Vous êtes sur la page 1sur 7

La Voie Internationale au Congo

Comité Exécutif

Briller comme des flambeaux: Dieu est notre Père


Le but de cet enseignement est de briller en vivant pleinement notre relation avec notre
Père céleste. Dans notre administration de la grâce, la relation avec Dieu comme Père
commence par la nouvelle naissance. Romains 10 : 9. La nouvelle naissance fait de nous des
enfants de Dieu et nous donne accès à Dieu, notre Père.

Ephésiens 2 : 18 :
Le mot grec traduit par avoir accès ici veut dire : être conduit ou amené en présence de
quelqu’un. Nous avons été amenés en présence de Dieu par les accomplissements de Jésus-
Christ. Par ces accomplissements, Dieu nous a rendus justes (1 Corinthiens 1 : 30), nous
donnant ainsi le droit de rester en Sa présence sans nous soucier de nos péchés, de notre
culpabilité, de notre incapacité et de notre imperfection. Chaque enfant de Dieu a cet accès
libre, direct et permanent à Son amour, Ses ressources et Son attention. Une autre façon de
le dire se trouve en Romains 8.

Romains 8 : 15 : … Abba, Père !


Le mot recevoir dans ce verset est lambanô, recevoir en manifestation. Lorsque nous
opérons l’esprit, spécifiquement ici par la manifestation de parler en langues, nous disons à
Dieu, par l’esprit « Abba, Père ». Que veut dire cela ? Le premier homme ayant utilisé cette
expression en s’adressant à Dieu fut Jésus-Christ.

Marc 14 : 36 :
Jésus s’adressa à Dieu en disant « Abba, Père ». Cette expression unique n’est utilisée nulle
part de Genèse à Malachie pour s’adresser à Dieu. Le mot grec abba vient de l’araméen aba.
Son origine se réfère aux paroles d’un bébé qui apprend à appeler son père. Ils traduisent
l’innocence du cœur du bébé et ont une valeur inestimable au cœur du Père. C’est une
expression affectueuse d’un enfant à son père. Le mot français proche d’abba serait
« papounet ». Selon un Dictionnaire, « papounet » est un mot composé de "papa", "-oune"
(diminutif marquant l'affection) et "-et" (marquant le masculin).
2

L’utilisation par Jésus-Christ de l’expression « Abba, Père » ici montre la grande liberté et la
grande confiance qu’il avait développées dans sa relation avec Dieu. Et Dieu le lui rendait si
bien. D’ailleurs ici en Marc 14 : 36, Jésus-Christ faisait face à une pression intense comme il
devenait conscient des souffrances atroces qui l’attendait. Il expliqua ouvertement et
librement son cœur au Père par la prière et lui demanda s’il était possible d’accomplir le plan
de la rédemption de l’homme par un autre moyen que sa mort sur la croix. Dans le récit
parallèle en Luc 22 : 43, Dieu lui répondit en lui envoyant un ange au milieu de la prière pour
le fortifier, parce qu’il n’y avait pas de plan B. Quelle relation de confiance et d’assurance !

Ce que Romains 8 : 15 nous dit c’est que nous aussi avons le droit d’utiliser l’expression
« Abba, Père », dans la vie quotidienne ; nous aussi avons le droit d’appeler le Créateur des
cieux et de la terre Papounet ; nous aussi avons le droit de développer une relation de
grande liberté, de grande confiance et de grande intimité avec Dieu. Cela est disponible. En
fait, c’est cela Sa volonté. Son désir ardent d’avoir une relation intime avec chacun de Ses
enfants est la seule raison de toute la création. IL désire des fils et des filles qui L’aiment, non
par force ou par obligation, mais parce qu’ils le désirent.

Romains 8 : 15, 16 :
Comme Jésus-Christ, chacun de nous peut développer avec Dieu une relation de père à fils
très intime, très unique, très familière et très relax. Chacun a le droit de faire de Dieu son
Papounet. Chaque fois que nous parlons en langues, le verset 16 dit que Dieu Qui est Esprit
témoigne à Son esprit en nous que nous sommes Ses enfants. Dieu a fait tout ce qui était en
Son pouvoir pour rendre possible une relation intime pleine avec Lui.
Le mot grec pour enfant ici est teknon, enfant affectionné. Souvenez-vous, Dieu a dit à Jésus
le jour de son baptême : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute ma confiance ».
Nous voyons Ici que chaque fois que nous parlons en langues, Dieu témoigne dans une
communication parfaite à Son esprit en nous que : « tu es mon fils (fille) bien-aimé ; en toi
j’ai mis toute ma confiance ». Dieu a mis 100% de Sa confiance en nous. La question est :
avons-nous confiance en Lui ?

Romains 8 : 17 :
Chaque fois que je parle en langues, Dieu témoigne à Son esprit en moi que je suis aussi Son
héritier, partageant à 100% ce qu’IL a donné à Jésus-Christ ressuscité. 1 Corinthiens 3 : 21-23
3

dit : « car tout est à vous, soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la
mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir. Tout est à vous ; et vous êtes à Christ,
et Christ est à Dieu ». C’est clair. Tout est entre nos mains aujourd’hui.
Être juste né de nouveau ne garantit pas une relation intime avec le Père céleste. Ce n’est
pas automatique. Nous devons faire le choix de Dieu comme notre Père céleste et vivre ce
choix en partageant pleinement avec Lui, pour bénéficier pleinement de cette relation.

Vous et moi pouvons développer avec Dieu une relation encore plus profonde que celle
qu’avaient Abraham (qui fut appelé l’ami de Dieu), Moïse (à qui Dieu parlait comme un
homme parle à son ami) et David (que Dieu appela l’homme selon Mon cœur). Nous le
pouvons parce que nous sommes Ses enfants affectionnés, Ses héritiers, Sa famille, Ceux qui
ont un accès libre et permanent à Lui. Mais cela n’est pas automatique. C’est à chacun de
nous de faire le choix de faire du Père céleste son Papounet et de se discipliner à vivre ce
choix. Comment ? Ce sera l’objet de notre prochaine communion.
./.
Vous et moi pouvons développer avec Dieu une relation plus profonde que celle avec
n’importe quel croyant de l’Ancien Testament. Mais c’est à chacun de nous de faire le choix
de faire du Père céleste son Papounet et de se discipliner à vivre ce choix.
Nous faisons le choix de Dieu comme Père céleste en nous décidant de faire de Lui notre
Papounet. Comment se discipliner à vivre le choix de faire de Dieu notre Père céleste ? Voici
cinq actions : 1) aller à la Parole, 2) se référer à la Parole comme norme de croyance et
d’action, 3) communiquer avec le Père par la prière, 4) faire valoir ses droits, et 5) parler de
son Père céleste aux autres. C’est de la même façon que Jésus-Christ a vécu son choix.

1. Aller à la Parole
Comment connaissons-nous Dieu Qui est Esprit ? Par Sa Parole qui est Sa volonté pour notre
vie. Et lorsque nous lisons la Parole de Dieu, nous voyons le cœur de notre Père pour notre
vie. Nous apprenons Qui IL est et ce dont IL est capable. Nous apprenons que notre Père
pardonne, est bon, fidèle, amour, lumière… Le résultat est que cela bâtit notre confiance en
Lui et notre relation avec Lui devient plus étroite et plus douce chaque jour.

2. Se référer à la Parole de Dieu comme norme de croyance et d’action


Regardons l’exemple de Jésus-Christ.
4

Jean 5 : 17-19 :
Ces Judéens religieux furent furieux parce que Jésus-Christ affirma être fils de Dieu. Jésus
leur expliqua sa relation avec son Père. Ils furent choqués parce que cela allait à l’encontre
de leur définition de la relation d’un homme avec Dieu. Mais ceci n’arrêta pas Jésus de faire
la volonté de Dieu ni de déclarer les choses que Dieu avait ordonnées de déclarer.
L’expression « égal à Dieu » est un orientalisme. Selon la culture orientale, un fils était égal à
son père dans le sens où il pouvait marcher avec la même autorité et puissance que son
père, aussi longtemps qu’il croyait et agissait à l’intérieur de la volonté de son père. Nous
pouvons agir avec la même autorité, puissance et assurance aujourd’hui quand nous croyons
et agissant conformément à la volonté du Père céleste. Voilà la raison de l’efficacité du
ministère terrestre de Jésus-Christ. Qu’en est-il de nous ?

1 Jean 3 : 1, 2 :
Le mot enfant est encore teknon. Quand sommes-nous enfants affectionnés de Dieu ?
Maintenant ! Dieu a choisi de faire de chacun de nous Ses teknon, par amour et non par
mérite. Profitons-en, parce que Romains 8 : 37 et 39 que c’est grâce à Son amour que nous
sommes plus que vainqueurs, et « rien ne peut nous séparer de Son amour ».
(Verset 1). Le mot connaitre au verset 1 est ginosko, connaitre par l’expérience. Le monde
sera toujours choqué d’entendre qu’il est disponible d’avoir une relation intime, étroite,
confiante et relaxe entre un homme et Dieu maintenant, parce que cela va à l’encontre de sa
définition de la relation entre Dieu et les hommes. Pour expérimenter notre relation étroite
et intime avec le Père céleste il nous faut regarder ce que Dieu dit de nous. Jésus ne s’est pas
regardé comme le monde le regardait : fils de charpentier, ami des gens de mauvaise vie,
etc. Il s’est discipliné à se regarder comme Dieu le regardait « « Tu es mon Fils bien-aimé ; en
toi j’ai mis toute ma confiance ». Et il a cru en cela et a agit en conséquence.
Il en est de même pour nous, parce que nous avons ce témoignage de Dieu. Comme nous
choisissons de croire et d’agir en conséquence, nous voyons clairement notre Père à
l’œuvre ; et cela bâtit notre confiance en Lui. Comme résultat, notre relation avec Lui
devient plus étroite et plus douce chaque jour.

3. Communiquer avec le Père par la prière


La communication joue un rôle majeur dans n’importe quelle relation. Il est dit de Jésus-
Christ en Marc 1 : 30 : « vers le matin, pendant qu’il faisait encore très sombre, il se leva, et
5

sortit pour aller dans un lieu désert (isolé), où il pria ». Lorsque nous prions, nous parlons à
Dieu. En Luc 18, il adressa une parabole à ses disciples pour montrer qu’il faut toujours prier,
et ne point se relâcher. En Luc 22 : 46, il dit à ses disciples : «… levez-vous et priez afin que
vous ne tombiez pas en tentation ».
A notre époque, nous pouvons prier avec l’intelligence et prier aussi avec l’esprit. Comme
Jésus-Christ, nous pouvons prier pour diverses raisons : pour nous décharger sur Lui de tous
nos soucis, pour Lui poser des questions, pour demander des choses pour nous-mêmes et
pour les autres, pour louer et remercier Dieu pour Ses bienfaits, pour Lui parler de notre
journée, pour discuter avec Dieu de nos projets,… Nous n’avons pas de raisons pour ne pas
prier tout le temps. La prière aide à connaitre plus clairement la volonté de Dieu et aussi à
aligner nos pensées et actions sur la Parole de Dieu. 1 Thessaloniciens 5 : 17 nous
commande de prier sans cesse. 1 Pierre 5 : 7 dit que nous pouvons nous décharger sur Lui de
tous nos soucis. Nous pouvons avoir une communication ouverte et honnête avec Lui.
Dieu est Esprit, et cela fait du sens que nous communiquions avec Lui directement par Son
esprit. Lorsque nous parlons en langues, c’est l’esprit en nous qui est en communication
directe avec le Père céleste. Parler en langues est l’audience que nous choisissons de
prendre avec Dieu. Et nous pouvons l’avoir quand nous voulons, 24h/24.

Les plus bavards avec Dieu Le connaitront mieux et jouiront d’une relation plus intime avec
Lui. Dans l’Ancien Testament les croyants ne disaient « Amen » à leur prière que lorsqu’ils
ressentaient le réconfort ou la consolation des écritures dans leur cœur. Philippiens 4 : 7
nous le dit aussi. Et ils n’arrêtaient de prier pour une chose que lorsqu’ils voyaient le résultat
de leur pétition dans le monde des sens. Développer cette attitude aide à bâtir une relation
intime et étroite avec le Père.

4. Faire valoir ses droits d’enfant


En Jean 11, Lazare, un disciple et ami de Jésus-Christ avait été dans la tombe depuis 4 jours.
En réclamant ses droits auprès de Dieu, Dieu lui accorda de le ramener à la vie.

Jean 11 : 41, 42 :
Avant de ressusciter Lazare des morts, Jésus pria à son Père. Il savait que le Père l’a toujours
exaucé, mais il pria à haute voix pour les gens. Quel en fut l’impact ?

Verset 45 :
6

La relation de Jésus-Christ avec le Père attira l’attention et cela ouvrit la porte pour inviter
les autres à bénéficier de cette relation. Quel exemple, quel impact ! Qu’en est-il de nous ?

Actes 9 : 36-42 :
Pierre l’a cru et a agi selon la solution que Dieu Lui donna dans cette situation. Le résultat est
que beaucoup crurent et se convertirent à la Parole.

1 Jean 5 : 14, 15 :
Dieu est toujours à l’écoute. IL n’est jamais trop occupé pour faire attendre Son enfant
Quand nous allons à Dieu, nous L’occupons à 100%. 1 Pierre 3 : 12 révèle que « les yeux du
Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière ». Savoir que notre
Père nous écoute et répond à nos prières bâtit de la force et de la confiance dans notre
relation.

5. Parler du Père céleste à d’autres


Jean 1 : 18 :
En tant que fils, Jésus-Christ fit connaitre ou révéla le Père. Il ôta le voile qui empêchait
l’homme de voir Dieu comme un Père. En tant qu’apôtre, Dieu œuvra en lui pour préparer
les gens à la nouvelle lumière de l’administration de la grâce. Par son enseignement et sa
conduite, il a aidé les gens à changer leur façon de se regarder, non plus comme des
serviteurs de Dieu de l’Ancien Testament mais comme des fils de Dieu du Nouveau
Testament ; il a aussi changé la façon des gens de regarder Dieu, non plus seulement comme
leur Seigneur de l’Ancien Testament mais aussi comme leur Père dans le Nouveau
testament. C’est ce que nous sommes appelés à faire aussi.

Jésus-Christ avait une relation intime très ouverte et étroite avec le Père céleste, nous avons
vu dans la Parole que nous le pouvons aussi. Jésus-Christ avait confiance que Dieu écoute ses
prières ; nous avons vu dans la Parole que nous le pouvons aussi. Jésus-Christ a montré aux
autres comment avoir une relation étroite avec leur Père céleste ; c’est notre travail
aujourd’hui. Pensez-y ! Nous sommes porteurs de lumière et ambassadeurs du Seigneur
Jésus-Christ. Dieu est en Christ et Christ est en nous. Et comme les gens nous voient, ils
voient Christ. Invitons les autres à devenir la famille de Dieu afin qu’eux aussi expérimentent
la joie et la puissance d’une relation intime avec notre Père céleste et brillent comme des
flambeaux pour Lui.
7