Vous êtes sur la page 1sur 152

REPUBLIQUE DU BENIN

--------------------
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE
--------------------
UNIVERSITÉ D’ABOMEY-CALAVI
--------------------
ECOLE POLYTECHNIQUE D’ABOMEY-CALAVI (EPAC)
--------------------
Département de Génie Mécanique et Énergétique (GME)

OPTION : Productique
MEMOIRE DE FIN DE FORMATION POUR L’OBTENTION DU
DIPLÔME D’INGENIEUR DE CONCEPTION EN GENIE MECANIQUE ET
ENERGETIQUE

THEME

Valorisation des sous-produits de la filière coton en matériaux biosourcés :

ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET


D’UNE THERMO-PRESSE

Présenté et soutenu publiquement le vendredi 25 janvier 2019 par


Abdou Raïmi O. I. ALAKOUKO
devant le jury composé de :

1. Docteur Abdoulaye ASSOUDO Président du jury

2. Docteur Toussaint KOSSOU Membre du jury

3. Docteur Vincent PRODJINONTO Membre du jury

4. Prof. (MC) Chakirou A. TOUKOUROU Maitre de mémoire

Année Académique : 2017-2018

11ième Promotion
ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Sommaire

SOMMAIRE ....................................................................................................................... II

DEDICACES ..................................................................................................................... III

REMERCIEMENTS ......................................................................................................... IV

RESUME ............................................................................................................................. V

ABSTRACT ....................................................................................................................... VI

LISTE DES PHOTOS ...................................................................................................... VII

LISTE DES FIGURES ................................................................................................... VIII

LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................... X

LISTE DES SIGLES, SYMBOLES ET ABREVIATIONS ............................................. XI

INTRODUCTION GENERALE..........................................................................................1

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DES STRUCTURES DE TRAVAIL ..........................4

CHAPITRE 2 : GENERALITE ET SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE ....................... 10

CHAPITRE 3 : ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE


DE COTON MANUELLE ................................................................................................. 28

CHAPITRE 4 : ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE THERMO-


PRESSE .............................................................................................................................. 64

CONCLUSION GENERALE .......................................................................................... 123

ANNEXES ........................................................................................................................ 124

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................ 133

TABLE DES MATIERES ................................................................................................ 137

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 ii


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

DEDICACES

À mon feu père Abdou Rahamane ALAKOUKO,

je dédie ce mémoire.

Abdou Raïmi ALAKOUKO

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 iii


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce travail a été possible grâce aux multiples soutiens de certaines


personnes envers lesquelles nous témoignons notre sincère gratitude. En particulier,
nous aimerions remercier très sincèrement :

 le Professeur Akanho C. TOUKOUROU, Enseignant chercheur au Département


de Génie Mécanique et Energétique (GME) à l’Ecole Polytechnique d’Abomey-
Calavi (EPAC), notre maître de mémoire qui a accepté nous encadrer pour ces
travaux;
 Monsieur Éric GBEDO, Ingénieur chercheur au POTEMAT, qui a su nous
conseiller et qui est toujours resté à nos côtés, merci Monsieur ;
 Le Professeur Vincent PRODJINONTO, enseignant chercheur et chef de
département de Génie Mécanique et Energétique (GME) à l’Ecole Polytechnique
d’Abomey-Calavi (EPAC) pour vos conseils et votre soutien ;
 Les enseignants du département de GME de l’EPAC ;
 le Directeur de l’EPAC, Professeur Mohamed SOUMANOU et le Directeur
Adjoint de l’EPAC, Professeur Clément AHOUANNOU ;
 Le personnel de l’atelier de fabrication du Génie Mécanique et Energétique de
l’EPAC et spécialement Messieurs Nicaise G. HOUNKANRIN, GBENONTIN
U. Sadler et AVOCEFOHOUN C. Alban pour leur soutien, leur disponibilité et
pour m’avoir facilité la réalisation des équipements ;
 Tous ceux qui ont lu ou liront ce travail, merci pour vos analyses critiques et vos
suggestions pour faire de ce travail une œuvre bien accomplie.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 iv


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

RESUME

La production cotonnière est un secteur important dans le développement des


pays de l’Afrique de l’ouest, particulièrement le Bénin. Une analyse du secteur montre
que les quatorze (14) types de résidus issus de la transformation du coton demeurent
inexploités et constituent une perte de valeurs ajoutées et une menace pour
l’environnement. De plus le recours vers les matériaux biosourcés devient capital pour
la sauvegarde d’un environnement écologique et de la réduction de la consommation
d’énergie fossile. Le POTEMAT propose des solutions à ces deux problèmes à travers
la valorisation des sous-produits de la filière coton en matériaux biosourcés. Pour cela,
l’utilisation d’une défibreuse et d’une thermo-presse s’avère indispensable pour la
réalisation des échantillons. A travers ce document, nous avons fait la conception et la
fabrication d’une défibreuse et d’une thermo-presse respectant les exigences du
laboratoire. La défibreuse est manuelle et peut être motorisée grâce à son système de
guidage. La thermo-presse est manuelle et dispose d’un système électrique de chauffage
et de contrôle de température. Elle peut former des plaques de 30 mm d’épaisseur avec
une surface de 400x400 mm2 dans une plage de température de 0 à 200 oC. Ces deux
équipements permettront au POTEMAT de réaliser de nouveaux matériaux biosourcés
pour des applications variées.

Mots clés : défibreuse, thermo-presse, coton, résidu, température, matériaux


biosourcés, sous-produit.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 v


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

ABSTRACT

Cotton production is an important factor in the development of West African


countries, particularly the Benin. An analysis of the sector shows that the fourteen (14)
types of residues from cotton processing remain untapped and represent a loss of added
value and a threat to the environment. In addition, the use of bio-based materials
becomes crucial for the safeguarding of an ecological environment and the reduction of
fossil energy consumption. POTEMAT proposes solutions to these two problems
through the valorization of the by-products of the cotton sector in bio-based materials.
For this, the use of a shredder and a thermo-press is essential for the realization of the
samples. Through this document, we have designed and manufactured a shredder and a
thermo-press that meets the laboratory requirements. The shredder is manual and can be
motorized with it guidance system’s. The thermo-press is also manual and has an electric
heating and temperature control system. It can form 30 mm thick plates with an area of
400x400 mm² in a temperature range of 0 to 200 oC. These two equipments will permit
to the POTEMAT to make a new bio-based materials for various applications.

Key words: shredder, thermo-press, cotton, residue, temperature, bio-based materials,


by-product.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 vi


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Liste des photos

Photo 1: Ecole Polytechnique d'Abomey-Calavi ..........................................................5

Photo 2 : Pôle Technologique de la promotion des Matériaux locaux ...........................7

Photo 3 : Capsule de coton [4] ...................................................................................13

Photo 4 : Quelques sous-produits de la filière coton [7] .............................................19

Photo 5 : Les sous-produits jetés et brulés à la SHB [7] .............................................22

Photo 6 : Les sous-produits de l'usine de textile CBT jetés .........................................23

Photo 7 : Les tiges de cotonniers ont été coupées puis mises en tas pour être brûlées [7]
..................................................................................................................................24

Photo 8 : BTC réalisé avec les déchets de coiffure non traités ....................................30

Photo 9 : BTC réalisé avec les déchets de coton non traités ........................................30

Photo 10 : Broche réalisée par soudage ......................................................................33

Photo 11: Une pointe normale et une pointe traitée ....................................................57

Photo 12: Perçage de la planche pour l'enfoncement des pointes. ............................... 58

Photo 13: Presse d'emboutissage de moule (2) de tuile flamande ............................... 70

Photo 14: Les pointes préparées ............................................................................... 128

Photo 15: Traçage de la broche supérieure ............................................................... 128

Photo 16: Support et Base déjà réalisées .................................................................. 128

Photo 17: Perçage de la base .................................................................................... 128

Photo 18: La défibreuse manuelle ............................................................................ 129

Photo 19: Les deux types de résistances chauffantes trouvées .................................. 130

Photo 20: Résistances chauffantes redressées ........................................................... 130

Photo 21: Thermo-presse après montage .................................................................. 132

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 vii


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Liste des figures

Figure 1: Bottes de pailles [3] ....................................................................................11

Figure 2: Panneaux de fibres de bois [3] ....................................................................11

Figure 3: Transformation du coton des champs aux usines d’egrenages [7] ................16

Figure 4 : Transformation du coton dans les usines de trituration et les usines de textile
[7] ..............................................................................................................................17

Figure 5: Valorisation des sous-produits de l'usine de textile [7] ................................ 25

Figure 6: Valorisation des sous-produits de l'usine de trituration [7] ..........................26

Figure 7 : Dessin de la défibreuse conçue...................................................................32

Figure 8: Défibreuse manuelle ...................................................................................34

Figure 9 : Le bâti de la défibreuse ..............................................................................35

Figure 10 : La Broche supérieure ...............................................................................35

Figure 11 : La Broche inférieure ................................................................................36

Figure 12: Le support de guidage ...............................................................................36

Figure 13: Schématisation du chargement d’un axe de guidage dans une position α ...38

Figure 14: Schéma statique de dimensionnement de l'axe de guidage .........................41

Figure 15: Principe de la thermocompression [9] .......................................................65

Figure 16: Thermo-presse pour le recyclage des plastiques [10] .................................66

Figure 17: Thermo-presse pour le textile [11] ............................................................66

Figure 18: Presse hydraulique à colonne [12] .............................................................67

Figure 19: Presse pneumatique pour marquage [12] ...................................................68

Figure 20: Presse mécanique avec un système bielle-excentrique [12] .......................68

Figure 21 : Presse mécanique à système vis-écrou [12] ..............................................69

Figure 22: Schématisation de la thermo-presse ...........................................................71

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 viii


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 23: Schéma cinématique de la thermo-presse ..................................................73

Figure 24: Vue d'ensemble de la thermo-presse ..........................................................74

Figure 25: Ensemble moule ........................................................................................76

Figure 26: Plaque chauffante ......................................................................................76

Figure 27: Plaque d'isolation ......................................................................................77

Figure 28: Crapaudine ................................................................................................ 77

Figure 29: Section des montants .................................................................................85

Figure 30: Isolation de la plaque chauffante ............................................................... 89

Figure 31: Schéma électrique de la thermo-presse ......................................................90

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 ix


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Liste des tableaux

Tableau 1 : Production cotonnière au Bénin 2010-2014 [1] ........................................15

Tableau 2: Les sous-produits de la filière coton au Bénin ...........................................18

Tableau 3: Plan de réalisation du projet [7] ................................................................ 19

Tableau 4: Quelques matériaux biosourcés possibles avec des sous-produits .............26

Tableau 5: Fabrication de l'axe de guidage .................................................................59

Tableau 6: Coût de la matière première de la défibreuse Cm ......................................61

Tableau 7 : Cout de fabrication de la défibreuse Cf ....................................................61

Tableau 8: Coût des accessoires de la défibreuse Ca ..................................................62

Tableau 9: Coût total de la défibreuse C.....................................................................63

Tableau 10: Les types de liaison du mécanisme .........................................................72

Tableau 11: Coût de la matière première de la thermo-presse ................................... 119

Tableau 12 : Coût de la réalisation du circuit électrique ........................................... 120

Tableau 13 : Coût d’usinage des pièces .................................................................... 120

Tableau 14 : Coût des accessoires de la thermo-presse ............................................. 121

Tableau 15 : Coût global des travaux réalisés sur la thermo-presse .......................... 121

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 x


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Liste des sigles, symboles et abréviations

UAC Université d’Abomey-Calavi

EPAC Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi

POTEMAT Pôle Technologique de la promotion des Matériaux locaux

CBT Compagnie Béninoise des Textiles

SHB Société des Huileries du Bénin

SODECO Société pour le Développement du Coton

SCB Société des Ciments du Bénin

BTC Bloc de Terre Comprimé

FCFA Franc de la Communauté Financière Africaine

TMV Tuiles en Mortier Vibré

INSAE Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique

D, d, ϕ Diamètre

e Epaisseur

max Maximum

V Volume d’une pièce

P Poids d’une pièce

q Charge linéaire uniformément variée

L, l Longueur d’une pièce

M Moment fléchissant

Fm Force manuelle

Fe Force élémentaire

Ft Force de thermocompression

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 xi


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

S Section d’une pièce

s Coefficient de sécurité

g Intensité de la pesanteur

T Température

Re Limite d’élasticité

Rp Résistance pratique

Rth Résistance thermique

ρal Masse volumique de l’aluminium

ρa Masse volumique de l’acier

ρb Masse volumique du bois

λ Conductivité thermique

ε Déformation unitaire

τ Contrainte de cisaillement

σ Contrainte normale

xc Section critique

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 xii


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

INTRODUCTION GENERALE

La production cotonnière en Afrique de l’Ouest en général et au Bénin en


particulier, occupe une place considérable dans le développement économique. Selon
les données statistiques de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse
Economique (INSAE), la filière coton nourrit plus de 3,5 millions de Béninois. Le coton
a, par ailleurs, un important impact sur le taux de croissance de l’économie béninoise,
car 50 000 tonnes entraînent un (1) point de croissance. Dans ce contexte, le coton
demeure au Bénin, la principale culture de rente, constituant du coup la base de
l’économie rurale et agro-industrielle. En termes de valeur ajoutée, le coton contribue à
11,13 % du PIB, et représente 70% de la valeur des exportations, soit 45% des entrées
fiscales. Malgré cet état de fait, la filière coton est toujours en butte à d’énormes
difficultés. [1]

Depuis l’an 2010, le Bénin produit en moyenne plus de 250 000 tonnes de coton-
graine par an et donc de ce fait génère une quantité importante de résidus de cotonnier.
Pour la campagne 2017-2018, la production cotonnière béninoise est estimée à 597 986
tonnes de coton-graine générant plus de 1,7 millions de tonnes de résidus [2]. Ces
résidus constituent une grande ressource qui reste jusqu’à présent inexploitée en grande
majorité. En effet, il n’existe pas encore une grande utilisation adéquate des résidus de
cotonnier à part celle des paysans qui se résume à :

 l’utilisation comme combustible,


 la production de litière pour le bétail,
 la fabrication de compost,
 l’alimentation de bétail (qui peut toutefois s’avérer dangereuse),
 la production de substrat pour les champignons.

Notons aussi que certaines usines (SCB LAFARGE par exemple) utilisent ces résidus
comme des combustibles pour alimenter des chaudières ou des fours.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 1


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Certaines de ces utilisations ont des répercussions sur le cycle de culture, les
caractéristiques biochimiques du sol, voire sur l’écologie du milieu. Il faut noter entre
autre que l’utilisation des feuilles et des tiges de cotonnier comme litière est une bonne
initiative sauf que le cheptel risque l’intoxication en mangeant des résidus de cotonnier
dans lesquels certaines bactéries résident encore. Parallèlement, l’enfouissement bien
que bénéfique présente des inconvénients tel que la résistance de certaines maladies à
la culture suivante et des risques de développement d’autres parasites plus virulents.
Toutefois, le fait de brûler ces résidus constitue une menace, tant pour l’écosystème
(conséquences des feux de brousses) que pour la nature chimique du sol avec la perte de
matières organiques ou humus indispensable à la conservation des sols.

Par ailleurs, le secteur du bâtiment est au cœur des enjeux du développement


durable. Construire ou rénover des bâtiments de manière écologique nécessite de
considérer l’ouvrage dans son ensemble, depuis la production des matériaux qui le
composent jusqu’à sa construction. La filière des matériaux biosourcés est l’une des
filières vertes ayant un potentiel de développement écologique élevé pour l’avenir. Cela
notamment en raison du fait qu’il permet de diminuer notre consommation de matières
premières d’origine fossile, diminuer notre consommation en électricité, créer du
confort thermique dans les bâtiments, limiter les émissions de gaz à effet de serre et
créer de nouvelles filières économiques. Le recours à des matériaux biosourcés s’avère
indispensable pour un développement durable.

Malgré ces enjeux liés à l’utilisation des matériaux biosourcés, l’existence de ces
inconvénients dus à la mauvaise gestion des sous-produits de la filière Coton et
l’importance de cette filière dans le développement du Bénin, il n’existe pas encore une
politique viable de valorisation des sous-produits ni de fabrication et utilisation des
matériaux biosourcés. C’est donc pour résoudre en partie ces deux problèmes
fondamentaux et développer de nouveaux matériaux que le pôle technologique de la
promotion des matériaux locaux (POTEMAT) à initier le projet de valorisation des
sous-produits de la filière coton en matériaux biosourcés.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 2


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Le présent travail rentre dans le cadre de la poursuite de ce projet. Il s’agira donc


de la conception et la réalisation d’une défibreuse manuelle et d’une thermo-presse
pour la réalisation des échantillons de matériaux biosourcés à base des sous-produits de
la filière coton au Benin. Il est structuré en quatre (4) parties. Apres une introduction
générale, nous avons fait la présentation des structures de travail dans le premier
chapitre. Le deuxième chapitre présente une généralité et une synthèse bibliographique
sur les matériaux biosourcés, la filière coton au Bénin et les travaux déjà effectués sur
le projet. Ensuite, dans les chapitres trois et quatre, nous trouverons respectivement
l’étude, la conception et la réalisation d’une défibreuse puis celle d’une thermo-presse.
Enfin nous aborderons la conclusion.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 3


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Chapitre 1 : Présentation des structures de travail

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 4


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

1.1. Présentation de la structure de provenance

1.1.1.Historique de l’Ecole Polytechnique d’Abomey Calavi

Photo 1: Ecole Polytechnique d'Abomey-Calavi

Le Collège Polytechnique et Universitaire (CPU) a ouvert ses portes aux premiers


étudiants en février 1977. Fruit de la coopération bénino-canadienne, il est devenu le 25
février 2005 École Polytechnique d’Abomey-Calavi, un établissement public de
formation scientifique et technique supérieure orientée vers la professionnalisation. En
tant que tel, il est un maillon capital du système éducatif universitaire, mieux du système
éducatif béninois. La première promotion est sortie en 1980.

A l’origine, on pouvait compter parmi les formateurs un grand nombre


d’enseignants canadiens, mais grâce à la politique de relève appliquée par le Bénin, le
nombre d’enseignants canadiens a progressivement diminué pour être totalement
remplacé par un nombre important d’enseignants nationaux. Comme on peut le
remarquer l’ex-CPU, à un moment donné de son évolution était devenu une institution
prête à générer dans un avenir proche, des ingénieurs de conception ; ce qui d’ailleurs
urgeait à partir du moment où, d’année en année, les besoins en formation d’ingénieurs
devenaient de plus en plus pressants, obligeant ainsi à l’ouverture du second cycle.

Le 25 février 2005, le Président de la République, Chef de l’État, Chef du


gouvernement, signe un Décret (N°2005-078) portant création, attributions,

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 5


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

organisation et fonctionnement de l’École Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC), «


une École Supérieure à caractère de Grande École » dépendant directement de
l’Université d’Abomey-Calavi. Un an auparavant, c’est-à-dire depuis la rentrée
académique 2003-2004, la première promotion de l’EPAC a dû effectuer sa rentrée en
première année préparatoire de cycle Ingénieur en Secteur Industriel ; et ce malgré
toutes les difficultés inhérentes à toutes entreprises humaines.

1.1.2. Départements d’enseignement et unités d’application


L’EPAC, établissement d’enseignement supérieur de l’Université d’Abomey Calavi a
pour mission :

 garantir des formations conduisant aux diplômes de Licence professionnelle et


aux diplômes d’Ingénieur de Conception dans les secteurs industriel et
biologique ;
 promouvoir la recherche scientifique et technique ;
 perfectionnement et la formation continue du personnel des entreprises privées
et de toutes structures étatiques qui en expriment le besoin.

Au plan académique, l’EPAC comporte 11 départements d’enseignement répartis dans


deux secteurs :

 le secteur biologique, composé des départements de :


 Génie de Biologie Humaine (GBH)
 Génie d’Imagerie Médicale et de Radiobiologie (GIMR)
 Génie de l'Environnement (GEn)
 Production et Santé Animales (PSA)
 Génie de Technologie Alimentaire (GTA)
 le secteur industriel composé des départements de :
 Génie Civil (GC)
 Génie Electrique (GE)
 Génie Mécanique et Energétique (GME)
 Génie Informatique et Télécommunication (GIT)

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 6


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

 Génie Bio Médical (GBM)


 Génie chimique et procédés (GCP)

Parallèlement à tout ce qui précède, il convient de mentionner que l’ex-CPU ne


développait pas que des activités qui relèvent du domaine pédagogique. C’est aussi une
institution prestataire de services à travers un certain nombre d’unités de production
créées dans les différents départements ; citons entre autres :

 le CAP : Centre Autonome de Perfectionnement


 le CAR : Centre Autonome de Radiologie
 le CERA : Centre d’Entretien et de Réparation Automobile
 le CUPPE : Centre Universitaire de Promotion et de Partenariat avec les
Entreprises
 le CCNPE : Centre de Contrôle des Normes de Performance Energétique
 l’UPGE : Unité de Prestation en Génie Electrique.

1.2. Présentation du Laboratoire de recherche

1.2.1. Historique du POTEMAT

Photo 2 : Pôle Technologique de la promotion des Matériaux locaux

Créé en 1994 par le Professeur Chakirou A. TOUKOUROU, le Pôle


Technologique de la promotion des Matériaux locaux (POTEMAT) est une cellule de
recherche et de promotion des technologies adaptées pour le développement des

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 7


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

matériaux locaux au Bénin. Situé sur le Campus de l’Université d’Abomey-Calavi


(UAC), il est lié à l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC).

1.2.2. Mission du POTEMAT


Le Pôle Technologique de la promotion des Matériaux locaux (POTEMAT) se
structure en quatre activités : la recherche, la production, l’appui conseil, la formation
et la diffusion. Cette cellule est atypique et singulière au Bénin. Sous l’égide de l’EPAC,
implantée sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi, elle est pourtant autonome. La
recherche est menée de front sur les thématiques suivantes :

 Les tuiles en mortier vibré (TMV) ;


 La construction en terre ;
 Les carreaux en mortier ciment ;
 Les roches comme élément de revêtement ;
 Les matériaux biosourcés.

En matière de formation, le POTEMAT est un centre de référence au Bénin et


dans la sous-région sur l’élaboration et la mise en œuvre des matériaux locaux. Après
vingt-quatre (24) ans d’expérience en ingénierie de formation sur les matériaux locaux,
le POTEMAT dispose d’une expertise avérée dans la mise en place des mallettes
pédagogiques sur les tuiles en mortier vibré (TMV), les blocs de terre comprimée
(BTC), les briques en adobe et le banco et le revêtement avec les roches. Les
formations sont organisées par le POTEMAT seul ou en partenariat avec d’autres
institutions de formation sous régional comme l’Institut International de
l’Environnement et de l’Eau (2IE). Par exemple, l’implantation de la filière Bloc de
Terre Comprimée (BTC) a été réalisée par le POTEMAT avec l’appui financière de
Centre de Développement des Entreprise (CDE).

Cette cellule réalise le potentiel des matériaux locaux pour le développement


socio-économique de son pays. La principale source d’inscription du POTEMAT est

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 8


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

l’ONG français CRAterre ; qui œuvre à la promotion et à la diffusion de l’architecture


en terre à travers le monde. D’ailleurs, le POTEMAT travaille en majorité sur les
matériaux à la base de terre.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 9


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Chapitre 2 : Généralité et Synthèse bibliographique

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 10


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

2.1. Les matériaux biosourcés

2.1.1. Définition
Un matériau biosourcé est un matériau composite issu en générale des éléments
d’origine animale ou végétale (avec d’autres liants).

Exemple :

o Bottes de paille

Après fauchage, la paille est en général conditionnée sous forme de bottes. Celles-ci
peuvent être utilisées telles qu’elles comme isolant thermique.

Figure 1: Bottes de pailles [3]

o Laine de bois et panneaux de fibres de bois

La laine de bois et les panneaux en fibre de bois sont fabriqués grâce au défibrage
du bois et une compression.

Figure 2: Panneaux de fibres de bois [3]

2.1.2. Utilisation des matériaux biosourcés


L’utilisation de matériaux biosourcés concourt significativement au stockage de
carbone atmosphérique, à l’isolation thermique et à la préservation des ressources
naturelles. C’est pourquoi elle est encouragée par les pouvoirs publics lors de la

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 11


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

construction ou de la rénovation des bâtiments. Mais ils ne sont pas nécessairement


totalement naturels et sans impact pour l’environnement. Ils peuvent parfois être
transformés ou contenir des additifs chimiques en proportions variables.

Dans une démarche de construction durable, il est donc préférable d’utiliser des
matériaux biosourcés locaux et les moins transformés possibles, sous réserve qu’ils
répondent aux caractéristiques pour lesquelles ils sont mis en œuvre.

2.2. La filière coton au Bénin

2.2.1. Monographie de la plante de cotonnier


Le cotonnier est un arbuste présent sur tous les cinq continents dans une bande
comprise entre la latitude de la mer d’Aral dans l’hémisphère Nord et celle des plaines
d’Afrique du Sud dans l’hémisphère Sud. Il appartient à la famille des Malvacées et
existe sous cinquante (50) variétés différentes. Parmi les 50 espèces de cotonnier, deux
d’entre elles produisent l’essentiel du coton dans le monde : Gossypium hirsutum (90
% de la production mondiale), Gossypium barbadense (5 % de la production mondiale)
et accessoirement les Gossypium arboreum et herbaceum. Plante pérenne utilisée
comme une plante annuelle, le cotonnier demande de la chaleur, de beaucoup de soleil,
et de l’eau surtout pendant la floraison. Il fleurit tout en grandissant. On trouve sur un
même plant à la fois des boutons, des fleurs et des fruits, appelés « capsules » : on dit
qu’il est à croissance continue. La fleur de coton est jaune à l’ouverture, elle devient
rose violet une fois fécondée. Puis elle se fane et se transforme en capsule. Chaque
capsule produit 20 à 25 graines, réparties dans 4 à 5 loges (3 à 4 loges pour Gossypium
barbadense). Ce sont ces graines qui vont produire les fibres de coton [4].

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 12


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Photo 3 : Capsule de coton [4]

Dans la région Ouest-africaine et au Bénin en particulier, la production


cotonnière est particulièrement centrée sur le Gossypium hirsutum au détriment du
Gossypium barbadense en raison du cycle de floraison. En effet, le premier a un cycle
allant de 120 à 180 jours tandis que pour le second le cycle est plus long (180 à 230
jours). Il faut noter que le Gossypium barbadense à l’avantage de produire les plus
beaux et les plus longues fibres. [4]

2.2.2. La culture du coton au Bénin et l’utilisation des résidus du


cotonnier
Le cotonnier est l’un des rares plants dont la culture est intensifiée à tous les
niveaux possibles (que ce soit de la monoculture entièrement mécanisée dans le cadre
d’exploitations de grande taille, jusqu’à l’agriculture familiale de petite taille, où les
opérations culturales sont complètement réalisées à la main ou avec traction animale).
Dans la région Ouest-Africaine particulièrement au Nord Bénin, la terre ne constitue pas
encore une ressource rare. Toutefois, les durées de mise en jachère ont diminué. La
main-d’œuvre familiale demeure la première force de travail. Mais, la plupart des Unités
de Production (UP) ont recours à la main-d’œuvre salariée et aux échanges mutuels de
travail (entraide, aide ou invitation) pour gérer les périodes de pointe. Si à Djougou, la
culture attelée commence à se répandre, à Kandi, presque toutes les UP ont recours à

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 13


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

cette technique. Les dates de semis, les modalités d’apport d'engrais minéraux et du
traitement phytosanitaire (nature, dates d’application et doses) ne sont pas souvent
respectées par les producteurs. Mais l’utilisation des semoirs est encore inexistante dans
les zones d’étude. Aucun paysan ne possède encore de tracteur mais certaines UP ont
actuellement accès à ce facteur par location. Par ailleurs, la majorité des UP de Kandi
possèdent leurs propres appareils de traitement phytosanitaire. Par contre, à Djougou,
ce sont des groupes de 2 à 4 producteurs qui se forment pour acquérir un appareil de
traitement. [5]

Il faut noter aussi que, les mêmes problèmes subsistent aussi dans les autres
régions du pays, notamment dans le département du Zou où, le problème de la main
d’œuvre est persistant surtout au moment de la récolte. Par ailleurs, le retard dans la
livraison à tant des intrants, des insecticides, la pratique de sous dosage, les ruptures de
semences (bien que rares) et la mauvaise gestion au niveau des organisations paysannes
sont entre autre les plus grandes difficultés qui ralentissent la production dans cette
partie du pays.[6]

Toutefois, les résidus de cultures de coton demeurent inexploités ; au mieux ils


sont brulés ou déracinés ou laissés en dégradation entre les billons jusqu’à la première
pluie. Et dans de rares occasions (en cas d’acuité), ces résidus sont utilisés en tant que
bois de chauffe. Malgré la quantité produite par le Bénin (voir tableau1), il n’a pas
encore une utilisation concrète des résidus de la filière coton. Notons aussi que les
résidus de coton sont plus importants en quantité que la matière première utilisable. Ces
résidus, non seulement polluent les sols et l’environnement, mais constituent une
ressource inexploitée.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 14


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 1 : Production cotonnière au Bénin 2010-2014 [1]

Années 2010 2011 2012 2013 2014

Production en tonnes 136 958 174 000 240 028 307 355 393 368

Superficie en Km2 137 086 181 010 335 141 347 022 405 400

Rendement en tonnes / Km2 99,9 % 96,1 % 71,6 % 88,6 % 97,0 %

2.3. Diagnostic des produits et sous-produits de la filière coton au Bénin

2.3.1. Processus de transformation du cotonnier : des champs aux


produits finis
A présent, nous allons explorer les différents points de transformation ou de
séparation du coton depuis les champs aux usines de transformation industrielles et enfin
aux produits finis.

De nombreuses étapes séparent le champ de cotonnier aux produits finis. La


culture en elle-même, la récolte, le stockage du coton graine, l'égrenage, la filature, le
tissage, la teinture... Pour passer du coton graine aux fibres puis au fil destiné à la
fabrication d'étoffe, les interventions humaines ou industrielles vont aboutir à l'obtention
de plusieurs éléments. Dans cette chaine, chacun choisit sa matière première pour
obtenir son produit. D’une part, le coton graines récoltés est transporté dans les usines
d’égrenages pour l’obtention des graines puis du coton fibre (figure 3). D’autre part, les
graines sont transformées dans les usines de trituration pour l’obtention d’huile de coton.
Le coton fibre permet d’avoir l’écrus de coton dans les usines textiles (figure 4).

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 15


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 3: Transformation du coton des champs aux usines d’egrenages [7]

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 16


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 4 : Transformation du coton dans les usines de trituration et les usines de


textile [7]

2.3.2. Les sous-produits de la filière Coton


Au début des travaux nous avons recensé trois (3) sous-produits de la filière
coton qui sont la tige du cotonnier, les déchets de fibre et les coques. Après les enquêtes
sur les terrains (cotonculteur, usine d’égrenages, usine de textile, usine de trituration),
nous avons pu élaborer en détail les différents sous-produits de la filière selon les lieux
de transformation. Nous avons ainsi trouvé quatorze (14) sous-produits de la filière
coton au Benin. Le tableau ci-dessous présente les différents sous-produits avec le lieu
de transformation.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 17


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 2: Les sous-produits de la filière coton au Bénin

Lieux Sous-produits

Champs Tige de cotonnier

Motte d’épierrage

Sable et poussière

Usine d’égrenages Fibre de la chambre à poussière

Motte égrenages

Motte de presse

Carton

Bouts de fil
Usine de textile
Bouts de fil encollés

Déchets de colle

Fibres

Coques
Usine de trituration
Cendres de coques

Terre de décoloration

Chacun de ces sous-produits a des propriétés physiques, chimiques, mécaniques


et thermiques données. Pour cela nous devons les analyser afin de pouvoir en faire des
matériaux utilisables. La photo suivante présente quelques sous-produits.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 18


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Photo 4 : Quelques sous-produits de la filière coton [7]

2.4. Projet de valorisation des sous-produits de la filière coton en matériaux


biosourcés

Caroline GRELIER est une Designer qui a fait un stage au POTEMAT de février
à juillet 2018. C’est elle qui a fait les premiers travaux sur le projet de valorisation des
sous-produits de la filière coton au Bénin en matériaux biosourcés. Le projet a été divisé
en cinq (5) parties (voir tableau 3) : l’immersion, la préparation, l’équipement, le
matériau-thèque et la filière.

Tableau 3: Plan de réalisation du projet [7]

ETAPES OBJECTIFS METHODES LIVRABLES

1 -Compréhension et analyse -Observation passive et -Poster de reformulation

IMMERSION de la filière coton au bénin active graphique des acteurs

-identification des sous- -Entretiens semi-dirigés -Portrait des personnes


produits et diagnostic de -Veille bibliographique -Matrice SWOT sur le
valorisation projet
-identification d’un territoire
pilote

-collecte des besoins et


aspiration.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 19


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

2 -Co-construire lors d’ateliers -Approche empirique Un lexique de fiches-idées

PREPARATION réunissant différents acteurs -Brainstorming remplies pendant les

(architectes, étudiants, -co-création ateliers décrivant les


recettes des matériaux et
chercheurs filière coton), des
leurs procédés de
protocoles d’expérimentation fabrication
des sous-produits en
matériaux

-anticiper les besoins en


équipement

3 -Concevoir et fabriquer des -Détournement de -Réaménagement du

EQUIPEMENT équipements de laboratoire à fonctions recyclage POTEMAT pour le chantier

moindre coût -Inspirations open- «Matériau-thèque»

-s’équiper pour la production source et mouvement -Tutoriels de fabrication des


d’échantillons maker
machines : thermo-presse,
- jugaad Design produit
broyeur à couteaux,
défibreuse

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 20


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4 -Fabriquer un maximum -Chantier ouvert, libre à -Une matériau-thèque

MATERIAU- d’échantillons selon les participation de tous les participative avec un


protocoles acteurs pendant 4 maximum d’échantillons et
THEQUE
d’expérimentations co-crées ; semaines, au sein du d’itérations

-Adapter les équipements POTEMAT


aux besoins -Dimension
exploratoire et
empirique

5 -Caractérisations des -Design thinking -Fiches techniques

FILIERE échantillons les plus -Atelier de co-création matériaux ;


pertinents en phase avec les -Posters d’hypothèses de
besoins
schémas de filière à créer.
-relevés du territoire pilote

-Co-création d’hypothèses de

schémas de filière pour que le


projet soit mis en œuvre

Elle a mené à terme les deux premières parties du projet. Pour l’immersion, des
visites ont été faites sur le terrain chez les agriculteurs, dans une usine d’égrenage
(SODECO), une usine de trituration (SHB) et une usine de textile (CBT). Ensuite des
ateliers de co-création et de co-conception ont été organisés par le POTEMAT pour la
partie préparation du projet.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 21


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

2.5. Les visites sur le terrain

2.5.1. Dans les usines de transformation


Dans les usines de transformation en générale, il n’existe pas une politique de
valorisation des sous-produits de la filière coton. Les matières première ne sont pas les
même : le coton graine pour la SODECO (usine d’égrenage), la graine de coton pour la
SHB (usine de trituration) et le coton fibre pour la CBT (usine de textile). L’objectif des
usines est de transformer la matière première pour avoir le produit fini. Tous les autres
éléments de la chaine sont considérés comme des déchets et doivent être évacués après
un traitement dans le cas où c’est nécessaire.

Dans l’usine d’égrenage SODECO, l’objectif est de séparer les graines de coton
des fibres. Tous les autres éléments de la chaine de production sont considérés comme
des déchets et sont jetés et brulés. Aucun des sous-produits n’est récupéré pour d’autres
fins.

A l’usine de trituration de Bohicon (SHB), l’objectif étant de produit les tourteaux


et de l’huiles de coton à base de la graine de coton, les autres éléments de la chaine (les
déchets de fibre, les coques, les cendres de coque et les terres de filtration) sont jetés et
brulés (photo 5).

Photo 5 : Les sous-produits jetés et brulés à la SHB [7]

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 22


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Enfin à l’usine de textile de Lokossa (CBT), tous les sous-produits ne sont pas
jetés. Les bouts de fils qui sont produits en moyenne 1,5 tonnes par mois et qui
représentent 1% de la production dans son département sont vendus à 700 fcfa le
kilogramme. La colle d’amidon est traitée et stockée dans une fosse pour être dégradée
par les micro-organismes. Toutefois, les cartons, les emballages en polystyrène et les
bouts de fils encollés sont jetés (photo 6).

Photo 6 : Les sous-produits de l'usine de textile CBT jetés

2.5.2. Avec les acteurs du domaine


La dernière étape d’enquêtes sur le terrain est celle faite chez les cotonculteurs.
Ici, le sous-produit considéré comme déchet est la tige du cotonnier. Les échanges ont
portés sur la gestion des tiges de cotonniers et le besoin éventuel en matériaux locaux.
Les informations recueillies nous permettent de conclure que les cotonculteurs n’ont pas
un mode d’utilisation adéquat des tiges de cotonniers. Les tiges sont brulées ou
enfouillées dans les sols ou utilisées comme fertilisant. Toutes ces utilisations ont des
conséquences sur l’écosystème, les sols et le rendement agricole (voir Introduction
générale). Sur la photo suivante, nous voyons les tiges de cotonniers mises en tas pour
être brulées.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 23


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Photo 7 : Les tiges de cotonniers ont été coupées puis mises en tas pour être brûlées [7]

2.6. Les ateliers de co-création et de co-conception

Au cours de la deuxième phase du projet qui est la préparation, des ateliers de co-
création et de co-conception ont été réalisés pour trouver un mode d’utilisation et de
gestion des sous-produits de la filière coton et aussi trouver des matériaux biosourcés
possibles avec ces sous-produits. Au cours de ces ateliers, les participants (ingénieurs,
architectes, étudiants, docteurs, enseignants…) ont eu à donner des idées sur la
possibilité d’obtention des matériaux avec ses sous-produits.

2.7. Les résultats obtenus

Après les enquêtes et analyses sur les besoins en matériaux locaux et les
possibilités d’obtention des matériaux selon les propriétés des sous-produits, le
POTEMAT a pu trouver des pistes de valorisation de quelques sous-produits. Nous
avons schématisé ci-dessous quatre (4) matériaux possibles avec les sous-produits de la
filière coton.

Sur la figure 5, nous voyons la possibilité d’obtention des panneaux sous-plafond


avec les déchets de fibre et les déchets de colle d’amidon par thermocompression. Nous

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 24


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

pouvons également avoir des modules de toiture en tressant les bouts de fil encollés et
les fils de polypropylène.

Figure 5: Valorisation des sous-produits de l'usine de textile [7]

D’autre part, sur la figure 6, nous avons la possibilité de faire des BTC anti
polluant avec les terres de barre et les cendres de coques par compression. Nous pouvons
aussi faire des panneaux d’isolation phonique avec les coques et un liant (à identifier)
par thermocompression.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 25


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 6: Valorisation des sous-produits de l'usine de trituration [7]

Outre ces différents modèles de matériaux biosourcés, ils existent d’autre


possibilité d’obtention de matériaux avec ces sous-produits. Le tableau suivant nous
présente quelques-unes.

Tableau 4: Quelques matériaux biosourcés possibles avec des sous-produits

Matériaux Composition Procédé d’obtention

BTC Terre de barre + motte de presse Compression

BTC Terre de barre + déchets de fibre Compression

BTC Terre de barre + coques Compression

BTC Terre de barre + sable et Compression


poussière

Panneaux Déchets de colle + tige de thermocompression


d’isolation cotonnier broyée + polystyrène
thermique

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 26


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Panneaux de Bout de fils encollés + thermocompression


construction polystyrène + tige de cotonnier
d’éléments de broyé
toitures

Panneaux Tige de cotonnier broyé + un liant thermocompression


d’isolation
thermique

2.8. Conclusion partielle

Cette généralité sur la filière coton au Bénin nous a permis non seulement de
mieux comprendre le cycle de vie du coton au Bénin, mais d’identifier tous les sous-
produits de la filière. De cette partie, nous avons aussi la synthèse de la bibliographique
sur le projet. Apres les enquêtes et les ateliers de co-création et de co-conception, nous
pouvons réaliser plusieurs types de matériaux avec les sous-produits de la filière coton.
Pour la suite, nous allons fabriquer des échantillons afin de les caractériser. Pour cela le
laboratoire a besoin des équipements pouvant lui permettre de fabriquer ces
échantillons. Parmi ces équipements, figurent une défibreuse et une thermo-presse. Dans
la suite de ce document, nous allons procéder à l’étude, la conception et la fabrication
d’une défibreuse manuelle et d’une thermo-presse.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 27


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Chapitre 3 : Etude, conception et réalisation d’une défibreuse


de coton manuelle

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 28


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.1. Etude de la défibreuse manuelle de coton

3.1.1. Généralité sur la défibreuse


Une défibreuse est une machine servant à séparer ou obtenir des fibres à partir
d’une matière première. Il existe plusieurs types de défibreuse selon l’utilisation. Nous
avons des défibreuses de bois pour la production de papier, des défibreuses de végétaux
pour l’industrie alimentaire, des défibreuses de noix de palme…. Elles sont rotatives ou
alternatives. Dans la suite, nous allons choisir le type de mouvement qui nous permettra
de respecter le cahier de charge plus facilement.

3.1.2. Le cahier de charge


Bien qu’elle ne figure pas parmi les machines de fabrication des échantillons
citées plus haut, la défibreuse reste indispensable dans l’élaboration des matériaux avec
des déchets de fibres. Les recherches antérieures sur la fabrication des matériaux de
construction avec des déchets de coton et d’autres déchets sous forme de fibre ont
montrées que la matière première (les déchets contenant de fibres) doit être traitée
(nettoyage et séparation) avant la réalisation des échantillons. Les photos suivantes nous
montrent l’état des échantillons de BTC réalisés avec les déchets de fibre de coton et
des mèches. Sur ces photos, nous remarquons que les échantillons ne sont pas compacts,
ni homogènes et sont très anisotropes. Tout ceci affecte la caractérisation des matériaux
produits.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 29


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Photo 8 : BTC réalisé avec les déchets de coiffure non traités

Photo 9 : BTC réalisé avec les déchets de coton non traités

En effet, la majorité des sous-produits de la filière coton étant sous forme de fibre
(motte d’épierrage, sable et poussière, motte égrenage, motte de presse, carton, bouts de
fils, bout de fils encollés, fibre, coques), ces sous-produits doivent être traités pour la
réussite de l’élaboration de nouveaux matériaux biosourcés. D’où la nécessité d’une
défibreuse.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 30


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

S’agissant de la réalisation des échantillons, le POTEMAT a besoin d’une


défibreuse simple, manuelle, moins coûteuse et facile à entretenir. Il s’agira donc de la
conception et la réalisation d’une défibreuse manuelle, simple, moins couteuse et facile
à entretenir pour le traitement des déchets de fibres.

3.1.3. Les travaux antérieurs effectués sur la réalisation de la défibreuse


Des travaux ont été réalisés sur la conception et la réalisation d’une défibreuse
manuelle pour le POTEMAT. Des ingénieurs ont travaillé et ont proposé un modèle de
défibreuse qui respecte parfaitement les exigences du laboratoire. Cette défibreuse n’a
pas vu le jour car sa réalisation est quasi impossible avec les moyens de fabrication dont
nous disposons. La figure suivante nous montre le dessin du modèle conçu.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 31


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 7 : Dessin de la défibreuse conçue

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 32


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.1.4. Les problèmes liés à la réalisation du modèle proposé.


Après la validation de la conception du modèle ci-dessus, le matériel de
fabrication a été acheté, des pièces ont été réalisées, mais d’autres problèmes ont rendu
la fabrication compliquée. Nous pouvons citer les problèmes liés à la réalisation des
broches. Les broches étant entièrement en acier, nous avons eu de difficultés à réaliser
la soudure des pointes car nous devons respecter un alignement de 10 millimètres entre
les pointes sur la longueur et la largeur d’une part et respecter une inclinaison, de 600
pour les pointes d’autre part. De plus, avec la soudure des pointes, nous observons une
déformation de la plaque (voir photo 10). Cette déformation est due aux transformations
thermiques causées par la température de soudage.

Photo 10 : Broche réalisée par soudage

3.2. Conception d’une défibreuse manuelle

3.2.1. Des solutions et de nouvelles exigences


Face à ces problèmes de fabrication, nous avons conçu un autre modèle de
défibreuse tout en respectant d’autres exigences de fabrication. La broche de la
défibreuse sera en bois avec des pointes d’acier. Nous n’aurons donc plus de problèmes
de soudure ou de déformations dues à la température. Le matériel étant acheté, nous
devons faire une conception similaire à la précédente pour pouvoir utiliser la majorité
des pièces déjà réalisées.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 33


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.2.2. Description du fonctionnement selon le cahier de charge


Notre défibreuse est manuelle. Elle est constituée d’une broche supérieure, d’une
broche inférieure, d’un bâti composé de trois supports, de deux axes de guidage, de
quatre supports de guidage, de deux portes-broche et des éléments d’assemblages. La
broche supérieure est maintenue par les portes-broches sur la glissière. La figure
suivante présente la défibreuse après la conception.

Elle est faite d’un mécanisme simple : un mouvement de translation alternatif. La


broche supérieure est mise en mouvement de translation alternatif par l’utilisateur. Son
guidage est assuré par les portes-broche qui coulissent sur les axes de guidage de la
glissière.

Figure 8: Défibreuse manuelle

3.2.3. Rôle et description des différents éléments de la défibreuse

Le bâti

Il est composé de deux supports et d’une base. Ces trois éléments ont été
assemblés à l’aide des cornières et des boulons. Il a pour rôle d’assurer le maintien en
position des autres éléments de la défibreuse.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 34


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 9 : Le bâti de la défibreuse

La broche supérieure

La broche supérieure est composée des pointes alignées sur une planche en bois.
Elle est une pièce maitresse de l’équipement. Son montage, son démontage et sa
fabrication nécessite plusieurs efforts et calcul. Elle représente l’outil de la défibreuse.

Figure 10 : La Broche supérieure

La broche inférieure

Elle est composée de quatre rangées de pointes alignées sur une planche en bois.
Elle est aussi une pièce maitresse de la défibreuse. Elle joue le rôle de la broche de

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 35


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

découpe car c’est entre ses pointes que la séparation de fibre se fait et c’est elle qui garde
les déchets indésirables des fibres.

Figure 11 : La Broche inférieure

La glissière

La glissière est un sous ensemble composé de quatre supports de guidage et deux


axes de guidage sur lesquelles coulisse la broche supérieure. Elle assure le guidage en
translation de la broche supérieure.

Figure 12: Le support de guidage

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 36


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.2.4. Quelques analyses techniques de la conception

Choix des matériaux

Le choix d’un matériau se fait sur un compromis entre ses propriétés, et les
contraintes qu’il doit satisfaire. Chaque matériau possède des propriétés physiques,
chimiques, mécaniques et thermiques. Nous devons aussi tenir compte du coût du
matériau, la disponibilité et l’usage pour choisir le type de matériau dans une
construction mécanique. Nous avons utilisé fondamentalement deux matériaux dans la
fabrication de la défibreuse : le bois et l’acier.

Le bâti (support et base) est en bois compte tenu de son rôle dans le
fonctionnement de l’équipement. Il n’est pas soumis à une charge importante. Pour
éviter des problèmes de fabrication, nous avons choisi le bois pour les planches des
broches (voir paragraphe 3.2.1.). Les autres pièces (axe, support de guidage, porte
broche, cornière) sont en acier ordinaire.

Dimensionnement des axes de guidage

3.2.4.2.1. Etude dynamique de l’axe de guidage

La défibreuse comporte deux axes dont le rôle est le guidage en translation de la


broche supérieure. Cette dernière étant en mouvement de translation sur les axes, ils
sont soumis principalement au poids de la broche supérieure (et aussi des portes broches)
(voir figure 13).

La charge linéaire uniformément repartie q représente l’ensemble des portes


broche et de la broche supérieure. Elle s’étend sur une longueur de 400mm (longueur de
la broche supérieure). Elle est située à une distance α du point A selon la position de la
broche dans son mouvement de translation. Faisons donc l’étude dynamique de l’axe de
guidage pour trouver la position α de la broche qui fournit un moment fléchissant
maximal.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 37


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 13: Schématisation du chargement d’un axe de guidage dans une position α

Etudions le système lorsque la charge est située à une distance α du point A. On a :

  50 ; 550  .

o Réactions aux appuis :

  750   
 RB  RE  q.l  RB  q.l. 900 
   
 l  l 
(  2  50) RB   950    2  RE  0  R  q.l. 150   
    E  
 900 

 4.q
R
 B  (750   )
9
D’où 
 R  4.q (150   )
 E 9

o Efforts tranchants et Moments fléchissants

Section 1 : x   0 ; 50

T ( x)  0

 M ( x)  0

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 38


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Section 2 : x  50 ;  

T ( x)   RB

 M ( x)  ( x  50).RB

Section 3 : x   ;   l 

T ( x)   RB  q ( x   )

 q
      
2
 M ( x ) ( x 50).RB
2
x

Section 4 : x    l ; 950

T ( x)   RB  q.l

  l
 M ( x )  ( x  50).RB  q.l .  x    
  2

Section 5 : x  950 ; 1000 

T ( x)  0

 M ( x)  0

Section critique

Au niveau de la section critique xc , le moment fléchissant est maximal et l’effort


tranchant est nul.

T ( x)  0   RB  q( xc   )  0

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 39


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

 RB  q ( xc   )
RB
 xc   
q
RB
 xc  
q
1  4.q 
 xc     (750   ) 
q 9 
4
 xc    (750   )
9
Moment fléchissant maximal

q
M max ( )  ( xc  50).RB   xc   
2

2
2
 4  4.q q 4 
M max ( )    (750   )  50  (750   )    (750   )   
 9  9 2 9 
4.q  1400 7 
M max ( )   87500    2 
9  3 9 
Déterminons la valeur de  pour laquelle M max est maximal.

4.q  1400 2  7 
M 'max ( )  0    0
9  3 9 

1400 2  7
   0
3 9
1400 14
  
3 9
   300 mm
Cette position correspond à la position médiane du système.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 40


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Donc au cours de son mouvement, la position qui entraine un déplacement


maximal dans l’axe est la position médiane (figure 14). Nous utiliserons cette position
pour dimensionner l’axe de guidage.

Figure 14: Schéma statique de dimensionnement de l'axe de guidage

3.2.4.2.2. Détermination du diamètre minimal des arbres de guidage

L’axe est soumis à une flexion. On désigne par :

P : le poids de l’ensemble Broche et portes broche ;

q : la charge uniformément répartie sur un axe ;

q’ : la charge uniformément répartie sur les deux axes ;

Pb : le poids de la broche ;

Pp : le poids d’une porte-broche ;

l : la longueur de la broche ;

RB : la réaction au niveau de l’appui B ;

RE : la réaction au niveau de l’appui E ;

M : le moment fléchissant ;

Mmax: le moment fléchissant maximal ;

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 41


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

 max : la contrainte normale maximale ;

I : le moment quadratique de la section de l’axe ;

s : le coefficient de sécurité ;

Re : la limite d’élasticité du matériau ;

Rp : résistance pratique ;

D : le diamètre de l’axe ;

o Calculons d’abord la valeur de la charge répartie q

q' P P
q or q'  , donc on a q 
2 l 2.l

P  Pb  2.Pp
P  35  2 * 4 (Voir annexe1 et 2)
P  43 N

l  0.4m
43
Donc q
2 * 0.4

q = 53,75 N/m

Dans la suite, nous prendrons q=54 N/m.

o Les réactions aux appuis

1
A l’équilibre statique, on a RE = RB = .q.l
2

54 * 0.4
RB  RE 
2
RB  RE  10,8 N

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 42


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o Diagramme des efforts tranchants

o Diagramme des moments fléchissants

o Détermination de D

La section critique est au milieu de l’axe (xc=0,5 m) et le moment fléchissant maximal


est Mmax = 3,78 N.m.

La condition de résistance d’une poutre droite en flexion simple est :

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 43


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

M max R I  .D3
 R p or Rp  e et  .
I s ymax 32
ymax

32.s.M max
On a : D 3
 .Re

s3
Re  185.106 Pa
32  3  3,78
D 3
3,14  185.106

D  8,55mm

Pour assurer un bon guidage et pour éviter les effets de flambement, nous avons choisi
un diamètre de 18 mm. Donc dans la suite nous utiliserons D=18 mm .

Choix des ajustements

Un ajustement est constitué par l’assemblage de deux pièces de même dimension


nominale. Il est désigné par cette dimension suivie des classes de tolérance
correspondant à chaque pièce, en commençant par l’alésage. La position relative des
intervalles de tolérance détermine le type d’ajustement (avec jeu, avec serrage ou
incertain).

Pour le bon fonctionnement de la défibreuse il faut bien choisir les ajustements.


La broche (broche et porte-broche) est montée sur les axes de guidage avec un jeu
(glissement). Il s’agit d’un ajustement avec jeu. Le type d’ajustement convenant à cet
assemblage est 18 H 8 f 7 [8]. Les diamètres en millimètre de l’axe et des bagues
16 27
sont respectivement : 1834 et 18 0 .

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 44


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.3. Exécution graphique

Nous présenterons sur les pages suivantes le dessin d’ensemble de la défibreuse


et les dessins de définitions des différentes pièces.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 45


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.4. Réalisation de la défibreuse

3.4.1. Réalisation de quelques éléments principaux

Le traitement des pointes

Avant d’être utilisé dans la fabrication des broches, les pointes d’acier ont été
préalablement traitées. Cette opération consiste d’abord à affuter les pointes pour
qu’elles soient bien pointures et tranchantes puis ensuite couper la tête de ces dernières.
La photo suivante nous présente une pointe normale et une pointe traitée.

Photo 11: Une pointe normale et une pointe traitée

Le bâti

Il est constitué de trois planches (voir 4.2.3.1.) : le support (2) et la base. Elles
sont reliées entre elles par des cornières de liaison.

Les différentes étapes de réalisation et de montage du bâti peuvent être résumées


de la manière suivante :

o Réaliser dans une scierie tout en respectant les dimensions et l’épaisseur des
planches ;
o Faire les différents perçages sur les planches tout en respectant les diamètres et
les positions de ces derniers ;

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 57


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o Monter les supports sur la base avec les cornières ;


o Boulonner puis serrer l’ensemble.

La broche supérieure et la broche inférieure

Les broches supérieure et inférieure sont composées d’une planche en bois et des
pointes d’acier traitées.

Les différentes étapes de réalisation des broches peuvent être résumées de la


manière suivante :

o Réaliser dans une scierie tout en respectant les dimensions et l’épaisseur des
planches ;
o Tracer les positions des pointes sur les planches ;
o Faire les avant trous dans ces positions (photo 12) ;
o Percer des trous de diamètre 4mm sur les planches en ces points ;
o Mettre les pointes toute en respectant l’inclinaison.

Photo 12: Perçage de la planche pour l'enfoncement des pointes.

Les axes de guidage

Les axes de guidage sont réalisés au tour. Nous présentons ci-dessous les
différentes opérations conduisant à l’obtention de cette pièce.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 58


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 5: Fabrication de l'axe de guidage

Etapes Opérations Machines / Outils

1 Débit : Acier ordinaire ϕ20 Magasin

Longueur de coupe 1200 Scie mécanique

2 Tournage complet : -tour parallèle (montage mixte

-assurer les spécifications ; avec lunette)

- dresser la barre ;

- charioter la barre en 2 passes


16
-relever la cote finie 18 34

3 Sciage - Scie mécanique


- Lime
- Scier l=1000 mm
- Etabli
- Ebavurage
- Vérification de l’intervalle de
tolérance

3.4.2. Montage et démontage de l’équipement


L’objet technique peut être monté de plusieurs manières. Mais voici celle que nous
proposons. Monter :

o le bâti,
o les supports de guidage,
o les axes,
o les porte-broches sur la broche supérieure,
o l’ensemble porte-broche + broche sur les axes,
o les vis de blocage.

Pour le démontage, commencer par la dernière étape du montage.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 59


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

3.5. Maintenance de la défibreuse

La maintenance est d’une importance capitale pour la bonne tenue d’un


équipement et pour sa durée de vie. Etant manuelle, notre défibreuse ne demande pas
assez de maintenance. Mais pour un bon fonctionnement, nous devons suivre les
recommandations suivantes :

o assurer la lubrification régulière des axes de guidage au début et au cours du


travail afin de faciliter le glissement de la broche supérieure ;
o nettoyer les broches supérieure et inférieure à la fin du travail;
o serrer les axes de guidage sur les supports de guidage ;
o démonter la broche supérieure pour le nettoyage complet ;
o en cas de blocage de la broche supérieure, vérifier l’alignement des pointes.

3.6. Estimation de coût de la défibreuse

Bien que l’aspect technique soit primordial, l’aspect économique est aussi
important dans la conception d’un équipement. Nous allons à présent estimer le coût de
notre défibreuse.

L’estimation du coût de réalisation de la défibreuse est faite dans le cas d’une


machine unitaire. Elle est fonction du coût de la matière première, du coût des
accessoires, du coût de fabrication (usinage et montage), du coût de la conception et du
coût de la main d’œuvre. Les tableaux suivants présentent les détails du coût de la
défibreuse manuelle.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 60


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 6: Coût de la matière première de la défibreuse Cm

Désignations Unités Quantités Prix Montants


unitaire (FCFA)
(FCFA)

Fer rond Ø 20 Barre (6m) 1/2 12 000 6 000

Fer cornière L Barre (6m) 1/6 5 000 850


40*40*1.5

Fer plat 40*1.5 Barre (6m) 1/2 3 000 1 500

Fer rond creux Ø 18-26 Barre (6m) 1/2 6 000 3 000

Pointe d’acier Ø4.5-120 1 kg (environ 70 4 800 3 200


pointes)

Bois (Ebène) Madrier 1 18 000 18 000

Total Cm 32 550

Tableau 7 : Cout de fabrication de la défibreuse Cf

Désignations Montants (FCFA)

Usinage du bois 17 000

Usinage des métaux 6 000

Soudage 5 000

Montage 3 000

Total Cf 31 000

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 61


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 8: Coût des accessoires de la défibreuse Ca

Désignations Quantités Prix unitaire Montants (FCFA)


(FCFA)

Vis à bois M6-40 4 50 200

Boulon M10-45 24 150 3 600

Boulon M12-60 4 200 800

Boulon M6-30 4 100 400

Rondelle plate 10 24 25 600

Rondelle plate 12 4 35 140

Electrode 3,15 1 paquet 5 200 5 200

Peinture ½ kg 2 000 1000

Papier verre ½ mètre 600 300

Total Ca 12 240

Nous avons évalué le coût de la conception à 100 000 FCFA ; soit cinquante (50)
heures de travail à 2000 FCFA. En supposant un amortissement du coût de la conception
pour dix (10) défibreuses, le cout de la conception devient 10 000 FCFA.

Cc = 10 000 FCFA

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 62


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 9: Coût total de la défibreuse C

Eléments Montant

Cout de la matière première Cm 32 550

Cout de fabrication Cf 31 000

Coût des accessoires 12 240

Cout de la conception Cc 10 000

Total C 85 790

En faisant une majoration de 10% sur le total, le coût global de la défibreuse est 94 369
FCFA.

3.7. Conclusion Partielle

Nécessaire pour le traitement des déchets de fibre, la défibreuse est un


équipement qui a une structure complexe qu’on n’imaginait pas. Sa conception et surtout
sa réalisation nécessite des calculs minutieux pour la disposition des pointes et le
montage de l’ensemble. Le POTEMAT peut désormais traiter les déchets de fibre et
réaliser de nouveaux matériaux biosourcés.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 63


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Chapitre 4 : Etude, conception et réalisation d’une thermo-


presse

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 64


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.1. Etude de la thermo-presse

4.1.1. Cahier de charge


Indispensable pour la réalisation des panneaux, la thermo-presse est l’un des
équipements dont nous ne disposons pas dans les laboratoires de recherches à
l’Université d’Abomey Calavi. Pour la réalisation des panneaux avec les résidus
cotonniers, le POTEMAT a besoin d’une thermo-presse qui permettra de réaliser des
échantillons d’épaisseur allant jusqu’à 30 mm et de dimensions allant à 400 mm sur 400
mm. Elle doit permettre de faire des compressions isothermes (à température constante).
Le système peut être manuel et sans contrôle de la pression de compression. Le système
de chauffage doit être électrique et fonctionnel sous 220 V / 50 Hz.

4.1.2. Généralité sur les thermo-presses


La thermocompression est un procédé très productif qui permet d’emboutir des
composites. Particulièrement adaptée aux composites enduits d’une résine
thermoplastique et aux matériaux biosourcés, ce procédé permet d’obtenir d’un seul
coup de presse une pièce formée et finie, d’épaisseur éventuellement variable, avec
possibilité d’afficher un revêtement (tissu ou film) ou d’accrocher des inserts. La
combinaison du matériau et de la résine peut réaliser des performances très élevées en
termes de gain de masse, de tenue mécanique, de résistance aux chocs et de résistance
au feu. La figure suivante schématise le procédé de thermocompression.

Figure 15: Principe de la thermocompression [9]

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 65


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Les thermo-presses permettent donc de former des matériaux par compression et


chauffage simultanément. Elles comportent une matrice ou un moule déterminant la
forme des pièces à former. Les thermo-presses modernes permettent de contrôler la
température et la pression de thermocompression au cours du moulage.

Figure 16: Thermo-presse pour le recyclage des plastiques [10]

Ils existent d’autre type de thermo-presses utilisées dans le textile. Il s’agit des
thermo-presses utilisées pour les opérations d’impression, de transfert ou de flocage sur
les vêtements.

Figure 17: Thermo-presse pour le textile [11]

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 66


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.1.3. Généralité sur les presses


La presse est une machine destinée à comprimer les corps, soit pour en réduire le
volume, soit pour y marquer une empreinte, soit pour en faire sortir un liquide. Elles
sont utilisées dans les unités de production pour l’exécution des travaux nécessitant des
efforts importants. Elles sont utilisées pour les opérations d’extraction de liquide (jus ou
huile), de moulage, de forgeage, de collage, de pliage, de sertissage, d’emboutissage…
Ainsi selon le mode de fonctionnement, nous pouvons classer les presses en trois
catégories : les presses hydrauliques, les presses pneumatiques et les presses
mécaniques.

o Les presses hydrauliques

Elles sont généralement de grandes dimensions. Le déplacement du dispositif de


presseur est assuré par un ensemble cylindre-piston mû par un liquide qui produit la
pression nécessaire.

Figure 18: Presse hydraulique à colonne [12]

o Les presses pneumatiques

Le fonctionnement des presses pneumatiques est similaire à celui des presses


hydrauliques. La différence est que l’ensemble cylindre-piston est mû par de l’air
comprimé.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 67


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 19: Presse pneumatique pour marquage [12]

o Les presses mécaniques

Elles sont munies d’un système de presseur purement mécanique. Le


déplacement des dispositifs presseurs est assuré par un système vis-écrou, par un
système bielle et excentrique, par des engrenages ou par des cames.

Figure 20: Presse mécanique avec un système bielle-excentrique [12]

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 68


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 21 : Presse mécanique à système vis-écrou [12]

4.2. Présentation de la thermo-presse

4.2.1. Choix du mécanisme de la thermo-presse


Les presses hydrauliques et pneumatiques fournissent de grands efforts avec une
très bonne précision, mais leur fabrication est très coûteuse pour notre usage
(thermopressage des panneaux). De plus, notre thermo-presse est destinée pour élaborer
des échantillons de laboratoire, pas pour de grande production. Elle sera donc de type
mécanique avec un système vis-écrou.

En comparant les caractéristiques des différents types de filets (Annexe 2.2), les
filets à pas carré correspondent au système vis-écrou du mécanisme de notre thermo-
presse. Car ce type de filets à un très bon rendement et est adapté aux transformations
de mouvements.

4.2.2. Récupération d’une presse d’emboutissage de moule (2) de tuile


flamande
Réalisé en 1998 par Abdon E. HOUNKPE, la presse d’emboutissage de moule
(2) de tuile flamande de la photo suivante est utilisée pour emboutir des feuilles de tôles
afin d’obtenir des moules (2) de tuile flamande. Comme d’autres anciennes machines
dans l’atelier de fabrication de l’EPAC, cette presse ne sert plus à rien.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 69


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Photo 13: Presse d'emboutissage de moule (2) de tuile flamande

Elle est constituée d’un même type de mécanisme que notre thermo-presse
(système vis-écrou à pas carré). Nous allons ainsi récupérer des éléments de cette presse
pour la réalisation de notre thermo-presse. Pour cela, après dimensionnement de la
thermo-presse, nous allons choisir les éléments de cette presse pouvons-nous servir dans
notre réalisation.

4.2.3. Description et fonctionnement de la thermo-presse

4.2.3.1. Description

La thermo-presse est composée :

o d’un système vis-écrou qui assure le mouvement de la plaque supérieure (voir


figure 22) et la transmission de l’énergie.
o d’un bâti qui supporte le mécanisme, la plaque inférieure et le moule (matrice).
Il permet aussi d’assurer le guidage en translation de la plaque inférieure.

La structure de notre thermo-presse peut être schématisée par la figure suivante.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 70


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 22: Schématisation de la thermo-presse

Légende et désignation

1 : Manivelle

2 : Ecrou à pas carré

3 : Montant du bâti

4 : Vis à pas carré

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 71


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

5 : Pièces de liaison

6 : Plaque chauffante supérieure (poinçon)

7 : Plaque chauffante inférieure et le moule (matrice)

8 : Table

Fm : force manuelle

Fe : force élémentaire

Ft : force de thermocompression

4.2.3.2. Schéma cinématique

Le mécanisme de notre thermo-presse est constitué de plusieurs pièces. Ces


pièces forment au total trois (3) classes d’équivalence dans le système. On entend par
classe d’équivalence un ensemble de pièces solidaires dans un mécanisme. Les trois
classes d’équivalence sont les suivantes :

A : manivelle et vis (1+4)

B : crapaudine + plaque chauffante supérieure (5+6)

C : bâti (2+3+7+8)

Les différentes liaisons entre ces classes d’équivalence sont dans le tableau suivant.

Tableau 10: Les types de liaison du mécanisme

Eléments Type de liaison Symbole

Liaison

B/A Pivot

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 72


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Liaison

A/C Hélicoïdale

B/C Liaison Glissière

La figure suivante nous présente le schéma cinématique de la thermo-presse.

Figure 23: Schéma cinématique de la thermo-presse

4.2.3.3. Fonctionnement

Apres avoir mis le mélange à compresser dans le moule, tourner la manivelle. Le


mouvement de rotation de la manivelle (ou levier) est communiqué à la vis à pas carré.
La vis étant en liaison hélicoïdale avec l’écrou, sa rotation donne en sortie une
translation et une rotation dépendantes. La translation de la vis est transmise à la
crapaudine et par suite à la plaque chauffante supérieure. Le guidage de l’ensemble
crapaudine-plaque chauffante supérieure est assuré par les fers plats de guidage.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 73


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Une fois sur le moule, mettre sous tension la thermo-presse et indiquer la


température de thermocompression voulue. Continuer la compression en manipulant le
levier. A la fin de la thermocompression, démonter le moule puis retirer le matériau.

La figure suivante nous présente un vue d’ensemble de la thermo-presse.

Figure 24: Vue d'ensemble de la thermo-presse

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 74


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.2.3.4. Caractéristiques

Selon le cahier de charge, les caractéristiques de la thermo-presse sont les


suivantes :

Dimensions maximales des plaques : 400 mm * 400 mm

Epaisseur maximale : 30 mm

Alimentation électrique : AC 220 volts

Température de pressage maximale : 200 0C

4.2.4. Rôle et description des éléments principaux

4.2.4.1. Le bâti

Il est composé des montants, des traverses, de la table et d’autres éléments de


fixation. Il représente l’élément de référence et supporte le mécanisme. Il permet aussi
d’assurer le guidage en translation de la plaque chauffante supérieure.

4.2.4.2. Le système vis-écrou

Il est composé d’une vis et d’un écrou à pas carré. C’est lui qui assure la
transmission de l’énergie et la transformation du mouvement de rotation du levier en un
mouvement de translation de la plaque chauffante dans la presse.

4.2.4.3. Le moule

Il est composé des fers plats d’épaisseur dix (10) millimètres boulonnés sur la
plaque chauffante inferieure. Il permet de donner la forme voulue au matériau.

Il peut être remplacé par un autre avec des dimensions inférieures à 400 mm sur
400 mm.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 75


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 25: Ensemble moule

4.2.4.5. Les plaques chauffantes

Ceux sont des plaques en aluminium permettant de chauffer le mélange au cours


de la thermocompression. Elles permettent une répartition plus au moins uniforme de la
chaleur au cours de la thermocompression.

Figure 26: Plaque chauffante

4.2.4.5. Les plaques d’isolation

Elles sont en acier avec une épaisseur de dix millimètre (10 mm). Avec de la laine
de verre, elles permettent de réduire les déperditions thermiques au cours de la
thermocompression.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 76


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 27: Plaque d'isolation

4.2.4.6. La crapaudine

C’est une pièce principale du mécanisme de la thermo-presse. En liaison pivot


avec la vis principale, elle permet de bloquer la rotation de la plaque pour avoir un
mouvement de translation.

Figure 28: Crapaudine

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 77


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.3. Dimensionnement des éléments principaux

4.3.1. Choix des matériaux


Comme nous l’avons expliqué plus haut (voir paragraphe 3.2.4.1.), le choix des
matériaux de fabrication d’un équipement se fait sur un compromis entre les propriétés
physiques, chimiques, mécaniques et thermiques de ces matériaux, et les contraintes
qu’ils doivent satisfaire. Il faut aussi tenir compte de la disponibilité et du coût des
matériaux. Nous avons utilisé fondamentalement l’aluminium et l’acier dans la
conception de la thermo-presse.

Les plaques chauffantes sont en aluminium car c’est un matériau qui a une faible
résistance à la chaleur. Il est un bon conducteur de chaleur (conductivité thermique
225,94 W/ (m.K) [13]) et accessible. Les plaques d’isolation et le moule sont en acier
ordinaire car c’est un matériau doté d’une bonne résistance thermique et facilement
accessible. Le bâti et les autres éléments sont en acier ordinaire pour des raisons de
résistance mécanique.

4.3.2. Poids de quelques pièces


On designe par :

Pc : le poids de la plaque chauffante supérieure ;

Vc : le volume de la plaque chauffante supérieure ;

Pi : le poids de la plaque d’isolation ;

Vi : le volume de la plaque d’isolation ;

Pp : le poids du fer U du palonnier ;

Vp : le volume du fer U du palonnier

Pcra : le poids de la crapaudine ;

Vcra : le volume de la crapaudine ;

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 78


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Ppal : le poids du palonnier et de ses semelles ;

Vpal : le volume du palonnier et de ses semelles ;

 al : la masse volumique de l’aluminium ;

a : la masse volumique de l’acier ;

o Poids de la plaque chauffante supérieure Pc

Pc  al .Vc .g

Pc  al .Vc .g
Vc  400 * 400 *30mm 3
Vc  4,8.103 m 3
al  2500kg / m 3
donc on a:
Pc  4,8.103 * 2500 *10
Pc  120 N

o Poids de la plaque d’isolation Pi

Pi  a .Vi .g
Vi  400 * 400 *10mm3
Vi  1,6.103 m3
a  7800kg / m3
donc on a:
Pi  125 N

o Poids du fer U du palonnier Pp

Pp  105 N [14]

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 79


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o Poids de la crapaudine Pcra

Pcra  30 N [14]

o Poids de palonnier et de ses semelles Ppal

Ppal  45 N [14]

4.3.3. La force de thermopressage


La force de thermopressage Ft exercée sur le matériau dépend de la force
manuelle Fm exercée par l’utilisateur. Déterminons la force Ft en fonction de Fm.

LL Pas
Le moment exercé par l’utilisateur sur la vis est : M  Fm.  Fe. avec
2 2
LL la longueur du levier.

LL Pas Fm.LL .
On a donc Fm.  Fe.  Fe =
2 2 Pas

Or Ft  Fe  (Pi  Pc  Ppal  Pp  Pcra) donc

Fm.LL .
Ft   (Pi  Pc  Ppal  Pp  Pcra )
Pas
En prenant un pas de 10 mm pour la vis à pas carré et un levier de longueur
LL= 700 mm, on a :

Ft  425  220.Fm (N)

Pour le dimensionnement des pièces de la presse, nous utiliserons la valeur maximale


de la force manuelle. La force de préhension manuelle maximale pour un Homme
normal est de 500 N. [15]

Fm  500N

D’où Fe  110 000 N et Ft  110 425 N

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 80


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.3.4. Dimensionnement

4.3.4.1. Le diamètre de l’axe du palonnier

L’axe du palonnier est soumis à une contrainte de cisaillement au cours de la


remonté de la plaque chauffante supérieure.

La force de cisaillement est la résultante du poids de la plaque chauffante


supérieure, du poids de la plaque d’isolation supérieure, du poids du fer U du palonnier
et du poids du palonnier.

F  Pc  Pi  Ppal  Pp

La contrainte de cisaillement est :

F

S
Pc  Pi  Ppal  Pp

.d 2
4

Rp Re R
La condition de résistance est :  or R p  donc   e
2 s 2.s

8.s.(Pc  Pi  Ppal  Pp )
On a donc d
.R e

8x3.(120  125  45  105)


d
.185

d  4,04mm

Le diamètre de l’axe du palonnier étant 20 mm, elle pourra supporter les efforts.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 81


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.3.4.2. Dimensionnement de la vis à pas carré

Au cours du fonctionnement de la presse, la vis est soumise à la force Fe


qu’exerce la crapaudine sur cette dernière. Elle est soumise à une compression.

o Détermination le diamètre dn du noyau de la vis à pas carré.

La condition de résistance est :   Rp

Fe R e
  Rp  
d 2n s
4

4.s.Fe
dn 
.Re

La vis est en acier S235 donc Re=235 MPa

4x3x110000
dn 
3,14x235

d n  42,30 mm

Le diamètre de fond de la vis à pas carré est 48 mm, donc la condition de résistance est
satisfaite, d n  48mm .

o Détermination de la longueur de la vis à pas carré.

Au cours de sa compression, la vis peut se flamber. La charge maximale pour éviter le


flambement de la vis est :

2 .E.I 2 .E.I
Fcr  2 or Le  2.L v donc Fcr  .
Le 4L2v

Fcr est la charge critique d’Euler .

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 82


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Le est la longue effective.

La condition de résistance est Fe  Fcr

2 .E.I
Fe  Fcr  Fe 
4L2v

2 .E.I .d 4n
Lv 
2
or I  donc on a :
4.Fe 64

.d 2n .E
Lv  .
16 Fe

L v  1080,38 mm

La longueur de la vis à pas carré étant 455 mm, elle satisfait parfaitement la condition
de résistance.

4.3.4.3. Dimensionnement de l’écrou à pas carré

Au cours du thermopressage, l’écrou est soumis à un cisaillement sur sa surface


latérale. Calculons alors la hauteur H de l’écrou pour qu’il puisse résister aux efforts de
cisaillement. La contrainte de cisaillement est :

Fe Fe
 donc  
S .d n .H

Rp Re R
La condition de résistance est :  or R p  donc   e
2 s 2.s

Fe R
On a donc :  e
.d n .H 2.s

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 83


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

2.Fe.s
D’où H
.d n .R e

2  3  110000
H
3,14  235  48
H  18,63 mm

La hauteur de la vis étant 50 mm, la condition de résistance est satisfaite. D’où


H=50mm .

4.3.4.4. Calcul du diamètre des boulons utilisés pour la fixation de l’écrou dans la
traverse

Ces boulons permettent de maintenir l’écrou à pas carré dans la traverse. Ils sont
Fe
soumis au cisaillement sous l’action de la force exercée sur chaque fer U de la
2
traverse. Il s’agit du dimensionnement d’un assemblage boulonné. Le nombre de
boulons est 2. La contrainte de cisaillement est :

Fe
Fe Fe
  2 donc   
2.S .d 2b .d 2b
4
4

Rp Re
La condition de résistance est :  or R p  R e donc  
2 2

Fe R e
On a donc : 
.d 2b 2

2.Fe
D’où db  . D’où d b  17,26 mm
.R e

Nous pouvons donc utiliser les boulons de diamètre 24mm. Soit des boulons M24.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 84


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.3.4.5. Vérification de la résistance des montants

Les montants sont conçus avec les rails (figure 30). Ils sont soumis à la compression au
cours du thermopressage.

Figure 29: Section des montants

Nous allons d’une part vérifier la résistance des montants à la compression et d’autre au
flambement.

Fe
o La contrainte de compression au quel est soumis un montants est :   4
S
avec S la section des montants.

La condition de résistance à la compression est :   Rp

Fe Re
  Rp  
4S s
Fe Re
 
4  0.238h 2 s
1 s.Fe
h .
2 0.238.R e

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 85


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

1 3  110000
h .
2 0,238  235
h  38,40 mm

La hauteur des rails est h  60 mm. Donc la condition de résistances en compression


est respectée.

o La charge maximale pour éviter le flambement est :

2 .E.I 1 42 .E.I


Fcr  2 or Le  L M donc Fcr  .
Le 2 L2M

Fcr est la charge critique d’Euler.

Le est la longue effective.

LM est la longueur des montants.

Fe
La condition de résistance est  Fcr
4

Fe 16.2 .E.I
 Fcr  Fe 
4 L2M

16.2 .E.I
LM2
 or I  0.032h 4 donc on a :
Fe

0.032E
L M  4..h 4
Fe

LM  10906,51 mm

La longueur des montants étant 660 mm, il n’aura pas de flambement.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 86


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.3.5. Etude des ajustements


Les différents ajustements pour le bon fonctionnement de la presse sont d’une
part entre l’axe du palonnier et la crapaudine et d’autre part entre la bague du levier et
la vis à pas carré. Ces deux ajustements sont avec jeu (glissant). Nous avons donc un
ajustement 20H6h5 entre l’axe du palonnier et la crapaudine et un ajustement 36H9h8
entre la bague du levier et la vis à pas carré. Les différents diamètres ont été précisés
sur les dessins de définitions des pièces.

4.4. Transfert de chaleur dans la thermo-presse

4.4.1. La température du thermopressage


Comme cela a été précisé dans le cahier de charge fonctionnel, la température de
compression doit être contrôlée. Les propriétés physiques, chimiques et mécaniques des
plaques dépendent de la température de compression. Pour une thermocompression, la
température doit être inférieure à 1800C. Au-delà de cette température, les
caractéristiques mécaniques des plaques chutent. Les meilleures températures de
thermocompression se situent entre 1400C et 1800C. [16]

Pour ne pas trop limiter l’utilisation de la thermo-presse, nous avons choisir de


limiter la température à 2000C.

4.4.2. La dilatation thermique de la plaque chauffante supérieure


Au cours du chauffage, les plaques chauffantes seront dilatées. Cette dilatation a
pour conséquence une augmentation des dimensions des plaques. La plaque chauffante
inférieure étant libre, la dilatation sera sans contrainte. Pour permettre l’ajustement
plaque chauffante-moule au cours de la thermocompression, déterminons les
dimensions de la plaque à la température ambiante pour qu’à 2000C, l’ajustement puisse
être possible.

Les études ont montrées que la variation de température et la variation des


dimensions d’un objet sont liées par la relation suivante :

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 87


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

   .T [17]

L L  L0
Où  est la déformation unitaire    ;
L0 L0

 est le coefficient de dilatation thermique du matériau ;

T la variation de température T  T  T0 .

L  L0
On peut écrire   (T  T0 ) .
L0

Déterminons L0 pour qu’à T = 200 0C, L soit égale à 400 mm.

L  L0 L
  .(T  T0 ) donc L0 
L0 1   .(T  T0 )

T=200 0C ; T0=25 0C ; L=400 mm et  = 2.36 . 10-5 0C-1

0,4
L0  ; L0  0,398m
1  2,36.105 (200  25)

La longueur initiale de la plaque chauffante est donc 398 mm.

4.4.3. Isolation des plaques chauffantes


Pour garantir un environnement viable avec moins de chaleur à l’utilisateur et
pour éviter les déperditions thermique au cours du thermopressage, une isolation
thermique des plaques chauffantes est indispensable. Cette isolation peut se faire en
utilisant de la laine de verre. La laine de verre sera introduite entre les deux plaques (voir
figure 30)

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 88


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Figure 30: Isolation de la plaque chauffante

Cette isolation nous permet de diminuer la température sur la surface supérieure


de la plaque. Elle nous permet de créer une résistance thermique pour éviter les
déperditions.

el e
Rth   a avec
l .S a .S

el l’épaisseur de la laine de verre

ea l’épaisseur de la plaque d’isolation

l  0,042 W / m.K [18] la conductivité thermique de la laine de verre

a  45 W / m.K [18] la conductivité thermique de l’acier

S l’aire de la surface de la plaque d’isolation.

1  0,01 0,01 
Rth  
0,4  0,4  0,042 45 
Rth  1,50 0C / W

0
Soit une diminution de 1,50 C par unité de puissance de chaleur.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 89


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.4.4. Circuit électrique du chauffage des plaques chauffantes


Nous avons utilisé un circuit électrique pour réguler la température de la thermo-
presse. Ce circuit nous permet de maintenir la température des plaques chauffantes à
celle choisie par l’utilisateur. Il est constitué :

o un régulateur de température (thermostat) 00C – 4000C


o un contacteur D-09 : 220 V
o un disjoncteur bipolaire
o des résistantes chauffantes

Le schéma électrique du circuit est représenté sur la figure suivante.

Figure 31: Schéma électrique de la thermo-presse

4.5. Exécution graphique

Nous présenterons ci-dessous le dessin d’ensemble de la thermo-presse et les


dessins de définitions des différentes pièces.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 90


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.6. Réalisation de la Thermo-presse

4.6.1. Etude de fabrication de quelques pièces


L’étude de fabrication permet de préparer théoriquement les travaux relatifs à la
fabrication d’une pièce dans les ateliers. Elle se traduit par la gamme d’usinage.

4.6.1.1. La gamme d’usinage

La gamme d’usinage consiste à organiser en suite logique et chronologique toutes


les opérations nécessaires à la fabrication d’une pièce mécanique à parti du brut. Elle
permet de préciser les phases, les sous phases, les opérations, passes d’usinage, les
outils, les machines nécessaires et les conditions de mise en position et de maintien en
position de la pièce au cours de l’usinage. Nous avons fait ci-dessous les gammes
d’usinage de la plaque inférieure et de la plaque supérieure.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 108


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.6.1.2. Plaque chauffante inférieure

PROJET D’ETUDE DE FABRICATION Thermo-presse

Pièces : Plaque chauffante inférieure Matière : Aluminium Brut : 420x420x40 Nombre : 1

Phase Sous phase et opération Machines-outils Schéma de phase


Outil d’exécution et de
contrôle

10 Contrôle de brut -Réglet

- PC au 1/10e

- Mètre à ruban de 5 m

20 Fraisage Fraiseuse universelle (FU)

o A - Montage par bridage sur


la table de la FU
Appui plan sur B1
- Fraise 2 tailles
Appui sur linéaire A
- Mètre à ruban de 5 m
Appui ponctuel sur B - PC au 1/10e
- Surfaçage de B2

Ebauche (écroutage) avec


une passe de 6 mm

Finition avec une passe de 4


mm

Cf = 30 mm

- Usinage de profil de la
face C en deux passes de
5mm

Cf = 410 mm

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 109


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o B

Appui plan sur B1 - Montage par bridage sur


la table de la FU
Appui sur linéaire B
- Fraise deux tailles
Appui ponctuel sur C
- Mettre à ruban 5 m
Usinage de profil de la
surface D en deux passes de
5mm

Cf = 410 mm

o C

Appui plan sur B1 - Montage par bridage sur


la table de la FU
Appui sur linéaire C
- Fraise deux tailles
Appui ponctuel sur B
- Mettre à ruban 5 m
Usinage de profil de la
surface A en deux passes de
5 mm

Cf = 400 mm

o D

Appui plan sur B1 - Montage par bridage sur

Appui sur linéaire D la table de la FU


- Fraise deux tailles
Appui ponctuel sur A
- Mettre à ruban 5 m
Usinage de profil de la
surface B en deux passes de 5
mm

Cf = 400 mm

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 110


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

30 Traçage - Etabli

Tracer les positions et - Pointe à tracer


-
pointer les trous. PC au 1/10e
- réglet
- pointeau

40 Perçage Perceuse radiale (PR)

o A - Montage par bridage sur


la table de la PR
Appui plan sur A
- Forêt ϕ6,5
Appui sur linéaire B2
- Mandrin de perçage
Appui ponctuel sur D

Perçage des 4 trous ϕ6,5 mm


sur la face C

o B

Appui plan sur B - Montage par bridage sur


la table de la PR
Appui sur linéaire B2
- Forêt ϕ6,5
Appui ponctuel sur A
- Mandrin de perçage
Perçage des 4 trous ϕ6,5 mm
sur la face D

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 111


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o C

Appui plan sur C - Montage par bridage sur


la table de la PR
Appui sur linéaire B2
- Forêt ϕ6,5
Appui ponctuel sur D
- Mandrin de perçage
Perçage des 4 trous ϕ6,5 mm
sur la face A

o D

- Montage par bridage sur


Appui plan sur D
la table de la PR
Appui sur linéaire B
- Forêt ϕ6,5 mm
Appui ponctuel sur A - Mandrin de perçage
Perçage des 4 trous ϕ6,5 mm
sur la face B

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 112


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o E

Appui plan sur B2 - Montage par bridage sur


la table de la PR
Appui sur linéaire A
- Forêt ϕ6,5 mm
Appui ponctuel sur D
- Forêt ϕ4 mm
Perçage des 4 trous ϕ6,5 mm - Mandrin de perçage
et 6 trous ϕ4 mm sur la face
B1

50 Traraudage des trous perçés - Etabli


- Jeu de tarauds M8
- Tourne à gauche
- Burette à huile

60 Contrôle final - PC
- Mettre à ruban

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 113


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.6.1.3. Plaque chauffante supérieure

PROJET D’ETUDE DE FABRICATION Thermo-presse

Pièces : Plaque chauffante supérieure Matière : Aluminium Brut : 420x420x40 Nombre : 1

Phase Sous phase et opération Machines-outils Schéma de phase


Outil d’exécution et de
contrôle

10 Contrôle de brut -Réglet

- PC au 1/10e

- Mètre à ruban de 5 m

20 Fraisage Fraiseuse universelle (FU)

o A - Montage par bridage sur


la table de la FU
Appui plan sur B1
- Fraise 2 tailles
Appui sur linéaire A
- Mètre à ruban de 5 m
Appui ponctuel sur B - PC au 1/10e
- Surfaçage de B2

Ebauche (écroutage) avec


une passe de 6 mm

Finition avec une passe de 4


mm

Cf = 30 mm

- Usinage de profil de la
face C en deux passes de
5mm

Cf = 410 mm

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 114


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o B

Appui plan sur B1 - Montage par bridage sur


la table de la FU
Appui sur linéaire B
- Fraise deux tailles
Appui ponctuel sur C
- Mettre à ruban 5 m
Usinage de profil de la
surface D en deux passes de
5mm

Cf = 410 mm

o C

Appui plan sur B1 - Montage par bridage sur


la table de la FU
Appui sur linéaire C
- Fraise deux tailles
Appui ponctuel sur B
- Mettre à ruban 5 m
Usinage de profil de la
surface A en deux passes de
5 mm

Cf = 400 mm

o D

Appui plan sur B1 - Montage par bridage sur

Appui sur linéaire D la table de la FU


- Fraise deux tailles
Appui ponctuel sur A
- Mettre à ruban 5 m
Usinage de profil de la
surface B en deux passes de 5
mm

Cf = 400 mm

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 115


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

30 Traçage - Etabli

Tracer les positions et - Pointe à tracer


-
pointer les trous. PC au 1/10e
- réglet
- pointeau

40 Perçage Perceuse radiale (PR)

o A - Montage par bridage sur


la table de la PR
Appui plan sur B2
- Forêt ϕ6,5 mm
Appui sur linéaire A
- Forêt ϕ4 mm
Appui ponctuel sur D - Mandrin de perçage
Perçage des 4 trous ϕ6,5 mm
et 6 trous ϕ4 mm sur la face
B1

50 Traraudage des trous perçés - Etabli


- Jeu de tarauds M8
- Tourne à gauche
- Burette à huile

60 Contrôle final - PC
- Mettre à ruban

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 116


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.6.2. Réalisation du circuit électrique


Les différentes étapes de réalisation du circuit électrique peuvent varier d’un
technicien à un autre. Nous proposons les étapes dans l’ordre suivant :

 souder les résistances chauffantes sur les fils électriques ;


 protéger les fils avec la gaine d’isolation ;
 mettre les résistances chauffantes dans les plaques chauffantes ;
 connecter les fils à l’aide des dominos pour mettre les résistances en série ;
 effectuer le branchement des éléments du circuit (contacteur, thermostat,
interrupteur)

Apres la réalisation du circuit, il est préférable de placer les éléments sur un support (un
tableau par exemple).

4.6.3. Montage et démontage de la thermo-presse


L’objet technique peut être monté de plusieurs manières. Mais voici celle que
nous proposons pour la thermo-presse. D’abord, faire les sous-ensembles suivant :

Sous-ensemble 1 : Bâti

o Souder les montants sur la table ;


o Souder les traverses et les renforts de traverse sur les montants ;

Sous-ensemble 2 : Vis-écrou

o Monter le levier sur la vis à pas carré avec la clavette


o Monter l’écrou sur la vis à pas carré

Sous-ensemble 3 : Plaque supérieure

o Mettre de la laine de verre sur la plaque chauffante ;


o Assembler la plaque chauffante et la plaque d’isolation avec les vis.

Sous-ensemble 4 : Plaque inférieure

o Mettre de la laine de verre sur la plaque chauffante ;

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 117


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

o Assembler la plaque chauffante et la plaque d’isolation avec les vis ;


o Monter le moule sur la plaque chauffante.

Sous-ensemble 5 : Palonnier

o souder les semelles sur le palonnier ;


o monter l’ensemble sur le fer U de palonnier à l’aide des vis ;

Ensuite, monter :

 le sous-ensemble 2 sur le bâti ;


 la crapaudine;
 le sous-ensemble palonnier ;
 le sous-ensemble 3
 les fers de guidage ;
 monter le sous-ensemble 4 ;
 vérifier l’alignement des plaques chauffantes.

Pour le démontage, commencer par la dernière étape du montage.

4.7. Maintenance de la thermo-presse

Etant manuelle, la thermo-presse ne demande pas assez de maintenance. Mais


pour un bon fonctionnement, nous devons suivre les recommandations suivantes :

o assurer le graissage régulier de la vis à pas carré ;


o au cours du montage et du démontage du moule, évité qu’il reçoive des chocs ;
o ne jamais presser les plaques chauffantes sans le matériau ;
o assurer le positionner et le guidage des plaques lors du moulage ;
o ne jamais dépasser une température de 2000C pour le chauffage des plaques.

4.8. Coût des différents travaux réalisés

La présente thermo-presse n’a pas été conçue dans le cas d’une production. Sa
conception et sa réalisation ont été orientées dans un concept d’outils de laboratoire.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 118


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Nous avons récupéré une emboutisseuse de moule de tuile pour la conception et la


réalisation de la thermo-presse. Nous ne pouvons donc pas estimer dans ce cas le coût
global de la thermo-presse. Nous avons estimé le coût des différents travaux réalisés sur
la thermo-presse. Le coût des travaux réalisés est fonction du coût de la réalisation du
circuit électrique, du coût de la matière première, du coût des accessoires et du coût de
fabrication des pièces. Les détails des différents coûts sont énumérés dans les tableaux
suivants.

Tableau 11: Coût de la matière première de la thermo-presse

Désignations Quantités Prix unitaire Montants (FCFA)


(FCFA)

Plaque en aluminium 2 25 000 50 000


420x420x40 mm3

Plaque en acier 1200x500x10 1 20 000 20 000


mm3

Fer plat 40x1,5 mm2 1 mètre - 4 000

Total 74 000

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 119


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 12 : Coût de la réalisation du circuit électrique

N0 Désignations Quantités Prix unitaire (FCFA) Montant (FCFA)

1 Thermostat 01 30 000 30 000

2 Contacteur D-09 : 220V 01 10 000 10 000

3 Relais thermique 01 10 000 10 000

4 Disjoncteur monophasé 03 7 000 21 000

5 Câble souple 2.5 mm2 15 1 000 15 000

6 Gaine d’isolation φ8 mm 02 800 1 600

7 Fiche de branchement 01 1 000 1 000

8 Résistance chauffante 06 3 000 18 000

9 Domino 12 150 1 800

10 Sonde ou thermocouple 1 5000 5000

11 Réalisation du circuit - - 10 000

TOTAL 123 400

Tableau 13 : Coût d’usinage des pièces

Désignations Nombre Prix unitaire (FCFA) Montants


(FCFA)

Usinage des plaques chauffantes 2 40 000 80 000

Usinage des plaques d’isolation 2 15 000 30 000

Usinage du moule 1 30 000 30 000

Total 140 000

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 120


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Tableau 14 : Coût des accessoires de la thermo-presse

Désignation Quantité Prix unitaire Montant


(FCFA) (FCFA)

Vis M8-30 24 100 2 400

Vis M12-60 8 200 1 600

Rondelle ϕ 12 4 50 200

Electrode ϕ 3,15 1/2 paquet 5 200 2 600

Bois - - 4 000

Peinture Bleue 1 kg 2 000 2 000

Peinture Noire 1/2 kg 2 000 1 000

TOTAL 13 800

Tableau 15 : Coût global des travaux réalisés sur la thermo-presse

Eléments Montants en FCFA

Coût de la matière première 74 000

Coût de d’usinage des pièces 140 000

Coût de des accessoires 13 800

Coût de réalisation du circuit électrique 123 400

Coût du montage 20 000

TOTAL 371 200

En faisant une majoration de 10% sur le total, le coût global des travaux réalisés sur la
thermo-presse est 408 320 FCFA.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 121


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.9. Conclusion Partielle

La conception de cette thermo-presse est le résultat des différentes recherches


menées sur les presses en générale et les thermo-presses en particulier. Elle nous a
permis non seulement d’avoir d’avantage de connaissance sur les presses mais aussi
dans le domaine du chauffage électrique. Avec son système de régulation de
température, notre thermo-presse permet de faire du thermopressage à température
constante. Le POTEMAT peut désormais faire du thermopressage pour la mise en œuvre
de nouveaux matériaux biosourcés.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 122


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

CONCLUSION GENERALE

Vu son importance dans le développement du Benin, la filière coton doit de plus


en plus augmenter sa production. Ceci générant une grande quantité de sous-produits
dans tous les niveaux de transformation, un moyen de valorisation est indispensable. De
plus, la recherche de nouveaux matériaux biosourcés nous a amené à transformer les
sous-produits de la filière coton en matériaux biosourcés. Notre défibreuse permettra au
POTEMAT de traiter tout type de déchets de fibre ; qu’il soit des sous-produits du coton
ou pas. Avec la thermo-presse, nous pouvons faire du thermopressage isotherme.

La conception et la réalisation de la défibreuse et de la thermo-presse nous ont


permis d’approfondir nos connaissances dans le domaine de la conception et la
fabrication mécanique. Elles sont aussi une preuve qu’un objet technique est le résultat
de l’œuvre d’un grand nombre de spécialistes de divers domaines.

Nous espérons que ces équipements puissent permettre la réalisation des


échantillons de matériaux biosourcés. Pour la poursuite du projet, ces échantillons de
matériaux seront caractérisés pour avoir leurs caractéristiques physique, mécanique,
chimique et thermique. Le POTEMAT pourrai donc fabriquer une défibreuse motorisée
et une thermo-presse semi-automatique munie d’un système de contrôle de température
et de pression.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 123


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

ANNEXES

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 124


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Annexe 1.1 : Détermination du poids de la broche supérieure de la


défibreuse

On désigne par :

mb : la masse du bois ;

vb : le volume du bois ;

b : la masse volumique du bois ;

np : le nombre de pointes ;

mp : la masse des pointes ;

mp’ : la masse d’une pointe ;

Mb : la masse totale de la broche supérieure ;

g : l’accélération de la pesanteur ;

Pb : le poids de la broche supérieure.

La broche supérieure de la défibreuse est composée du bois et des pointes en


acier. Sa masse est la somme des masses des éléments le constituant.

M b  mb  m p  M b  b .vb  n p .m'p

 Calcul de vb

202.
vb  400 * 250 * 20  2 * (100 *50 * 20)  *160
4
vb  2250265,482 mm3
vb  2,250.103 m3

 La masse volumique du bois b

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 125


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

La masse volumique du bois d’ébène sec est moyenne 1100 kg/m3.

b  1100 kg/m3 .

 Le nombre de pointe est :

n p  2*(7 *6)
n p  84

 La masse d’une pointe d’après nos mesures est :

m 'p  12 g

La masse totale de la broche supérieure est :

M b  1100 * 2,250.103  84 *12.103


M b  3,483 kg

Le poids de la broche supérieure :

Pb  M b .g

Pb  3,483*10

Pb  34,83 N
Pb 35 N

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 126


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Annexe 1.2 : Détermination du poids d’une porte broche

On désigne par :

v p : le volume d’une porte broche ;

a : la masse volumique de l’acier ;

M p : la masse d’une porte broche ;

Pp : le poids d’une porte broche.

On a : Pp  M p .g or M p  v p . a donc

Pp  v p . a .g

En utilisant le dessin de la pièce, on a :

v p  440 * 40 *1,5  2 * 40 * 4 * (26 2  182 )


v p  48516,812 mm3
v p  4,852.105 m3

La masse volumique de l’acier ordinaire est  a  7800 kg / m3 .

Pp  4,852.105 * 7800 *10


Pp  3,78 N
Pp 4N

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 127


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Annexe 1.3 : Quelques images de la fabrication de la défibreuse

Photo 14: Les pointes préparées Photo 15: Traçage de la broche supérieure

Photo 16: Support et Base déjà réalisées

Photo 17: Perçage de la base

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 128


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Photo 18: La défibreuse manuelle

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 129


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Annexe 2.1 : Obtention des résistances chauffantes

Nous n’avons pas trouvé des résistances chauffantes droites sur le marché. Nous
avons donc acheté des resistances chauffantes de 1000 Watt en forme de U (voir photo
20). Ensuite, nous avons redressé les resistances (photo 21).

Photo 19: Les deux types de résistances chauffantes trouvées

Photo 20: Résistances chauffantes redressées

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 130


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Annexe 2.2 : Caractéristique des différents types de filets

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 131


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Annexe 2.3 : Quelques valeurs de la conductivité thermique des métaux à


température de 25 0 C.

Annexe 2.4 : Quelques images de la fabrication de la Thermo-presse

Photo 21: Thermo-presse après montage

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 132


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1]. Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique.


Production agricole [en ligne]. Disponible sur : https://www.insae-
bj.org/statistiques/statistiques-economiques . (Consulter le 10.10.2018).
[2]. Agence Ecofin. agroindustrielle/coton [en ligne]. Disponible sur :
https://www.agenceecofin.com/coton/0706-57556-le-benin-devient-
second-producteur-africain-de-coton-en-2017/18-avec-un-volume-de-597-
986-tonnes (consulté le 29-10-2018).
[3]. Fédération française du bâtiment, Bâtir pour la planète. Les
matériaux biosourcés dans le bâtiment. Paris, 2016, 24 p.
[4]. Julus VODOUNOU. Valorisation des résidus de cotonnier : Etude
et conception d’un broyeur de tiges de cotonnier : rapport de stage. Licence.
Abomey Calavi : Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi, 2013, 78 p.
[5]. Hebert Anne. CIRAD/Expo COTON itinérante [en ligne]. 2013, 8p.
Disponible sur : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/doc/ExpoCoton-
FR.doc (Consulté le 10.07. 2018).
[6]. Sylvain CHOGOU. Itinéraires techniques et pratiques paysannes
dans les zones cotonnières du nord du Bénin [en ligne]. 2011, 23p.
Disponible sur : http://www.afm.cirad.fr/documents/-
2_Innovations/Sagert/FR/chogou.pdf (Consulté 13.07.2018).
[7]. Caroline G. Restitution de stage : rapport de stage. Master Design
Innovation Société. Abomey-Calavi : Ecole Polytechnique d’Abomey
Calavi, Juillet 2018, 48 p.
[8]. André CHEVALIER. Guide du dessinateur industriel. 2nd Ed.
Hachette. Paris : Hachette livre, 2003, 335 p.
[9]. Axyal. Thermocompression. Disponible sur :
http://www.axyal.fr/fr/technologie/thermocompression.fr (consulter le
15.10.2018).

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 133


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

[10]. Logistmarket. Presse dechet . disponible sur :


http://www.logistmarket.fr/presse-dechets/586138570-cp.html ( consulter le
15.10.2018).
[11]. Cdiscount. Presse a transfert. Disponible sur :
http://www.cdiscount.com/amp/informatique/r-presse+a+transfert.html
(consulter le 15.10.2018).
[12]. ExpoPermanent. Presse industrielle. Disponible sur :
www.usinenouvelle.com/expo/presses.html (consulté le 15.10.2018)
[13]. Jean-Luc Battaglia, Andrzej Kusiak, Jean-Rodolphe Puiggali.
Introduction aux transferts thermiques. Ed. Dunod. Paris, 2010, 244 p.
[14]. Abdon HOUNKPE. Conception et réalisation d’une presse
d’emboutissage de moule(2) de tuile flamande : mémoire d’ingénieur.
Mécanique. Abomey-Calavi : Ecole polytechnique d’Abomey Calavi.
1998, 126p.
[15]. Suzy L. Wong. Valeurs de référence pour la force de préhension des
Canadiens de 6 à 79 ans : Enquête canadienne sur les mesures de la santé,
2007 à 2013. Statistique Canada. 2016, vol. 27, n0 10, pp. 3 -11.
[16]. NENONENE Amen. Elaboration et caractérisation mécanique de
panneaux de particules de tige de kénaf et de bioadhésifs à base de colle
d'os, de tannin ou de mucilage [en ligne]. Thèse Science des
Agroressources. Toulouse : Université de Toulouse, Institut National
Polytechnique de Toulouse, Juillet 2009, 203 p. Disponible sur
http://oatao.univ-toulouse.fr/7834/1/nenonene.pdf (Consulté le
17.08.2018)
[17]. Luc Tremblay. La dilatation thermique [en ligne]. Québec : Collège
Mérici, 2016, 18p. Disponible sur
http://physique.merici.ca/autres/dilattherm.pdf (consulté le 22.10.2018).

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 134


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

[18]. Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie. Guide des


matériaux isolants [en ligne]. Jean solvain : Espace Info, 32 p. Disponible
sur : http://www.eie43.fr .
[19]. M’PO M’BIMA Miguel. Etude et conception d’une presse
hydraulique pour essais bidimensionnels sur ouvrages de maçonnerie :
mémoire d’ingénieur. Mécanique. Abomey Calavi : Ecole Polytechnique
d’Abomey Calavi, 2008, 130p.
[20]. KOTY Rock. Etude et conception en vue de la réalisation d’une
presse à huile de Jatropha : mémoire d’ingénieur. Mécanique. Abomey-
Calavi : Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi, 2012, 112 p.
[21]. Jean Louis FANCHON. Guide de mécanique. Ed. Nathan. Italie :
Canale, 1998, 480 p.
[22]. Bois de Gyane. Ebene verte [en ligne]. France : Centre technique
forestier. 4p. Disponible sur :
http://ctbg.cirad.fr/content/download/1076/5693/file/Eb%C3%A8ne_Vert
e.pdf
[23]. Jack Karr. Méthodes et analyses de fabrication mécanique. Ed.
Dunod. Paris : Bordas, 1979,142p. ISBN 0-18-879080-9.
[24]. S. TIMOSHENKO, WOINOWSKY-KRIEGER. Theory of Plates
and shells. 2nd Ed. St Louis, 1989, 581 p.
[25]. Julien Moothoo, Christian Garnier, Pierre Ouagne. Valorisation
matière de chutes de production de composites thermoplastiques par le
procédé de thermocompression [en ligne]. Journées Nationales sur les
Composites, 2017, 77455, 11 p. Disponible sur https://hal.archives-
ouvertes.fr/hal-01623667/document .

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 135


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

[26]. Yann Lebaupin. Comportement à l’impact et post-impact d’un


composite lin/Polyamide 11 élaboré par thermocompression [en ligne].
Thèse Mécanique des matériaux et des structures. Laval : Ecole nationale
supérieure de mécanique et d’aérotechnique, 2016, 177 p. Disponible sur
https://www.theses.fr/2016ESMA0017.pdf .
[27]. SOUWIN Boris. Etude et conception d’une presse manuelle pour la
destruction des produits non conforme à SOTIBE : rapport de stage.
Licence. Abomey-Calavi : Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi. 2017,
87p.
[28]. PAPA ISSA B. Conception d’une presse pour la litière de filao :
rapport de stage. Licence. Thiès : Ecole Polytechnique de Thiès. 1998, 93p.
[29]. BOUHAHA R., BEN HAMADOU A., BEN MESSAOUD A. et al.
Technologie. Centre National Pédagogique. Tunisie : Ministère de
l’éducation, 2010, 272p.

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 136


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Table des matières


SOMMAIRE ------------------------------------------------------------------------------------------- II

DEDICACES ------------------------------------------------------------------------------------------III

REMERCIEMENTS--------------------------------------------------------------------------------- IV

RESUME------------------------------------------------------------------------------------------------ V

ABSTRACT ------------------------------------------------------------------------------------------- VI

LISTE DES PHOTOS ------------------------------------------------------------------------------VII

LISTE DES FIGURES --------------------------------------------------------------------------- VIII

LISTE DES TABLEAUX ---------------------------------------------------------------------------- X

LISTE DES SIGLES, SYMBOLES ET ABREVIATIONS ----------------------------------- XI

INTRODUCTION GENERALE ------------------------------------------------------------------- 1

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DES STRUCTURES DE TRAVAIL ------------------- 4

1.1. PRESENTATION DE LA STRUCTURE DE PROVENANCE ------------------------------------ 5


1.1.1. Historique de l’Ecole Polytechnique d’Abomey Calavi ---------------------------- 5
1.1.2. Département d’enseignement et unité d’application -------------------------------- 6
1.2. PRESENTATION DU LABORATOIRE DE RECHERCHE -------------------------------------- 7
1.2.1. Historique du POTEMAT-------------------------------------------------------------- 7
1.2.2. Mission du POTEMAT ---------------------------------------------------------------- 8

CHAPITRE 2 : GENERALITE ET SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE ----------------- 10

2.1. LES MATERIAUX BIOSOURCES ------------------------------------------------------------ 11


2.1.1. Définition ------------------------------------------------------------------------------- 11
2.1.2. Utilisation des matériaux biosourcés ------------------------------------------------ 11
2.2. LA FILIERE COTON AU BENIN ------------------------------------------------------------- 12
2.2.1. Monographie de la plante de cotonnier ---------------------------------------------- 12
2.2.2. La culture du coton au Benin et l’utilisation des résidus du cotonnier ----------- 13
2.3. DIAGNOSTIC DES PRODUITS ET SOUS-PRODUITS DE LA FILIERE COTON AU BENIN --- 15
2.3.1. Processus de transformation du cotonnier : des champs aux produits finis ----- 15
2.3.2. Les sous-produits de la filière Coton ------------------------------------------------ 17

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 137


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

2.4. PROJET DE VALORISATION DES SOUS-PRODUITS DE LA FILIERE COTON EN MATERIAUX


BIOSOURCES------------------------------------------------------------------------------------------ 19

2.5. LES VISITES SUR LE TERRAIN ------------------------------------------------------------------ 22


2.5.1. Dans les usines de transformation ------------------------------------------------------ 22
2.5.2. Avec les acteurs du domaine ------------------------------------------------------------ 23
2.6. LES ATELIERS DE CO-CREATION ET DE CO-CONCEPTION ----------------------------------- 24
2.7. LES RESULTATS OBTENUS --------------------------------------------------------------------- 24
2.8. CONCLUSION PARTIELLE ----------------------------------------------------------------------- 27

CHAPITRE 3 : ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE


DE COTON MANUELLE -------------------------------------------------------------------------- 28

3.1. ETUDE DE LA DEFIBREUSE MANUELLE DE COTON --------------------------------------- 29


3.1.1. Généralité sur la défibreuse ----------------------------------------------------------- 29
3.1.2. Le cahier de charge -------------------------------------------------------------------- 29
3.1.3. Les travaux antérieurs effectués sur la réalisation de la défibreuse -------------- 31
3.1.4. Les problèmes liés à la réalisation du modèle proposé. --------------------------- 33
3.2. CONCEPTION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ------------------------------------------- 33
3.2.1. Des solutions et de nouvelles exigences --------------------------------------------- 33
3.2.2. Description du fonctionnement selon le cahier de charge ------------------------- 34
3.2.3. Rôle et description des différents éléments de la défibreuse ---------------------- 34
Le bâti -------------------------------------------------------------------------------- 34
La broche supérieure --------------------------------------------------------------- 35
La broche inférieure ---------------------------------------------------------------- 35
La glissière -------------------------------------------------------------------------- 36
3.2.4. Quelques analyses techniques de la conception ------------------------------------ 37
Choix des matériaux ---------------------------------------------------------------- 37
Dimensionnement des axes de guidage ------------------------------------------ 37
3.2.4.2.1.Etude dynamique de l’axe de guidage ------------------------------------ 37
3.2.4.2.2.Détermination du diamètre minimal des arbres de guidage ------------ 41
Choix des ajustements-------------------------------------------------------------- 44
3.3. EXECUTION GRAPHIQUE ------------------------------------------------------------------- 45
3.4. REALISATION DE LA DEFIBREUSE--------------------------------------------------------- 57
3.4.1. Réalisation de quelques éléments principaux --------------------------------------- 57
Le traitement des pointes ---------------------------------------------------------- 57

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 138


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

Le bâti -------------------------------------------------------------------------------- 57
La broche supérieure et la broche inférieure ------------------------------------- 58
Les axes de guidage ---------------------------------------------------------------- 58
3.4.2. Montage et démontage de l’équipement--------------------------------------------- 59
3.5. MAINTENANCE DE LA DEFIBREUSE ------------------------------------------------------- 60
3.6. ESTIMATION DE COUT DE LA DEFIBREUSE ----------------------------------------------- 60
3.7. CONCLUSION PARTIELLE ------------------------------------------------------------------ 63

CHAPITRE 4 : ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE THERMO-


PRESSE ------------------------------------------------------------------------------------------------ 64

4.1. ETUDE DE LA THERMO-PRESSE ---------------------------------------------------------------- 65


4.1.1. Cahier de charge-------------------------------------------------------------------------- 65
4.1.2. Généralité sur les thermo-presses ------------------------------------------------------ 65
4.1.3. Généralité sur les presses ---------------------------------------------------------------- 67
4.2. PRESENTATION DE LA THERMO-PRESSE ------------------------------------------------------ 69
4.2.1. Choix du mécanisme de la thermo-presse --------------------------------------------- 69
4.2.2. Récupération d’une presse d’emboutissage de moule (2) de tuile flamande ------ 69
4.2.3. Description et fonctionnement de la thermo-presse ---------------------------------- 70
4.2.3.1. Description -------------------------------------------------------------------------- 70
4.2.3.2. Schéma cinématique ---------------------------------------------------------------- 72
4.2.3.3. Fonctionnement --------------------------------------------------------------------- 73
4.2.3.4. Caractéristiques --------------------------------------------------------------------- 75
4.2.4. Rôle et description des éléments principaux ------------------------------------------ 75
4.2.4.1. Le bâti -------------------------------------------------------------------------------- 75
4.2.4.2. Le système vis-écrou -------------------------------------------------------------- 75
4.2.4.3. Le moule ----------------------------------------------------------------------------- 75
4.2.4.5. Les plaques chauffantes ------------------------------------------------------------ 76
4.2.4.5. Les plaques d’isolation ------------------------------------------------------------- 76
4.2.4.6. La crapaudine ----------------------------------------------------------------------- 77
4.3. DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS PRINCIPAUX-------------------------------------------- 78
4.3.1. Choix des matériaux --------------------------------------------------------------------- 78
4.3.2. Poids de quelques pièces ---------------------------------------------------------------- 78
4.3.3. La force de thermopressage ------------------------------------------------------------ 80
4.3.4. Dimensionnement ------------------------------------------------------------------------ 81

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 139


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

4.3.4.1. Le diamètre de l’axe du palonnier ------------------------------------------------ 81


4.3.4.2. Dimensionnement de la vis à pas carré ------------------------------------------- 82
4.3.4.3. Dimensionnement de l’écrou à pas carré----------------------------------------- 83
4.3.4.4. Calcul du diamètre des boulons utilisés pour la fixation de l’écrou dans la
traverse ---------------------------------------------------------------------------------------- 84
4.3.4.5. Vérification de la résistance des montants --------------------------------------- 85
4.3.5. Etude des ajustements ------------------------------------------------------------------- 87
4.4. TRANSFERT DE CHALEUR DANS LA THERMO-PRESSE ---------------------------------------- 87
4.4.1. La température du thermopressage ----------------------------------------------------- 87
4.4.2. La dilatation thermique de la plaque chauffante supérieure ------------------------- 87
4.4.3. Isolation des plaques chauffantes------------------------------------------------------- 88
4.4.4. Circuit électrique du chauffage des plaques chauffantes ---------------------------- 90
4.5. EXECUTION GRAPHIQUE ----------------------------------------------------------------------- 90
4.6. REALISATION DE LA THERMO-PRESSE -------------------------------------------------------108
4.6.1. Etude de fabrication de quelques pièces ----------------------------------------------108
4.6.1.1. La gamme d’usinage --------------------------------------------------------------108
4.6.1.2. Plaque chauffante inférieure ------------------------------------------------------109
4.6.1.3. Plaque chauffante supérieure -----------------------------------------------------114
4.6.2. Réalisation du circuit électrique -------------------------------------------------------117
4.6.3. Montage et démontage de la thermo-presse ------------------------------------------117
4.7. MAINTENANCE DE LA THERMO-PRESSE -----------------------------------------------------118
4.8. COUT DES DIFFERENTS TRAVAUX REALISES ------------------------------------------------118
4.9. CONCLUSION PARTIELLE ---------------------------------------------------------------------122

CONCLUSION GENERALE ---------------------------------------------------------------------123

ANNEXE ----------------------------------------------------------------------------------------------124

ANNEXE 1.1 : DETERMINATION DU POIDS DE LA BROCHE SUPERIEURE DE LA DEFIBREUSE -125


ANNEXE 1.2 : DETERMINATION DU POIDS D’UNE PORTE BROCHE ------------------------------127
ANNEXE 1.3 : QUELQUES IMAGES DE LA FABRICATION DE LA DEFIBREUSE -------------------128
ANNEXE 2.1 : OBTENTION DES RESISTANCES CHAUFFANTES -----------------------------------130
ANNEXE 2.2 : CARACTERISTIQUE DES DIFFERENTS TYPES DE FILETS --------------------------131
ANNEXE 2.3 : QUELQUES VALEURS DE LA CONDUCTIVITE THERMIQUE DES METAUX A
TEMPERATURE DE 25 0 C. --------------------------------------------------------------------------132

ANNEXE 2.4 : QUELQUES IMAGES DE LA FABRICATION DE LA THERMO-PRESSE -------------132

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 140


ETUDE, CONCEPTION ET REALISATION D’UNE DEFIBREUSE MANUELLE ET D’UNE
THERMO-PRESSE

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES -------------------------------------------------------133

TABLE DES MATIERES -------------------------------------------------------------------------137

Abdou Raïmi ALAKOUKO / 2017-2018 141

Vous aimerez peut-être aussi