Vous êtes sur la page 1sur 2

Questionnaire destiné aux formateurs à l’université

Dans le cadre d’un travail de recherche en doctorat qui consiste à étudier les dysfonctionnements du
système scolaire, notamment la formation des enseignants du FLE, et à comprendre les causes de l’échec
scolaire, vous êtes sollicités afin de renseigner objectivement ce questionnaire. Merci pour votre
collaboration. Prière de ne pas laisser des questions sans réponses.
Profil

Age : .....32....... Sexe : ......M.............


Lieu de formation initiale : ENS Université ITE IFPM
Type de diplôme : ...........Magistère.................................................................. Grade : ........MAA.........................

 Depuis combien d’années exercez-vous dans l’enseignement supérieur ?


De 1 à 5 ans 5 à 10 10 à 20 plus de 20 ans
 Qu’est-ce que pour vous l’acte d’enseigner ?
Enseigner, c’est exercer un transfert de savoir, savoir-faire et savoir être, c’est aussi réussir un projet de formation
d’un citoyen utile à la société.

I. Formation initiale
1. La formation dispensée au niveau de la licence, est-elle une formation pour l’enseignement ?
Oui non
2. Durant les trois années de cursus en licence, avez-vous dispensé aux étudiants des cours :
a) Relatifs à la conception d’une fiche pédagogique ? (C-à-d comment concevoir sa propre fiche
pédagogique)
Oui non
b) Relatifs à la méthodologie de l’évaluation ? (C.-à-d. comment évaluer, et non la définition de ce qu’est
l’évaluation et ses types)
Oui non
c) Pour faire le compte rendu d’une expression écrite ?
Oui non
d) Pour utiliser des signes conventionnels harmonisés lors de la correction d’une expression écrite ?
Oui non
e) Pour concevoir des grilles d’évaluation ?
Oui non
f) Concernant l’approche par les compétences ?
Oui non
3. Les étudiants inscrits dans ce type de formation, effectuent-ils des stages pratiques sur le terrain ?
Oui non
4. Vu que l’un des principaux débouchés d’une licence en langue française à l’université est
l’enseignement, et que la majorité des enseignants sur le terrain sont des titulaires de ce type de
licence, ne serait-il pas plus congruent de donner à cette formation une vocation professionnalisante
au métier d’enseignant ?

Oui non

II. Accompagnement en début de carrière


Que pouvez-vous dire au sujet de la nécessité d’un dispositif de tutelle en début de carrière ?
Il est impératif d’installer ce dispositif, dans la mesure où, comme cité ci-dessus, les aspirants enseignants ne sont
nullement préparés pour cette mission.

III. Les pratiques enseignantes


1. A quoi sert réellement l’évaluation dans le travail pédagogique ? (Cochez 2 réponses au maximum)

Vérifier les apprentissages X


Attribuer une note
Réguler les apprentissages X
Connaître les apprenants en situation de handicap
S’acquitter du contrôle continu

6. Est-il important de s’accorder sur l’utilisation de signes conventionnels harmonisés lors de la


correction des expressions écrites des apprenants et lors de leur compte rendu ?
Oui non

IV. L’échec scolaire


1. Pensez-vous que l’échec scolaire est dû au fait d’avoir sur le terrain des enseignants qui n’ont pas suivi
une formation qualifiante ?
Oui non
2. D’après vous, y a-t-il une réelle application des textes de la nouvelle réforme sur le terrain ?
Oui non
3. Pensez-vous que la réforme mise en place est en incohésion avec la formation initiale et continue des
enseignants ?
Oui non
V. Suggestions :
La réforme proposée par l’institution a failli à sa tâche, la solution doit alors émaner des enseignants
qui doivent davantage partager leurs savoir-faire avec les futurs enseignants et délaisser la définition
traditionnelle de la notion d’enseigner, qui consistait en une simple transmission du savoir.
L’enseignant doit être en mesure de proposer un contenu en adéquation avec les besoins de futur
enseignant qu’il forme, il doit s’inspirer aussi des conditions dans lesquelles « l’apprenti enseignant »
doit faire face en tenant compte de tous les facteurs favorables et défavorables, qu’ils soient sociaux,
psychologiques et même géographiques.