Vous êtes sur la page 1sur 57

I

EPIGRAPHE
« Si tu as la connaissance, tu l’utilise comme lampe pour montrer le chemin. Si tu es illuminé, tu deviens
toi-même lampe. »

Conte zen

« Car rien n’est impossible à celui qui croit. »

Luc 1 : 37
II

DEDICACE
A mes très estimés parents

Mr KUSINZA KAHIRO Jean Baptiste et Mme M’TCHIKO NANKAFU Marie


III

REMERCIEMENTS
Au terme de ce stage, il serait ingrat de notre part de ne pas présenter nos remerciements aux
personnes qui ont contribué à notre formation et à ce travail. Nos remerciements s’adressent avant tout
à l’Eternel Dieu Tout-Puissant qui nous donne la vie, la force et les compétences pour accomplir ce
travail.

Nos vifs remerciements s’adressent à l'encadrement de l'office des routes le chef d'antenne labo
Papy MINGA MALENGA, le technicien charge de recherches géotechniques MUMBERE
KAVAINDA, ingénieur géotechnicien KACHURUZI MILAN, géologue MUHINDO
ISEVULAMBIRE Alex et géologue KINUANI NEPA Blaise pour leur rigueur scientifique et attention
accordées à ce travail, malgré ses multiples obligations et aux au corps personnel de l'office des routes

Au corps professoral de l’UOB qui nous nourrit scientifiquement ;

A mes parents qui ne cessent de consentir d’énormes sacrifices pour que notre vie soit marquée
par le progrès chaque jour ;

Aux familiers Olivier mundinga, Natintu kusinza, furaha kusinza américaine,Aline kusinza,Neema
kusinza alice,Alexi kusinza,pascal kusinza aganze kusinza, Namwezi kusinza Bénédicte pour leur
accompagnement ; mations nécessaires pour ce travail ;

A mes neveux Yasmine, Anicet, Mare, Blaise, blessing, les jumelles kentia et Keren, aldi,
Pamedi, homodit, ryvdit, ovodit , sammuella et Josaphat

A mes camarades et compagnons de lutte avec qui nous avons partagé le meilleur et le pire ;

A mes amis qui se sont montrés comme de vrais frères et sœurs et nous ont soutenus durant ce
parcours Honorable Dieumerci Mandima dunix, pasteur sammuel, Dr dieumerci shindano, Byeka
ngomu, Judith kilundu, Divine kilundu,frere valatin, da sifa ,grace, Huguette , Eddy Morisho ,Ir
Bazaboss Zihalirwa , prudence shamananinge, maestro CIZA,BIENVENUE Bisimwa, bienvenue
dada,ir baraka Josèphe,MOISE Maneno, Jean butara ,à la chorale ave Maria et saint augustin

A tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à réalisation de ce travail ;

Trouvez l’expression de nos remerciements, car le bien ne pourrit jamais, dit-on


IV

TABLE DES MATIERES


EPIGRAPHE .......................................................................................................................................... I
DEDICACE............................................................................................................................................ II
REMERCIEMENTS ............................................................................................................................ III
LISTE DES FIGURES ....................................................................................................................... VIII
LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................................. VIII
SIGLES, ABREVIATION ET SYMBOLES ..................................................................................... IX
REFERENCES ..................................................................................................................................... IX
INTRODUCTION ................................................................................................................................. 1
CHAPITRE I. : PRESENTATION DE L’OFFICE DES ROUTES ................................................. 2
I.1 DESCRIPTION DE L’OFFICE DES ROUTES ........................................................................... 2
I.1.1 Situation géographique................................................................................................................. 2
I.1.2 Historique ...................................................................................................................................... 2
I.1.3 Objectifs et mission de l’office des routes ................................................................................... 2
I.1.4 Les autres services d’entretien œuvrant dans le secteur routier .............................................. 3
I.2. STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DE L’OFFICE DES ROUTES ............................... 3
I.2.1 Le conseil d’administration ............................................................................................................. 3
Le conseil d’administration donne les orientations générales de l’entreprise. Ce conseil est composé
de 5 membres et il représente le gouvernement. ...................................................................................... 3
I.2.2 La direction générale ....................................................................................................................... 3
CHAPITRE II. : ESSAIS GEOTECHNIQUES ................................................................................. 7
II.1. LABORATOIRE ........................................................................................................................... 7
II.1.1 Définition ...................................................................................................................................... 7
I.LES SOLS............................................................................................................................................ 7
II. LES GRANULATS .......................................................................................................................... 8
II.2. ECHANTILLONNAGE ............................................................................................................... 9
But et principe de l'échantillonnage .................................................................................................... 9
1. Prélèvement sur le site............................................................................................................... 9
2. Echantillonnage en laboratoire .............................................................................................. 10
II.3. ESSAIS D'IDENTIFICATION DES TOUTS VENANTS (Norme NFP 94-050) .................. 11
A. LA TENEUR EN EAU ............................................................................................................ 11
a. Définition et But de l'essai : .................................................................................................... 11
b. Domaine d'application : .......................................................................................................... 11
c. Appareillage ............................................................................................................................. 11
d. Mode opératoire et préparation de l'échantillon .................................................................. 11
e. Expression de résultats ........................................................................................................... 11
V

B. L'ANALYSE GRANULOMETRIQUE (NF P18-560) ......................................................... 12


a. But de l'essai............................................................................................................................. 12
b. Domaine d'application ............................................................................................................ 12
c. Appareillage ............................................................................................................................. 12
d. Préparation et mode opératoire ............................................................................................. 13
C. LES LIMITTES D’ATTERBERG (Norme NFP94-051) ..................................................... 14
a. But de l'essai : .......................................................................................................................... 14
b. Matériels ................................................................................................................................... 15
 Limite de liquide ...................................................................................................................... 15
 Liquide de plasticité ................................................................................................................ 15
c. Domaine d’application : .......................................................................................................... 15
d. Principe de l’essai : .................................................................................................................. 15
e. Mode opératoire et préparation de l'échantillon .................................................................. 15
 Limite de liquidité ................................................................................................................... 15
 Limite de plasticité .................................................................................................................. 16
f. Expression de résultat : ........................................................................................................... 17
II.4. ESSAI D'IDENTIFICATION DES GRANULATS ................................................................. 18
A. L’Analyse granulométriques des granulats NF P18 -101 .................................................... 18
a. Définition .................................................................................................................................. 18
b. Classe granulaire ..................................................................................................................... 18
c. Objectif ..................................................................................................................................... 19
d. Principe de l'essai .................................................................................................................... 19
e. Matériels utilisés ...................................................................................................................... 19
f. Résultats ................................................................................................................................... 19
B. MASSES VOLUMIQUES APPARENTES ........................................................................... 20
a. Définition .................................................................................................................................. 20
b. But ............................................................................................................................................. 20
c. Appareil .................................................................................................................................... 20
d. Mode opératoire ...................................................................................................................... 20
e. Expression des résultats .......................................................................................................... 21
C. POIDS SPECIFIQUE Norme NFP94-054............................................................................. 21
a. But de l'essai ............................................................................................................................. 21
b. Domaine d'application ............................................................................................................ 21
c. Appareillage ............................................................................................................................. 21
d. Mode opératoire ...................................................................................................................... 21
e. Interprétation et expression de résultat ................................................................................ 21
VI

D. EQUIVALENT DE SABLE (Norme NFP 18-597) ............................................................... 22


a. But de l'essai............................................................................................................................. 22
b. Domaine d'application ............................................................................................................ 22
c. Appareillage ............................................................................................................................. 22
d. Mode opératoire ...................................................................................................................... 22
e. Interprétation des résultats .................................................................................................... 23
II.5. ESSAIS MECANIQUES............................................................................................................. 24
A. ESSAI PROCTOR.......................................................................................................................... 24
a. But de l'essai..................................................................................................................................... 24
b.Domaine d'application ..................................................................................................................... 24
c. Appareillage ..................................................................................................................................... 24
d. Principe ............................................................................................................................................ 24
e. Préparation et mode opératoire ..................................................................................................... 25
f. Interprétation de résultat........................................................................................................ 26
B. ESSAI CBR (Norme NFP94-078) .................................................................................................. 26
a. But de l'essai............................................................................................................................. 26
b. Domaine d'application ............................................................................................................ 26
c. Principe..................................................................................................................................... 26
d. Appareillage ............................................................................................................................. 27
e. Mode opératoire ...................................................................................................................... 27
f. Interprétation des résultats .................................................................................................... 29
C. DCP ( Dynamic cone penetrometer) ............................................................................................. 30
II.6. ESSAI GEOMECANIQUE ........................................................................................................ 32
A. PENETROMETRE DYNAMIQUE (NF P94-115 et NF P94-11) ............................................... 32
a. Définition .......................................................................................................................................... 32
b. Objectif de l’essai ............................................................................................................................ 32
c. Spécification de l'appareil ............................................................................................................... 32
d. Principe ............................................................................................................................................ 32
e.Calcul de la contrainte admissible................................................................................................... 32
f.Interprétation et Expression des résultats ...................................................................................... 33
B. ESSAI A LA PLAQUE ................................................................................................................... 34
a. but de l'essai ..................................................................................................................................... 34
b. Domaine d'application .................................................................................................................... 34
c. principe ............................................................................................................................................. 34
d. Matériels........................................................................................................................................... 34
e. Mode opératoire............................................................................................................................... 34
VII

f.Expression de résultat ....................................................................................................................... 35


II.7. ESSAIS HYDROGEOLOGIQUES ........................................................................................... 37
A. Essai Porchet ............................................................................................................................ 37
a. Définition .................................................................................................................................. 37
b. Matériels utilisés et mode opératoire de l’essai..................................................................... 37
B. Essai LEFRANC (Norme NFP 94-131) ................................................................................. 39
C. Essai Lugeon (norme NFP94-131) ........................................................................................ 39
CHAPITRE III : ESSAI PHYSICO-CHIMIQUE ........................................................................... 41
FORMULATION DU BETON .......................................................................................................... 41
1. DOSAGE A CIMENT ............................................................................................................. 41
2. DOSAGE A GRANULAT ...................................................................................................... 41
3. ESSAI D’AFFAISSEMENT AU CONE D’ABRAMS ......................................................... 43
a. But de l'essai............................................................................................................................. 43
b. Domaine d'application ............................................................................................................ 43
c. Principe..................................................................................................................................... 43
d. Appareillage ............................................................................................................................. 43
e. Mode opératoire ...................................................................................................................... 43
f. Interprétation et expression de résultat ................................................................................ 43
4. Coefficient de forme ................................................................................................................ 45
CONCLUSION .................................................................................................................................... 47
ANNEXE .............................................................................................................................................. 48
VIII

LISTE DES FIGURES

Figure 1les matériels : série de tamis, balance et étuve ......................................................................... 12


Figure 2 Lavage au tamis 0,08mm ........................................................................................................ 13
Figure 3 LIMITE D'ATTERBERG ....................................................................................................... 14
Figure 4Fermeture de la rainure. ........................................................................................................... 16
Figure 5 Détermination de limité de liquidité ....................................................................................... 16
Figure 6Marbre et pied de coulis ........................................................................................................... 17
Figure 7les matériels de l'équivalent ..................................................................................................... 23
Figure 8Moule Proctor, dame, rehausse et tare ..................................................................................... 24
Figure 9Moule CBR, rehausse, comparateur, trépied, immersion et poinçonnement ........................... 29
Figure 10DCP in situ ............................................................................................................................. 31
Figure 11Pénétromètre dynamique sur le site de sake .......................................................................... 33
Figure 12Essais à la plaque ................................................................................................................... 35
Figure 13La détermination de la perméabilité....................................................................................... 37
Figure 14Formulation du béton et immersion du béton ........................................................................ 46
Figure 15Ecrasements du béton ............................................................................................................ 46

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 type de proctor ...................................................................................................................... 25
Tableau 2 différence entre Proctor normal et modifie........................................................................... 25
Tableau 3 les donees de dcp .................................................................................................................. 31
Tableau 4 les différentes valeurs d’enfoncement, Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe
X ............................................................................................................................................................ 33
Tableau 5 les différentes valeurs de l'essai ............................................................................................ 38
Tableau 6 classification de ciment ........................................................................................................ 41
Tableau 7type de béton en fonction de l'affaissement ........................................................................... 43
IX

SIGLES, ABREVIATION ET SYMBOLES


% pourcentage

ϒd densité sec

ϒh densité humide

𝜎𝑎 Contrainte admissible

AG Analyse granulométrique

gr gramme

Kg/cm2

AFNOR : Association Française de Normalisation


D : grand Diamètre
d : petit diamètre
N/ M : Non Mesurable
CBR : California Bearing Ration
K : perméabilité
Rd : Résistance Dynamique
PD : Pénétromètre Dynamique
Kg kilogramme
DCP : Dynamique Cône Pénétration
SPT : Standard Pénétromètre Test

REFERENCES

1. DUPAIN R. LANCHON L.SAINT-ARROMAN J.C 1995 Granulat, sol, ciment et


béton. Ed CASTEILLA-25 rue Monge-paris 236P
2. Traité de plasticité pour l’ingénieur, Van ITERSON, chez Dunod
3. Essais et analyses des matériaux de construction et des travaux publics, F. ANSTETT
4. Dr MANAFOUET Bertille Ilalie, Cours de mécanique des sols et des roches UOB 2019
5. Dr MANAFOUET Bertille Ilalie, Cours de géologie de l’ingénieur UOB 2020
1

INTRODUCTION
Le laboratoire géotechnique de l'office des routes de Goma a fait de bon accueil de notre demande
et nous a autorisé un stage de suivi et de contrôle des travaux géotechnique, de notre formation
académique en science de la terre option géotechnique et hydrogéologie, durant la période d'un mois(le
12 janvier au 12 février 2021), il nous a fallu nécessaire de suivre une formation technique.
Le sol est défini par opposition au mot roche dans sa définition géotechnique. C'est un agrégat
naturel des grains minéraux, séparable par une action mécanique légère. En géologie, le sol c'est le résultat
d'une altération naturelle physique ou chimique des roches. Le sol est un matériau meuble, ce caractère
étant fondamental (Mme Manefouet, 2019).
Nos objectifs lorsque nous demandions le stage était une observation de près des essais et analyses
types de travaux de terrassement, de dimensionnement des chaussées, in-situ et au laboratoire. On pourrait
dire aujourd'hui que le laboratoire a compris nos problèmes. Nous avons trouvé un personnel accueillant,
disponible et ouvert ; toujours prêt à rendre service, à partager une information et la documentation. C'est
ainsi que nous avons pu observer, suivre et travailler sans aucune difficulté majeure dans les services de
laboratoire, les services de sols et fondation, les services de routes et infrastructures des transports. Nous
y sortons avec une expérience plus accrue des essais géotechniques avec leurs différentes interprétations.
La connaissance acquise ne pourrait pas être rapportées entièrement car certains détails ont été omis et
l'expérience ne peut pas être décrite.
Le présent document fait un rapport sur des essais d'identification et des résistances de
sols (par exemple le site de SAKE et munigi, tant au laboratoire qu'in-situ, Il se répartit en 3
chapitres allant de la présentation de l'office des routes, jusqu'au contrôle, en passant par les
essais géotechniques en laboratoire.
Cependant, au cours de notre stage, nous avons été encadrés par le chef d'antenne labo
Papy MINGA MALENGA, le technicien charge de recherches géotechniques MUMBERE
KAVAINDA, ingénieur géotechnicien KACHURUZI MILAN, géologue MUHINDO
ISEVULAMBIRE Alex et géologue KINUANI NEPA Blaise
2

CHAPITRE I. : PRESENTATION DE L’OFFICE DES ROUTES

Dans ce chapitre, nous allons présenter l’entreprise l’OR en question en donnant l’historique,
l'état de lieu, la situation, la structure organisationnelle et le financement de cette dernière.

I.1 DESCRIPTION DE L’OFFICE DES ROUTES


I.1.1 Situation géographique
La direction provinciale de l’office des routes Nord-Kivu est située sur la route Goma-Sake, dans
la commune de Karisimbi, Quartier Mabanga-sud, Avenue Mutongo n°264-06 dans la ville de
Goma.
I.1.2 Historique
Il est dit qu’à l’époque coloniale, les routes étaient praticables parce qu’elles étaient bien utilisées
car l’administration de l’époque respectait le tonnage qui variait entre 3 et 8 tonnes, ce qui faisait que la
route n’était pas trop surchargée. Ces routes étaient faciles à entretenir par le cantonnage manuel qui était
supervisé par les collectivités, après l’accession de notre pays à l’indépendance, les routes se sont vite
détériorées suite au non-respect du tonnage en introduisant les poids lourds par les opérateurs
économiques et contrôler par la nouvelle administration. Pour remédier à la situation, notre pays étant
membre de l’organisation des Nations unies(ONU), les bailleurs de fonds ont conseillé aux autorités de
créer maintenant une entreprise spécialisée de construction de routes qui devait faire l’interface entre eux
et le gouvernement. C’est ainsi qu’en 1971 l’OR a été créé par l’ordonnance loi n°71/023 du 26 mars
1971. Signalons que cette dernière a été créée à partir d’un service dénommé « ponts et chaussées »
œuvrant au sein du ministère de travaux publics devenu aux jours d’aujourd’hui ministère des ITPR
(Infrastructures de travaux publics de reconstruction). L’Office des Routes fut transformé en
établissement public à l’issue de la réforme des entreprises publiques, intervenue en 2009 sous tutelle
du ministère des ITPR seulement, alors qu’avant cette réforme elle était également sous tutelle
administrative et financière du Ministre du portefeuille.

I.1.3 Objectifs et mission de l’office des routes

A la page 365 de l’ordonnance loi N°71-023 du 26 mars 1976 portant création et organisation
de l’office des routes, il est signalé que l’office des routes s’est assigné des objectifs suivants :

 L’exécution des études et travaux d’entretien, d’aménagement, de modernisation et des


Constructions des routes déterminées par le bac sur celle-ci ;
 Des interventions dans l’entretien et aménagement d’autres routes, ouvrages d’arts, bacs à la demande
du ministère des travaux publics ;
 Gestion du laboratoire national de travaux publics ;
 La formation et recyclage des agents pour la réalisation de son objectif ;
 La préparation dans le cadre de la planification nationale de programme a court, à moyen
Et à long terme visant la réalisation des objectifs ci-haut cités.
3

L’office des routes a pour mission principale de concevoir, construire, d’entretien et de


moderniser les routes de la RD Congo. Il s’occupe des routes d’intérêt national pour relier le grand
centre (province) et s’occupe aussi des routes d’intérêt provincial.

I.1.4 Les autres services d’entretien œuvrant dans le secteur routier

 L’OVD (Office des Voiries et des Drainages) qui s’occupe de la construction des routes
Dans le secteur urbain mais la route principale qui traverse les centres urbains est dans
Les attributions de l’Office des Routes.
 DVDA (Direction des Voies des Dessertes Agricoles) qui s’occupe des routes d’intérêt local pour
l’acheminement des produits vivriers vers les centres de consommation.

I.2. STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DE L’OFFICE DES ROUTES


Pour administrer l’Office des routes, il y a trois structures à savoir :

 Le conseil d’administration ;
 La direction générale et ;
 Le collège des commissions aux comptes.
I.2.1 Le conseil d’administration

Le conseil d’administration donne les orientations générales de l’entreprise. Ce conseil est


composé de 5 membres et il représente le gouvernement.

I.2.2 La direction générale

Gère au quotidien l’entreprise, elle exécute le programme et assigner par le gouvernement. Elle
est composée de 2 membres à savoir : Le directeur général assisté du directeur générale adjoint.
I.2.3 Le collège des commissions aux comptes
Il s’occupe du contrôle et de l’audit entrepris. Pour remplir sa mission, la direction générale est
appuyé par plusieurs département au niveau national, il s’agit de :
 Pont et chaussée ;
 Finance ;
 Recherche et développement ;
 L’administration générale ;
 Gestion et maintenance
Au niveau provincial, la D.G. est appuyée par les directions provinciales à
Savoir :
 La direction provinciale 100/Bas Congo ;
 La direction provinciale 200/Bandundu ;
 La direction provinciale 300/Equateur ;
 La direction provinciale 400/Province oriental ;
 La direction provinciale 500/Sud-Kivu ;
 La direction provinciale 600/Katanga ;
 La direction provinciale 700/Kasaï-Oriental ;
 La direction provinciale 800/Kasaï-Occidental ;
4

 La direction provinciale 900/Ville de Kinshasa ;


 La direction provinciale 1000/Nord-Kivu ;
 La direction provinciale 1100/Maniema.

Une province peut avoir selon sa configuration les entités décentralisées ci-après :
 Une direction provinciale comme une entité administrative ;
 Une ou plusieurs brigades des travaux d’entretien ;
 Un centre matériel route code 70
 Un centre matériel bac code 80
 Centre de formation code 9
 Une antenne labo code 95

Attributions des entités décentralisées


1. La Direction provinciale : elle coordonne les activités de toute la province ;
2. La brigade des travaux d’entretien : elle exécute les travaux sur terrain ;
3. Le centre matériel bac : il s’occupe de la maintenance du matériel flottant en bon état de marche ;
4. Le centre de formation s’occupe de la remise a niveau des travailleurs dans tous les secteurs ;
5. Le centre matériel route : il s’occupe de la maintenance du matériel ou des engins en bon état de marche
;
6. L’antenne labo : elle s’occupe de l’analyse des matériaux de construction à utiliser sur tel ou tel autre
tronçon.

Pour ce qui est du Nord-Kivu, la province comprend six entités décentralisées dont :
 La direction provinciale 1000,
 La brigade des travaux d’entretien 1001 de Goma ;
 La brigade des travaux d’entretien 1002 de Beni ;
 La brigade des travaux d’entretien 1003 de Rutshuru ;
 Le centre matériel 1070 Goma,
 L’antenne labo Goma 1095.
5

ORGANIGRAMME DE PRINCIPE AU NIVEAU DE LA PROVINCIALE

D.P

CDT CDAF

COMPTA SECRET.
CENTRE BRIGADE ANTENNE ADM CAISSE
LABO
ROUTIER

I.3 Catégorisation du personnel de l’office des routes

L’office de routes comprend deux catégorisations du personnel :


 La macrostructure et
 La microstructure.
I.3.1 La macrostructure
La macrostructure est la catégorie qui renferme le cadre de commandement qui sont
désignés, nommées par le conseil d’administration, c'est-à-dire par le gouvernement le directeur
provincial et ses deux adjoints, c'est-à-dire le CDT (Chef de division technique) et le CDAF (Chef de division
administratif et financier) font partie de la macrostructure.
I.3.2 La microstructure
La microstructure est la catégorie qui renferme les cadres de collaboration et le
Reste du personnel, c'est-à-dire les personnels de maitrises et d’exécution suivant les
Détails de tableau ci-après :

DESGINATION GRADE TENSION SALAIRE CATEGORISATION

cadre de D : Directeur 16
commandement
D.A : Directeur adjoint 14 Macrostructure

Cadre de collaboration S.D : sous-directeur 12

FPP : fonde du pouvoir 10 Microstructure


principal
6

Catégorie agent de M4 5.64


maitrise
M3 4.88 MICROSTRUCTURE

M2 4.22

M1 3.66

- Personnel concerne par la macrostructure est désigné par la direction générale.


- La tension salariale sert à calculer le salaire du plus petit au plus grade.
Ce salaire se calcule sur base du SMIG (salaire minimal interprofessionnel garanti).
Aujourd’hui le SMIG est fixé à trois dollars par une ordonnance loi signée par le président de la
république.

I.4 Financement de l’office des routes


L’office des routes bénéficie de deux financements :
Financement interne ou local et
Financement extérieur

I.4.1 Financement extérieur


Ce sont des bailleurs des fonds qui interviennent pour financer les grands travaux que le pays
(gouvernement) n’est pas à mesure de financer les travaux. Parmi les bailleurs de fonds, nous pouvons
citer la Banque Mondiale, l’Union Européenne, BAD (Banque Africaine de développement) etc. ces
bailleurs de fonds s’intéressent à nos problèmes par ce que la RDC est membre de l’organisation des
nations Unies (ONU).

I.4.2 Financement interne ou local


Pour financer l’office de routes, le gouvernement a instauré une taxe parafiscale sur les produits
pétroliers (l’importation). Cette taxe est perçue par une entreprise de régie financière à l’occurrence
la DGDA. Les recettes qui sont générées de cette taxe sont réparties aux entreprises qui travaillent
dans le secteur routier suivant une clé de répartition fixe par un arrêté interministériel de l’économie
nationale, finance, budget, et énergie, aujourd’hui pour mobiliser ces recettes, le gouvernement
vient de créer le FONER (Fonds National D’entretien Routier).
NB : Les recettes mobilisées par le FONER restent aujourd’hui insuffisantes. L’office des routes perçoit
le fonds du sur présentation de devis, en vue d’intervenir sur points chauds constatés sur le réseau
routier.
« Points chauds » : endroit très endommagés qui risque de couper le trafic, exemple : Un pont qui menace
de tomber
I.4.3 Paysage route
Le péage route est une émanation des opérateurs économiques faces à l’incapacité du
gouvernement à entretenir les routes. Les opérateurs économiques ont accepté le payage pour ne pas
arrêter leurs activités commerciales.
7

CHAPITRE II. : ESSAIS GEOTECHNIQUES


II.1. LABORATOIRE
II.1.1 Définition
Un laboratoire est un lieu d’exercice de chercheurs ou sont réalisées des observations ou des
expériences, ainsi que toute autre activité scientifique.
II.1.2 Mission de laboratoire
 La mission du laboratoire c’est d’étudier et de rechercher les matériaux de construction
(routes, ponts, ouvrages d’arts, …)
 De contrôler le support sur lequel doit être érigée un ouvrage.

II.1.3 Type des services


Au labo on a deux types des services à savoir :
o Service géotechnique
o Service de recherche physico – chimique
II.1.3.1 Service géotechnique
Le service géotechnique consiste à faire :
 La recherche des carrières pour les travaux routiers ;
 Le contrôle de compacité qui se fait de deux manières : par le densitomètre à sable et par
l’essai à la plaque ;
 Le contrôle des enrobés lorsqu’on est en train d’asphalter une route où la température de
mise en œuvre qui doit être supérieur à 150°C ;
 L’étude de sol de fondation des ouvrages d’art (sondage géotechnique, pénétromètre
dynamique.
Dans le service géotechnique on réalise des essais suivants :

I.LES SOLS
A. Essais d'identification et classification
 Analyse granulométrique
 Teneur en eau
 Limites d'atterberg
 Poids spécifique
 Sédimentometrie
 Essai au bleu de méthylène
 Equivalent de sable
 Etc….
B. Essais mécaniques
 Proctor
 CBR
 DCP
C. Essais hydrogéologiques
 Porchet
 Lefranc ou Nasberg
 Lugeon
D. Essais geomécaniques, Essais in situ
 Pénétromètre dynamique
 Pénétromètre statique
8

 Densitomètre à sable
 Essai à la plaque suisse
 Tassomètre
 Inclinomètre
 Sondage géotechniques

II. LES GRANULATS


 Analyse granulométrie
 Mesure des volumiques, porosité, coefficient d'absorption et teneur en eau des
gravillons et cailloux
 Mesures des masses volumiques, coefficient d'absorption et teneur en eau des
sables
 Détermination de l'indice de continuité
 Détermination de la masse volumique absolue des fines
 Mesures du coefficient d'aplatissement
 Détermination Del 'épaisseur moyenne des gravillons
 Détermination du coefficient d'écoulement des gravillons
 Détermination du coefficient d'écoulement des sables
 Détermination de l'indice des vides Rigden
 Détermination de l'homogénéité des granulats
 Essai d'usure Micro-Deval
 Essai Los-Angeles
 Essai de fragmentation dynamique
 Equivalent des sables
III. ESSAIS PHYSCO-CHIMIQUE
 Essai marshall
 Essai Duriez
 Essai vialit
 Détermination de la teneur en bitume
 Etude physique de ciment
 La formulation des bétons
 Essai d'affaissement
 Essai d'étalement
 Essai de dureté au choc par le scléromètre
 Essai de retrait et de gonflement
 Finesse de mouture
 Essai de fissuration

 Les produits noirs


 Bitumes purs
9

 Bitumes fluidifiés ou cut-back


 Emulsions
Il sera alors question dans ce rapport, pour chaque type d’essai, de présenter ;
 Les objectifs de l’essai
 Application dans le domaine de génie civil
 Les principes de l’essai
 Les matériels utilisés
 Les préparations de l’échantillon
 Le mode opératoire
 Expression des résultats

II.2. ECHANTILLONNAGE
But et principe de l'échantillonnage
Les essais effectués en laboratoire ont pour but de caractériser et identifier les sols sur lesquels
les échantillons ont été prélevés sur le terrain. Les essais que l'on fait en laboratoire se font sur des
quantités réduites de matériaux. Celles devant permettre de mesurer les paramètres caractéristiques de
l'ensemble du matériau dans lequel ont fait le prélèvement. Et pour cela, il est important que les
échantillons aient les caractéristiques de l'ensemble de matériaux. Ainsi un échantillon doit être
représentatif. Mais si on reste, on se rend compte que ce problème est complexe à résoudre, mais il
conditionne en grande partie la fiabilité des résultats au cours des essais de laboratoire ( Dupain et al,
1995).
On utilise les matériels suivants :
 Sac
 Bèche
 Pioche
 Sachet pour la quantité de la teneur en eau
 Etc.
Le prélèvement de l'échantillon se fait en deux temps :
1. Prélèvement sur le site
Procédure de prélèvement :
 On doit prendre les coordonnes de chaque échantillon
 Enlève le sol végétal (humus)
 On prélève au moins 15 a100kg ; si les matériaux sont denses
 On prélève une certaine quantité dans ce puits
 On prend une quantité qu’on doit mettre dans un sachet pour la détermination de
la teneur en eau naturelle
 Dans un sac, on prélève une autre quantité qui servira à d’autres essais
10

2. Echantillonnage en laboratoire
L'échantillon prélevé sur site, en carrière ou à l'usine doit être en quantité bien plus grande que
celle qui sera utilisée en laboratoire. Une fois au laboratoire, la quantité à tester est prélevé suivant deux
procédés :
 Par quartage : ce procédé consiste à diviser l'échantillon en quatre parties. Pour ce, on
place tout d'abord l'échantillon sur une table pour l'étaler. Puis à l'aide d'une truelle on le
divise en quatre. On réunit enfin les fractions opposées pour obtenir ainsi deux parties de
l'échantillon primitif et ainsi de suite.
 A l'aide de l'échantillonneur : cet appareil de laboratoire permet de diviser facilement en
deux parties représentatives la totalité d'un échantillon initial, chaque partie étant
recueillie dans un bac de manière séparée. La répétition en sacade de cette opération, en
retenant à chaque opération le contenu de l'un des bacs, permet d'obtenir, après 3 ou 4
opérations identiques, la quantité de matériaux représentatifs et nécessaire à l'essai
envisage.
 Choix du procédé : en fonction de la quantité nécessaire à l'essai et de la grosseur maximale des
grains, ces deux procédés peuvent être effectués conjointement ou simultanément. Si
l'échantillon de départ est d'un volume très important, une ou deux opérations de quartage
permettent de diminuer rapidement le volume du matériau ; ensuite on passe à
l'échantillon. Ce dernier est choisi de telle manière que son ouverture est de dimension
compatible avec celle des plus gros éléments.

Les paramètres de nature se rapportent à des caractéristiques intrinsèques, c'est-à-dire qui


ne varient pas ou peu, ni dans le temps ni au cours des différentes manipulations qui subit le sol
au cours de sa mise en œuvre.
Il sera alors question dans ce rapport, pour chaque type d’essai, de présenter ;
 Les objectifs de l’essai
 Application dans le domaine de génie civil
 Les principes de l’essai
 Les matériels utilisés
 Les préparations de l’échantillon
 Le mode opératoire
 Expression des résultats
Pendant le temps passé au laboratoire, les essais suivants ont été réalisés :
11

II.3. ESSAIS D'IDENTIFICATION DES TOUTS VENANTS (Norme NFP 94-050)

A. LA TENEUR EN EAU
a. Définition et But de l'essai :
La teneur en eau naturelle est un essai visant à déterminer le pourcentage qu’occupe l’eau
dans un matériau à l’état naturel.

b. Domaine d'application :
La quantité moyenne de la teneur en eau va nous aider pour procéder à l'essai Proctor,
travaux de terrassement de compactage

c. Appareillage
→ étuve sèche
→ des récipients
→ balances
→ Les pèse-filtres

d. Mode opératoire et préparation de l'échantillon


La préparation du matériau et la réalisation de l’essai se font selon les étapes suivantes :

 On prélève l’échantillon du sol à une certaine profondeur


 On a le numéro pèse-filtres et on doit peser le poids de la tare. On met le matériau dans
le pèse-filtres, puis on pèse et on a le poids total humide.
 Puis le matériau est étuvé pendant 24h à la température de ±1050C.
 On repese pour avoir le poids total sec,
 Poids net d'eau est obtenu par la différence entre le poids total humide et le poids total
sec
 Le poids net matériau est obtenu par la différence entre le poids total sec et le poids de la
tare
 La teneur en eau est en %, obtenu en faisant (le poids net d'eau divise par le poids net
matériaux) multiplie par 100 ; puis on la moyenne de teneur en eau

e. Expression de résultats
Soit M le poids humide de l'échantillon et m le poids sec de l'échantillon
𝑃𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑛𝑒𝑡 𝑑′𝑒𝑎𝑢
La teneur en eau W en %=𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝑚𝑎𝑡𝑒𝑟𝑖𝑎𝑢 𝑋100

Le résultat présenté dans l'annexe I


12

B. L'ANALYSE GRANULOMETRIQUE (NF P18-560)


Analyse granulométrique c'est une opération qui consiste à la détermination pondérale de
grain par rapport à leur dimension dans un matériau. Cet essai se réalise sur des granulats
constitués de grains de diamètre supérieur à 80 micron. Selon le type de sol, le tamisage est
effectué soit par voie sèche, soit par voie humide. Le tamisage par voie sèche est recommandé
pour les sols pulvérulent non polluée par une fraction argileuse (cailloux, gravier, sable) alors
que le tamisage par voie humide est recommandé pour les sols fins (argile, limon) et les
pulvérulents pollués par une fraction argileuse.

a. But de l'essai
Cet essai nous permet de tracer la courbe granulométrique
L'analyse granulométrique a pour but de déterminer la dimension et les pourcentages pondéraux
respectifs des différentes familles de grains constitutifs d'un matériau.
b. Domaine d'application
Utilise dans différents travaux de génie civil

c. Appareillage
Une colonne de tamis d'ouverture normalisée. Ce sont de tamis constitués d'un maillage
métallique définissant de trous carrés de dimensions normalisées. La dimension normale des
tamis est donnée par l'ouverture de la maille. Ces dimensions sont telles qu'elles se suivent dans
une progression géométrique de raison √𝟏𝟎 depuis le tamis 0,08 mm jusqu'au tamis 80mm.

L'existence antérieure de passoires (trou ronds a conduit à une double classification des tamis et
des passoires. Pour éviter toute ambigüité, un tamis et une passoire équivalents correspondent à
un même numéro de module (Dupain et al, 1995).

 La balance
 La série de tamis (la plus grande maille c'est le tamis 50 et la petite maille c'est le tamis20)

FIGURE 1.LES MATERIELS : SERIE DE TAMIS, BALANCE ET ETUVE


13

d. Préparation et mode opératoire


- La norme française P180-560
- On sèche dans une étuve à une température de 105°C
 Refroidissement à l’étalage
 Le quartage : division des matériaux en 4 parties en prenant l’échantillon en
diagonal pour homogénéiser le matériau à tester.
 On prend l’échantillon et on prélève son poids avant lavage qui sera toujours pris
en état sec ;
- On utilise des masses M de matériau tel que : M≥0,2D ; avec M en Kg et D le diamètre du
plus gros granulat en mm.
- Pour le gravier on prend de 6000g à8000g ; pour les sables on prend 3000gà5000g ; et
pour les 1000gà2000g
- On lave dans le tamis de numéro 20
- On fait encore le séchassage dans une étuve à une température voulue
- On pesé encore on a un poids sec après lavage
- Maintenant on installe notre série de tamis d'une manière décroissante
- Puis on verse le matériau, on récupère le refus sur chaque tamis. Et on pèse chaque refus
- On cherche le refus cumulé par calculé sur la balance (on prend le refus à 80mm, on voit
le poids on ajout sur le même poids du premier jusqu'à la fin donc jusqu'au tamis 20).

F IGURE 2. L AVAGE AU TAMIS 0,08MM


14

e. Interprétation et expression des résultats

Le tamisât est la masse de matériau passant à travers un tamis donné alors que le refus est la masse
du matériau retenu par ce tamis. Le refus du tamis ayant la grande maille est pesé, soit R1 la masse de ce
refus. Le refus du tamis de maille immédiatement inférieur est pesé avec le refus précédent, soit R2, la
masse des deux refus. Cette opération est poursuivie pour tous les tamis dans l'ordre décroissant. Ceci
permet de connaitre la masse des refus cumulé Rn à différent niveau de la colonne de tamis. La perte de
matériau ne doit pas excéder 2% de la masse de l'échantillon de départ.

𝑹𝒏
%Refus=𝒑𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒂𝒗𝒂𝒏𝒕 𝒍𝒂𝒗𝒂𝒏𝒕x100 d’où Rn représente les différents refus cumule des différentes
mailles
%tamisât=100-Rn. Et sur un papier semi-log on place en abscisse les dimensions des tamis et en
ordonnée le% des passants et on trace la courbe.
Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe II

C. LES LIMITTES D’ATTERBERG (Norme NFP94-051)


Ce sont de teneurs en eau pondérale correspondante à des états particuliers d'un sol.
a. But de l'essai :
L'objectif de ce test est de déterminer les « Limites d'Atterberg »:
 Limite de Liquidité (Wl)
 Limite de Plasticité(Wp)
Ces limites sont déterminées sur la fraction de sol passant à travers du tamis 4ooμm.A partir des résultats
obtenus, on détermine deux paramètres :
L'indice de plasticité : (I p) qui définit l'étendus du domaine plastique du sol entre les limites de liquidité
et de plasticité.

Etat solide Etat plastique Etat liquide

0 Avec retrait Wr sans retrait Wp Wl W


Ip
15

𝑾𝒍−𝑾
Ip=(𝑾𝒍 − 𝑾𝒑) et IC= IC : indice de consistance
𝑰𝒑
b. Matériels
 Limite de liquide
- Etuve pour sèche
- Une balance pour peser
- Un récipient d'eau d'au moins 2litres
- Bac de dimension minimale
- Un tamis à maille carre de 0,4mm (tamis 27)
- L'appareil de cassagrade constitue par le socle, d'une coupelle (il y a 2 types de coupelles : la
coupelle à fond rigue pour le sol sableux et la coupelle à fond lisse pour les argileux), la
manivelle, dispositif pour le comptage de nombre de coups, le support de la coupelle
- L'outil à rainurer et Spatule pour le mélange de matériau
 Liquide de plasticité
- Spatule, Balance, La plaque à marbre et Le pied à coulis
c. Domaine d’application :
Travaux de terrassement –de compactage

d. Principe de l’essai :
L’essai s’effectue sur la fraction 0/400μm en deux phases :
– Détermination de la teneur en eau WL pour laquelle une rainure pratiquée dans une coupelle se ferme à
10 mm, suite à 25 chocs répétés (cette limite de liquidité correspond à une résistance à un cisaillement
conventionnel)
– Détermination de la teneur en eau WP pour laquelle un rouleau de sol de diamètre 3 mm se fissure (cette
limite de plasticité correspond à une résistance à la traction conventionnelle)
e. Mode opératoire et préparation de l'échantillon
 Limite de liquidité
- On ne sèche pas le matériau
- La préparation de l'échantillon c'est la même chose pour les deux limites
- Prendre le passant à 400𝛍m
- On le met sur le bac et le mélange avec l'eau distille
- Après le mélange on le met sur la coupelle sur cette coupelle on fait qu'on ait une surface
horizontale plane (figure5)
- Puis on prend le rainurer qui partage le matériau en deux parties
- Apres ca on remet le compteur à 0
- Puis on commence à faire les coups avec la manivelle, deux coups successifs
- Cette opération des coups on la fait 5 fois
- On s'arrête jusqu'à ce les deux parties de matériau se rejoint
- La 1ere opération doit se rejoindre entre 15 et 20 ; la deuxième opération entre 20 et 25 ; la
troisième opération entre 25 et 3O ; les quatrièmes opérations entre 30 et 35 ; la cinquième
opération entre 35 et 40
- On prend la spatule pour prélever la partie qui se rencontre
- A chaque notre de coups on prélève le poids total humide
- On la met dans une tare on pèse à l'état humide puis on le met dans l'étuve
16

Figure -3- : Réalisation de la rainure.

F IGURE 4FERMETURE DE LA RAINURE.

F IGURE 5. DETERMINATION DE LIMITE DE LIQUIDITE

 Limite de plasticité
- Former une boulette à partir de la pâte préparée.
- Rouler la boulette sur une plaque lisse, à la main, de façon à obtenir un rouleau qui est aminci
progressivement jusqu'à ce qu'il atteigne 3mm de diamètre et 10 cm
17

F IGURE 6.MARBRE ET PIED DE COULIS

La cadence du mouvement de la main doit être régulière. L'amincissement du rouleau se fait de manière
continue et sans effectuer de coupure dans le sens de sa longueur. Le rouleau au moment où il atteint un
diamètre de 3.omm ± o.5mm doit avoir environ 10 cm de longueur et ne doit pas être creux.
o La limite de plasticité est obtenue lorsque, simultanément, le rouleau se fissure et que son
diamètre atteint 3mm ± o.5mm. Si aucune fissure n'apparaît, le rouleau est réintégré à la boulette.
La pâte est malaxée tout en étant séchée légèrement, éventuellement sous un flux d'air chaud à
une température à 50 °C.
o Reformer un nouveau rouleau.
Prélever, une fois les fissures apparues, la partie centrale du rouleau et la placer dans une capsule ou une
boite de pétri de masse connue, la peser immédiatement et l'introduire dans l'étuve, afin de déterminer sa
teneur en eau.
o Effectuer un deuxième essai sue une nouvelle boulette.
f. Expression de résultat :
Les limites d’Atterberg permettent de calculer l’indice de consistance qui caractérise l’état hydrique d’un
sol (80 à 90 % d’éléments < 400μm) :
𝑾𝒍−𝑾
Ip=(𝑾𝒍 − 𝑾𝒑) et IC= 𝑰𝒑
IC : indice de consistance
Avec W : teneur en eau naturelle de la fraction 0/400μm
Ic= 0 si matériau à l’état liquide
Ic= 1 si matériau à l’état solide
- On pèse les échantillons à l'état sec
- Apres ca on cherche la teneur en eau
- A l'abscisse on a le nombre de coups et à l'ordonne indique la teneur en eau
- Sur les 5 points on cherche les 3 points alignes et s'il y a 2 groupes alignes on cherche les deux
points et un point éloigne.
- Sur ces 3 points on fait passer une droite
Poids net d’eau=Poids de la tare humide-poids de la tare sec
Poids de matériau sec =poids de la tare sec-poids de la tare
𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑛𝑒𝑡 𝑑′𝑒𝑎𝑢
Wen%=𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑛𝑒𝑡 𝑚𝑎𝑡𝑒𝑟𝑖𝑎𝑢 × 100
Pratiquement :
 la limite de liquidité c'est une teneur en eau d'un matériau qui se ferme à 25 coups de la coupelle
de casagrande. A partir de cette droite on regarde 25 coups sur l'abscisse on repère les 25coups
sur la droite puis on lit sur l'ordonne, c'est ça la limité de liquidité.
18

La limite de plasticité c'est une teneur en eau d'un rouleau de sol qui atteint au plus 3mm de
diamètre sans se rompre sur le marbre
 Classification de ce matériau

Nous avons deux catégories de classification :

 NRC (Norme Routière Congolaise) : elle est basée sur les pourcentages des fines et l’indice de
plasticité. Ici notre matériau appartient dans la classe de S1b vu l’intervalle des fines compris
entre 12%<F<25% et F×Ip<250 : il s’agit d’un sable d’altération du socle et notre socle c’est le
schiste. Avec F(fine)=14%
 HIGH Way Research Board : il est basé sur la limité d’Atterberg, l’AG et l’indice de groupe.
 Wl varie entre 33 – 40% : il s’agit des graviers et sables limoneux ;
 L’indice du groupe tient également compte de l’AG, la Wl et l’Ip, sa formule est la suivante : Ig=
0,2a+0,005ac+0,01bd. Après tous les calculs, on trouve Ig=0
 On note alors A-2-4 (0).
Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe III

II.4. ESSAI D'IDENTIFICATION DES GRANULATS


A. L’Analyse granulométriques des granulats NF P18 -101
a. Définition
On appelle granulat un ensemble des grains minéraux de diamètre compris entre 0 et 125mm, de
provenance naturelle ou artificielle destinée à la confection :

 Des mortiers, de béton ;


 Des couches de fondation, couches de base et de roulement de chaussée ;
 Des assises et des ballasts des voies ferrées ;
Le ballast est un support doué d’une certaine élasticité. Il doit être résistant à la traction et doit être
anguleux pour ne pas glisser les uns sur les autres et ne doit avoir aucune tendance à la cimentation afin
de faciliter le drainage et la remise en place. Ses qualités sont celles des roches compactes dures à texture
serée constitué des minéraux non solubles et ne contenant pas beaucoup des micas. Les granulats sont
appelés fillers, sablons, sables ; gravillons ; graves ou ballast suivant leur dimension.

Les fillers (0-2mm) ; sables et sablons (2-6,3mm) ; gravillons et graves (6,3-25mm) et ballast (25-
125mm).

b. Classe granulaire
 Un granulat est caractérisé du point de vue granulaire par sa classe d/D, le premier désigne le diamètre
minimum des grains (d) et le deuxième, le diamètre maximum (D).
 Lorsque d est < à 0,5mm, le granulat est désigné par 0/D ;
 Si un seul chiffre est donné, c'est celui du diamètre maximum D. il est exprimé en millimètre.
Il existe cinq classes granulaires principales caractérisé par des dimensions extrêmes d et D des granulats
rencontrés :

 Les fillers : 0/D avec D≤ 0,08mm


 Les sables : 0/D avec D≤ 6,3mm
 Les gravillons : d/D avec d≥ 2mm et D≤ 31,5mm
 Les cailloux : d/D avec d≥ 20mm et D≤ 80mm
 Les graves : d/D avec d≥ 6,3mm et D≤ 80mm
Le granulat est dit de classe d/D lorsqu'il satisfait aux conditions suivantes :
19

a. Le refus sur le tamis D est compris entre :


 1et 15% si D˃ à 1,56d
 1et 20% si D≤ à 1,6d
b. Le tamisât au tamis d est compris entre :
 1et 15% si D˃ à 1,56d
 1et 20% si D≤ à 1,56d
c. Le refus sur le tamis 1,56D est nul
d. Le tamisât au tamis 0,63d est < à 3%, toute fois pour D≤ à 5mm, cette limite est porté à 5%.

c. Objectif
 L'analyse granulométrique des granulats consiste à déterminer la distribution dimensionnelle des
grains constituant un granulat dont les dimensions sont comprises entre 0,063 et 25mm ;
 Le refus sur un tamis (la quantité des matériaux qui est retenue sur le tamis) ;
 Tamisât ou passant (la quantité des matériaux qui passent à travers le tamis) ;

d. Principe de l'essai
 L'essai consiste à fractionner au moyen d'une série de tamis un matériau en plusieurs classes
granulaires de taille décroissantes ;
 Les masses des différents refus et tamisât sont rapportés à la masse initiale du matériau, les
pourcentages obtenus sont exploités sous forme de graphiques ;

e. Matériels utilisés
 Colonne de tamis
 Balance
 Un bac ou bassin pour peser
 Une étuve pour sécher
 un dispositif de lavage

f. Résultats
 Peser le refus du tamis ayant la plus grande maille soit R1 la masse de ce tamis ;
 Poursuivre la même opération avec tous les tamis de la colonne pour obtenir les masses des
différents refus cumulés ;
 Les masses des différents refus cumulés Ri sont rapportées à la masse totale de l'échantillon n1,
 Les pourcentages de refus cumulés ainsi obtenus sont inscrits sur la feuille d'essai ; le pourcentage
de tamisât cumulé sera déduit.

 Trace la courbe granulométrique

Il suffit de porter les divers pourcentages des tamisât cumulés sur une feuille semi-logarithmique.

 En abscisse les dimensions des mailles, échelle logarithmique ;


 En ordonnée, le pourcentage sur une échelle arithmétique ;
 La courbe doit être tracée de manière continue.

 Interprétation des courbes

La forme de la courbe granulométrique obtenue apporte les renseignements suivants :

 Les dimensions d et D du granulat ;


 La plus ou moins grande proportion d'éléments fins,
 La continuité ou la discontinuité de la granularité ;
20

 Module de finesse

Il ne concerne que les sables, le module de finesse nous permet de savoir si le sable est bon pour faire le
béton ou non ;

 Les sables doivent présenter une granulométrie telle que les éléments fins ne soient ni annexés,
ni en trop faible proportion ;
 Le caractère plus ou moins fin d'un sable peut être quantifié par les calculs du module de finesse
(Mf) ;
 Le module de finesse est d'autant plus petit que le granulat est riche en élément fin.

a. Norme française NF P18-540


Le module de finesse est égal au 1∕100 de la norme des refus cumulés exprimée en pourcentages sur le
tamis de la série suivante : 0,16-0,315-0,63-1,25-2,5-5
1
Mf= ∑refus cumulés en% des tamis (0,16-0,315-0,63-1,25-2,5-5)
100

b. Norme Européenne EN 12620


1
Mf=100 ∑refus cumulés en% des tamis (0,125-0,25-0,50-1-2-4)

 Expression des résultats


Lorsque Mf est compris entre :

 1,8 et 2,2 : le sable est à majorité constitué des grains fins ;


 2,2 et 2,8 : on est en présence d’un sable préférentiel ;
 2,8 et 3,3 : le sable est un peu grossier, il donnera des bétons résistants mais moins maniables ;

B. MASSES VOLUMIQUES APPARENTES


a. Définition
La masse volumique apparente d’un matériau est la masse volumique d’un mètre cube de matériau du
matériau pris en tas, comprenant à la fois des vides perméables et imperméables de la particule ainsi que
les vides entre les particules (Ghomarif et Bendi, 2008).

La masse volumique apparente d’un matériau pourra avoir une valeur différente suivant qu’elle sera
déterminée à partir d’un matériau compacté ou non compacté.

b. But
Détermination des vides des grains

c. Appareil
 Balance
 Moule CBR
 Moule Proctor

d. Mode opératoire
On verse le matériau en chute libre au moyen de la hauteur 30cm dans le moule, puis on rase et on pèse
pour trouver le poids total de l'échantillon après ça on remet ces échantillons et on homogénéise pour
recommencer l'opération
21

e. Expression des résultats


𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 é𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡𝑖𝑙𝑙𝑜𝑛
La masse volumique apparente est donné par :
𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑢𝑙𝑒

Poids échantillon=poids total-poids moule

L’essai est répété au moins cinq fois pour un volume de1litre et la moyenne de ces essais donne la valeur
de la masse volumique apparente.

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe IV

C. POIDS SPECIFIQUE Norme NFP94-054


a. But de l'essai
La détermination du poids spécifique des grains solides consiste à mesure le volume propre des grains à
l'exclusion des vides à calculer le rapport entre leurs points et leur volume.

b. Domaine d'application
Formulation de béton

c. Appareillage
 L'éprouvette graduée
 La solution lavante
 La balance
 Le tamis numéro 28

d. Mode opératoire
 Prélever l'échantillon, Tamiser les matériaux au tamis28
 si on utilise la grande éprouvette, on prend comme solution lavante 550ml et la quantité
des matériaux est de 500g et Si on utilise la petite éprouvette, on prend la moitié de la
grande : 275ml et 250g. .
 On verse ce matériau dans l'éprouvette contenant cette quantité de l'eau enfin d'éliminer
toutes les vides et l'air contenus dans ce matériau
 Attendre quelques minutes pour que le matériau puise décanter
 Faire les lectures la première est le volume d'eau initial et l'échantillon dans l'éprouvette,
on lut le second est le volume final de l'échantillon

e. Interprétation et expression de résultat


Volume échantillon=volume final – volume initial

𝒑𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒍′é𝒄𝒉𝒂𝒏𝒕𝒊𝒍𝒍𝒐𝒏 𝒂𝒗𝒂𝒏𝒕 𝒍′𝒆𝒔𝒔𝒂𝒊


Poids spécifique=
𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 é𝒄𝒉𝒂𝒏𝒕𝒊𝒍𝒍𝒐𝒏

Notre matériau a un poids spécifique de 2,38, il s’agit d’un bon matériau car son poids spécifique est
inférieur à 3.

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe V


22

D. EQUIVALENT DE SABLE (Norme NFP 18-597)


a. But de l'essai
C’est un essai géotechnique qui permet de déterminer le degré de propriété d’un sable

b. Domaine d'application
Beaucoup utilise dans les travaux du béton

c. Appareillage
 Tamis de 5mm d'ouverture de mailles avec fond
 Spatule et cuillère
 Entonnoir à large ouverture pour faire passer l'échantillon dans l'éprouvette cylindrique
 6 récipients de pesée en alliage léger pouvant recevoir environ 200cm3
 Une balance précise au gramme, de portée au moins égale à 250g
 Chronomètre gradué en°C
 Réglet de 500mm, gradué en mm
 Goupillon à pal doux pour le nettoyage des éprouvettes
 Des bacs pour tamisage
 Eprouvettes cylindriques
 Tube laveur
 Tube caoutchouc
 Piston lare
 Machine d'agitation

d. Mode opératoire

 On verse dans une cylindrique jusqu'au trait repère inferieur, une solution lavante.
 Introduire dans l'éprouvette une masse sèche de 120g±1g de matériau à l'aide de l'entonnoir
 Frapper fortement à plusieurs reprises la base de l'éprouvette sur la paume de la main par déloger
les bulles d'air et favoriser le mouillage de l'échantillon
 Boucher l'éprouvette à l'aide du bouchon de caoutchouc
 Laisser reposer 10 minutes
 Fixer l'éprouvette sur la machine d'agitation
 Faire subir à l'éprouvette 90 cycles±1cycle en 30s
 Remettre l'éprouvette en position verticale sur la table d'essais
 Oter le bouchon de caoutchouc et le rincer au-dessus de l'éprouvette avec la solution lavante.
 En descendant le tube laveur dans l'éprouvette
 Rincer les parois de l'éprouvette avec la solution lavante
 Puis enfoncer le tube jusqu'au fond de l'éprouvette
 Puis laver le sable pour faire remonter les éléments argileux tout en maintenant l'éprouvette en
position verticale
 L'éprouvette étant soumise à un lent mouvement de rotation, remonter lentement et régulièrement
le tube laveur. Lorsque le niveau du liquide atteint le trait repère supérieur
 Relever le tube laveur de façon à ce que le niveau du liquide se maintienne à hauteur de trait
repère
 Arrêter l'écoulement de la sortie du tube laveur
 Laisser reposer sans perturbation pendant 20 minutes
 Mesure à l'aide du réglet la hauteur h1 au niveau supérieur du floculat par rapport au fond
de l'éprouvette
 Mesurer également, si possible, la hauteur h2 du niveau supérieur de la partie sédimentée par
rapport au fond de l'éprouvette
23

 Les hauteurs h1 et h2 sont arrondies au millimètre le plus voisin


 Descendre doucement le piston taré dans l'éprouvette jusqu'à ce qu'il repose sur le sédiment.
Pendant cette opération, le manchon coulissant prend appuie sur l'éprouvette
 Lorsque l'embase du piston repose sur le sédiment, bloquer le manchon coulissant sur la tige du
piston. Introduire le réglet dans l'encoche du manchon, faire venir butter le zéro contre la face
inferieure de la tête du piston
 Lire la hauteur du sédiment H2 au niveau de la face supérieure du manchon. Arrondir la hauteur
H2 au millimètre le plus voisin. Noter la température du contenu de l'éprouvette au degré le plus
voisin
 Refaire les mêmes opérations

F IGURE 7.LES MATERIELS DE L'EQUIVALENT


e. Interprétation des résultats
L'équivalent de sable d'une prise d'essai d'un échantillon est par définition mesuré au piston et donné par
la formule suivante :
𝐻2
Es=𝐻1 × 100

L'équivalent de sable visuel est, dans les mêmes conditions, donné par la formule :
𝐻′2
Esv= 𝐻1 × 100

On a toujours Es<Esv

Les résultats sont donnés avec une décimale, la détermination portant sur deux prises d'essai par
échantillon, l'équivalent de sable Es ou Esv d'un échantillon est la moyenne des équivalents de sable
déterminés sur les deux prises d'essais

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe VI


24

II.5. ESSAIS MECANIQUES


A. ESSAI PROCTOR
a. But de l'essai
C'est l'un des essais les plus utilisés en géotechnique routière. Il a pour but de déterminer au
laboratoire les conditions de compactage d'un sol donné en fonction de la teneur en eau et la densité. A
une énergie de compactage donnée ; il s'agit de déterminer la teneur en eau optimale(Wopt) et la densité
sèche maximale (ϒd max).

On utilise la norme française NFP94-093, Octobre 1999

b.Domaine d'application
Contrôle de la mise en œuvre des matériaux de remblai

c. Appareillage
 Quelques bacs de contenance 25 kg environ
 Tamis de 20mm et 5mm respectivement
 Pelle à main, truelles, meurs métalliques, spatules, balayettes, pinceaux
 Quelques bacs de contenance 10kg et 5kg environ pour la préparation du matériau à compacter
 Une étuve de séchage pour déterminer la teneur en eau des échantillons
 Couteau, maillet, burin, marteau
 Le rehaus pour nous aide atteindre les nombres de couches
 Règle à araser, balance, un récipient de 5litre d'eau
 Disque d'espacement quand on a peu de matériau
 Dispositif permettant d'extraire de l'éprouvette or du corps du moule

F IGURE 8.MOULE P ROCTOR, DAME , REHAUSSE ET TARE


d. Principe
Les caractéristiques de compactage Proctor d'un matériau sont déterminées par l’essai Proctor normal et
essais Proctor modifie. Ces deux essais sont identiques dans leur principe. Celles différées les valeurs de
paramètres qui définissent l'énergie de compactage appliquée.

L'essai s'effectue sur un matériau ne contenant que des éléments inferieurs à 20mm

Il existe deux sortes d'essais Proctor :

 Proctor modifié pour la dimension de grain supérieur à 5mm (5mm et 20mm)


 Proctor normal pour la dimension de grain inferieure a 5mm

Caractéristiques essentielle pour les deux types de compactage :


25

T ABLEAU 1 TYPE DE PROCTOR


Granulométrie du Moule utilisé Dimensions du Nombre des Nombres des
sol moule couches coups

Sol passant au Petit moule H=11,5cm 3 55


tamis de 5mm Proctor
D=10,2cm

Sol passant au Grand moule ou H=11,5cm 5 55


tamis de 20mm moule CBR
D=15cm

T ABLEAU 2 DIFFERENCE ENTRE P ROCTOR NORMAL ET MODIFIE


Proctor normal Proctor modifié

Poids de la dame 2,490kg Poids de la dame 4,538kg

Hauteur de la chute 305mm Hauteur de la chute 457mm

Nombre de couches 3 Nombre de couches 5

Pour les remblais, un ouvrage qui n'a pas Demande beaucoup de l'énergie, pour l'ouvrage
beaucoup de trafic et pas beaucoup de l'énergie qui a beaucoup des trafics

e. Préparation et mode opératoire


L'échantillon nécessaire est ensuite prélevé par quartage ou de la préférence au moyen d'un
échantillonneur

 Peser le moule et embase puis adapter la rehausse ;


 Peser le matériau dans le bassin (2000 à 3000 g pour un sol sableux et 5000 à 6000 g pour un sol
graveleux) : pour le sable graveleux on extrait des grains ˃ 20 mm à l’aide du tamis 44

 Préparer les matériaux dans le récipient, ensuite fractionner en quatre parts, chaque part étant
malaxée de manière à obtenir des échantillons parfaitement homogènes ;
 Remplir le moule en respectant le nombre des couches selon les types de l’essai et en compactant
l’échantillon de sol tout en adoptant diverses valeurs de teneur en eau :
- Pour le premier compactage on mélange la masse du sol sec pesé à une
quantité d’eau qui correspond à la teneur en eau du sol en question ;
- Pour d’autres compactages on ajoutera chaque fois une quantité d’eau
qui correspond à 2% de la masse du sol sec pesé.
 Après humidification chaque part est conservée en boite ou un sachet durant un temps de
l'argilosité du matériau pour parfaire la diffusion de l'eau
- Pour le gravier on attend 30 minutes
- Limon on attend 3heures
- Argile on attend 24heures ou48 heures
 Après compactage des couches dans le moule, on enlève la rehausse, on rase le matériau
débordant
 On pèse le moule contient de l'échantillon pour trouver le poids total humide
26

 Prélever un échantillon en haut du moule et en bas du moule en y mettant dans une tare identifiée,
enlever le matériau dans le moule et remettre ce matériau dans le récipient pour servir au
compactage suivant (si on n'a pas assez de matériau)
 Peser les échantillons humides prélevés et les sécher à l’étuve et en déduire leurs teneurs en eau
(confère détermination de la teneur en eau) ;
 Effectuer divers calculs et remplir toutes les cases de la fiche puis déduire la teneur en eau
optimale ainsi que la densité sèche maximale.

f. Interprétation de résultat
On doit en avoir le volume du moule avec la formule suivante :

V=S×H avec S c'est la surface S=𝝅 ×R2 et H la hauteur du moule et R c'est le rayon du moule

Poids échantillon humide= poids total humide-poids du moule


𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑒𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡𝑖𝑙𝑙𝑜𝑛 ℎ𝑢𝑚𝑖𝑑𝑒
Densité humide = 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑢𝑙𝑒

Poids de l'eau=(ph+tare)-(ps+tare)

Poids sec=(ps+tare)-poids de la tare


𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑′𝑒𝑎𝑢
Teneur en eau en%= × 1𝑂𝑂
𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑠𝑒𝑐

𝑑𝑒𝑛𝑠𝑖𝑡é ℎ𝑢𝑚𝑖𝑑𝑒 ϒℎ
Densité sèche=𝑡𝑒𝑛𝑒𝑢𝑟 𝑒𝑛 𝑒𝑎𝑢 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛𝑛𝑒 +100 × 100 ou ϒd=1+𝑊

Optimun Proctor c'est le point où la courbe commence à décroître

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe VII

B. ESSAI CBR (Norme NFP94-078)


Les initiales CBR sont l'abréviation de California Bearing Ratio, c'est un essai mécanique de portance de
sol compacté.

a. But de l'essai
Cet essai donne une mesure de la portance relative des sols par rapport à un sol type, constitué par des
pierrailles concassées et compactées, extraites d'une carrière de Californie.

Cet essai permet de :

– Établir une classification des sols (GTR)

– Évaluer la traficabilité des engins de terrassement

– Déterminer l’épaisseur des chaussées (CBR augmente → épaisseur diminue)

b. Domaine d'application
Géotechnique routière de dimensionnement de chaussées

c. Principe
L'indice portant californien CBR est le rapport, exprimé en % de la pression produisant un
enfoncement donné au moyen d'un poinçon cylindrique normalisé (de section 19.32 cm²) se déplaçant à
27

une vitesse déterminée (1.27 mm/min) et de la pression nécessaire pour enfoncer le même poinçon dans
les mêmes conditions, dans un matériau type.

Cet indice peut être pris à différent état hydrique (soit à différent niveau de compactage) :

• A l’optimum : indice portant à la teneur en eau optimale Wopm

•A la teneur en eau naturelle (Indice Portant immédiat) à Wnat

•Après saturation : on immerge le moule pendant quatre jours dans l’eau et on enfonce le poinçon à vitesse
constante.

Cet essai dure 7 jours pour faire les analyses

d. Appareillage
- 3 moules CBR
- Disques d'espacement de 15,2cm et 25,5mm d'épaisseur
- Dame Proctor modifié constitué par un mouton de 4,530kg et la hauteur de chute de 457 mm
actionnée manuellement ou mécaniquement.
- Des disques de surcharge annulaire
- Comparateur de mesure de gonflement comprenant un trépied pouvant s'adapter sur la face
supérieur de moule comprenant à 0,01mm et de 25mm de course ; un disque plat et perforé de
diamètre légèrement inférieur à celui du moule et muni en son centre une tige à touche réglable
- Piston cylindrique ayant une section de 19,6 cm2
- Presse hydraulique de 60km pouvant assurer une vitesse de poinçonnement
- Des bacs de contenance
- Pelle à main, truelle, mains métalliques, pinceau
- Eprouvette graduée par la mesure de la quantité d'eau d'humidification
- Balance
- Etuve réglable à 104°C
- Des disques de papier filtre correspondant aux cotés moules CBR
- Couteau maillet, burin, marteau, plane à araser
- Indicateur de cadence

e. Mode opératoire
 Préparation des échantillons
L'essai sera réalisé à la teneur en eau optimale déterminée par l'essai Proctor modifié. De ce fait il
conviendra de préparer le matériau de la même manière que pour l'essai Proctor à savoir :

 Le matériau sera séché à l'air ou à l'étuve à 60°C maximum ; on se contentera d'un deséchage partiel
suffisant sans être excessif.
 Suffisant pour se déplacer nettement coté sec de la courbe Proctor et pour permettre lors du tamisage des
éléments supérieurs à 20mm une séparation de ces éléments sans entrainement des particules fines.
 Sans être excessif pour ne pas éliminer l'eau absorbée qui ne serait pas un peu reconstituée lors de
l'opération de mouillage
 Après avoir éliminé par tamisage les éléments supérieurs à 20mm, le matériau sera pulvérise ; on écrase
les mottes de terre en veillant à ne pas briser les graviers
 On devra réaliser 3 moulages à 3 énergies de compactage différentes, il faut donc prévoir au moins 3×
𝟓𝟎 𝑲𝒈 de matériau écreté à 20mm
28

La connaissance de la teneur en eau du matériau en cours de préparation est nécessaire. Ensuite par calcul
on déterminera la quantité d'eau

 Ce matériau sera mouillé en malaxant soigneusement pour homogénéisation, il sera ensuite conservé
jusqu'au lendemain dans des sacs n'ayant lieu que le lendemain il est possible de vérifier avec précision
la teneur en eau. L'essai ne sera réalisé que si le matériau que si le matériau est effectivement à la bonne
teneur en eau avec une précision ±𝟐𝟎%
 Si le matériau est légèrement trop humide, on devra le laisser aérer en l'homogénéisant soigneusement.
 Si cette ultime correction consiste en un léger apport d'eau, avec peu d'expérience, le risque d'erreur
n'étant pas grand, on pourra commencer sans retard l'essai une dernière vérification de la teneur en eau
pouvant être effectuée à posteriori
 Par contre si cette ultime correction consiste à laisser sécher le matériau, même légèrement vérifié la
teneur en eau avec précision.

 Compactage et imbibition
- On prépare d'abord le moule, il faut veiller à ce qu'il faut veiller à ce qu'il soit propre et en bon état.
On pèse le tout à 5g près, puis on place le disque d'espacement.
- On introduit ensuite le matériau selon le processus de l'essai Proctor modifié en 5 couches
successives d'égale épaisseur qui seront chacune compactée avec la même dame Proctor modifié
selon les énergies de compactage différentes qui sont en général 10,25 et 55 coups par couche. Le
but étant d'obtenir 3 moulages ayant compacité nettement différentes (ces compacités étant en
principe et de façon très approximative respectivement de l'ordre de 90%,95% et 100% de la densité
sèche maximale du Proctor modifié)
- Une fois le compactage terminé, la hausse, dernière couche doit dépasser le moule d'environ 1cm.
On arase soigneusement puis on enlève le fond que l'on veut fixer sur la face supérieure du moule
après avoir placé un papier filtre à la surface de l'échantillon, on retournera le moule, on retirera le
disque puis après avoir également placé un papier filtre sur cette face, on pèse le tout à 5g près
- Si le sol doit être essayé sans imbibition on procède immédiatement au poinçonnement si non on
place le disque perforé de gonflement à la surface de l'échantillon puis on dispose une charge sur le
disque. Cette charge ne doit jamais être inférieure à 4,530kg elle sera constituée par deux disques
annulaires de 2,265Kg. Le moule ainsi chargé est placé sur des cales dans un bac à saturation rempli
d'eau de telle façon que l'eau arrive librement par-dessous et par-dessus l'échantillon.
- Ensuite on place le trépied porte comparateur en s'assurant que les pieds portent bien sur les bords
du moule. On fixe le comparateur au trépied. On règle la hauteur de la tige du plateau de gonflement
de façon que le palpeur du comparateur vienne reposer sur l'extrémité de cette tige. On note alors la
lecture du comparateur (lecture initiale)
- On laisse le moule 4 jours dans l'eau.
- Le délai écoulé, on note le gonflement lu au comparateur (lecture finale) et on sert de 10 minutes
puis on pèse le poids humide après immersion. On le porte sous la presse de poinçonnement
- Dans le cas d'une imbibition complète on laisse le moule à imbiber dans l'eau le temps nécessaire
pour qu'il n'y ait plus de gonflement du sol. Ce temps étant parfois supérieur à 4 jours, on admettra
qu'il y a plus de gonflement quand deux lectures espacées de 24 heures montreront une variation
inférieure à trois centièmes de millimètres.

 Poinçonnement
- Le moule est placé sur le plateau de la presse et centré de telle façon que le piston de poinçonnement
soit bien dans le prolongement de l'axe du moule.
- La tête du piston est amenée en contact avec la surface de l'échantillon en faisant montrer le plateau
de la presse. La mise en place du piston de poinçonnement est achevée en manœuvrant lentement le
29

volant de la presse jusqu'au moment où l'aiguille du comparateur de l'anneau dynamométrie


commence à bouger. A ce moment le piston est bien en contact avec la surface de l'échantillon.
- On fixe alors un comparateur au 1/100 millimètres derrière le cadran de l'indicateur, de cadence-
comparateur qui coulisse le long d'une tige verticale solidaire du bâti de la presse est fixé de telle
façon que la pointe du palpeur du comparateur vienne reposer sur le bord u moule. Le comparateur
est amené à zéro, puis l'indicateur de la cadence mis en marche
- L'opérateur se met alors au volant de la presse et commence le poinçonnement au moment où le
rayon repère de l'indicateur de cadence viennent se superposer à l'aiguille du comparateur, il
manœuvre lentement le volant de façon à maintenir en coïncidence l'aiguille du comparateur et le
rayon repère. En procédant de cette façon de poinçonnement s'effectue avec la vitesse constante
normalisée
- Au cours de l'essai on note les pressions lues sur l'anneau dynamométrique qui correspondent à
l'enfoncement ; on arrête alors l'essai quand on atteint ce dernier enfoncement

F IGURE 9.MOULE CBR, REHAUSSE , COMPARATEUR, TREPIED , IMMERSION ET POINÇONNEMENT

f. Interprétation des résultats


Détermination de la densité humide (ϒ𝒉) de la teneur en eau (W%) et de la densité sèche (ϒd) après
compactage et avant imbibition
𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 ℎ𝑢𝑚𝑖𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑎𝑐𝑡é 𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑒𝑎𝑢 ϒℎ
ϒh= 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑢𝑙𝑎𝑔𝑒
; W%=𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑠𝑒𝑐
× 100; ϒd=100×𝑊%

Détermination de la compacité du moulage par rapport à la densité sèche maximale (référence Proctor
modifié)
ϒ𝑑
C%= × 1𝑂𝑂
ϒ𝑑𝑚𝑎𝑥

La détermination de la teneur en eau après 4 jours d'immersion


𝑃ℎ𝑎𝑝𝑟è𝑠 𝑖𝑚𝑚𝑒𝑟𝑠𝑖𝑜𝑛−𝑃𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑠𝑒𝑐
W%= 𝑃𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑠𝑒𝑐
× 100

Poids humide après immersion=poids total après immersion – tare


𝟏 𝟏
W% de saturation= (ϒ𝒅 − ϒ𝒔)

ϒs poids spécifique
30

𝑾𝒂𝒑𝒓è𝒔 𝒊𝒎𝒎𝒆𝒓𝒔𝒊𝒐𝒏
Degré de saturation
𝑾 𝒅𝒆 𝒔𝒂𝒕𝒖𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏

Gonflement linéaire (∆𝒍) : est la différence de la lecture du comparateur entre le début et la fin de
l'imbibition. On détermine le gonflement linéaire relatif en pourcentage de la hauteur de l'échantillon
∆𝒍
G= 𝒍 × 𝟏𝟎𝟎 avec pour cet essai l=127mm

Indice portant CBR lors du poinçonnement de l'échantillon on note les pressions. L'indice CBR
est le rapport exprimé en % de la pression obtenue sur l'échantillon à la pression obtenue sur le matériau
de référence pour un même enfoncement.

Pour le calcul on relève sur la courbe tracée les contraintes qui correspondent à 2,5mm et 5mm
d'enfoncement du piston soit :

 A 2,5 mm,

On prend la lecture de comparateur sur 1000 ; on se réfère sur l'abaque de la déformation/force appliquée.
Cette valeur on la divise par 13,6 et on multiplie par 100

Le 13,6 est la valeur de la roche de Californie de la presse

 A 5mm

On fait la même chose mais on utilise la valeur de la roche de Californie est de 20,3

La valeur de CBR est la valeur la plus élevée de 95%( 5× 𝟐𝟓)

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe VIII

C. DCP ( Dynamic cone penetrometer)


Le Pénétromètre DCP (Dyna-mic Cone Penetrometer) est un appareil conçu par le
TRL(Transport Research Laboratory),pour l’évaluation rapide des caractéristiques structurelles de sous
couches de chaussées en matériaux non liés. La prospection peut être réalisée jusqu’à une profondeur
d’environ 850 mm ou, avec des tiges d’extension à une profondeur recommandée jusqu’à 2 m. Lorsque
des couches ont des résistances différentes, il est possible d’identifier les liaisons et d’en estimer les
épaisseurs. Des corrélations ont été établies (Van Vuuren, Kleyn et Van Heerden, Smith et Pratt) entre les
mesures DCP et les essais CBR (California Bearing Ratio) qui peuvent être utilisées et appliquées dans la
conception d'une chaussée. Avec la norme DIN 409

Le pénétromètre DCP comporte :

 La Masse de 8 kg, hauteur de chute 575 mm,


 L’Enclume avec tige de guidage,
 Une tige de pénétration avec cône de diamètre 20 mm à 60° Outils,
 Une colle et accessoires
 Dimensions du coffret : 1200 x 350 x 200 mm
 Poids : 30 kg
31

F IGURE 10.DCP IN SITU


Le DCP correspond au CBR in-situ permet de déterminer le pourcentage de portance.

Le principe consiste à un enfoncement de la tige en fonction du nombre des coups, c'est-à-dire chaque
après cinq coups on enregistre l’enfoncement de la tige en cm.

T ABLEAU 3 LES DONEES DE DCP


Nombres Enfoncement
des coups en cm
5 20
10 30
15 35
20 40
25 50
30 55
35 61
40 64
45 71
50 73
55 76
60 78
65 79
70 81
75 84
80 84
Lorsque l’on effectue cinq coups et l’on remarque que la tige ne dépasse plus 3mm, on dira qu’on a atteint
la résistance.

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe IX


32

II.6. ESSAI GEOMECANIQUE


A. PENETROMETRE DYNAMIQUE (NF P94-115 et NF P94-11)
a. Définition
L’essai pénétromètre dynamique est un essai géomecanique qui donne une indication qualitative
sur la résistance du sol.

b. Objectif de l’essai
Le pénétromètre dynamique est un moyen simple, rapide et économique d’investigation de sol in situ. Il
permet :

- D’apprécier de façon qualitative la résistance des terrains traversés et de prévoir la réaction du


sol à l’enfoncement du pied ;
- Déterminer l’épaisseur et la profondeur des différentes couches de sol ;
- D’effectuer le contrôle de compactage ;
- Estimer une caractéristique de portance, la résistance dynamique des pointes ;

c. Spécification de l'appareil
L'appareil est constitué : la masse de mouton de 10kg, Enclume de 3,100kg, goujon de 0,04kg, tige de
2,16kg, la pointe de 0,20kg, la guide de chute de 2,5kg avec 50 cm d'hauteur

d. Principe
Il consiste à enfoncer dans le sol par battage ou bien à faire pénétrer dans le sol des tiges ou tubes
métalliques à l’aide d’un mouton tombant en chute libre.

Pour une énergie de battage constante, on compte le nombre des coups des moutons correspondants à un
enfoncement donné (20cm).

La résistance dynamique (Rd) s’exprime en bars et est déduite par la formule dite des hollandais :

𝑴²×𝑯
Rd= (𝑲 × 𝒏) avec K=
𝑺×𝒆 (𝑴+𝑷)

Avec, - M : poids du mouton en kg ;

- H : hauteur de chute en cm quand la masse de mouton tombe sur son propre poids ;
- S : Section de la pointe en cm² ;
- e : l’enfoncement de la pointe en cm ;
- P : poids mort battu quand on commence l’essai ;
- n : le nombre de coups de mouton pour un enfoncement de 20 cm ;
( 𝟏𝟎)×(𝟓𝟎)
K= (𝟏𝟎)×(𝟐𝟎)×(𝟏𝟎+𝟕,7)= 1,412Kg/cm²

Les résultats obtenus sont présentés sous forme des graphes des coordonnées rectangulaires avec
en abscisse les résistances dynamiques Rd exprimé en (MPa) et en ordonnée les profondeurs en mètre.Les
caractéristiques de pénétromètres dynamiques utilisés sont les suivantes : M=10Kg, H= 50cm, S=10cm²,
e=20cm, et P=7,7Kg, On peut également avoir un poids supplémentaire de 1m= 2,16Kg. Il est donc facile
de calculer toutes les valeurs de K en fonction de variation de P(Profondeur).

e.Calcul de la contrainte admissible


La contrainte admissible est déduite des essais de pénétromètre dynamique par la formule ci-après
proposé par l’Hermenien :
33

𝑅𝑑
σa = Avec Rd : la résistance de pointe dynamique et 20 le coefficient sécuritaire dans le cas de fondation
20
superficielle. Pour la deuxieme tige on fait P+M+Goujon+poids de tige

𝑀²×𝐻
K=𝑆×𝑒 (𝑀+𝑃+𝑔𝑜𝑢𝑗𝑜𝑛+𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝑡𝑖𝑔𝑒)

25
La formule générale K=(𝑃+𝑀)+2,2

F IGURE 11.PENETROMETRE DYNAMIQUE SUR LE SITE DE SAKE


f.Interprétation et Expression des résultats

On constate qu’en surface il y a une certaine résistance qui peut être dû aux remblais de sol que
piétinement les passagers, dès qu’on descend à 40cm elle devient faible car on a la couche meuble ; il
faudra effectuer alors plusieurs coups pour rencontrer la roche.
T ABLEAU 4 LES DIFFERENTES VALEURS D ’ENFONCEMENT, LES RESULTATS SONT PRESENTES SELON LA FICHE EN
ANNEXE X

PENETROMETRE DYNAMIQUE 1
Profondeur Coefficient N° des coups Rd (MPa) σa(MPa)
0,0 1,41 0,0 0,0 0,0
0,2 1,41 41 57,81 0,3
0,4 1,41 6 8,46 0,04
0,6 1,41 1 1,41 0,007
0,8 1,41 3 4,23 0,021
PENETROMETRE DYNAMIQUE 2
0,0 1,41 0,0 0,0 0,0
0,2 1,41 41 57,81 0,3
0,4 1,41 59 83,19 0,42
0,6 1,41 12 16,92 0,08
0,8 1,41 4 5,64 0,03
34

B. ESSAI A LA PLAQUE
a. but de l'essai
Déterminer le module de compressibilité(Me) d’un terrain compacté s'exprimer en Kg/cm2

b. Domaine d'application
Ce module est plus important dans les travaux routiers car il permet de savoir, si le compactage est bon et
mauvais

c. principe
On doit améliorer la plateforme pour éliminer les impuretés d'avoir la stabilité du terrain

Les différentes valeurs correspondent à de module de compressibilité, selon les différentes couches :

 Plateforme : Me doit être≥ à 1000 𝐾𝑔/𝑐𝑚2


 Couche de fondation Me ≥ à 1500𝐾𝑔/𝑐𝑚2
 Couche de base Me ≥ à 2500𝐾𝑔/𝑐𝑚2
d. Matériels
 Les comparateurs pour lire l'enfoncement de la couche
 L’anneau dynamométrique pour lire les différentes de pressions exprime en Kg/cm2
 Un triangle sur lequel sont fixés les comparateurs
 Dispositif d'allongement pour permettre la réalisation de l'essai
 Un disque de 30cm de diamètre sur lequel repose l'ensemble du matériel
e. Mode opératoire
 La surface doit être lissée et plane
 On dépose un disque,On met la crique au-dessus du disque
 Puis on installe le triangle sur lequel sont ajustes les comparateurs
 On doit faire à sorte que les comparateurs touchent le disque
 Puis on commence à monter la crique,On remet les comparateurs et l'anneau à 0
35

F IGURE 12.E SSAIS A LA PLAQUE


f.Expression de résultat
∆𝑃×𝐷
Me= ∆𝑆
avec ∆𝑃 𝑑𝑖𝑓𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑛 𝑘𝑔/𝑐𝑚2𝑑𝑜𝑖𝑡 𝑒𝑡𝑟𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠 é𝑔𝑎𝑙𝑒 à 1 𝑘𝑔/𝑐𝑚2

Me module de compressibilité en kg/cm2

∆𝑆 𝑒𝑛𝑓𝑜𝑛𝑐𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑢𝑐ℎ𝑒 𝑒𝑛 𝑐𝑚

D diamètre du disque est 30cm

∆𝑆 = 𝑙𝑎 𝑑𝑒𝑟𝑛𝑖è𝑒 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 − 𝑙𝑎 𝑠𝑢𝑖𝑣𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑑𝑢 𝑝𝑟é𝑐𝑒𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒

Pour la première position

∆𝑠=0,128-0,071=0,057 cm
1×30
Me=0,057 = 526𝑘𝑔/𝑐𝑚2

Pour la deuxième position


36

1×30
∆𝑠=0,177-0,08=0,037 cm Me= = 811𝑘𝑔/𝑐𝑚2
0,037

Les résultats ne sont pas satisfaisant pour la couche de la plateforme car Me doit être ≥
à 1000𝑘𝑔/𝑐𝑚2 donc la couche doit être récompactée pour atteindre le module de compressibilité.

Ce sont les valeurs de ∆𝑠 qui vont nous permettre de tracer la courbe

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe XI


37

II.7. ESSAIS HYDROGEOLOGIQUES


A. Essai Porchet
a. Définition
L’essai porchet s’effectue sur terrain non saturé c'est-à-dire on mesure la variation de la baisse de l’eau
en fonction du temps et cela se fait dans les terrains meubles. Il s’agit d’un essai hydrogéologique qui
permet de mesurer la perméabilité K. dans notre cas l'essai a été effectué à Munigi Norme NFP94-093

b. Matériels utilisés et mode opératoire de l’essai


- Tuyau PVC de 50 cm de hauteur de 10 à 8 cm de diamètre ;
- On creuse un trou dans le sol meuble non saturé, ce trou est d’environ 70cm et là-dedans, on
introduit un tuyau PVC qui s’arrête à 50cm
- On remplit l’eau jusqu’ à la surface du tuyau ;
- On mesure la baisse de la hauteur d’eau en fonction du temps, à chaque fois après deux minutes ;
jusqu’à ce que la quantité d’eau s’infiltre ;
- La perméabilité s’exprime par la formule suivante :
Ʃ𝒉×𝒏
K= 𝒕
avec n : nombre de fois qu’on a mesuré la hauteur, il s’exprime en m/s

t : temps en seconde et h : la hauteur mesurée

F IGURE 13.L A DETERMINATION DE LA PERMEABILITE


38

T ABLEAU 5 LES DIFFERENTES VALEURS DE L 'ESSAI


Temps en seconde Hauteur en cm

2 10

4 15

6 20

8 24

10 28

12 31

14 34

16 37

18 41

20 43

22 45

24 47

26 49

28 53

30 56

32 58

34 61

36 62

38 64

40 65

42 65,5

44 66

46 67

48 67,5

50 67,9

52 68
39

54 69

56 69,5

K=0,22m/s

Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe XII

B. Essai LEFRANC (Norme NFP 94-131)

C’est un essai qui s’effectue pendant le sondage géomecanique dans un terrain meuble au-dessus
de la nappe et en dessous de la nappe, on effectue l’essai NASBERG. Il s’effectue en régime permanent,
soit par pompage ou par injection d’un débit constant Q au niveau d’une poche de longueur L.

La méthode Lefranc est utilisée dans le cas de terrains meubles (éboulis, alluvions,
moraines). Lors de la réalisation d’un sondage, sur des tranches successives du
terrain. Chaque tranche est testée, sur une hauteur de 0,5 à 2 m (« lanterne »), où le
terrain, à nu en fond et sur les parois, est isolé en partie supérieure par un tubage
plein ou un obturateur.

Ses capacités d’absorption sont évaluées en pompant ou en injectant dans la


lanterne un débit d’eau constant, jusqu’à stabilisation du niveau dans l’ouvrage. Il s’agit
dans ce cas d’un essai à niveau constant, adapté aux sols perméables (K > 10–4 m/s–1).
On peut aussi prélever ou injecter un volume d’eau donné dans la lanterne et
suivre, en fonction du temps, les variations du niveau dans l’ouvrage.

Il s’agit alors d’un essai à niveau variable, adapté aux sols peu perméables (K < 10–4 m/s–1). Le
calcul de la perméabilité K se déduit des suivis du débit injecté ou prélevé et
des rabattements obtenus. Il prend aussi en compte les caractéristiques géométriques de la lanterne
(hauteur et diamètre).

C. Essai Lugeon (norme NFP94-131)


La méthode Lugeon est utilisée dans les massifs rocheux plus ou moins fracturés
(calcaires, grès, granites) et consiste à injecter de l’eau sous-pression dans des
tranches de terrain de 2 à 5 m de long, isolées en partie supérieure par un obturateur.
On mesure le débit injecté pendant un intervalle de temps déterminé (5 ou 10 min),
en augmentant la pression par paliers (de 1 à 10 bars), puis en la réduisant suivant les
mêmes paliers.

On calcule le volume d’eau injecté et on en déduit l’absorption du terrain en L/min et par mètre
linéaire de sondage aux différentes gammes de pression. Le lugeon caractérise cette valeur sous une
pression de 10 bars et l’on admet généralement que son unité correspond à une perméabilité de l’ordre de
1,5.10–7 m/s–1.

les sondages fournissent les informations en trois phases notamment :


40

- Pendant le forage, ici on note la vitesse d’avancement qui traduit la dureté de la roche. La chute
brisque qui indique la rencontre des cavités ou des passes boueuses de retour de l’eau d’injection
car la roche n’est pas fracturée.
- Examen des échantillons ramenés à la surface ;
- Observations et essais réalisés dans le trou ;
41

CHAPITRE III : ESSAI PHYSICO-CHIMIQUE


FORMULATION DU BETON
Méthode inventé par DREUX-GORIS

Notre problème est la détermination du dosage en eau, à granulat et à ciment dans 1m3. C'est-à-
dire dans un mètre cube de béton, quelle quantité de granulat, de ciment, de sable et d’eau qui y trouve

1. DOSAGE A CIMENT
Le dosage à ciment donne le type de béton qu’on veut confectionner. Il existe des bétons 350,
300, 250, 200, 150, 400, 450, ces nombres représentent le poids en Kg des ciments qu’on veut mettre dans
un mètre cube de béton.
Donc un B350 signifie dans un mètre, on met 350Kg d’où sept sac de ciment.
Ce dosage en ciment dépend de la résistance à la compression souhaitée et de la classe de ciment
utilisée. Pour un ciment de résistance 32,5N et un B350 devrait avoir une classe de résistance C20-25
c'est-à-dire une éprouvette cylindrique doit avoir une résistance à 28jours au moins de 20Mpa et 25Mpa
pour une éprouvette cubique.
T ABLEAU 6 CLASSIFICATION DE CIMENT
Dosage Classe de ciment Classe de résistance
B350 32,5N C20/25
42,5N C25/30
B300 32,5N C15/20
42,5N C20/25
B250 32,5N C12/15
B400 32,5N C25/30
42,5N C30/35
B450 42,5N C35/40
Il est à signaler que B200, B150 sont des bétons des propretés.

2. DOSAGE A GRANULAT

Il est déterminé à partir de la courbe granulaire de référence. Sur un graphique d’analyse


granulométrique de type AFNOR, on trace une composition granulaire de référence OAB ;
- Le point B en l’ordonnée 100% correspond à la dimension D ;
- Le point O c’est l’origine des axes ;
- Le point c’est le point de brisure des coordonnées x y tel que A : (x, y), x : abscisse, ce point est
défini à partir de la dimension Dmax, si D est ≤ 20mm, x=D/2 et si D≥ à 20mm, x est situé au
milieu du segment « gravier » limité par le module 38 (5mm) et le module correspondant à D, on
fait (38+45)/2=41,5 ;
- L’ordonnée y égal : 50-√𝐷𝑚𝑎𝑥+K, K est un terme correcteur qui dépend du dosage en ciment,
de l’efficacité de serrage (vibration) et de la forme de granulat ; K=+2 et donc y : 50-5+2= 47
42

a. Ligne de partage

On trace les lignes de partage entre chacun des granulats, en joignant les points à 95% de la courbe
granulométrique du premier granulat au point de 5% de la courbe de granulat suivant et ainsi de suite. On
lira alors sur la courbe de référence, au point de croisement avec la ou les droites de partage, le pourcentage
en volume absolu de chacun de granulat : sable, 8/15 et 15/25.
Normalement c’est le 15/25 qui doit avoir un pourcentage élevé, on passe à la correction de la
courbe raison pour laquelle on ajuste en diminuant le % de sable et en augmentant les graviers, on obtient
alors : sable (35%) ; 8/15 (20%) et 15/25 (45%). Le volume de l’ensemble de granulat est : V
granulat=1000γ-c, avec γ : le coefficient de compacité qui est fonction de Dmax et c : le volume de ciment

Il faut savoir que le γ spécifique du ciment est égal à 3,1, cependant c volume du ciment=C/3,1 avec C :
dosage du ciment, le volume est donc égal à : 350/3,1=113litres ;

Volume du granulat=1000γ-113=1000×0,825-113, Vgranulat=712litres

- Sable : 0,35×712=249 litres


- 8/15 : 0,20×712=142 litres
- 15/25 : 0,45×712=320 litres
- Ciment : 113 litres
b. Recherche de l’eau du dosage
On prend toujours que l’eau à mettre dans un mètre cube de dosage techniquement on fait le dosage du
ciment divisé par deux. Exemple : 350kg :2=175litre d’eau

c. Recherche du rapport pondéral C/E


Il faut en premier lieu évaluer approximativement le rapport C/E (dosage en ciment/dosage en
eau totale sur matériau secs) en fonction de la résistance moyenne espérée.

𝐶
FCm=KDG×FCE× (𝐸 − 0,5)

Avec fCm la résistance moyenne en compression à 28jours, FCE la classe vraie du ciment à 28jours en MPa,
C le dosage en ciment en Kg/m3 et KDG le coefficient granulaire qui est de 0,55. Supposons notre FCm
de 27Mpa.

350 6256,25
On aura : 27=0,55× 32,5( − 0,5) = E= qui donne E= 174litres
𝐸 35,9375
43

3. ESSAI D’AFFAISSEMENT AU CONE D’ABRAMS


a. But de l'essai
Cet essai nous permet d'apprécier la maniabilité du béton (granulat < 25 mm) Cette maniabilité
dépend surtout : de la quantité d'eau, davantage d'eau entraine béton plus maniable ; de la provenance des
granulats ; toutes choses égales par ailleurs, les granulats roulés donnent des bétons plus maniables que
le concassés.
Cet essai est fait selon la norme NFP18-459
b. Domaine d'application
Plusieurs ouvrages d'art

c. Principe
Le remplissage s’exécute en trois couches tassées avec une tige d’acier de 16 mm de diamètre
dont l’extrémité est arrondie. A raison de 25 coups par couche, on soulève ensuite les moules avec
précaution et on mesure l’affaissement.
d. Appareillage
 Le cône d'abrams
 Soignées de préhension au 2/3 de la hauteur
 Plaque de base
 Dispositif de fixation
 Pratique de mesure, avec règle graduée
 Tige de piquage, acier doux, diamètre de 16 mm, longueur de 60cm, avec extrémité
hémisphérique
 Eventuellement, entonnoir pour introduire le béton

e. Mode opératoire
 Huiler légèrement le moule, et humecter la plaque de base. Fixer le cône sur la plaque
 Remplir le cône de béton
3couches de hauteurs sensiblement égales ;
Chaque couche piquée (traversée) de 25 coups de tige
Arroser la dernière couche avec la tige de piquage
 Démouler (soulever sans lenteur, excessive, et sans brutalité)
 Laisser le mouvement d'affaissement se stabiliser (1minutes environ)
Mesurer la nouvelle hauteur h2, au point le plus haut du béton

f. Interprétation et expression de résultat


Pour contrôler le béton c'est-à-dire vérifier la quantité d’eau, on utilise le cône d’Abrams.

T ABLEAU 7TYPE DE BETON EN FONCTION DE L 'AFFAISSEMENT


Béton Affaissement en cm
Béton fermé 0 -4
Béton plastique 5–9
Béton trop plastique 10 -15
Béton fluide Supérieur à 16

Les valeurs des litres, on le réduit en Kg :


- Sable : 249 litres×2,53= 630kg ;
44

- 8/15= 142 litres×2,7= 383 kg ;


- 15/25= 320 litres× 2,63= 842 kg ;
- Ciment : 350kg
- L’eau : 175 litres
- Affaissement : 6 – 9 cm ;
Nous allons utiliser les moules cubiques de volume (20×20×20) donc le volume est égal à
8000cm3 et comme on a trois moules on multiplie le volume par trois, qui donne un volume final de
24000cm3. Qui devient après conversion 0,02m3.

Nous allons ensuite ramener les quantités des granulats au volume du moule utilisé vu que nous n’allons
pas utiliser sept sacs de ciment, on fera alors :

- Sable : 630 kg×0,02= 13kg


- 8/15 : 383kg×0,02= 8kg
- 15/25 : 842kg×0,02= 17kg
- Ciment : 350 kg×0,02= 7kg
- Eau : 175 litres×0, 02 = 4 litres
La norme prévoit toujours que ces quantités soient multipliées par le coefficient de sécurité, dans notre
cas ce coefficient est de 1,5 ; on obtient alors :

- Sable : 13kg×1.5= 20kg


- 8/15 : 8kg×1,5= 12kg
- 15/25 : 17kg×1,5= 11kg
- Ciment : 7 kg×1,5= 11kg
- Eau : 4×1,5= 6litres
Pour déterminer le volume de 20× 20 pour le cube V=(𝐿 × 𝑙 × 𝐻)
V=(20 × 20 × 20)=8000cm3

 La surface comprimée est égale à (20 × 20) =400cm2, la surface comprimée c'est une surface
qui va subir la charge quand on sera entré de comprimer
 La charge de rupture(KN)
 𝜎:La contrainte(Mpascal)

𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑢𝑝𝑡𝑢𝑟𝑒
𝜎= × 10
𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑖𝑚é𝑒

La résistance du béton dépend de matériau utilisé, de la vibration (annule les volumes de vide qui se trouve
dans le béton)

Avant écrasement on doit :

 Peser pour trouver le poids en gramme


𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝑙 ′ é𝑝𝑟𝑜𝑣𝑒𝑡𝑡𝑒
 On cherche la densité 𝛾 = 𝑙𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑑𝑒 𝑙′ 𝑒𝑝𝑟𝑜𝑢𝑣𝑒𝑡𝑡𝑒
 Cette résistance dépend également de la propriété de sable, granulat utilisé, la qualité du ciment
utilisé

La charge de rupture de notre béton fabriqué est de 580MPascal et le volume est de 400cm3
580
𝜎 = 400 = 14,5 𝑀𝑝𝑎𝑠𝑐𝑎𝑙 Pour le premier béton
45

550
𝜎= = 14𝑀𝑝𝑎𝑠𝑐𝑎𝑙 Pour le deuxième béton
400

On a utilisé la presse manuelle à 7 jours de l'écrasement de notre béton

 la résistance d'un béton à 28 jours doit être de 25 Pascal


 à 7 jours on doit prendre 70% de 28 jours

Notre béton a une résistance de 14,25 Mpascal à 7 jours

Pour ramener la résistance aux jours voulus on fait


𝜎𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠 1,77
𝜎 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠 𝑖𝑛𝑐𝑜𝑛𝑛𝑢
= 2,92 − √log 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠

Par exemple à 17 jours on a une résistance de 22Mpascal et on veut connaitre la résistance à 7 jours

On fait :
22 1,77
𝜎7
= 2,92 − √log 17 . La résistance à 7 jours est de 17 Mpascal

4. Coefficient de forme
La forme des granulats a une incidence sur la maniabilité du béton. La forme la plus souhaitable
se rapproche de la sphère, une mauvaise forme (aiguille, plat) nécessite une quantité d’eau plus élevée et
peut provoquer des défauts d’aspects.

La forme d’un granulat est défini par :

 Sa longueur L ;
 Son épaisseur E qui est le plus petit écartement d’un couple des plans tangents parallèles ;
 Sa grosseur G ;

Le coefficient d’aplatissement A qui caractérise la forme des granulats à partir de leur plus grande
dimension et de leur épaisseur, est par définition le pourcentage d’éléments tels que G/E≥ 1,58 (G
représentant en fait la dimension de la maille carrée minimale au travers de laquelle passe l’élément.

Le coefficient de forme devrait être≤ à 20% pour les granulats de D>à 10mm et ≤ à 25% pour ce dont D≤
à 10mm.

Le coefficient d’aplatissement (A)=%G/E≥ 1,58

Le résultat dans l’annexe XIII


46

F IGURE 14.FORMULATION DU BETON ET IMMERSION DU BETON

F IGURE 15.ECRASEMENTS DU BETON


Les résultats sont présentés selon la fiche en annexe X IV
47

CONCLUSION
Au terme de notre stage au laboratoire national des travaux publics de l'office de routes de Goma
où nous avons été initiés et encadré à différents niveaux d’exécution des travaux de laboratoire notamment
les essais réalisés durant notre parcours. Il s’agit cependant des calculs des limites d’Atterberg (limites de
consistance), la teneur en eau, poids spécifique, de de forme la formulation du béton, l’équivalent de sable,
l’analyse granulométrique, les essais de résistance du béton à la compression, l'essai Proctor, l'essai CBR,
pénétromètre dynamique, DCP, essai à la plaque, l'essai de porchet et autres essais.

Nous assurons aux futures cadres et techniciens une documentation complémentaire pouvant les
aider durant leur carrière sur le plan pratique. Comme perspectives d’avenir ; nous pensons que
l’université Officielle de Bukavu pourrait renforcer les liens avec l’Office des Routes et d’autres
entreprises de la place dans le but de faciliter aux étudiants l’entrée et la faisabilité des différents travaux
de recherche. Dans le même angle d’idée, l’Université pourrait également créer un laboratoire pouvant
servir et faciliter aux étudiants géologues et géotechniciens la recherche.
48

ANNEXE