Vous êtes sur la page 1sur 7

Développement, expérimentation et évaluation d'un SPOC

d'enseignement à distance sur le protocole IPv6 destiné aux étudiants


de masters

Khalid EL KHADIRI, Ouidad LABOUIDYA, Najib ELKAMOUN, Mohammed BOUSMAH, Rachid HILAL

Laboratoire STIC - Département de Physique,


Faculté des Sciences - Université Chouaib Doukkali,
El Jadida, Maroc

khalid.elkhadiri@ucd.ac.ma, labouidya.o@ucd.ac.ma, elkamoun.n@ucd.ac.ma,


bousmah.m@ucd.ac.ma, hilal.r@ucd.ac.ma

RESUME
La formation en ligne en s’appuyant sur des outils informatiques tels
que les MOOCs (Massive Online Open Courses ou Cours en Ligne
Ouverts et Massifs) est devenue un mode d’apprentissage
incontournable pour suivre des formations à distance que ce soit
pour le professionnel ou l’étudiant ou même le particulier. Ce sont
des cours gratuits et ouverts à tous, ce qui est probable d’avoir un
effectif important des inscrits et par la suite il est difficile de le suivre
du coté encadrement de la part du staff pédagogique et par
conséquent seul, et un faible pourcentage des participants à un
MOOC valide sa formation. Sur le même modèle que les MOOCs,
les SPOCs (Small Private Online Courses ou Cours en Ligne Privés
pour un nombre Restreint d’apprenants) diffèrent au niveau public
visé, ils ne sont pas ouverts à tous mais volontairement limités à un
effectif réduit facile de suivre et d’encadrer pour plus d’efficacité.
Dans cet article nous allons développer, expérimenter et évaluer un
SPOC d'enseignement à distance sur le protocole IPv6 donnant des
contenus interactifs scénarisés (cours, travaux dirigés, tests,
ateliers et remédiations), destiné aux étudiants de « masters » ou
plus et ce, dans le but de : 1) Repérer les difficultés d'apprentissage
chez ces étudiants 2) Rechercher des pistes d'amélioration de ce
dispositif à travers la mise en place de nouveaux modes et/ou
scénarios d'apprentissage.

MOTS CLES

Enseignement en ligne / à distance, SPOC, Enseignement supérieur, Expérimentation.

1
1. INTRODUCTION

La formation en ligne [1] comme son nom l'indique permet de suivre une formation à
distance en s'appuyant sur des outils informatiques tels que les MOOC, SPOC,... Que
l'on soit salariés, indépendants ou particuliers, professionnels ou étudiants, il est possible
à chacun de se former depuis chez soi et d’acquérir de nouvelles connaissances, de
nouveaux savoirs pour enrichir son CV, développer sa culture générale ou simplement
pour acquérir un complément de formation pour booster sa carrière professionnelle. Dans
cet article nous examinerons le concept de la formation en ligne / à distance en
développant, expérimentant et évaluant un SPOC d'enseignement à distance sur le
protocole IPv6 destinés aux étudiants de masters ou plus. La suite de l'article est
organisée comme suit : la section II discutera un état de l’art des travaux de recherches
effectués dans ce domaine ainsi que notre motivation pour cette recherche, la section III
présentera l'implémentation de notre dispositif d'enseignement à distance, la section IV
discutera l'expérimentation et l'analyse des résultats, et la conclusion de l'article et les
perspectives seront présentées dans la section V.

2. ÉTAT DE L'ART ET MOTIVATION

Au début, les universités s'essayaient à l'enseignement à distance [2], mais l'apparition


des MOOCs [3] en 2008 et leurs succès en 2012 ont permis d'une part d’encourager
plusieurs universités dans le monde entier de mettre gratuitement des cours en ligne et
d'autre part de faire des recherches, expérimentations et évaluations sur ce concept dont
le but de minimiser les difficultés d'apprentissage et maximiser les facteurs de réussite.
Voici quelques-uns des travaux qui ont étudié le concept des MOOCs : les auteurs Tahiri,
Bennani et Khalidi ont établi un état de l’art sur les fondements des MOOCs [4] dans le
but de détailler leurs différents concepts à savoir : les différents types de MOOCs, la
scénarisation des cours, les participants, les méthodes/procédures d’évaluation et de
certification. Une courte histoire des MOOCs a été menée par l’auteur Daniel [5] en les
définissant dans un contexte plus large de l’évolution de la technologie éducative et de
l’apprentissage ouvert/à distance. Un aperçu sur la question des MOOCs a été présenté
par les auteurs Trestini et Rossini [6] à travers des évocations des acteurs professionnels
français de l’enseignement en ligne. Une expérimentation du MOOC iTYPA a été
effectuée par les auteurs Carolan et Magnin [7] dans l’objectif de définir l’attitude des
élèves ingénieurs face à cette formation sur une période de 10 semaines leur permettant
de valider les crédits associés au sein de leur cursus ingénieur. Autres expérimentations
[8], [9] et [10] ont été effectuées dans le but d’une part d’éliminer les liens entre les
caractéristiques instrumentales et les différents types de motivations des participants
dans un MOOC et d’autre part d’aborder les difficultés et les réussites d’un enseignement
à distance / hybride.

En outre, les MOOCs souffrent d’un taux d’abondant extrêmement élevé [11] vu le très
grand nombre d’inscrits en absence d’encadrement et de suivi. Malgré les travaux
effectués sur les MOOCs dans le but d’améliorer et d’augmenter le taux de participation,
de motivation et de suivi, les expérimentations ont montré qu’un faible pourcentage des
participants suit et valide sa formation. Ceci a déclenché notre motivation pour développer

2
un SPOC d’enseignement à distance limité à un effectif réduit de personnes, facile à
suivre et à encadrer pour plus d’efficacité.

3. IMPLEMENTATION

Pour la mise en place de notre dispositif d'enseignement à distance, nous avons utilisé la
démarche suivante :
o Choisir un scénario pédagogique pour mettre en ligne les contenus (cours, travaux
dirigés, tests, ateliers et remédiations)
o Choisir une plateforme convenable et répondant aux spécificités du scénario
proposé.

CHOIX DU SCENARIO PEDAGOGIQUE

Le scénario pédagogique que nous avons choisi est composé d'une séquence
d’introduction suivie de 4 séquences réparties sur 4 semaines. Dans chacune d'elles,
l’apprenant doit passer par les étapes suivantes :

o Test d’entrée ou de positionnement ;


o Cours / Remédiations ;
o Travaux dirigés ;
o Ateliers de configuration ;
o Test de sortie.

Et ce comme suit :

o Le test de positionnement : est un test en format QCM dont l'objectif est de vérifier
les prérequis du participant par rapport à quelques notions IPv4 pour qu'il puisse
bien assimiler le contenu du cours IPv6.
o Le test de sortie : est un test aussi en format QCM dont l'objectif est d'évaluer
l'avancement du participant par rapport au contenu du cours IPv6 qu'il a consulté.
o Les remédiations : servent à fournir à l’apprenant d'autres ressources/activités
d'apprentissage pour lui permettre de combler les lacunes diagnostiquées lors d'un
test IPv4 ou IPv6.

CHOIX DE PLATEFORME

Différentes plateformes d'enseignement en ligne peuvent être utilisées pour mettre des
contenus en ligne tels que Moodle, Claroline, Ganesha,… . Ces plateformes n'ont pas
répondu aux besoins de notre scénario parce qu’elles ne gèrent pas la fonction redirection
pour réorienter le participant dans son parcours d’apprentissage (poursuivre le cours ou
passer à la remédiation) sur la base du résultat d'un test donné. Cette contrainte nous a
incités à développer notre propre plateforme « CloudSPOC » pour la mise en place de
notre dispositif tout en répondant à notre scénario pédagogique envisagé.

3
« CloudSPOC » est une plateforme intelligente permettant de créer et gérer plusieurs
SPOCs en ligne, par exemple un SPOC en ingénierie réseaux, un SPOC en
communications numériques,… comme le montre la figure 1 ci-après :

Fig 1. La plateforme CloudSPOC

4. EXPERIMENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS

EXPERIMENTATION

L'expérimentation a été effectuée avec la participation de 17 étudiants issus d’un master


"Télécommunications Réseaux et Electronique industrielle" et qui ont intégré le cycle
doctoral.

ANALYSE DES RESULTATS

Les résultats sont subdivisés en deux catégories :

o Résultats de l'évaluation des acquis des étudiants par le dispositif, de point de vue
assimilation des différents contenus mis en ligne dans l'objectif de repérer les
difficultés d’apprentissage chez eux.

o Résultats de l’impact des remédiations sur l’apprentissage et sur l’amélioration du


niveau de connaissances des apprenants

4
RESULTATS DE L'EVALUATION DES ACQUIS DES ETUDIANTS PAR LE
DISPOSITIF

Dans l'ensemble des séquences, les résultats des participants ont été excellents. La
figure 2 ci-dessous en représente un exemple relatif la séquence 1 "Adressage IPv6".

Fig 2. Résultats des participants relatifs à la séquence 1 "Adressage IPv6"

D'après la figure 2, on remarque que les résultats du test de sortie sont meilleurs par
rapport à ceux du test d'entrée, ce qui explique que le niveau de sortie des participants a
été amélioré par rapport à celui d’entrée dans la séquence proposée. Au cas de non
validation d'un test (les résultats avec la couleur rouge), le participant est redirigé
automatiquement, suivant le scénario pédagogique envisagé, aux remédiations.

Sur l'ensemble de toutes les séquences proposées, chaque participant a obtenu de


meilleurs résultats lors du test de sortie et une amélioration de son niveau de
connaissances. En effet, la figure 3 ci-après illustre cette amélioration à travers les
résultats des tests d’entrées et de sorties (note sur 10) d'un participant par rapport à toutes
les séquences proposées au niveau de notre plateforme « CloudSPOC ».

Fig 3. Résultats d'un participant pour toutes les séquences proposées

5
RESULTATS DE L’IMPACT DES REMEDIATIONS SUR L’APPRENTISSAGE ET SUR
L’AMELIORATION DU NIVEAU DE CONNAISSANCES DES APPRENANTS

Les remédiations permettent à un étudiant de combler les lacunes diagnostiquées lors


d'un test IPv4 ou IPv6 en lui fournissant d'autres ressources/activités d'apprentissage.
Pour les séquences là où les participants n’ont pas pu valider les tests, des remédiations
doivent avoir lieu.

Prenons l’exemple de la séquence 1 « Adressage IPv6 » figure 2 : 81% des participants


ont obtenu plus que la moyenne (note sur 10) alors que 19% n’ont pas pu valider les tests
et sont censés passer par l’étape de remédiations. 67% de ces derniers ont fait appel
effectivement aux remédiations proposées et ont réussi à améliorer leur niveau de
connaissances. A l’encontre de ceci, 33% des étudiants restants n’ont pas passé par
l’étape de remédiations (remédiations optionnelles jusque-là) alors qu’ils devaient le faire.
Par conséquent, leur niveau de connaissances n’a pas été amélioré ce qui a amené à
pousser des réflexions sur la nécessité de rendre ces remédiations obligatoires. En effet,
nous avons remarqué une nette amélioration chez les participants qui ont fait appel aux
remédiations proposées à travers l’obtention de meilleurs résultats au fur et à mesure
qu’ils avancent dans les séquences du cours. Ceci prouve que les remédiations ont une
valeur ajoutée et un effet positif sur l’apprentissage.

5. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

Dans cet article, nous avons présenté les résultats issus du développement,
expérimentation et évaluation d'un SPOC d'enseignement à distance sur le protocole IPv6
baptisé « CloudSPOC », destiné aux étudiants de masters ou plus. Au terme de cette
première expérimentation qui a été réalisée sur une période de 4 semaines, le niveau de
connaissances des participants a été bien amélioré par rapport à celui d’entrée et ce par
rapport à chacune des séquences proposées. Par ailleurs et grâce au scénario
pédagogique proposé, nous avons instauré la fonction redirection pour réorienter le
participant dans son parcours d’apprentissage (poursuivre le cours ou passer à la
remédiation). En effet, nous avons fait appels à des remédiations qui servent à fournir à
l’apprenant d'autres ressources/activités d'apprentissage pour lui permettre de combler
les lacunes diagnostiquées lors d'un test IPv4 ou IPv6. Nous avons donc constaté que
cette approche a permis d’améliorer le niveau de connaissances des participants et par
conséquent elle les a aidés à exceller dans la suite du cours et à obtenir de meilleurs
résultats.
Cependant, nous avons remarqué que les résultats qui découlent de cette
expérimentation, même s’ils sont satisfaisants, ne renseignent pas de manière explicite
et transparente sur les difficultés d’apprentissage chez les participants. Pour cela nous
projetons, d’une part, de faire appel à l’approche de l’évaluation systémique de notre
SPOC par les participants. Cette démarche consiste à soumettre un questionnaire aux
apprenants dans le but d’une part de mesurer leurs difficultés d’apprentissage, par rapport
aux différents contenus mis en ligne (cours, travaux dirigés, tests d'entrée/sortie, ateliers
et remédiations) et d’autre part de mesurer leurs degrés de satisfaction vis-à-vis de notre

6
plateforme. L’intégration de ces résultats fera l’objet d’un prochain article. D’autre part,
nous pensons systématiser les ressources et activités d'apprentissage relatives aux
remédiations lors d’un test de connaissances non concluant, remédiations qui étaient
jusque-là optionnelles.

BIBLIOGRAPHIE

[1] O. Aïm and A. Depoux, “D’une magistralité l’autre. Remédiation de l’ethos professoral par
le dispositif du MOOC,” Distances Médiations Savoirs Distance Mediat. Knowl., vol. 3, no.
9, Mar. 2015.
[2] J. Jacqmin and others, “Les plateformes MOOCs. Menaces et opportunités pour
l’enseignement universitaire,” Regards Économiques, vol. 110, 2014.
[3] M. Cisel and E. Bruillard, “Chronique des MOOC,” vol. 19, Jan. 2013.
[4] J. S. Tahiri, S. Bennani, and M. Khalidi, “MOOC… Un espace de travail collaboratif mature:
Enjeux du taux de réussite,” 2014.
[5] J. Daniel, “Making Sense of MOOCs: Musings in a Maze of Myth, Paradox and Possibility,”
J. Interact. Media Educ., vol. 2012, no. 3, Dec. 2012.
[6] M. Trestini and I. Rossini, “Les MOOC: perception des acteurs français de l’enseignement en
ligne,” Rev. Int. Technol. En Pédagogie Univ. J. Technol. High. Educ., vol. 12, no. 1–2, pp.
93–106, 2015.
[7] S. Carolan and M. Magnin, “Le MOOC et la motivation: les élèves face à une formation
autogérée,” Environ. Inform. Pour L’Apprentissage Hum. 2013, pp. 37–46, 2013.
[8] J. Heutte, P.-A. Caron, F. Fenouillet, and R. J. Vallerand, “Étude des liens entre les
caractéristiques instrumentales et les différents types de motivations des participants dans un
MOOC,” Rev. Int. Technol. En Pédagogie Univ., vol. 13, no. 23, pp. 94–110, 2016.
[9] C. Gardair et al., “Massive open online course (MOOC) sur le diagnostic des cancers: bilan
et évaluation de l’impact sur la perception de l’anatomie et cytologie pathologiques,” in
Annales de Pathologie, 2017.
[10] G. Aldon, “MOOC, formations à distance, formations hybrides,” MathémaTICE, 2015.
[11] Y. Peter and E. D. Villasclaras-Fernández, “Scénarisation des activités dans les MOOC,”
2013.

Vous aimerez peut-être aussi