Vous êtes sur la page 1sur 30

1

THEME 4 : SANITAIRE
2
3

Contenu
THEME 4 : SANITAIRE .............................................................................................................................................................. 1
INTERVENTIONS COURANTES : ATTRAPEZ, PIQUEZ ............................................................................................................ 5
Pour bien manipuler vos animaux................................................................................................................................... 5
La trousse médicale ......................................................................................................................................................... 5
Les injections courantes .................................................................................................................................................. 6
Les injections d’urgence .................................................................................................................................................. 6
PLAIES, BLESSSURES SUPERFICIELLES, FRACTURES… REPAREZ ........................................................................................... 7
Ayez le matériel sous la main .......................................................................................................................................... 7
Réduire une facture......................................................................................................................................................... 7
Plaies et blessures : les précautions ................................................................................................................................ 8
EXAMENS : SACHEZ PALPER ET OBSERVER ......................................................................................................................... 9
Ne rien oublier ! .............................................................................................................................................................. 9
Palpez pour juger l’état corporel................................................................................................................................... 10
Un examen complet ...................................................................................................................................................... 11
Examinez l’œil ............................................................................................................................................................ 12
Examinez la bouche et la face.................................................................................................................................. 12
MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR ............................................................................................................................... 13
Les règles alimentaires .................................................................................................................................................. 13
Prévenir les maladies selon l’état physiologique .......................................................................................................... 13
Les bâtiments : un lieu sain pour un troupeau sain ...................................................................................................... 14
Le bon diagnostic pour la bonne intervention .............................................................................................................. 14
LA DEMARCHE EST DIFFICILE............................................................................................................................................. 15
Les maladies qui font vaciller ........................................................................................................................................ 15
LES AGNEAUX MEURENT ................................................................................................................................................... 17
Ils sont morts nés .......................................................................................................................................................... 17
Prévenez dans les 15 jours qui suivent leur naissance. ................................................................................................ 18
Mort subite des plus beaux agneaux ............................................................................................................................ 18
VOS ANIMAUX SE GRATTENT ............................................................................................................................................ 19
La laine tombe ? ............................................................................................................................................................ 19
Prostrées ? ..................................................................................................................................................................... 19
L’animal est anémié ? .................................................................................................................................................... 20
Vos moutons sont tout ébouriffés ?.............................................................................................................................. 20
Vos brebis se grattent le cou ? ...................................................................................................................................... 20
Et pour éviter qu’ils se grattent..................................................................................................................................... 20
LES ANIMAUX MOUCHENT, TOUSSENT, S’ESSOUFFLENT ................................................................................................. 21
Ça éternue ..................................................................................................................................................................... 21
4

Ça mouche seulement… ................................................................................................................................................ 21


Plusieurs animaux toussent et soufflent ? .................................................................................................................... 21
C’est arrivé brutalement avec de la fièvre ? ................................................................................................................. 22
L’ANIMAL A DE LA FIEVRE ................................................................................................................................................. 23
Elle a 39° C ..................................................................................................................................................................... 23
Elle a plus de 40° C ........................................................................................................................................................ 23
Elle a moins de 38° C ..................................................................................................................................................... 23
MAUVAISE MINE ! ............................................................................................................................................................. 25
Une diarrhée brunâtre .................................................................................................................................................. 25
Les parasites internes .................................................................................................................................................... 26
LA COPROLOGIE EN ELEVAGE OVIN .................................................................................................................................. 27
C’est quoi et pourquoi faire ?........................................................................................................................................ 27
Comment procéder au prélèvement ? .......................................................................................................................... 27
Que regarder au moment du prélèvement ? ................................................................................................................ 28
Comment analyser les résultats obtenus ? ................................................................................................................... 28
LE COLOSTRUM EN ELEVAGE OVIN ................................................................................................................................... 29
Le colostrum, c’est quoi ?.................................................................................................................................................. 29
Evolution de la qualité du colostrum ............................................................................................................................ 29
Assurer un bon transfert d’immunité ........................................................................................................................... 29
LE COLOSTRUM EN ELEVAGE OVIN ................................................................................................................................... 30
Comment mesurer la qualité d’un colostrum ? ............................................................................................................ 30
Comment savoir si un agneau a bu une quantité suffisante ? ...................................................................................... 30
5

SANITAIRE
Fiche 1
INTERVENTIONS COURANTES : ATTRAPEZ, PIQUEZ

Pour bien manipuler vos animaux


Pour de meilleures conditions de travail il est conseillé de s’équiper de cornadis, couloirs de contention, cages de
retournement… si vous n’êtes pas équipé et dans des situations spécifiques, quelques conseils :

CAPTURER ASSEOIR MAINTENIR


L’outil : la canne de berger. Le but : brebis assise avec Immobiliser sans souffrance avec
une patte passée entre une cordelette de 1,5 m environ.
vos jambes et une autre
à l’extérieur : vous avez
ainsi les mains libres
pour opérer : tonte
Au jarret : imprimer une légère torsion
au crochet, manche tiré vers le haut.

Pas toujours si simple : un animal ne se


laisse pas asseoir facilement : par pitié
pour vos reins, n’essayez pas de soulever
un animal lourd. Utilisez la méthode
Empoignez : ensuite au jarret en « pivoté » : La main droite au grasset,
appuyant avec votre pouce sur le tendon vous rapprochez l’animal Vous partez du jarret, passez la corde
de manière à limiter les efforts de de vous (1) puis avec votre
autour du cou et rejoignez l’autre
l’animal qui essaie de se dégager. main gauche, vous l’obligez
à tourner le cou vers vous
jarret que vous attachez
(2). La jambe droite, qui suffisamment court pour que l’animal
servait d’appui à l’animal ne puisse pas se remettre sur pieds
se dérobe : déséquilibré, mais puisse garder la tête haute.
celui-ci tombe plus ou  Le fauteuil pour parer les
moins sur le ventre (3) et il onglons : la brouette.
A ne pas faire ! ne vous reste plus qu’à
l’asseoir.
• Attraper par la peau du dos : risque
d’hématomes…
• Attraper par le pied : l’animal se
débat…
• Attraper par la patte avant :
 Le transat pour parer les
décollement de l’épaule… onglons : une échelle où il
manque un barreau.

La trousse médicale
Le matériel : Les produits :
Une armoire à pharmacie contenant : ● Désinfectants pour le matériel, un antiseptique “mouillant” :
● Thermomètre après avoir rincé aiguilles, seringues et instruments
● Seringues de 2.5 ml, 10 ml, 20 ml, 60 ml métalliques, trempez-les 1/2h dans le produit (type
● Aiguilles à usage unique 20/13, 20/20, 30/15 pour les brebis et Ammonium quaternaire à utiliser aussi pour les bottes) puis
10/10, 15/15, 20/13 pour les agneaux (le 1er chiffre indique la rangez-les bien !
longueur en mm, le 2ème chiffre le diamètre en 1/10e de mm) ● Désinfectants pour les animaux : teinture d’iode.
● Seringue automatique pour chantiers de vaccination ● Nutritionnel de base : propylène glycol
● Lames de bistouri n° 22 et 24 ● Médicaments vétérinaires : à établir avec votre vétérinaire
● Rasoir jetable
● Bandes plâtrées de 10 cm de large
● Rouleau adhésif fort et cordelette de 2 m
● Sonde à colostrum
6

SANITAIRE
Fiche 1 INTERVENTIONS COURANTES : ATTRAPEZ, PIQUEZ

Les injections courantes

L’injection en sous-cutanée (SC) L’intramusculaire (IM) L’intradermique (ID)

● Indolore et sans risques si l’opération Douloureuse et provoquant souvent des ● Choisissez une zone glabre (face interne
est faite proprement : abcès dans la viande (à éviter chez de la cuisse, dessous de la queue).
Pratiquez en arrière du coude (mais l’agneau) : ● Pincez un pli de la peau.
pas sous l’épaule) ou en arrière de la ● Ne pas injecter plus de 5 ml par point ● Piquez tangentiellement ce dernier pour
tête (chez les races peu lainées). d’injection. injecter le produit dans la peau (le
● Tirez sur la peau pour former une ● Piquez dans l’encolure, à mi-chemin de derme).
pyramide de peau et piquez au centre la tête et de l’épaule, assez sur l’encolure ● Injectez une quantité de produit
de la face antérieure. et de haut en bas ou, uniquement chez la suffisante pour provoquer la formation
brebis, dans le gigot. d’une petite papule (= 1/10 ml).

Utilisez une seringue à insuline ou le


dermojet.

Jamais de piqûre dans le gigot pour les agneaux risque d’hématomes et de saisie à l’abattoir.

Toutes les injections courantes se font avec des aiguilles classiques : 15/15 pour les brebis et 10/10 pour les agneaux.

Les injections d’urgence


Lorsque la brebis est par terre sous l’effet d’un choc (manque de calcium, de magnésium ou de glucose) ou d’une
toxiinfection grave, il faut agir vite…
Deux précautions : • faites tiédir les flacons
• lavez et désinfectez le flanc de l’animal.

L’intra-péritonéale L’intraveineuse (IV)

Elle est efficace, plus facile et moins choquante que l’intra C’est la plus efficace mais
veineuse, et remplace cette dernière pour des volumes > délicate à réaliser
importants : > avec une action de courte durée puisque le produit
• Utilisez une aiguille à usage unique 30/15, 30/12 ou 40/12 commence à être éliminé dès la fin de l’injection : il faut
pour les brebis, et 20/8 ou 20/12 pour les agneaux. fractionner les doses (1/3 en IV + 2/3 par une autre voie) :
• Repérez l’emplacement : la corde ou le flanc, le rebord des • Utilisez une aiguille classique 15/15 ou 10/10.
lombes et la dernière côte délimitent un triangle : c’est là. • Comprimez la veine jugulaire et repérez son trajet (elle gonfle
• Plantez vivement l’aiguille : à partir du flanc droit, visez la instantanément).
mamelle gauche. Enfoncez l’aiguille à fond. Elle doit rester Dirigez la seringue armée de son aiguille presque
perpendiculaire au flanc. parallèlement à la peau et piquez
• Injectez doucement le produit tiédi. • Aspirez légèrement : si le sang monte dans la seringue, la
veine est bien là.
Nb : le péritoine délimite la cavité ventrale. Bien irriguée, celle-ci absorbera • Injectez / aspirez plusieurs fois en prenant son temps puis
très vite le produit injecté retirez l’aiguille en frictionnant pour éviter l’hématome.
7

SANITAIRE
Fiche 2
PLAIES, BLESSSURES SUPERFICIELLES, FRACTURES… REPAREZ

Ayez le matériel sous la main

PLAIES ET BLESSURES FRACTURES


Ayez sous la main de quoi
• Laver : un savon, une cuvette d’eau, un torchon, • Maintenir : deux attelles légères, taillées dans un cageot,
• Raser : un rasoir, une lame de bistouri, arrondies aux extrémités, d’une longueur permettant d’aller
• Désinfecter, du sabot à 10 cm au-dessus de l’articulation.
• Si nécessaire, Recoudre. • Protéger : du coton,
• Cicatriser : bombe "aluminium" ou "violette" (violet de • Plâtrer : une bande plâtrée de 10 cm, de l’eau tiède.
gentiane = antiseptique),

Attention aux mouches.

Réduire une facture

Brutalement, l’animal a une patte qui n’appuie plus du tout, craque, fauche… c’est une fracture.

Où ?

 A l’épaule :  Fracture haute :


Délicat : tentez l’immobilisation Abattre d’urgence
à l’aide d’un emplâtre de poix.

• Fracture basse :
on répare.

Attention :
• Plaie ouverte
Appelez votre vétérinaire
• Plaie infectée
8

SANITAIRE
Fiche 2
PLAIES, BLESSSURES SUPERFICIELLES, FRACTURES… REPAREZ

Réparez ?

Tendez la patte et posez les deux attelles en prenant soin de protéger au préalable la patte par du coton aux extrémités.
Coupez en deux la bande plâtrée, puis trempez-la quelques secondes dans l’eau tiède. Maintenez les attelles par trois
anneaux de plâtre de 5 cm de large : c’est moins lourd et ça aère.

Plaies et blessures : les précautions

• Seule une plaie fraîche et non infectée peut être recousue : rasez autour de la plaie, nettoyez, désinfectez, et
appelez votre vétérinaire.
• La plaie souillée (au-delà d’une dizaine d’heures) ne peut être recousue : rasez, désinfectez, puis appliquez un
cicatrisant. Surveillez l’état de santé de votre animal.
• La plaie en lambeaux : coupez pour obtenir des bords nets, nettoyez, désinfectez. Surveillez l’état de santé de votre
animal.
9

SANITAIRE
Fiche 3
EXAMENS : SACHEZ PALPER ET OBSERVER

L’observation des animaux est importante pour repérer tout problème au plus tôt et agir dans les meilleures conditions.

Ne rien oublier !

7. Tête 6. Flanc, respiration


Port de tête : mouvement de haut en bas, tête sur le Observer de face et de profil (chaque côté):
côté, en arrière ?  Mouvements respiratoires : amplitude
(inspiration/expiration), fréquence (15 mouv/min) et
Port des oreilles : droites, horizontales, tombantes
concordance.
Aspect général : signe de bouteille ?  Nasaux : mouvements, propreté, écoulements,
Yeux : couleur, enfoncement du globe oculaire ? déformation. Vérifier si l’agneau a tété
Narines & bouche : écoulements, déformations,
boutons, plaies, croûtes, odeur, problème dentaire, dents,
gencive, langue ?
2. Température
Normale : 38,5°C
Agneau : 39 °C

Attention si – de 36 °C ou + de
40 °C !

3. Crottes
Absence de diarrhée

4. Examen externe vagin


 Couleur
 Forme
 Ecoulements
Surveiller si la brebis touchée
est gestante !
1. Etat général 5. « En dessous » Si oui, observer les écoulements
(Note d’Etat Corporel) Mamelle (couleur, odeur, texture…)
Objectif : 3 à la mise-bas, voir  Avortement ?
Propreté, volume, couleur, symétrie des quartiers,
page suivante. Si la brebis a déjà mis
insertion et forme des mamelles, lésions (boutons,
A faire 1 mois avant la lutte et 2 bas, métrite ?
croutes, plaies, induration, kystes, abcès…), signe
mois avant la mise bas
d’inflammation (chaleur/froideur, gonflement, Urine
rougeur, douleur) L’animal urine-t-il ?
Lait A quelle fréquence ?
Couleur, présence de grumeaux, de pus, de sang, les Cela parait-il douloureux ?
cellules à l’aide de test CMT Quelle est la couleur de l’urine ?
Si rose ou café, intoxication,
Testicules piroplasmose ou
Taille, aspect, lésions externes, cicatrices leptospirose.
Fourreau, verge
Aspect général du fourreau, examen de la verge

Nombril
Palpation, observation de la taille, de la forme, de la
présence d’éléments anormaux pour détecter nodules,
hernies…
10

SANITAIRE
Fiche 3 EXAMENS : SACHEZ PALPER ET OBSERVER

Palpez pour juger l’état corporel


• L’état corporel est important à connaître, en particulier à certains moments critiques (fin de gestation, lutte,
période hivernale) pour vous permettre de prévenir et intervenir au plus tôt.

Vous avez quelques brebis Vous avez beaucoup de brebis maigres : Vos agnelles sont en très mauvais état :
maigres : c’est sans gravité c’est très préoccupant ! C’est très grave !

• Elles sont vieilles, souffleuses ? • Est-ce une sous-alimentation ? • Le mode d’élevage est-il adapté ?
Réformer-les ! un problème de parasitisme ? • Problème d’alimentation ou de
 Réagissez vite, cherchez la cause. parasitisme ?
• Faut-il corriger l’alimentation ? • Sont-elles conduites séparées des
• Faut-il augmenter la durée de pâturage? adultes ?
• Qualité, quantité de fourrage, de
concentrés ?
• Place à l’auge, problème de libre-service ?
• Effectif trop important ?
• Traitement antiparasitaire ?

• Pour juger l’état corporel: palpez aux lombes

Vous examinez : Les extrémités des


La noix : creuse, rectiligne, rebondie ? vertèbres : saillantes et
pointues, arrondies ou
presque imperceptibles ?

Echelle de notation de l’état d’entretien des brebis Classement rapide


Note 5 : noix très convexe, avec dépression en région médiane et très Trop grasse : Elle est suiffarde
importante couverture graisseuse ; apophyses épineuses et
transverses non détectables.
Note 4: noix convexe avec une couverture graisseuse épaisse ;
apophyses épineuses uniquement détectables par pression
et extrémités des apophyses transverses non détectables.

Votre brebis peut selon les saisons alterner ces 3 stades


Note 3 : noix légèrement convexe avec une couverture graisseuse … mais sans tomber dans les extrêmes
d’épaisseur moyenne, apophyses épineuses non
proéminentes détectées par pression, apophyses
transverses arrondies et bien recouvertes.
Note 2 : noix modérément développée avec petite couverture
graisseuse, apophyses transverses arrondies.
Note 1 : noix mince et concave, sans graisse de couverture, Maigre : attention !
apophyses pointues.
Note 0 : animal cachectique sans réserve graisseuse ni tissu Trop maigre > mort
musculaire palpable.

La reprise d’un point d’état corporel correspond à 9-10 Kg de poids vif (variable selon la race).
11

SANITAIRE
Fiche 3
EXAMENS : SACHEZ PALPER ET OBSERVER

Un examen complet

Articulations et pieds
Sur les agneaux : détection d’œdème ou de boiterie.
Sur les adultes : en cas de boiterie ou si l’animal est couché.
 Examen de l’animal sur ses 4 pattes puis chaque patte individuellement.

Examen du pied
L’examen du pied se fait selon un protocole précis :
- Tout d’abord, il faut asseoir l’animal.
- On regarde ensuite la symétrie de la corne, la corne ne doit pas être déformée.
- Si la corne est trop longue ou n’a pas poussé de façon normale, il faut parer le pied.
- Observer l’état de la corne. Elle doit être uniforme et lisse, dure, non décollée, sans lésion ou pourriture et sans
odeur.
- On écarte enfin les onglons pour observer la peau, elle doit être normale, sèche et rosée.

Articulations
 Palper chaque articulation pour voir si elle est enflée, chaude, rouge ou douloureuse.
 Mobiliser chaque articulation pour les pattes avant et arrière :
- le pied,
- le genou/jarret,
- et enfin l’épaule/le jarret

 Si le problème ne vient pas des pieds ou des articulations, pensez à un problème de muscles !

Peau et laine : sachez palper et observer


Examen à faire quand on voit une anomalie et un grattage intensif sur plusieurs animaux !
Examiner l’animal debout, puis assis pour voir de plus près.
La laine
Y-a-t-il des zones sans laine ?
La laine est-elle répartie de façon homogène ? La longueur est-elle la même ?
Si on observe une zone dépilée, que regarder ?
- Où se situent la ou les zones atteintes ? - Quelle est la forme de la zone dépilée ?
- L’animal se gratte-t-il sur cette zone ? - Y-a-t-il une anomalie de peau au niveau de cette zone ?
- Les animaux se mangent ils la laine entre eux ?

Qualité de la toison
Effectuer une traction légère de la toison : si une petite quantité de laine reste en main  mauvais signe ! On vérifie
ensuite la couleur, l’indépendance des brins de laine et la qualité de la laine.

La peau
Observer sur le dos de l’animal, la tête, la bouche, le bas du ventre et la mamelle et les zones de grattage.
Couleur et aspect !
S’il y a une anomalie, regarder si elle est présente sur une partie du corps ou sur tout le corps. Faire la différence entre
boutons (petite vésicule saillante, parfois remplie de pus, rose ou rouge, s’effaçant à la traction de la peau) et croûtes
(coagulation d’un exsudat séreux, hémorragique ou purulent) car le traitement n’est pas le même !
12

SANITAIRE
Fiche 3
EXAMENS : SACHEZ PALPER ET OBSERVER

Examinez l’œil

Comment ? En fonction de la couleur


D’un mouvement opposé des deux pouces, faites ressortir la  Rose : tout va bien de ce côté-là
troisième paupière :  Violette : elle est cyanosée. Fièvre ou toxi-infection
 Pâle ou blanche : elle est anémiée et montre peut être
la "bouteille", pensez aux parasites (strongles de la caillette,
grande douve, piroplasme ?)
 Jaunâtre : overdose de cuivre ou forme lente
d’entérotoxémie.

Ne confondez pas
1 : appuyez sur la paupière 2 : appuyez sur la paupière Œil blanc = Kératite (maladie souvent contagieuse : paupière
supérieure, vers l’avant inférieure, vers l’arrière enflée et douloureuse, larmes et voile blanc à la surface de l’œil).
Infection à soigner immédiatement avec une pommade
antibiotique.

Examinez la bouche et la face

Comment ? Connaître l’âge : C’est la bouteille


Ecartez les lèvres avec les doigts d’une Il est possible de connaître l’âge précis d’une brebis C’est une poche centrée sous la
seule main pendant ses 4 premières années en observant le mâchoire qui est surtout visible
remplacement progressif des dents de lait. après une journée de pâturage
(œdème toujours lié à l’anémie
et dû au parasitisme).

16 à 18 2 ans 3 ans 4 ans


mois Apparition Apparition Apparition
Apparition des des des coins
Ne pas confondre avec une
des pinces premières secondes adultes
poche sur le côté de la mâchoire
adultes mitoyennes mitoyennes qui indique que la glande
adultes adultes salivaire est obstruée : massez
sous la langue d’arrière en avant.
C’est sans gravité.
La chiqueuse La gueule de bois Les abcès caséeux
L’animal mâchouille d’un côté, Déformation de l’os de la C’est un problème des races à peau fine.
recrache, maigrit : dents cariées ou mâchoire. Que faire ?
déchaussées. 1. La laisser mûrir. Lorsque la poche devient fluctuante,
l’abcès est sur le point de percer : sortez la brebis du
A réformer A réformer troupeau.
2. Incisez en croix largement pour ne pas qu’il se reforme.
3. Désinfectez abondamment à la teinture d’iode et éliminez
toute trace de pus (il est contagieux).
4. Désinfectez le bâtiment et les cornadis.
5. Evitez tout objet pouvant provoquer des micros blessures.
6. Préventivement, (ammonium quaternaire) pulvérisation
tous les 40 jours pendant la période à risque, de deux mois
à la lutte.
13

SANITAIRE
Fiche 4
MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR

En général, ça coûte moins cher de respecter quelques règles sanitaires et hygiéniques, que de traiter plus ou moins en
catastrophe lorsque le mal est fait : les traitements curatifs sont onéreux.

Les règles alimentaires

En prévention à toutes les maladies métaboliques liées à l’alimentation,


quelques règles simples sont à respecter :

1 Ne distribuez pas de fourrages mal conservés, moisis… Evitez les pâturages froids ou gelés, sinon distribuez un bon foin
avant.

2 Veillez à ménager des périodes de transition en cas de changement d’alimentation (2 à 3 semaines).

3 N’acceptez aucun déséquilibre de la ration (azote, énergie…).

4 Distribuez un CMV adapté à chaque stade physiologique et à chaque type de ration.

5 Fractionnez la distribution de concentrés si les quantités sont importantes (à partir de 400g).

Les transitions doivent se faire sur deux semaines minimum, doucement (sinon, la flore bactérienne de la panse n’a pas le temps
de s’adapter et vous risquez des problèmes d’entérotoxémie).

Lors de la mise à l’herbe, quelques recommandations : Passage à l’ensilage


• Pour éviter tout risque de météorisation, distribuez un bon fourrage grossier (voire un peu • Introduire l’ensilage
de concentrés) avant de sortir pendant la période de transition. progressivement dans la
• En prévention des troubles nutritionnels (carences et excès) : ration.
Au printemps : • Supplémentez en vitamines
• Risques de carence en magnésium : apportez un CMV enrichi en magnésium pendant la AD3E* et du groupe B.
période de forte pousse d’herbe et de froid, • Saupoudrez l’ensilage de
• Risques de troubles digestifs dus à de fortes variations de la valeur alimentaire de l’herbe. bicarbonate de sodium pour
En période de sécheresse : éviter l’acidose (10 à 20 g /
• Risques de carence en vitamine A : apportez de la vitamine A en juillet et en août. brebis/j).
Légumineuses : • Faites une cure
• Risques de météorisation : apportez un additif météorifuge type huile de paraffine d’hépatoprotecteur pour des
(mélangé aux céréales, pendant toute la période de pâturage). utilisations prolongées
d’ensilage.
* AD3E en période hivernale = fourrages conservés.

Prévenir les maladies selon l’état physiologique


Les interventions nutritionnelles Vaccinations systématiques ou raisonnées ? Les interventions
hygiéniques
La connaissance de l’état corporel et de Le plan de prévention des maladies s’établit en fonction Il faut éviter toute
l’état physiologique des brebis permet de l’état physiologique des animaux. Les vaccinations intervention pendant la
de définir des stratégies et des périodes anti-abortives sont à faire avant la mise en lutte, celles lutte. De même, évitez la
d’interventions nutritionnelles (flushing contre les maladies de l’agneau avant la mise bas. De taille des onglons dans les
avant la lutte, remise en forme après la plus, les vaccinations sont à prévoir en fonction de la 2 mois qui précèdent la
lactation…). pathologie dominante de l’élevage (Chlamydiose, Fièvre mise-bas (risques
Pour bien les adapter, faites des lots. Q, Border, Salmonellose, Rouget, Colibacillose, Ecthyma, d’avortements).
Pasteurellose, FCO…).
14

SANITAIRE
Fiche 4
MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR

Les bâtiments : un lieu sain pour un troupeau sain

Désinfecter, Désinsectiser, Dératiser : Le programme 3 D pour les bâtiments


• Le programme 3 D doit être fait correctement, au moins une fois par an en action préventive, avec les bons produits et les
bonnes doses. Il est fortement conseillé de le faire avant la ou les périodes de mises bas.
• Pour une bonne ambiance : Les conditions de vie des animaux jouent un rôle important dans la prévention sanitaire.
Pour une bonne ambiance, prévoyez :
1,5 à 2 m2 de surface utile/brebis (selon race)  un paillage journalier et suffisant
 la température optimale : 16°C (évitez les écarts de température)  un assécheur de litière pour fixer l’ammoniac,
 le renouvellement suffisant de l’air, sans courant d’air assécher et assainir la litière.
 un curage régulier

 Un nettoyage sous haute pression à l’eau chaude


 Un vide sanitaire (au moins quelques jours après un programme 3D voire plusieurs semaines ou plusieurs mois)
dans la mesure du possible.

Le bon diagnostic pour la bonne intervention

La lutte contre les parasites internes Le contrôle et la prévention du piétin


Les pics parasitaires apparaissent en fin de printemps et à l’automne Le piétin apparaît lorsque les animaux sont en pâtures et
(périodes variables selon les régions et le climat). Il faut donc lieux humides : Contrôlez-le.
intervenir pour protéger vos animaux durant ces périodes. En prévention :
Au printemps : Traitez si nécessaire contre les strongles un mois
après la mise à l’herbe. Traitez régulièrement le ténia sur les • Le parage des onglons au moins une fois par an, en dehors
agnelles. des périodes de lutte et de la fin de gestation.
L’été : Traitez contre les strongles et les œstres si votre exploitation
est régulièrement atteinte. Traitez la grande douve sur sols humides • Le pédiluve* au moins 1 fois par semaine avant la période
et surveillez la petite douve sur coteaux secs. de risques (formol à 10 % ou sulfate de cuivre ou zinc à
A l’automne et à l’entrée en bergerie (période de traitement à ne 10 %). On peut trouver des pâtes prêtes à l’emploi.
pas négliger) : Traitez contre les strongles, les œstres, les grandes et
petites douves. Eliminez tous les parasites lors de l’entrée en *Attention à l’utilisation et l’élimination des produits
bergerie.
La prévention contre les parasites externes
L’efficacité passe par la connaissance des parasites présents sur
l’élevage grâce aux coprologies et autopsies. Prévoir aussi un • La douche (ou le bain) 1 mois après la tonte avec un
déparasitage trisannuel des chiens avec un vermifuge ténicide. insecticide en traitement de prévention contre la gale,
les mélophages, les tiques et les poux.
Ou
 Utiliser un pour-on

Et pour les nouveaux, la mise en quarantaine


• Dans un lieu séparé. • Pédiluves ou surbottes pour toute personne extérieure
• Pendant au moins 3 semaines (c’est le temps d’incubation de la intervenant dans l’élevage (technicien, inséminateur,
plupart des maladies). vétérinaire, éleveur).
• Surveillance accrue pour déceler des affections.
Eviter les traitements systématiques : risque de résistances et de ne pas traiter la bonne cible.
15

SANITAIRE
Fiche 5
LA DEMARCHE EST DIFFICILE

Vérifiez s’il ne s’agit pas tout simplement d’une épine ou de boue séchée emprisonnée entre les onglons ?
Rien à signaler ? Alors, inspection détaillée ...

Les maladies qui font vaciller

La brebis boîte de plus en plus bas ? Un traitement peut être mis en place :
La mamelle est rouge, chaude, douloureuse et  A voir avec votre vétérinaire.
devient froide et violacée ? Elle excrète une Mammite
sérosité rougeâtre à la place du lait ? En phase
finale, c’est la faiblesse extrême, puis la mort ...
gangreneuse

Les agneaux deviennent raides et semblent Pas de traitement curatif mais en prévention :
être de bois : raideur des pattes, de la nuque ? • Avoir un bâtiment sain, désinfecté + litière de
Une infection s’est développée au niveau qualité
du cordon, des oreilles ou de la queue si elle vient  • Hygiène du cordon, des boucles, de la queue
d’être coupée ? Tétanos • L’éleveur doit être à jour de ses vaccinations
contre le tétanos.
• Prévention médicale possible, à voir avec votre
vétérinaire.

Les agneaux de plus de 3 semaines mais pas Agir vite :


encore sevrés ont une démarche anormale?  • Injection de Sélénite de Sodium + vitamine E
Une raideur des reins ? Parfois une paralysie (nombreuses spécialités),
totale du train arrière ? Raide Prévenir :
(carence en Sélénium • Injection de Sélénium dans les 15 jours après la
et vitamine E) naissance
• A voir avec votre vétérinaire

Les agneaux boitent plus ou moins, Si vous êtes réactif (après 24 h, toute arthrite
ont de la fièvre (41°C) avec abattement ?
 exprimée est pratiquement incurable), un
Les articulations sont enflammées, traitement prolongé peut être mis en place :
avec ou sans déformation, et Arthrite A voir avec votre vétérinaire.
sont douloureuses au toucher ? (inflammation
des articulations • traitement local à base d’argile verte en
d’origine infectieuse) cataplasme.

Prévention :
• Apport vitaminique et minéral dans l’alimentation des mères et des agneaux,
• Désinfection du cordon ombilical à la naissance, sur agneau sec
• Désinfection des boucles lors de la pose (après la prise du colostrum),
• Retrait des placentas,
• Bon paillage et apport d’un asséchant de litière
16

SANITAIRE
Fiche 5 LA DEMARCHE EST DIFFICILE

Entre les onglons, ça suinte et il se dégage C’est une maladie très contagieuse, due à plusieurs microbes qui
une sale odeur de putréfaction ? Le pied est
 agissent en attaquant les onglons. Vivant sans oxygène, le piétin
chaud, douloureux, l’onglon est déformé, s’attrape par contact ou en passant derrière des animaux atteints et
pourri, et la corne se décolle ? Piétin explose quand les conditions sont favorables (pâturages humides,
terrain boueux, litière humide et mal paillée…)
Prévention :
• La taille des onglons est parfois nécessaire pour l’ensemble du troupeau,
• Dès qu’un animal boiteux est repéré, l’isoler du reste du troupeau et le soigner jusqu’à sa guérison,
• Si un risque de contagion existe ou s’il y a plusieurs cas, passez le troupeau au pédiluve
• Assainissez les coins humides dans la bergerie, entrée et chemin humide et blessant,
• Eliminez les animaux qui rechutent.
• Prévention médicale possible : A voir avec votre vétérinaire.

Traitement :
Soignez les boiteuses ...
• Parez le pied : parage systématique et méthodique du pied pour enlever toutes les parties infectées, hors du paddock
de manière à éliminer les cornes coupées,
• Désinfectez puis traitez localement,
• Gardez le pied au propre et au sec,
• Pour les plus atteintes : faites un bandage avec un cicatrisant désinfectant.
• Traitez à voir avec votre vétérinaire.
Et passez tout le monde au pédiluve ...
• Pour éviter toute propagation du piétin, il faut traiter l’ensemble du troupeau : passez le troupeau au pédiluve 2 fois par
semaine, puis 1 fois tous les 15 jours et ce pendant quelques mois pour éviter toute rechute. Dans les cas graves, laisser tremper
les animaux fortement atteints pendant 1 heure dans le pédiluve.
Un bon pédiluve :
• Fond dentelé permettant l’écartement des onglons lors du traitement.
• Suffisamment long pour que les animaux soient obligé de mettre plusieurs fois les 4 pattes. - 10 cm minimum de solution.
• Avec un bac de nettoyage d’eau claire avant le traitement

L’animal boite et s’amaigrit ? Au-dessus du


 Le gros pied est favorisé par des traumatismes au niveau de
sabot, une enflure apparaît et évolue vers la couronne (pierre, piétin mal soigné…). Deux évolutions
un abcès douloureux ? Gros pied sont possibles : soit l’abcès mûrit et fini par percer (Ca peut
(Panaris être contagieux), soit il provoque une arthrite très
interdigité) difficilement guérissable.
Prévention : • Surveillez vos animaux dans les situations où ils risquent de se faire mal aux pieds : estives, parcours…,
• Prenez les mêmes précautions que pour de piétin : pieds en bon état, bergerie saine, alimentation sans carence.
Traitement : Dès les premiers symptômes voir votre vétérinaire pour traiter rapidement…

Vos animaux adultes boitent ? des croûtes


 L’ecthyma est une infection virale, très contagieuse. Mal
apparaissent au-dessus du sabot ? Ces soigné, il est la porte ouverte à des infections bactériennes. Il
mêmes croûtes sont présentes ou non sur Bouton s’attrape aussi bien dehors que par contact avec d’autres
la bouche de vos agneaux ou sur les trayons noir ou animaux, lors de mélanges de troupeaux ou d’achat
et la mamelle de vos brebis ?
Ecthyma
Prévention : • Avec une hygiène correcte et une alimentation sans carence : bergerie saine, ration suffisante et
complémentation minérale et vitaminée.
• prévention médicale possible, à voir avec votre vétérinaire.
Traitement : A voir avec votre vétérinaire.
17

SANITAIRE
Fiche 6
LES AGNEAUX MEURENT

Vos agneaux meurent l’un après l’autre : sans doute un agent infectieux qui se promène dans votre élevage. Cherchez
vite lequel et réagissez…

Ils sont morts nés


C’est peut-être la conséquence d’une mise-bas difficile : passage difficile pour les gros agneaux, mauvaise présentation
pour les agneaux de poids moyen à faible, portée de taille élevée… Mais si le cas n’est pas isolé, si plusieurs agneaux
viennent mort-nés, alors réagissez : il s’agit sans doute d’avortements infectieux, très contagieux ! Appelez votre
vétérinaire

Déclaration obligatoire, si 3 avortements ou plus en 7 jours ou moins.

Identifiez les ennemis


Le diagnostic clinique : il existe peu Le diagnostic permet de Le diagnostic sérologique
de signes extérieurs permettant de mettre en évidence l’agent permet d’organiser la future
différencier les agents. Pour tout pathogène par le laboratoire prophylaxie : c’est un diagnostic
avortement, votre vétérinaire doit : il est essentiel. de groupe.
être prévenu pour faire le diagnostic
par prises de sang. • Faites 5 à 10 prélèvements de
sang. Prenez sur les avortées, les
• Vers le 3ème mois de gestation, les gestantes et les brebis agnelées.
avortements sont nombreux et Faites deux séries : une précoce
brutaux.  SALMONELLOSE (au moment des avortements)
 FCO et une autre, 15 à 20 jours après
• En début de gestation et parfois en le premier avortement.
fin de gestation, beaucoup
d’avortements avec parfois • La brucellose est une maladie
naissance d’agneaux vivants avec  TOXOPLASMOSE légalement contagieuse et
agneaux momifiés. transmissible à l’homme. Elle est
à déclarer à la DSCSPP. Elle
• Souvent dans le dernier mois de implique l’élimination des
gestation, avortements avec animaux atteints, voire de la
écoulements brunâtres : parfois  CHLAMYDIOSE totalité du troupeau selon le
présence de kératoconjonctivite, et FIEVRE Q taux d’infestation.
polyarthrite (chez les agneaux 
vivants) et naissance d’agneaux CAMPYLOBACTERIOSE
mourant (entérites, pneumonie).

Intervenez
• Isolez les avortées (leurs pertes sont contagieuses) et suivez-les pour faire un bilan en fin de campagne.

Prévenez
Prophylaxie :
• Attention lors d’introductions d’animaux "en contact" dans un troupeau "sain". Il faut connaître l’état sanitaire de l’élevage
d’origine.
• Attention à l’état sanitaire et au bon équilibre alimentaire.
Vaccinations :
• Possible, à voir avec votre vétérinaire
18

SANITAIRE
Fiche 6 LES AGNEAUX MEURENTS

Prévenez dans les 15 jours qui suivent leur naissance.


 Les agneaux sont isolés, couchés.
• Ils ont une diarrhée jaune verdâtre plus ou moins liquide et se déshydratent ou,
• Ils s’affaiblissent et deviennent mous (avec ou sans diarrhée), bavent (leur mâchoire inférieure est trempée) ou,
• Ils se déshydratent, la peau devient sèche, l’œil s’enfonce et le ventre gargouille lorsque vous le prenez en main, la
mort survient rapidement chez les agneaux très jeunes de moins de 15 jours : ce sont les 3 formes de COLIBACILLOSE
(septicémie de bergerie).

Prévenez Traitez Intervenez


• Préparez l’agnelage : bergerie propre • Réhydratez.  Sur le reste du troupeau, une fois le
et litière sèche. • Réchauffez. premier cas constaté.
• Veillez à ce que les agneaux tètent • Voir avec votre vétérinaire. • Enlevez le fumier et désinfectez à la
rapidement le colostrum. vapeur.
• Surveillez le méconium (premières • Désinfectez dès la naissance le cordon
crottes noires). ombilical.
• Faites un lavement à l’eau savonneuse • Donnez des vitamines aux brebis en
si l’agneau est constipé. dernier mois de gestation (10 ml
• Attendre que l’agneau soit sec pour d’AD3E buvable).
poser les boucles. • Changez de coin d’agnelage.
• Mises bas au pâturage si nécessaire.

• Analysez et recherchez la cryptosporidiose. Bien réhydrater l’animal, désinfecter le bâtiment en préventif avec un
produit adapté ou avec de la vapeur d’eau, vous référer à votre vétérinaire pour des traitements éventuels.
• En cas d’échec et de la mortalité, agissez systématiquement.

Mort subite des plus beaux agneaux

 A la suite d’une modification de leur alimentation (mise à l’herbe, excès de concentrés, faible consommation de foin
ou déséquilibre azote/énergie) ou d’un stress (manipulation, changement de temps) ou de parasitisme (coccidiose, …),
une acidose se développe et vos agneaux :
• meurent subitement et ce sont les plus beaux (ceux qui consomment le plus de concentrés),
• ont la fièvre (41 à 42 °C) en phase primaire,
• sont ballonnés, ont des coliques (diarrhées nauséabondes), ont des douleurs au ventre,
• ont une démarche hésitante,
• leurs cadavres gonflent
 ENTEROTOXEMIE (due à des toxines bactériennes produites dans l’intestin)

Prévention sur le reste du troupeau Les possibilités curatives sont faibles


• Apportez du bicarbonate si acidose (rééquilibrez l’aliment, évitez les La mort survenant très vite, il est difficile de traiter
changements brusques). à temps.
• Limitez la consommation de concentré, donnez du foin ou de la bonne
paille.
• Déparasitez les agneaux suivant le résultat des analyses.
• voir avec votre vétérinaire pour la mise en place d’une prévention
médicale.
19

SANITAIRE
Fiche 7
VOS ANIMAUX SE GRATTENT

Vos animaux se grattent : un parasite a certainement élu domicile dans votre troupeau. Ne le négligez pas car à la
longue, vos animaux vont s’affaiblir et vos résultats économiques s’en ressentiront !

La laine tombe ?

Vos moutons se grattent car ils ont de violentes démangeaisons ? Leur laine tombe par plaques et sur la peau apparaissent
des petits boutons jaunâtres, puis des croûtes ? Ensuite la peau s’épaissit ….

 C’est la GALE

Qu’est-ce ? Et ça s’attrape comment ? Le traitement


C’est un parasite externe, un acarien Par simple contact avec des animaux Voir avec votre vétérinaire
qui se nourrit de lymphe et de débris infestés. La gale est très active en
de peau. Il se reproduit très vite bergerie (conditions favorables :  Traitez tout le troupeau en même temps
(en 3 à 4 semaines) et meurt chaleur, humidité et confinement). ainsi que les bâtiments et le matériel
en 3 semaines environ hors de son  Agissez vite : la contagion est rapide
hôte (d’où importance du vide C’est surtout par le mélange ou  Tondez si la laine est trop longue
sanitaire). l’introduction d’animaux qu’elle  Un jour de beau temps.
s’attrape, parfois aussi en passant
juste derrière un troupeau galeux…

Prostrées ?
L’animal est prostré, isolé dans les broussailles ? Des plaies considérables apparaissent sur la chair ? Il perd l’appétit,
s’amaigrit parfois jusqu’à la mort !

 Ce sont des MYIASES (la maladie des asticots)

Qu’est-ce ? Et ça s’attrape comment ? Le traitement


Ce sont des larves carnassières (des Essentiellement en périodes chaudes
asticots) pondues par différentes sortes de et humides (les œufs pondus éclosent  Désinfection des plaies
mouches sur des plaies, des lésions rapidement). Les brebis en plein air y  Voir avec votre vétérinaire pour
suintantes ou toutes parties humides ou sont très sensibles. tout traitement médicamenteux
souillées du mouton (parties génitales,
onglons ….). Elles se nourrissent de la chair
des animaux et provoquent des plaies
considérables : les animaux souffrent
beaucoup.
20

SANITAIRE
Fiche 7
VOS ANIMAUX SE GRATTENT

L’animal est anémié ?


Et sur la tête, les pattes ou tout autre organe délainé, vous remarquez…
 Des TIQUES

Qu’est-ce ? Et ça s’attrape comment ? Le traitement


Ce sont des acariens très résistants qui piquent pour se
gorger de sang perforant et altérant ainsi les peaux. Ils
Par contact, les attaques de  Voir avec votre vétérinaire
peuvent anémier très sérieusement un animal : un
tiques sont habituellement pour tout traitement
mouton très infesté de tiques est soumis à une saignée
observées dès le début du médicamenteux
annuelle de 20 litres !
printemps et peuvent durer
De plus, de nombreuses maladies sont propagées par
jusqu’à l’automne parfois.
les tiques : maladies abortives (Fièvre Q, Chlamydiose,
brucellose….) piroplasmose, listériose…

Vos moutons sont tout ébouriffés ?


C’est l’automne ou l’hiver et les toisons sont ébouriffées ? La laine tombe par mèches, laissant des plages de laine cisaillée
près de la peau, sur les flancs et le dos ? En écartant la toison, vous observez une agitation incessante ?

 Les POUX sont là !


Qu’est-ce ? Et ça s’attrape comment ? Le traitement
Ce sont de petits insectes qui se nourrissent des Par contact avec des animaux infestés.  Voir avec votre vétérinaire pour
déchets de l’épiderme (la peau). Ils ne survivent L’infestation a lieu en automne et en tout traitement
pas en dehors de la toison. hiver essentiellement. médicamenteux

Vos brebis se grattent le cou ?


Elles semblent gênées et ne profitent pas ? Les toisons sont longues, parfois, les agneaux aussi se grattent le cou ? Leur
croissance ralentit ? En regardant dans la toison, vous trouvez des petits parasites bruns – rougeâtres ….

 Ce sont des MELOPHAGES

Qu’est-ce ? Et ça s’attrape comment ? Le traitement


Ce sont des mouches sans ailes de 5 mm de long, Par contact au printemps et La tonte peut les faire
spécifiques du mouton. Elles se localisent dans la toison, en été. disparaître.
aux épaules et au garrot et se nourrissent de sang,  Voir avec votre vétérinaire
entraînant des retards de croissance. Elles sont aussi pour tout traitement
vecteurs de maladies. médicamenteux

Et pour éviter qu’ils se grattent

 La prévention est à adapter, il faut voir avec votre vétérinaire.


 Traitez tout nouvel animal introduit dans l’élevage
21

SANITAIRE
Fiche 8
LES ANIMAUX MOUCHENT, TOUSSENT, S’ESSOUFFLENT

Ça éternue
Une brebis éternue, un agneau un peu âgé éternue....et ils ne sont pas les seuls dans le troupeau ! Ca mouche aussi
sacrément : des secrétions nasales, au début claires puis sanguinolentes et purulentes s’écoulent. Parfois, vous trouvez
dans un abreuvoir ou dans une mangeoire une grosse larve arrivée à maturation.

 C’est l’ ŒSTROSE, maladie parasitaire de plus en plus fréquente, due à des larves ou asticots (mouches) qui se
développent dans les fosses nasales et les sinus des animaux.

Il faut contacter son vétérinaire pour utiliser un produit adapté.

Ça mouche seulement…
Vos animaux ont “la goutte au nez”

• S’il s’agit d’un écoulement fluide et clair et que ça passe : c’est certainement un banal rhume sans gravité, dû à un coup de froid…
à surveiller.

• Si l’écoulement est parfois sanguinolent, que ça coule constamment d’une seule narine et que ça s’éternise… il peut s’agir d’un
cancer du sinus : maladie incurable, entraînant à la longue une déformation de la face, l’amaigrissement puis la mort par épuisement…
Abattre au plus vite si le diagnostic est confirmé !

Plusieurs animaux toussent et soufflent ?


C’est arrivé progressivement… il peut s’agir :

• de strongles pulmonaires profonds,


• de séquelles de maladies pulmonaires mal guéries (pneumonies aiguës) et devenues chroniques (pasteurellose),
• d’une pneumonie virale à évolution lente (adénomatose, maëdi),
• d’abcès caséeux pulmonaires.
Le diagnostic d’un problème pulmonaire chronique est toujours difficile : autopsie des souffleuses, analyse au laboratoire,
contrôle de l’ambiance de la bergerie. C’est un problème de troupeau. La solution, c’est d’abord un bilan précis de la
situation avec votre vétérinaire ou avec les techniciens ovins.
22

SANITAIRE
Fiche 8 LES ANIMAUX MOUCHENT, TOUSSENT, S’ESSOUFFLENT

C’est arrivé brutalement avec de la fièvre ?


Brutalement, un agneau ou un animal adulte respire difficilement, tousse, est abattu avec de la fièvre (41-42°C), perd
l’appétit ? Ensuite, c’est l’amaigrissement puis la mort dans les deux à trois jours ...

Chez l’adulte Chez l’agneau


En plus des signes précédents, le rythme cardiaque est élevé ? En plus des signes précédents, battement de flanc ? Jetage de
l’urine est foncée ? mucosités ? Morts subites dans le troupeau, confondues trop
souvent avec des entéros.
 PIROPLASMOSE
 PNEUMONIE
Elle est provoquée par des piroplasmes qui détruisent les
globules rouges. Ces piroplasmes sont inoculés dans le sang de Cette affection grave est due à des bactéries du type Pasteurella
l’animal à la suite de piqûres de tiques infestés. Les béliers de ou à des mycoplasmes.
races à viande y sont particulièrement sensibles.
Traitement :
Traitement : (à base d’antibiotiques)
Agissez très vite ! • Traitements individuels.
Il existe des piroplasmicides spécifiques auxquels il faut • Si plus de 10% de vos agneaux sont touchés, effectuez une
adjoindre un tonicardiaque. antibio-supplémentation dans l’aliment.

Prévention : Prévention :
• Pour éviter la présence de tiques sur le corps de l’animal, Il faut supprimer les causes favorisantes :
faites un bain ou une douche avec un insecticide ou utiliser - courants d’air et humidité,
un pour-on. - gros écarts de température,
• Sur les béliers de races à viande en zone à risque, il est aussi -surpeuplement dans les locaux,
conseillé de faire une injection en intramusculaire, -présence de gaz ammoniac dans la bergerie,
-parasitisme,
- vaccin sur agneaux.

En plus de l’abattement, de l’essoufflement et de la fièvre, il Si des facteurs de risque importants existent dans votre élevage,
y a du jetage (parfois mucopurulent) ? Des larmoiements ? Un vaccinez les brebis gestantes pour protéger les futurs agneaux
écoulement de salive mousseuse (c’est la phase terminale) ? avec le colostrum. La vaccination de l’agneau peut intervenir à
partir de 15 jours d’âge avec un rappel.
 PNEUMONIE AIGÜE

C’est une maladie qui peut apparaître le plus souvent après une
infection respiratoire virale.
23

SANITAIRE
Fiche 9
L’ANIMAL A DE LA FIEVRE

Brutalement, une brebis s’est prostrée : elle reste à l’écart du troupeau, garde la tête basse et refuse de manger. Isolez-
la dans un local à part et prenez votre thermomètre…

Elle a 39° C

C’est la température normale et vous ne pouvez rien conclure dans l’immédiat :

• Ballonnements indigestion ? Reprenez la température


• Maladie Chronique 4 à 5 heures plus tard
• Tout début d’une maladie aiguë ?

Elle a plus de 40° C

Aucun doute, votre brebis est fiévreuse et c’est vraisemblablement un problème infectieux aigu.

Faites l’inspection : mamelles, membres, essoufflements, toux, diarrhée


(Reportez-vous aux fiches Sanitaire 5, 6 et 8).

L’animal perd l’équilibre d’un côté, à une paralysie unilatérale (une oreille tombante), bave du même côté…
 LISTERIOSE : traitement à voir avec votre vétérinaire. Vérifier le bon équilibre de la ration (pH, ajout de bicarbonate) et
la conservation des différents aliments.

Elle a moins de 38° C


Attention ! Ce n’est pas normal et ce peut-être plus grave que la fièvre.
Il peut s’agir : D’une toxi-infection qui entraîne souvent la mort. Il faut réagir vite !


La brebis boite, la mamelle est froide,
Mammite Voir fiche sanitaire 5
violacée ainsi que la peau autour.
gangreneuse

Voir avec votre vétérinaire pour



L’animal titube, comme saoul. organiser la prévention de la maladie sur
Forme lente d’entérotoxémie votre troupeau.

Chez les jeunes agneaux, les membres


Prévention : respecter des mesures
sont raides, ainsi que la nuque, 
élémentaires d’hygiène. Voir fiche
l’appréhension et la déglutition des Tétanos sanitaire 5
aliments sont difficiles
24

SANITAIRE
Fiche 9 L’ANIMAL N’A PAS DE FIEVRE

Sondez avec un tuyau (type tuyau

L’animal gonfle et tombe.


 d’arrosage) et si nécessaire, trocardez
pour évacuer les gaz piégés.
Météorisation La marche est aussi conseillée pour
gazeuse faciliter l’évacuation des gaz.

 Vite, incisez dans le creux du flanc gauche,


vidangez manuellement le rumen et voir à
L’animal gonfle et tombe. Météorisation administrer un anti moussant aux autres
Spumeuse animaux du troupeau (huiles minérales et
(mousse dans le rumen) végétales, silicones …).

Luttez contre la déshydratation et


L’animal ne mange plus, grince des
dents, a la respiration qui s’accélère, a
 l’acidose métabolique (solutés
bicarbonatés et sérum physiologique en
la diarrhée. Il tombe.
Acidose lactique intraveineuse).
du rumen Appelez votre vétérinaire.

A quelques jours du terme, la brebis


souvent prolifique ne veut plus se
relever, grince des dents, a des
 Voir fiche Reproduction 5.
difficultés respiratoires, ne s’alimente
Toxémie de
plus. gestation

A la mise bas chez une bonne laitière


ou après un transport prolongé chez  Rétablissez l’équilibre calcique par apport
des animaux à l’engraissement : Hypocalcémie de calcium
l’animal tombe. (fièvre de lait)

Apportez vite du magnésium. Vous pouvez


Lors d’un passage brutal à l’herbe, les
brebis en phase maximale de lactation  prévenir la tétanie d’herbage en
apportant du magnésium et des sels
(4 à 6 semaines après la mise bas) Hypomagnésie minéraux dans la ration ainsi que des
tombent froides… et meurent. (tétanie d’herbage) tanins.

Injectez des vitamines du groupe B et


administrez un hépatoprotecteur dès les
premiers signes. Si aucune amélioration
L’animal perd le sens de l’équilibre,
tourne en rond, a un comportement  ne se produit, suspectez la listériose et
faites confirmer le diagnostic par le
anormal, s’isole du troupeau, perd la Nécrose laboratoire.
vue. du cortex Appelez votre vétérinaire.
Prévention : minéralisez le troupeau et ne
pas distribuer de fourrage moisi.
25

SANITAIRE
Fiche 10
MAUVAISE MINE !

Vos animaux maigrissent, leur laine est terne et ils sont indolents…

Une diarrhée brunâtre

Chez les jeunes surtout ...

Ils sont déshydratés, mous, tristes, indolents, leur ventre se ballonne et descend, leur laine est rêche et cassante, la diarrhée
est nauséabonde.

 COCCIDIOSE

Vos agneaux de bergerie ont entre 3 et 10 semaines ... La coccidiose est due à l’invasion de la muqueuse de l’intestin grêle
par des coccidies.
Une coprologie des fècès peut vous aider à confirmer le diagnostic.

Le traitement La prévention
• Renouvelez la litière, épandez du superphosphate ou • Faites la guerre à l’humidité : litière propre et sèche (paillez
asséchant de litière et prenez soin de tenir les tours des abondamment),
abreuvoirs propres. • L’aération est obligatoire pour éviter la condensation sur les
• Voir avec votre vétérinaire. agneaux,
• Respectez une hygiène rigoureuse : auges et abreuvoirs
non souillés par les excréments, épandage de
superphosphate sur la litière,
• Allotement raisonné : évitez de mélanger des agneaux jeunes
non immunisés avec des agneaux plus âgés en pleine phase
d’excrétion de coccidies (dès 3 semaines),

Chez les jeunes et chez les adultes


A la suite d’une modification alimentaire ou d’un stress, ils ont de la fièvre, sont ballonnés avec des douleurs au ventre,
leur démarche est hésitante. La mort survient très rapidement...

 ENTEROTOXEMIE (voir fiche Sanitaire 06)


26

SANITAIRE
Fiche 10
MAUVAISE MINE !

Les parasites internes

Le temps humides et doux favorisent le développement de la plus part des parasites. A contrario, la zone sèche est propice au
développement de la petite douve.

Le cycle infernal
Le parasitisme est une maladie de pâturage qui n’est pas directement contagieuse. Les parasites, comme leur nom l’indique, vivent
et se reproduisent sur les ovins en les affaiblissant (d’où des pertes de production et des pertes économiques importantes...!). Ce
sont les animaux infestés qui contaminent les pâturages par leurs crottes contenant les œufs des parasites :

 parfois ces œufs se transforment en larves infestantes qui recontaminent les animaux lorsqu’ils broutent l’herbe (Strongles
Digestives),
 parfois, ces œufs ne peuvent se transformer en larves infestantes que par le passage dans un autre animal hôte, un escargot
d’eau (Grande Douve), un acarien (Ténia)..., voir dans deux hôtes intermédiaires (escargot et fourmi pour la Petite Douve).

Quelques signes particuliers sont caractéristiques :


 diarrhées : Strongles Digestifs, Douves, Taenia
 toux : Strongles Pulmonaires,
 anémie : certains Strongles Digestifs,
 jaunisse : cas de Grande Douve massive,
 bouteille (œdème sous la mâchoire) : infestation massive de Strongles Digestifs ou de Douves, Taenia.
 Mouchage, jetage = œstre

Mais le plus souvent, les signes sont peu visibles (mauvaise santé dans le troupeau) : les animaux maigrissent, leur laine est terne,
les jeunes poussent mal....
C’est pourquoi il est important de faire régulièrement des analyses coprologiques pour vérifier l’état sanitaire de votre élevage :
nature du (ou des) parasite(s) et degré d’infestation.

La meilleure période de traitement se situe à la fin de l’automne. Il peut être utile de faire un second traitement à la fin du printemps.
 Choisissez votre antiparasitaire selon les résultats des analyses, avec votre vétérinaire
 Vermifugez les animaux à jeun pour plus d’efficacité,
 Laissez les animaux en bergerie ou sur la nature (2 jours avant le changement de pâture) pour éviter la contamination
des pâturages (le vermifuge tue les parasites mais non leurs œufs : importante excrétion d’œufs non tués après le
traitement).
27

SANITAIRE
Fiche 11

LA COPROLOGIE EN ELEVAGE OVIN

C’est quoi et pourquoi faire ?

La coprologie est un point clé de l’élevage. En effet, elle permet de remarquer des problèmes alimentaires,
métaboliques et surtout parasitaires au sein d’un troupeau afin d’agir rapidement ! Ce type d’examen ne permet pas
de déterminer la quantité de parasites présents dans le tube digestif d’un animal atteint, mais le niveau d’excrétion de
l’animal par le biais du nombre d’œufs de parasites présents dans ses crottes.

Comment procéder au prélèvement ?

• Pour réaliser une coprologie, il est nécessaire de prélever entre 10 et 25 g de crottes par brebis.

• C’est une intervention généralement faite en bergerie, au cornadis, si l’éleveur en dispose ou dans un parc de contention.
Il faut prélever un nombre suffisant d’animaux : pour un troupeau de 50 à 100 mères, il est conseillé de prélever 4 brebis,
sans mélanger les prélèvements !

• Pour réaliser un prélèvement, l’éleveur, le technicien ou le vétérinaire devra porter des gants pour deux raisons : d’une
part, ils permettent d’effectuer le prélèvement avec du matériel propre et d’autre part, ils servent de contenant pour
les crottes prélevées.

• Une fois le prélèvement effectué, on retourne le gant, on ferme le gant et on inscrit le numéro
de l’animal prélevé dessus.

• Ces analyses sont ensuite faites par le vétérinaire ou le laboratoire d’analyses pour un coût peu élevé.
28

SANITAIRE
Fiche 11
LA COPROLOGIE ELEVAGE OVIN

Que regarder au moment du prélèvement ?


On s’intéresse à la qualité. Celle-ci passe par divers critères :
• Y-a-t-il une odeur anormale ?
• Quelle est la consistance ? Les crottes sont-elles sèches, molles, liquides, mouillées ?
• Quelle est la couleur des fèces ?

• Observe-t-on des éléments anormaux dans les fèces (fibres, sang, mucus, parasites) ?

Comment analyser les résultats obtenus ?


• Quand on effectue une analyse coprologique, il faut surveiller le stade physiologique des animaux et regarder s’ils sont
stressés car cela augmente la ponte des parasites. Le résultat obtenu n’est donc pas toujours significatif !
• Il est important de nuancer les résultats : ce n’est pas parce qu’une analyse coprologique est négative que l’animal n’est
pas parasité ! Pour déterminer si un traitement doit être mis en place, il est important de regarder l’état corporel des
animaux touchés.
 Avant tout traitement, faites appel à votre vétérinaire !
Absence d’œufs Présence d’œufs
Grande Douve Ne pas conclure * Traitement
Petite Douve Pas de traitement  Entre 0 et 20 œufs / gramme : traitement selon stage
physiologique et état animaux.

Calicophoron daubneyi Pas de traitement 


 Plus de0 20
Entre œufs
et 50 / gramme
œufs : traitement.
/ g : traitement selon stage
physiologique et état animaux.

 Plus de 50 œufs / g : traitement.


Ténia Ne pas conclure * Traitement selon âge
Nematodirus battus Pas de traitement Traitement
Strongyloïdes papilosus Pas de traitement Traitement selon stage physiologique
Strongles gastro-intestinaux Pas de traitement  Moins de 100 œuf / g : pas de traitement.

 Entre 100 et 500 œufs / g : traitement selon stage


physiologique et état des animaux.
Dictyocaulus, protostrongylines Si pas de symptômes, pas Traitement si présence de larves
de traitement, sinon  Plus de 500 œufs / g : traitement.
renouveler prélèvement
*Cela ne signifie pas que les animaux ne sont pas parasités. L’analyse coprologique n’est pas le meilleur indicateur.
29

SANITAIRE
Fiche 12 LE COLOSTRUM EN ELEVAGE OVIN

Le colostrum, c’est quoi ?

Le colostrum est le premier lait produit par une mère après la mise-bas. Il est très important d’en distribuer à la naissance
car il fournit au petit des anticorps et de l’énergie.

Le colostrum permet à l’agneau d’avoir les défenses immunitaires nécessaires à sa survie par le biais des Immunoglobulines,
leucocytes et différents facteurs antimicrobiens qu’il contient. En effet, les Immunoglobulines ne passent pas de la brebis
au fœtus.

Evolution de la qualité du colostrum

Pour que le colostrum soit intéressant pour Evolution [IgG] et [MG] après la mise-bas (66 brebis)
un petit, il doit contenir :
110
100
 un taux minimum 90
80
d’Immunoglobulines de type G 70
(IgG)  défenses immunitaire. 60
50 IgG1
 Un taux minimum de matière 40
grasse (MG)  énergie 30 MG
20
10
0 Heures après la
0 6 12 18 mise-bas

Qualité du colostrum : Source Idele

• moins de 50 g d’immunoglobulines de type G par litre : qualité médiocre.


• Entre 50 et 100 g d’IgG / L : bonne qualité.
• Au-dessus de 100 g d’IgG / L : excellente qualité.

Assurer un bon transfert d’immunité

Pour assurer un bon transfert d’immunité passive à l’agneau :

 Veiller à une première buvée précoce : au plus tard 6 heures après la naissance
 S’assurer que l’agneau a bu une quantité suffisante de colostrum (200 mL / kg de poids vif dans les 24 premières
heures, dont la moitié dans les 6 premières heures),

Si vous possédez plus de colostrum que besoin, il est possible de le congeler et de le donner à d’autres agneaux dont la
mère n’aurait pas un colostrum assez riche. Pour cela, il faut de petits contenants comme des poches à glaçons par
exemple.
Lors de la décongélation, le four à micro-ondes est à proscrire car il détériore la qualité du colostrum  Utiliser le bain-
marie.
30

SANITAIRE
Fiche 12
LE COLOSTRUM EN ELEVAGE OVIN

Comment mesurer la qualité d’un colostrum ?

 Le pèse colostrum

Le pèse colostrum est le principal outil de mesure de la qualité d’un colostrum. Il est d’un prix abordable (environ 30 €).
De plus, il est facile de se le procurer : on peut le trouver dans la plupart des coopératives d’approvisionnement en matériel
d’élevage.

Facile d’utilisation, la qualité se lit sur une échelle en fonction de la concentration en immunoglobulines.

Mais l’échelle présente sur les pèse colostrum est faite pour les bovins et non les ovins, il ne permet pas de mesurer
précisément la qualité du colostrum de brebis. Cependant c’est un bon moyen de discriminer les bons, des mauvais. La
limite de qualité de 50 g / L se lit à 75 g / L sur le pèse colostrum.

 Le réfractomètre

Le second outil utilisé est le réfractomètre. C’est un outil plus couteux (entre 40 et 200 €).

La limite qualitative se lit à 24 % Brix.

Comment savoir si un agneau a bu une quantité suffisante ?

Pour savoir si un agneau a consommé une quantité suffisante, plusieurs possibilités :

 La plus simple est de palper le ventre afin de voir s’il contient du liquide ou non. Cela permet de voir si l’animal a
tété mais on ne connait pas la quantité consommée.
 Il faut surveiller que le petit vienne téter ou l’aider à boire directement à la mamelle de sa mère.
 Sinon, il est possible de lui donner la quantité suffisante au biberon. Cela permet d’avoir la certitude que l’animal
a reçu le minimum mais c’est une charge de travail.
 Il est également possible d’effectuer des prises de sang pour connaitre le taux d’immunoglobulines sanguin. Pour
cela, il faut faire appel au vétérinaire.