Connexion directe GPV-Charge par le biais d’une diode anti-retour [1].

Trois types de charges DC typiques existent : une charge purement résistive, une charge
capacitive de type source de tension et une charge inductive de type source de courant.
Sur la figure ( 13), nous avons représenté les caractéristiques (I-V) et (P-V) d’un GPV
ainsi que les caractéristiques (I-V) de ces trois types de charge. Tout d’abord, nous
pouvons identifier le point de fonctionnement où la puissance fournie par le générateur est
maximale Pmax pour un courant optimal Iopt et une tension optimale Vopt, point nommé PPM.
Ensuite, nous pouvons trouver le point d’intersection entre les caractéristiques (I-V) du
générateur et celles des trois types de charges :

1) point A pour une charge résistive,


2) point B pour une charge de type source de tension,
3) point C pour une charge en source de courant.

16
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Pour ces trois points, la puissance fournie par le générateur est respectivement PA ,PB et
PC, comme l’illustre la figure (13) correspondant à des valeurs de puissance inférieures à la
puissance maximale disponible Pmax.
. Comme les points A,B,C sont loin du point PPM pour un éclairement et température
donnés, une perte d’une partie de la puissance délivrable aux bornes du générateur PV
implique des pertes de production énergétiques importantes [1].

Figure (13): Points de fonctionnement d’un GPV en fonction de la charge en connexion


directe [1].

3. Adaptation de la charge au générateur PV

Le GPV présente des caractéristiques (I-V) non linéaires avec des PPM (points de
puissance maximale). Ces caractéristiques dépendent entre autre du niveau d’éclairement et
de la température de la cellule. De plus, selon les caractéristiques de la charge sur
laquelle le GPV débite, nous pouvons trouver un très fort écart entre la puissance potentielle
du générateur et celle réellement transférée à la charge en mode connexion directe. Afin
d’extraire à chaque instant le maximum de puissance disponible aux bornes du GPV et de la
transférer à la charge, la technique utilisée classiquement est d’utiliser un étage
d’adaptation entre le GPV et la charge comme décrit dans la figure (14). Cet étage joue le
rôle d’interface entre les deux éléments en assurant à travers une action de contrôle,
le transfert du maximum de puissance fournie par le générateur pour qu’elle soit la plus
proche possible de Pmax disponible [1].

17
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (14): Connexion d’un GPV à une charge a travers un étage d’adaptation [1].

4. Etage d’adaptation en utilisant un convertisseur DC-DC

Les hacheurs sont des convertisseurs statiques continu-continu permettant de générer une
tension continue variable à partir d’une tension continue fixe. Le hacheur se compose de
condensateurs, d’inductances et d’interrupteurs commandables. Tous ces dispositifs dans le
cas idéal ne consomment pas de puissance (pertes de commutation et de conduction nulles).
Le principe de fonctionnement des hacheurs est simple, on ferme le commutateur avec un
temps de fermeture égal d.Ts, et on l’ouvre durant un temps d’ouverture égal (1-d).Ts ,
ou:
• Ts est la période de hachage qui est égale à 1/fs
• d le rapport cyclique du commutateur. (Duty cycle) [1].

Figure (15): Partage des temps de fermeture et d’ouverture des hacheurs [1].

Plusieurs variantes de hacheurs sont traitées dans la littérature scientifique spécialisée dont on
cite :

18
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

5. Le hacheur survolteur (Boost) :

Le convertisseur Boost est connu par le nom d’élévateur de tension. Le schéma de la


figure (16), représente le circuit électrique du Boost. En premier temps (d.Ts), le composant
commandable (S) est fermé, le courant dans l’inductance croit progressivement, et au fur
et à mesure, elle emmagasine de l’énergie, jusqu'à la fin de la première période. Ensuite, le
transistor (S) s’ouvre et l’inductance (L) s’opposant à la diminution du courant (IL), génère
une tension qui s’ajoute à la tension de source, qui s’applique sur la charge (R) à travers la
diode (D) [5].

Figure : (16) Circuit électrique de base du hacheur survolteur [5].

Equation de la tension de sortie :


Vs = d.Vg (13)

6. Hacheur dévolteur (Buck)

Le hacheur dévolteur, sous sa forme de base est présenté par la figure (17). Les
composantes clés sont l'inductance (L), le commutateur (Transistor) (S), la diode (D,)
et le condensateur (C). D’abord l’inductance se charge à travers le commutateur (S) ,
ensuite se décharge à travers la diode dans la charge lorsque (S) est ouvert pour un cycle
de période de fonctionnement [5].

Figure(17) : Circuit électrique de base du hacheur dévolteur [5].

19
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Equation de la tension de sortie :


Vs = (14)

7. Le convertisseur Buck-Boost

La troisième topologie de base est donnée par la figure (18). Dans ce dispositif, la
tension peut être augmentée ou diminuée selon le mode de commutation. Cependant, La
tension de sortie est de signe opposé à la tension d'entrée. Tandis que, lorsque le hacheur
est sur la position (on) le courant dans l’inductance augmente, l'énergie est stockée ; et
quand le commutateur tourne sur la position (off), la tension à travers l'inductance est
renversée et l’énergie stockée se transfert vers la charge via la diode. Dans ce cas, l’équation
de la tension aux bornes de la charge décrivant le fonctionnement en conduction continue est
donné comme suit [5]:

= . (15)

Figure (18) : Circuit électrique de base du hacheur survolteur/dévolteur [5].

8. Fonctionnement d’un générateur PV à sa Puissance Maximale


 Principe
La chaîne de conversion d’énergie photovoltaïque est donnée le plus souvent par la
figure 19 ci-après. En plus du GPV et la charge, elle intègre un étage d’adaptation qu’est le
convertisseur statique (CS) et un étage de commande MPPT pour la génération du rapport
cyclique au composant commandable du (CS) pour l’extraction du maximum de puissance du
GPV vers la charge [1].

20
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (19): Chaîne typique de conversion d’énergie photovoltaïque [1].

La figure (20) illustre trois cas de perturbations (variations de l’éclairement et de


la température). Suivant le type de perturbation, le point de fonctionnement bascule du
point de puissance maximal PPM1 vers un nouveau point P1 de fonctionnement plus ou
moins éloigné de l’optimum. Pour une variation d’ensoleillement (cas a), il suffit de réajuster
la valeur du rapport cyclique pour converger vers le nouveau point de puissance
maximum PPM2. Pour une variation de charge (cas b), on peut également constater
une modification du point de fonctionnement qui peut retrouver une nouvelle position
optimale grâce à l’action d’une commande. Dans une moindre mesure, un dernier cas de
variation de point de fonctionnement peut se produire lié aux variations de température de
fonctionnement du GPV (cas c). Bien qu’il faille également agir au niveau de la commande,
cette dernière n’a pas les mêmes contraintes temporelles que les deux cas précédents.
En résumé, le suivi du PPM est réalisé au moyen d’une commande spécifique nommée
MPPT qui agit essentiellement sur le rapport cyclique du convertisseur statique (CS)
pour rechercher et atteindre le PPM du GPV [1].

21
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

(a) (b)

(c)

Figure (20): Recherche et recouvrement du Point de Puissance Maximale: a) Suite à une


variation d’ensoleillement, b) Suite à une variation de charge, c) Suite à une variation de
température [1].

9. Les commandes MPPT

Il existe de nombreuses méthodes et techniques de commande MPPT disponibles dans la


littérature dont on cite : Constant Voltage Method, Short-Current Pulse Method, Open
Voltage Method, Température Methods et leurs combinaisons mais les techniques les
plus couramment utilisées sont Hill Climbing method, Perturb and Observe (P&O) method
et l’incrément de conductance (IncCon) [1].

22
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

 Commande « Hill Climbing »

La technique de contrôle nommée Hill Climbing consiste à faire « monter » le


point de fonctionnement le long de la caractéristique du générateur présentant un maximum.
Pour cela, deux pentes (slopes) sont possibles. La recherche s'arrête théoriquement
quand le point de puissance maximal est atteint. Cette méthode est basée sur la relation
entre la puissance du panneau et la valeur du rapport cyclique appliqué au CS.
Mathématiquement, le PPM est atteint lorsque ∂PPV/∂VPV est forcé à zéro par la
commande, comme le montre la figure (21) [1].

Figure (21) : Algorithme type de la commande Hill Climbing [1].

23
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (22) : Relation entre PPV et VPV [1].


 Commande "Perturb and Observe (P&O)"
C’est l’algorithme de poursuite du PPM le plus populaire dans la littérature, son principe
peut être résumé comme suit :"si suite à une perturbation de tension, la puissance du
GPV augmente, la direction de perturbation est maintenue. Dans le cas contraire, elle est
inversée pour reprendre la convergence vers le nouveau PPM".
Cet algorithme est basé sur la perturbation du système par l’augmentation ou la diminution de
la tension VPV d’une faible amplitude autour de sa valeur initiale et d’analyser le
comportement de la variation de puissance PPV qui en résulte comme il est indiqué par
la Figure (23). On peut déduire que si une incrémentation positive de la tension VPV engendre
un accroissement de la puissance PPV, cela signifie que le point de fonctionnement se trouve à
gauche du PPM. Si au contraire, la puissance décroît, cela implique que le système a dépassé
le PPM. On peut donner une explication si la valeur de la puissance actuelle PPV(k) du
panneau est supérieure à la valeur précédente PPV(k-1) alors on garde la même direction
de perturbation précédente, sinon, on inverse la perturbation du cycle précédent [1].

Figure (23): Caractéristique PPV = f(VPV) d’un panneau solaire [1].

24
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (24) : Algorithme de la méthode P&O [1].

 La commande « Incrément de conductance (IncCon) »

En 1993, Hussein, Muta, Hoshino, et Osakada de l'Université de Saga, Japon, ont proposé
l’algorithme de commande nommé Incrément de conductance (IncCon) pour l’objectif

25
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

de résoudre le problème de la commande de type (P & O) en vertu de l'évolution


rapide des conditions atmosphériques.
L'idée de base est que la pente de la courbe P-V devient nulle au PPM, comme la montre
figure (25). Il est également possible de trouver une position relative du point de
fonctionnement au PPM en regardant les pentes. La pente est la dérivée de la puissance du
module PV à l'égard de sa tension [1].

Figure (25): Positionnement du point de fonctionnement suivant le signe de [1].

La conductance (G) du module photovoltaïque est définie par le rapport entre le courant et la
tension du GPV comme indiqué ci-dessous :

G= (16)

Et une variation élémentaire (incrément) de conductance peut être définie par :

dG = (17)

Les relations suivantes montrent la position de la pente sur la caractéristique P(V) et I(V) par
rapport au PPM :

- Si > 0 , le point de fonctionnement est à gauche du PPM.

- Si = 0, le point de fonctionnement est sur du PPM.

- Si < 0, le point de fonctionnement est sur la droite du PPM [1].

26
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (26): Algorithme d’une commande MPPT basé sur la méthode Incrément de
Conductance [1].

27
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

10. Résultats de simulation


Les deux algorithmes de commande MPPT : Perturb & Observe et Incrément de
Conductance sont testés dans l’environnement Matlab dans les conditions d’irradiation
constantes et variables. Le module solaire utilisé pour la simulation est le BP Solar SX 150 S
PV module ayant les caractéristiques résumées dans le tableau suivant :

Table1 : caractéristique du module BP Solar SX 150 S utilisé en simulation [1].

a. Fonctionnement sous conditions constantes


Dans ce test, la température et l’ensoleillement sont considérés constants. On prend les
valeurs des conditions standards: la température à 25°C et l’ensoleillement à 1000W/m2.
 Algorithme de l’Incrément de conductance :
Les paramètres du GPV comme le courant, la tension et la puissance sont donnés par les
figures (27) et (28) suivantes dans les conditions climatiques standards T=25°C,
G=1000W/m2

Figures 27 : Courant et tension du GPV pour T=25°C, G=1000W/m2

28
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure 28 : Puissance du GPV pour T=25°C, G=1000W/m2 (P&O).


Les figures (27 et 28) montrent a titre indicatif, le temps nécessaire pour l’algorithme de
commande pour atteindre le point a puissance maximale dans des conditions atmosphériques
standards (éclairement maximal G=1000W/m2 et température moyenne T=250 C) en partant
des conditions initiales nulles (G=0W/m2), on remarque que le point à puissance maximale
donné dans le datasheet du constructeur est atteint (PPV-max=150W, VPV-max=34.5V, IPV-
max=4.35A) avec une précision qui dépend du pas de recherche du PPM.

 Algorithme Perturb and Observe :

Figures 29 : Courant et tension du GPV pour T=25°C, G=1000W/m2 (INCCOND)

Les mêmes remarques pour la technique IncCond sont valables aussi pour la commande P&O.
En effet, les figures (29) et (30) illustrent le courant et la tension du GPV ainsi que sa
puissance sous conditions standards T=25°C, G=1000W/m2. Le temps de convergence de la
méthode et du même ordre de grandeur que celui de la méthode IncCond. Toutefois les
oscillations sont réduites pour le même pas de recherche du PPM.

29
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

155

150
Puissance (W)
145

140

135

130

125

120
0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000
Nombre d'itérations
Figure 30 : Puissance du GPV pour éclairement constant.

b. Fonctionnement sous Conditions Variables


Dans ce test la température est considérée constante égale à 25°C et l’ensoleillement varie
dans le temps (200W/m2, 400W/m2, 600W/m2, 800W/m2, 1000W/m2). Les résultats de
simulation sont représentés sur les figures (31), (32) et (33) suivantes:

 incrémentation de la conductance

Figure (31) : Variation du Courant du GPV pour des changements d'éclairement

Figure (32) : Variation de la tension du GPV pour des changements d'éclairement

30
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (33) : Variation de la puissance du GPV pour des changements d'éclairement.

 Perturb and observe

Figure (34) : Variation du courant du GPV pour des changements d'éclairement.

Figure (35) : Variation du courant du GPV pour des changements d'éclairement.

31
Chapitre II Algorithmes de recherche du point a puissance maximale

Figure (36) : Variation de la puissance du GPV pour des changements d'éclairement.

11. Conclusion
Dans ce chapitre on a présenté les commandes classiques MPPT pour la recherche du point de
puissance maximale d’un générateur photovoltaïque « Perturb & Observ » et « incrément de
conductance ».
Nous avons simulé ces algorithmes dans MATLAB sans variation de l’éclairement puis avec
une variation de l’éclairement pour arriver a des résultats très proches entre les deux
techniques et satisfaisant en termes de poursuite du point maximale de puissance

32
CHAPITRE -III-

Raccordement d’une chaine de


conversion photovoltaïque au
réseau électrique
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

1. Introduction

Dans ce chapitre, nous essayerons d'appliquer une technique de commande MPPT qu’est
celle de perturber et observer (P&O) sur une application réelle : la conversion de l'énergie
photovoltaïque issue du GPV en énergie électrique et son injection dans un réseau électrique
monophasé par l'intermédiaire d'un convertisseur monophasé DC-AC (onduleur de tension).

L'objectif principal de ce chapitre est donc l'étude d'un système de conversion


photovoltaïque débitant dans un réseau électrique. Pour parvenir, il faut prendre en compte les
propriétés du réseau électrique (fréquence et la valeur maximale de la tension), en plus de
ces conditions, il faut obtenir un courant et une tension parfaitement sinusoïdaux et en phase
pour maximiser le facteur de puissance (facteur de puissance unitaire)

2. Principe de l’installation photovoltaïque raccordée au réseau électrique.

Le schéma bloc d'une telle installation est représenté par la figure (37) et est constitué de deux
étages principaux :

- L'étage DC-DC : Cet étage d'adaptation (hacheur Boost) dispose d'une commande MPPT
qui lui permet de rechercher le PPM.

L'algorithme de recherche MPPT peut être plus ou moins complexe en fonction du


type D'implantation choisi et des performances recherchées. Cependant au final, tous
les algorithmes performants doivent jouer sur la variation du rapport cyclique du
convertisseur de puissance associé. La commande que nous choisissons (c'est juste un choix
non limité) pour fonctionner en PPM c'est l’algorithme perturbe et observe.

- L'étage DC-AC : c'est un onduleur monophasé en pont complet, et est un dispositif


permettant de transformer en alternatif une énergie électrique de type continue. En plus de la
transformation de l'énergie, cet étage permet aussi de contrôler le courant de sortie de
l'onduleur dans le but d'obtenir un courant en phase avec la tension du réseau
garantissant ainsi une bonne qualité d'énergie [1].

33
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

(a)

(b)

Figure (37): a) Schéma bloc général, b) contenu des schémas blocs [1].

3. Définition des éléments de l’installation utilisée.

La figure (37) représente les éléments de base d’un système photovoltaïque raccordé
au réseau électrique monophasé contenant :

1- Générateur photovoltaïque composé de plusieurs modules connectés en série-parallèle.

2- Convertisseur DC-DC (hacheur survolteur).

3- Convertisseur DC-AC (onduleur monophasé).

4- Réseau électrique monophasé avec son filtre Rg-Lg [1].

34
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

a. Convertisseur DC-AC

Un onduleur (variateur de fréquence) est un convertisseur statique assurant la


conversion continue - alternative. Il modifie de façon périodique les connections entre
l’entrée (la tension de la capacité) et la sortie (le réseau électrique) et permet d’obtenir à la
sortie une tension et un courant alternatifs de valeur moyenne nulle.

La conversion continue-alternative est assurée par les commutations des interrupteurs de


l’onduleur qui vont ainsi effectuer des connexions temporaires entre les bornes de la source
d’alimentation continue et les bornes de la charge alternative.

Le transfert d’énergie est contrôlé par le rapport entre intervalles d’ouverture et de


fermeture (rapport cyclique) de chaque interrupteur, donc par la modulation des impulsions de
contrôle de ces interrupteurs (MLI ou autre technique de modulation : Hystérésis, SVM ,
prédictive) [2].

Les objectifs principaux d’une modulation MLI sont les suivants :

- Permettre un contrôle fin de l’amplitude du fondamental de tensions de sortie


généralement sur la plus grande plage possible.

- Obtenir dans la charge électrique des courants dont la variation est proche de là
sinusoïdale par le contrôle de l’évolution des rapports cycliques et grâce à une
fréquence élevée de commutation des interrupteurs.

- Imposer à l’entrée de l’onduleur un courant continu avec des composantes


alternatives d’amplitudes réduites et de fréquence élevée.

La tension de sortie aux bornes de la charge peut prendre trois valeurs : +Vdc , 0 ,-Vdc. Cette
possibilité d’obtenir des intervalles de temps ou la tension de sortie est nulle permet mieux
d’approcher une tension de sortie sinusoïdale [2].

La figure (38) montre la topologie de base de l’onduleur monophasé commande par MLI.

35
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

Figure (38) : Onduleur monophasé en pont complet et ses formes d'ondes [1].

Remarque.

Notons que les deux interrupteurs sur un même bras ne peuvent pas fonctionner en même
temps (risque de court-circuit de la source) [1].

b. Modélisation de l’onduleur monophasé

L’application de la commande MLI à l’onduleur oblige la tension de sortie de l’onduleur a


prendre une valeur parmi ces possibilités ( +Vdc,0 ou -Vdc). Toutes les possibilités de
connexions (séquences de fonctionnement possibles) sont données par la figure (39).

Figure (39) : Les séquences de fonctionnement possible [1].

36
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

V = S .V = V V = S . V = −V
I = S .I = I Séquence a I = S .I = I séquence b

V = S .V = 0 V = S .V = 0
I = S .I = 0 Séquence c I = S .I = 0 séquence d

Le signal de commande Sij prend les trois valeurs 1, 0 et -1. La tension de la charge Vab peut
être donnée en fonction de celle du bus continu Vdc par :

V = S .V
I = S .I (18)

c. Commande du système de conversion.

Figure(40): Schéma global de commande du système photovoltaïque connecté au réseau


monophasé [1].

Le schéma de commande global du système photovoltaïque débitant dans un réseau


électrique est donné par la figure (40). L’étage DC-DC reste inchangé. Pour l’étage DC-AC,
∗ ∗
la tension du bus continu est régulée autour d’une référence (dans notre cas =
) par un régulateur Rv . La tension du réseau (vg(t)= Vgmax sin(ωt)) est extraite à

37
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

l'aide d'une boucle à verrouillage de phase PLL (Phase Locked Loop) pour générer la
pulsation (fréquence du réseau électrique) afin de la synchroniser avec le courant de celui-ci
(Ig) , en conséquence on aura un facteur de puissance unitaire coté réseau (courant en
phase avec la tension). A son tours, le courant du réseau mesuré sera asservi autour d’une
référence ( ∗ ) par un régulateur (Ri) avant de générer les signaux de commande des
interrupteurs du variateur de fréquence [3].

d. Boucle de régulation du courant

Pour la boucle de courant, nous avons utilisé un correcteur type PI du moment que le système
à corriger est simple (filtre R-L du premier ordre). Le régulateur PI est simple du
point de vue implantation, composé d'un terme proportionnel et d'un terme intégral. La
fonction de transfert d'un correcteur PI est de la forme :

( )= 1+ = . (19)

est le gain du correcteur, est la constante de temps d'intégration. La présence de


l'intégrateur assurera une précision statique meilleure. La boucle de régulation est donnée par
la figure (41) [1].

Figure(41): Boucle de régulation du courant de sortie [1].

La tension de la charge est donnée par la relation suivante :

= + . + . (20)

En utilisant la transformation de Laplace, le courant du réseau est donné par :

( )= ( )− ( ) (21)

Avec la tension de sortie de l’onduleur obtenue par (l’équation du modèle de l’onduleur):

38
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

= . (22)

Les signaux de commande des interrupteurs SC sont générés à la sortie du régulateur de


courant Ri par:


= − . (23)

Calcul des régulateurs

e. Régulateur

La fonction de transfert de la boucle fermée pour la tension est donnée par :

( ) .
.
( )= ∗ ( )
= (24)
.
.

Que l’on peut mettre sous la forme :

( ) ( ).
( )= ∗ ( )
= (25)
.

Par comparaison des relations (24) et (25) on déduit les gains KPV et KIV, par :

. .
= , = (26)

f. Régulateur Ri

De la même manière que pour le régulateur de tension, le régulateur de courant Ri de la


figure (41) se calcule comme suit :

( ) .
( )= ∗( )
= (27)
.

Les paramètres de KPi et KIi, sont donnés par :

. .
= , = (28)

39
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

4. Les résultats de simulations

Les simulations présentées dans ce qui suit sont faites dans l’environnement Matlab software.
Les valeurs des paramètres de simulation sont : (fréquence d’échantillonnage 20 KHz).

 Profil de variation de l‘ensoleillement G: [1000 W/m2 – 600 W/m2 – 800 W/m2]


 Le réseau électrique : fg=50Hz, Vmax=110V, Rg=0.5Ω, Lg=5mH.
 Le générateur photovoltaïque GPV : MSX60 dont les paramètres sont :

% Les paramètres du module solaire de type MSX60 *******

Rsm=0.45 ; %the series resistance of a the solar array.


Iopm=3.5 ; %is the optimal current of the module
Vopm=17.1 ; %is the optimal voltage of the module
q=1.6e-19 ; %is the electron charge.
Kb=1.38e-23 ; %is Boltzman's constant.
A=1.72 ; %is the p-n junction's ideality factor.
Noct=25 ; %is the nominal temperature of the cell
Iscm=3.81 ; %The PV array’s short-circuit current
Alpha=0.00065; %ceofficient of the current variation in short circuit.
beta=0.004 ;% ceofficient of the voltage variation in short circuit.
Vcom=21.1 ; % open-circuit voltage
Ns=25 ; % number of series modules.
Np=1 ; %the number of parallel modules.

%Caractéristique du générateur solaire ********************


Vop=Ns*Vopm;
Vco=Ns*Vcom;
Isc=Np*Iscm;
Iop=Np*Iopm;
Rs=(Ns/Np)*Rsm;

 Condensateur du bus continu : C=500μF.


 régulateur PI pour la tension (Vdc)
kpv = 4*xiv^2*c/tauv;%
kiv = 4*xiv*cdc/tauv^2;%
xiv = sqrt(2)/2;
tauv = 1e-4;
 régulateu PI du courant du réseau (Ig)
kpi = 4*xii^2*lg/taui;
kii = 4*xii*lg/taui^2

40
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

Courant du réseau Ig
et sa référence (A) G=1000W/m2 G=500W/m2 G=800W/m2
50 Ig
0 Ig*
-50
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12
Temps (s)
et tension (V)
Courant (A)

100
du réseau

Vg
0 3*Ig

-100
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12
Temps (s)

500
de l'onduleur (V)
Tenson de sortie

Vab

-500
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04 0.045 0.05
Temps (s)

600
et tension (V)
Courant (A)

du GPV

400 Vpv
G=1000 W/m2 G=600 W/m2 G=800 W/m2 20*Ipv
200

0
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12
Temps (s)

1500
du GPV (W)
Puissance

1000

500
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12
Temps (s)

400
bus continu
Tension du

Vdc (V)

200

0
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12
Temps (s)

Figure (42) : Evolution dans le temps des paramètres essentiaux de la chaine photovoltaïque

41
Chapitre III Raccordement d’une chaine de conversion photovoltaïque au
réseau électrique

Interprétation des courbes

Pour valider les connaissances théoriques avancées précédemment, un test de simulation est
donné. Le profil de variation de l’éclairement est un changement brusque de la valeur
1000W/m2-600W/m2-800W/m2. Un tel profil montre la dynamique de recherche du PPM et la
performance de commande utilisée pour l’injection de la puissance extraite du GPV dans le
réseau électrique. Les figures (42) montrent d’abord que le courant du réseau suit
parfaitement sa référence issue de la partie commande d’une part, et d’autre part, il suit les
variations des conditions climatiques de l’éclairement, ce qui montre le bon design du
régulateur de courant. Aussi, le facteur de puissance unitaire coté réseau est atteint en
remarquant que le courant injecté dans le réseau est parfaitement en phase avec sa tension.
Quant à la tension Vab de la sortie de l’onduleur, elle est affecté par la commutation des
interrupteurs en variant de +Vdc, 0, -Vdc en parfaite concordance avec la théorie.

Les autres paramètres comme le courant du GPV, tension du GPV, puissance du GPV et la
tension du bus continu sont illustrés confirmant la théorie avancée aux chapitres précédant et
montrant le bon design des régulateurs utilisés.

5. Conclusion

Dans ce chapitre une application des systèmes de conversion photovoltaïque et son


raccordement au réseau électrique, La chaine de conversion comporte deux étages : le premier
déjà cité et analysé dans le chapitre précédent qu’est l’étage DC-DC fonctionnant en
MPPT basée sur l’algorithme Perturbe and observe l’autre étage est l’étage DC -AC
comportant un variateur de fréquence monophasé.

Nous avons appliqué cette commande pour obtenir une conversion de puissance vers le réseau
électrique avec un facteur de puissance unitaire (courant en phase avec la tension) pour avoir
une bonne qualité d’énergie.

42
Conclusion
générale
Conclusion générale

Le travail qu’on a présenté traite la conversion d’énergie photovoltaïque et son


injection dans le réseau électrique. La chaine étudiée comporte un GPV, un hacheur
adaptateur d’impédance fonctionnant en mode MPPT pour l’extraction du maximum de
puissance du GPV. Ensuite un étage DC-AC est intercalé entre le réseau et le hacheur. Les
signaut de commande des interrupteurs proviennent d’un système incluant deux régulateurs PI
classique, L’un pour la régulation de la tension du bus continu et l’autre pour la régulation du
courant injecté dans le réseau.

Les résultats de simulation montrent de bonnes performances en termes de poursuite et


de régulation avec un facteur de puissance unitaire coté réseau

43
Références
Références Bibliographiques

[1] Said Chikha «Optimisation de la puissance dans les systèmes photovoltaïques. » Mémoire
de magister, université Larbi Ben M’hidi Oum El Bouaghi, 14/12/2011

[2] Djeriou Salim «Simulation d’un système photovoltaïque alimentant une machine
asynchrone. » Magister en électrotechnique, université Ferhat Abbas de Sétif, 03/07/ 2011

[3] Boukhers Djamil «optimisation d’un système d’énergie photovoltaïque application au


pompage. » Magister en électrotechnique université Mentouri de Constantine 28/ 11/ 2007

[4] Bendjellouli Zakaria « contribution a la modélisation d’une cellule solaire. » Magistère


En : Micro-électronique-photovoltaïque, université de Bechar, 28 / 06 / 2009

[5] Ayache Khedidja «Modélisation et Simulation d’un Générateur Photovoltaïque Couplé à


un Réseau Électrique. » Mémoire de Magister, Université Mohamed Chérif Messaâdia de
Souk-Ahras, 30/09/2014

44
Abstract

The present work investigates how to transfer efficiently the solar energy to the load side
using methods (Perturb & Observe and Conductance Increment) where a compromise
speed–accuracy should be made to track the Maximum Power Point MPP. Simulation of
different MPPT techniques has been carried out showing performance of each method.

As a practical example, a PV conversion chain composed of PV array, Buck-Boost power


converter used as maximum power point tracking (MPPT) and a single phase DC-AC power
conditioning stage for PV-grid connected system is used. The model of the proposed system is
simulated by MATLAB / Simulink.

Résumé

Le présent travail examine comment transférer efficacement l'énergie solaire vers la charge en
utilisant des méthodes (Perturber & Observer et Incrémentation de Cnductance) où un
compromis vitesse - précision doit être fait pour la recherche du point à puissance maximale
MPP. Une étude exhaustive des techniques MPPT a été réalisée montrant la mise en œuvre et
les performances de chaque méthode.

Comme un exemple pratique, la chaine de conversion PV composée par un générateur PV, un


convertisseur statique DC-DC « Buck-Boost » utilisant la commande MPPT connectée au
réseau électrique monophrasé. Le modèle proposé est simulée par MATLAB / Simulink.

45

Vous aimerez peut-être aussi