Vous êtes sur la page 1sur 73

RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN FACULTE DES SCIENCES

REPUBLIC OF CAMEROON FACULTY OF SCIENCE


Peace – Work - Fatherland
Département
UNIVERSITÉ DE DSCHANG des Sciences de la Terre
UNIVERSITY OF DSCHANG Department of Earth Science
Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum
BP 96. Dschang (Cameroun) – Tél./Fax (237) 233 45 13 81 BP 67. Dschang (Cameroun)
Website : http://www.univ-dschang.org. Tél (237) 243 69 15 11
E-mail : udsrectorat@univ-dschang.org E-mail : dep.sciencesdelaterre@univ-dschang.org

MEMOIRE DE FIN DE FORMATION

Détermination de la capacité portante d’un sol par la


méthode du pénétromètre statique : application à la
construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala.

En vue de l'obtention du diplôme de Master Professionnel en


Sciences de l’Ingénieur

Option : Géologie Appliquée


Spécialité : Géotechnique

Présenté par :
DIFFO TIOUA Delanoy
Licencié en Physique
Matricule : CM-UDS-12SCI0712

Supervision :
Encadreur académique : Encadreur professionnel :
Dr MANEFOUET Bertille I. Ing. TOUOLA Théophile S.
Université de Dschang LABOGENIE - LITTORAL

Décembre 2017
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

DÉDICACE

Ce travail est dédié :

A mes chaleureux et aimant parents DIFFO Victor et DIFFO

Lucienne qui n’ont cessés de me soutenir et de me montrer l’exemple à

suivre. Puisse Dieu vous bénir pour toujours.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY i


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

REMERCIEMENTS
Je remercie le seigneur Dieu tout puissant sans qui aucune œuvre humaine n’est
possible, pour ses bienfaits et la Grâce divine dont il ne cesse de me combler.

Je suis intimement convaincu que ce sont les échanges et les contacts humains qui font
de nous ce que nous sommes. Ce travail est le fruit d’une succession de rencontres scientifiques
mais surtout humaines. A ce titre, j’aimerais remercier toutes les personnes qui, de près ou de
loin, ont contribué au bon déroulement de ce mémoire.

En particulier, nous tenons à exprimer notre gratitude et remercions :

Pr TSAFACK NANFOSSO Roger, Recteur de l’université de Dschang ;


Pr KENGNI Lucas, Chef du Département des Sciences de la Terre ;
Pr KAGOU DONGMO Armand, tout son staff de coordination et enseignants de ce
programme pour leur dévotion à la tâche ;
Dr MANEFOUET Bertille Ilalie d’avoir encadré la rédaction du présent mémoire ;
M. MOUFO Jean, directeur général du LABOGENIE de nous avoir permis d’effectuer
notre stage au sein de sa structure ;
Nos encadreurs professionnels M. TATCHEMO et M. TOUOLA Théophile Serge pour
leur disponibilité et leurs conseils avisés qui nous ont permis de progresser ;
Tout le staff de la délégation régionale du LABOGENIE du Littoral pour leur
collaboration ainsi que tous les Co-stagiaires qui y étaient ;
Mes parents DIFFO Victor et DIFFO Lucienne, frères et sœurs DIFFO Dumas, DIFFO
Laura, DIFFO Ludivine, DIFFO Carine, DIFFO Lovely, DIFFO Aline, SONKOUE
Maxime, TIWA Steve qui m’ont soutenu sur tous les plans durant cette formation ;
La famille NGANKEU, la famille MOUKETE et la famille TATCHOUSSONG pour
tout leur soutient et différents conseils ;
Tous mes camarades de la quatrième promotion pour les moments passés ensemble,
l’esprit d’équipe et de travail que nous avons développés;
Tous mes amis et particulièrement KAMDEM Yannick, DONTSOP Fred, WABO
Hermann, DJOUFACK Laurent, DJEUMEN Raïssa, DEFOMAGAM Pamela,
MEMIAM Prisca, MOMO Vicky, GUEDONG Gisèle et MAFOTSING Annie pour
l’assistance et le soutien multiforme qu’ils m’ont apportés durant cette formation ;

Enfin, nous remercions tous ceux qui de près ou de loin, d’une manière ou d’une autre ont
contribué à mettre sur pied ce travail.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY ii


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

TABLE DES MATIÈRES


DÉDICACE ................................................................................................................................. i

REMERCIEMENTS .................................................................................................................. ii

TABLE DES MATIÈRES ........................................................................................................ iii

LISTE DES FIGURES ............................................................................................................. vii

LISTE DES TABLEAUX ....................................................................................................... viii

LISTE DES ABRÉVIATIONS ................................................................................................. ix

RÉSUMÉ.................................................................................................................................... x

ABSTRACT ................................................................................................................................ i

INTRODUCTION GÉNÉRALE................................................................................................ 1

CHAPITRE I : GÉNÉRALITÉS ................................................................................................ 3

I.1. Présentation de la structure d’accueil .......................................................................... 3

I.1.1. Historique ............................................................................................................. 3

I.1.2. Organisation, missions, objectifs et stratégies ..................................................... 3

I.1.2.1. Organisation .................................................................................................. 3

I.1.2.2. Missions ........................................................................................................ 5

I.1.2.3. Objectifs ........................................................................................................ 5

I.1.2.4. Stratégies ....................................................................................................... 5

I.2. Présentation de la zone d’étude ................................................................................... 6

I.2.1. Localisation du site du projet ............................................................................... 6

I.2.2. Géographie du site ................................................................................................ 7

I.2.3. Relief .................................................................................................................... 7

I.2.4. Climat ................................................................................................................... 7

I.2.5. Géologie ............................................................................................................... 8

I.3. Revue de la littérature .................................................................................................. 9

I.3.1. Quelques définitions ............................................................................................. 9

I.3.2. Histoire du pénétromètre statique ........................................................................ 9

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY iii


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

I.3.3. Quelques méthodes de calcul de la capacité portante ........................................ 11

CHAPITRE II : MATÉRIELS ET MÉTHODES DE TRAVAIL............................................ 13

II.1. Travaux de terrain ...................................................................................................... 13

II.1.1. Essai de pénétration statique : NF P 94-113 ...................................................... 13

II.1.1.1. Définition, domaine d’application et but .................................................... 13

II.1.1.2. Principe de l’essai ....................................................................................... 13

II.1.1.3. Appareillage ................................................................................................ 14

II.1.1.4. Mode opératoire .......................................................................................... 15

II.1.1.5. Expression des résultats .............................................................................. 16

II.1.2. Prélèvement d’échantillon .................................................................................. 17

II.2. Travaux de laboratoire ............................................................................................... 17

II.2.1. Essai de teneur en eau : NF P 94-050................................................................. 17

II.2.1.1. Définition, domaine d’application et but .................................................... 17

II.2.1.2. Principe et appareillages ............................................................................. 17

II.2.1.3. Mode opératoire .......................................................................................... 17

II.2.1.4. Expression des résultats .............................................................................. 18

II.2.2. Détermination de la masse volumique des particules solides des sols (poids
spécifique), méthode au pycnomètre à eau : NF P 94-054 ............................................... 18

II.2.2.1. Définition, domaine d’application et but .................................................... 18

II.2.2.2. Principe et appareillages ............................................................................. 18

II.2.2.3. Mode opératoire .......................................................................................... 18

II.2.2.4. Expression des résultats .............................................................................. 19

II.2.3. Analyse granulométrique (tamisage à sec après lavage) : NF P 94-056 ............ 19

II.2.3.1. Définition et but .......................................................................................... 19

II.2.3.2. Principe et appareillages ............................................................................. 19

II.2.3.3. Mode opératoire .......................................................................................... 19

II.2.3.4. Expression des résultats .............................................................................. 20

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY iv


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

II.2.4. Limites d’Atterberg : NF P 94-051 .................................................................... 21

II.2.4.1. Définition et but .......................................................................................... 21

II.2.4.2. Principe et appareillages ............................................................................. 21

II.2.4.3. Mode opératoire .......................................................................................... 21

II.2.4.4. Détermination de la limite de liquidité wL .................................................. 21

II.2.4.5. Détermination de la limite de plasticité wP ................................................. 22

II.2.4.6. Détermination de l’Indice de plasticité ....................................................... 22

II.2.5. Essai de cisaillement rectiligne à la boîte de Casagrande : NF P 94-071-1 ....... 23

II.2.5.1. Domaine d'application et but ...................................................................... 23

II.2.5.2. Principe ....................................................................................................... 23

II.2.5.3. Appareillage ................................................................................................ 23

II.2.5.4. Mode opératoire .......................................................................................... 24

II.2.5.5. Expression des résultats .............................................................................. 27

II.2.6. Essai œdométrique: XP P 94 – 090-1 ................................................................. 28

II.2.6.1. Définition et but .......................................................................................... 28

II.2.6.2. Principe ....................................................................................................... 28

II.2.6.3. Appareillage ................................................................................................ 29

II.2.6.4. Mode opératoire .......................................................................................... 30

II.2.6.5. Expression des résultats .............................................................................. 31

II.3. Principe de dimensionnement des fondations superficielles et calcul des tassements


d’un bâtiment ........................................................................................................................ 32

II.3.1. Principe de dimensionnement des fondations superficielles. ............................. 32

II.3.1.1. Cas où la contrainte admissible du sol est connue ...................................... 33

II.3.1.2. Cas où la contrainte admissible du sol n’est pas connue ............................ 34

II.3.2. Calcul des tassements par la méthode œdométrique .......................................... 35

CHAPITRE III : PRÉSENTATION DES RÉSULTATS ........................................................ 37

III.1. Résultats de terrain ................................................................................................. 37

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY v


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

III.1.1. Résultats des sondages à la tarière manuelle ................................................. 37

III.1.2. Données hydrogéologiques............................................................................. 38

III.1.3. Résultats des sondages au pénétromètre statique ........................................... 38

III.2. Résultats des essais de laboratoire ......................................................................... 41

III.2.1. Résultats des essais d’identification de sol ..................................................... 41

III.2.2. Résultats des essais mécaniques sur les échantillons intacts .......................... 42

III.3. Dimensionnement des fondations et calcul de tassement ...................................... 43

III.3.1. Dimensionnement des fondations ................................................................... 43

III.3.2. Calcul de tassement ........................................................................................ 44

CHAPITRE IV : ANALYSE DES RESULTATS ET DISCUSSION ..................................... 46

IV.1. Analyse des résultats techniques ............................................................................ 46

IV.2. Analyse des avantages et des inconvénients de l’outil .......................................... 47

IV.3. Discussion par rapport au dimensionnement des fondations ................................. 47

CONCLUSION GÉNÉRALE .................................................................................................. 49

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 51

ANNEXES ............................................................................................................................... 53

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY vi


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

LISTE DES FIGURES


Organigramme du LABOGENIE ......................................................................... 4
Carte de localisation de la zone d’étude ............................................................... 6
Diagramme ombrothermique de la ville de Douala ............................................ 8
Les pénétromètres développés à travers le temps .............................................. 10
Schéma de principe du pénétromètre statique .................................................... 14
Schéma du pénétromètre statique ...................................................................... 15
Pénétromètre mécanique à friction .................................................................... 16
Représentation des limites d’Atterberg ............................................................. 21
Principe d'un essai de cisaillement rectiligne à la boite de Casagrande ……… 23
Schéma de la boite de cisaillement - Exemple avec la demi-boîte inférieure
mobile……… ........................................................................................................................... 24
Détermination de la fin de consolidation d’une éprouvette dans la boîte de
cisaillement……....................................................................................................................... 26
Détermination des Paramètres de résistance au cisaillement rectiligne à la boîte
de Casagrande ......................................................................................................................... 28
Principe de l’œdomètre. ..................................................................................... 29
Schéma de la cellule œdométrique type Terzagui. ............................................. 29
Courbe de compressibilité .................................................................................. 31
Courbe de consolidation d’un sol fin ................................................................. 32
Principe de calcul de dimensionnement des fondations superficielles .............. 34
Coupe lithologique du sol à la tarière manuelle ................................................. 37
Courbe granulométrique ..................................................................................... 42

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY vii


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1: Moyenne des températures et des précipitations de la ville de Douala entre 2006
et 2016 ………. .......................................................................................................................... 7
Tableau 2: Effort vertical à appliquer aux éprouvettes de sol ......................................... 25
Tableau 3: Récapitulatif des données hydrogéologiques. ................................................ 38
Tableau 4: Récapitulatif des plages de résistance de pointe par sondage et par couche .. 39
Tableau 5: Récapitulatif des résultats des sondages au pénétromètre statique................. 40
Tableau 6: Récapitulatif des résultats d’identification du sol........................................... 41
Tableau 7: Récapitulatif des résultats des essais mécaniques sur échantillon intact ........ 42
Tableau 8: Données primaires du calcul des semelles ..................................................... 43
Tableau 9: Résultats du calcul des dimensions des semelles ........................................... 44
Tableau 10: Résultat du calcul de tassement ...................................................................... 45
Tableau 11: Récapitulatif des portances du sol par couche ................................................ 46
Tableau 12: Type de fondation à différentes profondeurs suivant le coefficient D/B ....... 48

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY viii


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

LISTE DES ABRÉVIATIONS


AG : Analyse Granulométrique ;
AFNOR : Association Française de Normalisation ;
K : Coefficient de perméabilité ;
c et.φ : Cohésion et angle de frottement interne ;
CPT : Cone Penetration Test.
σad : Contrainte admissible ;
qu : Contrainte de rupture sous la pointe ;
σ’p : Contrainte verticale effective de préconsolidation ;
ELS : État Limite de Service ;
ELU : État Limite Ultime ;
Kc : Facteur de portance ;
GPS : Global Positioning System ;
De : hauteur d’encastrement équivalente ;
HRB : Highway Research Board ;
Cc : Indice de compression ;
Cs : Indice de gonflement ou de recompression ;
IG : Indice de Groupe ;
IP : Indice de Plasticité ;
kN : Kilo-Newton ;
B, L et D : Largeur, Longueur et Hauteur d’encastrement de la semelle ;
wL : Limite de Liquidité ;
wP : Limite de Plasticité ;
MPa : Méga Pascals ;
XP : Norme expérimentale ;
NF : Norme Française ;
𝛾s : Poids volumique des grains solides ;
qce : Résistance de pointe équivalente ;
qc : Résistance de pointe ;
w : Teneur en eau ;

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY ix


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

RÉSUMÉ
L’écroulement et les dégradations des immeubles se fait de plus en plus ressentir dans
notre pays le Cameroun. Ces écroulements qui peuvent être dû à la mauvaise qualité du sol
portant les fondations, nous ont amené à étudier la portance d’un sol afin d’éviter d’éventuel
écroulement d’immeuble. Ce projet se situe à Douala, au quartier Kotto. Le sol doit accueillir
un bâtiment R+4 pour des logements d’habitation.

L’objectif de ce travail est de déterminer la capacité portante du sol afin de dimensionner


convenablement les fondations du bâtiment qu’il devra abriter.

Les méthodes utilisées sont les essais d’identification, œdométrique et les sondages au
pénétromètre statique. Elles ont permis de distinguer sept couches de sol de résistance variant
entre 0,2 et 28 MPa, en estimant la descente de charge du bâtiment à 610,60 kN.

Le calcul de la contrainte de rupture et la contrainte admissible du sol nous a révélé que


sur une profondeur de 4 mètres la portance de ce sol n’est pas assez bonne (0,6 bar à 1,54 bar).
Les résistances des sols sont assez faibles dans les couches supérieures (moins de 5 m de
profondeur). Afin d’éviter le recours aux fondations profonde, il a été proposé au maitre
d’ouvrage, tout d’abord de purger le matériau in-situ sur 3 m de profondeur, puis d’utiliser un
matériau grenu compactés par couches successives tel que la grave pouzzolanique trouvée dans
les environs. Ceci permet d’améliorer la portance du sol afin d’avoir une contrainte admissible
(σad) minimale de 2,45 bars à une profondeur de 1,5 m par rapport à la surface libre. Les
fondations superficielles de type semelles isolées de dimensions 1,30 m x 1,95 m y seront
construites.

Les essais de laboratoire effectués sur un prélèvement de sol pris entre 2,00 et 2,30 m
par rapport au niveau libre du sol indiquent qu’il s’agit d’un sable argileux plastique, ayant une
contrainte de préconsolidation (σ’p ) de 34 kPa, une contrainte effective verticale (σ’v0 ) de 23
kPa et ayant un indice de vide (e0) de 0,788.

Mots clés : contrainte admissible, fondation, portance, pénétromètre statique.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY x


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

ABSTRACT
Nowadays, in our country Cameroon, the collapsing of buildings is became a common
phenomenon. This collapsing may be caused by the bad quality of soils carrying the
foundations. This situation call to study the strength soil in other to avoid future collapsing of
buildings. This project is carried out in Douala Kotto quarter with flat land, which it is planned
to build a stair house of five (5) floors.

The objective of this work is to determine the strength of soils in order to settle the size
of the foundation of building it will be carry.

To reach this aim, we use identification, oedmetric and cone penetration test. They
enable to distinguish seven layers of soil with stress of 0,2 and 28 MPa with the building’s
weight estimated at 610,60 kN.

The calculation of the breaking stress and the allowable stress of the ground revealed
that at a depth of 4 meters the lift of this soil is not good enough (0.6 bar at 1.54 bar). Soil
resistance is quite low in the upper layers (less than 5 m deep). In order to avoid the use of deep
foundations, it was proposed, first to purge the material in-situ on 3 m depth, then use a granular
material compacted in successive layers such as the pozzolanic gravel found in the vicinity to
improve the lift of the soil to have a permissible stress (σad) minimum 2.45 bar at a depth of 1.5
m with respect to the free surface. The surface foundations of insulated footings of dimensions
1.30 m x 1.95 m will be built there.

Laboratory tests carried out on a soil sample taken between 2.00 and 2.30 m above
the free ground level indicate that it is a clay and plastic sand with a pre consolidation stress
(σ'p ) of 34 kPa, a vertical effective stress (σ'v0) of 23 kPa and having a vacuum index (e0) 0.788.

Key words: admissible stress, foundation, strength, cone penetrometer.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY i


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

INTRODUCTION GÉNÉRALE
Contexte de l’étude

Le Cameroun, pays situé au cœur de l’Afrique centrale, est un pays en pleine


construction. La qualité de construction des ouvrages de génie civil est un impératif pour notre
cher et beau pays le Cameroun qui se veut émergent à l’horizon 2035. Les ouvrages du génie
civil que l’on retrouve sur le territoire jouent un grand rôle dans le développement. Il s’agit par
exemple d’abriter les personnes et des objets (maisons, immeubles, etc.), d’assurer leur transit
(ponts, tunnels, écluses, etc.) ou de distribuer une ressource vitale (château d’eau, réservoir). La
Géotechnique étant la science qui assure la sécurité des ouvrages, il est donc important de
maîtriser les paramètres géotechniques des sols, supports d’ouvrage afin de construire des
ouvrages stables et durables.

Problématique

Le manque d’étude et de suivi géotechnique sont souvent responsables des écroulements


et de la dégradation des structures. Les sinistres d’ouvrages observés au quotidien dans notre
environnement tel que l’effondrement d’un immeuble R+5 en cours de construction à Douala
au mois de septembre 2015, l’écroulement d’un immeuble de type R+4 à Douala au mois de
Juin 2016 et l’écroulement d’un immeuble de type R+4 à Dschang au mois de septembre 2017
sont autant d’appel à la rigueur scientifique et technique dans la construction de nos ouvrages.
Une principale question se pose dans l’esprit d’un avisé : les études Géotechnique du sol ont-
elles été bien effectuées ?

La préoccupation à mieux répondre à cette question a entrainée ce travail dont le thème


est « détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique :
application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala ».

Objectifs de l’étude

L’objectif principal de cette étude est de déterminer la portance de différentes couches


du sol traversées lors des sondages afin de définir laquelle sera la mieux adapté pour abriter
d’éventuelle fondation. Il est évident que cet objectif ne peut être atteint qu’en passant par des
objectifs élémentaires suivants :

 Identifier et classifier le sol ;


 Déterminer la résistance de pointe du sol;
 Evaluer les dimensions des fondations qui vont être implanté sur ce sol ;

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 1


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

 Evaluer les tassements.

Le présent travail se veut ainsi d’être une analyse critique de l’ensemble des activités
que nous allons effectuer afin de mener à bien l’identification du sol qui va supporter le
bâtiment, précisément les différents sondages et essais menés en laboratoire ainsi que In-situ.
De prime à bord l’établissement d’accueil, le site abritant le bâtiment à construire sera présenté
(premier chapitre), ensuite l’exposé de la méthodologie utilisé sera présentée (second chapitre),
puis les résultats seront donnés (troisième chapitre) suivis de leur interprétations et discussion
(quatrième chapitre). Ce document finira sur les notes d’une conclusion générale contenant
quelques recommandations.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 2


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

CHAPITRE I : GÉNÉRALITÉS
Introduction

Ce chapitre présente la structure d’accueil, la zone d’étude et la revue de la littérature.

I.1. Présentation de la structure d’accueil


Le Laboratoire National de Génie civil (LABOGENIE) est un organisme scientifique et
technique qui réalise des essais et études expérimentales pour la caractérisation des sols,
l’optimisation de la qualité des matériaux de construction et le suivi de leur mise en œuvre
adéquate. C’est une entreprise publique à caractère industriel et commercial restructurée, dotée
d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière de gestion conformément à
l’ordonnance N° 95 / 0003 du 17 août 1995.

I.1.1. Historique
Le LABOGENIE a été créé en 1953 à Douala, sous la dénomination de Laboratoire des
Travaux Publics du Cameroun (LTPC). Il devient après un bref passage sous la tutelle de
l’Office Nationale des Recherches Scientifique et Technique (1975 – 1979), par décret N°80 /
251 du 10 juillet 1980, le Laboratoire National de Génie Civil, en abrégé « LABOGENIE ». Le
décret N°2007/299 du 12 Novembre 2007, le transforme en une société à capital public ayant
l’Etat comme unique actionnaire.

I.1.2. Organisation, missions, objectifs et stratégies


Le LABOGENIE est une structure bien organisée ayant des missions et objectifs précis
qui lui permettent d’avoir une ligne de conduite exceptionnelle pour mener à bien ses tâches.

I.1.2.1. Organisation
Le LABOGENIE, structure bien organisée, est représenté sur le territoire national par :

 Un laboratoire central à Yaoundé, siège social ;


 des laboratoires régionaux, précisément à Douala, Limbé, Garoua et Bafoussam ;
 des laboratoires mobiles et des cellules d’études ou de contrôles géotechniques sur
les chantiers.
L’organigramme du LABOGENIE est présenté par la figure 1.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 3


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Organigramme du LABOGENIE

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 4


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

I.1.2.2. Missions
Le LABOGENIE a pour missions :

 d’apporter au ministère des travaux publics, un appui pour les contrôles périodiques
auprès des laboratoires privés de Génie Civil agréés, en vue du respect des prescriptions
techniques ;
 de mener les études géotechniques ;
 de mener les expertises géotechniques ou géophysiques des assises des ouvrages de
génie civil ;
 d’assurer la formation continue en géotechnique du personnel ;
 le contrôle périodique des laboratoires privés et agréés de Génie Civil ;
 de mener les études normatives en matière d’infrastructures de Génie Civil …

I.1.2.3. Objectifs
Les objectifs visés par le LABOGENIE sont les suivantes :

 Essais sur les matériaux de construction locaux ou importés (fers, sables, graviers,
ciments…),
 Formation en géotechnique,
 Etude Géotechnique des sols de fondation des ouvrages d’art…,
 Implantation, réalisation, développement des forages d’eau,
 Diagnostic sur les ouvrages sinistrés,
 Expertise route, bâtiments, ouvrages d’art, ponts, aéroports, ports, aérodromes…
 Adaptation des infrastructures aux écosystèmes locaux,
 Contrôles Géotechniques des travaux routiers, des bâtiments et ouvrages d’art.

I.1.2.4. Stratégies
Pour la réalisation de ces objectifs, le LABOGENIE est composé d’hommes et de
femmes hautement qualifiés en Géotechnique, Génie Civil, Géologie, Géophysique,
Hydraulique souterraine. Le LABOGENIE se dote en continu d’un matériel et des moyens
techniques les plus innovants et les plus performants de l’heure, adaptés à toutes ses prestations.
Il dispose ainsi :

 d’un laboratoire équipé de matériel d’essai en géotechnique ;


 d’un parc important de matériel de suivi de chantier ;
 des outils informatiques diversifiés.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 5


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

I.2. Présentation de la zone d’étude


I.2.1. Localisation du site du projet
Douala, capitale économique, est l’une des villes côtières du Cameroun. Elle s’étend sur
une plaine et est subdivisée en six arrondissements. Le site d’étude est à Kotto qui est le quartier
administratif de l’arrondissement de Douala V. L’emprise du bâtiment sur le site a pour
coordonnées GPS N4°5’5,64’’ E9°45’20,05’’ à 46,0 mètres d’altitude, il est limité à droite par
un bâtiment R+4 en construction, à gauche par un bâtiment, en arrière par un talus et la façade
principale donne directement sur la route.

Carte de localisation de la zone d’étude

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 6


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

I.2.2. Géographie du site


Douala capitale économique du Cameroun est le chef-lieu de la région du Littoral. Située
dans le département du Wouri, elle est un site portuaire située en bordure de l'océan Atlantique,
au fond du golfe de Guinée, à l'embouchure du fleuve Wouri. Elle a l’un des deux ports que
compte le pays. La ville s'étend sur les deux rives du fleuve et il existe deux ponts pour passer
d'une rive à l'autre parmi lesquelles le second pont est encore en chantier.

I.2.3. Relief
Située sur un plateau dont les points les plus élevés atteignent rarement 1000 m
d'altitude, la ville de Douala a une morphologie dont le terrain évolue des côtes vers l'intérieur
du territoire et devient de plus en plus accidentée lorsqu'on s'éloigne du rivage. Ce relief est
constitué d'un ensemble de vallées pour la plupart à fond plat et humide ou sec.

I.2.4. Climat

La ville de Douala est soumise au climat équatorial de type caméronien et de sous type
côtier, il se caractérise par une température à peu près constante, autour de 27,5°C et des
précipitations très abondantes. Il fait éventuellement deux saisons qui sont : la saison des pluies
qui s’étend de mars à novembre et la saison sèche qui s’étend de décembre à février. L'air est
presque constamment saturé d'humidité. Les valeurs mensuelles et annuelles sont consignées
dans le tableau 1.

Tableau 1: Moyenne des températures et des précipitations de la ville de Douala entre


2006 et 2016 (station météorologique de l’aéroport de Douala).

Mois jan. fév. mars avril mai juin juil. août sep. oct. nov. déc. année
Températur
e moyenne 28,6 28,8 28,8 28,8 28,1 27,0 25,9 25,7 26,4 26,9 27,5 28,2 27,5
(°C)
Précipitatio
25,5 51,4 149,0 228,1 159,5 304,3 369,6 590,3 408,8 278,8 131,2 26,3 2722,8
ns (mm)

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 7


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

350,0 700,0
325,0
300,0 600,0
275,0

Précipitations
250,0 500,0
Température

225,0
200,0 400,0
175,0
150,0 300,0 Précipitations (mm)
125,0
100,0 200,0 Température moyenne
75,0
50,0 100,0 (°C)
25,0
0,0 0,0

Mois

Diagramme ombrothermique de la ville de Douala (P=2T)

I.2.5. Géologie
La zone d’étude fait partir de la plaine côtière du Cameroun qui s’étend des pentes
orientales du mont Cameroun jusqu’à l’embouchure de la Sanaga dans le bassin sédimentaire
de Douala. Ce bassin de forme triangulaire a une superficie d’environ 7000 Km2 (Ngueutchoua,
1996). Il est limité :

- au Nord et à l’Est par les affleurements du socle de la Chaîne Panafricaine d’Afrique


Centrale (CPAC);
- au Nord-Ouest par les épanchements basaltiques de la Ligne du Cameroun (LC) à
travers le Mont Cameroun;
- à l’Ouest et au Sud-Ouest par la côte atlantique ;
- au Sud par la côte atlantique et les formations sédimentaires du bassin de Kribi-Campo.

Le bassin de Douala a subi de multiples transgressions au cours de son histoire


géologique. Les travaux menés par de nombreux auteurs (Njike, 1984 ; Regnoult, 1986 ;
Ngueutchoua, 1996) mettent en exergue un certain nombre de formations qui affleurent ou qui
ont été traversées par des forages pétroliers et/ou reconnues à partir de la sismique. La lithologie
du bassin de Douala présente du haut vers le bas plusieurs formations regroupées suivant leurs
âges de dépôts : sédiments Quaternaire, Tertiaires et secondaires.

Les sédiments du Quaternaire sont représentés dans le bassin de Douala par les
formations du Wouri. C’est une unité non consolidée, sableuse avec intercalations de silts et
d’argiles devenant silteuses en surface.

Les sédiments du Tertiaire sont représentés par les formations de Nkapa, de Souellaba
et de Matanda. Ils sont caractérisés par des marnes, des grès, des silts, des argiles noires ou

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 8


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

brunes, des sables argileux ainsi que des sables fins. Cette formation est caractéristique de notre
site d’étude.

Les formations secondaires sont représentées par la formation de Logbaba et celle du


Mundeck. Ces formations datent du Cénomanien et de l’Albo-aptien et sont constituées de grès,
de sables et d’argiles sableuses fossilifères.

I.3. Revue de la littérature


I.3.1. Quelques définitions
La construction des structures de nos jours nécessite une parfaite maitrise de certains
outils techniques. Il est dès lors nécessaire d’avoir des informations adéquates sur le sol devant
porter cette structure, d’où l’appel à la Géotechnique.

La Géotechnique est l'étude de l'adaptation des ouvrages humains aux sols et roches
formant le terrain naturel. Elle traite de l'interaction sol / structures, et fait appel à des bases de
géologie, de mécanique des sols, de mécanique des roches et de structures.

La capacité portante d'un sol est définie comme la charge maximale par unité de surface
qu'il peut supporter. Au-delà de cette charge, on observe la rupture du sol et l'apparition de
surfaces de glissement dans le sol.

La capacité portante d’un sol est tributaire des performances géomécaniques


caractéristiques de la composition des couches du sol. Elle est une performance technique
spécifique qu'il est indispensable de connaître pour établir le système de fondation d'un ouvrage.
La mesure de cette performance se trouve par deux méthodes : la méthode des essais de
laboratoire qui prend en compte la cohésion et l’angle de frottement interne du sol (méthode C-
φ) ou par des méthodes in situ.

Une fondation est une structure souterraine, destinée essentiellement à transmettre les
charges (pressions) sur les sols se trouvant à une certaine profondeur.

I.3.2. Histoire du pénétromètre statique


Les premiers essais de pénétration statique ont été faits aux Pays-Bas en 1932 grâce à
une conduite de gaz de diamètre intérieur de 19 millimètres. En 1935, le laboratoire de
mécanique de sol de Delft aux Pays-Bas a conçu le premier pénétromètre de 10 tonnes opéré
manuellement. Le cône a été d’abord poussé de 150 millimètres (course maximum) et puis la
tige externe a été abaissée jusqu'à ce qu'elle ait atteint la base du cône. Puis l'enveloppe et les
tiges intérieures ont été abaissées ensemble jusqu'à ce que le prochain niveau ait été atteint et
la résistance de pointe pourrait être mesurée de nouveau. Plus tard, il y avait une amélioration
TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 9
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

en ajoutant une pièce conique juste au-dessus du cône. Le but de cette nouvelle géométrie était
d'empêcher le sol d'entrer dans l'espace entre l'enveloppe et les tiges intérieures (Hassan, 2010).

En 1953, une amélioration significative de l'essai au pénétromètre hollandais a eu lieu,


et cela en ajoutant un manchon de frottement derrière le cône (figure 4b). À l'aide de ce nouveau
dispositif, le frottement local est mesuré en plus de la résistance de pointe. Les mesures ont été
faites chaque 20 cm. Pour la première fois, il était proposé que le rapport de frottement
(frottement sur le manchon / résistance de pointe) pourrait être employé pour classifier des
couches de sol.

Dans les années 60, une pointe électrique a été développée. Les améliorations
principales par rapport aux pointes mécaniques étaient :

- l'élimination des erreurs de lecture dues au frottement entre les tiges intérieures et les
tubes externes ;
- un essai continu avec une vitesse continue de pénétration mais sans besoin d’alterner
les mouvements des différentes pièces du pénétromètre qui influencent la résistance de
pointe ;
- une lecture continue de la résistance de pointe et un enregistrement facile des résultats.

Les pénétromètres développés à travers le temps (Brouwer, 1997)

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 10


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

I.3.3. Quelques méthodes de calcul de la capacité portante


 Les essais aux pénétromètres dynamiques

Il existe 2 types de pénétromètre dynamique qui sont : le pénétromètre dynamique de


type A (dit léger) et le pénétromètre dynamique de type B (dit lourd). Ce sont de moyens simple,
rapide et économique d’investigation des sols in situ. Ils permettent entre autre d’estimer : la
succession de différentes couches de terrain, l'homogénéité d'une couche, la position d'une
couche résistante. Les essais de pénétration dynamique peuvent être réalisés dans tous les sols
fins et grenus dont la dimension moyenne des éléments ne dépasse pas 60 mm autrement dit les
sols où il est difficile de faire des prélèvements intacts.

Le sondage au pénétromètre dynamique (PDA) consiste à enfoncer dans le sol par


battage de manière continue un train de tiges muni en partie inférieure d'une pointe débordante,
tout en injectant une boue de forage entre la paroi du sondage et les tiges et de noter le nombre
de coups de moutons nécessaires (Nd10) pour un enfoncement permanent de la pointe de 10cm.

Le sondage au pénétromètre dynamique (PDB) consiste à enfoncer le sol par battage de


manière continue un train de tige muni en partie inférieure d'une pointe débordante et de noter
le nombre de coups de mouton nécessaire (Nd20) pour un enfoncement permanent de la pointe
de 20 cm.

La résistance dynamique de pointe à la pénétration qd sous l'action du choc du mouton


est donnée conventionnellement par la formule des Hollandais.

Les résultats de l'essai sont représentés sur un graphique avec échelles arithmétiques
donnant en fonction de la profondeur la résistance dynamique de pointe qd.

 L’essai de pénétration au carottier (Standard Pénétration Test – S.P.T.)

L'essai de pénétration au carottier est un essai développé aux USA (United State of
America). Il consiste à déterminer la résistance à la pénétration dynamique d'un carottier
normalisé battu en fond d'un forage préalable. On compte le nombre de coups nécessaires de
mouton pour enfoncer le carottier sur une certaine profondeur. Une fois plein, le carottier est
remonté à la surface, vidé de sa carotte puis redescendu au fond du forage. L’opération est
répétée sur toute la hauteur du profil à tester. L’essai permet, d’une part, de tracer un profil de
pénétration et, d’autre part, de fournir les échantillons de sol remaniés qui peuvent servir à la
reconnaissance des couches traversés et sur lesquels peuvent s’effectuer des essais
d’identification. L’essai s'applique aux sols fins et grenus dont la dimension moyenne des
éléments ne dépasse pas 20 mm.
TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 11
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

L’essai s’effectue en deux phases : La phase d’enfoncement d'amorçage qui consiste à


noter le nombre (N0) de coups de mouton pour enfoncer le carottier de 15 cm et la phase
d’enfoncement d’essai qui consiste à noter le nombre N1 et N2 de coups de mouton pour
enfoncer le carottier deux fois de 15 cm. Ceci nous permet de définir le nombre N=N1+N2 qui
caractérise la résistance à la pénétration. Les résultats de l’essai sont représentés sous forme
d’une courbe de variation de N en fonction de la profondeur.

 L’essai pressiométrique MENARD

L'essai pressiométrique consiste à dilater radialement dans le sol une sonde cylindrique
et à déterminer la relation entre la pression P appliquée sur le sol et le déplacement de la paroi
de la sonde. C'est la réalisation de l'essai dans un forage au préalable, qui différencie
essentiellement cet essai des autres essais pressiométrique réalisés par autoforage ou par
fonçage direct de la sonde par battage ou vérinage. Le pressiomètre comprend deux parties:
l'unité de contrôle, appelée « contrôleur pression – volume (CPV)» et une sonde. L’essai se fait
en générale tous les mètres, mais cela reste au choix selon celui qui le réalise. On applique
suivant une progression arithmétique une pression uniforme sur la paroi du forage et on mesure
l'expansion de la sonde en fonction de la pression appliquée. A chaque palier, on visualise et on
enregistre la pression appliquée et le volume injecté dans la sonde à 15, 30 et 60 secondes. Les
valeurs de pression lues au manomètre et de volume lues au CPV sont corrigées et permettent
de tracer la courbe pressiométrique corrigée ce qui permet de déterminer certains paramètres
permettant de déterminer la capacité portante du sol.

Conclusion

La ville de Douala située à la berge du Wouri, capitale économique du Cameroun est


une ville à caractère marécageux. Le climat est de type équatorial qui est caractérisé par de
fortes précipitations. Malgré ce caractère marécageux, la ville est en plein chantier (routes,
bâtiments etc.), et ces chantiers sont précédés des études de sol pour mener à bien les travaux
de construction. Ces études se font par les méthodes d’essai au laboratoire et sur le terrain.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 12


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

CHAPITRE II : MATÉRIELS ET MÉTHODES DE TRAVAIL

Introduction

Dans le présent chapitre, l’accent est mis sur les travaux effectués sur le terrain et au
laboratoire. La première étape faite sur le terrain sera constituée des sondages au pénétromètre
statique avec un prélèvement d’échantillon de sol. La seconde étape est constituée du traitement
au laboratoire des résultats obtenus sur le terrain avec des études sur l’échantillon de sol
prélevé.

II.1. Travaux de terrain


Les travaux qui ont fait l’objet de terrain sont : quatre essais de sondage au pénétromètre
statique et un puit effectué pour le prélèvement d’un échantillon de sol.

II.1.1. Essai de pénétration statique : NF P 94-113


II.1.1.1. Définition, domaine d’application et but
L'essai de pénétration statique est une méthode d’investigation géotechnique des sols. Il
permet d’avoir une idée du sol sur lequel seront disposées les fondations d’un bâtiment. L’essai
de pénétration statique est réalisé dans tous les sols fins et les sols grenus dont la dimension
moyenne des éléments ne dépasse pas 20 mm. Il a pour but de déterminer la résistance à la
pénétration d’un cône normalisé et éventuellement le frottement latéral mobilisé sur un
manchon de frottement.

II.1.1.2. Principe de l’essai


L'essai de pénétration statique (figure 5) consiste à enfoncer dans le sol, à la vitesse lente
et constante de 2 cm/s, un train de tiges terminé par une pointe munie d'un cône et à mesurer de
manière continue la résistance de pointe statique qc de ce cône.

On peut, en plus, mesurer : l'effort total de pénétration Qt et l'effort de frottement latéral


local Qs sur un manchon situé au-dessus du cône.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 13


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Schéma de principe du pénétromètre statique

II.1.1.3. Appareillage
Le pénétromètre statique est constitué : d’une structure de réaction, d’un système de
fonçage, des trains de tiges et système de guidage, d’un manomètre pour la mesure des données,
d’une pointe avec manchon de frottement comme indiqué à la figure 6.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 14


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Schéma du pénétromètre statique (NF P 94 – 113)

II.1.1.4. Mode opératoire


Avant de débuter l’essai, il est nécessaire d’effectuer des vérifications sur la pointe ce
qui permet d’éliminer les particules de sol ou éléments pouvant gêner le bon fonctionnement
de la pointe.

Pendant l’essai, il faut effectuer l’ensemble de manœuvre suivant :

 faire coïncider l’axe du train de tiges avec celui de l’effort de fonçage ;


 enfoncer les tiges et la pointe verticalement ;
 s’assurer que la structure de réaction reste stable ;
 vérifier que la vitesse de pénétration reste constante ;
 faire la lecture des données tous les 20 cm.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 15


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Remarque : le pénétromètre utilisé dans le cadre de ce travail est un pénétromètre mécanique à


friction (cône de Begemann).

Pénétromètre mécanique à friction (cône de Begemann)

II.1.1.5. Expression des résultats


Les paramètres déduits des mesures de l’essai de pénétration statique sont :

- l’effort de frottement latéral total Qst qui est égal à la différence entre l’effort total de
pénétration Qt et l’effort de pointe Qc, soit :

𝑄𝑠𝑡 = 𝑄𝑡 − 𝑄𝑐 (1)

- la résistance de pointe statique qc qui est égale au rapport entre l’effort de pointe Qc et
la section droite Ac de la base du cône, soit :

𝑄𝑐
𝑞𝑐 = (2)
𝐴𝐶

- le frottement latéral unitaire fs qui est égal au rapport entre l’effort du frottement latéral
sur le manchon Qs et la surface latérale du manchon As, soit :

𝑄𝑠
𝑓𝑠 = (3)
𝐴𝑠

- le rapport de frottement Rf en % qui est égal au rapport entre le frottement latéral unitaire
fs et la résistance de pointe statique qc, soit :

𝑓𝑠
𝑅𝑓 = (4)
𝑞𝑐

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 16


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Les résultats sont présentés sous forme de graphique à échelle arithmétique. Ils sont
représentés par la résistance de pointe statique qc, le frottement unitaire fs et le rapport de
frottement Rf en fonction de la profondeur.

II.1.2. Prélèvement d’échantillon


Le but principal du puits dans notre contexte est de faire un prélèvement intact du sol à
une profondeur défini selon le type de construction à faire.

Le matériel utilisé est constitué d’une pioche, deux pelles, un mètre, un GPS et un appareil
photo numérique.

II.2. Travaux de laboratoire


Les essais effectués au laboratoire nous présentent la nature du sol sur lequel le bâtiment
sera construit.

II.2.1. Essai de teneur en eau : NF P 94-050


II.2.1.1. Définition, domaine d’application et but
La teneur en eau est un paramètre d’état qui permet d’approcher certaines
caractéristiques mécaniques et d’apprécier la consistance d’un sol. L’essai s’applique aux
échantillons de sols intacts ou remaniés. Son but est de déterminer le pourcentage d’eau contenu
dans un échantillon de sol pris à l’état naturel.

II.2.1.2. Principe et appareillages


La perte d’eau d’un échantillon de matériaux est provoquée par étuvage, les masses de
l’échantillon humide et sec sont mesurées par pesage.
L’appareillage est constitué d’une étuve de dessiccation (enceinte thermique à
température réglable à 105°c suivant la norme XP 15-016), des balances de portées maximales
ou minimales avec une incertitude de 1/100 et des tares permettant les pesées des échantillons.
II.2.1.3. Mode opératoire
Pour la réalisation de cet essai, Peser la tare à vide de masse m1 ce qui permet
d’introduire une quantité de matériau de masse comprise entre [300g ; 400g] qui est pesée de
nouveau avec la tare pour fournir la masse humide m2. Il est ensuite placé à l’étuve à 105°C
jusqu’à séchage complet, retiré de l’étuve et pesé de nouveau pour avoir la masse sèche m3.

Remarque : le matériau est considéré comme sec lorsque la masse sèche de deux pesées
successives après étuvage ne varie pas de plus de 2/1000.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 17


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

II.2.1.4. Expression des résultats


La teneur en eau est donnée par :

w(%) = (mw/md) x100 (5)

avec :

mw = m2-m3 (6)

md = m3-m1 (7)

où : mw est la masse d’eau contenu dans le matériau ;

md est la masse du matériau sec.

II.2.2. Détermination de la masse volumique des particules solides des sols (poids
spécifique), méthode au pycnomètre à eau : NF P 94-054
II.2.2.1. Définition, domaine d’application et but
La masse volumique des particules solides du sol (ρs) est le quotient de la masse de ces
particules solides (ms) par leur volume (vs) :

ρs= ms/vs. (8)

Cet essai s’applique à tout échantillon de sol intact ou remanié dont la dimension des
plus gros éléments est inférieure à 2 mm. Il a pour but de déterminer la masse volumique
moyenne d’un matériau.

II.2.2.2. Principe et appareillages


La masse volumique des particules solides est déterminée par pesage tandis que le
volume est mesuré au pycnomètre.

Le matériel nécessaire pour la réalisation de cet essai est : une étuve réglable à 105 °C,
une balance sensible, les pycnomètres de volume minimal 50 cm3, une pissette, une cloche à
vide pour évacuer les bulles d’air, une spatule pour faire le quartage, un bac, une lame de verre,
un entonnoir et une réserve d’eau distillée de 10 litres minimum.

II.2.2.3. Mode opératoire


Cet essai s’effectue comme suit : prélever un matériau de masse 100g et sécher à l’étuve
suivant la norme NF P 94-050, peser les pycnomètres lorsqu’ils sont à remplir d’eau (m1).
Prélever un matériau et le peser (m2) puis l’introduire dans le pycnomètre rempli à moitié.
Placer les pycnomètres dans la cloche à vide pendant 15 minutes afin de vider l’air contenu
dans le mélange matériau + eau. A la fin de ce processus, remplir les pycnomètres d’eau tout

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 18


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

en se rassurant qu’il n’y a plus de bulles d’air à l’intérieur et araser à la lame de verre puis peser
(m3) et déterminer la masse volumique.

II.2.2.4. Expression des résultats


La masse volumique recherchée est calculée par la formule suivante :
𝜌𝑤 .𝑚2
𝜌𝑠 = (9)
𝑚1 +𝑚2 −𝑚3

II.2.3. Analyse granulométrique (tamisage à sec après lavage) : NF P 94-056


II.2.3.1. Définition et but
L’analyse granulométrique par tamisage est l’ensemble des opérations aboutissant à la
séparation (NF P 94-056) selon leur grosseur, des éléments constituants un échantillon, en
employant des tamis à mailles carrées afin d’obtenir une représentation de la répartition de la
masse des particules à l’état sec en fonction de leur dimension. Il a pour but de déterminer la
répartition des particules solides dans un sol suivant leur dimension dans un échantillon afin de
le classifier.

II.2.3.2. Principe et appareillages


L’essai consiste à fractionner au moyen d’une série de tamis un matériau en plusieurs
classes granulaires de tailles décroissantes. Les dimensions de mailles et le nombre des tamis
sont choisis en fonction de la nature de l’échantillon et de la précision attendue. Les masses des
différents refus cumulés ou celles des différents tamisât cumulés sont rapportées à la masse
initiale du matériau, les pourcentages ainsi obtenus sont exploités, soit sous leur forme
numérique, soit sous forme graphique (courbe granulométrique).

Le matériel à utiliser est constitué des tamis de mailles carrées conforme à la norme NF
ISO 565, d’une balance de précision, d’une étuve ventilée réglée à 105°C, d’un dispositif de
lavage, des bacs, d’une brosse et d’un pinceau.

II.2.3.3. Mode opératoire


La réalisation de cet essai se fait comme suit :

- prélever un matériau de sol ou de granulat de masse humide 200 Dm<mh< 500 Dm (Dm
est le diamètre des plus grosses particules) ;
- prélever un second de masse mh’ permettant de déterminer la teneur en eau ;
- immerger le matériau pendant un temps suffisant pour s’assurer de la séparation du sol ;
- procéder au lavage du matériau à l’aide du tamis d’ouverture 0,080 mm ;

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 19


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

- procéder ensuite au séchage à l’étuve à une température de 105°C ;


- après séchage, on passe de la phase de tamisage tout en classant par ordre décroissant
les différents tamis selon l’ouverture.
- introduire le matériau dans la colonne de tamis qui est ensuite tamisé. Un tamisage
approfondit est effectué en reprenant cette fois chaque tamis par ordre décroissant pour
effectuer un autre tamisage dans le but de s’assurer que tout le matériau de classe
inférieur est passé. le refus (cumulé) est pesé et le tamisât est introduit dans le tamis de
maille inférieur, puis le processus est répété jusqu’à la fin.
- la masse sèche ms du matériau utilisée est déterminée par la relation
ℎ 𝑚
𝑚𝑠 = 𝑤(%)+100 × 100 (10)

Où w est la teneur en eau exprimée en pourcentage.

II.2.3.4. Expression des résultats


Le calcul des pourcentages des refus cumulés pour chaque ouverture de tamis est donné
par :

R = (Ri/ms) x100 (11)

Où : Ri est la masse du refus d’ouverture i.

Le pourcentage de tamisât est donné par :

P = 100-R (12)

Les résultats sont présentés sous forme graphique (courbe granulométrique) et tracés sur un
système d’axes semi-logarithmiques, à partir de laquelle on peut déterminer :
- Le coefficient d’uniformité ou coefficient de Hazen :
Cu = d60/d10 13)
- Le coefficient de courbure :
Cc = (d30)² / (d10 x d60). (14)
Où di est le diamètre nominal correspondant à i % de pourcentage de tamisât cumulé.
Si Cu < 2, la granulométrie est uniforme (ou serrée), sinon la granulométrie est étalée (ou
variée). Si Cc est compris entre 1 et 3, le sol est bien gradué sinon il est mal gradué (Tchouani
1993).

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 20


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

II.2.4. Limites d’Atterberg : NF P 94-051


II.2.4.1. Définition et but
Les limites d’Atterberg sont des paramètres géotechniques destinés à identifier un sol et
à caractériser son état au moyen de son état de consistance. On distingue la limite de liquidité
wL, la limite de plasticité wP et l’indice de plasticité Ip (figure 8) qui renseigne sur l’étendue du
domaine plastique du sol. Le but de l’essai est d’identifier et classifier un sol.

Etat Etat Etat


solide plastique liquide
Teneur en eau

0 wP wL w

Ip

Représentation des limites d’Atterberg (NF P 94-051)

II.2.4.2. Principe et appareillages


L’essai s’effectue en deux phases :

- recherche de la teneur en eau pour laquelle un sol placé dans une coupelle à rainurer se
ferme après que son contenu ait subi des chocs répétés.
- recherche de la teneur en eau pour laquelle un rouleau de sol de dimension fixée se
fissure.

Le matériel nécessaire pour la réalisation de cet essai est composé de : un tamis de maille
400 µm d’ouverture, un outil à rainurer, une balance de précision, des tares, une pissette, des
spatules, une étuve, une plaque de marbre, l’appareil de Casagrande.

II.2.4.3. Mode opératoire


La détermination des limites d’Atterberg se pratique sur la fraction du sol qui regroupe
les particules qui passent à travers le tamis d’ouverture 400 µm. le tamisage se fait par voie
humide. Le sol est ensuite séché à une température inférieure ou égale à 60°C. Pour assurer son
homogénéité, l’échantillon soumis à l’essai est malaxé à l’aide d’une spatule sur une plaque en
marbre. Une quantité d’échantillon est prélevée et séchée pour déterminer la limite de plasticité
par rouleau et le reste est utilisée pour déterminer la limite de liquidité.

II.2.4.4. Détermination de la limite de liquidité wL


La pâte obtenue est placée dans la coupelle à l’aide de la spatule, la pâte est partagée en
deux à l’aide de l’outil à rainurer. L’appareil de Casagrande est mis en marche. Dès que la

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 21


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

rainure se ferme sur 1 cm, on note le nombre de chocs N. Prélevée à l’aide de la spatule un
échantillon à l’endroit de la pâte affaissée qui est ensuite pesée et placée à l’étuve jusqu’à
dessiccation complète à la température de 105°C pour déterminer sa teneur en eau. Nettoyer la
coupelle, assécher la pâte par malaxage sur le marbre et répéter le processus pour déterminer
les autres points.

On réalise au moins quatre points. Après détermination des teneurs en eau correspondant
aux nombres de coups N, on trace la courbe w = f(logN) sur un papier semi-logarithmique.

La limite de liquidité est la teneur en eau à laquelle on obtient une fermeture de la rainure
environ sur 1 cm de longueur pour N=25 coups.

Remarque : la différence de coup N entre deux points successifs ne doit pas dépasser 5 sinon
l’essai est à recommencer. Le nombre de coups N doit être situé dans l’intervalle [15 ; 35].

II.2.4.5. Détermination de la limite de plasticité wP


On utilise une partie de la pâte qui a servi pour la détermination de la limite de liquidité.
Après avoir procédé au préalable à sa dessiccation, on malaxe la pâte et on l’étale sur un marbre.
Ensuite, on fait rouler la boule sur le marbre de façon à obtenir un rouleau qu’on amincit pour
obtenir un diamètre de 3 mm et une longueur de 10 à 15 cm de longueur. La limite de plasticité
est atteinte lorsqu’en soulevant légèrement le rouleau par le milieu, il est fissuré ou cassé. Ce
rouleau est alors pesé, puis mis à l’étuve pour déterminer sa teneur en eau qui correspond à sa
limite de plasticité. On effectue une deuxième détermination de la limite wP.

Si les résultats déterminés à partir des deux mesures ne représentent pas un écart
supérieur à 2%, la limite de plasticité retenue sera la moyenne des deux valeurs obtenues sinon
il faut reprendre l’essai.

La limite de plasticité est définie comme étant la teneur en eau exprimée en pourcentage
du poids du sol sec du rouleau qui se brise au moment où son diamètre atteint 3 mm.

II.2.4.6. Détermination de l’Indice de plasticité


C’est la différence entre la limite de liquidité et la limite de plasticité.

Ip= wL – wp (16)

où : wL est la Limite de liquidité ;

wp est la Limite de plasticité ;

Ip est l’Indice de plasticité.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 22


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

II.2.5. Essai de cisaillement rectiligne à la boîte de Casagrande : NF P 94-071-1


II.2.5.1. Domaine d'application et but
La présente norme s'applique aux essais de cisaillement rectiligne réalisés à la boite,
dans des conditions drainées sur tous les types de sols naturels, reconstitués ou artificiels.
L'essai fournit des paramètres de résistance au cisaillement rectiligne des matériaux soumis à
l’essai.

II.2.5.2. Principe
L'essai s'effectue sur une éprouvette de sol placée dans une boite de cisaillement
constituée de deux demi-boîtes indépendantes. Le plan de séparation des deux demi-boîtes
constitue un plan de glissement correspondant au plan de cisaillement de l'éprouvette. Il
consiste à :
- appliquer sur la face supérieure de l'éprouvette un effort vertical (N) maintenu constant
pendant toute la durée de l'essai ;
- produire après consolidation de l'éprouvette sous l'effort (N) un cisaillement dans
l'éprouvette selon le plan horizontal de glissement des deux demi-boîtes l'une par
rapport à l'autre en leur imposant un déplacement relatif δl à vitesse constante ;
- mesurer l'effort horizontal de cisaillement (T) correspondant.

Principe d'un essai de cisaillement rectiligne à la boite de Casagrande


(NF P 94-071-1)

II.2.5.3. Appareillage
L'appareillage spécifique à l'essai comprend :
- le bâti de consolidation ;
- la boite de cisaillement ;
- le dispositif d'application de l'effort normal sur l'éprouvette ;
- le dispositif produisant le déplacement relatif horizontal entre les deux demi-boîtes ;

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 23


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

- le système de mesurage des efforts, des déplacements et du temps.

0-bâtit 8-Dispositif de mesure de l’effort horizontal T


1-Demi-bolte supérieure 9-Dispositif de mesure du déplacement relatif horizontal δl
2-Demi-boite inférieure 10-Dispositif de mesure du déplacement vertical δh
3-Piston rigide 11-Châssis étanche
4-Dispositif d'application de l’effort vertical N 12-Glissière sans frottement
centré sur le piston 13-Système de déplacement à vitesse constante
5-Solidarisation des demi-boites 14-Vis de soulèvement de la demi-boite
6-Plaque drainante supérieure e- Eau déminéralisée
7-Plaque drainante inférieure amovible E- Eprouvette de sol

Schéma de la boite de cisaillement - Exemple avec la demi-boîte


inférieure mobile (NF P 94-071-1)

II.2.5.4. Mode opératoire


 Préparation des plaques drainantes :

Les plaques sont saturées avec de l'eau désaérée et tout surplus d'eau en surface est
éliminé juste avant leur mise en place. Elles sont recouvertes d'un papier-filtre lorsque des
particules de sol risquent de migrer vers les pores des plaques drainantes.
 Préparation des éprouvettes :

La hauteur des éprouvettes, une fois confectionnée, est telle que 6dmax ≤ h ≤ L/2 et
dans ces conditions, le matériau essayé a des éléments dont la dimension maximale est :
 dmax ≤ 5 mm dans le cas de la boite de 60 mm de côté, et
 dmax ≤ 8 mm dans le cas de la boite de 100 mm de côté.
 Pour les Sols cohérents ou reconstitués après compactage
Tailler les éprouvettes de telle sorte que les dimensions de la section droite de
l’éprouvette soient ajustées au mieux à celles de la boite et que la hauteur (h) en millimètres
soit telle que 20 ≤ h ≤ L/2.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 24


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Placer une plaque drainante dans le fond de la demi-botte inférieure. Introduire


l'éprouvette dans les deux demi-boîtes solidarisées au préalable. L'éprouvette est calée dans
la boite de telle sorte que le plan de glissement la partage en deux parties sensiblement
égales.
 Pour les Sols pulvérulents
Après solidarisation des deux demi-boîtes et après avoir mis en place une plaque
drainante dans le fond de la demi-botte inférieure, le matériau est compacté directement
dans la boite qui servira au cisaillement. La masse de sol à introduire dans la boite est
déterminée pour obtenir, après compactage, une éprouvette de masse volumique choisie et
pour que le plan de cisaillement se trouve sensiblement à mi-hauteur de l'éprouvette.

 Réalisation de l'essai :

L'essai comporte le cisaillement d'au moins trois éprouvettes de mêmes dimensions,


préparées dans les mêmes conditions, cisaillées à la même vitesse mais soumises à des
efforts verticaux différents.
 Choix de l'effort vertical à appliquer :
L'effort vertical (N) est déterminé pour chaque éprouvette en fonction des contraintes
normales σ fixées par le géotechnicien responsable. La contrainte verticale maximale appliquée
à la série d'éprouvettes doit être supérieure à la contrainte effective verticale induite dans le sol
après la réalisation de l'ouvrage. Si aucune spécification n'est fournie, choisir les valeurs à partir
des indications données dans le tableau ci-dessous et en respectant la condition précédente.

Tableau 2: Effort vertical à appliquer aux éprouvettes de sol (valeurs en kilo pascals)

σ'vo < 100 ≥ 100

50 0,5 σ'vo

N/A 100 σ'vo

200 2 σ'vo

 Essais sur sols cohérents :


Dès que l'éprouvette a été mise en place, les opérations suivantes se déroulent sans
interruption :

i. Mise en place
La boite de cisaillement contenant l’éprouvette est placée dans le châssis étanche fixé
sur le bâti. Tout en maintenant la solidarisation des deux demi-boîtes :
TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 25
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

 placer le piston muni de sa plaque drainante sur le sommet de l'éprouvette;


 noter, après fixation du système de mesure de l'effort de cisaillement horizontal (T), et
avant application de tout effort, la valeur d'origine du capteur de l'effort (T) ;
 régler la position du capteur de mesure du déplacement relatif horizontal entre les deux
demi-boîtes et noter la valeur d'origine ;
 positionner le capteur de mesure du déplacement vertical du piston par rapport à un
repère fixe et noter la valeur d'origine ;
 appliquer l'effort (N) sur la partie supérieure du piston (Dans certains cas l'ingénieur
géotechnicien peut imposer que la saturation précède l'application de l'effort normal);
 mesurer le déplacement vertical du piston δh en fonction du temps.

ii. Saturation et consolidation


Remplir le châssis contenant la boite de cisaillement d’eau déminéralisée. Mesurer le
déplacement vertical δh du piston en fonction du temps pendant 1 h au moins et jusqu’à
stabilisation. La stabilisation est considérée comme obtenue dès que les mesures permettent de
déterminer une direction asymptotique comme indiqué à la figure ci-dessous. Cette figure
montre également le mode de détermination du déplacement vertical δh en fin de consolidation.

Détermination de la fin de consolidation d’une éprouvette dans la boîte


de cisaillement (NF P 94-071 – 1).

iii. Cisaillement
Déterminer à l'issue de la phase de consolidation, la vitesse maximale de cisaillement
par la relation suivante exprimée en micromètres par minute : Vmax=125/t100 ……....…(17)

avec Vmax ≤ 25 (Où t100 est le temps exprimé en minutes, déterminé par la construction indiquée
à la figure ci-dessus).

 Libérer le système de solidarisation des deux demi-boîtes.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 26


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

 Agir sur les vis de la boite supérieure afin de supprimer le contact entre les deux demi-
boîtes et ramener immédiatement les vis à leur position antérieure.
 Imposer le déplacement relatif des deux demi-boîtes à une vitesse constante V ≤ Vmax.
 Arrêter le cisaillement :
- soit lorsque la variation de l'effort (T), pour un intervalle de mesure correspondant à un
déplacement horizontal δl de 0,5 mm, est inférieure à 1/100 de l’effort maximal,
- soit lorsque le déplacement horizontal δl a atteint au moins 5 mm.

iv. Identification de l’éprouvette après essai


Peser l'éprouvette et noter les particularités (inclusion,...) du plan de rupture.
Déterminer sa teneur en eau comme indiqué dans la norme NF P 94-050.

II.2.5.5. Expression des résultats


Pour chaque éprouvette, calculer :

 la contrainte normale effective σ’ à partir de l’expression


σ’=N/A (18)
L'effort normal est éventuellement corrigé du poids du piston si sa valeur est
supérieure à N/100. Dans les conditions de l'essai, la contrainte normale σ est la
contrainte effective en fin de consolidation.
 la contrainte de cisaillement τ, par la relation
τ=T/A (19)
Les corrections dues à la variation de l'aire de la section cisaillée et au frottement du
sol sur le métal de la boite ne sont pas prises en compte dans la présentation des résultats.
 la teneur en eau du sol avant essai et en fin de cisaillement.
Tracer la courbe contrainte de cisaillement τ en fonction du déplacement horizontal δl
et la courbe contrainte de cisaillement τ en fonction de la contrainte normale σ en utilisant les
mêmes échelles pour toutes les éprouvettes.

Les paramètres de résistance au cisaillement rectiligne sont obtenus à partir de la pente


de la droite pour l’angle φ’ l'ordonnée à l'origine de la droite pour la cohésion C'.

Cependant, il faut préciser que lorsque l'ordonnée à l'origine des droites est négative, reprendre
le calcul en faisant un ajustement linéaire sur les couples de points et leurs symétriques par
rapport à l'origine des axes de coordonnées.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 27


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

a) Courbes de contrainte de cisaillement b) Paramètres de résistance au cisaillement


en fonction du déplacement horizontal pour un critère de rupture défini

Détermination des Paramètres de résistance au cisaillement rectiligne à


la boîte de Casagrande (NF P 94-071 – 1)

II.2.6. Essai œdométrique: XP P 94 – 090-1


II.2.6.1. Définition et but
L’essai œdométrique est un essai de compressibilité sur des matériaux fins, quasi saturés
avec chargement par paliers.

Cet essai permet d’établir, pour un échantillon donné, deux types de courbes :
- la courbe de compressibilité, qui indique le tassement total en fonction du logarithme
de la contrainte appliquée,
- les courbes de consolidation, qui donnent le tassement de l’échantillon en fonction du
temps sous application d’une contrainte constante.

II.2.6.2. Principe
L'essai s’effectue sur une éprouvette de matériau saturé placée dans une enceinte
cylindrique rigide (œdomètre). Un dispositif applique sur cette éprouvette un effort axial
vertical, l'éprouvette étant drainée en haut et en bas et maintenue saturée pendant l’essai (voir
figure ci-dessous). La charge est appliquée par paliers maintenus constants successivement
croissants et décroissants suivant un programme défini. Les variations de hauteur de
l’éprouvette sont mesurées pendant l’essai en fonction de la durée d’application de la charge.

Les paliers de chargement et de déchargement sont maintenus au moins 24 heures et


prolongés si nécessaire dans les conditions fixées par la norme.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 28


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Principe de l’œdomètre (XP P 94-090-1).

II.2.6.3. Appareillage
L’appareil spécifique à la réalisation de cet essai (œdomètre) comprend principalement
le bâti permettant d’appliquer les contraintes de chargement sur l’éprouvette, la cellule
œdométrique, le dispositif d’application de la charge et un système de mesurage. La réalisation
de l’essai nécessite en outre l’appareillage courant pour l’extraction des échantillons de leur
conteneur, la préparation des éprouvettes et la détermination des teneurs en eau et des masses
volumiques des échantillons de sol.

Schéma de la cellule œdométrique type Terzagui (XP P 94-090-1).

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 29


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

II.2.6.4. Mode opératoire


 Préparation de l’éprouvette
L’intérieur de la bague, de diamètre D, ou de l’enceinte œdométrique recevant
l’éprouvette, est légèrement enduit de graisse non dégradable par l’eau. L’éprouvette est
carottée au moyen de la bague œdométrique, ou taillée avec soin aux dimensions de l’enceinte
œdométrique dans laquelle elle est introduite. Elle est arasée sur les deux faces parallèles de a
bague ou de l’enceinte puis pesée.
Compte tenu de la dimension dmax des particules solides qui constituent l’éprouvette,
cette dernière a, une fois confectionné, d’une hauteur Hi d’au moins 10 mm et telle que :
6 dmax ≤ Hi ≤ 0,4 D.

 Déroulement de l’essai
L’essai consiste à soumettre l’éprouvette d’aire de section transversale A à une série de
paliers de chargement et de déchargement d’intensité constante et à mesurer, pour chacun
d’eux, la variation de hauteur ΔH de cette éprouvette au cours du temps.
Le palier de chargement de rang n correspond à une contrainte verticale moyenne σ v(n) sous la
charge N(n) appliquée à l’éprouvette telle que
σv(n) = N(n) / A. (20)
D’un palier à l’autre, le taux d’accroissement de la contrainte i est défini par :
i = (σv(n+1) - σv(n) ) /σv(n). (21)

 Durée des paliers


- Paliers de chargement

Les paliers de chargement sont maintenus 24 h. Néanmoins, pour les sols gonflants, la
durée des paliers de chargement est réduite de telle sorte que l’éprouvette ne présente aucun
gonflement.

- Paliers de déchargement

Les paliers de déchargement sont maintenus au moins 24 h. le passage d’un palier au


suivant ne se fait que si la déformation relative (ΔH/Hi) est inférieur à 5.10-4 pour une durée de
8 h.

 Mesurage du déplacement vertical en fonction du temps

Les relevés de mesure de déplacement vertical sont faits en respectant le mieux possible
des intervalles de temps suivants : 0 ; 15 s ; 30 s ; 1 min ; 2 min ; 4 min ; 8 min ; 15 min ; 30
min ; 60 min ; 2 h ; 4 h ; 8 h ; 24 h …

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 30


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

 Identification de l’éprouvette de sol

Peser l’éprouvette de sol immédiatement après enlèvement du dispositif de chargement


et de mesurage et démontage de la cellule œdométrique. La teneur en eau de l’éprouvette de sol
avant et après essai est déterminée suivant la norme NF P 94-050.

II.2.6.5. Expression des résultats


Les résultats sont exprimés sous forme graphique et nous permettent d’avoir :

- la courbe œdométrique ou de compressibilité

e=f(log(σv)) (22)

donnant les variations de l’indice des vides du sol en fonction de la contrainte effective
verticale appliquée à l’éprouvette ;

Courbe de compressibilité

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 31


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

- la courbe de consolidation donnant la variation de hauteur de l’éprouvette ΔHc en


fonction du temps.

Courbe de consolidation d’un sol fin

Ces courbes permettent de déterminer :

- l’indice des vides du sol en place eo ;


- l’indice de compression Cc ;
- l’indice de recompression Cs ;
- la contrainte de préconsolidation σ’p ;
- les coefficients de consolidation cv, en indiquant la méthode de calcul choisie.

II.3. Principe de dimensionnement des fondations superficielles et calcul des


tassements d’un bâtiment
II.3.1. Principe de dimensionnement des fondations superficielles.
Le calcul des dimensions des fondations superficielles se base sur le principe suivant :
la pression exercée par le bâtiment sur le sol de fondation doit être inférieure ou égale à la
contrainte admissible du sol (Robitaille 1997).

P ≤ σad (23)
avec P = Pression exercée par le bâtiment sur le sol
σad = Contrainte admissible du sol
La pression exercée sur sol par le bâtiment est déterminée par la descente de charge et
doit être fournie par l’ingénieur en chef du projet.

Deux cas de figures se présentent pour le calcul d’une fondation superficielle à savoir :

- Cas où la contrainte admissible du sol est connue par le biais des essais géotechnique in
situ (essai au pénétromètre ou essai au pressiomètre);

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 32


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

- Cas où le calcul se fait sur la base des paramètres mécaniques du sol (essai de
cisaillement) pour avoir la cohésion C et l’angle de frottement interne φ du dit sol.

II.3.1.1. Cas où la contrainte admissible du sol est connue


Soit une semelle rectangulaire de largeur B et de longueur L ; soit b et l les côtés du
poteau transmettant les charges à la fondation. Le calcul s’effectue sur les bases suivantes :

- les dimensions de la semelle doivent être homothétiques à celle du poteau c’est-à-dire


𝑏 𝐵
= , d’où
𝑙 𝐿

𝑏
𝐵 = 𝑙 𝐿. (1) (24)

Il est à noter que A et B sont trouvés avec une valeur arrondie au multiple de 5 cm.

- la pression appliquée au sol par la fondation ne doit pas être supérieure à la contrainte
admissible du sol :

𝑃𝑠𝑒𝑟
≤ 𝜎𝑎𝑑 (2) (25)
𝐴𝐵

Où Pser est la charge de service transmise à la fondation ; AB est la surface de la semelle et

σad est la contrainte admissible.

Pser = 1,35G+1,5Q (26)

où P’ est le poids propre de la semelle.

Les coefficients 1,35 et 1,5 sont des coefficients de sécurité donnés par la norme, ils
servent à compenser les incertitudes sur le calcul des charges :
 1,35 sur les charges permanentes, en général les poids propres (G) qui sont, la
plupart du temps, assez bien connues.
 1,5 sur les charges d’exploitation (Q) ou charges liées à l’utilisation de l’ouvrage,
qui sont moins bien connues et peuvent varier souvent et de manière très
significative.
- la hauteur totale de la semelle est déterminée par l’expression

h = d + 5 cm (27)

d étant la hauteur utile de la semelle

d = max {(B-b)/4 ; (L-l)/4}. (28)

Vérifier que la condition (2) soit respectée après le calcul des dimensions de la semelle.
TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 33
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

.b
Charge
uniformément
centrée .b
.l

.L
1,00m
.h .h
.B .B
Semelle continue Aire de la surface Semelle isolée
portante S

𝑆 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑒𝑛 𝑚² 1er calcul : S=p/σad 𝑏 𝑙


𝐵1 = = 𝐵1 = 𝑆 𝑒𝑡 𝐿1 = 𝑆
𝑙 𝑏
1,00 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑒𝑛 𝑚

Choix des dimensions de la


.B ≥ B1 .B ≥ B1 et L ≥ L1
semelle en multiple de 0,05 m

S = B x 1,00 S=BxL
Condition de rigidité d=max ((B-b)/4 ;(L-l)/4)
Choix de h = d + 0,05m
ℎ étant un multiple de 0,05 m

Vérification du sol :
{(1,35G+1,5Q)/S}≤σad

NON

OUI

CALCUL DES ARMATURES

Principe de calcul de dimensionnement des fondations superficielles

II.3.1.2. Cas où la contrainte admissible du sol n’est pas connue


Le calcul se fait dans ce cas par la méthode dite « c-φ ». Cette méthode est basée sur la
formule de TERZAGHI. Elle utilise les résultats de l’essai de cisaillement pour dimensionner
les semelles d’une fondation. On distingue deux cas majeurs à savoir le cas des semelles filantes
et le cas des semelles isolées.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 34


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

 Cas des semelles filantes

La capacité portante du sol est donnée par la formule de TERZAGHI

𝛾𝐵
𝑞𝑑 = 𝑁𝛾 + 𝛾1 𝐷𝑁𝑞 + 𝑐𝑁𝑐 (29)
2

En tenant compte de l’accroissement réel de la charge appliquée au massif dans le plan de


fondation, on définit une contrainte admissible σad qui sera comparée à la contrainte appliquée
q, résultant de la descente de charge.

𝛾𝐵
𝑁 +𝛾1 𝐷(𝑁𝑞 −1)+𝑐𝑁𝑐
2 𝛾
𝜎𝑎𝑑 = + 𝛾1 𝐷 (30)
3

Dans cette équation, B et σad sont des valeurs inconnues, d’où la deuxième équation

(1,35G+1,5Q)/1.B≤σad. (31)

 Cas des semelles isolées

La capacité portante du sol est donnée par l’équation

0,2𝐵 𝛾𝐵 0,2𝐵
𝑞𝑑 = (1 − ) 𝑁𝛾 + 𝛾1 𝐷𝑁𝑞 + (1 + ) 𝑐𝑁𝑐 (32)
𝐿 2 𝐿

La contrainte admissible est donnée par l’équation

0,2𝐵 𝛾𝐵 0,2𝐵
(1− ) 𝑁𝛾 +𝛾1 𝐷(𝑁𝑞 −1)+(1+ )𝑐𝑁𝑐
𝐿 2 𝐿
𝜎𝑎𝑑 = + 𝛾1 𝐷 (33)
3

Dans le cas des semelles circulaires ou carrées, on a B/L=1.

De ces expressions, γ est le poids volumique du sol sous la semelle, γ1 le poids


volumique du sol au-dessus du plan de la semelle, B la largeur de la semelle, D la profondeur
de la fondation, c la cohésion du sol sous la base de la fondation, L la longueur de la semelle.
Les facteurs Nγ, Nq et Nc sont les facteurs de capacité portante qui sont fonction de l’angle de
frottement interne φ (annexe 11).

II.3.2. Calcul des tassements par la méthode œdométrique


Ici, les tassements se calculent suivant deux cas (Robitaille 1997).

 Tassement d’un sol normalement consolidé

Pour un sol normalement consolidé, la contrainte effective initiale (σ’v0) est égale à la
pression de pré consolidation (σ’p). Toute augmentation de pression produit un nouvel état de
contraintes et entraine ainsi d’importantes déformations. Le tassement est donné par :
TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 35
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

𝐶𝑐 𝜎′𝑣0 +∆𝜎′𝑣
𝑆 = 𝐻0 𝑙𝑜𝑔 [ ] (34)
1+𝑒0 𝜎′𝑣0

 Tassement d’un sol surconsolidé

Dans ce cas, la contrainte effective est inférieure à la pression de pré-consolidation, alors


la surcharge provoque d’abord la recompression du sol jusqu’à un indice des vides
correspondant à la pression de pré-consolidation, et ensuite elle atteint un niveau inégalé,
causant une forte compression du sol et le développement d’un tassement plus profond, d’où
l’utilisation des deux indices (indice de compression et indice de recompression). Le tassement
est donné par

𝐶𝑠 𝜎′𝑝 𝐶𝑐 𝜎′𝑣0 +∆𝜎′𝑣


𝑆 = 𝐻0 { 𝑙𝑜𝑔 [ ]+ 𝑙𝑜𝑔 [ ]} (35)
1+𝑒0 𝜎′𝑣0 1+𝑒0 𝜎′𝑝

H0 = épaisseur initiale de la couche considérée ;

σ’v0 = ∑γiZi (36)

la pression des terres situées au-dessus de la profondeur de calcul de tassement (Zi = épaisseur
des couches situées au-dessus du point de référence des contraintes).

Le point de référence des contraintes est en général le centre de la couche dont on calcule le
tassement.

Δσ’v = Δσ’v(z) = Iq, (37)

accroissement de contrainte apporté par la semelle à la côte z repérée à partir de la base de la


semelle.

I = le coefficient d’influence fonction des dimensions de la semelle et de la profondeur z et lu


sur abaques (annexe 2).

q = pression uniforme ou contrainte appliquée par la semelle.

Les autres paramètres de ces formules sont définis au paragraphe II.2.6.5 du chapitre 2.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 36


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

CHAPITRE III : PRÉSENTATION DES RÉSULTATS

Introduction

Le présent chapitre fait suite au précédent. Au vue des différentes méthodes utilisées
pour mener à bien ce travail, il est important de présenter les différents résultats obtenus après
analyse des données de terrain (sondage au pénétromètre statique) et les données d’essais de
laboratoire (limites d’Atterberg, analyse granulométrique, essai de cisaillement …).

Le travail de terrain consistait à effectuer 4 sondages de sol au pénétromètre statique, 3


sondages à la tarière manuelle et 1 puits pour le prélèvement d’un échantillon de sol intact.

Le travail de laboratoire quant à lui consistait à faire une identification complète du sol
en place et réaliser des essais mécaniques sur des échantillons de sol intact.

III.1. Résultats de terrain


III.1.1. Résultats des sondages à la tarière manuelle
Les sondages à la tarière manuelle nous ont permis d’avoir une idée sur la lithologie du
sol en place à une profondeur de 3 m. la coupe du sol est présentée comme suit :

0,00 m

Terre végétale
0,15 m

Sable argileux

3,00 m

Coupe lithologique du sol à la tarière manuelle

Cette coupe du sol est identique pour les différents sondages qui ont été réalisés. Elle
nous montre l’homogénéité de la formation qui est en place.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 37


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

III.1.2. Données hydrogéologiques


Les sondages au pénétromètre statique se sont effectués sur une profondeur variant entre
19,20 et 20,00 m et aucune venue d’eau n’a été enregistrée. Ces conditions nous donnent le
libre choix quant au type de fondation qui peut être réalisé sur ce site.

Tableau 3: Récapitulatif des données hydrogéologiques.

N° sondage Niveau d’eau

CPT 1 ; CPT 2 ; CPT 3 ; CPT4 Aucune venue d’eau

III.1.3. Résultats des sondages au pénétromètre statique


Les sondages au pénétromètre statique ont été faits suivant la norme NF P 94-113. Ils
nous ont permis d’obtenir des résultats qui ont été par la suite traités afin d’obtenir la résistance
de pointe équivalente, la contrainte de rupture (ultime) du sol et la contrainte admissible du sol.

Le traitement des données a été fait grâce aux hypothèses suivantes :

 Semelle carrée de côté B = 2 m ;


 Facteur de portance pénétrométrique Kc (annexe 12 et 13) pris pour le type de sol sable
A d’après le fascicule 62-V.

La contrainte admissible est calculée à l’ELS et à l’ELU. Tenant compte des conditions
les plus désastreuses, les valeurs à l’ELS seront considérées (meilleur facteur de sécurité, 3).
Les courbes issues de l’exploitation des résultats de terrain sont présentées en annexe 9.

Le tableau 4 récapitule les plages de résistance de pointe qc de chaque sondage par


couche de sol traversée. D’après ce tableau, nous constatons que les différentes couches sont
uniformes (épaisseur) ce qui nous montre que nous avons un sol homogène. Nous observons
un pic de résistance anormale à une profondeur de 6,80 m pour le CPT 1, un accroissement
brusque de la résistance de pointe à partir de 17,80 m pour les CPT 2, 3, et 4 jusqu’à refus or
pour le CPT 1 nous avons de la décroissance ce qui peut montrer que nous avons un bloc
rocheux qui ne s’étend pas dans tout le sol.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 38


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Tableau 4: Récapitulatif des plages de résistance de pointe par sondage et par couche

N° du N° du
sondage Prof (m) qc (MPa) Couches sondage Prof (m) qc (MPa) Couches
e
0,00 - 3,80 0,2 - 1,8 1 couche 0,00 - 4,00 0,4 - 2,0 1e couche
3,80 - 7,60 2,6 - 14,2 2e couche 4,00 - 7,60 2,2 - 8,6 2e couche
7,60 - 9,00 5,0 - 10,2 3e couche 7,60 - 9,80 6,0 - 11,4 3e couche
9,00 - 10,40 9,2 - 15,8 4e couche 9,80 - 13,00 4,0 - 15,0 4e couche
CPT 1 CPT 3
10,40 - 15,80 3,4 - 13,2 5e couche 13,00 - 15,60 9,0 - 15,2 5e couche
15,80 - 18,00 1,8 - 3,4 6e couche 15,60 - 17,80 2,6 - 6,0 6e couche
18,00 - 20,00 3,6 - 16 7e couche 17,80 - 19,40 9,8 - 26,0 7e couche
>20 Arrêt Arrêt >19,40 >26,0 Refus
e e
0,00 - 4,80 0,6 - 1,8 1 couche 0,00 - 4,60 0,6 - 2,0 1 couche
e
4,80 - 7,60 2,4 - 4,2 2 couche 4,60 - 7,60 2,2 - 5,8 2e couche
7,60 - 9,80 4,2 - 12,2 3e couche 7,60 - 9,80 5,6 - 11,4 3e couche
9,80 - 12,40 4,6 - 14,0 4e couche 9,80 - 12,40 4,4 - 14,6 4e couche
CPT 2 CPT4
12,40 - 15,60 8,4 - 17,0 5e couche 12,40 - 15,60 7,2 - 16,6 5e couche
15,60 - 17,80 2,8 - 8,2 6e couche 15,60 - 17,80 3,0 - 6,6 6e couche
17,80 - 19,20 17,0 - 28,0 7e couche 17,80 19,60 13,4 - 28,0 7e couche
>19,20 >28,0 Refus >19,60 >28,0 Refus

La contrainte de rupture sous la pointe est donnée d’après le fascicule 62 titre V par

𝑞𝑢 = 𝑘𝑐 𝑞𝑐𝑒 + γD (38)

Avec

𝐵 𝐷𝑒
𝑘𝑐 = 0,14 [1 + 0,35 ∙ (0,6 + 0,4 𝐿 ) ] (39)
𝐵

1 𝐷+3𝑎
𝑞𝑐𝑒 = 3𝑎+𝑏 ∫𝐷−𝑏 𝑞𝑐𝑐 (𝑧)𝑑𝑧 (40)

Où a = B/2 si B > 1 m
a = 0,5 m si B < 1 m
b = min {a ; h}
h = hauteur de l’élément de fondation contenu dans la formation porteuse.
La contrainte admissible est par l’expression σad=qu/3 et le poids volumique des terres au repos
(γ) est donné par γh = 19,27 KN/m3.

Les profils des contraintes admissibles moyennes obtenus en fonction de la profondeur sont
consignés dans le tableau 5.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 39


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Tableau 5: Récapitulatif des résultats des sondages au pénétromètre statique

CPT 1 CPT 2 CPT 3 CPT 4 Moy. Moy.


prof.
σad σad σad σad σad σad σad σad σad σad
z qce qu qce qu qce qu qce qu
Kc (ELS) (ELU) Kc (ELS) (ELU) Kc (ELS) (ELU) Kc (ELS) (ELU) (ELS) (ELU)
(m) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa)
(MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa)
1 1,34 0,15 0,21 0,069 0,104 1,16 0,16 0,18 0,060 0,090 1,50 0,16 0,24 0,080 0,120 1,33 0,16 0,21 0,069 0,104 0,070 0,105
2 2,01 0,16 0,33 0,109 0,163 1,57 0,17 0,27 0,088 0,133 2,04 0,19 0,38 0,126 0,189 1,82 0,17 0,31 0,102 0,153 0,106 0,160
3 2,62 0,17 0,45 0,148 0,223 2,05 0,18 0,36 0,121 0,181 2,58 0,21 0,54 0,180 0,271 2,32 0,18 0,41 0,137 0,206 0,147 0,220
4 3,85 0,17 0,67 0,222 0,333 2,52 0,18 0,46 0,154 0,231 3,41 0,23 0,80 0,266 0,400 2,96 0,18 0,54 0,180 0,270 0,205 0,308
5 5,01 0,18 0,90 0,299 0,449 3,47 0,18 0,64 0,213 0,320 4,46 0,26 1,15 0,385 0,577 3,94 0,19 0,73 0,243 0,365 0,285 0,428
6 6,29 0,18 1,16 0,386 0,578 5,29 0,18 0,96 0,320 0,480 5,84 0,28 1,65 0,552 0,827 5,62 0,18 1,04 0,345 0,518 0,401 0,601
7 8,78 0,50 4,39 1,463 2,195 6,76 0,50 3,38 1,127 1,690 7,82 0,50 3,91 1,303 1,955 7,34 0,50 3,67 1,223 1,835 1,279 1,919
8 9,78 0,50 4,89 1,630 2,445 8,60 0,50 4,30 1,433 2,149 9,23 0,50 4,62 1,538 2,308 8,95 0,50 4,48 1,492 2,238 1,523 2,285
9 10,05 0,50 5,03 1,675 2,513 9,70 0,50 4,85 1,617 2,425 9,91 0,50 4,96 1,652 2,478 9,82 0,50 4,91 1,637 2,455 1,645 2,468
10 10,55 0,50 5,28 1,758 2,638 11,01 0,50 5,51 1,835 2,753 10,80 0,50 5,40 1,800 2,700 10,93 0,50 5,47 1,822 2,733 1,804 2,706
11 11,42 0,50 5,71 1,903 2,855 12,43 0,50 6,22 2,072 3,108 11,94 0,50 5,97 1,990 2,985 12,21 0,50 6,11 2,035 3,053 2,000 3,000
12 11,20 0,50 5,60 1,867 2,800 14,23 0,50 7,12 2,372 3,558 12,73 0,50 6,37 2,122 3,183 13,50 0,50 6,75 2,250 3,375 2,153 3,229
13 11,17 0,50 5,59 1,862 2,793 14,10 0,50 7,05 2,350 3,525 12,65 0,50 6,33 2,108 3,163 13,40 0,50 6,70 2,233 3,350 2,138 3,208
14 10,11 0,50 5,06 1,685 2,528 13,19 0,50 6,59 2,198 3,296 11,67 0,50 5,84 1,945 2,918 12,46 0,50 6,23 2,077 3,115 1,976 2,964
15 8,74 0,50 4,37 1,457 2,185 12,37 0,50 6,18 2,061 3,091 10,59 0,50 5,30 1,765 2,648 11,50 0,50 5,75 1,917 2,875 1,800 2,700
16 9,03 0,50 4,52 1,505 2,258 15,09 0,50 7,54 2,514 3,771 12,17 0,50 6,09 2,028 3,043 13,64 0,50 6,82 2,273 3,410 2,080 3,120
17 7,62 0,50 3,81 1,270 1,905 18,37 0,50 9,18 3,061 4,591 14,80 0,50 7,40 2,467 3,700 16,84 0,50 8,42 2,807 4,210 2,401 3,602
18 5,84 0,50 2,92 0,973 1,460 15,99 0,50 7,99 2,664 3,996 12,72 0,50 6,36 2,120 3,180 14,61 0,50 7,31 2,435 3,653 2,048 3,072
19 5,14 0,50 2,57 0,857 1,285 15,05 0,50 7,53 2,508 3,763 11,90 0,50 5,95 1,983 2,975 13,73 0,50 6,87 2,288 3,433 1,909 2,864
20 4,51 0,50 2,26 0,752 1,128 13,30 0,50 6,65 2,217 3,325 10,70 0,50 5,35 1,783 2,675 12,25 0,50 6,13 2,042 3,063 1,698 2,548

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 40


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

D’après le tableau 5, les contraintes admissibles à l’ELS varient d’un sondage à l’autre
en fonction de la profondeur. Le dimensionnement des fondations se fera avec les valeurs les
plus défavorables des 4 sondages obtenues à différente profondeur. La couche qui sera proposée
comme celle devant porter la base des fondations devra avoir une contrainte admissible à l’état
limite de service supérieure ou égale à la descente de charge totale de l’immeuble.

III.2. Résultats des essais de laboratoire


III.2.1. Résultats des essais d’identification de sol
L’identification d’un sol se fait suivant des essais bien précis et normés. Elle a pu se
faire grâce à l’essai de teneur en eau, de poids spécifique, l’analyse granulométrique et les
limites d’Atterberg.

La classification HRB utilisée est résumée en annexe 1. Elle nécessite un indice de


groupe qui est calculé comme suit :

IG = (F200-35)[0,2+0,005(LL-40)] + 0,01(F200-15)(IP-10) (41)


où F200 correspond au pourcentage des passants des particules de moins de 80 micromètres.
La nature des matériaux se donne grâce à la classification du sol et l’indice de plasticité du
sol (annexe 5).

Tableau 6: Récapitulatif des résultats d’identification du sol

ANALYSE GRANULOMETRIQUE Limites


prélèvement (m)
Profondeur de

Classification

Nature des
matériaux
ɣs (T/m3)

(ouverture des tamis en mm) d'Atterberg (%)


ω (%)

HRB
IG

2,0 1,0 0,5 0,315 0,16 0,08 LL LP IP

Pourcentage des passants (%) Sable


2,00 – 2,30 54,0 29,4 24,6 2,64 19,2 4 A-7-6(4) argileux et
100 90,4 76,4 57,4 43,7 36,6 plastique

L’indice de plasticité nous indique que nous avons à faire à un sol plastique. Les
sondages à la tarière manuelle ont mis en évidence la nature du matériau comme étant un sable
argileux, ce qui est confirmé par la classification HRB et dont la classe est A-7-5 (4). La courbe
granulométrique est donnée par la figure 20.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 41


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

100,0
90,0
80,0
Tâmisat cumulé (%)
70,0
60,0
50,0
40,0
30,0
20,0
10,0
0,0
0,01 0,1 1 10 100
Ouverture tamis (mm)

Courbe granulométrique

III.2.2. Résultats des essais mécaniques sur les échantillons intacts


Les essais effectués sont l’essai de cisaillement rectiligne à la boîte de Casagrande et
l’essai œdométrique suivant les normes bien définis.

Les résultats de ces essais sont consignés dans le tableau suivant.

Tableau 7: Récapitulatif des résultats des essais mécaniques sur échantillon intact

PROFONDEUR (m) 2,00 – 2,30


ECHANTILLON
NATURE Sable argileux jaunâtre
TENEUR EN EAU NATURELLE ( en % 20,8
POIDS SPECIFIQUE (s) en KN/m3 26,43
3
POIDS VOLUMIQUE APPARENT HUMIDE (h) en KN/m 19,27
PRESSION DE PRECONSOLIDATION σ’p en KPa 34

CONTRAINTE EFFECTIVE VERTICALE σ’vo en KPa 23

INDICE DES VIDES eo 0,788


ESSAI
INDICE DE COMPRESSION Cc 0,06
ŒDOMETRIQUE
INDICE DE GONFLEMENT Cs 0,01

MODULE OEDOMETRIQUE en KPa 23,94

COEFFICIENT DE PERMEABILITE K en cm/s 3,461x10-3

ESSAI DE ANGLE DE FROTTEMENT INTERNE : φ en degré 34,17


CISAILLEMENT COHESION : C en KPa 0.821

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 42


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Les résultats obtenus lors de ces essais nous permettrons de faire le calcul de tassement.
La courbe liée à l’essai de cisaillement est fournie en annexe 5 et celle de la courbe de
compressibilité à l’annexe 6.

III.3. Dimensionnement des fondations et calcul de tassement


III.3.1. Dimensionnement des fondations
 Données primaires

Le cahier de charge nous a fourni les données suivantes :

- fondation superficielle avec semelle isolée ;


- poteau de largeur b = 20 cm et de longueur l = 30 cm ;
- charge de service à l’ELS Pser = 610,60 kN ;
- la résistance caractéristique du béton à 28 jours est de 25,00 MPa.

Le dimensionnement de fondation se fera suivant les principes suivant :

- Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12


- Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99
Les données primaires du calcul de fondation sont récapitulées dans le tableau 8.

Tableau 8: Données primaires du calcul des semelles

Résistance du béton
Pser (kN) b (cm) l (cm)
à 28 jours (MPa)
610,60 20 30 25,00

 Cas du pénétromètre

Quatre sondages au CPT ont été réalisés et le calcul des fondations superficielles a été
fait entre 1 et 6 m de profondeur (σad acceptable à partir de 5m). Les contraintes admissibles à
l’ELS varient avec la profondeur (tableau 5) et les valeurs les plus faibles des sondages ont été
retenues; de ce fait le calcul de fondation se fera avec ces résultats. Les résultats du calcul de
fondation à l’ELS sont consignés dans le tableau 9. Ce calcul fait à l’ELS a pour but de s’assurer
que le bâtiment en question sera stable.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 43


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Tableau 9: Résultats du calcul des dimensions des semelles

σad Semelles
prof. Pser Pser/S
(ELS) b (m) l (m)
z (m) (KN) B (m) L (m) S (m²) d (m) h (m) (MPa)
(MPa)
1 0,067 610,6 0,20 0,30 2,50 3,75 9,38 0,86 0,95 0,065
2 0,101 610,6 0,20 0,30 2,00 3,05 6,10 0,69 0,75 0,100
3 0,140 610,6 0,20 0,30 1,70 2,60 4,42 0,58 0,65 0,138
4 0,179 610,6 0,20 0,30 1,55 2,30 3,57 0,50 0,55 0,171
5 0,245 610,6 0,20 0,30 1,30 1,95 2,54 0,41 0,50 0,241
6 0,359 610,6 0,20 0,30 1,10 1,60 1,76 0,33 0,40 0,347

Au vu des faibles valeurs de la contrainte admissible (tableau 9), les dimensions des
semelles sont très grandes ce qui n’est pas avantageux. À 5 m de profondeur, σad = 0,245 MPa
et les dimensions des semelles sont acceptables et la sécurité est vérifiée grâce à (Pser/S) ≤ σad;
néanmoins on ne peut faire des fondations superficielles à une telle profondeur. Ceci dit, les
fondations superficielles type semelles isolées pourront avoir comme dimensions B =1,30 m, L
= 1,95 m et h= 0,50 m (avec b = 0,2 m et l = 0,3 m) et ancrées à 1,5 m dans le sol après avoir
fait une amélioration du sol afin d’avoir une contrainte admissible minimale de 2,45 bars.
L’amélioration consistera à purger le matériau en place sur 3 m de profondeur minimum et de
le remplacer par un matériau grenu de bonne résistance en le compactant par couches successive
de 25 cm. On pourrait utiliser comme matériau de viabilité la pouzzolane qui est le granulat
grossier des environs de la zone de travail.

III.3.2. Calcul de tassement


Le tassement (S) sous la semelle est donné par la méthode œdométrique tel que présenté
en II.3.2. Le calcul est effectué au coin de la semelle et l’origine des profondeurs est prise au
niveau de la semelle. Les résultats du calcul de tassement sont récapitulés dans le tableau 10.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 44


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Tableau 10: Résultat du calcul de tassement

Largeur B (m) 1,30


Longueur L (m) 1,95
Profondeur Z (m) 1,00 2,00 3,00 4,00
B/Z 1,30 0,65 0,43 0,33
L/Z 1,95 0,98 0,65 0,49
Coef d'influence I 0,173 0,135 0,082 0,032
Pression q (Kpa) 240,39
σ’v0 (KPa) 19,27 38,54 57,81 77,08
Δσ’v (KPa) 41,59 32,45 19,71 7,69
Tassement S (cm) 2,27 4,80 7,41 10,43

Le calcul de tassements sous la semelle donne des valeurs qui croissent avec
profondeur. À 2 mètres sous la semelle, ces valeurs sont acceptables, et à partir de 3 mètres
elles ne le sont plus. Ces tassements sont acceptables à 2 mètres la valeur maximale pour le
tassement sous semelle isolé est de 6,50 cm.

Conclusion

Dans ce chapitre, il était question de présenter les résultats obtenus lors de


l’investigation. Après avoir donc dimensionné les fondations et calculé le tassement, nous
allons procéder dans le chapitre suivant à une analyse des résultats et discussion.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 45


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

CHAPITRE IV : ANALYSE DES RESULTATS ET DISCUSSION

Introduction

Après avoir présenté au chapitre précédant les résultats des données recueillies sur le
terrain et ceux des essais de laboratoire, il est nécessaire de faire une analyse des résultats
obtenus. Ceux-ci se feront sur l’essai de pénétration statique et sur le calcul des fondations.

IV.1. Analyse des résultats techniques


Les sondages de sol ont été effectués par le pénétromètre statique à pointe mécanique
sur une profondeur de 20m environ. La lithologie du site nous présente 7 couches de sol définit
comme suit :

 la première couche d’épaisseur comprise entre 0 et 4 m avec une résistance de pointe


qui varie de 0,4 à 2,0 MPa ;
 la deuxième couche d’épaisseur comprise entre 4 et 7,6 m avec une résistance de pointe
qui varie de 2,2 à 8,6 MPa ;
 la troisième couche d’épaisseur comprise entre 7,6 et 9,8 m avec une résistance de pointe
qui varie de 6,0 à 11,4 MPa ;
 la quatrième couche d’épaisseur comprise entre 9,8 et 13 m avec une résistance de
pointe qui varie de 4 à 15 MPa ;
 la cinquième couche d’épaisseur comprise entre 13 et 15,6 m avec une résistance de
pointe qui varie de 9 à 15,2 MPa ;
 la sixième couche d’épaisseur comprise entre 15,6 et 17,8 m avec une résistance de
pointe qui varie de 2,6 à 6,6 MPa ;
 la septième couche d’épaisseur comprise entre 17,8 et 19,6 m avec une résistance de
pointe qui varie de 9,8 à 28 MPa.

Tableau 11: Récapitulatif des portances du sol par couche

Couches Prof (m) qc (Mpa) σad à l'ELS (Mpa)


1e couche 0,00 - 4,00 0,4 - 2,0 0,060 - 0,266
2e couche 4,00 - 7,60 2,2 - 8,6 0,213 - 1,463
3e couche 7,60 - 9,80 6,0 - 11,4 1,432 - 1,835
4e couche 9,80 - 13,00 4,0 - 15,0 1,903 - 2,350
5e couche 13,00 - 15,60 9,0 - 15,2 1,685 - 2,514
6e couche 15,60 - 17,80 2,6 - 6,6 1,505 - 3,061
7e couche 17,80 - 19,60 3,6 - 28,0 0,751 - 2,664
TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 46
Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

D’après le tableau 11, la première couche du sol a des valeurs faibles de contraintes
admissibles à l’ELS malgré le fait que certains sondages présentent quelques valeurs (0,266
MPa) acceptable à 4 mètres de profondeur. Il ressort que cette couche n’est pas propice pour le
dimensionnement des semelles de la fondation. Ceci conduit à faire un calcul de fondation allant
jusqu’à 6 mètres dans le sol (σad acceptable) afin de définir des dimensions optimales (1,30 m
x 1,95 m) pour les semelles (tableau 9). Ceci s’est fait pour une contrainte admissible minimale
𝑃𝑠𝑒𝑟
σad = 0,245 MPa et la sécurité y est respectée ( ≤ 𝜎𝑎𝑑 ).
𝑆

L’optimisation de ces dimensions a conduit au calcul de tassements (tableau 10). À 2 mètres de


profondeur, il est évalué à 4,80 cm. Selon les recommandations du quatrième congrès
international de Mécanique des Sols, à Londres en 1956, ce tassement, lorsqu’il est total, est
acceptable pour tout type d’ouvrage.

IV.2. Analyse des avantages et des inconvénients de l’outil


Cet essai a l’avantage de donner des résultats assez précis sur la qualité du sol traversé,
il est rapide et fourni un profil continu du sol puisqu’il produit des informations après chaque
20 cm. Convenable pour les sols mous, il permet la mesure simultanée de l'effort de pointe et
du frottement latéral, il est économique et productif.

Néanmoins, il ne convient pas pour tous types de sol (sol de dimension donc la
granulométrie est supérieur à 20 mm) et ne permet pas de faire des prélèvements d’échantillon
de sol. L’installation de l’appareil sur le site de travail est assez délicate lorsque celui-ci est fixé
sur une remorque. Bien qu’étant très précis cet essai, la fiabilité de ces résultats dépend de
l’opérateur.

IV.3. Discussion par rapport au dimensionnement des fondations


Il existe trois grands types de fondations en terme de profondeur (NGAPGUE, 2016-
Support de cours des Matériaux de Construction et Fondation) : Les fondations superficielles
(D/B<4) où D est la profondeur d’encrage de la semelle, les fondations semi-profondes ou puits
(4≤D/B<10) et les fondations profondes (10≤D/B).

Pour une fondation superficielle, l’on distingue : Les semelles isolées (où L/B≤5), les
semelles continues (où 5<L/B) et le radier général si la surface totale des semelles est supérieure
à 50% de l’emprise du bâtiment au sol.

Du dimensionnement des fondations effectué en III.3.1, il est nécessaire de s’assurer de


respecter les normes à savoir quel type de fondation est approprié pour les dimensions de

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 47


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

semelles obtenues. Cela se justifie par la valeur du quotient D/B. Le tableau suivant défini les
types de fondation à adopter à différents profondeur suivants la valeur de D/B.

Tableau 12: Type de fondation à différentes profondeurs suivant le coefficient D/B

prof. Z (m) 1 2 3 4 5 6
D (m) 1 2 3 4 5 6
B (m) 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30 1,30
D/B 0,77 1,54 2,31 3,08 3,85 4,62
fondation fondation fondation fondation fondation fondation
type de
superficielle superficielle superficielle superficielle superficielle semi-
fondation à
(semelle (semelle (semelle (semelle (semelle profonde
adopter
isolée) isolée) isolée) isolée) isolée) (puits)

Il ressort de ce tableau que sur les 5 premiers mètres, il est susceptible d’avoir des
fondations superficielles, ce qui respecte la norme qui stipule que le rapport D/B ne doit pas
être supérieur à 4 pour les fondations superficielles.

Conclusion

Il était question de faire une analyse et une discussion par rapport aux résultats au
pénétromètre statique et au dimensionnement des fondations. Nous allons à présent donner
quelques recommandations à suivre afin de bien mener l’exécution des travaux de construction
des fondations.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 48


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

CONCLUSION GÉNÉRALE
Le travail ainsi achevé avait pour objectif de déterminer la portance d’un sol en vue de
dimensionner les fondations d’un bâtiment de type R+4 pour des logements. Il se veut ainsi de
montrer l’importance de l’étude du sol avant toute construction de bâtiment afin de déterminer
le niveau approprié pour la base des fondations.

Afin d’atteindre cet objectif, 4 sondages de sol ont été effectués par le pénétromètre
statique à pointe mécanique sur une profondeur de 20 m environ. Il ressort de cette étude que
le site présente une lithologie variable ayant 7 couches comme l’indique le tableau 4 et chacune
de ses couches a une certaine résistance.

Il se dégage d’après le tableau 5 que la première couche du sol a une portance de sol
faible allant de 0,6 bar à 1,54 bar (valeur minimale). Ces valeurs montrent que cette couche ne
peut porter des fondations superficielles de type semelles isolées.

Le calcul de fondation a ainsi été fait jusqu’à 6 mètres dans le sol comme l’indique le
tableau 9 et les résultats obtenus ont été satisfaisant entre 5 et 6 mètres ce qui a permis de retenir
comme dimension de la semelle isolée 1,30 m x 1,95 m avec une hauteur de 50 cm. Couplant
ses résultats à ceux de l’essai œdométrique, le calcul de tassement s’est effectué et on a eu une
valeur de 4,80 cm à 2 mètres sous la semelle ce qui est acceptable.

Cependant, tout ne réside pas sur l’ingénierie des fondations pour éviter des problèmes
d’écroulement et des dégradations fréquentes enregistrés dans les ouvrages de Génie Civil au
Cameroun. Bien plus l’application judicieuse des règles de l’art qui régissent les constructions,
le test des matériaux, le suivi de la mise en œuvre, la lutte contre des personnes non formées et
mal formées seront d’un très grand recours. Cela diminuerait sans doute des problèmes et
surtout des morts d’homme suite aux accidents.

Le calcul des fondations a donné des dimensions très élevées dans la première couche
ce qui n’est pas acceptable du point de vue économique. Afin de pouvoir implémenter les
dimensions obtenues (1,30 m x 1,95 m), il est recommandé :

 du point de vue technique, afin d’éviter le recours aux fondations profondes, il serait
judicieux de faire une étude sur la grave pouzzolanique qui est très accessible dans la
localité afin d’améliorer la portance de sol qui pourra être portée à 2,45 bars ceci dans
le but d’avoir des dimensions raisonnables pour les semelles de fondations superficielles
qui seront ancrées à 1,5m. La reconstruction du sol se fera sur toute l’emprise du
bâtiment afin d’avoir un sol homogène.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 49


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

 du point de vue administratif, il est nécessaire de faire contrôler l’exécution des travaux
par des ingénieurs qualifiés afin d’éviter tout malentendu qui pourrait être préjudiciable
dans l’avenir.

En guise de perspective, il serait judicieux de faire une étude comparative pour le


dimensionnement des fondations entre l’essai de pénétration statique et les essais de laboratoire.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 50


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

BIBLIOGRAPHIE
AFNOR, 1991, Norme expérimentale NF P 94-054 - Sols : reconnaissance et essais.
Détermination de la masse volumique des particules solides des sols : méthodologie et
procédures, 8p.

AFNOR, 1993, Norme expérimentale NF P 94-051 - Sols : reconnaissance et essais.


Détermination des Limites d’Atterberg: méthodologie et procédures, 16p.

AFNOR, 1994, Norme expérimentale NF P 94-071-1 - Sols : reconnaissance et essais. Essai


de cisaillement rectiligne direct à la boite : méthodologie et procédures, 16p.

AFNOR, 1995, Norme expérimentale NF P 94-050 - Sols : reconnaissance et essais.


Détermination de la teneur en eau pondérale des matériaux : méthodologie et procédures, 8p.

AFNOR, 1996, Norme expérimentale NF P 94-056 - Sols : reconnaissance et essais. Analyse


granulométrique : méthodologie et procédures, 16p.

AFNOR, 1996, Norme expérimentale NF P 94-113 - Sols : reconnaissance et essais. Essai de


pénétration statique : méthodologie et procédures, 16p.

AFNOR, 1997, Norme expérimentale XP P 94-090-1 - Sols : reconnaissance et essais. Essai


œdométrique : méthodologie et procédures, 24p.

Enyegué Achille C., 2016. Technique de reconnaissance géotechnique des sols de fondations
des ouvrages: application au projet de construction d’un bâtiment de type SS+R+4 dans la
ville de Yaoundé-CAMEROUN. Master professionnel en sciences de l’ingénieur, Univ.
Dschang, Dschang-Cameroun, 103 p.

Hassan Ali, 2010. Caractérisation améliorée des sols par l’essai de chargement de pointe au
piézocônes. Application au calcul des fondations profondes. Thèse de doctorat, Univ. Blaise
Pascal - Clermont II, France, 324 p.

Kognonsa Blaise C., 2004. Méthodologie de dimensionnement des fondations d’ouvrages d’art
en béton armé: application aux ponts-routes sur micro-pieux. Projet de fin d’étude, Univ.
Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar-Sénégal, 151p.

Mbesse C.O., Roche E., Ngos III S., 2012. La limite Paléocène-Eocène dans le Bassin de
Douala (Cameroun): Biostratigraphie et essai de reconstitution des paléoenvironnements par
l’étude des Dinoflagellés. Geo-Eco-Trop., 2012, 36: p83-119.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 51


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Ngueutchoua G., 1996. Etude des faciès et environnements sédimentaires du quaternaire


supérieur du plateau continental camerounais. Thèse de Doctorat Univ. Perpignan 4, 288 p.

Njike Ngaha PR., 1984. Contribution à l’étude géologique, stratigraphique et structurale de la


bordure du bassin Atlantique du Cameroun. Thèse de Doctorat 3ème cycle, Univ. Yaoundé I,
Yaoundé-Cameroun, 131 p.

Regnoult J., 1986. Synthèse géologique du Cameroun. Ministère des Mines, Yaoundé-
Cameroun, 119 p.

Robitaille V., Tremblays D., 1997. Mécanique des sols, théorie et pratique. Modulo, 649p.

Tchouani Nana J.M., 1999 ; M.a.j. Callaud M., 2004. Cours de mécanique des sols, tome 1,
propriétés des sols. Institut international d’ingénierie de l’eau et l’environnement. Groupe
EIER-ETSHER, 137 p.

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 52


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

ANNEXES
Annexe 1: Classification américaine des sols HRB

SOLS GRENUS SOLS FINS


Classification générale
(35% au maximum passant au tamis de 80 µ) (plus de 35% passant au tamis de 80 µ)
Groupe ou sous – groupe de A-1 A-2 A-7
classification A-1-a A-1-b A-3 A-2-4 A-2-5 A-2-6 A-2-7 A-4 A-5 A-6 A-7-5 A-7-6

Analyse granulométrique
% passant au tamis
2 mm……………………… Max.50
0,5 mm…………………… Max.30 Max.50 Min.51
80 microns……………… Max.15 Max.25 Max.10 Max.35 Max.35 Max.35 Max.35 Min.36 Min.36 Min.36 Min.36 Min.36
Caractéristiques du mortier
(fraction passant au tamis de
0,50 mm)
Limite de liquidité …. Max.40 Min.41 Max.40 Min.41 Max.40 Min.41 Max.40 Min.41 Min.41
Indice de plasticité …. Max.6 Max.6 NP Max.10 Max.10 Min.11 Min.11 Max.10 Max.10 Min.11 Min.11 Min.11
Ip<LL-30 Ip>LL-30
Indice de groupe 0 0 0 Max.4 Max.8 Max.12 Max.16 Max.20
Type de matériaux habituels Pierres, graviers et sable Sable fin Graviers et sables limoneux ou argileux Sols limoneux Sols argileux
significatifs
Estimation générale comme
EXCELLENT à BON PASSABLE à MAUVAIS
sous – sol de chaussée
NOTA : Pour chaque sol identifié, on indiquera après son symbole de groupe, son indice de groupe entre parenthèses : Exemple : A-2-6(3) ou A-7-5(17)

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 53


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 2: Courbe pour détermination de l’accroissement de contraintes verticales sous le


coin d’une surface rectangulaire uniformément chargée.

Annexe 3: Caractérisation des sols à partir de l’indice de plasticité (NFP 94-051)

Indice de plasticité (IP) Degré de plasticité

0<IP<5 Non plastique

5<IP<15 Peu plastique

15<IP<40 Plastique

IP>40 Très plastique

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 54


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 4: Diagramme de plasticité (Fascicule 62, titre V, Annexe E1 p. 117)

Annexe 5: Résultat de l’essai de cisaillement

courbe de cisaillement
90 droite de cisaillement
contrainte de cisaillement τ en KPa

80 τ en Kpa Linéaire
70
90,0
à 0,28 bar 80,0
60 y = 0,6918x + 0,821
à 0,54 bar 70,0
50 60,0
τ en Kpa

à 1,08 bar 50,0


40 40,0
30,0
30
20,0
20 10,0
0,0
10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100110120
0 σN en Kpa
0,00 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00
déformation en cm

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 55


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 6: Courbe de la compressibilité

0,850 σ‘p
M
0,800 D
C L
0,750
Indice des vides

0,700

0,650

A
0,600 B

0,550
N
0,500

0,450
1,000 10,000 100,000 1000,000
Contrainte verticale (KPa)

Annexe 7: Abaque d’identification des sols d’après Robertson & Campanella

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 56


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 8: Fiche d’essai du CPT 1

PROFOND (m) EFFORT TOTAL (KN) POINTE (KN) POINTE+ LOCAL (KN)
0,00 0,0 0,0 0,0 0,0
0,20 2,2 3,0 0,2 0,6
0,40 1,2 2,0 0,8 1,2
0,60 1,6 6,0 1,0 2,0
0,80 3,2 5,2 1,0 2,0
1,00 2,2 4,2 1,0 2,2
1,20 1,8 4,0 1,0 2,2
1,40 1,6 4,0 1,0 2,0
1,60 1,8 4,0 1,0 2,0
1,80 1,8 4,0 1,0 2,2
2,00 1,6 4,2 1,2 2,4
2,20 1,8 4,6 1,2 2,8
2,40 2,0 5,0 1,2 2,8
2,60 2,6 5,6 1,2 2,8
2,80 2,4 6,0 1,6 3,2
3,00 3,0 7,0 1,6 3,2
3,20 3,4 7,6 1,8 3,4
3,40 4,0 8,0 1,8 3,4
3,60 4,4 8,4 1,8 3,2
3,80 4,2 8,6 1,8 3,4
4,00 4,8 10,2 2,6 4,6
4,20 6,0 12,0 2,6 5,4
4,40 6,6 14,2 3,2 6,2
4,60 8,6 15,8 3,2 6,0
4,80 8,8 14,6 2,8 5,0
5,00 8,6 14,0 2,6 6,0
5,20 8,2 14,4 3,2 6,2
5,40 8,6 15,0 3,6 6,6
5,60 8,0 15,8 2,8 7,2
5,80 8,8 16,0 3,2 7,0
6,00 9,4 16,0 3,4 7,8
6,20 9,6 17,0 3,6 8,0
6,40 10,0 17,0 4,2 8,4
6,60 9,6 16,0 4,2 8,4
6,80 10,2 17,0 14,2 18,0
7,00 18,0 20,0 3,6 8,2
7,20 9,8 16,0 3,8 7,8
7,40 8,8 15,8 3,8 7,4
7,60 10,2 16,0 2,8 8,6
7,80 9,8 24,0 10,2 15,8
8,00 17,0 22,0 9,4 13,0
8,20 15,2 20,0 8,4 11,0
8,40 15,2 20,0 8,6 12,4
8,60 12,4 22,0 5,0 8,0
8,80 16,6 20,0 6,8 10,0
9,00 15,0 20,0 6,6 11,2
9,20 15,0 23,0 10,0 15,4
9,40 16,0 28,0 12,6 16,0
9,60 19,0 29,0 13,0 17,0
9,80 20,0 30,0 12,8 17,0
10,00 22,0 34,0 15,8 20,0

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 57


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

10,20 25,0 36,0 12,2 17,0


10,40 25,0 32,0 9,2 13,0
10,60 24,0 30,0 6,4 9,4
10,80 18,0 25,0 5,0 8,4
11,00 14,2 22,0 3,4 5,6
11,20 14,6 18,0 6,0 9,0
11,40 14,6 22,0 7,6 10,2
11,60 14,2 19,0 8,4 11,4
11,80 13,6 20,0 7,6 9,8
12,00 12,8 18,0 5,6 9,8
12,20 13,0 24,0 10,4 12,2
12,40 13,0 22,0 8,8 13,0
12,60 16,0 23,0 11,2 14,4
12,80 18,0 26,0 6,0 9,0
13,00 13,0 18,0 3,6 7,4
13,20 13,2 18,0 9,2 11,0
13,40 15,2 23,0 11,8 15,4
13,60 17,0 26,0 12,6 16,0
13,80 17,0 24,0 7,0 11,6
14,00 18,0 28,0 12,2 15,4
14,20 20,0 28,0 13,2 17,0
14,40 20,0 30,0 12,6 17,0
14,60 20,0 30,0 9,8 14,0
14,80 17,0 30,0 11,0 15,2
15,00 20,0 28,0 13,2 18,0
15,20 19,0 29,0 9,6 15,4
15,40 20,0 26,0 6,2 11,0
15,60 17,0 24,0 11,0 16,0
15,80 20,0 26,0 6,0 9,6
16,00 18,0 20,0 2,8 8,0
16,20 11,2 15,4 2,6 5,6
16,40 13,2 16,0 3,4 6,6
16,60 6,8 13,0 3,2 7,0
16,80 6,8 14,2 3,0 6,4
17,00 8,4 15,4 1,8 5,0
17,20 10,6 16,0 3,2 5,6
17,40 11,4 16,0 3,2 5,0
17,60 14,0 19,0 1,8 4,8
17,80 15,8 20,0 1,8 4,8
18,00 15,8 22,0 2,6 8,2
18,20 15,8 32,0 15,2 20,0
18,40 24,0 44,0 16,0 22,0
18,60 28,0 50,0 14,6 20,0
18,80 26,0 44,0 6,4 12,2
19,00 28,0 42,0 6,4 10,6
19,20 26,0 36,0 16,0 20,0
19,40 28,0 44,0 3,8 8,6
19,60 24,0 30,0 3,6 8,4
19,80 25,0 33,0 4,2 9,0
20,00 24,0 32,0 4,0 8,8

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 58


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 9: courbe de l’essai de pénétration statique du CPT 1

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 59


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 10: Classification des sols d’après la résistance de pointe qc d’après le Fascicule
n°62 Titre V p. 116

Pénétromètre CPT
Nature du sol Classe Description
qc (MPa)
A Argiles et limons mous. < 3,0
Argiles- Limons B Argiles et limons fermes. 3,0 - 6,0.
C Argiles très fermes à dures > 6,0
A Lâches. < 5,0
Sables- Graves B Moyennement compacts. 8,0 -15,0
C Compacts. > 20
A Molles. < 5,0
Craies B Altérées. > 5,0
C Compacte. --
Marnes A Tendres. --
Marno- calcaires B Compacts. --

Annexe 11: Facteurs de capacité portante du sol en fonction de l’angle de frottement

φ[°] Nc Nq Nγ φ[°] Nc Nq Nγ φ[°] Nc Nq Nγ


0 5.14 1.00 0.00 17 12.34 4.77 3.53 33 38.64 26.09 35.19
1 5.38 1.09 0.07 18 1310 5.26 4.07 34 42.16 29.44 41.06
2 5.63 1.20 0.15 19 13.93 5.80 4.68 35 46.12 33.30 48.03
3 5.90 1.31 0.24 20 14.83 6.40 5.39 36 50.59 37.75 56.31
4 6.19 1.43 0.34 21 15.82 7.07 6.20 37 55.63 42.92 66.19
5 6.49 1.57 0.45 22 16.88 7.82 7.13 38 61.35 48.93 78.03
6 6.81 1.72 0.57 23 18.05 8.66 8.20 39 67.87 55.96 92.25
7 7.16 1.88 0.71 24 19.32 9.60 9.44 40 75.31 64.20 109.41
8 7.53 2.06 0.86 25 20.72 10.66 10.88 41 83.86 73.90 130.22
9 7.92 2.25 1.03 26 22.25 11.85 12.54 42 93.71 85.38 155.55
10 8.35 2.47 1.22 27 23.94 13.20 14.47 43 105.11 99.02 186.54
11 8.80 2.71 1.44 28 25.80 14.72 16.72 44 118.37 115.31 224.64
12 9.28 2.97 1.69 29 24.86 16.44 19.34 45 133.88 134.88 271.76
13 9.81 3.26 1.97 30 30.14 18.40 22.40 46 152.10 158.51 330.35
14 10.37 3.59 2.29 31 32.67 20.63 25.99 47 173.64 187.21 403.67
15 10.98 3.94 2.65 32 35.49 23.18 30.22 48 199.26 222.31 496.01
16 11.63 4.34 3.06

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 60


Détermination de la capacité portante d’un sol par la méthode du pénétromètre statique : application à la construction d’un bâtiment de type R+4 à Douala

Annexe 12: Valeur du coefficient de portance Kc pour les fondations superficielles


(Fascicule 62 Annexe B2 p. 72)

Type de sol Expression de kp


Argiles et limons 0,32.[1+0,35.(0,6+0,4.B/L).De/B]
Sables A 0,14.[1+0,35.(0,6+0,4.B/L).De/B]
Sables et graves B 0,11.[1+0,50.(0,6+0,4.B/L).De/B]
Sables et graves C 0,08.[1+0,80.(0,6+0,4.B/L).De/B]
Craies B 0,17.[1+0,27.(0,6+0,4.B/L).De/B]

Annexe 13: Valeur du coefficient de portance Kc pour les fondations profondes (Fascicule
62 Annexe C4 p. 88)

Eléments mis en œuvre Eléments mis en œuvre avec


Nature des terrains
sans refoulement du sol refoulement du sol
A
Argiles - Limons B 0,40 0,55
C
A
Sables - Graves B 0,15 0,50
C
A 0,20 0,30
Craies
B 0,30 0,45

TRAVAIL REALISE PAR DIFFO TIOUA DELANOY 61

Vous aimerez peut-être aussi