Vous êtes sur la page 1sur 11

TECHNIQUE ET APPLICATIONS

VALEUR DU COEFFICIENT STRUCTURAL cscd


POUR UN BÂTIMENT EN ACIER
par D. CLAVAUD

M
PRÉAMBULE

C
L’effet dynamique du vent sur les actions extérieures d’un bâtiment peut être calculé à

TI
l’aide du coefficient structural cscd. Cette rubrique a pour objet de fournir, sous forme
d’abaques, les valeurs de ce coefficient pour un bâtiment en acier, de base rectangu-
C
laire, avec des murs extérieurs verticaux, une répartition régulière de la rigidité et de
la masse, en fonction des dimensions de ce bâtiment, du lieu de construction (région
é
climatique) et de la rugosité du terrain (catégorie).
rv
se

Il traduit d’une part, l’absence de simultanéité des pointes de pression à la surface de


la construction (cs) et d’autre part, les vibrations de la structure engendrées par la tur-

bulence (cd).
t
oi
dr

1. FORCES EXERCÉES PAR LE VENT


La force exercée par le vent, Fw agissant sur une construction ou un élément de construc-
ut

tion peut être déterminée par sommation vectorielle des forces extérieures Fwe, Fwi et,
To

éventuellement, pour les bâtiments de grande dimension dans la direction du vent, des
forces de frottement Ffr calculées à partir des pressions extérieure et intérieure.

 (5.3(3) - NF EN 1991-1-4)

Forces extérieures : Fwe = cscd .  qp(ze) . cpe . Aref


surfaces

Forces intérieures : Fwi =  qp(zi) . cpi . Aref


surfaces

Avec : cscd = coefficient structural

qp(ze) , qp(zi) = pressions dynamiques de pointe pour les hauteurs ze et zi

Danielle CLAVAUD – Chargée de projets recherche CTICM

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


112 Valeur du coefficient structural cscd pour un batiment en acier

ze , zi = hauteur de référence pour les pressions extérieures et intérieures

où ze ≥ zmin

cpe , cpi = coefficient de pression pour les pressions extérieures et intérieures

Aref = aire de référence de la surface élémentaire

2. DÉTERMINATION DU COEFFICIENT STRUCTURAL


Le coefficient structural cscd peut être considéré comme égal à 1 (valeur enveloppe)
pour :

- les bâtiments dont la hauteur est inférieure à 15 m ;

M
- les éléments de façade et de toiture dont la fréquence propre est supérieure

C
à 5 Hz ;

TI
- les bâtiments en charpente comportant des cloisons, d’une hauteur inférieure
C
à 100 m et dont ladite hauteur est inférieure à 4 fois la largeur mesurée dans
la direction du vent ;
é
- pour les cheminées à sections transversales circulaires dont la hauteur est
rv

inférieure à 60 m et dont ladite hauteur est inférieure à 6,5 fois le diamètre.
se

(6.2(1) - NF EN 1991-1-4)

Dans tous les cas, ce coefficient peut être déterminé par la procédure détaillée décrite
dans la Clause 6.3.1 et à l’aide de l’Annexe B (définie comme normative dans l’EN 1991-
t

1-4/NA) de l’EN 1991-1-4.


oi
dr

Note : En général, il n’est pas nécessaire de dissocier les coefficients de dimension cs et
dynamique cd.
ut
To

Remarques : le coefficient structural cscd est l’équivalent du produit δ . β des Règles
NV 65 :

- cs = coefficient de dimension (effet réducteur, comme δ)


- cd = coefficient dynamique (effet majorateur, comme β).

Dans les Règles NV 65, les coefficients δ et β affectent la pression dyna-


mique, donc le produit (ce – ci) . q ; dans l’Eurocode, le coefficient cscd
n’affecte que les forces extérieures, donc le produit cpe . qp(ze).

Par ailleurs, dans les Règles NV 65, le coefficient majorateur β ne s’ap-


plique qu’au calcul de l’action d’ensemble.

Note : Le coefficient structural s’applique aux forces extérieures car les seules parois
extérieures sont directement soumises aux fluctuations du vent ; il ne s’applique
pas aux forces intérieures, régies par le débit d’air qui traverse la construction.

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


Danielle CLAVAUD 113

Pour un bâtiment de hauteur totale h (en m) et de dimension perpendiculaire à la direc-


tion du vent b (en m), le coefficient structural est déterminé par l’équation :

1 + 2 . kp . Iv (zs ) . B2 + R2
c sc d =
1 + 7 . Iv (zs )
(6.3.1(1) - NF EN 1991-1-4)

Note : Cette équation ne s’applique que si les seules vibrations dans la direction du vent,
selon le mode fondamental, sont significatives, et si la déformée de ce mode a un
signe constant. (6.3.1(2)P - NF EN 1991-1-4)

Avec :

zs = hauteur de référence = 0,6 h et zs ≥ zmin (6.3.1(2) - NF EN 1991-1-4)


zmin dépend de la catégorie du terrain

M
(Tableau 4.1(NA) - NF EN 1991-1-4/NA)

C
Iv(zs) = intensité de la turbulence à la hauteur zs : (4.4(1) - NF EN 1991-1-4)

TI
L’intensité de la turbulence Iv(z) est définie comme l’écart type de la turbulence σv
divisée par la vitesse moyenne du vent vm(z) :
C
é
rv

σ
Iv (z) = v
v (z)
se

m
Avec
σv = kr . vb . kl

où kr = facteur de terrain (dépend de la catégorie de terrain)


t
oi

0,07 (4.3.2(1) - NF EN 1991-1-4)


 z 
kr = 0,19  0 
dr

 z 0,II 

z0 = longueur de rugosité (Tableau 4.1(NA) - NF EN 1991-1-4/NA)


ut

z0,II = 0,05 m
To

vb = vitesse de référence du vent (en m/s) (4.2(2) P - NF EN 1991-1-4)


= cdir . cseason . vb,0

cseason = coefficient de saison


(4.2(2) P NOTE 3 – NF EN 1991-1-4/NA)
dans cette rubrique cseason = 1

cdir = coefficient de direction


Figure 4.4(NA) - NF EN 1991-1-4/NA)
dans cette rubrique cdir = 1

vb,0 = valeur de base de la vitesse de référence du vent (en m/s)


(Tableau 4.2(NA) - NF EN 1991-1-4/NA)

donc, vb = vb,0

kl = coefficient de turbulence (4.4(1) NOTE 2 - NF EN 1991-1-4/NA)


pour c0 = 1, kl = 1 – 2 . 10-4 (log10 (z0) + 3)6

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


114 Valeur du coefficient structural cscd pour un batiment en acier

vm(z) = vitesse moyenne du vent (en m/s)


= cr(z) . c0(z) . vb (4.3.1 (1) - NF EN 1991-1-4)

où cr(z) = coefficient de rugosité à la hauteur z


= kr . ln (z/z0) pour z ≥ zmin (4.3.2 (1) - NF EN 1991-1-4)
= cr (zmin) pour z ≤ zmin
c0(z) = coefficient d’orographie (4.3.3 (2) - NF EN 1991-1-4)
dans cette rubrique, c0 = 1

Iv(z) peut alors être évaluée par l’équation :

kl
Iv (z s ) =
c0 (z s ) . ln(zs /z0 )

B2 = coefficient quasi-statique : (B.2(2) - NF EN 1991-1-4)

M
C
Ce coefficient traduit l’absence de corrélation parfaite de la pression sur la construc-
tion.

TI
1
B2 = 0,63
b+h


1 + 0,9  
 L(z s ) 
C
é
rv

où :
h = hauteur totale du bâtiment (en m)
se

b = dimension du bâtiment perpendiculaire à la direction du vent (en m)


L(zs) = échelle de turbulence (B.1(1) - NF EN 1991-1-4)

α
z 
L(z s ) = L t .  s 
t

 zt 
oi


dr

Lt = échelle de référence = 300 m


zt = hauteur de référence = 200 m
ut

α = 0,67 + 0,05 ln(z0)


To

R2 = coefficient de réponse résonante : (B.2(5) - NF EN 1991-1-4)

Ce coefficient traduit l’effet de la turbulence en résonance avec le mode de vibration


considéré de la construction.

π2
R2 = . S L (z s , n 1,x ) . R h ( η h ) . R b ( η b )

où :
δ = décrément logarithmique d’amortissement (F.5(1) - NF EN 1991-1-4)
δ = δs + δa + δd
δs = décrément logarithmique d’amortissement structural du mode fonda-
mental
pour un bâtiment en acier ds = 0,05 (Tableau F.2 - NF EN 1991-1-4)
δa = décrément logarithmique d’amortissement aérodynamique
dans cette rubrique da = 0 (valeur sécuritaire)
(F.5(3) - NF EN 1991-1-4)

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


Danielle CLAVAUD 115

δd = décrément logarithmique d’amortissement dû à des dispositifs spé-


ciaux
dans la majorité des cas δd = 0 (F.5(1) - NF EN 1991-1-4)

SL(zs,n1,x) = fonction adimensionnelle de densité spectrale


(B.1(2) - NF EN 1991-1-4)
6,8 . fL (z s , n 1, x )
S L (z s , n 1, x ) =
( 1 + 10,2 . fL (z s , n 1, x ) ) 5/3

fL(zs,n1,x) = fréquence adimensionnelle (B.1(2) - NF EN 1991-1-4)


n1, x . L(z s )
fL (z s , n1, x ) =
v m (z s )

M
n1,x = fréquence propre de la structure (en Hz)
dans cette rubrique la formule forfaitaire fournie par l’Euro-

C
code est appliquée (F.2(2) - NF EN 1991-1-4)

TI
46
n 1, x =
h C
é
Notes : Cette expression s’applique à des bâtiments de plusieurs niveaux ayant une
rv

hauteur de plus de 50 m mais elle peut donner des indications utiles pour les
se

bâtiments à un seul niveau. (F.2(2) – NF EN 1991-1-4)

La fréquence propre de la structure peut être calculée plus précisément par les

méthodes classiques ou déterminée à l’aide d’une formule forfaitaire mieux


adaptée au cas étudié.
t
oi

Rh et Rb = fonctions d’admittance aérodynamique pour une déformée de


dr

mode fondamental (B.2 - NF EN 1991-1-4)


ut

1 1
Rh = - (1 - e - 2 . η h )
η h 2 . η h2
To


4,6 . h
ηh = . fL (z s , n 1, x )
L(z s )

1 1
Rb = - (1 - e - 2 . η b )
η b 2 . η b2

4,6 . b
ηb = . fL (z s , n 1, x )
L(z s )

Note : Ces expressions ne s’appliquent que si les déformées modales ne présentent pas
de nœuds intermédiaires.

kp = facteur de pointe (B.2(3) - NF EN 1991-1-4)

Ce facteur est le rapport de la valeur maximale de la partie fluctuante de la ré-


ponse à son écart type.

kp = 2 . ln (ν . T ) +
0,6
2 . ln (ν . T )

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


116 Valeur du coefficient structural cscd pour un batiment en acier

ν = fréquence de franchissement ; ν ≥ 0,08 Hz

R2
ν = n1, x
B + R2
2

T = durée d’intégration de la vitesse moyenne du vent = 600 s

3. VALEURS DU COEFFICIENT STRUCTURAL


Les valeurs du coefficient structural cscd sont fournies ci-après, par pas de 0,02, sous
forme d’abaques, en fonction :

- des dimensions du bâtiment

M
h = hauteur totale, 5 m ≤ h ≤ 60 m,
b = dimension perpendiculaire à la direction du vent, 15 m ≤ b ≤ 60 m,

C
- de la valeur de base de la vitesse de référence sur la France métropolitaine

TI
selon la région considérée
C
vb,0 = 22 m/s (Région 1), 24 m/s (Région 2), 26 m/s (Région 3), 28 m/s (Région 4),
é
- de la catégorie de terrain (rugosité) pour chacune des régions
catégorie 0 (mer), catégorie II (rase campagne), catégorie IIIa (bocage), catégorie
rv

IIIb (zone industrielle), catégorie IV (centre ville),


se

Par ailleurs, ces abaques ont été construites pour :


- c0(zs) = coefficient d’orographie = 1


t

- da = décrément logarithmique d’amortissement aérodynamique = 0.


oi

- dd = décrément logarithmique d’amortissement dû à des dispositifs spéciaux


dr

=0
ut

- cseason = coefficient de saison = 1


To

- cdir = coefficient de direction = 1

Il est possible d’obtenir cscd pour des valeurs intermédiaires des dimensions du bâti-
ment et/ou de la vitesse du vent (par exemple, par utilisation du coefficient de direction
cdir) par interpolation linéaire.

Les courbes présentent un point singulier qui se produit à une hauteur h = zmin / 0,6, soit :

Catégorie de terrain 0 II IIIa IIIb IV


zmin / 0,6 (en m) 1,67 3,33 8,33 15,00 25,00

Ces valeurs sont matérialisées par des pointillés sur les graphiques (si zmin / 0,6 > 5 m)

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


Danielle CLAVAUD 117

COEFFICIENT cscd
(h et b en m)
Région 1 (vb,0 = 22 m/s)

Catégorie 0 Catégorie II Catégorie IIIa


h h h
0,98 0,96 0,94 0,92 0,96 0,94 0,92 0,90 0,88 0,92 0,90 0,88 0,86
60 60 60

55 55 55

0,84
50 50 50

45 45 45
0,90
40 40 40

M
0,86
35 35 35
0,82

C
30 30 30

TI
25 25 25

0,84 0,80
20

15
0,88
20

15
C 20

15
0,78
é
0,82
10 10 10 0,76
rv

0,80
0,86
5 5 5
se

15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60

b b b
t ré

Catégorie IIIb Catégorie IV


oi
dr

h h
0,90 0,88 0,86 0,84 0,88 0,86 0,84 0,82
60 60
0,80
0,82
ut

55 55

50 50
To

45 45

40 40 0,78
0,80
35 35

30 30
0,76
25 0,78 25

20 20
0,76
15 15

10 10

5 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60

b b

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


118 Valeur du coefficient structural cscd pour un batiment en acier

Coefficient cscd
(h et b en m)
Région 2 (vb,0 = 24 m/s)

Catégorie 0 Catégorie II Catégorie IIIa

h h h
1 0,98 0,96 0,94 0,98 0,96 0,94 0,92 0,90 0,94 0,92 0,90 0,88 0,86
60 60 60
0,92

55 55 55

0,88
50 50 50

45 45 45
0,84

40 40 40

M
35 35 35
0,90 0,86

C
30 30 30
0,82

TI
25 25 25

20 20 20

15
0,88
15
C 0,84
15
0,80

0,78
é
10 10 0,82 10
0,76
rv

0,80
5 0,86 5 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60
se

b b b
t ré

Catégorie IIIb Catégorie IV


oi
dr

h h
60 0,90 0,88 0,86 0,84 0,88 0,86 0,84 0,82
60
0,82 0,80
ut

55 55

50
To

50

45 45

40 40 0,78
0,80
35 35

30 30
0,76
25 0,78 25

20 20
0,76
15 15

10 10

5 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60
b b

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


Danielle CLAVAUD 119

Coefficient cscd
(h et b en m)
Région 3 (vb,0 = 26 m/s)

Catégorie 0 Catégorie II Catégorie IIIa


h h h
60 1,02 1,0 0,98 0,96 0,94 1 0,98 0,96 0,94 0,92 0,90 0,96 0,94 0,92 0,90 0,88
60 60

55 55 55 0,86

50 50 50
0,92

45 45 45
0,88

40 40 40
0,84

M
35 35 35

C
30 30 30

0,90 0,86

TI
25 25 25 0,82

20 20 20

15 15
C 0,84 15
0,80
é
0,88 0,78
10 10 0,82 10
rv

0,80
5 5 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60
se

b b b
t ré

Catégorie IIIb Catégorie IV


oi
dr

h h
0,90 0,88 0,86 0,84 0,82
60 0,94 0,92 0,90 0,88 0,86 0,84 60
ut

55 55

50 50
To

45 45 0,80
0,82
40 40

35 35
0,78
30 0,80 30

25 25

0,78
20 20

15 0,76 15

10 10

5 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60

b b

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


120 Valeur du coefficient structural cscd pour un batiment en acier

Coefficient cscd
(h et b en m)
Région 4 (vb,0 = 28 m/s)

Catégorie 0 Catégorie II Catégorie IIIa


h h h
60 1,04 1,02 1,0 0,98 0,96
0,94 60
1,02 1,0 0,98 0,96 0,94 0,92 60 0,98 0,96 0,94 0,92 0,90 0,88

55 55 55
0,90

50 50 50
0,86
45 45 45

40 0,92 40 40

M
0,88
35 35 35
0,84

C
30 30 30

TI
25 25 25
0,86
0,90 0,82
20 20 20

15 15
C 0,84 15 0,80
é
10 0,78
0,88 10 0,82
10
rv

5 5 0,80 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60
se

b b b
t ré

Catégorie IIIb Catégorie IV


oi
dr

h h
0,92 0,90 0,88 0,86 0,84
60 0,96 0,94 0,92 0,90 0,88 0,86 60

0,82
ut

55 55
0,84
50 50
To

45 45

0,80
40 40
0,82

35 35

30 30 0,78
0,80
25 25

20 0,78 20

15 15

10 10

5 5
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60

b b

Revue Construction Métallique, n° 4-2011


Danielle CLAVAUD 121

4. ConclusionS
1. Le coefficient structural cscd prend en compte les effets dynamiques de l’action du
vent sur une structure. Dans le cas de bâtiments courants (h < 2,5 b), ce coefficient est
réducteur et s’applique aux seules forces extérieures.

2. La détermination du coefficient structural étant légèrement complexe, l’objectif de


cette rubrique est d’en présenter les valeurs, sous une forme simple et d’application
immédiate.

3. Conformément à la logique, la valeur de cscd augmente (tout autre facteur constant


par ailleurs) avec :
- la vitesse du vent,
- la hauteur h située au-dessus du seuil zmin / 0,6 ;

elle diminue avec :

M
- la dimension perpendiculaire à la direction du vent pour h > zmin / 0,6

C
- la catégorie croissante du terrain.

TI
4. Un calcul plus précis de ce coefficient peut être effectué à l’aide de l’EN 1991-1-4 et
de l’Annexe B. C
é
rv

5. – RéFéRENCES
se

1. NF EN 1991-1-4 – Eurocode 1 – « Actions sur les structures » Partie 1-4 : Actions géné-

rales – Actions du vent - AFNOR. Novembre 2005


t

2. NF EN 1991-1-4/NA - Annexe Nationale à la NF EN 1991-1-4 : 2005 - AFNOR. Mars 2008


oi
dr
ut
To

Revue Construction Métallique, n° 4-2011