Vous êtes sur la page 1sur 43

2010/2011

Rapport de stage :

Rapport de stage Page 0


2010/2011

Remerciements
En premier lieu, je tiens à présenter mes remerciements à l’entreprise l’ONE
qui nous a permis de suivre la formation en qualités des stagiaires, cette formation
nous a était d’une importante utilité, pour élargir mon horizon de vision et à
contribuer à l’amélioration de nos connaissances, forger notre savoir faire par le
retour d’expérience.

Je voudrais aussi adresser mes remerciements à M. Abdelghani SALMI


chef d’AD Errachidia, à notre encadrant Houcine EL HADDAD et Omar
HIDA pour leur suivi et leur disponibilité pour l’élaboration de ce travail.

Mes remerciements vont aussi à M. Abdeloihed LAADIOUI de l’unité


postes/AD Errachidia et à toute personne ayant contribué de près ou de loin à
l’accomplissement de ce travail.

Enfin, je réserve mes chaleureux remerciements à tous le personnel le l’AD


Errachidia pour leurs aides, leurs soutiens et leurs gentillesse et toute personne
ayant contribuée, de près ou de loin, à l’élaboration de ce travail en l’occurrence.

Rapport de stage Page 1


2010/2011

Dédicace

A mes parents, RABHA et ABDELKARIM, modèle de foi et de persévérance,

Aucune expression ne serait exprimer toute l’affectation et tout l’amour que je vous
porte.

Que ce travail soit l’exaucement de vos vœux tant formulés, de vos prières et le
fruit de vos innombrables sacrifices.

A mes bien aimés sœurs et frères

A toute ma famille,

A mes respectueux professeurs

A mes très chers Amis

Driss EL KHOUKHI

Rapport de stage Page 2


2010/2011

Sommaire :
Avant propos : présentation de secteur de l’énergie électrique au Maroc……………………………………………………..4

Chapitre 1 : aperçue sur l’ONE

1 : Historique…………………………………………………………………………………………………………………………………………………8

2 : Missions de l’ONE …………………………………………………………………………………………………………………………………..10

3 : Objectifs de l’ONE : …………………………………………………………………………………………………………………………………10

4: Activités de l’ONE: …………………………………………………………………………………………………………………………………..10

5 : Organigramme de l’ONE :……………………………………………………………………………………………………………………….15

Chapitre 2: principaux appareillages des postes HT/MT

I. Description générale de poste d’ERRACHIDIA……………………………………………………….16


II. Appareillage des postes HT/MT …………………………………………………………………………...16
1: Appareillage de coupure…………………………………………………………………………………….18
1.1 Disjoncteur……………………………………………………………………………………………………..18
1.2 Sectionneur…………………………………………………………………………………………………....23
III. Appareillage de transformation: …………………………………………………………………………….25
Transformateur triphasé :...................................................................................28
a) Construction: ……………………………………………………………………………………………………29
b) Types de transformateurs : …………….................................................................33

Chapitre 3 : Protection des transformateurs

1. Protection mécanique………………………………………………………………………..35
2. Protection statique………………………………………………………………………….…35
3. Protection numérique ……………………………………………………………………….35
4. Protection des transformateurs :……………………………………………………….36

Conclusion: …………………………………………………………………………………………………………………………………………..42

Rapport de stage Page 3


2010/2011

Avant propos :
Présentation du secteur de l’énergie électrique au Maroc :

L’électricité est une forme d’énergie d’un emploi particulièrement commode en


raison de l’aisance avec laquelle elle peut être transportée et utilisée comme une
source sous des formes diverses :

Mécanique pour les moteurs

 Thermique pour les résistances de chauffage ;


 Lumineuse pour l’éclairage électrique
 Chimique pour l’électrolyse
 Etc. …
Aussi, ses applications industrielles sont-elles des plus nombreuses et
variées.
Cet aspect quasi universel lui a conféré un rôle indispensable pour tout
développement socio-économique e donc un intérêt général que définit le
secteur public. Pour cette raison d’une part et en raison de sa contribution
au fonctionnement d’autres services publics d’autre part, l’énergie
électrique fait l’objet d’une règlementation particulière au Maroc : la gestion
du secteur est exercée par des personnes publiques et privées qui opèrent
toutes sous la tutelle et le contrôle de l’ETAT.
Le secteur d’électricité est organisé en trois sous-secteurs : la production, le
transport et la distribution.

Rapport de stage Page 4


2010/2011

I. Sous secteur de la production :

La demande d’énergie électrique connait une croissance soutenue estimée a 7%


annuellement, notamment avec le programme d’équipement en moyens de
besoins, la production en concession a été mise en place.

D’autres operateurs interviennent dans le secteur : les producteurs


industriels autonomes qui ont installé des moyens de production pour satisfaire
totalement ou partiellement leurs besoins exclusifs en énergie électrique. Il s’agit
principalement des exploitations minières des complexes de traitement du
phosphate, d’industrie de raffinage du pétrole. De plus, ils sont connectés au
réseau national pour disposer soit du complètement a leurs besoins soit pour
s’assurer du secteurs d’alimentation en cas de non disponibilité de leur source
propre, ce qui leur permet de conclure des contrats d’achat d’énergie avec l’ONE.

En outre, il, reste à signaler que dans le cadre des conventions de coopération,
l’ONE procède à des échanges d’énergie électrique avec ses voisins immédiats
l’ALGERIE et l’ESPAGNE.

La production de l’électricité au MAROC se fait dans des centrales utilisant


différentes sources d’énergie et différents procédés de production, à savoir
principalement :

 Des centrales thermiques à vapeur consommant du fuel-oil ou de


Charbon.
 Des centrales thermiques à turbine à gaz.
 Des centrales thermiques diesel.
 Des centrales hydrauliques.
 Des parcs de générateurs éoliens.

Rapport de stage Page 5


2010/2011

II. Sous secteur du transport :

Le transport, fonction exclusif de l’ONE, consiste à assurer l’approvisionnement des


régions consommatrices du réseau interconnecté. L’office dispose d’un
dispatching national qui est un département chargé de gérer instantanément les
systèmes de production et de transport de l’électricité en vue de satisfaire la
clientèle sur l’ensemble du territoire national, au moindre cout avec la meilleure
qualité de service.

Le réseau de transport comprend :

Les lignes à très haute tension à 400KV et 150KV qui permettent d’cheminer
l’énergie produite par les centrales et les usines vers les centres importants de
consommation.

Les lignes à haute tension 60KV qui alimentent l’ensemble d’une région en se
connectant aux centres de distribution et aux clients industriels importants.

Les postes de transformation d’interconnexion THT/HT, de répartition HT/MT et de


distribution MT/BT.

La gestion de l’ensemble des équipements de l’ONE, est centralisée au niveau du


DISPATCHING NATIONAL qui se trouve à Casablanca.

Rapport de stage Page 6


2010/2011

III. Sous secteur de la distribution :

La fonction de distribution est une fonction à double caractère commercial et


technique. Elle consiste à :

 Assurer la fourniture de l’énergie électrique aux abonnés directs en


moyenne et basse tension ;
 Elaborer les études de planification et de construction de lignes et postes de
distribution ;
 Réaliser les travaux d’équipement, d’extension et de renforcement des
réseaux de distribution ;
 Assurer la gestion commerciale des abonnés ;

La fonction distribution à l’ONE s’occupe d’autres fonctions, à savoir, la


production électrique par les petites unités autonomes installées dans les petites
agglomérations trop éloignées du réseau (exemple : DAKHLA, SMARA, etc. …)
pour assurer ces fonctions multiples et savoir sa clientèle répartie sur plus de 1000
communes urbaines et rurales du pays, l’ONE s’est dotée d’une structure
décentralisée basée sur le découpage administratif du royaume. Cette structure
repose sur la création de services régionaux qui se chargent de la gestion locale de
la clientèle.

Le développement du réseau de distribution est axé sur l’extension et le


renforcement de l’alimentation des grandes et petites agglomérations.
L’orientation actuelle est de développer d’avantage l’électrification rurale globale
(PERG) qui a été mis en place et est en cours de réalisation.

Rapport de stage Page 7


2010/2011

Chapitre 1 :

Aperçue sur l’ONE


1. Historique :

Crée par dahir en août 1963 l’Office National de l’Electricité à été substitué à
la société Electrique du Maroc pour prendre en main le secteur électrique :
production, transport et distribution. C’est un établissement public ayant un
caractère industriel et commercial et possédant une autonomie financière.

Les droits et obligations de l’ONE sont définis dans un cahier de charge


approuvé par décret en 1974, qui indique les conditions techniques,
administratives et financières relatives à l’exploitation des ouvrages de
production, de transport et de distribution de l’électricité.

Les ouvrages de production dont dispose l’ONE, sont constitués de 24 usines


hydroélectriques totalisant une puissance installée de 1175MW, de 5 centrales
thermiques vapeur totalisant 2505MW, de 7 centrales à turbines à gaz et plusieurs
centrales Diesel totalisant 786MW et un parc éolien de 50MW, soit une puissance
installée totale de 4516MW .

Parmi ces ouvrages de production, la centrale thermique de Jorf Lasfar de


1320MW ainsi que le parc éolien d’Alkodia Al Baida de 50 MW, sont exploités par
des opérateurs privés dans le cadre de contrats de production concessionnels. Le
cout de l’énergie électrique produite est fixé contractuellement. L’ONE garantit
l’achat de tout l’énergie produite par la centrale de Jorf Lasfar et le parc d’Alkodia
Al Baida.

Rapport de stage Page 8


2010/2011

Le réseau de transport, reliant les moyens de production aux centres de


consommation, qui couvre une très grande partie de territoire national, est
constitué de lignes 400KV, 225KV, 150KV et 60KV d’une longueur totale de l’ordre
17107 KM environ. Il est par ailleurs, interconnecté avec le réseau algérien au
moyen de deux lignes 225KV et avec le réseau espagnol au moyen de deux câbles
400KV sous marins.

Les réseaux de distribution de l’ONE sont constitués de prés de 36955 KM en


moyenne tension et de 92 130 KM en basse tension. L’énergie électrique est
distribuée par :

 L’ONE en zone rurale et dans plusieurs centres urbains ;


 Les régimes municipaux ou intercommunaux, placées sous la tutelle du
Ministère de l’intérieur pour les grands centres urbains ;
 Les concessionnaires privés, cas de LYDEC à Casa, REDAL à Rabat et VIVENDI
à Tanger et Tétouan.

La coordination de gestion de l’ensemble du réseau de l’ONE est assurée à partir


de Dispatching national, implanté à Casablanca et doté de moyens modernes
permettant une surveillance permanente et une exploitation optimale.

Rapport de stage Page 9


2010/2011

2. Missions de l’ONE :

Les principales missions de l’ONE consistent à :

 Répondre aux besoins du pays en énergie électrique ;


 Gérer et développer le réseau du transport ;
 Planifier, intensifier et généraliser l’extension et l’électrification rurale ;
 Œuvrer pour la promotion et le développement des énergies renouvelables ;
 Et, d’une façon plus générale, gérer la demande globale de l’énergie
électrique.
3. Objectifs de l’ONE :

Les principaux objectifs de l’ONE consistent à :

 Couvrir dans les meilleures conditions techniques et économiques la


progression de la demande d’énergie.
Réduire les tarifs moyens et hautes tensions pour atteindre des prix
concurrentiels au Maroc.
 Assurer directement ou indirectement la couverture financière de
programmes d’investissements de plus en plus lourds et indispensables au
développement de l’économie de pays.

Devant la volonté de désengagement de l’état d’autre part, l’ONE s’oriente vers


l’approche qui consiste à avoir recours aux producteurs concessionnaires privés, à
la coopération par les interconnexions des réseaux avec des puissances garanties.

4. Activités de l’ONE :

L’ONE opère dans les trois métiers-clés du secteur de l’électricité : la production, le


transport et la distribution.

 Production :
En tant que producteur, l’ONE a la responsabilité de fournir sur tout
territoire national et à tout instant une énergie de qualité dans les meilleures
conditions économiques. Il assure cette fourniture par les moyens de production

Rapport de stage Page 10


2010/2011

qu’il exploite directement ainsi que par les ouvrages qu’il a confiés à des
opérateurs privés dans le cadre de contrats de production concessionnaire.
Au-delà de la gestion technique et de l’amélioration des ouvrages de son
parc de production, l’ONE développe de nouveaux moyens de production et de
nouvelles technologies en conciliant performance économique, expertise
technique, modélisation des ressources énergétiques nationales notamment
les énergies renouvelables et préservation de l’environnement.

Le parc de production de l'ONE est constitué de centrales électriques ayant une


puissance totale installée à fin 2009 de 6127,4 MW.

Centrales Puissance installée en MW

usines hydrauliques 1 283,8

STEP (Station Pompage et turbinage d’Afourer) 464

centrales thermiques vapeur 2 385

charbon (y compris JLEC) 1785

Fioul 600

Centrales turbines à gaz 915

Cycle combiné de TAHADDART 680

Thermique diesel 178,7

Total Thermique 4 158,7

Eolien (ONE et CED) 220.9

Total ONE 6 127,4

Rapport de stage Page 11


2010/2011

 Transport :

Ayant pour mission d'assurer le transport de l'énergie électrique et la sécurité


d'alimentation du pays, l'ONE développe et renforce son réseau de transport qui
couvre la quasi-totalité du territoire national.

D'une longueur totale de 20 350 km en 2009, le réseau de transport national est


interconnecté aux réseaux électriques espagnol et algérien, dans l'objectif de :

 Renforcer la fiabilité et la sécurité d'alimentation,

 Bénéficier de l'économie potentielle sur le prix de revient du kWh,

 Intégrer le marché électrique national dans un vaste marché euromaghrébin.

Il a été procédé en 2006 au doublement de la capacité de transit de


l'interconnexion électrique entre le Maroc et l'Espagne de 700 à 1400 MW. L'ONE a
également mis sous tension en septembre 2009, le renforcement de
l'interconnexion Maroc-Algérie augmentant ainsi la capacité de transit de 700 à
1400 MW.

Avec le renforcement des interconnexions, le Maroc est devenu un carrefour


énergétique entre les deux rives de la Méditerranée et offre l'infrastructure de
base à l'émergence d'un véritable marché de l'électricité.

Pour répondre aux besoins du pays en énergie électrique, l'ONE a lancé un vaste
programme de développement du réseau national de transport et de mise en place
de véritables " autoroutes de l'électricité " vers les pays voisins. Ce programme
comprend :

 L'extension et le renforcement des lignes 400 kV, 225 kV et 60 kV,

 Un nouveau dispatching national pour assurer une meilleure gestion


technico-économique des moyens de production et de transport,

 La mise en place de la télégestion des centrales.

Rapport de stage Page 12


2010/2011

Puissance installée à fin 2009 (en MVA)

Puissance installée
Nombre de Transfos
(MVA)

THT/HT 124 15 780

HT/MT 386 5 752

Total 510 21 532

Longueur de lignes à fin 2009 (en km)

Tension Longueur en km

400 kV 1 361

225 kV 7 724

150 kV 147

60 kV 11 118

Total 20 350

 Distribution :

La satisfaction de la clientèle et le service public constituent deux axes prioritaires


de l'ONE qui œuvre en permanence pour l'amélioration de la qualité de service sur
le plan technique et commercial.

L'ONE c'est :

Le premier distributeur d'électricité au Maroc avec une part de marché de 55%,

10 directions régionales sur tout le territoire,

Rapport de stage Page 13


2010/2011

Un réseau commercial de 51 Agences de Service et plus de 164 Succursales,


Une amélioration continue de la qualité de services: externalisation des points
d'encaissement, promotion du prépaiement, mise en place de " SIRIUS ", progiciel
intégré de gestion commerciale, télé-conduite régionale…

Eclairagepublic

L'ONE poursuit sa politique visant l'encouragement des Communes à opter pour


la gestion déléguée du service d'éclairage public en confiant ce service à l'ONE ou à
des opérateurs spécialisés. Les objectifs étant d'encourager l'utilisation
d'équipements moins énergétivores pour l'éclairage public, la rationalisation de la
consommation d'énergie électrique dédiée à cette utilisation et à la
systématisation de l'entretien des installations.

A ce jour, l'ONE assure la gestion de l'éclairage public dans les villes d'Al Hoceima,
Béni Mellal, Benslimane, Bouarfa, Chefchaouen, Essaouira, Imzouren, Khemisset,
Khouribga, Nador, Tanger, Taza, Zghanghan et quelques quartiers du Grand
Casablanca.

Longueur des lignes et Puissance installée

Longueur de lignes en km

Année 2008 Année 2009

Lignes MT (en km) 61 634 69 059

Lignes BT (en km) 127 829 134 491

Rapport de stage Page 14


2010/2011

5: Organigramme de l’ONE:

Direction générale

ALI FASSI FIHRI

Agence contrôle des opérations Direction audit et organisation

Direction sécurité, environnement et


Division communication
qualité

Pôle développement

Pôle finance et
commercial

Pôle ressources

Pôle industriel

Rapport de stage Page 15


2010/2011

Chapitre 2 :
Principaux appareillages des postes HT/MT

Un poste est une installation comportant de l’appareillage électrique et


éventuellement du matériel de transformation, de compensation, de conversion…
est destiné a assurer la liaison entre plusieurs installations électriques.

I. Description générale du poste d’ERRACHIDIA :


Une poste HT/MT type, c’est celui qu’on trouve ici à ERRACHIDIA, est
généralement télécommandé par un DCR (Département de Conduite Régionale)
ou télé alarmé vers un poste THT/HT ou vers DCR. Il se compose de :

 Un ou plusieurs départs HT.


 Un ou plusieurs transformateurs HT/MT de puissance maximale de
400MVA dont un seul est en travail , l’autre disponible et prêt à être
en service soit manuellement ou automatiquement par l’
intermédiaire d’une permutation automatique.
 Un ou plusieurs arrivées MT.
II. Appareillage des postes HT/MT :
1 : rappel sur les composants électriques d’une poste HT/MT :

On cite ci-après les principaux composants électriques entrant dans la


composition d’un poste HT/MT :

 Disjoncteur,
 Sectionneur,
 Transformateur de mesure (courant, tension),
 Transformateur de puissance,
 Parafoudre,

Rapport de stage Page 16


2010/2011

 Sources auxiliaires :
o Courant alternatif
o Courant continu (batterie chargeur),
 Comptage de l’énergie électrique,
 Système de control local,
 Système de télé conduite :
 Télécommande,
 Télémesure,

Etc. …

Les organes électriques sont présents à tous les endroits d'un réseau électrique
où une isolation et une protection sont nécessaires, ainsi qu'un besoin de
connexion. Ils peuvent être présents auprès des génératrices, des moteurs, des
transformateurs et dans les postes électriques.

Dans les postes électriques, l'appareillage électrique est nécessaire à la fois en


amont et en aval du transformateur électrique. L'appareillage de la partie basse
tension est parfois regroupé dans un PDC (Power Distribution Center). Ce bâtiment
possède généralement des disjoncteurs de moyenne tension (~15 kV) pour assurer
la protection du système de distribution. On peut également trouver d'autres
équipements tels que relais, équipements de mesure et de communication pour
assurer le contrôle du poste électrique.

Une sélection de sujets est présentée ci-dessous pour montrer les récentes
évolutions concernant essentiellement les équipements électrotechniques.

Le premier ensemble de sujets concerne le disjoncteur lui-même : de nouvelles


techniques d’interruption, réduisant l’énergie de fonctionnement, l’optimisation
des chambres de coupure, via une modélisation de l’arc électrique des différents

Rapport de stage Page 17


2010/2011

milieux, des méthodes de calcul sophistiqué, et des essais en laboratoire, la fiabilité


des équipements électriques prise en compte dès la phase de conception.

Le second ensemble de sujets concerne le cœur du poste : le transformateur


de puissance ; tenue électromécanique aux courts circuits qui doit être testées,
capitalisation des pertes pour permettre le choix d’un conception optimisant la
durée de vie de l’équipement, réduction des bruits pour tenir compte des
contraintes de l’environnement spécifiques aux zones urbaines, les connections
haute et moyenne tensions pour réduire l’impact sur la surface ou le volume
nécessaire à l’installation de transformateur de puissance.

Le troisième ensemble d’articles considère le poste HT/MT dans sa totalité :


sécurité du personnel, avec les essais de tenue à l’arc interne, et propositions
visant à améliorer la disponibilité électrique du poste.

1 .appareillage de coupure :

1-1 : Disjoncteur :

Selon la définition donnée par la Commission électrotechnique internationale,


un disjoncteur à haute tension est destiné à établir, supporter et interrompre des
courants sous sa tension assignée (la tension maximale du réseau électrique qu'il
protège) à la fois :

* dans des conditions normales de service, par exemple pour


connecter ou déconnecter une ligne dans un réseau électrique
* dans des conditions anormales spécifiées, en particulier pour éliminer
un court-circuit, ou les conséquences de la foudre

De par ses caractéristiques, un disjoncteur est l’appareil de protection essentiel


d’un réseau à haute tension, car il est seul capable d'interrompre un courant de
court-circuit et donc d'éviter que le matériel soit endommagé par ce court-circuit.

Rapport de stage Page 18


2010/2011

 Principe de fonctionnement

La coupure d’un courant électrique par un disjoncteur à haute tension est obtenue
en séparant des contacts dans un gaz (air, SF6 ou hexafluorure de soufre...) ou dans
un milieu isolant (par exemple le vide). Après séparation des contacts, le courant
continue de circuler dans le circuit à travers un arc électrique qui s’est établi entre
les contacts du disjoncteur

Arc entre les contacts d'un disjoncteur à haute tension

À ce jour, tous les disjoncteurs à haute tension (52 kV à 800 kV) utilisent le gaz
pour l'isolement et la coupure. La technique de coupure dans le vide est limitée
aux applications en moyenne tension

Dans les disjoncteurs à gaz, le courant est coupé lorsqu’un soufflage suffisant est
exercé sur l’arc électrique pour le refroidir et l’interrompre

Rapport de stage Page 19


2010/2011

À l'état normal, le gaz contenu dans le disjoncteur est isolant, il permet de


supporter la tension du réseau connecté à ses bornes. Lorsque les contacts du
disjoncteur se séparent, l'intervalle entre les contacts est soumis à un fort champ
électrique et la température du milieu devient très élevée (elle peut atteindre
15 000°C ou plus), les molécules de gaz sont décomposées et le milieu est alors un
plasma (ou gaz ionisé) avec circulation d'électrons et d'ions qui assurent le passage
du courant. Sous l'action du soufflage exercé sur l'arc lors du fonctionnement du
disjoncteur, la température de l'arc diminue, les électrons et les ions se
recombinent et le fluide retrouve ses propriétés isolantes. La coupure de courant
est alors réussie

Pour les disjoncteurs à haute tension, le principe de coupure retenu est la


coupure du courant lorsqu'il passe par zéro (ceci se produit toutes les dix
millisecondes dans le cas d’un courant alternatif à 50 Hz). En effet, c'est à cet
instant que la puissance qui est fournie à l’arc par le réseau est minimale (cette
puissance fournie est même nulle à l’instant où la valeur instantanée du courant
est nulle), on peut donc espérer, moyennant un soufflage suffisant, mettre à profit
cet intervalle de temps pendant lequel le courant est de faible intensité pour
refroidir suffisamment l’arc afin que sa température diminue et que l’espace entre
les contacts redevienne isolant

Rapport de stage Page 20


2010/2011

Techniques de coupure:

 Disjoncteur à huile :
La coupure dans l’huile s’est ensuite imposée en haute tension après avoir
été utilisée en moyenne tension. Sous l’action de l’arc électrique, l’huile est
décomposée, plusieurs types de gaz sont produits (essentiellement de
l’hydrogène et de l’acétylène) lors de cette décomposition. L’énergie de
l’arc est utilisée pour décomposer et évaporer l’huile, ceci permet de
refroidir le milieu entre les contacts et par suite d’interrompre le courant à
son passage par zéro.

Par la suite, dans les années 1950, les « disjoncteurs à faible volume
d’huile » ont été conçus pour réduire la quantité d’huile nécessaire et surtout
limiter le risque d’incendie inhérent aux disjoncteurs à gros volume d’huile.
L’arc se développe dans un cylindre isolant afin de limiter sa longueur et de
contrôler autant que possible l’énergie contenue dans l’arc. Cette énergie est
utilisée pour générer le soufflage par vaporisation de l’huile comme expliqué
précédemment. Cette technique que l’on appelle par « auto-soufflage » sera
reprise plus tard pour les disjoncteurs à SF6. Elle a été appliquée pour des
tensions assignées atteignant 765 kV et des courants de défaut très élevés,
pouvant atteindre 50 kA

Ces disjoncteurs avaient pour principaux inconvénients de nécessiter de


nombreux éléments de coupure en série (pour tenir la tension), et de nécessiter un
entretien important et délicat (remplacement de l’huile usagée). Ils ont été
supplantés par les disjoncteurs à SF6 qui nécessitent peu de maintenance et ont
une longue durée de vie.

Rapport de stage Page 21


2010/2011

 Disjoncteur à haute tension au SF6 (Hexafluorure de soufre) :

Le gaz SF6 est maintenu sous haute tension (20 à 35 bars) à l’aide d’un
compresseur. Cette haute pression permet d’assurer la tenue diélectrique et de
provoquer le soufflage de l’arc pour la coupure.

Le soufflage intense exercé dans ces disjoncteurs a permis d’obtenir de très


hautes performances (courant coupé jusqu’à 100 kA sous haute tension) et avec
une durée d’élimination du défaut très courte permettant d’assurer une bonne
stabilité des réseaux en cas de défaut.

Les très bonnes propriétés du SF6 ont entraîné l'extension de la technique SF6 au
cours des années 1960 et son utilisation pour le développement de disjoncteurs à
fort pouvoir de coupure sous des tensions de plus en plus élevées allant jusqu'à
800 kV et 1100 k.

Disjoncteur à haute tension

Rapport de stage Page 22


2010/2011

 Performances d’un disjoncteur à haute tension

La performance principale qui caractérise un disjoncteur est son pouvoir de


coupure en court-circuit, c’est-à-dire le courant maximal qu’il est capable
d’interrompre sous sa tension assignée (tension maximale du réseau où il est
utilisé). Les valeurs du pouvoir de coupure sont comprises typiquement entre 25
kA et 63 kA (exception faite des disjoncteurs de générateurs).

Suivant son utilisation, des performances spécifiques peuvent être exigées par
l’utilisateur, par exemple la capacité de manœuvrer des lignes à haute tension sans
provoquer de surtensions sur le Réseau électrique.

Ces performances sont vérifiées par des essais effectués en vraie grandeur,
suivant des normes, dans des laboratoires spécialisés.

1-2 : Sectionneur :

1 définition :

Le sectionneur est un appareil électromécanique permettant de séparer, de


façon mécanique, un circuit électrique et son alimentation, tout en assurant
physiquement une distance de sectionnement satisfaisante électriquement.
L'objectif peut être d'assurer la sécurité des personnes travaillant sur la partie
isolée du réseau électrique, d'éliminer une partie du réseau en dysfonctionnement
pour pouvoir en utiliser les autres parties.

Le sectionneur, à la différence du disjoncteur ou de l'interrupteur, n'a pas de


pouvoir de coupure, ni de fermeture. Il est impératif d'arrêter l'équipement aval
pour éviter une ouverture en charge. Dans le cas contraire de graves brûlures
pourraient être provoquées, liées à un arc électrique provoqué par l'ouverture.

Rapport de stage Page 23


2010/2011

La fonction principale d'un sectionneur haute tension est de pouvoir séparer (un
disjoncteur isole mais ne sépare pas : notions de distance) un élément d'un réseau
électrique (ligne à haute tension, transformateur, portion de poste électrique, ...)
afin de permettre à un opérateur d'effectuer une opération de maintenance sur
cet élément sans risque de choc électrique. Le sectionneur doit :

 indiquer sans ambiguïté sa position : on parle parfois de « coupure visible » ;


 pouvoir être cadenassé pour garantir à l'opérateur qu'un circuit isolé ne sera
pas refermé par inadvertance ;
 posséder une isolation entre les bornes, qui garantisse à l'opérateur qu'une
surtension ne puisse pas mettre en défaut cette isolation et remettre
malencontreusement le circuit sous tension.

2 Performances de sectionneur :

Les performances des sectionneurs à haute tension sont définies dans les normes
internationales, telles que CEI.

La performance principale qui caractérise un sectionneur est sa tenue au


courant de court-circuit, c’est-à-dire le courant maximal qu’il est capable de
supporter lorsqu'il est fermé. Les valeurs de tenue au courant de court-circuit sont
comprises typiquement entre 25 kA et 63 kA . La tenue diélectrique est un autre
paramètre important, caractérisant la capacité à isoler du sectionneur, même en
présence de surtensions.

Rapport de stage Page 24


2010/2011

III. Appareillage de transformation :


a) Maitrise de l’aspect théorique des transformateurs :

 Le calcul des courants de court-circuit :

Il est fait conformément aux normes de références ou au cahier des charges.


On prend on compte tous les cas possibles court-circuit bi et triphasés, court-
circuit monophasés, aux bornes de tous les enroulements.

On considère l’hypothèse la plus pessimiste d’un court-circuit franc, avec


asymétrie maximum du courant de court-circuit.

Enfin on retient le cas le plus sévère pour le calcul des efforts


électrodynamiques de court-circuit et des contraintes qui ont résultent.

Le transformateur doit supporter les effets thermiques et mécaniques du


court-circuit pendant la durée spécifiée (en général 2 secondes).

L’aspect thermique se calcule simplement, avec l’hypothèse d’un


échauffement adiabatique des bobinages pendant le court-circuit.

Cet aspect est rarement dimensionnant pour les transformateurs de grande


puissance.

Rapport de stage Page 25


2010/2011

L’aspect tenu aux efforts électrodynamiques est de loin le problème


principal pour les transformateurs de grande puissance, où ces efforts peuvent
atteindre des valeurs importantes.

Les efforts électrodynamiques sont calculés d’après la loi de Laplace.

La justesse du calcul dépend essentiellement de la détermination du champ


magnétique de fuite.

Les calculs de champ magnétique peuvent être faits facilement à partir des
méthodes analytiques classiques, ou avec des méthodes à éléments finis.

Les constructeurs disposent de programmes permettant un calcul rapide et


précis des efforts électrodynamiques. Dans tout transformateur, le champ
magnétique présente une composante axiale (qui induit des efforts radiaux) et
une composante radiale (qui induit des efforts axiaux).

Les efforts aussi bien axiaux que radiaux sont à prendre en compte par le
concepteur.

 Les contraintes liées aux efforts de court-circuit :

Les contraintes qui s’exercent sur la partie active sont :

 Les contraintes de flexion du cuivre entre cales ou réglettes ;


 Les contraintes de compression ou de traction de cuivre ;
 Les pressions sur les isolants, liées aux efforts axiaux.

On calcul également les contraintes transmises au circuit magnétique ou à


son habillage, et éventuellement à la cuve.

Rapport de stage Page 26


2010/2011

 Maitrise de l’aspect pratique des transformateurs :

Les essais de tenue aux courts-circuits

Ces essais permettant de vérifier la validité des hypothèses de conception, ainsi


que le comportement global de l’appareil, et la qualité de la fabrication.

Ils sont effectués en conformité avec la norme spécifiée ou le cahier des charges.
Au niveau de la fabrication, les précautions constructives suivantes ont été prises :

 Bobinages des enroulements sous tension mécanique contrôlée pour


éliminer les jeux entre spires.
 Maitrise dimensionnelle des bobinages avec leurs isolants.
 Pré-serrage des bobinages à un niveau suffisant pour limiter tout
déplacement en cas de court-circuit.

Rapport de stage Page 27


2010/2011

Les transformateurs triphasés :

Définition :
Le transformateur est un appareil statique à induction électromagnétique
destiné à transformer un système de courants variables en un ou plusieurs
systèmes de courants variables, d'intensité et de tension généralement différentes,
mais de même fréquence.

 Principe :

 Symbole :

Rapport de stage Page 28


2010/2011

a) Construction d’un transformateur triphasé

Un transformateur triphasé est composé de :

− 3 enroulements primaires ;

− 3 enroulements secondaires ;

− D’un circuit magnétique constitué de 3 noyaux reliés par 2 culasses. Sur chaque
noyau viennent prendre place un enroulement primaire et un enroulement
secondaire.

 Utilisation

o transport et distribution d'énergie;


o adaptation des niveaux de tension, couplage des réseaux;
o secteur des transports;
o alimentation de redresseurs ou de convertisseurs;
o transformateurs spéciaux;
o transformateurs de mesure.

Rapport de stage Page 29


2010/2011

 Morphologie :

Rapport de stage Page 30


2010/2011

 Groupes de couplage :

 pertes et rendement :

Les transformateurs ont, d’une manière générale, un très bon rendement. Ce


rendement est souvent supérieur à 99.7% pour les transformateurs de puissance.
Les pertes ont été considérablement réduites depuis de nombreuses années.

En ce qui concerne les pertes à vide, il est apparu sur le marché des tôles
magnétiques avec des pertes spécifiques de plus en plus faibles. Les tôles hi persil
classiques sont toujours utilisées, mais actuellement les constructeurs disposent de
tôles à haute perméabilité, ainsi à des tôles scratchées qui sont actuellement les
meilleurs tôles de marché.

Rapport de stage Page 31


2010/2011

Par ailleurs, les constructeurs ont amélioré la découpe des circuits magnétiques.
La découpe de 45° a été remplacée par une découpe à joint décalés élimine l’effet
des entrefers au niveau des joints du circuit magnétique, et conduit à une
réduction importante des pertes à vide.

En ce qui concerne les pertes dues à la charge, les constructeurs ont également
mis en œuvre des améliorations notables. L’utilisation de câbles pré permutés par
exemple. Permet une réduction importante des pertes par effet Foucault, dans des
bobinages.

Les pertes supplémentaires liées au flux de fuite ont aussi été réduites grâce à
l’emploi d’écrans magnétiques. Pour toutes ces pertes liées au flux de fuite, les
constructeurs utilisent des de plus en plus élaborés de champs magnétiques.

Rapport de stage Page 32


2010/2011

b) types de transformateur :
1 : Transformateurs de puissance :

Dans un ouvrage de transport d’énergie, le transformateur peut être un :

Transformateur élévateur de centrale HT/THT ou MT/HT.


Autotransformateur d’interconnexion THT/HT ;
transformateur d’interconnexion ;
transformateur abaisseur THT/HT ou HT/MT.

2 : Les transformateurs de mesure :

Les transformateurs de mesure font l'interface entre le réseau électrique et un


appareil de mesure. La puissance disponible au secondaire est définie en fonction
des besoins de l'appareil de mesure.

 Transformateur d’intensité :

Ce type de transformateur, appelé aussi transformateur de courant, est dédié à


l'adaptation des courants mis en jeu dans des circuits différents mais
fonctionnellement interdépendants.

Un tel transformateur autorise la mesure des courants alternatifs élevés. Il


possède une spire au primaire, et plusieurs spires secondaires : le rapport de
transformation permet l'usage d'un ampèremètre classique pour mesurer
l'intensité au secondaire, image de l'intensité au primaire pouvant atteindre
plusieurs kilos ampères (kA).

Rapport de stage Page 33


2010/2011

 Transformateur de tension :

Ce transformateur est l'un des moyens pour mesurer des tensions alternatives
élevées. Il s'agit d'un transformateur qui a la particularité d'avoir un rapport de
transformation étalonné avec précision, mais prévu pour ne délivrer qu'une très
faible charge au secondaire, correspondant à un voltmètre. Le rapport de
transformation permet de mesurer des tensions primaires s'exprimant en kilovolts
(kV). On le rencontre en HTA et HTB. D'autres technologies existent, comme celle
du diviseur capacitif.

 Combiné de mesure (TT-TC) :

Le combiné de mesure est un appareil comprenant deux transformateurs


incorporés (un TC et un TT). Son rôle est double : la mesure de courant et de
tension. Il permet une diminution notable de l’encombrement.

Ces appareils rassemblent dans une même enceinte un transformateur de


courant et un transformateur de tension, chacun ayant ses enroulements et
circuits magnétiques propres.

L’ensemble est placé sur un soubassement en tôle d’acier, surmonté d’un isolateur
en porcelaine assurant l’isolement à la masse de la tête de borne supérieure. Cette
dernière, contenant la partie active de transformateur de courant, comporte
éventuellement sur son couvercle, outre les bornes primaires, le système de
commutation en cas de rapports multiples.

L’isolement de la haute par rapport à la basse tension et par rapport à la masse est
assuré par du papier séché en étuve sous vide et imprégné à l’huile.

Rapport de stage Page 34


2010/2011

Chapitre 3:

Protection des transformateurs :

I. Protection mécanique :
C’est une protection ancienne basée sur la technique des relais constitués des
bobines et contacts. On trouve dans cette catégorie les protections contre les
courts-circuits. Exemple le MIC 11 au poste d’Errachidia, le ITGD 7182 aux postes
Erfoud et Boudnib, le MISH 1111 au poste Rich et le MISH 2222 au poste
Goulmima.

II. Protection statique :


Les protections ampérométriques de type statique sont composées de cartes de
seuils à technologie électronique et de relais électromécaniques. La carte et
constituée de plusieurs composants électroniques et de circuits analogiques. Le
signal obtenu par le réducteur de mesure est filtré, redressé et transformé en un
signal continu proportionnel au premier. Il est comparé ensuite à la valeur de
consigne afin d’envoyer la commande au relais électromécanique.

Le relais électronique reçoit les signaux analogiques à partir des réducteurs de


mesure, il les convertit en signaux analogiques plus faibles. Ces signaux
analogiques de valeurs faibles attaquant alors des composants électroniques
(diodes, transistor, etc.….) pour élaborer des informations via les contacts de
déclenchements vers l’extérieur du relais(disjoncteurs)

Rapport de stage Page 35


2010/2011

III. Protection numérique :


Le numérique consiste à transformer les grandeurs analogiques en numérique. Le
signal n’est plus qu’une suite de ‘0’ et de ‘1’, une fois sous cette forme, le signal
peut être copié et transmis sans pertes car au lieu de transporter un signal
d’amplitude doit varier fidèlement à l’original, on transporte un signal formé
seulement de deux amplitudes.

Ainsi lorsqu’un parasite perturbe un signal analogique, en numérique ce parasite


n’aura aucun effet. Après un transport et un stockage en numérique le signal
devra revenir à sa forme analogique. La protection numérique est constituée d’un
ensemble de cartes à base de combinatoires logiques qui traitent les données sous
leurs formes numériques, d’un convertisseur analogique numérique et d’un
convertisseur numérique analogique.

La protection numérique traite le signal analogique reçu par le transformateur de


courant rien qu’avec des combinatoires logiques au sein de microprocesseur, ce
qui nécessite un convertisseur analogique numérique avant le traitement des
données et un convertisseur numérique analogique après ce traitement.

Rapport de stage Page 36


2010/2011

IV. Protection des transformateurs :


1/ Introduction :

Un transformateur de puissance est un important dispositif ou partie d’un réseau,


tant du point de vue de sa fonction que de son prix élevé. De ce fait, sa
disponibilité est très importante pour éviter des pertes de production dues à des
pannes.

Selon sa puissance, certaines pièces de rechange, ou un transformateur de secours


pourront être mise à disposition. La fiabilité du transformateur pourra être accrue
par une bonne protection et supervision. Contrairement à un défaut sur une ligne
qui peu être réparée sur place, le défaut sur un transformateur peut nécessiter une
intervention en usine.

2/ Causes de défauts :

Ils sont souvent causés par :

*une perte d’isolement entre enroulements ou entre enroulement et noyau, elle-


même causée par :

 un vieillissement du transformateur du à un échauffement de longue durée


 une contamination de l’huile
 des décharges corona sur l’isolation
 Surtensions transitoires dues à la foudre ou aux manœuvres
 Forces électrodynamiques sur les enroulements dues aux courants élevés de
défauts externes ou aux courants d’enclenchement lorsque le
transformateur est mis sous tension.

*des courts-circuits et défaut terre : causés par une diminution ou perte


d’isolement des enroulements.

*dommage sur le réservoir du à une surpression

Etc.….

Rapport de stage Page 37


2010/2011

En général, les protections d’un transformateur sont soit externes ou internes


selon le type des défauts.

1-protections internes :

1-1. Protection Buchholz :

Ce relais mécanique est placé dans la conduite d’huile (figure au dessous) qui relie
la cuve du transformateur au conservateur d’huile. Il est sensible à tout
mouvement de gaz ou d’huile. Si ce mouvement est faible, il ferme un contact de
signalisation alarme Buchholz. Par ailleurs, un ordre de déclenchement est émis au
moyen d’un autre contact se fermant en cas de mouvement important. Ce relais
est le seul dispositif qui permette de détecter les amorçages entre les spires du
transformateur produisant un dégagement de gaz. Tous les transformateurs et
inductances dans l’huile sont équipés de ce type de relais.

Principe de fonctionnement du relais Buchholz

Rapport de stage Page 38


2010/2011

1-2 Protection masse cuve :


Pour utiliser cette protection ( figure au dessous), la cuve du transformateur, ses
accessoires (par exemple, les pompes), ainsi que ses circuits auxiliaires doivent être
isolés du sol par des joints isolants. La mise à la terre de la cuve principale du
transformateur est réalisée par une seule connexion courte qui passe à l’intérieur
d’un TC tore qui permet d’effectuer la mesure du courant s’écoulant à la terre.

Protection masse cuve

Rapport de stage Page 39


2010/2011

1-3 protection de température :


Une élévation excessive de température d’huile est signe de défaut du
transformateur.

Des sondes immergées dans d’huile permettent de contrôler la température.

Les seuils utilisés pour les transformateurs sont :

Alarme à:

 80° pour les transformateurs HT/MT


 90° pour les transformateurs TT/HT/MT

Déclenchement à :

 90° pour les transformateurs HT/MT


 100° pour les transformateurs THT/HT/MT

Rapport de stage Page 40


2010/2011

2 : protections externes :

2-1 protections à maximum de température :

Cette dénomination regroupe les fonctions suivantes :

 Relais instantané :
lorsqu’un seuil de courant est dépassé, le relais émet aussi rapidement
que possible un ordre de déclenchement.

 Relais temporisé :
Lorsqu’un seuil de courant est dépassé, une temporisation est mise en
route.si à l’échéance de cette temporisation le seuil est toujours dépassé, le
relais émet un ordre de déclenchement

 Relais à temps inverse :

Le déclenchement est émis au bout d’un temps inversement proportionnel


à la valeur du courant.

Les relais de protection utilisés sur les réseaux sont généralement des
combinaisons de ces fonctions.

2-2 protections contre les surtensions atmosphériques :


Sous l’influence du champ électrique terrestre des charges statiques prennent
naissance sur les lignes aériennes dont elles élèvent le potentiel par rapport à la
terre.

Lorsque la foudre tombe dans le voisinage d’une ligne, celle-ci fonctionne comme
une antenne. Une onde mobile prend naissance sur la ligne dont elle élève
brusquement le potentiel.

Rapport de stage Page 41


2010/2011

Conclusion :
Que l’enseignement professionnel et technique, dont l’objectif est
d’apprendre un métier et ses méthodes, doive prendre en compte la réalité
des entreprises, leurs besoins et leur évolution, rien de plus normal. Dans
l’optique d’ « intégrer l’enseignement professionnel au monde du travail »,
l’ouverture sur le monde de travail permet une réflexion des élèves
stagiaires sur leur avenir professionnel et les moyens à mettre en œuvre
pour réussir. Est-elle reproductible à grande échelle.

Chaque partenariat doit reposer sur une convention qui définit l’objet
de l’intervention, les obligations des contractants et les modalités de
résiliation.

Un accord gagnant-gagnant en somme entre l’Education nationale et


l’entreprise.

Rapport de stage Page 42