Vous êtes sur la page 1sur 38

Les programmes, mécanismes et fonds d’aide aux entreprises, par secteur

Récapitulation des rapports remis


23-03-2011

Domaine du bois et dérivés du bois

Mécanismes d’incubation, encadrement


Dans le domaine du bois et dérivés du bois au Québec, il semble y avoir une forte tendance à
l’accompagnement dans le développement de ces entreprises notamment par les programmes
d’encadrement provinciaux et fédéraux. La référence, mais pas l’unique, qui accompagne les efforts
des gouvernements pour développer des nouveautés et apporter de la valeur ajoutée dans l’industrie du
bois et les dérivés du bois est FPinnovations, leader mondiale dans la recherche de solution dans le
domaine forestier:
« Le programme Valeur au bois finance la recherche visant à mettre au point des produits de bois à
valeur ajoutée nouveaux ou modifiés (planchers, armoires de cuisine, bois d'œuvre assemblé par
entures multiples, etc.). De plus, il offre des conseils techniques pour aider les petites et moyennes
entreprises à adopter de nouvelles technologies. La recherche est dirigée par cinq organismes de
premier ordre dans le domaine du bois au Canada, soit quatre universités et FPInnovations, le plus
grand institut de recherche en foresterie au monde. Les conseils techniques et l'aide sur les marchés
sont fournis par un réseau pancanadien d'experts-conseils qui possèdent une expertise technique. Le
ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec (MRNF) a mis en œuvre une stratégie de
développement industriel axée sur les produits à forte valeur ajoutée. Cette stratégie s'articule autour
de quatre filières dont deux impliquent directement FPInnovations. Il s'agit d'une part, de la filière bois
: des constructions vertes et d'autre part, de la filière de la modernisation de l'industrie. Dans ces deux
filières, FPInnovations coordonne et réalise des activités d'appui aux industries des produits forestiers
(bois, pâtes et papiers, bioraffinage) par le biais des mesures et programmes » .
Plan d’action économique du Canada : Programme valeur au bois
Mode de fonctionnement du programme : « Des idées de recherche sont proposées au Comité
consultatif sur la recherche de Valeur au bois, formé de représentants de l'industrie de la
transformation secondaire du bois de toutes les régions du Canada. Le Comité évalue les propositions
selon leurs retombées possibles pour l'industrie canadienne des produits de bois et il recommande le
financement des idées de recherche les plus susceptibles d'accroître la compétitivité de l'industrie.
Pour obtenir des conseils techniques et de l'aide sur les marchés, les entreprises peuvent communiquer
directement avec un spécialiste de leur région ».
Programmes de subvention
Les subventions sont multiples dans l’industrie, soit de démarrage ou de développement. Pour ce
travail, nous nous concentrerons sur les subventions en lien avec les gouvernements, provinciaux et
fédéraux et FPinnovations.
Programme en lien avec la stratégie d’utilisation du bois dans la construction au Québec :L’objectif de
ce programme est d’appuyer les efforts de recherche, de conception, de développement de
qualification ainsi que l’approbation pour les produits issus de ces recherches, voici une liste des
projets admissibles:
• Projets comportant un risque technologique relativement élevé et un potentiel commercial
relativement important pour l’entreprise et les participants, de même qu’une amélioration de la
compétitivité de ces entreprises ou de l’industrie des produits du bois en général
• Projets de développement de produits, de systèmes ou de procédés nouveaux

1
• Projets dont la réalisation se fera au Québec
• Projets de développement de produits structuraux ou d’apparence destinés au marché de la
construction non résidentielle ou multifamiliale
• Projets s’inscrivant dans une démarche structurée et en lien avec la stratégie d’utilisation du
bois dans la construction au Québec
Dépenses admissibles : les honoraires professionnels; Les frais d’expertise externes; les frais de
déplacement; les frais de subsistance; les frais d’hébergement. Aide financière : 50% des dépenses
admissibles jusqu’à concurrence de 5 000 $
Programme d’accompagnement des entreprises du secteur des produits du bois
La clientèle ciblée : « Les entreprises commerciales œuvrant au Québec dans l’industrie des produits
du bois. Le programme s’applique à tout projet d’investissement (nouvelle implantation, expansion,
conversion, etc.), de modernisation, de réorientation, d’optimisation et de diversification des activités
de production. Le programme s’applique au secteur de la première, deuxième et troisième
transformation du bois, au secteur de la biomasse forestière à des fins énergétiques et au secteur des
biens et services destinés à l’industrie des produits forestiers. »
Dépenses admissibles : activités de transfert technologiques et services techniques
Aide financière : 90% des dépenses admissibles jusqu’à concurrence de 4 000$
Autres programmes d’aide financière, incluant les garanties
Un exemple de programme d’aide financière pour les producteurs forestiers au Québec est RESAM
par l’intermédiaire de leur programme « Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées ». Ce
programme d’aide offre au producteur, possédant une superficie boisée de 4 hectares et plus, un appui
financier diversifié tel qu’un remboursement pouvant aller jusqu’à 80% des travaux suivant : Plan
d’aménagement forestier , Préparation de terrain, Plantation, Entretien de plantation, Éclaircies, Coupe
de jardinage, Voirie forestière, Drainage
D’autre programme sont offert par l’intermédiaire du RESAM tel que le « Programme de
remboursement des taxes foncières » qui permet un remboursement de 85% des taxes foncières
annuelles (scolaires et municipales).

Le « Programme de financement forestier » appuie les producteurs forestier possédant 80 hectares de


terres boisées dans : Constitution d’une unité de production forestière, Le maintien d’une unité de
production forestière, le développement d’une unité forestière
Ce programme offre aussi un appui financier pour les entreprises forestière de service auprès de
propriétaires de boisés, cette appuie financier est destiné principalement pour l’implantation et le
développement de ces entreprises de services.
Le « Programme de financement forestier » offre son aide sous forme de garantie de prêt. Voici les
principaux éléments constituant cette forme d’aide : Le taux d’intérêt est celui du taux hypothécaire
résidentiel, Le montant garantie peut aller jusqu’à concurrence de 500 000$, La durée maximale de la
garantie peut aller jusqu’à 30 ans
Finalement le RESAM offre le « Programme d’aide à l’aménagement des ravages de cerfs de virginie
», 1qui poursuit les trois objectifs suivant : 1) Conserver les peuplements résineux et mélangés qui
servent d'abris aux cerfs; 2) Aménager ces peuplements par des coupes forestières qui favorisent leur
maintien ou accélèrent leur croissance; 3) Sensibiliser les propriétaires de boisés privés au potentiel de
leurs terres comme habitats fauniques et les aider à mettre en valeur ce potentiel.
La financière agricole du Québec par l’intermédiaire de son programme de financement forestier offre
une aide aux producteurs dans le domaine du bois sous forme de prêt pouvant aller jusqu’à 750 000 $.
Investissement Québec offre aussi une garantie de prêt sur des montant allant de 50 000 $ à 15 000
000 $ .
2
Fonds spécialisés pour les prises de participation
GE Capital offre du financement aux entreprises forestières du Québec ; La transformation du bois
étant une industrie manufacturière, les anges financiers ainsi que le capital de risque peuvent être des
fonds pour une prise de participation ; Certaines entreprises sont entrées en bourses pour trouvées du
financement donc les fonds proviennent des particuliers.
Références
BTS technico-commercial
http://www.studya.com/diplomes/COMMERCE/bts_technico_commercial_option_bois_derives.htm
FPinnovations : http://www.fpinnovations.ca/IndusDev_f.htm
GE Capital : http://www.gecapitalsolutions.ca/fr/industries/forestry.asp
Investissement Québec : http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=2128
La financière Agricole : http://www.formulaire.gouv.qc.ca/cgi/affiche_doc.cgi?dossier=1799&table=0
Liste des incubateurs au Canada : http://www.ic.gc.ca/eic/site/sbrp-rppe.nsf/fra/rd02276.html
Plan d’action économique du Canada :
http://www.actionplan.gc.ca/initiatives/fra/index.asp?initiativeId=121
Programme d’aide FPinnovations-gouvernement
http://www.fpinnovations.ca/pdfs/Forintek_ACCOMPAGNEMENT_Produits%20du%20Bois_Stra-
Dev-Ind_FR.pdf
Programme d’aide FPinnovations-gouvernement
http://www.fpinnovations.ca/pdfs/Forintek_DIAGNOSTIC_Construction_Stra-Dev-Ind_FR.pdf
RESAM
http://www.resam.org/programme.php#financement
Soutien à l’industrie des produits forestier
http://www.mrn.gouv.qc.ca/forets/entreprises/entreprises-transformation-soutien.jsp

3
Le secteur des TIC
Programme pour l’innovation :
Soutien pendant la dernière étape de la recherche et du développement, moment auquel une
entreprise amène ses innovations des laboratoires et des présentations à l’étape de la
commercialisation :
⇒ Le Programme Canadien de Commercialisation des Innovations (PCCI) est une initiative visant
les PME canadienne à mettre à l’essai leurs produits et services novateurs au sein du
gouvernement du Canada avant de les mettre sur le marché. Pour favoriser la croissance
économique du Canada, le gouvernement a prévu un budget de 40 millions de dollars pour
soutenir l’innovation dans le secteur commercial. Le PCCI aide les entreprises à l’étape de la
pré commercialisation de leurs produits et services innovateurs. Il les aide en mettant à l’essai
leur produit, il leur attribue des contrats, et leur donne l’occasion de se lancer de façon brillante
sur le marché en leur prodiguant de précieux renseignements. Prioritairement le PCCI vise 4
secteurs : l’environnement, la sécurité, la santé et les technologies. Le programme inclut 4
appels de propositions, le premier lancé sur « MERX » consiste à l’organisation d’événements
et de salons professionnels afin que les entreprises canadiennes puissent présenter leurs
concepts innovateurs aux représentants fédéraux. Le PCCI est géré par Travaux Publics et
services Gouvernementaux Canda (TPSGC) et mise en œuvre par le Bureau des Petites et
Moyennes Entreprises (BPME). Voir : https://achatsetventes.gc.ca/bienvenue
Subventions et mesures fiscales :
Le CRSNG a investi plus de six milliards de dollars dans la recherche fondamentale :
⇒ Le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie (CRSNG) offre des programmes de
subventions qui favorisent l’innovation à 1 400 entreprises canadiennes pour investir dans la
recherche et la formation. Le CRSNG a accordé 54,9 millions de dollars sur trois ans à 122
demandes dans le cadre du concours de subventions de projets stratégiques et de l’initiative en
nouveaux médias. Le montant moyen des subventions est de 150 600 $ par an. Un financement
plus prononcé a été affecté aux technologies avancées de communication et de gestion de
l’information. (http://www.nserc-crsng.gc.ca/NSERC-CRSNG/FundingDecisions-
DecisionsFinancement/SPGResults10-11-ResultatsSPS10-11_fra.asp - tacgi)
L’objectif du CRSNG est de soutenir les étudiants universitaires et stagiaires pour promouvoir la
découverte et l’innovation au Canada. Ceci se fait dans le cadre d’aides financières à plus de 11 800
professeurs d’université chaque année. De plus le CRSNG incite à peu près 1400 entreprises
canadiennes à investir dans la recherche et la formation universitaire.
Constituer des ressources clés pour son entreprise :
 Le Programme de bourses de recherche de 1er cycle en milieu industriel (BRPC) aide les
organismes partenaires à embaucher un chercheur du 1er cycle pour une période de 12 à 16
semaines afin qu'il puisse entreprendre un projet de recherche important pour l'organisme
partenaire d'accueil. La contribution du CRSNG est de 4500 $ pendant un stage de travail de 16
semaines. L'organisme d'accueil conserve tous les titres et les droits issus des travaux de l'étudiant.
Les politiques de l'organisme s'appliquent à toute invention brevetable.
 Le Programme de bourses de recherche en milieu de pratique (BMP Innovation), offert
conjointement par le CRSNG et le Fonds québécois de la recherche sur la nature et les
technologies (FQRNT), permet d’attribuer une aide financière à des étudiants inscrits à la maîtrise
ou au doctorat et désirant réaliser un projet de recherche relié au domaine des sciences naturelles
et du génie dans le cadre d’un partenariat université-entreprise. Pour une maîtrise 7 000 $
par année est attribué par CRSNG, 7 000 $ par année par FQRNT, pendant au plus deux ans, plus
la contribution de l’entreprise d’au moins 7 000 $ par année. Pour un doctorat 9 000 $ par année
provient du CRSNG, 9 000 $ par année du FQRNT, pendant au plus trois ans, plus la contribution
de l’entreprise d’au moins 9 000 $ par année.
 MITACS Accélération : il met en lien l’entreprise partenaire et l’université par le biais d’un
étudiant du cycle supérieur. Les stagiaires apportent leur lumière et leur commentaire sur des

4
problèmes de recherche dans les technologies de l’information à l’aide d’outils, de techniques, et
d’innovations dernier cri. Une moitié de son temps est consacré à l’université pour travailler en
lien avec son professeur « tuteur » et son autre moitié est réservé à son travail dans l’entreprise
partenaire pour mieux saisir les difficultés du problème de recherche. Pour un stage de quatre
mois, l’entreprise verse 7500$ et MITACS fournit la même somme grâce à ses partenaires
fédéraux et provinciaux. De plus longs projets appelleront de plus grosses sommes par le jeu du
même système. Le stagiaire reçoit 10 000$ pendant cette période et 5000 $ servent à couvrir les
dépenses liées au projet.
 Le Programme de bourses postdoctorales de R et D industrielle (BPRDI) aide des organismes
partenaires à embaucher un stagiaire postdoctoral pour une période de deux ans afin qu’il puisse
entreprendre un ou plusieurs projets de recherche importants pour l’organisme. Le stagiaire
postdoctoral sera également évalué en vue d’un emploi éventuel à long terme. La contribution de
CRSNG est de 30 000 $ par année. Les règlements en matière de propriété intellectuelle de
l’organisme s’appliquent. S’il s’agit d’une collaboration professionnelle, les parties doivent
s’entendre sur les détails. L’organisme doit avoir accès à la propriété intellectuelle découlant des
travaux de recherche.
Soutenir le développement et la qualité de l’innovation au sein de votre entreprise :
 Le programme de subventions de Recherche et Développement Coopérative (RDC) vise à
offrir aux entreprises ayant une base d'opérations au Canada l'accès à des connaissances, à des
compétences et à des ressources éducatives uniques dans des universités et des collèges
canadiens, et à former des étudiants pour qu'ils acquièrent les compétences techniques
essentielles requises par l'industrie. On s'attend à ce que les collaborations bénéfiques pour les
parties concernées procurent des avantages économiques ou industriels au Canada. Le montant
de la subvention varie de 10 000 $ à 500 000 $ par année. Les types de partenaires requis sont
les entreprises établies au Canada, les associations industrielles et les services publics.
L'entreprise doit apporter une contribution dont la valeur doit être égale au montant demandé
au CRSNG et elle doit participer au projet.
 D’autres programmes de partenariats industriels existent : http://www.nserc-
crsng.gc.ca/Partners-Partenaires/IndPrograms-IndProgrammes_fra.asp

Des garanties de prêt pour jeunes entrepreneurs :


Structure destinée à financer notamment les dépenses de démarrage, l'achat d'équipements et les
besoins du fonds de roulement :
⇒ La Société d'investissement jeunesse (SIJ) garantit des prêts personnels aux entrepreneurs âgés
de 18 à 35 ans afin d'appuyer financièrement leurs projets d'affaires tels que le démarrage,
l'acquisition ou l'investissement dans le capital-actions d'une entreprise. La SIJ garantit à 100%
un prêt personnel consenti par la plupart des institutions financières. La garantie de prêt
personnel peut atteindre 75 000 $ par entrepreneur éligible selon la structure financière du
projet.
Voir : (http://www.sij.qc.ca/Section.aspx?nav_id=3&lang_id=F)

Subventions et mesures fiscales :


Le Programme de Soutien aux Projets Economiques (PSPE) a pour but d’appuyer des projets
d’investissement et des projets de développement de produits, réalisés par des entreprises québécoises
dans une perspective d’accroissement de la productivité et de création d’emplois. Les dépenses
admissibles pour les projets de développement se situent entre 250 000 $ et 2 000 000 $. Ces projets
doivent présenter un caractère innovateur et offrir un potentiel commercial. Concernant les projets
d’investissement (création d’une nouvelle entreprise ou expansion), les dépenses admissibles se
situent entre 250 000 $ et 5 000 000 $.

5
Le Programme d’Aide aux Entreprises (PAE) vise à appuyer les entreprises qui s’engagent résolument
dans le développement de leur compétitivité et l’accélération de leur croissance. Il permet d’appuyer
financièrement les entreprises aux diverses phases et dans les divers aspects de leur développement.
 Le PAE/VAL (Validation Technique) vise à établir la crédibilité d’un produit novateur, mis au
point au Québec, avant de le commercialiser en réalisant une validation technique. L’aide
financière prend la forme d'une contribution non remboursable pouvant atteindre 40 % des
dépenses admissibles. Les dépenses admissibles comprennent, exclusivement, les honoraires
professionnels et les coûts en matières premières nécessaires à la réalisation des études ou des
tests.
 Le PAE/VT (Vitrine Technologique) vise à lancer la commercialisation d’un produit ou d’un
procédé innovateur, mis au point au Québec, par son installation en situation réelle
d’utilisation chez un client partenaire. L'aide financière prend la forme d’une contribution non
remboursable pouvant atteindre 40 % des dépenses admissibles. Les dépenses admissibles
comprennent, notamment, les salaires et les dépenses d’équipements, de déplacement,
d’hébergement et de séjour liées à la mise en place et à l’entretien de la vitrine ainsi qu’à la
démonstration du produit et à sa commercialisation.
Investissements provenant de Québec :
Développement des affaires électroniques : cette mesure fiscale vise à consolider le développement
des TI. Il s'agit d'un crédit d'impôt remboursable égal à 30 % du salaire admissible versé par la société
à des employés admissibles. http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=2275
Programme Renfort : Les entreprises performantes qui éprouvent des difficultés temporaires en raison
de la conjoncture économique font appels à ce programme pour améliorer leur fonds de roulement ou
financer l'achat d'équipement. Sous forme de garantie de prêt ou un prêt variant entre 250 000 $ et 15
millions de dollars. Le montant minimal de la garantie de prêt ou du prêt accordés par Investissement
Québec est de 250 000 $ ; le montant maximal est de 15 M$. La durée maximale est de 10 ans. La
garantie est de 70 % de la perte. http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=2336
FIERs : Le Fonds d’Intervention Economique Régional est un fonds de développement qui vise à aider
les entreprises à obtenir des capitaux propres aux étapes de démarrage, de développement, de relève et
de redressement. Voir : http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=1771
Développement économique Canada (DEC) : c’est un programme d’aide à l’innovation, la
productivité et l’exportation, il peut couvrir jusqu’à 50% des dépenses admissibles.
Voir : http://www.dec-ced.gc.ca/fra/programmes/index.html

Les investisseurs privés :


Les anges membres sont des entrepreneurs d’expérience qui contribuent au lancement et à la
croissance d’entreprises dans des domaines variés. Individuellement, les anges financiers investissent
en moyenne entre 25 000 $ et 100 000 $ par projet. Lors d’une syndication, l’investissement varie
alors entre 250 000 $ et 1 000 000 $.
Simco technologies : 1 000 000 $
Anomalous Networks : 785 000 $
Voir : http://angesquebec.com/fr/

Les sociétés de capital risque :


L’activité de capital de risque dans les secteurs des TI a une fois de plus dominé les tendances du
marché québécois l’an dernier, 32 compagnies ayant obtenu un total de 121 millions de dollars, soit 31
% de tout le capital investi. Voir : http://www.reseaucapital.com/index.php

6
Le Fonds des travailleurs du Québec (FTQ)
Le fonds de solidarité accompagne financièrement et stratégiquement les entreprises désireuses de
profiter des opportunités de croissance, il aide les entreprises à se développer et à mettre sur pied des
projets créateurs de valeur et contribue à créer et à maintenir les emplois au Québec. Il offre des
financements sous forme de capital actions, et sous forme de dettes non garanties. Le secteur des TIC
dispose d’un vaste réseau national et international de fonds spécialisés dont le fonds est partenaire :
Fonds d'investissement iNovia II, Novacap Technologies III, Vertex III Fund, VantagePoint Venture
Partners 2006, Rho Canada Capital de risque.
Voir : http://www.fondsftq.com/fr-CA/Investissement/Fonds siege social/Technologies de l
information et telecommunications.aspx
La Société Générale de Financement du Québec (SGF) : elle favorise le développement et le maintien
d’entreprises québécoises en TIC et contribuer à des projets structurants pour l’économie du Québec.
La SGF vise la fabrication de logiciels, l’édition et les services et les sociétés ayant développé des
technologies propres.
Voir principaux investissements :
http://www.sgfqc.com/fr/groupes-investissement/technologies-information-
communications/Investissement-groupe.htm
Inno-centre : il accélère le démarrage et la croissance d'entreprises basées sur des technologies de
calibre mondial. Inno-centre est dédiée à la valorisation et à la commercialisation de la recherche.
Voir : http://www.inno-centre.com/
Autre mécanisme :
Le programme de soutien à la francisation par les TIC fournit une aide financière pour les TIC
uniquement. Les sommes peuvent atteindre 50 000 $ pour les entreprises qui emploient de 50 à 99
salariés, pour cela elles doivent être inscrites à l’Office depuis au moins 6 mois et elles doivent être
déjà assujetties à la Chartre de la langue française ainsi elles obtiendront plus rapidement leurs
certificats de francisation. Au contraire celles qui emploient de 11 à 49 personnes pourront l’acquérir
de façon volontaire, bien entendu en prouvant sa conformité aux articles applicables de la Chartre, de
même ce type d’entreprise doit être inscrite à l’Office depuis eu moins 6 mois. Ces subventions sont
mises en place dans le but de faciliter les entreprises à mettre en place un environnement de travail
français à leur personnel et surtout de proposer au public des services de qualité en français. Ainsi les
montants subventionnés par l’Office peuvent atteindre pour les sociétés de 50 à 99 personnes 50% des
dépenses admissibles c’est à dire remplacement des matériels informatiques existants par leurs
équivalents en français ou conformes à la chartre ; et la traduction de leur site web, intranet ou
extranet. Et le pourcentage atteint 75% pour les entreprises qui emploient de 11 à 49 personnes. Une
entreprise admissible ne peut bénéficier qu’une seule fois de ce programme, et ce à hauteur de 50 000$
par entreprise. Voir :
http://www.oqlf.gouv.qc.ca/subventionTIC/subventionTIC.html
http://www.oqlf.gouv.qc.ca/subventionTIC/20092010_tableau.pdf

7
Éolien et autre type d’énergie
1 : Mécanisme d’incubation et encadrement
L’Inno-Centre : L’inno-Centre est un incubateur technologique qui aide des entreprises dans les
secteurs de l’aéronautique, l’agriculture et agroalimentaire, les énergies vertes, les innovations
industrielles et les technologies de l’information et nouveaux média. Il offre une gamme de services
professionnels à ses clients qui sont tant du domaine public que privé.
Évaluation technico-commerciale : Service d’évaluation de la valeur commercial des technologies.
Coaching d'affaires : Service de coaching permettant d’établir un plan stratégique avec l’entrepreneur
et d’établir des échéanciers.
Commercialisation internationale : Service d’aide aux entreprises pour établir des bases commerciale à
l’étranger.
Centech : Centre de l’entrepreneurship technologique : Le Centech a été crée par l’École de
technologie supérieure en 1996 et offre plusieurs services aux sociétés technologiques venant du
domaine universitaire ou privé dans plusieurs domaines dont les énergies vertes.

Les services suivants sont offerts :


Accès aux laboratoires et équipements spécialisés de l'ÉTS gratuitement
Soutien de ressources hautement spécialisées de l’ÉTS
Soutien financier au démarrage d’une entreprise pouvant atteindre 10 000 $
Mentorat technologique et d'affaires
Soutien de conseillers et de professionnels externes
Programme de conférences complet (formation)
Les services de conseillers internes et externes spécialisés en : plan d'affaires, gestion financière,
comptabilité, recherche de financement, droit des affaires, fiscalité, démarches afférentes à la propriété
intellectuelle, communication et marketing, réseaux d'affaires, etc.
Divers services offerts à l'incubateur à prix très avantageux dont, entre autres, un bureau pour votre
social, l'accès commun à une ligne téléphonique, un photocopieur et une imprimante. L'accès à
internet haute vitesse, à une cafétéria, à une salle de conférence, à un atelier d'assemblage et à l'atrium
du Centech est également possible.
Un tarif peu élevé pour l'usage des équipements de laboratoire de recherche de l'ÉTS.
L’hébergement à prix réduit à l'Hôtel de l'Institut pour vous et vos invités.
Une visibilité sur le site Web du Centech avec un lien internet dirigé vers votre entreprise.
Un accès à des documents utiles tels que formulaires, rapports, annuaires de subventions, chiffrier de
prévisions financières, documentation gouvernementale, etc.

Technoparc de Shawinigan : Le Technoparc de Shawinigan a pour mission de valoriser l’économie de


la région et a parmi ses activités la recherche et le développement des technologies de l’énergie et
l’incubation.
Le Technoparc fournit de l’aide technique à des entreprises situées sur ses terrains.

8
Le Technoparc Bromont : Le Technoparc vient en aide à certaines entreprises faisant partie de ses
créneaux, dont celui des énergies renouvelables.Le Technoparc Bromont aide financièrement les
sociétés incubées en leur facilitant le processus pour obtenir des subventions, des crédits d’impôt, de
l’aide au démarrage (seulement en anglais sur le site internet) et offre d’autres services financiers.
En plus des services financiers, le Technoparc offre à ses incubées, des services d’auto construction,
de location, de location avec option d’achats, de construction clef en main, de certification de
localisation, de capacité portante, d’arpentage, d’opération cadastrale, de planification architecturale et
d’affichage autorisé.
2 : Programmes de subvention
Canada : Le PRDE (Programme de recherche et de développement énergétiques) apporte une aide
financière aux entreprises œuvrant dans le développement de technologie énergétique durable pour le
canada.
Subvention du gouvernement canadien dans le domaine de l’énergie renouvelable. écoENERGIE
Québec : Le ministère des ressources naturel du Québec met en œuvre le Programme d’aide au
développement des technologies de l’énergie verte (PADTEV)
L’agence de l’efficacité énergétique met en œuvre le programme d’aide à l’innovation en énergie
(PAIE)
Ontario : Suite à l’accord de libre-échange entre le Québec et l’Ontario signé le 11 septembre 2009, les
entreprises voulant intervenir sur le secteur ontarien ont accès à des subventions offertes par le
ministère du Développement économique et du commence de l’Ontario pour le démarrage de leur
entreprise.
3 Autre programme d’aide financière
Liste de tous les programmes d’aide financière par l’agence de l’efficacité énergétique du
Québec. Aide financière
4 Fonds spécialisés pour la prise de participation
Le Cycle Capital Management (CCM) gère plusieurs fonds qui se spécialisent dans l’émergence des
technologies propres. : Le fonds Cycle Capital et Le fonds d’amorçage Cycle-C3E
5 Autres mécanismes
Le gouvernement du Québec, avec ses partenaires (CCM, investissement Québec et le fonds de
solidarité de la FTQ), a annoncé 42 millions en capital de risque étant prêt à être investi dans les
entreprises technologiques québécoises.
http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Janvier2011/11/c9740.html

9
PROGRAMMES NON SPÉCIFIQUES À UN SECTEUR DONNÉ AUTRES QUE LES
ENTREPRISES TECHONOLOGIQUES

1-Mécanisme d’incubation, encadrement


La mesure de Soutien au travail autonome (STA) offert par les Centres locaux de développement
(CLD) http://www.acldq.qc.ca/ACLDQ
Objectif : Offrir un soutien financier et technique aux personnes désirant créer ou acquérir une micro
entreprise ou devenir travailleur autonome afin de favoriser la création d'emplois durables dans la
région.
Elle vise donc à :
• Soutenir les individus qui ont un projet viable d'entreprise dans la mise en oeuvre de leur projet;
• Favoriser la création d'emplois par la création d'entreprises;
• Offrir aux individus la possibilité de consolider leur activité d'entreprise ou de travailleur autonome
pour qu'ils acquièrent leur autonomie financière;
• Diversifier les économies locales dans un contexte de développement économique stratégique;
• Aider les individus à retrouver leur autonomie financière.
Critères d'admissibilité (les critères d’admissibilité peuvent être différents d’un CLD à l’autre.)
Il faut tout d'abord répondre au moins à une des conditions suivantes :1) être prestataire de la sécurité
du revenu; 2) être prestataire de l'assurance-emploi; 3) avoir été au chômage dans les 36 derniers mois;
4) avoir reçu des prestations de maternité depuis les 60 derniers mois (sans retour au travail); 5)
les personnes « sans emploi et sans soutien financier »;6) les travailleurs à statut précaire.
De plus, le candidat doit :
• Posséder un profil d'entrepreneur;
• Manifester de la motivation pour devenir entrepreneur;
• Posséder une expérience ou des compétences en lien avec le projet;
• Apporter une contribution financière du projet au moins 20% du coût du projet;
• S'engager à ce que son activité principale consiste à travailler au démarrage de son entreprise;
• Accepter d'être suivi par le coordonnateur tout au long de l'élaboration et de la mise en oeuvre de son
projet (2 ans);
• Ne pas recevoir d'indemnités de remplacement du revenu de travail de la CSST ou de la SAAQ;
• Ne pas avoir un passif important réel ou éventuel;
• Ne pas avoir, dans le passé, mis fin aux opérations d'un projet mis sur pied dans le cadre de Travail
indépendant, Rofaine ou de S.T.A.;
• Ne pas être en défaut de payer ses dettes gouvernementales ou ne pas être en défaut de respecter une
entente de remboursement;
• Ne pas être impliqué dans un litige ou une procédure judiciaire.
Modalités de l'aide
L'aide offerte consiste en du soutien technique et de l'aide financière.
Le soutien technique, divisé en deux volets, apporté aux entrepreneurs peut contenir des conseils sur
des sujets comme l'élaboration du plan d'affaires, la comptabilité, le marketing, l'utilisation de
l'informatique, l'accès à du capital et à des fonds de roulement, etc. :

10
• Volet I (Maximum de 12 semaines) : Soutien et service conseil pour l'élaboration du plan
d'affaires Si l'entrepreneur a déjà monté son plan d'affaires et qu'il est prêt à démarrer son
entreprise, le volet I n'est pas nécessaire.
• Volet II (Maximum 40 semaines) Soutien, service conseil et suivi pour l'aide au démarrage de
l'entreprise ou des activités de travail autonome.
L'aide financière se traduit par une allocation hebdomadaire et un remboursement des frais de garde
pouvant durer jusqu'à 52 semaines (incluant les deux volets).
2-Programmes de subvention
Programme de soutien aux projets économiques (PSPE)/Investissement
http://www.mdeie.gouv.qc.ca/objectifs/financement/achat-dequipement
Projets admissibles
• Les projets d'investissement visant la création d'une nouvelle entreprise ou l'expansion
(incluant la modernisation) d'une entreprise existante dont les dépenses admissibles se situent
entre 250 000 $ et 5 000 000 $1.
• Pour la région Nord-du-Québec, et une partie de la région de la Côte-Nord comprenant les
municipalités et réserves indiennes localisées dans la MRC de Caniapiscau et sur le territoire
de la Basse-Côte-Nord, les projets d'entreprises comportant des dépenses admissibles de
moins de 250 000 $ pourront être considérés.
• Pour les projets de modernisation ou d'augmentation de la capacité d'une unité de production
soumis par les entreprises existantes, l'aide financière doit permettre une augmentation d'au
moins 20 % des actifs immobilisés. Cependant, l'aide financière peut permettre une
augmentation des actifs immobilisés d'une proportion inférieure si le projet entraîne des
retombées économiques significatives ou lorsque la situation financière de l'entreprise le
justifie.
• Les projets doivent contribuer à maintenir ou créer des emplois dans la région.
Dépenses admissibles
Les dépenses admissibles sont les dépenses en capital suivantes :
• les dépenses liées à la réalisation du projet d'investissement de l'entreprise :
• terrain;
• bâtisse;
• équipement;
• machinerie;
• matériel roulant;
• toute autre dépense de même nature.
• l'acquisition de technologies, de logiciels ou de progiciels, de brevets et toute autre dépense de
même nature;
• dans le cas des projets d'investissement qui ne comportent pas de dépenses d'immobilisations,
le seuil minimal des dépenses admissibles est fixé à 2 000 000 $ et se calcule en fonction de
l'accroissement de la masse salariale versée, cumulée au cours des trois premières années
suivant la date de début du projet.
3-Autres programmes d’aide financière
Le programme "Jeunes Promoteurs" (JP) offert par les Centres locaux de développement (CLD).
http://www.acldq.qc.ca/ACLDQ

Objectif : Stimuler l'entrepreneuriat auprès des jeunes et les aider à créer une première entreprise en
leur offrant un support financier.
Critères d'admissibilité (les critères d’admissibilité peuvent varier d’un CLD à l’autre.) Le candidat
doit : 1) être un citoyen canadien ou immigrant reçu et être résident permanent du Québec; 2) avoir au

11
moins 18 ans et au plus 35 ans; 3) posséder une expérience ou une formation pertinente au projet
4) s'engager à travailler à plein temps dans l'entreprise.
La contribution financière peut porter sur l'un ou l'autre des volets suivants :
1-Concrétisation d'un projet d'entreprise : Réalisation d'une étude de faisabilité ou autre étude
préparatoire à la création d'une entreprise pourvu qu'il s'agisse d'un projet considéré admissible au
présent programme.
2-Création d'une première entreprise : Création d'une première entreprise légalement constituée par
l'entrepreneur. Un projet de création d'une première entreprise doit répondre aux conditions suivantes :
• s'appuyer sur un plan d'affaires portant sur les deux premières années d'opération qui démontre que
l'entreprise à être créée présente de bonnes possibilités de viabilité et de rentabilité;
• entraîner la création d'au moins deux emplois permanents ou l'équivalent en personne/année, dans les
deux années suivant le début de la réalisation du projet;
• comporter des dépenses en immobilisation;
• être financé en partie par une mise de fonds effectuée par l'entrepreneur.
De plus, l'entrepreneur doit démontrer à la satisfaction du CLD que l'aide financière est essentielle à la
réalisation de son projet.
Un projet peut être réalisé dans tous les secteurs d'activité économique déterminés par le CLD.
3-Formation de l'entrepreneur : Permettre aux candidats qui bénéficient d'une contribution financière à
la création d'une première entreprise d'acquérir une formation pertinente à la réalisation du projet.
Dépenses admissibles : 1) Les dépenses affectées à la réalisation d'un projet mais effectuées avant la
date de la réception de la demande d'aide officielle par le CLD ne sont pas admissibles. 2)
L'aide financière consentie ne peut servir au fonctionnement d'un organisme, au financement de son
service de la dette, au remboursement d'emprunts à venir ou au financement d'un projet déjà réalisé.
1-Concrétisation d'un projet d'entreprise : Les dépenses admissibles sont constituées des honoraires
professionnels, des frais d'expertise et des autres frais encourus par l'entrepreneur pour les services de
consultants ou spécialistes requis pour réaliser les études; • Ne sont pas admissibles à l'aide financière,
les honoraires et frais de services de consultants d'une entreprise dans laquelle l'entrepreneur possède
une participation.
2-Création d'une première entreprise : Les dépenses en capital telles que terrain, bâtisse, équipement,
machinerie, frais d'incorporation et toute autre dépense de même nature à l'exception des dépenses
d'achalandage. L'acquisition de technologies (savoir-faire, licence ou accord de fabrication, brevet),
de logiciels ou progiciels et tout autre dépense de même nature. Les besoins de fonds de roulement se
rapportant strictement aux opérations de l'entreprise calculés pour la première année d'opération.
3-Formation de l'entrepreneur : Les dépenses admissibles sont constituées des frais d'inscription, du
coût du matériel didactique et des autres frais que nécessite la participation de l'entrepreneur aux
activités de formation approuvées.
Nature et montant de l'aide financière : L'aide financière prend la forme d'une contribution non
remboursable. Le montant de l'aide financière sera déterminé par le CLD. Par ailleurs, les aides
financières combinées provenant des gouvernements du Québec et fédéral et du CLD ne pourront
excéder 75 % des dépenses admissibles dans le cas d'un projet financé dans le cadre du volet
«concrétisation de projets d'entreprises» et 50 % des dépenses admissibles dans le cas d'un projet
financé dans le cadre du volet « création d'une première entreprise ». Dans le cas du volet « formation
de l'entrepreneur », l'aide financière pourrait couvrir la totalité des dépenses admissibles.
Tous les projets autorisés feront l'objet d'un protocole d'entente entre le CLD et l'entreprise. Ce
protocole définira les conditions de versement de l'aide financière et les obligations des parties.

12
4-Fonds spécialisés
Les Fonds local d'investissement (FLI), principal outil financier des Centres locaux de développement
(CLD). http://www.acldq.qc.ca/ACLDQ
Objectif : Stimuler l'entrepreneuriat local en favorisant l'accès au capital de démarrage et d'expansion
d'entreprises d'économie traditionnelle ou sociale.
Critères d'admissibilité : Toute entreprise en démarrage ou en expansion, incluant celles de l'économie
sociale et dont les objets s'inscrivent dans les orientations de la politique d'investissement du
CLD. Les entreprises admissibles et les critères d'investissements retenus varient d'un CLD à l'autre.
Dépenses admissibles
• Les dépenses en capital telles que terrain, bâtisse, équipement, machinerie, frais d'incorporation et
toute autre dépense de même nature, à l'exception des dépenses d'achalandage.
• L'acquisition de technologies, de logiciels ou progiciels, de brevets et toute autre dépense de même
nature excluant cependant les activités de recherche et développement.
• Les besoins de fonds de roulement se rapportant strictement aux opérations de l'entreprise calculés
pour la première année d'opération.
• Les dépenses affectées à la réalisation d'un projet mais effectuées avant la date de la réception de la
demande d'aide officielle par le CLD ne sont pas admissibles.
• L'aide financière consentie ne peut servir au fonctionnement d'un organisme, au financement de son
service de la dette, au remboursement d'emprunts à venir ou au financement d'un projet déjà réalisé.
Nature et montant de l'aide : L'aide accordée par le CLD dans le cadre de cette activité pourra prendre
la forme de prêt, de prêt participatif, de garantie de prêt, de cautionnement, d'acquisition d'obligations
ou autres titres d'emprunt, de participation au capital-actions, au capital social ou autrement, à
l'exclusion des investissements sous forme de subvention, de congé d'intérêts, de congé de capital, de
commandite, de don et autres dépenses de même nature et conformément à la politique
d'investissement du CLD.
Le montant de l'aide financière sera déterminé par le CLD. Par ailleurs, les aides financières
combinées provenant des gouvernements du Québec et du Canada et des CLD ne pourront excéder 50
% des dépenses admissibles pour chacun des projets. Dans le cas des projets d'entreprises d'économie
sociale, l'aide financière combinée pourra atteindre 80 %.
Tous les projets autorisés feront l'objet d'un protocole d'entente entre le CLD et le bénéficiaire. Ce
protocole définira les conditions de versement de l'aide financière et les obligations des parties.
Fonds d’intervention économique régional (FIER) (Investissement Québec)
http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=1771 : Le Fonds d'intervention économique
régional (FIER) est un fonds de développement qui vise à aider les entreprises à obtenir des capitaux
propres (« équité » ou « quasi-équité ») aux étapes de démarrage, de développement, de relève et de
redressement. Il vise également à soutenir la création de fonds sectoriels et à appuyer la réalisation de
projets structurants, principalement en régions.
FIER-Régions
• La contribution maximale du gouvernement est de 10 M$ par fonds (contribution
gouvernementale totale de 192 M$). La somme de 6 M$ provient des Fonds-Soutien.) ;
• Pour chaque dollar investi par le secteur privé, le gouvernement injecte 2 $ (l'enveloppe totale
des fonds peut atteindre 288 M$) ;
• Le gouvernement, à titre de mesure incitative, renonce au rendement sur sa part de capital
investi pendant une période de cinq ans ;
• Le montant maximal de l'aide est de 750 000 $ par entreprise, sous forme de capitaux propres
(« équité » ou « quasi-équité » ), pour un Fonds ayant un capital maximum inférieur à 15 M$.
Pour un Fonds dont le capital maximum est de 15 M$ et plus, l'investissement maximal est de
1 000 000 $ ;
• Les sociétés en commandite sont accréditées par IQ FIER inc.

13
5-Autres mécanismes
Fonds d’aide aux municipalités monoindustrielles, dont la gestion relève du ministère du
Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE).
http://www.mdeie.gouv.qc.ca/objectifs/financement/achat-dequipement/
Objectif : Appuyer des projets de diversification et de développement d’entreprises qui maintiendront
et créeront des emplois dans des municipalités durement touchées par une crise économique.
Clientèles admissibles : 1) Entreprises privées à but lucratif légalement constituées 2)Coopératives
dont les activités sont similaires à celles d’une telle entreprise privée 3) Organismes à but non lucratif
légalement constitués
Projets et activités admissibles : aide aux entreprises existantes permet d’appuyer les activités ou
projets liés :
• à la modernisation ou à la reconversion d’entreprises;
• au développement de nouveaux marchés et à la conception et à la mise en marché de
nouveaux produits;
• à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises;
• à la préservation des actifs industriels majeurs.
L’aide à la création d’entreprises et à la diversification économique permet d’appuyer :
• les projets liés au prédémarrage et au démarrage d’entreprises incluant l’incubation
d’entreprises;
• les études de faisabilité;
• le soutien technique et financier aux projets de diversification économique.
L’aide à la prospection des investissements vise le financement des activités liées à la prospection et à
l’accueil de nouveaux investisseurs.
Nature de l’aide : L’aide financière prend la forme d’une contribution non remboursable. Elle
représente de 50 % à 70 % des dépenses admissibles, selon la nature du projet (démarrage et
expansion d’entreprises ou études et autres activités).

14
Agro-Alimentaire
Mécanismes d’incubation, encadrement.
Cintech agroalimentaire. : Cintech Agroalimentaire est un groupe de valorisation qui offre les services
permettant d’accompagner les entreprises de la conception à l’étape de commercialisation : de la
génération d’idées jusqu’à la validation du produit fini. http://www.cintech-aa.qc.ca/
Faire appel à Cintech agroalimentaire permet de bénéficier de ressources humaines supplémentaires
permettant une accélération de la R&D. De plus, l’entité cliente, aura accès à l’expertise de pointe et
profiter d’un vaste réseau de connaissances et de contacts de ce groupe de valorisation.
Les services offerts par le groupe sont les suivants :
Etude de marché préliminaire pour avoir une idée du potentiel en matière de commercialisation. Cette
étude peut être réalisée par des entretiens.
Analyse et recommandation du positionnement du produit dans sa catégorie par rapport à ses
compétiteurs. Il est possible d’orienter le prix, le format, la qualité visée, le choix de l’emballage par
exemple.
En fonction des besoins du client, Cintech agroalimentaire peut fournir diverses prestations de services
tels qu’un audit de qualité ou encore une ébauche de fiches de spécifications techniques.
Une étude de préfaisabilité technique pour estimer le coût du projet, de ses implications au niveau des
équipements et des investissements requis. Enfin, une analyse des implications légales et
environnementales.
Les associations.
Les associations sont un bon moyen, pour une entreprise dans le domaine Agro-alimentaire, d’être
soutenu et représentée. Ces associations ont pour mission principale de promouvoir, défendre et
développer les intérêts professionnels, économiques, sociaux et moraux des productrices et des
producteurs agricoles et forestiers, sans distinction de race, de nationalité, de sexe, de langue et de
croyance.
Par exemple, l'Union des producteurs agricoles représente les quelque 43 000 producteurs et
productrices agricoles du Québec. Avec ses 155 syndicats de base, ses 16 fédérations régionales, ses
205 syndicats et 21 groupes spécialisés, l'UPA est en fait l'interlocutrice unique, la voix officielle qui
parle au nom de tous les agriculteurs et agricultrices du Québec. L'Union regroupe les producteurs et
productrices agricoles suivant une double structure : selon le territoire géographique auquel ils
appartiennent, c'est le « secteur général » et selon le type de production agricole qu'ils exercent, c'est le
« secteur spécialisé ».
http://www.upa.qc.ca/
Mesure de formation de la main-d’œuvre.
a) Présentation. Emploi-Quebec peut accorder une aide technique ou financière afin de définir
les besoins de formation de l’entreprise, de réaliser le projet et d’évaluer l’efficacité de la
formation reçue. Le secteur agroalimentaire nécessite des compétences techniques
particulières que ces aides peuvent permettre d’obtenir.
b) Admissibilité.
Les Entreprises admissibles : entreprise privée, regroupement d'entreprises privées, coopérative,
organisme à but non lucratif, municipalité, travailleur autonome, collectivité, conseil de bande.
L’activité de formation doit être qualifiante afin de maintenir l'employabilité et accroître la
performance et être transférable afin d'augmenter la mobilité au sein de votre entreprise.
c) Type d’aide et montants.
L’aide financière est négociée en fonction de la santé financière de l’entreprise. Elle peut atteindre
50% des coûts encourus.

15
Export agroalimentaire Québec-Canada.
En devenant membre du Groupe Export agroalimentaire Québec-Canada, votre entreprise pourra
bénéficier de nombreux avantages :
Services technico-commerciaux: Service-conseil en réglementation et étiquetage,Validation de
marchés d’exportation, Formation à l'exportation, Transport,Foires mission et activités.
Le Groupe Export offre une formule « clé en main » pour les principales foires agroalimentaires à
travers le monde (SIAL Paris, Foodex Japon, Anuga en Allemagne, Summer Fancy Food Show à NY,
etc.) Des séminaires d’information sont organisés afin de répondre aux besoins spécifiques de
l’industrie (Nouveaux programmes douaniers, Bioterrorisme, Produits biologiques, etc.)
Actions promotionnelles à l’étranger : Promotion de produits en magasin, Consolidation de
marchandises et location d’entrepôts à l’étranger, Démarchage international avec des décideurs
étrangers, Liaison permanente avec les délégués commerciaux canadiens et québécois en poste à
l’étranger, Organisation de missions commerciales à l’étranger.
La cotisation pour l'année 2011 est de 768,99$ CDN (TPS et TVQ incluses).
a) Programme agri-marketing d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (programme fédéral).
Le but de ce programme est d’améliorer la capacité de commercialisation et la compétitivité du secteur
canadien de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Cette amélioration passe par la compréhension des
priorités du marché ainsi qu’à s’outiller pour être en mesure de réussir sur les marchés mondiaux.
Cette aide s’adresse aux petites et moyennes entreprises qui comptent au maximum 250 personnes.
L’activité doit ne doit pas avoir lieu ni au Canada, ni aux Etats-Unis.
Les dépenses admissibles ne peuvent excéder 100 000$, remboursable à 50%, jusqu'à 50 000$ annuel
par entreprise. Ce remboursement de charges comprend les frais de publicités, séminaires
professionnels, participation aux foires, promotion en magasin, formation techniques et les missions à
l’étranger. On peut également proposer aux remboursements des dépenses concernant des frais de
matériel, de fournitures et de services spécifiques, ainsi que des honoraires d’experts-conseils.
http://www.groupexport.ca
Programmes de subvention.
La Stratégie de soutien à la transformation alimentaire regroupe neuf programmes et une mesure issus
des quatre grands « chantiers d’analyse » menés par Transformation Alimentaire Québec (TRANSAQ)
depuis 2007. Ces travaux d’envergure concernent précisément :
 Le renforcement de la capacité concurrentielle de l’industrie;
 L’accroissement des achats de produits alimentaires québécois sur le marché intérieur;
 La prospection et le développement des marchés hors Québec;
 Le développement du secteur des boissons alcooliques artisanales.
Le Ministère insiste sur le renforcement de la capacité concurrentielle en proposant les trois
orientations suivantes :
I. Améliorer la productivité.

1. Programme de soutien à la transformation alimentaire.

Afin de renforcer sa capacité concurrentielle, l’industrie doit améliorer sa productivité. Pour ce faire,
les entreprises doivent investir davantage dans les nouvelles technologies. Par ailleurs, l’accès à une
main-d’œuvre compétente et disponible s’avère primordial pour accroître le rendement du secteur
manufacturier.
Le programme s’adresse aux entreprises légalement constituées ayant 250 employés ou moins. Au
moment de la demande ou après la réalisation du projet, la transformation alimentaire doit être
l’activité principale. Les entreprises de production agricole ou aquacole engagées depuis au moins un
an dans la transformation alimentaire sont également admissibles.

16
Les projets admissibles devront entraîner des retombés économiques au Québec et doivent être
spécifiques : implantation d’outils de gestion, embauche de main d’œuvre qualifiée, ou encore
acquisition d’équipements spécialisés par exemple.
Le montant des dépenses présenté dans les projets devra atteindre 3 000$ minimum.
TRANSAQ assumera jusqu’à 50% des dépenses engagées pour payer les honoraires de(s) consultants
externes et pour l’acquisition et l’installation d’équipement, dans la limite de 25 000$ par projet et
jusqu’à 50 000$ en présence d’une technologie de pointe.
TRANSAQ assumera également, pendant 24 mois, jusqu’à 50% de la rémunération versée pour
l’embauche, ou l’engagement à forfait, d’une personne à temps complet d’une personne diplômée
universitaire possédant au moins 20 ans d’expérience, dans la limite de 35 000$ par an.
Le montant total que peut recevoir une entreprise dans le cadre de ce programme est de 100 000$.
Programme de soutien au secteur des boissons alcooliques artisanales. : vise à soutenir les entreprises
qui désirent adopter des normes de fabrication certifiées, perfectionner leurs connaissances et
compétences et en acquérir de nouvelles, améliorer la qualité de leurs produits et, enfin, effectuer une
mise en marché efficace. Il vise également à accroître les connaissances et l’expertise et à maîtriser
davantage les procédés de fabrication pour les entreprises du secteur.
Les entreprises admissibles doivent être titulaires d’un permis de production artisanale délivré par la
Régie des alcools, des courses et des jeux ou ayant déposé une demande d’obtention. De plus, leurs
installations doivent présenter un caractère essentiellement artisanal.
Type d’aide et montants.

Dépenses/Projets Admissibles Aides financières Montant Maximum

Frais engagés dans la réalisation du cahier des


Jusqu’à 75% 55 000$
charges
Jusqu’à 60% 1 500$
Frais de certification sur 2 ans ième
Et 40% la 2 année Et 1 000$ la 2ième année
Frais d’inscription et de déplacement pour suivre des
2 fois 5 000$
cours spécialisés à l’étranger
Frais de déplacement, d’hébergement et coûts liés à
l’organisation d’une conférence d’un intervenant Jusqu’à 70% 15 000$
étranger
Voyage d’étude à l’étranger Jusqu’à 40% 15 000$
Recherche pour améliorer le secteur. Jusqu’à 90% 30 000$
Consultant externe Jusqu’à 50% 15 000$
Implantation d’un système de contrôle et de gestion
Jusqu’à 50% 7 500$
de la qualité
Acquisition d’équipement lié à la qualité Jusqu’à 50% 10 000$
Analyse physicochimique Jusqu’à 50% 1 300$
Salaires d’un employé dans le développement des
Jusqu’à 40% 20 000$
ventes
Réalisation d’étude d’envergure pour promouvoir le
Jusqu’à 50% 25 000$
secteur
De 4 à 18% du prix
Ventes des produits via le réseau SAQ 125 000$
par produit
17
II. Améliorer la salubrité et la qualité des aliments;
Il est important que les entreprises offrent des produits conformes aux plus hautes normes et aux
exigences réglementaires en vue de garantir la sécurité des aliments.

1. Programme de soutien à la qualité dans le secteur fromager.

Il vise à aider les entreprises de ce secteur à acquérir les compétences et les outils nécessaires pour
améliorer la qualité et la salubrité des aliments. Sont admissibles les entreprises légalement constituées
qui sont établies au Québec. L’activité principale doit être la transformation de lait pour la production
de fromage. Les dépenses admissibles au programme sont les frais externes ie, d’expertise pour
l’élaboration du plan de contrôle et de gestion de la qualité. Le salaire du responsable qualité et ses
frais de formation sont aussi admissibles. Enfin, les frais relatifs à l’acquisition d’outils de gestion et
les frais d’analyse de laboratoire peuvent être présentées dans ce programme.
En outre, les frais déboursés pour la modification d’équipements dans le but d’obtenir une certification
ou une reconnaissance du système d’assurance de la salubrité sont admissibles à un autre soutien
financier du même programme. Enfin, les services-conseils liés à la gestion de la qualité ou de
l’entreprise même font l’objet d’un troisième groupe de subvention.
Le montant maximal est fixé à 40 000$ par entreprise pour des dépenses admissibles minimales de
5 000$ par projet. Dans le domaine de la salubrité, l’aide est porté à 60 000$ par projet pour des
dépenses minimales de 10 000$. Enfin, pour ce qui est des services-conseils, l’aide porte sur 75% des
dépenses d’expertise à hauteur de 300 000$ maximum.
Programme de soutien à la salubrité et à la qualité des aliments.
Il a pour objet d’aider les entreprises qui n’appartiennent pas au secteur fromager à acquérir les
compétences et les outils nécessaires pour améliorer la qualité et la salubrité des aliments.
Les conditions d’admissibilités sont identiques au programme de soutien à la qualité dans le domaine
fromager à l’exception qu’elles concernent la transformation d’aliments en général.
De surcroît, les types d’aide et montants de ce programme sont également fort semblable au
programme de soutien à la qualité dans le domaine fromager.
Programme de soutien aux abattoirs québécois. Vise à aider les abattoirs à mener les études
spécialisées ou à effectuer les investissements nécessaires pour se conformer à une nouvelle obligation
de la législation ou aux normes de qualité reconnues. Est admissible toute entreprise ayant exploité un
abattoir sans permis avant le 12 mars 2009.
D’autre part, les projets admissibles sont traits à la réalisation d’études spécialisées, à la préparation
des documents nécessaires pour l’obtention du permis transitoire. Les dépenses admissibles
concernent l’audit technique de la mise aux normes, l’évaluation de la conformité environnementale et
l’aménagement physique et équipement pour la mise aux normes et la conformité environnementale.
L’aide se présente sous la forme d’une subvention jusqu’à 90% des dépenses admissibles dans la
limite de 7 500$ pour l’audit technique et 10 000$ pour l’évaluation de la conformité
environnementale. En outre, l’aide se monte à 50% des dépenses admissibles et jugées nécessaires
pour permettre à l’entreprise de se conformer à la Loi et aux exigences environnementales dans la
limite de 200 000$ et 150 000$ lorsqu’il s’agit d’immobilisations.
III. Développer les marchés.
Les entreprises doivent affronter une concurrence grandissante tant au Québec que sur les marchés
extérieurs. L’accès à des réseaux, à de l’information stratégique et à du soutien technique et financier
peut les aider à conserver leur place et à développer de nouveaux marchés.

18
1. Programme de soutien au développement des appellations réservées.

a) Présentation.
Il vise à soutenir les entreprises agricoles ou agroalimentaires dans leur démarche pour obtenir la
reconnaissance d’une appellation réservée en vertu de la Loi sur les appellations réservées et les
termes valorisants.
b) Admissibilité.
Tout groupement d’entreprises agricoles ou agro-alimentaires qui sont engagées ou qui désirent
s’engager dans un processus de reconnaissance d’une appellation réservée autre que l’appellation
biologique.
L’aide se préoccupe de la réalisation d’une étude portant sur la faisabilité économique et l’opportunité
d’une nouvelle appellation réservée, l’élaboration d’un cahier des charges, l’élaboration d’outils de
contrôle et la promotion d’une appellation réservée.
c) Type d’aide et montants.
Le programme propose une aide financière sur les dépenses admissibles.
Projets Aide financière Montant Maximum
Nouvelle appellation réservée Jusqu’à 75% 10 000$

Elaboration d’un cahier des charges Jusqu’à 75% 50 000$

Elaboration d’outils de contrôle et la


Jusqu’à 75% 5 000$
promotion d’une appellation réservée.

Programme exportateurs de classe mondiale.


a) Présentation.
Le but de ce programme est de soutenir le développement de l’industrie alimentaire via le
développement d’exportateurs québécois de classe mondiale dans ce secteur. Pour arriver à cette fin,
TRANSAQ (Transformation Alimentaire Québec) a établit le programme exportateur de classe
mondial, issu du fonds à l’exportation financé par le MAPAQ. On cherche ici à :
 Renforcer la préparation des entreprises à l’exportation par l’élaboration d’un plan
triennal à l’exportation par une société dûment reconnue, l’embauche d’un directeur des
exportations, la formation du personnel, la traduction des publicités et site web en langues
étrangères, l’adaptation du produit au marché final (tests sanitaires, emballages…)
 A ce que les entreprises se concentrent sur les marchés à fort potentiel, cela passe par les
études de marché, l’exploration de marché ainsi que la validation de produits. Cela devrait
permettre à l’entreprise de faire des choix stratégiques et de s’adapter à un environnement
d’affaires en constante évolution.
 Accroître a notoriété de l’offre des produits bio alimentaires québécois via la mise en
valeur de l’image de marque des exportateurs pour se démarquer de la concurrence
internationale. Cela passe par des plans de communications et de marketing.
 Favoriser les activités de maillage et de réseautage par la préparation et l’accompagnement
d’un groupe de nouveaux exportateur ceci profitant de l’expérience d’exportateur déjà en
place, et également par l’accueil d’acheteur étrangers.

b) Admissibilité.

19
Les entreprises admissibles sont celles du secteur du bio-alimentaire ainsi que les regroupements
d’entreprises dans ce domaine. Il faut juste que ces entreprises aient une place d’affaire au Québec
ainsi qu’elles commercialisent majoritairement des produits québécois.
c) Type d’aide et montants.
L’aide financière est limitée à 50% des dépenses admissibles, c'est-à-dire que les aides financières
octroyées par le municipal, le régional, le provincial ainsi que le fédéral ne peut être supérieur à 50%
pour une même dépense admissible. L’aide ne peut être supérieur à 50000$ par an et de 100000$ sur 3
ans.
http://www.agrireseau.qc.ca
Programme diversification et commercialisation en circuit court en région du ministère de
l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation.
Le programme diversification et commercialisation en circuit court en région du ministère de
l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation. Ce programme répond au rapport de la commission
sur l’avenir de l’agriculture et de l’agro alimentation québécois et comporte 3 volets :
Appui aux initiatives collectives de diversification régionale et de différenciation, qui consiste à
diversifier l’agriculture et l’agroalimentaire dans la province de Québec grâce à des partenariats. Le
but est de soutenir une implantation durable d’une production en émergence ou absente du Québec,
ainsi que de favoriser la différenciation d’une production. Ce volet s’adresse aux groupes composés
d’entreprises agricoles, aux membres ou partenaires réunis dans un groupe admissible, associés d’un
groupe admissible dans la réalisation d’un projet. Le montant d’aide maximum est de 200000 dollars
par projet.
Appui aux initiatives individuelles de diversification des entreprises. Le but ici est de contribuer à
la réalisation des projets d’entreprises engagées dans une voie de diversification qui auront une
incidence notable sur la viabilité des activités agricoles ou agroalimentaires de ces entreprises (impact
sur le chiffre d’affaire et le résultat). Ici on soutient donc l’amélioration de la productivité dans des
productions multiples, la transformation alimentaire des produits de l’entreprise, le développement
d’une offre agrotouristique distinctive et de qualité, l’intégration d’autres activités complémentaires
liées à l’exploitation agricole et créant de nouvelles sources de revenus durables pour l’entreprise. Les
entreprises admissibles sont les entreprises agricoles avec un chiffre d’affaire jusqu'à 200000 dollars,
ainsi que les entreprises de transformation alimentaire avec un chiffre d’affaires compris entre 20000
et 200000 dollars. Le montant maximum est de 50000 dollars par projet et par entreprise.
Appui aux initiatives collectives de commercialisation en circuit court. On cherche à développer
des partenariats qui auront une incidence notable et durable sur la rentabilité des entreprises et
susciteront un rapprochement entre celles-ci et les consommateurs. Les initiatives soutenues sont
celles de l’amélioration des compétences des exploitants (et personnels) dans la commercialisation en
circuit court et de technique de ventes, un accès stable et durable aux marchés locaux et régionaux, le
développement de circuits courts de commercialisation. Les entreprises ciblées sont des groupes
formés d’au moins 3 entreprises agricoles et/ou de transformation alimentaire pilotant un projet
d’implantation ou de développement d’un circuit court, les associés d’un groupe admissible dans la
réalisation de son projet ainsi que les coopératives et organismes sans but lucratif dont la mission, les
actions et les objectifs sont liés à la commercialisation dans un circuit court. Une aide maximum de
50000 dollars par projet est accordée.
http://www.lavieagricole.com

Autres programmes d’aide financière, incluant les garanties.

1. Programme d’appui financier à la relève agricole.

La Financière agricole cherche constamment à diminuer les différentes barrières que rencontre un
jeune entrepreneur désireux de démarrer son exploitation agricole. Son programme d'appui financier à
20
la relève agricole a été revu récemment, et ce, en étroite collaboration avec la Fédération de la relève
du Québec (FRAQ). Une entreprise agricole d'une ou de plusieurs personnes physiques ou morales,
doit démontrer, qu’elle est domiciliée au Québec et citoyen canadien ou résident permanent, qu'elle a
son siège et son principal établissement au Québec pour la personne morale. Par ailleurs, elle devra
démontrer qu’elle peut générer un revenu brut agricole annuel d’au moins 50 000 $ pour ce qui est de
l’aide à l’encadrement et au démarrage et qu’elle possède une expérience agricole pertinente d’au
moins 1 an. http://www.fadq.qc.ca/
Type d’aide et montant.
Subvention à l’établissement : Cette subvention vise à faciliter l'établissement des jeunes agricultrices
et agriculteurs, et à les encourager à acquérir une formation agricole en leur accordant une aide
financière. Le montant de la subvention, octroyé à l'entreprise, varie entre 20 000 $ et 40 000 $, selon
le niveau de formation de la personne qui la qualifie.
Subvention à l’encadrement : La subvention à l’encadrement peut atteindre 1 500 $. Cette subvention
peut rembourser, durant 5 années, à compter de la demande de subvention, 50 % des coûts réels
assumés par l’entreprise pour des services-conseils ou des activités de formation.
Subvention au démarrage : Cette subvention s'adresse aux entreprises exploitées à temps partagé. Elle
permet de soutenir et de faciliter le démarrage, l'accroissement ou la diversification de l'entreprise
agricole. D'un montant de 10 000 $, elle s'applique à des investissements à caractère durable. Si, par la
suite, l’entreprise vous permettait de faire de l'agriculture à temps plein, vous pourriez profiter d'un
montant additionnel de subvention à l'établissement.
Subvention de capital : Cette subvention de capital peut atteindre 10 000$ ou 20 000 $ par exploitant
agricole qui possède une formation académique en fonction de son niveau.
Contribution additionnelle au paiement de l’intérêt : La Financière agricole rembourse à l'entreprise la
totalité des intérêts excédant le taux plafonné, pendant les cinq premières années suivant
l'établissement. Cette aide s'applique sur les premiers 500 000 $ d'emprunt et prend en compte les
montants déjà accordés comme subventions à l'entreprise.
Autres mécanismes

1. Les concours.

Le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) est un vaste réseau


d’experts issu du regroupement du Conseil des productions animales du Québec (CPAQ), du Conseil
des productions végétales du Québec (CPVQ) et du Groupe de gestion et d’économie agricoles
(GÉAGRI). http://www.craaq.qc.ca
Le concours Tournez-vous vers l’excellence! s’adresse aux nouveaux entrepreneurs agricoles qui se
démarquent par l’excellence de leur profil. Sont à gagner une bourse de 5 000$ et deux de 2 500$.
Pour être admissible, il faut être en affaires dans l’entreprise depuis deux à sept ans, être âgé entre 18
et 40 ans, détenir au moins 20% des parts de l’entreprise et avoir reçu une subvention au démarrage ou
à l’établissement en vertu du Programme d’appui financier à la relève agricole ou avoir reçu la
confirmation que cette aide sera accordée.
a) Groupe Export agroalimentaire, Agri-food Export Group.
Les prix Entreprise exportatrice canadienne 2011 et Entreprise Image de marque du Canada
2011 récompensent les initiatives d’exportation et l’élaboration d’images de marque, visent toutes les
entreprises agroalimentaires canadiennes qui exportent. Ils assurent à leurs lauréats une excellente
visibilité dans l’industrie agroalimentaire canadienne et le milieu de l’exportation.
Pour être admissibles aux prix Entreprise exportatrice canadienne 2011, l’entreprise doit être une
entreprise agricole ou de transformation alimentaire canadienne. L’entité candidate devra par ailleurs
exporter ses produits à l’extérieur des frontières de la province d’origine depuis au moins 3 ans.

21
Pour être admissible au prix Entreprise Image de marque du Canada 2011, l’entreprise doit être
une entreprise agricole ou de transformation alimentaire canadienne L’entité candidate par ailleurs
exporter ses produits à l’extérieur de la province d’origine depuis au moins 3 ans et miser sur la
promesse d’excellence représentée par l’image de marque du Canada pour atteindre ses objectifs.
Les entreprises du secteur des services et de la distribution, ainsi que les maisons de commerce, ne
sont pas admissibles.
Sial, Marché de l’Alimentation Nord-Américain. http://www.sialcanada.com
Le concours Tendances & Innovations du SIAL CANADA est mondialement reconnu pour sa capacité
à révéler les dernières tendances et les meilleures innovations alimentaires. Tendances & Innovations
est un véritable tremplin de communication qui valorise les innovations des industriels auprès des
acheteurs du détail, de la restauration et de l’hôtellerie ainsi qu’auprès des médias nord-américains.
La participation au concours Tendances & Innovations est de 100 $CAD et ouverte exclusivement aux
exposants du SIAL CANADA. De plus, le produit doit être un produit alimentaire et doit avoir été
récemment lancé ou en cours de lancement. Il doit, en outre, présenter un caractère innovant.
b) Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal (CEIM)
http://www.ceim.org/pages/nosServices/demarrage/sciences-de-la-vie.aspx?lang=FR-CA
Le CEIM aide les entreprises en démarrage ainsi qu’en développement dans l’agroalimentaire entre
autre. Il identifie les projets d’entreprises à fort potentiel et leur offre des services pour augmenter leur
probabilité de survie.
Le profil type de l’entreprise est celle qui à un concept de produit, est au stade de la recherche et
développement ou bien en début de commercialisation.
Le CEIM propose à ces entreprises des validations de potentiel commercial, des études de marché
ainsi que des stratégies de mise en marché, elle établit des plans d’affaire et négocie le financement.
Lorsque l’entreprise est en démarrage, le CEIM organise les opérations, négocie les alliances
stratégiques, tient les livres comptables et met sur pied des comités consultatifs.
Le CEIM ne finance pas les entreprises mais les aides et peut négocier avec des institutions financières
ou des sociétés de capital risque pour le compte des sociétés qu’elle encadre.

22
Secteur des Technologies propres

I- Fonds Technologies du Développement durable


Description du programme : Il s’agit d’un fond de 550 millions de dollars dont le but est de soutenir la
dernière phase de développement et de démonstration pré-commerciale des solutions issues des
technologies propres. On parle issu de produits et de procédés contribuant à la propreté de l’air, de
l’eau, à la salubrité des sols, ou qui freinent les effets du changement climatique tout en améliorant la
productivité et la rentabilité de l’industrie canadienne.
Type d’entreprises admissibles : Pour être admissible à ce fond, les candidats se doivent de posséder
des compétences en technologie de développement durable et faire partie d’un consortium de projet
qui correspond à une des descriptions suivantes :
Etre une corporation à but lucratif, une société en nom collectif, une société en commandite ou une
fiducie commerciale ayant conclu un contrat concernant l’exécution du projet du candidat avec une ou
plusieurs personnes morales telles que citées ci-dessous :
• une autre personne morale;
• une société en nom collectif, une société en commandite ou une fiducie commerciale
qui possède des compétences en développement durable;
• une université, un collège ou une autre institution d’enseignement postsecondaire
agréée;
• un institut de recherche;
• un individu qui possède des compétences en technologie du développement durable;
• une société sans but lucratif dont l’un des objectifs consiste à entreprendre, financer
ou soutenir par d’autres moyens la mise au point ou la démonstration de technologies
de développement durable;
Ou,
Comme ci-dessus, sauf une corporation à but lucratif, une société en nom collectif, une société en
commandite ou une fiducie ayant conclu plutôt un accord de collaboration avec une ou plusieurs
personnes morales, telles que citées plus haut, pour faire une demande conjointe de financement
auprès de Technologies du Développement Durable Canada afin d’aller de l’avant avec le projet
proposé du candidat.
Ou,
Une société sans but lucratif dont l’un des objectifs consiste à entreprendre ou à financer la mise au
point ou la démonstration de technologies de développement durable
Type d’aides et montant : La fond finance en moyenne jusqu’à 33% des coûts des projets admissible
mais jamais plus de 50% des coûts admissibles d’un projet donné.
Attention : tous les coûts du projet ne sont pas admissibles au financement. Pour le détail des coûts
admissibles ou non admissibles, voir le lien suivant : http://www.sdtc.ca/index.php?page=sdtech-
eligible-project-costs&hl=fr_CA

II- Fonds de BioCarburant ProGen


Ce fond (d’une valeur de 500 millions de dollars, a pour objectif d’éliminer les derniers éléments de
risque technologique liés à la pré-commercialisation des biocarburants de la prochaine génération.
Cela par le soutien de la création d’installation de démonstrations novatrices qui produiront des
combustibles renouvelables. Les biocarburants concernés sont : l’éthanol cellulosique et le biodiésel
Pour être admissible au Fonds de biocarburants ProGenMC, les candidats doivent être une société à but
lucratif; une société en nom collectif; une société en commandite; une fiducie de revenu d'entreprise,

23
ayant capacité juridique au Canada et qui ayant accès à une expertise dans les voies de production des
carburants renouvelables de la prochaine génération.
De plus les projets admissibles doivent répondre aux caractéristiques suivantes :1) Etre la première
installation en son genre produisant principalement un carburant renouvelable de la prochaine
génération dans une installation de démonstration à grande échelle; 2) Se situer au Canada; 3) Utiliser
des matières premières qui sont ou qui pourraient être représentatives de la biomasse canadienne; 4)
Avoir franchi l’étape de démonstration technologique à l’échelle pilote pré-commerciale.
Type d’aides et montant : La contribution maximale de TDDC est de 40 % des coûts de projet
admissibles engagés au cours de la période du projet pour tout projet admissible donné ou de
200 millions $ par projet admissible, selon le moindre de ces montants.
Pour plus d’information sur les coûts du projet admissible, consulter le lien suivant :
http://www.sdtc.ca/index.php?page=nextgen-eligible-projects-costs&hl=fr_CA
III- Investissement Québec : Centre de développement des biotechnologies
Description du programme : Il s’agit d’une mesure fiscale qui vise à favoriser le regroupement de
société du secteur des biotechnologies au sein d’immeubles adaptées à leurs besoins afin de maximiser
les synergies et les collaborations. Pour être admissible, une société doit avoir un certificat attribué par
Investissement Québec prouvant que cette entreprise a des activités d’innovation dans le secteur des
biotechnologies (santé humaine, agro-biotechnologie animale ou végétale, environnement ou nutrition
humaine ou animale). Ces activités d’innovation doivent être menées dans un des centres de
développement des biotechnologies de Laval, Saint-Hyacinthe, Lévis, Sherbrooke)
Type d’aides et montant

Objet Forme de l’aide Durée de l’aide


Salaire versé à un employé admissible : 30 % du salaire Peut aller jusqu'à
admissible 10 ans (jusqu'au 31
Employés admissibles : Pour être admissible, l'employé doit occuper
(maximum de décembre 2013)
un emploi à temps plein et passer 90 % de son temps dans
11 250 $ par
l'établissement de la société admissible situé dans un CDB. Il doit
employé)
par ailleurs réaliser des tâches directement liées aux activités
admissibles, ce qui exclut, notamment, les tâches d'administration et
de commercialisation.
Salaires admissibles :Le salaire admissible correspond, jusqu'à
concurrence d'un plafond annuel de 37 500 $, au salaire versé à un
employé pour l'exécution de tâches directement liées aux activités
admissibles de la société
Bien admissible : Pour être considéré, le bien doit être acquis ou 30 % du coût 3 ans (acquisition)
loué au cours des trois premières années d'admissibilité de la société. d'acquisition ou 5 ans (location)
Il doit s'agir d'un bien corporel, neuf et amortissable aux fins de la des frais de
Loi sur les impôts. Le bien doit être essentiellement utilisé aux fins location
des activités admissibles menées par des employés admissibles.
Installation admissible : Il s'agit d'une installation à l'égard de 30 % des frais de 5 ans
laquelle le locateur a obtenu une attestation d'admissibilité location
d'Investissement Québec. Pour que soit accordé le crédit d'impôt, les admissibles
frais de location doivent être engagés durant les cinq premières
années d'admissibilité de la société. De plus, l'installation doit être
rattachée au CDB qui héberge la société admissible.
IV- Fonds bio-innovation

24
Description du programme : Il s’agit d’un fond d'amorçage mixte privé-public dédié aux entreprises
québécoises du secteur des bio-industries pour mettre au point des innovations technologiques à un
stade initial de développement. Ce fond vise à établir les preuves de concept des projets de transfert et
à démontrer leurs faisabilités technologique, commerciale, managériale et financière.
Type d’entreprises admissibles : Les entreprises admissibles sont des PME du secteur des bio-
industries dans les domaines de la nutrition/santé ou du développement durable. La PME doit
appartenir à l’une des catégories suivantes :
1) une entreprise technologique émergente;
2) une entreprise technologique nouvellement créée par un entrepreneur scientifique ou un promoteur
industriel;
3) une entreprise existante qui veut développer ou désire adapter une nouvelle technologie.
Type d’aide et montant : De par son positionnement stratégique, sa structure et son mode
d'intervention, le Fonds Bio-Innovation s.e.c. offre à ses clients des avantages concurrentiels majeurs :
 Investissement technologique spécialisé dans le secteur des bio-industries;
 Financement de projets d'innovation technologique à des stades précoces de développement
(risque technologique);
 Financement d'entreprises émergentes ou existantes qui veut développer ou adopter une
nouvelle technologie;
 Véhicules financiers diversifiés et adaptés à la situation de l'entreprise;
 Accès à l'expertise et aux réseaux (scientifique, financier et d'affaires) du commandité et des
commanditaires;
 Accompagnement des promoteurs dans leurs démarches d'affaires.
 Financement initial significatif (maximum de 2 Millions de dollars) non conditionnel à la
participation d'autres fonds de capital de risque;
V Global Environment fund : Établi en 1990, le « Global Environment Fund » (qui gère environ 1
Milliards de dollars) investit dans les entreprises autours du monde qui offrent des solutions
économiques aux défis environnementaux et énergétiques.
Type d’entreprises admissible : Le Fond investit directement dans les entreprises qui développent les
technologies environnementales (avec un accent sur les énergies renouvelables, et la gestion durable
des ressources). Après l'investissement initial, l'entreprise peut faire ce qu'elle veut avec le
financement.
Type d’aide et montant : Il s’agit plus d’un investissement (comme un investissement d’une société de
risque). Il n’y a pas de montant minimal ou maximal défini.

Fonds de l’environnement Shell (FES) : fournit de l'aide financière pour des projets élaborés par les
gens de la collectivité et axés sur l'action, qui contribuent à améliorer et protéger l'environnement
canadien.
Type d’entreprises admissibles : Pour être admissibles, les candidats doivent être 1) Organisations à
but non lucratif 2) Compagnies privées ou particuliers 3) Communautés des organisations des
Premières nations canadiennes
La préférence est accordée aux projets innovateurs et axés sur l'action qui contribuent à améliorer et
protéger l'environnement canadien. Pour être éligible, votre projet doit être bénéfique pour
l'environnement et vous devez avoir une idée claire des résultats escomptés.
Les projets suivants ne sont pas admissibles : Projets qui se sont terminés avant que la demande n'ait
été étudiée, Projets d'achat de terrains, Naturalisation des terrains d’écoles, Projets à l'extérieur du
Canada, Activités menées par des groupes de pression, Projets d'intérêt personnel ou commercial,
Projets de dépenses en capital générales ou d'exploitation d'un organisme, Voyages d'études,
Le FES n'accorde de financement que pour l'achat de bacs de recyclage extérieurs résistants au feu.

25
Les dépenses et projets suivants ne sont habituellement pas couverts par le Fonds :
• Frais de main-d'œuvre
• Grands projets exigeant un important financement pour lesquels la subvention demandée ne
représente qu'un pourcentage minime du budget global
• Achat de livres, de matériel d'information ou autre pour une bibliothèque
• Projets de plantation d'arbres à des fins d'embellissement ou d'aménagement paysager
• Frais d'organisation de conférences et d'ateliers
• Projets individuels de recherche (essais, thèses, dissertations)
Type d’aide et montant : Le fond de l’environnement de Shell Canada offre 5000 dollars par projet
dans la limite d’un don par projet donné.
Programme Enviro-Accès
Description du programme : Centre Canadien pour l’avancement des technologies environnementales,
Enviro-accès favorise l'émergence et assure un soutien aux entreprises et aux projets innovateurs
pouvant contribuer à l'amélioration de la qualité de l'environnement et au développement durable à
l'échelle locale, nationale et internationale.
Type d’entreprises admissibles : Pour être éligible au programme, l’entreprise ou le promoteur du
projet doit être localisée au Québec ou dans une des autres provinces de la façade atlantique du
Canada : Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Ecosse, l'Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador.

Type d’aide et montant : Afin de soutenir le développement des entreprises technologiques du secteur
environnemental, Enviro-Accès offre un certain nombre de service :
• Analyse technico économique, du positionnement et des avantages concurrentiels de
technologies environnementales innovatrices
• Évaluation du potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre généré par un projet
innovateur
• Évaluation des perspectives commerciales de technologies environnementales et élaboration
de stratégies de commercialisation axées sur les résultats
• Étude technico-économique des marchés sectoriels et géographiques, nationaux et
internationaux
• Recherche de partenaires commerciaux
• Accompagnement à la réalisation de plans d’affaires et interface auprès des organismes
subventionnaires
• Élaboration de stratégies de financement et de commercialisation
• Recherche de partenaires financiers
• Accompagnement des démarches de financement public et privé
• Réalisation de plans et de rapports de suivis environnementaux et économiques (ex. : suivi de
réduction des émissions de gaz à effet de serre)
Le financement trouvé par Enviro-accès peut provenir de plusieurs sources, et les coûts admissibles
varient d'une source à l'autre.
Initiative pour un investissement éco-agricole dans les biocarburants : l’IIEB est un programme
fédéral pluriannuel de 200 millions de dollars qui prendra fin le 31 mars 2011 et qui accorde des
contributions remboursables pour la construction ou l'agrandissement d'installations de production de
biocarburants de transport. Pour l'obtenir, les producteurs agricoles doivent s'engager à investir dans
les projets de production de biocarburants et à utiliser des matières premières agricoles pour produire
les biocarburants.
Types d’entreprises admissibles : Les candidats doivent être des compagnies privée ou des particuliers
qui ont pour projet la construction ou l'agrandissement d'installations de production de biocarburants
de transport au Canada qui utilisent des matières premières agricoles pour produire les biocarburants.
En outre, les producteurs agricoles doivent effectuer un investissement minimal en capital dans les
projets.
26
Type d’aide et montant : Pour chaque projet, l'IIEB peut verser une contribution remboursable jusqu'à
concurrence de 25 millions de dollars ou de 25 p. 100 des coûts de projet admissibles, selon le
montant le moins élevé. Un demandeur peut investir dans plusieurs projets de l'IIEB. Chaque projet
sera indépendamment assujetti à une limite de financement de 25 millions de dollars ou de 25 p. 100
des coûts de projet admissibles, selon le montant le moins élevé.
Crédit d’impôt sur la recherche précompétitive : Le formulaire de demande de crédit d'impôt du
Québec, RD-1029.8.10-V, peut être rempli par un contribuable qui souhaite réclamer un crédit d'impôt
pour des dépenses admissibles qu'il a faites pertinent à un projet technologique novateur lié à
l'environnement. Sont admissible toute entreprise ou promoteur portant des projets de
conceptualisation, d'essai et de validation de principe, de prototypage et de démonstration ainsi que de
pré-commercialisation.
Type d’aide et montant : Taux du crédit d’impôt 1) 35 % pour les dépenses engagées dans le cadre
d’un contrat conclu après le 12 juin 2003 ou pour les dépenses engagées après cette date si vous avez
effectué vous-même la R-D 2) 40 % pour les dépenses engagées dans le cadre d’un contrat conclu
avant le 13 juin 2003 ou pour les dépenses engagées avant cette date si vous avez effectué vous-même
la R-D

Références :
http://www.ic.gc.ca/eic/site/fte-fte.nsf/fra/00205.html
(www.sdtc.ca/index.php?page=sdtech-funding-niche&hl=fr_CA)
http://www.fondsbio-innovation.com/
http://www.enviroaccess.ca
http://www.globalenvironmentfund.com/
http://www.shell.ca/home/content/can-
fr/environment_society/shell_in_society/social_investment/environment/shell_environmental_fund/
http://www.ic.gc.ca/eic/site/fte-fte.nsf/fra/00012.html
www.sdtc.ca/index.php?page=sdtech-funding-niche&hl=fr_CA
http://www.ic.gc.ca/eic/site/fte-fte.nsf/fra/00129.html
http://www.ic.gc.ca/eic/site/fte-fte.nsf/fra/00112.html
http://www.ic.gc.ca/eic/site/fte-fte.nsf/fra/00144.html
www.sdtc.ca/index.php?page=nextgen-funding-niche&hl=fr_CA

27
Optique et laser, électronique

1- Mécanismes d’incubation, encadrement


Le Centre d'optique, photonique et laser de l’Université Laval
Les objectifs poursuivis par le COPL au chapitre des partenariats avec l'industrie sont:
• de favoriser l'établissement de projets de recherche conjoints;
• de fournir un service de support technique basé sur l'expertise et les équipements d'avant-
garde;
• d'organiser des journées d'échange où les membres du COPL exposent leur expertise et les
représentants de l'industrie, leurs besoins.
Réseau photonique du Québec
Référence : http://www.photoniquequebec.ca/services_membre.html
Le RPQ regroupes les acteurs du secteur de la photonique (entreprises et centres de recherche). Il a
pour mission de promouvoir ses membres dans la sphère politique et économique. Il permet l’entre
aide de ses membres mais propose aussi son aide lors du développement de stratégie commerciale,
juridique ou financière :
• Représentation de l’industrie auprès des gouvernements et organismes
• Commercialisation et représentation des membres sur les marchés internationaux
• Foires commerciales verticales et horizontale
• Missions entrantes et sortantes: organisation et participation
• Co-organisateur d'évènements de transfert technologique
• Forums techniques, conférences et réseautage
• Organisation d'évènements publics
• Organisation d'assurance collective
• Bulletin électronique mensuel d'information
• Site Internet
• Publicité ponctuelle sur le site et au bulletin
• Service d'emplois
• Offre de formation d'affaires et technique
• Diffusion de communiqués de presse
• Services légaux et de propriété interlectuelle
• Étude de marchés et positionnement stratégique
• Service d'importation de composantes et de technologies
• Portail de commerce électronique, élaboration et conception de site web et hébergement
(M.A.Canada)
• Accès aux capitaux de risque et investisseurs
• Support à l'incubation, validation technologique, consultation en développement des affaires
OPTECH - Centre collégial de transfert de technologie en optique photonique
Référence : http://www.cctt-optech.ca/index.php/fr/qui-sommes-nous-/mission.html
L’OPTECH permet aux entreprises en développement du secteur de l’optique de disposer
d’équipements de personnel de haut niveau. Les encadrements sont multiples :
• Études de faisabilité et preuves de concepts;
• Conception optique, électronique, mécanique, design industriel et logiciel;
• Réalisation de prototypes;
• Tests en laboratoire;
• Fabrication d'unités de présérie;
• Rédaction de manuels;

28
• Qualifications selon les normes reconnues (normes Telcordia applicables telles que GR-1221
et GR-1209);
• Support technique après la mise en marché.
• Veille technologique;
• Transfert et intégration technologique.
Centre de robotique et de vision industrielle
Référence : http://www.crvi.ca
Le Centre de Robotique et de Vision Industrielles est un centre de transfert de technologies ayant pour
mission d’accroître la productivité des PME manufacturières québécoises par la recherche et le
développement technologique dans les domaines de la robotique, de la vision, des commandes et des
procédés industriels.
• Le passeport productique ou bilan technologique
• Les études de faisabilité
• Le service de simulation robotique
• La simulation en laboratoire en robotique et/ou en vision
• Le prêt d'équipements pour fins d'essais en robotique et/ou en vision
• Le transfert de technologie
• L'aide technique
• Le transfert de connaissances sur mesure
• La rédaction de devis techniques
• Le développement expérimental

2- Programme de subvention
Centre des petites entreprises pour consommateurs : http://www.subventionspretsentreprise.com/
Le centre des petites entreprises pour consommateurs (CPEC) est un organisme gouvernemental qui
finance les entreprises à l’aide de subventions. Les sommes attribuées par cette organisme peuvent
varier entre 3000$ et 1 200 000$ selon les subventions les plus récentes. Voici quelques exemples de
projets pour lesquels une subvention a été accordée :
- Démarrage d’entreprise
- Suivi des marchés et expansion
- Pour opérer dans les autres provinces, engager des employés et avoir du capital financier pour
les opérations
- Pour faire l’achat d’équipement et engager des employés
- Pour des rénovations
- Pour tester le potentiel commercial
- Pour financer la recherche et le développement
- Pour le marketing
-
Fonds de recherche sur la nature et les technologies (Québec) : http://www.fqrnt.gouv.qc.ca/index.htm
Le fond de recherche sur la nature et les technologies est un fond servant à promouvoir
et aider financièrement la recherche, la diffusion des connaissances ainsi que la
formation de chercheurs dans les domaines des sciences naturelles, des sciences
mathématiques et du génie. Ce fond est également destiné à créer des partenariats avec
les autres institutions du marché comme les établissements scolaires, le gouvernement et
autres organismes. Ce fond œuvre sur les fronts suivants :
- Établissement de nouveaux chercheurs
- Projet de recherche en équipe
- Regroupements stratégiques
- Programme de stages internationaux

29
- Programme pour le dégagement d’enseignement des chercheurs de collège
- Programme de recherche pour les enseignants de collège
- Programme de stages ACCÉLÉRATION Québec FQRNT-MITACS
Institut canadien pour les innovations en photonique :
http://www.cipi.ulaval.ca/fr/programs/ten_program/#510
L’institut canadien pour les innovations en photonique (ICIP) vise à rassembler les ressources
disponible autant sur le plan des chercheurs universitaires que des acteurs publics et industriel afin
d’innover en photonique et de valoriser ces innovations.
Cet institut offre diverse subvention dans les domaines suivant :
- Une collaboration
- Un échange d'étudiant de 2e et 3e cycle
- Un transfert ou un partenariat technologique
- La valorisation technologique
- Un colloque, une conférence ou un atelier
- L'accès aux infrastructures nationales de recherche

3- Autres programmes d’aide financière, incluant les garanties


R&D pour la défense Canada : http://www.valcartier.drdc-rddc.gc.ca/index-fra.asp: La RDDC est un
organisme gouvernemental travaillant étroitement avec l’armé. Cet organisme vise à développer les
technologies pouvant contribuer à la défense nationale. L’organisme :« fournit des conseils d'expert en
S & T aux Forces canadiennes et au ministère de la Défense nationale; mène des travaux de
recherches, de développement et d'analyse afin de contribuer à la mise au point de nouvelles et
meilleures capacités de défense; anticipe les tendances en S & T, ainsi que les menaces et les
opportunités et formule des avis en conséquence; fait participer ses partenaires industriels,
universitaires et internationaux dans la génération et la commercialisation de la technologie; fournit
des services S & T à des clients externes afin de renforcer la capacité S & T de la défense. »
Centre d’optique, photonique et laser (COPL) : http://www.copl.ulaval.ca/en : souhaite contribuer à
l’évolution des connaissances et des technologies dans le milieu de l’optique-photonique. Cet
organisme vise à coordonner les activités de recherche dans ce domaine à l’échelle provinciale. Pour
ce faire, le COPL travail sur ces trois aspects : Formation d’étudiants des cycles supérieurs,
Recherche, Contribution au développement socio-économique en soutenant l’industrie

4- Fonds spécialisés pour les prises de participation


Banque de Développement du Canada
Référence : http://www.bdc.ca/fr/Pages/accueil.aspx
La BDC est un investisseur important dans le secteur du capital de risque au Canada. BDC Capital de
risque investit dans des entreprises impliquées dans les secteurs des sciences de la vie, les technologies
de l'information et des communications et de l'énergie, environnement, électronique et matériaux

30
Entreprises exportatrices
1) Mécanismes d’incubation, encadrement
Appui de la part du MDEIE (Ministère du Développement Economique, de l’Innovation et de
l’Exportation)
Services proposés : Diagnostic sur la capacité de l’entreprise à exporter ; Conseils et formations à
l’international ; Information commerciale et stratégique sur les marchés ; Elaboration d’un plan
d’affaires international ; Recherche de partenariats et d’occasions d’affaires ; Accueil d’acheteurs et de
collaborateurs étrangers ; Organisation de missions ciblées.Bureaux régionaux : les conseillers du
MDEIE sont présents dans chacune des régions du Québec pour les entrepreneurs qui souhaitent
exporter Conseillers en affaires internationales : ils aident les entreprises québécoises à accéder à de
nouveaux marchés et à consolider leurs activités à l’étranger (gestion stratégique et évaluation du
marché) http://www.mdeie.gouv.qc.ca/objectifs/financement/exportation/
Le réseau des commissariats à l’exportation du Québec (RECOMEX) regroupe 16 organisations de
promotion des exportations réparties à travers tout le Québec. Cela lui permet alors de mettre en
réseau l’expérience de ses membres en matière de développement des marchés étrangers.
http://www.recomex.ca/; Mission : assure le leadership et le développement des exportations dans
toutes les régions du Québec, notamment en :
 Dotant les Organismes de promotion à l’exportation (ORPEX) d’une voie unique et en
assurant leur représentation auprès des gouvernements, des partenaires et du public ;
 Faisant valoir l’expertise des ORPEX ;
 Assurant leur développement et leur formation ;
 Développant des projets communs à l’exportation pour l’ensemble du Québec ;
 Favorisant le « réseautage » et en coordonnant les actions communes des ORPEX.
Missions commerciales : Il s’agit d’évènements internationaux souvent dirigé par un délégué du
gouvernement. Cela permet aux entreprises participantes de créer des liens de partenariat et d’établir
des contacts sur les marchés étrangers. Elles représentent donc un moyen efficace de développer des
activités d’exportation.
Centre de Recherche Industrielle du Québec (CRIQ). Offre de nombreux services permettant de faire
face aux contraintes techniques concernant la commercialisation des produits hors Québec.
 Bilans normatifs (pour connaître toutes les exigences techniques qu’un produit doit respecter
pour être conforme dans un territoire donné ; pour savoir où et à qui s’adresser pour obtenir
les autorisations et accréditations nécessaires) ;
 Accompagnement à la certification ;
 Recherche de fournisseurs ou d’équipements ;
 Essais de certification et d’homologation de produit ;
 Aide à la conception et à l’adaptation de produit.
http://www.criq.qc.ca/

2) Programmes de subvention
PAE (Programme d’Aide aux Entreprises) / Développement des marchés – MDEIE : Programme qui a
pour but de consolider et diversifier les parts de marché des entreprises québécoises.
Entreprises admissibles : Les entreprises manufacturières ayant un chiffre d’affaires d’au moins 1,5
M$ pour ce qui est des projets ciblant le marché québécois ; Les entreprises réalisant déjà au moins
500 000 $ de ventes hors Québec (200 000 $ dans le cas des entreprises de service) pour ce qui est des
projets ciblant les marchés commerciaux hors Québec.
Types d’aides disponibles
 Etudes de marché (honoraires externes, frais de déplacement et frais de séjour) ;

31
 Plan d’affaires internationales (honoraires externes, frais de déplacement et frais de séjour) ;
 Normes de portée internationale (honoraires externes, frais de déplacement et frais de séjour) ;
 Conformité à des mesures de sécurité aux frontières (honoraires externes, frais de déplacement
et frais de séjour) ;
 Implantation à l’étranger (honoraires externes, frais de déplacement et frais de séjour, location
d’espace dans un incubateur ou un centre d’affaires) ;
 Embauche d’un spécialiste (salaire du candidat) ;
 Négociation d’un transfert technologique (honoraires externes, frais de déplacement et frais de
séjour) ;
 Foire commerciale (location et aménagement d’espace, déplacement d’une seule personne) ;
 Renforcement de marketing et affaires électroniques (honoraires externes) ;
 Etude de faisabilité, sur invitation, pour l’obtention d’un contrat d’envergure à l’étranger
(honoraires externes, frais de déplacement et de séjour).
Montant : Subvention qui peut atteindre 40% des dépenses admissibles dans la limite de 50 000 $.
PAE (Programme d’Aide aux Entreprises) / Appui à la productivité – MDEIE : Programme qui vise à
fournir un appui aux entreprises manufacturières dans la mise en œuvre d’un plan d’action qui
renforcera la productivité et la compétitivité de l’entreprise face à la concurrence internationale.
Entreprises admissibles : Les entreprises manufacturières dont le chiffre d’affaires est d’au moins 1,5
M$ et qui répondent à six des critères suivants :
 Etre une entreprise stratégique pour la région ou œuvrer dans un secteur lié à l’un des
créneaux d’excellence de la région dans le cadre du Projet Accord ;
 Etre une entreprise exportatrice dont les ventes à l’exportation sont d’au moins 1 M$ ou être
un fournisseur d’une telle entreprise ;
 Disposer d’une équipe de direction qui compte un responsable par fonction d’entreprise ;
 Avoir réalisé au cours des 12 derniers mois un exercice de planification stratégique ;
 Détenir un plan d’action et un diagnostic de cinq fonctions ou des diagnostics par fonction
d’entreprise ;
 Démontrer une croissance constante du chiffre d’affaires au cours des trois dernières années ;
 Bénéficier d’une bonne capacité financière (ratio de fonds de roulement d’au moins 1,4) pour
l’année courante ou pour la dernière année financière ;
 Bénéficier d’une bonne capacité d’emprunt (ratio d’autofinancement de l’actif d’au moins
30%) ;
 Planifier des investissements en capital humain, en expertise, en technologie et en
immobilisations au cours des deux prochaines années.
Types d’accompagnement offerts : La gestion financière ; Le marketing ; La production ; Les
ressources humaines ; Les systèmes d’information ; L’innovation technologique ; Le développement
de produits.
L’aide prend la forme d’un remboursement de 40% des dépenses admissibles, dans la limite de 40 000
$ par entreprise. Pour les entreprises des régions ressources, le maximum peut atteindre 50 000 $ ; Les
projets auront cours sur une période de 18 mois et chaque entreprise est admissible à une seule aide
financière.
PAE (Programme d’Aide aux Entreprises) / Design-Innovation – MDEIE
Programme qui va faciliter l’utilisation d’un designer industriel ou aider à l’intégration du design et
améliorer la commercialisation sur de nouveaux marchés hors Québec.
Projets admissibles
 Initiatives favorisant l’intégration ou l’utilisation du design en entreprises (engagement d’un
premier designer ; diagnostic du potentiel d’utilisation et d’intégration du design) ;
 Initiatives favorisant la commercialisation hors du Québec de produits dont le design et la
fabrication sont réalisés au Québec (développement d’un nouveau marché géographique ;
mission de relevé des tendances par un designer sur un marché étranger) ;

32
 Initiative favorisant le design (organisation d’un concours de design de produits innovateurs).
Montant
L’aide prend la forme d’une subvention pouvant atteindre 40% des dépenses admissibles. Dans le cas
de l’engagement d’un premier designer, la contribution est de 50% du salaire de la première année,
avec un maximum de 15 000 $ pour un diplômé de cégep et de 20 000 $ pour un diplômé
universitaire. La contribution gouvernementale maximale (cumul des aides des divers ministères) a été
fixée à 50% du coût du projet.
Programme croissance des entreprises et des régions – Agence du développement économique du
Canada pour les régions du Québec. Programme en vigueur du 1er avril 2007 au 31 mars 2012, celui-ci
comprend deux volets : 1)Compétitivité des Petites et Moyennes Entreprises : financement pour aider
à exporter vers des marchés à l’extérieur du Québec, à faire des recherches et à créer des produits
innovateurs ; 2) Croissance des secteurs et des régions : financement destiné aux projets qui créent des
partenariats ou des réseaux dans des industries ou des régions clés de manière à augmenter la
compétitivité et à attirer des investissements étrangers.
Entreprises admissibles
 Petites et Moyennes Entreprises ;
 Regroupements ou associations de PME ;
 Organismes à but non lucratif ayant pour mission principale le soutien aux entreprises et le
développement économique ;
 Organisations ou institutions qui ont pour but de diffuser du savoir et des connaissances,
incluant les universités et les établissements d’enseignement.
Projets admissibles : projets qui correspondent aux priorités du bureau d’affaire qui reçoit la demande.
Les choix se font selon certains critères dont :
 La contribution du projet à l’atteinte des objectifs et des résultats attendus du programme ;
 La concordance avec les priorités de l’agence ;
 Le caractère incitatif de l’aide et la démonstration du besoin financier pour la réalisation du
projet en tenant compte des autres sources de financement existantes ;
 La capacité de gestion du promoteur ;
 L’impact sur la concurrence ;
Montant : Il s’agit d’une contribution ou d’une subvention qui comprend tous les frais directement liés
au projet et jugés raisonnables et nécessaires pour assurer sa réalisation.
http://www.dec-ced.gc.ca/fra/programmes/croissance/croissance.html
3) Autres programmes d’aides financières, incluant les garanties
Programme de garanties d’exportations – EDC (Exportation et Développement Canada) : en offrant
une garantie à la banque de l’entreprise, ce programme peut aider à obtenir un financement additionnel
qui appuiera les activités d’exportation ou les investissements à l’étranger.
Types d’aides : ce programme offre des garanties pour des prêts qui permettront :
 De financer les travaux en cours et les stocks dans le cadre d’un ou de plusieurs contrats
d’exportation ;
 D’obtenir le fonds de roulement qu’il faut pour remplir un contrat d’exportation en cours ;
 De financer l’achat d’équipement ou d’acquitter d’autres dépenses liées à l’exportation ;
 De recevoir un appui lorsque l’entreprise tente d’accroître ses activités en effectuant des
investissements commerciaux à l’extérieur du Canada ;
 De financer les stocks à l’étranger.
Montant : le montant garanti correspond généralement à 75% du montant du prêt. Il existe toutefois la
possibilité de bénéficier d’une quote-part de garantie accrue dans le cas de petits prêts ou
d’investissement à l’extérieur du Canada.

33
Entreprises admissibles : toute entreprise canadienne qui exporte ou qui investit à l’étranger peut se
renseigner sur ce programme. Pour être admissible, la banque de l’entreprise doit être prête à établir un
accord de crédit avec l’entreprise et à prendre part au financement.
http://www.edc.ca/french/financing_export_guarantee.htm
Financement d’expansion de marchés : Prêt Marché en Xpansion – BDC (Banque de Développement
du Canada) ; Mission : aider les entreprises canadiennes à financer leur expansion au Canada ou à
explorer de nouveaux et de plus importants marchés à l’étranger. Types d’aides : ce prêt peut servir à :
Participer à des projets de prospection comme des foires commerciales à l’étranger ; Développer des
plans pour l’exportation ou le commerce électronique ; Acheter des stocks supplémentaires destinés à
l’exportation.
Montant : 100 000 $. Ou pour les entreprises qui souhaitent emprunter davantage : possibilité
d’emprunter de nouveau toute tranche remboursée du prêt d’au moins 10 000 $.
http://www.bdc.ca/FR/solutions/financement/Pages/financement_dexpansion_de_marches.aspx
Développement de marchés hors Québec – IQ http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=1279
Programme financement PME d’Investissement Québec qui permet d’obtenir une garantie de prêt ou
un prêt.
Entreprise admissible si elle exerce une des activités suivantes: Implantation commerciale sur de
nouveaux marchés à l’extérieur du Québec ; Augmentation des exportations dans un marché existant
en vue d’accroître les ventes de biens ou de services à l’extérieur du Québec.
Projets admissibles
 Développement des marchés : participation à des foires commerciales, traduction et
production de dépliants, production d’échantillons, voyages de prospection, embauche d’un
représentant, frais de déplacement et de représentation ;
 Acquisition d’une entreprise ou d’un réseau de distribution ;
 Formation d’un groupement d’entreprises (consortium) à des fins de ventes de biens ou de
services à l’extérieur du Québec ;
 Implantation à l’étranger : participation à l’implantation, à l’extérieur du Québec,
d’infrastructures publiques ou industrielles consistant en leur construction, en leur exploitation
et en leur cession.
Montant
Cette garantie de prêt est une garantie de remboursement de la perte nette subie par l’institution
financière qui accorde un prêt.
 Le montant minimal de la garantie de prêt ou du prêt accordés par Investissement Québec est
de 50 000 $ ;
 La durée maximale de l’aide financière est de 10 ans ;
 La garantie de prêt peut atteindre 90 % de la perte nette ;
 Le montant maximal du prêt accordé par l’institution financière peut couvrir jusqu’à 100 %
des coûts du projet ;
 Dans le cas d’un prêt octroyé directement par Investissement Québec, le montant consenti
peut atteindre 75 % des dépenses liées au projet.

Marge de crédit à l’exportation – IQ http://www.investquebec.com/fr/index.aspx?page=1285


Entreprises admissibles : Entreprises qui ont pour activité la vente directe ou indirecte de biens ou de
services à des clients situés à l’extérieur du Québec
Projets admissibles : Ouverture ou augmentation d’une marge de crédit ; Financement de contrats
spécifiques.

34
Cette garantie de prêt est une garantie de remboursement de la perte nette subie par l’institution
financière qui accorde une marge de crédit, un cautionnement ou une lettre de crédit.
 Le montant minimal de la garantie de prêt accordée par Investissement Québec est de 50 000
$;
 La garantie de prêt est généralement de 50 %, mais peut atteindre 70 % de la perte nette ;
 Pour les projets de financement de contrats, la garantie peut atteindre 80 % de la perte nette ;
 La durée maximale de la garantie est de 10 ans.

4) Fonds spécialisés pour les prises de participation


Exportation et Développement Canada (EDC) financièrement autonome et mis en place avec le
soutien du gouvernement canadien (Programme du capital-actions et PCE – Programme de Crédit aux
Entreprises). Fonctionne en partenariat avec d’autres institutions financières. Offre un soutien aux
entreprises afin de répondre à leurs besoins en matière de fonds de roulement et de financement. Cette
aide est faite sous forme de prêts directs, de prêts conjoints ou de garanties auprès des institutions
financières qui soutiennent les sociétés canadiennes par l’intermédiaire de son programme de
Garanties d’Exportations (EGP). Sa force est sa connaissance du marché et du secteur, son réseau et
ses outils financiers.
Entreprise ou Institutions Financières admissibles : L’institution financière doit être disposée à la
conclusion d’un accord de crédit avec l’entreprise canadienne et à participer au financement de
l’entreprise. Les transactions dans les secteurs spécialisés des ventes au détail ou en gros, du tourisme,
du divertissement et de l’immobilier ne sont pas admissibles.
Type d’aides : Des solutions commerciales novatrices dans le but d’aider les exportateurs et les
investisseurs canadiens à réussir sur les marchés mondiaux ; Un investissement actif de capital-risque
direct et de capital-développement, en plus d’être de son partenariat avec des gestionnaires de fonds du
secteur privé, au pays et à l’étranger. ; Une réponse vis-à-vis des besoins uniques des entrepreneurs et
des innovateurs canadiens, qui cherchent à combler les écarts de financement, à approfondir leur
expérience et à élargir leurs réseaux de contacts et de partenaires.
Montant : Il n’y a pas de montant précis. Ainsi depuis sa création en 1997, le Programme du capital-
actions d’EDC a aidé environ 150 entreprises canadiennes que ce soit de manière directe ou non. Le
montant des aides prévus s’élève à 200 millions de dollars par an, et ce, jusqu’en 2012. A la fin de
cette même année, le portefeuille du capital-actions devrait approcher 1,2 milliard de dollars.
http://www.edc.ca/french/domestic_finance.htm
Banque de développement du Canada (BDC) – Programme de Crédit des Entreprises (PCE) : Ce
programme permet d’améliorer l’accès au financement pour les entreprises canadiennes en accordant
de nouvelles ressources et une plus grande marge de manœuvre à certains organismes d’aides comme :
Exportation et Développement Canada (EDC) et à la Banque de Développement du Canada (BDC).
Une meilleure collaboration entre les prêteurs du secteur privé et ces sociétés d’État à vocation
financière est également mise en place.
Entreprises admissibles : Même restrictions que pour l’admissibilité à la BDC ou l’EDC. Les
entreprises doivent avoir un accès limité au crédit et avoir des modèles opérationnels viables
L’EDC et la BDC fourniront pour au moins 5 milliards de dollars de prêts directs et d’autres mesures
de soutien et du financement, aux taux du marché. http://www.bdc.ca

35
Entreprises technologiques
1. Mécanismes d’incubation, encadrement
1.1 Sociétés de valorisation1
Description : Une société de valorisation vise la valorisation et la commercialisation des résultats de la
recherche universitaire.2 Quand on parle de société de valorisation, on parle généralement de transfert
technologique. Il s’agit de transférer les recherches universitaires sur le marché afin de créer de
nouveaux produits ou services. Les 4 sont les suivantes : SOVAR (Société de valorisation des
applications de la recherche); Univalor; Gestion Valeo; MSBi Valorisation Inc.
Entreprises (projets) admissibles : Les projets supportés par les sociétés de valorisation doivent être
des spin-offs de recherche universitaire. Ce sont des projets technologiques pour lesquels on découvre
un potentiel de commercialisation, en plus de son caractère innovateur.
Type d’aide et montants : Ils offrent généralement un investissement en capitaux propres dans
l’entreprises (donc en échange de contrôle) et un service de soutien fourni par des experts dans les
différents domaines technologiques.
Incubateurs technologiques3
Description : L’incubateur offre, en plus de locaux et d’installations, une multitude de services aux
jeunes : service conseil en démarrage d’entreprise, obtention de brevet, financement, accès à des
professionnels tant dans le domaine des affaires que scientifique, etc. Les incubateurs qui œuvrent
dans le domaine des technologies au sens plus large au Québec sont :
CDET : Centre de développement d’entreprises technologiques. Évaluation des différentes
opportunités et plans d’action personnalisés.
Centech : Centre de l’entrepreneurship technologique de l’École de technologie supérieure de
Montréal. Encadrement en démarrage de technos pour les étudiants et diplômés de l’ÉTS.
Incubateur J.-Armand Bombardier : Pré-démarrage d’entreprises technologiques en partenariat avec
l’UdM et l’École polytechnique de Montréal.
Québec International : Agence de développement économique qui offre un service d’aide aux
entrepreneurs en technos de la Ville de Québec.
Entreprises (projets) admissibles : Dans les 4 cas, il suffit de présenter un projet bien étoffé à
l’incubateur et de démontrer en quoi la technologie développée présente un intérêt pour la
commercialisation. Type d’aide et montants : les incubateurs offrent une gamme de services
diversifiés en support au démarrage d’entreprise, en plus du financement.
Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI)4 Description :Programme qui offre des services-
conseils, en plus d’une aide financière non remboursable à des entreprises proposant une technologie
innovante dans le secteur industriel.
Entreprises (projets) admissibles : Les entreprises œuvrant dans le secteur décrit ci-haut de moins de
500 employés démontrant une capacité à accroître son bénéfice pourraient bénéficier de ce type d’aide
financière.
Type d’aide et montants : Les services-conseils et le soutien administratif des entreprises est la
principale aide offerte par le PARI. L’aide financière n’a pas été chiffrée sur leur site internet.

2. Programmes de subvention

1
Sources : www.sovar.com, www.univalor.ca, www.gestionvaleo.com et www.msbiv.ca.
2
DUBÉ Jérôme, Étude comparative des sociétés de valorisation et des incubateurs technologiques du
Québec, novembre 2006, p.5
3
Sources : www.cdet.ca, www.etsmtl.ca, www.polymtl.ca et www.quebecinternational.ca.
4
Source : http://www.entreprisescanada.ca/fra/sommaire/967/.
36
Programmes d’aide aux entreprises (« PAE »)
http://www.mdeie.gouv.qc.ca/bibliotheques/programmes/aide-financiere/programme-daide-aux-
entreprises-pae/.: mis en place et financé par le Ministère du développement économique, de
l’innovation et de l’importation (« MDEIE ») afin de promouvoir la croissance et le développement de
la compétitivité des PME. Il existe 8 différents programmes d’aide aux entreprises, dont 3 s’appliquent
spécifiquement au secteur des technologies :
Soutien à l’intensification technologique : Innovation technologique au sein de l’entreprise. Requiert
Innovation technologique majeure avec un succès probable dans les entreprises de 200+ employés.
50% des dépenses admissibles jusqu’à un maximum de 50 000$.
Validation technique : Aide les entreprises en finançant les dépenses liées à la preuve de concept
technologique. Conditions Produits innovateurs donnant un avantage concurrentiel, dans le secteur des
technologies. Contribution non remboursable pouvant atteindre 40% des honoraires professionnels et
matières premières utilisés dans la preuve de concept.
Vitrine technologique : Aide à la commercialisation d’une avancée technologique innovatrice. Produits
innovateurs donnant un avantage concurrentiel, dans le secteur des technologies. Contribution non
remboursable pouvant atteindre 40% des dépenses liées à la mise en place et la commercialisation de
la technologie.
2.1 Programme d’aide à l’entreprenariat – Soutien à l’amorçage d’entreprises5
Description : Le Programme d’aide à l’entreprenariat (« PAEN ») est une autre initiative du MDEIE.
Elle aide à la création et au développement des PME du Québec. Cette aide est fournie en deux volets :
Relève en arts et cultures et Soutien à l’amorçage d’entreprises, le dernier nous intéressant plus
particulièrement puisqu’il ne s’applique qu’aux entreprises technologiques.
Entreprises (projets) admissibles : Projet d’amorçage d’entreprises n’ayant réalisé aucune vente dans
la dernière année. Contribution financière non remboursable pouvant couvrir 50% des dépenses
admissibles, jusqu’à concurrence de 300 000$.

Ressources naturelles Canada : Programme de stage en sciences et en technologies


http://www.entreprisescanada.ca/fra/sommaire/2291/. pour promouvoir l’embauche de stagiaires dans
le domaine des sciences et technologies. Ce programme permet, d’une part, de faire la promotion de la
main d’œuvre d’ici et, d’autre part, d’encourager le secteur des sciences et technologies en offrant une
réduction de dépenses.
Entreprises (projets) admissibles : Il suffit d’embaucher un stagiaire de moins de 30 ans et de monter
un projet complet. L’entreprise devra débourser au moins la moitié du salaire de l’employé.
Le Ministère des ressources naturelles du Canada fournira un remboursement équivalent à la moitié du
salaire du stagiaire embauché pour un projet de 6 à 12 mois, jusqu’à concurrence de 13 200$.

3. Autres programmes d’aide financière, incluant les garanties


Investissement Québec – Innovation technologique www.investquebec.com et
http://www.entreprisescanada.ca/fra/sommaire/2291/.
Ce programme d’Investissement Québec vise à financer la recherche & développement dans les
entreprises du secteur technologique.
Entreprises (projets) admissibles : celles dont la R&D se spécialise dans la création de nouveaux
procédés et matériaux ou dans l’amélioration de certains procédés et matériaux et dont la réalisation

5
http://www.mdeie.gouv.qc.ca/bibliotheques/programmes/aide-financiere/programme-daide-a-
lentrepreneuriat-paen/programme-daide-a-lentrepreneuriat-paen-soutien-a-lamorcage-dentreprises/.

37
présente une certaine incertitude. Type d’aide et montants : Prêt ou garantie de prêt d’un montant
minimal de 50 000$. Garanties pouvant atteindre jusqu’à 80% de la perte nette.
4. Fonds spécialisés pour les prises de participation
BDC Capital de Risque www.bdc.ca. investit dans le capital de risque et fournit des fonds aux
entreprises à fort potentiel de croissance, et ce seulement dans le secteur des technologies.
Entreprises (projets) admissibles : Entreprises à haut potentiel avec une technologie innovatrice,
unique et procurant un avantage concurrentiel, avec une équipe de direction compétente et un plan
d’affaires bien construit.
Type d’aide et montants : Financement complet : En moyenne trois rondes totalisant 15 à 25 millions,
suivies d’un premier appel public à l’épargne.
GTI Capital : Description : Entreprise de capital de risque qui se spécialise dans le secteur des
technologies. En plus du soutien financier habituel d’une société de capital de risque, GTI Capital
offre un réseau d’affaires élargi, un encadrement et des conseils stratégiques dans le processus de
démarrage d’une entreprise. www.gticapital.com.
Entreprises (projets) admissibles :Bien qu’ils soient ouverts à toutes les entreprises technos, ils
favorisent les entreprises en démarrage, plus précisément dans le secteur des technologies de
l’information et des télécommunications, ce qu’ils considèrent comme leur expertise.
Type d’aide et montants : Investissement en fonds propres dans des PME. GTI Capital a des capitaux
sous gestion s’élevant à plus de 100 M$.

38

Centres d'intérêt liés