Vous êtes sur la page 1sur 94

ROYAUME DU MAROC

OFPPT Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail


DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

RESUME THEORIQUE
&
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MODULE N°: 08 RÉPARATION DE MOTEURS


MONOPHASÉS

SECTEUR : ELECTROTECHNIQUE
SPECIALITE : REPARATION
D’EQUIPEMENTS
ELECTROMENAGERS
NIVEAU : QUALIFICATION

1
Document élaboré par :

Nom et prénom EFP DR

M. LAAFO ABDELHAKIM ITA MAINT. TA


HOTEL.MARRAK.

Révision linguistique
-
-
-

Validation
-
-
-

2
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

SOMMAIRE

Page

Présentation du module 9

Résumé de théorie 10

1. Généralité 11

2. Types de moteurs monophasés 13


2.1. Moteur à condensateur de démarrage (et bobinage « 1/3 – 2/3 ») 13
2.2. Moteur à induction sans condensateur 14
2.3. Moteur asynchrone monophasé 14
2.4. Moteur universel 16
2.5. Moteur à répulsion 17
2.6. Moteur à démarrage par spire de FRAGER 18

3. Démarrage 20
3.1. Condensateurs 20
3.2. Contacteurs de démarrage (contacteurs centrifuges) 21
3.3. Relais d'intensité 21
3.4. Relais de tension 22
3.5. Relais électroniques 23
3.6. Interrupteurs "spécial mono" 23
3.7. Relais temporisés 23
3.8. Thermistance PTC de puissance 24

4. Fonctionnement d'un moteur triphasé en moteur monophasé 25

3
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5. Utilisation des moteurs monophasés dans les appareils


électroménagers 27
5.1. Généralités 27
5.2. Constitution et principe de fonctionnement 27
5.3. Câblage des moteurs asynchrones des laves-linges 28
5.4. Fonctionnement avec condensateur en permanence sous tension 28
5.5. Exercice 29
5.6. Moteurs universels des lave-linges 36
5.7. Moteur universel d'un robot ménager 39

6. Santé et sécurité au travail 42


6.1. Risque dans une installation électrique d'un moteur utilisé
dans les machines à laver 42
6.2.. Risque d'électrocution 43

7. Utilisation d'un tachymètre et d'une pince ampèremétrique 45


7.1. Rappel 45
7.2. Contrôle et mesure des vitesses de rotation 45
7.3. Pince ampèremétrique . 46

8. Diagnostic 47
8.1. Défauts mécaniques et électriques des moteurs monophasés 47
8.2. Techniques de nettoyage des différents composants des moteurs universels 49
8.3. Méthodes de dépannage d'un moteur universel utilisé dans les
machines à laver 50

Guide de travaux pratique 54

1. TP1 Décrire le fonctionnement et la protection automatique


d’un moteur monophasé pour les différents procédés de
démarrage 55
1.1. Objectifs visés 55
1.2. Durée du TP1 : 5 heures 55

4
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

1.3. Matériel (Equipement et matière d’œuvre) par équipe 55


1.4. Description du TP1 55
1.5. Déroulement du TP1 56

2. TP2 Fonctionnement d’un moteur triphasé en moteur


monophasé 59
2.1. Objectifs visés 59
2.2. Durée du TP2 : 3 heures 59
2.3. Matériel (Equipement et matière d’œuvre) par équipe 59
2.4. Description du TP2 59
2.5. Déroulement du TP2 59

3. TP3 Reconnaître les symboles des schémas et des plaques


signalétiques des différents types des moteurs utilisés
dans les lave-linges 61
3.1. Objectifs visés 61
3.2. Durée de TP3 : 3 heures 61
3.3. Matériel ( équipement et matière d’œuvre) par équipe 61
3.4. Description de TP3 61
3.5. Déroulement du TP3 61

4. TP 4 Mesurer les valeurs aux différents points du circuit


du moteur universel utilisé dans les lave – linges 66
4.1. Objectifs visés 66
4.2. Duré du TP4 : 5 heures 66
4.3. Matériel ( équipement et matière d’œuvre) par équipe 66
4.4. Description de TP4 66
4.5. Déroulement du TP4 66

5. TP 5 Décrire la fonction des moteurs universels utilisés


dans les robots ménagers 70
5.1. Objectifs visés 70
5.2. Durée du TP 5 : 5 heures 70

5
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5.3. Matériel ( équipement et matière d’œuvre) par équipe 70


5.4. Description de TP 5 70
5.5. Déroulement du TP 5 71

6. TP 6 Mesurer et analyser les valeurs électriques des bobines


des moteurs monophasés 73
6.1. Objectifs visés 73
6.2. Duré du TP 6 : 5 heures 73
6.3. Matériel ( équipement et matière d’œuvre) par équipe 73
6.4. Description de TP 6 73
6.5. Déroulement du TP 6 73

7. TP7 Utilisation d’un tachymètre et d’une pince ampèremétrique 81


7.1. Objectifs visés 81
7.2. Duré du TP7 : 5 heures 81
7.3. Matériel ( équipement et matière d’œuvre) par équipe 81
7.4. Description de TP7 81
7.5. Déroulement du TP7 81

8. TP8 Application d’une méthode de dépannage du circuit de


régulation des moteurs universels utilisés dans les
machines à laver 86
8.1. Objectifs visés 86
8.2. Durée : 5 heures 86
8.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre) par équipe 86
8.4. Description du TP8 86
8.5. Déroulement du TP8 86

EVALUATION DE FIN DE MODULE 92

LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 94

6
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

MODULE 08 : RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Code : Durée : 45 h

OBJECTIF OPÉRATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE COMPORTEMENT

COMPORTEMENT ATTENDU
Pour démontrer sa compétence, le stagiaire doit
réparer des moteurs monophasés
selon les conditions, les critères et les précisions qui suivent.

CONDITIONS D’ÉVALUATION
• À partir :
- d’un moteur de moins de 1 ch;
- d’un problème de fonctionnement.

• À l’aide :
- des outils et des instruments de mesure;
- de l’équipement de protection individuelle.

.
CRITÈRES GÉNÉRAUX DE PERFORMANCE

• Respect des règles de santé et de sécurité au travail.


• Respect des techniques de travail.
• Utilisation appropriée des outils et des instruments de mesure.
• Travail méthodique.

(à suivre)

7
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

OBJECTIF OPÉRATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE COMPORTEMENT(suite)

PRÉCISIONS SUR LE CRITÈRES PARTICULIERS


COMPORTEMENT ATTENDU DE PERFORMANCE

A. Lire le schéma électrique et le schéma de - Reconnaissance précise de la signification


branchement d’un moteur monophasé. des symboles, des codes et des conventions.
- Exactitude de la terminologie.

B. Évaluer l’état de fonctionnement d’un - Respect :


moteur monophasé. • des données de plaque signalétique
relatives à la vitesse et à la
consommation d’électricité;
• de l’ensemble des indices perçus.
- Exactitude des mesures relevées.
- Justesse de l’évaluation.

C. Poser un diagnostic. - Comparaison appropriée de l’état de


fonctionnement avec les spécifications du
fabricant.
- Détermination précise :
• de la ou des causes du problème;
• du composant défectueux ou des
correctifs à apporter.

D. Remplacer des composants tels que : - Choix judicieux du composant de


• interrupteur; remplacement.
• relais de démarrage; - Composant en bonne position et solidement
• condensateur; fixé.
• balai de carbone. - Branchement électrique correct.

E. Effectuer un essai de fonctionnement - Respect des spécifications du fabricant.


- Vérification précise du fonctionnement sans
charge.
- Fonctionnement normal du moteur.

8
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

OBJECTIFS OPÉRATIONNELS DE SECOND NIVEAU

LE STAGIAIRE DOIT MAÎTRISER LES SAVOIRS, SAVOIR-FAIRE, SAVOIR-PERCEVOIR OU SAVOIR-ÊTRE JUGÉS


PRÉALABLES AUX APPRENTISSAGES DIRECTEMENT REQUIS POUR L’ATTEINTE DE L’OBJECTIF DE PREMIER
NIVEAU, TELS QUE :

Avant d’apprendre à lire le schéma électrique et le schéma de branchement d’un


moteur monophasé (A) :

1. Définir la fonction générale ainsi que les caractéristiques d’un moteur électrique.
2. Expliquer le fonctionnement de moteurs monophasés.
3. Classer les moteurs monophasés utilisés dans les équipements électroménagers.
4. Reconnaître les règles de santé et de sécurité applicable à l’utilisation et à la
réparation d’un moteur monophasé.

Avant d’apprendre à évaluer l’état de fonctionnement d’un moteur monophasé (B) :

5. Décrire la fonction des dispositifs de sécurité intégrés aux moteurs monophasés.


6. Indiquer les problèmes de fonctionnement de moteurs monophasés, les symptômes
associés à ces problèmes ainsi que les causes.
7. Utiliser un tachymètre et une pince ampère métrique.
8. Détecter des problèmes de fonctionnement à partir d’indices tels que des bruits, des
odeurs et des vibrations.

Avant d’apprendre à remplacer des composants tels que :


• interrupteur;
• relais de démarrage;
• condensateur;
• balai de carbone (D) :

9. Décrire les techniques de nettoyage des composants.


10. Reconnaître les réglages à effectuer par suite du remplacement de composants.

9
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

PRESENTATION DU MODULE

L’étude du module 8 « Réparation de moteurs monophasés » permet d’acquérir les savoirs – les
savoirs faire et savoirs être nécessaires à la maîtrise de la compétence.

Le stagiaire doit savoir.


• Réparer méthodiquement les moteurs monophasés.
• Identifier les différents types de moteurs monophasés.
• Reconnaître la séquence de déroulement du mode opératoire des différentes étapes ainsi
que les décisions pertinentes au fonctionnement des moteurs monophasés.
• Sélectionner l’utilisation des moteurs monophasés suivants les appareils
électroménagers.
• Tracer les schémas de montage claires et propres avec vérification du fonctionnement
qui doit être conforme aux résumés de théorie suivis de travaux pratiques à réaliser pour
chacun des objectifs du module.
• Etre capable de dépanner les moteur monophasés.

Le concept d’apprentissage repose sur une pédagogie de réussite qui favorise la motivation du
stagiaire. Il s’agit donc de progresser à petits pas et de faire valider sont travail.

10
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Module 08:
RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS
RESUME THEORIQUE

11
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

1. GENERALITES

Ces moteurs de faible puissance alimentés sur le réseau domestique en monophasé 220V ou
110 V sont très employer dans :
- Equipements électroménagers (machines à laver, laves-vaisselles, réfrigérateurs,
congélateurs, etc.)
- Accessoires de toilette : (rasoir électrique, séchoir, etc.)
- Outillages portatifs (perceuse, scie, meule, etc.)

THEORIE SIMPLIFIEE D’UN MOTEUR A INDUCTION

Le principe de fonctionnement d’un moteur est basé sur l’interaction d’un aimant et d’un
circuit fermé traversé par un courant.

On peut utiliser l’action d’un aimant permanent sur une cage conductrice (fig. 1), appelée
cage d’écureuil, réalisée en matériau conducteur non magnétique tel que le cuivre ou
l’aluminium, placée à la proximité de l’aimant. Lorsque l’aimant permanent tourne, le
cylindre est entraîné en rotation. Ce mouvement de l’aimant produit un champ magnétique
tournant dont les lignes de force balaient les conducteurs de la cage et y induisent des f.é.m.
Les courants de Foucault induits dans la cage en court–circuit sont tels qu’ils tendent à
s’opposer à la variation de flux qui leur donne naissance, c’est–à–dire au mouvement relatif
de la cage par rapport au champ magnétique. Si la cage est immobilisée en rotation, il en
résulte un couple tendant à freiner l’aimant. Mais si la cage est libre, elle se met à tourner
pour diminuer le déplacement relatif du champs .

La cage ne tourne pas aussi vite que le champ car s’il en était ainsi, elle serait en immobilité
relative par rapport au champ et aucun courant de Foucault susceptible de créer un couple
n’existerait, elle ralentirait jusqu’à l’apparition d’un couple assez grand pour faire tourner. La
différence entre la vitesse du champ magnétique tournant et la vitesse de la cage est appelée
vitesse de glissement.

12
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Les explications précédentes illustrent le principe du moteur à induction. Le mouvement de la


cage n’étant pas en synchronisme avec celui du champ, ce moteur est dit asynchrone (a =
privatif).

Deux questions se posent (fig. 2)


- comment entraîner le circuit induit (rotor) en rotation sans faire tourner
mécaniquement le circuit indicateur (stator) ?
- Est – possible d’utiliser l’énergie électrique monophasée disponible chez tous
les abonnés ?

Fig.1 Action d’un aimant sur une cage Fig.2

U
Fig.3 Action d’un bobinage monophasé

Et on peut utiliser l’action sur une cage conductrice d’un bobinage alimenté par un courant
alternatif monophasé. Une cage d’écureuil, placée entre les deux moitiés d’une bobine
alimentée en courant alternatif, reste immobile (fig. 3). Le couple de démarrage est nul. Après
avoir lancé manuellement le rotor dans un sens ou dans l’autre. Celui-ci continue à tourner
dans le sens de lancement. Tout se passe comme si le bobinage produisait deux champs
magnétiques tournants en sens inverse.

13
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

2. TYPE DE MOTEURS MONOPHASES

2.1. Moteur à condensateur de démarrage (et bobinage « 1/3 – 2/3 »)

Le bobinage comporte deux « phases » : une « phase de marche » ou « phase principale » et


une « phase auxiliaire » ou « phase de démarrage ».
- Le bobinage de la « phase de marche », qui occupe les deux tiers des encoches,
son fil est plus gros, il a la plus faible résistance ohmique.
- La « phase de démarrage » qui occupe le reste des encoches, soit le tiers restant.
- Repérage des connexions aux bornes terminales : « phase de marche » U1-U2,
« phase de démarrage » Z1-Z2.

Le moteur comporte aussi un artifice de démarrage, qui débranche la phase de démarrage


quand le moteur a pris de la vitesse :
- Soit un contact centrifuge qui constitue une partie tournante solidaire de l’arbre
(en général côté opposé entraînant et juste derrière le ventilateur) : il s’agit d’un
contact lié à un système massif qui coupe le courant brusquement sous l’effet de
la force centrifuge à une certaine vitesse et d’un contact fixe solidaire du flasque
arrière.
- Soit un relais de démarrage de type Klixon, qui est un relais d’intensité dont le
contact se ferme sous l’action de la surintensité de démarrage et s’ouvre dès que
le courant est revenu à la valeur nominale et que le moteur a démarré.
- Soit un relais de démarrage de type Leroy Sommer, qui est un relais de tension
placé aux bornes du bobinage de phase auxiliaire.

Tous ou une partie des fils sont ramenés à une plaque à borne dont la disposition – pour ce qui
concerne les moteurs monophasés – est plus fonction de la «culture» des divers constructeurs
que de normes établies.

Les bobinages sont réalisés en encoches pleines occupées par les conducteurs d’une seule
phase.

14
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Cependant les constructeurs américains et certains constructeurs anglais ont coutume de


réaliser des schémas ayant des encoches partagées par les deux phase, ou bobinages dit
« demi–encoche ». Même parfois ils font encore des bobinages 3/3 où les phases se partagent
les « demi-encoches » dans toutes ou dans une partie des encoches.

2.1. Moteur à induction sans condensateur

Appelé « Moteurs Split–Phase ou à phase de démarrage à haute résistance », il s’agit d’un


vieux système, encore utilisé par les constructeurs américains, souvenir de l’époque où faute
d’une technologie des condensateurs fiables, les moteurs monophasés démarraient à l’aide
d’une résistance, parfois une self, en séries avec la phase de démarrage et un contacteur
centrifuge de démarrage (parfois un relais d’intensité). Ici la résistance a été intégrée dans le
bobinage - la résistance technique importante donnée à l’enroulement de démarrage ( grand
nombre de spires, faible section ). Parfois on utilise même du fil de bobinage en fer émaillé
(c’est un piège pour les bobineurs : s’ils ne s’en apercevaient pas, le moteur ne peut pas
marcher après le rebobinage tout en cuivre).

Ce système est fragile : la phase auxiliaire, très fine, peut griller rapidement suite à un blocage
ou un défaut de contact centrifuge. Il est néanmoins toujours utilisé par des constructeurs
anglo- saxons, américains, et asiatiques pour réaliser des moteurs économiques et où l’on ne
demande pas de forts couples de démarrage .

2.3 Moteurs asynchrone monophasé

Ce sont des moteurs à induction de faible puissance ayant des artifices de démarrage
particuliers.

Le stator de ce moteur est constitué par deux groupes de bobines :


- l’une, appelée enroulement principal ou de travail ;
- l’autre, appelée enroulement auxiliaire ou de démarrage.

Le Rotor est identique au rotor du moteur asynchrone triphasé à cage (fig. 4).

15
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 4

Moteur monophasé. Doc. Leroy Somer

N° Moteur N° Ref Boîtier


Ref
2 Carter et stator bobiné 319 Partie tournante (C et PC)
3 Rotor 68 Ecrou borne
5 Flasque côté accouchement 69 Joint entre carter et boîtier
6 Flasque côté ventilateur 70 Fond de boîtier
7 Ventilateur 72 Vis de fixation du boîtier
13 Capot de ventilateur 74 Couvercle du boîtier
14 Tige d’assemblage 75 Vis de fixation couvercle
21 Clavette de bout d’arbre 77 Joint de couvercle
22 Rondelle de bout d’arbre 78 Presse-étoupe
23 Vis de serrage + rondelle bout 84 Planchette à bornes
d’arbre 85 Vis de fixation de la planchette à
26 bornes
Plaque signalétique
30 Roulement avant 97 Vis de terre
50 Roulement arrière 98 Condensateur de démarrage (C et
59 Rondelle(s) élastique(s) PC)
316 108
Partie fixe coupleur centrifuge ( C Condensateur permanent (C et PC)
242
et PC) Ecrou de fixation du condensateur
317 Vis de fixation coupleur ( C et
244 permanent(C et PC)
PC)
318 Rondelle frein ( C et PC) Rondelle

16
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

a. Fonctionnement

Lorsque un bobinage est soumis à un courant alternatif, il crée un champ magnétique


alternatif. Leblanc à démontré que ce champ variable peut se décomposer en deux champs
fixes, tournant dans le même sens et en sens inverse à la fréquence des courants
d’alimentation de la bobine. La partie tournante (rotor), ayant une grande inertie, ne peut
suivre aucun des champs : le moteur monophasé n’a aucun couple de démarrage (CD)
Lorsqu’il est « lancé » dans un des sens le moteur monophasé « s’accroche » à un des
champs , mais l’autre champs tourne à une vitesse double vis-à-vis du rotor occasionnant des
couples résistants et des pertes fer très importants. Tout l’art de la conception des moteurs
monophasés réside dans le fait de supprimer ou de diminuer l’influence de l’un de ces
champs, ce qui naturellement est fait dans les moteurs triphasés.

b. Procédés de démarrage des moteurs monophasés

- par lancement : le moteur est lancé à la main ou au moyen d’un dispositif mécanique
approprié ;
- démarrage par self en série dans la phase auxiliaire et résistance en série dans la phase
principale ;
- démarrage par phase auxiliaire avec résistance ;
-démarrage par phase auxiliaire avec condensateur en série.

2.4. Moteur universel

Le moteur à courant continu à excitation série peut être alimenté en alternatif. On appelle ce
moteur « universel » (alternatif ou continu). Ce type de moteur est aussi utilisé pour des
aspirateurs, des perceuses à main, des rasoirs, des moulins à café, etc.

Toutefois lorsqu’on branche un moteur à courant continu sur un réseau alternatif de même
tension U, on constate que le courant absorbé, le couple du moteur et son rendement sont bien
plus faibles qu’en continu. Il faut également prendre des précautions pour l’entretien du
collecteur où les étincelles peuvent produire un échauffement.

17
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Pour améliorer le fonctionnement du moteur à courant continu avec une alimentation


alternative, il faut :
• Feuilleter le stator (diminuer les pertes par hystérésis et par le courant de Foucault) ;
• Diminuer le nombre de spires au stator (diminuer son inductance car celle-ci est
plus grande en alternatif) et augmenter celui du rotor pour compenser la perte du
couple due à diminution du flux de l’inducteur ;
• Ne pas l’utiliser pour des puissances supérieures à 1 kW (les qualités du moteur
s’affaiblissent à cause de la mauvaise commutation).

2.5. Moteur à répulsion

a. Principe

Ce moteur à collecteur comporte le stator (ou l’inducteur) du moteur universel et un induit de


moteur universel (moteur à courant continue) dont les balais sont mis en court-circuit par un
conducteur de grosse section (fig. 5).

Fig. 5

Le sens de rotation dépend du sens du décalage des balais par rapport à la ligne neutre. Le
réglage de la vitesse se fait par décalage des balais.
b. Procédés de démarrage
Les balais étant calés sur une ligne intermédiaire comprise entre la ligne neutre et la ligne
des pôles. Un courant parcourt l’induit et crée des pôles. Les actions réciproques des pôles
induits et inducteurs sont à l’origine d’un couple de démarrage. Le moteur tourne dans
l’inverse du sens de décalage des balais.

18
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

2.6. Moteurs a démarrage par spire de Frager

Ce type de moteur est utilisé dans les appareils électroménagers pour les organes de
puissance inférieure à 100 W (fig. 6).

1. Circuit magnétique
2. Spire de FRAGER
3. Rotor en court circuit
4. Enroulement
Fig. 6

Le stator est constitué par un circuit magnétique parcourue d’un flux alternatif produit par
une bobine (4) qui contient un relais Klixon de sécurité qui coupe le circuit en cas du
surchauffe de la bobine. Le rotor est en court-circuit (fig. 7).

Clips Axe

Rondelle

Bague
Rotule
Clips de mater de rotule

Vis de Fixation

Ventilateur de refroidissement Manier de l'axe

Fig. 7

19
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

3. DEMARRAGE

3.1. Condensateurs

- Condensateur de marche ou condensateur permanent

On peut utiliser les condensateurs de deux technologies :

• A isolant papier imprégné d’huile, qui se présentent sous forme de tubes en


aluminium sertis avec soupape de sécurité situés à coté des cosses Faston de
raccordement.
• A films de polypropylène métallisé-auto cicatrisants : La plupart du temps en
boîtier plastique blanc scellé à la résine, mais certain marques les font encore sous
tube en aluminium serti. Les tensions d’isolement habituelles sont de l’ordre de
400 –450 V ~.

Note ! « Auto cicatrisant » signifie que la conception de ces condensateurs autorise des micro-
amorçages entre les armatures, amorçage à l’effet « auto réparateur » : chaque fois que dans les
condensateurs de démarrage se présente une faiblesse de l’isolation du condensateur, à l’intérieur de
la bobine du condensateur se produit une mini explosion dans une zone très localisée entre deux
couche de diélectrique. Tout de suite ce phénomène a pour effet de volatiliser une infime partie de
l’aluminium de l’armature et de rétablir aussitôt la fonction de condensateur. Ces condensateurs
peuvent donc vivre plusieurs « petites morts » et s’en porter pas plus mal, là ou des condensateurs
d’autres technologies auraient rendu l’âme depuis les lustres ! Mais il faut savoir qu’à ce jeu le
condensateur laisse un peu de plumes, que petit à petit il va lui manquer des microfarads, jusqu’au
jour où le moteur aura de la peine à démarrer.

- Condensateur de démarrage

Ce sont des condensateurs de fortes valeurs, réalisés en technologie « électrolytique » pour service
intermittent. Il se présente comme un cylindre de plastique ou encore de bakélite noire. Ce sont des

20
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

condensateurs « électrochimiques » non polarisés, dits « pour démarrage de moteur monophasé ».


Leurs tensions d’isolement sont : 110, 160, 220, 260, 330 V~.

Note ! Les « Condensateur permanent » et les « Condensateur de démarrage » s’achètent chez les
bobineurs (chez qui on trouvera aussi les relais de démarrage), les vendeurs de pièces détache pour
gros appareils électroménagers.

Rappel : Les capacités des condensateurs s’additionnent en les connectant en parallèle

- 3.2. Contacteurs de démarrage (Contacteurs centrifuge)

- Le plus souvent, ils sont montés sur l’arbre à côté opposé d’entraînement, derrière le ventilateur.
Divers modèles sont utilisés selon les constructeurs.
-
-
3.3. Relais d’intensité

- Fig. 8
-
- De différents types (fig. 8) ils sont monté en série avec la phase de marche, opérant un contact
rapide sur la phase auxiliaire.

Principe : le relais s’excite avec l’appel de courant au démarrage, le contact se ferme et alimente la
phase auxiliaire (en série avec le condensateur, s’il y a), mais le courant décroît brusquement dans
la phase principale quand le moteur approche de sa vitesse normale, ce qui a pour effet d’ouvrir le

21
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

contact quand la valeur de seuil de relais est atteinte et de couper l’alimentation de la phase de
démarrage.

Maques : KLIXON , ELD (qui sont des relais d’intensité électromagnétiques à contact NO et
thermique) et ETA (qui est un relais à bilame thermique à contact NO).

3.4. Relais de tension :

Monté en parallèle avec la phase auxiliaire (hors condensateur) ils s’excitent ou non suivant
l’évolution de la tension aux bornes de la phase de démarrage (fig. 9).

Principe : la tension aux bornes de la phase auxiliaire pendant le démarrage dépasse la tension de
seuil du relais. Lorsque la vitesse du moteur est proche de sa vitesse nominale, le relais colle,
coupant l’alimentation de la phase de démarrage, la tension induite dans la phase auxiliaire suffit à
maintenir le relais collé en marche, ceci évitant un battement fâcheux.

Utilisateur : LEROY SOMER

Schéma à relais de tension, à condensateur


Fig. 9

22
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

3.5. Relais électroniques

L’organe de commutation est constitué d’un triac et d’un temporisateur électronique (fig. 10).

Fig. 10

3.6. Interrupteurs « spécial mono »

Pour le démarrage « manuel » de certains tourets à meuler, on trouve aussi des interrupteurs
bipolaires dont un des contacts est de type « maintenu ».

On actionne le levier, on le maintient avec le doigt le temps du démarrage, puis on relâche, alors le
levier, qui est en deux parties, ramène le contact maintenu à la position « ouvert ». C’est ce dernier
contact qui sert à alimenter la phase de démarrage en série avec le condensateur de démarrage.
L’autre contact restant en position marche sert à alimenter le bobinage de marche.

Marque : Marquard (ABE- AGMO).

3.7. Relais temporisés

Un temporisateur électromécanique, en appareillage classique ou modulaire, sert pour alimenter la


phase auxiliaire via con condo de démarrage un bref instant : 1 à 2 secondes.

23
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

3.8. Thermistance PTC de puissance :

Fig. 11
-
Il s’agit d’une grosse varistance « à coefficient de température positif » (fig. 11) qu’on insère en
série avec la phase de démarrage, le courant qui la traverse l’échauffe et augmente brusquement sa
résistance, la rendant ainsi « non passante » et interrompant le circuit de démarrage. Elle est utilisée
dans les groupes hermétiques de certains réfrigérateurs (Dansfoss Maneurop) (fig. 12).
-
Marque : Siemens type : J19 (on ajoute un chiffre de plus pour le calibre en ampères), TI -
Klixon : types SP.

Schéma de démarrage par thermistance PTC


Fig. 12

24
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

4. FONCTIONNEMENT D'UN MOTEUR TRIPHASE EN MOTEUR MONOPHASE

D'après le document LEROY - SOMER – Moteur type MTD 18 :

On se pose souvent la question : « Comment faire fonctionner un moteur triphasé sur un secteur
monophasé ? »

En effet il est possible d’alimenter un moteur triphasé sur le secteur monophasé pour de faibles
puissances. Pour cela on monte deux enroulements en série constituant l’enroulement principal
(d’un moteur monophasé), le troisième enroulement, faisant fonction d’enroulement auxiliaire de
lancement, est monté avec un condensateur C en série ou en dérivation suivant le type de couplage
possible .

On peut voir les différents types de couplage possibles (fig. 13) pour un moteur triphasé 220 /
380 V, alimenté en monophasé 220 V (par exemple, le moteur de Leroy – Sommer type MTD 18,
livré en kit et de montage très facile).

Fig 13

25
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Caractéristiques du moteur MTD 18 – Leroy – Sommer en triphasé 220 V – 380 V – Y – 4 pôles

à U = 220 V – ∆ I (A) Ntr/min Pu(W) Pa(W) η (%) Tu(Nm) Cos φ

à vide 0,47 1490 0 45 0 0 0,25

Au démarrage 1,65 0 TD=1,2

En charge 0,55 1400 90 140 64 0,6 0,67


nominale

On appelle K = le rapport du nombre de spires des enroulements principal (Np) et auxiliaire (NA).
Le couple moteur augmente avec K.

La puissance utile en monophasé est d’environ les trois quarts de la puissance utile en triphasé. Pour
obtenir un couple de démarrage de 50% du couple nominal en triphasé on choisit le condensateur C
à l’aide de la relation suivante :

C = 68 x 10-3 x Pu x (220/U)² x (50/f)

Où : Pu - puissance utile du moteur ;


U - tension du réseau
f - fréquence du réseau

Exemple : Pour un moteur triphasé de 500 W (PU) alimenté en 220 V –1 –50 Hz il faut prendre :
C = 68 x 10-3 x 500 x (220/220)² x (50/50) ≈ 34 µF – TS > 350 V
On voit que l’on est limité en puissance par les valeurs élevées de C.

Pour inverser le sens de rotation il faut brancher le condensateur sur l’autre enroulement (entre U et
V au lieu de V et W).

26
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5. UTILISATION DES MOTEURS MONOPHASES DANS LES APPAREILS


ELECTROMENAGERS

5.1. Généralités

Ces moteurs sont utilisés pour entraîner le tambour des machines à laver de linge (fig. 14). Ils sont
généralement à deux vitesses, une vitesse pour le lavage et une deuxième vitesse pour l’essorage.

Moteur asynchrone
Monophasé

Fig. 14

L’enroulement « petite vitesse » à 16 ou à 18 pôles est symétrique. L’inversion du sens de rotation


se fait par inversion de branchement du condensateur.

5.2. Constitution et principe de fonctionnement

Il comporte deux bobinages :


- Un bobinage principal, dit de « travail », est alimenté directement par le réseau ;
- Un bobinage auxiliaire, dit de « démarrage », bobiné à 90° électrique du précédent, est
alimenté par un système de déphasage (généralement un condensateur).

27
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Ensemble stator : Circuit magnétique constitué de tôle dynamo, bobinage en fil émaillé.

Ensemble rotor : Arbre an acier mi-dur, paquet de tôles feuilletées et « cage » en aluminium sous
pression, ventilateur.

Ensemble flasques – paliers : A palier lisses (coussinets - bagues minces à réserve d’huile ) ou à
roulements a billes.

Ensemble connexions : Par condensateur électrolytique.

5.3. Câblage de moteurs asynchrones des laves – linges

Pour câbler un moteur, il faut respecter plusieurs normes, tout d’abord :


- Savoir différencier un moteur universel d’un moteur asynchrone ;
- Savoir si ce moteur peut être alimenté directement en courant alternatif ou continu.

Pour le savoir, il suffit de lire les données inscrites sur la plaque signalétique fixée sur le moteur.
Premièrement, on sais qu’un moteur asynchrone ne peut pas fonctionner sans condensateur, ou au
moins avec un artifice de démarrage, et que sa vitesse ne peut pas dépasser 2850 tours /mn.

Ils sont composés de plusieurs enroulements et les bobines suivent un nombre pair de pôles. Plus il
y aura de paires de pôles, plus la vitesse sera réduite, et contrairement. Moins il y en aura de pairs
de pôles, plus la vitesse sera grande – minimum 2 pôles, maximum 24 pôles.

5.4. Fonctionnement avec condensateur en permanence sous tension

L’enroulement auxiliaire et son condensateur en série restent sous tension quand le moteur tourne.
Dans ce cas bien que la valeur de sa capacité reste identique, le condensateur doit être prévu pour
supporter en permanence l’intensité qui le traverse.

28
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Exemple à 2 vitesses

Petite vitesse : condensateur en permanence sous tension : 2 sens de rotation


Grande vitesse : Circuit condensateur coupé par contact à force centrifuge CF.

Le moteur possède 2 enroulements


différents (fig. 15) :
1. Partie grande vitesse.
EP : enroulement principal.
EA : enroulement auxiliaire.
2. Partie petite vitesse.
Figure de gauche : Commutateur en
position de rotation 1 - MB sert de phase
auxiliaire.
Figure de droite : Commutateur en
position de rotation2 - MA sert de phase
auxiliaire.
Les 2 enroulements GV et PV ne doivent
pas pouvoir être mis sous tension en
Fig. 15
même temps.

5.5. Exercice

n° 1. On dispose de la notice des constricteurs d’un lave – linge « BRANDT – THOMSON » (fig.
16), « ZANUSSI » (fig. 17), « M.E.T. » (fig. 18) fournissant les renseignement nécessaires.
Lire les schémas en essayant de savoir différencier entre les bobines de travail et les bobines
auxiliaire soit du PV soit du GV.

29
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

« BRANDT – THOMSON », type M 631-2-16 B- AA.

Identifications de la plaque signalétique

N (tr/min) I(A) Pu (W) Cosφ Condensateur


PV
320 1.1 58 0.8 18 µF

GV 2 850 4.4 200 0.65 50 µF

Schéma de branchement

Fig.16

ZANISSI

Fig. 17

30
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

M.E.I.

Coupleur ampèremétrique

Fig. 18

Remarque : Le conducteur blanc correspond toujours au commun (phase)

N° 2. Quand nous mesurons avec l’aide d’un ohmmètre, ce sont les valeurs de la résistance des
enroulements que nous mesurons et non les pôles. Comment il faut procéder ? Prenons l’exemple
d’un moteur 5 fils (fig. 19).
Tout d’abord, il faut tracer 5 lignes verticales qui correspondent aux 5 fils d’alimentation

Exemple 1
5 Fils (Exemple)

1 2 3 4 5
Fig. 19

31
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Exemple 2

Fig. 20

Pour l’exemple suivant (fig. 20).

Avec l’aide de l’ohmmètre, relever les valeurs existantes entre les fils 1-2, 1-3, 1-4, 1-5, puis 2-3, 2-
4, 2-5 et à la fin 4-5. Avec les valeurs ainsi repérées, il faut chercher à faire une première figure en
rejoignant les plus petites valeurs et les valeurs qui s’ajoutent ou se soustraient entre elles
(Exemple : 20 + 7 = 27).

En rejoignant ces traits, on crée deux figures géométriques représentant deux carrés ou deux
rectangles, ayant deux angles sur un même fil, et se croisant. Pour mieux comprendre, on peut
comparer ceci à un 8 qui sera penché. A l’aide d’un crayon d’une autre couleur, on essaye de
repérer un autre enroulement ayant la même forme géométrique que le premier, mais qui va
obligatoirement se trouver décalé d’au moins 2 fils.

32
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

7Ω 20 Ω 64 Ω 64 Ω

27 84 77

1 5 3 4 2

Fig. 21

Tout d’abord, nous faisons un rapide calcul (fig. 21) en supposant que : il y a un enroulement de 20
+ 7 = 27 Ω.

Donc, si on ajoute 64 + 20 = 84 Ω ou 64 + 7 = 71 Ω. On élimine d’office 84 et 71 qui sont des


valeurs ajoutées de deux enroulements différents. Ayant trouvé que 64 est une valeur à part entière,
c’est à partir de ces 64 que nous tracerons la deuxième figure géométrique.

Nous constatons, que sur le fil n°1, nous avons les valeurs de 20 et 7 de notre premier enroulement.
Ce qui veut dire que ce fil n°1 est commun aux deux enroulements. Maintenant, pour définir
exactement ce câblage et savoir comment nous pourrons brancher les fils et les condensateurs, nous
tracerons une ligne ayant un angle droit (fig.21). Sur la partie horizontale, nous mettrons les valeurs
à trouver, la partie verticale étant le commun. De ce commun, en respectant les valeurs des
enroulements trouvés par les formes géométriques.
Exemple : De 1 à 5 = 7 et de 1 à 3 = 20. Puis de 1 à 2 = 64 De 1 à 4 = 64 .
Maintenant nous notons : De 2 à 4 = 77 de 4 à 3 = 84 de 3 à 5 = 27, et de 5 à 1 = 7.
Nous constatons, que du fil 1 au 5, nous n’avons que la valeur de l’enroulement 5, ce qui veut dire
que nous n’avons pas de valeur ohmique sur le fil, donc c’est bien un simple fil. Par contre, entre 3
et 5, les valeurs de ces fils s’ajoutent, donc ils sont réunis par le commun et se touchent. Nous avons
là l’enroulement d’essorage. Pour démontrer il faut faire des calculs : 20 + 7 = 27. Et pour
confirmer : (20 + 7 – 27) / 2 = 0

33
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

25,5

38,5 77 38,5

1 2 4

Fig. 22

Nous avons un résultat égal à 0, donc la valeur de l’enroulement n’est bien composée que de deux
résistances : une de 20 Ω et une de 7 Ω.

Maintenant, regardons les résistances 2 et 4 (fig. 22). Si nous les ajoutons on constate que le résultat
est : 64 + 64 = 128 Ω. Donc il y a une anomalie, car entre 2 et 4 nous avons effectivement 77 Ω.
Pour trouver d’ou vient cette erreur et trouver la valeur de chaque enrouement qui la compose il faut
appliquer la solution : (64 + 64 – 77) / 2 = 25,5 Ω. Ce qui veut dire que nous avons un moteur à
trois enroulements .(fig. 22). La différence de 25,5 Ω nous permettra de trouver la valeur réelle : 64
–25,5 = 385 Ω. Etant donné qu’il y a deux fois 64 Ω, on peut dire, qu’on a aussi deux fois 38,5 soit
77 Ω.

C’est vrai qu’il y a bien 3 enroulements : 1 de 25,5 Ω qui est l’enroulement de travail, et 2 de 38,5
Ω qui sont ceux de démarrage droit ou gauche. L’enroulement de travail est toujours celui relié au
commun.

Apres avoir fait ces constatations, il nous suffira de mettre entre deux résistances un condensateur
approprié. Il faut placer ces condensateurs entre deux fils ayant la valeur ohmique la plus grande
(fig. 23).

34
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5 3 1

Fig. 23

Pour vérifier si le travail est bien compris il faut recommencer, mais en mélangeant les numéros des
traits (fig. 24). Comme précédemment, rechercher les figures géométriques qui confirment le
commun ayant 2 points sur le même fil. Confirmation, le 1 est bien le commun. Il est bien entendu,
que l’enroulement de travail comprend : celui de 25,5 + (1) = 38,5 Ω. Ici comme au premier tracé,
on peut faire la remarque : 84 - 64 = 20 ou encore : 71 – 7 = 64 qui sont des valeurs de résistance
ajoutées

Fig. 24
35
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5.6. Moteurs universels des lave – linges

Ces moteurs sont de plus utilisés pour entraîner le tambour des lave-linges (fig. 25). Ils présentent
plusieurs avantages.
- Un grand couple au démarrage
- Une vitesse de rotation maximale élevée (10000 tr/mn)
- La possibilité de régler la vitesse a la demande

*Régulation de la vitesse
Fig. 25

La régulation de vitesse qui permet de moduler la violence de l’essorage est réalisée grâce à un
montage électronique à thyristor ou à triac (fig. 26).

a) Régulateur à thyristor

Fig. 26
Les 2 yriTh1, et Th2 sont commandés p 25ar circuit à décharge capacité réglable. Le signal de
sortie du pont est variable en fonction du moment de l’impulsion de gâchette
La var 36
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Les deux thyristors Th1, et Th2 sont commandés par un circuit à décharge d’une capacité réglable.
Le signal de sortie du pont est variable en fonction du moment de l’impulsion de gâchette (fig. 27).
La variation de la forme su signal appliqué aux bornes du moteur entraîne une variation de sa
vitesse. Si l’impulsion de gâchette se produit dés le début d’une phase montante du signale, le
moteur tourne à sa vitesse maximale. Plus l’impulsion se trouve retardée, plus la vitesse du moteur
diminue.

Fig. 27

b) Régulation à triac
Le circuit de commande à décharge capacitive (fig. 29) va commander le point de
déclenchement du triac, le signal n’est plus un signal redressé mais reste un signal alternatif
(fig. 28).

37
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 28

Fig. 29

38
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5.7. Moteur universel d'un robot ménager

Définition
-
- C’est un moteur électrique qui fonctionne indifféremment en courant contenu ou en courant
alternatif (fig. 30).
-
Constitution

Il est constitué (fig. 31) d’un :


- circuit magnétique entièrement feuilleté pour réduire les courants de Foucault
(induit par les variations de flux )
- enroulement de compensation pour diminuer la réaction d’induit
a) Ensemble stator
- circuit magnétique constitué de tôles dynamiques
- bobinage en fil émaillé
b) Ensemble rotor
- arbre en acier mi-dur
- paquet de tôles feuilletées ( 12 encoches ) bobiné en fil émail renforcé .
- collecteur
- ventilateur
c) Ensemble flasques-paliers
- à paliers lisses (coussinets autolubrifiants)
- à roulements à billes
d) Ensemble de commutation
- porte – balais
- charbon ou balais Moteur UNI 44
- ressort de pression

Fig. 30

39
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

e) Antiparasitage

Fig. 31

Principe

Ce moteur à collecteur comporte un enroulement inducteur en série avec l’enroulement induit, les
forces électromagnétiques qui créent le couple moteur sont indépendantes du sens du courant et de
sa nature (continu ou alternatif) puisque tout changement a lieu simultanément dans l’induit et
l’inducteur.

Fig. 32

40
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

De ce fait il est nécessaire de modifier légèrement la construction pour obtenir un fonctionnement


satisfaisant.

Sens de rotation

Si on inverse le courant à la fois dans induit et dans l’inducteur le sens de rotation ne change pas.
Pour inverser le sens de rotation il faut inverser le sens de courant soit dans l’induit soit dans
l’inducteur.

Remarque : Les moteurs universels présentent un couple de démarrage et peuvent donc être
démarrés en direct. Le courant d’appel est assez élevé et la vitesse varie avec la charge. On peut
varier la vitesse par rhéostat en série ou par dispositif électronique (fig. 33).

Fig. 33

41
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

6. SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

6.1. Risque dans une installation électrique d’un moteur monophasé dans les machines à
laver

⇒ Courts –circuits
⇒ Surcharges
⇒ Courants de fuite

Détérioration de l’isolant d’un conducteur d’un moteur de lave-linges


- courants de « surface » (humidité, poussière)

Cause
- courants de fuite à la terre (phase / masse)

Conséquences
- incendies (fig. 35) : un courant de 270 mA suffit pour amorcer un feu.
- électrocution ;
- destruction des récepteurs (fig. 34).

Fig. 34

42
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 35

6.2. Risque l’électrocution


• Contact direct (fig. 36)

Fig. 36

Résistance naturelle du corps : Rh


Tension de la pièce traversée par le courant : Va
L’intensité nominale sera donc : In = Va / Rh (fig. 37)

43
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 37

Prenons un exemple concret en conditions optimales (fig. 37) :


Personne début sur un plancher isolant Rh = 5 Ω.
Tension de phase = 220 V .
I = 44 mA

Remarque : Ce courant est suffisamment fort pour provoquer une paralysie respiratoire !

• Contact indirect : circulation du courant de défaut Id (fig. 38)

Fig. 38

44
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

7. UTILISATION D'UN TACHYMETRE ET D'UNE PINCE AMPEREMETRIQUE

7.1. Rappel

ns (tr/min) = (60.f) / p
n (tr/min) = [ (60.f)/p ] . (1 - g)

Les moteurs monophasés sont composés d’un stator portant un bobinage à p paires de pôles et d’un
rotor à cage d’écureuil en court circuit.

A l’arrêt le rotor est sollicité par deux champs tournants en sens inverse. Le moteur ne peut pas
démarrer spontanément.

7.2. Contrôle et mesure des vitesses de rotation

Il consiste essentiellement à contrôler ou à mesurer la vitesse de rotation des groupes de machines


sur une plate – forme d’essais ou celle des moteurs entraînant des récepteurs divers : ventilateurs,
pompes.

La mesure de la vitesse peut être faite : directement, par accès au bout d’arbre, ou indirectement,
sans possibilités de lier le dispositif de mesure à l’arbre de la machine.

Dispositifs de mesure et méthodes :

⇒ Méthodes directes :
Elle empruntent de l’énergie mécanique à la machine dont on veut mesurer la vitesse .
Dispositifs :
- le compte- tours chronométrique à main,
- le tachymètre à main de type mécanique,
- le tachymètre à main de type magnétique,

45
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

- le tachymètre à main de type numérique,


- la dynamo tachymétrique associée à un indicateur à déviation,
- la dynamo magnéto-tachymétrique associée à un indicateur à déviation.

⇒ Méthodes indirectes :
Il y’a pas de lisions mécanique avec l’arbre en mouvement.
Dispositifs :
- Dispositif à barrière photo – électrique ;
- Dispositif stroboscopique à fréquence fixe ;
- Dispositif stroboscopique à fréquence réglable (ou stroboscope) ;
- Détecteur de proximité inductif associé à un dispositif numérique de comptage.

Remarque
- On peut déterminer deux vitesses de rotation : la vitesse moyenne (temps de mesure) et la
vitesse instantanée.
- Les études se limitent aux principaux dispositifs de mesure de vitesse énumérées ci-
dessus.

7.3. Pince ampèremétrique

La pince ampèremétrique représente un


transformateur à circuit magnétique ouvrable. La
précision du dispositif est de 5 à 10 % de la valeur
exacte.
La partie primaire du transformateur est constituée
du fil conducteur traversé par le courant alternatif
à mesurer. Le secondaire est branché sur un
appareil de mesure d’intensité : il y a deux
versions :
- pince et ampèremètre (fig. 39 et fig. 40)
- prince et ampèremètre combinés (fig. 41)
Fig. 39

46
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 40 Fig. 41

8. DIAGNOSTIC

8.1. Défauts mécaniques et électriques des moteurs monophasés

Les défauts mécaniques et électriques des moteurs monophasés sont des anomalies qui peuvent
faire l’objet de la destruction ou du mauvais fonctionnement de ces moteurs.

Dans le tableau ci-dessous on présente le diagnostic de quelques défauts courants et les opérations
de leur réparation. Les problèmes seront repris dans les travaux pratiques où les stagiaires auront la
possibilité d’appliquer ses connaissances théoriques.

47
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Défaut constaté Opération à réaliser Origine de défaut

1) Echauffement excessif - Lubrifiant insuffisant (manque de - Le roulement est carbonisé


des paliers dû à un défaut graisse) - démonter les paliers et les ou sa cage est mal bloquée
mécanique flasques du moteur - Tournant dans son
(température supérieure à - Changer les roulements défectueux emboîtement - roulements
70°C sur la cage extérieure - Nettoyer les paliers avec usés
des roulements avec bruit ou de l’huile
sans bruit anormal )

2) Vibrations excessives - Vérifier et établir l’alignement d’une - Mauvais alignement aux


manier correcte . accouplements
- Rectifier ou changer le rotor - Rotor mal équilibré
- Refaire la poulie - Jeu exagéré de la clavette de
la poulie

3) Introduction d’un - Nettoyer le moteur avec l’aire - Introduction de sable ou de


corps étranger aux comprimé poussière
moteurs

4) Mauvaise fixation du - Serrer correctement les - Ventilateur calé ou brisé


moteur ou vis boulons .
desserrés - Régler le ventilateur ou le
remplacer
5) Défauts électriques du - Refaire l’isolation des tôles au papiers - Echauffement
système magnétique ou au vernis du fer du moteur.
- Isolation des
tôles est mauvaise.
- Bruit dû aux
vibrations des tôles
6) Défauts système - Rechercher le court –circuit entre les - Echauffement des
électrique bobines montées sur son circuit conducteurs
a) Echauffement au stator magnétique . - Court-circuit entre spires
ou au inducteur - Rebobiner l’enroulement défectueux. - Enroulement humide
- Mesurer la résistance d’isolement des - Condensateurs défectueux
bobines au mégohmmètre . - Enroulement à la masse
- Sécher l’enroulement à l’étude - Court-circuit dans une
- Rechercher les masses avec un bobine ou entre lames du
ohmmètre ou lampe témoin collecteur
- Rechercher le court –circuit avec un
grognard
b) Echauffement à l’induit - Remplacer le rotor défectueux ou
l’isolation des lames du collecteur de
l’induit humide .
- Mesurer la résistance d’isolement de
l’inducteur avec un mégohmmètre
- Sécher l’induit à l’étude

48
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

8.2. Techniques de nettoyage des différents composants des moteurs universels

Vue en bout du collecteur d’un moteur universel (fig. 42), les balais (à charbons) sont placés de part
et d’autre du collecteur et ils sont diamétralement opposés dans certains type de moteur. Les
charbons sont présentés dans un étui isolant. Pour les changer, dévisser le cavalier qui les maintient
(fig. 43), puis nettoyer le collecteur (fig. 44). Utiliser une brosse imbibée d’alcool à brûler, puis
remettre les charbons en place.

Fig. 42 Fig. 43 Fig. 44

Rodage des balais

- Après les avoirs placer dans la cage isolante les balais n'épousent pas la forme du collecteur.
Il faut les « roder », c’est-à-dire travailler leur surface pour la rendre légèrement concave.
- Nettoyer les balais et le collecteur à l’aide du papier verre abrasif d’un mouvement de va et
vient (fig. 45). Travailler sur le collecteur ou les balais jusqu’à ce qu’ils s’épousent
correctement.

49
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Axe
Balais
Noyau

Porte balais
Collecteur

bobine
Noyau induit

Axe
Fig. 45

9.3. Méthode de dépannage d'un moteur universel utilisé dans les machines à laver

Dans le graphique ci-dessous (fig. 46) on présente l’exemple d’un diagnostic de quelques défauts
courants des moteurs universels utilisés dans les machines à laver et les opérations de leur
réparation. Les problèmes seront repris dans les travaux pratiques où les stagiaires auront la
possibilité d’appliquer ses connaissances théoriques.

Exemple 1 : Panne : moteur s’emballe


- Constater la panne et donner les opérations de dépannage (fig. 46)
- Intervention sur le module électronique de commande du moteur (fig. 47)

50
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Contrôle du triac
Mesurer en ohmmètre entre les bornes N et F
Mesurer en ohmètre entre les bornes N et F

R= 0 Ω R=∞ Ω

Triac C.C. Contrôle tachymètre


Remplacer module
Mesurer après l’avoir débranché sur le connecteur MTE
entre les bornes 11 et 12

R=0Ω R = 135 Ω

Tachymètre H.S. Remplacer module


Remplacer moteur

Fig. 46

Modèle RV 20 Type 51X6347 – 51X5365

Fig. 47

51
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Exemple 2 : Panne : la machine tourne normalement en lavage, mais ne tourne pas en essorage ou
sur un cran de répartition (fig. 48).

- Positionner le programmateur sur un pas de répartition 120 tr/mn ou sur un pas d’essorage :
- 450, 650 ou 800 tr/mn suivant le type de la machine

Voltmètre ~ mesurer entre MTE 1 et N

220 V 0V

Voir alimentation
Mesurer avec un ohmmètre entre :
MTE 10 3+4 (120 t/mn)
MTE 10 5 (450 t/mn)
MTE 10 3+4+6 (650 t/mn)
MTE 10 3 + 4+ 7 (800 t/mn)
Sur le connecteur

R= 0 Ω R= ∞ (infini)

Voir programmateur et filerie

Mesurer avec un ohmmètre entre


MTE8 et MTE 9
sur le connecteur

R = entre 0 et 3300 Ω R= ∞ (infini)

Remplacer le module Remplacer potentiomètre

52
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Exemple 3 : Panne : Pas de rotation

- positionner le programmateur sur 1 cran de lavage


- remplissage niveau 1

Voltmètre ~ mesurer entre MTE 1 et la borne N

220 V 0V

Voltmètre ~ mesurer entre Voir alimentation


MTE 1 et la borne F

0V = 200 V

Mesurer en ohmètre entre Faire essai du moteur en


MTE 11 et MTE 12 direct
sur le connecteur

R= 135 Ω R= ∞ (infini) Le moteur tourne

Court-circuiter les bornes Tachymètre H.S Voir programmateur


MTE 3 et MTE 10 Remplacer le ou filerie
moteur

Rien ne se passe Le moteur tourne

Remplacer le module Voir le programmateur

53
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Module 8 : REPARATION DE MOTEURS


MONOPHASES
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

54
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

1. TP1 : Décrire le fonctionnement et la protection automatique d’un moteur


monophasé pour différents procédés de démarrage

1.1. Objectifs visés

- Démarrage par artifice d’un moteur monophasés


- Protection Automatique des moteurs

1.2. Durée du TP

5 heures

1.3. Matériel ( Equipement et matière d’œuvre) par équipe :

a) Equipement :
- Moteur monophasé équipé de différents dispositifs de démarrage.
- Appareils de mesures ( ohmmètre, voltmètre, ampèremètre)

b) Matière d’œuvre :
- Conducteur souple 2,5 mm²
- Câble souple 3 x 2,5mm²
- Disjoncteur différentiel
- Relais magnétique
- Relais thermique

1.4. Description du TP

Le stagiaire doit effectuer un travail pratique concernant le démarrage automatique. Il doit savoir
mesurer, vérifier et brancher les différents dispositifs de démarrage.

55
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

1.5. Déroulement du TP

Le TP doit être effectuer par groupe de deux stagiaires. Le formateur doit suivre les étapes du
déroulement du TP et corriger les erreurs du compte rendu à la fin.

Exercice 1 : DEMARRAGE PAR CONDENSATEUR

Plan théorique Plan de détail

( Fig 1)

Exercice 2 : DEMARRAGE PAR SELF

Plan théorique Plan de détail

Fig 2

56
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Exercice 3 : DEMMARAGE SOUS TENSION 110V ET SOUS TENSION 220V (fig. 3)

Fig. 3

En 110V les bobines principales En 220V les bobines principales


sont branchées en parallèle sont branchées en série

Les 6 fils de sortie (4 pour la phase principale, 2 pour


la phase auxiliaire) sont parfois réunis à une plaque
à bornes comme ci-contre (fig. 4).
Fig. 4

Les différentes couplages sont alors les suivants (fig. 5):

Tension U Tension U Tension2U Tension 2


Rotation 1 Rotation 2 Rotation 1 Rotation 2

Fig. 5

57
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

DEMARRAGE ET PROTECTION AUTOMATIQUE POUR MOTEUR


MONOPHASE A ENROULEMENT FORTEMENT RESISTANT
Démarrage par relais Démarrage par relais
magnétique thermique

La bobine B est excitée La bilame C (fig. 7)


dès la mise sous tension ouvre le contact du
par un courant important même nom un certain
et (fig. 6) le contact b se temps après la mise
ferme. Quand le moteur sous tension.
est lancé l’intensité La protection est
diminue et b s’ouvre. La assurée par la bilame et
Fig.6 protection est assurée par Fig. 7 le contact A
le contact A.
FONCTIONNEMENT AVEC RELAIS TYPE MA (BREVET LEROY-SOMMER)
Le contact à force centrifuge est supprimé. Le fonctionnement du relais R est le suivant (fig. 8) :
Au démarrage le contact « r » du relais est fermé
la f.c.é.m. aux bornes de l’enroulement
auxiliaire (EA) est nulle. La presque totalité du
courant qui traverse la capacité parcourt
également l’enroulement auxiliaire (impédance
de la bobine du relais très grande alors que
l’impédance de E.A. est faible)
La vitesse augmentant, la f.c.é.m. due au champ
tournant augmente aux bornes de l’enroulement
auxiliaire et atteint la valeur de fonctionnement
du relais. Le contact « r » s’ouvre et reste ouvert
tant que le moteur est sous tension, la bobine du
relais restant alimentée par l’enroulement E.A.
qui se comporte comme un secondaire de
transformateur dont le primaire serais E.P.
Ci-contre raccordement à la plaque à bornes.
Relais et condensateur sont sur le moteur. Les
Fig. 8 différents couplages pour tension U et 2U et
rotation 1 et 2 sont les mêmes.
58
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

2. TP2: Fonctionnement d’un moteur triphasé en moteur monophasé

2.1. Objectifs visés :


- Branchement en triangle
- Branchement en étoile

2.2. Durée du TP :

3 Heures

2.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre) par équipe ;


b) Equipement
- Moteur asynchrone triphasé
- Multimètre

c) Matière d’œuvre
- Conducteurs de raccordement
- Câble souple U 500 V . 3 x 2,5 mm2
- Condensateurs de démarrage de valeurs différents

2.4. Description du TP

Le stagiaire doit réaliser le TP d’un fonctionnement du moteur triphasé en monophasé. Il doit savoir
mesurer pour contrôler les bobines du moteur et choisir le condensateur convenable d’après le
tableau.

2.5. Déroulement

Le TP est effectué par un groupe de deux stagiaires. Chaque groupe doit savoir comparer les valeurs
de condensateurs par rapport aux moteurs triphasés disponibles dans l’atelier pour les faire
fonctionner en moteurs monophasés.

59
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fonctionnement d’un moteur triphasé en moteur monophasé

Le déphasage de la phase manquante est réalisé à 2° Branchement en étoile ( fig. 10)


l’aide d’un condensateur
1° Branchements en triangle (Fig. 9)

Fig . 9 Fig . 10

Pour obtenir un couple de démarrage de


Pour un moteur triphasé donné la puissance sur arbre
l’ordre de 50% du couple nominal, la
dans le fonctionnement en monophasé est égale à
valeur en microfarads des condensateurs à
75% de la puissance sur l’arbre en triphasé.
utiliser est donnée dans le tableau suivant :

Tableau des valeurs des condensateurs C


Hauteur Puissance Puissance en Cd(condensateur Cp In 220
d’axe du en triphasé monophasé de démarrage ) (condensateur (courant
moteur (kW) (kW) µF permanent ) nominal en
(type) µF 220 V)
80 0.55 0.37 120 30 2.2

80 0.75 0.55 225 32 3.3

90 1.1 0.75 300 47 4.2

90 1.5 1.1 500 75 6.1

100 2.2 1.5 560 90 8.3

100 3 2.2 650 140 12.2

112 4 3 1100 250 17

Note ! 1 CV= 0,736 kW ~ 0,75 kW


60
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Nature des condensateurs : Le condensateur de « démarrage » Cd est de type


électrochimique pour alternatif 50 Hz.

3. TP 3 : Reconnaître les symboles des schémas et des plaques signalétiques


des différents types de moteurs utilisés dans les lave-linges.

3.1. Objectifs visés:


- Reconnaître différents types de moteurs asynchrones utilisés dans les laves linges
- Mesurer les bobines et différencier entre les moteurs de 5 fils 6, 7, 8, 9 et 10 fils

3.2. Durée du TP :

5 Heures

3.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre ) par équipe ;


a) Equipement
- Différents types des moteurs de lave-linges
- Multimètre ( ohmmètre )
b) Matière d’œuvre
- Conducteur de raccordement avec cosses
- Lampes à incandescences

3.4. Description du TP

A partir des schémas et plaque signalétique le stagiaire doit mesurer vérifier et différentier entre les
bobines des différents types de moteurs asynchrone utilises dans les laves – linges. le stagiaire doit
essayer le branchement de liaisons entre les différents bobines et doit savoir changer les différentes
composantes de remplacements.

61
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

3.5. Déroulement du TP

Le TP doit être effectué en groupe de deux stagiaires. Chacun des stagiaires doit calculer, contrôler
et interpréter les résultats obtenus. Avec le rapport ou le compte-rendu, les résultats doivent être
comparer entre les stagiaires de même groupe.

Moteur asynchrone à deux vitesses

1. flasques
2. roulements
3. ventilateur
refroidissement
4. rotor ( partie fixe )
5. rotor (partie

Détail de la connexion
du moteur avec le
Fil de masse vert jaune
câblage de la machine
( mise à la terre )

62
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 11

a. Enroulement LAVAGE

Brancher l’alimentation en direct sur le connecteur moteur (fig. 11) sans déconnecter le connecteur
câblage :
- sens SIM entre les bornes 6 et 4 ( Fils blanc et bleu )
- sens SAM entre les bornes 6 et 4 ( Fils blanc et bleu )

b. Enroulement ESSORAGE

Brancher l’alimentation en direct sur le connecteur moteur (fig. 12) sans déconnecter le connecteur
câblage :
- sens SIM entre les bonnes 5 et 3 ( Fils vert et gris )

Moteur

Fig. 12

* Le repérage des fils, capital, est parfois fait par des fils de différentes couleurs ou numéros.
Dans ce cas le seul recours sera d’avoir le schéma de son moteur, ou alors de se servir d’un
ohmmètre et savoir ce qu’on doit vérifier. Ce qui n’est parfois pas évident, même pour les
professionnels.

63
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Moteur monophasé à deux vitesses

ORGANISATION INTERNE
SORTIES

Fig. 13

Le moteur peut fonctionner en « petite vitesse » avec deux sens de rotation et en « grande
vitesse » avec un seul sens de rotation .

Exercice d’application

La forme proposée dans la théorie est la même pour tous les moteurs, en sachant que pour les
moteurs 6 fils (ayant beaucoup d’infinis) on aura deux enroulements séparés. Il vous faudra donc
faire un tri sérieux avant chaque opération.

Pour le branchement il y a 2 fils jaune pour le relais Klixon et 1 gris ou marron pour le couplage.

64
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Après avoir relevé les valeurs


ohmiques, il faut tracer les figures
géométriques. On constate
effectivement, qu’on n’a jamais
deux tracés sur le même fil.
Donc il y’a pas de commun. Il n’y a
pas non plus de valeurs
d’enroulements différents qui
s’ajoutent, comme dans le montage
précèdent .
Lorsqu’il y a un moteur qui
possède : 2 fils rouges et 2 fils noirs
supplémentaires, il s’agit très
souvent de fils allant aux
condensateurs : les fils rouges pour
la cadence, les noirs pour l’essorage.
Fig. 14 Ils sont donc à éliminer d’emblée, si
non on aura les difficultés de trouver
les enroulements.

65
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

4. TP 4: Mesurer les valeurs aux différents points du circuit du moteur


universels utilisés dans les lave – linges

4.1. Objectifs visés :

- décrire la fonction de régulation par thyristor


- décrire la fonction de régulation par triac

4.2. Durée du TP :

5 Heures

4.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre ) par équipe ;


a) Equipement
- Moteurs universels équipés par Modules électronique
- Multimètre (ohmmètre)
- Oscilloscope à double trace
b) Matière d’œuvre
- Conducteurs de raccordement
- Outillage approprie

4.4. Description du TP

Le stagiaire doit savoir mesurer avec un ohmmètre ou un oscilloscope les différentes valeurs des
circuits, contrôler le module de régulation de vitesse et déterminer les caractéristiques du moteur
universel.

4.5. Déroulement du TP

Le TP doit être effectué en groupe de deux stagiaires. Chacun des stagiaires doit calculer, contrôler
et interpréter les résultats obtenus. Avec le rapport ou le compte-rendu, les résultats doivent être
comparer entre les stagiaires de même groupe.

66
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Vue générale d’un moteur universel

Fig. 15

Fig. 16

Vue éclatée d’un moteur universel

Fig. 17

67
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

MOTEUR UNIVERSEL

Caractéristiques
Rotor bobiné : 1.5 Ω
Stator bobiné : 1.9 Ω
Alternateur tachymétrique : 135 Ω
Ce moteur est alimenté un courant alternatif

Fig. 18

Essai du moteur en direct


Réaliser le montage suivant :

Fig. 19

68
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

IMPORTANT ! Faire l’essai à vide sans courroie et sur son support ! Ou alimenter sous une
tension inférieurs à 150 V !
NE PAS EXCEDER 30 SECONDE D’ALIMENTATION

REGULATION DE LA VITESSE

Principe de la commande de vitesse

Fig. 20

IMPORTANT :
LORS D’UNE RECHERCHE EVENTUELLE DE PANNE TENSION, ( MODULE HORS DE
SON LOGEMENT) FAIRE TRES ATTENTIONS QUE LA MASSE DU MODULE NE SOIT
PAS EN CONTACT AVEC LA MASSE DU LAVE-LINGE, CELLE CI TANT RELIEE A LA
TERRE

69
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5. TP 5 : Décrire la fonction des moteurs universels utilisés dans les


robots ménagers

5.1. Objectifs visés:


- Réparation et contrôle des différents organes des moteurs universels .
- Réglage de la vitesse de ces moteurs.

5.2. Durée du TP :

5 Heures

5.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre ) par équipe ;


a) Equipement
- Différents moteurs universels utilisés dans les robots ménagers
- Multimètre
b) Matière d’œuvre
- Fils émaillés
- Vernis d’isolements
- Différente taille de charbons (ressorts )
- Pièces de rechange suivant les besoins des moteurs universels des robots de
l’équipement de l’atelier

5.4. Description du TP
-
- Le travail pratique consiste en l’étude du circuit de la plaque électronique, le réglage de la vitesse,
la vérification des enroulements, la mesure de l’induit et le rodage des balais sur le collecteur.

Le TP doit être effectué en groupe de deux stagiaires. Chacun des stagiaires doit calculer, contrôler
et interpréter les résultats obtenus. Avec le rapport ou le compte-rendu, les résultats doivent être
comparer entre les stagiaires de même groupe.

70
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

5.5. Déroulement du TP

La plupart des appareils électroménagers de faible puissance (aspirateurs, moulins à café, mixeur
électrique, etc.) sont équipés de moteurs universels qui comprennent une armature fixe ou stator,
composé de deux enroulements, et une partie mobile ou rotor, avec un collecteur et des balais. Pour
le travail à effectuer on dispose de la notice du constricteur .
MASTERCHEF 650 DUOTRONIC (Moulinex)

Fig. 21

71
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 22

Fig. 23

72
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

6. TP 6 : Mesurer et analyser les valeurs électriques des bobines des moteurs


monophasés

6.1. Objectifs visés:


- Mesure et calcul des résultats obtenus sur les appareils
- Lire les caractéristiques de la plaque signalétique des moteurs monophasés

6.2. Durée du TP :
-
- 5 Heures
-
6.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre ) par équipe ;
a) Equipement
- Moteurs asynchrones monophasés
- Wattmètre
- Ampèremètre – voltmètre, ohmmètre
b) Matière d’œuvre
- Conducteurs de raccordement
- Outillage approprié
- Câble souple U 500V 3 x 2,5 mm²

6.4. Description du TP

Le stagiaire doit savoir brancher les appareils de mesure et suivre la procédure correcte de mesure –
utilisation des calibres et des échelles et analyse des relevés de chaque appareil de mesure.

6.5. Déroulement du TP

Chacun des stagiaires doit rédiger son tableau d’enregistrement des relevés et des résultats des
calculs nécessaires individuellement. Les stagiaires de même groupe doivent comparer les résultats
obtenus.

73
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Essais d’un moteur asynchrone monophasé d’un lave – linge

On dispose de la notice du constructeur d’un lave-linge « BRANDT » fournissant les


renseignements suivants :

1. Plaque signalétique :
U = 220 V – 1 ~ - 50 Hz

n (tr/mn) I (A) Pu (W) cos φ C (µF)


PV 330 1,2 60 0,8 22
GV 2860 4,5 220 0,7 47

2. Schéma de câblage du moteur

Repérer les couleurs des conducteurs sur le bornier de sortie du moteur. Le conducteur blanc
correspond à la phase.

3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.

Fig. 24

74
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

11. Essais

a) En petite vitesse PV

Effectuer le montage d’essai PV (fig. 25) et compléter le tableau de mesures et de calculs ci-
dessous. L’idéal est d’effectuer ces essais sur un moteur monté sur le lave – linge. Cependant au
laboratoire l’étude réelle en fonctionnement dynamique du système n’est pas toujours possible.
Aussi si l’on ne dispose pas d’une « machine - frein » à mesureur de couple, on peut utiliser le
dispositif de charge mécanique du moteur en essais représenté (fig. 26). Le moteur est accouplé
à un autre moteur monophasé, alimenté sous tension variable par l’alternostat, et couplé
électriquement pour son sens de rotation soit inverse de celui du moteur en essais .

Fig. 25

Fig. 26

75
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Mesures Calculs

U = 220 V n
constante (tr/min) I (A) I (TA) I (DA) Pa (W) S(VA) cos φ Pu η

A vide 370 1,1 1,6 1,7 200 242 0,83 0 0

En charge 330 1,25 1,15 1,35 240 275 0,87 Donnée 0,25
nominale 60

En
surcharge 265 1,4 1,3 1,35 275 308 0,89

Remarques :
Le facteur de puissance est élevé même à vide du fait de présence du condensateur de 22 µF qui assure la
compensation du cos φ
Compte tenu des incertitudes de mesures sur les appareils ferromagnétiques utilisé
on a :

IT ≈ I D et ( IT; I D) ≈ π puisque I2 ≈ I2T +I2D

On a : Tu = Pu = 60 X 60 ≈ 1.7 Nm.
Ω 2π x 330
Rotor bloqué on a : cos φ ≈ 0.93
I ≈ 1.7 A ; IT = 1.8 A ; ID ≈ 1 A; Pa ≈ 350W.
Mais le rendement du moteur est faible du fait des faibles puissances absorbées.

b) En grande vitesse GV

76
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

- Reprendre les mesures et les calculs dans le tableau ci-dessous, après avoir effectué le montage
d’essais en GV ( fig. 27) .
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Fig. 27

Mesures Calculs

U=220 V constante n(tr/min) I (A) I(DA) Pa S(VA) cos P (W) T (Nm) η


(W) φ

A vide 2985 4 0 370 880 0,42 0 0 0

En charge 2845 4,6 0 675 1012 0,67 Donnée 0,74 0,33


nominale 220

En surcharge 2740 5.5 0 910 1210 0,75

Remarques :
Le facteur de puissance est plus faible puisque l’enroulement auxiliaire comportant le condensateur de 47 µF est mis
hors-circuit par le coupleur centrifuge après le démarrage
Le rendement est légèrement plus élève qu’en PV, mais toujours faible cependant.

77
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Rotation bloqué, on a : I ≈ 13 A élevée , I D ≈ 4 A; P a ≈ 2700 W; cos φ ≈ 0.94. On doit procéder rapidement pour
éviter la détérioration des composants.

Exercice

But objectif

Nous allons par quelques simples expérimentations :


Déterminer le facteur de puissance d’un moteur asynchrone monophasé ;
Déterminer la valeur de capacité qui ramènera ce facteur de puissance à une valeur acceptable.

Moyens.
On dispose
D’un moteur asynchrone monophasé
De condensateurs
Des appareils nécessaires au bon déroulement de la manipulation .

Expérimentation

1. Mesure de la résistance R de l’enroulement principale d’un moteur asynchrone

Question 1
Quelle méthode il faut utiliser pour mener à bien cette mesure ?

Question 2
Etablir le schéma de montage de mesure .
( schéma de montage )

Question 3
Réaliser 3 mesures

78
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Question 4
Tableau de mesures et de calculs

Lectures Résultats
Voltmètre Ampèremètre U I R

- Effectuer le calcul de valeur de la résistance de l’enroulement principal du moteur à la température


ambiante .
- Mesurer la puissance absorbée par le moteur asynchrone à vide .

Question 5
Quelle méthode il faut utiliser pour mener à bien cette mesure ?

Question 6
Etablir le schéma du montage de la mesure.
( schéma du montage )

Question 7 : Mesures

VOLMETRE AMPEREMETRE
CAL ECH LEC K U CAL ECH LEC K I

WATTMETRE
C/U C/I C/P ECH LEC K P

79
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Question 8 : Calculs
Déterminer le facteur de puissance de l’installation.

Question 9 : Calculs (amélioration du cos φ).


Déterminer la valeur du condensateur qui peut assurer une tg φ2 = 0,4

Question 10 : Mesures
Vérifier le nouveau facteur de puissance

Tableau de mesures
Lectures Résultats
CAL ECH LEC U I P cos φ Q

Question 11 : Calculs
Déterminer le nouveau facteur de puissance de l’installation.

Question 12 :
Conclusion

80
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

7. TP 7 : Utilisation d’un tachymètre et d’une pince ampèremétrique

7.1. Objectifs visés:

- Mesurer les vitesses (PV et GV) d’un moteur asynchrone monophasé d’un lave-
linge.
- Savoir et utiliser les différents types de tachymètre et pince ampère métrique

7.2. Durée du TP :

5 Heures

7.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre ) par équipe ;


a) Equipement
- Tachymètres digital et analogique
- Ampèremètre – pince ampèremétrique digitale ou analogique
- Voltmètre
- Moteur monophasé asynchrone de différents types
b) Matière d’œuvre
- Conducteurs de raccordement

7.4. Description du TP
-
- Le stagiaire doit savoir mesurer la petite vitesse et la grande vitesse d’un moteur ainsi que utiliser
une pince ampèremétrique et interpréter les lectures des mesures.

7.5. Déroulement du TP

Le travail pratique doit être effectué en groupe. Chaque stagiaire doit rédiger un compte- rendu
concernant l’interprétation des résultats des mesures effectuées. Les stagiaires de même groupe
doivent comparer les résultats obtenus.

81
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

1. Compte-tours mécanique à main

PRINCIPE
Un mouvement d’horlogerie détermine un temps de mesure constant (exemple : 3 à 6 s pour les
appareils Zivy ) et débraye automatiquement le système de mesure, la vitesse reste affichée sur le
cadran.

CARACTERISTIQUES D’UN COMPTE- TOURS


- La gamme de mesure 0 -100 ; 0 -1000 ; 0 - 10 000 tr/min.
- Le mode d’entraînement (choix de l’embout) (voir fig. 28 a)
- Le temps de mesure.
- La précision de lecture (exemple : 2 tr/min pour le type ZA)

MODE D’UTILISATION
- Engager la goupille de la broche pour positionner l’embout.
- Mettre l’appareil en prise avec l’arbre en mouvement.
- Appuyer à fond sur le bouton (B) et relâcher rapidement.
- Laisser le compte-tours en prise jusqu’à l’arrêt des aiguilles et lire le résultat de
la
- mesure. Exemple : n= 1 440 tr/min (fig. 28 b)

82
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

2. Tachymètres à main : mécaniques et magnétiques

Ces appareils à temps de mesure instantané fonctionnent en utilisant la force centrifuge ou les
propriétés des courants de Foucault (fig. 29). Ils comportent en général un bouton de blocage de
l’aiguille et leur précision est de 0,5 % de la graduation maximale. D’autre part, ces tachymètres
comportent plusieurs gammes de vitesse. Si la vitesse à contrôler est inconnue, commencer par la
gamme maximale

FIG 1-a
(doc zivy ) FIG 1-b

Fig. 29

3. Tachymètre numérique à main

Dans cette appareil l’affichage numérique de la vitesse se fait par électroluminescence (LED ou
LCD). Pour une grande autonomie, l’alimentation est assurée par des piles alcalines ou par des
batteries rechargeables. La mesure s’effectue toutes les secondes pour l’appareil représenté sur la
fig. 30.

83
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Autrement dit, toutes les secondes la valeur affichée change en fonction des variations de la vitesse.
L’appareil représenté comporte une prise en mémoire de la vitesse, la précision est de + 1 tours

Fig. 30

4. Dynamo et magnéto tachymétriques

- La dynamo tachymétrique continue (DT) possède une excitation à aimant


permanent et une très faible réaction d’induit. La constante de la machine est souvent
exprimée en volts par 1000 tr/min, pour une gamme de vitesse (exemple : 400 à 4000
tr/min). La dynamo tachymétrique est surtout utilisée en asservissements de vitesse.
- La magnèto tachymètrique alternative (MT) est constituée d’un rotor lisse à
aimant permanent, multipolaire, rigoureusement équilibré et d’un stator bobiné. Dans
des conditions normales d’emploi, la tension et la fréquence sont proportionnelles à la
vitesse. Son utilisation est moins courante que la dynamo tachymétrique.

5. Dispositif à barrière photo-électrique

La détection photo-électrique est assurée par la variation de contraste de l’arbre en mouvement,


zones réfléchissante et non réfléchissante obtenue à l’aide de rubans adhésifs spéciaux.

La mesure doit se faire en plaçant le dispositif photo-électrique à une distance (D) de l’arbre en
mouvement (fig. 31) compatible avec les possibilités de l’appareil.

84
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Fig. 31

6. Exercice

Déterminer la valeur de la petite vitesse et le grade vitesse et ainsi que la valeur du courant avec le
principe ampèremètre d’un moteur monophasé utilisé dans la machine à laver.

85
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

8. TP 8 : Application d’une méthode de dépannage du circuit de régulation


des moteurs universels utiliser dans les machines à laver.

8.1. Objectifs visés :


- Vérification des modules électroniques
- Reconnaître les réglages effectués en remplaçant les composants nouveaux et
mise en marche des moteurs monophasés.

8.2. Durée du TP :
5 Heures

8.3. Matériel (équipement et matière d’œuvre ) par équipe ;


d) Equipement
- Voltmètre
- Multimètre ( ohmmètre )
e) Matière d’œuvre
- Moteurs universels équipés par module électronique
- Conducteur de raccordement
- Alcool
- Chiffons
- Triac
- Thyristor
- Diode – diode Zener

8.4. Description du TP
Le TP doit être effectué en se basant sur une méthode de dépannage du circuit de régulation
pour bien juger sur le bon fonctionnement des moteurs.

8.5. Déroulement du TP
Chaque groupe de deux stagiaires doit suivre la méthode de dépannage proposée. A la fin de
la séance remettre au formateur un compte-rendu pour correction et évaluation des résultats
obtenus.

86
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

MÉTHODE DE DÉPANNAGE
Panne : Pas de rotation
- positionner le programmateur sur 1 cran de lavage
- remplissage niveau 1

Voltmètre sur ~ : mesurer entre MTE 1 et la borne N

230 V 0V

Voltmètre sur ~ : mesurer entre Voir alimentation


sorties 6/6 et point A2
( voir circuit )

0 V Attendre 15° 50 à 150 V


( cadences )

Mesurer en ohmmètre entre Faire essai du moteur en


entre sorties 1/6 et 2/6 du direct
connecteur débranché

Si le moteur ne tourne
R= 20 à 135 Ω R=0 ou R= ∞ (infini) pas, le changer

Brancher le Vérifier filerie et


connecteur connections du
tachymètre Le moteur tourne

Si filerie et connections
Bonnes

Court-circuiter les sorties Tachymètre H.S. Voir programmateur


1/7 et 6/7 Remplacer le ou filerie
moteur
(suite)

Rien ne se passe Le moteur tourne


87
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Remplacer le module Voir le programmateur

* Essai du moteur en direct 4 1 CONNECTEUR


FILERIE MOTEUR
Réaliser le montage suivant 5 2
V ~ Maxi
6 3
IMPORTANT
Faire l’essai, moteur à vide sans courroie

pas excéder 30 secondes d’alimentation

ou alimenter sous une tension inférieur à 150V !

Panne : moteur s’emballe


- constater la panne

CONTROLE DU TRIAC ET DU MODULE


Mesurer avec un ohmmètre entre les bornes 2/7 et point A2 ( connecteur débranché )
( ohmmètre sur X 1)

R=0Ω R=∞Ω

Triac en C.C.
Remplacer module
CONTRÔLE
TACHYMÈTRE
Mesurer avec un ohmmètre entre les sorties 1/6

(suite)

R = 0 Ω ou ∞ ( infini) R= 20 à 150 Ω

Vérifier filerie et
Connection tachymètre 88
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Si bonnes

Tachymètre H.S - remplacer moteur Remplacer module

Panne : tourne normalement en lavage ne tourne pas en essorage ou sur un cran de


répartition
- positionner le programmateur sur pas d’essorage.

Voltmètre sur ~ mesurer entre sorties 1/7 et 2/7

230 V 0V

Suivrant position Voir alimentation


d’arrivée du fil
Court-circuiter les sorties au connecteur (4/7 ou
1/7 et 5/7 ou 1/7 et 4/7 5/7 )

Le moteur Le moteurs tourne


ne tourne pas

Changer Vérifier la
le filerie et le
module programmateur

Panne : pas d’inversion ou sens de rotation en lavage


- changer le module

NOTA : Le module est équipé d’une détection de balourd (mauvaise répartition du linge ).
Pour tester l’essorage il est préférable d’avoir du linge dans le panier car si celui-ci est vide
le module peut interdire la montée en essorage.

89
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Guide de dépannage
du système d’entraînement N213

PRINCIPE DE COMMANDE DES VITESSES

Fig. 32

Important ! Lors d’une recherche éventuelle de panne sous tension, (module hors de son
logement), faire très attention que la masse du module ne soit pas en contact avec la mise à
la terre du lave – linge .

90
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

MODULE RN213 REF. SAV : 52X1229


Numérotation des entres / sorties

Fig. 33

Moteur universel ref sav : 52 X 1195


Caractéristiques : Sens horaire
Rotor = environ 1,5 à 3,5 Ω 3 – 5 shunte

Stator = environ 1,5 à 3,5 Ω 2 – 6 alimentation

Alternateur tachymétrique =
environ 20 à 150 Ω*
Le moteur est alimente en
courant alternatif.

Sens antihoraire
5 – 6 shunte
2 – 3 alimentation
Fig. 34

91
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

Module 8 : REPARATION DE
MOTEURS MONOPHASES
EVALUATION DE FIN DE MODULE

OFPPT
EFP

92
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

MODULE 8 – REPARATION DE MOTEURS MONOPHASES

FICHE DE TRAVAIL

Stagiaire : Code :

Formateur :

Exercices 1 : Donner quelques exemples de schémas des moteurs monophasés utiliser dans
les machines à laver (de 5, 6, 7 fils….. etc. ) .

Exercices 2 : Moteur asynchrone


Vérifier la valeur ohmique des enroulements des moteurs suivants avec un contrôleur
universel. Calculer et interpréter les schémas des moteurs (de 5, 6, 7 fils …etc.).

LAVAGE: entre 1 et 4 et 6
ESSORAGE: entre 5 et 2 et 6
CONDENSATEUR DE
DEMARRAGE : C= 16 µF

Fig. 35

93
Résumé de Théorie et Guide de travaux pratique N° 08 - RÉPARATION DE MOTEURS MONOPHASÉS

LISTE DES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

OUVRAGE AUTEUR EDITION


SCHEMA JEAN BARRY EYROLLES
D'ELECTRICITE JEAN-YVES KERSULEC
ET D'AUTOMATIQUE
INDUSTRIELLE
MESURE ET ESSAIS PIERRE GAROT ELEDUCALIVRE
SERVICE MANUEL PHILLIPS –BRANDT WACHING MACHINE
SANUSSIZU-THOMSON AWG 300PH
REPAREZ TOUT CHEZ CATALOGUE READERS DIGEST
VOUS (CATALOGUE)
LE SCHEMA EN PEIRRE EYROLE DELGRAVE
ELECTROTECHNIQUE BIANCIOTTO
TECHNOLOGIE DE DANIEL SALA- CROUP A. CAPLIEZ
L'ELECTRO-MENAGER ELEDUCALIVRE
MESURE ET ESSAIS B. DUPART, ALEGALL DUNOD
D'ELECTRICITE R. PROT, J. FLOCH
INTERNET GOOGLE
ELECTROTECHNIQUE
MOULINEX CATALOGUE
CATALOGUE
DOCUMENT LEROY CATALOGUE
SOMMER

94

Vous aimerez peut-être aussi