Vous êtes sur la page 1sur 390

Civilisation Médiévale

Les neuf choeurs angéliques. Origine et évolution du thème dans


l'art du Moyen Âge
Thèse de doctorat dirigée par Yves Christe et soutenue à l'Université de
Genève, le 22 février 1997
Barbara Bruderer Eichberg

Citer ce document / Cite this document :

, . Les neuf choeurs angéliques. Origine et évolution du thème dans l'art du Moyen Âge. Poitiers : Centre d'études supérieures
de civilisation médiévale, 1998. pp. 3-94. (Civilisation Médiévale, 6);

https://www.persee.fr/doc/civme_1281-704x_1998_ths_6_1

Fichier pdf généré le 17/06/2021


LÍ1 ìl

Barbara Bruderer Eichberg

Les neuf choeurs angéliques

Origine l'art
et évolution
du Moyendu Age
thème
A dans

et soutenue
ThèseàdeVUniversité
doctorat dirigée
de Genève,
par Yves
le 22Christe
février 1997

POITIERS

1998
Couverture : Bamberg, Staatsbibliothek, Msc. Bibl. 22, fol.5r.
ISSN-1281-704X
A mon fils Emanuel et mes filleuls Géraldine et Michel

Avant-propos

Ce travail est consacré à l'origine et l'évolution des neuf choeurs angéliques dans l'art médiéval. Il s'agit plus spécifiquement
d'une thèse de doctorat, dont le sujet m'a été proposé par le Professeur Yves Christe, de l'Université de Genève, sous la direction
duquel j'ai travaillé durant plusieurs années. Je voudrais ici le remercier chaleureusement de m'avoir acceptée comme
doctorante et de m'avoir confié ce magnifique thème de recherche. La solide formation accadémique acquise à l'Université de
Bâle auprès du Professeur en histoire de l'art médiéval, Beak Brenk, du Professeur en littérature allemande, Karl Pestalozzi et
du Professeur en philosophie, Hans-Jörg Salmony a été pour moi essentielle pour pouvoir affronter méthodiquement les divers
aspects du sujet, et je tiens à les en remercier.

Ceux qui m'ont aidée au cours de ces années de recherches intensives sont trop nombreux pour être tous cités ici; mais que tous
acceptent ma profonde gratitude et que la publication de ma thèse soit un signe de remerciement. Je dois toutefois souligner que
j'ai pu mener à bien ce travail, d'abord grâce à l'aide financière substantielle de la Fondation italo-suisse pour les Boures
d'études et le Fonds national suisse pour la Bourse de relève jeune chercheur, dont je voudrais remercier ici les membres des
deux commissions; ensuite grâce aux excellentes conditions de travail dont j'ai bénéficié auprès des divers bibliothèques et
musées européens, notamment la Biblioteca Apostolica Vaticana et la Bibliotheca Hertziana de Rome.
Les résultats présentés dans le cadre de cette thèse de doctorat doivent être perçus comme des instruments de travail qui
devraient faciliter, et, si possible, susciter de futures recherches sur les ordres angéliques. Ils se présentent principalement sous
forme d'une analyse iconologique des neuf choeurs angéliques, accompagnée d'une version abrégée du catalogue des oeuvres
figuratives recensées et d'une liste des sources médiévales traitant de ce thème. Il est important de souligner que la numérotation
des figures correspond à la liste des oeuvres du catalogue. Dans ce contexte, il est indispensable de remercier les membres du
Jury de soutenance, Yves Christe, Julian Gardner, Piotr Skubiszewski et Jean-Yves Tilliette pour leur lecture attentive, leurs
critiques et conseils précieux. Ma reconnaissance va aussi à Marie-Hélène Debiès pour sa grande sensibilité dans la relecture et
les corrections du texte et la patience avec laquelle elle a accompagné les différentes étapes de la publication. Enfin, je
remercie tout particulièrement le Professeur Piotr Skubiszewski du Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale de
Poitiers pour avoir bien voulu accueillir cette thèse dans la collection Civilisation Médiévale.

Précieuse a été durant toutes ces années l'aide de ma famille, en particulier ma mère qui, dans les moments difficiles, n'a jamais
perdu confiance en mon travail et mon père qui, hélas ne pourra pas jouir du plaisir de tenir en main ce volume; précieux aussi
l'aide pratique des amis, notamment Lucienne Lothringer et Martin Raspe, et l'appui chaleureux d'Elena Alfani, Monika Butz,
Graziella Romer Gut, Giuseppe de Spirito, Leslie et Othmar Stengele-Kennedy et Rosmarie Hess, décédée tout récemment bien
trop jeune.

Enfin je tiens à remercier mon mari, Michael Eichberg, qui non seulement m'a entourée patiemment avec son tendre amour,
mais aussi a veillé avec son esprit éminemment critique à ce que je ne me perde pas à mi-chemin.

Rome, juillet 1998


Introduction 7

Introduction

Multi ertim sunt magni clerici reputati, qui nesciunt ordines Angelorum
nominare; et quod peius est, nec praecepta dicere, quodsunt et quae. Sed, pro Deo
! si ego frequentarem curiam regis, facile esset mihi scire novem ministeria curiae
illius; et nos, qui sumus ad portam illius Ierusalem curiae caelestis, quam quotidie
speramus nos intraturos esse, nomina ministrorum illius curiae non cognoscimus
nec cognoscere volumus. Magna negligentia est !
(Bonaventure, Sermo V de S. Angelis)1

L'idée d 'ordo représente la plus importante notion de la pensée médiévale permettant de concevoir un système
cohérent de références pour tous les réseaux d'un monde perçu et vécu.2 Dès le XIIe siècle, et surtout au cours du
XIIIe siècle, l'univers était compris comme hiérarchiquement ordonné, le monde transcendant et intelligible étant
indissolublement lié au monde matériel et tangible, déléguant et en même temps garantissant à chaque forme d'être
une place précise et une fonction appropriée. L'ordre ne se limitait pas aux rapports physico-spaciaux de ces deux
différents mondes, mais dictait également le cadre temporel de cet univers profondément chrétien dans lequel le
déroulement ordonné dirigeait autant le temps d'une vie individuelle, d'une société et de sa structure socio-politique,
que le long parcours et l'achèvement de l'histoire du Salut. Parmi toutes ces catégories de la pensée et de la mentalité
médiévales on retiendra particulièrement celle des neuf ordres ou, plus communément, celle des neuf choeurs
angéliques. Bien que dès le XVe siècle elle disparaisse lentement de la conscience générale, elle a joué jusqu'au XIVe
siècle un rôle révélateur autant pour le développement de l'univers chrétien que pour sa raison d'être sur le plan
théologique, religieux et spirituel.3 Disparus de la conscience moderne dont ils semblent si étrangement éloignés, les
choeurs angéliques subsistent sous une forme qui permet de les redécouvrir et de mieux comprendre les différentes
raisons de leur importance passée: l'art médiéval. C'est par lui que nous voudrions tenter de sortir de l'oubli les neuf
choeurs angéliques en analysant leur origine et leur évolution dans l'art du Moyen Age en les comparant avec
diverses sources littéraires qui, d'une part, expliquent leur présence dans l'art médiéval et avec lesquelles, d'autre
part, ils partagent des perceptions théologiques, religieuses et liturgiques communes.

La perception de l'existence d'un monde angélique constitué de différentes catégories d'anges qui, en vertu de leurs
dignités ou fonctions, étaient hiérarchiquement disposés sur différentes sphères célestes, trouve ses racines dans des
textes apocryphes d'origine juive, par exemple plusieurs segments du troisième Livre d'Hénoch hébreu4 ou du Livre
secret d'Hénoch slave.5 Si cette notion s'intégrait sans grande difficulté dans l'angélologie juive, son adoption par

25spécifiquement
aspects
IV3renvoyons
dans
DAVIDSON,
dogmas,
BUSSAGL1,
en
p.4G.The
1 7-25
Les E.particulier
siècle",
Anges,
Mission
D.A.C.L.,
KIRK,
de-Madrid,
Laà:Revue
l'Paris,
hCf.
Sermones
Concernant
of1991
Eschatological
H.istoire
meilleure
aux
1967;-M.
la1.Livre
the DETTLOFF,
KRINGS,
Le
1,d'fonction
1973,
1938;-J.
;-LAVATORI,
saints
Holy
H2,Livre
des
istoire
III1924,
devol.
recherche
Angels
neuf
anges
d'Hénoch
l'angélologie
temporae,
PAULAS,
secret
des
Ordo.
MICHL,
2,angelology,
et choeurs
cols.
1968,
p.deanges
gardiens,
ind'Hénoch
Littérature
19-91;-Ph.
Philosophisch-historische
2080-2161;-J.
the
1991
hébreu,
faite
dep.Ursprung
"Engel,
voir
Economy
paléochrétienne
angéliques.
sanctis,
25-55.
.-Pour
thèse,
surTournai,
aussi:
slave;
17,Religieuses,
FAURE,
l'angélologie
IVTheological
-18,
leund
deof
J.C'est
DUHR,
christlich",
éd.
culte
s.Salvation,
38;
-1845;-A.
DANIELOU,
Geschichte
Virginae
du
EnLes
enéd.ettexte
ceplus
t.particulier
"Anges",
médiévale
F.anges,
juive
3,Grundlegung
Seminary,
quidans
MARTIN,
Rome,
slave
Maria
1898,
généralement
MOLIEN,
concerne
der
etLes
R.A.C.,
Paris,
dans
avec
p.cet
ses
etkirchlichen
nous
1984;-G.
Dallas,
anges
289-308,
deParis,
article
D.S.,
1988;-P.
trad,
rapports
einer
Larenvoyons
t.ladiversis.
laet5,signification
liturgie
1.1906.
1985.
française
dévotion
abendländischen
leur
qui
1962,
DEL
1,p.Engelverehrung,
GIOVETTI,
avec
1937,
407-434,
Sermo
nous
mission
à:des
TON,
cols.
J.l'angélologie
A. aux
cols.
a saints.
TURMEL,
VVAILLANT,
philosophique
109-200;-K.
donné
Verità
d'après
anges
p.De580-625;-J.
Angeli,
533-552;-VACANT,
sanctis
Idee,
Les
l'idée
voir
suVienne,
lesangeli
Saale,
paléochrétienne
"Histoire
anges
esseri
aussi:
Pères
d'angelis;
RAHNER,
Paris,
uettiliser
MICHL,
e1970;-G.
historique
et1941.
diarcangeli,
H.
de1952
deluce,
les
cf.M.l'église,
cetl'angélologie
apôtres,
COLLEGGI,
Die
"Angelologie",
BOUDON,
axiome
("Textes
messageri
1910,
estTAVARD,
duPise,
Engel
Chevetogne-Dinant,
terme
de
cols.
Avignon,
philosophique
1985
publiés
umTEYSSEDRE,
celesti,
des
La
t.1189-1271;-H.
ordo
Gott,
9,("Biblioteca
dans
"Los
dévotion
temps
p.par1939,
dans
custodi
623.
Munich,
L.Th.K.
ángeles",
l'Iapostoliques
nstitut
pour
laaux
p.1952;-W.
pensée
dell'uomo,
1986.-
di11-74;
t.LECLERCQ,
neuf
l'analyse
1937;-Dom
studi
d'Etudes
dans
I, 1957,
choeurs
occidentale
Concernant
jusqu'à
religiosi",
Historia
A.Rome,
des
p.WAGNER,
slaves",
VONIER,
533-538;-
des
différents
"Anges",
la 1989;-
defint.anges
nous t.4),
plus
4);-
losdu
8 Introduction

l'Église paléochrétienne devait s'avérer nettement plus difficile. Elle exigea en effet plusieurs siècles. Confrontés,

une
d'unedésignation
l'univers,
part,mais
à ce aussi
riche
trop pour
fond
éminente
leapocryphe
Salut,
des les
anges
juif
Pères
et,comme
d'autre
des quatre
intermédiaires
part, combattant
premiers essentiels,
siècles
l'angélologie
ont non
généralement
de
seulement
la Gnosemaintenu
pour
qui sel'ordonnance
distinguait
à l'égard des
par
de

anges une position ambivalente. Tout en acceptant l'importance des anges comme serviteurs de Dieu et du Seigneur,
comme messagers et ministres entre Dieu et l'humanité, ils considéraient comme suspecte toute forme de culte ou de
croyance excessive et se tenaient en alerte permanente contre des pensées et des spéculations à leur égard hérétiques.
Cette attitude méfiante a laissé des traces sur la question du nombre exact de catégories d'anges et sur leur
ordonnance hiérarchique interne. Admettons qu'il ne devait pas être facile d'apprivoiser ces cohortes d'êtres spirituels
dans un système théologique et dogmatique cohérent et pour lesquels existaient seulement des fonds scripturaires
disparates: d'une part, pour les séraphins Is 6, 2, 6 pour les chérubins Ez 1,14-24; 10, 4-227 et, pour les ordres des
trônes, dominations, principautés, puissances et vertus, les deux passages pauliens de Col 1,168 et d'Eph 1,21 ;9
d'autre part, pour les ordres des archanges et des anges, différents passages des deux Testaments.10 Cette situation ne
devait changer qu'au cours de la deuxième moitié du IVe siècle quand plusieurs auteurs se mirent d'accord sur un
même nombre d'ordres angéliques cités par voie ascendante. Le nombre neuf fut la solution définitive. Il s'agit en
premier lieu des Constitutions apostoliques ,n des Catéchèses mystagogiques de Cyrille de Jérusalem (f386)12 et des
Catéchèses baptismales de Jean Chrysostome (f407).13 À cette ligne liturgique on peut relier une ligne apocryphe à
peu près contemporaine, l'appendice au Testament d'Adam14, et une ligne homilétique, les deux homélies de Jean
Chrysostome In Genesis, homilae /F15 et In Evangelium secundum Lucam, in drachmam, et in illud, homo quidam
habebat duos filios (Luc. 15,1 1). 16 Un peu plus tard, une ligne hagiographique nous est connue par la Vie de Pierre
l'ibère attribuée à Jean l'Eunuque.17 Comme l'a démontré B.Teyssèdre grâce à une analyse comparative, il s'agit d'un
phénomène essentiellement syrien dessiné à partir d'une généalogie de textes datables entre 380 et 500, des

enarrare
decem
particulièrement
dans
seTestament
876ihrer
9per
BARELLE
victoriae
multitudines,
Ecclesia
millia
"Après
des
13t.126
séraphins,
corps,
anges
den
Theologische
411;-B.
1514Psalmen,
16angelorum
17Virtutes,
121110 retrouvent
ipsum
anges,
Engeln.
lebis,
Abhängigkeit
laetantium;
dans
dedrachmas
cela
cadre
magnificentiam
NEUNHEUSER,
tua,
Thronos,
canticum
Göttingen,
p.iletdes
prendre
delanous
exercitus,
fixe
Cf.
IsinConsacrée
Ez
Col,
Eph
Un
1910,
"Et
152-155.-Voir
"Perçant
Stellung
"Quod
"Hac
exangeli,
duquel
aussi
Traktate,
Lévi,
liturgie
archanges,
6,2:
ipso
10,4-22:
cité
éd.
très
exercitus
lesfaisons
lagentibus
habuit,
1,21
Dominus
1,16:
leur
utens
Dominationes,
psallentes,
vom
cols.
pensée
maintenues
"seraphin
RAABE,
l’Apocalypse
sicreata
perceptions
en 1977.
B.archangelorum,
utile
archangeli,
und
paléochrétienne:
àMunich,
vol,
visibilia
"supra
"quia
français
Teyssèdre
Parismus,
travers
ejus
lucerna
necesse
1205-1211.
au
mention
"etcongregata,
angelorum
des
Bedeutung
sunt."
survol
"Der
etindéroulement
elevata
aussi
ineffabilem?";
p.ineis
stabant
omnem
vocibus
Vertus,
de
fidèles
par
sola
ipso
Engel
42-44.
lesDei
juives
throni,
1951,
est,
se,deCherubim,
des
duGrégoire
in1966
aleTEYSSÈDRE,
anges,
Baruch
est
tenir
soigneusement
sufïiciunt
condita
ciel,
super
Sinai,
sapientia,
dilecti,
ardens,
Talmud
principatum
différentes
devant
der
supemarum
certans
imSeigneuries,
p.nunquam
E.gloria
post-bibliques
("Deutsche
dominationes,
deZeugnis
323-407;
par
PETERSON,
heiligen
lesinillud
P.etSeraphim,
ladeNazianze
dicere.
sunt
leaclasancto.";
Domini
cum
dans
archanges,
l'Apocalypse
terre
nobis
G.,
célébration
trône
drachmam
pensée
sex
intelligentes
cessantibus
thèses
universa
der
ett.voir
virtutum,
Engel
Principautés,
coelestibus
1986,
leanalysé
morgenländische
Haec
etalae
potestatem
53,
admême
desuper
Liturgie",
contexte
sur
de
principatus,
Lib.
etaussi:
devant
etdocendam
"Himmlische
col.
uni
p.imAdam
laest
les lesinunam
spéculations
eucharistique,
(t390)
etthronorum,
VII,
353
d'Abraham;
mer,
duetKultus,
clamant:"Sanctus,
44.
caelis
spiritus
trônes,
H.Dei
dispositions
comparé
cherub
sex
virtutibus,
leRoi,
deArchiv
c.DÜLLMANN,
etPuissances,
protoplastum.";
duSeigneur
perditam
sapientia,
),l'adoration
ss.virtutem
alae
potestates,
XXXV,
etOratio
potentiae
soleil
lesdicunt:"Unus
Leipzig,
Gesellschaft",
adund
inpar
für
lesalteri
cf.seigneuries,
proposées
dominationum,
limen
terra,
l'anaphore
nocte
etLiturgiewissenschaften,
irdische
hiérarchiques
son
différents
quaerens,
P.etquae
28,30,
même
TEYSSÈDRE,
Trônes,
deduabus
angélique
Conditoris
dominationem...
G.,
virtutes,
enseignement,
1935
domus...
visibilia
sanctus,
laacP.habet
"EngeldeP.1,lune,
sanctus,
Liturgie",
G.,
durant
die,
Abhandlung
(éd.
col.
modèles
consistait
velabant
des
G.,
les
l'inventam
ut.etund
exclamantes
nivers
insanctus
des
principatuum,
decem
.deprincipautés,
"61,
demagnitudinem,
1029A/B;-éd.
t.Chérubins..
en invisibilia
les36,
corde
Yavé;
1986,
Phelmoni":
Menschen
catégories
étoiles,
italien,
col.
Benediktinische
ilformulés
faciem
";premiers
col.
.en'persuade
drachmas.
Dominus
cum
4),781.
Lib.
pieno
p.cf.une
t.72B/C.
p.sive
Ilde
325-343
dicunt:"
6,1,
novem
.A.VII,
eius
"libro
lespotestatum,
19toute
prière
bei
d'anges
dans
et"Nous
FUNK,
siècles
KOHUT,
throni
siceux
etQuas
1959,
sancti
Sabaoth;
anima
pouvoirs,
20,etdegli
der
ss;-MEYER-BAER,
lelade
duabus
drachmis
-Monatsschrift,
Benedicta
Messfeier",
faisons
S.qui
ad
Livre
Différentes
nous
sive
par
voi.
?p.création
seraphini,
louange
volente,
C.,
Numera:
angeli,
sont
4-27;-C.
invisibiles
Über
Cherubim,
pieni
les1,dominationes
toutes
velabant
renvoyons
t.dHénoch
mention
p.50,
angelorum
enPères
gloria
raisonnable
die
sunt
430.
Rome,
àcanit:
chemin
Divus
lesuna
angelos,
catégories
p.laWESTERMANN,
jüdische
t.pedes
veneris
nous
coeli
Création
puissances
238
Domini
Seraphim:
hébreu,
aussi
cum
26,
"auThomas,
1989);
1970,
Currus
sur
conjunxit.
sive
ethuitième
eius
etest
1934,
archangelos,
Cherubinis,
etss.-Sur
des
virtutes,
d'anges
laAngelologie
terra
ledeetterre
principatus
irraisonnable,
p.-fourni
etSéraphins..
Livre
Dei
p.invisibles,
quae
t.ID.
29duabus
loco
auxgloria
27.,
39-47;
chapitre
Quae
ethiérarchiquement
de
l'importance
decem
etDas
neuf
secret
"Von
suo.
mens,
sex
ss.Principatus,
s'aujourd'
1949,
mentem
atua";
ffranchir
und
volabant."
sive
vero
Loben
-"Israel
alas
choeurs
les.";den
millibus
visible
dedHénoch
ID. quip.Daemonologie
potestates
ethchérubins
Lib. cette
sithabentibus,
uiDas
Engeln",
281-292,
aliae
extenderis
etvero,
Gottes
sermo
mulier
des
V,etangéliques:
leencore
Potestates,
multiplex,
recherche
Buch
invisible,
6,disposés
slave,
ordinum
rôle
liens
terrena
poterit
inomnia
etS.quae
dans
381
von
des
den
par
tibi
C.,
lesad
duinle-
:
Introduction 9

Constitutions apostoliques à Jean l'Eunuque, pour culminer dans le fameux traité de La Hiérarchie céleste de Denys
le Pseudo-Aréopagite (début VIe siècle).18 Profondément influencé par le néo-platonisme de l'antiquité tardive,
représenté en premier lieu par Proclus (f vers 485) et ses influents précurseurs, Plotin (t270), Porphyres (t vers 305)
et Jambliques (|325),19 Denys dessine un monde angélique harmonieux et hiérarchisé, dans lequel les neuf ordres
sont magnifiquement disposés, selon leurs propriétés et leurs degrés de connaissance et de participation
intellectuelle aux secrets divins, en trois triades ou hiérarchies superposées: séraphins, chérubins et trônes;
dominations, vertus et puissances; principautés, archanges et anges. Ils sont unis entre eux par un système
d'enchaînement descendant et ascendant, dans lequel chaque triade et, en elle, chaque ordre, assument le rôle
d'intermédiaire. Leur activité hiérarchique purification, illumination et perfectionnement a comme but final la
médiation progressive d'une assimilation, d'une participation et d'une union du fidèle avec Dieu, autrement dit, sa
divinisation progressive. Dans la Hiérarchie ecclésiastique, où il utilise les mêmes corrélations hiérarchiques, ce
grand théologien et théoricien anonyme du début du Vie siècle a ainsi formulé, pour la première fois, non seulement
une théorie complète et intégrale sur les ordres angéliques, mais aussi le premier grand modèle d'un univers chrétien
cohérent et ordonné, en réunifiant hiérarchiquement un corps chrétien constitué de différentes catégories d'êtres
spirituels et humains. Il établissait pour les siècles à venir l'un des deux piliers théoriques valables autant pour
l'angélologie que pour les autres systèmes théologiques médiévaux.

À côté de cette éminente autorité, il faut en retenir une autre, qui nous transporte un siècle plus tard en Occident,
plus précisément à Rome, où saint Grégoire le Grand (|604) a repris plusieurs fois dans son influente oeuvre
exégétique et homilétique le thème des neuf choeurs angéliques, notamment dans les Moralia in lob, fondés sur les
neuf pierres précieuses d'Ez 28, 13,20 et comme l'avait fait antérieurement Jean Chrysostome, sur la parabole des dix
drachmes de Le 15,8-11, dans YHomiliarum in Evangelia, Lib. 11, homilia XXXIV.21 Contrairement à son précurseur
Denys, qu'il cite comme principale autorité théologique dans son homélie 34, Grégoire élabore au cours de ce long
texte basé sur les références scripturaires mentionnées plus haut, une ordonnance différente des ordres angéliques,
obtenue par lecture ascendante pour les deux choeurs inférieurs, les anges et les archanges, suivis par les cinq ordres,
vertus, puissances, principautés, dominations, trônes et les deux ordres supérieurs, chérubins et séraphins. Inspiré
non par des questions théoriques, mais essentiellement par une didactique d'ordre spirituel et religieux, il met l'accent
dans ses distinctions des choeurs sur leurs fonctions extérieures, celles qu'ils doivent assumer envers Dieu, leur
Créateur et Maître suprême, envers l'univers et finalement envers l'humanité. Le but de ces simples et claires
définitions s'explique par l'ingénieux emboîtement exégétique de la parabole de la drachme perdue. Celle-ci
représente l'humanité qui, par suite de la rébellion et de la chute de Lucifer, devait restaurer l'ordonnance déstabilisée
des anges. En expliquant d'une manière compréhensible les trois moments causais et temporels dirigeant, d'une part,
les neuf choeurs angéliques, leur état incomplet et imparfait créé dans le passé et leurs fonctions administratives

rapports
Allegories
18 "analogies"
GANDILLAC,
cette
cols.
MELLONE,
spécifiques:
des
19
traduction"
20
chrysolithus,
Nam
21supemorum
dominationes,
dans:
Evangelia,
grégorienne,
renvoyons
1987, référence
244-286;
cum
Homiliae
p. entre
529-551.
ofà:Lib
Gandillac,
perciuium
L'J.Cf.
"Novem
"Hinc
"gerarchia
en
Jesus'
onyx,
KURZ,
ithronos,
Denys
nfluence
STIGLMAYR,
i,-bibliographique
S.sacra
chez
inMEINHARDT,
particulier
TEYSSÈDRE,
homilia
C.,Hiezechihelem
est-quantae
etDenys
Parables,
Sur
et1938;
vero
t.berillus,
eloquia
S.cherubim,
quod
angelica",
Grégoire:
58bis.
néo-platonicienne
C.,laXII,
saangelorum
sint
-letradition
t.Berkeley,
primatus
théorie
BOISSARD,
Ps.
"Über
P.58bis,
-sapphirus,
angeli,
nous
distinctiones
1986,
De
1986,
-Aréopagite",
atque
L.,dans
J.Prophetam,
sérieuses
remercions
M.
t.des
die
eius
p.archangeli,
exégétique
p.ordines
E.cols.
seraphim.";
76,
1987,
65-71;-ROREM,
PETERSEN,
Termini
346-355
neuf
D.,
potentiam
carbunculus
sur
col.
1953,
1079-1087;-BUSSAGLI,
ostenditur.";
p.t.analyses
choeurs
I,A.H.D.L.M.A.,
lediximus,
3,1120D;-Homiliarum
J.127-131,
Hierarch
paléochrétienne
Vili;
p.système
(voir
Gardner.
1971,
throni,
P.126
adhuc
"Homo
L.,etdeangéliques
C.C.S.L.,
lesp.etquia
smaragdus
Lib.
234-245.
t.cette
1993,
dominationes,
und
différents
122-124,-LD.,
dionysien
insinuans
-ss;-BABILAS,
76,
Sur
omnino
XXXII,
videlicet
oeuvre
Hierarchie",
t.5,
col.
p.l'ett.identité
1930,
51et
1249A-1255D,
(Ezech,
142,
médiévale
idem
ses
modèles
inestc.ont
latinus?
1991,
ss.Evangelia,
esse,
XXIII,
sources-
279-309;-ROQUES,
uirtutes,
bien
p.ll
depropheta,
étéZeitschrift
"angelo
1968,
p.Denys
XXVII,
faites
testante
The
deconnue
1-1deC.C
192-198;-à
listes
12;-In
elaenLib.
principatus,
p.entre
Theological
ietenS.L.,
subiungit:
13).'
185-196;-LUTZ,
cielo",
particulier
parabole
son
für
etpremier
sacro
II,formulées).
autres
Libnim
t.Nouem
Katholische
étudiée;
oeuvre
homilia
143B,
propos
ibid.,
eloquio,
aussi,
and
'de
potestates,
lieu
1949,
Omnis
col.
Primum
nous
dixit
t.p.1666.
cf.-de
XXVI,
laCultural
par
1,pour
p.Ladrachme
1249D.-Des
Theologie,
ROQUES,
lapis
scimus
lagenera
renvoyons
1970,
ROQUES,
1983,
183-222.
Hiérarchie
notion
P.Regum,
les
cherubim
Background
pretiosus
col.
L.,p.listes
angelos,
lapidum,
perdue
det.269;-O'DALY,
337-343;-LAVATORI,
à:1954,
listes
Lib.
1954;-et
76,
céleste,
hiérarchie,
22,
avancées,
ROQUES,
atque
operimentum
nous
col.
1898,
quia
archangelos,
V;partielles
ofp. Pope
P.1203A.-En
48
C.C.S.L.,
seraphim,
renvoyons
tout
nimirum
p.lescf.G.,et1957,
180-182;-V.L.
Gregory
récemment
des
listes
divers
ss,
t.tuum,
1991,
3,virtutes,
choeurs
t.68-81;
nouem
cols.
aperta
liturgiques
à:cols.
cecols.
articles
144,
1991,
sardius
the
S.qui1075-1
119-370;
par41-73;
-ID.,
Great",
sunt
p.angéliques
narratione
L.potestates,
p.concerne
LOSSKY,
ROREM,
lexicographiques:
498,-Homiliarum
etWAILES,
des
106-108.
ordines
121;-ID.,
"Introduction
topazius
etSpeculum,
-préfaces-,
des
trad,
sememorantur,
l'angélologie
principatus,
angelorum.
1993.
recherches
"La
-retrouvent
Medieval
etfrançaise
Pour
1957bis,
notion
iaspis,
t.nous
Pour
à 62,
lesA.inla
10 Introduction

assumées dans le présent pour garantir un déroulement ordonné de l'univers chrétien et, d'autre part, la restauration
de leur état numérique parfait dans le futur, achevé par la répartition graduelle de l'humanité parmi leurs rangs selon
différents degrés de mérite, Grégoire le Grand avait fourni aux siècles futurs le deuxième grand pilier théologique et
spirituel de l'angélologie chrétienne. Étant donné l'importance des listes proposées pour l'angélologie médiévale,
nous en reproduisons ici les plus fréquentes:

Denys Grégoire Grégoire


Hiérarchie céleste Homélie 34 Moralia
Séraphins Séraphins Séraphins
Chérubins Chérubins Chérubins
Trônes Trônes Puissances
Dominations Dominations Principautés
Vertus Principautés Vertus
Puissances Puissances Dominations
Principautés Vertus Trônes
Archanges Archanges Archanges
Anges Anges Anges

Si l'on poursuit ce court survol de leur influence respective sur l'angélologie médiévale, on ne s'étonne pas que
l'autorité incontestée jusqu'au XIIe siècle est Grégoire le Grand.22 Qu'il s'agisse, pour ne mentionner que quelques
auteurs et leurs oeuvres, d'Isidore de Séville (f633) dans son Sententiarum ,23 de Raban Maur (t856) dans son
Commentaire sur Hézéchiel ,24 de Rupert de Deutz (fl 129) dans le De glorificatione Trinitatis ,25 ou de Hildegarde
de Bingen (f 1179) dans le Liber Scivias,26 tous se réfèrent à Grégoire en citant une des deux listes proposées par
lui, soit celle de l'homélie 34 ou celle des Moralia. Comme l'a démontré W. Babilas,27 et par la suite E. C. Lutz,28
cette "domination" grégorienne fut à partir du XIIe siècle entamée par une première phase de confrontation avec
l'oeuvre de Denys le Pseudo-Aréopagite, telle qu'elle se présentait à ce moment, au terme de plusieurs révisions de
ses commentaires et de ses traductions. Bien qu' Hilduin (t840),29 et par la suite Jean Scot Érigène (fvers 877) par
ses Expositiones super ierarchiam caelestem Sancii Dionysii 30 aient fait connaître ce texte au monde occidental, ce
n'est que grâce à Hugues de Saint-Victor (tv.1141) et son Commentatorium in Hierarchiam Coelestem s. Dionysii
Areopagitae secundum interprationem Joannis Scoti..,31 que furent établis les fondements exégétiques de cette
oeuvre difficile. Parallèlement, Hugues de Saint-Victor initia une série de commentaires, comme YExpositio

221991.
WASSEL
les
Mélanges
aussi
23
24
Grand
25
L.,
26
27
28
29
en
connaissances
30
faites
Engel,
197-240
t.commentaires
827 chez
169,
parchez
Stuttgart,
comme
ett.
CAPPUYNS,
YNCK:
deLAVATORI,
cols.
Raban
Lib.
Cf.
CF.
Cf.éd.
Cf
L'laeni67D-68C.
36, nfluence
Science
BABILAS,
cadeau
éd.
LUTZ,
1988;-D.
1968,
I,III,
bibliques
XI,
grec;
"Les
Maur",
c.DONDAINE,
Visio
THÉRY,
c.X,cf.
p.compilations
XVI,
XXVIII,
par
1969;-et
Théologique,
VI;
1983,
11991,
de5,31-45.-Un
Studia
médiévaux
CHEVALLIER,
MORAN,
1968,
P.Grégoire
l'p.C.C.c.m.,
Sententia
ep.mpereur
chapitre
L.,197-214.
P.plus
Patristica,
335-376.
p.t.L.,83,
des
185-196.
245-302;-éd.
utile
The
t.au(VIIe-XIIe
récemment
IIIbyzantin
t.beati
col.
Moralia
22,
-43,
Haut
110,
Philosophy
survol
Hilduin,
"Lat.1957,
1965,
556B.
Gregorii
p.23,cols.
speculazione
Moyen
100-108.
in1989,
desiècles)1',
J.Michel
col.
p.BARBET,
abbé
Job
l'angélologie
787D/788D.-Sur
O'MEARA,
ofde
205-219;-"La
319.
Age
dup.John
deillisle245-249.
VIIe Saint
estibid.,
medievale:
coelestibus
Bègue.
Scottus
C.C.c.m.,
bien
au medievale
Denis,
Eriugena,
t.XIIe
32,
Présence
connue
IlEriugena,
l'secoli
influence
siècle",
1965,
reçut
s'agissait
t.sanctorum
31.-Sur
Oxford,
jusqu'à
etmission
IX-XIV",
p.deCambridge,
étudiée
R.157-204;-"Présence
deS.làThomas
laTh.
1988;-W.-U.
angelorum
Grégoire
d'personnalité
deuneAM.,
p.parLouis
119-164
tâche
d'Aquin
de1989;-W.
t.dans
leordinibus;
nombreux
29,
difficile
Pieux
KLÜNKER,
del'(bibliographie).
1962,
les seoeuvre
deJean
ouvrages
retrouve
OTTEN,
desaint
p.àqui
chercheurs.
traduire
Scot,
delaquelle
5-32;-"L'influence
velGrégoire
Raban
Johannes
chez
deson
The
quales
lamorale
Antropology
VACANT,
Hilduin
oeuvre
totalité
Maur:
Ondans
Scotus
homines
retiendra
duetlesne
duB.XIIe
sadeEriugena,
recueils
JUDIC,
corpus
1910,
put
cujus
pensée
l'exégèse
of siècle",
enJohannes
satisfaire
cols
particulier
ordinis
dionysien
canoniques
"L'Angélologie
nous
Denken
deR. Scottus
1222-1243;
Th.
S.àsocietatem
indiquons
cause
Grégoire
imqui
lesAM.,
(Xe-XIIe
Gespräch
luirecherches
Eriugena,
plus
dede
t.avait
lessortiantur,
leses
35,Grégoire
récemment
recherches
Grand
siècles)",
été
1968,
mit
pauvres
Leyde,
deremis
dem
sur
R.P.p.le

31 P. L., t. 175, cols. 923-1154. A propos de l'importance de Hugues de Saint-Victor; cf: WEISWEILER, 1957, cols. 323et ss - Concernant l'histoire de
l'influence dionysienne jusqu'au XIIe siècle nous renvoyons à: CHEVALLIER, 1957, cols. 318-323.-Sur l'influence de Jean Scot au XIIe siècle: N. M. HÄRING, "John
Scottus in Twelfth-Century Angelology", dans The Mind of Eriugena, éd. J. J. O'MEARA, L. BIELER, Dublin, 1973, p. 158-169.
Introduction 11

aujourd'hui perdue sur la Hiérarchie céleste d'Hervé de Bourg-Dieu (tvers 1 149/1 150), 32 ou Y Expos itio angelice
yerarchie dyonisii. Secundum triplex commentum sc. Ugonis de Sancto Victore, Hohannis Scoti et Johannes
Saraceni cum glosulis Anastasii, Maximi et Johannes Scytopolitanile de Jean Sarrazin (vers 1160) qui, comme
l'indique le titre, fut le commentaire le plus complet de l'oeuvre dionysienne.33 Les Sentences et les Sommes
intégrèrent aussitôt les connaissances acquises dans l'oeuvre du Père grec. Parmi celles-ci on retiendra celles de
Pierre Lombard (taprès 1160)34 et par la suite celles d'Alain de Lille (fl 202) qui furent les plus influentes.35 À la
même époque, d'autres auteurs révèlent une adoption précoce de la Hiérarchie céleste dans leur oeuvre, comme
traité
Otton intitulé
de Freising
De statu
(11158)
domusdans
Dei?1
sa Chronica sive historia de duabus civitatibus 36 et Boto de Prüfening dans son

Si le XIIe siècle représente la période initiale d'une confrontation plus sérieuse avec l'oeuvre dionysienne, le XIIIe
siècle se distingue essentiellement par un effort engagé par les grands théologiens scolastiques pour concilier ces
deux autorités patristiques. Guillaume d'Auvergne (*f* 1249) atteste de cette intention dans son oeuvre majeure De
universo ,38 comme Albert le Grand (11280) dans le Compendium theologicae veritatis ,39 ou Thomas d'Aquin
(t 1274) dans les Quattuor libros sententiarum,40 adoptée et divulguée par des auteurs tels que Vincent de Beauvais
(11264) dans son Speculum naturale 41 Ce qui distingue ces trois derniers auteurs de leurs prédécesseurs, c'est leur
méthode comparative des définitions et des listes dionysiennes et grégoriennes. Ils fournissent et garantissent ainsi
un meilleur état des connaissances sur les ordres angéliques, connaissances renforcées par des commentaires
contemporains sur La Hiérarchie céleste comme celui de Thomas Gallus Vercellensis (f 1246), 42 et d'Albert le
Grand.43 Mais il est important de souligner que, malgré cet effort de synthèse sur le plan théologique et théorique,
Denys le Pseudo-Aréopgaite prit le dessus. Le XIIIe siècle est, pourrait-on dire, son siècle. Les grands systèmes
théologiques formulés par Thomas d'Aquin et Bonaventure (+1274) représentent l'apogée de son influence sur la
pensée scolastique, si profondément marquée par la notion d'ordre englobant tous les aspects de la réalité médiévale.
Parmi ceux-ci, le mieux étudié est celui de l'ecclésiologie qui a ses racines dans la fameuse querelle entre les maîtres
séculiers et les ordres mendiants, qui enflamma Paris entre 1252 et 1255 à propos du conflit scolaire sur la question
de savoir quels étaient la place et le rôle des ordres mendiants dans l'Université. Elle toucha très tôt, entre 1254 et
1266, la question de la légitimité du ministère des religieux, et se poursuivit jusqu'au début du XIVe siècle, en
mettant aux prises les différents partis engagés, les séculiers, les mendiants et la cour papale. Comme l'a
magistralement démontré Y. M.-J. Congar, c'est de cette querelle que naquit l'autorité de Denys à laquelle, sans

32 18,115-143;-J.
7,1,
t.33
34
35
De
36
37
55v-56r;-Lib.
ENDERS,
38
39
ordinum,
40
41
42
ecclesiastica
43
Notulae
renvoyons
différentes
p.Kenntnis
LUIBHEID,
Spirituality
speciebus
1969,
1951,
super
p.aux
der
cols.
phases
in1905,
p.Cf.
51-52.
Cf
Lib.
Libi,
Sententiarum,
Summa
hierarchia..
Super
P.Schriften
theophanie,
the
45-87.
IV,
quandam
recherches
373-377.
éd.
ROREM,
A.Denis
LECLERCQ,
éd.II,VIII,
p.dec.De
Fourteenth
Cf.WILMART,
Dionysium
BRASSICANUS,
Paris,
DONDAINE;
626-633;-LUSCOMBE,
ds.
Quoniam
BORGNET,
XLIV-LXIV;
l'adoption
ultima
c.des
TURBESSI,
9,leverba
;30;p.New
qu.
Opera
faites
1674.Chartreux
Dionysius
Lib.II,
283-285.
éd.ordinu
century",
1,"Influence
homines,
De
Dionysii
depar:
York,
ar.HOFMEISTER,
Omnia,
"Un
t.caelesti
dist.IX,
-l'oeuvre
8;1957,
éd.
G.34:
dispositione,
STIGLMAYR,
commentateur
Areopagita
enSobomost,
éd.
1987;-LUSCOMBE,
THÉRY,
DUCAI,
Lib.
de
-(fparticulier:
Tournai,
cols.
and
De
Lib.
BUSA,
Hierarchia;
caelesti
dionysienne
1471),
II,1979,
ordinum
Noninfluence
343-349.
II,Tract.
Graz,
"Documents
imp.1902,
t.4,2,
c.hierarchia;
t.Elucidationes
p.441-446.
oublié
56v-57r.
1895;-GRAB
-1,XII,
Mittelalter",
Iéd.
Lib.
1-19.
distinctione,
1624,
p.Deà1992,
151.
partir
SIMON,
De
7-283.
deIV,
angelis;
of1988,
1964/1965,
-concernant
Denys
éd.
p.Cf.distinctione
Concernant
De
Dionysius
du185-200.
Erforschung
seu
TURBESSI,
MANN,
COMBES.
ter
leéd.
vol.
quiKÜBEL.-Un
l'Aréopagite",
XIIe
commentarla
ternis
etI,cols.
GLORIEUX,
Jean
quot
p.insiècle
la1926,
coelestium
ordinum
the
vie
133-192;-A.
49-76.
-Sarrazin,
des
sint,
1957bis,
Concernant
etp.dans
Western
Mittelalters,
important
l'P.R.A.M.,
449-468;-CHEVALIER,
inaenctivité
dispositionibus,
L.,hierarchiarum,
leLibros
reviseur
particulier:
cols.
t. Middle
monde
LOUTH,
l'192,
t.littéraire
hcommentaire
349-356.
istoire
4,t.S.decols.
4,occidental:
1923,
Dionysii
Ages”,
-la1961,
De
des
"The
dep.669-672.
traduction
p.Boto
ordinibus
50-52;-Lib.
50;-Lib.
traductions
p.271-274;-
dans
futAreopagitae,
Influence
CHEVALIER,
128-141;-LUTZ,
1937-1950,
etPseudo-Dionysius:
encore
érigénienne
l'iangelorum,
nfluence
II,ofetG.avancé
IV,
c.XIV,
des
Denys
OURY,
hoc
vol.
Decommentaires
d'Hugues
1957,
duvers
primiis,
est
p.the
De
I-II.
1983,
Corpus
280-281;
"Hervé
De
proprietatibus,
cols.
-1400
Areopagite
Complete
Concernant
p.decoeli
mediis
318-378;-P.
Dionysiacum",
par
335-376,-LUSCOMBE,
Saint-Victor
dede- seuQuid
Bourg-Dieu",
JEAN
l'etWorks,
onoeuvre
ultimis
angelica
plus
etsitEastern
GERSON
officiis
ordo,
spécifiquement
LEHMANN,
nous
dionysienne
trad,
A.H.D.L.M.A.,
dispositionibus,
hierarchia,
p.dans
and
renvoyons
(tanglaise
singulorum
281-283;-
1 429);
Western
D.S.,
1985,
nous
"Zur
lescf.
deC.t.à
12 Introduction

équivoque, recouraient tous les partis pour soutenir leur autorité, leurs droits et leurs fonctions.44
L'instrumentalisation théologique et ecclésiologique de l'oeuvre dionysienne et, par conséquent, son influence auprès
des maîtres et des théologiens, ne signifient pas pour autant un déclin de celle qu'exerce encore Grégoire le Grand.
Au contraire car, en dépit de la claire prévalence dionysienne pour ce qui touche en particulier à son concept d'ordre,
Grégoire continue à exercer son influence à travers sa liste de l'homélie 34, ses distinctions des choeurs angéliques,
auxquelles les auteurs scolastiques recourent en priorité; grâce aussi à sa théorie de la restauration de l'humanité. À
travers la lecture de la première partie de l'homélie 34 pour de la fête de saint Michel et de tous les anges le 29
septembre, lecture prescrite par le Bréviaire Romain, le Bréviaire des Dominicains et le Bréviaire de Sarum, il
bénéficiait aussi sur le plan religieux et liturgique d'une plus grande diffusion et d'une meilleure popularité que son
précurseur grec. Cela permet d'expliquer un phénomème largement répandu aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles, à savoir
la prééminence de la liste grégorienne avec ses distinctions sur la disposition dionysienne en triades hiérarchiques.45

Comme l'a démontré C.A. Patrides, c'est avec l'éveil de la Renaissance au XVe siècle et le développement d'une
perception différente du monde que débute un lent déclin de l'influence de Denys, accéléré dans la deuxième partie
du siècle
son authenticité.46
par une approche plus philologique de son oeuvre. C'est l'humanisme qui commença à mettre en question

Après cette rapide présentation de l'histoire théologique et liturgique des neuf choeurs angéliques, et l'aperçu de l'état
des connaissances médiévales sur ce sujet, malgré les critiques de saint Bonaventure, nous pouvons entrevoir la
nature hautement théologique et spéculative de ce thème qui, de ce fait, exige une méthode d'analyse
interdisciplinaire. Celle-ci se justifie par le seul fait que les neuf choeurs angéliques ne sont jamais ou que très
rarement représentés seuls dans l'art médiéval, mais toujours intégrés dans un contexte iconographique plus élaboré.
Ces deux phénomènes permettent de comprendre la "réticence" des historiens de l'art à l'égard d'un thème
visiblement très complexe. Ils expliquent aussi l'absence d'un travail d'envergure sur l'iconographie des neuf choeurs
angéliques, l'état actuel de la recherche reflétant des connaissances limitées et superficielles.47

Longtemps la surévaluation de l'art byzantin fut une pierre d'achoppement pour une meilleure connaissance des neuf
choeurs angéliques, bien que ni le nombre d'exemples, ni les fonds littéraires byzantins n'aient pu servir d'appui à
cette thèse. Comme l'a bien analysé H. Belting, il s'agit là d'une lecture typiquement romantique, provoquée par la
découverte par M. Didron, en 1839, sur le Mont Athos, du Guide de la peinture, traduit aussitôt par P. Durand et
publié en 1845 à Paris. Ce texte, compilé au XVIIIe siècle par Denys de Fouma d'après des sources d'époque post¬
byzantine, retenait à propos de la Création la présence des neuf choeurs et leur distinction vestimentaire.48 Adopté
au cours du XIXe siècle avec enthousiasme par les historiens de l'art comme principale source littéraire de la peinture
byzantine, de ses techniques et de ses thèmes, il conditionna une orientation "partiale" de la recherche sur les neuf
choeurs angéliques.49 Ceux-ci étaient perçus comme une création de l'art byzantin, auquel était attribué le mérite d'en
avoir développé le vocabulaire et l'iconographie. L'importance des solutions développées dans l'art occidental fut
ainsi reléguée au second rang. Cette approche subjective caractérise la plus ancienne analyse iconographique des

44 angeli
45
Abréviations,
46
47
DRIVAL,
getreuen
Gli
Rivista
SCHOENBERGER,
Pans,
1968;-HUGHES,
Stuttgart,
48
Durand,
49 1946;-ID.,
direprint,
und
Berlin,
Archeologia
nell'
"Iconographie
Cf.CONGAR,
Pour
Parmi
Cf.
gefallenen
acf.rte,
PATRIDES,
Paris,
BELTING,
éd.Cologne,
infra
faciliter
Les
1968;-A.
laFlorence,
M.Über
vaste
Christiana,
anges
1954,
p.Engel
DIDRON,
des
Mayence,
217.
die
unelittérature
1962,
partie
1990,
1902;-H.
au
1959,
anges",
STAPERT,
inidentification
Darstellung
cielder
t.p.II,p.P.17,et1981);-LUNDBERG,
Malerei,
35-151.
Revue
28
p.155-166.
DURAND,
consacrée
parmi
MENDELSOHN,
1940,
et71-74;
L'ange
von
ss.denous,
p.des
Luxembourg,
Engeln
trad,
l'Aroman
204-248;-VILLETTE,
plus
rtdifférentes
Manuel
Paris,
allemande
Chrétien,
alsgénéralement
dans1961;-DAVIDSON,
Die
Liturgen
d'iconographie
1981;-K.
1894;-G.
lalistes
Engel
t.G.pensée
10,SCHÄFER,
inutilisées
in1866,
àWESSEL,
der
STUHLFAUTH,
l'iconographie
der
et1940;-H.
mittelalterlichen
dans
chrétienne
p. par
bildenden
28Das
1967;-K.-A.
l'"Engel.
aletrt,
lesHEGEMANN,
Handbuch
ss,Paris,
auteurs
Kunst,
grecque
desDie
340
D: Kunst
anges
Ikonographie",
1975;-P.
Engel
etBerlin,
WIRTH,
médiévaux,
etss,latine
der bisDer
nous
Malerei
in425zum
1907;
der
Engel
L."Engel",
etretenons
traduit
WILSON,
altchristlichen
ss;-M.
13.
dans
vom
nous
-inE.Jahrhundert,
der
du
Berg
KIRSCHBAUM,
dans
L.M.,
lesENGELS,
comme
manuscrit
deutschen
avons
Angels,
Athos,
t.R.D.K.,
3,Kunst,
plus1986,
Munich,
indiquées
Trêves,
Dieaut.Fribourg-en-Br.,
Kirnst,
New
byzantin.
cols.
5,Darstellungen
moins
''L'angelo
York,
1967,
1944;
Brünn,
1855,
sous
1903-1909.
Lescientifiquement
1980
cols.
p.-guide
forme
Munich,
P.rosso
99-103.
R.(trad,
342-555;-BEREFELT,
Gottes
1897;-G.
deREGAMEY,
eabrégée
lal'angelo
Vienne,
allemande
desfiable:
peinture
MENASCI,
Vaters,
parmi
turchino",
1943;-A.
Anges,
Engel,
par
VANder
lesP.
Introduction 13

neuf choeurs angéliques, celle de M. Didron50 et, par la suite, les courts résumés les concernant faits par W.
Molsdorf,51 J. Künstle,52 J. Villette,53 et L. Réau.54 Le premier chercheur qui mit sérieusement en doute l'importance
de l'esprit byzantin fut K.-A. Wirth dans son article "Engelchöre", publié en 1967 dans le Reallexikon zur
Deutschen Kunstgeschichte. À ce jour, il s'agit de la plus complète esquisse faite sur l'iconographie des neuf choeurs
leangéliques
même fascicule,56
dans l'art occidental,
et celui publié
du XIe
en 1984
au XVIIe
par Y.siècle.55
ChristeAvec
et R. l'article
Bonvin dans
"Engelsturz",
les Cahierspublié
de Saint-Michel-de-Cuxa,
la même année dans
"Les neuf choeurs angéliques: une création tardive de l'iconographie chrétienne",57 nous avons là l'ossature
principale de nos connaissances sur le sujet. Il faut ajouter les renseignements ponctuels fournis par des analyses ou
des observations sur quelques monuments précis, pour le baptistère de Florence par I. Hueck,58 pour le retable de
Klosterneuburg par B. Bonard, qui introduit dans sa thèse une ample discussion sur les sources littéraires.59 Plus
récemment on retiendra l'analyse du baptistère de San Marco à Venise par B. Horn,60 et ce que disent
occasionnellement R. Hammerstein61 et K. Meyer-Baer62 dans leurs études sur les anges musiciens.

Les différentes racines théologiques et liturgiques des neuf choeurs angéliques ainsi que l'état des connaissances
iconographiques, restées comme on l'a vu très lacunaires, ont orienté les différentes étapes de notre recherche.

Notre première tâche fut d'abord une tentative d'identification et de recensement systématique des neuf choeurs
angéliques représentés dans différents contextes thématiques. S'inspirant largement des deux articles de K.-A. Wirth
et miniature
la du Princeton
et l'orfèvrerie.63
Christian Art Index , elle a englobé aussi bien la sculpture, la mosaïque et la fresque, que la peinture,

Pour ce qui touche aux critères d'identification des neuf choeurs, il est important de souligner que nous avons utilisé
comme paramètre principal, dans le sillage de la tradition théologique, le nombre neuf et ses multiples simples dix-
huit et vingt-sept.64 Nous avons également inclus les nombres huit et dix pour des thèmes très spécifiques, comme la
Création des anges ou le Jugement dernier, où pouvaient être représentés dix choeurs angéliques, comme les
représentations de la Toussaint et du Paradis, où en revanche pouvaient être représentés seulement huit choeurs
angéliques. À part ces modifications numériques bien précises, symboliquement et théologiquement justifiables,
d'autres mariais,
thèmes variationscomme
numériques
le Couronnement
telles que six,dehuit,
la Vierge
dix et et
douze
la Vierge
figuresà oul'Enfant,
groupeslad'anges,
Maestà,souvent
ne pouvaient
associées
pasà être
des

unchrétien",
64
conséquent
5150 hommage
52
53
54
55
56
57
58
59
6160
62
336-338.
ce63
du
"The
trad,
C.95,
Studio
schliessen:
projet
VIe
HEITZ,"
105
anglaise
structure
del
siècle
etenC.- Centro
ss;Pour
gemeint
A.,raison
de Cf.
Une
Symbolisme
àLa
etsur
voir
oflat.analyse
tous DIDRON,
MOLSDORF,
KÜNSTLE,
VILLETTE,
RÉAU,
WIRTH,
CHRISTE,
HUECK,
BONARD,
HORN,
HAMMERSTEIN,
unMEYER-BAER,
l'Trinité
distinction
recherche
2,nine
Italiano
aaussi:
derchitecture
dessin
istles1947,
l'damit
steps
ébons
tendue
critique
et1956,
A.1991.
et1967bis,
1967,
disommaire
p.1962.
aux
1851,
sur
BONVIN,
that
1980.
GRABAR,
architecture.
Studi
numérique,
anges:
die
29-67.-Dans
1p.de
940,
vol.
laneuf
déjà
1945(2),
cols.
241-244.
are
du
Gesamtheit
p.sull'Alto
laprésence
1970.
11,1
texte
p.placed
cols.
"Wo
347-362;
cathédrale
des
1962.
trop
choeurs
555-601.
1,c.72"Le
1984,
p.précise,
différents
-insyrien
621-674.
vaste
IV.
Les
etMedioevo,
Utiles
126-128.
lesymbolique
inder
témoignage
ss.angéliques
Les
deuxième
p.nombres
the1852,
debildenden
d'Édesse,
K.guten
67-99.
aussi
représente
neuf
sanctuary
notre
choeurs
E.p.MCVEY,
Engel.";
Spoleto
168-176;
choeurs
sont
des
travail.
cas,
etd'quiKunt
l'uqui,
angéliques
neuf
anof
lesenrchitecture
également
associe
hymne
(the
3.en
cf.
angéliques,
Nous
revanche,
différentes
"The
choeurs
eine
-9.1858,
VON
outre,
church)
4.,Anzahl
lessyriaque
voudrions
Domed
etp.1975,
pour
neuf
ERFFA,
derefléteraient
angéliques
religieuse
33-48.
il listes
p.together
s'leurs
von
aSpolète,
marches
Church
H.39-43.
gitsurnéanmoins
-M.neun
des
distinctions
1989,
WULFF,
des
l'duadans
with
rchitecture
von
aschoeurs
3x3
par
etHaut
1976,
Engeln
chapitre
Microcosm:
lethe
l'Erffa
leur
architecture
relever
synthronon
1894.
arcades
t.Moyen
nous
synthronos
angéliques,
présence
13a,lede1.1.renvoyons
erscheint, ces
critère
p.la3.deAge",
Literary
cathédrale
387-420,
1.2,
médiévale
deux
ladulaportrays
kann
nef
chrétiennes
sanctuaire
essentiel
dédicace
Engelchöre,
dans
exemples.
lededamit
Booksnotamment
lecteur
d'Édesse
Saint-Michel
Simboli
the
aurait
deofmit
aux
throne
etp.l'église
Dans
auété
laan juives,
Sicherheit
eneuf
64.
auArchitectural
présence
Chapitre
p.simbologia
très
ofleVIe
407-409,
ordres
àdeChrist
premier
rassemblées
intéressante.
saint
siècle
Hildesheim
II,desangéliques
auf and
Michel,
p.pi.
cas,
nell'
etSymbol",
eine
neuf
60,the
surailltoDarstellung
XVIII, note
Nous
par
qui
nine
choeurs
les'agit
chef medioevo,
etsymbolisme
DAVIDSON,
seraient
213.
D.O.P.,
XIX.
ordres
avons
au
de
d'utrône
tous
angéliques
n hymne
der
dût. lesSettimane
of
selon du37,
angels.";
abandonner
Engelchöre
deanges;
Seigneur:
C.1983,
1967,
syriaque
l'éetdifice
Heitz
par
cfcf.dip.
14 Introduction

considérées comme numériquement représentatives d'une présence intentionelle ou implicite des neuf choeurs
angéliques. Ces arrangements d'anges doivent plutôt être compris comme des représentations sommaires de tous les
bons anges. Cette différence doit être soulignée. Bien que nous sommes consciente que théologiquement les neuf
choeurs angéliques comprennent tous les bons anges, nous ne sommes pas d'accord avec K.-A. Wirth qui soutient la
thèse que sur le plan iconologique les représentations des neuf choeurs angéliques Engelschöre et celles des simples
groupes d'anges Engelscharen sont synonymes.65 Les sources littéraires démontrent au contraire que l'usage de
termes tels que or dines, chori, cohortes ou acies relève de deux approches différentes: l'une qui devait désigner plus
généralement et sommairement la quantité innombrable des anges ordonnés; l'autre, par l'indication numérique plus
précise de neuf, une référence spécifique aux neuf choeurs angéliques. Ces deux approches se retrouvent
parallèlement dans l'art médiéval, où de grands efforts ont été faits pour souligner, non seulement par une indication
numérique précise, mais aussi par une répartition formelle et une distinction caractéristique des choeurs angéliques,
une différence nette avec d'autres groupements symbolisant l'ensemble de tous les anges. Il convenait donc d'écarter
l'Évangéliaire carolingien du Trésor de la cathédrale de Prague Ms. 2, fol. 23r,66 et sa copie du XIe siècle du Musée
National d'Helsinki, retenus par K.-A. Wirth, sur le seul critère de l'inscription HIC CHORUS ANGELICUS
D(omi)NUM REVERENT(er) ADORAT, comme de précoces témoins de leur apparition.67 Ni le nombre des anges,
ils sont que deux , ni le texte, ne permettent de parler des choeurs angéliques. En revanche, nous avons inclus dans
notre répertoire des oeuvres dotées soit d'une inscription indiquant par le pluriel la présence de tous les choeurs ou
ordres angéliques: par exemple omnibus choribus angelorum sur la colonne gauche du ciborium de San Marco à
Venise [cat.n°171]; soit d'un texte donnant la liste de tous les ordres angéliques, comme dans le Psautier-Livre
d'Heures d'Isabelle de France [fig.24].

Recueillis chronologiquement et thématiquement dans un catalogue descriptif, accompagné d'un dossier


photographique,
des IXe - XVe siècles.
les exemples retenus ont été délimités géographiquement et historiquement au monde occidental

Malgré tout, nous avons inclus les quelques rares témoins byzantins qui nous invitent à clarifier brièvement la
présence des choeurs angéliques dans l'art byzantin et leur rapport avec l'art occidental. Alors que la date exacte de
leur première apparition dans l'art byzantin reste à discuter, leur rareté dans l'art figuratif post-iconoclaste
correspond peut-être à l'effacement de l'oeuvre dionysienne. Bien qu'elle fut adoptée très tôt par les Pères grecs
comme autorité patristique, ainsi qu'en témoignent Maxime le Confesseur (fvers 662) dans ses Scolies sur la
Hiérarchie Céleste 68 et Jean Damascène (fvers 750) dans son grand compendium théologique, le De fide
orthodoxa,69 après 843 seul Nicétas Stéthatos (tvers 1090) consacre un commentaire à De la Hiérarchie .70 Plus tard,
des auteurs comme Michel Glykas (Sikiditès) (f début XIIIe siècle),71 et Nicéphore Grégoras (fvers 1360) se bornent
à des courtes citations.72 La plus ancienne oeuvre figurative dont nous avons connaissance, grâce à une description et
une documentation photographique faites par O. Wulff avant sa destruction en 1 922, est la mosaïque du VIIe siècle
du bêma de l’église de la Dormition de Nicée, où ne sont retenus que les quatres ordres des dominations, vertus,

65 Bilderderder
als
Darstellung
Synonyma
clarification.
théologique
(zwischen
Chören
hinweisende
66
67
68
69
7170
72 ";ni230.
vieler
guten
col.
P.G.,t.
Lib
Cf.
Annalium,
Byzantinae
"Die
Grösse
Elle
cf.Erschaffung
Engelchöre.
sur
C.II,WIRTH,
S.566.
Ikonographie
devrait
celui
Engel
und
A.C.,
c.verstanden
4,III,
NORDMANN,
t.pars
der
cols.
deHistoriae,
81,
("Engelscharen")
P.selon
1967,
1967.
l'iconographie:
der
Solche
gefallenen
IG.,
29-114.
p.DeEngel
luibezeichnet
werden
292-365.
t.col.
angelorum
94,Lib.
souligner
Darstellungen
555
und
566.
cols.
"Eine
Engel,
XXXIV,
darf."
etVoir
derjenigen
Darstellungen
"Uebrigens
87
dieses
ss.-Le
ottonische
ordinibus,
la1aussi
;d.h.,
D-874/A.
cf.création
P.dienten
Thema
WIRTH,
même
G.,
dass
son
dert.P.stehen
Miniatur
traité
dedie
Engelordnungen
149,
von
chercheur
G.,
alstous
andeuten."
1967,
t.neunzahl
Engeln,
auch
sur
col.
Hilfsmittel,
158,
imlesl'393A/D.-Concernant
col.
ÂNationalmuseum
von
me,
soutient
anges.
cols.
.die
577.
dertheologischer
ch.besteht
durch
161B-165A.
die
ikonologisch
Comme
Engel
13-15;
laGesamtheit
thèse
Zahl,
kein
hiernous
S.Finnlands",
Bildform
que
Seite
Unterschied;
nicht
C.,sind
l'allons
hlat.der
istoire
her81,
alsdistinction
Engelchöre-Bilder
guten
den
oder
lep.absolute,
Konsthistorish
devoir
beischeinbar
130-153.
Tracht
l'Engel
oder
euvre
auspécifique
sondern
chapitre
Engelschöpfiing
unddionysienne
sinnfällig
genaueren
Tidskrift,
Attribute
unddes
nur
III,Schilderungen
abzubilden;
neuf
cette
als
Bestimmungen
t.en
das
bestand
auf
22,choeurs
observation
Orient:
System
die
1953,
ebensogut
noch
Gesamtheit
von
angéliques
ROQUES,
p.der51-56,
gewichtige
keine
n'Engelscharen
Engelchöre
estkonnte
soutenable
Scheidung
fig.
der
a1957bis,
seule
1;-
Bedenken
geschaffenen
indessen
veranschaulichen,
WIRTH,
incols.
unenivielen
zwischen
fonction
sur224-
entgegen
auch
le1967,
Fällen
Engel
plan
den
diede
Introduction 15

puissances et principautés, distingués partiellement par des variations vestimentaires dans leur tunique de cérémonie
et leurdes
datée loros,
années
ainsi 920/965,
que par des
révèle
inscriptions
les mêmes
[cat.n°108].
caractéristiques.
La magnifique
Elle sestaurothèque
limite à unedereprésentation
Limbourg, oeuvre
des ordres
impériale,
des
archanges, vertus et principautés, les deux derniers sous forme de séraphins et de tétramorphes [cat.n°71]. Deux
homélies de Léon le Sage, parlant de deux églises disparues, dont une est identifiée comme celle de Stylianos,
construite vers la fin du Xe siècle, mentionnent la présence des deux ordres supérieurs, séraphins et chérubins, et du
dernier ordre, les anges, autour d'un Christ Pantocrât or. 73 Comme l'a montré A. Frolow, les réflexions de l'empereur
soutenues paraux
dionysienne la IXe-Xe
connaissance
siècles,detant
l'oeuvre
dans les
de sources
Denys nelittéraires
peuventque
êtredans
contestées,
l'art, indique
mais cette
bien l'évolution
manière d'abréger
future oùla nous
liste
voyons que le nombre des choeurs se réduit, de plus en plus, à un ou deux. C'est ce que laissent entrevoir les
fragments repérés de Chios [cat.n°99], d'Ikorta [cat.n°61] et de Kincvissi [cat.n°66], d'une part; c'est ce qu'on perçoit
clairement à Paierme et à Cefalu, d'autre part. Ce sont seulement les oeuvres post-byzantines du XVIe siècle, telles
que celles qui nous sont conservées au catholicon de Dionysiou (1547), de Kouthoumous (1540) et de Dochiariou
(1568) sur le Mont Athos, qui mettent à l'honneur l'idée des neuf (dix) choeurs, répartis en séraphins, chérubins,
trônes, tétramorphes et archanges, tout en recourant pour chacun d'eux à une ancienne tradition iconographique.74
C'est ce qui se passe en particulier pour les dispositions circulaires et concentriques de figures ou de couples de
figures d'anges autour d'une image du Pantocrator. À ce propos la question d'une influence byzantine sur l'art

huit
centré
d'approche
exception
byzantin
précisément,
de
par
cohérente,
occidental
pour
cathédrale
aurait
immédiatement
l'adoption
Florence
des
figures
lasur
inspiré
coupole
attributs
n'a
un
de
en
destinée
aetdans
de etpu
adhéré
se
thème
de
l'église
Ratisbonne
Occident
de
ledistingue
une
revêtir
traitement
de
spécifiques,
les
Venise.
décor
àthéophanique,
Hersfeld
première
exemples
àNegale
mettre
une
d'un
de
dans
etdes
Une
actualité
distinction
de
en
schéma
Panagia
lades
[fig.43].
objection,
cités,
différents
des
seconde
Prüfening,
valeur
coupole
actions
tellevirulente,
oeuvres
deàque
Tout
l'idée
problème
observation
Athènes
composition,
celle
précise
membres
de
et
leDemus
àd'ordre
en
des
Christ
première
lad'une
ainsi
laau
chapelle
des
inscriptions,
essentiel
comparant
avait
des
Pantocrator.
révèle
XIIe
différence
et
laneuf
qui
neuf
thèse
vue
de
ensiècle
hiérarchie.
ne
se
palatine
non
choeurs
effet
"si
choeurs
connue
avec
se
prête
mais
byzantines"
dans
seulement
- proposé
Iltrouve
expérience
se
celles
naturellement
aussi
angéliques;
àleetEnsemble,
angéliques
situe
Paierme.75
nombre
largement
niun
lal'effort
de dans
comme
envolonté
modèle
qui
larevanche
dans
des
cette
chapelle
ceci
ces
restera
entrepris
acceptée,
au
Bien
par
anges,
efforts
byzantin,
l'art
divergence
àdécor
deexemple
l'inverse
dans
sans
byzantin.
que
reproduire
depour
qui
artistiques,
soutenue
figuratif
lalasuite
l'on
semblable
ne
Toussaint
différence
les
distinguer
numérique,
desont
Jamais,
puisse
en
deux
une
l'Occident
d'une
par
Orient
que
qui
disposition
àprès
baptistères
O.àles
présenter
complète
celui
coupole,
ont
seize
laniDemus
-,anges
de
seule
dans
pour
qui,
l'art
qui
ou
la

but commun de visualiser la présence des neuf choeurs, constituent un phénomène typiquement occidental. Comme
nous allons le voir au cours de ce travail, il est en corrélation profonde avec des sources littéraires du monde latin
médiéval. Autrement dit, dans les cas où l'on rencontre une influence byzantine, celle-ci se réduit presque toujours à
un vocabulaire esthétique et figuratif, adapté aux exigences et aux mentalités occidentales.

Parallèlement à l'établissement d'un corpus iconographique76 et à la collecte de la documentation photographique


qui ensemble constituent la base d'une analyse iconographique globale, il nous a paru nécessaire sinon essentiel

731987,
peu
VIIIe
difficile
J.W.C.I.,
regroupement
Gabriele
74
55-57
ss,75
76
149,fig.connus
325-335;
et44;-voir
-vol.
Concernant
àsull'Appia;
IXe
t.vérifier.
II,0,deResumé
Cf.
p.siècles
"Der
d'anges
pi.Léon
1967,
167-170,
G.
aussi:
L.XXXVI,
Nous
Pantokrator
PETIT,
MILLET,
plus
cf.p.en
représentant
leG. semble
388-390;
Sage",
fin
pensons
MATTHIAE,
généralement
fig.XL,
CAMES,
"Note
d'ouvrage
159
Monuments
être
mit
Études
fig.età(détail).
sur
des
une
den
l'adoration
au98,sous
Byzance
lesl'importance
groupes
Christ
byzantines,
solution
ANDALORO,
neun
106;-
homélies
deforme
Engelchören
et1'Rédempteur
deAthos,
WILPERT,
lad'anges
typiquement
d'laPeinture
udes
t.dencroix
3,catalogue
Paris,
Léon
1987,
anges
parmi
1945,
istdederomane
1916,
leein
1927,
Sainte-Marie-Antique,
romaine
vol.
Sainte-Marie-in-Cosmedin;
dans
lesquels
p.Sage",
klassisches
des
t.II,43-91,
pl.dele2,1,
oeuvres
p.culte
Échos
qui
la159/1,
p.onGermanie,
29, notamment
se653-672,
parvient
orthodoxe:
fig.
Thema
retrouve
221/1
étudiées,
d'O16;
rient,Paris,
etder
àentre
pl.
p.244/1
distinguer
dans
autour
accompagné
t.mittelbyzantinischen
L.155;
513,cf.
705-707;
HEISER,
1966,
et1900,
des-J.MATTHIAE,
deSur
ss,NORDHAGEN,
oeuvres
p.lades
63l'iconographie
p.61Trinité
cf.d'Die
et245s;-A.
séraphins
uneW.ss;-MANGO,
plus
Engel
bibliographie
DE
de
ANDALORO,
jeunes,
Kuppelausstattung...";
laimGRUNEISEN,
FROLOW,
et"John
Badia
byzantine
Glauben
descomme
chérubins,
VII's
desélective,
1972,Grottaferrata;
1987,
"Deux
des
der
Adoration
par
p.Sante
Orthodoxie,
ordres
20.exemple:
vol.
infra
reflètent
églises
cf.Marie
Que
I,angéliques
p.ofDEMUS,
p.cf.181-216.
byzantines
certaines
the182
autour
une
Antique,
Leipzig,
MATTHIAE,
Cross
etinfluence
ss,1968,
duPALLAS,
oeuvres
inRome,
fig.
1976.
d'après
buste
S.p.150
Maria
dionysienne
91ANDALORO,
du1909,
romaines
des
et(détail).-Ce
Christ
1978,
ss,Antiqua",
sermons
p.179cols.
133-
àdes
estetS.
.

:
16 Introduction

d'approfondir et d'élargir nos connaissances sur les sources littéraires traitant d'une manière ou d'une autre des neuf
choeurs angéliques. Un premier fil d'Ariane dans ce labyrinthe de textes divers nous a été fourni dans un premier
temps par différents thèmes de l'art médiéval où les neuf choeurs apparaissent et se développent, à certaines époques,
dans certaines régions ou centres culturels et spirituels. Grâce à ce premier paramètre, chronologique et
géographique, grâce ensuite à une méthode d'analyse diachronique et synchronique, nous avons pu diriger nos
recherches sans trop nous égarer. Le fruit de ce travail est ainsi un recueil littéraire embrassant largement tous les
genres littéraires médiévaux: traités ecclésiastiques, liturgiques, mystiques, scientifiques et théologiques; sommes,
sentences et encyclopédies; homélies et sermons; litanies, hymnes, antiphones et antiennes; visions, poèmes et
laudes. Une attention particulière a été consacrée aux semons qui nous ont fourni l'une des principales clés pour une
meilleure compréhension des rôles assumés par les neuf choeurs dans la pensée et la mentalité médiévales latines. À
l'aide des incipit, nous avons essayé de défricher systématiquement les deux grands répertoires sur les sermons
médiévaux compilés par J.B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters. Für die Zeit von
Praedicatorum
1 150-1 350, 11 etMedii
plusAevi
spécifiquement
.78 pour l'ordre des Dominicains, par Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis

Reposant donc sur ces trois piliers que sont nos recueils iconographiques, photographiques et littéraires, l'analyse
iconologique qui s'en dégage se distingue essentiellement de la démarche méthodique portée par l'axiome médiéval
de Yordo qui permettra de retracer l'évolution iconographique des neuf choeurs angéliques ainsi que les différents
degrés d'influences de certaines perceptions théoriques, théologiques et religieuses médiévales sur l'iconographie des
choeurs angéliques. La portée - souvent inattendue - de ces différents degrés ou couches d'influences sera
successivement déployée au cours de cette enquête divisée en deux grandes parties.

La première partie sera entièrement consacrée à une analyse chronologique des différents aspects des neuf choeurs
angéliques développés par l'art médiéval d'Occident. Elle comprendra, dans un premier chapitre, une analyse
formelle des différents systèmes de dispositions et de répartitions figuratives élaborés par l'art médiéval; et, dans un
second chapitre, une analyse détaillée du vocabulaire créé pour distinguer chaque ordre. Une comparaison serrée
avec les sources littéraires permettra de souligner l'importance des influences exercées par elles sur l'évolution
figurative des neuf choeurs. Ensemble ces différentes approches analytiques devraient aider à projeter un premier
éclairage sur les raisons qui ont fait que dès le XIIe siècle la pensée et la mentalité médiévales ont progressivement
intégré les neuf choeurs angéliques à son système du monde, tout en thématisant leurs significations et leurs rôles.

Les raisons de leur présence dans le monde médiéval et les rôles qu'ils y assument feront l'objet de la deuxième
partie de notre travail. Parmi les différents contextes iconographiques dans lesquels sont insérés les neuf choeurs
angéliques, nous distinguons plusieurs "blocs thématiques", qui nous ont permis de reconstruire à partir de leur
emplacement spécifique dans le processus de l'histoire du Salut un arrière-plan théologique et religieux de l'axiome
stipulé, à savoir de Yordo. Il s'agit d'abord du thème de la création des neuf choeurs angéliques, de la rébellion et de
la chute de Lucifer au premier jour de la Genèse; en second lieu, de la présence des neuf choeurs angéliques au
Jugement dernier, seuls ou avec tous les saints; en troisième lieu, du thème des neuf choeurs constituant avec les
différents ordres des élus la communauté céleste des images de la Toussaint; en quatrième lieu, enfin, de la présence
conjointe des ordres angéliques et des élus dans les images du couronnement de la Vierge. En d'autres termes est
donc étudiée ici l'idée de la déstabilisation de l'ordre primordial par la désobéissance de Lucifer et du long parcours
de la restauration de cet ordre par la création de l'homme et l'Incarnation du Verbe, dont l'oeuvre ne sera achevée
qu'à la Fin des temps, au Jugement dernier.

vaste
77 diffusionCf.Diffused
78
FriarsiSermons des
SCHNEYER
KAEPPELI,
idées from
théologiques,
1970,
Paris
1969-1978
before
4vols.-Une
spéculatives
, 1300,
8 vols.des
Oxford,
etmeilleures
religieuses,
1985. recherches
discutéessurparl'importance
les maîtresdeetlathéologiens
prédication scolastiques,
pour les mendiants
est celleet lederôle
D. D'Avray,
significatifThedes Preaching
sermons dans
of thela
PREMIÈRE PARTIE
Les Formes Figuratives 19

Les formes figuratives des neuf choeurs angéliques développées par l'art médiéval et leurs rapports avec des
perceptions médiévales relatives à la géographie et à la structure célestes.

Super quod est spirituale coelum; (de) hominibus


incognitum; ubi est habitatio angelorum per noven
ordines dispositorum.19
(Honorius Augustodunensis)

La) Introduction

En premier lieu, cette analyse constitue un répertoire des schémas figuratifs, indispensable pour une identification
plus précise de la présence des neuf choeurs dans tel ou tel contexte iconographique. En second lieu, l'analyse ainsi
proposée, est fondée sur l'observation de schémas développés par l'art médiéval et qui démontrent une indépendance
au moins partielle par rapport au thème principal. Autrement dit, leur application ne se limite pas nécessairement à
un thème spécifique mais à plusieurs. Cela nécessite tout d'abord un regroupement chronologique et non pas
seulement thématique des formes figuratives élaborées au cours des siècles. Cette approche permet ainsi de mieux
apprécier d'une part l'évolution formelle et figurative du thème des neuf choeurs et d'autre part les différentes
solutions développées dans telle ou telle region artistique et culturelle.80 En troisième lieu, cette analyse se justifie
grâce à des comparaisons entre une série de schémas figuratifs et des concepts théoriques antérieurs ou
contemporains sur l'organisation ordonnée et hiérarchique du monde céleste. C'est à ces derniers qu'est consacrée la
seconde partie de ce chapitre où sont plus spécifiquement analysées d'une part l'influence de la théorie dionysienne
du principe ternaire, d'autre part celle qui a été exercée par la cosmologie. En l'absence de recherches étendues où
ces deux théories sont examinées conjointement, il nous a paru intéressant d'esquisser une réflexion générale sur leur
évolution respective, afin de mieux comprendre la forme de quelques systèmes numériques et géométriques
appliqués aux représentations des neuf choeurs angéliques. Enfin, le troisième et dernier aspect de ce chapitre a pour
objet le rôle et la portée des trois différentes listes de choeurs angéliques proposées par Denys et saint Grégoire sur
les différents schémas figuratifs retenus par l'iconographie médiévale.

I.b.) Analyse des formes de dispositions et de répartitions numériques et géométriques des neuf choeurs
angéliques.

La forme la plus simple est celle de neuf figures ou bustes d'anges formant ensemble un groupe plus ou moins
homogène, ou disposés autour d'une figure axiale, entourée de deux groupes formant deux demi-cercles, ou en
alignement. La première de ces trois solutions est la plus ancienne. On la retrouve déjà sur le plat de reliure
carolingien du Liebighaus à Francfort-sur-le-Main, qui est attribué à l'école de Metz, vers 850. Neuf anges sont
associés à une Annonciation aux bergers [fig.40]. À la même époque, elle fut également utilisée pour le combat de
l'archange Michel contre le Dragon du chapitre 12 de l'Apocalypse, ainsi au fol. 38r de la fameuse Apocalypse de

79 différents
80
par
solutions
aux l'art médiéval
définitives
K.Decontextes
-A.imagine
pour
Wirth
ont distinguer
étémundi,
thématiques;
a présenté
acquises,
Lib.plusdans
II,cf.
nous visiblement
c.WIRTH,
son
CXXXIX,
pensons
important
1967,
que
lesP. ceneuf
article
L,futt.choeurs
cols. 172,
565-575.
l'sur
un des
col.angéliques.
les choeurs
mérites
146. duangéliques
Moyen
Contrairement
Age
un bref
queà d'survol
ceavoir
qu'deiélaboré
l affirme,
la question
peuà àsavoir
des unformes
peu querepertoire
ce numériques
n'est dequ'àsolutions
l'époque
et géométriques
formelles
baroqueadaptées
définies
que les
20 Les Formes Figuratives

Trêves [fig.l 13], reprise fidèlement au fol. 27v dans sa copie du Xe siècle, l'Apocalypse de Cambrai. Plus tard, seule
la fresque du baptistère de Padoue (seconde moitié du XIVe siècle) réutilisera cette disposition rudimentaire
[fig.82].81 Au début du Xe siècle, elle apparaît aussi en relation avec l'image des Fils de Dieu du premier chapitre du
Livre de Job, au fol.llr du Commentaire sur Job, Venetus Marcianus Graecus 538 de la Biblioteca Nazionale
Marciana, à Venise [cat.n°169]. Dans le même contexte elle réapparaît un demi-siècle plus tard au fol. 181v de la
Bible dite de León, Ms. 2, du chapitre de San Isidoro [cat.n°70].82 Bien plus tard, vers le milieu du XIVe siècle, elle
fut encore retenue au fol. 315r du Psautier-livre de prières de Bonne de Luxembourg de la Cloisters Collection à
New York, autour d'un Christ bénissant [fig.71]. - La seconde disposition, celle où l'on voit un ange placé au sommet
d'une mandorle représentée ou imaginaire et à l'extérieure de laquelle sont disposés symétriquement les huit autres
bustes d'anges, est attestée dans le courant du XIe siècle au fol. 449r du Livre de Job, Codex Patmou 171 de Patmos
dans une image de l’Ancien des Jours, qui illustre le début du trente-huitième Livre de Job [cat.n°134]. Elle fut
ensuite reprise à la fin du Duecento dans la mosaïque absidale de Saint-Jean-de-Latran à Rome autour de l'image du
Christ, où un séraphin occupe l'axe supérieur [fig. 101], puis dans la première moitié du siècle suivant, au portail de
la cathédrale d'Altamura en relation avec une Ascension [fig.l], et enfin sur la croix stationnale de Tortosa autour
d'un Christ bénissant [cat.n°156]. Elle pouvait être associée aussi, dans la deuxième moitié du Trecento, à un
couronnement de la Vierge, comme le montre bien le polyptyque de Tuscone du Museo Castelvecchio à Vérone
[fig. 126]. - La troisième disposition, celle d'un simple alignement, avec ou sans orientation, fut par contre introduite
au XIe siècle au fol. 278r d'un lectionnaire byzantin de la Bibliothèque du Vatican, Ms. gr. 1156, à propos d'une
Annonciation aux bergers [cat.n°165], et, au XIIe siècle, pour le même sujet, au fol. 2r du Psautier de la Reine
Mélisande de la British Library à Londres [cat.n°75]. Au début du XIIIe siècle, elle fut utilisée autour d'un Christ
Rédempteur, sur l'architrave de S. Michele degli Scalzi à Pise [fig.95], ou en relation avec un réveil de la Vierge par
les anges sur les linteaux des cathédrales de Lausanne [fig.48] et d'Amiens [cat.n°5]. On la retrouve également vers
le milieu de ce siècle en corrélation avec une création des anges et une chute de Lucifer au fol. 5v de la grande
initiale de la Bible de Robert de Bello de la British Library à Londres [fig.50]. Au XIVe siècle, elle fut retenue pour
huit des neuf anges représentés sur le tombeau de saint Pierre le Martyr à S. Eustorgio de Milan, en compagnie d'un
Christ bénissant [fig.61]83 et pour les êtres célestes de la cathédrale de Wells, en corrélation avec un Jugement
dernier [fig. 134]. C'est encore le cas du couronnement de la Vierge du panneau du Musée de Troyes [fig.l 14] et
pour une Maestà dans la fresque détachée de la Brera à Milan, et qui provient de S. Caterina à Mocchirolo, où sont
par contre représentés des couples d'anges [fig.62a].

Une disposition assez répandue durant tout le Moyen Age est celle de deux groupes d'anges, répartis horizontalement
en deux groupes de quatre et cinq figures représentées en entier ou en buste.84 Elle apparaît dès la fin du Xe siècle,
au fol. 2v du fameux Psautier d'Aethelstan, dans une représentation de la Toussaint [fig.51] et, vers la fin du XIe
siècle, associée au thème du Jugement dernier sur la fresque de Sant'Angelo in Formis [fig. 108]. 85 Au XIe siècle,
elle fut utilisée dans la Bible de Rode, au fol. 6v, autour d'un Christ Créateur [fig.90]; dans le Codex aureus de Spire,
au fol. 2v, autour d'un Christ en majesté [fig.3 1]; ainsi que sur le couvercle du sarcophage de Bernhard d'Hildesheim
en compagnie de l'Agneau [fig.44]. Au début du XIIe siècle, elle fut retenue au fol. lv de la Bible de Pommersfelden
de la Gräflich-Schönbom'schen Schlossbibliothek à Pommersfelden, pour la création des anges [fig.96], sur le
couvercle d'un coffret franconien du Kunstgewerbemuseum de Berlin en relation avec une Ascension [fig. 13], et
dans la deuxième moitié du Trecento, au baptistère de Padoue [cat.n°121]. Au XIIIe siècle, on la retrouve sur un
panneau provenant de la porte de l'église Sitt Miriam au Caire, associée à une Annonce aux bergers [cat.n°84]; en
Italie, vers 1280, dans la Glorification de la Vierge de l'église supérieure de Saint-François à Assise [fig.5] et,

81 laélussuite
des
82
renoncement
Williams
83
84
85
par d'Apc
avaitpar
Onà proposé
La
Le
L'assymétrie
G. VII,
l'association
tombeau
Gunhouse
lecopie
la fresquiste;
retrouve
15-18
dedans
denumérique
la[fig.88],
propose
aussi
saint
Bible
sades
cf.thèse
GUNHOUSE,
Fils
dans
Augustin
ladeestdeprésence
non León
l'Apocalypse
unDieu
pasàimportant
duS.une
aux
d'Pietro
XIIe
1991,
uninfluence
neuf
dixième
d’Isabelle
siècle,
point
p.inchoeurs
Cielode
58-60,
byzantine,
ange
Ms.référence
de153
d'Oro
angéliques.
3France,
surduetàlemais
ss.Pavie
chapitre
pour
côté
Ms.unÀreprend
droit,
établir
fr.modèle
propos
de13096
San
pour
lafidèlement
des
commun;
présence
Isidoro,
de parallèles
lequel
la Bibliothèque
selon
cette
délibérée
necf. retient
luiWILLIAMS,
iconographiques
disposition
subsisteraient
etpas
Nationale
nonleaccidentelle
[cat.
nombre
1962,n°dedes
entre
p.135).
France,
fragments
neuf,
118-120.
l'des
oeuvre
mais
vers
neufd'byzantine
leu1313,
choeurs
n réduit
dessin
à angéliques.
l'occasion
etàpréliminaire,
six,
celleceded'quiuLeón,
neabandonné
signifie
adoration
J. W.
un
Les Formes Figuratives 21

plusieurs décennies plus tard, entre 1312 et 1333, dans la mosaïque de la cathédrale de Florence illustrant un
couronnement de la Vierge, où chacun des deux anges supérieurs, séraphin et chérubin, président les autres groupes
[fig.32]. Durant ce même siècle, elle apparaît aussi en corrélation avec des images théophaniques de différents
chapitres de l'Apocalypse, comme en témoignent bien l'image 14 de l'Apocalypse du Trinity College à Dublin
[fig.30], le fol. 21r de l'Apocalypse Ms. Pepys 1803 de la Magdalene College Library à Cambridge [fig.22], le fol.
38r de l'Apocalypse Ms. Add.17333 de la British Library à Londres [fig.56] et le fol. 69 de l'Apocalypse Ms. lat.
14410 de la Bibliothèque Nationale de France [fig.92].86 On la retrouve également à la page 1 18 du Livre d'Heures
du duc de Berry dans le contexte d'un couronnement de la Vierge [fig.21], ainsi que sur le panneau florentin de la
Collection Campagna à Paris, en relation avec le mariage de sainte Catherine [fig.93]. Elle fut encore en usage en
1428 au fol. 122v de la Varia ad vitam et miracula sancii Laurentii & Speculum humanae salvationis, Ms 9332-
9342 de la Bibliothèque Royale de Bruxelles, dans une représentation de la création des anges et de la chute de
Lucifer [fig.20]. La répartition en deux groupes de quatre et cinq anges sur deux registres superposés fut en
revanche très rare. On en retrouve un exemple aux IXe/Xe siècle dans l'illustration du Psaume CIV au fol. 1 lr du
Psautier Ms. gr. 20 de la Bibliothèque Nationale de France [cat.n°128] et, au XIVe siècle, en liaison avec une
création des anges, au portail de la cathédrale de Schwäbisch Gmünd, où le sculpteur a représenté sur le registre
supérieur un dixième ange, certainement Lucifer [fig.109].

De très riches possiblités sont offertes par la répartition en triades, auxquelles les neuf choeurs angéliques sont
théoriquement si étroitement reliés. Cette répartition apparaît très tôt, au fol. 182r du Psautier d'Utrecht, en relation
avec un Christ bénissant. On y voit trois groupes de trois anges, un à gauche et deux à droite [fig.l 16]. 87 Au siècle
suivant, on retrouve une disposition semblable au fol. 34v des Homélies de Jean Chrysostome, Ms. Atheniensis 21 1
de la Bibliothèque Nationale d'Athènes, en illustration de la parabole des dix drachmes. Trois groupes d'anges en
buste font face à Adam (?) tenant la lampe [cat.n°14]. Une synthèse précoce se rencontre ensuite au début du XIe
siècle au fol. 5r du Commentaire sur le Cantique des Cantiques exécuté à la Reichenau, où sept des neuf choeurs
angéliques répartis en triades et les deux autres en couples sont associés à un Christ bénissant [fig.l 1]. 88 La
répartition en triades proposée vers la fin du même siècle dans la fresque de la chapelle méridionale du porche de S.
Pietro sopra Civaie est nettement plus simple. Sous une image du Christ en buste flanqué d'un chérubin et d'un
séraphin, sept triades de figures angéliques sont alignées et désignées par des inscriptions [fig.l 07]. On retrouve ce
groupement en triades, dans le premier quart du XIVe siècle, au fol. 2v de la Bible Historiée, Ms. Spencer 22, de la
Public Library à New York, en relation avec une rébellion de Lucifer [fig.70a]. - Une disposition, que l'on pourrait
qualifier de typiquement byzantine, est celle de deux groupes de trois triades d'anges, réparties symétriquement sur
trois rangées superposées. Elle apparaît pour la première fois au Xe siècle sur une plaque d'ivoire de la
Skulpturenabteilung Staatliche Museen Preussischer Kulturbesitz de Berlin, n° inv. 574, en association avec un
Christ trônant, apparaissant au-dessus des quarante martyrs de Sebaste [cat.n°22].89 On la retrouve beaucoup plus
tard dans la première moitié du XIVe siècle, à Mistra, sur la voûte absidale du diaconicon de Saints-Côme-et-
Damien de la métropole Saint-Démétrius, autour d'un Christ Juge [cat.n°93]. - La répartition en trois triades d'anges
en buste ou en pied, sur des registres quadrillés, est assez répandue. On la rencontre pour la première fois dans la
seconde moitié du XIIe siècle au fol. lr de la Paraphrase de la Gènese de la Nationalbibliothek à Vienne, sous
l'image de Dieu et de deux anges soutenant sa mandorle, dans une représentation qui introduit la rébellion et la chute
de Lucifer [fig.l30a]. Par la suite elle s'intégrera dans des cadres géométriques ou architecturaux, comme on le voit

P.86Sigmaringen,
Library,
87
88
des
byzantine
Erinnergungsschriften
Anspruch
89
WEITZMANN,
KLEIN,
bustesOxford,
n'und
d'Apokalypse
eaLe
Sur
Fidèlement
De
stnges
1974,
geistliche
remarquables
pas
modèle
la1934,
Graz,
enquestion
p.à triades,
exclure
255-275.
p.zur
1983,
dereprise
Ms27,Würde
cette
des
zwölfhundersten
Douce
n°etp.parallèles
dudans
9,d'parentés
147-149,
oeuvre,
ader
fait
utre
pi.180,
saIII.Abtei
des
part
copie,
fac.-sim.
leexistent
oup.contacts
triptyque
dans
des
194,
Reichenau
Wiederkehr
Ms.filiations
laentre
218,
R.17.1
Vollständige
tentative
étroits
defig.
cette
l'Ermitage
unter
entre
du156,
desentre
oeuvre
de
Trinity
lesOtto
Gründungsjahres
158-160.
distinguer
Faksimile-Ausgabe
leateliers
à centre
etCollege,
III",l'illustration
Saint-Pétersbourg,
dedans
français
demanière
Cantorbéry,
laDie
Reichenau
des
etdes
vom
Abtei
anglais
sommaire
Inselklosters,
Homélies
neOriginalformat
exécutée
retient
Reichenau.
qui
et lalesontdeque
maison
à produit
ordres
Jean
Munich,
Christ
laNeue
der
représentation
Chrysostome.
auimpériale
Church,
dans
moyen
Handschrift
1925,la seconde
BeiträgeCantorbéry
de
ottonienne;
vol.
vêtements
dezur
Ils1,Msdeux
moitié
consistent
Geschichte
p.Douce
vers
113-126;-H.
triades
cfet-dud'1Die
180
a147
XIIIe
ttributs
d'd'anges;
uund
neKultur
aus
[cat.siècle
part
Kultur
dem
MAURER,
différents.
n°cf.der
dans
38).
cesBesitz
GOLDSCHMIDT,
des
Abtei
Apocalypses:
le Une
regroupement
der
Inselklosters,
"Rechtlicher
Reichenau.
BodleianF.
influence
22 Les Formes Figuratives

sur deux oeuvres du XIIIe siècle, le vitrail de saint Apollinaire de la cathédrale de Chartres [fig.28] et la chasuble du
Kunstgewerbemuseum de Vienne [fig.131]. Dans le premier exemple, les anges répartis par couples sont disposés
sur plusieurs registres de carrés et de lobes. Distingués les uns des autres par leurs vêtements et leurs attributs, ils
sont associés à un Christ bénissant. Sur la chasuble de Vienne, neuf figures d'anges répartis en triades sont disposées
sous un Christ en majesté à l'intérieur d'arcades superposées. Un effort de clarification, accompagné d'une mise en
valeur hiérarchique, se fait jour au début du XIVe siècle au fol. 304r du Psautier de la Reine Marie de la British
Library à Londres [fig.52]. Il sera repris de façon splendide quelques années plus tard dans le couronnement de la
Vierge du fol. 20r du Passionaire de l'abbesse Cunégonde de la Bibliothèque Universitaire de Prague [fig.99a]. Une
variante contemporaine, en son genre unique, figure au fol. lr de la Bible dite de Sucha du Musée Wavel à Cracovie.
Autour d'un Christ bénissant, neuf bustes d'anges sont répartis sous neuf arcades constituant les bordures verticales
et inférieures de la page [cat.n°42], - Une solution plus élaborée fut développée vers 1414/15 au fol. 94v de la
Mettener Handschrift Cod. lat. 8201 de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. Associés à une Vierge glorifiée,
neuf groupes d'anges en buste, désignés par des inscriptions, sont répartis à l'intérieur de neuf carrés alignés par
groupes de cinq et quatre sur deux registres superposés [fig.64].-Une autre variante, plus simple, nous est offerte par
une répartition en triades sur trois registres superposés, disposés de part et d'autre d'une figure centrale. C'est ainsi
que se présentent les anges en buste de l'illustration du Fiat lux au fol. 2r de la Bible Moralisée de Tolède [fig.l 1 1]
et au fol. 2r de sa copie de la Bodleian Library à Oxford [fig.79]. Dans un même contexte thématique, on trouve neuf
groupes de trois anges, des séraphins, disposés sur différents segments de sphères, au fol. 167r du Psautier glosé Ms.
lat. 8846 de la Bibliothèque Nationale à Paris [fig.92]. - Mais c'est certainement dans l'art du Trecento italien que ce
principe ternaire revêtit les formes les plus variées. La forme la plus simple montre trois triades de bustes ou de
figures en pied, disposées en groupes serrés ou plus aérés autour d'une figure centrale qui peut être celle d'un Christ
Rédempteur, comme c'est le cas pour un panneau du Museo Civico de Bolzano [cat.n°27], ou celle d'une Maestà,
comme sur le diptyque n° 14 de la R. Lehmann Collection du Metropolitan Museum of Fine Arts à New York
[fig.73], au fol. 9 lr des Décrétales du Pape Clement V, Ms. 2047 de la Nationalbibliothek de Vienne, [fig.128], sur
le triptyque de la National Gallery of Fine Arts à Washington D.C., qui propose par contre une disposition plus
élaborée: deux fois trois triades d'anges [fig. 133].-Une autre solution, plus complexe, consiste à lier l'idée de triade à
une disposition hiérarchique, où chaque ordre est distingué. C'est ce qu'on voit sur une fresque du Jugement dernier,
provenant de la Cappella aujourd'hui détruite Dei Dotto de l'église Eremitani à Padoue, où neuf triades d'anges sont
réparties verticalement [fig.84-], ou alors associées à un Christ Roi, comme aux fols. 6r-7r du poème

panégyrique
Revelationum
regroupées
pour
hiérarchiquement
des
consiste
angéliques,
leprésentées
accompagnés
la
Padoue,
son
sur Vierge
voutain
trois
ordres
état
la fresque
registres

àfragmentaire,
[fig.69].-Une
médians
horizontalement
en
répartir
distribués
septentrional
ledede
d'inscriptions
triades
système
deRobert
Brigitte
delala
superposés.
etfaçon
salle
etinférieurs
triade
enternaire
d'Anjou,
rangées
on
solution
trois
dedusymétrique
sur
ysupérieure
[cat.n°110].
Suède
la
Maggior
C'est
fois
distingue
deux
atteint
[fig.
calotte
obliquement
Ms.
ingénieuse
trois
de125].
ceregistres
qu'on
Royal
laConsiglio
et son
autour
groupes
absidale
Pierpont
verticale
C'est
la
91 apogée
Un
observe
présence
fut
6les
superposés
de
Eleautre
inventée
unes
du
sur
IX
degrâce
même
Morgan
pour
la Palais
sur
partie
trois
delaau-dessus
moyen
des
les
lalacathédrale
principe
pour
aàpages
Library
fresque
trois
des
British
neuf
supérieure
été
une
deleDoges
retenue
garantir
ordres
[fig.53a_c].
disposition
des
Jugement
choeurs
absidale
àqui
Library,
d'Orvieto,
New
autres
àetsupérieurs,
apour
Venise
une
àété
York,
angéliques
disposer
consacrée
dernier
[fig.83].90
Londres,
disposition
un
symétrique
Une
adopté
est
couronnement

enautre
en
elle
relation
les
de
les
au
diagonale
qui
au
répartis
laaussi
Larépartition
trois
harmonieuse
deux
fol.
de
Jugement
Cappella
montrent
solution
avec
huit
4v
intéressante
ordres
autres
de
en
pour
du
cohortes
une
laen
degli
choisie
triades
dernier
les
Liber
symétriquement,
Vierge
supérieurs
des
glorification
les
triades
neuf
deux
Scrovegni
trois
car,
angéliques
àCelestium
de
disposées
peint
l'origine
choeurs
d'anges
malgré
triades
l'église
sont
sur
deà

90 registres
des
l'exception
91Chapitre
rejetant lesVI,deux
deLa
Les
p.superposés.
celle
152,
copie
deuxqu'note
derniersdeautres
utilisa
682.
ordres
Les cohortes
Jacopello
ordres
Giusto
au registre
delangéliques
de'sont
FioreMenabuoi
figurées
inférieur
en 1430
sontsous
pour
[fig.
donc
abandonne,
124],
une
laaufresque
forme
nombre
probablement
abrégée
du deJugement
dix.parOndeux
par
dernier
retiendra
groupes
manque
dequel'église
de laquatre
place,
disposition
abbatiale
bustes
cette magnifique
deen
d’anges,
SS.
huit Pietro
cohortes
répartis
disposition
e Paolo
deproposée
partternaire
à etViboldone
d'parautre
des
Giotto
deordres
[cat.n°175];
laresta
fenêtre
angéliques,
sansaxiale
cf.suite,
infra
sur
enà
Les Formes Figuratives 23

San Lorenzo in Ponte à San Gimignano [fig. 104].-À côté de ces diverses combinaisons qui procèdent toutes du
principe ternaire, on en trouve une autre où l'on a essayé de répartir neuf groupes d'anges, distincts les uns des
autres, sur trois registres superposés. C'est ce qu'on voit à Santa Maria Donnaregina à Naples, où il fut appliqué
deux fois: une première fois dans le Jugement dernier où sont disposés de cette manière non pas neuf, mais dix
groupes d'anges [fig. óó35]; une seconde fois dans un contexte probablement apocalyptique [fig.65, 65], hypothèse

hiérarchiquement
querelation
qui
différents
est
en
du
ajoutés
décennies
College
Library
Museum
espagnole
l'archange
Petit
celle
nous
corrobore
aux
ààPalais
qui
de
montre
Londres
choeurs,
Oxford
Michel
du
avec
neuf
Cambridge
abandonne
début
peut-être
XIVe
d'Avignon
leordres
au
sur
contre
[fig.80a_1];
[fig.57];
couronnement
lafol.
du
un
même
siècle.
leun
[fig.
XVe
[fig.85].-Un
axe
le468
[fig.9],
principe
etDragon
précieux
disposition
vertical.
v,25].-Une
enfin
Les
sur
siècle,
autour
de
une
ettriades
autour
[fig.3].
ternaire
ladocument,
leC'est
autre
image
d'un
Vierge,
fresque
disposition
beau
[fig.55a].92-Une
de
ced'anges,
Christ
pays,
pour
de
latriptyque
qu'on
comme
Trinité
absidale
la
l'Apocalypse
celui
l'Angleterre,
Bible
enternaire
voit
distinctes
majesté,
d'une
lede
dudans
italienne
de
montrent
autre
fol.
laetSan
répartition
lecathédrale
de
42v
hiérarchique
utilisa
outre
variante
les
Jugement
Giorgio
laMs.
des
bien
page
unes
des
régulièrement
Heures
Add.
ded'Anvers,
sur
une
àparallèles
276
des
dernier
cette
Padoue,
nous
quatre
47472
oeuvre
du
deautres,
disposition
Missel
la
est
des
registres.
de

étroits
Vierge,
siennoise,

cette
proposée
vitraux
la
sont
est
des
de
British
solution
dans
représenté
anges
Ms.
Sherborne
en
alignées
Elle
deleenfin
registres
375,
les
la
Library
panneau
fut
musiciens
dès
chapelle
distinctions
par
surtout
duou
lede
lesFitzwilliam
une
superposés
àdu
combat
disposées
la
dernières
Londres,
du
utilisée
ont
British
oeuvre
Musée
New
des
été
de

Une disposition fondée sur le principe de la symétrie consiste à répartir les anges en deux groupes de neuf figures, en
pied ou en buste, horizontalement, verticalement, en registres superposés. Elle est attestée surtout en Italie à la fin du
Duecento et au Trecento. - C'est la première disposition qui fut choisie dans le deuxième quart du XIVe siècle sur un
petit relief du campanile du Duomo de Florence, de part et d'autre d'un Christ bénissant, appartenant à une image de
l'astronomie [cat.n°48].-La seconde solution fut adoptée vers la fin du XIIIe siècle dans la nef de l'église supérieure
de Saint-François d'Assise pour une image du Dieu-Créateur, où les séraphins au sommet du clipeus dominent les
bustes des autres anges [cat.n°l 1]. Elle apparaît ensuite dans la troisième décennie du siècle suivant sur la façade de
la cathédrale d'Orvieto en corrélation avec un Jugement dernier dans lequel les deux groupes d'anges encadrent la
mandorle du Christ [fig. 75]. Cette solution simple fut reprise pour le même thème une trentaine d'années plus tard,
au fol. 1 9 lr d'une oeuvre morave, l'Évangéliaire du duc Albrecht III, à la seule différence qu'ici les anges sont
disposés à l'intérieur de la mandorle [fig. 127]. 93 Celle-ci servit de support, vers 1420, dans l'Assomption du Musée
de Capodimonte à Naples, à une répartition hiérarchique, soulignée par une claire distinction des ordres angéliques
[fig.67].-C'est un effort semblable, cette fois lié à une disposition verticale, qui se laisse observer dans quelques
couronnements de la Vierge à Florence et en Toscane, du deuxième quart du Trecento, par exemple au fol. 7 lr de la
Divine Comédie de la Biblioteca Trivulziana à Milan [fig.60], ou dans trois versions du couronnement de la Vierge
peintes par Bemardo Daddi et son atelier: celle du Staatliches Museum à Altenburg [fig.2], de la Gemäldegalerie
Dahlem à Berlin [fig. 12], et de la Pinacoteca de Turin [cat.n°161]. - La dernière disposition que nous avons retenue,
celle de deux fois neuf couples d'anges, est aussi la plus répandue. Elle apparaît vers la fin du XIIIe siècle dans la
mosaïque absidale de Sainte Marie-Majeure à Rome, autour d'un couronnement de la Vierge [fig.102]. Par la suite,
au Trecento, on la retrouve associée au Christ Rédempteur sur le retable du Cardinal Jacopo Stefaneschi [fig. 120] ou
dans la fresque absidale de l'église abbatiale de Pomposa [fig.97], ou associée à un Christ en majesté, comme dans la
fresque au programme très complexe de l'Église militante et de l'Église triomphante de l'ancien chapitre de Santa

Mariapour
ainsi
Vierge Novella
sur l'Assomption
le gable
à Florence
de lade[fig.34].
stalle
la Vierge
duElle
choeur
dufutpanneau
utilisée
de la cathédrale
du
aussiMusée
à la d'Orvieto
même
de Sanépoque
Giminiano
[cat. n°
pour
114];
diverses
[fig.
les106];
Maestà
représentations
le Couronnement
du triptyque
mariales,
de la

92 choeurs
infra
93
neuf
répertoire
Chapitre
iconographique
Les
Le
dans
VI,critère
deux
p.des147,
fragments
numérique
représentations
noteen657.deplace
mis estl'adans
rc-triomphal
italiennes
dès ces
la findeux
du etDuecento;
casla essentiel
Jugement
Bible oùdecf.lepour
Londres
infra
Christ
l'iChapitre
dentification
n'estontgénéralement
guère
IV, dep.été1la18étudiés.
présence
etporté
ss. dans
Ilsdesseront
laneuf
mandorle
traités
choeurs.auparOn
chapitre
sixneoupeut
huit
VI,pas
anges.
auquel
supposer
Ceux-ci
nous larenvoyons
présence
font plutôtleimplicite
lecteur;d'des
partie ucf.n
24 Les Formes Figuratives

Pinacoteca Nazionale de Bologne [fîg. 1 8] et de la fresque datée des années 1420 de San Lorenzo in Ponte à San
Giminiano, où là, au lieu de deux groupes de neuf anges, nous en avons deux fois dix-huit [fig.105]. C'est une
disposition semblable qui accompagne la Vierge Miséricordieuse de la chapelle del Corporale de la cathédrale
d'Orvieto [cat.n°112].

Les représentations avec vingt-sept anges, répartis en groupes plus au moin compacts autour d'une figure centrale,
sont en revanche plus rares. On en rencontre un exemple dans le dernier quart du XIVe siècle dans le transept
méridional de l'église supérieure de Saint-François à Assise en relation avec une Adoration de l'Agneau [fig.7] et, au
début du siècle suivant, au fol. 5v de la Bible historiée de la John Rylands Library à Manchester. Ici les anges
entourent un Christ Logos, se reposant au septième jour de la Création [fig.59].

Tout aussi rare est la répartition symétrique de neuf groupes d'anges sur neuf registres superposés. Nous n'en
connaissons qu'un seul témoin, le dessin de la page 30 du Ms. Barb. lat. 4408 de la Bibliothèque du Vatican, dessin
qui reproduit une fresque de la salle des malades de l'hospice San Giacomo al Colosseo à Rome, exécutée vers la fin
du Trecento et détruite au début du XIXe siècle. À l'origine cette disposition avait été conçue pour une composition
associant une Assomption à un Couronnement de la Vierge [fig. 1 17].94

Une disposition appelée à une grande diffusion grâce à sa forme géométrique simple est le cercle constitué de neuf
têtes, bustes, figures ou couples d'anges. La première solution figure à la fin du XIe siècle au fol. 6v de la Bible de
Lobbes en corrélation avec la création des anges et la chute de Lucifer [fig. 112]. Cette disposition fut reprise au
début du XIIIe siècle sur la façade occidentale de la cathédrale de Laon, en illustration de la création des anges, où
neuf têtes sont disposées en cercle, à l'intérieur d'un disque, autour d'une dixième tête [fig.47]. Elle apparaît aussi
dans la première moitié du XIVe siècle dans le Graduel de Gisèle du Gymnasium Carolinum à Osnabrück pour
l'initiale du Confitenti de la page 14, où huit têtes entourent une figure angélique représentée de trois quarts
[fig.77].-La seconde variante est attestée, vers 1240/50, dans la rose nord de la cathédrale de Lyon en relation avec

descoupole
dès
décorée
Anges
apparaît
Lambert
abrégée
[fig.
baptistère
vêtements,
complexe
bustes
apocalyptique
la
seulement
dans
leurs images
le137].
lad'Ikorta
actions
d'anges
milieu
de
seconde
coupole
àpour
des
dede
l'origine
Par
encore
les
dusimples
leurs
sept
deSaint-Omer,
etSan
du
la
deux
Dieu-Créateur,
et
laen
[cat.n°62]
désignés
première
du
moitié
des
suite,
attributs
sa
XIe
chapelle
Marco
fut
médaillons
d'un
cour
ordres
baptistère
noms
mise
neuf
siècle
elle
Christ
du
par
àCod.
céleste
etprivée
fois
ousupérieurs
de
Venise
XIIe
au
choeurs
trouva
de
des
dans
leurs
sont
huit
Pantocrator
point
de
dans
Guelfi
Saint-Nicolas
inscriptions,
[fig.81].-La
siècle
lala
de
Florence.
où,
choeurs
certainement
disposés
actions,
lechute
quelques
angéliques,
l'abbé
coupole
[fig.43].
troisième
associées
1et Gud.
deangéliques
auetd'Hersfeld
etenentourent
LesLucifer,
début
quatrième
détruite
àde
décennies
sont
Cette
lat.
cercle
Kincivissi
couples
quart
àvers
neuf
intégrés
unde
du
désignées
disposition
lede
Christ
du
figures
autour
la
où,
XIIIe
dans
unmilieu
variante
la
plus
d'anges,
Herzog
naos
XIIe
Christ-Logos
àautour
[cat.n°66],
création
ledes
Pantocrator,
siècle
du
d'anges
tard
par
cadre
siècle,
dufut
clipeus
fut
groupes
différenciés
August
d'une
des
XIVe
Catholikon
dans
d'Adam
dans
reprise
représentée
circulaire
[cat.n°99].
en
inscriptions
auapocalyptique
figure
lasiècle
[cat.n°87].
deux
relation
Bibliothek
fol.
les
d'anges
coupole
dans
etfigures
par
64v
d'du
églises
d'une
sala
Ève
Cette
la
avec
monastère
leurs
de
plus
Christ
première
[fig.
musiciens,
deuxième
du
- d'anges
représentation
àetla
Lagéorgiennes,
[fig.32].
une
disposition
Wolfenbüttel,
122].
baptistère
belle
de
vêtements,
copie
troisième
Pantocrator
l'Église
déisis.
fois
se
demoitié
-représentation
du
Une
entourent
distinguent
Nea
au
de
fut
Liber
triomphante:
En
variante
leurs
celle
cosmographique
élaboration
XIIe
Padoue,
du
Moni
ensuite
sous
Occident,
se XIIIe
Floridus
attributs
des
siècle
distinguent
unpar
la
àapparaît
dans
reprise
Saints-
Chios,

forme
Christ
siècle
leurs
dans
neuf
plus
elle
les
ou
de
le

94anges
des
d'Cécile
Aussi
sérieusement;
représente
séraphins,
conjecturale
auet Transtévère
cinq
parCette
cf.contre
sépare
paires
WILBERT,
composition
queque
horizontalement
d'à areste
Rome,
nges,
huit ordres;
1916,
cette
dont
axiale
exécutée
vol.
deux
reconstruction,
constituée
cf.
les2,3,
ROMANO,
vers
situées
huitp.1291/93
autres
d'auunelle
1054, point
clipeus
enfig.
1992,
partrouverait
deux
deP.p.etjonction
506. Cavallini;
groupes,
386.
d'- uLenedans
dessin
mandorle
des
rappelle
avec
la deux
defresque
laSéroux
quidifférence
celle
mandorles,
luideque
estd'l'hospice
Agincourt
superposée,
J.quereprésentent
W. ceWilpert
unpour
chercheur
avec
témoin,
son
avait
la son
suite
Histoire
limitait
proposée
certes
encadrement
du fragment
ladepostérieur,
présence
l'pour
art retenu
delasubsitant
neuf
fresque
des
maisauchoeurs
fol.
àdes
duconsidérer
Jugement
17r
séraphins
angéliques,
angéliques
du Ms.etdernier
etVat.
ààdont
des
analyser
trois
lat.chérubins.
del'u9848
n,rangées
Sainte-
celui
plusne
Les Formes Figuratives 25

La répartition des neuf choeurs sur un nombre égal de cercles ou de sphères concentriques, distingués alors par des
inscriptions, un costume particulier ou des attributs, est directement liée à la disposition circulaire. On la recontre
vers 1120 dans l'exemplaire original du Liber Floridus de Lambert de Saint-Omer, Ms. 92 de la Bibliothèque
Universitaire de Gand, où, au fol. 226r, huit des neuf choeurs accompagnés d'inscriptions sont répartis sur quatre
cercles concentriques [fig.41]. Un demi-siècle plus tard, la même disposition réapparaît dans la copie disparue du
Liber Scivias d'Hildegarde de Bingen, de la Landesbibliothek de Wiesbaden, Ms. 1, dans l'illustration de la grande
vision des neuf sphères angéliques du fol. 38r [fig.135]. Cette solution insolite fut reprise à la fm du XIVe siècle,
sous une forme encore plus élaborée dans trois oeuvres italiennes. La première et la plus ancienne, la fresque du
Camposanto de Pise, l'associe à une gigantesque carte cosmique [fig.94]; la seconde, la fresque de la voûte de SS.
Annunziata de Riofreddo, vers 1422, à un Christ Pantocrator, où sept des neuf choeurs angéliques sont répartis sur
quatre cercles concentriques [flg. 100]; la troisième, enfin, la fresque détruite de l'église supérieure de San Clemente
à Rome, vers 1430/1440, l'associe à une Trinité [fig.136].95 Le seul témoin nordique du début du XVe siècle figure
dans leenrecueil
323v, liaison de
avectraités
à unesurcarte
l'astrologie
du mondeet[fig.
la médecine
1 15]. de l'Universitätsbibliothek de Tübingen, Ms.d.2., au fol.

Une variante de cette dernière solution, fondée sur la présence d'un cadre constitué de neuf sphères ou segments de
sphères, apparaît au début du XIIIe siècle dans un traité anonyme sur la destinée de l'âme, au fol. 90r du Ms. lat.
3236 de la Bibliothèque Nationale de France. Les anges y étant seulement représentés par des inscriptions sont
associés à une représentation cosmologique et mystique [fig.90]. Elle est également utilisée un siècle plus tard, sous
une forme plus élaborée, car elle sert de cadre à une répartition hiérarchique de neuf groupes de bustes d'anges
pourvus d'inscriptions, au fol. 107v de la Légende de saint Denis de la même bibliothèque. Elle est associée à
l'image de la Trinité [fig.87].-Cette même disposition sert aussi à répartir hiérarchiquement un nombre variable de
bustes d'anges alternant avec des bustes d'élus, identifiés par des inscriptions, des attributs, ou la combinaison des
deux. Elle fut proposée pour la première fois dans la seconde moitié du XIIe siècle dans le fameux Hortus
deliciarum d'Herrade de Landsberg pour la cour céleste, au fol. 244r, en relation, à ce qu'il semble, avec un Christ
bénissant et une Vierg e-Ecclesia trônant [fig. 110e]. On la retrouve par la suite au début du XIIIe siècle dans des
oeuvres d'origine française, comme la très belle illustration de la Trinité du fol.lr de la Bible Historíale, Ms. Fr. I,
tome I de l'ancienne Bibliothèque Impériale Publique de Saint-Pétersbourg [fig. 103] ou les Livres des anges de
François Eximinez du Kupferstichkabinett à Berlin, oeuvre de la troisième décennie du XVe siècle [fig. 15]. Elle
figure encore en relation avec des représentations de la cour céleste en images de la Toussaint et du Paradis, ainsi
que l'illustrent magnifiquement, vers 1320, le vitrail de la cathédrale de Cologne [fig.29] et, un demi-siècle plus tard,
la fresque de la paroi gauche de la Cappella Strozzi à Santa Maria Novella à Florence [fig.35].96 - Une forme
simplifiée, avec trois segments concentriques seulement, sur lesquels sont répartis un nombre variable de bustes
d'anges, fut utilisée vers 1250/75 dans le Psautier-Livre d'Heures d'Isabelle de France, du Fitzwilliam Museum à
Cambridge, autour de l'initiale de la prière Deus qui miro ordine angelorum, au fol. 199r [fig.24]. On la retrouve
encore dans la seconde décennie du XVe siècle dans le traité de Jean de Corbechon, Des Proprietiez des choses,
traduction française du De Proprietatibus Rerum de Bartholomé Anglicus, du Fitzwilliam Museum à Cambridge.
Aux fols. 24v et 28v, liés à l'image de la Trinité, les anges, alternant avec des élus, sont répartis de même sur trois
segments concentriques superposés [fig.23].

Une variante importante utilise la forme semi-circulaire ou segmentaire d'une structure architecturale, par exemple
celle des voussures dans lesquelles les neuf choeurs angéliques peuvent être disposés de manières différentes. C'est
ainsi que furent répartis, vers 1165, sur les deux pans de l'archivolte du portail de Saint-Trophime à Arles, deux
groupes de neuf couples d'anges en buste, associés à un Jugement dernier [fig.4]. Dans le même contexte, le portail
du transept sud de la cathédrale de Chartres adopte une disposition radiale où neuf groupes de figures angéliques, en

95suggérer
deux
à96 fresques
unePour
Lesdeinfluence
rapports
Rome
une bonne
etnordique
formels
de analyse
Riofreddo
entre
sur dele l'Hortus
ces
maître
se retrouvent
troisflorentin;
deliciarum,
oeuvreschezcf.et ROMANO,
dele vitrail
BRUDERER,
leurs rapports
de Cologne
1992,
1993,
iconographiques,
p. 411-418,
etp. la57-61
fresque
fig. de5voir
s.Nardo
p.LLOYD
384,di p.Cione,
477-482,
1985,parp. ailleurs
167-180
fig. V 47,1,
thématiquement
- DesV, reproductions
47,3, V, très
47, 7-8.
proches,
photographiques
nous incitent
des
.
26 Les Formes Figuratives

nombre variable, distincts cette fois les uns des autres, occupent les parties supérieures des cinq voussures [fig.27].
Associée à un couronnement de la Vierge, cette disposition radiale fut également utilisée, au début du XVe siècle,
dans la fresque de la Cappella Bolognini à Bologne. Neuf groupes de figures d'anges et d'anges en buste, sont
répartis symétriquement dans les neuf voussures du portail céleste peint, différenciés les uns des autres et désignés
par des inscriptions [fig.17].97

Une disposition tout à fait particulière fut mise au point, vers 1320, pour la voûte du carré du transept de l'église
inférieure de Saint-François d'Assise. Associées à un cycle apocalyptique abrégé, deux séries de neuf choeurs
angéliques, distingués les uns des autres par des attributs, sont réparties radialement et sphériquement sur les faces
latérales des quatres branches d'ogive et sur les quatres bandeaux d'encadrement [Reconstitution X]. C'est une
disposition nettement plus simple, mais néanmoins soutenue par une idée semblable, qui fut reprise un demi-siècle
plus tard, à l'intrados de l'arc-doubleau de la deuxième travée de la nef de Santa Maria Novella à Florence. Associés
à l'Agneau, deux groupes de trois figures d'anges, distinctes les unes des autres, sont répartis symétriquement des
deux côtés [fig.36].

Aussi remarquable est la disposition retenue, vers 1320/25, au fol. 30v d'une des plus anciennes copies parvenues
jusqu'à nous du Brevari d'Amor du Matfre Ermengaud, celle de la British Library à Londres. Autour d'une image de
la Trinité, une disposition circulaire est reliée à une répartition segmentaire, combinées radialement de manière à
générer des compartiments dans lesquels sont réparties hiérarchiquement les trois triades des choeurs angéliques,
désignées par des inscriptions [fig.54]. Par la suite la même disposition fut fidèlement reprise dans les différentes
copies du Brevari d'Amor des XIVe et XVe siècles, toujours associée à un Jugement dernier, comme on le voit entre
autres au fol. 29r de la copie Ms. 2583* (olim Hohendorf 42) de la Nationalbibliothek de Vienne [fig.129].98-L'idée
d'une disposition en couronne, divisée en neuf compartiments radiaux dans lesquels sont insérés des groupes d'anges
fut reprise, vers 1430, sur le retable de la cathédrale de Minden, en complément d' un couronnement de la Vierge
[% 16].

Une autre solution mérite d'être mentionnée. Elle fut mise en oeuvre dans la chapelle de la Sainte-Croix du château
impérial de Karlstein, vers 1365, en corrélation avec une théophanie synthétique des premier et quatrième chapitres
de l'Apocalypse. Les séraphins sont disposés radialement autour de la mandorle et les huit autres choeurs sont
répartis symétriquement, sur quatre segments superposés; l'ensemble des neuf choeurs étant divisé par les couleurs
en trois triades d'anges [fig.45].

Pour terminer, on citera cette autre variante de la disposition en cercle, celle de neuf lobes, occupés par une seule
figure ou par des groupes d'anges, alignés autour d'un clipeus. Une première version est offerte au nord de la France,
au XIIe siècle, dans la Cité de Dieu de la Bibliothèque Municipale de Boulogne-sur-Mer. Au fol. 7r, sous une image
de l' Ecclesia à l'intérieur d'une cité céleste, sont associés les neuf choeurs et la chute de Lucifer, répartis
verticalement à l'extérieur de la cité dans dix lobes [fig.19].-Une seconde variante, également du XIIe siècle, figurait
dans la fresque aujourd'hui détruite de la coupole de l'église Negale Panagia à Athènes, autour d'un Christ en majesté
associé au Psaume 148. C'est ce que laisse encore entrevoir un dessin du milieu du XIXe siècle de T. J. Wilson, où
les neuf choeurs se distinguent, au moins partiellement [cat.n°13]. Ce schéma fut repris un peu plus tard au fol. 2r du
Liber Scivias d'Hildegarde de Bingen de la Bibliothèque de Heidelberg pour l'unique image théophanique du Repos
du Seigneur [fig.42].99 On peut ajouter un dernier exemple, la fresque de la voûte absidale de l'église SS. Annunziata
à Mintumo, qui appartient à la seconde moitié du Trecento et qui propose autour d'un Christ Pantocrator une
disposition des choeurs angéliques tout à fait semblable [fig.63].

Cette disposition générale fut reprise fidèlement dans la copie de la Pinacoteca Nazionale de Bologne [cat. n° 26).
9899
97 Pour les copies dispersées dans différentes bibliothèques européennes, nous renvoyons à l'analyse de LASKE-FIX, 1973, p. 11-13, 28-30,128.
Pour ce qui touche aux rapports formels et iconographiques entre ces deux oeuvres, nous renvoyons au chapitre III, p. 107 et ss.
Les Formes Figuratives 27

Une disposition unique fut enfin proposée autour d'un Dieu Créateur sur une feuille détachée d'un Psautier anglais,
Ms. 106 de la Walters Art Gallery à Baltimore. Les bons anges et la chute des anges rebelles sont disposés dans un
quadrilobe dont trois des quatre lobes sont occupés par neuf groupes de bustes et têtes angéliques, répartis en triades
sur des registres superposés [fig.10].

Au terme de cette analyse se pose la question de savoir s'il existe des rapports plus étroits entre ces multiples
schémas figuratifs et certaines idées d'ordre et de hiérarchie élaborées antérieurement ou simultanément par certains
maîtres, théologiens ou prédicateurs. Il est évident que l'on ne parviendra pas à dégager des explications théoriques
pour toutes les solutions figuratives exposées, comme c'est le cas par exemple pour les solutions les plus simples
telles qu'un groupement compact de neuf têtes d'anges ou pour un alignement symétrique de deux groupes de cinq et
quatre figures. D'autres dispositions, plus complexes, qui se sont développées soit à partir du principe ternaire, par
exemple le Jugement dernier de la Cappella degli Scrovegni à Padoue [fig.83] ou la Bible italienne Ms. Add. 47472
de la British Library à Londres [fig.55a"b], soit à partir d'un système de sphères ou de segments de sphères, par

exemplecéleste,
Historíale
abordant
monde ledeLiber
de leur
Saint-Pétersbourg
les côté,
liens
Scivias
au
subsistant
de Hildegarde
sein de[fig.
avec
leurs
103],
laspéculations
structure
de
nousBingen
invitent
hiérarchique
philosophiques
deenla revanche
Landesbibliothek
des choeurs
à tenter
et théologiques
angéliques.
des
à Wiesbaden
confrontations
sur la structure
[fig. avec
135] ordonnée
ou lathéories
des Bible
du

I.c.) Le principe ternaire mis en oeuvre pour la conception des sphères célestes/angéliques et leurs rapports avec
la théorie dionysienne élaborée par les théologiens et maîtres médiévaux.

terra.
"Numquid
" nosti ordinem caeli et pones rationem eius in

(Jb 38,33)

Le premier concept d'ordre qu'il faut aborder est celui des trois ciels superposés, auxquels furent associées les trois
hiérarchies angéliques. L'autorité théologique indiscutable à cet égard est Denys qui a fourni aux siècles postérieurs,
avec son traité sur la Hiérarchie céleste , le système angélologique le plus intégral jamais formulé. La cohérence
interne de son monde angélique harmonieux et hiérarchisé, dans lequel les neuf choeurs angéliques sont disposés
immuablement selon leurs propriétés et vertus en trois triades ou hiérarchies superposées, ne pouvait que gagner en
importance dans un monde théologique tel que celui du XIIe siècle, qui s'apprêtait, en se basant sur sa renaissance
platonicienne et ses catégories de pensées théoriques aussi bien que spéculatives, à créer les prémices théorico-
théologiques de son propre univers, système qui sera complété et synthétisé par la suite au XIIIe siècle par les grands
théologiens de l'ère scolastique.100

Le texte scripturaire qui permettait, dans un premier temps, aux auteurs de cette époque, de concevoir une structure
ternaire du monde céleste, appuyée par la suite sur l'autorité du Pseudo-Aréopagite est la vision de saint Paul au
douzième verset de la deuxième Épître aux Corinthiens, quand le saint atteint le troisième ciel supérieur.101 C'est en
décèle au mieux
particulier dans quelques
une connaissance
homélies de lala première
théorie demoitié
Denys.du Déjà,
XIIe siècle,
vers ladédiées
fin du XIe
à ce siècle,
passageBruno
scripturaire,
le Chartreux
qu'on
(tllOl), se référant à l'organisation ternaire des ordres angéliques, propose dans son homélie In epistola II ad

Geschichte
Rome,
Platonismo
correspondant
100 1958;-E.
101 der
medievale,
EndePhilosophie
IlCor,
ceHOFFMANN,
l'12,2-4.
iqui
ntroduction
concerne
Turin,und
1979.-Sur
de"Platonismo
lacerenaissance
Theologie
travail.;
l'entrée
desecf.Medioevo",
Mittelalters,
dusupra
platonisme
Pseudo-Aréopagite
p. 10dans
ett. ss.25,
auPlatonismo
XIIe
1927,dans
siècle
Heftelafilosofìa
nous
1/2,pensée
p.renvoyons
139-169;-CHENU,
cristiana,à: trad,
théologique C.et BAEUMKER,
speculative
ital.,1957,
Bologne,
p.du 108-158;-T.
XIIe
"Der
1967,siècle,
Platonismus
p. 223-301;-B.
nous
GREGORY,
renvoyons
im Mittelalter",
FAES
Platonismo
le DE
lecteur
MOTTONI,
Beiträge
medievale,
au passage
zurIl
28 Les Formes Figuratives

Corinthos une structure ternaire des cieux, le ciel inférieur étant celui du monde sensible, le médian celui des êtres
immatériels et spirituels, les anges, et le supérieur celui de la divinité transcendante et absolue.102 Suivi de près par
Pierre Lombard dans ses Collectanea in epistolas s. Pauli , rédigées vers 1139/41,103 Hervé de Bourg-Dieu, par
contre, élabore, durant la même période, dans son commentaire sur les Épîtres de saint Paul, basé strictement sur
l'autorité du Père grec, une structure céleste fort cohérente, dans laquelle la perception hiérarchique des ordres
angéliques est accolée à celle des trois ciels superposés.104

Comme l'a bien démontré A. Bartola dans une étude consacrée à l'angélologie d'Alain de Lille, il semble bien que ce
grand théologien de la deuxième moitié du XIIe siècle ait joué un rôle prépondérant dans la diffusion de ce principe
ternaire de Denys.105 Les textes de lui qui nous sont parvenus définissent un arrangement spécifique de la hiérarchie
céleste, clairement fondé sur de bonnes connaissances du corpus dionysio-érigéen. Parmi eux, la somme Quoniam
homines présente la version la plus élaborée et se distingue par une application conséquente du principe ternaire.106
Il en résulte l'organisation d'un univers selon trois sphères superposées supercelestem et celestem et subcelestem,
auxquelles sont associés, dans la première sphère la Trinité, dans la deuxième - celle du milieu - les neuf choeurs
angéliques, et dans la troisième - l'inférieure - les ordres ecclésiastiques, la Synagoge, l'Église militante et l'Église
triomphante.107 Le même principe ternaire ordonne, plus avant, la spécificité des choeurs angéliques qui, selon leurs
propriétés et fonctions, sont divisés hiérarchiquement en trois modes différents de perception théophanique:
epiphaniam, iperphaniam et ypophaniam . 1 08

grand
H,
Odon
II,des
enim
dominationibus
tertia
secreta
auteurs,
Honorais
CAPPYNS,
mieux
Honorius
Augustodunensis",
International
Michaelis-,
alciorisque
seraphim,
contrarium.
dicinum
Alani,
102c.BARTOLA,
103
104
105
"La
106
107
au
108
virâtes,
hiérarchie
Concernant
textes
définition
écossais.
renaissance
cf.
.D'ALVERNY,
vers
chapitre
H.
ordres
Clavis
5.,autem
triplex
théologien
de étudié
Cf
d'Alain
éd.F.Dei
P.15-24,
des participium
archangeli
Lucques,
Augustodunensis,
etAugusiodunesis.
N'apparaissant
éd.D'ALVERNY,
cherubim,
DONDAINE,
selon
L,
physicae
vidisse.
etintellectus
InP.les
laCXXXIX
de"De
tertium
Cf.
analyses
1969,
Lib.
n°est
"Theophania
eorum
det.définition
GLORIEUX,
D'ALVERNY,
de lap.L,
;epist.
561
hac
termes
176,
BARTOLA,
1989,
Grégoire;
suprema
certainement
carolingien
II,tertio
p.Lille;
pensée
la548.
p.lat.Zeitschrift
";1.etdescriptione
R.B.,
303-312.
disposino,
coelum.
du
di153,
théophanie
IInature
division
245
Incols.
approfondies.
throni";
1.260
fastigio
angeli.
autem
Honorius
CNRS,
les
cf.
epiphania,
,adepistola
p.nulle
du
érigéenne,
t."Cinq
etcols.
autem
p.neuf
BARTOLA,
cf.Beitrag
et85C/87C;-PIERRE
Corinthos,
82,premier
281
ss;
utilise
Apostolus
p.Hugues
ss.legibus
ternaire
223-235
";p.1989,
HUGUES
coelo
Honorius
füréd.part
273D/274A.-Il
Laon,
.-
choeurs
iudiciique
-éd.
1972,
idcitations
113-359.
-formulées
IIDéjà
249-251;-Expositio
J.exSimon
Augustodunensis
angelica
tres
deutsches
GLORIEUX,
iperphania
estdans
l'GLORIEUX,
ad
zur
DE
M.
qui
ap.thronis
multa
terme
utorité
7-12
occurrens,
des
p.de
c.HONORIUS
Corinthos.,
meda
illa
DE1989,
209-270.-La
Geschichte
itaque
Cappyns
GHELLINCK,
etangéliques
parallèlement
Augustodunensis,
215-242;-P.
leSaint-Victor,
de
XII,
Les
ordres
libera
de
Saint
Juillet,
dans
possunt
ilquae
corpus
par
inTournai,
etpaulienne
ordines
aAltertum
LOMBARD,
P.etp.autres
Jean
raptus
cherubim
tres
existe
réussi
Alain
YExpositio
ypophania,
L.,archana
angéliques
Victor,
terris
p.resultano
223-231
mentionne
AUGUSTODUNENSIS
p.1975,
c.de
edans
des
Scot
did:
dividitur
283.-"(l)perphania
lat.prosae
285.-Les
XII,
enJean
inpanni
portée
oeuvres
comprehenduntur,
àLUCENTINI,
detradizione
pour
192,
estplus
Simon
Le
geistigen
und
relever
tertium
laleParis,
Libri
Novem
atque
chez
P.De
Lille
mouvement
dont
ciel
-revelans,
Scot
vicinior,
dionysienne,
distributa.
prosae
lesTout
cols.
deutsche
ladont
de
L.,d'Alain
entre
despecies:
sacramente,
en
vision
IV
mêmes
deetseraphim.
1977,
médian
Simon
poèmes
Denys
la1.Érigène,
angelis-,
des coelum,
l'enim
Lebens
82/C/83A.-Pierre
Sententiarum,
question
erugeniana
leaussi
181,
autres,
ileurs
Tournai,
vaste
nfluence
depremier
parallèles
constat
Platonismo
p.ternaire
pro
deLiteratur,
proposait
pensées
de
dans
sunt
col.
Ininthéologique
angelis-,
405-414.
importantes
attribués
"spirituale
Lille
rapports
sebibliographie
intelligitur
imhac
éd.
est
ilscilicet
Isaac
epiphaniam,
discreta
Prima
Tournai",
sont:-
semblerait
manifeste
Lib.
1ordines
ses
Bernard
estdivina
1son
12.
D'ALVERNY,
exnel
érigéenne
dutextuels
13B/C
descriptione
sedetextuellement
Sentences,
une
I,t.secolo
Lib.
angelis
Jahrhundert,
éd.àcontemporain,
ciel;
medievale.
igitur
dominationes,
trouvent
avec
lecoelum",
c.Jean
l'Éoile,
89,
capacitate.
dusont
Lombard
angelorum,
supremis
structure
¡Iluminado
D'ALVERNY,
Recherches
Il,XXX,
fragment
dès
cf.selon
de XIIe
nous
entre
1958,
celles
disposino
au
iperphaniam
dist.
XII”,
etScot
ses
Iohannis
Chartres,
leGarnier
XIIe
mais
comprehenduntur
archangelis,
siècle,
contraint
formulées
P.observations
A.
XIIe
p.Contributi
leIX,ternaire
p.attribué
reprend,
angelomm
Kempten,
dans
ErigÈNE
L,
Hierarchia
194-217.
InL.,
développées
commentaire
Babilas
sui
principatus
cite
qui
siècle
23-169;-V.
c.siècle
sans
deprimum
t.Scotti
hac
Bruges,
departicipem
Jean
5,juxta
Thierry
Jean
176,
172,
àThéologie
194-217.
etde
P.par
des
l'associer
Rochefort,
descriptione
suivant
rementionner
per
que
dans
unypophaniam.
L.,Scot
est
carmina,
Munich,
etchoris
manière
col.
faites
Scot
cieux
Alain
Dionysium
coelum
texte
Bruxelles,
Alani-,
cette
t.par
principatibus;
loin
lade
etI.Erigène
lasur
260C/D;-Odon
192,
storia
146;
tres
-potestates"-,
dans
fidèlement
J.Chartres,
scalari
théologie
dans
sur
deàancienne
consacré
d'interdisse,
A.
Denys,
lasommaire
association
Alain
1906;-H.
une
FLINT,
êéd.ordines
col.
recte
tre
cf.leHiérarchie
Lille
Bartola
sescomprehenduntur
lesson
dell'eruginenismo,
Paris,
problème
instructure
citation
etentièrement
Epiphania
669.
D'ALVERNY,
reverentia
dedans
Sentences,
potest
tres
plus
Jean
l'histoire
traité
préscolastique
Bernard
àses
Poelae
et"The
media
Lille,
angelorum
Denys
MENHARDT,
etéd.
idfaite
a1948,
temas
importantes
YExpositio
médiévale,
prédécesseurs,
introductive
synthétique
notamment
Scot
estcéleste
De
dedeGLORIEUX,
accipi;
Chronology
Anselme
est
latinae
LUCQUES,
vero
p.inter
imagine
par
ledont
de
l'insigniens,
Sylvestre
établie
Erigène
influence
distinctiones
Pseudo-Aréopagite,
97-102.-Parmi
laAlain
incalescentis
secundum
secunda
de
particulière
agmina
tres
estetFlorence
philosophie,
223-235;
prosae
nous t.contributions:
aevi
Hugues
deson
etdans
mundi,
potestatibus
"Der
analysé
inferiores
de
etn'avons
17,
etSumma
ofHugues
attend,
ceLaon,
érigéenne
p.usum
Carolingi,
Hugues
Lille
seraphim
de
néoplatonisme
vero
the
lechapitre.
Nachlass
1950,
Aumery
eorum
284;
-1980(2),
distribuii
Lib.
de
fragment
angelis
etSermo
Adam
affectionis
les
Works
edocens
soit
Sententiarum,
les
secundum
pour
Actes
que
ende-ordines,
Saint-Victor
II,définitions
p.deJ.sur
retenant
auteurs
etSaint-Victor
diversa
le"Ypophania
dans
t.oùA.
sive
des
de303-311;-éd
lerésultat
p.des
au
indu
Saint-Victor.
virtutibus
of
3,laHierarchia
sunt.
ilChartreux,
ENDERS,
56s;
arcensque
théologien
fragments;
nombreux
die
cherubim
Bène;
lequel
Pars
Honorius
deuxième
croissant;
Colloque
localisait
incendio
coelum,
cités,
scilicet,
officia:
laPrima
sancii
et-deLib.
VII,
liste
ID.,
cf.leetla
est
les
.
Les Formes Figuratives 29

Grâce à sa rigueur méthodique dans l'application du principe ternaire et à la précision des termes utilisés, Alain de
Lille avec cette théorie fournissait aux théologiens et aux maîtres contemporains et futurs un modèle d'univers
hiérarchisé, tout en leur transmettant d'une manière synthétique les concepts dionysio-erigéens. C'est ainsi qu'on la
retrouve chez un grand nombre de maîtres scolastiques tels que Garnier de Rochefort (f avant 1225) dans un sermon
au chapitre général,109 Hélinand de Froidmond (f avant 1229) dans son Chronicon inédit,110 Guillaume d'Auxerre
(t 1231) dans sa Summa aurea, 111 Alexandre de Haies (f 1245) dans sa glose In quatuor libros sententiarum Petri
Lombardi,112 Vincent de Beauvais dans son Speculum naturale, 113 et Albert le Grand dans son Compendium
theologicae ventatisi* Tous la plaçaient sous l’autorité de Jean Scot, implicitement ou explicitement cité.115

Il est intéressant de noter que cette conception ternaire et, par là, le principe d'ordre dictant la structure du monde
céleste et de ses êtres spirituels, était utilisée par de nombreux théologiens et maîtres du XIIIe et du XIVe siècle dans
leurs sermons. À savoir par exemple, le sermon de Bonaventure, en l'honneur de la fête de la Trinité, qui a comme

thème
Nationale
réputation,
conséquence
souvent
chapitre
266,
angéliques
renvoyant
véritable
le(première
élabore
et
continuent
eux, angéliques.
troisième
prieur
distinguées
citons
dans
cher
en
sont
de
de
louange
de
de
sagement
partie
lequel
grandes
àeut
Jacques
Job,
Saint-Victor,
àsermon
laFrance,
vulgariser
ceux
insolite
Nous
France,
Jean
certainement
selon
Trinité,
qui
dul'évêque
àconsacrés
envolées,
de
permettait
voudrions
de
la
aux
XIIIe
Ms.
de
leur
Ms.
beauté
Voragine
les
cette
larelier
trois
anges
lat.
après
répartit
Rochelle
rang
enlat.
siècle),
une
perception
à15
citant
ciels
associant,
du
lamentionner
aux
lade
16477.
129.119
avoir
dans
grande
(fl292)
vision
principe
fête