Vous êtes sur la page 1sur 12

Chapitre 3 : La récupération de la TVA

Aux termes de l’article 101 du CGI « la TVA qui a grevé les éléments
du prix d’une opérations » imposable est déductible de la TVA applicable
à cette opération ».

Ainsi la taxe que l’assujetti est tenu de verser au trésor public est
déterminée par la différence entre :

- la Tva facturée à l’acheteur ou collectée auprès de celui-ci (TVA sur


la vente ou la prestation de service).

- Et la TVA payée sur les achats de biens ou de services dite TVA


récupérable ou déductible.

Autrement dit, l’entreprise assujettie déduit de la TVA qu’elle


collecte auprès des consommateurs celle qui a grevé ses achats et ses
charges d’exploitation, avant de procéder au paiement.

Le droit à déduction est ouvert à tout assujetti, qu’il le soit de manière


obligatoire ou optionnelle. Il est aussi ouvert aux personnes exonérées
avec droit à déduction.

L’exercice du droit à déduction est, toutefois, subordonné à un certain


nombre de conditions. Il est opéré de manières partielle dans le cas où
l’activité de l’assujetti est partiellement imposable, est ce à travers la
détermination d’un prorata de déduction, et il peut être remis en questions
dans des situations particulières qui nécessitent des régularisations.

1. Les conditions
La récupération de la TVA est liée à une condition de forme, celle de
l’existence d’une pièce justificative et à des conditions de fond qui
déterminent l’existence du droit à déduction et son exercice.
1.1 La condition de forme :
Pour pouvoir récupérer la TVA, celle-ci doit être payée et mentionnée de
façon distincte sur :

- Les factures relatives aux biens et services acquis lorsqu'il s'agit d'achats sur le
marché national1.
- Les quittances en douane délivrées aux importateurs en cas d'importation,
- Les factures établies par les entreprises pour elles-mêmes dans le cas des
livraisons à soi-même.

1.2. Les conditions de fond


On peut distinguer les conditions d'existence et les conditions d'exercice du droit
à déduction.
a. Les conditions d'existence du droit à déduction

Elles sont au nombre de trois :


 Les biens ou les services ayant supporté une TVA déductible
doivent participer à une opération imposable. La déduction est
liée à l'imposition. Ainsi :
o Seules les entreprises totalement assujetties à la TVA peuvent opérer
une déduction totale,
o Les non assujettis ne bénéficient pas du droit à déduction,
o Les personnes exerçant des opérations exonérées avec droit de
déductions (les exportateurs) ;
o Les assujettis partiels ne peuvent opérer qu'une déduction partielle.

 Les biens ou services ayant supporté une TVA déductible doivent


être affectés exclusivement à l'exploitation. Sont ainsi éliminés du
droit à la déduction les biens ou services utilisés pour les besoins
personnels du dirigeant ou de tiers...

1 Les dites factures doivent mentionner le prix hors TVA, le taux et le montant de la taxe, et elles doivent comprendre :
- le nom ou la raison sociale d’Acheteur,
-le numéro d'identification du fournisseur attribué par le service local des impôts,
- le numéro. D’imposition à la taxe professionnelle,
- l'identifiant commun de l'entreprise (ICE) qui permet de l'identifier de manière uniforme par toute les
administrations (ITCE est devenu obligatoire à partir du 1er juillet 2016)

2
 Les biens ou services ayant supporté une TVA déductible ne doivent
pas être expressément exclus par la loi du droit à déduction. La liste
des éléments exclus est donnée par le CGI dans l'article 106 (voir 2.
les éléments exclus du droit à déduction)

b. La condition d'exercice du droit à déduction :


L'exercice du droit à déduction suppose le décaissement des sommes portant TVA
déductible.
Exple 5 : achat de m/ses, 68 000 HT, l’E/se règle 70% du montant par chèque et 30% à
crédit de 30 jours, TVA 20%.
 Tva récupérable : 68 000 x 20% x 70% = 9.520 dh.
Le droit à déduction prend naissance avec le paiement de la taxe, la déduction
de celle-ci ne peut être opérée que si le règlement est justifié, et ce quel que soit le mode
de paiement.
Le règlement est considéré comme étant effectué à la date du versement en
espèces 1 à la date du virement bancaire ou à la date de l'encaissement effectif du
chèque ou de l'effet de commerce.
Ce principe souffre cependant d'une exception ; dans le cas des entreprises ayant
opté pour le régime des débits, les achats effectués contre effets de commerce sont
considérés comme étant payés dès le moment de l'acception de ceux-ci. On considère
que l’acceptation d'un effet de commerce vaut paiement dans le régime les débits.

Exple 6 : une Sté achète une machine 90 000 HT, elle paie 60 % par chèque,
et pour le reste une traite est acceptée, l’échéance est de 60 jours.

2. Les éléments exclus du droit à déduction


Sont exclus du droit à déduction en vertu de l'article 106 du CGI :
• Les biens et les services non utilisés pour les besoins de l'exploitation. Il s'agit par
exemple, de dépenses effectuées pour les besoins du personnel, des dirigeants ou de tiers.

 Les véhicules2 conçus pour le transport de personnes à l’exception des :

o Véhicules utilisés pour le transport collectif du personnel,


o Véhicules acquis par les entreprises de transport public,

1
Le montant des paiements en espèces donnant droit à la récupération de la TVA est limité à 5 000 dh par fournisseur
et par jour.
2
Tous les types de véhicules et les engins de transport de personnes sont concernés : motocyclettes, voitures, bateaux,
avions...

3
o Voitures utilisées par les auto-écoles et par les agences de location de voitures.

 Les produits pétroliers non utilisés comme matières premières, combustibles ou


Agents de fabrication, exception faite :
o Du gasoil utilisé dans le transport collectif, le transport public routier ou
ferroviaire des personnes et des marchandises, ou pour le transport des
marchandises par les assujettis qui utilisent leurs propres moyens,
o Du gasoil et du kérosène utilisés dans le transport aérien.

 Les achats et les prestations ayant un caractère de libéralités, tels que les cadeaux
distribués à la clientèle par exemple. Ces dépenses sont jugées non nécessaires à L’exploitation, (leur
TVA est récupérable à condition que V.U maximum ≤ 100 DH et qu’ils portent le sigle de la société
ou la marque des produits qu’elle fabrique).

 Les frais de missions, de réception, d'hébergement, de restauration, de déplacement


et d’organisation de spectacles,
 Les opérations portant sur les vins et les boissons alcoolisées et sur les ouvrages en
métaux précieux.
 Tous paiements dépassant 5 000 dh/ fournisseur et / jour et effectués par un
moyen autre que le chèque, le virement bancaire, un effet de commerce, une
carte magnétique, ou un procédé électronique (cas de paiement en espèces).

Autrement dit, les achats, les travaux et les prestations de services payés en espèces
donnent droit à la récupération de la TVA dans la limite de 5 000 dh TTC par jour et par
fournisseur. Cette limite est fixée à 50 000 TTC par mois.

Exercice 7 :
Au cours du mois de mars 2020, une entreprise commerciale a payé en espèces à l'un
de ses fournisseurs les montants relatifs à des achats de marchandises (taxables au taux
normal) donnés par le tableau suivant :

Dates Montants des factures TTC Total

3/3/2020 2 500 1 200 1000 4 700

8/3/2020 12 000 5 000 17 000


14/3/2020 1 300 870 2 170

21/3/2020 3 780 2 500 1700 7 980

23/3/2020 2000 2 350 4 350

29/3/2020 1075 3867 4 942

Total 41 142

Pour les montants inférieurs à 5 000 dh, la TVA est récupérable en totalité. Pour ceux qui

4
dépassent 5 000 dh TTC seule la TVA correspondant à 5 000 dh TTC est récupérable, soit
5000/1,2 x 20% = 833,33. Ou bien (5000 /6=833,33)

Calcul de la TVA récupérable au titre du mois de mars 2020 sur les achats de marchandises :

Dates Montants donnant droit à la récupération de la TVA récupérable


TVA (TTC)
3/3/2020 4700 783,33
8/3/2020 5 000 833,33

14/3/2020 2 170 361,67


21/3/2020 5 000 833,33

23/3/2020 4 350 725


29/3/2020 4 942 823,67
Total 4 360,33

3-Les modalités de récupération de la TVA :

La récupération de la TVA par les entreprises bénéficiant du droit de


déduction se fait de la manière suivante :

 Par imputation de la TVA récupérable (sur achats ou services)


sur la TVA facturée, en cas où la TVA facturée > TVA
récupérable ;
 Report de crédit de TVA : si TVA facturée < TVA récupérable,
on parle alors d’un crédit de TVA c’est à dire une créance sur
l’Etat, ce reliquat est reporté sur le mois ou le trimestre suivant.

4-Le principe de la déduction partielle :

5
Dans le cas d’entreprise exerçant une activité mixte, on distingue 3 cas de déductions :

* La déduction est totale, lorsque l’achat est réalisé pour une activité imposable à la TVA ;

* La déduction est nulle si l’achat est réalisé pour des activités non soumises à la TVA.

* La déduction est partielle, si l’achat est réalisé pour des activité ouvrants droit à déduction
et celles n’ouvrant pas droit à déduction et par conséquent la récupération de la TVA s’opère
en utilisant un prorata de déduction ;

4-1 la règle du prorata :


Les entreprises partiellement assujetties à la TVA ne peuvent opérer qu’une déduction
partielle. Cette déduction partielle est calculée par l’application à la taxe ayant grevé les biens
et les services d’un pourcentage unique dit prorata de déduction.

Le prorata de déduction représente la part de l’activité donnant droit à déduction dans


l’activité totale de l’entreprise. Il est déterminé par l’application de la formule suivante :

CA imposable TTC + (CA exonéré avec DD + TVA fictive)


Pr =
Numérateur + (CA hors champs + CA exonéré sans DD) HT
Certaines précisions doivent être apportées concernant la détermination et l’applicabilité
du prorata de déduction ;

Le prorata applicable au cours d’une année N est calculé sur la base des opérations de
l’année précédente (N-1) ;

Le prorata applicable dans le cas d’une entreprise dont l’activité et totalement
imposable est de 100% ;

L’application du prorata n’est pas automatique. Il ne s’applique qu’à la TVA ayant


grevé les éléments communs, c’est-à-dire les biens et les services qui participent aussi
bien à l’activité ouvrant droit à déduction (qu’elle soit imposable ou exonérée avec
droit à déduction) qu’à l’activité qui n’ouvre pas droit à déduction.

Le prorata de déduction doit représenter l’activité courante de l’assujetti. Tous les
éléments à caractère exceptionnel sont exclus de son calcul, tel est le cas, par exemple, des
produits de cessions d’immobilisations, des indemnités d’assurance, des subventions
d’exploitation.

4-2 Exercice 8 :

Au titre de l’année 2015, le chiffre d’affaire d’une entreprise commerciale s’est composé
comme suit (montants HT) :

6
Ventilation des encaissements

Eléments HT Montants

Ventes de produits imposables sur le marché national 800 000

Ventes de produits exonérés sans droit à déduction 450 000

Ventes à l’export 550 000

Location d’un immeuble à l’état nu à usage d’habitation 200 000

Produits de cession d’immobilisations 165 700

Indemnités d’assurance reçues 324 000

Calcul du prorata :

Le prorata traduit, en principe, le poids des éléments donnant droit à déduction dans le chiffre
d’affaires global. Au numérateur, il comprendra :

- Les ventes au Maroc considérées pour leur montant TVA comprise. Celles-ci étant
imposables, elles donnent à la déduction de la taxe.

- Les ventes à l’export qui, malgré leur exonération donnent droit à la récupération de la TVA.
Au montant de ces ventes il faudra ajouter le montant de la taxe qui aurait était facturée au
client si elles étaient taxables,

 Au numérateur, on trouve :

Eléments Montant TTC

Ventes de produits imposables sur le marché national 960 000

Ventes à l’export 660 000

Total numérateur 1 620 000

7
 Au dénominateur : outre le montant global du numérateur, figurent les
éléments ne donnant pas droit à déduction. Il s’agit des :

- Eléments hors champ d’application de la taxe (location nue de l’immeuble).


200 000 ;

- Eléments exonérés sans droit à déduction (ventes de produits exonérés sans


droit à déduction) 450 000 HT ;

-Sont exclus du calcul du prorata tous les produits exceptionnels. Tel est le cas
dans l’exemple des produits de cession d’immobilisations et des indemnités
d’assurance.

 Prorata de déduction (P) :

P = (1 620 000/ (1 620 000+200 000 +450 000)) = (1 620 000/ 2 270 000) × 100 =

= 71,36%

C’est à dire que la TVA sera :

-Récupérable à 100% lorsqu’elle concerne un élément totalement utilisé dans


l’activité ouvrant droit à déduction ; (déduction totale)

- Récupérable à 71,36%, lorsqu’elle concerne un élément commun à toutes les


activités de l’E/se ; (déduction partielle)

- Non récupérable, quand elle concerne un élément qui ne donne pas droit à la
récupération de la TVA.

4-3 Exercice 9 :

Faisons suite à l’exemple précédent et on suppose les données suivantes :

L’activité est imposable à la TVA au taux normal de 20% :

Les opérations du mois de Juin 2016 :

- Ventilation des encaissements H.T :


Ventes au Maroc : 340 000. 75 % par chèque le reste à crédit

Ventes à l’étranger :230 000. 50 % par chèque et 50 % à crédit

Ventes hors champs de TVA : 45 000 par chèque

8
Ventilation des décaissements

Operations (HT) Montant Règlement


Acquisition d’un micro-ordinateur 120 000 Par chèque
Achats de m/ses soumises à la TVA 86 000 50% par chèque et 50% à crédit de 30
jours
Achats des biens exonérés avec droit de 28 000 75% par chèque et 25% à crédit
déduction
Achats des biens exonérés sans droit de 32 000 Par chèque
déduction
Achat de fournitures de bureau 15 000 En espèces
Frais d’électricité 2 000 En espèces
Frais de téléphone 3 900 En espèces

Fournitures diverses 7 000 En espèces


Frais généraux 3 500 En espèces
Agios bancaires 600 Prélèvement bancaires

TAF : calculer la TVA due du mois de Juin selon le régime des encaissements sachant que
le crédit de TVA pour le mois de Mai est de 4 620 dh.

9
Eléments Calcul Montant

TVA FACTURÉE : 51 000

* Ventes au Maroc 340 000 x 75%x 20% 51 000

*Ventes à l’étranger Exonérées -

* Ventes hors champs de TVA


hors champs de TVA -

TVA récupérable : 32 414,5

Acquisition d’un micro-ordinateur 120 000 x 20% x P71,36% 17 126,4

Achats de m/ses soumises à la TVA 86 000x50%x20% 8 600

Achats des biens exonérés avec droit de 28 000x75% x20% 4 200


déduction

Achats des biens exonérés sans droit de TVA non déductible -


déduction

Achat de fournitures de bureau (5 000/1,2) x20% xP 594,7

Frais d’électricité 2 000 x14% xP 199,8

Frais de téléphone 3 900x 20%xP 556,6

Fournitures diverses (5 000/1,2) x20% xP 594,7

Frais généraux 3 500x20% xP 499,5

Agios bancaires 600x 10% xP 42,8

10
- Report de crédit de TVA - 4 620

TVA due - 13 965,5

N.B : La déduction est partielle, si l’achat est réalisé pour des activité soumises et non
soumises à la TVA.

5. Les régularisations en matière de TVA :

La déduction de la TVA n’est pas définitive. Elle peut être révisée ou


remise en cause, ce qui donne lieu à une régularisation de la taxe déjà
récupérée par l’assujetti. La régularisation se traduit généralement par un
reversement de la TVA au Trésor public, mais elle peut donner lieu à une
déduction complémentaire.

5.1 La facture d’avoir :

Cette facture est établie par le fournisseur à l’occasion d’un retour de


marchandises ou de réductions hors facture. Elle se traduit par une annulation
de l’opération de vente ou une diminution du montant de celle-ci.

A la réception d’une facture d’avoir, le montant de la TVA dont la


déduction a été opérée doit être reversé au trésor public.

5.2 La disparition non justifiée

En cas de vol, d’incendie ou de destruction non justifiée, la TVA ayant


grevé les éléments disparus doit être reversée par l’entreprise au Trésor Public
si elle a déjà fait l’objet d’une déduction.

Il incombe à l’assujetti de justifier la disparition de procès-verbal de la


police judiciaire en cas de vol, une attestation des sapeurs-pompiers en cas
d’incendie, ou tout autre documents établi par les autorités compétentes.

5.3 le cas des créances soldées :

11
- En cas d’insolvabilité justifiée fiscalement (décision de tribunal, faillite…),
l’entreprise placée sous le régime du droit commun annule à la fois la créance
litigieuse pour le montant HT, et la TVA facturée qui ne sera pas versée au
trésor.

- En cas d’insolvabilité non justifiée, la TVA devient exigible et doit être


immédiatement déclarée.

12

Vous aimerez peut-être aussi