Vous êtes sur la page 1sur 9

1.

HISTORIQUE
Peu après la seconde guerre mondiale, nous sommes à l'aube de la micro-informatique. Seule les grandes
entreprises pouvaient se doter de matériel informatique. Le seul moyen d'échanger des données de
station à station était la disquette. Pour un même département, cela ne posait guerre de problèmes.
Cependant, la chose devenait plus compliquée lorsqu'il s'agissait d'un bureau situé à un autre étage, ou
dans un autre bâtiment.

La taille des entreprises croissant au fil du temps, il a fallu envisager un autre mode d'échange des
données.

L'évolution
1970-1980
Vers 1970, soutenu par l'IETF (Internet Engineering Task Force), est né un organisme international
chargé de mettre au point des standards ; cet organisme qui existe toujours s'appelle International
Organization for Standardization, en abrégé ISO. Il a créé un modèle de conception de réseaux en 7
couches très prisé des administrateurs réseaux, l' "Open Systems Interconnection" (OSI.)

L'ISO a également mis au point un protocole, qui s'appelle aussi OSI. Ce protocole, bien que très fiable,
n'a jamais eu de succès, car il était trop complexe et coûteux à mettre en œuvre. De plus, sa rigidité le
rendait trop lourd à l'utilisation.

Les recherches
1950-1960
Vers 1960, des ingénieurs, tant du secteur militaire qu'industriel se sont penchés sur ce problème.
Le consortium "D.I.X." (Digital, Intel, Xerox) a effectué des recherches et est parvenu à développer un
moyen de communication de poste à poste plus direct. Leur travail, a abouti à la naissance de ce que
nous appelons aujourd'hui communément "carte réseau." L'appellation correcte de ce type de matériel
est "carte d'interface réseau."

Les réseaux "primitifs" se composaient d'un ordinateur central (mainframe) et de terminaux. Ces
stations étaient dépourvues de disques durs et servaient à l'échange pur et simple de caractères avec le
poste central. Digital et IBM sont parmi les pionniers avec leur système DECnet, qui constituera un
ancêtre de nos réseaux actuels.
Un problème existait néanmoins, chaque fabricant usait de protocoles et de standards propriétaires. Il
était donc impossible de faire communiquer des machines de fabricants différents.

La guerre froide couvant, le département américain de la défense (Departement of Defense) étudia un


moyen de communication fiable et à même de fonctionner en temps de guerre. Ils créèrent le réseau
ARPAnet (Advanced Research Projects Agency Network.) ARPAnet interconnectait différents points
stratégiques par un réseau câblé et reliait le Royaume-Uni par satellite. C'est aussi la naissance d'un
protocole de communication devenu au fil du temps incontournable : TCP/IP. Grâce à ce protocole, les
données peuvent atteindre leur destination indépendamment du média. Si un média est hors d'usage, les
données sont acheminées malgré tout via un autre. Peut-être ne le savez-vous pas, mais en lisant ceci,
vous avez fait appel au TCP/IP ! Outre le protocole, TCP/IP désigne aussi un modèle de conception de
réseaux en 4 couches.
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

2. QU'EST-CE QU'UN RESEAU ?


Le terme générique réseau définit un ensemble d'entités (objets, personnes, …etc.) interconnectées les
unes avec les autres. Un réseau permet ainsi de faire circuler des éléments matériels ou immatériels entre
chacune de ces entités selon des règles bien définies.

Mise en réseau (en anglais networking) :


Mise en œuvre des outils et des tâches permettant de relier des ordinateurs afin qu’ils puissent partager
des ressources en réseau.

Selon le type d'entité concernée, le terme utilisé sera ainsi différent :

 Réseau de transport : ensemble d'infrastructures et de disposition permettant de transporter des


personnes et des biens entre plusieurs zones géographiques
 Réseau téléphonique : infrastructure permettant de faire circuler la voix entre plusieurs postes
téléphoniques
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

 Réseau de neurones : ensemble de cellules interconnectées entre-elles


 Réseau de malfaiteurs : ensemble d'escrocs qui sont en contact les uns avec les autres (un escroc
en cache généralement un autre !)
 Réseau informatique: ensemble d'ordinateurs reliés entre eux grâce à des lignes physiques et
échangeant des informations sous forme de données numériques (valeurs binaires, c'est-à-dire
codées sous forme de signaux pouvant prendre deux valeurs : 0 et 1)

Les présents articles s'intéressent bien évidemment aux réseaux informatiques.

Il n'existe pas un seul type de réseau, car historiquement il existe des types d'ordinateurs différents,
communiquant selon des langages divers et variés. Par ailleurs ceci est également dû à l'hétérogénéité
des supports physiques de transmission les reliant, que ce soit au niveau du transfert de données
(circulation de données sous forme d'impulsions électriques, de lumière ou d'ondes électromagnétiques)
ou bien au niveau du type de support (câble coaxial, paires torsadées, fibre optique, etc.). Les différents
chapitres s'attachent à décrire les caractéristiques des supports physiques de transmission, ainsi que la
manière dont les données transitent sur le réseau.

3. INTERET D'UN RESEAU


Un ordinateur est une machine permettant de manipuler des données. L'homme, en tant qu'être
communiquant, a rapidement compris l'intérêt qu'il pouvait y avoir à relier ces ordinateurs entre eux afin
de pouvoir échanger des informations. Un réseau informatique peut servir plusieurs buts distincts :

 Le partage de ressources (fichiers, applications ou matériels, connexion à internet, etc.)


 La communication entre personnes (courrier électronique, discussion en direct, etc.)
 La communication entre processus (entre des ordinateurs industriels par exemple)
 La garantie de l'unicité et de l'universalité de l'accès à l'information (bases de données en réseau)
 Les jeux vidéo multi-joueurs

Aujourd’hui, avec internet, on assiste à une unification des réseaux. Ainsi, les intérêts de la mise en
place d'un réseau sont multiples, que ce soit pour une entreprise ou un particulier. La classification des
réseaux informatiques se fait selon trois critères :

1. Taille et la portée d'un réseau (Typologie).


2. L'Organisation des réseaux (Catégorie ou Architecture).
3. Topologie des réseaux.

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
2
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

4. LES DIFFERENTS TYPES DE RESEAUX


On distingue différents types de réseaux (privés) selon leur taille (en terme de nombre de machines),
leur vitesse de transfert des données ainsi que leur étendue. Les réseaux privés sont des réseaux
appartenant à une même organisation. On fait généralement trois catégories de réseaux :
 LAN (local area network)
 MAN (metropolitan area network)
 WAN (wide area network)

Il existe deux autres types de réseaux : les TAN (Tiny Area Network) identiques aux LAN mais moins
étendus (2 à 3 machines) et les CAN (Campus Area Network) identiques au MAN (avec une bande
passante maximale entre tous les LAN du réseau).

4.1. LAN (Local Area Network)


LAN signifie en français Réseau Local. Il s'agit d'un ensemble d'ordinateurs appartenant à une même
organisation et reliés entre eux dans une petite aire (zone) géographique par un réseau, souvent à l'aide
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

d'une même technologie (la plus répandue étant Ethernet).

Un réseau local est donc un réseau sous sa forme la plus simple. La vitesse de transfert de données d'un
réseau local peut s'échelonner entre 10 Mbps (pour un réseau Ethernet par exemple) et 1 Gbps (en FDDI
ou Gigabit Ethernet par exemple). La taille d'un réseau local peut atteindre jusqu'à 100 voire 1000
utilisateurs.

4.2. MAN (Metropolitan Area Network)


Les MAN interconnectent plusieurs LAN géographiquement proches (au maximum quelques dizaines
de km) à des débits importants. Ainsi un MAN permet à deux nœuds distants de communiquer comme
s’ils faisaient partie d'un même réseau local.

Un MAN est formé de commutateurs ou de routeurs interconnectés par des liens hauts débits (en général
en fibre optique).

4.3. WAN (Wide Area Network ou réseau étendu)


Un WAN interconnecte plusieurs LAN à travers de grandes distances géographiques. Les débits
disponibles sur un WAN résultent d'un arbitrage avec le coût des liaisons (qui augmente avec la distance)
et peuvent être faibles.

Les WAN fonctionnent grâce à des routeurs qui permettent de "choisir" le trajet le plus approprié pour
atteindre un nœud du réseau. Le plus connu des WAN est Internet.

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
3
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

5. CATEGORIE DES RESEAUX


Les réseaux informatiques peuvent aussi être catégorisés par relation fonctionnelle entre les composants
:
 Les réseaux poste à poste (Peer to Peer / égal à égal) dans lequel il n'y a pas d'ordinateur central et
chaque ordinateur à un rôle similaire
 Réseaux organisés autour de serveurs (Client /Serveur) dans lequel un ordinateur central fournit des
services réseau aux utilisateurs.
 Architecture multi-tiers

Ces types de réseau ont des capacités différentes. Le type de réseau à installer dépend des critères
suivants :

 Taille de l’entreprise
 Niveau de sécurité nécessaire
 Type d’activité
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

 Niveau de compétence d’administration disponible


 Volume du trafic sur le réseau
 Besoins des utilisateurs du réseau
 Budget alloué au fonctionnement du réseau (pas seulement l’achat mais aussi l’entretien et la
maintenance).

5.1. ARCHITECTURE PEER TO PEER


Le peer to peer ou P2P (en français « pair à pair »), est une architecture de réseau informatique
différente du réseau client-serveur traditionnel. Dans cette architecture, tous les éléments du réseau sont
à la fois client et serveur. Tous les ordinateurs ont la ressource et tous les ordinateurs la demandent.

Avantage :
 Dans un réseau client-serveur, si les serveurs tombent en panne les clients sont bloqués. Dans un
réseau Peer to Peer, si un ordinateur tombe en panne, il reste toujours les autres ordinateurs pour
servir la ressource.
Inconvénients
 Dans l'architecture client-serveur, on sait où se trouve la ressource : sur le serveur. En Peer to Peer,
la ressource se trouve sur plusieurs ordinateurs mais on ne sait pas toujours les quels.
 D'une façon, générale : les applications Peer to Peer sont beaucoup plus difficiles à concevoir.

5.2. ARCHITECTURE CLIENT /SERVEUR


Dans l'architecture client-serveur, la ressource demandée est disponible en un point central du réseau
appelé serveur. Les autres ordinateurs, appelés clients, ne sont que des demandeurs de cette ressource.

De nombreuses applications fonctionnent selon un environnement client/serveur, cela signifie que des
machines clientes (des machines faisant partie du réseau) contactent un serveur (une machine
généralement très puissante en termes de capacités d’entrée/sortie) qui lui fournit des services. Ces
services sont des programmes fournissant des données telles que l’heure, des fichiers, une connexion.
Dans un environnement purement Client/serveur, les ordinateurs du réseau (les clients) ne peuvent voir
que le serveur, c’est un des principaux atouts de ce modèle.

Avantage :
Le modèle Client/serveur est particulièrement recommandé pour des réseaux nécessitant un grand
niveau de fiabilité, ses principaux avantages sont :

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
4
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 Des ressources centralisées


Etant donné que le serveur est au centre du réseau, il peut gérer des ressources communes à tous les
utilisateurs, comme par exemple une base de données centralisée, afin d’éviter les problèmes de
redondance et de contredit.
 Une meilleure sécurité
Car le nombre de points d’entrée permettant l’accès aux données est moins important.
 Une administration au niveau serveur
Les clients ayant peu d’importance dans ce modèle, ils ont moins besoin d’être administrés.
 Un réseau évolutif
Grâce à cette architecture il est possible de supprimer ou rajouter des clients sans perturber le
fonctionnement du réseau.

Inconvénients :
L’architecture Client/serveur a tout de même quelques lacunes parmi lesquelles :
 Un coût élevé dû à la technicité du serveur.
 Un maillon faible : Le serveur est le seul maillon faible du réseau Client/serveur, étant donné que
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

tout le réseau est architecturé autour de lui.

6. LES DIFFERENTES TOPOLOGIES PHYSIQUES


Un réseau informatique est constitué d'ordinateurs reliés entre eux grâce à des lignes de communication
(câbles réseaux, etc.) et des éléments matériels (cartes réseau, ainsi que d'autres équipements permettant
d'assurer la bonne circulation des données).

L'arrangement physique, c'est-à-dire la configuration spatiale du réseau est appelé topologie physique
(représente la façon dont les ordinateurs sont matériellement interconnectés). On distingue généralement
les topologies suivantes :
 Topologie en bus
 Topologie en Etoile
 Topologie en anneau
 Topologie en arbre
 Topologie maillée
 Topologie mixte

6.1. TOPOLOGIE EN BUS


Une topologie en bus est l'organisation la plus simple d'un réseau. En effet, dans une topologie en bus
tous les ordinateurs sont reliés à une même ligne de transmission par l'intermédiaire de câble,
généralement coaxial. Le mot « bus » désigne la ligne physique qui relie les machines du réseau.

Cette topologie a pour avantage d'être facile à mettre en œuvre et de posséder un fonctionnement simple.
En revanche, elle est extrêmement vulnérable étant donné que si l'une des connexions est défectueuse,
l'ensemble du réseau en est affecté.

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
5
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

6.2. TOPOLOGIE EN ETOILE


Dans une topologie en étoile, les ordinateurs du réseau sont reliés à un système matériel central appelé
concentrateur (en anglais hub) ou un commutateur (en anglais switch). Il s'agit d'une boîte comprenant
un certain nombre de jonctions auxquelles il est possible de raccorder les câbles réseau en provenance
des ordinateurs. Celui-ci a pour rôle d'assurer la communication entre les différentes jonctions.

Contrairement aux réseaux construits sur une topologie en bus, les


réseaux suivant une topologie en étoile sont beaucoup moins
vulnérables car une des connexions peut être débranchée sans
paralyser le reste du réseau. Le point névralgique (désagréable ou
problématique) de ce réseau est le concentrateur, car sans lui plus
aucune communication entre les ordinateurs du réseau n'est possible.

En revanche, un réseau à topologie en étoile est plus onéreux qu'un réseau à topologie en bus car un
matériel supplémentaire est nécessaire (le hub).
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

6.3. TOPOLOGIE EN ANNEAU (BOUCLE)


Dans un réseau possédant une topologie en anneau, les ordinateurs
sont situés sur une boucle et communiquent chacun à leur tour.

En réalité, dans une topologie anneau, les ordinateurs ne sont pas reliés
en boucle, mais sont reliés à un répartiteur (appelé MAU, Multistation
Access Unit) qui va gérer la communication entre les ordinateurs qui
lui sont reliés en impartissant (distribuant) à chacun d'entre eux un
temps de parole.

6.4. TOPOLOGIE EN ARBRE


Aussi connu sous le nom de topologie hiérarchique, le réseau est
divisé en niveaux. Le sommet, le haut niveau, est connectée à
plusieurs nœuds de niveau inférieur, dans la hiérarchie. Ces nœuds
peuvent être eux-mêmes connectés à plusieurs nœuds de niveau
inférieur. Le tout dessine alors un arbre, ou une arborescence.

6.5. TOPOLOGIE MAILLEE


Une topologie maillée, est une évolution de la topologie en étoile, elle
correspond à plusieurs liaisons point à point. Une unité réseau peut
avoir (1, N) connexions point à point vers plusieurs autres unités.
Chaque terminal est relié à tous les autres. L'inconvénient est le nombre
de liaisons nécessaires qui devient très élevé.

Cette topologie se rencontre dans les grands réseaux de distribution


(Exemple : Internet). L'information peut parcourir le réseau suivant des
itinéraires divers, sous le contrôle de puissants superviseurs de réseau,
ou grâce à des méthodes de routage réparties.

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
6
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

L'armée utilise également cette topologie, ainsi, en cas de rupture d'un lien, l'information peut quand
même être acheminée.

7. LA TRANSMISSION DES DONNEES


Pour une transmission donnée sur une voie de communication entre deux machines, la communication
peut s'effectuer de différentes manières. La transmission est caractérisée par :
 Le sens des échanges
 Le mode de transmission : il s'agit du nombre de bits envoyés simultanément
 La synchronisation : il s'agit de la synchronisation entre émetteur et récepteur

7.1. LE SENS DES ECHANGES


Selon le sens des échanges, on distingue 3 modes de transmission.
 La liaison simplex : caractérise une liaison dans laquelle les données circulent dans un seul
sens, c'est-à-dire de l'émetteur vers le récepteur. Ce genre de liaison est utile lorsque les données
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

n'ont pas besoin de circuler dans les deux sens (par exemple de votre ordinateur vers
l'imprimante ou de la souris vers l'ordinateur...).

 La liaison half-duplex : (parfois appelée liaison à l'alternat ou semi-duplex) caractérise une


liaison dans laquelle les données circulent dans un sens ou l'autre, mais pas les deux
simultanément. Ainsi, avec ce genre de liaison, chaque extrémité de la liaison émet à son tour.

 La liaison full-duplex : (appelée aussi duplex intégral) caractérise une liaison dans laquelle les
données circulent de façon bidirectionnelle et simultanément. Ainsi, chaque extrémité de la
ligne peut émettre et recevoir en même temps, ce qui signifie que la bande passante est divisée
par deux pour chaque sens d'émission des données si un même support de transmission est utilisé
pour les deux transmissions.

7.2. LE MODE DE TRANSMISSION


Le mode de transmission désigne le nombre de bits pouvant être simultanément transmis par le canal de
communication. En effet, un processeur ne traite jamais (dans le cas des processeurs récents) un seul bit
à la fois, il permet généralement d'en traiter plusieurs (la plupart du temps 8, soit un octet), c'est la raison
pour laquelle la liaison de base sur un ordinateur est une liaison parallèle.
 La liaison parallèle
On désigne par liaison parallèle la transmission
simultanée de N bits. Ces bits sont envoyés
simultanément sur N voies différentes (une voie étant
par exemple un fil, un câble ou tout autre support
physique). La liaison parallèle des ordinateurs de
type PC nécessite généralement 10 fils.

 Liaison série
Dans une liaison en série, les données sont envoyées
bit par bit sur la voie de transmission. Toutefois, étant
donné que la plupart des processeurs traitent les
informations de façon parallèle, il s'agit de transformer
des données arrivant de façon parallèle en données en
série au niveau de l'émetteur, et inversement au niveau
du récepteur.

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
7
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

8. LES EQUIPEMENTS PHYSIQUES DU RESEAU

 ETTD : équipement terminal de traitement de données (en anglais DTE pour Data
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

Terminal Equipment) est un élément susceptible d'échanger des données avec un réseau, qui
ne se connecte pas directement à la ligne de transmission. Par exemple : un ordinateur, un
terminal, une imprimante…
 ETCD : équipement terminal de circuit de données assure La transmission des données.

Si nous voulons utiliser deux ETTD (exemple deux ordinateurs) respectivement comme un émetteur et
un récepteur afin d'assurer un système de transmission de données. Ainsi, ces deux ETTD doivent être
relié entre eux par un canal. Ce canal n'est autre qu'un support (conducteurs électriques, fibres optiques,
espace hertizien …etc.) où l'information sous divers formes (électrique, lumineuse, électromagnétique
…etc.) pourra se transmettre entre l'émetteur et le récepteur.

Les supports de transmission se présentent sous différentes formes suivant la distance, le relief
géographique, et peuvent être matériels (fils, câbles, ...) ou immatériels (ondes). On utilise généralement
4 types de support de transmission ou canal de transmission :
 Le coaxial
 La paire torsadée
 La fibre optique
 Les "sans fils"

La qualité d'un câble dépend de son impédance (résistance aux signaux électriques), de son isolement
(blindage) et de ses dimensions (longueur, section). Les mesures les plus couramment utilisées sont :
 La bande passante (nombre de bits par seconde que l'on peut transmettre). La bande passante est la
quantité d’information transférée.
 La fiabilité (qualité vis-à-vis des erreurs de transmission, des perturbations de l'environnement).
 Le débit binaire est une mesure de la quantité de données numériques transmises par unité de temps.

8.1. RELATIONS ENTRE SUPPORT DE TRANSMISSION ET CANAL


 Un support physique est tout dispositif qui transporte le signal (électrique)
 Un support peut être formé d’un ou plusieurs canaux.
 Un canal sur un support occupe toute ou une partie de la bande passante (partage de la bande
passante).

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
8
Module Technologies de l’information et de la Communication
Université Mouloud MAMMERI De Tizi-Ouzou
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

8.1.1. PHÉNOMÈNES CARACTÉRISANT LES SUPPORTSDE COMMUNICATION


Un signal durant sa transmission subit différentes déformations dues aux caractéristiques du
support de transmission et de l'environnement.
TRANSMISSION DES INFORMATIONS

Si les mass-médias de transmission étaient tout à fait, le récepteur pourrait recevoir exactement le même
signal que le transmetteur a envoyé. Mais les lignes de communication sont d'habitude pas parfaites,
donc le signal reçu n'est pas le même comme le signal transmis. Pour les données numériques cette
différence peut causer des erreurs. Les lignes de transmission souffrent de trois problèmes importants :
1. Atténuation (Affaiblissement)
2. Distorsion
3. Bruit

Affaiblissement
 Un signal transporté sur un canal est soumis à un affaiblissement
Par exemple :
 La voix porte sur une certaine distance
 Un phare éclaire une distance maximale donnée
 De même un signal électrique qui se propage dans un conducteur est attenue en fonction de la
distance
14
 Ce phénomène est naturel et l’atténuation est due à une résistance qui affaiblit le signal.
 L’affaiblissement dépend :
 La nature du support de transmission
 La distance parcourue par le signal
 La fréquence du signal Transformation de l’amplitude du signal.

Distorsion
C’est un phénomène qui décale ou qui retarde le signal en fonction de la fréquence, amplitude, phase

Bruit
Un signal sur un canal est soumis à des perturbations. Le bruit provient des perturbations impulsives
(électromagnétiques) dues aux parasites. Ces parasites sont d’origine variée :
 Diaphonie entre des lignes téléphoniques voisines
 Bruit Blanc pour les émissions radios : c’est un signal qui perturbe toute les fréquences
porteuses des différents signaux due aux perturbation électromagnétiques
 Echo qui est réflexion du signal due à une désadaptation d’impédance

_________________________________________________________________________________
M.OUNNACI
9

Vous aimerez peut-être aussi