Vous êtes sur la page 1sur 85

Projet d’Exploitation agricole de 2024,5 ha Djeuss nord et de l’Unité agro-industrielle de

2 x 8 t/h Raïnabé 1(Commune de Diama)

ANNEXE 2
Plan d’Action de Réinstallation

RAPPORT FINAL
Octobre 2014

Mbaye Mbengue FAYE


Consultant en Evaluation Environnementale et Sociale
Tél : (221) 77 549 76 68 – (221) 33 832 44 31 –
Email : mbmbfaye@yahoo.fr

Avec la collaboration de :
Equipe d’experts :
Mamadou DIEDHIOU Socio économiste expert en réinstallation
Mamadou Lamine PAYE Expert socio économiste
Souleymane DIAWARA Expert en approche participative
Mouhamadane FALL Expert en traitement de données
Moustapha NGAIDE Expert Juriste/environnementaliste

1
TABLE DES MATIERES

ACRONYMES ...................................................................................................................................................... 5
RESUME ............................................................................................................................................................... 6
INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 15
1. DESCRIPTION ET JUSTIFICATION DU PROJET, DE LA ZONE DU PROJET ET DE LA ZONE
D'INFLUENCE DU PROJET ............................................................................................................................ 18
1.1. DESCRIPTION ET JUSTIFICATION DU PROJET ........................................................................................ 18
1.1.1. OBJECTIFS DU PROJET ......................................................................................................................... 18
1.1.2. COMPOSANTES DU PROJET .................................................................................................................. 18
1.2. PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE LA ZONE D’INTERVENTION DU PROJET ..................................... 18
1.2.1. CARACTERISTIQUES CLIMATIQUES ..................................................................................................... 19
1.2.2. PEDOLOGIE ......................................................................................................................................... 19
1.2.3. EAUX SOUTERRAINES ......................................................................................................................... 19
1.2.4. EAUX DE SURFACE .............................................................................................................................. 20
1.2.5. FLORE ET VEGETATION ....................................................................................................................... 20
1.2.6. SITUATION ADMINISTRATIVE ET DEMOGRAPHIQUE ............................................................................. 20
1.2.7. DONNEES DEMOGRAPHIQUES .............................................................................................................. 21
1.2.8. PERSONNES VULNERABLES ................................................................................................................. 21
1.2.9. EDUCATION ........................................................................................................................................ 21
1.2.10. SANTE ............................................................................................................................................ 21
1.2.11. APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT ........................................................ 22
1.2.12. SYSTEMES DE PRODUCTION VEGETALE .......................................................................................... 22
1.2.13. ELEVAGE ....................................................................................................................................... 23
1.2.14. PECHE ............................................................................................................................................ 23
1.2.15. ARTISANAT .................................................................................................................................... 23
1.2.16. LE COMMERCE ............................................................................................................................... 23
1.2.17. TRANSPORTS .................................................................................................................................. 23
2. IMPACTS POTENTIELS ........................................................................................................................ 25
2.1. ACTIVITES QUI ENGENDRERONT LA REINSTALLATION ........................................................................ 25
2.2. ZONE D'IMPACT DE CES ACTIVITES ...................................................................................................... 25
2.3. ALTERNATIVES ET MECANISMES POUR MINIMISER LA REINSTALLATION ............................................ 25
2.4. IMPACTS POSITIFS ............................................................................................................................... 25
2.5. IMPACTS SOCIAUX NEGATIFS .............................................................................................................. 27
2.6. IMPACTS SOCIAUX POSITIFS ET NEGATIFS CUMULATIFS ...................................................................... 27
2.6.1. IMPACTS POSITIFS CUMULATIFS .......................................................................................................... 27
2.6.2. IMPACTS NEGATIFS CUMULATIFS ........................................................................................................ 28
3. RESPONSABILITE ORGANISATIONNELLE .................................................................................... 29
3.1. ORGANE D'EXECUTION DE LA REINSTALLATION .................................................................................. 29
3.1.1. ORGANISATION DE LA GESTION DU PROGRAMME ................................................................................ 29
3.1.2. CAPACITES DE L’ORGANE D’EXECUTION SUR LES QUESTIONS DE REINSTALLATION ............................ 29
3.1.3. AUTRES ACTEURS LOCAUX ................................................................................................................. 29
3.2. PREPARATION ET MISE EN ŒUVRE ....................................................................................................... 30
4. PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE .............................................................................................. 31
4.1. CONSULTATION PUBLIQUE .................................................................................................................. 31
4.2. INFORMATION DES PERSONNES AFFECTEES PAR LE PROJET ................................................................. 32
4.3. PLAN DE COMMUNICATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ............................................................ 33
4.3.1. STRATEGIE .......................................................................................................................................... 33
4.3.2. ETAPES DE LA COMMUNICATION ......................................................................................................... 33
5. INTEGRATION AVEC LES COMMUNAUTES D’ACCUEIL ........................................................... 33
6. ETUDES SOCIO-ECONOMIQUES ....................................................................................................... 34

2
6.1. CARACTERISTIQUES DE LA POPULATION AFFECTEE PAR LE PROJET ..................................................... 34
6.1.1. REPARTITION GEOGRAPHIQUE ............................................................................................................ 34
6.1.2. STRUCTURE PAR AGE DES ENQUETES ET GENRE .................................................................................. 34
6.1.3. GENRE, VULNERABILITE ET SITUATION MATRIMONIALE. .................................................................... 34
6.1.4. NATIONALITE, RELIGION ET ETHNIE .................................................................................................... 35
6.1.5. NIVEAU D’INSTRUCTION ..................................................................................................................... 35
6.1.6. OCCUPATION ET REVENUES DES PAPS ................................................................................................ 36
6.1.7. REVENU MOYEN SELON LE NOMBRE D'ENFANTS ................................................................................. 36
6.1.8. STATUT D'OCCUPATION DES BIENS AFFECTES ..................................................................................... 37
6.2. INVENTAIRE DES BIENS DES MENAGES DEPLACES ............................................................................... 37
6.2.1. CARACTERISTIQUES DES PARCELLES AFFECTEES ................................................................................ 37
6.2.2. SOUHAIT DES PERSONNES AFFECTEES ................................................................................................. 38
7. CADRE JURIDIQUE, Y COMPRIS LES MECANISMES DE REGLEMENT DES DIFFERENDS
ET D’APPEL ....................................................................................................................................................... 39
7.1. CADRE REGLEMENTAIRE AU NIVEAU NATIONAL ................................................................................. 39
7.1.1. CADRE JURIDIQUE DE LA GESTION DU FONCIER AU SENEGAL............................................................. 39
7.1.2. PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES AUX DEPLACEMENTS DE POPULATIONS AU SENEGAL ................... 40
7.1.3. AFFECTATION ET DESAFFECTION EN ZONE DE TERROIRS ..................................................................... 40
7.2. LA POLITIQUE DE LA BAD EN MATIERE DE DEPLACEMENT INVOLONTAIRE ........................................ 41
7.3. LES AUTRES POLITIQUES DE LA BAD INTERPELEES PAR LE PROJET..................................................... 42
7.4. LES POINTS DE CONVERGENCE ET DE DIVERGENCE EN LA POLITIQUE DE LA BAD ET LA LEGISLATION
NATIONALE ....................................................................................................................................................... 43
7.5. ANALYSE DE LA CONFORMITE DE LA DEMARCHE DE LA CASL AVEC LES PRINCIPES DE LA BAD EN
MATIERE DE DEPLACEMENT INVOLONTAIRE DE POPULATIONS .......................................................................... 48
7.6. PROCESSUS DE GESTION DES PLAINTES ET DES CONFLITS .................................................................... 49
7.6.1. LES TYPES DE RECOURS ...................................................................................................................... 49
7.6.2. PROCESSUS DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET CONFLITS .................................................................... 50
8. CADRE INSTITUTIONNEL ................................................................................................................... 51
8.1. RESPONSABILITE INSTITUTIONNELLE .................................................................................................. 51
8.2. LES ACTEURS AU NIVEAU LOCAL ET LES COLLECTIVITES .................................................................... 51
8.2.1. LA COMPAGNIE AGRICOLE DE SAINT LOUIS (CASL) ......................................................................... 51
8.2.2. LA COMMUNE DE DIAMA.................................................................................................................... 52
8.2.3. L’AUTORITE ADMINISTRATIVE (SOUS-PREFET) ................................................................................. 52
8.2.4. LES PAP ............................................................................................................................................. 52
8.2.5. LE TRIBUNAL REGIONAL ..................................................................................................................... 52
8.2.6. EVALUATION DES CAPACITES EN MATIERE DE REINSTALLATION DES ACTEURS INSTITUTIONNELS ...... 52
9. ÉLIGIBILITÉ ............................................................................................................................................ 54
9.1. CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES PAR LE PROJET ................................................. 54
9.2. DATE D'ELIGIBILITE ............................................................................................................................ 54
10. EVALUATION ET INDEMNISATION DES PERTES ........................................................................ 55
10.1. ÉVALUATION DES PEINES ET SOINS DUES AUX POPULATIONS AFFECTEES ............................................ 55
10.2. METHODOLOGIE D'EVALUATION ......................................................................................................... 55
10.2.1. NEGOCIATION DU TERRAIN ............................................................................................................ 55
10.2.2. AFFECTATION DU TERRAIN ............................................................................................................ 56
10.3. COMPENSATION DES PEINES ET SOINS ................................................................................................. 56
10.4. PAIEMENT DES PEINES ET SOINS .......................................................................................................... 56
10.5. MESURES SOCIALES ADDITIONNELLES D’APPUI AUX COMMUNAUTES ................................................. 57
11. IDENTIFICATION DES SITES DE REINSTALLATION POSSIBLES, CHOIX DU (DES) SITE(S),
PREPARATION DU SITE ET REINSTALLATION ..................................................................................... 58
12. LOGEMENTS, INFRASTRUCTURES ET SERVICES SOCIAUX .................................................... 58
13. PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ........................................................................................... 58
14. CALENDRIER D’EXECUTION ............................................................................................................. 59
15. COUTS ET BUDGETS ............................................................................................................................. 59

3
15.1. COUT DU PLAN D’ACTION DE REINSTALLATION ................................................................................. 59
15.1.1. COUTS DES CESSIONS DE PARCELLES ............................................................................................. 60
15.1.2. COUTS DE MISE EN PLACE DU PAR ................................................................................................ 60
15.1.3. COUTS DES MESURES D’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL...................................................................... 60
15.1.4. COUTS DU SUIVI-EVALUATION ....................................................................................................... 60
15.1.5. SYNTHESE DES COUTS GLOBAUX DU PR ........................................................................................ 60
15.2. PLAN DE FINANCEMENT ...................................................................................................................... 60
16. SUIVI ET EVALUATION ........................................................................................................................ 61
16.1. LE SUIVI ............................................................................................................................................. 61
16.2. INDICATEURS DE SUIVI ........................................................................................................................ 61
16.3. ORGANES DU SUIVI ET LEURS ROLES ................................................................................................... 61
16.4. L’EVALUATION ................................................................................................................................... 61
16.5. COUT DU SUIVI-EVALUATION .............................................................................................................. 62
CONCLUSION.................................................................................................................................................... 63
ANNEXES ........................................................................................................................................................... 64
ANNEXE 1 : LISTE DES PERSONNES AFFECTEES PAR LE PROJET (PAPS) ............................................................. 65
ANNEXE 2 : QUESTIONNAIRE D'ENQUETE SOCIOECONOMIQUE ..................................................................... 67
ANNEXE 3: LETTRE D'INTRODUCTION ET D'INFORMATION ................................................................................. 69
ANNEXE 4 : EXEMPLE D’ACTE DE CESSION DE TERRAIN PAR UNE PAP ........................................................ 70
ANNEXE 5 : FICHE DE PLAINTE .......................................................................................................................... 73
ANNEXE 6 : AUTEURS DE L’EES .................................................................................................................. 74
ANNEXE 7 : REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................. 74
ANNEXE 8 : PERSONNES RENCONTREES ............................................................................................................ 75
ANNEXE 9 : PV DES RENCONTRES DE CONSULTATION AVEC LES PAP .............................................................. 77

4
ACRONYMES

BAD : Banque Africaine de Développement


CADL : Centre d'Appui au Développement Local
CASL : Compagnie agricole de Saint-Louis
CDE : Code du Domaine de l'Etat
CR : Commune
DRDR : Direction Régionale du Développement Rural
DREEC: Division Régionale de l’Environnement et des Etablissements Classés
ECUP : Expropriation pour Cause d'Utilité Publique
GIE : Groupement d’Intérêt Economique
MCA : Millenium Challenge Account
ONG : Organisation Non Gouvernementale
PAP : Personne affectée par un projet
PCR : Plan Cadre de Réinstallation
PCR : Président du Conseil Rural
PAR : Plan d’Action de Réinstallation
PLD : Plan Local de Développement
POAS : Plan d’Occupation et d’Affectation des Sols
PNAR : Programme National d’Autosuffisance en Riz
IEC : Information Education et Communication
OCB : Organisation Communautaire de Base
PAP : Personne Affectée par le Projet
PDI : Politique de Déplacement Involontaire des populations (BAD)
PLD : Plan Local de Développement
PAR : Plan d’Action de Réinstallation
SAED : Société d'Aménagement et d'Exploitation du Delta
SO : Sauvegarde Opérationnelle
SSI : Système de Sauvegardes Intégrées
SVR : Section Villageoise de Rone

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 Processus de préparation des PAR .................................................................................. 30


Tableau 2 Activités principales et les responsables............................................................................. 30
Tableau 3 Comparaison entre la législation nationale et celle de la BAD en matière de réinstallation 44
Tableau 4 Arrangements institutionnels de mise en œuvre - Charte des responsabilités ................. 52

LISTE DES FIGURES

Figure 1:Structure par âge selon le genre (enquête consultant novembre 2013) ................................... 34
Figure 2: Situation matrimoniale selon le genre (enquête consultant novembre 2013) ........................ 35
Figure 3: Caractéristique ethnique des PAP (enquête consultant novembre 2013)............................... 35
Figure 4: Niveau d'instruction des PAP (enquête consultant novembre 2013) ..................................... 36
Figure 5: Catégorie socioprofessionnelle des PAP (enquête consultant novembre 2013) .................... 36
Figure 6: Revenu moyen mensuel selon le nombre d'enfants (enquête consultant novembre 2013) .... 37
Figure 7: Caractéristiques des parcelles affectées (enquête consultant novembre 2013) ...................... 37

5
RESUME

Introduction
La Compagnie agricole de Saint-Louis SA (CASL SA) a initié le présent projet agro-industriel de
riziculture irriguée sur 2024.5 ha dans la Commune de Diama. Ce projet constitue la première phase
d’un programme global de 4500 ha prévu dans les communautés rurales de Diama et de Gandon
devenues communes après les élections locales de juin-juillet 2014. Dans l’exécution de ce projet, la
CASL a sollicité l’appui financier de la Banque Africaine de Développement (BAD).

Les investissements prévus par le projet sont susceptibles d’occasionner des effets négatifs au plan
social, en termes de pertes de terres ou autres actifs socio-économiques. Sous ce rapport, le présent
Plan d’Action de Réinstallation (PAR) a été réalisé pour prendre en compte l’ensemble de ces aspects,
et aussi pour prévenir et gérer de façon équitable les éventuelles incidences qui pourraient découler de
la mise en œuvre du projet, en conformité avec la législation sénégalaise et les directives de la Banque
Africaine de Développement sur le déplacement involontaire de populations.

Il faut préciser que le présent PAR porte essentiellement sur l’acquisition des terres du site de Djeuss,
prévu pour les aménagements agricoles. Le site retenu pour l’unité agro-industrielle fait partie des
terres déclassées de la réserve du Ndiaël et réaffectée à la CASL par la Commune de Diama.

Pour ce projet, le règlement des cessions de terre étant déjà effectif avant la préparation de ce présent
Plan d’Action de Réinstallation (PAR), la stratégie du consultant pour élaborer ce PAR a été de
déterminer le niveau de conformité de la démarche et de la procédure de réinstallation initiée par la
CASL avec la législation nationale et la politique de la BAD (la sauvegarde opérationnelle 2) en
matière de déplacement involontaire.

Description et justification du projet, de la zone du projet et de la zone d'influence du projet


Description et justification du projet
Le projet de la Compagnie agricole de Saint-Louis SA (CASL SA) consiste à produire du riz paddy, le
stocker, le transformer en riz blanc, et le commercialiser au Sénégal. Plus spécifiquement, il s’agira :
(i) de réaliser des nouveaux aménagements avec maîtrise totale de l’eau sur une première exploitation
agricole de 2024,5 ha dénommée Djeuss Nord (Commune de Diama), et une unité agro-industrielle de
2 x 8 t/h à proximité du village de Raïnabé 1 (Commune de Diama, en limite de la Commune de Ross-
Béthio).

Principales caractéristiques de la Zone d’Intervention du Projet


Le projet est implanté dans la région de St-Louis, précisément dans la Commune de Diama. Les
infrastructures et installations prévues dans le cadre du projet sont localisées dans la Commune de
Diama, en limite de la Commune de Ross-Béthio.
Un zonage des différents types de répertoriés dans le Delta se présente comme suit : les sols de type
hydromorphes peu humifère plus connu sous le nom local de « falos » ; les sols de transition entre les
fondés et les hollaldés appelés «faux Hollaldés»; les sols lourds formés par l’accumulation de dépôts
fluviaux lors de la décantation des eaux de crue plus connu sous le nom local de «Hollaldés».; les sols
peu évolués d’apport sablo-argileux (11 à 30% d’argile) plus connu sous le nom de «fondés».
Les axes hydrauliques au niveau de la zone du projet se présentent comme suit : le fleuve Sénégal, le
Lampsar, le Djeuss, le Gorom Amont, le Gorom Aval et de plusieurs cours d’eau intermittents dont le
plus important est le Djeuss.
La végétation au niveau du Delta du fleuve Sénégal épouse toutes les caractéristiques d’une steppe
sahélienne. Différentes unités végétales peuvent être identifiées : strate herbacée, la strate arbustive et
la strate arborescente. Du point de vue écologique, la végétation sur le site du projet et son milieu
environnant est essentiellement composée d’espèces adaptées.
La zone d’influence du projet inclut le Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD) qui couvre une
superficie de 16000 hectares. Depuis sa création, le PNOD a suscité un intérêt sur la conservation de la
biodiversité et lui a placé comme site de la convention de Ramsar en 1977, puis en 1981 comme site

6
du patrimoine mondial. Ce parc est composé d'un ensemble de marais, de lacs et de cours d'eaux
permanents.

La Commune de Diama se situe dans l'arrondissement de Ndiaye, département de Dagana, région de


Saint-Louis. Elle compte 67 villages officiels et plusieurs hameaux. L’habitat dispersé qui caractérise
la Commune traduit le souci d'occupation de l'espace et le rapprochement de la population des zones
d’exercice de leurs activités principales que sont l'élevage et l'agriculture. La Commune de Diama
compte une population de 46 416 habitants dont 51% de femmes dont 51% de femmes. Par ailleurs,
on note une majorité de jeunes avec 56% pour les moins de 20 ans, 22% pour la tranche d’âge 20-35.
Le peuplement est constitué en majorité de Pulaar et de Wolof. Toutefois, on note une forte
communauté Maures (du fait de la proximité avec la Mauritanie), des Sérères et des Diola concentrés
dans les villages de Savoigne Pionniers et de Biffèche. Les sérères et diola constituent des minorités
ethniques dans la zone du projet, et sont essentiellement présents dans l’agriculture.

Impacts potentiels
Les biens affectés par le projet agro-industriel de la CASL sont exclusivement des parcelles de terres à
vocation agricole et pastorale. De façon spécifique le projet de la CASL couvre une superficie totale
de 2024.5 ha détenus par 94 personnes constituées de quinze (15) personnes morales structurées en
Groupement d'Intérêt Economique (GIE), ou en Société d'Exploitation Agricole ou en Section
villageoise (SVC) et de 79 personnes physiques . Ces terres avaient été attribuées par la Commune de
Gandon à tous ces bénéficiaires. Le projet engendrera auprès de ces personnes une perte définitive de
terre sans pour autant que ces personnes aient à se déplacer physiquement. Au moment de la cession
des terres aucune infrastructure n'était érigée dans les parcelles. De même, aucune activité agricole
n'était exercée dans les parcelles. Donc le projet n'engendrera ni de pertes d'infrastructures, ni de pertes
d'arbres ni de pertes de cultures.

Responsabilité organisationnelle
Dans le cadre du présent projet, la responsabilité organisationnelle de la réinstallation est la
Compagnie Agricole de Saint Louis (CASL) qui a déjà recruté à cet effet un Expert Environnement et
Social ayant déjà participé à la réalisation et la mise en œuvre de plans de réinstallation. Dans cet
exercice, une large place doit être faite à la participation des populations locales et des ONG à la
planification, à l'exécution et au suivi de la réinstallation. Sous ce rapport, la CASL devra impliquer la
commune de Diama, mais aussi les organisations paysannes dans la zone du projet, dans le processus
de réinstallation. Ces acteurs locaux devront être renforcés en capacités sociales pour mieux
comprendre et suivre la préparation et la mise en œuvre des actions de réinstallation.

Participation communautaire
Consultation publique
Le premier axe a consisté à des rencontres d'information générale avec les acteurs institutionnels
régionaux d'abord (services techniques : urbanisme, cadastre, SAED, Environnement, etc.) pour
recueillir leurs avis, préoccupations et suggestions par rapport aux activités de réinstallation prévues et
à l'accompagnement des personnes affectées par le projet. Ensuite d'autres séries de rencontres ont été
organisées avec les populations à la base et leaders d'opinion et les personnes concernées par les
opérations de cession de terres. Ces rencontres se sont tenues du 25/10 au 2/11/ 2013 (pour le 1er
groupe de 65 PAP) et du 10 au 17 aout 2014 (pour le 2ème groupe de 29 PAP). Les craintes et
préoccupations formulées sont liées : à la prise en charge dans l'aménagement des parcours pastoraux ;
à la création de point d'eau pour le bétail ; au changement d'objectifs du projet pour développer des
spéculations autres que le riz ; un non-respect des engagements du promoteur pour l'appui des
populations locales. La CASL va élaborer un plan de communication qui mettra un accent particulier
sur l’information, la sensibilisation et la mobilisation sociale des populations pour une meilleure
implication dans le développement de leur localité.

Information des personnes affectées par le projet


Compte tenu de leur dispersion à travers les villages de la commune de Ross-Béthio et ceux de la
commune de Diama, les populations expropriées ont été informées par les personnes ressources

7
locales ou par téléphone par le projet de l'arrivée de la mission de préparation du Plan d’action de
réinstallation. Ainsi, des entretiens par petits groupes ont pu être effectués pour recueillir les avis, les
préoccupations, les craintes et les attentes des expropriés par rapport au processus de réinstallation qui
a été initié par le projet. Les rencontres ont été menées du 25/10 au 2/11/ 2013 (pour le 1er groupe de
65 PAP) et du 10 au 17 aout 2014 (pour le 2ème groupe de 29 PAP). De façon générale les populations
affectées se félicitent de la conduite du projet et du processus de règlement des droits qui a été mis en
place par le projet. La démarche qui a été adoptée par le projet est un exemple de transparence et
d'équité d'après les principaux concernés. Les craintes et préoccupations exprimées sont relatives : la
non-implication des populations dans la mise en œuvre du projet ; au non respects des engagements
que le promoteur a souscrit avec les populations ; le non recrutement des populations locales comme
ouvriers agricoles.

Intégration avec les communautés d’accueil


Le projet n’a pas occasionné de déplacement physique de personnes ni de réinstallation dans un site
d’accueil. Ainsi, aucune disposition n’est nécessaire à prendre pour régler tout différend qui pourrait
survenir entre les personnes déplacées et les communautés d'accueil. De même, aucune mesure n’est
nécessaire à prendre pour augmenter les services publics (éducation, eau, santé et production) dans les
communautés d'accueil pour les rendre comparables à ceux fournis aux personnes déplacées. Sous ce
rapport, cette section est sans objet.

Études socio-économiques
Caractéristiques de la population affectée par le projet
Si le projet agroindustriel concerne essentiellement les localités de Diama, on peut constater que les
PAPs viennent de différents villages qui sont localisés au-delà de la zone d'influence immédiate du
projet. Les 94 PAP représentent environ 570 personnes. La décomposition par sexe des 94 PAP est
comme suit : 15 personnes morales (GIE, SVC etc.) ; 79 personnes physiques parmi lesquels on a 14
femmes et 65 hommes. L’âge moyen des PAPs est assez élevé soit 48.5 ans. La répartition par sexe
laisse apparaitre que 82 .3% des PAPs sont des hommes ; une situation qui vient poser la question de
l’accès des femmes au foncier puisqu’elles représentent seulement environ de 17.7 des effectifs. Tous
les PAPs sont des sénégalais, ils sont également de confession musulmane.
C’est seulement par rapport aux groupes ethniques que l’on observe des différences plus ou moins
marquées. On note que les wolof et les peulh/toucouleur sont les plus représentées avec chacune
34,3% des enquêtés, suivi des maures 28,4%. Les mandingue/socé et les sérères constituent la minorité
avec chacune 1.5%.
On note que 10,4% des PAPs n’ont pas atteint le niveau secondaire. La majorité des enquêtés a reçu
un enseignement coranique. L’agriculture demeure la principale occupation, elle est pratiquée par
68,1% des répondants. L’élevage et l’artisanat sont pratiqués respectivement par 9,3% et 7% des
enquêtés. L’enquête a révélé que les femmes sont assez dynamiques dans les secteurs de l’agriculture
et de l’artisanat avec 28,6% des femmes qui s’activent dans l’un ou l’autre secteur. L’enquête a
révélé que les femmes ne s’activent pratiquement pas dans l’agriculture, elles sont en effet plus
dynamiques dans l’artisanat où l'on retrouve 28,6% des effectifs. Les 60 % qui restent s'activent dans
les activités aussi diversifiées que sont: l'administration et les travaux domestiques. 98.95 % des
personnes concernées par les cessions de terre avaient souhaité être compensé en espèce. Seul un GIE
a choisi une compensation en nature sous forme d'accès à l'eau et un aménagement de leur parcelle par
le projet.

Personnes vulnérables
Les enquêtes auprès des PAP ont permis d’identifier deux (2) femmes, célibataires avec enfants en
charge, ayant de faibles revenus et pouvant être classées comme personnes vulnérables.

PAP et statut d’occupation des terres


La majorité des enquêtés 21,1% habitent à Déby tiguette, suivent Ross Béthio et Diadiam 3 où
habitent 16,9% des enquêtés. Les effectifs les plus faibles sont observés à Diama, Bissette, Ouro
Liban, Diagambal, Railnabé avec 1,4% des PAPs par localité. Les PAP sont composées de 16
personnes morales et 79 personnes physiques. Les enquêtes ont permis de constater que les

8
Populations affectées par le projet CASL sont tous attributaires de parcelles qu’ils occupaient avant le
démarrage du processus de réinstallation. Elles sont affectataires de ces parcelles suite à des
délibérations de l’ancien conseil rural de Diama et de Ross-Béthio (avant que cette dernière soit
transformée en commune en 2008).

Inventaire des biens des ménages déplacés


La totalité des biens affectés est constituée de 94 parcelles en friche qui ne comporte aucune activité
agricole ni d'infrastructures fixes ou amovibles susceptibles d'être endommagées. En effet, depuis leur
affection les PAP n’ont pas mis en valeur les parcelles du fait de problème d’eau et de manque de
moyen pour aménager leurs terres salées. Les superficies des parcelles affectées varient entre 2 et 100
ha. Les fourchettes de parcelles cédées les plus importantes varient entre 10 et 20 ha et représente
34,7%, elles sont suivie de celles qui sont comprises entre 20 et 30 ha et celles de 30 et 40 ha qui
constituent à eux deux 27.8% des parcelles.

Cadre juridique, y compris les mécanismes de règlement des différends et d’appel


Cadre règlementaire au niveau national
En matière d’expropriation et de compensation, le seul texte applicable au niveau national reste la loi
nº 76-67 du 2 juillet 1976 et son décret d’application. D’autres textes sont aussi applicables : la loi
n°2011-07 du 30 mars 2011 portant régime de la Propriété foncière ; le décret n° 64-573 du 30 juillet
1964 fixant les conditions d'application de la loi n° 64-46 du 17 juin 1964 relative au domaine national
; le décret n° 64-574 du 30 juillet 1964 portant application de l'article 3 de la loi n° 64-46 du 17 juin
1964 relative au domaine national et autorisant à titre transitoire l'immatriculation au nom des
occupants ayant réalisé une mise en valeur à caractère permanent ; le décret n° 80-1051 du 14 octobre
1980 abrogeant et remplaçant les articles 2, 8, 14, 19 et 20 du décret n° 72-1288 du 27 octobre 1972
relatif aux conditions d'affectation et de désaffectation des terres du domaine national comprises dans
les communautés rurales.

Cadre réglementaire international en vigueur


S’agissant de la BAD, la sauvegarde opérationnelle (SO 2) en matière de déplacement involontaire de
populations réaffirme l'attachement de la Banque à la promotion de l'intégration environnementale et
sociale en tant que moyen de stimuler la réduction de la pauvreté, le développement économique et le
bien-être social en Afrique. L’analyse des deux législations montre que, sur certains points, il y a une
convergence et sur d’autres, des divergences entre la législation sénégalaise et la SO 2 de la BAD. Il
apparaît que ces points non pris en compte dans la législation nationale ne sont pas en contradiction
avec les directives de la BAD : ils relèvent plutôt d’une insuffisance dans la législation nationale.
Ainsi, pour être en conformité avec la politique de la BAD, la CASL veillera à appliquer les directives
de la BAD chaque fois quand il y a une divergence entre la législation nationale et les dispositions de
la BAD.

Processus de gestion des plaintes et conflits


Plusieurs types de conflits peuvent surgir durant la procédure de réinstallation. En cas de litiges ou de
désaccords, des mécanismes appropriés doivent être mis à la disposition des PAP pour se défendre et
s’exprimer librement. Le Projet mettra à la disposition des PAP toutes les informations concernant les
modes de calculs, les recours et les mécanismes mis à leur disposition permettant de les aider à
effectuer toutes démarches liées à l’ensemble du processus. Pour résoudre ces éventuels conflits, les
mécanismes suivants sont souvent utilisés : (i) Une communication appropriée qui fournit des
explications détaillées ; l’implication des PAP au début et à l’ensemble du processus ; (ii) Le recours
à l’arbitrage des notables de la communauté ; (iii) La Commission de Conciliation ; (iv) Le recours
aux tribunaux.

Cadre institutionnel
Responsabilité institutionnelle
Le présent projet porte sur une procédure de désaffectation et de réaffectation de terres du domaine
national. Sous ce rapport, les responsabilités institutionnelles sont assurées comme suit par : (i) les
PAP, qui établissent une demande de désaffectation de leurs terrains à la Commune de Diama ; (ii) la

9
CASL, qui adressent une demande d’affectation de terrain cédés par les PAP ; (iii) la Commune de
Diama, dont le conseil va délibérer pour désaffecter les terres cédées par les PAP en vue de leur
réaffectation à la CASL ; (iv) l’Autorité Administrative approuve la délibération du conseil rural pour
la réaffectation des terres et (v) le tribunal régional, en cas de litige non réglé à l’amiable.

Les acteurs au niveau national et des collectivités locales


Dans le cadre du présent projet, le cadre institutionnel qui s'applique à ce plan d’action de
réinstallation est structuré autour des acteurs suivants qui seront chargées de conduire la préparation, la
validation et la mise en œuvre du Plan d’action de Réinstallation : la Compagnie Agricole de Saint
Louis (CASL) ; les Collectivités Locales (Diama) ; l’Autorité Administrative (Sous-Préfet) ; le
tribunal régional.

Les PAP
En ce qui concerne le projet, les catégories ayant été affectées sont constituées principalement de PAP
subissant des pertes d’actifs, de terres agricoles. Les PAP n’ont pas fait l’objet d’un déplacement
physique du fait du projet. Toutes les PAP ont été identifiées et caractérisées dans le cadre de la
présente étude.

Éligibilité
Critères d’éligibilité des personnes affectées par le projet
Selon la SO 2, les personnes éligibles à une indemnisation/compensation ou à l'aide à la réinstallation
sont classées en trois catégories : (a) Ceux qui ont des droits légaux formels sur les terres ou autres
biens reconnus en vertu des lois du pays concerné. Cette catégorie inclut les personnes qui résident
physiquement à l’emplacement du projet et celles qui seront déplacées ou pourraient perdre l’accès ou
subir une perte de leurs moyens de subsistance à la suite des activités du projet ; (b) Ceux qui
n’auraient pas de droits légaux formels à la terre ou à d’autres actifs au moment du recensement ou de
l’évaluation, mais peuvent prouver qu’ils ont une réclamation qui serait reconnue par les lois
coutumières du pays ; (c) Ceux qui n’ont pas de droits légaux ou de réclamation reconnaissables sur
les terres qu’ils occupent dans le domaine d’influence du projet, et qui n’appartiennent à aucune des
deux catégories décrites ci-dessus, mais qui, par eux-mêmes ou via d’autres témoins, peuvent prouver
qu’ils occupaient le domaine d’influence du projet pendant au moins 6 mois avant une date butoir
établie par l’emprunteur ou le client et acceptable pour la Banque (ces catégories ont droit à une
assistance à la réinstallation en lieu et place de l’indemnisation pour la terre afin d’améliorer leur
niveau de vie antérieur).
Les personnes déplacées faisant partie des groupes (a) et (b) ci-après ont droit à une
indemnisation/compensation pour leur terre ou autres ressources confisquées pour les besoins du
projet. Les personnes du groupe (c) reçoivent seulement une aide à la réinstallation.

Dans le cadre du Projet, les PAPS affectataires des parcelles par acte de la Commune de Diama n’ont
pas valorisé leurs parcelles depuis plusieurs années. Aussi, on peut affirmer que l’ensemble des PAPs
appartiennent à la catégorie (b) compte tenu du fait qu'elles n'ont pas valorisé leurs parcelles et qu'elles
sont affectataires, elles ne peuvent prétendre en guise de compensation comme le stipule la loi que sur
les peines et soins apportés à leur terre. Cette compensation sur les soins et peines ont été
unanimement acceptés par les PAPs).

Date d’éligibilité
La date limite d'éligibilité correspond la date de démarrage des opérations de recensement destinées à
déterminer les ménages et les biens éligibles à compensation, à laquelle les ménages et les biens
remarqués dans les emprises affectées sont éligibles à compensation. Dans le cadre du projet, cette
date correspond 18 juillet 2013. Toutes personnes ou ménages qui viendraient sur le site au-delà de
cette date ne sera pas éligible aux compensations. Les PAP ont été informées de cette date limite
d’éligibilité. En effet, des fiches d’information ont été adressées à la Commune de Diama pour
affichage.

10
Évaluation et indemnisation des pertes
Ainsi, pour la fixation du taux de cession des parcelles les négociations entre le CASL et les
populations affectées ont tenu compte des critères suivants : la taille de la parcelle ; la proximité de
l’eau ; et la qualité du sol. Le montant consensuel qui a été arrêté entre les différentes parties (les
représentants de l’Union des GIE du Delta et la CASL, en mars 2013) a fixé le taux à 180 000 f CFA
l'hectare. Ce taux a été jugé par 98% des personnes affectées comme très correcte. Deux modalités de
compensations des peines et soins ont été proposées par le CASL aux personnes affectées. Il s'agit : (i)
d'une compensation financière pour 94 PAP (personnes physiques et morales) (ii) d'une compensation
en nature pour la section villageoise de Rone (personne morale). Les modalités de la compensation en
nature prévoient l’aménagement d’un périmètre irrigué d’une valeur équivalente au taux consensuel
arrêté, soit 18 millions de f CFA en échange de 100 ha cédés au projet (CASL). Cette entente est
consignée dans un protocole d'accord qui lie le village et le projet CASL.

Pour le 1er groupe de 65 PAP, à ce jour toutes les peines et soins dus aux affectataires de parcelles au
titre des cessions de terre au profit du projet (CASL) ont été intégralement réglés excepté
l'aménagement du périmètre de la section villageoise de Rone d'une valeur de 18 millions qui le sera
en 2015 Pour le 2eme groupe de 29 PAP qui ont cédé 85% de leurs terres, les paiements ont été
totalement effectués.

Par ailleurs, il faut souligner que la CASL a prévu, dans le cadre de conventions, des mesures sociales
d’accompagnement de ce processus de compensation aussi bien pour la Commune de Diama que pour
les villages de Rone, de Diadiam 3 et de Polo et les exploitants agricoles de la zone d’intervention du
projet : l’accès aux infrastructures hydrauliques (réhabilitation et construction de chenaux et
collecteurs de drain; accès gratuit aux infrastructures hydrauliques ) ; contrats de production de riz
paddy ; pistes de production publiques ; maintien des couloirs de passage pour le bétail prévu par le
POAS ou réalisation de mares d’abreuvement alimentées en eau toute l’année ; embauche en priorité
les ressortissants de la Communauté Rurale pour les postes de main-d’œuvre qualifiée et non
qualifiée ; appuyer à la création d’entreprises ; appui à la Communauté Rurale pour la réalisation de
projets sociaux ; etc.

Identification des sites de réinstallation possibles, choix du (des) site(s), préparation du site et
réinstallation
Au regard du contexte du projet, il n’y a ni perte d’habitations dans la zone du projet, ni pertes de
champs en cultures, ni de déplacement physiques de populations nécessitant une réinstallation de
personnes. Les activités du projet se déroulant en zone rurale dans un espace agro-sylvo-pastorale, les
impacts vont particulièrement concernées l’accès aux ressources naturelles et la gestion de l’espace.
Ainsi, aucune disposition n’est nécessaire à prendre pour choisir et préparer des sites de réinstallation.
Sous ce rapport, cette section est sans objet.

Logements, infrastructures et services sociaux


Le projet n’a pas occasionné de déplacement physique de personnes ni de réinstallation dans un site
d’accueil. Ainsi, aucune mesure n’est nécessaire à prendre réaliser des logements, des infrastructures
et des services sociaux (éducation, eau, santé et production). Sous ce rapport, cette section est sans
objet.
Toutefois, il y a lieu de souligner que la CASL a prévu des mesures sociales d’accompagnement des
compensations déjà effectuées aux personnes et communautés affectées et qui font l’objet d’une
convention entre la Commune et la CASL. Ces mesures sociales sont les suivantes : Prolonger les
canaux d’amenée d’eau aux périmètres irrigués de la Compagnie et des usagés riverains; Réaliser des
périmètres irrigués au profit des villages ; Réaliser des collecteurs de drains et une station d’exhaure ;
Signer avec les riziculteurs des contrats de production de riz paddy ; Réaliser des pistes de production
publiques ; Maintenir des couloirs de passage pour le bétail prévu au niveau du POAS et réaliser des
mares d’abreuvement alimentées en eau toute l’année par la Compagnie ; Après la récolte de riz
d’hivernage, permettre sous conditions, aux bétails des éleveurs de pâturer ; Embaucher en priorité les
ressortissants des communautés rurales ; Appuyer à la formation professionnelle des ressortissants de

11
la commune; Appuyer à la création d’entreprises ; Appuyer la commune pour la réalisation de projets
sociaux, selon les PLD.

Activités économiques générées par le projet


Secteurs d’intervention Données et résultats escomptés
Création d’activités :  2024.5 ha de terres irrigables, soit 1755 ha de riz cultivé
Le Projet prévoit l’accès aux  6 tonnes / hectare, avec 1,5 campagne par an
chenaux d’irrigation, ce qui  15 795 tonnes de riz paddy
permettra de disposer de 2024.5  125 F / kg, soit des retombés de 1,95 milliards de F CFA/an
ha de terres irrigables
Agriculture :  1 500 ha/an
Contrat de production de riz (avec  6 tonnes / hectare, avec 1,5 campagne par an
encadrement technique, accès aux  13 500 tonnes de riz paddy
crédits de campagne et prestations  125 F / kg, soit des retombés de 1,7 milliards de F CFA/an
de travail du sol et de récolte)
Maraîchage  10 hectares équipés en matériel d’irrigation
Promotion des cultures  Rendement : 25 tonnes / hectare
maraîchères (oignon, choux,  250 tonnes de légumes /an
carottes…)  300 F/kg, soit des retombés de 75 millions de F CFA/an
Elevage  10 jeunes éleveurs formés et installés
Formation en élevage intensif et  100 vaches sélectionnées
aide à l’installation  Production de lait par vache : 2000 l/an (contre 250 l/an en élevage
extensif) , soit 200 000 litre de lait/an
 200 F/litre, soit des retombés de 40 millions de F CFA/an
Piscicultures  5 jeunes formés et installés
Formation en pisciculture et aide  Production : 10 t/an
à l’installation  200 F/kg
 2 millions de FCFA/an
Arboriculture  5 000 arbres fruitiers plantés
Plantation d’arbres fruitiers dans  100 t/an (à partir de la 5ème année)
les villages (bananier, agrumes,  300 F/kg, soit des retombés de 30 millions de F CFA/an
manguiers)
Accès à l’eau potable  soit un investissement de 30 millions de FCFA (Raïnabé 1 et Abou
Canalisation primaire et création Assane : 4 millions de F CFA ; Diadiam 3 et Rone : 20 millions de F
de bornes fontaine au niveau des CFA ; Polo 1 : 6 millions de F CFA)
villages riverains

Protection de l'environnement
Le projet n’a pas occasionné de déplacement physique de personnes ni de réinstallation dans un site
d’accueil. Aussi, aucune mesure de protection de l’environnement n’est nécessaire à prévoir car le site
d’accueil n’existe pas.

En revanche, la CASL a prévu certaines mesures environnementales et sociales en faveur des


communautés où les terres seront affectées et qui font l’objet d’une convention entre la Commune et la
CASL. Ces mesures sociales sont les suivantes : Reboiser en périphérie des villages ; Maintenir un
parfait niveau de planage des casiers et gérer la lame d’eau au plus juste à l’aide de vannes calibrées à
l’entrée des parcelles et de règles graduées ; Déchaumer les parcelles juste après la récolte, afin
d’éviter la remonté du sel par capillarité ; Raisonner la fertilisation afin d’éviter les pertes par
lessivage ; lors de l’application des engrais et herbicides, fermer les prises d’eau des casiers afin
d’éviter tout mouvement d’eau ; Privilégier les moyens naturels pour lutter contre les oiseaux
granivores ; Broyer ou recycler les pailles de riz pour être vendue aux éleveurs ; Entretenir
régulièrement les chenaux, canaux et drains afin d’éviter la prolifération des typhas.

12
Calendrier d’exécution

N° Etapes et activités de la procédure Dates/Périodes


1. Phase préparatoire
1.1 Elaboration de l’Avant-Projet détaillé Octobre –novembre 2013
1.2 Délimitation, implantation et bornage Octobre 2013
1.3 Campagne d’information 25 octobre et le 02 novembre 2013
 Diffusion de l’information
1.4 Recensements/évaluation des impenses Effectué en juillet 2013 et en début
 Evaluation des occupations 2014. Toutefois, la vérification a été
 Estimation des indemnités faite pour la présente étude, en
décembre-janvier 2013 et en aout 2014
1.5 Affiche de la liste des PAP, traitement des réclamations Février 2014 et par la suite
1.6 Estimation budget global Février 2014
1.7 Elaboration du PAR Février-aout 2014
1.8 Validation du PAR par tous les acteurs impliqués dans la Septembre 2014
mise en œuvre du projet
1.9 Publication du PAR + dépôt des copies à la Commune de Aout 2014
Diama, à la mairie Ross-Béthio et à DREEC de Saint Louis
2. Phase de mise en œuvre du PAR
2.1 Commission de Conciliation Juin 2013 – aout 2014
 Négociation des indemnités (Activités déjà réalisées)
2.2 Signature actes d’acquiescement Juillet 2013 et début 2014
(Activités déjà réalisées)
2.3 Mise en place des compensations et paiement des PAP Juillet 2013 et début 2014
 Mobilisation des fonds (Activités déjà réalisées pour le 1er
 Compensation aux PAP groupe de 65 PAP ; activités en cours
pour le 2eme groupe de 30 PAP)
2.4 Mise en demeure Juillet 2013 (pour le 1er groupe de 65
PAP) et début 2014 pour le 2eme groupe
de 30 PAP)
2.5 Libération des sites Juillet 2013 (pour le 1er groupe de 65
PAP) et début 2014 pour le 2eme groupe
de 29 PAP)
2.6 Déplacement des installations et des personnes Sans objet
 Assistance au déplacement
 Prise de possession des terrains
2.7 Suivi et évaluation de la mise en œuvre des PAR Mai 2014 jusqu’à la fin de la
 Suivi de la mise en œuvre du PAR réinstallation
A la fin des opérations de réinstallation
 Evaluation de l’opération (2015)
2.8 Mise à disposition des terres déjà réalisée depuis juillet 2013 et début
2014
2.9 Début des travaux du projet déjà réalisée depuis juillet 2013 et début
2014

Coût et budget
Coût du PAR
La CASL va financer la totalité du budget du plan d’action de réinstallation qui s'élève à 480 000 000
FCFA réparti comme suit :

Rubriques Financement

13
Montant Source
Cessions de parcelles 364 410 000f CFA
Dispositif d’accompagnement social des PAP 50 000 000
Elaboration et mise en œuvre d’un plan de communication 30 000 000 f CFA CASL
(information et sensibilisation ; diffusion du PAR ; etc.)
Provision pour l'évaluation finale du PAR 20 000 000 f CFA
Imprévus 15 590 000 f CFA
TOTAL Général 480 000 000 f CFA

Plan de financement
La CASL va financer la totalité du budget du plan d’action de réinstallation qui s'élève 480 000 000
FCFA. Il convient de préciser que la CASL a déjà procédé au paiement et au règlement intégral des
indemnisations dues au 1er groupe de 65 PAP pour les peines et soins sur leurs parcelles agricoles. Il
ne reste que l'aménagement de la SVC de Rone qui sera effectif en 2015. Pour le 2eme groupe de 29
PAP qui ont cédé 85% de leurs terres, les paiements ont été totalement effectués.

Suivi et évaluation
Le suivi du PAR sera assuré par l’EES/CASL. Le suivi de proximité des activités de mise en œuvre de
la réinstallation effectué par la CASL n’aura pas d’incidence financière car l’activité étant déjà incluse
dans la mission de l’EES/CASL qui est déjà recruté par la CASL.
L’évaluation finale devrait se dérouler en 3 phases distinctes : photographie et analyse de la situation
au départ – photographie à mi-parcours – photographie et analyse en fin de projet. L'évaluation se fera
par l’entremise d'une ONG ou d'un Consultant indépendant recruté par la CASL.
Le suivi-évaluation devra se faire selon une approche participative et la prise en compte du genre.

Conclusion et recommandation
Ce document concerne le plan d’action de réinstallation de quatre-vingt-quatorze (94) affectataires de
parcelles agricoles sur le site du Djeuss Nord, en vue de la concrétisation du projet d’exploitation
agroindustrielle de la Compagnie Agricole de Saint-Louis qui s'étend initialement sur 2024.5 ha. Le
plan a été préparé avec la participation de toutes les parties prenantes. En tout, il y a eu 94 affectataires
qui ont été désaffectés de leurs parcelles au profit de la CASL. Il faut souligner que les parcelles n’ont
jamais été mises en valeur et les affectataires disposaient d’autres parcelles pour mener leurs activités
agricoles.

La particularité de cet exercice est que le processus d’acquisition des terres a déjà été bouclé par le
promoteur, sous forme de consensus avec la Commune de Diama et de Ross Béthio et les personnes
affectataires de parcelles. A ce jour, toutes les personnes affectées par les pertes de terres ont été
compensées de leurs peines et soins consentis sur les parcelles cédées à la CASL à l'exception de la
section villageoise de Rone. Les compensations ont été jugées justes et équitables par toutes les
personnes affectées, et sont globalement conformes aux dispositions nationales et à celles de la BAD.
Ainsi, il s’agissait beaucoup plus d’un exercice de vérification de conformité (avec la réglementation
nationale et celle de la BAD en matière de réinstallation) en vue de proposer des mesures de mise en
conformité et de mise en œuvre du PAR.

Concernant les mesures d'accompagnement en faveur des populations locales, la CASL a donné aux
personnes concernées la possibilité d'avoir la primeur sur les emplois qui seront créés par le projet,
d'établir des contrats de production de riz paddy (avec encadrement technique et prestations de travail
du sol et de récolte) avec les riziculteurs et accès au crédit de campagne pour les exploitants
volontaires et sélectionnés, de réhabiliter de construire et d’entretenir des infrastructures hydrauliques
collectives : chenaux d’irrigation, collecteurs de drains, station de drainage, ouvrages hydrauliques,
etc. Pour le suivi de la mise en œuvre de l'ensemble de ses mesures sociales d'accompagnement, la
CASL a déjà recruté un expert environnement et social pour procéder de façon régulière au monitoring
de ces activités afin de veiller à ce que les mesures sociales soient en conformité avec les objectifs des
populations, du promoteur et de la BAD.

14
INTRODUCTION

Contexte du projet

L’Afrique de l’Ouest importe plus de 10 millions de tonnes de céréales par an, constituées
principalement de riz, de blé et de maïs. Le montant de ces importations a été multiplié par 10 depuis
1980 et ne cesse d'augmenter, pour atteindre plus de 5 milliards de dollars. La pression
démographique, l'élévation du niveau de vie et la hausse régulière du prix des matières premières
agricoles sont les facteurs structurels de ce déséquilibre.
Sur la même période les importations du Sénégal sont passées de 100 000 à 900 000 tonnes de riz par
an (947 486 t en 20121). Ce pays est classé selon les années entre le 5ème et le 8ème rang des
importateurs mondiaux de riz.

Le Sénégal produit 300 000 t/an2 de riz blanc difficilement commercialisable à Dakar car mal usiné
(contient des graines et petits cailloux, les grains ne sont pas bien polis et calibrés). Pour réduire les
importations en riz et anticiper les situations de crises alimentaires et d’éventuels troubles comme ceux
intervenus dans le pays lors de la forte augmentation des cours mondiaux en 2008, les autorités se sont
engagées, à travers le Programme National d’Autosuffisance en Riz (PNAR), à atteindre
l’autosuffisance en riz à l’horizon 2016, par la réhabilitation de périmètres existants, la réalisation de
nouveaux périmètres et la promotion du secteur privé.

En termes de ressource en eau, le potentiel du bassin du fleuve Sénégal est de 255 000 hectares
irrigués par saison à l’horizon 2025, dont 156 305 ha pour le Sénégal3. Actuellement, sur la rive
gauche du Sénégal, au maximum 50 000 ha sont cultivés par saison (riz, canne à sucre et maraichage).
La vallée du fleuve Sénégal est la principale zone de production du riz au Sénégal (80% de la
production nationale). Les surfaces cultivées annuellement (sur les 2 saisons) dans cette région sont
passées de 30 000 ha en 2000 à 60 000 ha en 2008 mais n’ont plus évoluées ces 4 dernières années.
Le système de culture dominant est de type intensif en culture irriguée avec une intensité culturale de
1,1 (1,1 cultures par an), alors qu’une intensité culturale de 2 serait possible.

La maitrise de la culture irriguée permet d’obtenir des rendements moyens de 6 t/ha 4, soit le deuxième
rendement le plus élevé après l’Egypte5, avec des couts de production similaires à ceux rencontrés
pour les mêmes systèmes de production en Asie.

Les prix du marché local sont plus élevés que les cours internationaux du fait du fret maritime
d’environ 30 €/t pour le riz importé d’Asie, de la protection du marché agricole de l’UEMOA (droit de
douane de 12,9 %), des frais de transit et de stockage en manutention et des marges des intermédiaires
de l’ordre de 30 €/t6. Il en résulte un prix au stade importateur à Dakar de 1,4 à 1,5 fois supérieur au
prix FOB Asie.

1
Source Agence de Régulation des Marchés, 12 septembre 2013
2
Source SAED, moyenne 2009 à 2012
3
Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion du bassin du fleuve Sénégal (SDAGE), Phase 3 – Schéma
directeur, OMVS / UE / CSE / CG / SCP, version provisoire, décembre 2010, p. 54
4
Source SAED, 2013
5
Source M. V. Bado, chef de centre AfricaRice au Sénégal, février 2013
6
Sources Etude sur la compétitivité du riz de la vallée du fleuve Sénégal sur les marchés nationaux et régionaux,
AFD / GLG, octobre 2009

15
L’aménagement de nouveaux périmètres irrigués nécessite des moyens financiers importants de
l’ordre de 2 à 3 millions de francs par hectare. Les moyens limités des riziculteurs locaux et de l’Etat
du Sénégal expliquent en grande partie l’évolution lente des superficies aménagées et cultivées.

C’est dans ce contexte que les promoteurs ont initié le présent programme agro-industriel de
riziculture irriguée sur 4 500 ha dans les Communes de Diama et de Gandon. Ce programme fait
l’objet d’une première phase d’exécution dans la Commune de Diama, pour 2024.5 ha. Les autres
2475.5 ha feront l’objet de projets futurs quand les sites d’intervention seront déterminés.

Dans l’exécution de ce projet, la CASL a sollicité l’appui financier de la Banque Africaine de


Développement (BAD).

Objectif du PAR
Les investissements prévus par le projet sont susceptibles d’occasionner des effets négatifs au plan
social, en termes de pertes de terres ou autres actifs socio-économiques. Sous ce rapport, le présent
Plan d’Action de Réinstallation (PAR) a été réalisé pour prendre en compte l’ensemble de ces aspects,
et aussi pour prévenir et gérer de façon équitable les éventuelles incidences qui pourraient découler de
la mise en œuvre du projet, en conformité avec la législation sénégalaise et les directives de la Banque
Africaine de Développement sur le déplacement involontaire de populations.
Les objectifs du présent Plan d’Action de Réinstallation (PAR) du projet d'exploitation agricole de
2024.5 ha du Djeuss nord dans la Commune de Diama sont de :
 minimiser, dans la mesure du possible, la réinstallation involontaire et l’acquisition de
terres, en étudiant toutes les alternatives viables dès la conception du projet ;
 s’assurer que les personnes affectées sont consultées effectivement en toute liberté et dans
la plus grande transparence et ont l’opportunité de participer à toutes les étapes charnières
du processus d’élaboration et de mise en œuvre des activités de réinstallation involontaire
et de compensation ;
 s’assurer que les indemnisations, s’il y a lieu, sont déterminées de manière participative
avec les personnes en rapport avec les impacts subis, afin de s'assurer qu'aucune personne
affectée par le projet ne soit pénalisée de façon disproportionnée ; et
 s’assurer que les personnes affectées, incluant les groupes pauvres et vulnérables, sont
assistées dans leurs efforts pour améliorer leurs moyens d’existence et leur niveau et cadre
de vie.
Il faut préciser que le présent PAR porte essentiellement sur l’acquisition des terres du site de Djeuss,
prévu pour les aménagements agricoles. Le site retenu pour l’unité agro-industrielle fait partie des
terres déclassées de la réserve du Ndiaël et réaffectée à la CASL par la Commune de Diama.

Méthodologie pour la réalisation du PAR


La démarche méthodologique adoptée dans l’étude est basée sur deux approches complémentaires. La
première s’est basée sur une approche participative qui a combiné d’une part la collecte et l’analyse de
documents stratégiques (Plans locaux de développement, PAOS, documents techniques sur le projet)
et d’autre part, des entretiens et de focus groups avec les acteurs et partenaires concernés par le Projet
d'exploitation agricole du Djeuss Nord (CASL). Il s’agit :
 de l'équipe de la Compagnie Agricole de Saint Louis du Sénégal (CASL) ;
 de la Société de d'Aménagement et d'Exploitation du Delta (SAED) ;
 des services techniques Nationaux (Environnement, Urbanisme, Cadastre, Parcs
Nationaux, etc.) ;
 des autorités locales et administratives (élus locaux, maire, Président de Conseil Régional,
préfets) des circonscriptions concernées notamment de Ross-Béthio et de Diama ;
 des populations locales des villes et villages affectées et riveraines du projet (chefs de
villages, délégués de quartiers, agriculteurs, éleveurs, etc.);

Le but de ces entretiens étant :


 d’informer les acteurs concernés d’une façon juste et pertinente sur le projet, notamment,

16
sa description assortie des effets négatifs ;
 d’inviter les acteurs à donner leurs avis sur les propositions du Plan d’action de
réinstallation et d'instaurer un dialogue ;
 de définir et cerner les enjeux principaux du projet avec les différentes parties prenantes ;
 d’asseoir les bases d’une mise en œuvre concertée des actions prévues dans le cadre du
projet.

La seconde démarche est fondée sur une approche quantitative, basée sur l’administration d’un
questionnaire et d'une fiche de recensement aux personnes affectées par les activités du projet.
L’objectif visé étant de recenser les personnes et les biens affectés et de déterminer les profils
socioéconomiques des PAP et les conditions et moyens d’existences des personnes susceptibles d’être
affectées par le projet pour servir de base de calcul des compensations y afférentes.

Pour ce projet, le règlement des cessions de terre étant déjà effectif avant la préparation de ce présent
plan d’action de réinstallation, l'objectif majeur de la mission du consultant a été de déterminer le
niveau de conformité de la démarche et de la procédure de réinstallation initiée par la CASL avec la
législation nationale et la sauvegarde opérationnelle (SO 2) de la BAD en matière de déplacement
involontaire (identification des PAP ; recensement de leurs biens affectés ; estimation de la valeur des
pertes subies ; observation de la phase administrative de la procédure d’expropriation ; etc.)

17
1. DESCRIPTION ET JUSTIFICATION DU PROJET, DE LA ZONE DU PROJET ET
DE LA ZONE D'INFLUENCE DU PROJET

1.1. Description et justification du projet

1.1.1. Objectifs du projet

Le projet de la Compagnie agricole de Saint-Louis SA (CASL SA) sur le site de Diama consiste à
produire du riz paddy, le stocker, le transformer en riz blanc, et le commercialiser au Sénégal. Plus
spécifiquement, il s’agira : (i) de réaliser des nouveaux aménagements avec maîtrise totale de l’eau sur
une première exploitation agricole de 2024.5 ha dénommée Djeuss Nord (Commune de Diama), et une
unité agro-industrielle de 2 x 8 t/h à proximité du village de Raïnabé 1 (Commune de Diama, en limite
de la Commune de Ross-Béthio).

Le projet consiste en des aménagements hydro-agricoles, les infrastructures constituant le corps de


ferme et l’unité agro-industrielle, la production agricole, les contrats de production et le process de
séchage, de stockage, d’usinage et de commercialisation du riz. Elle présente également les moyens
humains et matériels mis en œuvre par l’entreprise ainsi que les besoins en intrants et énergies.

Les principes du projet sont : de participer à la sécurisation alimentaire nationale; de participer à la


structuration de la filière rizicole de la vallée du fleuve Sénégal ; d’assurer une partie de la production
en régie ; d’assurer le développement de l’agriculture paysanne ; de maitriser la chaine de valeur à
partir de l’aménagement des périmètres jusqu'à la commercialisation des productions.

Le projet de 2024.5 ha constitue la première tranche du programme de 4500 ha que la CASL


ambitionne de réaliser dans la région de St-Louis.

1.1.2. Composantes du projet

Les installations développées dans le cadre de ce Projet sont :


 L’aménagement (2024.5 ha) et l’exploitation en régie d’une exploitation rizicole comprenant,
des bâtiments d’exploitation, un réseau de canaux d’irrigation et de drainage, des pistes et des
stations électrique de pompage et d’exhaure des eaux de drainage ;
 L’implantation d’un site agro-industriel (6 ha), comprenant un séchoir, des silos de stockage
du riz paddy (30 000 t) et 2 lignes d’usinage d’une capacité totale de 16 tonnes par heure.

1.2. Principales caractéristiques de la Zone d’Intervention du Projet

Le projet est implanté dans la région de St-Louis, précisément dans la Commune de Diama. Les
infrastructures et installations prévues dans le cadre du projet sont localisées dans la Commune de
Diama, en limite de la Commune de Ross-Béthio.

Aperçu du site du projet agricole du Djeuss Nord Aperçu d'un troupeau à la périphérie du site

18
1.2.1. Caractéristiques climatiques

La zone du projet, qui se localise dans la région de Saint-Louis, plus particulièrement dans la
commune de Diama, se trouve entièrement dans la zone sahélienne. Le climat est de type sahélien
côtier fortement influencé par l’harmattan (vent chaud et sec du Nord) et par une alternance de deux
(2) saisons distinctes : (i) une saison pluvieuse ou hivernage de 3 mois (de juillet/août à octobre) avec
les maxima de pluviométrie enregistrés aux mois d’août et de septembre, et (ii) une saison sèche qui
dure en gros 9 mois (de novembre à juin/juillet).La zone se caractérise par de faibles précipitations qui
sont généralement comprises en moyenne entre 100 et 500 mm

1.2.2. Pédologie

La pédologie de la zone d’étude s’intègre dans le contexte général du Bassin. Les différents types de
sols rencontrés se sont mis en place avec l’influence du fleuve. Un zonage des différents types de
répertoriés dans le Delta se présente comme suit :les sols de type hydromorphes peu humifère plus
connu sous le nom local de « falos » ; les sols de transition entre les fondés et les hollaldés appelés
«faux Hollaldés»; les sols lourds formés par l’accumulation de dépôts fluviaux lors de la décantation
des eaux de crue plus connu sous le nom local de «Hollaldés».; les sols peu évolués d’apport sablo-
argileux (11 à 30% d’argile) plus connu sous le nom de «fondés». La problématique de l’érosion des
sols constitue une préoccupation majeure au niveau de la zone du projet. Comme nous allons le voir
dans la suite, le couvert végétal est de type steppique dans une région éco-géographique sahélienne. En
saison sèche, les vents violents du Nord constituent le facteur d’érosion le plus import. Ce qui entraine
une baisse de la fertilité des sols.

1.2.3. Eaux souterraines

Globalement, les ressources hydrogéologiques au niveau du bassin du fleuve Sénégal se présentent


comme suit : (i) la nappe profonde dite du maastrichtienne, et (ii) la nappe alluviale superficielle dont
le facies est formé principalement par les sables Nouakchottiens. La mise en place du facies qui
contient les ressources hydrogéologiques du delta se rattache à la géologie du bassin. La nappe
alluviale observe les caractéristiques suivantes au niveau du Delta : une faible profondeur dont le
niveau piézométrique est inférieur à deux (02) mètres et enfin, une faible épaisseur dont la moyenne se
situe au environ de 25 mètres.

19
1.2.4. Eaux de surface

Les axes hydrauliques au niveau de la zone du projet se présentent comme suit : le fleuve Sénégal, le
Lampsar, le Djeuss, le Gorom Amont, le Gorom Aval et de plusieurs cours d’eau intermittents dont le
plus important est le Djeuss.

1.2.5. Flore et végétation

La végétation au niveau du Delta du fleuve Sénégal épouse toutes les caractéristiques d’une steppe
sahélienne. Différentes unités végétales peuvent être identifiées : strate herbacée, la strate arbustive et
la strate arborescente. Du point de vue écologique, la végétation au niveau du site du projet et ses
environs est essentiellement composée d’espèces adaptées. Ces espèces sont influencées par de fortes
inondations (espèces hydrophiles et espèces hygrophiles) et par la forte teneur en sel (espèces
halophiles). La strate arbustive est représentée Tamarix senegalensis Acacia tortilis, Acacia raddiana,
Balanites aegyptiaca au niveau du site du projet et ses environs. En ce qui concerne la strate herbacée
des espèces adaptées telles que : Sesvium portulacastrum, Sueda frusticosa, Artrocnenium glaucum,
Philoscerus vermicularis, Cressa cretica sont rencontrées. Par contre, dans les zones inondées et
marécageuses, on note les peuplements de Thyphea australis, Sporobolis sp, Phragmites
sp, de Nymphea lotus, Typha domengensis, Jussea repens, Oryza bartii, Eragostis sp.

La zone d’influence du projet inclut le Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD) qui couvre une
superficie de 16000 hectares. Depuis sa création, le PNOD a suscité un intérêt sur la conservation de la
biodiversité et lui a placé comme site de la convention de Ramsar en 1977, puis en 1981 comme site
du patrimoine mondial. Ce parc est composé d'un ensemble de marais, de lacs et de cours d'eaux
permanents. C'est donc une zone humide par excellence dans un milieu Nord-sahélien déjà fortement
marqué par l'indigence de la pluviométrie, ce qui lui confère un rôle essentiel dans le séjour de
l'avifaune migratrice dont il constitue l'une des plus fortes concentrations sur le continent.

1.2.6. Situation administrative et démographique

La Commune de Diama se situe dans l'arrondissement de Ndiaye, département de Dagana, région de


Saint-Louis. Elle compte 67villages officiels et plusieurs hameaux. L’habitat dispersé qui caractérise
la Commune traduit le souci d'occupation de l'espace et le rapprochement de la population des zones
d’exercice de leurs activités principales que sont l'élevage et l'agriculture. C’est ainsi que l’on assiste
souvent à la création de nouveaux hameaux, issus de villages officiels dans le Diéri, qui s’installe le
long de la Nationale 2 afin de mieux profiter des potentialités hydro-agricoles qu’offre de la zone du
Delta du Fleuve Sénégal.

La Commune de Diama compte une population de 46 416 habitants (selon les enquêtes
démographiques réalisées en 2010 par l’ARD), soit une densité de 32 habitants au km²; donc en
dessous de la moyenne départementale estimée à 43 habitants/km². Toutefois, ces chiffres cachent une
certaine disparité. La densité est nettement plus forte dans la partie Nord, en zone irriguée, que dans le
Diéri. La population est plus concentrée sur le long de la route nationale N°2 et autour des cours d’eau.

Le peuplement est constitué en majorité de Pulaar et de Wolof. Toutefois, on note une forte
communauté Maures (du fait de la proximité avec la Mauritanie), des Sérères et des Diola concentrés
dans les villages de Savoigne Pionniers et de Biffèche.

Le site de la première exploitation agricole du Djeuss Nord est situé à proximité des villages de Polo
2, Rone et Diadiam 3. Le terrain de 2024.5 ha qui comprendra 3 périmètres irrigués, se situe aux
coordonnées géographiques 16°19'20 N – 16°14'24 O. Il s’inscrit dans le delta du fleuve Sénégal,
entre le Gorom aval et le Parc national des oiseaux du Djoudj au Nord, le futur émissaire de drainage
du delta au Sud, le canal du Krankaye à l’Est et le fleuve Sénégal à l’Ouest. Il est implanté dans une
zone agro-pastorale à priorité agricole.

20
1.2.7. Données démographiques

La commune de Diama se situe dans l'arrondissement de Ndiaye, département de Dagana, région de


Saint-Louis. Elle compte 67 villages officiels et plusieurs hameaux. L’habitat dispersé qui caractérise
la commune traduit le souci d'occupation de l'espace et le rapprochement de la population des zones
d’exercice de leurs activités principales que sont l'élevage et l'agriculture. C’est ainsi que l’on assiste
souvent à la création de nouveaux hameaux, issus de villages officiels dans le Diéri, qui s’installe le
long de la Nationale 2 afin de mieux profiter des potentialités hydro-agricoles qu’offre de la zone du
Delta du Fleuve Sénégal.

La Commune de Diama compte une population de 46 416 habitants (selon les enquêtes
démographiques réalisées en 2010 par l’ARD), soit une densité de 32 habitants au km²; donc en
dessous de la moyenne départementale estimée à 43 habitants/km². Toutefois, ces chiffres cachent une
certaine disparité. La densité est nettement plus forte dans la partie Nord, en zone irriguée, que dans le
Diéri. La population est plus concentrée sur le long de la route nationale N°2 et autour des cours d’eau.

Le peuplement est constitué en majorité de Pulaar et de Wolof. Toutefois, on note une forte
communauté Maures (du fait de la proximité avec la Mauritanie), des Sérères et des Diola concentrés
dans les villages de Savoigne Pionniers et de Biffèche. Selon le Plan local de Développement 2010-
2015, la répartition de la population selon le sexe indique que la communauté rurale de Diama est
composée en majorité de femmes (51%). Par ailleurs, on note une majorité de jeunes avec 56% pour
les moins de 20 ans, 22% pour la tranche d’âge 20-35 ans tandis que les adultes âgés de 35-60 ans
représentent 16% et les personnes âgées de plus de 60 sont estimées à 6% de la population totale.

La population de la zone par sexe et par âge ;


Les femmes représentent 51% de la population de la commune de Diama. Dans la zone du projet, la
population est à majorité constituée de Maures, ils représentent 43.5% de la population totale de la
Commune de Diama. On note également un afflux important de jeunes qui viennent travailler comme
ouvriers agricoles dans la zone. Plus de 55% de la population est constitués de jeunes de moins de 20
ans.

1.2.8. Personnes vulnérables

Le rapport sur la situation économique et sociale 2011 de la région de Saint-Louis estime le


pourcentage de ménage vivant en dessous du seuil de pauvreté à 23,10% dans le département de
Dagana. La vulnérabilité touche principalement les enfants 0-5 ans (20% de la population), les
personnes âgées de plus de 60 ans (6%), les personnes vivant avec handicap (1,8%), les orphelins et
les femmes veuves pauvres sans soutien familial

1.2.9. Education

La commune de Diama compte plusieurs établissements scolaires couvrant les domaines de la petite
enfance, le préscolaire, le moyen et le secondaire. L’alphabétisation et l’enseignement coranique y
occupent une bonne place avec 4 centres d’alphabétisation et 25 écoles arabes répertoriés.

1.2.10. Santé

Situation sanitaire dans la zone de Diama


La commune de Diama est dotée de 04 postes de santé (Diama, Ross-Bethio, Savoigne et Djoudj) et
de 26 cases de santé qui dépendent du district sanitaire de Richard Toll situé dans le département de
Dagana. Les maladies les plus couramment rencontrées dans la région sont les Infections Respiratoires
Aigües (IRA), les plaies (blessures), les Diarrhées, les Hyper Tension Artérielle (HTA), les
Hématuries, les Helminthiases et la Grippe. S’agissant des maladies contrôlées par de grands
programmes financés par l’Etat et des partenaires, on peut citer entre autres : le VIH SIDA, le

21
paludisme, la Bilharziose, la tuberculose. S’agissant du paludisme, la morbidité est passée de 30,8% à
0,52% et la mortalité liée au paludisme a suivi cette tendance.

Les maladies d’origine hydrique pourraient également connaitre un certain développement avec la
mise en œuvre du Projet, qui, dans sa mise en œuvre et dans la phase d'exploitation, présente des
risques potentiels de développement des maladies hydriques dans toute la zone d'influence.

1.2.11. Approvisionnement en eau potable et assainissement

Politique de couverture des besoins en eau potable


Dans la Commune de Diama, l’eau potable reste une préoccupation majeure de la population. Pour ce
qui est du taux d’accès à l’eau potable avec un rayon d’un (1) km par rapport à un forage, une station
de potabilisation, ou une borne fontaine, il est de 49% (Source : PLD 2010-2015). Le manque
d’adduction d’eau potable pousse les populations à s’approvisionner directement au niveau des cours
d’eau (fleuve, marigot, canal) avec toutes les conséquences sanitaires. Le recours à l’eau souterraine
est relativement faible du fait de la salinité de la nappe.

Gestion et maintenance des ouvrages hydrauliques


Le système d’exploitation est géré par l’Association des Usagers de Forages (ASUFOR) ou
l’Association des Usagers du Réseau d’Eau Potable (ASUREP) pour les unités de potabilisation. Par
ailleurs, au sein des ASUFOR et ASUREP, au moins deux personnes sont formées pour assurer la
réparation, la maintenance et le fonctionnement de l’ouvrage ; mais le défaut de recyclage et de mise à
niveau régulier est à l’origine des relâchements observés dans l’application rigoureuse des règles de
maintenance. Pour assurer la pérennisation des équipements hydrauliques, l’Etat a engagé une réforme
allant dans le sens de privatiser la gestion des unités d'alimentation en eau potable (AEP). Ainsi, les
ASUFOR et les ASUREP seront érigées en Conseil d’administration qui va ensuite contractualiser
avec un opérateur privé chargé d'assurer la maintenance et la gestion de l’exploitation (production et
distribution). La création de l’Office du Lac de Guiers (OLAG), la mise en place d’un cadre de
concertation sectoriel sur la gouvernance de l’eau par le Conseil régional de Saint-Louis, l’adoption
d’une approche basée sur la Gestion Intégrée des Ressources en Eaux (GIRE) constituent autant
d'initiatives soucieuses de la préservation de la qualité et de la durabilité des ressources en eau dans
toute la zone de Saint-Louis.

Situation de l’assainissement
Dans la Commune de Diama, il n’existe pas de filière de gestion organisée des ordures ménagères
(constitution de dépôts sauvages et, à la longue, brûlage comme traitement final, malgré la présence de
la décharge municipale de Gandon). En plus, on note la menace du péril fécal (25% des ménages ne
disposent pas de latrines et défèquent à l'air libre).

Occupation du sol
L’Agriculture constitue la principale forme d’utilisation de l’espace et la première activité
socioéconomique des populations dans la zone d'intervention du Projet. En effet, le POAS définit
quatre types de zone de vocation des terres : la zone agro-pastorale à priorité agricole ; la zone agro-
pastorale à priorité élevage ; la zone pastorale ; la zone d’habitation. Les aires protégées représentent
une réserve en ressources naturelles (terre, végétation et eau) qui font naturellement l'objet de pression
exercée par une demande croissante issue de ces différents types de vocation.

1.2.12. Systèmes de production végétale

Dans la commune de Diama, l'agriculture irriguée est pratiquée dans la zone du Walo où la grande
disponibilité en eau offre la mise en valeur d'un domaine irrigable de l’ordre de 45 000 ha. En effet,
l’apparition de l’agriculture irriguée dans cette zone est consécutive à la création de la SAED en 1965.
La mise en œuvre du Projet, bien que permettant de mettre en valeur le potentiel foncier jusqu'ici
insuffisamment mis en valeur, risque à terme de renforcer la pression sur les ressources. Les conflits
fonciers, latents dans la zone, pourraient ressurgir face à ces enjeux de développement. Dans le secteur

22
agricole, les femmes sont présentes dans la production du riz, de la tomate et de l’oignon, le
maraîchage et la vente du riz. La culture du Bissap est essentiellement portée par les femmes.

1.2.13. Elevage

Dans la Commune de Diama, l’élevage constitue une activité très importante au niveau de la zone. Il
est pratiqué par l’ensemble des ethnies présentes dans la zone et partout au niveau du territoire de la
Commune. Toutes les formes d’élevage sont pratiquées dans la zone, à savoir, l’élevage des petits
ruminants, l’élevage des bovins, l’aviculture. L'alimentation du cheptel en eau potable est assurée à
partir des mares qui s’épuisent en saison sèche, période pendant laquelle les cours d’eau et les canaux
(Gorom-aval, Djeuss, Fleuve Sénégal) restent les seules sources d’approvisionnement en eau pour le
bétail. Les parcours du bétail dans la zone du projet se dessinent entre les points d’eau et les zones de
pâturage. Avec les aménagements hydro-agricoles, les zones de parcours se sont réduites et le bétail à
forte concentration trouve sa nourriture pratiquement dans les parcelles en jachère ou en friche en
saison sèche et dans les forêts classées, parcs et réserves en hivernage. Dans le domaine de l’élevage,
les femmes sont plus actives dans le commerce du lait et la transformation des produits laitiers.

1.2.14. Pêche

La proximité du fleuve Sénégal et de ses défluents favorise la pratique de la pêche continentale dans la
commune de Diama pendant toute l’année au niveau des cours d’eau (défluents) et des canaux des
aménagements hydro-agricoles. Dans ce secteur, les femmes s’activent dans la transformation des
produits halieutiques.

1.2.15. Artisanat

L'artisanat est présent dans la zone du Projet (commune de Diama et commune de Ross-Béthio) à
travers différents corps de métier d’artisans : tannerie, menuiserie, tissage de nattes, poterie, coiffure,
etc. Il s'agit d'activités secondaires pratiquées souvent par les femmes à qui elles procurent de petits
revenus monétaires.

1.2.16. Le commerce

Le commerce est une activité assez intense dans la zone d'influence du Projet, particulièrement au
niveau des gros villages comme Mboundoum Barrage dans la communauté rurale de Diama. La
communauté rurale de Diama ne dispose pas encore de marché hebdomadaire et compte seulement
onze (11) marchés de petites tailles. Au niveau de chaque village, on note aussi la présence au moins
d’une boutique et les consultations font ressortir un total de 164 unités au niveau de la communauté
rurale. Les femmes s’impliquent beaucoup dans la commercialisation du riz (paddy et riz blanc), de
l’oignon et de la tomate au niveau de la zone.

1.2.17. Transports

La Commune de Diama (traversée par la route nationale 2) dispose de pistes de production


principalement concentrées dans la zone du Walo et étant dans un état de dégradation très avancée par
défaut d’entretien et de réparation. Au total, l’enclavement de certaines zones du projet a des
conséquences sur : la compétitivité de la production agricole ; l’accès aux infrastructures de base
(école, santé) ; l’évacuation de la production agricole ; l’approvisionnement en denrées de première
nécessité et des intrants agricoles ; l’assistance et le suivi des structures d’encadrement

23
24
2. IMPACTS POTENTIELS

2.1. Activités qui engendreront la réinstallation

Les activités principales du projet qui engendreront la réinstallation sont essentiellement la libération
de l’emprise lors de la réalisation des aménagements et ouvrages agricoles (périmètres ; adducteurs et
réseaux de drainage).

2.2. Zone d'impact de ces activités

La zone d’impacts comprend l’ensemble de la zone du projet où les activités vont être réalisées sur
1500 ha, c’est à dire dans la Commune de Diama, plus précisément à proximité des villages de Polo 2,
Rone et Diadiam 3. Plus précisément, le terrain de 2024.5 ha se situe aux coordonnées géographiques
16°19'20 N – 16°14'24 O. Il s’inscrit dans le delta du fleuve Sénégal, entre le Gorom aval et le Parc
national des oiseaux du Djoudj au Nord, le futur émissaire de drainage du delta au Sud, le canal du
Krankaye à l’Est et le fleuve Sénégal à l’Ouest.

2.3. Alternatives et mécanismes pour minimiser la réinstallation

Le principe de la politique de réinstallation est de ne pas porter préjudice aux populations ou aux
communautés à cause d’un projet. Chaque projet doit éviter toute réinstallation et quand ce n’est pas
possible, la réduire au minimum. Toutes les considérations techniques, économiques,
environnementales, et sociales doivent être envisagées et prises en compte afin de minimiser dans la
mesure du possible l’expropriation de terres et des biens et l’accès à des ressources.
Par exemple, dans le cadre de ce projet, les initiatives suivantes ont été prises pour éviter ou réduire au
maximum les déplacements: le choix judicieux pour l’implantation de la rizerie et de la ferme, qui
n’ont pas nécessité d’exproprier des terres.

2.4. Impacts positifs

Le projet va générer des impacts positifs considérables sur les économies locales. Les activités et
aménagement prévus pourraient avoir des retombées économiques considérables sur les populations
en termes d'emplois créés et de revenus générés du fait de l’utilisation de la main-d'œuvre locale et le
développement des services et activités connexes qui dynamiseront l’économie locale et seront
susceptibles de fixer les jeunes dans leur terroir, voire inverser le mouvement migratoire.
L’amélioration des revenus des populations locales va contribuer à lutter contre la pauvreté.
L’amélioration des revenus des populations locales va contribuer à lutter contre la pauvreté. Les
aménagements proposés vont favoriser l’intensification et la diversification des productions et par
conséquent l’augmentation des productions agricoles, en particulier celle du riz.

Impacts positifs sur la sécurité alimentaire et la nutrition


Au niveau national, 32,1% des ménages ont comme première source de revenus l’agriculture. Par
conséquent un accroissement significatif de la productivité du travail agricole va se traduire par une
nette amélioration de la sécurité alimentaire tout en renforçant la résilience des communautés ciblées.

Le projet va contribuer à réduire l’insécurité alimentaire (24.8% dans le département de Dagana et


12.8% dans celui de St-Louis) et la malnutrition (11.1% dans le département de Dagana et 8.1% dans
celui de St-Louis), d’abord au niveau local, ensuite au niveau national. En effet, le projet va accroître
la productivité de l’agriculture, et par conséquent les stocks céréaliers des ménages. Il va contribuer à
réduire la pauvreté, la diversification de la diète et au renforcement de la capacité de résilience des
ménages et des communautés locales qui seront aussi appuyés par la CASL (appui techniques au
producteurs ; mise en place et renforcement des banques céréalières villageoises ; formation et/ou
l’information du producteur ; appui aux centres de nutritions communautaires ; etc.).

25
Impacts positifs sur la gestion foncière
Avant l’installation du projet, ces terres du bas delta n’étaient pas cultivées fautes d’aménagement
adéquats pouvant mobiliser les ressources en eau du fleuve et du Gorom aval ; ainsi ces sols dont la
contrainte majeur est la salinité n’étaient ni aménagées ni cultivées ; ces points possibles de captage
étaient très distants des zones de cultures (7 à 8 km). La mobilisation des ressources en eau à partir du
Gorom aval point de captage jusqu’aux zone de production contribuera à valoriser toutes les terres
contigües ou en aval des aménagements de la CASL.

Impacts positifs sur les emplois


Le Projet va permettre la création de 120 emplois directs permanents, en équivalent temps plein, et de
50 emplois directs temporaires sur 18 mois pour la construction des infrastructures. La sous-traitance
représente également 36 emplois permanents et 66 emplois temporaires sur 18 mois. En plus, le Projet
va embaucher en priorité la main-d’œuvre non qualifiée issue des Communautés Rurales (au besoin
après une période de formation) et créer un fond de dotation, transformé par la suite en fondation,
abondé annuellement par la société, dont les missions seront (i) l’appui à la formation professionnelle
des ressortissants des communautés rurales dans les domaines suivants : utilisation, entretien et
réparation des matériels agricoles, chauffeurs tracteurs, production végétales et animales ; (ii) l’appui à
la création d’entreprises : jeunes agriculteurs, entreprises de transport et de maintenance et du bâtiment
; (iii) l’appui aux communautés rurales pour la réalisation de projets sociaux dans les domaines de
l’accès à l’eau potable, de la santé et de l’éducation, en concertation avec les communautés rurales.

Activités économiques générées par le projet


Secteurs d’intervention Données et résultats escomptés
Création d’activités :  2024.5 ha de terres irrigables, soit 1755 ha de riz cultivé
Le Projet prévoit l’accès aux  6 tonnes / hectare, avec 1,5 campagne par an
chenaux d’irrigation, ce qui  15 795 tonnes de riz paddy
permettra de disposer de 2024.5  125 F / kg, soit des retombés de 1,95 milliards de F CFA/an
ha de terres irrigables.
Agriculture :  1 500 ha/an
Contrat de production de riz (avec  6 tonnes / hectare, avec 1,5 campagne par an
encadrement technique, accès aux  13 500 tonnes de riz paddy
crédits de campagne et prestations  125 F / kg, soit des retombés de 1,7 milliards de F CFA/an
de travail du sol et de récolte)
Maraîchage  10 hectares équipés en matériel d’irrigation
Promotion des cultures  Rendement : 25 tonnes / hectare
maraîchères (oignon, choux,  250 tonnes de légumes /an
carottes…)  300 F/kg, soit des retombés de 75 millions de F CFA/an
Elevage  10 jeunes éleveurs formés et installés
Formation en élevage intensif et  100 vaches sélectionnées
aide à l’installation  Production de lait par vache : 2000 l/an (contre 250 l/an en élevage
extensif) , soit 200 000 litre de lait/an
 200 F/litre, soit des retombés de 40 millions de F CFA/an
Piscicultures  5 jeunes formés et installés
Formation en pisciculture et aide  Production : 10 t/an
à l’installation  200 F/kg
 2 millions de FCFA/an
Arboriculture  5 000 arbres fruitiers plantés
Plantation d’arbres fruitiers dans  100 t/an (à partir de la 5ème année)
les villages (bananier, agrumes,  300 F/kg, soit des retombés de 30 millions de F CFA/an
manguiers)
Accès à l’eau potable  soit un investissement de 30 millions de FCFA (Raïnabé 1 et Abou
Canalisation primaire et création Assane : 4 millions de F CFA ; Diadiam 3 et Rone : 20 millions de F
de bornes fontaine au niveau des CFA ; Polo 1 : 6 millions de F CFA)
villages riverains

26
2.5. Impacts sociaux négatifs

Les biens affectés par le projet agro-industriel de la CASL sont exclusivement des parcelles de terres à
vocation agricole et pastorales. De façon spécifique le projet de la CASL couvre une superficie totale
de 2024.5 ha détenus par 94 personnes constituées de quinze (15) personnes morales structurées en
Groupement d'Intérêt Economique (GIE), ou en Société d'Exploitation Agricole ou en Section
villageoise (SV) et de 79 personnes physiques. Ces terres avaient été attribuées par la Commune de
Diama à tous ces bénéficiaires. Le projet engendrera auprès de ces personnes une perte définitive de
terres sans pour autant que ces personnes aient à se déplacer physiquement.

Au moment de la cession des terres aucune infrastructure n'était érigée dans les parcelles et les PAP
habitent ailleurs que sur l’emprise des travaux du projet. De même, aucune activité agricole n'était
exercée dans les rares périmètres dégradés existants. Donc le projet n'engendrera ni de pertes
d'infrastructures, ni de pertes d'arbres ni de pertes de cultures.

2.6. Impacts sociaux positifs et négatifs cumulatifs

2.6.1. Impacts positifs cumulatifs

Dans la zone du projet, plusieurs programmes et projets de développement sont en cours de mise en
œuvre. Tous ces programmes et projets vont accroître de façon significative les retombées positives en
termes de développement socioéconomique local. Il s’agit principalement des initiatives suivantes :

Le Projet 3 PRD
Dénommé Projet de Promotion du Partenariat Rizicole dans le Delta du Fleuve Sénégal, il est situé
dans le département de Dagana, dans l’arrondissement de Ndiaye, dans la communauté rurale de
Diama. Il se situe exactement au niveau de la rive Gauche du marigot Gorom Aval (entre l’ouvrage
du Canal de Krankaye et celui de Boundoum Barrage). Ce projet vise à développer un Partenariat
Public/Privé pour l’aménagement de 2500 ha de périmètres rizicoles sécurisés, la production et la
commercialisation d’un "Riz Compétitif" (22.500 T de paddy) et à améliorer le fonctionnement
général de la filière riz en particulier pour ce qui concerne son pilotage institutionnel, sa structuration
professionnelle, la commercialisation du riz et les modalités de financement des producteurs
(Réalisation de 2500 ha ; Création d’ouvrages structurants performants ; curage et faucardage du
Gorom aval, réseau d’adducteurs secondaires ;création de collecteurs secondaires y compris station de
pompage pour refoulement dans la dépression de Kankaye ; réseau d’accès au périmètre et interne au
périmètre et électrification) ; appui aux activités de femmes ; volet sanitaire ; etc.)

Les mesures d’accompagnement réalisées peuvent être résumées comme suit : indemnisation sur la
perte de production agricole (arrêt d’exploitation pendant la phase travaux) pour l’ensemble des
anciens exploitants de la zone ; Mise en œuvre d’un programme d’appui à la promotion féminine :
appui en équipements aux groupements de promotion féminine (GPF) des villages de la commune de
Diama ; Mise en œuvre d’une vaste campagne de sensibilisation en santé communautaire avec l’appui
des ICP et personnels de santé ; Equipements de certains villages en kits de potabilisation des eaux de
consommation ; Subventions accordées à certains villages pour la construction de latrines ; Et enfin
l’acquisition d’équipements pour le suivi physico chimique la qualité des eaux de la zone du projet.

Projet Lampsar
Il est intitulé Projet de Réhabilitation et d’Extension des casiers situés en rive droite du marigot
Lampsar et se situe dans le département de Dagana, dans l’arrondissement de Ndiaye, et dans la
communauté rurale de Diama.
Le projet concerne les villages de Ngao, de Polo, de Mbodjène, de Ndioungue, de Biffèche et de leurs
hameaux. L’objectif global visé est de contribuer à l’augmentation de la production agricole en vue de
l’autosuffisance alimentaire en riz (Programme National d’Autosuffisance en Riz) et de contribuer à la
sécurité alimentaire des populations concernées par le projet. Les objectifs spécifiques sont : le

27
développement des superficies irriguées par la réhabilitation et l’extension des casiers situés en rive
droite du marigot Lampsar ; l’intensification et la diversification des productions agricoles et
l’amélioration de la productivité ; la promotion de l’emploi et l’amélioration des revenus des
agriculteurs afin de réduire l’exode rural ; le renforcement des capacités des producteurs

Programme MCA
Le programme de MCA-Sénégal concerne les activités de réalisation des infrastructures hydrauliques,
de sécurisation foncières, environnementales et sociales pour 39 300ha des sous projets Delta et
Podor. Les activités du projet Delta portent sur : les travaux de cconstruction du lot 1 (Ouvrages sur
les adducteurs) ; les travaux de construction du lot 2 (Terrassements sur les adducteurs) ; les travaux
de construction du lot 3 (Terrassements sur l’Emissaire) ; les travaux de construction du lot 4
(Ouvrages principaux sur l’Emissaire du Delta) ; la supervision des travaux des quatre lots de travaux ;
les travaux de reconstruction des infrastructures impactées par le projet ; La mise en œuvre du PAR
sur les trois lots des travaux (lot 2, lot 3 et lot 4). Le projet met un accent particulier sur le recrutement
de la main d’œuvre locale, le recrutement de la main d’œuvre qualifiée et les activités de
sensibilisation sur le VIH/Sida et les autres maladies.

2.6.2. Impacts négatifs cumulatifs

En plus des impacts sociaux négatifs des activités du projet, le présent PR prend en compte les impacts
négatifs cumulatifs provenant des nombreux programmes et projets en cours dans la zone. En effet, la
conjugaison de plusieurs effets négatifs sur le milieu biophysique et socioéconomique, même jugés
mineurs, peut, à la longue, entraîner des conséquences fâcheuses du fait de leur accumulation. Les
effets cumulatifs sont les changements subis par l’environnement en raison d’une action combinée
avec d’autres actions humaines passées, présentes et futures. Deux cas de figurent peuvent se
présenter : (i) la multiplication de projets similaires (identiques), réalisés en même temps ou
successivement et ayant les mêmes effets négatifs mineurs ou modérés sur la zone, mais dont le cumul
peut s’avérer néfaste pour le milieu ; (ii) la réalisation de projets différents, générant des impacts
individuels négatifs mineurs ou modérés, mais dont l’effet cumulatif peut s’avérer néfaste pour le
milieu. Il faut souligner que plusieurs projets sont en cours dans la zone de Diama, notamment avec le
MCA et le PDMAS, auxquels il faut ajouter le présent projet et les activités des producteurs locaux.
Une approche concertée devrait permettre de créer les conditions d’une synergie féconde pour une
gestion et un suivi concertés de ces impacts cumulatifs.

28
3. RESPONSABILITÉ ORGANISATIONNELLE

3.1. Organe d'exécution de la réinstallation

3.1.1. Organisation de la gestion du programme

Ce programme privé est conduit par la société française Arthur-Straight Investissement qui a créé en
octobre 2011 la filiale sénégalaise « Compagnie Agricole de Saint-Louis-du-Sénégal S.A. » (CASL
S.A) immatriculée à Saint-Louis, filiale de la holding française AfricAgri. Le management de cette
société est assuré par une équipe franco-sénégalaise qui capitalise une longue expérience dans les
domaines des projets d’investissements et de la création et la gestion d’exploitations agricoles en
Afrique de l’Ouest et au Sénégal.

Direction Générale
Un Président assure la direction de la maison mère basée en France et de la filiale CASL au Sénégal.
Il est assisté d’un Directeur des Relations Institutionnelles, d’un Directeur Administratif et Financier,
d’un Directeur des Opérations et d’un Directeur Technique.
Service Technique
Le Service Technique, est en charge : (i) De réaliser les aménagements hydro-agricoles sur 2024.5 ha ;
(ii) De la maitrise d’ouvrage pour l’implantation des lignes électriques, des bâtiments d’exploitation et
de la station d’exhaure des eaux de drainage ; (iii) De la maitrise d’ouvrage pour l’implantation de
l’unité agro-industrielle. La Direction du Service Technique est assistée d’une secrétaire
administrative et d’un conducteur de travaux. En relation étroite avec le Directeur Technique, le
Conducteur de travaux coordonne et dirige toutes les activités de constructions.

Exploitation agricole et site agro-industriel


Ces sites sont sous la direction du Directeur des opérations, assisté d’un Chef d’exploitation, d’un
Responsable de site agro-industriel et d’un Responsable Qualité Sécurité Environnement (RQSE).
Le Chef d’exploitation a en charge la gestion de l’outil de production et du personnel et la mise en
œuvre des programmes culturaux. Il est assisté de 4 adjoints ayant chacun la responsabilité d’un
service de production : préparation des terres et semis, fertilisation et traitements phytosanitaires,
récolte et irrigation. Trois autres adjoints assurent la maintenance du matériel, la gestion
administrative et la logistique et l’encadrement des producteurs sous contrats.

3.1.2. Capacités de l’organe d’exécution sur les questions de réinstallation

La CASL a déjà recruté un Responsable qualité, sécurité, environnement qui conçoit, définit et
négocie avec la Direction Générale la politique qualité, sécurité et environnement de l'entreprise et a
en charge d’assister le chef d’exploitation, le responsable du site agro-industriel, le Directeur
Technique et le Directeur Commercial pour sa mise en œuvre. Il s’agit d’un expert qualifié sur les
questions environnementales et sociales, ayant participé à l’élaboration et la mise en œuvre de
plusieurs plans de réinstallation au Sénégal. Cet expert aura donc à conduire le processus de
réinstallation.

3.1.3. Autres acteurs locaux

Une large place doit être faite à la participation des populations locales et des ONG à la planification,
à l'exécution et au suivi de la réinstallation. Sous ce rapport, la CASL devra impliquer la commune de
Diama, mais aussi les organisations paysannes dans la zone du projet, dans le processus de
réinstallation. Ces acteurs locaux devront être renforcés en capacités sociales pour mieux comprendre
et suivre la préparation et la mise en œuvre des actions de réinstallation.

29
Tableau 1 Processus de préparation des PR
Activités/Tâches Acteurs Stratégie Période
Information et Projet; Réunions/Assemblée Au début du
sensibilisations Collectivités processus
populations et concernées
organisations de
base
Détermination du Expert Projet Recrutement d’un consultant Avant
(des) sous projet(s) à pour la sélection sociale l’élaboration des
financer PAR
Elaboration d’un PR Expert Projet; Recrutement d’un consultant Après les résultats
Collectivités pour la réalisation du PAR de la sélection
concernées sociale
Approbation du PAR Expert Projet; Restitution des résultats aux A la fin de
BAD PAP, Collectivités l’élaboration des
Collectivités concernées PAR
concernées PAP Transmission du document
validé à la BAD

3.2. Préparation et mise en œuvre

. Le tableau suivant dégage les actions principales, ainsi que les parties responsables.

Tableau 2 Activités principales et les responsables


N° Activités exigées Parties Responsables
1 Préparation du PAR Expert Environnement et Social du Projet (EES/CASL)
2 Approbation du PAR EES/CASL
Collectivités concernées (Diama; Ross Béthio)
PAP
3 Diffusion du PAR EES/CASL
Collectivités locales concernées (Diama; Ross Béthio)
4 Evaluation du PAR Expert Projet;
Consultants socio-économistes
6 Parties responsables des Projet CASL
paiements pour la compensation
des PAP
7 Mise en œuvre du PAR EES/CASL
Collectivités locales (Diama; Ross Béthio)
ONG locales
Consultants
8 Suivi et Evaluation EES/CASL
Collectivités locales (Diama; Ross Béthio)
Experts en Sciences sociales
ONG locales
Consultants
9 Mise à disposition des terres Collectivités locales (Diama) et Etat

30
4. PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE

Des séances de consultations avec les parties prenantes et les acteurs intéressés ont été organisées en
vue de les informer sur le projet d’une part, et de recueillir leurs points de vue d’autre part. La
consultation du public a permis la prise en compte des avis, des perceptions, des attentes et des
préoccupations de l’ensemble des acteurs concernés par l’élaboration et la mise en œuvre du plan de
réinstallation du projet d'exploitation de 2024.5 ha du Djeuss Nord par la société CASL.

La participation communautaire s’inscrit dans une logique d’implication des services techniques, des
personnes affectées par le projet et des institutions de gouvernance locale afin de mettre en exergue les
enjeux sociaux du projet et contribuer efficacement à sa durabilité.

L’objectif global des consultations publiques est d’associer les différents acteurs ainsi que les PAP à la
prise de décision finale concernant un programme de réinstallation de population. La stratégie qui a été
mise en place pour favoriser une large participation communautaire est structurée autour de trois axes
essentiellement: (i) Réunions d’information générale avec les acteurs institutionnels et les populations
à la base ; (ii) Information de la population à exproprier ; (iii) Enquête socioéconomique.

4.1. Consultation publique

Le premier axe a consisté à des rencontres d'information générale avec les acteurs institutionnels
régionaux d'abord (services techniques: urbanisme, cadastre, SAED, Environnement, etc.) pour
recueillir leurs avis, préoccupations et suggestions par rapport aux activités de réinstallation prévues et
à l'accompagnement des personnes affectées par le projet. Ensuite d'autres séries de rencontres ont été
organisées avec les populations à la base et leaders d'opinion et les personnes concernées par les
opérations de cession de terres. Ces rencontres se sont tenues du 25 au 31 octobre 2013 (pour le 1er
groupe de 65 PAP) et du 10 au 17 aout 2014 (pour le 2ème groupe de 29 PAP).

Les avis exprimés par rapport au projet se résument en un sentiment quasi généralisé de satisfaction
par rapport à la démarche et à l'initiative du promoteur (CASL) qui a respecté les règles établies et
favorisé une large concertation entre les différents acteurs qui gravitent autour du projet. Cette
démarche inclusive a permis d'anticiper sur les risques de blocages par rapport aux négociations
concernant les aspects fonciers.

De même, la mise en valeur par le projet (CASL) de ces espaces (2024.5 ha) jusque-là en friche
constitue d'après les parties prenantes une réelle opportunité pour relancer les activités dans la zone et
lutter durablement contre le sous-emploi et la pauvreté qui sévit dans ces zones rurales.

Les craintes et préoccupations formulées sont liées :


 à la prise en charge dans l'aménagement des parcours pastoraux ;
 à la création de point d'eau pour le bétail ;
 au changement d'objectifs du projet pour développer des spéculations autres que le riz ;
 un non-respect des engagements du promoteur pour l'appui des populations locales.

Les enquêtes socioéconomiques ont été conduites concomitamment avec les consultations des
populations à exproprier. Les enquêtes qui visent à déterminer le profil sociodémographique des
personnes affectées par le projet afin de prévoir de mesures d'assistance pour les personnes vulnérables
et constituer une base de données pour le suivi et l'évaluation final du plan d’action de réinstallation.
L'enquête a permis de confirmer que : (i) 98% des personnes interrogées ont pris part aux
consultations menées par le promoteur et les autorités locales pour discuter des options de
réinstallation; (ii) 96% des personnes enquêtés estiment que leur choix a été respecté par rapport aux
options de réinstallation; (iii) 97% de la population affectée attend du projet un respect des
engagements, une relance de l'activité agricole et un recrutement prioritaire de la main d'œuvre locale
lors des travaux saisonnier créés à la faveur du projet.

31
Consultation à Diama Consultation à Ross-Béthio

4.2. Information des personnes affectées par le projet

Compte tenu de leur dispersion à travers les villages de la commune de Ross-Béthio et ceux de la
Commune de Diama, les populations expropriées ont été informées par les personnes ressources
locales ou par téléphone par le projet de l'arrivée de la mission de préparation du Plan d’action de
réinstallation. Ainsi, des entretiens par petits groupes ont pu être effectués pour recueillir les avis, les
préoccupations, les craintes et les attentes des expropriés par rapport au processus de réinstallation qui
a été initié par le projet. Les rencontres ont été menées entre le 25 octobre et le 02 novembre 2013
(pour le 1er groupe de 65 PAP) et du 10 au 17 aout 2014 (pour le 2ème groupe de 29 PAP).

De façon générale les populations affectées se félicitent de la conduite du projet et du processus de


règlement des droits qui a été mis en branle par le projet. La démarche qui a été adoptée par le projet
est un exemple de transparence et d'équité d'après les principaux concernés.

En effet, depuis l'affectation des parcelles par les conseils ruraux de Diama les populations sont
unanimes à reconnaître qu'elles ont été dans l'incapacité de les mettre en valeur du fait du manque
d'eau et de la salinisation des sols. Ainsi, l'arrivée d'un opérateur qui aura les moyens d'amener l'eau et
d'aménager de grandes superficies de terres est perçue comme une opportunité pour développer
l'activité agricole et créer des emplois pour les populations locales.

Les craintes et préoccupations exprimées sont relatives :


 la non-implication des populations dans la mise en œuvre du projet ;
 au non respects des engagements que le promoteur a souscrit avec les populations ;
 le non recrutement des populations locales comme ouvriers agricoles.

Consultation avec les PAP de Rone Consultation avec les PAP de Diadiam 3

32
4.3. Plan de communication pour le développement local

Le projet doit constituer une opportunité de mener une communication pour le développement en
faisant la promotion des ressources naturelles, de l’environnement, de l’aménagement rural etc. Aussi,
le projet devra envisager un plan de communication pour le développement local qui ambitionne
d’assurer l’acceptabilité environnementale et sociale du projet à l’échelle communautaire, en mettant
tous les acteurs dans un réseau de partage de l’information aussi bien sur l’environnement que sur le
projet proprement dit. Le plan ambitionne d’amener les acteurs à avoir, à l’échelle des collectivités
une vision commune et des objectifs partagés des actions entreprises par le projet dans une logique
tridimensionnelle : avant le projet (phase d’identification et de préparation) ; en cours de projet (phase
d’exécution) ; après le projet (phase de gestion, d’exploitation et de d’évaluation rétrospective). Le
processus de consultation renvoie à la nécessité d’associer pleinement les populations dans
l’identification des besoins, le suivi des activités et leur évaluation dans une perspective de contrôle
citoyen, de partage des connaissances et des savoirs, de participation et d’efficacité sociale.

4.3.1. Stratégie

La stratégie sera articulée autour de l’information, la sensibilisation la communication, la mobilisation


sociale et la capitalisation.

Le début de la mise à disposition de l’information environnementale et sociale et sociale du projet


devra être marqué soit par des journées de lancement, soit par une série d’annonce publiques. Les
objectifs visés sont : la mise en réseau des différents acteurs par rapport à un ensemble de
connaissances sur l’environnement et de la région et sur le projet; la mise en place de groupes
intersectoriels référencés aux différentes composantes du Projet.

Dans le domaine de la consultation environnementale et sociale, il sera nécessaire de bien mettre


place, au niveau de chaque collectivité locale, un comité dont le rôle sera : d’appuyer l’institution
locale dans le fonctionnement local et l’appropriation sociale du projet ; de mobiliser auprès des
partenaires nationaux et locaux dans la mise en œuvre des activités du projet ; de servir de cadre de
résolution à l'amiable d'éventuels conflits (fonciers ou autres). Une ONG, un Consultant spécialisé en
évaluation environnementale et sociale, pourront aider à faciliter la mise en place et les opérations de
ces groupes sectoriels ou socioprofessionnels, mais surtout veiller à la qualité et l’équité dans la
représentation (groupes marginalisés, genre, etc.).

4.3.2. Etapes de la communication

Le Plan de communication se dérouler à travers trois cheminements: (i) La consultation locale ou


l’organisation de journées publiques ; (ii) L’organisation de Forums communautaires ; (iii) Les
rencontres sectorielles de groupes sociaux et ou d’intérêts

5. INTEGRATION AVEC LES COMMUNAUTES D’ACCUEIL

Le projet n’a pas occasionné de déplacement physique de personnes ni de réinstallation dans un site
d’accueil. Ainsi, aucune disposition n’est nécessaire à prendre pour régler tout différend qui pourrait
survenir entre les personnes déplacées et les communautés d'accueil. De même, aucune mesure n’est
nécessaire à prendre pour augmenter les services publics (éducation, eau, santé et production) dans les
communautés d'accueil pour les rendre comparables à ceux fournis aux personnes déplacées. Sous ce
rapport, cette section est sans objet.

33
6. ETUDES SOCIO-ECONOMIQUES

Les études socioéconomiques revêtent une importance particulière dans le processus de


d'élaboration d’un plan d’action de réinstallation. Elles permettent d’établir une ligne de
référence qui servira de base à l’évaluation du succès du plan d’action de réinstallation. Elles
ont pour objet :
 d’établir de façon exhaustive la liste des personnes affectées ;
 de catégoriser les personnes affectées afin de rechercher les mesures de compensations
appropriées adaptées à chaque catégorie ; et principalement surtout,
 d’identifier les groupes vulnérables et de formuler les actions d’accompagnement et
d’assistance spécifiques nécessaires en leur endroit ;
 de faire un recensement des biens, des infrastructures et des services sociaux existant dans la
zone du projet ainsi que les institutions culturelles locales ;
 d’étudier les activités de production des personnes affectées ;
 de mener toute enquête sur le régime foncier et autres interactions sociales au sein des
populations affectées.

6.1. Caractéristiques de la population affectée par le projet

6.1.1. Répartition géographique


Si le projet agroindustriel concerne essentiellement les localités de Diama on peut constater que les
PAPs viennent de différents villages qui sont localisés au-delà de la zone d'influence immédiate du
projet. C’est ainsi que la majorité des enquêtés 22,7% habitent à Ross-Bethio, suivi de Déby Tiguette
et de Diadiam 3 où habitent respectivement 18,2% et 13,6% des enquêtés. Les proportions les plus
faibles sont observées à Owan et Odabe Naware avec 2,3% des PAPs. Les populations affectées par le
projet qui proviennent d'autres localités sont originaires de Dental 9%, Saint Louis 6% et Dakar.

6.1.2. Structure par âge des enquêtés et genre


La distribution des PAPs de 35 à 60 ans par groupe d’âges quinquennal présente une allure régulière,
les proportions de chaque groupe d’âges augmentent régulièrement au fur et à mesure que l’on avance
en âge, passant de 9,1 % à 35-40 ans à 12,2 % à 55-60 ans. A partir de 60 ans la tendance baisse pour
arriver à 4,5% chez les 65 ans et plus. Nous pouvons remarquer également que l’âge moyen des PAPs
est assez élevé soit 48,49 ans.

Figure 1:Structure par âge selon le genre (enquête consultant novembre 2013)

6.1.3. Genre, vulnérabilité et Situation matrimoniale.


La répartition par sexe laisse apparaitre que 88,6% PAPs sont des hommes ; une situation qui vient
poser la question de l’accès des femmes au foncier puisqu’elles représentent seulement un peu plus de

34
1/10 des effectifs. Une situation qui relance le débat sur la vulnérabilité des femmes si l’on tient
compte de leur situation matrimoniale. En effet, Au moment des enquêtes, 20% des femmes étaient
des célibataires avec le plus souvent des enfants en charge. Par contre 5,3% seulement des hommes
ont déclaré être dans une situation de célibat.
Les PAP sont composées de 11 personnes morales et 54 personnes physiques. Les 65 PAP
représentent390 personnes. La décomposition par sexe des 65 PAP est comme suit:
 11 personnes morales (GIE,SVC etc.)
 54 personnes physiques parmi lesquels on a 11 femmes et 45 hommes

Figure 2: Situation matrimoniale selon le genre (enquête consultant novembre 2013)


6.1.4. Nationalité, religion et ethnie
Par rapport à la nationalité on remarque que tous les PAPs sont des sénégalais, ils sont également de
confession musulmane. C’est seulement par rapport aux groupes ethniques de que l’on observe des
différences plus ou moins marquées. On note que les maures et apparentés sont les plus représentées
avec 36,4% des enquêtés, suivi des wolofs 34,1% et des peulhs 25%.

Figure 3: Caractéristique ethnique des PAP (enquête consultant novembre 2013)


6.1.5. Niveau d’instruction
Il ressort des enquêtes que le niveau d’instruction des PAPs est plutôt bas. En effet, 19% des PAP n’a
pas atteint le niveau secondaire. Une faible proportion 9,5% a atteint le niveau primaire. La majorité
des enquêtés a reçu un enseignement coranique soit environ 44% d'entre elles.

35
Figure 4: Niveau d'instruction des PAP (enquête consultant novembre 2013)
6.1.6. Occupation et revenues des PAPs

Les résultats des enquêtes ont permis de constater que la majorité des PAPs s’activent dans le secteur
primaire. L’agriculture demeure la principale occupation, elle est pratiquée par 59% des personnes
affectées. L’élevage et l’artisanat sont pratiqués respectivement par 9,3% et 7% des enquêtés.
L’enquête a révélé que les femmes ne s’activent pratiquement pas dans l’agriculture, elles sont en effet
plus dynamique dans l’artisanat où l'on retrouve 40% des effectifs. Les 60 % qui restent s'activent dans
les activités aussi diversifiées que sont: l'administration 20%, le commerce 20% et les travaux
domestiques.
Les résultats de l'enquête confirment que 70,5% des PAPs pratiquent accessoirement d’autres activités
en parallèle à leur occupation principale essentiellement dans le commerce 25%, l’élevage 9,1% et la
pêche 4,5%.

Figure 5: Catégorie socioprofessionnelle des PAP (enquête consultant novembre 2013)


6.1.7. Revenu moyen selon le nombre d'enfants

Le revenu mensuel des PAPs est plus ou moins faible même si 52% des PAPs ont déclaré avoir des
revenues supérieures à 200000 F CFA par mois. Toutefois on peut noter également 18,2% ont moins
de 50000 F CFA par mois et 20,5% ont moins de 75000 F CFA par mois. Cette faiblesse des revenus
peut se traduire par une situation de vulnérabilité économique si le nombre d’enfants à charge est
élevé ou si le si la PAP présente un handicap. A cet effet, il est remarqué que les PAPs ayant moins de
50000 par mois ont en moyenne de 5,71 enfants. Le nombre d’enfant moyen passe à 11 chez ceux qui
déclarent un revenu compris entre 76000 et 100000 F CFA.

36
Figure 6: Revenu moyen mensuel selon le nombre d'enfants (enquête consultant novembre 2013)
6.1.8. Statut d'occupation des biens affectés

Les enquêtes ont permis de constater que les Populations affectées par le projet CASL sont tous
attributaires de parcelles qu’ils occupaient avant le démarrage du processus de réinstallation. Elles sont
affectataires de ces parcelles suite à des délibérations du conseil rural de Diama et de Ross-Béthio
(avant que cette dernière soit transformée en commune en 2008). Les premiers affectataires se sont
installées sur ces terrains depuis 2004 soit le groupe les plu ancien qui représente 2,3% des PAPs et
2011 pour les installations récentes soit 27,3%. On peut noter que la majorité des PAPs soit 54,5%
d'entre elles se sont établies sur ces parcelles suite aux délibérations de 2008. Toutefois, il faut
souligner que malgré leur affectation, ces terres n’ont jamais été mises en valeur.

6.2. Inventaire des biens des ménages déplacés

6.2.1. Caractéristiques des parcelles affectées

La totalité des biens affectés est constituée de parcelles en friche qui ne comporte aucune activité
agricole ni d'infrastructures fixes ou amovibles susceptibles d'être endommagées. En effet, depuis leur
affection les PAP ne peuvent pas mettre en valeur les parcelles (problème d’eau ; etc.). Les superficies
des parcelles affectées varient entre 2 et 100 ha. Les fourchettes de parcelles cédées les plus
importantes varient entre 10 et 20 ha et représente 29,5%, elles sont suivie de celles qui sont comprises
entre 20 et 30 ha et celles de 30 et 40 ha qui constituent à eux deux 16% des parcelles.

Figure 7: Caractéristiques des parcelles affectées (enquête consultant novembre 2013)

37
6.2.2. Souhait des personnes affectées

La totalité des personnes affectées interrogées durant l'enquête ont déclaré être consultées par le CASL
sur les options de compensation. Ainsi, 98,40 % des personnes concernées par les cessions de terre ont
souhaité être compensé en espèce. Le reste a choisi une compensation en nature sous forme d'accès à
l'eau et un aménagement de leur parcelle par le projet.

Lors des entretiens, quasiment toutes les personnes affectataires soient 90% d'entre elles qui ont cédé
leurs parcelles au projet ont déclaré détenir d'autres terres de culture exceptées quelques PAP non
résidentes (fonctionnaire, retraités et commerçants) qui n'ont pas de vocation agricole. Les
compensations payées par le projet ont globalement servi à financer des équipements agricoles pour
les bénéficiaires où à lancer de nouvelles activités notamment : l'aviculture, le commerce, etc.

38
7. CADRE JURIDIQUE, Y COMPRIS LES MÉCANISMES DE RÈGLEMENT DES
DIFFÉRENDS ET D’APPEL

Le cadre juridique de la réinstallation du projet fera référence en particulier à la législation sénégalaise


applicable dans le domaine et à la Sauvegarde Opérationnelle (OS2) de la BAD relative à la
Réinstallation Involontaire (décembre 2013).

7.1. Cadre réglementaire au niveau national

7.1.1. Cadre juridique de la gestion du foncier au Sénégal

En considérant les différents textes relatifs au foncier au Sénégal, la classification administrative des
terres fait ressortir trois grandes catégories :
 le domaine national avec ses composantes (zones urbaines, de terroirs, classées et
pionnières) ;
 le domaine de l’Etat qui se subdivise en domaine privé et domaine public de l’Etat ;
 le domaine privé des particuliers constitué des terres immatriculées au nom des particuliers.
Chaque domaine est soumis à un mode d’administration et de gestion spécifiques et les compétences
de gestion et d’administration sont soit confiés à l’administration centrale et ses services techniques ou
aux collectivités locales.

Domaine national
Aux termes de l’article premier de la loi n° 64-46 du 17 juin1964, le domaine national est constitué de
toutes les terres non classées dans le domaine public, non immatriculées et dont la propriété n’a pas été
transcrite à la conservation des hypothèques à la date d’entrée en vigueur de la loi. Il est réparti en
quatre catégories de terres à savoir :

1°) Les zones urbaines : Les zones urbaines sont constituées par les terres du domaine national situées
sur le territoire des communes et des groupements d’urbanisme prévus par la législation applicable en
la matière (Art.5).

2°) Les zones classées : Les zones classées sont constituées par les zones à vocation forestière ou les
zones de protection ayant fait l’objet d’un classement dans les conditions prévues par la
réglementation particulière qui leur est applicable (Art.6).

3°) Les zones des terroirs : La zone des terroirs correspond en principe, aux terres qui sont
régulièrement exploitées pour l’habitat rural, la culture ou l’élevage à la date de la publication de la
loi, (Art.7 al.2).

4°) Les zones pionnières : Les zones pionnières correspondent aux autres terres (Art. al.2). Toutes les
terres du Delta étaient classées en zone pionnières de 1965 à 1987 (Décret N° 65-443), date à laquelle
elles ont été déclassées et reversées en zone des terroirs (Décret N° 87-720 du 4 juin 1987).

Domaine de l’Etat
Le domaine de l’Etat est régi par la loi n° 76-66 du 2 Juillet 1976 portant Code du Domaine de l’Etat
et le décret n° 81-557 du 21 mai 1981 portant application en ce qui concerne son domaine privé.
L’article premier donne l’étendue de ce domaine en ces termes : « le domaine de l’Etat comprend le
domaine public et le domaine privé ». L’article 9 dispose que « le domaine public est inaliénable et
imprescriptible». Tous les titres d’occupation délivrés sur le domaine public sont précaires et
révocables et leur retrait ne donne lieu au paiement d’aucune indemnité. Il s’agit :
1. des permissions de voirie qui permettent la construction d’installations légères, démontables ou
mobiles et qui ne doivent pas avoir une emprise importante sur le domaine public ;
2. des autorisations d’occuper le domaine public naturel ou artificiel ;
3. des concessions et des autorisations d’exploitation donnant lieu au paiement de redevances.

39
Le domaine privé des particuliers
Il est apparu dans les textes, aux termes du décret du 26 juillet 1932 portant réorganisation du régime
de la propriété foncière en Afrique occidentale et de la loi n° 2011-07 du 30 mars 2011 portant régime
de la propriété foncière. La loi désigne ces terres sous l’expression « terres ayant fait l’objet d’une
immatriculation au nom d’une personne autre que l’Etat ».

7.1.2. Principaux textes applicables aux déplacements de populations au Sénégal

En matière de réinstallation, la Constitution du Sénégal du 22 janvier 2001, qui est la loi fondamentale
du Sénégal, en son article 15 garantit le droit de propriété, auquel ne peut être porté atteinte que dans
le cas de nécessité publique légalement contrôlée, sous réserve d'une indemnité juste et payée au
préalable. Le préjudice doit être direct. Cela signifie qu’il faut qu’il soit né de l’expropriation. Le
dommage indirect n’est pas indemnisé. Différents décrets portant application des lois relatives au
domaine national, s’appliquent également à la réinstallation. Il s’agit notamment du :
 décret n° 64-573 du 30 juillet 1964 fixant les conditions d'application de la loi n° 64-46 du 17
juin 1964 relative au domaine national ;
 décret n° 64-574 du 30 juillet 1964 portant application de l'article 3 de la loi n° 64-46 du 17
juin 1964 relative au domaine national et autorisant à titre transitoire l'immatriculation au nom
des occupants ayant réalisé une mise en valeur à caractère permanent ;
 décret n° 72-1288 du 27 octobre 1972 relatif aux conditions d'affectation et de désaffectation
des terres du domaine national comprises dans les communautés rurales ;
 décret n° 80-1051 du 14 octobre 1980 abrogeant et remplaçant les articles 2, 8, 14, 19 et 20 du
décret n° 72-1288 du 27 octobre 1972 relatif aux conditions d'affectation et de désaffectation
des terres du domaine national comprises dans les communautés rurales.
 L'art. 38 du décret n°64-573 du 30 juillet 1964 fixant les conditions d'application de la loi 64-
46 du 17 juin 1964 relative au domaine national dans sa version modifiée par le décret 91-838
du 22 août 1991, permet à tous occupants d'être indemnisés.
 Loi n°2011-07 du 30 mars 2011 portant régime de la Propriété foncière.

La Loi 76 – 66 du 02 juillet 1976 portant code du domaine de l'Etat régit les biens mobiliers et
immobiliers appartenant à l’Etat et inclus soit dans son domaine public, soit dans son domaine privé.
Cette loi est complétée par le Décret 81-557 du 21 mai 1981 portant application du code du domaine
de l'État; il s’agit d’un texte qui détermine les conditions d’application de la loi sur le domaine de
l’Etat. Ce domaine est en principe, inaliénable et imprescriptible. Mais le domaine public peut faire
l’objet de permissions de voirie, d’autorisations d’occuper, de concessions et d’autorisations
d’exploitation. (art.11).L’Etat peut aussi délivrer des autorisations d’occuper le domaine public naturel
et artificiel, à titre précaire et révocable (art. 13) et décider d’incorporer un immeuble au domaine
public artificiel (art. 8) par classement ou exécution de travaux lui faisant acquérir un caractère de
domanialité publique. Le domaine public artificiel peut faire l’objet d’un déclassement au profit du
domaine privé, s’il est immatriculé, ou à celui du domaine national pouvant être immatriculé au nom
de l’Etat.

NOTA : Il faut souligner que pour le présent projet, la procédure d’expropriation ne s’applique
pas, mais plutôt celle relative à l’affectation et la désaffectation en zone de terroirs.

7.1.3. Affectation et désaffection en zone de terroirs

Le décret 72-1288 du 27 octobre 1972 modifié par les décrets 80-1051 du 14 octobre 1980 et 86-445
du 10 avril 1986 place la gestion des terres des zones de terroirs sous la responsabilité des
Communautés Rurales devenues communes. Celles-ci ont alors un pouvoir décisionnel très important
sur les affectations et désaffections de terres, l’installation d’habitations et de campements en zone de
terroir. La Commune est une collectivité locale et une personne morale qui est tenue de prendre toutes
les initiatives ou de développer toutes les actions pour promouvoir le développement économique,
social et culturel du terroir.

40
L'affectation des terres
Ce sont les décrets N°64/573 et 72/1288 du 30 juillet 1964 et 27 octobre 1972 modifié qui précisent
les modalités pratiques de gestion des terres du domaine national.
Le régime de la domanialité nationale pose deux conditions d'accès à la terre en zone des terroirs :
l'appartenance à la communauté et la capacité de mise en valeur. L’affectation est personnelle et
individuelle (art.19 du Décret 64-573) et ne peut faire l’objet de transaction. Sa durée est illimitée et
confère au bénéficiaire un droit d’usage (art. précité). Elle peut être prononcée en faveur, soit d’un
membre de la Communauté, soit de plusieurs membres groupés en associations ou coopératives (art.3
Décret N°72-1288 du 27 octobre 1972).
Il y a lieu de signaler que les délibérations du Conseil rural portant affectation ou désaffectation de
terres ne sont exécutoires qu'après avoir été approuvées par l’Autorité Administrative.

La désaffectation des terres


L'Affectation d'une terre est en principe décidée pour une durée indéterminée. Mais elle peut prendre
fin en cas de faute de l'affectataire, sur sa demande, ou pour raison d'utilité publique.
La désaffectation pour motif «d'intérêt général», a été prévue par l'Article 15 alinéa 2 de la loi n° 64-
46 du 17 Juin 1964 ; elle peut être justifiée soit par des opérations ponctuelles, soit par la volonté de
procéder à une révision générale des affectations. Dans la première catégorie, il faut ranger les
désaffectations pour l'établissement de parcours de bétail par exemple, pour travaux hydrauliques,
pour lotissements destinés à l'habitat..., article 11 et 14 du Décret n° 72-1288. Par ailleurs le Conseil
rural peut, aux termes de l'Article 12 du Décret n° 72-1288, demander une révision générale des
affectations dans le cas où l'évolution des conditions démographiques ou culturales l’exigerait. Dans
ce cas la délibération doit être adoptée à la majorité des 3/4 de ses membres et approuvée par Décret.

La désaffectation à titre de sanction, aux termes de l'Article 20 du Décret n° 64-573, peut être opérée
d'office un an après une mise en demeure restée sans effet pour les motifs suivants :
 une insuffisance de mise en valeur résultant notamment du mauvais entretien ou inobservation
de la réglementation applicable au terrain ;
 lorsque le bénéficiaire ne réside plus sur le terroir ou n'assure plus personnellement la mise en
valeur des terres qui lui sont affectées.
En cas de désaffectation motivée par l'intérêt général, l'affectataire dépossédé bénéficie d'une nouvelle
parcelle équivalente à l'ancienne à titre de compensation. Dans l'hypothèse d'une réaffectation, le
nouvel affectataire est tenu de verser à l'ancien ou à ses héritiers une indemnité égale à la valeur des
constructions et de la récolte pendante estimée au jour de la nouvelle affectation.

7.2. La Politique de la BAD en matière de déplacement involontaire

Sauvegarde opérationnelle 2 – Réinstallation involontaire : Acquisition de terres, déplacements de


populations et indemnisation
Cette SO vise à faciliter l’opérationnalisation de la Politique de la Banque sur la réinstallation
involontaire de 2003, dans le cadre des conditions de mise en œuvre des SO et ce faisant, d’intégrer les
facteurs de la réinstallation dans les opérations de la Banque. Cette SO concerne les projets financés
par la Banque qui entraînent la réinstallation involontaire de personnes. Elle vise à garantir que les
personnes qui doivent être déplacées soient traitées de façon juste et équitable, et d’une manière
socialement et culturellement acceptable, qu’elles reçoivent une indemnisation et une aide à la
réinstallation de sorte que leur niveau de vie, leur capacité à générer un revenu, leurs niveaux de
production et l’ensemble de leurs moyens de subsistance 12 soient améliorés, et qu’elles puissent
bénéficier des avantages du projet qui induit leur réinstallation.

Les objectifs spécifiques de cette SO reflètent les objectifs de la politique sur la réinstallation
involontaire : (i) Éviter la réinstallation involontaire autant que possible, ou minimiser ses impacts
lorsque la réinstallation involontaire est inévitable, après que toutes les conceptions alternatives du
projet aient été envisagées ; (ii) Assurer que les personnes déplacées sont véritablement consultées et
ont la possibilité de participer à la planification et à la mise en œuvre des programmes de réinstallation
; (iii) Assurer que les personnes déplacées bénéficient d’une assistance substantielle de réinstallation

41
sous le projet, de sorte que leur niveau de vie, leur capacité à générer des revenus, leurs capacités de
production, et l’ensemble de leurs moyens de subsistance soient améliorés au-delà de ce qu’ils étaient
avant le projet ; (iv) Fournir aux emprunteurs des directives claires, sur les conditions qui doivent être
satisfaites concernant les questions de réinstallation involontaire dans les opérations de la Banque, afin
d’atténuer les impacts négatifs du déplacement et de la réinstallation, de faciliter activement le
développement social et de mettre en place une économie et une société viables ; et (v) Mettre en place
un mécanisme de surveillance de la performance des programmes de réinstallation involontaire dans
les opérations de la Banque et trouver des solutions aux problèmes au fur et à mesure qu’ils
surviennent, afin de se prémunir contre les plans de réinstallation mal préparés et mal mis en œuvre.

L’emprunteur ou le client devra préparer un Plan d’action de réinstallation intégral (PAR intégral)
pour (i) tout projet qui implique 200 personnes ou plus (selon la définition de la politique de
réinstallation involontaire) ou (ii) tout projet susceptible d’avoir des impacts négatifs sur les groupes
vulnérables.

Pour tout projet pour lequel le nombre de personnes à déplacer est inférieur à 200 personnes et
l’acquisition des terres et le potentiel de déplacement et de perturbation des moyens de subsistance
sont considérés comme moins importants, l’emprunteur ou le client prépare un Plan d’Action de
Réinstallation abrégé (PAR abrégé).

La Banque publiera les PAR au Centre d’information du public de la Banque et sur son site Internet,
aux fins d’examen et commentaires par le public, conformément aux procédures PEES. Le PAR
intégral devra être communiqué au public au moins 120 jours avant la présentation aux Conseils et le
PAR abrégé au moins 30 jours avant la présentation aux Conseils.

La SO met un accent particulier sur la Consultation, la participation et un large soutien


communautaire ; les Procédures d’indemnisation ; les Communautés d’accueil ; les Groupes
vulnérables ; la Mise en œuvre, le suivi et l’évaluation.

L’emprunteur ou le client prépare un Plan de développement communautaire (PDC) pour les projets
qui ont un risque avéré pour les communautés vulnérables et qu’il faut gérer. Les risques spécifiques
associés aux questions de terre, à la réinstallation, ou à la dégradation environnementale sont intégrés
au plan d’action de réinstallation ou au PGES et les mesures d’accompagnement seront conçues et
gérées en consultation avec les communautés affectées pour respecter leurs préférences culturelles.

7.3. Les autres politiques de la BAD interpelées par le projet

La Politique en matière de Genre (juin 2000)


La politique sur le genre vise à favoriser l’équité des sexes et l’intégration de la dimension genre dans
toutes les opérations de la BAD. Elle exige que la BAD applique l'analyse de genre à toutes ses
activités.

La Stratégie Genre 2014-2018


L’objectif de cette stratégie est double. D’abord il cherche à renforcer l’intégration du genre dans
toutes les opérations et stratégies nationales et régionales de la Banque. Ensuite il vise à opérer la
transformation de la Banque pour en faire une institution plus solidaire et plus sensible au genre, qui
apprécie également ses personnels féminins et masculins, qui les protège de la discrimination et de
toute forme de harcèlement et de violence, et qui leur assure un environnement de travail sûr et
préférentiel capable d’attirer les meilleurs professionnels.

La politique de la BAD en matière de réduction de la pauvreté (févier 2004)


Cette politique réaffirme l’attachement de la BAD à l’objectif primordial de réduction de la pauvreté
par des mesures visant à promouvoir l’appropriation nationale, la participation et l’obligation de
résultats dans le cadre de ses actions visant à améliorer les conditions de vie des pauvres en Afrique.

42
La Politique de diffusion et d’accès à l’information (mai 2013)
Cette politique vise à i) maximiser la diffusion des informations en possession du Groupe de la
Banque et à limiter la liste d’exceptions; ii) faciliter l’accès à l’information sur les opérations de la
BAD et son partage avec un spectre large de parties prenante ; iii) promouvoir la bonne gouvernance,
la transparence et la responsabilité ; iv) améliorer l’efficacité de la mise en œuvre et mieux coordonner
les processus de diffusion de l’information; v) faire mieux connaître la mission, les stratégies et les
activités globales du Groupe de la Banque ; vi) appuyer le processus consultatif; et vii) renforcer
l’harmonisation avec les autres institutions de financement du développement dans le domaine de la
diffusion de l’information. Les objectifs de cette politique sont également d’encourager les États à
communiquer l’information au public, en particulier aux groupes directement concernés par les
opérations dans les États membres; sensibiliser davantage le public aux opérations, aux activités, aux
politiques, aux programmes, aux procédures et au fonctionnement du Groupe de la Banque, faciliter la
participation des populations locales concernées par les projets financés par le Groupe de la Banque, y
compris les organisations non gouvernementales (« ONG ») éligibles reconnues par le Groupe de la
Banque et les autres organisations communautaires prenantes.

Le manuel de consultation et de participation des parties aux opérations de la Banque (2001)


Pour la BAD, la participation est essentielle à l’accomplissement de ses objectifs primordiaux de
réduction de la pauvreté et de développement durable. La participation des parties prenantes peut
améliorer la qualité, l’efficacité et la durabilité des projets de développement et raffermir
l’engagement des gouvernements, des bénéficiaires et autres parties prenantes. Le manuel lui-même
élaboré de manière participative, fournit les directives sur lesquelles s’appuyer Quant aux parties
prenantes, il s’agit des personnes/communautés qui peuvent (directement ou indirectement,
positivement ou négativement) toucher ou être touchées par les résultats des projets ou programmes.
Les questions d’égalité homme/femme sont fondamentales dans la participation. Les organisations
non-gouvernementales (ONG) et les organisations à base communautaire (OBC) qui représentent les
pauvres et les femmes sont des parties prenantes importantes dans les opérations appuyées par la
Banque.

Le Cadre de participation de la société civile (2012)


L’objectif ultime du Cadre d’engagement avec les Organisation de la société civile (OSC) est de
permettre à la Banque d’obtenir de meilleurs résultats et un plus grand impact sur le processus de
développement grâce à la consolidation de ses mécanismes de participation et de coordination avec les
OSC. Plus précisément, les objectifs du Cadre consistent à : a) renforcer les capacités de la Banque à
établir des modalités de coopération avec les OSC ; b) à encourager les interactions avec les OSC
d’une manière qui contribue effectivement à la mission de la Banque et à l’ efficacité de son appui aux
PMR ; et c) à énoncer des directives opérationnelles à l’intention du siège, des centres de ressources
régionaux, des bureaux extérieurs et du personnel travaillant sur les projets.

7.4. Les points de convergence et de divergence en la Politique de la BAD et la législation nationale

Sur certains points, il y a une convergence et sur d’autres des divergences entre la législation
sénégalaise et la Politique de déplacement involontaire de la BAD. Les points de convergence
concernent les aspects suivants : l’éligibilité à une compensation ; la date limite d’éligibilité ; le type
de paiement.
Les points où il y a des divergences les plus importantes sont les suivants : participation des
populations ; occupation irrégulière ; assistance particulière aux groupes vulnérables ; réhabilitation
économique ; les alternatives de compensation.
Il apparaît que ces points non pris en compte dans la législation nationale ne sont pas en contradiction
avec les directives de la BAD : ils relèvent plutôt d’une insuffisance dans la législation nationale.
Ainsi, pour être en conformité avec la politique de la BAD, la CASL veillera à appliquer les directives
de la BAD chaque fois quand il y a une divergence entre la législation nationale et les dispositions de
la BAD.

43
Tableau 3 Comparaison entre la législation nationale et celle de la BAD en matière de réinstallation
Thèmes Cadre juridique national Les exigences de la BAD Observations Propositions par
rapport
aux différences
-La loi n° 76 – 67 du 2 juillet 1976 La politique de La politique de la BAD et la Application des
relative à l’ECUP précise que les réinstallation de la BAD législation sénégalaise se directives de la BAD
personnes qui peuvent être déplacées s’applique à toutes les rejoignent en ce qui
sont celles qui sont propriétaires composantes du projet qui concerne les personnes qui
d’immeubles et / ou de droits réels risquent d’entraîner une peuvent être déplacées. Il
immobiliers quel que soit le statut ou la réinstallation involontaire, faut simplement préciser
protection dont bénéficie le bien ; quelle que soit la source que le droit sénégalais est
-La loi n° 64 – 46 du 17 juin 1964, de financement de celui- plus restrictif dans la
relative au domaine national et son décret ci. Elle s’applique mesure où il met l’accent en
d’application n° 64 – 573 du 30 juillet également aux autres particulier sur les détenteurs
1964 précisent que les détenteurs d’un activités donnant lieu à de droits formels, alors que
Personnes droit formel ou non sur les terres du une réinstallation la politique de la BAD ne
pouvant être domaine national peuvent être déplacés involontaire, qui, aux fait pas cette distinction.
déplacées pour des motifs d’intérêt général ; yeux de la Banque, sont
- La loi 76 – 66 du 02 Juillet 1966 portant d’abord directement et
code du domaine de l’Etat et son décret notoirement en relation
d’application n° 81 – 557 du 21 mai 1981 avec le projet financé par
précisent que tout détenteur d’une la Banque ; ensuite
autorisation d’occuper d’une terre du nécessaires pour atteindre
domaine de l’Etat peut être déplacé sans les objectifs tels qu’ils ont
indemnisation (articles 13 et 37). été fixés dans le document
du projet ; et enfin
réalisées, ou planifiées
pour être réalisées, en
parallèle avec le projet.
Article 20 de la loi n° 76-67 du 2 juillet §3.4.3: les personnes Similitude, même si les Application de la
1976 : indemnité établie à partir du affectées par le projet ont expressions utilisées sont législation nationale
procès-verbal de constat d’état des lieux. droit à une indemnisation différentes.
Les améliorations apportées après ou à l'aide à la
l’établissement du PV et qui ont pour réinstallation "à condition
Date limite objet d’obtenir une indemnité de plus- qu'elles aient occupé le
d’éligibilité value ne sont pas pris en compte. site du projet avant une
(CUT-OFF date limite fixée par
DATE) l'emprunteur et acceptable
par la Banque. La date
limite doit être clairement
communiquée à la
population touchée par le
projet.
Le décret n° 91 – 938 du 22 août 1991 La SO2 renseigne qu’un Une divergence partielle Application de la
qui modifie l’article 38 du décret n° 64 – troisième groupe de existe entre la politique de politique
573 du 30 juillet 1964 fixant les personnes qui n'ont ni la BAD et la législation opérationnelle de la
conditions d’application de la loi relative droit formel ni titres sénégalaise. En effet, BAD.
au domaine national permet à tout susceptibles d'être aucune aide ou
occupant même irrégulier faisant l’objet reconnus sur les terres indemnisation n’est prévue
Occupants de déplacement d’être indemnisé. qu'elles occupent Ces en cas de retrait de terre du
irréguliers La loi n° 76 – 66 du 2 juillet 1976 portant personnes auront droit à domaine public de l’Etat.
code du Domaine de l’Etat ne prévoit une aide à la réinstallation En revanche, pour le
pas d’indemnisation ou d’aide en lieu et place de domaine national une
quelconque en cas de retrait des terres du l'indemnisation pour leur indemnisation est prévue.
domaine public de l’Etat. permettre d'améliorer leur
condition de vie.

Article 14 loi relative à l’ECUP : La En cas d'indemnisation Application des


compensation en espèces est le principe financière, des conseils Il y a une concordance entre directives de la BAD
dans la législation sénégalaise quand il pourraient être prodigués les deux politiques mais parce que plus
s’agit d’une expropriation pour cause aux bénéficiaires pour les celle de la BAD est plus explicite.
Compensation
d’utilité publique ou de retrait d’une terre aider à en faire un usage complète car au-delà de la
en espèces
du domaine national. judicieux. compensation financière
Les indemnités proposées doivent être elle préconise un
suffisantes pour permettre de compenser accompagnement social en
l’intégralité du préjudice subi. termes de formation et de

44
Thèmes Cadre juridique national Les exigences de la BAD Observations Propositions par
rapport
aux différences
conseil.
Le Décret n° 64 – 573 du 30 juillet 1964 Pour le secteur du Concordance partielle entre Application des
fixant les conditions d’application de la développement agricole et les deux politiques directives de la BAD
loi relative au domaine national prévoit rural l'expérience de la notamment la loi sur le parce que plus
en cas de désaffectation, lorsque l’intérêt Banque montre que dans domaine nationale. Car complète.
général l’exige, que la personne victime la plupart des cas, des certaines dispositions de la
de la désaffectation reçoive une parcelle indemnisations foncières législation sénégalaise
Compensation
équivalente à titre de compensation ont été fournies aux prévoient l’affectation de
en nature –
(article 20). agriculteurs et aux nouvelles terres en lieu et
Critères de
La loi n° 76 – 66 du 02 juillet 1966 ouvriers agricoles pour place de celles retirées. Par
qualité
portant code du domaine de l’Etat ne restaurer les systèmes de contre la loi sur le domaine
donne aucune possibilité aux titulaires production. de l'Etat exclu cette
d’autorisations d’occuper le domaine possibilité.
public naturel ou artificiel de recevoir des
terres de compensation ou même
d’indemnités.
L’article 35 de la loi n° 76-67 du 2 juillet La Sauvegarde s’applique Discordance dans la portée Application des
1967 précise qu’un programme de lorsqu'un déplacement entre les deux politiques. Directives de la BAD.
réinstallation de la population peut être physique de populations et Car le programme de
prévu en cas de retrait des titres une perte de biens réinstallation est une faculté
d’occupation des terrains domaniaux économiques sont dans le droit national, alors
inévitables, l'emprunteur qu’il s’agit d’une obligation
doit élaborer un plan dans les directives de la
Réinstallation d’action de réinstallation. BAD
Ce plan doit être conçu de
manière à réduire le
déplacement et à fournir
aux personnes déplacées
une assistance avant,
pendant et après la
réinstallation physique.
Payer la valeur selon les barèmes établis; Les personnes déplacées Différence importante, mais Application des
normalement augmentés par la pratique doivent être indemnisées en accord sur la pratique directives de la BAD.
Compensation
en se fondant sur les prix du marché en au coût de remplacement
Infrastructure
incluant les plus-values plein avant leur
déplacement effectif.
La législation sénégalaise ne prévoit pas, Dans les cas où la terre Les directives de la BAD, Application des
en dehors des indemnisations et / ou n'était pas disponible ou si en matière d’alternative de directives de la BAD.
l’attribution de nouvelles terres, l’octroi toute les populations ne compensation notamment
d’emploi ou de travail à titre pouvaient pas recevoir celle fondée sur des
d’alternatives de compensation. d'autres moyens de perspectives d’emploi ou de
Alternatives production, des travail indépendant n’est
de possibilités d'accès à pas prise en compte par la
compensation l'emploi dans le secteur législation nationale. En
industriel et tertiaire ont règle générale, seules les
été assurée grâce à des indemnisations en espèces
plans de formation… ou les compensations en
nature sont prévues au
Sénégal.
Remplacer à base de barèmes selon la Remplacer au coût de Divergence entre la Application des
qualité par m2. L’article 12 de la loi n° remplacement plein législation nationale et les directives de la BAD.
76-67 du 2 juillet 1967 précise que si (indemnisation basée sur directives de la BAD mais
l’immeuble comporte des constructions la valeur actuelle de dans la pratique les
ou aménagements importants et si l’une remplacement des biens, différents programmes de
des parties le demande, le juge ordonne ressources ou revenus réinstallation permettent
Evaluation- un transport sur les lieux et dresse un perdus, sans tenir compte une évaluation identique.
terres procès-verbal descriptif contenant en de l'amortissement
outre, les dires des parties et les
explications orales des experts pouvant
assister les intéressés.
En principe, si la compensation porte sur
les terres du domaine national, seules les
impenses sont évaluées et remboursées

45
Thèmes Cadre juridique national Les exigences de la BAD Observations Propositions par
rapport
aux différences

Remplacer à base de barèmes par m2 Remplacer au coût de Convergence entre la Application de la


selon matériaux de construction remplacement plein. législation nationale et les législation nationale.
directives de la BAD il convient de
s’assurer que le coût
Evaluation– du m² selon les
structures matériaux de
construction est
actualisé pour
permettre au PAP
d’acquérir l’identique
Dans le décret d’utilité publique dont Les populations déplacées La législation sénégalaise Application des
l’ouverture est précédée d’une enquête et les communautés prévoit une enquête, en directives de la BAD
est annoncée au public par tout moyen de d'accueil doivent être matière d’expropriation qui prévoit une
publicités habituelles. Durant cette suffisamment consultées à pour cause d’utilité approche inclusive et
période, toute personne intéressée peut un stade précoce du publique. Cette enquête est participative.
formuler des observations (art. 5 Loi n° processus de planification publique et fait l’objet
76-67 du 2 juillet 1976);après notification et être encouragées à d’une mesure de publicité.
de l’acte de cessibilité de l’immeuble, participer et à l'exécution Mais les intéressés peuvent
Participation
délai de quinze jours pour formuler des du programme de même en ignorer l’existence
observations réinstallation. en raison du taux élevé
d’analphabétisme. Ce qui
peut rendre difficile la
participation de manière
constructive dans le
processus de consultation

Groupes La législation sénégalaise n’a pas prévu Une attention particulière Les groupes défavorisés Application des
défavorisés de dispositions spéciales concernant les doit être accordée aux mentionnés dans la directives de la BAD.
groupes vulnérables. Mais, l’article 10 de besoins des groupes politique de la BAD ne sont
la loi n° 76-67 du 2 juillet 1976 précise défavorisés parmi les pas protégés réellement par
que si les biens de mineurs ou autres populations déplacées, en la législation nationale.
incapables sont compromis dans l’acte de particulier ceux dont le Il est nécessaire en cas de
cessibilité, les tuteurs peuvent consentir revenu est en deçà du mise en œuvre de la
amiablement l’aliénation desdits biens. seuil de pauvreté, les sans réinstallation de prêter à une
terres, les femmes, les certaine attention à ces
enfants, les personnes personnes.
âgées, les minorités
ethniques, religieuses ou
linguistiques ainsi que
ceux qui n'ont pas titres
légaux sur les biens, et les
femmes chefs de ménages.
Une assistance appropriée
doit être apportée à ces
groupes défavorisés.
Litiges Négociation à travers la commission de Les procédures de Deux modalités différentes Application de la
conciliation ; les négociations au niveau règlement des différends sur le plan des principes, législation nationale
local sont généralement de mise ; saisine doivent être suffisamment mais dans la réalité, le
des tribunaux et du Médiateur de la agiles pour trancher mécanisme de résolution
République. rapidement les litiges des conflits au plan national
L’article 11 de la loi n° 76-67 du 2 juillet portant sur l'évaluation. A rejoint celui de la BAD.
1976 précise qu’à défaut d’accord cette fin des mécanismes
amiable, l’expropriation est prononcée de réclamation appropriés
par le juge. En cas d’accord, et accessibles,
l’expropriation est prononcée moyennant fonctionnant sous la forme
paiement de l’indemnité convenue. de comités locaux
L’ordonnance d’expropriation peut être constitués de façon
attaquée devant le juge. Dans la pratique, informelle et composés
intervention des autorités traditionnelles. des représentants des
principaux groupes de
parties prenantes devraient
être créés pour résoudre

46
Thèmes Cadre juridique national Les exigences de la BAD Observations Propositions par
rapport
aux différences
tout différend survenant
au cours des procédures
d'indemnisation.
Type de -Article 23 du décret n° 64-573 du 30 Les indemnisations La politique de la BAD et la Application de la
paiement juillet 1964 qui précise que le nouvel peuvent être aussi législation sénégalaise se législation nationale
affectataire a l’obligation de verser à son bien en espèces rejoignent en matière de
prédécesseur ou à ses héritiers, une qu'en nature compensation en espèces.
indemnité égale à la valeur des D’ailleurs, la législation
améliorations apportées à l’immeuble et, sénégalaise prévoit une
le cas échéant, des récoltes pendantes, indemnisation juste et
estimée au jour où la nouvelle affectation préalable, en ce sens qu’elle
est prononcée (paiement en argent) doit réparer l’intégralité du
L’article 15 du décret n° 72-1288 du 27 préjudice direct, matériel et
octobre 1972 précise qu’en cas de certain causé à la personne
désaffectation de terres nécessaires à déplacée.
l’établissement de pistes, à
l’élargissement de voies ou à
l’aménagement de points d’eau,
l’affectataire peut recevoir une parcelle
équivalente lorsque cette compensation
est possible.
Déménageme Article 14 loi n° 76-67 du 2 juillet 1976 : Après le paiement et le Différence entre la Application des
nt des PAP Après paiement ou consignation de début des travaux législation nationale et les directives de la
l’indemnité provisoire prévue par le juge directives de la BAD BAD. Pour la BAD,
des expropriations ou dans un délai de 8 le déménagement
jours après le transport sur les lieux n’est possible
ordonné par le juge. qu’après avoir
effectivement
indemnisé (en nature
ou en espèce) les PAP
et avoir pris les
dispositions pratiques
favorables à ce
déménagement.
Coûts de Non mentionné dans la législation Les coûts de la Différence entre la Application des
réinstallation réinstallation sont à la législation nationale et les directives de la BAD
charge de l'emprunteur directives de la BAD

Réhabilitation Non mentionné dans la législation La planification de la Différence entre la Application des
économique réinstallation doit reposer législation nationale et les directives de la BAD.
sur une approche de directives de la BAD
développement qui
suppose qu'on offre aux
personnes déplacées et
aux communautés
d'accueil plusieurs
possibilités
d'épanouissement
comportant des activités
visant à reconstituer la
base de production des
déplacés…
Suivi et Non mentionné dans la législation Il serait sage de mettre sur Différence entre la Application des
évaluation pied un organe de suivi législation nationale et les directives de la BAD.
qui serait chargé de suivre directives de la BAD
la mise en œuvre des
mesures d'indemnisation

47
7.5. Analyse de la conformité de la démarche de la CASL avec les principes de la BAD en matière
de déplacement involontaire de populations
Principe de la BAD Démarche CASL Conformité ou Commentaires
non-conformité
Minimiser, dans la mesure du possible, la La CASL a fait l'effort de maintenir les Conformité Aucun
réinstallation involontaire et l’expropriation petits exploitants et de trouver des formules
de terres ; adéquates pour les accompagner

S’assurer que les personnes affectées sont La CASL en rapport avec les conseils Conformité Aucun
consultées et impliquées dans le processus ruraux a mené des consultations avec les
de réinstallation et de compensation ; personnes affectées sur les options de
réinstallation
Déterminer les indemnités en fonction des Les indemnités représentant les montants Conformité Aucun
impacts subis, afin de s’assurer qu’aucune des cessions de parcelles ont été
personne affectée par le projet ne soit harmonisées pour toutes les personnes
pénalisée de façon disproportionnée; affectées.

Assister les personnes affectées dans leurs La CASL a conclu des protocoles d'accord Conformité Aucun
efforts pour améliorer leurs moyens avec les personnes affectées pour leur
d’existence et leur niveau de vie, ou du permettre l'accès aux aménagements, la
moins à les rétablir, en termes réels, à leur formation et la production
niveau d’avant le déplacement ou à celui
d’avant la mise en œuvre du projet, selon le
cas le plus avantageux pour elles;
Concevoir et exécuter les activités de La CASL a prévu un ensemble d'activités à Conformité Aucun
réinstallation involontaire et travers le protocole d'accord signé avec les
d’indemnisation en tant que programmes de Personnes affectées pour relancer de façon
développement durable, en fournissant durable les activités des populations
suffisamment de ressources
d’investissement pour que les personnes
affectées par le projet aient l’opportunité
d’en partager les bénéfices;
S’assurer que les personnes affectées Sans objet car aucune PAP n’a perdu des Sans objet Cette exigence n'est
bénéficient d'un soutien durant une période revenus ou sources de revenus pertinente que lorsque les
de transition. personnes concernées perdent
des revenus
Accorder une attention spéciale aux besoins La CASL n'a pas identifié spécifiquement Non-conformité Prendre en compte les
des personnes les plus vulnérables parmi les les personnes vulnérables parmi les personnes vulnérables et
populations déplacées. personnes affectées proposer des mesures d'aide
additionnelles en leur faveur
Toutes les personnes affectées quel que soit Pour le 1er groupe de 65 PAP, la CASL en a Conformité L’aménagement du périmètre
le statut par rapport à la terre, (détenteurs indemnisées 64. La 65ème devrait être partielle irrigué d’une valeur de 18
d'un droit formel, de droits coutumiers et indemnisée d’ici 2015. Pour le 2ème groupe, millions de F CFA en
traditionnels, ni droit formel, ni titres) les 29 PAP ont toutes reçu la compensation compensation pour le 65ième
doivent recevoir une compensation pour les portant sur les 85% de leurs parcelles cédés PAP (la SCV de Rone) ne
terres qu'elles perdent. à la CASL. sera possible qu’en 2015. La
CASL devra effectuer la
compensation de cette PAP
avant de libérer l’emprise.

Conclusion : Il ressort de l'analyse de la conformité de la démarche de CASL avec les exigences de la


BAD en matière de réinstallation plus de points de conformité que de non-conformité. Ceci atteste que
la démarche de la CASL est globalement satisfaisante au regard des exigences nationales et celles de la
BAD en matières de déplacement involontaire. Toutefois, pour le 1er groupe la compensation de la
65ème PAP devra être faite sans délai, avant la libération de l’emprise.

48
7.6. Processus de gestion des plaintes et des conflits

Plusieurs types de conflits peuvent surgir durant la procédure de réinstallation. Ces conflits sont
généralement liés aux aspects suivants :
 Erreurs dans l'identification des PAP et l'évaluation des biens,
 Désaccord sur des limites de parcelles, soit entre la personne affectée et la commission
d’évaluation, ou entre deux voisins,
 Conflit sur la propriété d'un bien (des PAP déclarent être le propriétaire d'un certain bien),
 Désaccord sur l'évaluation d'une parcelle ou d'un autre bien,
 Successions, divorces, et autres problèmes familiaux, ayant pour résultat des conflits entre
héritiers ou membres d'une même famille, sur la propriété d'un bien donné,
 Désaccord sur les mesures de réinstallation (site de réinstallation, parcelle proposée, etc.).
En cas de litiges ou de désaccords, des mécanismes appropriés doivent être mis à la disposition des
PAP pour se défendre et s’exprimer librement. Le Projet mettra à la disposition des PAP toutes les
informations concernant les modes de calculs, les recours et les mécanismes mis à leur disposition
permettant de les aider à effectuer toutes démarches liées à l’ensemble du processus. Pour résoudre
ces éventuels conflits, les mécanismes suivants sont souvent utilisés :
 Une communication appropriée qui fournit des explications détaillées ; l’implication des PAP
au début et à l’ensemble du processus ;
 Le recours à l’arbitrage des notables de la communauté ;
 La Commission de Conciliation ;
 Le recours aux tribunaux.
L’information des PAP sur le mécanisme de gestion de plaintes se fera à travers la mise en place d’un
registre de doléances auprès des chefs des quartiers et villages concernés. Ensuite, le projet informera
les PAP sur la procédure à suivre pour pouvoir se plaindre. La procédure s’articule en général autour
des points suivants :

7.6.1. Les types de recours

La connaissance des différentes étapes dans la formulation des griefs est fondamentale dans le
processus de gestion efficace des plaintes et conflits qui pourraient apparaitre lors de la mise en œuvre
des opérations de réinstallation.
Différents modes de résolution des différends nés de la réinstallation sont mis en place en vue de
préserver les droits des PAPs. Trois types de recours sont proposés pour résoudre un conflit au niveau
du projet :
 Une résolution à l’amiable en faisant intervenir toutes les bonnes volontés et les personnes
ressources qu’il juge pertinent pour aider à la résolution du différend (leaders d'opinion, chef
coutumier, notables). Si les parties ne sont pas satisfaites, il sera fait recourt à un arbitrage.
La résolution à l’amiable sera tentée d’abord :
(i) au niveau du Projet (entre la PAP et le Promoteur CASL) ;
(ii) en cas de désaccord, au niveau du Conseil municipal de Diama le Président de la
commission de règlement des conflits sera désigné pour recevoir et suivre les plaintes
des PAP ; Après consignation des griefs, le chargé des plaintes soumet la plainte au
Président du Conseil rural qui va tenter une médiation. Si la médiation n'aboutit pas,
le dossier est transmis à l’arbitrage.

 Le recours à l’arbitrage : il fait appel à l’autorité administrative locale (Sous-Préfet de Ndiaye)


dans la médiation. Si à l’issue de cet arbitrage, l’une des parties ne semble pas satisfaite, elle
peut déposer un recours auprès du tribunal.

 Le recours juridique: il fait intervenir le juge du tribunal compétent en matière d'affaire civil
qui va statuer sur le contentieux.

49
7.6.2. Processus de traitement des plaintes et conflits

Les plaintes seront reçues et traitées en premier ressort (c’est-à-dire à l'amiable) par l’Expert
Environnement et Social de la CASL pour traitement avec le Promoteur. En cas de désaccord, le
Président du Conseil municipal de Diama est saisi pour médiation. En cas de désaccord, le dossier est
transmis à la Sous-Préfecture de Ndiaye. A défaut d’accord, le tribunal est saisi.

Etape 1: Résolution à amiable Etape 2: Arbitrage

 Au niveau du projet CASL Sous-Préfecture Ndiaye


ou Pas d’accord
 Au niveau de la Mairie

Pas d’accord
Accord
Etape 3: Recours à la justice
Fin de la procédure
Tribunaux

Le responsable suivi évaluation du CASL prendra les dispositions pour informer et sensibiliser ces
différentes entités (notamment le Conseil municipal de Diama et la Sous-Préfecture) sur les différentes
modalités de recueil et de traitement des plaintes et conflits nés de la réinstallation.

50
8. CADRE INSTITUTIONNEL

8.1. Responsabilité institutionnelle

Le présent projet porte sur une procédure de désaffectation et de réaffectation de terres du domaine
national. Sous ce rapport, les responsabilités institutionnelles sont assurées comme suit par : (i) les
PAP, qui établissent une demande de désaffectation de leurs terrains à la Commune de Diama ; (ii) la
CASL, qui adressent une demande d’affectation de terrain cédés par les PAP ; (iii) la Commune de
Diama, dont le conseil va délibérer pour désaffecter les terres cédées par les PAP en vue de leur
réaffectation à la CASL ; (iv) l’Autorité Administrative approuve la délibération du conseil rural pour
la réaffectation des terres et (v) le tribunal régional, en cas de litige non réglé à l’amiable.

8.2. Les acteurs au niveau local et les collectivités

Dans le cadre du présent projet, le cadre institutionnel qui s'applique à ce plan d’action de
réinstallation est structuré autour des acteurs suivants qui seront chargées de conduire la préparation,
la validation et la mise en œuvre du plan d’action de réinstallation: la Compagnie Agricole de Saint
Louis (CASL) ; la Commune de Diama ; l’Autorité Administrative (le Sous-Préfet de Ndiaye) ; les
PAP.

8.2.1. La Compagnie Agricole de Saint Louis (CASL)

La responsabilité première revient à la CASL, organe principal d’exécution du projet. La CASL est
chargé de veiller à ce que les mesures de réinstallation involontaire tout au long du processus de
préparation, mise en œuvre, suivi et évaluation des activités soient exécutées en conformité avec la
législation sénégalaise et les exigences de la BAD sur le déplacement involontaire de populations.
Dans ce sens, les responsabilités d’ensemble de conception, de préparation et de revue des documents
de planification, au moins en phase initiale, et de mise en œuvre des actions de réinstallation relèvent
de sa responsabilité. En pratique, cela inclut les tâches et responsabilités suivantes:

 revoir et valider auprès des structures compétentes le rapport de plan d’action de


réinstallation (PAR) préparé par le consultant ;
 diffuser le rapport (PAR) au niveau des autorités centrales et déconcentrées (Préfecture et
communes et communautés rurales concernées par le projet) et auprès des communautés
ciblées ;
 veiller à ce que la consultation et l’information puissent avoir lieu facilement en liaison avec
les partenaires locaux tels que les autorités locales (maires), les agriculteurs, les pasteurs et
leurs représentants ;
 superviser de manière participative la mise en œuvre des actions de suivi et d’évaluation du
PAR.

Responsabilités de la gestion et du suivi-évaluation des impacts sociaux à la CASL :

La CASL a déjà recruté un expert chargé des questions environnementales et sociales (EES/CASL).
Cet expert aura principalement comme mission en rapport avec les collectivités locales concernées :
 Le suivi de la mise en œuvre du plan d’action de réinstallation ;
 L'assistance à toutes les personnes affectées dans leur processus de réinstallation
(aménagement de nouvelles parcelles, accès à l'eau pour l'irrigation, formation, etc.) ;
 suivi et évaluation réguliers des opérations d'exploitation ou reconversion socio-économiques ;
 tenir le registre des plaintes et réclamation des personnes affectées.

51
8.2.2. La Commune de Diama

La Commune de Diama, seule concernée par la désaffectation des terres pour le projet, devra assurer
les responsabilités suivantes :
 réception du PAR ;
 partage et vulgarisation des conclusions du PAR auprès des populations affectées et leurs
représentants ;
 information, communication et sensibilisation sur le processus et les mesures
d’accompagnement social.

Nota : il faut souligner que la Commune de Diama a déjà procédé à la désaffectation et la


réaffectation des terres, de façon consensuelle entre les PAPs et le projet CASL.

8.2.3. L’Autorité Administrative (Sous-Préfet)

L’Autorité Administrative devra approuver les délibérations d’affectation des terres. Elle assure
également un rôle de médiateur dans la gestion des conflits, en cas de désaccord à l’amiable ou
d’échec de résolution au niveau de la commune.

8.2.4. Les PAP

En ce qui concerne le projet, les catégories ayant été affectées sont constituées principalement de PAP
subissant des pertes d’actifs, de terres agricoles. Les PAP n’ont pas fait l’objet d’un déplacement
physique du fait du projet. Toutes les PAP ont été identifiées et caractérisées dans le cadre de la
présente étude.

8.2.5. Le Tribunal régional

Le recours à la justice est possible en cas d’échec de la voie amiable. Un juge chargé des
expropriations est commis au niveau de chaque Tribunal Régional.

8.2.6. Evaluation des capacités en matière de réinstallation des acteurs institutionnels

 Le promoteur du projet (CASL) n'est pas familier des procédures de réinstallation de la BAD.
Toutefois, il a recruté un expert environnement et social (EES) pour assurer cette charge au
sein de l'équipe du projet. Cet Expert, qui a déjà participé à l’élaboration et la mise en œuvre
de plusieurs études de réinstallation, va appuyer le projet sur les questions de réinstallation
pour une gestion optimale des questions sociales.

 Par contre, concernant la commune, il faut souligner qu’elle a pris une part active dans le
processus de préparation et de la mise en œuvre des Plans de Réinstallation du Millenium
Challenge Account (MCA). Cela a permis de capitaliser une expérience relativement solide
dans la mise en œuvre et le suivi des plans de réinstallation. Cette expérience devra être
valorisée dans le cadre du PAR de CASL en impliquant fortement la commission domaniale
dans le suivi de la mise en œuvre des mesures de réinstallation.

Tableau 4 Arrangements institutionnels de mise en œuvre - Charte des responsabilités


Le tableau ci-dessous indique les différentes responsabilités de la mise en œuvre de l’expropriation.
Acteurs Responsabilités
institutionnels
Projet CASL  Responsabiliser l’Expert en évaluation environnementale et sociale (EES/CASL)
pour le suivi de la réinstallation
 Recrutement de consultants/ONG pour réaliser les études socioéconomiques, les

52
Acteurs Responsabilités
institutionnels
PR et le suivi/évaluation
 Evaluation des biens affectés
 Préparation et approbation et diffusion des PAR
 Paiement des compensations
 Suivi de la mise en œuvre des PAR
 Approbation des PAR
 Suivi de la mise en œuvre des PAR
Commune de Diama  Préparation des actes de cession
 Elaboration des actes de désaffectation et de réaffectation
 Approbation et diffusion des PAR
 Enregistrement des plaintes et réclamations
 Gestion des litiges et conflits
 Libération des emprises
 Suivi de proximité de la réinstallation
 Suivi de la réinstallation et des indemnisations
 Diffusion des PAR
Sous-Préfet  Approbation des délibérations d’affectation des terres
 Gestion des litiges

N° Etapes et activités de la procédure Acteurs responsables


1. Phase préparatoire
1.1 Elaboration de l’Avant-Projet détaillé CASL
1.2 Délimitation, implantation et bornage Cadastre
1.3 Campagne d’information CASL et Collectivités Locales
 Diffusion de l’information
1.4 Recensements/évaluation des impenses CASL (consultants)
 Evaluation des occupations
 Estimation des indemnités
1.5 Affiche, traitement des réclamations CASL et Collectivités Locales
1.6 Estimation budget global CASL/Consultants
1.7 Elaboration du PAR CASL/Consultants
1.8 Validation du PAR CASL/DREEC/BAD
1.9 Publication du PAR CASL/DREEC/BAD Collectivités
Locales
2. Phase de mise en œuvre du PAR
2.1 Commission de Conciliation Autorité Administrative
 Négociation des indemnités
2.2 Signature actes d’acquiescement PAP et CASL
2.3 Mise en place des compensations et paiement des PAP Collectivités Locales
 Mobilisation des fonds
 Compensation aux PAP
2.4 Mise en demeure Collectivités Locales
2.5 Libération des sites PAP
2.6 Déplacement des installations et des personnes CASL
 Assistance au déplacement
 Prise de possession des terrains
2.7 Suivi et évaluation de la mise en œuvre des PAR CASL, Collectivités Locales,
 Suivi de la mise en œuvre du PAR Commissions d'évaluation des impenses
 Evaluation de l’opération
2.8 Mise à disposition des terres Collectivités Locales
2.9 Début des travaux du projet CASL

53
9. ÉLIGIBILITÉ

9.1. Critères d’éligibilité des personnes affectées par le projet

En adéquation avec la politique SO2 sur la réinstallation involontaire, trois groupes de personnes
déplacées devront avoir le droit à une indemnité ou à une assistance de réinstallation pour la perte de
terres ou d’autres biens en raison du projet :

(a) Ceux qui ont des droits légaux formels sur les terres ou autres biens reconnus en vertu des lois du
pays concerné. Cette catégorie inclut les personnes qui résident physiquement à l’emplacement du
projet et celles qui seront déplacées ou pourraient perdre l’accès ou subir une perte de leurs moyens de
subsistance à la suite des activités du projet.

(b) Ceux qui n’auraient pas de droits légaux formels à la terre ou à d’autres actifs au moment du
recensement ou de l’évaluation, mais peuvent prouver qu’ils ont une réclamation qui serait reconnue
par les lois coutumières du pays. Cette catégorie comprend les personnes qui ne résideraient pas
physiquement à l’emplacement du projet ou des personnes qui ne disposeraient pas d’actifs ou de
sources directes de subsistance provenant du site du projet, mais qui ont des liens spirituels ou
ancestraux avec la terre et sont reconnus par les collectivités locales comme les héritiers coutumiers.
Selon les droits coutumiers d’utilisation des terres du pays, ces personnes peuvent également être
considérées comme titulaires de droits, si elles sont métayers, fermiers, migrants saisonniers ou
familles de nomades qui perdent leurs droits d’utilisation.

(c) Ceux qui n’ont pas de droits légaux ou de réclamation reconnaissables sur les terres qu’ils occupent
dans le domaine d’influence du projet, et qui n’appartiennent à aucune des deux catégories décrites ci-
dessus, mais qui, par eux-mêmes ou via d’autres témoins, peuvent prouver qu’ils occupaient le
domaine d’influence du projet pendant au moins 6 mois avant une date butoir établie par l’emprunteur
ou le client et acceptable pour la Banque.
Ces catégories ont droit à une assistance à la réinstallation en lieu et place de l’indemnisation pour la
terre afin d’améliorer leur niveau de vie antérieur (indemnité pour perte d’activités de subsistance, de
ressources foncières communes, de structures et cultures, etc.).

Les personnes déplacées faisant partie des groupes (a) et (b) ci-après ont droit à une
indemnisation/compensation pour leur terre ou autres ressources confisquées pour les besoins du
projet. Les personnes du groupe (c) reçoivent seulement une aide à la réinstallation.

Nota : il faut souligner que les PAPS affectataires des parcelles par acte de la C/de Diama n’ont
pas valorisé leurs parcelles depuis plusieurs années. Aussi, on peut affirmer que l’ensemble des
PAPs appartiennent à la catégorie (b) qui peuvent seulement prétendre à un appui de la part du
projet (qui a octroyé en lieu et place des efforts et peines unanimement acceptés par les PAPs).

9.2. Date d'éligibilité

La date limite d'éligibilité correspond la date de démarrage des opérations de recensement destinées à
déterminer les ménages et les biens éligibles à compensation, à laquelle les ménages et les biens
remarqués dans les emprises affectées sont éligibles à compensation. Dans le cadre du projet, cette
date correspond (i) au 18 juillet 2013. Toutes personnes ou ménages qui viendraient sur le site au-delà
de cette date ne sera pas éligible aux compensations. Les PAP ont été informées de cette date limite
d’éligibilité. En effet, des fiches d’information ont été adressées à la Commune de Diama pour
affichage.

54
10. EVALUATION ET INDEMNISATION DES PERTES

Il convient de rappeler les dispositions réglementaires (décrets N°64/573 et 72/1288 du 30 juillet 1964
et 27 octobre 1972 modifié) qui régissent la gestion des terres du domaine national afin de mieux
comprendre les mécanismes de fixation du taux pour la réparation du préjudice causé aux affectataires.
Selon ces textes, l’affectation des terres est personnelle et individuelle (art.19 du Décret 64-573) et ne
peut faire l’objet de transaction.

10.1. Évaluation des peines et soins dues aux populations affectées

Il est précisé que les parcelles affectées par le conseil rural aux populations ne peuvent pas faire l'objet
de transaction. Donc, les affectataires ne peuvent pas vendre leurs parcelles puisqu'ils n'en sont pas
propriétaires. C'est pourquoi, il serait inapproprié de parler d'indemnisation dans le cas qui concerne ce
présent plan d’action de réinstallation du projet de la CASL. Ainsi, les sommes versées aux
affectataires par le projet résultent d'une réparation au titre des "peines et soins" effectués (en termes
d’aménagements sommaires, bornages ; etc.) sur les parcelles qui leur étaient affectés par les conseils
Ruraux de Diama et de Ross-Béthio.

10.2. Méthodologie d'évaluation

La méthodologie de fixation des réparations au titre des « peines et soins » a tenu compte des pratiques
de location et de cession des terres en cours au niveau local. Généralement les barèmes qui sont
pratiqués pour ces cas de figure tiennent compte de plusieurs facteurs en vigueur dans la zone du
projet, parmi lesquels :
 La taille de la parcelle (plus la parcelle est petite plus le montant de la cession est élevée (entre
100 000 et 200 000 f CFA l'hectare) et inversement plus la parcelle est grande moins les
montants de cession sont élevés (entre 50 000 et 80 000 f CFA l'hectare) ;
 La proximité de l'eau: elle constitue un élément déterminant dans la valeur de la cession. Dans
la zone du projet l'eau est éloignée des terres. Donc la valeur de cession des terres se déprécie.
 La qualité du sol : moins la terre est salée plus sa valeur élevée. Sur le site du projet les terres
sont salées.
Ainsi, pour la fixation du taux de cession des parcelles les négociations entre le CASL et les
populations affectées ont tenu compte de tous ces critères. Le montant consensuel qui a été arrêté entre
les différentes parties (les représentants de l’Union des GIE du Delta et la CASL, en mars 2013) a fixé
le taux à 180 000 f CFA l'hectare. Ce taux a été jugé par 98% des personnes affectées comme très
correcte.

10.2.1. Négociation du terrain

Initialement, la quasi-totalité des terrains propices à la riziculture du delta du Sénégal étant attribués,
la société ne négociait l’obtention de terres que dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal
(département de Podor) où les terres sont libres. Une partie de ces terres affectées ne sont pas mises en
valeur, soit parce que la zone n’est pas desservie par un chenal (accès à l’eau couteux), soit parce que
les terres sont très salées, soit parce que l’affectataire n’a pas les moyens de réaliser un aménagement
ou n’a jamais eu l’intention de les exploiter (spéculation foncière).

Début 2014, la société a été contactée par des affectataires de Ross-Béthio qui souhaitaient céder une
partie des terres dont ils ont l’usage, afin de financer leurs aménagements. Ils souhaitaient également
que la société assure la réalisation d’un chenal pour assurer la desserte en eau de la zone pour
l’irrigation. Finalement, au sein d’une zone d’environ 6 000 ha non aménagée à l’exception de
quelques centaines d’hectares d’aménagements très sommaires abandonnés, dans un premier temps, la
société a dédommagé sous forme de peine et soins les affectataires de 64 parcelles totalisant 1400 ha, à
hauteur de 180 000 francs CFA par hectare. En échange d’une parcelle de 100 ha, elle s’est également

55
engagée vis-à-vis de la section villageoise de Rone de réaliser l’aménagement d’un périmètre irrigué
d’une valeur de 18 millions de francs CFA.
Les mêmes dispositions ont été appliquées pour le 2eme groupe de 29 PAP.

La société s’est également engagée à sécuriser un bassin de production de 3 500 ha brut (périmètres
CASL et avoisinants) en réhabilitant et prolongeant par un chenal principale et deux secondaires un
petit chenal existant, dénommé GOANA, réalisé par la SAED, qui prend sa source sur le Gorom aval.
Un collecteur de drains débouchera sur une station électrique de drainage, avec pour exutoire le futur
émissaire de drainage du delta en cours de réalisation sur financement du MCA. La société proposera
également des contrats de riziculture pour une superficie de 2024.5 ha par an (objectif à 5 ans) et
réalisera des pistes publiques. Elle s’engage à mettre en œuvre différentes mesures relatives à la
formation des travailleurs et à la santé des populations des villages avoisinant et des ressortissants de
la Commune. Une convention avec la Commune de Diama et une autre avec le village de Rone ont
été présentées en ce sens et devraient être finalisées dans les prochaines semaines.

10.2.2. Affectation du terrain

Avec l’aide de la commission domaniale et du géographe de la SAED, la société a procédé à la


vérification des documents administratifs des affectataires (délibération, approbation, installation) et à
la vérification des limites des 94 parcelles.

Les affectataires ont ensuite adressé à la Commune une demande de désaffectations pour cause de
manque de moyen pour mettre en valeur une partie des terres dont ils sont affectataires.
La société a obtenue le 4 juillet 2013, une délibération de l’ancien conseil rural de Diama pour
l’affectation d’une parcelle de 1 000 ha et une autre de 500 ha, approuvées par le sous-préfet de
l’arrondissement de Ndiaye. Ces deux parcelles ont fait l’objet d’un bornage et d’un plan établi par le
cartographe de la SAED (96 bornes géo-référencées).

Depuis, d’autres affectataires riverains ont contacté la société afin de céder tout ou partie de leurs
terres. La société a obtenu le 23 janvier 2014 une nouvelle affectation de 524,5 ha déjà approuvée par
la sous-préfecture de Ndiaye. Cette nouvelle affectation fera l’objet d’un plan d’action de
réinstallation avant sa mise en valeur. La société ne souhaite pas obtenir d’autres terres sur ce site,
afin de maintenir une agriculture familiale et de préserver des zones d’extension des périmètres
irrigués villageois. Elle envisage cependant de réaliser un remembrement avec les affectataires
riverains par échange de parcelles, afin de rationaliser les aménagements à réaliser.

10.3. Compensation des peines et soins

Deux modalités de compensations des peines et soins ont été proposées par le CASL aux personnes
affectées. Il s'agit: (i) d'une compensation financière pour 98.50% des affectataires (soit 93 des 94
personnes concernées) et; (ii) d'une compensation en nature pour la section villageoise de Rone. Les
modalités de la compensation en nature prévoient un aménagement des terres de la section villageoise
au prorata du montant des terres cédées au projet (CASL) soit une valeur de 18 millions de f CFA.
Cette entente est consignée dans un protocole d'accord qui lie le village et le projet CASL.

10.4. Paiement des peines et soins

Il convient de préciser que la CASL a déjà procédé au paiement et au règlement intégral des
indemnisations dues au 1er groupe de 65 PAP pour les peines et soins sur leurs parcelles agricoles. Il
ne reste que l'aménagement de la SVC de Rone qui sera effectif en 2015. Pour le 2eme groupe de 29
PAP qui ont cédé 85% de leurs terres, les paiements ont été totalement effectués.

56
10.5. Mesures sociales additionnelles d’appui aux communautés

Par ailleurs, il faut souligner que la CASL a prévu, dans le cadre de conventions, des mesures sociales
d’accompagnement de ce processus de compensation aussi bien pour la Commune de Diama que pour
le village de Rone. Ces mesures sont listées ci-dessus :

Mesures et actions en faveur de la Commune de Diama :


 Signature avec les riziculteurs de la Commune de contrats de production de riz paddy avec prestations
de service (encadrement technique et prestations de travail du sol et de récolte mécanisée) et accès au
crédit de campagne (exploitants volontaires et sélectionnés), avec un objectif de 1500 ha par an de
contrats la 5ème année. Les modalités des contrats devront être équitables pour les riziculteurs. Le prix
d’achat du paddy ne pourra être inférieur au prix de référence négocié en début de campagne entre les
organisations de producteurs et les commerçants, sous l’arbitrage de la SAED ;
 Dans le cadre des affectations de terres villageoises à la Compagnie, aménager des périmètres rizicoles
à leur profit, incluant l’accès aux infrastructures hydrauliques. Les modalités de ces aménagements
sont précisées par contrat avec les Groupements Villageois ;
 Réhabilitation, construction et entretien de chenaux largement dimensionnés permettant d’amener
l’eau aux périmètres irrigués de la Compagnie et des usagés riverains ;
 Réhabilitation, construction et entretien de collecteurs de drains largement dimensionnés et de stations
d’exhaure permettant d’évacuer les eaux de drainage des périmètres de la Compagnie et des usagés
riverains vers l’émissaire de drainage du delta ;
 Pour les usagers des périmètres irrigués existants à ce jour et les Groupements Villageois ayant
contractés un partenariat avec la Compagnie, l’accès à ces infrastructures hydrauliques est gratuit ;
 Pour l’ensemble des usagés, un contrat précisera les conditions d’accès, d’exploitation, d’entretien, de
maintenance et les redevances par campagne ;
 Construire des pistes de production publiques qui relieront les périmètres irrigués du projet et des
usagés riverains aux pistes existantes sur la Commune ;
 Maintenir les couloirs de passage pour le bétail prévu au niveau du POAS ou réaliser des mares
d’abreuvement alimentées en eau toute l’année par la Compagnie ;
 Création d’une centaine d’emplois directs et de plus de cinquante emplois indirects ;
 A savoir-faire et savoir être égaux, embauche en priorité les ressortissants de la Commune pour les
postes de main-d’œuvre qualifiée et non qualifiée, au besoin après une période de formation ;
 Appuyer à la formation professionnelle des ressortissants de la Commune dans les domaines suivants :
utilisation, entretien et réparation des matériels agricoles, chauffeurs tracteurs, production végétales et
animales ;
 Construction d’une rizerie moderne de grande capacité ainsi que des installations de stockage de paddy
nécessaires aux exploitations de la CASL ainsi qu’aux agriculteurs de la CR et des alentours ;
 Appuyer à la création d’entreprises : jeunes agriculteurs, entreprises de transport et de maintenance et
du bâtiment, au travers d’actions de formation et de contrats commerciaux ;
 Appuyer la Commune pour la réalisation de projets sociaux, selon le Plan Local de Développement et
le Plan de Gestion Environnemental et Social limitrophes aux exploitations de la Compagnie.

Mesures et actions en faveur du village de RONE :


 La CASL aménagera au profit des membres de la Section Villageoise de Rone, un périmètre irrigué
pour une valeur de 18 millions de FCFA;
 Les membres de la Section Villageoise de Rone exploitant cet aménagement auront accès gratuitement à
un chenal et un collecteur de drains, dans le cadre d’un contrat des usagers du chenal et du collecteur de
drains précisant les modalités d'accès et d'exploitation de ces infrastructures hydrauliques ;
 Le cas échéant, les membres de la Section Villageoise de Rone exploitant cet aménagement auront
également accès au réseau d'irrigation de la Compagnie moyennant le paiement d'une redevance de
pompage couvrant les frais d’exploitation et de maintenance.
 La CASL proposera aux riziculteurs membres de la SVR des contrats de production de riz paddy avec
encadrement technique, prestations de service (travail du sol et récolte) et accès au crédit de campagne
(exploitants volontaires et sélectionnés).

57
11. IDENTIFICATION DES SITES DE RÉINSTALLATION POSSIBLES, CHOIX DU
(DES) SITE(S), PRÉPARATION DU SITE ET RÉINSTALLATION

Au regard du contexte du projet, il n’y a ni perte d’habitations dans la zone du projet, ni pertes de
champs en cultures, ni de déplacement physiques de populations nécessitant une réinstallation de
personnes. Les activités du projet se déroulant en zone rurale dans un espace agro-sylvo-pastorale, les
impacts vont particulièrement concernées l’accès aux ressources naturelles et la gestion de l’espace.
Ainsi, aucune disposition n’est nécessaire à prendre pour choisir et préparer des sites de
réinstallation. Sous ce rapport, cette section est sans objet.

12. LOGEMENTS, INFRASTRUCTURES ET SERVICES SOCIAUX

Le projet n’a pas occasionné de déplacement physique de personnes ni de réinstallation dans un site
d’accueil. Ainsi, aucune mesure n’est nécessaire à prendre réaliser des logements, des infrastructures
et des services sociaux (éducation, eau, santé et production). Sous ce rapport, cette section est sans
objet.
Toutefois, il y a lieu de souligner que la CASL a prévu des mesures sociales d’accompagnement des
compensations déjà effectuées aux personnes et communautés affectées et qui font l’objet d’une
convention entre la Commune et la CASL. Ces mesures sociales sont les suivantes :
 Prolonger les canaux d’amenée d’eau aux périmètres irrigués de la Compagnie et des usagés
riverains;
 Réaliser des périmètres irrigués au profit des villages;
 Réaliser des collecteurs de drains et une station d’exhaure;
 Signer avec les riziculteurs des contrats de production de riz paddy
 Réaliser des pistes de production publiques;
 Maintenir des couloirs de passage pour le bétail prévu au niveau du POAS et réaliser des
mares d’abreuvement alimentées en eau toute l’année par la Compagnie ;
 Après la récolte de riz d’hivernage, permettre sous conditions, aux bétails des éleveurs de
pâturer;
 Embaucher en priorité les ressortissants des communautés rurales;
 Appuyer à la formation professionnelle des ressortissants des Communes ;
 Appuyer à la création d’entreprises ;
 Appuyer les Communes pour la réalisation de projets sociaux, selon les PLD.

13. PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT

Le projet n’a pas occasionné de déplacement physique de personnes ni de réinstallation dans un site
d’accueil. Aussi, aucune mesure de protection de l’environnement n’est nécessaire à prévoir car le site
d’accueil n’existe pas.
En revanche, la CASL a prévu certaines mesures environnementales et sociales en faveur des
communautés où les terres seront affectées et qui font l’objet d’une convention entre la Commune et la
CASL. Ces mesures sociales sont les suivantes :
 Reboiser en périphérie des villages
 Maintenir un parfait niveau de planage des casiers et gérer la lame d’eau au plus juste à l’aide
de vannes calibrées à l’entrée des parcelles et de règles graduées.
 Déchaumer les parcelles juste après la récolte, afin d’éviter la remonté du sel par capillarité ;
 Raisonner la fertilisation afin d’éviter les pertes par lessivage
 Lors de l’application des engrais et herbicides, fermer les prises d’eau des casiers afin d’éviter
tout mouvement d’eau;
 Privilégier les moyens naturels pour lutter contre les oiseaux granivores
 Broyer ou recycler les pailles de riz pour être vendue aux éleveurs ;
 Entretenir régulièrement les chenaux, canaux et drains afin d’éviter la prolifération des typhas.

58
14. CALENDRIER D’EXECUTION

N° Etapes et activités de la procédure Dates/Périodes


1. Phase préparatoire
1.1 Elaboration de l’Avant-Projet détaillé Octobre –novembre 2013
1.2 Délimitation, implantation et bornage Octobre 2013
1.3 Campagne d’information 25 octobre et le 02 novembre 2013
 Diffusion de l’information
1.4 Recensements/évaluation des impenses Effectué en juillet 2013 et en début 2014.
 Evaluation des occupations Toutefois, la vérification a été faite pour
 Estimation des indemnités la présente étude, en décembre-janvier
2013 et en aout 2014
1.5 Affiche de la liste des PAP, traitement des réclamations Février 2014 et par la suite
1.6 Estimation budget global Février 2014
1.7 Elaboration du PAR Février-aout 2014
1.8 Validation du PAR par tous les acteurs impliqués dans la Septembre 2014
mise en œuvre du projet
1.9 Publication du PAR + dépôt des copies à la Commune de Aout 2014
Diama, à la mairie Ross-Béthio et à DREEC de Saint Louis
2. Phase de mise en œuvre du PAR
2.1 Commission de Conciliation Juin 2013 – aout 2014
 Négociation des indemnités (Activités déjà réalisées)
2.2 Signature actes d’acquiescement Juillet 2013 et début 2014
(Activités déjà réalisées)
2.3 Mise en place des compensations et paiement des PAP Juillet 2013 et début 2014
 Mobilisation des fonds (Activités déjà réalisées pour le 1er groupe
 Compensation aux PAP de 65 PAP ; activités en cours pour le
2eme groupe de 29 PAP)
2.4 Mise en demeure Juillet 2013 (pour le 1er groupe de 65
PAP) et début 2014 pour le 2eme groupe
de 29 PAP)
2.5 Libération des sites Juillet 2013 (pour le 1er groupe de 65
PAP) et début 2014 pour le 2eme groupe
de 29 PAP)
2.6 Déplacement des installations et des personnes Sans objet
 Assistance au déplacement
 Prise de possession des terrains
2.7 Suivi et évaluation de la mise en œuvre des PAR Mai 2014 jusqu’à la fin de la
 Suivi de la mise en œuvre du PAR réinstallation
A la fin des opérations de réinstallation
 Evaluation de l’opération (2015)
2.8 Mise à disposition des terres déjà réalisée depuis juillet 2013 et début
2014
2.9 Début des travaux du projet déjà réalisée depuis juillet 2013 et début
2014

15. COUTS ET BUDGETS

15.1. Coût du Plan d’Action de Réinstallation

Les coûts et budget du plan d’action de réinstallation correspondent aux différentes incidences
financières liées à l'exécution et au suivi de la mise en œuvre opérationnel du plan.

59
15.1.1. Coûts des cessions de parcelles
Le coût des cessions de parcelles correspond aux différents montants engagés par le projet pour
réparer les peines et soins des différents affectataires du site du projet qui ont acceptés volontairement
de céder leurs parcelles au projet. Les actes de cession signés par toutes les PAP, disponible au bureau
du CASL font foi de cet accord.

Catégories Nombre Superficies totales Prix unitaire/ha Montant total


d'affectataires d'affectés en ha cession
Personnes physiques 95 2024.5 ha 180 000 FCFA 364 410 000 f CFA
et morales

15.1.2. Coûts de mise en place du PAR


La CASL a prévu des mesures sociales d’accompagnement en faveur des communautés affectées et
qui feront l’objet d’une convention entre la Commune et la CASL (Appui au renforcement des
activités de maraîchage ; renforcement des capacités des OP en techniques agriculturales durables,
appui à la pisciculture, appui à l’alimentation en eau potable aux communautés, etc.). Un montant de
50 millions de FCFA est provisionné pour la réalisation de ces mesures sociales.

15.1.3. Couts des mesures d’accompagnement social

La CASL a prévu des mesures sociales d’accompagnement en faveur des communautés affectées et
qui feront l’objet d’une convention entre la Commune et la CASL. Un montant de 50 millions de
FCFA est provisionné pour la réalisation de ces mesures sociales.

15.1.4. Coûts du suivi-évaluation


Comme recommandé aux sections précédentes sur le cadre institutionnel, quoique les opérations de
cession de terres soient achevées, le PAR devra nécessiter un suivi régulier et d’une évaluation pour
s'assurer au moins que le protocole d'accord liant le projet et les personnes affectées sur les mesures
d'accompagnement est bien respecté. Cela permettra de prévenir les risques de conflits.

Désignation Coût unitaire/H-mois Total


Cout du suivi - PM (Expert déjà recruté)
Cout évaluation 2 H-mois 20 000 000 FCFA
Total 20 000 000 FCFA

15.1.5. Synthèse des coûts globaux du PR


Rubriques Financement
Montant Source
Cessions de parcelles 364 410 000 f CFA
Dispositif d’accompagnement social des PAP 50 000 000
Elaboration et mise en œuvre d’un plan de 30 000 000 f CFA CASL
communication (information et sensibilisation ;
diffusion du PR ; etc.)
Provision pour l'évaluation finale du PAR 20 000 000 f CFA
Imprévus 15 590 000 f CFA
TOTAL Général 480 000 000 f CFA

15.2. Plan de financement

La CASL va financer la totalité du budget du plan d’action de réinstallation qui s'élève 480 000 000
FCFA. Il convient de préciser que la CASL a déjà procédé au paiement et au règlement intégral des
indemnisations dues au 1er groupe de 65 PAP pour les peines et soins sur leurs parcelles agricoles. Il
ne reste que l'aménagement de la SVC de Rone qui sera effectif en 2015. Pour le 2eme groupe de 29
PAP qui ont cédé 85% de leurs terres, les paiements ont été totalement effectués.

60
16. SUIVI ET EVALUATION

16.1. Le Suivi

Pour la mise en œuvre du plan d’action de réinstallation de la CASL, il sera nécessaire d'avoir en
place un instrument de suivi et de supervision ex-post, pour vérifier si la mise en œuvre se fait selon le
plan accepté au préalable et à la satisfaction des PAP et d'autres parties prenantes (par exemple la
BAD et les Collectivités locales), et si, le cas échéant, des problèmes s’étaient manifestés qui n'étaient
pas prévus dans le plan.

Compte tenu du fait que le projet a déjà acquis les terres et que toutes les Personnes affectées sont déjà
compensées, il est suggéré de faire un seul suivi (suivi interne) qui sera conduit par l’Expert
Environnement et Social (EES) de la CASL qui devra développer son propre programme de suivi,
c'est-à-dire de contrôle permanent des activités en cours. Cela se fera avec l’appui des collectivités
locales au niveau local, normalement sous forme de rapports qui donnent un bref aperçu de l'état
d’avancement des mesures de réinstallation, en le comparant avec les buts et délais fixés au préalable,
et en donnant des explications, le cas échéant, pour d'éventuels écarts entre le plan et la réalité. Cela
permettra à la CASL de prévoir des mesures correctives, si nécessaire, pour résoudre les problèmes.
Le suivi-évaluation devra se faire selon une approche participative et la prise en compte du genre.

16.2. Indicateurs de suivi

Dans le cadre de la mise en œuvre du PR les indicateurs suivants seront suivis et renseignés :
Phases Types d’indicateurs
Indicateurs de préparation  Nombre de rencontres d’information organisés avec les PAP ;
de la mise en œuvre du PR  Nombre de personnes ayant participé aux rencontres ;
 Thèmes abordés lors des rencontres.
Indicateurs de mise en  Nombre d'emplois créés en faveur des PAP ;
œuvre du PAR  Nombre de PAP ayant démarré leur activité agricole ;
 Difficultés rencontrées dans le processus ;
 Les solutions préconisées ou apportées pour surmonter les
difficultés ;
 Le nombre et types de conflits liés aux déplacements ;
 Le dispositif mis en œuvre pour la résolution du/ou des conflits.
Mesures sociales
 Nombre de PAP ayant bénéficié de mesures d’accompagnement
d’accompagnement des
 Nature des mesures d’accompagnement
PAP

16.3. Organes du suivi et leurs rôles

Le suivi du PR sera assuré par la CASL par l’EES/CSAL. Dans le cadre du suivi, l’EES/CASL
établira un rapport d’avancement des mesures de réinstallation conformément aux indicateurs définis
plus haut. La CASL devra considérer le suivi comme une activité prioritaire à mener de manière
participative avec les personnes affectées.

16.4. L’évaluation

L’évaluation finale devrait se dérouler en 3 phases distinctes : photographie et analyse de la situation


au départ – photographie à mi-parcours – photographie et analyse en fin de projet.

L'évaluation se fera par l’entremise d'une ONG ou d'un Consultant indépendant recruté par la CASL.
Cet Expert utilisera les documents et matériaux issus du suivi interne et en supplément, les évaluateurs
procéderont à leurs propres analyses de terrain par enquêtes auprès des intervenants et des personnes
affectées par le projet. L'évaluation des actions d’assistance et éventuellement de réinstallation

61
entreprises au sein du plan d’action de réinstallation est menée par des auditeurs compétents choisis
sur la base de critères objectifs. Cette évaluation est entreprise immédiatement après l'achèvement des
opérations de réinstallation afin de déterminer si les PAP ont été entièrement indemnisées et assistées
et si les indemnisations et les compensations ont été payées.

L’évaluation doit faire ressortir l’impact du projet et de la réinstallation sur les PAP avant, pendant et après
le projet. L’évaluation doit être menée par un organe externe au projet.

Aussi, il est important de savoir qu’en dehors de l’indemnisation des PAP, le projet doit se soucier que ce
qu’elles deviennent dans cette nouvelle situation.

16.5. Coût du suivi-évaluation

Le suivi de proximité des activités de mise en œuvre de la réinstallation effectué par la CASL n’aura
pas d’incidence financière car l’activité étant déjà incluse dans la mission de l’EES/CASL qui est déjà
recruté par la CASL. D'autre part, l'évaluation du PR sera effectuée par une ONG ou un consultant
indépendant que la CASL devra recruter.

62
CONCLUSION

Ce document concerne le plan réinstallation de quatre-vingt-quatorze (94) affectataires de parcelles


agricoles sur le site du Djeuss Nord, en vue de la concrétisation du projet d’exploitation
agroindustrielle de la Compagnie Agricole de Saint Louis qui s'étend initialement sur 2024.5 ha. Le
plan a été préparé avec la participation de toutes les parties prenantes. En tout, il y a eu 94 affectataires
qui ont été désaffectés de leurs parcelles au profit de la CASL. Il faut souligner que les parcelles n’ont
jamais été mises en valeur et les affectataires disposaient d’autres parcelles pour mener leurs activités
agricoles.

La particularité de cet exercice est que le processus d’acquisition des terres a déjà été bouclé par le
promoteur, sous forme de consensus avec la Commune de Diama et les personnes affectataires de
parcelles. A ce jour, toutes les personnes affectées par les pertes de terres ont été compensées de leurs
peines et soins consentis sur les parcelles cédées à la CASL à l'exception de la SVC de Rone. Les
compensations ont été jugées justes et équitables par toutes les personnes affectées, et sont
globalement conformes aux dispositions nationales et à celles de la BAD. Ainsi, il s’agissait beaucoup
plus d’un exercice de vérification de conformité (avec la réglementation nationale et celle de la BAD
en matière de réinstallation) en vue de proposer des mesures de mise en conformité et de mise en
œuvre du PAR.

Dans la démarche, les populations concernées par la cession de terre estiment que les consultations ont
été bien conduites par la CASL et leur ont permis de s'exprimer de façon libre sur les options de
réinstallation.

Concernant les mesures d'accompagnement en faveur des populations locales, la CASL a donné aux
personnes concernées la possibilité d'avoir la primeur sur les emplois qui seront créés par le projet,
d'établir des contrats de production de riz paddy (encadrement technique, prestation de travail du sol
et de récolte mécanisée) avec les riziculteurs et accès au crédit de campagne pour les exploitants
volontaires et sélectionnés, d'aménager des périmètres rizicoles au profit des villageois et l’accès aux
aménagements hydrauliques, de réhabiliter, construire et entretenir les infrastructures hydrauliques,
etc.

Pour le suivi de la mise en œuvre de l'ensemble de ses mesures sociales d'accompagnement, la CASL
a déjà recruté un expert environnement et social pour procéder de façon régulière au monitoring de
ces activités afin de veiller à ce que les mesures sociales soient en conformité avec les objectifs des
populations, du promoteur et de la BAD.

63
ANNEXES

64
Annexe 1 : Liste des personnes affectées par le projet (PAPs)

N° Prénoms et Nom Numéro CNI Adresse Superficie


cédée Adresse
(hectares)
1 Djiby Ba 1 864 2006 01099 Ross-Béthio 50 Ross-Béthio
2 Baya Ba 2 864 2000 01688 Polo, Ross-Béthio 50 Ross-Béthio
3 Djiby Hameth Ba 1 260 1976 00758 Ross-Béthio 30 Ross-Béthio
4 Ousmane Ba 1 260 1984 00821 Dental Fulbé 50 Ross-Béthio
5 Ndiobo Ba 1 864 1990 00209 Ross-Béthio 30 Diama
6 Abou Ka 1 260 1975 01895 Odabé Nawar 1 27 Diama
7 Mouhamed Talhata Diop 1 854 1992 10294 Diadiam 3 30 Diama
8 Cheikh Diouneydi Gaye 1 251 1966 03906 Rone 20 Diama
9 Oumar Sow 1 260 1983 01014 Bissette 15 Diama
10 Islime Diop 2 864 1992 04539 Tiguette 2 Diama
11 Mame Diallo 1 260 1976 02099 Bissette 10 Diama
12 Mbaye Diallo 1 260 1983 01014 Bissette 10 Diama
13 Lamine Mbaye 1 260 1980 00143 Ndiorno 14 Ross-Béthio
14 Abdoulaye Dieng 1 261 1990 00504 Khouma Richard Toll 12 Ross-Béthio
15 Hamidou Demba Sow 1 309 1983 000452 Ross-Béthio 8 Ross-Béthio
16 Mamadou Saydou Soumaré 1 272 73 00717 1141 Liberté 1, Dakar 8 Ross-Béthio
17 Makhmout Fall 1 261 1978 00801 Ross-Béthio 8 Ross-Béthio
18 Elimane Gueye 1 260 1975 00438 Ndiorno 8 Ross-Béthio
19 Souleymane Doumbia 1 260 1969 00121 Ross-Béthio 8 Ross-Béthio
20 Mamadou Falilou Ndao A00101552 Ross-Béthio 15 Ross-Béthio
21 Baye Adiouma Gueye 1 251 1953 00061 Ross-Béthio 20 Ross-Béthio
22 Ouleye Athié 2 251 1978 00945 Sor Diamaguene 15 Ross-Béthio
23 Ngary Diop 1 251 1964 01357 Ross-Béthio 25 Ross-Béthio
24 Fara Gueye 1 260 1975 01148 Diagambal 20 Ross-Béthio
25 Mbaye Thioub 1 260 1980 00877 Niassene 30 Ross-Béthio
26 Daouda Ba 1 864 2000 02801 Odabé Nawar 2 11 Diama
27 Yérim Diouf 1 864 1989 01194 Diadiam 3 10 Diama
28 Makhtala Fall 1 864 1985 00651 Rone 50 Ross-Béthio
29 Samboni Fall 1 260 1981 01026 Rone 50 Ross-Béthio
30 Mouhamadou Fall 1 260 1985 01169 Taglou Ouakam 20 Ross-Béthio
15 Gal Diouf x Wag D,
31 Mohamed Fall 1 260 1981 01314 Dakar 40 Ross-Béthio
32 Hamoud Fall 1 260 1982 00962 Touba Ouakam 50 Ross-Béthio
33 Mahmouth Fall 1 260 1981 01149 Touba Ouakam 30 Ross-Béthio
SVC du village de Rone (El
Débouback 1), représenté par
34 Mahmouth Fall 1 260 1981 01149 Touba Ouakam 100 Ross-Béthio
35 Mohamed Talhata Diop 1 854 1992 10294 Diadiam 3 2,5 Ross-Béthio
36 Mohamed Talhata Diop 1 854 1992 10294 Diadiam 3 10 Ross-Béthio
37 Alioune Diouf 1 251 1956 00309 Bas Ndar Toute 10 Ross-Béthio
38 Ibrahima Sall 1 260 1976 00360 Tiguette 30 Ross-Béthio
39 Seynabou Diène 2 212 1965 00434 Ndoye 10 Ross-Béthio
40 Issoufou Kane (Alioune) 1 864 2003 01737 Deby 30 Ross-Béthio
Darou, 3 rue 17 x 8, St
41 Adama Fily Bousso 1 252 1962 00046 Louis 30 Ross-Béthio
42 Lyhite Fall 1 751 1960 12095 Ross-Béthio 10 Ross-Béthio
Daouda Ndiogou, représenté
43 par M. Adama Fily Bousso 1 493 1980 00738 284 HLM Bongre 10 Ross-Béthio

65
N° Prénoms et Nom Numéro CNI Adresse Superficie
cédée Adresse
(hectares)
La Société Agricole Pastorale
de Thies (SAPT), représentée Sor, Rte de Khor, Saint-
44 par M. Thiousso Diallo 1 619 1989 00587 Louis 50 Diama
GIE Lat Dior représenté par
45 Souleymane Seck 1 260 1980 01405 Tiguette 33 Ross-Béthio
GIE Brahim Boukchar
représenté par son président
46 M. Mouhamed Diop 1 864 1992 10294 Diadiam 3 25 Diama
GIE Ndary Fall, représenté
47 par Mame Diagne Kane 1 260 1975 00053 Deby 30 Ross-Béthio
GIE Abdou Fall représenté
48 par Abdou Fall 1 260 1982 00158 219 Ouagou Niayes 50 Ross-Béthio
GIE Ndiaram représenté par
49 Babacar Diao 1 260 1983 00879 Deby 50 Ross-Béthio
GIE Walo Barak représenté
50 par Alioune Sarr 1 260 1981 02841 Deby 20 Diama
GIE Samba Nor Fall
représenté par Abdoul Kader
51 Fall 1 260 1982 00156 Deby 50 Ross-Béthio
Sam Sam 3
52 Ousmane Ndiaye 1 458 1984 000115 Diamaguéne 10 Ross-Béthio
53 Halima Diop 2 260 1982 03537 Diadiam 3 10 Diama
54 Babacar Diop 1 864 2002 01147 Diadiam 3 10 Diama
55 Samba Diagne 1 864 1997 00742 Diadiam 3 10 Diama
56 Moussa Diop 1 864 1992 09110 Diadiam 3 10 Diama
57 Abdy Diop 1 864 1992 09112 Diadiam 3 10 Diama
58 Bressy Fall 1 864 2003 00311 Diadiam 3 5 Diama
Marième Fall, représenté par
son époux M. Mouhamed
59 Diagne 1 263 2009 00412 Diadiam 3 10 Diama
GIE Walo And Liguéeye,
représenté par Mame Niagne
60 Kane 1 260 1975 00053 Deby 28 Ross-Béthio
61 Mbaye Niass 1 457 1978 00444 40, Medina Bayae 20 Ross-Béthio
62 Ifra Ba 1 864 1994 01417 Ross-Béthio 10 Ross-Béthio
Nord, 151 rue de
63 Mame Marième Sy 2 251 1947 00216 France, Saint-Louis 20 Ross-Béthio
GIE Oumar Oubeyni,
représenté par M. Oumar rue de Paris, Saint-
64 Oubeyni 1 251 1939 00649 Louis 15 Ross-Béthio
65 Abdou DIALLO 1 260 1982 00235 Bissette 1 5,5 CR Diama

66
Annexe 2 : Questionnaire d'enquête socioéconomique

SECTION: 0. LOCALISATION ADMINISTRATIVE DE L’ENQUÊTÉ :


Date de l'enquête : /__/__/ /__/__/ /__/__/ ID de l'enquêteur:……………………………….
Numéro de la fiche /___/___/___/___/ Numéro de la photo/___/___/___/___/
Code PAP: /___/___/___/___/
Commune/village:…………………………………………Quartier : /……………………………
Code GPS du bien affecté: N°……Longitude………………………Latitude………………
SECTION I - Identification de la personne affectée
I.1.Statut de propriété de l'enquêté
1. Propriétaire : 2.Locataire; 3.autre précisez:/……/…………………………………………
1.1 Nom et Prénom : …………………………………………………………………………
1.2 Nom et Prénom du répondant : ……………………………………………………………
1.3 Sexe de la PAP : (Masculin =1 ; Féminin =2 ) [__]
1.4 Age de la PAP : /__//__/
1.5 Numéro de contact téléphonique de la PAP : …/__/__/__//__/__/__//__/__/__/
1.6 Numéro d’identité de la PAP ( CNI) /__/__/__//__/__/__//__/__/__/ __/__/__//__/
Depuis combien d’années habitez-vous ou êtes-vous installez dans cette maison ou place ?.... …ans……..mois
Pour uniquement les locataires
1.7. Si locataire: Payer vous une rente locative:(oui=1; Non=2) [__]
1.8 Si oui quel est le montant du loyer……………………………………FCFA/Mois
1.9 Nom et Prénom du propriétaire du bien:……………………………………………………………
1.10. Lieu de résidence du propriétaire:………………………………………………………………
1. 11Contacts téléphonique du propriétaire:………………………………………………………
I.2. Caractéristiques sociodémographiques
I.11 Quel est votre nationalité? (1=sénégalais; 2=guinéen; 3=mauritanien; 4=gambien 5=malien 6=burkinabé
7=autres précisez) [__]……………………………………………………
I.12 Statut matrimonial de l'enquêté : 1= Marié (e) monogame, 2= Marié (e) polygame, 3= divorcé (e), 4=
veuf/veuve, 5= célibataire: [__]
I.13 Religion (1=musulman; 2=chrétien; 3=Animiste; 4=autres précisez)
[__]……………………………………………………
1.14. Quelle est votre ethnie? (1= wolof; 2=peulh/toucouleur; 3=Sérère; 4=diola 5=maure 6=mandingue/socé
7=autres précisez) [__]……………………………………………………
1.15 Niveau d’instruction : (1= aucun, 2= primaire, 3= secondaire, 4= supérieur, 5=technique ou professionnel
6=coranique, 7= alphabétise) [__]
1.16 Quelle est votre activité principale?...............................................................
1.17 Exercez-vous une activité secondaire: 1=oui; 2=non) [__] si oui précisez………………
1.18 Revenu moyen mensuel:1=moins de 50000; 2=50 000 à 75 000; 3=76 000 à 100 000; 4=101000à 150 000;
151000 à 200 000; 6=201 000 et plus) [__]
1.19. Combien d'enfants avez-vous?. /__//__/
1.20. Souffrez-vous d'un handicap? 1=Oui; 2=non /__/
1.21. Si oui lequel:…………………………………………………
SECTION II – Description des biens ou actifs affectés
2.1. Types d'infrastructures affectées

Type d'infrastructure Fonction Structure fixe Superficie Matériaux de Valeur totale


élément(s) affecté (1) ou amovible (m2 x m2, construction bien affecté
(2) Total)

Les locataires ne sont pas concernés par les questions (2.2 jusqu'à 2.8)
2.2. Quel type de bien (a ou ont) été affecté par le projet: bâtiments=1; Parcelle=2; installation=3; ou autre=4
précisez : [__]…………………………………………………………
2.3. état du bâtiment ou de l'installation affecté:
1=Neuf 2=bon état 3=vétuste 4=très vétuste 5= ruine 6= autre précisez: [__]
……………………………………………………………………………………………………………
2-4 Quelle est la nature d’occupation du bâtiment ? (plus d’un choix de réponse possible) (1=résidentiel;

67
2=commercial (vente); 3=bureau (service); 4=atelier 5=autres précisez)
[__]……………………………………………………
2.5. Superficie totale de la parcelle affectée en ha:……………………………
2.6. Quelle est la nature de l'occupation de la parcelle?: (plus d’un choix de réponse possible)
(1=activité agricole saisonnière; 2=arboriculture; 3=maraichage; 4=jachère 5= autre précisez)
[__]…………………
2.6- Quel est votre titre d'occupation? 1=Aucun; 2=Acte de vente; 3=bail 4=titre foncier; 6= autre précisez:
[__]
Section III. Evaluation de l'activité économique affectée
3.0: Caractéristiques de l'activité affectée
3.1: Activité commerciale

Nombre de jour de Salaires du personnel ou


Nombre Revenu moyen
Activités travail par semaine Montant alloué au
d'employés journalier
personnel

3.2: Activités agricoles

3.2.1. Cultures
Type de spéculation Superficie Cultivée affectée Valeur/Revenu Valeur Totale (FCFA)
(ha ou m2) (FCFA/ha ou m2 )

3.2.2 Arbres
Espèce Nombre Niveau de Maturation Rendement Valeur en Valeur Totale
de pieds (jeune 1 ou adulte 2) en Kg/pied FCFA/kg (FCFA)
affectés
1.
2.

3.2.3. Infrastructure affectée sur la parcelle:………………………………………………………


3.2.4. Valeur de l'infrastructure:………………………………………………………………………

SECTION IV: Préférence de réinstallation et/ou de compensation de la PAP

4.1. Avez-vous exprimez un choix pour la réinstallation: Oui =1 Non=2 : [__]


4.2. Si oui est ce qu'il a été respecté: Oui =1 Non=2 : [__]
4.3. Si non pourquoi?.....................................................................................................................
4.4. Lors de la sélection d’un site de réinstallation, quels aspects sont les plus importants pour votre
ménage ?………………………………………………………………................................
4.5– Selon vous, de quelle façon devrait se faire le déplacement physique de vos biens pour perturber le moins
possible vos activités quotidiennes ?...........................................................................
4.6. Quelles sont vos attentes par rapport au projet?..........................................................................
4.7. Le prix à l'hectare qui vous a été proposé vous semble-t-il correcte?..........................................
4.8. Disposez-vous d'autres terres pour continuer d'exercer vos travaux agricoles?.......................
4.9- Quelle est votre préférence en termes d’indemnisation pour les pertes que vous pourriez subir ?
Type d’indemnisation Cochez un choix
(pour les terrains, les bâtiments, les biens, les arbres et autres possessions)
Compenser entièrement les pertes en espèces 1
Obtenir un terrain en remplacement et compenser le reste des pertes en espèces 2
Remplacer le terrain et les installations à neuf sur un nouveau site 3
Autre, précisez :________________________________________________________

Merci de votre disponibilité

Signature de la personne affectée Signature de l’enquêteur

68
Annexe 3: Lettre d'introduction et d'information

69
Annexe 4 : Exemple d’acte de cession de terrain par une PAP

70
71
72
Annexe 5 : Fiche de plainte

Date :____________

Commune ou Commun de ________________


_________________
Dossier N°___________________________________________

PLAINTE
Nom du plaignant : ________________________________
Adresse : ___________________________________

Nature du bien affectée : ________________________________

DESCRIPTION DE LA PLAINTE :
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

A ………………………, le………………..
________________________________
Signature du plaignant

OBSERVATIONS DE LA COLLECTIVITE :
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

A ………………………, le………………..
________________________________
(Signature du PCR ou Maire ou Président de la Commission Evaluation)

RÉPONSE DU PLAIGNANT:
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

A ………………………, le………………..
________________________________
Signature du plaignant

RESOLUTION
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

A ………………………, le………………..
________________________________ ____________________________________________

(Signature du PCR ou Maire ou Président de la Commission Evaluation)

(Signature du plaignant)

73
Annexe 6 : Auteurs de l’EES

Equipe d’experts :
Mbaye Mbengue FAYE Chef de Mission
Mamadou DIEDHIOU Socio-économiste expert en réinstallation
Mamadou Lamine FAYE Expert socio-économiste
Souleymane DIAWARA Expert en approche participative
Mouhamadane FALL Expert en traitement de données
Moustapha NGAIDE Expert Juriste/environnementaliste

Annexe 7 : Références bibliographiques

 COMMUNE DE GANDON : Plan Local de Développement (PLD) de la Commune de


Ndiébène Gandon (2010-2015)
 COMMUNE DE MBANE : Plan Local de Développement (PLD) de la Commune de Mbane
(2010-2015)
 COMMUNE DE NGNITH : Plan Local de Développement (PLD) de la Commune de Ngnith
(2010-2015)
 décret n° 64-574 du 30 juillet 1964 portant application de l'article 3 de la loi n° 64-46 du 17
juin 1964 relative au domaine national et autorisant à titre transitoire l'immatriculation au nom
des occupants ayant réalisé une mise en valeur à caractère permanent ;
 décret n° 72-1288 du 27 octobre 1972 relatif aux conditions d'affectation et de désaffectation
des terres du domaine national comprises dans les communautés rurales ;
 décret n° 80-1051 du 14 octobre 1980 abrogeant et remplaçant les articles 2, 8, 14, 19 et 20 du
décret n° 72-1288 du 27 octobre 1972 relatif aux conditions d'affectation et de désaffectation
des terres du domaine national comprises dans les communautés rurales.
 Etudes APD / DCE et Contrôle des Travaux pour le Projet d’Irrigation et de Gestion des
Ressources en Eau – Delta – MCA – janvier 2011)
 L'art. 38 du décret n°64-573 du 30 juillet 1964 fixant les conditions d'application de la loi 64-
46 du 17 juin 1964 relative au domaine national dans sa version modifiée par le décret 91-838
du 22 août 1991, permet à tous occupants d'être indemnisés.
 Loi n°2011-07 du 30 mars 2011 portant régime de la Propriété foncière;
 loi n° 64-46 du 17 juin1964 relative au domaine national
 la loi n° 76-66 du 2 Juillet 1976 portant Code du Domaine de l’Etat
 décret n° 64-573 du 30 juillet 1964 fixant les conditions d'application de la loi n° 64-46 du 17
juin 1964 relative au domaine national ;
 loi nº 76-67 du 2 juillet 1976 et son décret d’application en matière d’expropriation et de
compensation
 The World Bank Operational Manuel Operational Policies OP 4.12 Involuntary Resettlement
January 1999

74
Annexe 8 : Personnes rencontrées

N° Prénoms et Noms Fonction /Structures Contacts


1 El Hadji Boubacar Dia Chef Division/DREEC St-Louis 77 645 16 90
2 Cdt.Abdourahmane Chef IREF St-Louis 70 950 25 50
Diagne
3 Moussa Diop Adjoint Inspecteur Régional Eaux et Forêts St Louis 77 251 06 90
4 El hadji Oumar Diop PCR de Gandon
5 El Hadji Youssou Ndiaye Chef service régional Elevage St Louis 775656469
Moussa Diouf Directeur Service Départemental du Développement 77 641 94 77
Rural St Louis
6 Amadou Thiam Chef service Suivi Evaluation SAED 77 538 58 77
7 Moustapha Lo Responsable Suivi environnemental SAED 77 261 27 77
8 Adama Gaye Responsable Suivi Evaluation OLAG 77 443 09 94
9 Bouna War Directeur ARD St Louis
10 Ibrahima Niane Coordinateur PMU-SAED St Louis 77 333 46 77
11 Amadou Tidiane Mbaye PMU-SAED St Louis 77 333 46 78
12 Mahmoud Elimane Kane Responsable Suivi Environnemental PMU-SAED 77 33315 84
13 Adama Ndianor Chef Division régionale Hydraulique St Louis
14 Dibocor Dione Gestionnaire Réserve spéciale de Ndiael St Louis 77 645 84 33
15 Ousseynou Ndiaye Vice president Filière Riz Ross Béthio 77 522 81 74
16 Dr Boubacar Manneh Sélectionneur Africa Rice Ndiaye 77 100 98 35
17 Oumar Dansogo Adjoint Chef Centre de Documentation OMVS St 77 605 62 36
Louis
18 Lt Oumar Kane Adjoint Chef Bureau Information Parcs Nationaux St 77 910 85 27
Louis
19 Abdou Dia Conseiller du DG de la SAED St Louis 77 575 43 63
20 Dr Mamadou Ba Responsable Formation ANIDA Dakar
21 Alioune DIOUF Chef de bureau, service régional du cadastre de 775264023
Saint Louis
22 Amsatou Niang Chef Division Protection des Forêts DEFCCS Dakar 33 831 01 01

Consultation publique - CR de DIAMA


Prénom N° Nom Structure Titre Tél
1 Omar SOW CR de Diama Président de la CR 77 638 33 01
2 Issa SOW Conseil rural (CR) Pdt Com. Sport 77 535 40 15
3 Abdou DIALLO ‘’ Com. domaniale 77 040 04 77
4 Arona BÂ ‘’ Com. Education 77 352 11 32
5 Alioune DIOP ‘’ Com. agriculture 77 646 17 35
6 Abdou KA ‘’ Ass. Ascom 77 310 00 98
7 Makhary TOURE - Personne ressource -
8 Birama NDIAYE Conseil rural (CR) ASCOM 77 668 27 25
9 Ibnou NDIAYE ‘’ Commission 77 503 58 85
Environnement

Consultation publique- Commune de Ross Béthio


N° Prénom Nom Structure Titre Tél
1 Ndiaga FALL Commune Adjoint Maire 77 446 87 72
2 Demba DIALLO Coordination de quartier Coordonnateur 77 865 65 86
quartier
3 Abdoulaye FALL Chef de quartier Chef de quartier 77 460 40 43
4 Malick MBAYE Conseil de quartier Secrétaire général 77 149 86 08

75
5 Alioune MBAYE CLS T. G 77 780 75 08
6 Issa SEYE Conseil municipal Pdt Com. Sociale 77 553 97 26
7 Baba Sara LAYE Collectif des directeurs d’école Personne ressource 77 649 20 40
8 Saliou CISSE Conseil municipal Conseiller municipal 77 506 93 81
9 Souleymane DOUMBIA ‘’ Pdt Com. Education 77 556 61 73
10 Moustapha KITAL ‘’ CEF 77 633 09 07
11 Falilou NDAO ‘’ 77 501 26 24
12 Amadou DIOP ‘’ Pdt Com. Santé 77 446 99 56
13 Sacoura DIOP ‘’ Pdt Com. 77 567 43 06
planification
14 Ousmane DIOP ‘’ - 77 514 00 98
15 Hamed DIOP ‘’ Conseiller Municipal 77 680 29 02
Abdoulaye
16 Hamadou SOW Responsable jeunesse Responsable 77 320 64 32
jeunesse
17 El-hadj CAMARA Conseil municipal Com. réception 77 574 50 14
Badara
18 Mohamed FALL ‘’ - 77 452 30 63
19 Moussa WADE ‘’ Pdt Com. finance 76 587 86 58
20 Momar NDIAYE ‘’ Retraité 77 234 29 67
21 Mar DIOP NDIAYE ‘’ Pdt. Com. EGRN 77 379 40 03
22 Alassane NDIAYE - Délégué quartier _
23 Sawdiatou GUEYE GIE Marché KharYallah Productrice et 77 244 45 94
commerçante de riz

76
Annexe 9 : PV des rencontres de consultation avec les PAP

Procès-Verbal
Consultation dans le cadre du Plan Complet de Réinstallation du projet d'exploitation agricole
de 1500 ha du Djeuss nord (CR de Diama) et de l'Unité agroindustrielle de 8t/h (commune de
Ross Bethio)
Le samedi 26 octobre 2013 à 16 heures une rencontre a été organisée sur le hall de la mairie de Ross
Béthio. Cette rencontre qui entre dans le cadre de la consultation des Personnes Affectées par le Projet
de mise en place du projet d'exploitation agricole de 1500 ha du Djeuss par le CASL avait regroupé:
 le consultant M. Mamadou DIEDHIOU: Consultant Expert en communication sociale et en
réinstallation;
 M. Mamadou Demba Sall Ingénieur Chef de projet des exploitations agricoles de la CASL;
 Et les Personnes Affectées par le Projet de la Commune de Ross Béthio (voir liste).

L'objectif de la rencontre était de présenter le projet de la CASL aux PAP, de partager avec elles les
finalités de l'étude de réinstallation qui est initiée par le promoteur.

Il s'agissait aussi de recueillir: les avis, les perceptions, les attentes, les craintes et les
recommandations des PAP au sujet du projet et des activités de réinstallation qui ont été menées; de
discuter des options de réinstallations qui leur sont offertes et des possibilités de recours dont elles
disposent .
Après les salutations d'usage et les mots de bienvenues formulés par l'assistance, le représentant de la
CASL a introduit le consultant, en revenant sur le contexte du projet et de l'étude du PCR, a remercié
les PAP de leur présence. Prenant la parole, M. DIEDHIOU consultant en réinstallation s'est appesanti
sur les objectifs de la rencontre et l'importance de la consultation pour la préparation du plan d’action
de réinstallation. Il a ainsi, invité les différents acteurs présent à la rencontre à donner leur avis sur le
projet; leur perceptions et craintes sur les activités de réinstallation, de formuler des recommandations
le cas échéant.
Avis et Perceptions sur le projet de la CASL:
Après avoir salué et remercié le consultant, les participants ont évoqué les points suivants :
 Nous nous réjouissons de l'initiative de la rencontre qui n'est qu'une suite des nombreuses
rencontres qu'on a eu avec le projet;
 Depuis le début du processus nous avons constaté que le promoteur a respecté ses
engagements vis-à-vis des personnes affectées;
 Le projet de la CASL constitue une grande opportunité pour la zone car il va permettre de
valoriser les terres et de créer des emplois pour les populations;
 Les protocoles d'accord avec les PAP constitue une très bonne chose car l'appui du projet est
nécessaire pour mettre en valeur les terres et accompagner les petits producteurs;
 Les indemnisations ont été payées comme convenu par le projet et à ce jour nous avons tous
été compensés.

Les craintes et préoccupations exprimées:


 Le non-respect des engagements qui ont été souscrit par le promoteur au sujet de l'appui des
producteurs dans la formation;
 L'abandon de l'exploitation du riz au profit d'autres spéculations;
 L'obstruction des couloirs de migration du bétail;
 Le non recrutement de la main d'œuvre locale dans les exploitations;
 La gestion des parcours pastoraux qui traversent le site du projet;
 La non implication des autorités locales dans la prise de certaines décisions.

77
Des suggestions et recommandations
Portant sur la nécessité de:
 respecter les engagements qui ont été pris par le promoteur au sujet des objectifs du projet
(production de riz) et du soutien aux petits producteurs (appui, formation);
 recruter prioritairement la main d'œuvre locale;
 D'impliquer l'ensemble des acteurs dans le processus de préparation du projet;

Plus rien n'étant à l'ordre du jour la rencontre à pris fin à 18 h 30


Rapporteur: Monsieur Mamadou DIEDHIOU consultant

Procès Verbal
Consultation dans le cadre du Plan Complet de Réinstallation du projet d'exploitation agricole
de 1500 ha du Djeuss nord (CR de Diama) et de l'Unité agroindustrielle de 8t/h (commune de
Ross Bethio)
Le mardi 29 octobre 2013 à 10 heures une rencontre a été organisée à la maison du chef de village de
Rone. Cette rencontre qui entre dans le cadre de la consultation des Personnes affectées par le Projet
de mise en place du projet d'exploitation agricole de 1500 ha du Djeuss par la CASL avait regroupé:
 le consultant M. Mamadou DIEDHIOU: Consultant Expert en communication sociale et en
réinstallation;
 M. Mamadou Demba Sall Ingénieur Chef de projet des exploitations agricoles de la CASL;
 Et les Personnes Affectées par le Projet au niveau du village de Rone (voir liste).

L'objectif de la rencontre était de présenter le projet de la CASL aux PAP, de partager avec elles les
finalités de l'étude de réinstallation qui est initiée par le promoteur.

Il s'agissait aussi de recueillir de: les avis, les perceptions, les attentes, les craintes et les
recommandations des PAP au sujet du projet et des activités de réinstallation qui ont été menées; de
discuter des options de réinstallations qui leur sont offertes et des possibilités de recours dont elles
disposent .
Après les salutations d'usage et les mots de bienvenues formulés par l'assistance, le représentant de la
CASL qui a introduit le consultant, en revenant sur le contexte du projet et de l'étude du PCR, a
remercié les PAP de leur présence. Prenant la parole, M. DIEDHIOU consultant en réinstallation s'est
appesanti sur les objectifs de la rencontre et l'importance de la consultation pour la préparation du plan
d’action de réinstallation. Il a ainsi, invité les différents acteurs présents à la rencontre à donner leur
avis sur le projet; leurs perceptions et craintes sur les activités de réinstallation, de formuler des
recommandations le cas échéant.
Avis et Perceptions sur le projet de la CASL:
Après avoir salué et remercié le consultant, les participants ont évoqué les points suivants :
 Nous nous félicitons de la rencontre qui est toujours une bonne chose pour des gens qui sont
appelés à travailler ensemble:
 Beaucoup de discussion ont été tenues avec le projet (CASL) au sujet de la cession des terres
et des modalités d'indemnisation;
 Le projet de la CASL a suscité beaucoup d'attentes de notre part concernant les opportunités
de valorisation des terres;
 Comme nous n'avons pas les moyens de mettre en valeur ces terres le partenariat avec la
CASL nous semble bénéfique pour développer l'activité agricole dans la zone;
 L'aménagement d'un canal coûte trop cher et les terres sont salées seule une structure qui a des
moyens pourra exploiter ces terres;
 Notre partenariat avec la CASL repose sur les possibilités que la société pourraient nous offrir
pour valoriser nos terres;

78
 Les protocoles d'accord au sujet des 100 ha que la société va aménager au profit du village
suscité de très fortes attentes.
 Les craintes et préoccupations exprimées:
 Le non respect des engagements qui ont été souscrit par le promoteur au sujet de
l'aménagement des terres, de l'appui pour les producteurs (formation, commercialisation);
 L'abandon de la construction d'un canal d'amené;
 L'obstruction des couloirs de migration du bétail;
 Le non recrutement de la main d'œuvre locale dans les exploitations;
 La gestion des parcours pastoraux qui traversent le site du projet;

Des suggestions et recommandations


Portant sur la nécessité de:
 L'aménagement des terres de la Section villageoise de Rone et de la fourniture de l'assistance
aux producteurs;
 respecter les engagements qui ont été pris par le promoteur au sujet des objectifs du projet
(production de riz) et du soutien aux petits producteurs (appui, formation);
 recruter prioritairement la main d'œuvre locale;

Plus rien n'étant à l'ordre du jour la rencontre a pris fin à 12 h 00


Rapporteur: M. Mamadou DIEDHIOU consultant

79
Procès Verbal
Consultation dans le cadre du Plan Complet de Réinstallation du projet d'exploitation agricole
de 1500 ha du Djeuss nord (CR de Diama) et de l'Unité agroindustrielle de 8t/h (commune de
Ross Bethio)
Le dimanche 27 octobre 2013 à 10 heures une rencontre a été organisée dans la cour du chef de
village de Dia Diam 3. Cette rencontre qui entre dans le cadre de la consultation des Personnes
affectées par le Projet de mise en place du projet d'exploitation agricole de 1500 ha du Djeuss par la
CASL avait regroupé:
 le consultant M. Mamadou DIEDHIOU: Consultant Expert en communication sociale et en
réinstallation;
 M. Mamadou Demba Sall Ingénieur Chef de projet des exploitations agricoles de la CASL;
 Et les Personnes Affectées par le Projet au niveau du village de Diadiam 3 (voir liste).

L'objectif de la rencontre était de présenter le projet de la CASL aux PAP, de partager avec elles les
finalités de l'étude de réinstallation qui est initiée par le promoteur.

Il s'agissait aussi de recueillir de: les avis, les perceptions, les attentes, les craintes et les
recommandations des PAP au sujet du projet et des activités de réinstallation qui ont été menées; de
discuter des options de réinstallations qui leur sont offertes et des possibilités de recours dont elles
disposent .
Après les salutations d'usage et les mots de bienvenues formulés par l'assistance, le représentant de la
CASL qui a introduit le consultant, en revenant sur le contexte du projet et de l'étude du PCR, a
remercié les PAP de leur présence. Prenant la parole, M. DIEDHIOU consultant en réinstallation s'est
appesanti sur les objectifs de la rencontre et l'importance de la consultation pour la préparation du plan
d’action de réinstallation. Il a ainsi, invité les différents acteurs présent à la rencontre à donner leur
avis sur le projet; leur perceptions et craintes sur les activités de réinstallation, de formuler des
recommandations le cas échéant.
Avis et Perceptions sur le projet de la CASL:
Après avoir salué et remercié le consultant, les participants ont évoqué les points suivants :
 Nous travaillons avec le promoteur du projet depuis plusieurs mois sur les processus de
cessions des terres;
 Toutes les personnes concernées par ces opérations de cession ont été contactées et des
discussions ont été organisées pour l'informer;
 Personnes n'a été obligée à céder ces terres tout s'est fait sur la base de concertations qui ont
abouti à des accords consensuels;
 Le projet constitue une bonne chose car il permettra de valoriser les terres de la zone:;
 Depuis que le conseil rural nous a délibéré les terres ont n'a pas eu les moyens de les exploiter
car l'eau est éloignées et les terres sont salées;
 La mise en œuvre de ces terres exige beaucoup de moyens que nous ne disposons pas;
 L'arrivée de la Société (CASL) permettra de mettre en valeur les terres et de créer des emplois
pour les populations locales;
 La société a déjà commencer à recruter les jeunes avec le démarrage des travaux de
construction de la digue et cela nous rassure beaucoup;

Les craintes et préoccupations exprimées:


 Le non respect des engagements qui ont été souscrit par le promoteur au sujet de l'appui des
producteurs dans la formation et la commercialisation du riz;
 L'abandon de l'exploitation du riz au profit d'autres spéculations;
 L'obstruction des couloirs de migration du bétail;

80
 Le non recrutement de la main d'œuvre locale dans les exploitations;

Des suggestions et recommandations


portant sur la nécessité de:
 Discuter régulièrement avec les populations au sujet des activités du projet;
 Appuyer les jeunes dans leur projet de développement;
 Soutenir les femmes dans leurs activités génératrices de revenus;
 respecter les engagements qui ont été pris par le promoteur au sujet des objectifs du projet
(production de riz) et du soutien aux petits producteurs (appui, formation);
 recruter prioritairement la main d'œuvre locale;

Plus rien n'étant à l'ordre du jour la rencontre à pris fin à 12 h 15


Rapporteur: M. Mamadou DIEDHIOU consultant

81
Procès Verbal
Consultation dans le cadre du Plan Complet de Réinstallation du projet d'exploitation agricole
de 1500 ha du Djeuss nord (CR de Diama) et de l'Unité agroindustrielle de 8t/h (commune de
Ross Bethio)
Le mercredi 30octobre 2013 à 10 heures une rencontre a été organisée chez le chef de village de
Déby Tiguette. Cette rencontre qui entre dans le cadre de la consultation des Personnes affectées par le
Projet de mise en place du projet d'exploitation agricole de 1500 ha du Djeuss par la CASL avait
regroupé:
 le consultant M. Mamadou DIEDHIOU: Consultant Expert en communication sociale et en
réinstallation;
 M. Mamadou Demba Sall Ingénieur Chef de projet des exploitations agricoles de la CASL;
 Et les Personnes Affectées par le Projet dans le village de Deby Tiguette (voir liste).

L'objectif de la rencontre était de présenter le projet de la CASL aux PAP, de partager avec elles les
finalités de l'étude de réinstallation qui est initiée par le promoteur.

Il s'agissait aussi de recueillir : les avis, les perceptions, les attentes, les craintes et les
recommandations des PAP au sujet du projet et des activités de réinstallation qui ont été menées; de
discuter des options de réinstallation qui leur sont offertes et des possibilités de recours dont elles
disposent .
Après les salutations d'usage et les mots de bienvenues formulés par l'assistance, le représentant de la
CASL qui a introduit le consultant, en revenant sur le contexte du projet et de l'étude du PCR, a
remercié les PAP de leur présence. Prenant la parole, M. DIEDHIOU consultant en réinstallation s'est
appesanti sur les objectifs de la rencontre et l'importance de la consultation pour la préparation du plan
d’action de réinstallation. Il a ainsi, invité les différents acteurs présents à la rencontre à donner leur
avis sur le projet; leur perceptions et craintes sur les activités de réinstallation, de formuler des
recommandations le cas échéant.
Avis et Perceptions sur le projet de la CASL:
Après avoir salué et remercié le consultant, les participants ont évoqué les points suivants :
 Nous nous félicitons de la rencontre qui est une très bonne chose pour la suite notre
collaboration avec le projet;
 Céder ses terres n'est jamais une chose facile car c'est un patrimoine très important pour nous
et nos enfants mais on ne pouvait pas garder ces terres car on n'a pas les moyens de les mettre
en valeur;
 On n'avait des problème d'accès à l'eau depuis que le conseil rural nous a affecté ces terres en
2008;
 Les propositions du projet (CASL) nous ont semblé correctes car elles allaient nous permettre
de valoriser les terres et de résoudre le problème d'accès à l'eau;
 Des concertations au sujet des modalités de cession ont été organisées ce qui nous permis de
discuter avec le promoteur des mesures d'appui et d'accompagnement des producteurs;
 Les engagements du promoteur jusque là ont été respectés car toutes les PAP ont été
indemnisées conformément aux superficies cédées;
 Les attentes suscités sont très fortes en termes d'emplois, de formation des producteurs et
d'accès à l'eau.
Les craintes et préoccupations exprimées:
 Le non respect des engagements qui ont été souscrit par le promoteur au sujet de l'appui des
producteurs dans la formation;
 La non implication des populations dans la mise en œuvre des activités du projet;
 L'abandon de l'exploitation du riz au profit d'autres spéculations;

82
 L'obstruction des couloirs de migration du bétail;
 Le non recrutement de la main d'œuvre locale dans les exploitations;

Des suggestions et recommandations


portant sur la nécessité de:
 respecter les engagements qui ont été pris par le promoteur au sujet des objectifs du projet
(production de riz) et du soutien aux petits producteur (appui, formation);
 recruter prioritairement la main d'œuvre locale;
 D'impliquer l'ensemble des acteurs dans le processus de préparation du projet;

Plus rien n'étant à l'ordre du jour la rencontre à pris fin à 12 h 30


Rapporteur: M. Mamadou DIEDHIOU consultant

LISTE DE PRESENCE
Village de Polo 1
Date : 06/11/2013

N° Prénoms et Nom Institution / Fonction Téléphone


Chef de village, Conseiller, Président
01 Al Housseynou BA 77 656 03 54
Commission Gestion des conflits
02 Mohamadou Lamine FAYE Expert socio économiste 77 518 88 99

03 Dr Cheikh Samba NDIAYE Expert en Santé 77 639 10 34

LISTE DE PRESENCE
Village de Diadiam III
Date : 06/11/2013

N° Prénoms et Nom Institution / Fonction Téléphone


01 Yérim DIOUF Chef de village 77 599 32 10

02 Ameth DIOP Conseiller 77 528 48 34

03 Makhtag GUEYE Producteur 77 546 99 54

04 Wadane NDIAYE Président des Jeunes 77 670 75 22

05 Ameth Diop Pêcheur 77 568 89 05

06 B outhia DIAGNE Producteur 77 956 85 16

07 Garmi DIOP Ménagère -

08 Minatou DIAGNE Ménagère -

09 Mandiaye DIAGNE Producteur -

10 Eïdia GUEYE Productrice -

11 Salma DIAGNE Ménagère -

12 Mohamadou Lamine FAYE Expert socio économiste 77 518 88 99

13 Dr Cheikh Samba NDIAYE Expert en Santé 77 639 10 34

83
LISTE DE PRESENCE
Village de Rone
Date : 06/11/2013

N° Prénoms et Nom Institution / Fonction Téléphone


01 Omar FALL Agriculteur 77 579 93 42

02 Mouhamadou FALL Président des pêcheurs 77 679 79 61

03 Mahmoud FALL Agriculteur, Président de la section 77 544 99 35

04 Ousmane DIOP Notable 76 472 13 03

05 Mohamadou Lamine FAYE Expert socio économiste 77 518 88 99

06 Dr Cheikh Samba NDIAYE Expert en Santé 77 639 10 34

07 Jasmine FALL Matrone, vice-présidente des jeunes 77 919 18 14

08 Amadou FALL Président ASC des jeunes 77 327 06 23

09 Ibrahima FALL Notable 77 537 84 44

10 Mohmoud FALL Eleveur 77 537 84 44

LISTE DE PRESENCE
Village de Ndigue
Date : 06/11/2013

N° Prénoms et Nom Structure ou Institution / Fonction Téléphone


01 Maouloud FALL Chef de village 77 434 57 00

02 Mouhamed FALL Notable 77 433 16 09

03 Ahmed Chaibany Agriculteur 77 983 99 09

04 Ahmed Takhiyala FALL Enseignant (professeur EPS) 77 434 57 00

05 Yabilal DIAGNE Notable -

06 Mouhamed T. DIOP Conseiller -

07 Anna FALL Matrone / relais communautaire 77 518 98 34

08 Mohamadou Lamine FAYE Expert socio économiste 77 518 88 99

09 Dr Cheikh Samba NDIAYE Expert en Santé 77 639 10 34

84

Vous aimerez peut-être aussi