Vous êtes sur la page 1sur 5

Nombres complexes

Forme algébrique d’un nombre complexe


1)Definition
Il existe un ensemble de nombres, appelé ensemble des nombres complexes et noté c,
vérifiant les propriétés suivantes :
1. c contient IR

2. c contient un nombre noté i vérifiant i  1


2

3. L'addition et la multiplication ont les même propriétés de calcul dans c et dans IR.
Propriétés : Tout nombre complexe z s'écrit de manière unique sous la forme z  a  ib ,
a et b étant deux réels.
a est la partie réelle de z : a  Re( z ) et b est la partie imaginaire de z : b = Im( z )
z  a  ib est la forme algébrique de z

Operations dans c. Pour tous réels a, b, a' et b'

Addition . (a  ib)  (a'ib' )  (a  a' )  i(b  b' ) .

Multiplication (a  ib).(a'ib' )  (aa'bb' )  i(ab'ba' ) .

1 1.(a  ib) a  ib
Inverse d’un complexe non nul. Si de plus a  0 et b  0 :   2
a  ib (a  ib )(a  ib) a  b 2

Conjugué : On appelle conjugué du nombre complexe z  a  ib le nombre complexe noté z ,

défini par z  a  ib

z est réel si et seulement si z  z , z est imaginaire pur si et seulement si z   z .


zz zz
Propriétés : a  Re( z )  et b  Im( z ) 
2 2
« Le conjugué marche bien avec tout » :
n
Pour tous nombres complexes z et z ' et n  IN : z  z '  z  z ' ; z.z '  z.z ' et z n  z

1 1  z'  z'


Pour tout nombre complexe non nul z,    et   
z z z z
Exemple. Pour a réel et z complexe

5  ai  2 z  5  ai  2 z ; (a  3i)2 (1  ai)7  (a  3i)2 (1  ai)7


3
 z 4  1  3ai z  ( z  1  3aiz )3
4

et   
 1  iz  (1  i z )3
.
2) REPRESENTATION GEOMETRIQUE

Mr Raouf Ben Mansour Complexes Bac sx et T Page 1


Le plan est rapporté à un repère orthonormé direct (o, u, v)

y  A tout nombre complexe z  a  ib est associé l'unique


b M(z=a+ib) point M (a, b) On dit alors que z est l'affixe de M. on note z M
 
 A tout vecteur du plan w  est associé un unique
 
1
nombre complexe z w    i l’affixe de w
v z A  zB
Si I  A * B alors z I 
0 u 1 a x  2
RBM Si w  0
 zv
v, w sont colinéaires  est réel
zw
zv
vw  est imaginaire pure
zw

Opposé, conjugué d’un nombre complexe Affixe du vecteur AB

O
0 1 x

RBM

z est réel  M( z ) est sur l'axe des abscisses. L’affixe du vecteur AB est z AB  z B  z A
z  0 ,z est imaginaire pure  M( z ) est sur l'axe des
z u  v  zu  zv
ordonnées privé de l’origine.

Forme trigonométrique d’un nombre complexe


Le plan est rapporté à un repère orthonormé direct (o, u, v)

1)Module :

Mr Raouf Ben Mansour Complexes Bac sx et T Page 2


Prop : z z  z
2

Si les points A ( z A ) et B ( zB ) alors AB= z B  z A

«Le module marche bien avec la multiplication»


Pour tous nombres complexes z et z ' et

z.z '  z . z ' et z n  z


n
n  IN :

1 1
Pour tout nombre complexe non nul z, 
z z

z' z'
et 
z z
Def Soit M ( z  x iy ) le module de z est : «Le module ne marche pas bien avec l’addition»
Pour tous nombres complexes z et z′,
z  OM  r  x 2  y 2
z  z'  z  z' (inégalité triangulaire)

Exemple. 1  3  i1  3   1  3   1  3 
2 2
 1 2 3  3 1 2 3  3  2 2

1  ai 1  a2
Pour a réel  1 ;
1  ai 1  (a) 2

2)Argument d’un nombre complexe non nul:


Soit z  0 et M(z) On appelle argument de z une

y mesure  en radian de l’angle orienté (u, OM )



arg z    (u, OM )2 
M
Prop : Pour z1 et z 2 non nuls et n  
1
 arg( z1.z2 )  arg z1. arg z2  k 2

v  arg 1
  arg z1  k 2
z1
z2
 arg( )  arg z2  arg z1  k 2
O0 u 1 A x z1

arg z1  n arg z1  k 2
RBM n

. .
Exemple
Z 5 -3 2i -4i 1+i -1-i -1+i
argz

Mr Raouf Ben Mansour Complexes Bac sx et T Page 3


3)Forme trigonométrique et exponentielle

y
Forme Ecriture de z

M (z=x+iy)
Algébrique x  iy
y
Polaire r, 
1
r Trigonométrique r (cos   i sin  )
v Exponentielle rei

r  z  x2  y2
0
O u 1 x x

RBM
  arg z est tel que :
x y
cos   et sin  
r r
Les points remarquables du cercle trigonométrique

Mr Raouf Ben Mansour Complexes Bac sx et T Page 4


4)Vision géométrique
affixe d’un vecteur z AB  z B  z A B

Longueur d’un AB= z B  z A B

segment
A

 B
angle entre u et AB
(u, AB )  arg( z B  z A )  k 2

A
u


zw
(v, w)  arg( )  arg z w  arg z v  k 2
angle entre deux zv
w
vecteurs


z D  zC v
( AB, CD)  arg( )  k 2
zB  z A

Racine nieme et Le second degré


cherche z une racine carré( resp 3ieme) de Z revient a résoudre l’équation : z2=Z (resp z3=Z)
     2 k 
i
i i 
z  a  ae
2
 z   ae 2
z  a  ae
n i
 z  n ae  n 

Pour résoudre l’équation az 2  bz  c  0 , a, b et c étant des nombres complexes ,avec

a  0 , on calcule le discriminant   b 2  4ac puis on cherche  une racine carré de


b  b 
 
  2   les solutions sont z '  ; z' ' 
2a 2a
Conséquences

az 2  bz  c  a( z  z ' )( z  z ' ' ) b c


S  z ' z ' '  P  z '.z ' ' 
a a

c c
Si a  b  c  0 alors z '  1 et z ' '  Si a  b  c  0 alors z '  1 et z ' ' 
a a
P
Si z '  m est une solution alors l ' autre solution est z ' ' 
m

Mr Raouf Ben Mansour Complexes Bac sx et T Page 5

Vous aimerez peut-être aussi