Vous êtes sur la page 1sur 24

Traduit de Anglais vers Français - www.onlinedoctranslator.

com

Sciences Hydrologiques–Journal–des Sciences Hydrologiques, 48(6) décembre 2003 857

Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non


jaugés (PUB), 2003-2012 : façonner un avenir passionnant
pour les sciences hydrologiques

M. SIVAPALAN1, K. TAKEUCHI2, FRANCS SW3,


VK GUPTA4, H. KARAMBIRI5, V. LAKSHMI6, X. LIANG7,
JJ McDONNELL8, EM MENDIONDO9, PE O'CONNELLdix,
T. OKI11, JW POMEROY12, D. SCHERTZER13,
S. UHLENBROOK14 & E. ZEHE15
1 Centre de recherche sur l'eau, Université d'Australie-Occidentale, 35 Stirling Highway, Crawley,
Western Australia 6009, Australie
sivapala@cwr.uwa.edu.au
2 Département de génie civil et environnemental, Université Yamanashi,
Takeda 4, Kofu 400-8511, Japon
3 École d'ingénierie, Université de Newcastle, Callaghan, Nouvelle-Galles du Sud 2308, Australie
4 Département de génie civil et environnemental, Institut coopératif de recherche en sciences
de l'environnement, Campus Box 216, Boulder, Coorado 80309-0216, États-Unis
5 Ecole inter-Etats d'Ingénieurs de l'Equipement Rural (EIER), 03 BP 7023 Ouagadougou 03,
Burkina Faso
6 Département des sciences géologiques, Université de Caroline du Sud, Columbia, Caroline
du Sud 29208, États-Unis
7 Département de génie civil et environnemental, 537 Davis Hall, Université de Californie, Berkeley,
Californie 94720-1710, États-Unis
8 Département de génie forestier, Oregon State University, Corvallis, Oregon 97331-5706, États-Unis
9 Escola de Engenharia de Sao Carlos, Universidade de Sao Paulo, Av. Trabalhador Sãocarlense, 40-
Centro, CEP 13566-590 - Caixa Postal 359, São Carlos-SP, Brésil
dixÉcole de génie civil et de géosciences, Université de Newcastle upon Tyne, Cassie
Building, Newcastle upon Tyne NE1 7RU, Royaume-Uni
11Institut de recherche pour l'humanité et la nature, 335 Takashima-cho, Marutamachi-dori
Kawaramachi nishi-iru, Kamigyo-ku, Kyoto 602-0878, Japon
12Département de géographie, Université de la Saskatchewan, 9 Campus Drive, Saskatoon,

Saskatchewan S7N 5A5, Canada


13CEREVE, Ecole nationale des Ponts et Chausées, 6-8 avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, F-77455
Marne la Vallée Cedex, France, et Météo France, 1 Quai Branly, F-75007 Paris, France
14Institut d'hydrologie, Université de Fribourg, Fahnenbergplatz, D-79098, Fribourg, Allemagne

15Institut d'ingénierie hydraulique, Université de Stuttgart, Pfaffenwaldring 61,

D-70569 Stuttgart, Allemagne

Résumé Les bassins de drainage dans de nombreuses régions du monde ne sont pas ou mal
mesurés et, dans certains cas, les réseaux de mesure existants sont en déclin. Le problème est
aggravé par les impacts des changements induits par l'homme sur la surface terrestre et le climat,
se produisant à l'échelle locale, régionale et mondiale. Les prévisions de bassins non jaugés ou
mal jaugés dans ces conditions sont très incertaines. La Décennie de l'AISH sur les prévisions dans
les bassins non jaugés, ou PUB, est une nouvelle initiative lancée par l'Association internationale
des sciences hydrologiques (AISH), visant à formuler et à mettre en œuvre des programmes
scientifiques appropriés pour engager et dynamiser la communauté scientifique, de manière
coordonnée, vers réaliser des avancées majeures dans la capacité de faire des prévisions dans les
bassins non jaugés. Le programme scientifique du PUB se concentre sur l'estimation de
l'incertitude prédictive, et sa réduction ultérieure, comme son thème central. Un système général
de prévision hydrologique contient trois éléments :
(a) un modèle qui décrit les processus clés d'intérêt, (b) un ensemble de paramètres
qui représentent les propriétés du paysage qui régissent les processus critiques, et (c)

Ouvert à la discussion jusqu'au 1er juin 2004


858 M. Sivapalan et al.

les intrants météorologiques (le cas échéant) qui déterminent la réponse du bassin. Chacune de ces trois composantes du système de prévision
n'est pas connue du tout, ou au mieux imparfaitement, en raison de l'hétérogénéité spatio-temporelle multi-échelle inhérente au système
hydrologique, en particulier dans les bassins non jaugés. Le PUB inclura donc un ensemble de programmes scientifiques ciblés qui tentent de faire
des inférences sur les intrants climatiques, les paramètres et les structures de modèle à partir de données disponibles mais inadéquates et de
connaissances sur les processus, dans le bassin d'intérêt et/ou d'autres bassins similaires, avec des mesures robustes de la les incertitudes
impliquées, et leurs impacts sur l'incertitude prédictive. Grâce à une meilleure compréhension et à des méthodes de quantification efficace de
l'hétérogénéité multi-échelle sous-jacente du bassin et de sa réponse, PUB conduira inexorablement à de nouvelles méthodes innovantes pour les
prévisions hydrologiques dans les bassins non jaugés dans différentes parties du monde, combinées à des réductions significatives de l'incertitude
prédictive. De cette manière, PUB démontrera la valeur des données, fournira les informations nécessaires pour faire des prévisions dans les
bassins non jaugés et contribuera au renforcement des capacités dans l'utilisation des nouvelles technologies. Cet article présente un résumé du
plan scientifique et de mise en œuvre du PUB, avec un appel à la communauté hydrologique à participer activement à la réalisation de ces objectifs.
ainsi que fournir les informations nécessaires pour faire des prévisions dans les bassins non jaugés, et aider au renforcement des capacités dans
l'utilisation des nouvelles technologies. Cet article présente un résumé du plan scientifique et de mise en œuvre du PUB, avec un appel à la
communauté hydrologique à participer activement à la réalisation de ces objectifs. ainsi que fournir les informations nécessaires pour faire des
prévisions dans les bassins non jaugés, et aider au renforcement des capacités dans l'utilisation des nouvelles technologies. Cet article présente un
résumé du plan scientifique et de mise en œuvre du PUB, avec un appel à la communauté hydrologique à participer activement à la réalisation de
ces objectifs.

Mots clés bassins versants; prédictions; incertitude; hétérogénéité; jaugeage; modèles


hydrologiques; théorie hydrologique; expériences sur le terrain

La décennie de l'AISH sur les demandes en bassins non jaugés


(PBNJ), 2003-2012 : émergence d'un futur passionnant pour les
sciences hydrologiques
Reprendre Les bassins versants de drainage de nombreuses régions du monde sont
peu ou pas du tout jaugés, et dans certains cas, les réseaux de mesures existants sont
en déclin. Le problème est compliqué par les impacts des changements induits par
l'homme aux surfaces continentales et au climat, les changements qui se produisent
au niveau local, régional ou global. Les demandes pour des bassins peu ou pas jaugés
dans ces conditions sont fortement incertaines. La décennie de l'AISH sur les
recherches sur les bassins non jaugés (PBNJ) est une nouvelle initiative lancée par
l'Association Internationale des Sciences Hydrologiques. Elle a pour objectif de
développer et de mettre en application des programmes scientifiques utiles pour
engager et activer la communauté scientifique, d'une façon coordonnée, vers la
réalisation d'avancées majeures dans la capacité de faire des espoirs pour des bassins
non jaugés. Le programme scientifique (PBNJ) se concentre principalement sur
l'estimation de l'incertitude prédictive, et sur sa réduction subséquente. Un système
général de prévision hydrologique comporte trois : (a) un modèle qui décrit les
principaux processus d'intérêt, (b) un ensemble de paramètres qui représentent les
propriétés du paysage qui régissent les processus cruciaux, et (c) les entrées
géographiques approprié (là où nécessaire) qui commandent la réponse du bassin.
Chacune de ces trois dernières soit du système de prévision, est pas connue du tout,
soit dans le meilleur des cas d'imparfaitement, en raison de l'hétérogénéité temporelle
spatiale-le aux différentes échelles du système hydrologique, et ce tout
particulièrement pour les bassins non jaugés. Le PBNJ inclus donc un ensemble de
programmes scientifiques adéquats pour essayer de faire des inférences sur les
entrées climatiques, sur les paramètres et sur les structures de modèle à partir des
données et de la connaissance disponibles mais insatisfaisantes, sur le bassin
considéré ou sur d' autres bassins similaires, avec des mesures robustes des
incertitudes et de leurs impacts sur l'incertitude prédictive. A travers la production de
nouveaux éléments de compréhension, et de méthodes de quantification efficaces, de
l'hétérogénéité multi-échelle du bassin et de sa réponse, PBNJ mènera inexorablement
à de nouvelles méthodes innovatrices pour des prévisions hydrologiques dans des
bassins non jaugés de différentes régions du monde, associées à des réductions
significatives de l'incertitude prédictive. Dans cette manière, le PBNJ a déterminé la
valeur de données. Il fournit également l'information nécessaire pour faire les
demandes en bassins non jaugés, et assistera en création de capacité sur l'utilisation
de nouvelles technologies. Cet article présente un résumé du contenu scientifique et
du plan d'exécution de PBNJ, avec un appel à la communauté hydrologique à participer
à la réalisation de ces objectifs.
Mots clés bassins versants; les demandes ; incertitude; hétérogénéité ; jaugeage;
modélisation hydrologique; théorie hydrologique; hydrologie expérimentale
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 859

INTRODUCTION

Partout dans le monde, les ressources en eau et l'environnement aquatique sont plus que jamais
menacés. Partout dans les bassins fluviaux, les activités humaines ont perturbé les régimes
hydrologiques et écologiques naturels. L'approvisionnement en eau n'est pas sûr pour des milliards de
personnes dans le monde, le risque d'inondation augmente et la biodiversité diminue régulièrement en
raison de la destruction continue des écosystèmes riverains. Les impacts des activités humaines sur la
surface terrestre sont ressentis non seulement localement, mais sont transmis par les rétroactions
surface-atmosphère pour perturber le climat lui-même, entraînant des changements dans l'ampleur et la
fréquence des inondations et des sécheresses, même dans des endroits éloignés.
Le défi pour la communauté hydrologique est d'identifier les réponses appropriées à ces
menaces. Des politiques de gestion durable sont nécessaires pour fournir de l'eau non seulement
pour la vie, la santé et le développement, mais aussi pour empêcher une nouvelle dégradation des
écosystèmes et, espérons-le, réduire la gravité, la fréquence et les impacts des risques naturels et
des catastrophes. Une gestion avisée de l'eau et de l'environnement nécessite une variété d'outils
prédictifs qui peuvent générer des prévisions de réponses hydrologiques sur une gamme
d'échelles spatio-temporelles et de climats, pour étayer la gestion durable des bassins fluviaux,
intégrant les perspectives économiques, sociales et environnementales. Des prévisions précises et
fiables deviennent extrêmement importantes pour la société civile, les communautés locales et
régionales étant de plus en plus invitées à porter des jugements indépendants sur les actions
nécessaires pour prévenir et gérer les catastrophes naturelles, et gérer l'environnement naturel
qui les entoure et leurs ressources en eau de manière durable. Ces décisions ne peuvent être
prises qu'avec les informations les plus larges possibles disponibles sur la base de prédictions
précises et fiables.
Au fil des ans, les hydrologues ont développé de nombreux outils prédictifs (par exemple,
modèles empiriques, modèles localisés, modèles distribués, régionalisations statistiques) qui
permettent une prise de décision objective et quantitative en ce qui concerne les ressources
en eau et la gestion de la qualité de l'eau, ainsi que les évaluations des risques naturels. Les
outils les plus utilisés, tels que les hydrogrammes unitaires, les courbes de fréquence des
crues, les courbes de durée d'écoulement, etc. L'application de ces outils pour la prévision
dans d'autres bassins est basée sur la prémisse que : (a) le passé est un guide raisonnable
pour l'avenir, et (b) que les données de n'importe quel bassin, et les modèles qui en sont
dérivés, sont des guides utiles pour estimer réponses hydrologiques dans un autre bassin. Au
cours des trois dernières décennies, il y a eu des tentatives pour faire de certains de ces outils
des représentations plus rigoureuses et plus réalistes des processus environnementaux, en
incorporant des détails spatiaux et mécanistes. Cependant, les modèles plus sophistiqués qui
en résultent continuent de souffrir d'hypothèses restrictives similaires, en particulier lorsqu'ils
sont développés et/ou paramétrés par étalonnage avec des données historiques de bassins
jaugés. Quels que soient les modèles utilisés, compte tenu de la grande hétérogénéité spatio-
temporelle des propriétés climatiques et paysagères, l'extrapolation des informations, ou des
connaissances, des bassins jaugés vers les bassins non jaugés reste semée d'embûches et
d'incertitudes considérables, notamment au vu de la méconnaissance générale des où va
l'eau quand il pleut, quel chemin d'écoulement il prend vers le ruisseau, et l'âge de l'eau qui
émerge dans le canal.
Pendant ce temps, de nouvelles connaissances et de nouvelles avancées technologiques deviennent
disponibles pour la communauté hydrologique, sous la forme d'une meilleure compréhension des processus,
de théories plus avancées (par exemple, les théories d'échelle), de nouvelles technologies de mesure.
860 M. Sivapalan et al.

tels que les satellites et les traceurs environnementaux, et les technologies avancées de traitement des
données, d'archivage des données et de visualisation. Ils indiquent de nouvelles opportunités
passionnantes pour faire avancer la science de l'hydrologie qui sont inimaginables à l'heure actuelle, et
pour de meilleures prévisions au profit de l'humanité.

INITIATIVE IAHS PUB SUR LES PREDICTIONS DANS LES BASSIN NON JAUGEES

La Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB) est une initiative de
l'Association internationale des sciences hydrologiques (AISH). Il vise à formuler et à mettre en
œuvre des programmes scientifiques appropriés pour engager et dynamiser la communauté
scientifique, de manière coordonnée, en vue de réaliser des avancées majeures dans la capacité de
faire des prévisions fiables dans les bassins non jaugés.

Pourquoi des bassins versants ?

Les bassins versants sont une unité paysagère fondamentale pour le cycle de l'eau, des sédiments
et des constituants géochimiques et biogéochimiques dissous. A ce titre, ils intègrent tous les
aspects du cycle hydrologique au sein d'un espace défini qui peut être étudié, quantifié et exploité.
Le bassin versant est ainsi une métaphore de l'intégration des processus hydrologiques liés aux
eaux de surface, des eaux souterraines, de l'évapotranspiration, etc., et du couplage explicite de
l'hydrologie, de la géochimie et de l'écologie.

Définition d'un « bassin non jaugé »

Un bassin non jaugé est un bassin avec des enregistrements inadéquats (en termes de quantité et de
qualité des données) des observations hydrologiques pour permettre le calcul des variables
hydrologiques d'intérêt (à la fois la quantité ou la qualité de l'eau) aux échelles spatiales et temporelles
appropriées, et avec une précision acceptable pour Applications pratiques.
Par exemple, si la variable d'intérêt n'a pas été mesurée à la résolution requise, ou pour la
durée requise pour les prédictions ou pour l'étalonnage du modèle, le bassin serait classé comme
non jaugé par rapport à cette variable. Les variables d'intérêt peuvent être, par exemple, les
précipitations, le ruissellement, les taux d'érosion, les concentrations de sédiments dans
l'écoulement fluvial, etc., de sorte que chaque bassin est « non jaugé » à certains égards.

Définition des « prédictions dans les bassins non jaugés »

Le PUB est défini comme la prédiction ou la prévision de la réponse hydrologique (par exemple de
l'écoulement fluvial, des eaux souterraines, des sédiments, des nutriments, etc.) de bassins non
jaugés ou mal jaugés, et de son incertitude associée, à l'aide d'entrées climatiques (observées,
prévues ou autrement spécifiées), les sols, la végétation, la géologie et la topographie, y compris
tout changement futur prévu ou attendu du climat ou de l'utilisation des terres, mais sans le
bénéfice des séries chronologiques d'observation passées de la réponse hydrologique particulière
qui est prédite, c'est-à-dire sans possibilité ou prise en compte de étalonnage.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 861

Nature des prédictions

La prédiction concerne l'estimation de la fréquence d'occurrence, dans le futur,


d'événements d'une ampleur donnée, sans référence aux moments auxquels ils se
produiraient. La prévision concerne ce qui se passera à un moment donné dans le
futur, comme le débit de demain ou le ruissellement du mois à venir. PUB s'occupe
deles deux prédiction et prévision dans des bassins non jaugés.
La réponse hydrologique à prévoir dépend de la nature et de l'ampleur du problème. Le PUB
reconnaît que les problèmes de quantité et de qualité de l'eau ont des implications différentes pour la
gestion et que l'accent mis sur les prévisions hydrologiques peut être différent. Des exemples de
prévisions de quantité d'eau incluent les inondations avec une probabilité de dépassement donnée, le
rendement annuel moyen en eau, la fiabilité de l'approvisionnement en eau, les rendements des cultures
et les modèles d'humidité du sol nécessaires pour la programmation de l'irrigation. Des exemples de
prédictions de la qualité de l'eau comprennent des constituants conservateurs et non conservateurs
dans les rivières et autres plans d'eau, tels que la salinité, les sédiments, les nutriments et les métaux
lourds. Les prévisions de la qualité de l'eau nécessitent une connaissance préalable des sources et des
voies d'eau dans les bassins et ne peuvent être effectuées de manière adéquate sans d'abord aborder les
problèmes liés à la quantité d'eau et à la distribution des voies d'écoulement et des temps de séjour. Par
conséquent, au sein du PUB, les prédictions de la réponse hydrologique dans les bassins non jaugés
peuvent, initialement, se concentrer davantage sur la quantité d'eau, reconnaissant que les progrès dans
les connaissances et les prédictions de la répartition des débits (voies) sont essentiels pour les
prédictions ultérieures de la qualité de l'eau.

Approches actuelles des prévisions dans les bassins non jaugés

Un certain nombre d'approches sont actuellement disponibles pour la prédiction des réponses du bassin. Les
méthodes appropriées pour les bassins non jaugés comprennent l'extrapolation des informations de réponse
des bassins jaugés aux bassins non jaugés, les mesures par télédétection (par exemple, radar passif et actif,
satellites, etc.), l'application de modèles hydrologiques basés sur les processus où les entrées climatiques sont
spécifiées ou sont mesurées et l'application de modèles météorologiques et hydrologiques combinés sans qu'il
soit nécessaire de spécifier les entrées de précipitations.
Quelle que soit l'approche ci-dessus utilisée, le modèle sous-jacent ou la
méthode d'estimation utilisée pour les prévisions dans les bassins non jaugés
doit être : (a) déduit des données observées dans les bassins jaugés ; (b)
obtenu à partir de la compréhension des processus et des descriptions
obtenues par des études en laboratoire, par exemple la loi de Darcy sur
l'écoulement des milieux poreux, ou des expériences sur le terrain (échelle de
la parcelle, échelle de la pente, échelle des petits bassins versants, échelle
méso); et (c) obtenu par application de théories fondamentales, qui doivent
encore être conditionnées par des observations. C'est également le cas avec
l'approche de télédétection – le modèle qui relie le produit télédétecté à la
quantité hydrologique d'intérêt doit également être inféré ou développé
dans des sites jaugés/vérifiés au sol, avant d'être extrapolé aux sites non
jaugés. Ainsi, d'une manière ou d'une autre, et à des degrés divers,
Chacune des approches présentées ci-dessus présente un certain nombre de limites lorsqu'il
s'agit de prédictions dans des bassins non jaugés. Il s'agit des insuffisances des modèles ou
862 M. Sivapalan et al.

méthodes d'estimation elles-mêmes, en raison des représentations inadéquates des processus critiques
régissant la réponse du bassin d'intérêt, et de la spécification incomplète des informations relatives aux
propriétés du bassin d'intérêt et aux apports climatiques. Une difficulté clé est que les prédictions du
modèle ne peuvent pas être conditionnées ou validées par des observations dans le bassin d'intérêt non
jaugé, et que les informations, les connaissances et la compréhension doivent être extrapolées des
bassins jaugés aux bassins non jaugés. Par conséquent, les prévisions dans les bassins non jaugés ne
peuvent pas être évaluées ou vérifiées avec confiance et sont intrinsèquement incertaines.

Si le niveau de compréhension des systèmes hydrologiques à un endroit était bien meilleur qu'il ne
l'est, alors le Status Quo pourrait être acceptable. Cependant, la compréhension des processus de base
de l'acheminement de l'eau pendant les précipitations et la fonte des neiges, ses voies d'écoulement vers
les masses d'eau de surface et les temps de séjour de cette eau, est encore si limitée que l'on est souvent
contraint à des approches de boîte noire irréalistes. En d'autres termes, même dans le cas de bassins
très calibrés, on ne peut souvent, au vu du niveau actuel de compréhension des processus, dire grand-
chose sur le fonctionnement même d'un site voisin ! Ainsi, PUB concerne autant l'amélioration de la
compréhension des processus que la prédiction, où l'accent accru mis sur le processus est considéré
comme la voie vers de meilleures estimations de modèles pour l'avenir.

Hétérogénéité et variabilité naturelles et anthropiques

Une préoccupation majeure ces derniers temps est la prise de conscience que les statistiques de nombreuses variables
hydrologiques d'intérêt ne sont pas stationnaires et peuvent contenir des tendances à long terme causées par des
phénomènes à l'échelle mondiale et par des changements d'utilisation des terres à l'échelle locale ou régionale.
À l'échelle saisonnière à interannuelle, l'influence de la variabilité climatique sur les
statistiques hydrologiques (et l'occurrence d'événements hydrologiques extrêmes tels
que les inondations et les sécheresses) est désormais bien reconnue. Ces influences (et
d'autres encore à identifier) peuvent générer des distorsions saisonnières dans les
statistiques des variables hydrologiques, menaçant ainsi la validité des règles de
fonctionnement appliquées aux systèmes de gestion de l'eau. On réalise également de
plus en plus que la force des fluctuations importantes du climat mondial (telles que celles
associées à El Niño et La Niña) peut elles-mêmes varier à l'échelle de la décennie. De
plus, des études de modèles suggèrent, et des preuves d'observation le confirment,
qu'un cycle hydrologique intensifié est probablement une conséquence importante du
changement climatique mondial causé par le « réchauffement à effet de serre »,
Une autre préoccupation est qu'en raison des pressions démographiques croissantes, une fraction de plus
en plus importante de la surface terrestre est convertie de la végétation naturelle à l'agriculture, à l'industrie et
aux établissements humains. Cela peut avoir un impact grave sur le cycle de l'eau à l'échelle locale, régionale et
mondiale, reflété par des changements dans les débits des cours d'eau, la fréquence des inondations et des
sécheresses, ainsi que par une augmentation de l'érosion des sols et du transport des sédiments, avec des
problèmes de qualité de l'eau associés dans les rivières et autres eaux réceptrices.
Il est à noter que les régions qui subissent le plus d'impacts humains sont généralement celles où
les réseaux de mesure sont les moins développés et subissent de nouvelles compressions. C'est le cas de
nombreuses régions de pays en développement où le manque de données hydrométriques, associé aux
effets des changements climatiques et d'utilisation des terres, a conduit à l'épuisement des ressources
en eau et à la dégradation des écosystèmes.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 863

La conséquence de ces impacts humains est que les archives hydrologiques passées peuvent ne plus être
des guides fiables sur ce qui se passera dans le futur. De nombreuses procédures standard en hydrologie ne
sont plus valables dans des régimes hydrologiques changeants, et de nouvelles procédures analytiques doivent
être développées (ou celles existantes modifiées). Il s'agit notamment des éléments suivants : estimation des
crues maximales annuelles et des étiages avec des probabilités de dépassement spécifiées, et des volumes de
ruissellement annuels ; génération de séquences de ruissellement synthétiques par des modèles de séries
chronologiques pour estimer les fréquences d'occurrence des extrêmes ; courbes intensité–durée–fréquence
pour les précipitations; la régionalisation, quelle qu'elle soit ; modèles pluie-débit et méthodes d'estimation du
bilan hydrique calibrés à l'aide d'enregistrements antérieurs.

PLAN SCIENTIFIQUE DU PUB

Objectifs scientifiques du PUB

Les programmes scientifiques à mettre en œuvre au sein du PUB ont les cinq grands objectifs
communautaires suivants :
1. Développer un programme d'observation sur le terrain pour mener des recherches dans des bassins
fortement instrumentés et largement jaugés dans différentes régions hydro-climatiques du monde.
Pour réaliser des progrès concrets au cours de la prochaine décennie, il faudra identifier quelques
bassins qui serviront d'exemples illustratifs pour répondre aux divers besoins et objectifs du PUB.

2. Accroître la prise de conscience de la valeur des données, en particulier le jaugeage des


variables hydrologiques, pour la gestion des ressources en eau et de la qualité de l'eau dans le
monde, et démontrer la nécessité d'un jaugeage ciblé des sources de données actuellement
inadéquates ou inexistantes en quantifiant les liens entre données et incertitude prédictive.
3. Faire progresser la capacité technologique dans le monde entier pour faire des prévisions dans
les bassins non jaugés, fermement fondées sur les connaissances locales des contrôles
climatiques et paysagers sur les processus hydrologiques, ainsi que l'accès aux dernières
sources de données, et par ces moyens pour limiter l'incertitude dans prédictions.
4. Faire progresser les fondements scientifiques de l'hydrologie, y compris la compréhension
des contrôles climatiques et paysagers sur la variabilité naturelle des processus
hydrologiques, et sur l'incertitude des prévisions qui en résulte, et les impacts des
altérations anthropiques sur le climat et les paysages.
5. Promouvoir activement les activités de « renforcement des capacités » dans le développement de connaissances
scientifiques et de technologies appropriées dans les zones et les communautés où elles sont nécessaires.

PUB SCIENCE FOCUS : RÉDUCTION DE L'INCERTITUDE PRÉDICTIVE

PUB a choisi de se concentrer sur l'estimation et la réduction subséquente de l'incertitude


prédictive comme son thème central. Afin de faire des prédictions de toute réponse spécifiée d'un
bassin hydrographique, un système général de prédiction hydrologique doit contenir trois
composants :
– un modèle : un modèle ou une méthode de prédiction qui intègre implicitement ou
explicitement la combinaison de processus qui conduisent à la quantité d'intérêt, aux
échelles d'espace et de temps requises ;
864 M. Sivapalan et al.

– apports climatiques : apports météorologiques appropriés (si requis par le modèle) qui déterminent la
réponse du bassin ; et
– paramètres : un ensemble de paramètres qui représentent les propriétés paysagères qui
régissent la réponse du bassin d'intérêt.
Chacune des composantes du système de prédiction, à savoir le modèle, les entrées et les paramètres
climatiques, est soit inconnue du tout, soit au mieux connue imparfaitement en raison de l'hétérogénéité
spatio-temporelle inhérente, en particulier dans les bassins non jaugés.
Face à ces énormes hétérogénéités, les mesures disponibles relatives à chacun d'entre eux
sont extrêmement éparses et parcellaires, ce problème étant le plus aigu dans le cas des processus
hydrologiques, car ce sont les quantités les moins surveillées dans les bassins, sauf dans certaines
expériences de terrain très ciblées. Par conséquent, l'objectif scientifique du PUB sera d'évaluer les
conséquences d'une connaissance, d'une compréhension ou de données inadéquates, et leur lien
avec l'incertitude des prédictions.
Dans le contexte du système général de prédiction et de la grande hétérogénéité de la nature,
il existe donc trois types d'incertitudes (Fig. 1) : (a) l'incertitude dans les descriptions de processus
dans le modèle adopté en raison de la « cartographie incertaine de l'espace paysage espace
» (incertitude de la structure du modèle), (b) l'incertitude des entrées climatiques (incertitude des
entrées) et (c) l'incertitude des paramètres du modèle (incertitude des paramètres).
Le PUB inclura des programmes scientifiques pour faire des déductions sur les
intrants climatiques, les paramètres et les structures du modèle à partir des données
disponibles mais inadéquates et des connaissances sur les processus, dans le bassin
d'intérêt et d'autres bassins similaires, avec des mesures robustes des incertitudes
impliquées et de leurs impacts sur l'incertitude de prédictions, combinées à des
efforts pour réduire cette incertitude prédictive. Les mesures de l'incertitude
prédictive seront adoptées comme critères de réussite du PUB, qui est un point de
départ clé par rapport aux précédentes initiatives hydrologiques nationales et
internationales parrainées par l'AISH. Il est important de noter que la quantification
de l'incertitude sera une condition préalable à l'évaluation du pouvoir informatif de
différentes données pour réduire l'incertitude prédictive. Par l'évaluation de la valeur
des données,

Fig. 1 Incertitude prédictive et liens avec l'hétérogénéité climatique et paysagère.


Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 865

En mettant fortement l'accent sur l'incertitude prédictive, le PUB adoptera et favorisera


donc une approche autocritique des prévisions hydrologiques, en abordant ce qui n'est pas
connu ou incompris, et en mettant l'accent sur la nécessité d'une exploration empirique et de
tentatives explicites pour générer, falsifier et valider de nouvelles idées et de nouvelles
formes de connaissance. L'accent mis sur l'incertitude prédictive permettra aux hydrologues
d'aller au-delà des solutions rapides, de rechercher des approches de solutions nouvelles et
innovantes et de rechercher des connaissances et une compréhension des processus naturels
au-delà des besoins immédiats de résolution de problèmes du développement des
infrastructures et de la gestion ou de la réglementation environnementale. De plus, l'accent
mis sur la quantification de l'incertitude prédictive fournit une mesure quantitative pour
évaluer toute réduction conséquente de l'incertitude prédictive, grâce à des données
supplémentaires ou nouvelles,

QUESTIONS DE PUB SCIENCES

Gardant à l'esprit l'accent mis sur l'incertitude prédictive et son lien avec l'hétérogénéité
des facteurs climatiques et paysagers, le plan scientifique PUB proposé comprendra une
série de programmes de recherche « habilitants », s'intégrant dans diverses sous-
disciplines hydrologiques, qui s'articulent à travers le questions scientifiques clés
suivantes :

Quelles sont les principales lacunes de nos connaissances qui limitent notre capacité à générer des prévisions
fiables dans les bassins versants non jaugés ?

Permettre la recherche Étudier le lien entre l'hétérogénéité et l'incertitude


prédictive, en abordant :
(a) Le manque d'ensembles de données simultanées à plusieurs échelles spatio-temporelles qui limite le
développement d'outils et d'approches capables de faire face à une variabilité multi-échelle
extrême, y compris le manque de technologies intégratives pour utiliser de nouvelles méthodes
d'acquisition et d'archivage de données.
(b) Le manque de compréhension :
– le fonctionnement hydrologique à de multiples échelles au sein des bassins, et
– le couplage non linéaire et la rétroaction qui existent entre la végétation, les reliefs, l'eau et
l'énergie à ces échelles.
(c) Les limites des approches théoriques et de modélisation existantes pour traiter de manière
satisfaisante ce qui précède.

Quelles sont les exigences minimales en matière d'information pour réduire l'incertitude
prédictive à l'avenir ?

Permettre la recherche Faire avancer les théories, les données et les modèles relatifs à l'hétérogénéité des
intrants climatiques, des propriétés et des processus du paysage.
(a) Développer des théories multi-échelles vérifiables appropriées pour caractériser les apports
climatiques, les propriétés du paysage et les processus hydrologiques qui en résultent.
(b) Rassembler des ensembles de données appropriés pour tester les théories développées en (a) ci-dessus, y compris
par le biais de ré-analyses des données de débit observé après avoir pris en compte les interventions humaines
telles que le prélèvement d'eau, le stockage et les changements de couverture terrestre.
866 M. Sivapalan et al.

(c) Développer des approches pour évaluer les limites de prévisibilité et comparer les performances de
prédiction des modèles dans des bassins non jaugés et mal jaugés à ces limites.

Quelle expérimentation est nécessaire pour étayer les nouvelles connaissances requises ?

Permettre la recherche Études de processus et expériences sur le terrain dans le monde entier pour le développement
de la théorie et l'amélioration des modèles.
(a) Mesures simultanées sur une large gamme d'échelles spatio-temporelles dans les réseaux de
canaux fluviaux imbriqués et dans les éléments de pente et de paysage associés.
(b) Résolution spatio-temporelle bien définie de nouveaux systèmes d'acquisition de données pour tester
les théories des processus hydrologiques et améliorer les descriptions de processus dans les
modèles.

Comment pouvons-nous utiliser de nouvelles technologies d'observation dans des méthodes prédictives
améliorées ?

Permettre la recherche Faire progresser l'utilisation et le développement de la télédétection et d'autres


nouvelles technologies d'observation et de traçage.
(a) Développement de nouveaux instruments et modèles pour l'acquisition de données selon les besoins.
(b) La fusion des données collectées à l'aide de plusieurs capteurs, à la fois spatiaux et terrestres, ainsi que des
traceurs naturels et appliqués de la trajectoire d'écoulement de l'eau, de la source d'écoulement et de
l'âge de l'eau.

Comment pouvons-nous améliorer les descriptions des processus hydrologiques qui traitent des
éléments de connaissance clés qui peuvent réduire l'incertitude ?

Permettre la recherche Faites progresser des descriptions de processus meilleures et plus robustes grâce à des
expériences sur le terrain et à une évaluation comparative des modèles.
(a) Faire progresser les descriptions de processus grâce à des expériences sur le terrain et à une évaluation
comparative des modèles existants, en fonction des données dans des bassins sélectionnés dans une variété
d'environnements.
(b) Coupler les processus hydrologiques et les équations de conservation avec les modèles et les
statistiques des variables hydrologiques obtenues à plusieurs échelles.

Comment pouvons-nous maximiser la valeur scientifique des données disponibles en générant de


meilleures prévisions ?

Permettre la recherche Interpréter les données matérielles et logicielles existantes, ainsi que les modèles de ces
données, par assimilation à des modèles dynamiques.
(a) Faire progresser le cadre théorique pour interpréter les modèles de données grâce à des
tests d'hypothèses impliquant l'utilisation de modèles simples de réponses de bassin et la
découverte de lois régissant ces réponses.
(b) Développer de nouveaux critères d'incertitude pour détecter, évaluer et interpréter les modèles
causés par des processus d'interaction non linéaire et/ou de seuil, y compris de nouvelles limites
d'incertitude pour traiter la dynamique de modèle résultante.
(c) Développer de nouvelles techniques d'interprétation, d'archivage et d'utilisation des données qui aident à
combiner les ensembles de données spatiales et terrestres de manière intégrée.
(d) Évaluer le rôle et la valeur des données dans la limitation et la réduction de l'incertitude
prédictive.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 867

2 Réduction de l'incertitude grâce à l'apprentissage interactif : données, connaissances et théories.

Le programme de recherche habilitant décrit ci-dessus utilise les progrès des connaissances grâce à
l'analyse de sources de données existantes et nouvelles, d'études de processus, d'intercomparaisons de
modèles et d'études de diagnostic, pour réduire considérablement l'incertitude des prédictions. En effet,
le PUB considère que l'apprentissage par une combinaison de ces différentes formes de connaissances
peut conduire à une réduction beaucoup plus rapide de l'incertitude prédictive que lorsqu'elles sont
utilisées individuellement (Fig. 2).

CIBLES SCIENTIFIQUES DE PUB

La prédiction dans les bassins non jaugés (PUB) aspire à favoriser et à stimuler le développement de
nouvelles approches prédictives basées sur une « compréhension » plus approfondie et plus complète
du fonctionnement hydrologique à de multiples échelles spatio-temporelles que celles disponibles
actuellement. On s'attend à ce que le PUB annonce un changement majeur de paradigme dans
l'hydrologie de surface, d'un paradigme dominé par « l'étalonnage » à un nouveau modèle passionnant
basé sur la « compréhension », comme l'indique la figure 3.
Ce changement de paradigme agira comme un catalyseur pour forcer même les hydrologues des
procédés à changer d'orientation, d'être strictement orientés hydrologiquement, et à adopter des
approches qui permettent d'apprendre des couplages hydro-écologiques, des rétroactions hydro-
biogéochimiques, des contrôles hydro-géomorphologiques, etc. au-delà des cases disciplinaires et
apprendre à partir de différentes formes de données (passées, présentes et futures) sera un point de
départ majeur de PUB par rapport à d'autres programmes similaires.
868 M. Sivapalan et al.

3 Recherche ciblée — vers un changement de paradigme — des modèles basés sur l'étalonnage
aux modèles basés sur une meilleure compréhension.

PUB est une initiative de recherche décennale et limitée dans le temps. Par conséquent, pour atteindre son
objectifs dans ce laps de temps, le programme de recherche habilitant basé sur
l'ensemble des questions scientifiques clés présentées ci-dessus, doit être orienté vers
un programme de recherche plus ciblé. Dans cet esprit, une approche pragmatique pour
réaliser et démontrer des progrès sur PUB a été développée, axée sur deux objectifs
clairs :

CIBLE 1 : Examiner et améliorer les modèles existants en termes de capacité à prédire dans
des bassins non jaugés grâce à des mesures appropriées de l'incertitude prédictive

– Développer de nouvelles approches pour l'interprétation hydrologique à partir des archives de données existantes et
de nouveaux ensembles de données potentiels : récupération et réanalyse des données, comparaisons entre
bassins et hydrologie globale.
– Faire avancer les théories existantes concernant les hétérogénéités des processus et améliorer leurs
descriptions grâce à des études de processus détaillées.
– Faire progresser l'apprentissage à partir de l'application des modèles existants, grâce à des analyses
d'incertitude et des diagnostics de modèle, et évaluer le rôle et la valeur de différentes données
dans la limitation et la réduction de l'incertitude prédictive.

CIBLE 2 : Développer de nouveaux modèles innovants pour capturer la variabilité spatio-temporelle des
processus hydrologiques pour faire des prédictions dans les bassins non jaugés, avec un
coréduction mitante de l'incertitude prédictive
– Utilisation de nouvelles approches de collecte de données, à la fois spatiales et terrestres, pour la
compréhension des processus à grande échelle, le développement de modèles et l'amélioration des
– prévisions. Développer de nouvelles théories hydrologiques basées sur des approches d'échelle, de multi-
échelle et de systèmes complexes, la dynamique des modèles non linéaires et les relations éco-
hydrologiques.
– Développer de nouvelles approches de modélisation spatialement distribuées à plusieurs échelles en mettant
l'accent sur la falsification des prédictions des modèles, sur une large gamme d'échelles de bassin, afin que
différentes hypothèses et hypothèses physiques puissent être testées.

Il y a l'intention claire que même si tous les efforts seront faits pour améliorer et
faire progresser les méthodes actuelles de prédiction, il y aura un accent égal sur, et
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 869

l'encouragement au développement de nouvelles approches innovantes et un accent encore plus


marqué sur les interactions entre ces deux stratégies afin que la fertilisation croisée des données, la
compréhension et les compétences en modélisation qui en résultent contribueront à améliorer les
modèles de tous types, et conduisent à une réduction plus nette de l'incertitude prédictive.

STRATÉGIE PUB SCIENCE : THÈMES SCIENTIFIQUES

Sur la base d'une évaluation des questions scientifiques clés qui sous-tendent PUB, en
particulier le lien entre l'hétérogénéité et l'incertitude prédictive, et les deux cibles de
recherche, PUB a identifié six thèmes scientifiques pour servir de cadre à l'organisation
de ses activités de recherche.
Les six thèmes mettent l'accent sur la comparaison, l'analyse diagnostique et l'apprentissage interactif
(données vs théorie, modèles existants vs nouveaux modèles, observation et analyse détaillées des processus
hydrologiques vs perspectives latérales dans les sciences auxiliaires). De plus, les thèmes tentent d'équilibrer
existant vs nouveau la technologie et la science, c'est-à-dire l'apprentissage des données, des modèles et des
théories existants et la compréhension des processus (comme dans Target 1) par opposition à l'utilisation de
nouvelles données, de nouvelles théories et de la compréhension des processus, et le développement d'une
nouvelle génération de modèles (comme dans Target 2).
Les brèves descriptions données ci-dessous sont indicatives du type d'activités de recherche
qui peuvent être menées sous chaque thème, mais ne sont ni exhaustives ni exclusives. Ils seront
réévalués et affinés au fur et à mesure des progrès de PUB.

THÈME 1 : Développer de nouvelles approches pour l'interprétation hydrologique à partir des archives de
données existantes : récupération et réanalyse des données, inter-comparaisons de bassins et
hydrologie globale

Brève description Promouvoir une meilleure compréhension de la réponse et de la prévision du


cycle hydrologique caractéristiques régionales en utilisant des comparaisons et une réanalyse des
observations provenant d'études sur un seul bassin, des bassins expérimentaux à long terme mis
en place au cours de la Décennie hydrologique internationale et des réseaux nationaux de bassins
de recherche. Recueillir et analyserdonnées existantes sur les réponses hydrologiques dans
différents « biomes » ou « régions hydroclimatiques » (par exemple, tropicale humide, tempérée de
latitude moyenne, haute latitude, subalpine/alpine, aride, etc.) biomes), en termes d'interactions
sous-jacentes entre le climat, le sol, la végétation, la topographie et l'utilisation des terres, pour
aider à former une classification rationnelle et quantitative des bassins versants.

THÈME 2 : Faire avancer les théories existantes concernant les hétérogénéités des processus et
améliorer leurs descriptions grâce à des études de processus détaillées

Brève description Améliorer la compréhension de la façon dont les hétérogénéités climatiques et


paysagères déterminent la variabilité spatio-temporelle des processus hydrologiques dominants dans
différentes régions hydro-climatiques du monde. Utiliser diverses méthodes et technologies pour
identifier et caractériser lesinteractions entre la végétation, les sols et le substrat, la neige/la glace, les
canaux et l'atmosphère à diverses échelles spatio-temporelles. Enquêter sur l'hétérogénéité des
processus hydrologiques à plusieurs échelles grâce à des études de processus détaillées et à des
mesures des modèles d'humidité du sol, des niveaux d'eau souterraine, de la saturation
870 M. Sivapalan et al.

zones, géophysique de surface, attributs du terrain, neige/glace, etc. Adopter


des techniques innovantes : (a) pour explorer les propriétés du sous-sol, (b)
pour mesurer les flux (pluie et ruissellement), (c) pour surveiller les variables
d'état (par ex. sur les plantes indicatrices, les types de sols et la topographie.
Mesurez la composition isotopique et géochimique des flux hydrologiques
pour contraindre les prédictions des modèles, tester des hypothèses et
passer à l'échelle des bassins. Développer une meilleure compréhension des
interactions entre les processus de ruissellement et les processus chimiques
et biologiques, à toutes les échelles de temps et d'espace,

THÈME 3 : Faire progresser l'apprentissage de l'application des modèles existants, vers des
analyses d'incertitude et des diagnostics de modèles

Brève description Promouvoir un mouvement des structures de modèles standard vers l'amélioration de
la structure des modèles, de l'évaluation par l'identification de modèles multicritères et le
développement de nouvelles approches de modélisation descendantes. Celles-ci peuvent inclure des
méthodologies pour une meilleure estimation des paramètres, l'utilisation de données logicielles, des
fonctions de transfert pédo, des traceurs et la mesure de variables d'état internes. Seront également
incluses des comparaisons des performances des modèles, en mettant l'accent sur les études de
diagnostic et sur la relation entre les performances des modèles et la compréhension des interactions
climat-sol-végétation, et en mettant particulièrement l'accent sur l'apprentissage des signatures clés de
la réponse du bassin plutôt que sur un simple ajustement de courbe. Les inter-comparaisons de modèles
conduiront à une harmonisation des modèles en quelques types génériques pour des bassins
globalement stratifiés par hydro-climatologie (ex : tropical humide, tempéré de moyenne latitude,

THÈME 4 : Utilisation de nouvelles approches de collecte de données pour la compréhension des processus à grande
échelle, le développement de modèles et l'amélioration des prévisions

Brève description Étendez la gamme et l'échelle des observations en utilisant de nouvelles techniques
allant des mesures étalonnées standard aux substituts hydrologiques de télédétection pour une
compréhension des processus à grande échelle et des prédictions de modèle améliorées. Étendre la
disponibilité des observations au-delà de ce qui est normalement considéré dans les réseaux nationaux
et internationaux de surveillance de l'hydrologie opérationnelle en incluant les flux hydrologiques et les
données d'état (précipitations, sols, couverture végétale, couverture neigeuse, étendue de glace,
humidité du sol, dynamique de la zone de saturation, inondation des plaines inondables, ruissellement,
évaporation , etc.) obtenus grâce à la télédétection avancée par satellite. Améliorer les techniques
mathématiques pour caractériser ces données de manière efficace et les réduire à l'échelle du bassin ou
du processus pour répondre aux exigences des modèles hydrologiques. Améliorez les prédictions des
modèles en combinant des données hydrologiques ou de substitution de télédétection grâce à
l'utilisation de méthodes d'assimilation de données en quatre dimensions. Développer des
méthodologies, y compris des modèles physiques, pour permettre la réduction des prévisions
météorologiques à grande échelle, telles que celles des modèles climatiques mondiaux, aux
informations à l'échelle du bassin nécessaires à la gestion des ressources en eau locales et régionales, en
accordant une attention particulière à la promotion de la collecte de l'eau données d'utilisation et
d'intervention humaine sur le terrain.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 871

THÈME 5 : Développer de nouvelles théories hydrologiques basées sur des approches systémiques,
multi-échelles et complexes, des modèles dynamiques non linéaires et des relations éco-
hydrologiques

Brève description Passer des approches de bassin jaugé standard à de nouvelles


théories à l'échelle du bassin pour examiner comment les hétérogénéités à plusieurs
échelles, la dynamique non linéaire et les mécanismes de rétroaction affectent la
prévisibilité de la dynamique hydrologique à plusieurs échelles dans différents
biomes. Travailler à une compréhension approfondie de la façon dont les processus
et modèles hydrologiques dominants à plusieurs échelles sont déterminés par les
interactions non linéaires climat-sol-végétation et l'auto-organisation dans
différentes régions et écosystèmes hydroclimatiques. Ces théories peuvent utiliser
des concepts et des méthodes de diverses disciplines telles que les théories des
systèmes complexes à plusieurs échelles, l'auto-organisation et la synergie, la
dynamique des modèles ainsi que l'écologie et l'éco-hydrologie,

THÈME 6 : Développer de nouvelles approches de modélisation multi-échelles et spatialement distribuées en


mettant l'accent sur la falsification des modèles sur un large éventail d'échelles de bassin

Brève description Améliorer les approches disponibles pour représenter la


variabilité à plusieurs échelles des processus hydrologiques et leur dépendance
à l'hétérogénéité des propriétés climatiques et des bassins versants, dans un
cadre avancé de modélisation mathématique. Ces nouvelles approches devraient
aborder l'hétérogénéité multi-échelle inhérente, la non-linéarité, les modèles
complexes et les phénomènes d'échelle qui sont caractéristiques de l'hydrologie
du bassin, ainsi que l'incorporation de nouvelles descriptions de processus/voies
et de sources de données pertinentes, agrégées à des échelles de bassin
appropriées, pour la prévision hydrologique. Déduire un nouvel ensemble
d'équations d'équilibre à l'échelle du bassin, combiné à des schémas de
fermeture appropriés pour paramétrer les effets de la variabilité du sous-réseau,
avec la possibilité de surveiller à distance les variables d'état en utilisant de
nouvelles approches (c'est-à-dire des expériences sur le terrain, la télédétection,

STRATÉGIE D'OBSERVATION POUR LA PUB SCIENCE : PUB BASSIN

Pour soutenir le programme scientifique de base du PUB (questions scientifiques, recherche habilitante
et thèmes), et pour atteindre les deux objectifs principaux décrits ci-dessus, il faut un programme de
recherche cohérent centré sur des bassins versants largement jaugés, ainsi que le développement de
nouvelles stratégies d'observation pour phénomènes hydrologiques à de multiples échelles d'espace et
de temps. De nouvelles théories et de nouveaux modèles ne peuvent pas être développés si des
ensembles de données appropriés ne sont pas disponibles pour les tester. L'incertitude prédictive ne
peut être réduite sans une évaluation de la structure de l'incertitude dans les quantités hydrologiques
clés observées ou estimées telles que les précipitations, l'humidité du sol, l'évapotranspiration et le
ruissellement, ainsi que dans le stockage des eaux souterraines. Par conséquent, cela nécessite des
mesures intensives, soutenues et coordonnées à un taux et une densité suffisants pour révéler une eau
dynamique,
872 M. Sivapalan et al.

Par conséquent, une stratégie efficace pour construire la science PUB reposera sur la conduite
de recherches dans des bassins versants hautement instrumentés et largement jaugés dans
différentes régions hydroclimatiques, où les flux et les variables d'état sont observés
simultanément de manière représentative. Dans le cadre du PUB, les hydrologues du monde entier
seront encouragés à former des bassins PUB imbriqués et fortement instrumentés et largement
jaugés dans différentes régions hydroclimatiques du monde pour étayer le programme de
recherche permettant le PUB.

PLAN DE MISE EN UVRE DU PUB

Le plan scientifique présenté jusqu'à présent, composé de questions scientifiques et de thèmes de


recherche clés, fournit le cadre scientifique des activités du PUB. Pourtant, ceux-ci ne constituent
qu'une partie des activités que le PUB générera et soutiendra. Le plan de mise en œuvre présenté
ci-dessous est conçu pour garantir que l'accent mis sur l'estimation et la réduction progressive de
l'incertitude prédictive n'est pas compromis, et pour éviter que le PUB ne devienne « tout pour
tous » ou « comme d'habitude ».
Ce qui distingue PUB, c'est que la multiplicité des programmes de recherche décrits ci-
dessus se concentrera tous sur la réduction de l'incertitude prédictive comme objectif ultime.
En insistant sur un ensemble clé de deux éléments contraignants, à savoir : (a) la
comparabilité des performances d'une variété d'approches prédictives, et (b) la fusion ou
l'assimilation de différentes formes de connaissances (par exemple, les données, la
compréhension, la théorie), PUB conserver un haut niveau de cohérence, avec d'excellentes
chances de percées majeures.

Principe organisateur : « Concevoir le processus, pas le produit »

Le plan de mise en œuvre du PUB est étayé par quelques principes directeurs qui découlent de la nature
fondamentale de l'AISH en tant qu'organisation, ainsi que de la nature et de l'état actuel de la science
elle-même. Premièrement, l'AISH est une association internationale d'hydrologues, mais n'est pas un
organisme de financement ni même un organisme de recherche. Il peut jouer un rôle de coordination et
de catalyseur dans la mobilisation de la communauté hydrologique vers la réalisation des objectifs du
PUB, mais ne peut pas à lui seul produire des résultats de recherche. En raison de la diversité des
intérêts des hydrologues et des différences géographiques et régionales, etc., il est fermement
convaincu qu'il est préférable de définir un processus et un ensemble de principes à suivre plutôt que de
spécifier un ensemble de résultats rigides.
Deuxièmement, l'hydrologie, en tant que combinaison de sciences naturelles, sciences de
la terre, sciences empiriques et sciences appliquées, s'est imposée à chacune de ces
affiliations, et le PUB doit accueillir les activités des hydrologues dans chacun de ces
domaines de spécialisation. Par conséquent, PUB a été conçu pour être une activité au niveau
local ou un mouvement de masse, accommodant les divers intérêts des hydrologues du
monde entier (Fig. 4).
Troisièmement, PUB reconnaît la variété des contextes dans lesquels les prévisions sont
nécessaires pour la gestion des bassins versants (par exemple, échelles, applications, zones hydro-
climatiques). De même, PUB reconnaît la variété des modèles ou des méthodes prédictives qui
peuvent être appliquées. Quels que soient le contexte et les méthodes utilisées, le PUB a
également identifié une variété de programmes de recherche permettant d'améliorer les
Décennie de l'AISH sur le Pr

4 PUB en tant que mouvement de masse populaire ; des hydrologues du monde entier se
réunissent, à travers la formation de groupes de travail de manière auto-organisée.

capacité prédictive globale. Dans chacun de ces cas, PUB a choisi d'adopter et de soutenir une
pluralité d'approches, dans l'espoir de s'appuyer sur les activités en cours en synergie.
Quatrièmement, le PUB reconnaît que les réponses hydrologiques des bassins sont très
hétérogènes dans les principales zones hydro-climatiques du globe. Les modèles et les méthodes
de prévision qui peuvent être applicables, pour tout problème d'estimation spécifique, dans les
régions humides du monde peuvent ne pas être applicables dans les régions semi-arides, par
exemple. Le PUB est donc d'avis qu'une pluralité d'approches doit être poursuivie pour rendre
compte des différences majeures de comportement hydrologique entre ces régions hydro-
climatiques, et qu'une comparaison des modèles et méthodes de prévision existants dans des
bassins sélectionnés dans différentes régions hydro-climatiques de la monde peut conduire à
l'amélioration des descriptions de processus danstous modèles pour tous bassins et
l'harmonisation des approches de modélisation utilisées dans le monde.
Cinquièmement, le PUB est conçu pour tirer parti et encourager les perspectives latérales des sciences
auxiliaires, telles que la géomorphologie, l'écologie, la météorologie, les sciences spatiales, etc. Étant donné
que les questions sur les réponses du bassin sont de plus en plus susceptibles d'être définies en termes
multidisciplinaires larges, le la fertilisation croisée des idées et des connaissances qui en résultera conduira à la
découverte de nouveaux phénomènes et de nouvelles idées.
Néanmoins, contrairement à cet encouragement à une pluralité d'applications, de méthodes
de prévision, de modèles, de régions hydro-climatiques et de programmes de recherche
habilitants, le PUB aura :
– une focalisation unique sur « l’incertitude prédictive »,
– un objectif unique et commun de « réduction de l'incertitude prédictive », et
– une croyance singulière dans l'adoption d'une pluralité d'approches de prédiction et de stratégies
d'amélioration des modèles.
Le PUB reconnaît qu'une pluralité de modèles et d'approches de modélisation peuvent être valables pour
le même bassin et la même application (par exemple, modèles empiriques, modèles stochastiques,
modèles distribués, modèles localisés). Bien que chaque méthode ait ses propres limites, chacune d'elles
incorpore des informations différentes et des formes de connaissances différentes, et chacune peut
avoir un certain avantage par rapport à l'autre. Le PUB est d'avis qu'une évaluation comparative des
performances prédictives d'une variété de modèles, lorsqu'ils sont appliqués simultanément à des
bassins « jaugés » sélectionnés, peut conduire à une fertilisation croisée des idées et des idées sur les
réponses des bassins, et à des améliorations générales dans les descriptions de processus, et
contribuera à une harmonisation des modèles et des approches de modélisation.
874 M. Sivapalan et al.

5 Convergence d'une pluralité d'approches vers l'objectif unique de « réduire


l'incertitude prédictive », avec une vision unique.

Il est attendu que la diversité engendrée par l'encouragement de différentes


formes de connaissances et différentes approches de prédiction, ainsi que la mise en commun ou la
convergence de différentes formes d'informations et de connaissances provenant de différents bassins,
lorsqu'elles sont combinées avec une forte application d'une comparabilité des performances,
conduiront à une plus grande harmonie des approches de prédiction et à de fortes réductions des
l'incertitude (Fig. 5).

STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DU PUB

PUB vise à mobiliser l'ensemble de la communauté hydrologique mondiale pour atteindre ses
objectifs déclarés à travers des activités de recherche, d'éducation et de sensibilisation. À la
lumière des principes directeurs énoncés ci-dessus, la structure proposée pour les activités de
recherche du PUB vise à favoriser un cadre flexible et auto-organisé qui :
– englobe la diversité des intérêts de recherche au sein de la communauté scientifique
hydrologique, et une gamme tout aussi large d'applications ;
– se prête à l'adoption d'une estimation de l'incertitude de façon routinière ;
– permet la comparabilité des performances d'une pluralité d'approches au regard d'objectifs
spécifiques ;
– encourage l'intégration de différents domaines d'expertise vers des objectifs communs
spécifiques ;
– met l'accent sur la fusion ou l'assimilation des avancées théoriques, la compréhension des
processus, les nouvelles technologies d'acquisition et d'archivage de données, et l'évaluation
des performances des modèles dans différents contextes (échelles, applications, zones hydro-
climatiques, etc.) vers la réduction de l'incertitude prédictive ; et
– en insistant sur ces principes d'organisation fondamentaux dans la conduite des divers
programmes scientifiques au sein de PUB, contribue à unifier et à harmoniser la communauté
hydrologique pour des avancées rapides de la science et de sa pertinence sociétale.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 875

Groupes de travail PUB

Les recherches du PUB seront menées par le biais d'un réseau mondial de groupes de travail (GT)
comprenant des chercheurs intéressés dans tout domaine de prédiction dans des bassins non
jaugés, recoupant des domaines thématiques traditionnels (tels que la télédétection, les approches
de terrain, les développements théoriques, l'étalonnage, les modèles évaluation, etc.) (Fig. 6). En
effet, les GT seront les principaux moteurs des activités de recherche du PUB. Les groupes de
travail s'aligneront sur un ou plusieurs des thèmes scientifiques afin de maximiser leur lien avec le
mouvement PUB et de permettre un semblant de coordination centrale. Les groupes de travail
définiront leurs propres objectifs, mais devront mettre l'accent sur la comparabilité des différentes
approches vers des objectifs communs bien définis, y compris, en particulier, la réduction de
l'incertitude prédictive. L'accent mis sur la comparabilité des approches au sein et entre les
groupes de travail vise à ajouter de la valeur aux efforts de recherche individuels et à aider à
harmoniser et à atteindre un consensus dans les approches pour faire des prévisions
hydrologiques. Un accent particulier sera mis sur et la promotion de la mise en place d'un petit
nombre de bassins PUB hautement instrumentés dans différentes régions hydro-climatiques du
monde - cela sera réalisé grâce à la coordination avec les principaux groupes de travail.

Figure 6 Le « réseau » des groupes de travail PUB centrés sur les bassins hydrographiques, les régions
géographiques, nationales ou hydroclimatiques et les applications, recoupant les domaines thématiques
traditionnels.
876 M. Sivapalan et al.

PUB et activités parrainées par PUB

La gamme mondiale d'activités parrainées par PUB et PUB sera coordonnée avec les groupements
nationaux, régionaux et internationaux existants, les programmes internationaux ainsi que les
commissions de l'AISH, afin de capitaliser sur les synergies potentielles pour l'avancement du PUB.
Le PUB travaillera de manière proactive à une meilleure coordination entre les nombreux groupes
de travail formés dans le monde et centrés sur différents bassins, applications, zones hydroclimatiques,
etc., mais organisés autour des six thèmes scientifiques fondamentaux décrits ci-dessus. Ceci afin de
donner une plus grande cohérence à son programme de recherche et d'assurer la réalisation des deux
objectifs de recherche.
Au fur et à mesure que la recherche PUB prend racine, les principales activités parrainées par PUB seront dans
– trois domaines : organisation de réunions, d'ateliers et de congrès,
– publication régulière dans des revues, des rapports et des livres, des numéros spéciaux et des rapports
d'avancement des activités du PUB, et
– transfert de technologie par divers moyens, mais avec un accent particulier sur la communication
basée sur le Web.

Rôle et liens avec l'AISH et ses commissions internationales

Le PUB est une initiative de l'AISH et sera réalisé sous la direction et l'égide du Bureau de l'AISH. Un
groupe de pilotage scientifique (SSG) a été nommé pour planifier, diriger et mettre en œuvre l'initiative
PUB, et pour maintenir la cohérence du programme de recherche grâce à la coordination des activités de
tous les groupes de travail PUB. Le SSG rendra compte directement au Bureau de l'AISH en tant que
groupe de travail à part entière de l'AISH (Fig. 7). Un groupe consultatif stratégique (SAG) a également
été nommé pour offrir des conseils et une assistance, et est particulièrement responsable du lobbying,
de la collecte de fonds, de la promotion d'une coopération plus étroite avec d'autres programmes
nationaux et internationaux, et du développement et de la promotion d'activités de renforcement des
capacités par le biais de partenariats mondiaux et de sensibilisation. Les adhésions du SSG et du SAG
seront renouvelées tous les deux ans.
Il est prévu que toutes les commissions internationales de l'AISH, en partenariat avec le
SSG, assument également des rôles clés dans la mise en œuvre des programmes scientifiques
du PUB et dans la diffusion des résultats de la recherche du PUB en vue d'améliorer les
ressources en eau et la gestion de la qualité de l'eau. PUB bénéficiera de la diversité des
forces disciplinaires, de l'expérience et de l'organisation contenues dans chacun des IAHS

Bureau de l'AISH
Président, vice-présidents, Sec-Gen, trésorier, présidents des commissions de l'AISH, présidents des groupes de travail, rédacteur en chef du HSJ

GT :
CIAS ICGW CICE ICSI ICWQ ICWRS ICRS ICLASS TIC H2020 SSG AFFAISSEMENT

Groupes de travail PUB

Tous les hydrologues du monde entier

7 Place du PUB au sein de l'AISH. Le PUB Science Steering Group (SSG) devient un groupe de
travail à part entière de l'AISH, relevant du Bureau de l'AISH.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 877

commissions. Celles-ci concernent différentes sous-disciplines de l'hydrologie traitant des interactions


terre-atmosphère, de la quantité d'eau, de la qualité de l'eau, des eaux de surface, des eaux
souterraines, de la neige et de la glace, de l'érosion continentale et de l'hydrologie observationnelle
(télédétection, traceurs). Il est également envisagé que certaines des commissions de l'AISH, soit
individuellement soit en partenariat avec d'autres commissions, formeront des groupes de travail affiliés
au PUB pour mener des recherches intégratives, ciblées sur la réduction de l'incertitude prédictive dans
des applications spécifiques, des bassins fluviaux, ou géographiques ou hydro-climatiques. Régions.

Liens vers d'autres programmes internationaux

Le PUB établira des liens et coordonnera étroitement ses activités avec d'autres programmes à
l'échelle du bassin et à l'échelle planétaire tels que HELP, FRIEND, IHP, WWAP, WHYCOS, GEWEX,
CEOP, WRAP, GWSP et d'autres programmes de mesure « spatiaux », partager des données, des
ressources et de l'expertise, et participer à des activités conjointes, telles que les expériences de
terrain à méso et à plus grande échelle organisées par HELP et GEWEX (Fig. 8). Il est envisagé qu'au
moins certains des bassins HELP/FRIEND, GEWEX/CEOP soient adoptés comme bassins PUB par les
groupes de travail PUB. De plus, en raison de l'accent mis par HELP sur les applications des
avancées scientifiques pour une gestion et une politique améliorées de l'eau, les liens avec ces
programmes feront progresser la pertinence sociétale des résultats du PUB.

Les liens avec le vaste réseau international de bassins et de scientifiques réunis, en particulier dans
le cadre des programmes internationaux de l'UNESCO et de l'OMM, contribueront également à l'objectif
de renforcement des capacités de PUB, pour que les avantages de PUB soient partagés et propagés vers
la communauté des utilisateurs. PUB invite toutes les organisations professionnelles pertinentes ou
connexes, telles que IAHR, IWRA, IWA, WWC, les divers programmes de l'ICSU et les agences des Nations
Unies, à travailler ensemble afin que les réalisations scientifiques de PUB puissent être mises à
disposition pour des applications de gestion pratiques.

8 Place du PUB parmi les programmes internationaux connexes axés sur l'eau. Des
chevauchements importants existent entre tous les programmes, sur lesquels PUB capitalisera.
878 M. Sivapalan et al.

CONCLUSIONS

On espère que les activités PUB décrites dans ce plan scientifique et de mise en œuvre conduiront à de
nouvelles approches prédictives basées sur une combinaison de théories actuelles et nouvelles, et
d'ensembles de données existants et potentiellement nouveaux, y compris à la fois spatiaux et
terrestres, qui sont inimaginables à l'heure actuelle. En particulier, au cours des 10 prochaines années,
PUB devrait conduire à :
– l'élaboration d'un cadre solide et la mise en œuvre d'une estimation de routine de l'incertitude
prédictive dans toutes les prévisions hydrologiques futures,
– une nouvelle suite de modèles et de méthodologies pouvant être utilisées en toute confiance pour des
prédictions dans des bassins non jaugés dans différentes zones hydro-climatiques,
– un réseau de scientifiques et de groupes à travers le monde, en particulier dans les pays en
développement, avec l'expertise et l'expérience scientifiques nécessaires pour résoudre les
problèmes hydrologiques émergents,
– un ensemble de réseaux de mesures dans des bassins sélectionnés à travers le monde, et des bases de
données associées de mesures hydrologiques, pour servir de pool de référence pour les nouvelles
questions émergentes.
De plus, le PUB devrait profiter à la science de l'hydrologie en offrant une plus grande cohérence
au programme des sciences hydrologiques, une plus grande coordination et harmonie des
activités scientifiques (Fig. 9) et des perspectives accrues de percées scientifiques, et donc
d'enthousiasme pour la science. L'accent mis sur l'incertitude prédictive fournit non seulement un
thème unificateur, mais fournit également un objectif distinct à atteindre et une mesure des
progrès réalisés dans la réalisation des objectifs fixés. En liant l'incertitude prédictive aux données,
et en incluant de nouvelles formes de données, PUB aidera à quantifier la valeur des données pour
une meilleure compréhension et des prédictions, et contribuera grandement à justifier la
restauration, voire l'expansion de la mesure et de la surveillance hydrologiques, y compris la
collecte de formes traditionnelles et nouvelles de données.

9 PUB conduira sans aucun doute à une plus grande harmonie des activités scientifiques, et à des
perspectives accrues de réelles avancées scientifiques. (Illustration de l'éléphant telle que décrite
par des aveugles reproduite avec l'autorisation de Jason Hunt©1999.)

Bien que PUB soit un programme axé sur la science, il ne s'arrête pas à la science et ne
fonctionner de manière isolée. Il s'appuiera sur et s'articulera avec un certain nombre de
programmes internationaux existants axés sur l'eau. En mettant l'accent sur les prévisions
hydrologiques et la réduction de l'incertitude prédictive, PUB sera en mesure de fournir une
capacité scientifique et prédictive avancée à d'autres programmes internationaux axés sur
l'évaluation des ressources en eau, les risques naturels et la qualité de l'eau.
Décennie de l'AISH sur les prévisions dans les bassins non jaugés (PUB), 2003-2012 879

En concevant le plan scientifique et de mise en œuvre, PUB a essayé d'atteindre un équilibre


entre ce qui est fondamental et durable, et ce qui est immédiatement utile et nécessaire en
hydrologie. Il tente également d'impliquer et de mobiliser des hydrologues et d'autres scientifiques
du monde entier à partir du niveau local, et de fournir un cadre inclusif pour l'utilisation de
différentes perspectives, formes de connaissances et d'expertise, y compris celles qui ne sont pas
traditionnellement utilisées par les hydrologues. Les scientifiques du monde entier, quelle que soit
leur conviction, sont invités à envisager de rejoindre le mouvement PUB si les idées présentées
dans cet article résonnent avec eux et leurs recherches. Contrairement à de nombreux autres
programmes, PUB rendra la participation ouverte à tous et avec un minimum de bureaucratie.

Remerciements Le plan scientifique et de mise en œuvre du PUB a été élaboré grâce à des
discussions libres entre les membres de l'AISH sur le World-Wide Web et au cours d'une série
de réunions parrainées par l'AISH à Maastricht, Kofu, Brasilia et Sapporo, et grâce aux
commentaires reçus lors d'autres réunions internationales, notamment AGU, EGU et
MODSIM. Un compte rendu détaillé des discussions qui ont conduit à ce plan scientifique, y
compris une version plus longue et complète du plan, la composition actuelle du SSG et du
SAG, l'état actuel des activités du PUB et les appels à manifestation d'intérêt, peuvent être
obtenus sur le site de l'AISH :www.iahs.info
La paternité du présent document est un petit groupe, un simple sous-
ensemble du grand nombre de scientifiques qui ont participé aux nombreuses
réunions et discussions qui ont conduit à la science et au plan de mise en œuvre.
L'enthousiasme, la participation active et le soutien de la communauté
hydrologique mondiale à l'élaboration de ce plan, à travers des idées, des
commentaires et des critiques constructives, ont été extrêmement précieux. Une
dette particulière de gratitude est due à Jim Shuttleworth, Lars Gottschalk, Eric
Wood, Toshio Koike, Levent Kavvas et Dennis Lettenmaier, pour leurs efforts en
aidant à façonner les idées qui sont maintenant résumées dans cet article. Le
soutien enthousiaste et les encouragements de Pierre Hubert, Jim Wallace, John
Schaake, Hiroshi Ishidaira et Daniel Koide, qui ont aidé à faire passer l'initiative
PUB à son état avancé actuel, sont vivement appréciés.HSJ qui ont été reçues de
Keith Beven, Jan Szolgay, Demetris Koutsoyiannis, Ross Woods et deux autres
relecteurs anonymes, qui ont contribué à apporter des améliorations
substantielles au contenu et à la présentation de l'article.

Guide des abréviations

PDG GEWEX a coordonné les régimes d'écoulement de la période


AMI d'observation améliorée à partir des données expérimentales et du
GEWEX réseau Expérience mondiale sur le cycle de l'énergie et de l'eau Projet
GWSP mondial sur le système d'eau
AIDER Hydrologie pour l'environnement, la vie et les politiques
AIDH Association internationale de recherche hydraulique
AISH Association internationale des sciences hydrologiques
CICE Commission internationale sur l'érosion continentale
ICCLAS Commission internationale sur les systèmes couplés terre-atmosphère
880 M. Sivapalan et al.

ICGW Commission internationale sur les eaux souterraines


ICRS Commission internationale de télédétection
ICSI Commission internationale sur la neige et la glace
CIUS Conseil international pour la science
CIAS Commission internationale des eaux de surface Commission
TIC internationale des traceurs Commission internationale de la
ICWQ qualité de l'eau Commission internationale des systèmes de
ICWRS ressources en eau Programme hydrologique international
IHP
IWA Association internationale de l'eau Association
IWRA internationale des ressources en eau
PUB Initiative « Décennie des prévisions dans les bassins non jaugés » de l'IAHS
AFFAISSEMENT Groupe consultatif stratégique du PUB
SSG Groupe de pilotage scientifique du PUB
UNESCO Groupe de travail de l'AISH sur l'hydrologie 2020 de l'Organisation des Nations
GT : H2020 Unies pour l'éducation, la science et la culture
POURQUOI Système mondial d'observation du cycle hydrologique
OMM Organisation météorologique mondiale
ENVELOPPER Projet d'application des ressources en eau GEWEX Projet
WWAP mondial d'évaluation des ressources en eau
WWC Conseil mondial de l'eau

Reçu le 26 septembre 2003 ; révisé le 17 octobre 2003 ; accepté le 17 octobre 2003.