Vous êtes sur la page 1sur 45

c"'n

R M
Revue.
Construction Référence

W Métallique EC3-ELE4-91
Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS

APPLICATION DE L'EUROCODE 3
VÉRIFICATION DES SECTIONS TRANSVERSALES
BRUTES DE CLASSE 1, 2 ET 3
par A. BUREAU, et Ph. lEOUIEN

1. - INTRODUCTION

Cette note technique traite la vérification de la résistance des sections transversales brutes
soumises aux sollicitations de type effort axial N, moment fléchissant M, effort tranchant V.
Les critères sont donnés dans le chapitre 5 de l'Eurocode 3 Partie 1 « Règles Générales et
Règles pour les Bâtiments» (voir référence [1]).

La classification des sections conditionne le choix des critères de vérification. Nous ne trai-
tons ici que les sections de Classe 1, 2 et 3 voir [4]. Les sections de Classe 4 et les sections
des éléments minces formés à froid ne sont pas incluses. Pour ces deux type~ de section, on
pourra se reporter respectivement aux références [2] et [3]. De même la vérification des
sections des poutres hybrides n'est pas abordée et on ne tient pas compte de la variation de
la limite d'élasticité fy en fonction de l'épaisseur des parois de la section (voir l'Eurocode 3
paragraphe 3.2.2.1). On se limite donc aux sections de limite d'élacticité homogène. Nous
étudions ici uniquement la résistance des sections d'éléments qui peuvent par ailleurs être
soumis à différents risques d'instabilité (flambement, déversement, voilement) demandant à
être vérifiés séparément et dont les méthodes de vérification imposées dans l'Eurocode 3
feront l'objet de publications ultérieures.

Cette note technique aborde les critères de vérification des sections brutes sous sollicitations
simples et sous sollicitations combinées et propose des abaques et tableaux de synthèse
complémentaires ainsi que des exercices d'application. La vérification de sections avec trous
de fixations sera abordée dans une note technique ultérieure.

2. - NOTATIONS

Cette note technique reprend les notations utilisées dans l'Eurocode 3 concernant la géométrie
des sections, le matériau, les efforts, sollicitations et résistances; celles-ci sont rappelées
ci-après.

A. BUREAU- Ingénieur au C.T.I.C.M.


Ph. lEOUIEN - Ingénieur
au C.r.I.C.M.

CENTRE TECHNIIlUE INOUSTRIEL Domaine de Saint-Paul, 78470 Saint-Rémy-lés-Chevreuse


OE LA CONSTRUCTION MÉTALLlIlUE Tél. : (1) 30-85-20-00 - Télex: 699298F - Télécopieur (1) 30-52-75-38

Construction Métallique, n° 4-1991


,.. 70 R"b~E ET APPll~

EC3-ELE4-91

2,1. - Géométrie des sections

h = hauteur totale de la section

d = hauteur de l'âme de la section dans sa partie d'épaisseur constante

b = largeur de la semelle

tf = épaisseur de la semelle

tw = épaisseur de l'âme

2 A = aire de la section

Af = aire de la section de la semelle

Aw = aire de la section de l'âme

Av = aire de cisaillement de la section

Wpl = module plastique de la section

Wei = module élastique de la section.

Pour les sections en 1 à semelles inégales, l'indice s s'applique à la semelle supérieure et


l'indice i à la semelle inférieure.

Les axes de référence des sections sont ceux de l'Eurocode 3 (voir paragraphe 1.6.7 et
figure 1.1). On les rappelle sur le schéma ci-dessous.

Z!

--
y G -- Y

.
zl

Fig.1

2,2. - Matériau

fy = limite d'élasticité

fu = résistance ultime à la traction

E = coefficient de réduction lié au matériau, E = J~ avec fy en MPa (N/mm2)

Construction
Métallique,n° 4-1991

~~'
Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 71

EC3-ElE 4-91

2,3. - Efforts, sollicitations et résistances

NSd = effort axial de calcul


Np/.Rd = résistance plastique de calcul de la section à la compression ou à la traction
MSd = moment fléchissant de calcul
Mc.Rd = résistance de calcul de la section à la flexion
Mpl.Rd = moment de résistance plastique de calcul de la section
Mel.Rd = moment de résistance élastique de calcul de la section 3
MV.Rd = moment de résistance plastique de calcul réduit par la prise en compte de l'effort
tranchant
MN.Rd = moment de résistance de calcul réduit par la prise en compte de l'effort axial
MN.v.Rd = moment de résistance plastique de calcul réduit par la prise en compte de l'effort
axial et de l'effort tranchant
VSd = effort tranchant de calcul
Vpl.Rd = résistance plastique de calcul de la section au cisaillement.

3. - PRINCIPE DES VÉRIFICATIONS

L'Eurocode 3 est basé sur un concept semi-probabiliste. Le principe des vérifications de


résistance des sections (voir l'Eurocode 3 paragraphe 2.3.2), lorsque l'on considère un état
limite ultime, consiste à vérifier un critère du type:

Sd ~ Rd

où Sd représente la valeur de calcul d'une sollicitation, c'est-à-dire celle de l'effet des actions
de calcul Fd:

Sd = E(F d)

où E symbolise ici l'analyse globale de la structure. Dans des cas simples, ce peut être une
fonction explicite des actions.

Rd est la résistance de calcul correspondant à Sd et est déterminée à partir de la résistance


caractéristique Rk (voir l'Eurocode 3 au paragraphe 2.2.3.2), soit:

Rd =~
'YM

avec 'YMcoefficient partiel de sécurité qui s'applique à la résistance.

En l'absence d'instabilités, le coefficient partiel de sécurité nécessaire à la vérification de la


résistance élastique ou plastique des sections transversales de Classe 1, 2 et 3 est noté 'YMO.
Ce coefficient permet de prendre principalement en compte l'influence de la dispersion de la
limite d'élasticité du matériau et des caractéristiques géométriques des sections.

Construction Métallique, n° 4-1991


1 - 72 Rubrique
~
TECHNIQUEET APPLICATIONS
)~
"?
;,
EC3-ELE4-91

4. - CLASSES DES SECTIONS

ET CRIT~RES DE R~SISTANCE DES SECTIONS

Le paragraphe 5.4 « Résistancedes Sections Transversales» de l'Eurocode 3 définit les résis-


tances ultimes de calcul des sections lorsqu'elles sont soumises à divers types de sollicitations
M, N et V simples ou combinées. Dans le cas de sollicitations (M et/ou N) comprimant au
moins partiellement la section, la résistance ultime de celle-ci dépend de sa classe.

On rappelle ici, en les reformulant un peu, les définitions des classes de sections introduites
4 dans l'Eurocode 3 au paragraphe 5.3.2. On pourra aussi se reporter à la note technique
traitant spécifiquement de la classification des sections (voir référence [4]).

- Classe 1 : sections transversales massives pouvant atteindre leur résistance plastique


sans risque de voilement local (exemple: moment plastique en flexion simple),
et possédant une capacité de rotation de rotule plastique importante.

- Classe 2 : sections transversales pouvant atteindre leur résistance plastique sans risque
de voilement local (exemple: moment plastique en flexion simple), mais
possédant une capacité de rotation de rotule plastique réduite.

- Classe 3 : sections transversales pouvant atteindre leur résistance élastique (atteinte de


la limite élastique dans une fibre avec un diagramme linéaire de contraintes)
mais non leur résistance plastique à cause des risques de voilement local.
Leur résistance ultime est donc basée sur la résistance élastique.

- Classe 4 : sections transversales à parois élancées ne pouvant atteindre leur résistance


élastique à cause des risques de voilement local. Leur résistance ultime doit
être calculée par des méthodes appropriées, en particulier la méthode des
largeurs efficaces (voir référence [2]).

Ainsi:

- pour les sections de Classe 1 ou 2, leur résistance ultime est basée sur la résistance
plastique;

- pour les sections de Classe 3, leur résistance ultime est basée sur la résistance élastique.

Il est à noter que l'Eurocode 3 autorise deux dérogations à ce dernier principe qui seront
développées aux paragraphes 5,3 et 6,13 ainsi qu'à l'Annexe 1 de cette note technique.

5. - R~SISTANCE DES SECTIONS SOUS SOLLICITATION SIMPLE

5.1. - Critères de vérification

Les sections concernées ici sont les sections soumises à une des sollicitations élémentaires
suivantes:

- effort axial de compression ou de traction NSd

Construction Métallique, n° 4-1991

"~
Rubrique
TECHNIQUE
ET APPLICATIONS 73

EC3-ElE 4-91

- moment fléchissant MSd

- effort tranchant VSd

La torsion qui n'est pas abordée dans la Partie 1 de l'Eurocode 3 ne sera pas traitée ici.

Une fois la classe de la section déterminée, on pourra identifier dans le tableau 1 le critère
de vérification de la résistance de la section correspondant au cas de sollicitation étudié.

On remarquera que les critères de vérification sont imprimés en caractères gras. Ces critères
concernent les sections transversales brutes et ne sont pas applicables aux sections trans-
versales avec trous de fixation. 5
Les cas où l'on ne peut pas faire de calcul en section brute sont détaillés dans l'Eurocode 3
aux paragraphes 5.4.3 et 5.4.5 (3). Reprenons les ici.

Les trous de fixation de la semelle tendue doivent être pris en compte dans la vérification
de la résistance de la section sauf si :

09~~~~
, Af 7 tu YMO

avec A f.netaire de la semelle tendue déduction faite des trous de fixation

Af aire de la semelle tendue.

et YM2 coefficient partiel de sécurité qui apparaît dans le calcul des résistances basées
sur la limite de rupture tu du matériau.

En présence de trous de fixation dans la partie tendue de l'âme, ce critère s'applique en


prenant l'aire de toute la zone tendue (semelle tendue plus partie tendue de l'âme), c'est-
à-dire : ~
09~~~~
, At 7 tu YMO

avec At.netaire de la semelle tendue plus la partie tendue de l'âme déduction faite des trous
de fixation

et At aire de la semelle tendue plus la partie tendue de l'âme.

Les critères de vérification nécessitent le calcul de certaines caractéristiques des sections


brutes qui sont rappelées au paragraphe suivant.

5,2. - Calcul des caractéristiques géométriques des sections brutes

L'Eurocode 3 définit la «section brute» au paragraphe 5.4.2.1. Les principales indications


pour le calcul de ses caractéristiques géométriques sont les suivantes:

a) caractéristiques calculées à partir des dimensions nominales de la section

b) non prise en compte des trous de fixation

c) prise en compte des ouvertures importantes

d) non prise en compte des couvre-joints et des traverses de liaison.

Construction Métallique, n° 4-1991


74 Rubrique
~
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE4-91

CLASSE DE LA SECnON

TYPE
DE 1 ou 2 3
SOLLICITAnON

NSd~ Npl.Rd
Tractionou avec
6 Compression Ai
NSd Npl.Rd =~

My.Sd ~ Mpl.y.Rd My.Sd ~ Mel.y.Rd


Flexion avec avec
W f C *
My.Sd - -:.:.E!:}::r =W 1f )
..e1.Y'y
Mpl.y.Rd - YMO M 1 Rd
e .y. YMO
ou dérogations1 ou 2
voir paragraphe5.3 de œtte
note technique

Mz.Sd ~ Mpl.z.Rd Mz.Sd ~ Mel.z.Rd


Flexion avec avec
Mz.Sd ~~
Mpl.z.Rd= YMO M 1 Rd =W 1 f C*)
.. e1.z'y
e .z. YMO

Vy.Sd~ Vpl.y.Rd
Effort tranchant
V avec
y.Sd Vpl.y.Rd = Av.yCfy/V3)/YMO

E rt t
"' h t v:z.sd -<V pl.z.Rd
..0 ranc an
V avec
z.Sd Vpl.z.Rd = Av.zCfy/V3)/YMO

(*) Dans le casd'une sectiondisymétrique,on prend la valeur minimale de Wei.

TABLEAU 1
Critères de vérification de la résistance des sections sous sollicitation simple

Construction
MétalIiqUe~o
4-1991 i
Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 75

EC3-ElE 4-91

Les caractéristiques géométriques des sections nécessairesà la vérification de leur résistance


sont les suivantes: ,
- aire de la section brute A;

- aires de cisaillement Av.y, Av.z : ces formules empiriques sont données dans l'Eurocode 3
au paragraphe 5.4.6 (2) et récapitulées dans le tableau 2;

- modules élastiques de la section Wel.y' Wel.z: (ancienne notation Ilv);

- modules plastiques de la section Wpl.y, Wpl.Z: des formules sont données dans la réfé-
rence [5]. 7
On trouvera à l'Annexe 2 un tableau des valeurs des caractéristiques géométriques sui-
vantes, A, WPI.y' Wpl.z, Av.z' Av.y, des profilés laminés, P.A, IPE-A, IPE, IPE-R, HEA-A, HEA,
HEB, HEM.

Dans ce tableau les différentes caractéristiques de sections ont été calculées à partir des
dimensions des profilés données dans le catalogue OTUA (voir référence [7]). On notera
que les valeurs numériques des aires de cisaillement ont été calculées à partir des formules
données dans le tableau 2.

5,3. - Dérogations pour les sections de Classe 3

Les principesdes deux dérogations applicables aux sections de Classe 3 sont les suivant3 :

5,31 - Dérogation 1 - voir /'Eurocode 3 au paragraphe 5.3.4 (4)

Il est possible de plastifier partiellement la partie tendue de la section lorsque la limite


d'élasticité est d'abord atteinte dans la fibre extrême tendue, et ce jusqu'à atteindre fy dans
la fibre extrême comprimée.

En flexion simple, cette dérogation trouve uniquement son application dans le cas d'une
section à semelles inégales. On ne peut pas en bénéficier dans le cas d'une section bisymé-
trique, la limite d'élasticité étant atteinte dans ce cas simultanément en partie comprimée et
en partie tendue.

Cette méthode permet d'augmenter la résistance de calcul de la section à la flexion qui


demeure néanmoins en Classe 3, notamment dans le cadre de l'analyse globale. On trouvera
dans l'Annexe 1 les développements concernant le calcul d'une section en 1 à semelles
inégales.

5,32. - Dérogation 2 - voir /'Eurocode 3 au paragraphe 5.3.4 (5)

Lorsquela section a une semelle comprimée de Classe 1 ou 2 et une âme de Classe 3, sa


résistance peut être prise égale à la résistance plastique de la section dans laquelle l'âme a
une largeur réduite efficace déterminée selon une méthode présentée dans l'Eurocode 4 au
paragraphe 4.3.3.1(3) (voir référence [8]).

Construction Métallique, n° 4-1991 ~


~- - ~
76 Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE 4-91

TYPE DE AIRE DE CISAILLEMENT


SECnON Av.z Av.y
b

r
,- -1
l A - 2 b tf + (tw + 2 r) tf
2 b tf + (tw + r) tw (*)
Laminé Vy.Sd !VZ.Sd h Par simplification

1,04 htw

8 t--f
b

Vy.Sd
Laminé .Sd A-2btf+(tw+r)tf 2btf(**)

tw

b
1- -1

Laminé -
Vy.Sd

vz.S
h
~
b+h
~
b+h

-
VY'Sd ~ D W
1

Vz.Sd
d
l~ Vy.Sd

tw
l
d L d tw A - L d tw

Soudé
b
I-t

I h A A
v,~!n
Vz.SdU

rr,J
1_-~ 1

~ V Sd
2A
-;-

(*) L'Eurocode 3 ne propose pas de formule dans ce cas


La formule proposée ici est donnée à titre d'information; elle est tirée de la référence [6]
(*.) La formule proposée ici peut être adoptée par souci de simplification

TABLEAU 2

Construction Métallique, n° 4-1991


Rubrique TECHNIQUE
ET APPLICATIONS 77

EC3-ElE 4-91

Cette dérogation trouve son application dans le cas d'une section fléchie comportant des
âmes de Classe 3 et des semelles de Classe 2 (ou de Classe 1).

Cette méthode permet de réduire la discontinuité entre les Classes2 et 3 et il sera avantageux
de l'utiliser dans le cas des sections fléchies de Classe 3 voisines de la Classe 2 et non de
la Classe4, c'est-à-dire par exemple dans le cas d'une section à semelles égales dont l'élance-
ment de l'âme est proche de 8310et non de 12410.On trouvera en Annexe 1 le calcul de la
résistance d'une section en 1 disymétrique.

6. - RÉSISTANCE DES SECTIONS SOUS SOLLICITATIONS COMBINÉES 9


Ce paragraphe présente les critères de vérification de la résistance des sections transversales
soumises à des sollicitations combinées MSd' NSdet VSd.

On choisit de traiter en premier lieu la résistance des sections en flexion composée bi-axiale
sans interaction avec l'effort tranchant. Nous verrons ensuite les critères de vérification qui
tiennent compte de l'interaction avec l'effort tranchant lorsque celle-ci doit être prise en
compte, c'est-à-dire lorsque:

VSd> O,5Vpl.Rd

6,1. - Flexion composée bi-axiale sans interaction avec l'effort tranchant

Considérons ici le cas d'une section soumise aux sollicitations suivantes NSd' My.Sd'Mz.Sd'
VSdavec VSd~ O,5Vpl.Rd'La condition de non prise en compte de l'interaction avec l'effort
tranchant étant satisfaite, il suffit d'étudier la résistance de la section en flexion composée
bi-axiale.

Suivant le classement de la section on vérifiera soit sa résistance plastique, cas d'une section
de Classe 1 ou 2, soit sa résistance élastique, cas d'une section de Classe 3.

6,11. - Résistance plastique - Section de Classe 1 ou 2

a) Principe et critères de vérification

La résistance plastique d'une section transversale de Classe 1 ou 2 peut être vérifiée en


trouvant une distribution des contraintes normales qui équilibre les sollicitations. Ces con-
traintes doivent rester inférieures ou égales à la limite d'élasticité fy (voir l'Eurocode 3 au
paragraphe 5.4.1 (2». L'hypothèse de Navier-Bernoulli doit en outre être respectée que la
section soit partiellement ou totalement plastifiée: la section reste plane et perpendiculaire
à la fibre moyenne de l'élément. La déformation unitaire en un point de la section est
proportionnelle à la distance du point considéré à la fibre moyenne.

La résistance d'une section soumise à de la flexion composée peut être vérifiée en comparant
le moment fléchissant de calcul MSdau moment fléchissant résistant de calcul MN.Rd. Ce
moment résistant sera calculé avec une limite d'élasticité fy en tenant compte de l'influence
de l'effort axial. Sa valeur de calcul sera obtenue en le divisant par le coefficient partiel de
sécurité YMOen application du principe énoncé au paragraphe 2.2.3.2 (2) de l'Eurocode 3.

Construction Métallique, n° 4-1991


r-- 78 Rubrique
~ ~
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE 4-91

Pour les sections en 1, l'effet de l'effort axial sur la résistance plastique à la flexion par rapport
à l'axe de forte inertie peut ne pas être pris en compte (voir l'Eurocode 3 paragraphe 5.4.8.1(3)
lorsque:

NSd ~ O,5Npl.W.Rd et NSd ~ O,25Npl.Rd

avec Npl.w.Rdrésistance plastique de l'âme à la traction

et Npl.Rd résistance plastique de la section à la traction.

Pour les sections en 1 à semelles égales, fléchies, suivant l'axe de faible inertie, l'effet de
1 0 "effort axial peut être négligé s'il ne dépasse pas l'effort normal de plastification de l'âme.

On trouvera dans le tableau 3 un récapitulatif des différents critères applicables aux sections
courantes dans le cas de l'interaction avec l'effort axial, ainsi que le rappel des formules
données au paragraphe 5.4.8.1 de "Eurocode 3.

Dans le tableau 3, on introduit la notation n = ~ pl.Rd

L'Eurocode 3 donne aussi au paragraphe 5.4.8.1 (12) un critère d'interaction linéaire qui
procure une approximation supplémentaire et qui place systématiquement en sécurité.

~
N +~
M + J~~1
M ~
pl.Rd pl.yRd pl.z.Rd

b) Abaques de vérification des sections en 1 à semelles égales

L'Annexe2 présente un tableau qui regroupe 'es caractéristiques géométriques nécessaires


à la détermination de la résistance plastique des sections des profilés laminés. On y trouvera,
entre autres, les valeurs du rapport a défini par:

A - 2btf
a=
A
Les abaques 1 a, 1 b et 1 c permettent de vérifier les sections en 1 à semelles égales soumises
à une flexion composée bi-axiale. Les courbes ont été tracées d'après les formules de l'Euro-
code 3.

Pour l'utilisation des abaques,la démarche suivante peut être adoptée:

1) Déterminer sur l'abaque 1 a, le rapport MN.y.Rd/Mpl.y.Rd en fonction de n et de a.

2) Déterminer sur l'abaque 1 b, le rapport MN.z.Rd/Mpl.z.Rd


en fonction de n et de a.

3) Vérifier sur l'abaque 1 c que le point de coordonnées My.Sd/MN.Y.Rd et Mz.Sd/MN.z.Rd est


situé à l'intérieur du domaine délimité par la courbe correspondant à n.

La flexion composéepar rapport à l'un des axes principaux représente un cas particulier pour
lequel l'un des deux premiers abaquespourra être utilisé selon qu'il s'agit d'une flexion autour
de l'axe yy ou zz.

On trouvera au paragraphe 7,1 un exemple d'utilisation de ces abaquesprécédé du calcul


détaillé.

c~_.;oo M...".oo,
," 4-1'" 1
Rubrique TECHNIQUE
ET APPLICATIONS 79

EC3-ElE 4-91

TYPE DE SECrlON

TYPE Creuserectangulaire
DE Rectangulaire 1et H laminé ou soudé ou Caissonsoudé
SOLLICITATION

My.Sd $ MN.y.Rd
d-M 1-n
d -1-05a
M N.y.R- PI.y.R
, w
et MN.y.Rd limité à Mpl.y.Rd

MN.y.Rd = Mpl.y.Rd-.!:!-
1-0,5a . creuse:
-sectIon 11
Flexion lim . M
et MN.y.Rd Ité à pl.y.Rd
A-2bt
aw = min ( 0,5; ~)
,
composee . . =M plyRd
M NyRd . . (1-n2) -' . A-2btf
- '
-caIsson
sou:

a - mm(0,5, A ) A-2btf
N +M ousimplification
pour aw= min(0,5;-;;:-)
Sd y.Sd ,es . . nonna,ls"s
, lamln"s ,.. .. ousimplification
pour les laminés nonnalisés :
MN.y.Rd = 1,11 Mpl.y.Rd (l-n) -section creuse came:
et MN.y.Rd limité à Mpl.y.Rd MN.Rd = 1,26 Mpl.Rd(l-n)
-section creuse rectangulaire :
MN.y.Rd = 1,33Mpl.y.Rd(1-n)
et MN.y.Rd limité à Mpl.y.Rd

Mz.Sd $ MN.z.Rd
1-n
d -M
M N.z.R - pI.z.Rd-l-O,saf
sin>a: M lim '
M N.z.R d=M lzRd
p.
[1-- ]
<
n-a
)2
1-a
et N.z.Rd ItéàM pl.z.Rd

. < -sectioncreuserectangulaire:
Sin a:
M N.z.Rd =M pl.z.Rd af -~
- A
Flexion
composée M (1 2)
MN.z.Rd= pl.z.Rd -n
. ',1:
ou SIm'p'IJ.CatiOn~our
. A-2htw
-caissonsoudé:
les laminésnonnahsés: a = min ( o 5 .- )
NSd + Mz.Sd f "A
si n > 0,2 : ou simplification
MN.z.Rd = 1,56Mpl.z.Rd (1-n)(n+0,6) p~ur les laminésnonna/isés:
et M limité à M -sectioncreusecame:
N.z.Rd pl.z.Rd M = 126 M ( l-n
si n < 0,2: N.Rd ' pl.Rd )

M - M -sectioncreuserectangulaire:
N.z.Rd - pl.z.Rd
1-n
MN.z.Rd = Mpl.z.Rd"ô;5+htïA

et MN.z.Rd limité à Mpl.z.Rd

Flexion .. ~ ] a [ Mz.Sd ] fJ
composée aPProxlmation: [MN.y.Rd + MN.z.Rd $1
bi-axiale a = fJ =1 ( valeur sécuritaire )
NSd
+ a=fJ=~
My.Sd + Mz.Sd a = fJ = 1,73+1,Sn3 a = 2 et fJ = 5n maisfJ ~1 1-1,l3n2
maisa$6 etfJ$6

TABLEAU 3
Critères de vérification de la résistance des sections sous sollicitations combinées.
Interaction avec l'effort normal

Constrnction Métalliqne, n° 4-1991


80 Rubrique
..
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE4-91

HSd
n=
Hpl.Rd
1

0,9

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 MHy.Rd

Mply.Rd
Abaque 1a

HSd
n=
Hpl.Rd
1

0,9

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2
0,1 0,1

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 MHz .Rd

Mplz.Rd
Abaque 1b

0 =... ""4-""
Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 81

EC3-ElE 4-91

Mz.Sd
MNz.Rd
1

0,9

0,8

0,7

0,6 NSd 13
n == 0,2

0,5 Npl.Rd

0,4

0,3

0,2

0,1

o My.Sd
o 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1
MNy.Rd
Abaque 1c

6,12. - Résistance élastique - Sections de Classe 3

Le principe général de la vérification de la résistance d'une section transversale de Classe 3


est de vérifier que la contrainte maximale O"x.Ed dans la fibre la plus sollicitée satisfait la
condition suivante:

O"x.Ed~ fYd avec fYd = fylrMo (1 )

Dans le cas des sections sans trous de fixations on peut remplacer cette condition par le
critère suivant:

~N + M y.Sd + M z.Sd ~ 1 (2)


AfYd Wel.yfYd Wel.zfYd

On remarquera que sous cette forme, le critère (2) concerne les sections bisymétriques. Il
peut également s'appliquer aux autres sections lorsque les contraintes dues à chacune des
sollicitations NSd'MY.Sd et Mz.Sdse cumulent avec le même signe dans la fibre extrême la plus
sollicitée (les modules de section se rapportent alors à cette fibre). Dans les deux cas, les
sollicitations sont prises en valeurs absolues. Dans les autres cas, seule la vérification de la
contrainte màximale dans la fibre la plus sollicitée s'applique (critère (1 ».

Constructiou Métallique, n° 4-1991


82 RubriquQ
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE 4-91

6,13. - Dérogations pour les sections de Classe 3

Les dérogations 1 et 2 évoquées au paragraphe 5,3 dans le cas de la flexion simple sont
applicables dans le cas de la flexion composée. Pour chacune d'elle, la formulation est donnée
à l'Annexe 1 pour des sections en 1 à semelles inégales.

Les conditions qui autorisent l'utilisation de la dérogation 1 (plastification de la partie tendue


de la section) sont récapitulées dans le tableau A-1 de cette Annexe.

14 La dérogation 2 s'applique dès lors que l'âme est de Classe 3 et les semelles de Classe 1 ou 2.

On trouvera aussi un exemple d'application relatif à chacune de ces deux règles respectivement
au paragraphe 7,2 et 7,3.

6,2. - Interaction avec l'effort tranchant

6,21. - Sections de Classe 1 ou 2

L'effet de l'effort tranchant sur la résistance d'une section soumise à des sollicitations qui
provoquent des contraintes normales (effort axial, moments fléchissants) doit être pris en
compte s'il dépasse la moitié de l'effort tranchant plastique de calcul. Ce dernier est défini
au paragraphe 5.

a) Principe et critères de vérification

Le principe général de vérification consiste à adopter une limite d'élasticité réduite de valeur
(1 - p) fy pour l'aire de cisaillement, avec:

P=
(--v- )
2VSd
- 1
2
et avec Vpl.Rd=
Avfy
;;;
pl.Rd YMOY 3

Les expressions des aires de cisaillement Av.zet Av.ysont données au tableau 2 pour différents
types de profil. Pour les profils normalisés en 1 et en H laminés, on se reportera à l'Annexe 2
qui donne directement les valeurs.

Le tableau 4 récapitule les critères de vérification dans le cas d'une section soumise à un
moment fléchissant ou un effort axial.

Construction Métallique, n° 4-1991


Rubrique TECHNIQUE
ET APPLICATIONS 83

EC3-ELE4-91

TYPE DE SECTION

TYPE
DE Rectangulaire 1 ou H laminéou soudé Creuserectangulaire
SOLLICITATION ou Caissonsoudé

My.Sd S MY.y.Rd

PzAv.z2 i PzAv.z2 i
My.Sd+Yz.Sd MY.y.Rd=(l-pJMpl.y.Rd My.y.Rd=(Wpl.y-~)î'MO My,Y.Rd=(Wpl,y-~)î'MO 1 5

et MY.y.Rdlimité à Mc.Y.Rd
Mz.Sd S MY.z.Rd

~f
Mz.Sd+Yy.Sd MY.z.Rd=(l-py)Mpl.z.Rd MY.z.Rd=(l-Py)Mpl.z.Rd MY.z.Rd=(Wpl.z- 8t; )~

et MY.z.Rd limité à Mc.z.Rd


NSd S NY.Rd

NSd+Yz.Sd pzAfy (A-PzAv.J fy


NYRd =- NY.Rd =
. YMO YMO

NSd S NY.Rd

NSd+Yy.Sd
NY.Rd=
~ NY.Rd=
(A-PyAv.y)fy

YMO YMO

NSd+My.Sd
+Yz.Sd voir paragraphe 6.2.1c)de cette note technique

TABLEAU 4
Critères de vérification de la résistance des sections sous sollicitations combinées.
Interaction avec l'effort tranchant

b) Cas d'une section en 1 ou en caisson à semelles égales soumise à de la flexion simple


suivant l'axe de forte inertie

L'abaque 2 adimensionnel donne les valeurs du rapport MV.Y.Rd/Mpl.Y.Rd


en fonction du rapport
Vz.Sd/V
pl.z.Rd
pour différentes valeurs du paramètre p défini comme suit:

A2
p = 4---W- pour les sectionsen 1
tw pl.y

A2
P = g--W- pour les sections en caisson
tw pl.y

Cet abaque a été établi d'après les formules du tableau 4. Pour les profilés laminés en 1. les
valeurs du paramètre p sont données au tableau 5.

Construction Métallique, n° 4-1991


84 Rubrique TECHNIQUE
~
ET APPLICATIONS
1
;

EC3-ELE 4-91

M
V.y.Rd
Mpl.y.Rd
1,0

0,95

0,9
P
0,85 ..1.

16 0,8 0,2

0,75 0,25

0,7 0,3

0,65 0,35

0,6 0,4

0,55 0,45

0,5 0,5 V
0,5 0,55 0,6 0,65 0,7 0,75 0,8 0,85 0,9 0,95 1,0 z.Sd
Abaque 2 V pl.z.Rd

Paramètrep pour les profils laminés


n° P.A. IPEA IPE IPER HEAA HEA HEB HEM
80 0,376 0,363
100 0,415 0,400 0,385 0,344 0,326 0,287
120 0,386 0,372 0,337 0,299 0,280 0,255
140 0,355 0,352 0,295 0,269 0,249 0,233
160 0,384 0,376 0,314 0,297 0,273 0,251
180 0,363 0,359 0,365 0,286 0,269 0,250 0,234
200 0,402 0,397 0,390 0,313 0,293 0,267 0,247
220 0,382 0,374 0,357 0,291 0,268 0,248 0,233
240 0,411 0,403 0,395 0,313 0,284 0,262 0,237
260 0,330 0,300 0,275 0,246
270 0,387 0,384 0,368
280 0,310 0,283 0,262 0,236
300 0,374 0,370 0,360 0,328 0,295 0,274 0,239
300(C) 0,250
320 0,327 0,289 0,271 0,241
330 0,399 0,393 0,386
340 0,328 0,287 0,272 0,245
360 0,370 0,379 0,373 0,330 0,287 0,274 0,250
400 0,400 0,405 0,398 0,332 0,292 0,281 0,259
450 0,393 0,404 0,393 0,343 0,293 0,285 0,270
500 0,389 0,400 0,398 0,354 0,295 0,289 0,281
550 0,408 0,423 0,414 0,367 0,303 0,299 0,292
600 0,399 0,416 0,410 0,380 0,312 0,308 0,304
TABLEAU 5

Construction
M=O 4-1991
Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 85

EC3-ElE 4-91

c) Cas d'une section en 1 à semelles égales soumise à de la flexion composée suivant l'axe
de forte inertie

Considérons une section en 1 à semelles égales, soumise à

- un effort axial NSd

- un effort tranchant dans le plan de l'âme Vz.Sd

- un moment fléchissant suivant l'axe de forte inertie MY.Sd

17
Le diagramme des contraintes normales au plan de la section à J'état limite ultime est représenté
à la figure 2. L'effort tranchant est repris par "âme. Le diagramme prend en compte l'influence
de cet effort tranchant en adoptant une limite d'élasticité réduite dans l'âme. Il peut être
décomposé en 2 parties. La première partie est le diagramme des contraintes qui équilibre
l'effort axial appliqué. La seconde représente le moment résistant.

fy
-------------------

1-p )fy
dN
--- == ~ ------

-(1-
------------

------------
-

-fy CN) CM)

Fig.2

En l'absence d'effort axial, le moment résistant de calcul est donné par la formule suivante
(voir tableau 4) :

M V.y.Rd -- (w pl.y - ~4 tw )!.L


YMO

En présence d'un effort axial, la partie de l'âme qui est supposée reprendre celui-ci ne reprend
plus de moment fléchissant. Il convient donc de retrancher cette part de moment AM à
l'expression du moment résistant. L'équilibre de la section est alors respecté.

AM = ~4 ( 1 - Pz) f y

Construction Métallique, n° 4-1991


86 Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE4-91

où dN est la hauteur de la partie de l'âme qui est supposée équilibrer l'effort axial appliqué:

dN = INsdl
tw(1 - pz)fy

L'expression du moment fléchissant résistant de calcul peut donc en être déduite:

M N.V.y.Rd -- [
W pl.y -- 1
4 tw ( 2 +
Pz A v.z (1 - N~d
Pz) f; )] -YMO
fy

18 -
Cette expression est valable si :

INsdl:s;; dtw(1 - pz)fy

Dans le cas des profilés en l laminés, cette expression placera en sécurité si INsdl dépasse
dtw (1 - Pz) fy . Dans tous les cas, elle n'est plus applicable si :

INsdl ~ Av.z (1 - Pz) fy

6,22. - Sections de Classe 3

Pour les sections de Classe 3, la démarche suivante doit être adoptée:

- vérification de la résistance élastique sans prise en compte de l'influence de l'effort tran-


chant;

- vérification des critères d'interaction avec l'effort tranchant selon le paragraphe 6,2.1.

En cas d'utilisation de la résistance post-élastique (dérogation 1 ou 2), l'influence de l'effort


tranchant devra être prise en compte s'il dépasse la moitié de l'effort tranchant plastique de
calcul.

7. - EXEMPLES D'APPLICATION

Dans les 5 exemples présentés ci-après, nous avons retenu pour le coefficient partiel de
sécurité YMO' la valeur 1,0. Cette valeur n'est pas complètement fixée au moment de la
rédaction de cette note technique.

Construction Métallique, n° 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 87

EC3-ElE 4-91

7,1. - Exemple 1 - Résistance en flexion composée bi-axiale d'une section de

Classe 2

La résistancede la section d'un 1PE 270 en acier Fe 360 (fy = 235 M Pa) soumise aux
sollicitations suivantesdoit être vérifiée:
NSd = 640 kN (compression)
My.Sd = 28 kN m

Mz.Sd = 18 kN m 19
Sous ces sollicitations, la section est de Classe 2 (voir référence [4]). La résistance plastique
est donc admise. Les caractéristiques géométriques de la section brute nécessairesau calcul
sont les suivantes (voir Annexe 2) :

Aire de la section: A = 45,95 cm2

Module plastiquejyy: Wpl.y= 484 cm3

Module plastiquejzz: Wpl.z= 96,95 cm3

a) Calculs détaillés

On doit prendre en compte l'interaction avec l'effort axial, car celui-ci excède le quart de
l'effort axial de plastification de la section (voir le paragraphe 6,11 a))

NSd = 640 kN > 0,25Npl.Rd = 270 kN

Le critère de résistance à satisfaire pour une section en flexion composée bi-axiale est le
suivant (voir tableau 3) :
(M ) + (M )
y.Sd Πz.Sd p~ 1

MN.y.Rd MN.z.Rd""

Pour les sections en L on donne aux coefficients (Xet f3 les valeurssuivantes:

(X = 2 et f3 = 5n (avec f3 ~ 1)

Calculons MN.y.Rdet MN.z.Rd.

al) Calcul de MN.y.Rd

MN.y.Rdest le moment fléchissant résistant par rapport à l'axe de forte inertie en présence
de l'effort axial NSd . Pour les profilés laminés en 1 (voir tableau 3) :

M
N.y.Rd-
-M
( - 0,5a
pl.y.Rd 1 1-n )

Construction Métallique, n° 4-1991


88 Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE 4-91

ou
,
n = ~N Sd

p/,Rd
et a = min,;
' (0 5 A - 2 bt f
A )
Np/.Rd = AfY/YMO = 45,95 x 235O x 10-2/1,0 = 1 080 kN

n = NSd/Np/.Rd = 640/1080 = 0,593

et a = {45,95 - 2 x 13,5 x 1,02)/45,95 = 0,401 (< 0,5)

Mp/.y.Rd = Wp/.yfY/YMO= 484 x 2350 x 10-4/1,0 = 1113,74 kN mÎ

20 '
dou
,
MN.y.Rd -
- 113,74 ( 1 -
1 - O,593
0,5 x 0,401 )- -,57,9

1 kNm
Q 1.,11.1
~ 1
1

On vérifie la condition MN.y,Rd < Mp/.y,Rd (voit tableau 3).

a2) Calcul de MN,z.Rd

MN.z.Rdest le moment fléchissant résistant par rapport à l'axe de faible inertie en présence
de l'effort axial NSd . Pour les profilés laminés en 1 (voir tableau 3), la formule de MN.z.Rdest
la suivante quand n > a (en effet n = 0,593 > a = 0,401) :

M
N.z..Rd
=M
p/.z.Rd
[(1-
n - a
1 - a
) 2
J

Mpl,z,Rd = Wpl.zfY/YMO= 96,95 x 2350 x 10-4/1,0 = 122,78 kNm 1

d'où MN.z.Rd = 22,78


[ ( 1 -
0,593 - 0'401
1 = 0,401
) 2
J = l 20,44 kN m
1 ')n AA 1.,11.1 ~ 1

a3) Vérification de l'interaction en flexion bi-axiale

avec les coefficients (X = 2 et J3 = 5 x 0,593 = 2,965 ;;;:1

On vérifie (ru ) + (2OM)


28 2
18 2,965 = [~~~~~~~]

Le critère de résistance est donc satisfait.

b) Utilisation des abaques

Le paramètre a = 0,401 est donné dans les tableaux de l'Annexe 2 pour 1'1PE 270. On
rappelle les valeurs de Np,.Rd' Mpl.Y.Rdet Mpl.z.Rd qui ont été calculées au paragraphe pré-
cédent:
Np/.Rd = 108O kN

Mp/.Y.Rd= 113,74kNm

Mpl.z,Rd = 22,78 kN m

Construction
Métallique,n° 4-1991
Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 89

EC3-ElE 4-91

L'abaque1 a donne les valeursde MN,y,Rd/Mpl,y,Rd en fonction de :

n = NSd/Npl,Rd = 0,593 et de a = 0,401

Soit ~ pl,y,Rd
= 0,51 d'où MN,y,Rd= 58 kN m

L'abaque 1 b donne les valeurs de MN,z,Rd/Mpl,z,Rd


en fonction de n = 0,593 et de a = 0,401,

Soit ~pl,z,Rd
= 0,90 d'où MN,z,Rd= 20,5 kN m

0 f' b 1 1
n verl le ensuitesur l' a aque c que e point e coor onnees:
" . . d d , 21

-~
MN.y.Rd= ~
58' = o 48 et -~
MN.z.Rd= ~
20,5 = o' 88

est situé à l'intérieur du domaine délimité par la courbe correspondant à n = 0,593. Cette
condition est bien vérifiée,

Remarque:

Deux niveaux de simplification peuvent être adoptés:

1) la formule précédenteavec les valeurscx= 1 et 13 = 1, (voir tableau 3) soit:

1,36 > 1,

2) le critère simplifié d'interaction linéaire (voir paragraphe 6,1) :

~
N + J~
M + J~~
M ~
1
pl.Rd pl.y.Rd pl.z.Rd

. 640 + m-7:4
28 + ~ 18 =
SOit 1080 1,63> 1.

Dans ce dernier cas on constate que le critère place très largement en sécurité, Cet écart
devient moins important dès lors que l'une des 3 sollicitations est fortement prépondérante,

7,2. - Exemple 2 - Résistance en flexion composée d'une section de Classe 3

(Dérogation 1 )

Calculons le moment résistant du profilé reconstitué soudé, en acier Fe 360 (fy = 235 MPa)
représenté ci-dessous, soumis à un effort axial de traction:

NSd = - 250 kN

On ne s'intéressera qu'au moment fléchissant qui comprime la fibre supérieure (par conven-
tion, MSd > 0).

.. Construction Métallique, n° 4-1991


90 Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ElE 4-91

320 X 12

500 X 8

22 250 X 10

Fig.3

Les caractéristiques géométriques de la section sont : \~"


- l'aire de la section A = 103,4 cm '\

- la position du centre de gravité G/fibre inférieure zG = 29,3 cm


- l'inertie de flexion/yy Iy = 48607 cm4

Les cordons de soudure seront négligés.

a) Classement de la section (voir référence [4] et Eurocode 3 [1], paragraphe 5.3)

al) Classement de l'âme

Le classement d'une section doit être effectué à l'état limite ultime. Supposons une distribution
plastique des contraintes normales dans la section. La position de l'axe neutre plastique par
rapport à la fibre inférieure peut être calculée à l'aide de la formule suivante:

ZANP
(
= A"2 - biti
NSd 1
-"27; )
"t: + ti

Cette formule n'est valable que si l'axe neutre plastique est situé dans l'âme.

ZANP
(
= ~
103,4 - 25 000 )
- 25 - 2 x 2350 [81 + 1,0 = 41 cm

On vérifie ti < ZANP< ti + d. L'axe neutre plastique est bien situé dans l'âme. Le para-
mètre cxqui représente la partie comprimée de l'âme permet son classement.
d - (ZANP - ti) 50 - (41 - 1)
cx===02<05
d 50"
d
- = 62,5 < 36E/CX = 180 (pour l'acier Fe 360, fy = 235 MPa et E = 1)
tw

Par conséquent, l'âme est de Classe 1.

Constrnction Métalliqne, na 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 91

EC3-ElE 4-91

a2) Classement de la semelle supérieure comprimée

L'élancement de l'aile de la semelle supérieure est:

~ = ~~ = 320 - 8 = 13
t. 2 t. 2 x 12

Cet élancement étant compris entre 10 E et 14 E, la semelle est de Classe 3. La section est
donc de Classe 3. La résistance plastique de la section ne peut pas être atteinte, et c'est la
résistance élastique qui doit être vérifiée. Cependant, la limite d'élasticité sera manifestement
atteinte sur la fibre extrême tendue, On est dans les conditions d'application de la Déroga- 23
tion 1, il est admis de plastifier la zone tendue jusqu'à atteindre la limite d'élasticité dans la
fibre extrême comprimée,

b) Résistance élastique

Calculons tout d'abord MN.y.Rd' le moment fléchissant résistant par rapport à yyen présence
d'un effort axial NSd en adoptant un diagramme linéaire des contraintes (résistance élastique).

Les contraintes normales sur les fibres extrêmes sont données par les relations suivantes:

cr.up = My.sd
--w-- +A
NSd avec W.up = Iy/v
.up

crin! = - -w:-
My.sd + A
NSd avec Win! = Iy/v'
ln!

Dans le cas qui nous intéresse, la limite d'élasticité fy va être atteinte sur la fibre tendue. On
peut donc en déduire l'expression de MN.y.Rd:

si crin! = - fy/î'MO

on a MN,y.Rd = (~
fy
A
+ NSd ) Win!

MN.y,Rd =
(
2350
-;;--:0- +
- 25000
103,4
)~ 48607
= 3,497 x 106 daN cm
. l 349,7
SOit 1
':lAC 7 (,1\1
kN m
1

c) Plastification de la zone tendue, résistance post-élastique

Pour mettre en œuvre cette règle, on utilise la formulation proposée dans l'Annexe 1 de cette
note technique pour Msd > O. En premier lieu, il convient de déterminer la hauteur x de la
partie plastifiée de la zone tendue. Pour cela, on doit résoudre l'équation du second degré en x :

ax2 + bx + c = 0

Constrnction Métalliqne, n° 4-1991


92 Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ElE 4-91

fy

G --- -----

24
-t Y

Fig.4

avec a = - tw

b =A - 2 ti (bi - tw) - ~y
(A: aire de la section)

C - (t;
NSd )
- b.t. + biti + (t. - ti)tw h + (b. - tw)t.2

On obtient l'équation suivante (avec x en cm) :

- 0,8x2 + 65,638x - 1201,5 = 0

Le calcul du discriminant donne A = 463,5 > O.


Les racines de cette équation sont: x = 27,6 et x = 54,5. Une seule solution nous intéresse
ici. Il s'agit de la solution comprise entre ti et d + ti. On retient donc:

x = 27,6 cm

On connaît alors exactement le diagramme des contraintes normales dans la section à l'état
limite ultime. Le moment fléchissant résistant peut en être déduit. On utilise la formule donnée
à l'Annexe 1 pour MSd > 0 :

MN.y.Rd = [b.t.(1 -~)(h - 0,5t.)fy +

(Y - t.)(0,5 - ~) (x + 5h - 4t.) twfy/6 - (h - x) (h + 5x) twfy/24 -

(X2 - tl) twfy/2 - bitlfy/2 J/YMO


- zGNSd

Con.truction Métallique, n° 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 93

EC3-ElE 4-91

L'application de cette formule conduit au résultatsuivant:

1 MN.y.Rd = 449,97 kN m 1

Ce résultat peut être comparé à celui obtenu en adoptant une distribution élastique des
contraintes.

SOlt. 449,97
34[7 = 1,29

Ce rapport donne une indication sur le gain que peut procurer cette méthode. 25

7,3. - Exemple 3 - Résistance en flexion composée d'une section de Classe 3

(Dérogation 2)

Le but de cet exemple est de déterminer le moment résistant de calcul de la section en 1 à


semelles inégales en acier Fe 360 (fy = 235 MPa), représentée ci-dessous. Cette section est
soumise à un effort axial de compression:

NSd = 500 kN

On ne s'intéressera qu'au moment fléchissant qui comprime la fibre supérieure (par conven-
tion, My.sd > 0).

240 x 12

500 x 8

200 x 10

Fig.5

On donne

- l'aire de la section A = 88,8 cm2


- la position du centre de gravité G/fibre inférieure zG = 28,56 cm

- l'inertie de flexion/yy Iy = 39636 cm4


On ne tient pas compte des cordons de soudure.

Constrnction Métalliqne, n° 4-1991


r 94 R"M;,"'T~C~NIOUE
ET APPLICATIONS

EC3-ElE 4-91

a) Classementde la section (voir référence[4] et Eurocode3 [1], paragraphe5.3)

al) Classementde la semellesupérieurecomprimée

L'élancementde l'aile de la semellesupérieureest:


~ = ~~ = 240 - S = 9 67
t. 2 t. 2 x 12 '

6 Cet élancement est compris entre 9E et 10E (section soudée). Par conséquent, la semelle
est de Classe 2.

az) Classement de l'âme

Le classement d'une section doit être effectué à l'état limite ultime. Supposons une distribution
plastique des contraintes normales dans la section. La position de l'axe neutre plastique par
rapport à la fibre inférieure peut être calculée à l'aide de la formule suivante:

ZANP = (
A NSd 1
2" - biti - 2""1; )
"i: + ti

Cette formule n'est valable que si l'axe neutre plastique est situé dans l'âme.

ZANP
(
ss,s - 20 - 2 50000
= 2 )
1 + 1,0 = 1S,2 cm
x 2350 o:s

On vérifie ti < ZANP< ti + d. L'axe neutre plastique est bien situé dans l'âme. Le para-
mètre cxqui représente la partie comprimée de l'âme permet le classement.

cx =d- (ZANP - ri) = 50 - (1S,2 - 1) = 0 656 > 05


d 50 ' ,

~= 62,5 > 456 E/{13 cx- 1) = 60,6 (pour l'acier Fe 360, E = 1)


tw

La condition relative à la Classe 2 n'est pas vérifiée. On doit donc vérifier si l'âme est de
Classe 3 en adoptant un diagramme élastique des contraintes. Il n'est pas facile de savoir a
priori si la limite d'élasticité va être atteinte sur la fibre comprimée ou sur la fibre tendue. La
détermination du moment fléchissant résistant de calcul MN.Y.Rd en élasticité donnera cette
information. On pourra vérifier ensuite que l'âme est de Classe 3.

b) Résistance élastique

Calculons MN.Y.Rd'le moment fléchissant résistant par rapport à yy en présence d'un effort
axial NSden adoptant un diagramme linéaire des contraintes (résistance élastique).

Construction
M'ull,oo." 4-1"1 . 1
Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 95

EC3-ELE 4-91

~ asup
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,

. --------------------------
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,
,

.
i 27

: ainf

Fig.6

Les contraintes normales sur les fibres extrêmes sont données par les relations suivantes:

croup = -My.sd + -NSd


A avec Wsup = Iy/v
Wsup

crin! = - W-
My.sd +A
NSd avec Win! = Ir/v'
ln!

Supposons que la limite d'élasticité Iy soit atteinte sur la fibre supérieure comprimée. Le
moment résistant de calcul peut alors s'exprimer par:

si croup = IY/YMO'

MN.y.Rd = (~ Iy - A
NSd )
Win!

MN.y.Rd
(2350 - -s8:s-
= 1:0- 50000 n:64 )
39636 = 2,996 X 106 daN cm
.
SOit
1

1
?QQ ~ I,~I
299,6 kN m 1

Vérifions que la limite d'élasticité n'est pas dépassée dans la fibre inférieure.

crin! = 2,996 x 1'06"+ -s8:s-


- 39636/28,56 50000 = - 1 596 daN/cm
2

1 596 daN/cm2 < IY/YMO = 2350 daN/cm2

La contrainte n'excède pas la limite d'élasticité. Si ce n'était pas le cas, on devrait recommencer
le calcul de MN.Y.Rd en supposant cette fois que la limite d'élasticité serait atteinte dans la
fibre extrême tendue.

Pour le classement de l'âme, le coefficient'" peut être calculé:

,l, = ~ = - 1 596 = - 0 679 - 1


'1' f 2350 ,>
y

Construction Métallique, n° 4-1991


96 Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ELE 4-91

On vérifie ~ = 62,5 < 42E/(0,67 + 0,33"') = 94


tw

Par conséquent, l'âme est de Classe 3 et la section est de Classe 3.

c) Résistance plastique de la section en adoptant


- pour
- -
l'âme une largeur réduite efficace

28 La section étant de Classe 3 et la semelle comprimée de Classe 2, la dérogation 2 qui consiste


à mobiliser la résistance plastique de la section en prenant en compte une largeur réduite
efficace pour l'âme est applicable.

fy

in~:f~ =1 I20twE : 0

20tw(
Axe neutre
. ---------------------
plastique

ZANP

-f y
Pour Fy = 235 MPa, E = 1
Fig.7

Il convient de déterminer en premier lieu la position de l'axe neutre plastique en prenant en


compte la largeur efficace de la partie comprimée de l'âme. On peut utiliser pour cela la
formule proposée à l'Annexe 1, paragraphe 2,1 :

ZANP = (
bsts - bjtj - t; )t:1 +
NSd 40twE + tj

ZANPest la position de l'axe neutre plastique par rapport à la fibre inférieure.

ZANP = [ (24 x 1,2) - (20 x 1,0) - 5000°


2350 ] o:s
1 + (40 x 0,8) + 1,0 = 17,4 cm

L'axe neutre plastique est bien situé dans l'âme conformément à la condition d'application
de la formule.

On connaît alors précisément le diagramme des contraintes à l'état limite ultime. L'expression
du moment fléchissant résistant peut en être déduite en utilisant la formule de l'Annexe 1,
paragraphe 2,1.

Constructiou Métallique, n° 4-1991


Rubrique TECHNIQUE
ET APPLICATIONS 97

EC3-ELE4-91

MN,y,Rd = [{ bsts(h - ~) + 20t;8 (ti + d + ZANP)-

0,5( (Z~NP- if) tw + bitf) J/'YMO


}fy - zGNSd

L'application de cette formule conduit au résultat suivant:

1 MN.y,Rd = 381,5 kN m 1

On constate un gain d'environ 27 % par rapport au moment fléchissant de résistance élastique 29


calculé précédemment. Cette méthode peut donc être très avantageuse, En fait dans notre
cas, l'âme, qui est de Classe 3, a malgré cela, un élancement assez proche de la limite
supérieure de la Classe 2. Dès lors que l'élancement est plus grand, et se rapproche de la
limite supérieure de la Classe 3, l'écart devient plus faible et la méthode présente donc un
intérêt moins important.

7,4. - Exemple 4 - Profilé Reconstitué Soudé en 1 à semelles inégales soumis


.
à de la flexio'n composée et à un effort tranchant

a) Géométriede la section

La section du PRSen acier Fe360 (fy = 235 M Pa) représentéeci-dessousest soumiseaux


sollicitationssuivantes:
NSd = 450 kN

My,sd= 240 kN m

Vz,Sd= 400 kN

200 x 10

zG 500 x 8

160 x 8

Fig,8

Construction Métallique, n° 4-1991


98 Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ElE 4-91

Les principales caractéristiques géométriques sont:

- l'aire de la section A = 72,8 cm2

- la position du centre de gravité G/fibre inférieure zG = 28,3 cm

- l'inertie de flexion par rapport à "axe fort ly = 29129 cm4

Les cordons de soudures ne sont pas pris en compte dans le calcul.

30 b) Classement de la section (voir référence [4] et Eurocode 3 [1], paragraphe 5.3)

b1) Classement de la semelle supérieure comprimée

L'élancement de la semelle supérieure comprimée est:

~ = 200 - 8 = 9,6
t. 2 x 10

Il est compris entre 9 E et 10 E (section soudée et E = 1 pour fy = 235 M Pa). La semelle est
donc de Classe 2.

b2) Classement de l'âme

Le classement de la section doit être effectué sous les sollicitations NSdet MY.Sd.En admettant
que la section atteigne "état limite ultime de résistance plastique en flexion composée, donc
en présence de l'effort axial NSd' la position de "axe neutre plastique par rapport à la fibre
inférieure est donnée par la formule suivante:

(2 NSd) 1
ZANP =
A
- biti - ~ t: + ti

Cette formule a été établie avec l'hypothèse que l'axe neutre plastique est situé dans l'âme.

ZANP = (-;;:-
72,8 - (16 x 0,8) - 2 45000
x 2350 )M 1 + 0,8 = 18,3 cm

L'axe neutre plastique est donc bien situé dans l'âme: ti < ZANP< d + ti

Le paramètre (X qui représente la hauteur de 'a partie comprimée de l'âme rapportée à la


hauteur d de l'âme permet son classement.

(X = d - (ZANP - fi) = 50 - (18,3 - 0,8) = 065 > 05


d 50 "

La condition relative à la Classe 2 n'est pas vérifiée:

d
- = 62,5 > 456E/(13(X - 1) = 61,2
tw

Construction Métallique, n° 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 99

EC3-ElE 4-91

Par conséquent,l'âme n'est pas de Classe 2. La condition relative à la Classe 3 doit être
vérifiée en supposant cette fois une répartition élastique des contraintes normales.

Les contraintes sur les fibres extrêmes peuvent être calculées à "aide des relations suivantes:

--w-- + A
croup = My.Sd NSd
sup

crinf = - --w:-
My.Sd + NSd
A
.nf

où : Wsup = Iy/v = 29129/23,46 = 1242 cm3 31


Winf = Iy/v' = 29129/28,34 = 1 028 cm3

Donc croup
= 2550 daN/cm2
crinf = - 1 716 daN/cm2

Le coefficient \j/ = crinf/crsup = - 0,673 (> - 1) permet le calcul de l'élancement limite de


l'âme pour la Classe3. On peut constaterque la condition est vérifiée:

-d = 62,5 < 42E/(O,67+ 0,33\j/) = 93,8


tw
L'âmeest de Classe3, et la section est donc ausside Classe3.

Lecritèrede résistanceélastiquen'estpasvérifié puisquela contraintedansla fibre supérieure


dépasse fy/YMo = 2350 daN/cm2. L'âme est de Classe 3 et la semelle supérieure est de
Classe 2. Les conditions d'applicabilité de la dérogation 2 sont donc remplies.

c) Vérification du critère de résistance relatif à la dérogation 2 pour une section de Classe 3

Ci) Prise en compte de l'effort tranchant

L'effort tranchant excède la moitié de l'effort tranchant plastique:

Vz.Sd = 40000 daN> 0,5 Vpl.z.Rd= 27135 daN

où Vpl.z.Rd= ~
YMOy 3
= 54270 daN

L'influence de l'effort tranchant doit donc être prise en compte dans la vérification de la
résistance de la section.

Conformément à la règle énoncée dans l'Eurocode 3 (voir paragraphe 5.4.9 (3», la prise en
compte de l'influence de l'effort tranchant consiste à adopter une limite d'élasticité réduite
(1 - Pz)fy pour l'aire de cisaillement, où :

Pz = (~ pl.z.Rd
- 1 )
2= 0,225

Construction Métallique, n° 4-1991


100 Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS
..
EC3-ELE4-91

Pour la dérogation 2 le moment résistant de calcul est déterminé en prenant une largeur
efficace réduite de l'âme. En revanche, la notion de largeur efficace ne doit pas intervenir
pour le cisaillement c'est-à-dire que l'effort tranchant Vpl.z.Rd est calculé à partir de l'aire de
cisaillement totale.

c2) Détermination du moment fléchissant résistant de calcul

Le diagramme des contraintes normales à l'état limite ultime est représenté ci-dessous.
32
fy

---------- :10 twE:

-~(~--;z~:y- - -
<l-pz)fy
rO_t~ _E:~:.!:l~~Y~~~

~NP
-f Y

Fig.9

La position de l'axe neutre plastique peut être obtenue en développant la relation d'équilibre
des contraintes normales avec l'effort axial appliqué, en effectuant l'hypothèse que l'axe
neutre plastique se situe dans l'âme:

NSd = b.t.l)I + 2 x 20t;E (1 - Pz)')1 - (ZANP- fi) tw (1 - Pz)')1 - bitil)l

D'où

ZANP (
= b.t. - biti - (NSd )1-1 ) + 40twE + ti
)1 Pz tw

= (20 x 1 - 16 x 0,8 - 45000


2350 ) (1 - 1
0,225) 0,8 + 40 x 0,8 x 1 + 0,8

= 13,5 cm

ZANPest compris entre ti et d + fi. L'axe neutre plastique est donc situé dans l'âme. L'hypo-
thèse de départ est respectée.

Le moment fléchissant résistant est exprimé par rapport au centre de gravité de la section brute.

MN.v.)I.Rd = (b.t.(h - t./2) ')1 + 20t;E(d + ti + ZANP)(1 - pz)I)I-

0,5(Z~NP- tf)tw(1 - Pz) ')1 - 0,5bitfl)l - ZGNSd )~


'YMO

.:trUClÏonMétallique, n° 4-1991
Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 101

EC3-ElE 4-91

En appliquant cette formule, on obtient:

MN.v.Rd= 249 kN m

Le moment résistant de calcul est supérieur au moment fléchissant appliqué My.Sd.La résis-
tance de la section est donc vérifiée.

7,5. - Exemple 5 - Résistance en flexion simple d'une section de Classe 1 -


Interaction avec l'effort tranchant
JJ
La résistancede la section d'un 1PE270 en acier Fe360 (fy = 235 M Pa) soumise aux
sollicitations suivantesdoit être vérifiée:

MY.Sd = 90 kN m

Vz.Sd = 210 kN

En flexion seule, la section est de Classe 1 (voir référence [4]). La résistance plastique est
donc admise. Les caractéristiques géométriques de la section brute nécessaires au calcul
sont les suivantes (voir Annexe 2) :

Aire de la section A = 45,95 cm2


Module plastique/yy Wpl.y = 484 cm3
Aire de cisaillement Avoz = 22,14 cm2

a) Calculs détaillés

On peut vérifier la résistance de la section sous chacune des s611icitationsde flexion et de


cisaillement et ensuite, s'il y a lieu, vérifier la résistance de la section en tenant compte de
l'interaction du moment fléchissant avec l'effort tranchant. Néanmoins, la vérification dans
le cas de l'interaction inclut naturellement la vérification dans chacun des cas de sollicitations
élémentaires.

al) Résistance sous moment fléchissant pur

Le critère à vérifier est MY.Sd< Mpl.YoRdo(voir


tableau 1)
Wpl.yfy 484 x 235 x 10~3
avec Mpl.y.Rd = = 10 . = 113,74 kN m
'YMO ,

on vérifie 1 MY.Sd = 90 kN m = 113,74 kN m


< Mpl.YoRd 1

La résistance de la section sous moment fléchissant pur est assurée.

Construction Métallique, n° 4-1991


102 Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ElE 4-91

82) Résistance sous effort tranchant pur

Le critère à vérifier est Vz.Sd < Vpl.z.Rd (voir tableau 1)

avec Vpl.z.Rd= Av.z'"~ = 22,14 x 23,5


~ = 300,39 kN
YMO v 3 1,0 x v 3

on vérifie 1 Vz.Sd = 210 kN < Vpl.z.Rd= 300,39 kN 1

34 La résistance de la section sous effort tranchant pur est assurée.

83) Interaction avec l'effort tranchant

L'interaction avec "effort tranchant, voir paragraphe 6,21 doit être prise en compte lorsque:

Vz.Sd> 0,5 X Vpl.z.Rd

on a ici 210 kN > 0,5 x 300,39 = 150,19 kN

On doit donc prendre en compte l'effort tranchant. Le critère à vérifier (voir tableau 4) pour
un profilé laminé soumis à M".sd et Vz.Sdest:

M".sd ~ Mv.".Rd

avec M V.".Rd
= (w pl." - -PzA;.z) - '"
4 tw YMO

Calculons Pz = (v2VZSd . - 1) = (230x 210 - 1) = 0,16


2 2

pl.z.Rd 0,4

soit (w 1
p."
- ~4tw )~
YMO
= (484 - 0,16 x 22,142
4 x 0,66
) x 235 x 10-3 =
1,0
10676 kN m
'

MV.".Rd= 106,76 kN m

On vérifie 1 M".sd = 90 kN m < Mv.".Rd= 106,76 kN m 1

b) Utilisation des abaques

On peut utiliser l'abaque 2 du paragraphe 6,21 b).

Le paramètre p est donné dans le tableau 5, soit pour 1PE270,

p = 0,384

Constrnction Métalliqne, n° 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 103

EC3-ElE 4-91

On rappelle les valeurs de Mpl.Y.Rdet de Vpl.z.Rdqui ont été calculées au paragraphe pré-
cédent:

Mpl.Y.Rd = 113,74 kN m

Vpl.z.Rd = 300,39 kN

L'abaque 2 adimensionnel donne la valeur du rapport MV.y.Rd/Mpl.Y.Rden fonction du rap-


port Vz.Sd/Vpl.z.Sdpour une valeur du paramètre p donnée.

210
Soit avec p = 0,384 et Vz.Sd/Vpl.z.Sd = 300]9 = 0,7

la valeur MV.Y.Rd/Mpl.y.Rd = 0,935. 35


On calcule

MV.y.Rd = 0,935 X Mpl.Y.Rd= 0,935 x 113,74 = 1106,35 kN m 1

On vérifie MY.Sd = 90 kN m < MV.y.Rd = 106,35 kN m

La résistance de la section en flexion simple est vérifiée.

8. - RÉFÉRENCES

[1] Eurocode 3. - Design of Steel Structures - Part 1 - General Rules and Rules for
Buildings - Issue 5 - November 1990.

[2] Y. Galéa, Ph. Lequien. - Application de f'Eurocode 3. Résistance de sections en 1


de Classe 4 comprimées-fléchies sans interaction avec le cisaillement. Revue Cons-
truction Métallique n° 2-1991 - CTICM.

[3] P. Le Chaffotec. - Essai d'application à un cas concret du projet. Janvier 1990 de


l'Annexe A de l'Eurocode 3. Revue Construction Métallique n° 1-1991 - CTICM.

[4] A. Bureau, Y. Galéa. - Application de l'Eurocode 3. Classement des sections trans-


versales en 1. Revue Construction Métallique n° 1-1991 - CTICM.

[5] Ph. Lequien. - Modules plastiques de sections courantes. Revue Construction Métal-
lique n° 4-1990 - CTICM.

[6] C.E.C.M. - EssentialsofEurocode3 - Design ManualforSteelStructuresinBuilding.


Publication CECM, n° 65.

[7] OTUA. - Produits sidérurgiques français; caractéristiques dimensionnelles. Office


Technique pour l'Utilisation de l'Acier, Édition 1989.

[8] Eurocode 4. - Design of Composite Steel and Concrete Structures - Part 1 - General
Rules and Rules for Buildings. Revised draft, Issue 1, october 1990.

Construction Métallique, n° 4-1991


104 Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS

EC3-ElE 4-91

ANNEXE 1

RÉSISTANCE POST -ÉLASTIQUE DES SECTIONS DE CLASSE 3

Le principe de vérification des sections de Classe 3 soumises à la flexion composée (NSdet


Msd) repose sur la résistance élastique: atteinte de la limite d'élasticité dans une des fibres
de la section. L'Eurocode 3 autorise deux dérogations à ce principe. Nous proposons pour
chacune d'elle, une formulation qui s'applique aux sections en 1 symétriques par rapport au
plan de l'âme et soumises à un effort axial NSdet un moment fléchissant My.sd(flexion par
rapport à l'axe de forte inertie).

36
10 - DÉROGATION 1 (voir Eurocode 3 [1] paragraphe 5.3.4 (4»
- --

Possibilité de plastifier la partie tendue jusqu'à atteindre la limite dOélasticité


dans la fibre extrême comprimée.

Le tableau A-1 présente un résumé des conditions dans lesquelles cette règle est applicable.

Le problème consiste à calculer le moment fléchissant résistant de calcul MN.y.Rd


en présence
d'un effort axial NSd. La résolution de ce problème conduit à une expression littérale
relativement complexe de MN.y.Rd' Les formules proposées pourront faire l'objet d'une
programmation informatique.

1,1. - Moment fléchissant positif

La dérogation présente ne peut s'appliquer que si la condition suivante est vérifiée (voir
tableau A-1) :

v-v
NSd < Npl.Rd~

La définition de vet v' est donnée dans le tableau A-1.

Dans le cas où bsts < bi ti on peut utiliser ce tableau en remplaçant bs' ts respectivement par
bi, ti et en changeant le signe du moment.

L'état limite ultime de résistance de la section est atteint avec le diagramme des contraintes
normales représenté à la figure A-1 :

La hauteur x de la zone plastifiée représente l'inconnue du problème. Elle peut être obtenue
à partir des équations d'équilibre de la section, et notamment en écrivant:

NSd = fAcr dA

où cr est la contrainte normale supposée uniforme sur un élément de surface dA.

Le développement de cette équation conduit à une équation du second degré en x :

ax2 + bx + c = 0

Constrnction Métalliqne, n° 4-1991


Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 105

EC3-ELE4-91

/
Type Diagramme Traction Compression
de Section sousM seul NSd < 0 NSd = 0 NSd > 0
v'-v
NSd < Npl.Rd h

fy fy fY

-[ - 37
yAp licable

v-v
-f -f NSd > Npl.Rd h

.. bs . y
a < fy F fY

\
y My> 0 -0:-
Applicable Applicable Non applicable
d v-v
y' NSd < -Npl.Rdh
-[ Y -

-a -(J

\
+ fy
Applicable
N >-N -v-v
NonSymétrique Sd pl.Rd h
bs ts > bi ti _a
Y Y
a< fy
(J< fy a< fy
+ f

t !My < 0
~
Non applic~ble
fY I
Non applicable
fy
Non applicable
a < fy F fY

t
Symétrique \-
My > 0
-
-[y

-[y ~
Applicable
-
c
-'y

\ -
Non applicable
-[ -
-0:-

l
Non applicable
-a
a < fy +

+ + fy + fy fy
My < 0 Applicable Non applicable Non applicable
Conventionde signe: le momentfléchissantest positif s'il comprimela fibre supérieure

TableauA-l

Construction Métallique, n° 4-1991


r- 106 .=NIOUE ETAPPLICATI~

EC3-ElE 4-91

fy

G -----

38 x

-fy
Fig.A-l

avec: a = - tw

b = A - 2 ti (bi - tw) - ~ y
(A: aire de la section)

C = (t;
NSd )
- b.t. + biti + (t. - ti)tw h + (b. - tw)t.2

La solution qui nous intéresse ici est la racine de cette équation comprise entre ti et d + ti .

Le moment fléchissant résistant de calcul peut ensuite être calculé en écrivant:

MN.y.Rd = f
AZO" dA

où Z est l'ordonnée de l'élément de surface dA par rapport au centre de gravité de la section.

Dans le cas présent, MN.Y.Rd


peut s'exprimer de la façon suivante:

MN.y.Rd = [b.t.(1- ~)(h - 0,5t.)fy +

(Y - t.)( 0,5 - ~)(X + 5h - 4t.)twfy/6 - (h - x) (h + 5x)twfy/24-

(X2 - tt)twfy/2 - bittfy/2 - ZGNSdJ/YMO

où ZGest la distance entre la fibre inférieure et le centre de gravité de 'a section.

On rappelle ci-dessous "expression de la position du centre de gravité de la section par rapport


à la fibre inférieure:

zG =
b.t. (t, + d + t./2) + dtw(t, + d/2) + bitf/2
A

Construction
-=iQUe.

4-1991__- -
Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 107

ECJ-ElE 4-91

1.2. - Moment fléchissant négatif

La dérogation présente ne peut s'appliquer que si la condition suivante est vérifiée (voir
tableau A-1) :
NSd < - Np/.Rd v-v
h

La démarche est similaire. Les différentes équations sont obtenues à partir du diagramme ..1
des contraintes normales représenté ci-dessous: -

-fy 39
X

fy
Fig. A-2

La hauteur x de la partie plastifiée de la section est calculée par la résolution de l'équation:

ax2 + bx + c = 0

avec: a = - tw

b = A - 2 ts(bs - tw) - ~y
(A: aire de la section)

c = (~+ bots- biti - (ts - ti)tw)h + (bi - tw)tf

La solution qui nous intéresseici est la racinede cette équation compriseentre ti et d + ti-

1 Le moment fléchissant résistant de calcul est:

MN.y.Rd
[
= - bsts(h (
- 0,5ts)fy - (x - ts) h - X~ + ts ) twfy-

5 (h24twfy
- X)2 (
h - x
+ ~ - ti )(~h - 2ti )( 0,5 - h-=-x
x +3 ti )
twfy +

0.5bitf( 1 - ~)fy - zGNSd


J/'YMO

Construction Métallique, n° 4-1991


pr- :08

EC3-ELE 4-91
~E ET
APPLICATIONS

L'expression de la position du centre de gravité zG est donnée au paragraphe 1.1 de cette


annexe.

Remarque:

~ Le cas du moment négatif peut être rapporté à celui du moment positif en renversant
simplementla section. Toutefoisnous avonspréféréexprimerle momentrésistanten flexion
négativeafin d'éviter des confusionsde signe.

40 2. - DÉROGATION 2 (voir Eurocode3 [1] paragraphe5.3.4(5»

Résistance plastique de la section en adoptant une largeur efficace de l'âme pour


les sections ayant une âme de Classe 3 et des semelles de Classe 1 ou 2.

La résistance plastique de la section peut être calculée en supposant que la partie de l'âme
qui résiste en compression a une hauteur efficace de 20 twE pour la partie adjacente à la
semelle comprimée et également de 20 twE pour la partie adjacente à la position finale de
l'axe neutre plastique, avec E = J23~, fyen MPa.

2,1. - Moment fléchissant positif

=
Par convention, le moment fléchissant est positif s'il comprime la semelle supérieure (indice s).

bs x ts
fy

i~~~~
---------------------------
1 }Otw(

d x tw 20twC
axe neutre
---------------------
plastique

ZANP

b.1 x ti - fY
Fig. A-3

La position finale de l'axe neutre plastique de la section avec la partie efficace de l'âme peut
être calculée en écrivant l'équilibre de la section à l'état limite ultime sous un effort axial
NSd . En partant de l'hypothèseque l'axe neutre plastiqueest situé dans l'âme,on obtient:

ZANP (
= b t - b.t. - -NSd -1 + 40t
SS Il f
)t w
E + t.
1
y w

ZANP est la position de l'axe neutre plastique par rapport à la fibre inférieure.

Construction Métallique, n° 4-1991


Rubrique TECHNIQUEET APPLICATIONS 109

EC3-ElE 4-91

L'application de cette formule impose de vérifier l'hypothèse de départ c'est-à-dire que ZANP
est compris entre ti et d + ti '

Le moment fléchissant résistant en présence d'un effort axial NSddoit être calculé par rapport
au centre de gravité de la section transversale brute:

MN,y,Rd = [ {bsts(h - ~) + 20t;E(ti + d + ZANP) -

0,5 (Z~NP - if) tw + bi tf) } fy - zGNSd


J/ YMO

ZG donne la position
" du centre d e gravite
" dle a section
' ' If
b rute par rapport a aireb ' ln f erleure,
' " 41
Son expression est rappelée au paragraphe 1,1 de cette Annexe,

Casparticulier d'une section bi-symétrique: bi = bs = b et ti = ts = t

Position de l'axe neutre plastique:

ZANP = 40twE + t - -NSd


tw f y

Moment fléchissant résistant de calcul:

MN.y,Rd = [{bt(h - t) + 20t;E(t + d + ZANP)- 0,5(Z~NP - t2)tw}fy - zGNSd]/YMO

2,2. - Moment fléchissant négatif

On se rapportera au cas précédent en changeant bs' ts respectivement en bi, ti et en changeant


le signe du moment.

Construction Métallique. n° 4-1991


,.. ~10-

EC3-ELE4-91
Rubrique TECHNIQUE
ET APPllCAT~

ANNEXE2
CARACTÉRISTIQUES
GÉOMÉTRIQUESCOMPLÉMENTAIRES
DES PROFILÉSLAMINÉS

a = coefficient lié à l'interaction M-N

A = aire de la section
42
Wpl.y = module plastique de la section suivant l'axe yy

Wpl.z = module plastique de la section suivant l'axe zz

Av.z = aire de cisaillement suivant l'axe zz

Av.y = aire de cisaillement suivant l'axe yy

Type n° a A Wpl.y Wpl.z AyZ Avy

cm2 cm3 cm3 cm2 cm2


80 0,394 6,375 18,98 4,692 3,070 4,138
100 0,411 8,780 32,8 7,537 4,437 5,552
P.A. 120 0,408 11,03 49,87 10,98 5,410 6,938
140 0,389 13,39 71,60 15,52 6,213 8,586
160 0,402 16,18 99,09 20,70 7,801 10,20
180 0,396 19,58 135,3 27,96 9,197 12,40
200 0,404 23,47 181,7 36,54 11,47 14,74
220 0,400 28,26 240,2 48,49 13,55 17,79
240 0,402 33,31 311,6 62,40 16,31 20,97
270 0,400 39,15 412,5 82,34 18,75 24,62
300 0,407 46,53 541,8 107,3 22,25 28,89
IPEA 330 0,415 54,74 701,9 133,3 26,99 33,59
360 0,389 63,96 906,8 171,9 29,76 40,72
400 0,409 73,10 1144 202,1 35,78 45,16
450 0,418 85,55 1494 245,7 42,26 51,95
500 0,426 101,1 1946 301,6 50,41 60,47
550 0,438 117,3 2475 361,5 60,30 68,91
600 0,438 137,0 3141 442,1 70,14 80,31

Construction Métallique, n° 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 111

EC3-ElE 4-91

Type n° a A Wpl.y Wpl.z Avz Avy


cm2 cm3 cm3 cm2 cm2
80 0,374 7,643 23,22 5,818 3,577 5,118
100 0,393 10,32 39,41 9,146 5,085 6,725
120 0,390 13,21 60,73 13,58 6,305 8,566
140 0,387 16,43 88,34 19,25 7,642 10,62
160 0,396 20,09 123,9 26,10 9,657 12,84
180 0,392 23,95 166,4 34,60 Il,25 15,32
200 0,403 28,48 220,6 44,61 14,00 17,99 43
220 0,393 33,37 285,4 58,11 15,88 21,30
IFE 240 0,399 39,12 366,6 73,92 19,14 24,83
270 0,401 45,95 484,0 96,95 22,14 28,97
300 0,403 53,81 628,4 125,2 25,68 33,67
330 0,412 62,61 804,3 153,7 30,81 38,71
360 0,406 72,73 1019 191,1 35,14 45,26
400 0,425 84,46 1307 229,0 42,69 51,15
450 0,439 98,82 1702 276,4 50,85 58,34
500 0,446 115,50 2194 335,9 59,87 67,18
550 0,463 134,40 2787 400,5 72,34 76,14
600 0,464 156,0 3512 485,6 83,78 87,92
180 0,398 28,10 195,3 39,67 13,51 17,90
200 0,393 33,89 265,3 53,15 16,53 21,81
220 0,366 40,22 351,8 71,82 18,35 26,74
240 0,389 47,49 449,5 90,10 23,07 30,72
270 0,378 56,01 601,6 121,0 26,10 36,59
300 0,389 65,89 779,9 154,5 30,89 42,28
IPER 330 0,404 76,85 994,9 189,9 37.58 48,32
360 0,400 89,61 1262 236,5 43.19 56,52
400 0,417 103,8 1618 283,6 52.27 63,87
450 0,423 121,3 2115 346,0 61.25 73,59
500 0,442 142,0 2709 414,8 73.67 83,43
550 0,453 170,4 3562 520,9 90.89 98,56
600 0,455 183,9 4175 580,2 97.88 105,6

Construction Métallique, n° 4-1991


112 Rubrique TECHNIQUE
ET APPLICATIONS

EC3-ELE4-91

Type n° a A Wpl.y Wpl.z Av.z Av.y


cm2 cm3 cm3 cm2 cm2
100 0,295 15,60 58,36 28,44 6,147 11,68
120 0,288 18,55 84,12 40,62 6,903 13,88
140 0,270 23,02 123,8 59,93 7,922 17,50
160 0,262 30,36 190,4 91,36 10,38 23,28
180 0,261 36,53 258,2 123,6 12,16 28,00
200 0,275 44,13 347,1 163,2 15,45 33,29
44 220 0,273 51,46 445,5 209,3 17,63 38,84
240 0,284 60,38 570,6 264,4 21,54 44,99
260 0,284 68,97 714,5 327,7 24,75 51,38
HEAA 280 0,282 78,02 873,1 399,4 27,52 58,17
300 0,291 88,91 1065 482,3 32,37 65,59
320 0,302 94,58 1196 505,7 35,40 68,80
340 0,313 100,5 1341 529,3 38,69 72,02
360 0,325 106,6 1495 553,0 42,17 75,24
400 0,337 117,7 1824 599,7 47,95 81,47
450 0,362 127,1 2183 624,4 54,70 84,70
500 0,386 136,9 2576 649,3 61,91 87,94
550 0,411 152,8 3128 698,6 72,66 94,43
600 0,433 164,1 3623 724,5 81,29 97,68
100 0,247 21,24 83,01 41,14 7,556 16,85
120 0,242 25,34 119,5 58,85 8,456 20,05
140 0,242 31,42 173,5 84,85 10,12 24,76
160 0,257 38,77 245,1 117,6 13,21 30,06
180 0,244 45,25 324,9 156,5 14,47 35,46
200 0,257 53,83 429,5 203,8 18,08 41,59
220 0,248 64,34 568,5 270,6 20,67 50,15
240 0,250 76,84 744,6 351,7 25,18 59,74
260 0,251 86,82 919,8 430,2 28,76 67,36
HEA 280 0,252 97,26 1112 518,1 31,74 75,36
300 0,254 112,5 1383 641,2 37,28 87,02
320 0,252 124,4 1628 709,7 41,13 96,24
340 0,258 133,5 1850 755,9 44,95 102,5
360 0,264 142,8 2088 802,3 48,96 108,7
400 0,283 159,0 2562 872,9 57,33 118,2
450 0,292 178,0 3216 965,5 65,78 130,4
500 0,301 197,5 3949 1059 74,72 142,7
550 0,320 211,8 4622 1107 83,72 148,9
600 0,338 226,5 5350 1156 93,21 155,2

Construction Métallique. n° 4-1991


Rubrique
TECHNIQUEET APPLICATIONS 113

EC3-ElE 4-91

Type n° a A Wpl.y Wpl.z Av.z Av.y


cm2 cm3 cm3 cm2 cm2
100 0,232 26,04 104,2 51,42 9,036 21,08
120 0,224 34,01 165,2 80,97 10,96 27,60
140 0,218 42,96 245,4 119,8 13,08 34,93
160 0,233 54,25 354,0 170,0 17,59 43,44
180 0,228 65,25 481,4 231,0 20,24 52,40
200 0,232 78,08 642,5 305,8 24,83 62,43
220 0,227 91,04 827,0 393,9 27,92 73,01 45
240 0,230 106,0 1053 498,4 33,23 84,70
260 0,232 118,4 1283 602,2 37,59 94,40
280 0,233 131,4 1534 717,6 41,09 104,4
HEB 300 0,235 149,1 1869 870,1 47,43 118,2
320 0,238 161,3 2149 939,1 51,77 127,4
340 0,245 170,9 2408 985,7 56,09 133,7
360 0,253 180,6 2683 1032 60,60 139,9
400 0,272 197,8 3232 1104 69,98 149,5
450 0,284 218,0 3982 1198 79,66 161,7
500 0,296 238,6 4815 1292 89,82 174,0
550 0,315 254,1 5591 1341 100,1 180,3
600 0,333 270,0 6425 1391 110,8 186,6
100 0,204 53,24 235,8 116,3 18,04 45,28
120 0,203 66,41 350,6 171,6 21,15 55,98
140 0,203 80,56 493,8 240,5 24,46 67,49
160 0,213 97,05 674,6 325,5 30,81 80,42
180 0,212 113,3 883,4 425,2 34,65 93,56
200 0,215 131,3 1135 543,2 41,03 107,9
220 0,214 149,4 1419 678,6 45,31 122,7
240 0,205 199,6 2117 1006 60,07 165,7
260 0,207 219,6 2524 1192 66,89 181,8
HEM 280 0,209 240,2 2966 1397 72,03 197,9
300 C 0,214 225,1 2927 1374 68,48 183,8
300 0,202 303,1 4078 1913 90,53 251,9
320 0,208 312,0 4435 1951 94,85 257,3
340 0,217 315,8 4718 1953 98,63 257,3
360 0,227 318,8 4989 1942 102,4 256,5
400 0,246 325,8 5571 1934 110,2 255,7
450 0,268 335,4 6331 1939 119,8 255,7
500 0,289 344,3 7094 1932 129,5 254,9
550 0,309 354,4 7933 1937 139,6 254,9
600 0,329 363,7 8772 1930 149,7 254,1

Constrnction Métalliqne. n° 4-1991