Vous êtes sur la page 1sur 40

CONSEIL SUPERIEUR DES MALADIES Luxembourg, le 2 avril 2020

INFECTIEUSES

Présidente : Dr Thérèse STAUB


Service National des Maladies Infectieuses
Vice-présidente : Dr Isabel de la FUENTE GARCIA
Expert permanent en infectiologie pédiatrique
Secrétaire : Dr Françoise BERTHET
Direction de la Santé,
Directeur adjoint

Membres :
Dr Armand BIVER
Société Luxembourgeoise de
Pédiatrie
Dr Jean FABER RECOMMANDATIONS du CONSEIL SUPÉRIEUR des MALADIES INFECTIEUSES
Société Luxembourgeoise de
Pneumologie
Dr Carine FEDERSPIEL
Société Médicale
Protocole pour la prise en charge de
Luxembourgeoise de Patients ayant une infection COVID-19 confirmée ou suspectée
Géronto-Gériatrie
Thibault FERRANDON
Fédération Luxembourgeoise
des Laboratoires d’Analyses Vu l’urgence de disposer de lignes de conduite nationales relatives à la prise en
Médicales
charge du COVID-19 dans le contexte épidémique actuel, le Conseil supérieur
Dr André FOLSCHETTE des maladies infectieuses émet un avis d’experts concernant la stratégie
Association des Médecins-
Dentistes thérapeutique du COVIF-19, à l’usage des cliniciens.
Dr Silvana MASI
Direction de la Santé,
Division de la Médecine
scolaire et de la santé des NOTE
enfants et adolescents

Dr Monique PERRIN Le présent avis d’experts inclut l’usage de médicaments hors autorisation de
Laboratoire National de mise sur le marché et de traitements expérimentaux, qui ne saurait exonérer le
Santé
prestataire de soins de suivre les procédures réglementaires en vigueur.
Dr Jean-Claude SCHMIT
Direction de la Santé,
Le CSMI recommande, dans la mesure du possible, l’inclusion des patients dans
Directeur des essais cliniques.
Dr Jean-Paul SCHWARTZ
Cercle des Médecins
Généralistes
La Direction de la santé, et en particulier la Division de la pharmacie et des
médicaments, évalue toutes les demandes soumises dans le cadre du COVID-19
Dr Nguyen TRUNG NGUYEN
Laboratoire National de pour un usage off-label ou bien sans AMM d'une manière accélérée pour
Santé permettre la mise en place d'un traitement dans les meilleures conditions et les
Dr Pierre WEICHERDING meilleurs délais.
Direction de la Santé,
Division de l’Inspection
sanitaire
Marcin WISNIEWSKI
Direction de la Santé,
Division de la Pharmacie et
des médicaments
Expert permanent :

Dr Vic ARENDT
Service national des maladies
infectieuses
Protocole pour la prise en charge des patients ayant une infection
COVID confirmée ou suspectée

Préparé après consultation des recommandations des hôpitaux de Lombardie, de celles


du Ministère de la Santé espagnol, du guide chinois pour la prise en charge des patients
avec pneumopathie à SARS-Cov2, des recommandations belges ainsi que de celles de
différents grands centres suisses et français (HUG de Genève, CHUV de Lausanne,
Université de Bordeaux).

Index:

1. généralités page 2
2. cycle cellulaire et action des antiviraux page 4
3. histoire naturelle de la maladie page 7
4. flowchart flux aux urgences et orientation du patient page 9
5. critères de gravité, facteurs de risque page 10
6. tableau des options de thérapie anti-virale et anti-
inflammatoire/immunomodulatrice page 12
7. choix des régimes antiviraux page 16
8. spécificités de la prise en charge pédiatrique page 17
9. résumé des caractéristiques principales des médicaments page 20
10. consentement éclairé (modèle CHdNord) page 23

Annexe 1 : Recommandations générales et options à envisager pour les praticiens envisageant un traitement
par hydroxychloroquine pour leurs patients infectés par le COVID-19 (Dr Laurent Grobent, cardiologue)

Annexe 2: Analyse des données existantes sur les molécules actives contre les coronavirus ou contre l'ARDS
(Pr. Calmy, HUG, Genève)

***

Groupe de travail ayant collaboré à cette guideline:

CHduNord: Simone Casel, Jean Wagner, Christine Fraix, Youssef Sofiane


CHEM: Sonja Hoffmann, Serge Meier, Marie Minaidis
CHL: Thérèse Staub, Marc Simon, Christian Ferretti, Elise Jourdan,
Laurent Groben, Vic Arendt
HRS: Alain Bodart, Catherine Burgy, Marc Schlesser, Anne Otto,
Gérard Schockmel
MiSa: Anna Chioti, Jean-Jacques Repplinger

1
1. Généralités
Ces recommandations s’adressent aux cliniciens confrontés à la prise en charge de
patients atteints de COVID-19. Elles établissent, sur base des connaissances actuelles, les
critères de choix thérapeutiques pour la prise en charge des patients aux divers stades
de la maladie et les médicaments utilisés dans le traitement des patients atteints de
COVID-19, soit à visée antivirale, soit contre la réponse inflammatoire excessive contre
le virus, menant au syndrome de détresse respiratoire.

Ce guide ne couvre pas les mesures de prévention de la transmission du virus au sein


des structures de santé ni dans la population. Ces mesures ont été mises en place avec
les différentes équipes de prévention de l'infection et les directions des différentes
institutions hospitalières et, sous la guidance de la Direction de la santé, les chargés de
direction des structures d’hébergement pour personnes âgées, ainsi que les réseaux
d’aide et de soins.

Ce guide ne couvre pas non plus les modalités de support respiratoire, que ce soit par
oxygène, oxygène à haut débit nasal, ventilation non invasive ou invasive. Les mesures et
modalités ont été mises en place par les sites en concertation avec la Direction de la
santé.

L'hydratation et le remplissage vasculaire en cas de sepsis et de choc sont à la


discrétion des équipes en charge des patients, avec comme principe de base un
remplissage suffisant, tout en évitant une surcharge volumique sur un poumon fragile.
D'une manière générale la solution de Ringer sera préférée au NaCl isotonique.

Anticoagulation: veillez à une bonne (voire intensifiée) anticoagulation prophylactique.

Les aérosols bronchodilatateurs sont déconseillés, sauf indication formelle. Si on


préférera des aérosols doseurs (puffs ou poudres) avec chambre d'expansion. Si des
aérosols sont néanmoins prescrits, la personne administrant ces produits portera un
masque FFP-2.

L'oxygénothérapie à haut débit devrait de préférence ne pas être humidifiée pour


réduire les aérosols.

La ventilation non invasive se fera de préférence avec un double circuit et filtre


expiratoire et un full face masque.

Imagerie pulmonaire:
L'imagerie fera partie de tout bilan de patient suspect ou confirmé COVID.
le scanner sera l'examen préféré dans la mesure de sa disponibilté, du moins pour un
bilan initial de l'étendue des lésions ou pour renforcer l'indice de suspicion de COVID, en
attendant la confirmation par PCR sur frottis nasopharyngé ou prélèvement profond.
Les lésions sont suggestives de COVID sont: aspect en verre dépoli, souvent bilatérales,
infiltrats "patchy", zones de condensation (facteur de gravité). Une atteinte de > 30% du
parenchyme ou une progression rapide sur deux examens successifs constituent aussi
des critères de gravité.

2
Un frottis naso-pharyngé sera réalisé systématiquement chez tout patient suspect
de COVID. Par contre, devant une forte suspicion clinique, radiologique et/ou
biologique, le traitement empirique nécessaire sera mis en route sans attendre les
résultats.
A noter que la sensibilité du prélèvement naso-pharyngé est loin d'être 100% (+/-
70% en fait), et en cas de forte suspicion avec frottis négatif, il convient de répéter le
frottis. Quand c'est possible des prélèvements profonds (expectoration ou aspiration
trachéale) seront réalisés. Le rendement des frottis dépend beaucoup de la qualité du
prélèvement; la profondeur de prélèvement correcte correspond à la distance entre la
narine et le tragus de l'oreille (>6cm).

Lors du passage aux urgences, un ECG sera réalisé dans la mesure du possible, même si
le patient n'est pas hospitalisé. Connaitre le QT permettra par la suite la mise en route
d'un éventuel traitement par Chloroquine en ambulatoire, en cas de confirmation du
diagnostic pour des patients avec facteurs de risque ou pneumopathie légère ne
nécessitant pas une hospitalisation. Si la charge de travail ne le permet pas, il faudra en
tout cas vérifier les antécédents cardiaques (arythmie, troubles de conduction) et la co-
médication.
La Chloroquine est formellement contrindiquée avec la Cordarone, le Flecainide, mais
aussi le Tegretol. Prudence avec d'autres médicaments allongeant le QT: macrolides,
quinolones, certains antifongiques, antidépresseurs, neuroleptiques, propofol (liste non
exhaustive, à vérifier sur www.covid19-druginteractions.org )

Le bilan biologique initial comprendra NFS, urée, créatinine, ionogramme,


transaminases, CPK, troponine, marqueurs inflammatoires (CRP, procalcitonine, d-
dimères, ferritine, IL-6 si disponible), lactates si forme sévère (si hospitalisation) +
antigènes urinaires Legionella/pneumocoque (+ grippe selon la saison), hémoculture.

L'anamnèse insistera sur les facteurs de gravité, les facteurs de risque associés et la
date de début des symptômes.

L'évaluation de l'atteinte respiratoire comprendra l'évaluation de la dyspnée


subjective, de la fréquence respiratoire, la mesure de la saturation HbO2 et si nécessaire
la réalisation de gaz sanguin avec calcul du rapport P/F (pO2/FiO2). A l'air ambiant, une
pO2 <63 ou < 53 correspondent à un rapport P/F < 300 et <250 respectivement. Elle
comprendra également une imagerie par CT (ou RX si accès CT limité).

3
2. Cycle cellulaire et action des antiviraux

4
Modes d'action des antiviraux (aproximatif et sans garantie)
• Inhibiteurs de différentes protéases virales:
• Lopinavir/ritonavir (Kaletra)
• Remdesivir
• famipiravir
• Acidification de l’endosome:
• Hydroxy-Chloroquine (Plaquenil)
• Inhibition de NS5 protéine:
• Sofosbuvir (Sovaldi, anti-HCV)
• Interférence avec la synthèse d’ARN viral?:
• Ribavirine (Copegus)
• Downregulation des récepteurs ACE-2
• Spironolactone
• fusion cellulaire: Camostat
• assemblage viral? A COMPLETER
• Interferons?
 nitazoxanid

5
6
3. Histoire naturelle de la maladie
Histoire naturelle: le SARS-CoV2 se transmet très efficacement par voie aérienne. La
durée médiane d'incubation est de 5 jours mais peut être plus courte (2-3 jours). Au
moins la moitié des porteurs sont asymptomatique ou présentent des symptômes brefs
1 à quelques jours). Par contre la durée de portage médiane est de 14 jours, et semble
plus longue chez les patients plus atteints (médiane de 20 jours chez des patients
hospitalisés). Le virus reste présent durant la phase de décharge de cytokines et les
patients présentant une évolution fatale restent le plus souvent porteurs du virus au
moment du décès. Ceci plaide en faveur de la poursuite d'un traitement antiviral chez
des patients en ARDS, même si l'efficacité des traitements antiviraux actuellement
disponibles semble assez limitée.
Une aggravation des symptômes respiratoires avec pneumonie, voire ARDS se
développe vers la fin de la première semaine chez une partie des patients qui
présenteront une évolution défavorable.

7
8
4. Flowchart flux aux urgences et orientation du patient

9
Feuille de triage pour un patient présentant des signes compatibles avec COVID-19 ou
confirmé positif se présentant au tri des urgences

1. Retour à domicile :
- en l’absence de critères de gravité (réf. critères de gravité)
- en l’absence de facteurs de risque (réf. facteurs de risque)
- demander un test par frottis devant toute suspicion (labo hôpital ou externe)

Retour avec consignes de surveillance et explications signes de gravité (feuille du


gouvernement auto-isolement)
info sur l'App pour suivi à domicile de patients Covid (du ministère ou de l'hôpital)
NB : réalisation Imagerie pour tout cas suspect ou confirmé et labo si doute clinique

2. Hospitalisation en Unité de soins :


- fréquence respiratoire 18-30
- SaO2 < 93% à l’air ambiant ; donc hospitalisation si besoin en O2
- +/- autres critères de gravité

Hospitalisation avec surveillance des paramètres toutes les 4 heures

3. Avis Soins intensifs :


- besoins en O2 >5 l/minute (pour garder une satHbO2 > 93%)
- polypnée > 30 (FR à partir de 24 est un facteur de risque)
- patients avec TAS < 90 mmHg

5. Critères de gravité et facteurs de risque


Critères de gravité pour décision d'hospitalisation: (au moins 1 des suivants)
- Polypnée (FR >21/minute)
- SaO2 < 94% à l’air ambiant
- Tension artérielle systolique < 90mmHg
- Déshydratation ou AEG brutale , sepsis
- biologie: d-dimères >1; CRP >50, lactate >2,5 mmol/L, lymphos <1000
- radiologique: atteinte de >30 % ou bilatérale ou consolidation

Facteurs de risque :
- >65 ans
- Maladie respiratoire chronique
- Maladies cardio-vasculaires (y compris HTA mal contrôlée)
- Diabète
- Déficience immunitaire (greffe d'organe, HIV, tt. immunosuppresseur)
- cancer évolutif
- autres: obésité morbide; cirrhose, insuff. rénale avancée, grossesse

10
Stratégie thérapeutique

Généralités

Les patients confirmés porteurs du virus, seront en isolement pendant 14 jours, soit à
domicile si absence de facteurs d'hospitalisation, soit à l'hôpital.

Inhibiteurs de ACE/Sartans: augmentent l'expression des récepteurs de ACE-2;


actuellement les sociétés de cardiologie européennes et américaines ne recommandent
pas de changer ces traitements; certains le font par principe de précaution.

Spironolactone: diminueraient l'expression de ces récepteurs et pourrait ainsi avoir un


effet protecteur

Antibiotiques: pas systématique; mais si patient hospitalisé on ajoutera souvent un


antibiotique dans le doute sur une éventuelle surinfection. Beaucoup d'équipes
suggèrent de couvrir les germes atypiques, de préférence par Doxycycline ou
Azithromycine chez des patients sous Plaquenil à cause de l'effet sur le prolongement de
l'espace QT.

Traitement de la phase hyperinflammatoire / ARDS / cytokine storm:

Décision de mettre sous Tocilizumab:


Beaucoup d'équipe sont maintenant plus agressives sur cet axe. Le CHUV de Lausanne
suggère l'association d'un ARDS avec des marqueurs inflammatoires augmentés
(≥2 de: D-dimères>1000μg/mL, CRP>150mg/mL, PCT>1μg/mL) comme critères pour
débuter un traitement par Tocilizumab.
L'équipe de Madrid les démarrent si besoin d'une FiO2 >60% pour maintenir une SaO2 à
90%

Décision de mettre sous corticoïdes:


selon Villar https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lanres/PIIS2213-2600(19)30417-5.pdf
la mortalité des ARDS en général est nettement réduite si on introduit la
Dexaméthasone, 20 mg/j pendant 5 jours, puis 10 mg/j. IL faudrait le faire au plus tard
quand P/F <200 selon cet article.
l'article de Wu (JAMA, non randomisé et rétrospectif)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32167524# montre également un sevrage du
ventilateur plus rapide et une meilleurs survie chez les patients présentant un ARDS
sur COVID s'ils ont bénéficié de corticoïdes.

11
Traitement à visée antivirale:

La phase de réplication virale continue durant l'ARDS, donc il faut associer des
antiviraux quelle que soit la durée d'évolution, sauf si les aspirations ne montrent plus
de virus.
Le fait que le Kaletra n'ait pas montré de bénéfice de survie chez des patients avec une
pathologie sévère n'est pas étonnant. Ce n'est pas un anti-coronavirus très puissant, qui
a été utilisé en mono-thérapie et au stade d'ARDS. N'oubliez pas qu'avec HIV on a essayé
des mono et bi-thérapies pendant +/- 8 ans, avant d'avoir des trithérapies suffisamment
puissantes à notre disposition pour bloquer complètement la réplication virale. Dans le
cas présent et chez des patients sévères, il faut associer un traitement antiviral le plus
puissant possible et un traitement de l'ARDS. Malheureusement, au stade actuel, nous ne
savons pas encore quelle combinaison anti-virale sera efficace et aucune n'a
d'autorisation dans cette indication.
La recommandation est donc, pour tous ces traitements, de demander un
consentement éclairé oral avec témoin ou écrit au patient, lui expliquant qu'il s'agit
d'une utilisation hors AMM et dont l'efficacité est inconnue.
Par ailleurs il faut bien noter les effets secondaires éventuels à rapporter au niveau
pharmacovigilance.

La Ribavirine peut donner des anémies hémolytiques, mais qui sont réversibles à
l'arrêt. Dans une étude de cas sévères avec SARS-Cov1 ayant reçu des doses élevées de
Ribavirine, la chute d'Hb était de 4g/dl comparé à 2g/dl chez ceux qui n'avaient pas reçu
ce traitement. Dans l'hépatite C ellé a montré de bons résultats mais uniquement en
association avec l'Interféron. Il en est de même dans les études sur macaques et humains
dans le SARS et le MERS. Sur base de ces études, nous suggérons également de l'utiliser
uniquement en combinaison avec l'interféron et/ou le Kaletra.

Il est improbable qu'un des médicaments actuellement disponibles (à part le


Remdesivir, ce qui reste à démontrer), utilisé en monothérapie, puisse amener une
réduction cliniquement significative, d'autant plus s'il est utilisé tard par rapport au
début des symptômes. Pour cette raison nous ne proposons que des bi- respectivement
trithérapies pour les patients hospitalisés avec pneumonies.

12
ID patient vignette

Fiche de suivi hospitalière


COVID

date début des symptômes: ......./...../........

alertes J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7
/ / / / / / / / / / / / / /
temp.
TA <90
Sat <93
FR >24
besoin O2 >3 l/min
P/F * <300
dyspnée (0-4)
toux (0-4)
RX/CT*consolid présence
RX/CT* % >30%
atteinte
RX/CT*aggrav rapidité
lymphopénie <800
d-dimère >1000
CRP >100
IL-6 >35
LDH >300
urée
tropo

13
Tableau de prise en charge
Covid léger sans pneumonie *pneumonies légères sans pneumonies avec critères pneumonies sévères
critères de gravité ou d'hospitalisation
*Covid légers sans
pneumonies mais avec
facteurs de risque
faire un prélèvement diagnostic à tous les patients (frottis ou prélèvement profond)
devant tout tableau compatible avec une pneumonie, réaliser une imagerie, de préférence par CTscan
La Chloroquine est formellement contrindiquée avec la Cordarone, le Flecainide, mais aussi le Tegretol. Prudence avec d'autres
médicaments allongeant le QT: macrolides, quinolones, certains antifongiques, antidépresseurs, neuroleptiques, propofol (liste non
exhaustive, à vérifier sur www.covid19-druginteractions.org )
retour à domicile retour à domicile hospitalisation U-COVID hospitalisation USI ou salle, si
CI à la réa (âge, co-morbidités)
traitement symptomatique traitement symptomatique tt symptomatique +/- antibiotiques support ventilatoire,
antibiotiques
suivi tél et/ou par App suivi tél et/ou par App
protocole de recherche protocole de recherche
+/- Plaquenil* si pneumonie ou ou
ou facteurs de risque *Plaquenil +Kaletra+ bêtaIFN
* uniquement après * (Plaquenil + Kaletra) ou
confirmation du diagnostic *Plaq +bêtaIFN + RIbavirine
par un frottis et après *(Plaq+bêtaIFN+Ribavirine) ou
exclusion d'éventuelles *Kaletra+bêtaIFN+Ribavirine
contre-indications à son * (Kaletra + bêtaIFN+Ribavirine)
usage (QT long, tr. de *interactions à vérifier à
conduction, Cordarone, chaque fois
Flecainide.)
Plaquenil à décider au cas
par cas; antibiotique
doxycycline ou azithromycine si
nécessaire
14
Doses :

* Plaquenil 2x400 mg au J1, puis 2x200 mg/j du J2 à J7 Si évolution vers un SARS, traitement anti-cytokines et
* Kaletra 2x2 cp/j pour 7(-14 jours) antiinflammatoire (ARDS / sepsis / choc et syndrome
* Betaferon 0,25 mg toutes les 48 heures (x3 doses) inflammatoire (≥ des critères suivants: D-dimères > 1.000
* Ribavirine 200 mg; 1800 mg initial, puis 600 mg toutes les 8 heures
µg/ml, CRP > 150 mg/ml, PCT > 1 µg/ml)
* Tocilizumab : 400 mg ou selon le poids, à répéter après 12 heures
* Dexaméthasone : 20 mg/j (J1-5), puis 10 mg/j ou Méthylprednisolone
40-80 mg/j * Tocilizumab (études observationnelles et efficacité ++ dans
syndrome de relargage des cytokines en hématologie-
Antibiotiques : oncologie; Kotch https://10.1080/174
* Augmentin ou Rocéphine ou autre selon la gravité, durée, etc. ;
* pour couvrir les germes atypiques, * Corticoïdes pouvant réduire la mortalité à ce stade (Villar;
Doxycycline (de préférence ) 200 mg/j ; ou Wu et al.) 4666X.2019.1629904
Azithromycine 500 mg J1 (à jeun), ensuite 250 mg/j
* Eviter les macrolides, quinolones et autres médicaments allongeant le QT
sous Plaquenil
* Toujours vérifier les interactions et contre-indications sur
www.covid19-druginteractions.org

15
7. Choix du régime antiviral
Le choix d'un régime plutôt que d'un autre, en absence d'études cliniques
comparatives, est difficile et se basera sur les contre-indications à l'une ou l'autre
molécule, en tenant compte des interactions éventuelles.

-Tout patient pouvant être enrôlés dans un protocole de recherche (Discovery) sera
préférentiellement inclus dans ce protocole.
-Pour ceux qui ne peuvent pas être enrôlés dans Discovery, ils seront traités selon le
guideline national, avec pour tout patient, obtention d'un consentement éclairé et
engagement de la part du clinicien à noter les effets secondaires constatés, en vue d'un
reporting (pharmacovigilance).

1)Patients hospitalisés avec pneumonie, n'ayant pas besoin d'oxygène pour


maintenir une sat>93%, et sans critères de gravité biologiques ou radiologiques
(qui sont: d-dimères >1000, CRP>100, PCT>1, LDH>350; condensation , atteinte >30%
ou aggravation à l'imagerie: bithérapie Plaquenil + Kaletra ; si intolérance à l'un ou
l'autre, remplacer la molécule en question par (IFN + Ribavirine)

2)Patients hospitalisés avec pneumonie et besoin d'oxygène, ou gravité


/aggravation:
trithérapie : voir tableau

3) Patients avec pneumonies sévère /ARDS


trithérapie : voir tableau

CLQ=hydroxychloroquine, Lopi =Lopinavir/ritonavir; IFNb =Betaferon R ; RIba_ Ribavirine


antiviral anti-
inflammatoire/cytokine
1er choix si intolérance ou
contrindication à
une des molécules
pneumonies CLQ+Lopi *CLQ + IFNb+Riba
modérées ou
*Lopi+IFN+Riba
pneumonies avec *CLQ+Lopi+IFNb *CLQ + IFNb+Riba corticoïdes si
besoin d'O2 ou ou aggravation
critères de gravité *Lopi+IFNb+Riba
bio/RX
pneumonies avec idem idem +Corticoïdes +/-
besoin O2 à haut Tocilizumab
débit,VNI, intubation
ou support inotrope
ou marqueurs bio (≥2
des critères suivants: D-
dimères > 1.000 µg/ml, CRP
> 150 mg/ml, PCT > 1
µg/ml

16
8. Spécificités de la prise en charge pédiatrique

Particularités de la prise en charge des enfants infectés par le COVID-19

Clinique :

 Les données disponibles à date montrent que les infections dues au SARS-CoV-2
chez les enfants sont moins fréquentes que chez les adultes avec des tableaux
souvent peu graves et que les tableaux sévères restent exceptionnels.

 Les manifestations cliniques fréquentes et bénignes sont aspécifiques par


rapport aux autres infections virales fréquentes en pédiatrie (infections des voies
respiratoires hautes, fièvre, dysphagie, fatigue, myalgies, céphalées, perte de goût
et ou de l’odorat, symptômes gastro-intestinaux avec diarrhées/vomissements et
nausées)

 Plus rarement l’infection peux conduire à des infections respiratoires basses plus
graves avec dans certains cas de pneumopathies hypoxemiantes avec
insuffisance respiratoire.

 Exceptionnellement des tableaux très graves ont été décrits (ARDS, myocardite,
coagulopathie, hépatite, rhabdomyolyse)

Prise en charge diagnostique :

 Pour les enfants avec des tableaux d’infection des voies respiratoires inférieures
ou signes de gravité (hypoxie, détresse respiratoire, syndrome inflammatoire..)
d’autres causes de maladies pulmonaires graves doivent être exclues même si le
prélèvement des voies respiratoires est positif pour le COVID-19 (RSV, autres
pathogènes respiratoires etc)

 En cas de suspicion clinique d’infection des voies respiratoires basses la


radiographie de thorax reste l’examen de choix, avec recours au scanner
thoracique uniquement sur avis spécialisé et sur indication clinique spécifique.
Contrairement à l’adulte il n’est donc pas l’examen radiologique de choix. La
radiographie pulmonaire peux être complétée par une échographie thoracique si
indiqué.

Prise en charge clinique et thérapeutique :

 Les enfants avec des tableaux mineurs suivis au domicile nécessitent tout comme
les adultes de consignes de surveillance et explications de signes de gravité.

 Les patients avec des comorbiditées sévères (cf liste 1 ) ou des signes de gravité
(cf liste 2) nécessitent une évaluation par le pédiatre avec évaluation de la
nécessité d’hospitalisation au service national de pédiatrie (chambres spécifiques
dediées pour les infections a COVID-19).

17
 A date aucun traitement spécifique pour le COVID-19 est recommadé pour les
patients pédiatriques

 Les directives générales pour le traitement des infections des voies respiratoires
s'appliquent aux enfants infectés par le COVID-19.

Pour les enfants suivis en ambulatoire :

- La kinésithérapie respiratoire n’est pas recommandée, étant rarement utile dans


le traitement des infections respiratoires chez l’enfant, sauf en cas de pathologie
associée (pathologie neuromusculaire, mucoviscidose..) et le risque d’infection
d’autrui.

- Les antibiotiques sont indiqués uniquement en cas de suspicion de surinfection


bactérienne (après bilan complémentaire).

- Les bronchodilatateurs sont indiqués pour le traitement du bronchospasme si


présent, de préférence des puffs de salbutamol via une chambre d’inhalation.
L’utilisation de nébulisateurs comporte un risque théorique d’aérosolisation du
virus.

- Les stéroïdes systémiques ne sont pas un traitement de première intention. Les


indications pour les stéroïdes dans une crise d'asthme sont inchangées, même
lorsqu'une infection au COVID-19 provoque la crise d'asthme.

- Le paracétamol est préféré pour le traitement de la fièvre / douleur en raison


d'un meilleur profil d'innocuité que les AINS. L'utilisation d'ibuprofène ou
d'autres AINS est limitée, bien qu'il n'y ait pas de preuve d'un risque plus élevé de
complications avec COVID-19 en particulier.

- Les traitements chroniques des enfants recevant des AINS, des IEC ou des
antagonistes des récepteurs de l'angiotensine ne doivent pas être
systématiquement modifiés (à discuter au cas par cas avec médecin réfèrent de
l’enfant).

- Pour les patients traités par immunosuppresseurs (y compris corticosteroïdes au


long cours), une adaptation du traitement sera évaluée au cas par cas, mettant en
balance le risque théorique de virose plus sévère et le risque lié à une réduction
de l’immunosuppression.

- L'allaitement sera poursuivi avec les mesures de protection et d'hygiène


appropriées

18
Pour les enfants nécessitant hospitalisation en raison de comorbiditées sévères
ou des signes de gravité

- Seule une très petite minorité des enfants hospitalisés devront bénéficier d’un
traitement antiviral : ‘Primum non nocere’. Les différentes molécules décrites ci-
dessus présentent un risque certain d’effet indésirable. Leur efficacité clinique
n’est pas démontrée, encore moins chez l’enfant. Dans la mesure du possible, un
éventuel traitement antiviral sera intégré dans un essai randomisé contrôlé.

- Des traitements spécifiques à visée antivirale (lopinavir/ritonavir,


hydroxychloroquine) peuvent être administrés au cas par cas à des posologies
adaptées après avis spécialisé dans les cas sévères (insuffisance respiratoire
nécessitant un soutient ventilatoire, pneumopathie chez patient très
immunosupprimé). Même précautions (contreindications/interactions
médicamenteuses) que chez les adultes.

- Des traitements a visé antiinflammatoire (corticothérapie, immunoglobulines)


pour les patients en état critique (ARDS, myocardite …) peuvent être considérés
après avis spécialisé.

- Des traitements tels que le Remdesevir et le Tocilizumab ne doivent être


considerés que dans des tableaux de gravité exceptionnelle, après consentement
éclairé des tuteurs et si possible sur la base d’une étude clinique en raison du
manque de données de sécurité/efficacité suffisantes dans la population
pédiatrique. (Utilisation a titre compassionnel)

Liste 1. CO-MORBIDITÉS avec risque potentiel d’infection sévère par COVID19 :


- Dysplasie broncho-pulmonaire traitée au cours des six mois précédents par ventilation
mécanique et/ou oxygénothérapie prolongée et/ou traitement médicamenteux continu
(corticoïdes ; bronchodilatateurs ; diurétiques).
- Cardiopathie cyanosante ou hémodynamiquement significative avec ou sans HTaP.
- Prématurés d’âge gestationnel < 32 semaines d’âge gestationnel âgés de < 2 ans.
- Mucoviscidose.
- Pathologie pulmonaire interstitielle chronique.
- Pathologie neuromusculaire.
- Anomalies acquises ou congénitales de l’immunité.

Liste 2. SIGNES de GRAVITE CLINIQUE chez l’ENFANT :


- Difficultés alimentaires chez un nourrisson de moins de six mois (prise de moins de la
moitié des biberons sur 12h consécutives).
- Signes de mauvaise tolérance clinique de la fièvre malgré les mesures adaptées
(asthénie, altération de l’état général, anomalies du teint, frissons, extrémités froides,
pâles ou cyaniques, comportement inhabituel, etc).
- Signes de déshydratation aiguë.
- Existence de troubles de la vigilance.
- Signes de détresse respiratoire, apnées.
- Contexte particulier : très jeune âge (inférieur à 3 mois), ou facteurs de risque de
complications (liste 1)

19
9. Résumé des caractéristiques principales des médicaments
L'HYDROXYCHLOROQUINE :

Consentement éclairé (oral ou écrit) requis par le patient pour être noté sur le dossier
médical.
La Chloroquine est formellement contre-indiquée en cas de traitement
concomitant avec la Cordarone, le Flecainide et autres antiarythmiques de classes
1a et 3, mais aussi le Tegretol.
Prudence avec d'autres médicaments allongeant le QT: macrolides, quinolones, certains
antifongiques, antidépresseurs, neuroleptiques, Natalizumab, Propofol (liste non
exhaustive, à vérifier sur www.covid19-druginteractions.org )

- Attention en cas de myasthénie grave, d'épilepsie, de lésions hépatiques, d'insuffisance


rénale, de déficit en 6-P-déshydrogénase.
- Antiacides : → à au moins 4 h d'intervalle.
- Aminoglycosides : risque de blocage neuromusculaire.

faire un ECG pour espace QT (>450) avant traitement et après 2 jours


si associé au Kaletra ou risque d'allongement de QT.
(évaluation du risque d'allongement de QT (cf ci-dessous Annexe 1)

LOPINAVIR/RITONAVIR :
- Consentement éclairé (oral ou écrit) requis par le patient pour être noté sur le
dossier médical.
Très grande expérience, et profil de sécurité, à oondition de vérifier les
interactions. utilisé chez des centaines de milliers de patients HIV pendant des années.
- Exclure infection par le VIH.
Les données en monothérapies et aux stades avancés ne sont pas convaincantes,
d'où l'intérêt de l'étudier et de l'utiliser .en association.
Préparations commerciales :
KALETRA : 200/50 mg, 100/25 mg comprimés enrobés.
KALETRA : solution orale 80 mg/20 mg/mL.
durée 7 jours, ou plus selon évolution.
- Effets indésirables : fréquents : diarrhée, nausées, vomissements,
rare: prolongation du segment QT de l'électrocardiogramme.
- Interactions/précautions : Les deux principes actifs sont des inhibiteurs de
l'isoforme P450 CYP3A. Le lopinavir/ritonavir ne doit pas être administré en même
temps que des médicaments dont la clairance dépend fortement du CYP3A et pour
lesquels une augmentation des concentrations plasmatiques est associée à des effets
graves et/ou mettant la vie en danger.
Outil de consultation des interactions : https://www.hiv-druginteractions.org/checker.

20
INTERFERON- β1b sc :

- Le consentement éclairé (oral ou écrit) du patient est requis et doit être noté sur le
dossier médical.
- Dosage : 0,25 mg par voie sous-cutanée toutes les 48 h (3 doses; à prolonger
éventuellement selon l'évolution clinique).
- Préparations commerciales :
BETAFERON : solution pour injection 250 mcg/mL.
- Principaux effets indésirables/précautions :
Fièvre, maux de tête, hypertonie, myasthénie, éruption cutanée, nausées, diarrhée,
lymphopénie, leucopénie, réaction locale, faiblesse, arthralgies, syndrome pseudo
gripale.
- Évitez de l'utiliser chez les patients souffrant d'une maladie psychiatrique ou d'une
dépression grave.

RIBAVIRINE:

comprimés à 200mg

dose: initiale de 1800 mg, ensuite 600 mg toutes les 8 heures pendant 7-10 jours

ATTENTION: MEDICAMENT TERATOGENE, DONC CONTRACEPTION EFFICACE POUR


HOMMES ET FEMMES APRES CE TRAITEMENT POUR UNE DUREE DE (v pharmacie)

PAS d'INTERACTION MEDICAMENTEUSES

ANEMIES HEMOLYTIQUES; DONC doser Hb et Haptoglobine tous les jours

TOCILIZUMAB

Sélection des patients


Il est recommandé de sélectionner les patients candidats au tocilizumab selon les
critères dans le tableau de traitement

Critères d'inclusion
- >18 ans
- Pneumonie interstitielle avec insuffisance respiratoire grave (score = 2)
- Dégradation respiratoire rapide avec ARDS et/choc
- Niveaux élevés au moins des deux marqueurs suivants: D-dimères>1000μg/mL,
CRP>150mg/mL, PCT>1μg/mL

Critères d'exclusion
- AST/ALT avec des valeurs supérieures à 5 fois les niveaux normaux.
- Neutrophiles < 500 cellules/mmc.
- Plaquettes < 50.000 cellules/mmc.
- Septicémie documentée due à des agents pathogènes autres que le COVID-19.
- Présence d'une comorbidité qui peut conduire à un mauvais pronostic selon les
critères du clinicien

21
- Diverticulite compliquée ou perforation intestinale
- Infection cutanée en cours (par exemple, pyodermite non contrôlée par un traitement
antibiotique)
- Thérapie immunosuppressive anti-rejet

(proposition de l'échelle de gravité respiratoire Brescia-COVID et de son groupe de


travail italien)

Schéma thérapeutique proposé


A. 3 perfusions au maximum à une dose de 8 mg/kg de poids (dose maximale par
perfusion 800 mg)
B. Deuxième perfusion 8 à 12 heures après la première dose
C. En cas de réponse clinique partielle ou incomplète, éventuellement une troisième
perfusion à distance de 16 à 24 heures
depuis la deuxième perfusion.
Après 24 heures à compter de la dernière administration, répéter le dosage du plasma
de l'IL-6 et/ou des D-dimères

Extraction de l'IL6 : tube sec et orientation manuelle vers le service d'immunologie.

Le traitement doit être administré en association avec un traitement antiviral


(lopinavir/ritonavir ou remdesivir + chlorochine/hydroxychlorochine) et/ou des
stéroïdes (dexaméthasone).

Dose de Tocilizumab en DOSE DE TOCILIZUMAB


COVID-19 par poids

35-45Kg 320mg(4 fl da 80 mg)


46-55 kg 400 mg (1 fl da 400 mg)
56-65 kg 480 mg (1 fl da 400 mg + 1 fl
da 80 mg)
66-75 kg 560 mg (1 fl da 400 mg + 2 fl
da 80 mg)
76-85 kg 600 mg (1 fl da 400 mg + 1 fl
da 200 mg)
>86 kg 800 mg (2 fl da 400 mg)

22
10. Consentement éclairé (modèle CHdNord)

23
Annexe 1: Recommandations générales et options à envisager pour les
praticiens envisageant un traitement par hydroxychloroquine pour
leurs patients infectés par le COVID-19
(Dr Laurent Grobent, cardiologue):

- Réalisation d’un ECG pré-traitement et d’ECG de suivi pendant le traitement


- Éviter les médicaments non-essentiels pouvant être à l’origine d’un allongement
du QTc
- Arrêter les médicaments non-essentiels pouvant être à l’origine d’un allongement
du QTc (après éventuelle discussion avec les prescripteurs respectifs et
notamment le cardiologue traitant pour les traitements antiarythmiques)
- Identifier et corriger d’éventuelles anomalies hydroélectriques
(potassium/magnesium/Ca++)
- Identifier les co-morbidités pouvant augmenter les taux plasmatiques de
chloroquine telles qu’une insuffisance rénale aigue /chronique
- Identifier les traitements pouvant augmenter les concentrations plasmatiques de
chloroquine.
- Utiliser une source d’information fiable pour l’évaluation des médicaments
pouvant allonger le QTc et ses interactions médicamenteuses potentielles :
o CredibleMeds est une source d’information extensive et gratuite
(https://www.crediblemeds.org/), des applications pour Smartphones
existent également.
o Un site plus spécifique d’interactions médicamenteuses dans le cadre des
infections par COVID-19 est également disponible : http://www.covid19-
druginteractions.org/
- Sur le plan extracardiaque à noter également le risque d'hypoglycémie grave
pour les patients avec ou sans antidiabétiques. Si nécessaire il convient de réviser
leur traitement.

Conduite à tenir et algorithme décisionnel pour patients traités par


hydroxychloroquine (vue personnelle (Dr Laurent Groben) et adapté
selon « Chloroquine et hydroxychloroquine - Point d’information à
destination des professionnels de santé » - Réseau français des
Centres régionaux de Pharmacovigilance – 22 mars 2020 -
https://www.rfcrpv.fr/chloroquine-point-dinformation/)

24
25
Annexe 2 Résumé des caractéristiques principales des médicaments

Document repris des HUG de Genève avec permission, mais au vue de plusieurs
modifications, son utilisation n'engage pas la responsabilité des HUG ou des
auteurs du document.

1. Introduction
Le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 peut entraîner des pneumonies sévères.
Il n’existe pas de traitement spécifique qui soit validé, et la prise en charge repose sur les
soins symptomatiques et les soins de support (mesures de réanimation), avec
administration d’oxygène, traitement des surinfections bactériennes, des complications
parfois graves telles que myocardites ou ARDS, avec prise en charge dans une unité de
soins intensifs au besoin.
Certains traitements expérimentaux actifs sur les coronavirus pourraient avoir une
activité sur le SARS-CoV-2, mais très peu de données cliniques sont actuellement
disponibles. Plus de 80 essais cliniques randomisés sont en cours, la plupart en Chine,
dont les résultats à cette date ne sont pas encore publics. Ce document a pour but de les
revoir et de fournir des recommandations basées sur les évidences cliniques.

2. Traitements antiviraux pouvant être considérés : état de la littérature

A) Remdesivir (GS-5734)

 Profil de sécurité:
Administré à plus de 175 patients traités dans un essai de phase III (PALM trial)
contre la maladie à virus Ebola due au virus Ebola Zaire. (Mulangu, NEJM 2019).
Données de sécurité : 1 SAE attribué au remdesivir : hypotension suivie de décès par
arrêt cardiaque, pas d’autre effet indésirable grave. Effets indésirables
rapportés (rapportés chez 3 patients): gastro-intestinaux (nausées, vomissements,
gastroparésie, saignement rectal) et hépatiques (élévation transaminases).

 Données in vitro :
Antiviral à large spectre contre les coronavirus et montrée sur le SARS-CoV-2
notamment, analogue de l’adénosine, terminateur de chaine. (Sheahan, Sci Transl
Med 2017 ; Wang, Cell Res 2020 ; Agastini, mBio 2018)

 Données animales
Modèle murin contre SARS-CoV (Sheahan, Sci Transl Med 2017): réduction de la
charge virale dans les poumons et amélioration des symptômes cliniques et de la
fonction respiratoire lors du traitement précoce
Meilleur que lopinavir/ritonavir dans un modèle murin contre MERS : diminution des
symptômes respiratoires et de la charge virale (Sheahan, Nat Commun 2020). A noter
que le modèle murin est un modèle très limité de la pathologie des coronavirus.

26
Efficace chez les singes infectés par le MERS en prévention et en traitement (De Wit,
PNAS 2020)

 Données chez l’homme :


Rapport de cas avec survie d’un patient traité pour une pneumonie (Holshue, NEJM,
2020) (évidence très faible)
(Midgley, medRxiv, 2020) Série de cas non revue par des pairs: 3/12 patients traités
par remdesevir, non randomisé non contrôlé: pas de décès, pas d’association
temporelle claire entre le traitement et l’amélioration clinique ou le shedding viral,
effets indésirables à type d’augmentation des transaminases. (évidence très faible).

 Accessibilité :
Seul traitement pour lequel des données pré-cliniques existent s’administrant par
voie IV
Difficulté d’approvisionnement : au 7 mars 2020, délivré par Gilead uniquement pour
les patients nécessitant une ventilation et sans atteinte cardiaque, sans vasopresseur
et sans atteinte d’organe.

Remdesivir : Résumé
Bénéfice possible mais incertain sur des données précliniques très limitées (degré de
certitude bas), profil de sécurité a priori bon, administration IV possible, ressource :
pas de coût car traitement compassionnel, problème d’accessibilité majeur. Il sera
rendu accessible pour des patients inclus dans un essai clinique.

En pratique :
Probablement prioritaire - si toutefois disponible - en cas d’atteinte sévère car
administration IV (mais au 07 mars, décision de Gilead de ne le délivrer qu’en cas de
détresse respiratoire nécessitant une ventilation, en l’absence d’atteinte cardiaque, de
besoin de vasopresseur et en l’absence d’insuffisance d’organe)
Dose et durée : 200mg IV en dose de charge puis 100mg/jour 1x/jour, pour 10 jours
maximum
Faire signer le consentement au patient avant la commande du traitement (préciser
au patient que certaines de ses informations cliniques devront être partagées de
façon anonymisée avec la firme pharmaceutique).
A Genève : Remplir la demande sur le portail de Gilead https://rdvcu.gilead.com/,
prévenir la pharmacie de la demande (Cyril Stucki ou pharmacien de garde), qui se
charge d’informer le pharmacien cantonal (tel 022 546 51 82 ou
pharmacien.cantonal@etat.ge.ch) de l’arrivée du traitement (formulaire de
déclaration pour l'importation de médicaments selon l’article 49 de l’OAMed),
retourner la réponse positive du pharmacien cantonal à Gilead pour libérer le
traitement.
Nécessité de remplir tous les jours un formulaire de suivi de l’évaluation clinique du
patient et envoyer à Remdesivir_CDM@gilead.com.

27
B) Lopinavir/Ritonavir

 Sécurité :
Le LPV/r fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’OMS, et son profil de
sécurité, tant chez des patients porteurs du VIH, que chez des patients séronégatifs
pour le VIH (contexte de prophylaxie de post-exposition) est bien connu, ses contre-
indications et le risque des interactions médicamenteuse sont bien décrites. La demi-
vie effective (du pic à la concentration minimale) du lopinavir sur un intervalle
posologique de 12 heures est de 5-6 h environ. En cas d’insuffisance rénale, aucune
adaptation n’est nécessaire. En cas d’insuffisance hépatique, aucune recommandation
d’adaptation de posologie n’est connue. La principale toxicité du LPV/r est gastro-
intestinale et les études chez des patients VIH négatifs (PEP) mettent en évidence une
fréquence importante d’effets indésirables, sans gravité la grande majorité du temps
(effets indésirables fréquents sont nausées, vomissements, diarrhée, diminution de la
fonction rénale, et dyslipidémie). Des pancréatites et éruptions cutanées sont
également rapportées Son administration ne devrait pas limiter la prescription d’une
autre drogue nécessaire. Il est indiqué de toujours vérifier la compatibilité des
médicaments utilisé avec le LPV/r. En effet Le lopinavir/ritonavir est un substrat de
la P-gp, des CYP2D6 et 3A4/5. Le ritonavir est inhibiteur des CYP3A4/5 et CYP2D6,
et inducteur des CYP1A2, 2B6, 2C8, 2C9, 2C19 et de l’UGT1A1, donc responsable de
nombreuses interactions. Le site internet (https://www.hiv-
druginteractions.org/checker) est très utile et comporte une section spécifique sur
les médicaments les plus fréquemment utilisés dans le contexte du Covid-19
(http://www.covid19-druginteractions.org/)
LPV/r est validé par Swissmedic pour le traitement de l’infection VIH. Il est donc
utilisé « off label » dans le traitement de la pneumonie SARS-CoV-2, et ne nécessite
pas d’autorisation spéciale. Comme tous les médicaments utilisés « off label », le
patient doit être informé de cette prescription, sous la responsabilité du médecin
prescripteur. Il s’agit donc d’un médicament repositionné pour le traitement des
infections à coronavirus (SRAS, MERS-Co et Covid-19).

 Données in vitro :

Activité in vitro contre les coronavirus, moins élevée que le remdesivir et controversée
(inconsistance des résultats) (Biochem Biophys Res Commun. 2004;318(3):719-725 ; Chu,
Thorax, 2004)

Mécanisme d’action inconnu.

 Données animales :
Dans les modèles murins, pour le MERS, en association avec IFN, pas d’effet sur la
pathologie respiratoire ni sur la charge virale (Sheahan, Nat Commun 2020)

 Données chez l’homme :

Une vingtaine d’études ont été publiées et rapportent des données cliniques du LPV/r
dans le traitement des infections causées par les coronavirus (SARS ; MERS et COVID-

28
19) ; 3 de ces études portent sur le traitement du SARS, 6 études portent sur le
traitement de MERS, et 7 études, dont 1 RCT sur le traitement de Covid-19.

 Données cliniques pour le MERS et le SARS:


Légende :
* : association avec IFN
^ association avec arbidol (umifenovir)
° association avec stéroides : methylprednisolone
` association avec un autre traitement (médecin chinoise, IVIG)

*MIRACLE trial en cours contre le MERS en association avec IFN (Arabi, Trials
2020) : en cours, pas de donnée
*Rapports de cas contre MERS : non contrôlé, en association avec d’autres
traitements, survie (Kim, Antivir Ther 2016) ou décès du patient (Spanakis, Int J
Antimicrob Agents 2014) (évidence très faible)
Utilité en PEP en association avec ribavirine (?) petite étude (22 traités versus 21
non traités), a montré une efficacité en PEP contre le MERS chez les HCW exposés,
dont 40% d’entre eux ont fait des effets secondaire (et dont l’exposition n’est pas
claire). (Park J Hosp Infect 2019) (évidence très faible)
*Pour le SARS : rapport de 3 cas traités, étude non contrôlée, chez des patients
ayant reçu d’autres thérapies concomitantes, tous développant des perturbations
des tests hépatiques dont le diagnostic différentiel est une atteinte virale. (Chau,
Hepatology, 2004) (évidence très faible)
En association avec la ribavirine, possible effet chez les patients sévères infectés
par SARS (open label et before/after study) : moins d’ARDS/décès (2.4% vs 29%)
chez les patients traités aussi par lopinavir/ritonavir (Chu, Thorax 2003) (qualité
de l’évidence très faible au vu du design observationnel, différence observée peu
plausible)
Contre le SARS, dans une étude de 75 patients rétrospective, matchée, réduction de
la mortalité 2.3% versus 16% chez les patients traités en médiane 5.5 jours après
le début des symptômes, parfois en association avec ribavirine, pas d’efficacité sur
la mortalité chez les patients en traitement de sauvetage. (

29
) (évidence faible à très faible, au vu du design observationnel, malgré le matching)

 Données cliniques pour le SARS-CoV-2 :


* RCT lopinavir/ritonavir versus standard de soin (Cao et al. NEJM, 2020) : 99
patients traités versus 100 patients standard de soin: population de sévérité
hétérogène, âge moyen 58 ans, en moyenne 13 jours après l’apparition des
premiers symptômes, stéroïdes ont été administrés chez 33.0% des patients sous
LPV/r versus 35.7% dans le groupe contrôle :
 Outcome primaire :
- Time to clinical improvement ; pas de différence en Intention to Treat
(ITT) : HR 1.24; 95% CI, 0.90 to 1.72)
- Mais réduction de 1j jours (16 jours versus 15 jours) significative en
modified ITT (excluant 5 patients assigné LPV/r n’ayant pas reçu le
traitement, dont 3 sont décédés): HR, 1.39; 95% CI, 1.00 to 1.91.
 Outcomes secondaires
- Mortalité : Pas de puissance nécessaire pour montrer un effet ou non sur
la mortalité, mais 19.2% vs 25.0% des patients sont décédés dans les bras
intervention vs contrôle respectivement (difference −5.8 %; 95% CI, −17.3 to
5.7) ; en modified ITT : 16.7% vs 25.0% (différence -8.3%, 95% CI, -19.6 à
3.0).
- A noter une mortalité moyenne élevée de 22% dans cet échantillon.
- Réduction significative (borderline) de 5jours de la durée médiane de
séjour aux soins intensifs (11 jours versus 6 jours sous LPV/r, 95% CI, −9j
to 0j). La durée de séjour complète est réduite de 1 jours, mais non
significative (14j vs 12j ; 95% CI, 0 to 3).
- Analyses de sous-groupes (post-hoc, donc exploratoires) comparant les
patients ayant été traité <=12 jours après le début des symptômes vs >12
jours :
o Il existe une discordance entre texte et figure : le texte rapporte une
réduction significative de l’outcome primaire en ITT pour les patients
avec début des symptômes <=12 jours : HR, 1.25; 95% CI, 1.77 to 2.05,
mais la borne inférieure de l’intervalle de confiance n’est pas
plausible, et la figure appendix S2 rapporte une différence non
significative : HR 1.25 ; 95% CI, 0.77 to 2.05.
o Pas de différence sur la mortalité. En modified ITT, on trouve une
réduction non significative de mortalité de -12% (95% CI-28.8% à
+4.7%) dans le groupe de <= 12 jours.
o La crédibilité de ces analyses de sous-groupe est faible: analyse post-
hoc, donc exploratoire, pas de test d’interaction effectué.
o 13.8% des patients (n=13) ont dû interrompre le LPV/r en raison
d’effets secondaires (probablement gastro-intestinaux, mais).
 La qualité de l’évidence reste faible : malgré risque de biais modéré (open
label), manque de puissance et imprécision des résultats, données
préliminaires, analyse de sous-groupe post-hoc. A noter une hétérogénéité
des patients inclus, et une mortalité médiane élevée à 22%.
*°Rapport de cas (Xu et al, Lancet 2020) : 1 patient avec pneumonie bilatérale,
décès après 5 jours de traitement. Associé à d’autres interventions (IFN alpha2b,

30
prednisone) Pathologie retrouvant une stéatose micro-vésiculaire et des
modifications portales dont le diagnostic différentiel est une atteinte
médicamenteuse versus virale (évidence très faible).
Rapports de cas avec survie d’un patient présentant une pneumonie à SARS-CoV-2
mais administration tardive au moment où déjà amélioration clinique (Lim, JKMS
2020) (évidence très faible)
Young, Jama 2020 : Singapour, 5 patients oxygénodépendants traités par
lopinavir/ritonavir : 3 amélioration clinique, 2 péjorations avec détresse
respiratoire. (évidence très faible)
^`Wang Bio Science Trends, 2020 : traitement de 4 patients par lopinavir/ritonavir
en association avec arbidol et médecine chinoise, développent pneumonie mais
pas de décès. (évidence très faible car rapport de cas, non contrôlé, association
avec d’autres traitements).
*Chen, J Med Virol 2020 : 9 patients avec pneumonie, bonne évolution,
combinaison de plusieurs antiviraux (étude rétrospective, pas de randomisation,
évidence très faible)
*^`Chen Chinese J of Infectious Diseases : en association avec IFN-alpha2b: 52
lopinavir/ritonavir + 34 arbidol, 48 sans traitement : pas d’effet ni sur progression
clinique à 7 jours ni sur le shedding (étude rétrospective, pas de randomisation,
évidence faible à très faible)
*°Zhou, Lancet, 2020 : étude rétrospective observationnelle, 41 patients traités par
lopinavir/ritonavir : pas de différence sur la durée du shedding ni sur la survie, en
association avec d’autres traitements non contrôlés aussi, traitement donné tard
médiane de 14 jours (étude rétrospective, pas de randomisation, évidence très
faible)
*`Wu, JAMA 2020 : moins d’ARDS dans le bras traité par « antiviral », étude
rétrospective sur 201 patients, pas de description claire du traitement
(monothérapie-co-administrations ?) (évidence faible à très faible)
*°`nombreux RCT lopinavir/ritonavir en Chine, en association avec de multiples
traitements en attente de résultats
L’ensemble de ces données n’apporte pas de preuve de l’efficacité ni de la futilité de
l’utilisation du LPV/r. Dans tous les cas, le rapport risque-bénéfice de la prescription de
LPV/r doit être pesé.

 Schéma posologique
Dans les études sus-citées, l’association lopinavir/ritonavir a été donnée à la dose
de 400/100 mg 2x/jour (soit 2 comprimés de 200/50 2x/jour). Double dose
suggérée par certaines équipes (absence d’évidence).
Durée proposée dans les séries 5 à 10 jours (évidence très faible)
- NB : En cas d’utilisation de comprimés écrasés, une diminution significative de
l’AUC de presque 50% est attendue et il convient de doubler la dose pour
atteindre les concentrations cibles.

Lopinavir/Ritonavir : Résumé

Le LPV/r n’a pas fait la preuve de son efficacité, ni celle de sa futilité (évidence faible
malgré les résultats prélimianaires 1 RCT récent sur 119 patients, en raison dune
manque de puissance et imprécision des résultats, et de l’hétérogénétié des patients

31
inclus) Il se peut qu’il conduise à une réduction de durée de séjour de 1 jours, et
raccourcie la durée de séjours aux soins intensifs de 5 days (95% CI, −9 to 0).
Puissance insuffisante pour montrer une différence ou non sur la mortalité ; 19.2% vs
25.0% (difference −5.8 %; 95% CI, −17.3 to 5.7).
Profil de sécurité bon prouvé mais interactions nombreuses (cave interaction, mais
aussi compétition avec d’autres traitements potentiellement plus utiles : ne devrait
pas empêcher un traitement nécessaire), peut être donné chez les enfants et les
femmes enceintes, allaitantes ainsi que chez les nourrissons (formulations en sirop),
ressource : coût acceptable, faisabilité : possible; la question d’équité à évaluer
s’assurer de garder un stock suffisant pour traiter les patients infectés par le VIH ; ne
semble pas être problématique actuellement en Suisse, car les alternatives de
traitement au LPV/r sont nombreuses et efficaces.

En pratique :

- Posologie: Lopinavir 200 mg/ritonavir 50 mg 2 comprimés 2x/jour pour une


durée de 5 jours à 10 jours (à discuter en fonction de la réponse au
traitement avec les maladies infectieuses)
- Posologie chez la personne âgée : quelques données suggèrent une
augmentation de l’exposition au lopinavir avec l’âge, sans toutefois mise en
évidence d’une augmentation du risque de toxicité. Dans ce contexte et compte
tenu d’éventuelles tensions dans l’approvisionnement du Kaletra® dans le futur,
une posologie réduite à 600 mg par jour (cp 200mg 2-0-1) de lopinavir peut
être appliquée chez les patients âgés.
- La forme sirop peut être administrée par une sonde sans dilution, suivant un
rinçage avec du lait entier. Si la formulation en sirop venait à manquer, l’utilisation
équidose des comprimés écrasés ne parait pas équivalente. Une diminution
significative de l’AUC de presque 50% est attendue et un doublement de la dose
pourrait être proposé.
- Au vu de son potentiel bénéfice et de sa disponibilité, bon premier choix de
traitement rapidement disponible. Mais l’évidence reste incertaine, sa prescription
ne doit pas entraver celle d’autres traitement nécessaire ou potentiellement plus
utile.

- Avant de prescrire, toujours se poser les 3 questions suivantes :

1. L’ECG est-il normal ? Vérifier l’absence de QT long


En effet, au vu des potentiels effets cardiaques et des atteintes myocardiques mal
caractérisées qui ont été décrites lors d’infection
au SARS-CoV-2, la prudence doit être de mise en ajoutant une molécule qui
pourrait prolonger le QTc (ex. Lévofloxacine ou
hydoxychloroquine), et un ECG doit être réalisé sous ce traitement avant
l’instauration et aux 48h. (sécurité bonne et établie
du lopinavir/ritonavir sur le plan cardiaque, mais effets prolongateurs du QTc et
arythmogène parfois décrits).
Si antibiothérapie concomitante traitant les atypique: la clarithromycine est
contre-indiquée : remplacer par doxycycline ou

32
éventuellement Azithromycine qui présente moins d’interactions. Prévoir ECG
aux 48h de la prise conjointe. Eviter de combiner
Kaletra + Chloroquine + azithromycine sans surveillance ECG.

2. Mon patient/ma patiente a-t-il/elle des troubles électrolytique


(hypokaliémie) ?

3. Quel est le risque d’interactions médicamenteuse ? toute co-médication


doit être vérifiée sur le site
www.hiv-drug interactions.org ou http://www.covid19-druginteractions.org/

- Doser les test hépatiques : ne doit pas être administré dans l’insuffisance
hépatique sévère. La prudence est recommandée en cas de trouble de la fonction
hépatique léger à modéré. Si possible, la posologie sera contrôlée par dosage
plasmatique du lopinavir.
- En cas d’utilisation, préciser au patient que le traitement est hors autorisation de
mise sur le marché dans cette indication et le consigner dans le dossier (note de
suite) que le patient a compris l’utilisation off-label et l’accepte
- Utilisation possible chez la femme enceinte, allaitante, et les enfants de tout âge
- Au 13 mars 2020, le stock de lopinavir/Ritonavir Suisse est limité.
- En alternative au remdesivir IV peut être administré en sirop par SNG (les
comprimés ne doivent pas être écrasés) – oui, formulation sirop très facile à
administrer (5 mL bid)

C) Chloroquine/Hydroxychloroquine

 Données in vitro :
Activité antivirale in vitro sur SARS-CoV-2 (alcalinisation des phagolysosomes)
(Wang, Cell Res 2020)

 Sécurité :
Profil de sécurité connu, contre-indications connues (anémie hémolytique, porphyrie,
déficit en G6PD, myasténie)
Les effets indésirables les plus fréquents à court terme sont l’allongement du QTc, les
effets gastro-intestinaux, un prurit, une hyopglycémie et l’apparition de cytopénies
(rare) et réactions anaphylactiques (rares). La toxicité ophtalmique (troubles visuels,
atteintes maculaires, rétinopathies) et les cardiomyopathies sont décrits avec des
traitements plus longs. L’accumulation de la substance est progressive et nécessite
alors un suivi cardiologique et ophtalmologique. Des effets indésirables
neurologiques (épilepsie, neuropathie) et psychiatriques (agitation, hallucinations)
sont par ailleurs rapportés.
Vérifier l’absence de médicaments allongeant le QT dans le reste du traitement (et
notamment les anti-émétiques).

33
Au niveau pharmacocinétique, biodisponibilité proche de 90%, métabolisme
hépatique important. Très longue demi-vie : 6-60j (moy 20j) et métabolite 59-67 j
(moy 35j).
Approuvé par Swissmedic dans d’autres indications (pas de nécessité d’autorisation
spéciale, mais prescription également « off label » (voir plus haut).

 Données animales
Bernard Antivir Chem Chemother. 2006;17(5):275-84. 2006: pas d’effet sur les souris
infectées par le SARS

 Données cliniques :
Notion d’une étude chinoise qui montrerait une efficacité avec de la chloroquine 500
mg 2x/j pendant 10 jours mais sans données disponibles (à moins que Gao et al., Bio
ScienceTrends 2020, s’y réfère) (évidence très faible). En effet, un article chinois
publié par un groupe de collaboration multicentrique de la province de Guangdong
fait état d'une expérience positive récente dans la province de Guandong avec de la
chloroquine 500 mg 2x/j pendant 10 jours en cas de pneumonie à COVID-19 : l'article
étant en chinois, il n'est pas possible d'en évaluer le contenu. Un résumé de Gao et al,
possiblement relié à l'expérience relatée dans le précédent article, suggère que la
chloroquine devrait être recommandée dans les guidelines officielles chinoises pour
le COVID-19, sur la base de l'expérience de 100 cas traités à la chloroquine (500 mg
deux fois par jour) montrant une réduction de l'exacerbation de la pneumonie, de la
durée des symptômes et du retard de la clairance virale, le tout en l'absence d'effets
indésirables graves. Toutefois, seul le résumé est disponible pour l'instant et il n'est
pas possible de faire une évaluation correcte de ces résultats.
Gautret, MedrXiv, 2020 : Durée du shedding réduite dans cette étude de 26 patients
traités par une combinaison hydroxychloroquine et azithromycine, avec un critère de
jugement primaire de clearance virale à J6. Cet essai a montré que 6 jours après leur
inclusion, 70% des patients étaient « virologiquement guéris » contre 12.5% dans le
groupe contrôle.
CAVEAT CHIKV : activité in vitro mais augmente la charge virale chez les primates
non humains, pas d’effet sur la charge virale chez l’homme, et possible délai de la
réponse immune chez l’homme (Roques, Viruses 2018)
Il existe actuellement plus de 16 essais cliniques en Chine qui testent la chloroquine
pour le COVID-19 et qui sont signalés dans la base de données des essais chinois. En
outre, trois essais cliniques (Oxford, Pékin et Bangkok) sont référencés sur
clinicaltrials.gov qui commenceront bientôt à recruter soit pour le traitement de
l'infection par COVID-19 soit pour sa prévention. Aucun de ces essais n'a encore
donné de résultats.

 Pharmacocinétique, dose et schéma posologique:


Concentrations plasmatiques atteignables (?): EC 50% chloroquine à H48:
concentration inhibitrice de 1.1 uM, ce qui correspond à 352 μg/L ou 352 ng/mL.
Peut être atteint par les doses recommandées dans le traitement de la malaria, soit
une dose totale de chloroquine base de 1.5 g, divisée en 600 mg H0, 300 mg H6, H24
et H 48. Chez les patients souffrant de malaria, les taux sanguins sont plus élevés que

34
chez les contrôles. (Tan-Ariya, Transactions of the Royal Society Of Tropical Medicine
and Hygiene, 1995; Na-Bangchang, Br J Clin Pharmac 1994).
Sachant que 200 mg de chloroquine sulphate (hydroxychloroquine Plaquenil)
équivalent à 155mg de chloroquine base, une dose équivalente serait atteinte avec 4
comprimés de 200 mg de Plaquenil à H0, puis 2 comprimés à H6, H24 et H48. Ces
doses ont été utilisées pour le traitement de la malaria.
Dans un modèle de pharmacocinétique basé sur la physiologie, l’EC50 de la
chloroquine à 48h est retrouvé à 5.47 uM pour la chloroquine, et 0.72 uM pour
l’hydroxychloroquine. Une dose d’hydroxychloroquine de 400 mg 2x/jour le 1er jour
suivie de 200 mg 2x/jour les jours suivants permettraient d’atteindre la
concentration souhaitée dans les poumons (évidence très faible).
Une dose de 600 mg de chloroquine base (ou 4 comprimés d’hydroxychloroquine à
200 mg) est proposée par certaines équipes. (évidence très faible)
Autres schémas : 200 mg d’hydroxychloroquine 200mg 2x/jour (absence d’évidence)
ou 500 mg 2x/jour de chloroquine base (évidence très faible), ou 200mg 3x/jour
(évidence très faible). Durée de prescription 5 à 10 jours selon les équipes (absence
d’évidence).

Chloroquine-Hydroxychloroquine : Résumé

Bénéfice possible mais incertain sur des données pré-cliniques (degré de certitude
bas), données cliniques avec évidence très faible, effets secondaires et contre-
indications connues, ressource : très peu cher, faisabilité : possible, accessibilité :
hydroxychloroquine disponible, question d’équité à évaluer par les instances de santé
internationales pour s’assurer de garder un stock suffisant pour traiter les patients
actuellement sous ce traitement pour une indication validée et sans alternative.

En pratique :
- Hydroxychloroquine Plaquenil : 2 cp 2x/jour à J1 puis 1 cp 2x/jour pendant 4
jours OU 2 cp de 200 mg 2x/jour le premier jour puis 1 cp de 200 mg 2x/jour de
J2 à J5 OU 4 cp de 200 mg à H0, 2 cp de 200mg à H6, H24 et H48 ou dose unique
de 4 cp de 200 mg à H0 ou 200mg 2x/jour pendant 5 jours.
- L’évidence étant très incertaine, à la fois concernant la molécule et la dose
administrée, dernier choix de traitement.
- Préciser au patient que le traitement est hors autorisation de mise sur le marché
dans cette indication et consigner le dans le dossier que le patient a compris
l’utilisation off-label et l’accepte.
- Respecter les contre-indications (déficit en G6PD à rechercher avant instauration
du traitement) et arrêter le traitement devant l’apparition d’effets secondaires.
- Monitorage du QTc sous traitement. La prudence doit par ailleurs être redoublée
au vu des potentiels effets cardiaques, d’autant que des atteintes myocardiques
mal caractérisées ont été décrites lors d’infection au SARS-CoV-2.

35
Synthèse

Remdesivir ; Lopinavir/Ritonavir ; Chloroquine-Hydroxychloroquine

Il n’est pas possible d’émettre de recommandation forte en l’état, au vu des bénéfices


très incertains des traitements considérés. L’évidence pour l’administration de
chacun de ces traitements est faible voire très faible, et la balance bénéfice/risque
doit être évaluée pour chaque patient.
En l’absence de preuve d’efficacité, une utilisation à large échelle ne peut être
recommandée, et spécialement chez les patients sans facteurs de risque présentant
une forme peu grave de la maladie (ex : jeune en bonne santé présentant une IVRS).
La discussion devrait être réservée aux patients plus à risque et aux cas plus sévères.
Les patients hospitalisés font partie de la population présentant une maladie sévère,
et au vu des données de sécurité rassurantes et de sa disponibilité rapide, le
lopinavir/ritonavir est une première ligne de traitement raisonnable.
Populations particulières : Les femmes enceintes ne semblent pas sujettes à présenter
une pathologie plus grave, sur la base de peu de données disponibles (séries de cas,
évidence faible).

Timing d’administration et population cible


Par analogie aux autres maladies virales, un traitement antiviral efficace devrait être
administré le plus tôt possible pour limiter le plus possible la réplication virale,
puisque les conséquences graves du virus (syndrome de détresse respiratoire aigüe)
sont dues à la fois à l’effet cytopathogène direct du virus et à une dysrégulation
immunitaire secondaire avec suractivation lymphocytaire T et cytotoxicité des CD8
(Xu et al., Lancet 2020).

Un traitement est à envisager :


- Selon le "tableau de traitement antiviral et
antiinflammatoire/anticytokine" luxembourgeois
- Le plus tôt possible chez un patient immunosupprimé (par exemple :
traitement immunosuppresseur, immunomodulateur, stéroïdes, patient VIH avec
des CD4 inférieurs à 500 ou une virémie détectable) Il y a peu d’arguments à
l’heure actuelle pour donner un traitement à un patient jeune (< 60-65 ans) sans
comorbidités présentant une pathologie non grave (non hospitalisé).

36
D) Autres traitements (évidence très faible) :

1. Immunomodulateurs :

A) Tocilizumab – cf. également document « Anti-IL6R et COVID19 : évaluation


pharmacologique
- Anticorps monoclonal anti récepteur IL-6
- Indications enregistrées en CH : polyarthrite rhumatoïde, arthrite juvénile
idiopathique systémique et artérite à cellules géantes, et plus récemment :
syndrome de relargage de cytokines (SRC) sévère induit par les lymphocytes T
à récepteur antigénique chimérique (CAR)
- 21 patients, étude observationnelle, rétrospective non contrôlée, non peer-
reviewed: administration concomitante avec d’autres traitements non
contrôlés : pas de mort (évidence très faible)
- Utilisé par des équipes italiennes qui auraient cliniquement constaté un effet
chez les patients présentant des paramètres inflammatoires élevées. Données
uniquement rapportée par la presse. (évidence très faible)
- 2 essais cliniques en cours en Chine sur l'utilisation du tocilizumab (enregistré
sur le site d'essai chinois chictr.org. cn) pour les infections à COVID-19 : l'un
est un essai en parallèle randomisé contre placebo composé de n= environ 200
patients à l'hôpital Anhui : cet essai inclura des patients souffrant de
pneumonie à COVID-19 et avec une augmentation de l'IL6 (exclusion si
transaminases > 5x Limite supérieur de la norme et infections bactériennes
actives) et l'autre est un essai non contrôlé visant à recruter n=100 " patients
sévères " qui seront traités par une combinaison de tocilizumab plus
immunoglobulines intactes (IVIG) plus une thérapie continue de
remplacement rénal.
- On retrouve sur clinicaltrials.gov une étude chinoise (NCT04310228) à 3 bras
multicentrique randomisée contrôlée visant à évaluer l’efficacité et la sécurité
de la combinaison favipiravir + toxilizumab vs les molécules seules dans le
COVID-19 (n= 150 patients, ratio 3 :1 :1) avec un début d’étude annoncé au 8
mars 2020.

B) Anakinra (antagoniste de l’IL-1) (absence d’évidence)


C) Irinotecan, etoposide : absence d’évidence
D) Ruxolitinib : RCT en cours, absence d’évidence

 Inhibiteurs de protéase
- Atazanavir qui en raison de sa conformation pourrait être plus active. Pas de
donnée in vitro. (évidence très faible)
- RCT Darunavir/cobicistat en cours, pas de donnée in vitro ni in vivo pour
SARS-CoV-2

 Interféron :
- Nombreuses études in vitro (évidence très faible)

37
- IFN-alpha : plusieurs formes. Etudes in vivo dans des modèles animaux contre
le SARS-CoV : prophylaxie > PEP (Haagmans et al., Nat Med 2004), réduction
de pathologie sans effet sur la réplication (Smits, Plos Pathog 2010), Série de
cas MERS : 8 patients dont 6 décèdent ( Al Ghamdi BMC Infect Dis 2016)
(évidence très faible) ; étude rétrospective observationnelle de 349 patients
sans effet sur la mortalité contre le MERS (Arabi, CID, 2019) (évidence faible)
- IFN-Beta : Al Ghamdi, BMC Infect Dis 2016): série de cas 23 patients dont 18
morts (évidence très faible) étude rétrospective observationnelle de 349
patients sans effet sur la mortalité contre le MERS (Arabi, CID, 2019) (évidence
faible) ; dans des modèles animaux de primates non humain : maladie moins
sévère et charge virale moins élevée dans les poumons des animaux
nécropsiés (Chan, J infect Dis 2015) (évidence très faible)
- Souvent donné en association avec lopinavir/ritonavir (voir chapitre
« lopinavir/ritonavir », « références précédées de * » (évidence très faible)
 Camostat mesylat : commercialisé au Japon pour le traitement de pancréatites: in
vitro bloque l’entrée de SARS-CoV-2 dans la cellule (Hoffman, Cell,
2020) (évidence très faible)

 Nitazoxanide : activité in vitro contre le MERS (évidence très faible), ainsi que
contre le SARS-CoV-2 (Wang, Cell research, 2020)

 Anticorps monoclonaux
- Encore expérimental
- Non disponibles (Regeneron ?)
- Efficacité chez les souris (MERS) (Widjaja, Emerg Microbes Infect. 2019)

 Brincidofovir

 Antigrippaux :
- pas de donnée d’efficacité anticoronavirus, y compris pour favipiravir large
spectre
- Umifenovir : RCT en cours, activité in vitro ; chez l’homme : Wang CID 2020 :
pas de mort dans le groupe arbidol (0 versus 5 sur 90 patients), non contrôlé
non randomisé, non significatif (évidence très faible)
- Favipiravir, Oseltamivir, Baloxavir: RCT en cours
 Ténofovir: pas de donnée disponible, mais profil de sécurité établi
 Médecine chinoise: RCT en cours
 Infusion lymphocytes NK, infusion cellules mésenchymateuses : RCT
en cours
 Vitamine C : RCT en cours

2. Combinaisons de traitement
Aucune donnée préclinique ou clinique n’est actuellement disponible quant à
l’efficacité de la combinaison du lopinavir/ritonavir avec la chloroquine et/ou le
remdesivir.

38
Une administration concomitante de chloroquine et de lopinavir/ritonavir peut
augmenter le QTc (www.hivdruginteractions.org, évidence faible).
Au vu des possibles interactions délivrées par la firme produisant le remdesevir, ce
traitement à titre compassionnel ne devrait pas être associé au lopinavir/ritonavir.
Plusieurs données cliniques et précliniques de combinaisons de lopinavir/ritonavir
avec de la ribavirine, de l’interféron, des molécules de médecine chinoise ou encore
d’autres stéroïdes existent, toutes avec des évidences faibles à très faibles.

39

Vous aimerez peut-être aussi