Vous êtes sur la page 1sur 2

Les conditions de vie des étudiants étrangers en

France
Durant leurs parcours d études, ces étudiants vont a faire a de nombreux obstacle et de
difficulté qui vont les affecté directement sur leur étude et parmi ces difficultés les plus majeur et
sérieux sont des problèmes liés au logement, au financement des études, aux démarches
administratives, à l’accès à différents services universitaires et sociaux.

Nous avons pu constater que la gratuité de l’enseignement supérieur par a port ou autre pays
constitue l’une des motivations des étudiants algériens a choisir la France comme pays d’études.
A cet enseignement moins coûteux, il faut ajouter une série d’aides destinées à ces étudiants
(aide au logement, restaurant universitaire). Malgré ces mesures, la plupart font état de
difficultés matérielles importantes chez les étudiants. A ces difficultés, il faut ajouter les
démarches administratives lourdes qui constituent une préoccupation permanente chez certains
étudiants étrangers.

. Le financement des études:

Parmi ces difficultés, le problème financier est le plus souvent évoqué par les étudiants. On
évoquent les conditions de vie précaire, parmi nous d’étudiants sélectionné. Les résultats de
l’étude de V. Borgnon et L.Vollenweider-Andersen (1998) vont dans le même sens en affirmant
que les étudiants maghrébins ont des difficultés notables pour financer leurs études, trouver un
logement ou effectuer certaines démarches administratives (carte de séjour). Les auteurs
soulignent la présence d’étudiants des classes populaires qui s’appuient sur le réseau familial et
des amis compatriotes pour venir en France et y vivre. Selon nous informations , les ressources
financières de ces étudiants sont modestes un tiers a moins de (305 Euros) par mois, deux tiers
moins (457 Euros), pour près de 70% une partie au moins des revenus provient du travail, moins
de 15% de ce qui bénéficient d’une bourse, et 40% vivent de l’aide, totale ou partielle,( famille ou
cousin).Selon une enquête (A.Latreche, 1999, p. 158), en moyenne 58% des étudiants
maghrébins financent leurs études en France par le travail salarié. Les boursiers ne constituent
que 19% des étudiants de son échantillon. En observant l’obligation qu’ont les étudiants
maghrébins de travailler pendant leurs études, A. Latreche se demande si « le travail salarié ne
risque pas de tuer, ou de transformer, la migration des étudiants (migration universitaire) en une
migration traditionnelle, de force de travail, et d’éloigner les étudiants de leurs études» (1999, p.
157).puis viens les dépenses personnelles qui les emmènes plus souvent en situation de difficulté
financière. Pour y faire face, ils doivent plus fréquemment se restreindre, et pour cela ils se
mettent a travailler ou travailler davantage en parallèles avec leur études pour boucler leur
budget pour faire face à des imprévus.

On note aussi que au sein de nous étudiants choisi beaucoup d entre eux on eux des difficultés a
dénicher un travaille en dehors de leurs étude a fin de subvenir a leur besoin et de financier leur
étude ,et généralement ces difficultés ont les retrouve parmi ceux qui réside dans des secteur reculé
de la ville, comme l un de nous étudiants choisi A.H qui ce réside en dehors de la ville de Lyon il nous
affirme que pour trouve du travaille en dehors de la ville n est pas une tache facile puisque les lieux
de travaille ce font rare que sur les régions plus dynamique tell que les villes. Donc pour les résidents
en banlieue ca devient un handicape pour obtenir un boulot ;et pour ceux qui réside en région
parisienne des petit boulot se offre a eux en grande disponibilités c est l avantage de ceux qui ce
réside en ville, pour nous certain de nous étudiants choisi parmi eux réside en région parisienne ,il
nous témoigne de la facilité de trouve du travail comme J. et L. deux étudiants qui exerce des petit
boulot un peut part tout.

Pour ce qui concerne la durée de travail nous étudiants nous fait savoir que tout dépend de leur
emploi du temps car entre étude et travail c est complique de faire les deux en même temps,
mais la plupart du temps ils exercent leur travail entre onze heurs et vingt heurs par semaine.