Vous êtes sur la page 1sur 4

C'est la guerre qui fait les bonnes affaires

Mensonges,hypocrisie et agendas cachés. Le président américain n'a naturellement rien


évoqué de semblable en expliquant sa doctrine libyenne au monde, On a un peu l'esprit
secoué par tous les trous noires qui ensablent cette splendide petite guerre qui n'en est
pas une ( intervention limitée dans le temps, actions à objectifs militaires limités, comme
le dit la Maison Blanche) matinée de l'incapacité de la pensée positive de condamner à la
foi le main de fer de Kaddafi et le le « bombardement humanitaire »anglo-franco-
américain. La résolution 1973 de l'ONU fonctionne comme un cheval de Troie allouant au
consortium atlantique et l'OTAN le droit d'agir en son nom pour aider une insurrection
armée. En plus de ne rien avoir à faire avec la protection des civils, cet arrangement est
absolument illégal du point de vue des lois internationales, la fin prévue, comme le savent
même les enfants mal nourris d'Afrique, mais au personne n'a jamais avoué, c'est le
renversement des régimes. Le Lieutenant Général canadien Charles Bouchard,
commandant pour la Libye, a beau insisté qu'il s'agit là d'une opération uniquement
conçue pour protéger les civils, ces innocents n'en sont pas moins armés de de véhicules
blindés, de chars et de Kalashnikovs et sont, en réalité, des soldats dans une guerre civile
et la question est de savoir si, actuellement, l'OTAN va rester leur force aérienne en
suivant le consortium atlantique. Incidemment, le « ligue des volontés » qui se bat en
Libye est faite de douze membres de l4OTAN hors de 28 plus le Qatar. Çà n'a rien à voir
avec une « communauté internationale ». Pour le résultat du mandat de l'ONU, la zone
d'interdiction de vol, il faudra attendre l'émergence d'un gouvernement « rebelle » et la fin
de la guerre civile ( si elle arrive tôt) Alors, il sera possible d'analyser si les Tomahawks et
les bombes étaient justifiés, pourquoi les civils de Cyrénaïque protégés et pourquoi ceux
de Tripoli bombardés. Quels sortes de rebelles ont été mis à l'abri et ces actions étaient-
elles légales ? Comment l'histoire d'amour entre les révolutionnaires libyens et l'ouest peut
se terminer dans un divorce sanglant (souvenez-vous de l'Afghanistan) et quels sont les
acteurs occidentaux qui attendent d'immenses profits de la nouvelle Libye unifiée( ou
balkanisée). Pour l'instant, il est au moins assez facile d'identifier les profiteurs. Le
Pentagone : Robert Gates, chef du Pentagone a dit, le regard droit, qu'il existait
seulement trois régimes répressifs dans tout le moyen-orient, L' Iran, La Syrie et La Libye.
Le Pentagone s'occupe du maillon faible, le Libye. Les autres restant classiquement au
tableau démoniaque des néo-conservateurs. L' Arabie Saoudite, le Yémen, Le Bahreïn et
cetera sont des modèles de démocratie. A ce jeu de cache cache, le Pentagone s'arrange
pour se battre deux fois. Çà a commencé avec l' AFRICOM de Bush, gonflée par Obama et
rejetée par un grand nombre de gouvernements africains et les organisations des droits
de l'homme. Aujourd'hui, ce sont les mignons européens de l'OTAN qui assurent la liaison.
C'est la première guerre africaine de l' AFRICOM conduite par le général Carter Ham
depuis son quartier général de Stuttgart. L'AFRICOM, comme le dit Horace Campbell de
l'Université de Syracuse, c'est de l' entôlage « fondamentalement, c'est un cartel de
fournisseurs de l'armée américaine tels Dyncorp, MPRI (société anonyme professionnelle
de ressources militaires), KBR (un substitut d' Halliburton) opérant en Afrique. Les
planificateurs militaires américains qui bénéficient des retours d'ascenseurs de la privation
de la guerre sont ravis d'apporter une crédibilité à l' AFRICOM sous le couvert de la
intervention en Libye. Les Tomahawks de l' AFRICOM ont aussi frappé de manière
métaphorique l'Union Africaine qui contrairement à La Ligue Arabe, se laisse facilement
acheté par l' ouest. Les pétro-monarchies arabes ont applaudi mais pas l' Égypte ni la
Tunisie. Seuls, cinq pays africains ne sont pas subordonnés à l' AFRICOM : la Libye est l'un
d'eux en compagnie du Soudan, de la Cote d'Ivoire, de l' Érythrée et du Zimbabwe.
L'OTAN : Le plan directeur de l'OTAN est de gouverner la comme un lac atlantiste . Dans
cette perspective, pour le Pentagone, la Méditerranée est infiniment plus importante que
l'Afrique. Il n'existe que trois nations sur vingt, dans la région, qui n'appartiennent pas à
l'OTAN ou qui n'y entretiennent aucun partenariat, la Libye, la Syrie et le Liban. N'ayez
aucune illusion, la Syrie est le suivante sur la liste . Le Liban est déjà sous embargo depuis
2006. Maintenant le Libye, les américains par l'intermédiaire de l'OTAN est en train de
fermer le cercle. L' Arabie Saoudite : Quelle bon affaire, Le roi Abdullah se débarrasse
de son éternel contempteur Kaddafi. La Maison des Saoud, avec une abjection
caractéristique fait un pas en arrière au bénéfice de l'ouest et l'attention de l'opinion
mondiale distraite de l'invasion saoudienne du Bahreïn qui vise à abattre un mouvement
de protestation pro- démocratique, paisible et légitime. La maison Saoud a vendu à la
Ligue Arabe la fiction de la zone d'interdiction de vol en Libye. C'est un mensonge,
seulement onze membres sur 22 étaient présents au vote et six, membres du Conseil de
Coopération du Golf que l'Arabie Saoudite patronne. Il ne restait plus qu' à tordre le bras à
trois autres. Le Syrie et l'Algérie étaient contre. Finalement, seulement neuf sur 22 pays
arabes ont voté pour la zone d'interdiction de vol. Maintenant, l'Arabie Saoudite peut faire
dire très naturellement par Abdulrahman al-Attiyah président du Conseil du Golf : « le
système libyen a perdu se légitimité » Le Qatar : les hôtes de la coupe du monde de
football 2022, s'y entendent pour ficeler l'affaire. Leurs Mirages aident à bombarder la
Libye et Doha s' apprête à gérer le pétrole de l'est libyen. Ils ont été les premiers à
reconnaitre les « rebelles » libyens comme seul gouvernement légitime, un jour après
s'être assurer le contrat pétrolier. « Les rebelles » : Indépendamment des
revendications légitimes liés aux mouvements de la jeunesse libyenne, le groupe
d'opposition le plus organisé est le Front National pour le Salut de la Libye, financé depuis
des années par l'Arabie Saoudite, la CIA et les services français. Le « Conseil Intérimaire
Transitionnel National » rebelle, c'est le bon vieux Front National plus quelques militaires
ralliés. C'est l'élite des « civils innocents » protégés par le « coalition ». Et tout en suite le
« Conseil Intérimaire Transitionnel National » a un nouveau ministre des finances,
l'économiste, Ali Tarhouni, formé aux États-Unis. Il a révélé qu'un certain nombres de
pays occidentaux lui permettent d'accéder aux fonds souverains libyens et que le
Royaume-Uni lui fournit 1,1 milliard de dollars des fonds de Kaddafi. Ce qui vieux dire que
le consortium et maintenant l'OTAN ne payeront que pour les bombes, Cette escroquerie
guerrière, celle-ci est sans prix puisque l'ouest utilise l'argent même de la Libye afin de
financer une bande de rebelles opportunistes pour combattre le gouvernement libyen. Les
américains, les français et les anglais sautent de joie tout en se demandant pourquoi Paul
Wolfowitz n'a pas eu une aussi bonne idée lors de l'invasion de l'Irak en 2003. La
France : Oh la la, ce pourrait etre l'argument d'une nouvelle proustienne. La collection de
printemps du défilé de la maison Sarkozy, une interdiction de vol modèle avec accessoires
Mirages et Rafales. Mode spectacle mise au point par Nouri Mesmari, chef du protocole de
Kaddafi ayant fait défection vers la France en octobre 2010, Les services secrets italiens
ont écoulé à l'attention d'une presse sélectionnée la manière du procédé. Le rôle des
services secrets français, la DGSE est expliqué sur le site subventionné Maghreb
Confidentiel . Le coq au vin mijote depuis novembre 2010, ses cuisiniers sont Mesmari, le
Colonel de l'armée de l'air Abdullah Gehani et les services francais. Mesmari est surnommé
le « wikileaks libyen » en récitant pour à peu près tout le monde chacun des secrets
militaires de Kaddafi. Sarkosy a beaucoup aimé, furieux de la résiliation, par Kaddafi, de
juteux contrats pour des rafales ( censés remplacer les Mirages aujourd'hui détruits) et
pour des centrales nucléaires. Cela explique pourquoi Sarkosy s'est montré si rapide à se
poser en nouveau libérateur arabe, premier chef européen à reconnaitre les « rebelles »
et dégoutant ainsi un certain nombre de gouvernements européens et premier à
bombarder les forces de Kaddafi. Le tout offrant un rôle sans vergogne au philosophe auto
proclamé Bernard Henri-Lévy qui trait frénétiquement la presse du monde entier en
clamant qu'il a suscité les frappes humanitaires en téléphonant de Benghazi. C'est à la foie
un moule et la cerise intellectuel le sur une bombe préparée à l'avance. On ne peut arrêter
Le terminateur Sarkosy. Il a prévenu chaque chef arabe qu'il aurait à faire face à des
opérations dans de style de celles si il s'attaquait à ses protestataires. Il a même dit que la
Cote d'Ivoire serait la suivante. Bahrain et le Yémen, en sont, naturellement exempts. Çà
n'a pas marché avec Omar Suleiman « Scheik al Torture » en Égypte, çà marchera peut-
être en Libye. Al-Queda : l'homme-lige, si pratique d'usage, refait surface. Le triolet et
l'OTAN se battent de nouveau à ses cotés par l'intermédiaire d'Al-Queda au
Maghreb(AQM). Abdel-Hakim al-Hasidi, chef rebelle libyen s'est battu aux cotés des
Talibans en Afghanistan a confirmé longuement à la presse italienne qu'il a
personnellement recruté autour de 25 jihadis de la région de Derma dans l'est lybien pour
se battre contre les américains en Irak, « Maintenant ils sont sur la ligne de front
Adjabiya » dit-il. Idriss Deby, président tchadien, a signalé que l'AQM a effectué des
opérations sur des arsenaux militaires de Cyrénaïque et détient maintenant assez bien de
missiles terre-air. Début mars, AQM a publiquement apporté son soutien aux « rebelles » ;
L'ombre de Ben Laden doit surement tirer le chat d'Alice aux pays des merveilles derrière
elle, voilà que le Pentagone travaille de nouveau pour lui. Les Privatisateurs de l'Eau :
on sait peu, à l'ouest que la Libye et l' Égypte sont assises sur la nappe aquifère calcaire
de Nubie, un océan d'eau douce d' une grande valeur. Eh bien oui, cette guerre est une
guerre de l'eau. Son contrôle sera extrêmement profitable. Des adductions géantes
enterrées profondément dans le désert sur 4.000 kilomètres ont été réalisées par le
régime de Kaddafi qui a dépensé pour ce projet 25 milliards de dollars sans emprunter un
seul centime au Fond Monétaire International ( mauvais exemple pour un pays en
développement). Le Grande Rivière Faite par les Hommes fournit de l'eau à Tripoli,
Benghazi et toute la cote libyenne. Le volume d'eau estimé par les scientifiques est estimé
à 200 ans du débit du Nil. Il faut mettre ceci en parallèle avec les trois sœurs, ainsi
nommées, Veolia(anciennement Vivendi), Suez Ondeo( anciennement Générale des
Eaux) et Saur, compagnies françaises qui contrôlent 40% du marché global de l'eau. Tous
le regards sont tournés vers les pipes-lines en se demandant si ils seront bombardés, Si le
scénario, très possible, de leur destruction se réalise, de juteux contrats de
« reconstruction » bénéficieront à la France. Ce sera la dernière étape de la privatisation
de l'ensemble de ces eaux, libres pour l'instant. Ainsi passons-nous d'une doctrine de
choc à une doctrine de l'eau. Ce n'est là qu'une petite liste de profiteurs, personne ne sait
encore qui aura, finalement, le pétrole et le gaz naturel. En attendant, le spectacle explosif
doit continuer. Vraiment, il n'y a pas de meilleur affaire que la guerre.

Pepe Escobar