Vous êtes sur la page 1sur 2

CHAPITRE VI : ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

(EDD)

I- Définition
L’EDD est une approche de l’éducation nouvelle. Il s’agit d’intégrer les
questions de développement durable dans l’éducation. L’Éducation en
vue du développement durable donne aux individus les moyens de
modifier leur manière de penser et d’agir en faveur d’un avenir durable.
Le rôle attribué à l’école dans ce contexte est alors de « contribuer à
l’émergence d’une citoyenneté environnementale, économique et
sociale ». L’enjeu ici est d’acclimater au contexte scolaire un certain
nombre de questions sociétales. Cette méthode parie sur le fait qu’être
informé est suffisant pour induire chez les élèves l’adoption de
comportements et d’attitudes adéquats. L’idée est d’associer attitude
(bonne pratique) et habitude. Une attitude est ce qui nous incline à
l’action. L’habitude est de faire de cette action une accoutumance.
On tend à améliorer l’accès à une éducation de qualité sur le
développement, afin de transformer la société en réorientant cette
’éducation vers les enjeux du développement durable. L’EDD permet
d'appréhender le monde contemporain dans sa complexité, en prenant
en compte les interactions existant entre l'environnement, la société,
l'économie et la culture.
Cette politique éducative est menée en prenant en compte les grands
enjeux du XXI° siècle, liés, par exemple, aux ressources, au climat, à la
biodiversité, à la croissance démographique et urbaine, ou à
l'alimentation, à la cohésion sociale, à la solidarité internationale et au
développement humain.

II- Comportement citoyen


Il s’agit de prendre nos responsabilités en gardant à l’esprit que ce que
nous faisons aujourd’hui peut avoir des répercussions sur la vie des
individus sur la planète dans le futur et compromettre le développement
durable.
L'écocitoyenneté, amalgame d’écologie et de citoyenneté, est la
conscience écologique d'appartenir à un certain environnement et de ne
pas le polluer pour le conserver sain. Il faut développer des

1
comportements, des bonnes pratiques favorables à l’environnement, des
gestes écocitoyens afin de créer un monde plus durable. L’émergence
d’une citoyenneté active et responsable permet une« implication des
citoyens à l’élaboration du développement durable ».
Au-delà de ces aspects environnementaux, c’est aussi un engagement
social et éthique. Les principes de saine gestion consistant à ne pas
affecter l’avenir au nom de l’immédiat.

III- Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)


Les entreprises peuvent à être à l'origine de nombreuses activités
polluantes.
Il s’agira pour les entreprises d’avoir une conscience écologique
d'appartenir à un certain environnement de ne pas le polluer et de le
conserver sain. Les principes de saine gestion consistant à ne pas
affecter l’avenir au nom de l’immédiat.
La RSE est un « concept dans lequel les entreprises intègrent les
préoccupations environnementales dans leurs activités ».
L’éco-responsabilité, c’est prendre en compte dans l’organisation de
l’entreprise des éléments suivants :
 respecter les réglementations ;
 L’anticipation des impacts environnementaux ;
 maîtriser les risques de pollution du site ;
 La réduction des émissions de gaz à effet de serre ;
 La réduction et la gestion des déchets ;
 La maîtrise de la consommation énergétique.
Cela permet à l’entreprise de :
 se différencier par rapport à la concurrence ;
améliorer et valoriser l'image de l'entreprise vis à vis des riverains, de la
collectivité, de la société. Il s’agira pour l’entreprise d’intégrer uns
système de gestion environnementale dans le management global de
leur organisation.

Vous aimerez peut-être aussi