Vous êtes sur la page 1sur 34

Maranatha!

C’est toujours avec joie et allégresse que je pousse ce cri parce que je sais que la Parole de
notre Seigneur est vraie, il ne ment jamais. Déjà dans le pentateuque, il est affirmé que Dieu
n’est pas un homme pour mentir ni un fils d’homme pour se repentir car ce qu’il a dit ne
l’accomplira-t-il pas ? Ce qu’il a déclaré, ne l’exécutera-t-il pas ?

Je réalise encore de manière certaine et évidente que toutes ces paroles sont vraies.

Dans Jn 6.14 le Seigneur Jésus déclare : Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au
Père que par moi. Une forte déclaration qui a été fait par la suite un prétexte pour la classe des
sacrificateurs de l’époque pour pouvoir le crucifier « il dit qu’il est le fils de Dieu ». De la
bouche de Jésus ne sortira jamais de mensonge, jamais. Il est la vérité, sa Parole est la vérité.
Il est le seul sur qui on peut rendre un témoignage favorable qu’il a vécu sans péché et nul ne
peut le contester. Il est aussi le seul qui correspond vraiment à ce que signifie son nom.

Avant de rentrer vers le Père dans les cieux, sa dernière action était d’instruire les disciples à
la mission (chose que plusieurs de nos jours ne faisons pas), qu’eux aussi à leur tour face des
disciples. Et qui plus est, l’instruction. Il leur a demandé de pouvoir instruire les autres et Paul
l’Apôtre approfondie cette parole dans 2tim2 :2 de pouvoir transmettre la parole à des
hommes fidèles qui à leur tour la transmettront aussi à des hommes fidèles.

Mais comment reconnaitre un homme fidèle ? La parole de Dieu dit dans Proverbes, un
homme fidèle, peut-on le trouver ? Nous répondons oui.

Cet ouvrage est le fruit d’un échange avec mon ami Audrey Kakpohoue que je bénis ici pour
ses interventions. Nous échangions sur les principes du mariage, j’ai senti alors la nécessité de
commencer cet ouvrage depuis Avril 2017 au Sénégal.
1. Principe de la permission
1.1. Nécessité de la permission
En parcourant la Bible, l’on sera frappé du nombre de fois que la permission est placée
comme un principe clé avant quoi que ce soit puisse se faire. Et, cela de l’ancien au nouveau
testament.

En soit, après multiples observations, peu de personnes dans le monde connaisse ce principe
ou simplement le connaissent mais ne savent pas comment l’appliquer. Or la bénédiction dans
certains contextes est réglée sur base de la permission. Permission avant de prendre la fille
d’autrui comme épouse ou l’enlever de son toit familiale, permission avant de déplacer un
objet qui ne vous appartient pas, permission avant de fonder une église, permission avant de
prendre la parole dans une assemblée ou dans une communauté, permission avant de quitter sa
communauté, permission avant d’habiter dans certains endroits.

Je me rappelle lorsque j’entrai en première année d’études secondaires, je suis arrivé en retard
d’une semaine des cours. J’étais inscrit dans une salle où mon voisin était un ancien que
j’avais trouvé, c’était sur la première rangée, j’ai encore bon souvenir. Habitué à mon
ancienne école, lorsque je voulais souligner un titre, par défaut d’une latte, l’on prenait le
stylo pour faire cette tâche, et bien souvent celui de son voisin. Ce premier jour d’école, j’ai
appris une leçon mémorable dès lors. J’ai pris le stylo de mon voisin sans demander sa
permission, et ce dernier m’a sévèrement réprimé en s’exclamant : « On demande !» Cela m’a
marqué à jamais. Plusieurs années après, cela a travaillé mon cœur. Ce principe que je
connaissais mais sans l’appliquer est devenu un style de vie. Je ne sais plus prendre quelque
chose sans demander au propriétaire. Demander la permission prouve que l’on reconnait
l’autorité du propriétaire sur le bien ou l’autorité du parent sur sa fille, etc. Et, montrez-moi un
être humain qui n’aime pas qu’on reconnaisse son autorité sur ce qui lui appartient ou ce qui
contient sa marque. Je ne pense pas y trouver une telle personne. Et, prendre ce qui lui
appartient sans permission veut traduire en d’autres mots que l’on bafoue tous ses efforts, tous
ses sacrifices consentis, l’on apparait alors comme un usurpateur.

Que des jeunes hommes qui ont pris la virginité des filles innocentes soit en les violant ou en
les tendant un piège. D’aucuns diront qu’ils avaient reçu la permission des concernées tandis
que les corps des concernées ne les appartenaient même pas à elles-mêmes. Un exemple
frappant de la parole de Dieu est celle d’Eléazar qui est allé prendre Rebecca pour femme
d’Isaac. Il ne s’est pas permis de prendre la fille et de partir avec elle mais le serviteur du
patriarche Abraham a d’abord cherché à voir les parents de la jeune fille. Chose intéressante,
ayant reçu leur hôte, la famille va d’abord poser la question à la jeune fille Rebecca : « Veux-
tu aller avec cet homme ? »

Cette question révèle le désir d’une famille qui ne peut pas forcer leur fille mais qui veut son
approbation personnelle. Rebecca était une fille mature vue la confiance que sa famille lui
accordait. L’on ne peut pas marier des filles qui ne savent pas encore discerner leur désir et
faire une nette séparation entre la passion qu’elles entretiennent pour quelqu’un et le vrai
amour. Dans cette histoire se cache la révélation de Christ qui veut prendre l’église pour
épouse. Ceux qui répondent à l’appel de Christ ont alors quitté le monde pour être transformer
en épouse par le Saint-Esprit.

Genèse 24 nous relate ce récit de manière détaillée. Rappelons que c’est le plus long chapitre
de ce livre. Comme pour montrer son importance en termes de richesse et de volume y
accordé.

1.2. Permission, principe spirituel


La permission demeure un principe spirituel puissant. J’ai compris cela dans le sens que rien
de spirituel ne peut se faire sans une permission préalable. Cela est très important. Ainsi
l’accusateur qui est le diable ne peut rien sans se rassurer que vous n’avez pas donné votre
propre aval.

Nous entendons souvent parler de la manière dont les serviteurs du diable font leur sacrifice.
Il suffit de la personne voulant sacrifier de pouvoir donner son aval avant qu’il y ait la
liquidation de sa victime.

Matthieu 3 nous relate les trois tentations qu’a connues le Seigneur Jésus Christ. Il a fallu que
ce dernier permette au diable de pouvoir prendre autorité sur lui, alors il aurait perdu tout son
pouvoir. Esaü l’a fait avec Jacob, et il a perdu son droit d’ainesse.

La permission est un pouvoir qui est exercé sur celui qui l’accepte. Le mot en soi est scindé en
deux : per (au-delà) et mission (vocation). Ce qui est expliqué par le fait que la permission est
une autorisation qui touche notre vocation ou mieux qui peut la modifier. Et qui dit vocation,
dit mandat ou influence que nous avons reçue. D’où, lorsque l’on dit : « je permets », l’on
veut dire : « je donne accès ou mon aval que tu agisses, je cède mon pouvoir. »

Nous comprenons que il est très dangereux de donner la permission à n’importe qui pour faire
quelque chose, il est très dangereux de donner la permission à une personne de fonder une
église (il se peut qu’il en soit le destructeur), il est encore très dangereux de donner la
permission à n’importe quel homme pour pouvoir épouser votre fille ou à n’importe quelle
femme pour entrer dans la vie de votre fils (pour des parents) ou encore dans votre vie (pour
celle ou celui qui me lit). Il y aura deux résultats soit la mort soit la vie. Il vous faut
développer un regard prophétique (sachant bien sûr que Dieu ne permettra pas que vous voyez
toujours tout venir). Etre une personne tenace devant la permission tout en se rassurant que
vous êtes dans le bon avant accord. Au risque de céder qui que ce soit ou quoi que ce soit sous
le pouvoir de celui ou celle qui en sera la cause même de la destruction.

L’un des moments le plus précieux de ma vie est d’écouter ce qui se raconte sur la biographie
des gens, surtout par eux-mêmes. Il m’est alors arrivé d’assister au témoignage de mon
Pasteur. Le Seigneur l’a permis d’expérimenter un ministère béni dans le sud-est de mon
pays. Il nous a affirmé qu’il a eu à passer près de deux ans assis dans l’assemblée, dimanche
après dimanche, dès son retour dans la capitale d’un voyage missionnaire plusieurs années
après. Rentré dans l’Eglise centrale pour exprimer sa vision d’aller servir à Lubumbashi après
une vision non compris durant presqu’une décennie, il vint exprimer cela au Patriarche qui lui
demanda de patienter. Ayant réuni tous les éléments qui prouvaient que son Pasteur avait
raison de s’y rendre, le Patriarche va rappeler alors son Pasteur et lui envoyer officiellement
vers le lieu de sa vision.

Lorsque nous analysons cette belle histoire tout à son début, l’on aurait cru à une méchanceté
du patriarche qui s’oppose à la vision du jeune Pasteur lui prétendant d’être ambitieux de
manière démesurée mais nous tirons la leçon de la notion de la permission qu’attendait alors
le jeune Pasteur.

1.3. Conséquence du manque de la permission


« … Je voudrai donc y monter, pour enterrer mon père ; et je reviendrai. » Gn 50 : 5b

Ces paroles sont de Joseph, fils de Jacob qui vient de mourir, alors gouverneur du pays
d’Egypte. Il s’adresse aux serviteurs de Pharaon qui doivent rapporter à ce dernier les paroles
citées ci-haut. Ici cet homme gouverneur demande la permission au Pharaon qui doit le
libérer de ses fonctions en vue d’un enterrement. Imaginez-vous qu’il ne demandait pas cette
permission, il y aurait alors des problèmes qui seraient nés par suite de cette insubordination.
Lorsqu’on ne rend pas compte à ses supérieurs, cela dénote de la mauvaise éducation, chose
qui engendre des conflits d’intérêts. C’est inacceptable de saper l’autorité ou l’ordre établi
quel que soit sa forme. L’on pourra jusqu’à mériter la mort puisque nous n’avons pas eu l’aval
de notre autorité avant d’agir.

L’on est soumis à la malédiction pour celui qui quitte son Eglise locale sans pour autant avoir
la permission de cette dernière. Lorsque l’on ne cherche pas la permission avant de s’engager
à une action on s’expose alors à la malédiction. La permission suppose alors que nous avons
le mandat sinon nous réunissons les critères pour pouvoir agir. Une de conséquence est la
mort comme c’était le cas d’Amnon le fils du roi David. Relisez les paroles de sa jeune sœur
avec qui il a commis l’inceste.

2. Principe de l’ordre
2.1. Nécessité de l’ordre
Pour que les choses soient bien fixées dans une société, l’ordre est très essentiel pour arriver à
cette fin comme l’Apôtre Paul le dit aux corinthiens (1 Cor14.33a).

Dans son fonctionnement, Dieu a toujours privilégié l’ordre. Et nous comprenons dans le
verset cité avant que pour Dieu, le désordre est synonyme d’absence de paix dans une société.
Ainsi, dans de tels endroits, il finit par frapper les hommes qui sont auteurs de ce désordre
orchestré. Plusieurs passages de la Bible illustre explicitement ou implicitement le privilège
que Dieu donne à l’ordre et aux hommes ordonnés selon sa Parole.

La toute première illustration de ce principe se dégage dans le récit de la création où Dieu fait
les choses de manière ordonnée. Tout cela afin d’éviter un chao par la suite. Tel un architecte,
il pose les fondements et commence à y construire dessus. Il crée premièrement le ciel et la
terre au premier jour afin que ceux-ci accueillent toutes les autres structures ; connaissant
l’importance de la lumière, il la crée afin qu’elle éclaire la terre. Une lumière sans terre n’a
pas de sens ! Voilà la sagesse de Dieu que nous devons imiter.

De nos jours, nous assistons aux circonstances malheureuses suivant lesquelles les personnes
privilégient les choses qui devaient servir à d’autres qu’ils n’ont pas encore. Acheter une
voiture sans commencer par s’acheter un terrain pour se taper une maison (ce dernier servira
de garage pour ce véhicule), des vêtements luxueux au lieu de s’acheter une belle garde-robe
ou une valise qui gardera pour longtemps ces vêtements.

Nous voyons que le désordre n’engendre que plus des problèmes que si nous avions établi les
choses selon les priorités. Donc, l’ordre implique l’établissement des priorités. Or, là où il y a
ce dernier, il y a réduction des dépenses inutiles telles qu’acheter une valise dans laquelle on
mettra des vêtements un peu gâtés. Comme conséquence, acheter encore des vêtements pour
une valise un peu gâtés, etc.

2.2. Types de désordre


Une semaine de septembre 2014, j’ai assisté à une convention en souvenir des dix ans du
décès d’un éminent homme de Dieu ayant eu une grande influence durant sa vie sur terre. Je
cite le Pasteur Albert Lukusa. Au cours de ces réunions durant laquelle ont défilé plusieurs
hommes de Dieu de qualité, j’ai eu la grâce de recevoir un message puissant du Pasteur Jean-
Baptiste Sumbela, visionnaire de l’église Silo à Kinshasa. Il a eu à enseigner qu’il y avait
plusieurs types de désordre qu’il a regroupé en trois :

a) Le Désordre financier
Il a eu à mentionner que se retrouver en rupture de finances n’est que la conséquence
de notre vie de désordre dans le domaine lié aux finances notamment la mauvaise
gestion ou le manque de répartition d’utilisation de son argent de manière adéquate.
Il faudrait savoir que tout montant que vous touchez est réparti comme suit : mon
argent (M.A.), l’argent des enfants (A.D.E.), l’argent des autres (A.D.A.) ainsi que
l’argent de Dieu (A.D.D.) où le premier prend le 65%, le deuxième 10%, quant au
troisième 5% et le dernier environ 20%. Ainsi, cette répartition qui peut être
modifiable selon les proportions, vous servira de repère quant à la gestion de votre
argent au quotidien. En réalité, l’homme vivant dans une société ne travaille pas que
pour lui-même ni pour son ventre mais pour sa postérité, son entourage (sa société)
ainsi que pour Dieu surtout. « Ô Seigneur Eternel, pardonne-nous pour toutes les fois
que nous avons bouffé ton argent (dimes et offrandes), celui des autres (aumônes) et
celui de notre postérité (leur héritage) ! »
Donc, c’est à nous de prendre des mesures pour nous discipliner à ne manger que ce
qui nous revient. L’Eternel Dieu a demandé à Adam et Eve de manger de tout ce qui
était dans le jardin sauf des fruits d’un arbre, voyez-vous ? De nos jours, nous péchons
de la même manière en grignotant les dimes et les offrandes au profit de nos besoins
personnels. Pour justifier notre égoïsme, nous essayons de contester que la dime dans
la nouvelle alliance n’est pas biblique. Cependant, la nouvelle alliance est plus sévère
que l’ancienne alliance.
Donc, il nous faudrait même donner plus que ceux de l’ancienne alliance. Chers frères
et chères sœurs, si réellement nous avons compris que Dieu, dans son amour, nous a
donné son Fils unique, alors nous ne redouterons plus de lui donner tout ce qu’il nous
demande ou même ce qu’il ne nous demande pas.
Le désordre financier amène à une fin comme celle d’Ananias et Saphira.
b) Le désordre spirituel
L’Apôtre Paul dégage un principe spirituel fort lorsqu’il déclare : « N’abandonnez pas
vos assemblées comme le font quelques-uns. »
Le désordre spirituel consiste à vivre une vie spirituelle qui n’est pas contrôlée. C’est
la vie d’un chrétien qui n’est pas fixe et constant dans sa croissance. L’un de mes ainés
dans la foi qui a un sens de franchise incroyable m’a dit un jour : « Frère Patrick,
lorsque tu es éparpillé, tu seras superficiel mais si tu restes à un seul endroit, il te sera
plus facile d’être profond. » C’est l’une des choses qui m’a stabilisé dans la marche
avec Christ. De nos jours, c’est plus facile de voir des personnes étant jeunes ou âgés
circulant ministère après ministère, église après église ou encore conférence après
conférence sans pour autant être régulier dans leur propres assemblées. Ce qui amène
un déséquilibre spirituel puisqu’elles ont des connaissances mélangées.

Le désordre spirituel amène la mort spirituelle. Tel un arbre ne donne que les fruits de
la même espèce que lui, le désordre spirituel produit aussi la mort spirituelle. Combien
des jeunes gens, des chrétiens autrefois remplis des dons spirituels ne les ont-ils pas
vus s’éteindre à cause du désordre spirituel.

Le désordre spirituel, c’est la recherche des sensations fortes dans la présence de Dieu
poussant des personnes à s’attacher à des hommes de Dieu dont ils ignorent totalement
le témoignage. Comme conséquence, ils ont vu leur foyer ou leur famille être détruit.

Un désordonné, c’est celui qui ne sait pas mettre en ordre tout ce qui lui appartient,
celui qui ne sait pas mettre chaque chose de sa vie à sa place, chaque relation à sa
place, chaque moment de prière à sa place ou encore chaque réunion selon sa priorité.
Telles certaines familles qui ne savent pas se réunir au moins une fois par semaine
pour prier et chercher Dieu alors qu’ils ont la possibilité de le faire.

En vivant dans un désordre spirituel, l’on ne peut pas croître comme il faut
spirituellement parlant et même émotionnellement parce que tout découle du spirituel.
Une vie spirituelle bien règlementée nous permet de bien nous gérer, de savoir gérer
ce qui nous entoure. Prenant l’exemple de quelqu’un qui sait où il a l’habitude de
mettre ses vêtements à un endroit précis, lorsqu’il perd l’un d’eux, il sait facilement où
le retrouver par conséquent, il ne perd pas le temps. L’ordre à un grand avantage.
Sachons où mettre régulièrement nos pieds lorsqu’il s’agit de la prière ou d’autres
choses.
Le désordre spirituel, c’est aussi le fait de ne pas savoir comment Dieu fonctionne.
Paul dit aux corinthiens : « Car notre Dieu est un Dieu d’ordre ». Les corinthiens
faisaient tout ce qu’ils voulaient dans la maison de Dieu et surtout à n’importe quel
moment. Ce qui a engendré une incompréhension au sein de l’assemblée, de la
concurrence entre les chrétiens. Deux personnes et même plus pouvaient prophétiser
en même temps et du coup, l’on ne pouvait pas entendre et comprendre les oracles de
l’Eternel.

Lorsque nous regardons dans le récit du Prophète Samuel, les deux fils du sacrificateur
Eli, Ophni et Phinéa ont vécu dans ce type de désordre tout en envoyant des jeunes
serviteurs pour se servir des choses saintes alors qu’elles étaient dans la présence de
Dieu. Ils connaissaient ce que dit la Parole de Dieu concernant leur part des offrandes
mais ils se sont obstinés à croire qu’ils avaient tout le droit. Et pour Dieu, il dit que ces
jeunes sacrificateurs se sont moqués de lui, ils ont méprisé ses offrandes. En fin de
compte, ils ont été frappés de la mort physique. Certainement, le désordre spirituel
peut vous conduire même à une mort physique.

Après une longue absence, j’ai revu l’une de mes ainées que je suis allé visiter. Cette
dernière, je crois par l’inspiration du Saint Esprit, m’a alors relaté une triste histoire
qu’elle a connu d’un homme de Dieu qui, hélas, n’est plus. Venant de la capitale de
mon pays, Kinshasa, le Seigneur Jésus lui parlât qu’il va l’utiliser puissamment dans la
deuxième ville du pays nommé Lubumbashi. Il décide alors de ce fait de pouvoir se
rendre là et de s’y établir en vue d’exercer son ministère. Il laissera alors femme et
enfants. Arrivé sur place, il va pouvoir commencer à contacter les églises et hommes
de Dieu pour passer son message. Il est passé par plusieurs églises locales réputées ou
non d’une part et cherché à organiser des campagnes qui n’ont pas réussi d’autres part.
Entre temps, la situation de sa femme et de ses enfants ont commencé à se durcir et
cela à commencer à l’inquiéter au point où il voulait à tout prix rentrer. Ma sœur lui a
alors rappelé les promesses de Dieu, chose qui n’a pas eu son effet. Sachons que
chaque fois que nous sommes près d’obtenir quelques résultats sur le chemin de notre
destinée, souvent l’adversité se lève pour vous distraire et vous désarmer.
L’homme de Dieu va alors se débrouiller pour pouvoir rentrer au lieu où il n’a pas été
appelé simplement à cause de la souffrance de son épouse et de ses enfants.
Rappelons-nous de ce que le Seigneur dit : « Aucun de vous par ses inquiétudes ne
pourra ajouter une demie coudée à la durée de sa vie ». Un principe qu’a ignoré
l’épouse de l’homme de Dieu. Etant rentré dans la capitale, il va reprendre les mêmes
activités tout autant avec des échecs et de petits succès. L’un de ces derniers
surviendra lorsqu’il va entrer en contact avec une femme d’affaire sur qui toutes les
prophéties s’avéreront être vraies. Or cette dernière ayant gardé ses secrets mystiques,
va pouvoir inviter le frère à Brazzaville afin de prier aussi pour sa sœur. Ayant voyagé
par traversée du fleuve, à quelques lieux d’arriver, le canon rapide va se renverser et il
sera le seul à perdre la vie. Voilà une fin tragique pour l’homme de Dieu. Une histoire
similaire est retrouvée dans le livre de 1 Rois 13 parlant du jeune Prophète qui va
perdre sa fin alors qu’il devait rentrer chez lui en vie. Certainement sa famille l’y
attendait. Ce qui a amené l’homme de Dieu à cette fin, c’est le fait de ne pas
considérer la manière dont Dieu était habitué à lui parler au détriment de quelqu’un
qui a vu un ange. Proverbes 33.14 nous dit que Dieu parle tantôt d’une manière et tant
d’une autre. Donc, il parle quand même, il ne peut pas nous laisser tomber sur le
champ de bataille.
c) Le désordre sexuel
Il peut être le plus dangereux de tous les autres parce qu’il est un cimetière pour
plusieurs. Chaque jour qui passe, il fait enterrer plusieurs personnes chrétiennes ou
non chrétiennes. Il est la cause des brisements des foyers, des ministères ou encore des
carrières. Pour ce dernier, rappelez-vous de l’ancien Président Américain au sommet
de sa carrière avec sa secrétaire ou encore de l’ancien président du Fond Monétaire
International avec cette femme de chambre.

Le danger des plaisirs sexuels est qu’il vous empêche d’être réaliste et de vous dire en
vous-même que ça ne pourra jamais se savoir. Même si il ne se découvre pas, cela va
avoir des conséquences quelques part, soit sur votre conscience (auto condamnation,
diminution d’une estime de soi), soit sur d’autres personnes (blessures intérieures,
transmission des maladies, diminution d’amour) ou encore sur votre santé personnelle
(maladies sexuelles qui amènent pour la plupart de cas des infertilités, troubles
spirituelles). J’ai rencontré deux personnes dans ma vie d’un âge très avancé qui ont
eu à m’avouer leur infidélité extra conjugale et j’ai compris que cela a toujours eu des
empreintes dans la vie des personnes. Le premier, un septuagénaire qui a eu à
m’avouer avoir couché avec sa belle-sœur (jeune sœur à sa femme). Il m’a dit d’être
allé à un centre hospitalier pour se faire contrôler puisqu’il avait peur d’être atteint du
VIH SIDA. Le fait de se confier à moi était une occasion pour moi de lui poser la
question sur la vie après la mort et de lui parler du salut en Jésus-Christ. Le deuxième
lui a eu un enfant hors mariage que sa femme n’a jamais su. Mais comme le cœur
détient une nature de toujours se confier, voilà qu’il va aussi avouer son péché. Je n’ai
su rien faire sincèrement. A mon humble avis, si vous vous trouvez dans ces
circonstances, il faudra avouer à la personne blessée directement c’est-à-dire votre
femme.

La recherche des plaisirs sexuels ont amené plusieurs personnes à se livrer à de


pratiques qui font honte. Et le plus grand piège de ces plaisirs est qu’il vous rend
dépendant de manière exponentielle. Au final, vous devenez addictif et vous pouvez
arriver au point à accepter d’être ridicule même aux yeux et au su de tous.

L’un de mes frères chrétiens a eu à partager avec moi son témoignage selon laquelle il
s’adonnait à la masturbation. Il me dit arriver à un point où il pouvait le faire en cours
de route alors qu’il faisait semblant de se soulager. A la vue d’une fille ou d’une
femme, il pouvait ne pas se lancer sans honte à cette sale pratique. « Le péché est la
honte des peuples », dit le livre des proverbes. Il vous rabaisse quelle que soit la
dignité que les hommes nous donnent. Et vous-mêmes vous le savez dans votre fond,
du coup il vous fait perdre l’estime de soi ou vous amène à croire que tout le monde
voit votre nudité. Comment Adam peut se cacher doublement (cacher sa nudité et se
cacher dans le jardin) mais il ne sait pas se cacher devant sa conscience qui lui parle
qu’il est nu ? Nous ne sommes pas de ceux qui soutiennent la thèse du péché d’Adam
et Eve comme l’acte sexuel. De toutes les façons, ils étaient mariés, Dieu les avait
bénis. Alors il serait aberrant de déclarer qu’un serpent ait couché avec une femme. La
Bible est claire à ce sujet, elle a juste mangé le fruit interdit par Dieu. Le péché est
donc la désobéissance à la volonté de Dieu. Ainsi, toute personne qui commet un acte
sexuel avec un partenaire qui n’est pas prévu selon le plan de Dieu ou celui qui
commet un acte sexuel qui souille sa conscience, désobéit à Dieu et sera frappé d’une
mort s’il ne se repentait pas sincèrement.

Le désordre sexuel, c’est aussi le fait de ne pas s’aligner sur la pensée de Dieu
concernant la gestion de votre corps. Dieu nous aime. Amen ! Il sait qu’une vie
sexuelle non règlementée et non équilibrée ne nous créera que de problèmes. Voilà
pourquoi il a mis un cadre (le mariage entre un être mal et un être femelle 1 cor 7.2-3 ;
Gn 2.24), il a situé un endroit (le lit conjugal) et à situer des temps (1 cor 7.5
notamment pour vaquer à la prière, maladies).

2.3. Quelques remèdes


La solution serait de se laisser conduire par l’Esprit de Dieu. Comme la Parole de Dieu le dit :
si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous.

Or pour que l’Esprit de Dieu habite en vous, vous devez laisser la Parole de Dieu vous
toucher et que vous puissiez accepter Jésus-Christ comme Seigneur et sauveur (Rom 10.9).

En vivant dans le désordre sexuel (adultère, fornication, prostitution, masturbation et autres


pratiques), notre fin c’est la mort éternelle, la condamnation éternelle. Puisque notre corps ne
nous appartient plus, nous devons alors glorifier Dieu par notre corps (1 Cor 6.20). En ne
faisant pas cela, nous serons condamnés parce que le corps de l’homme, en réalité, ne lui
appartient pas mais appartient à Dieu qui l’a créé pour sa gloire.

Les exemples en sont multiples dans la Bible et même dans la vie courante. Tous ceux qui ont
voulu avoir des pratiques hors la volonté de Dieu, ont mal fini.

Le seul remède que Dieu nous a donné face à l’impudicité, c’est de fuir. Une grande stratégie
afin de ne pas tomber dans ce péché qui amène une addiction.

Une autre stratégie, c’est de pouvoir s’occuper. Ce qui a manqué au roi David (2 Sam 11.1)
qui, malgré qu’on lui a informé qui était cette femme, n’a pas pu mettre un frein au désir qui
était engagé de pouvoir coucher avec cette femme Bathschéba. Ô le péché sexuel lorsqu’il
vient, il faudrait lutter pour mettre un frein en s’y échappant mais si déjà nous sommes en
position de faiblesse, l’on ne pourra pas.

Voyez-vous dans ce récit comment la nuit a favorisé ce péché. Ce récit nous enseigne de nous
conduire avec prudence durant la nuit parce que les désirs sexuels se révèlent puissamment
durant cet intervalle du jour. Un moment favorable où Dieu communique facilement ses
pensées à cause de son calme mais aussi un moment qui fait grandir les plaisirs sexuels
puisque notre corps est en repos. Il faudrait alors répondre à l’appel du Seigneur la nuit afin
de prier.

L’une des choses qui a changé mes nuits est ce message de mon Pasteur qui a parlé lors d’un
dimanche sur le thème l’adoration. Il dit que lorsque tu te réveilles la nuit, pense à Jésus-
Christ, adore-le, pense un peu à lui.

2.4. L’ordre pour le changement et les miracles


Il n’y a aucun endroit, aucun événement, aucune réforme ou encore révolution qui ne s’est
opéré sans qu’il y a un certain ordre. Dire ordre veut dire alignement, structuration,
ajustement et j’en passe. Tous ces synonymes se ramènent à un des objectifs majeurs qu’est le
changement. La structure qui se trouvait à une place A va alors prendre une place B et cela
grâce à un opérateur que nous appellerons l’opérateur de changement qui est l’ordre. Ce
dernier ne peut s’inviter que là où il y a réalisation d’un besoin. Il se peut qu’on soit fatigué de
la monotonie, de la solitude, de l’esclavage, de mauvaises habitudes, etc. Le besoin du
changement va alors arriver. Revoyez avec moi l’histoire de Zachée dans la Bible (verset). En
effet, cet homme qui jouait office de ce que nous appelons agent de la douane ou de la
fonction publique aujourd’hui a reconnu qu’il rançonnait ses contemporains. Par la venue de
jésus dans sa maison, il a décidé d’opérer un changement. Changement veut dire aussi
conversion au sens de la Parole de Dieu. Il ne peut devenir possible que par une prise de
conscience.

Un jour, lors d’un voyage vers l’Afrique du Sud, alors que j’atterrissais à l’aéroport d’O. R.
Tambo, juste en voyant du ciel la ville de Johannesbourg, je me suis posé la question
intérieurement que j’ai partagé avec plusieurs personnes à mon retour au pays : « Est-ce que
la R.D.Congo se développera un jour ? » puisque ce que j’avais vu m’avais profondément
troublé, je n’en revenais pas. Mais plus tard, j’ai compris que l’opérateur de changement
n’avait pas encore déclanché son effet dans le chef du Congolais. Alors pour qu’on réalise
qu’on a besoin d’inviter l’ordre dans sa vie, dans son environnement, dans son Entreprise ou
encore dans sa maison, il faudrait qu’on rencontre les choses suivantes :

a) les calamités : comme le navire de Jonas qui devait couler, les personnes prennent
conscience lorsqu’ils sont frappés par les calamités. En ayant une vie d’Enseignant,
j’ai de la chance de rencontrer comment après une session d’examens ou une
publication des moyennes catastrophiques que les étudiants deviennent de plus en plus
conscient qu’ils doivent remettre de l’ordre dans leur étude en vue d’une amélioration
de leur situation. C’est lorsqu’une pluie à ravager des maisons que les propriétaires
comprennent l’importance de bâtir de nouveau avec des matériaux solides. Un dicton
dit : « les conséquences corrigent mieux que les conseils ». Les Etats-Unis ont décidés
de doubler la sécurité du pays ainsi que même le renforcement de l’entrée dans son
territoire après les événements du 11 septembre 2001. Même lorsqu’il y a l’ordre, on a
encore besoin d’ordre. La nature nous enseigne que même une maison vide ne doit
rester vide au risque de se voir même occupé par les insectes de toute espèce. Ne
jamais laisser de vide, redoubler de vigilance comme Néhémie, ses frères et lui
rebâtissaient la muraille de Jérusalem tout en ayant des épées à la main. Pour éviter
que les adversaires viennent écrouler le mur ou les attaquer durant ce changement
qu’ils avaient décidés d’opérer, ils devaient se protéger. Les gouvernements de
plusieurs pays mènent des campagnes pour des mesures préventives même lorsque la
population est en bonne santé. Lorsqu’il n’y a pas des mesures préventives, les
maladies dont on connait la nature généralement peuvent être de nature contagieuse.
Un type de calamité, c’est par exemple le phénomène shegués abusivement appelés
enfants de la rue1, ce qui constitue en réalité une extension des délinquants. Lorsqu’un
parent ne prend pas conscience que ce phénomène peut entrer dans sa maison, ravager
sa famille, alors il veillera à l’éducation de ses enfants, leur fournira des vêtements et
de la nourriture sans pour autant avoir un coup d’œil sur les enfants du voisin. Raison
pour laquelle les parents doivent se mobiliser, créer des associations qui ont pour objet
de lutter contre la délinquance juvénile. Ce qui va améliorer le cadre de vie. Ils
peuvent par exemple cotiser après création d’un fond de soutien scolaire pour les
enfants défavorisés et démunis, des boutiques de charité 2. Les chrétiens ou tout type de
personne qui voit les calamités approchées ou persistées dans son cercle de vie, doit se
lever afin de trouver des mesures préventives ou palliatives au problème
b) le choc ou la déception : les observations dans la société ont montré que dans une
relation entre un homme et une femme, le couple décide de devenir ou de redevenir un
bon couple lorsque l’un deux ou les deux simultanément se sentent menacés par un
divorce. Alors le plus fautif généralement cherche à s’amender en décidant de devenir
meilleur partenaire. Ils se disent, ils n’ont plus droit à l’erreur. Une jeune fille qui

1
Terme utilisé communément pour signifier que l’on ne connait pas les parents de ces enfants qui ne vivent que
sur la rue. Ils en sont devenus des maîtres de cette dernière.
2
En Afrique du Sud, ces types de boutiques où l’on vend des biens utilisés à moindre coût et certains sont
offerts.
tombe enceinte alors qu’elle ne vit pas dans une relation sérieuse a tendance à réfléchir
sept fois avant de s’engager à nouveau dans une autre relation. Après la déception,
généralement, on prend la ferme option de mettre sa vie en ordre. Cela vous est arrivé
certainement.
c) les pertes, les failles : après avoir perdu mon premier emploi, j’ai développé dès lors
une gestion sage de l’argent alors que je gagne plus qu’avant. Je ne dépense plus
comme avant. Il a fallu que je réfléchisse beaucoup pour trouver une maison qui me
suffirait pour un temps afin d’épargner suffisamment et investir dans d’autres projets.
J’ai entendu l’histoire d’un jeune homme qui était dépensier, se faisant chantant par
les musiciens comme c’est la coutume dans notre culture. Un jour, alors qu’il n’avait
plus d’argent et marchait à pieds, il voit le musicien qu’il a eu à enrichir rouler
carrosse. Il a pris alors la décision de mettre sa vie en ordre en vue d’un changement.
Lorsque cet homme a réalisé qu’il avait perdu son fils (******), il s’est écrié vers le
Seigneur Jésus : « Maître, vient au secours de mon incrédulité ». En effet, les
déceptions et les pertes doivent nous pousser à rechercher de l’aide auprès du Seigneur
comme le dit l’épitre aux hébreux : « approchons-nous donc du trône de la grâce en
vue d’être secouru de nos faiblesses ». Ne peut être secouru que celui qui reconnait
avoir besoin d’aide.
d) La mort : ce dernier, réalité difficilement acceptable par les bantous et les humains en
général, amène l’homme à réfléchir et à prendre des décisions. Lorsque j’ai suivi un
jour le Docteur Myles Monroe dire que les endroits le plus riche dans le monde sont
les cimetières, cela a changé mon style de vie. J’ai alors réalisé que sur terre, l’homme
ne vit pas longtemps et cette vie, il ne l’aura jamais deux fois. J’ai alors décidé de finir
ce livre que j’ai eu à commencer il y a une année alors que vous la lisez. J’ai multiplié
les décisions, les reformes dans ma vie comme si elle était un pays avec à sa tête un
nouveau Président. Oui, bien sûr, ma vie est plus qu’une institution, ta vie est plus
qu’un pays. Personne ne peut se dérober à cette loi. Plus on traite sa vie comme une
institution, éphémère sera la durée de temps que nous perdons dans les distractions
que j’appelle le désordre. Le rôle de la mort, c’est de nous rappeler que nous devons
prendre des décisions en vue de bien finir. Permettez-moi de vous relater une partie de
ma vie. C’est l’histoire de mon grand-père. Il était comptable d’Ambassade du pays à
l’étranger. Mais un jour, en vue de saisir les opportunités, l’ambition lui a conduit de
revenir avec toute sa famille au pays en vue d’attendre un poste plus grand. Cela était
en échange de l’argent à une personne bien placé dans le pays. Il vendra alors presque
tous ses biens pour finalement ne rien avoir. La vie deviendra alors difficile jusqu’à sa
mort deux décennies plus tard. Voyez-vous que lorsqu’un jeune homme entend une
telle histoire, il tire des leçons.

« Mettre sa vie en ordre, c’est l’aligner suivant la volonté de Dieu. »

3. Principe de la préparation
L’on ne peut rien faire dans la vie de tous les jours sans pour autant qu’il y ait une préparation
au préalable. Retenons que l’impréparation amène le ridicule. Pour l’accomplissement du
grand ministère de notre Seigneur Jésus Christ, il lui a fallu une préparation au préalable
(kkjk). Le temps et la qualité que l’on donne à la préparation va déterminer ce qui va en
résulter. C’est un investissement que l’on fait en vue de retirer un bon salaire dans ses futures
actions.

Jésus-Christ qui est notre modèle par excellence a pris plusieurs années de préparation avant
de débuter son ministère de trois ans qui a eu un impact éternel. La vie allant vers le succès ou
la destinée a trois phases, la phase de préparation, celle de l’action ainsi que celle de l’impact
ou de l’après action.

3.1. La phase de la préparation


Elle est une nécessité. Une grande préparation engendre un grand impact tandis qu’une petite
préparation engendre un petit impact ou même au pire accouche d’une souris. Pour un enfant
qui né, un jour ce dernier est appelé à devenir un jeune homme et puis assumer forcément des
responsabilités. S’il n’est pas préparé à cette vie, il va capituler et par conséquent mal jouer
son rôle. L’impréparation produit une frustration, laquelle frustration produit des personnes
qui ne sont pas sûres d’elles lorsqu’il s’agit d’entreprendre. Parlant de Jésus-Christ, il ne
pouvait pas accomplir sa mission sans être prêt.

Lorsque ses parents sont venus le retrouver au temple alors qu’il avait douze ans, la Bible
conclut ce récit en disant : il grandissait en sagesse, en stature et en grâce devant Dieu et
devant les hommes. Bien avant cela, l’on dit qu’il posait des questions aux sacrificateurs et
aux anciens.

La préparation implique qu’on développe des attitudes qui montrent que réellement, on attend
ce pour quoi on se prépare. Déjà à cet âge, le jeune enfant pouvait répondre à ses parents
biologiques : Ma mission c’est de faire la volonté de mon Père. C’est merveilleux d’entendre
une telle parole venant de la bouche d’un enfant. Plus tard, avec les exploits qu’il a accompli,
point ne serait l’objet de s’étonner parce que déjà la jeunesse de cet enfant avait prédit son
futur glorieux (Prov concernant la voie d’un enfant qui montre ce qu’il sera plus tard). Gloire
à Dieu pour ceux et celles qui ont conscience un peu plus tôt de leur vocation sur la terre.
Mais pour ceux qui ne l’ont pas encore trouvé, ce n’est pas encore trop tard à l’instar de
Nicodème qui est venu trouver Jésus un soir en vue de se rattraper. En parcourant le livre
« Reposition Yourself » du Bishop Jakes, je suis frappé du succces story de sa grande mère
qui a pris la décision de finir ses études d’infirmière malgré son âge.

Il y a deux niveaux de préparation :

a) lointaine : Nous prenons exemple d’une jeune fille qui, dès son jeune âge, apprend à
préparer, à bien se tenir. Ces choses ne s’invitent pas au hasard et cela sera anormal de
voir une femme vivre une vie semblable à celui d’un homme ou vice versa. Il y a un
objectif poursuivi dans cette préparation qui n’est rien d’autre que d’entrer pleinement
dans sa vie d’homme ou de femme. Dans la situation où un enfant est habitué à la
paresse, il ne veut pas travailler (ou n’est pas forcé à travailler), elle ne veut pas faire la
vaisselle et autre, alors on est en train de biaiser sa préparation. Qu’une telle personne ne
s’attende pas à devenir un bon parent ou un bon responsable de demain. C’est la même
situation pour tout autre domaine
b) Immédiate : Il faudrait noter qu’il y a des circonstances qui arrivent dans la vie et qui ne
nécessitent pas une préparation lointaine mais au moins un minimum de temps ou même
de bons sens. C’est ce qui va arriver au Prophète Elisée qui n’est pas habitué aux
surprises lorsqu’il fait son ministère de Prophète. Cependant, il va arriver une situation
telle que cela ne lui était pas annoncé d’avance. Il va demander qu’on lui joue de la harpe.
Ce qui l’a amené à avoir du succès à cette épreuve est qu’il a pris juste un peu de temps
pour écouter le cantique, se mettre dans un confort tel que l’inspiration pouvait vite venir.
C’est aussi le cas pour cette personne à qui l’on annonce qu’il doit passer une interview
dans les minutes qui suivent.

Ainsi, si la préparation lointaine implique donc une accumulation des connaissances qui
doivent être déployées, la préparation immédiate prend plus en compte les attitudes à afficher
(un sang-froid, un calme, une attention, des gestes, une concentration, etc.).

Lorsque l’on n’est pas préparé, ainsi on est frustré et on peut facilement capituler alors que
nous pouvons être sur notre champ d’action.
L’exemple est frappant lorsque l’on voit de quelle manière l’Eternel Dieu lors de la création
prend le temps de préparer le cadre qui devait accueillir l’homme. L’objectif était que
l’homme soit heureux et qu’il se sente bien dans ce lieu. Ainsi, Dieu ne peut plus créer
d’autres Eden pour tous les hommes de nos jours mais il le fait autrement par les situations
par lesquelles il nous permet de passer afin que nous soyons dans notre aise à l’heure de notre
succès. L’or qu’on n’admire aujourd’hui était un produit brut sorti de la terre boueuse. Ce qui
a fait de lui un produit de grande valeur, c’est le processus par lequel il est passé. Un feu qui
l’a purifié de toute impureté. Bien souvent nous refusons les épreuves de la vie tout en
ignorant que ce sont ces épreuves qui vont nous préparer à nous maintenir dans le succès et à
être différent.

Alors la préparation implique le sacrifice et mieux un sens de sacrifice élevé. Il a fallu que le
Seigneur Jésus accepte de sacrifier sa jeunesse à faire la volonté de Dieu, qu’il accepte de
sacrifier parfois ses moments de loisir en tant que jeune homme et qu’il accepte le sacrifice de
son corps afin de laver les hommes de leur péché et d’être glorifié éternellement.

Les bonnes habitudes sont pour beaucoup dans une bonne préparation. En effet, une jeune
femme qui est habituée à travailler chez elle à la maison, de tout ranger ou encore de faire le
ménage sans être blâmée sera certainement meilleure mère que celle qui ne veut rien faire. Un
jeune sportif qui s’entraine chaque jour suivant un rythme régulier et un temps précis sera
certainement un grand champion par rapport à celui qui a le talent naturel mais qui n’a pas
développé ces habitudes. Les exemples en sont multiples et cela dans tous les domaines. La
préparation qui implique le sacrifice est inévitable pour atteindre un succès qui se maintiendra
dans le temps et non celle qui vient du diable mais qui est éphémère. Les jeunes devront
apprendre à développer les bonnes habitudes déjà étant jeunes. C’est une manière de se
préparer à vivre dans la grandeur et à se conforter dans sa destinée. Celui qui ne vit pas dans
la préparation sera surpris par ce qui arrivera.

Il y a des préparations vues sans utilité aujourd’hui puisqu’on ne connait pas à quoi cela va
nous amener et celle qui paraissent vraiment utiles à nos yeux puisque nous savons où elles
nous amènent.

3.2. Préparation selon les objectifs


Je distingue deux types de préparation suivant les objectifs : la préparation avec objectif en
vue (POV) et la préparation sans objectif en vue (PSOV).
Concernant la préparation avec objectif en vue, plusieurs personnes l’aiment parce que l’être
humain de par sa nature aime les choses concrètes, il veut se préparer pour quelque chose
qu’il sait bien circonscrire le sens, le contour, bref qu’il peut comprendre. Alors il s’obstine à
cela, il lutte sans fin et se sacrifie parce qu’il y a une motivation. Alors pour cette catégorie de
préparation, on peut aller à l’école, à l’université ou dans un centre de formation puisque là on
pourra clairement nous dire ce qu’il faudra faire. Ici, c’est la tête (l’intellect) qui doit être
préparé.

Cependant il y a une préparation sans objectif en vue. En réalité, elle ne se fait pas vraiment
sans objectif en vue mais on ne sait pas trop cerner ou comprendre le contour de ce pourquoi
on se prépare. Il y a des choses qui peuvent arriver dans votre vie, vous ne pouvez au-delà de
votre sens imaginatif le voir et en cerner le contour. Puisque ce sont des choses compliquées.

Comment vous préparer à des choses que l’œil n’a point vu, que l’oreille n’a point entendu,
celles qui ne sont point montées dans le cœur de l’homme ? Selon 1 Corinthiens 2.9 répond à
cette question en donnant la clé : Dieu. Donc celui qui se rapproche de Dieu se prépare à
recevoir ces choses dont on ne sait clairement cerner les contours. Ici, on n’a pas besoin de
l’intellect forcément qui devra être préparé mais la priorité devra être donnée à son cœur.
Parlant du cœur, on parle des attitudes et du comportement. La plupart néglige l’aspect
intérieur dans la préparation, raison pour laquelle l’on rencontre avec des hommes de Dieu
mais sans humilité, des femmes vraiment intelligentes mais querelleuses. Au final, avec ces
attitudes, on ne saura vivre une vie épanouie et de surcroit ne pas entrer au royaume des cieux.
Les choses qu’on ne sait cerner ce sont les choses à la dimension divine alors que celles que
l’on sait comprendre sont terrestres pour d’autres diaboliques. Pour les comprendre il faudrait
être spirituel. Or on ne peut être spirituel sans Dieu, sans Jésus Christ dans sa vie.

Il est alors nécessaire de recevoir Jésus dans sa vie pour recevoir les choses célestes.
(Ephésiens 1.3) Il serait nécessaire de lire la suite de ce verset tellement puissant et vous
verrez toucher de sa profondeur.

Faites avec moi cette prière :

« Seigneur Jésus Christ, je reconnais que tu t’es donné pour mourir à cause de mon péché.
Merci pour ce sacrifice qui me lave de toute souillure. Je veux de tout mon cœur vivre
désormais selon le plan de Dieu et bénéficier de la joie de l’éternité. Amen. »
La préparation implique une vie de prière intense. Plusieurs passent beaucoup de temps à prier
pour ce qui est extérieur et non ce qui est intérieur. En ayant un regard sur le temps que le
Seigneur Jésus Christ a passé avant d’accomplir sa principale mission celle de mourir à la
croix de Golgotha pour tous les hommes, il a pris son temps pour prier. La meilleure c’est que
le contenu de sa prière a été dévoilé révélant ainsi comment il a prié pour son cœur.

La place de la prière dans la préparation est encore repérée dans Luc 6.12-13 où le Seigneur
Jésus se prépare à prendre douze personnes parmi plusieurs pour être ses proches, et là il va
prier toute la nuit. Notons que c’est une erreur de penser que parce qu’on a prié qu’on ne fera
pas d’erreur dans nos choix. Si pour Jésus Christ, il connaissait que Juda Iscariote le trahirai,
alors pour nous aujourd’hui aussi Dieu sait parfaitement que malgré notre prière et nos temps
d’intimité il se pourra qu’il y ait quelque chose de négatif qui entre dans notre vie. Mais cela
ne viendra pas pour te détruire mais pour te faire entrer dans ta destinée. Une erreur aux yeux
d’une femme qui s’est gardé toute sa vie et qui a prié mais s’est retrouvé avec un homme
méchant, une erreur pour une personne chef d’entreprise qui a recruté une personne qui vient
détruire son entreprise alors qu’elle avait pris tout son temps dans la prière. Cependant dans le
plan de Dieu, il ne voit pas ça comme une erreur si erreur n’y est pas.

La préparation implique aussi l’humilité et le développement d’une estime de soi fondé sur
une forte confiance en Dieu. Un grand ami me racontait son expérience alors qu’il était en
dernière année de stage en médecine. Où ils étaient internés pour ce stage, il y avait plusieurs
autres stagiaires venant des universités de la ville et des villes environnantes alors que lui
provenait de très loin et d’un lieu que les autres qualifient généralement de l’intérieur. Alors,
qu’il avait à peine deux semaines dans un nouveau service, les autres ont tenté lui monter un
coup en lui abandonnant tous les cas qu’il y avait à consulter. Il s’en suivra que tous les cas
qu’on lui avait emmené avaient trouvé satisfaction. Et, c’est au retour du médecin
superviseur, très surpris de cet acte, que le jeune stagiaire sera félicité et va dès lors bénéficier
d’une haute considération de la part de tous les autres stagiaires qui se prenaient la tête. Dans
cette histoire, il y a quelque chose que je n’ai pas mentionné. Je n’ai pas été trop étonné de ce
succès parce que je l’ai connu lors de ses études en médecine qu’il travaillait dur et se donnait
pour comprendre ses leçons. Il n’y a rien de plus miraculeux que de se préparer. Se préparer à
tout, pour le mariage, pour ses examens, pour le ministère, et j’en passe. Puisque lorsqu’il y a
une bonne préparation, il nait un très grand succès. Parfois il est intéressant de se préparer à
tout. Le Seigneur Jésus n’a-t-il pas donné la parabole des vierges folles qui ne s’étaient pas
préparé afin de rencontrer leur époux. Considérant la valeur que pouvait représenter la
virginité en Israël, cet époux n’avait peut-être pas raison de laisser ces vierges. Elles ont été
préparées physiquement pour le jour de leur noce depuis leur naissance, elles s’étaient gardé
toute leur vie mais elles ont manqué l’objectif à cause d’un manque de préparation de l’huile
qui pouvait allumer leurs lampes. Préparation lointaine oui mais préparation immédiate non.
Rappelez-vous ce que nous avons dit un peu plus haut :

« La préparation immédiate prend plus en compte les attitudes à afficher ».

Ces derniers sont résumés dans le livre des Galates 5 : 22 qui parle du fruit de l’Esprit. Nous
savons qu’un fruit à la capacité conformément à son type des donner plusieurs autres fruits.
Tel est le cas ici, je pense qu’on parle d’un fruit contenant en son sein des graines qui, lorsque
semés, donne des arbres que tout le monde peut admirer. Cet ouvrage n’entrera pas dans les
détails du fruit de l’Esprit. Et dans le même ordre d’idée, l’Apôtre Pierre dans sa seconde
épitre, parle de sept éléments essentiels à ajouter à notre foi en vue d’entrer dans notre
destinée puisque la divine puissance de Dieu nous a donné tout ce qui contribuent à la piété.
Nous avons la capacité de vivre dans l’humilité à l’image de Jésus Christ, ce qui nous
amènera plus tard à être connu des hommes puisque celui qui parle en dernier a généralement
la capacité de résumer tout ce que les autres ont dit et est alors capable de faire ce qu’ils n’ont
pas pu faire. L’humilité a cette image de l’iceberg, une grande partie est cachée en dessous de
l’eau et juste une petite est visible à la surface. Voilà pourquoi Jésus Christ a vécu caché
durant trente ans avant de travailler trois ans et de laisser cet impact des milliers d’année après
sa mort et sa résurrection. C’est merveilleux n’est-ce pas ? Mais souvent en tant qu’humain
nous avons tendance qu’on nous voit, que les autres voient nos accomplissements, après avoir
acheté la voiture ou voyagé ou surtout s’être marié encore et surtout après avoir officialisé nos
fiançailles. Je suis de ceux qui pensent et encourage les personnes de tout bord à rechercher
plus l’humilité même dans la prière qu’autre chose. Celui qui s’est bien préparé à quelque
chose se rendra humble et désintéressé de la gloire parce que, ayant pris son temps lors de la
préparation, il a remarqué les imperfections et les failles dans ce pourquoi il présente les
résultats aujourd’hui. Il a eu le temps d’être corrigé, d’être réprimé et souvent même a été
humilié. Il ne peut pas s’en glorifier, il sait que l’honneur revient au maître. En réalité, les
personnes talentueuses que nous applaudissons n’ont jamais été les hommes de la situation.
Ceux qui les ont entrainés (parlant par exemple du champion de foot Kaka du Brésil ou un
autre que vous connaissez), ceux qui les ont conduit (parlant des Ministres de Dieu influents
ou leaders politiques), ceux qui les ont éduqués (parlant des enfants modèles dans la société,
de bonnes femmes dans le foyer) ou que sais-je, normalement sont cachés. D’où, la nécessité
que tous les hommes soient humbles. Je regrette généralement les attitudes effrontées
développées par certaines personnes remplies d’un sarcasme exaspérant jusqu’à la lit de la
méchanceté. Ils croient qu’ils sont devenus ceux qu’ils sont par eux-mêmes. Dieu s’est
arrangé afin que la gloire ne revienne qu’à lui. Tout homme a un héros de sa vie quelque part.
Une femme par exemple est belle parce qu’elle est née des parents beaux de figure et de taille
mais puisqu’il y a un savon et une lotion qui ont parfumé son corps, des vêtements de qualité,
etc. Mais tout cela est provenu des personnes qu’elle ne connait peut être pas. Donc, si nous
nous rendons compte que nous ne tenons pas de nous-même, il nous incombe donc de rester
dans une grande humilité puisque la préparation a toujours été le concours de plusieurs
personnes et circonstances qui viennent nous aider et nous amener dans notre objectif.

3.3. Préparation par types d’expérience


De la dernière phrase, nous avons compris que les types d’expériences que nous connaissons
dans la vie vont nous préparer pour n’importe quel événement de notre vie.

« Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu, » Romain 8 : dd

Tout homme vivant sur terre est obligé de rencontrer et rencontrera deux types d’expérience
dans sa vie : mauvaise et bonne.

4. Principe de la production
« Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le
feuillage ne se flétrît point : Tout ce qu’il fait lui réussit. » (Ps 1 :3)

Ce merveilleux passage de la Parole de Dieu nous donne une belle image d’une personne qui s’attache
à Dieu et qui marche selon ses principes, qui refuse de se laisser corrompre par le mal et qui fait de la
méditation de cette Parole un style de vie.

Le secret du succès repose dans la connaissance et la mise en pratique de la Parole. L’on vivra ainsi
sans souci et dans une tranquillité sans pareil. La loi de la production est une obligation et une
exigence pour tout ce qui se sont attaché à Dieu et qui mettent du sérieux dans leurs activités quelle
qu’en soit la forme (séculier ou sacerdotal). Dieu est un Dieu de production et il n’accepte pas les
personnes qui ne produisent rien. Souvenons-nous de la parabole des talents ou encore de l’histoire du
figuier que le Seigneur Jésus Christ avait maudit. Quelle exigence de sa part! Cela est dû au fait qu’il a
mis quelque chose en nous, en chaque personne sur cette terre. N’est-ce pas que vous trouverez
anormal de voir un enfant né et ne pas marcher après trois ans ou ne pas faire tout ce qu’un enfant
normal ferait ?
Au fait la production est attachée à chacun de nous et nous ne devons pas souffrir de l’improductivité
dans nos activités comme le dit genèse 1 :28. Or tout ce qui sort de la bouche de Dieu en faveur de
l’homme est une bénédiction (« dire du bien ») qui vient s’attacher à la vie de l’homme et devenant
ainsi une partie de cet homme.

« Tout arbre qui ne porte pas de fruit sera coupé ». Cela est une conséquence que le Seigneur évoque
afin de nous avertir de ce qui va arriver si nous ne portons pas de fruit. Dieu souffre lorsqu’il nous voit
ne rien produire, ne pas contribuer au développement socioéconomique de notre pays ou de notre
contrée par exemple. Ce n’est pas seulement une question d’apporter l’évangile mais aussi de
construire des tentes comme le grand Apôtre Paul pouvait le faire. La production signifie la
multiplication, la transformation et même la conservation de ce que l’on a. Quoi de plus normal de
comprendre qu’il s’agit là de tout ce que l’Eternel Dieu a annoncé dans la création.

Pour tout homme qui s’attache à Dieu, qui se fait intime avec lui, la loi de la production va s’attacher à
lui car cela se trouve dans la nature de Dieu. Cette réalité est exprimée dans le Psaume 1.3 comme
nous l’avons mentionné au début de cette section. Derrière un seul fruit, se cache un arbre et derrière
un arbre se cache plusieurs fruits qui, à leur tour, cachent une forêt. L’objectif est de produire suivant
sa saison. Chaque individu a sa saison et tous ne produisons et ne produirons jamais au même
moment. Cela dans le but que nous puissions profiter des uns des autres. Dieu fait grâce à qui il veut,
cependant il faudra souligner qu’il fait grâce quand même à tout le monde un jour. Lorsque le psaume
1 parle de la saison, il nous renvoie à la notion du temps, de l’époque. Comme Dieu est juste, il donne
alors à chaque personne sur la terre une époque, une période ou encore des moments des vaches
grasses. C’est à ce dernier de pouvoir maximiser la production en cette saison. Ainsi un écrivain ou
autre de pouvoir profiter d’écrire le maximum des pages et d’ouvrages lorsqu’il se trouve près de sa
source d’inspiration (exemple : Le lac d’Alphonse de Lamartine), ou un joueur de football de pouvoir
marquer des buts et arracher des récompenses grâce à u bon coaching, un entrainement intense et de
bons coéquipiers. Nous pourrons multiplier les exemples selon le domaine. Pour chacun d’eux, il
existe des sources d’inspiration. Jésus Christ en premier parce que s’il n’est pas Seigneur de tout alors
il n’est pas Seigneur du tout. Il dit : Je suis le cep et vous êtes les sarments.

Pour produire, il faudra donc développer un style de vie qui vous distingue des autres, il faudra se
concentrer dans votre activité, vous impliquez personnellement. Il faudrait se focaliser sur ses objectifs
personnels.

« Vivre sans objectif, vous amène à une vie d’improductive. »

Un étudiant qui ne joue pas son rôle de s’appliquer, restera improductif, n’aura jamais assez de bonnes
notes à l’université. Et c’est pareil pour un élève, ou un apprenant de n’importe quel domaine. Du
reste, tous les êtres humains sommes des éternels apprenants. Alors, en regardant le récit du figuier, le
Seigneur Jésus a demandé à ce qu’on laisse au figuier encore trois ans. Le chiffre trois cache
généralement l’accomplissement ou la maturité. Il a été utilisé à plusieurs reprises dans la Bible afin
de révéler le caractère de ce qui est à son terme telle que la résurrection, ou la formation des disciples
ou encore d’autres événements.

Donc, il y a toujours une seconde chance que tout humain a afin de devenir productif. Rappelez-vous
de cette phrase qui dit : les vaincus d’hier sont les vainqueurs d’aujourd’hui.

Le Seigneur Jésus Christ affirme que les premiers seront les derniers et les derniers seront les
premiers. Juste pour dire que si on relâcher nos mains, nous allons nous retrouver comme ceux qui ne
produisaient rien y a peu. Donc, la loi de la production appelle la loi de la conservation et de la
multiplication. Je n’ai jamais vu où l’on fait des efforts pour produire afin de pouvoir jeter les résultats
ou la production obtenue. Nous y reviendrons.

La production exige un certain nombre des sacrifices qui démontre que nous voulons qu’il y ait
quelque chose. Les hommes s’insurgent sur la production parce que cette dernière a le pouvoir de faire
vivre. Imaginez-vous que vous ne produisiez rien Etat comme particulier. Les hommes mourront
certainement parce qu’ils n’auront rien à manger, ni à boire.

La production permet à l’humanité de se maintenir. Mais pour qu’il y ait production, un élément très
important est la semence. Essayons de voir un peu l’importance de cette dernière de manière suivie.
Les premières phrases de la Bible en parle selon Genèse 1.12 : « Dieu dit : Que la terre produise de la
verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et
ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi ». Donc, quand nous lisons par la suite nous
voyons que dans toute espèce vivant sur la terre, animaux, plantes et hommes, il y a de la semence.
Mais dans  l’homme, c’est encore plus spéciale puisque l’homme n’a pas seulement la semence
physique c’est-à-dire celle qui lui permet de procréer mais une semence spirituelle c’est-à-dire une
capacité qui lui permet de produire des chefs-d’œuvre au travers de tout ce qu’il peut toucher.
Cependant je rappelle que le secret se trouve auprès de Dieu, être planté près de lui afin de donner son
fruit en sa saison. Notez que vous pouvez avoir de la semence de quelque nature que vous voulez mais
celui qui va faire croitre ce que vous avez c’est Dieu. La croissance est un mystère qui ne se trouve
qu’auprès de Dieu seul.

4.1. La nécessité de la protection de la semence


Nous rappelons que la semence est un élément de reproduction qui permet de perpétuer l’espèce. Ce
que Dieu a mis dans le corps du jeune homme (spermatozoïde) ou d’une jeune femme (ovule) en sont
une (Proverbes 31.1-3). La semence, c’est aussi l’argent que Dieu nous donne (Malachie 3.8). Si nous
mangeons tout sans penser à replanter, nous n’aurons rien comme produit. Alors pour replanter, il
faudrait payer sa dime, assister les pauvres, secourir aux besoins des nécessiteux, penser à sa postérité
comme nous l’avons dit dans les points précédents parlant des types d’argent. Les enfants que Dieu
nous a donnés sont une semence. Et la responsabilité que Dieu donne à l’homme, c’est de protéger la
semence analogiquement à ce qu’il a demandé à l’homme de faire comme travail dans le jardin.
Pourquoi l’Eternel n’a pas placé l’homme dans une ferme, dans une jungle ou encore dans un autre
type d’espace mais plutôt dans un jardin ? Nous pensons que c’est dans une optique de présenter
l’importance de protéger la semence afin de se nourrir de la production future.

L’homme devrait se battre afin de protéger la semence afin de ne pas être frappé par la mort comme
Onan le fils de Juda (Genèse 38.8-9). Tant que nous jouons avec la semence que Dieu nous a donnée,
plus tard ou même dans un laps de temps, nous bénéficierons d’une pénalité. Pour une personne qui a
voulu s’amuser dans les rapports sexuels illégalement (hors mariage ou avant le mariage), on pourra se
retrouver dans des problèmes de santé plus tard (fausses-couches dues aux avortements, Infections
amenant à la stérilité, etc.), des tourments, des problèmes d’argent et même spirituels. Et l’intelligence
de pouvoir bien user de sa semence (argent, etc.) ne se trouve que dans la parole de Dieu. Donc, nous
devons de ce fait vivre avec circonspection et non dans le déboire. Un arbre qui n’est pas arrosé ne
produira pas. Donc, nous devons de ce fait lutter d’être dans la présence de Dieu afin de pouvoir
produire et d’être utile. Je rappelle ici que la semence n’a jamais été pour satisfaire à l’arbre qui la
porte mais afin de satisfaire l’humanité. Voilà pourquoi Jésus notre Seigneur dit : « vous êtes le sel de
la terre ». Si notre vie ne donne pas du goût surtout à Dieu, nous provoquons de ce fait sa colère
envers nous et nous sommes maudits. Nous devons donc utiliser ce que Dieu a mis en nous comme
semence afin de produire ce qui est bon et conforme à sa volonté. Jeune homme n’utilise pas ta
semence masculine afin de coucher avec toutes les femmes ou une femme d’une manière illégale  !
Jeune femme n’utilise pas ton corps afin d’obtenir les belles choses du monde, de rassasier ton ventre !
Plante la semence sur une terre fertile qui va rapporter des fruits en abondance. Imagine que tu n’es
plus féconde puisque tu as voulu avorter, faire du désordre surtout sexuel, celui qui va plus souffrir
après c’est toi-même. Tu as pris des drogues, des boissons de toute sorte et lorsque ton corps ne
répond plus, le fautif et le perdant c’est toujours toi. Je ne dis pas cela pour te rappeler de mauvais
souvenir mais pour te montrer la nécessité de protéger la semence alors que tu es devenu conscient ou
que tu me lis en ce moment. Si tu n’as plus d’espoir, fais cette prière avec moi car Jésus est capable de
restaurer ta semence (argent, masculinité, féminité, intelligence, etc.) :

« Seigneur Jésus, merci parce que tu m’as parlé. Je suis conscient que j’ai mal géré ce que tu avais
mis en moi avant la fondation du monde. Mais Seigneur jésus, je crois que tu es vivant et tu agis
encore. Je te prie, Seigneur Jésus de restaurer tout ce que j’ai perdu à cause de mes erreurs (il faut
les citer si vous vous en souvenez). Guéris-moi de ma stérilité, de mon alcoolisme, de mon
impuissance, de tous mes maux. Je te promets de faire bon usage de ce que tu me donnes en ce jour,
merci mon Seigneur. »

Les enfants d’Israël vivaient dans une époque trouble et la nourriture était difficile.
« On ne peut protéger que ce pourquoi on s’est vraiment sacrifié et ce dont on a compris le sens du
sacrifice ».

4.2. Briser la stérilité


La stérilité, c’est le fait de ne pas être productif quel que soit le domaine. Nous n’arrivons pas à
produire les bonnes œuvres, nous n’arrivons pas à jouir de notre argent, de notre santé, etc. Elle a trois
sources : le diable, l’humain et même Dieu.

a) Le diable : son objectif est de combattre la productivité dans tous les sens. Rappelez-vous qu’au
commencement, l’Eternel Dieu avait eu à donner à la création (animaux, plantes et à l’homme) le
pouvoir de la production et de la reproduction. Mais lui le destructeur, le méchant, appelé aussi
l’adversaire était là. Son objectif est de corrompre ce qui est bon par essence. (parabole de l’ivraie).
Pour le vaincre, il faut le résister comme il est dit dans la Bible : « Résister au diable, et il fuira loin
de vous ». Mais faudrait-il encore se poser la question comment le résister ? La première de chose,
c’est de rencontrer Jésus-Christ comme cela est signifié dans romains 10 :9. Il suffit de confesser
de sa bouche le Seigneur Jésus et de croire dans son cœur que Dieu l’a ressuscité des morts. Réalise
les événements de ta vie, fais un état des lieux et réalise la puissance de l’œuvre de Jésus. Puisque
ce qu’il a fait : il a écrasé la puissance du péché dans la vie de l’homme. Il suffit d’accepter cet
œuvre pour que ses effets se manifestent (Esaïe 53 : 1- ss). C’est dans le livre de la genèse (Gn 3 :
15) qu’est annoncé le plan de sortie pour la destruction des œuvres du diable. Il y aura inimitié
entre le diable et la femme (image de l’Eglise), entre sa postérité et celle de la femme, pour dire
que tout celui qui est né de la femme est restera ennemie de tout celui qui est né de la femme. Il
faudrait alors que nous réalisions que nous sommes perdus sans le secours du Seigneur Jésus-Christ
qui est le seul capable de briser la stérilité dans notre vie. La seconde chose, c’est de pouvoir
maintenant marcher avec lui tout en gardant la communion avec les frères dans la foi, se séparer de
mauvaises influences car les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. Si vous voulez
vivre la productivité dans la nouvelle vie avec Christ, il faudrait faire mourir la chair 3. Sachant que
nous avons aussi reçu le pouvoir de marcher sur les serpents et sur les scorpions et sur toute la
puissance de l’ennemie, désormais nous devons résister au diable par notre parole lorsque nous
sentons ou voyons ses menaces. Il faut faire des exercices d’autorités en face des situations qui
vous présentent des signes de stérilité.
b) Humain :
c) Dieu : il est capable de vous rendre stérile ou improductif dans un domaine suite à deux
causes, soit vous ne lui donnez pas les résultats espérés soit il veut seulement manifester sa
gloire parce qu’il est souverain. Le Seigneur Jésus a ainsi maudit le figuier parce qu’il n’était
pas productif. « Tout arbre qui ne porte pas de fruit sera jeté au feu », dit ce passage célèbre de

3
Faire mourir la chair : terme utilisé dans la Bible pour dire ne plus laisser son corps réagir à ses sentiments ou
passions afin de laisser place à des actions et réactions générées par la parole de Dieu.
la Parole de Dieu. Nous dirons comme David au Prophète Gad : « Oh ! que je tombe entre les
mains de l’Eternel, car ses compassions sont immenses ; mais que je ne tombe pas entre les
mains des humains ». Ce n’est pas un souhait mais lorsque vous êtes frappés par une
improductivité venant de Dieu, la première de chose, c’est de pouvoir chercher d’où peut-elle
venir cette punition. Il suffira de pouvoir s’examiner et de dire à Dieu la vérité sur votre
situation. Il arrive que nous ne nous conduisions pas comme Dieu l’aurait souhaité dans le
Psaume 1, nous ne sommes plus proche de lui. Comme conséquence, nous ne pouvons plus
donner du fruit selon la saison. La plupart d’entre nous qui ne produisons pas assez et surtout
qui n’arrivent pas à être satisfait de nos résultats, la cause est que durant cette période de
sécheresse nous perdions notre intimité avec Dieu tout en espérant produire quelque chose de
bon. Impossible, utopique. Prenons notre temps dans la prière pour pouvoir être éclairé sur un
domaine particulier de notre vie qui bloque encore et ne donne rien comme production. Pour
briser ce type de stérilité, il faut tout simplement se réconcilier avec Dieu, s’humilier auprès
de lui comme il est dit dans Parole de Dieu : « Approchons-nous du trône de la grâce afin
d’être secouru dans notre faiblesse » (Hb…) Quant à la stérilité lié à la gloire à Dieu, seule la
délivrance de Dieu lui-même suffit au temps voulu.

5. Principe de l’association (unité)


5.1. Le pilier de l’unité
« Deux hommes marchent-ils ensemble, sans s’être convenus ? » (Amos 3 : 3)
C’est par là que commence ce principe puissant. On ne peut dire qu’on n’est uni ou associé si l’on ne
s’est pas encore accordé. D’où nous voyons l’importance de la vision ainsi que de la connaissance du
pourquoi de l’unité. Les hommes font des alliances sans pour autant se poser de question sur le
pourquoi, l’objectif à long terme, les bénéfices que l’on va tirer. Et lorsque ce pourquoi on se lit n’est
pas clair, on finit par se lasser et à briser l’alliance. Les mariages, les entreprises, les églises, les
familles, et que sais-je, sont tous des formes d’association. Il faudra alors s’informer de manière suivi
sur l’idéologie de celui dont on veut suivre pour un temps. C’est là la plus grande faiblesse, le manque
d’investigation avant de s’engager dans une association. Nous développons de mauvaises motivations
juste par habitude ou par ignorance tout en suivant l’argent que distribue les partis politiques ou les
biens que possèdent un jeune homme qui veut épouser une femme. Nous avons fait des observations
sur la durée ou la résistance de certains types d’association et voilà ce qui en résulte  : le M.P.R.,
abréviation du Mouvement Patriotique pour la Révolution, parti politique créé par l’un des présidents
connus d’Afrique, n’a pas eu à résister au temps. Juste après la mort de son fondateur, ce parti influent
qui était né pour soutenir les actions de l’ex président a complétement connu son extinction sans même
laisser des traces. Les idéaux sur lesquels étaient bâtis ce mouvement n’étaient que purement lucratif
et aussi à totalement viré de son idéologie originel pour imposer la dictature ainsi que l’autorité de son
frondeur. La culture bantoue est basée sur la flatterie. Et, c’est cette dernière qui a été encore utilisé
pour attiser la dictature ainsi que les éloges à son fondateur même lorsque celui-ci ne pouvait pas bien
faire les choses. Cette culture de la flatterie s’est propagée dans toutes les formes d’association laissant
place à la subjectivité. Et lorsque l’objectivité est mise hors d’une association, cette dernière devient
faible et va voir sa disparition arrivée de sitôt. Reconnaissons que ce type de mouvement a apparu en
Afrique noire et dans la plupart des pays post coloniaux juste avec idéologie originelle de changer les
choses, de mettre une forme de résistance contre le néocolonialisme. Cependant, cela a tourné au
vinaigre après leurs premières années se trouvant brusquement en face du pouvoir, de la gloire et des
avoirs, choses qui vont les rendre en véritable seigneurs dépourvus de tout le sens d’humanité. La
faiblesse est qu’ils ne sont pas restés objectifs, tout en se basant sur l’idéologie du départ. Lorsque l’on
manque d’objectivité l’on finit par devenir complaisant.
Un autre exemple est celui des états qui sont nés sur base purement raciste ou tribal. Le type de
fondement utilisé déterminera la pérennité de ce que vous avez construit. Pour ne pas citer, il y a
certains états fondés totalement sur une base tribale ou ethnique. Les hommes pensent que s’ils
construisent ou favorisent des critères subjectifs tels que la même langue, la même race ou autres que
cela fera pérenniser leur association (pays, mariage, Entreprise, etc.). Ce qui est totalement faux, donc
nous devons tirer des exemples des échecs des autres comme les mariages qui ont échoués, les
Entreprises qui ont coulé, les partis politiques qui n’existent que de nom, et j’en passe. En définitive,
nous voyons que tous les modèles humains basés sur la subjectivité n’ont jamais résisté au temps
contrairement au modèle basé sur l’objectivité (l’accord et son suivi). Il est important pour toute forme
d’organisation ou d’association d’avoir une charte afin d’en évaluer la qualité. Pour avoir une bonne
charte, il faudrait alors éviter de faire quelque chose sur sa mesure tout en niant le fait que le futur va
poursuivre notre descendance. Notons qu’il n’y a pas quelque chose de malheureux que notre postérité
puisse détecter que les lois et les bases des organisations dans lesquelles ils seraient supposés y vivre
étaient faites pour vos intérêts. C’est ce qui est constaté dans la loi de plusieurs pays post coloniaux
qui se modifient au fur et à mesure que le temps passe dans l’objectif de favoriser un groupe.
« Pas de vision, pas de mission, ainsi pas de provision ».
C’est une nécessité d’avoir une vision claire afin de ne pas tâtonner dans sa mission. L’histoire de la
4
tour de Babel en est un exemple. Une vision claire lors de la mission abonde cette dernière d’une
provision car la vision a une très grande puissance au point d’engendrer l’inestimable. C’est elle qui
devrait être mise en avant comme un bœuf qui tire une charrue. La vision a le pouvoir de booster votre
motivation afin de bien remplir votre mission, tel un moteur qui est sous le capot mais qui est en
réalité l’acteur majeur pour l’accomplissement. N’est-ce pas qu’il est dit que l’œil est la lampe du
corps ? Un malheur pour un homme riche qui a assez d’argent qui ne sait pas vraiment quoi en faire. Il
peut créer une association supportée par la provision qu’il a mais il manque de vision. Il est alors
comme un corps sans cerveau, une voiture sans moteur. Voyez-vous que l’élément le plus important
4
Genèse 11 : 1
reste toujours caché ? Ce qui fait la puissance d’un véhicule, c’est son moteur quelle que soit sa
forme ; ce qui fait l’essence d’un homme, c’est son cerveau quelle que soit son habillement ou sa race.

5.2. La Puissance de l’unité


« Le jour de la pentecôte, ils étaient tous ensemble dans un même lieu », dit les actes des Apôtre 2 : 1.
Le type d’unité ou d’association que vous formez à le pouvoir de vous détruire ou de vous construire.
De nous construire si nous rencontrons les bonnes personnes capables de nous influencer en bien. Il y
a une association, la première du genre à être formée dans la l’histoire de l’humanité, est citée dans le
livre de la genèse au chapitre 11. Les êtres humains vivant sur la surface de la terre ont décidé alors de
former une grande corporation afin de pouvoir bâtir une tour immense. C’est de là que va naître la
coutume de bâtir des tours imposantes par les nations afin de signifier la domination, l’exemple de la
tour Eiffel à Paris, le statut de la Liberté à New York, pour ne citer que ceux-là. Cette histoire nous
inspire dans le sens où elle nous donne l’exemple sur les deux facteurs de base sur lesquels peuvent se
révéler la puissance de l’unité, à savoir : une seule langue et les mêmes mots, selon le verset premier
de ce chapitre. En effet, les « même mots » renvoient à la « même pensée » puisqu’il est évident que
lorsqu’on partage la même langue, ce sont les mêmes mots qui seront employés par tous. Donc cela
renvoie simplement à une pensée plus profonde. Il ne disait pas seulement les mêmes choses mais ils
réfléchissaient de la même manière. Seulement le mauvais exemple à suivre c’était la motivation pour
laquelle ils voulaient bâtir la tour qui était de pouvoir se faire dire « faisons-nous un nom afin que
nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre ». Ce n’est pas que Dieu avait peur de leur
unité parce que les hommes mortels ne peuvent rien contre un Dieu tout puissant mais c’est parce qu’il
n’y a qu’un seul nom par lequel les êtres humains peuvent être sauvés, c’est celui de Jésus-Christ. Ils
voulaient s’établir un Salut et cela a clairement apparu comme une provocation et une insulte contre le
créateur des cieux et de la terre. La deuxième raison de la dislocation de cette unité était comme ces
hommes le dirent, « de ne pas être dispersé sur toute la surface de la terre ». Or, lorsque le créateur
Dieu avait entrepris la création, il bénit l’homme afin que celui-ci soit fécond, qu’il multiplie, qu’il
remplisse la terre et qu’il l’assujettisse, … Cela parait clairement comme un processus cette pile des
bénédictions : lorsqu’on est fécond, on multiplie ; et lorsqu’on multiplie correctement, on remplit ; et
lorsqu’on remplit ou l’on se repend partout, l’on a maintenant la force de d’assujettir, de dominer. La
chine est la plus grande puissance économique de nos jours puisque elle a un grand nombre de la
population plus que tout autre pays. L’un des caractéristiques principales de grandes puissances est
qu’elles s’étendaient sur un grand territoire et que leur population était immense.
Lorsqu’on saute une des fonctions dans le processus et que l’on n’aligne pas notre organisation sur la
vision divine, il y aura toujours la catastrophe. Pour nous enfant de Dieu, nous ne pouvons manifester
la puissance de l’unité que si nous parlons le même langage que l’Esprit de Dieu, soit la vision de Dieu
est la même en tous. Au cas contraire, notre association, l’Eglise ou je ne sais quel nomination vous
emploierez échouera toujours d’atteindre ses objectifs. Nous disons la même chose pour les acteurs de
la société (politiciens, chefs d’Entreprise, …) qui nous lisent. Le secret de la réussite de votre
organisation réside dans le fait que vous arriviez à amener tous les membres de votre organisation à
parler un même langage, à partager la même vision par rapport aux objectifs assignés. Cela n’est pas
facile mais possible à l’instar du Seigneur Jésus-Christ qui a commencé par recruter des personnes de
métiers différents, de leur amener à vivre avec lui trois ans durant et à les envoyer par la suite dans la
mission. Et de nos jours, il n’y a pas une organisation qui a réussi à résister au temps, soit plus de 2000
ans, comme l’Eglise de Jésus-Christ. Il n’avait pas de moyens financiers énormes, ni matériels mais il
a assis sa doctrine sur quelque chose de plus que les autres n’avaient pas : la connaissance. Partout où
la connaissance n’engendre pas la transformation de la société, il y a à douter d’elle. C’est comme une
semence qui ne produit rien, elle est donc inutile. C’est le genre des personnes qui vont à l’université
pour devenir des théoriciens, alors que l’Afrique a déjà fêté ses 60 ans depuis les indépendances, l’on
ne ressent aucune transformation remarquable dans les mentalités, dans la démocratisation des
institutions et des médias. Nous avons besoin de voir comment l’unité au travers des facteurs comme
la culture, la langue ou encore l’éducation transforme le milieu de vie. Le récit de genèse 11, nous
montre comment des personnes mues de la volonté de vivre ensemble peuvent partir de rien et bâtir
quelque chose de symbolique. Nous cherchons alors de comprendre comment un peuple assis sur des
gisements de tous types n’arrive pas à les transformer pour bâtir leur pays ? La réponse se trouve dans
la faiblesse de l’unité. La plus part des organisations africaines (Eglises, Entreprises, Nations, etc.)
sont divisées à cause du leadership. Dans ce récit nous apprenons que là où il y a unité, il y a
conjugaison de « nous » contrairement aux organisations centrées sur une personnalité. Rassurez-vous,
partout où l’on ne célèbre que les actions d’une seule personne à la tête de l’organisation, il n’y aura
jamais progrès puisque le prochain leader qui viendra cherchera premièrement à saper l’œuvre de son
prédécesseur afin que l’on ne parle que de lui. Cependant, lorsque l’effort commun est conjugué, tous
les membres se réjouissent et se voient contraint de ne pas saper quoi que ce soit puisque l’on verra
aussi notre effort ou ceux de nos aïeules bafoués.
L’unité dégage une puissance qui est celle de changer son environnement (transformer la terre), de
vivre dans l’harmonie, ainsi de permettre à tous de mettre sa pierre de connaissance et ses petits
moyens pour avoir au final quelque chose de grand.
L’unité a le pouvoir de nous faire produire des résultats extraordinaires. 5 C’est ce qui est décrit d’une
manière simple dans ce passage comme pour signifier qu’il suffit d’un petit pluriel pour pouvoir avoir
un bon salaire tel est le cas de cet autre passage de la Bible qui signifie que là où deux ou trois sont
réunis en mon nom, le Seigneur affirme qu’il est au milieu d’eux. Cela est une promesse qui vient
fortifier ceux qui ont reçu le mandat de commencer une œuvre pour le Seigneur. Il nous suffit pas de
trouver plusieurs fidèles au Seigneur pour certifier que nous avons déjà une communauté locale forte
mais déjà un minimum de deux. Dieu croit en nous, alléluia ! Il nous fait confiance, voilà pourquoi il

5
Ecclésiaste 4 : 9
n’a pas peur d’affirmer que un chassera milles et deux chasserons dix milles lorsqu’il donne les
promesses aux enfants d’Israël.
L’unité a la capacité de nous permettre de nous relever de nos faiblesses et de pouvoir voir nos limites.
Une Eglise, une société ou encore une famille qui vit dans la division, ses membres ne verront jamais
leur limite et tous se croiront indispensable puisque la division à le pouvoir de vous boucher les
oreilles. Avec l’unité, on a le temps d’écouter tous les membres même les subalternes. Le Seigneur
Jésus n’a-t-il pas dit qu’un royaume divisé en lui-même ne peut subsister ? C’est ici que nous
décourageons ceux qui vont pour demander aux voyants de trouver le coupable dans une affaire
puisque le royaume de ténèbres n’est pas divisé, travaillant pour un objectif commun qui est la
destruction des vies et des personnes. Implorez la miséricorde de Dieu et voyez les hommes de Dieu
afin de prier pour vous, ne laissez pas cet événement avoir lieu ainsi dans votre vie puisque les
conséquences apparaîtront plus tard. Le diable ne fait rien sans chercher à récupérer quelque part ce
qu’il vous a donné.
De plus, nous devons éviter de vivre de petits moments de division dans notre vie puisque c’est là que
le diable va s’inviter. Dans le jardin d’Eden, l’homme était absent et sa femme était seule au moment
où le serpent est alors arrivé pour pouvoir tromper la femme. Donc l’unité se manifeste surtout dans la
communication ou mieux dans la vitesse de la transmission des instructions. En tant que jeune
dynamique, je vis une accointance avec des couples mariés de mon Eglise. Cela m’a permis de les
visiter de temps en temps et à appris à détecter ceux qui sont unis et ceux qui ne les sont pas. L’un des
couples m’a marqué puisque à chaque fois que je visite la femme à l’absence de son mari, le
lendemain la première des choses que ce dernier commence à me dire c’est tout le détail de mes
causeries avec son épouse. J’ai apprécié cette attitude, et pour un tel couple, il y a peu de chance que
l’ennemie ne puisse s’immiscer de quelque manière que ce soit. Nous sommes appelés à changer notre
manière de communiquer entre nous, à arriver à un point où nous pouvons nous parler rien que par le
regard. Il y a tellement des familles qui ont connu des situations où l’enfant demande de l’argent pour
le même motif aux deux parents de manière séparée. Et, lorsque le diable comprend que vous n’êtes
pas unis, ne vivant pas en communication, il va se jouer de vous tout en prenant en otage chacun des
membres dans son coin. La désunion vous rend léger aux yeux de l’ennemie, elle vous affaiblie.
Comme le livre d’Ecclésiaste le dit dans le verset 10, l’unité nous amène à nous relever les uns les
autres lorsque nous tombons. Lorsque nous refusons l’unité, nous refusons la restauration que Dieu
veut opérer dans nos vies puisque les situations surtout de faiblesse que nous traversons, il y a des
personnes qui l’ont traversées avant nous et ces derniers peuvent nous aider à nous en sortir ou à les
surmonter. Toutefois lorsqu’une personne connait une chute dans la vie quel soit le domaine, il y a
déjà les experts qui ont peut-être su cela lorsque d’autres étaient ignorants de sa situation. Il y a
échange d’expérience dans l’unité afin que nous puissions éviter les mêmes erreurs que ceux-là ont
connues. Voilà pourquoi, nous devons rester unis parce que l’unité chasse la solitude, elle écroule
même la force d’un seul parce que là où il y a l’unité, il y a l’encouragement et l’audace qui s’invite.
Tout homme, de par sa nature, lorsqu’il rencontre une personne qui croit en lui, il acquiert alors la
force de se surpasser, il acquiert une estime de soi. C’est ce dernier qui fait du lion le roi de la jungle
malgré qu’il n’est pas le grand, le plus fort, le plus beau, le plus intelligent de tous les animaux. Il
suffit que quelqu’un croire en nous, nous acquerrons ainsi la capacité de fournir des services de
qualité. En tant qu’être humain, nous avons été créés pour l’unité, nous ne pouvons pas nous en passer.
Le Seigneur Jésus priant le Père demande que les disciples soient un comme lui et son Père sont un
afin que le monde croie que c’est le Père qui l’a envoyé. L’unité facilite alors les projets d’un seul
puisque si nous disciples de Jésus Christ nous ne marchons pas dans l’unité, le monde ne croira jamais
que nous sommes ses disciples. Les familles divisées vont alors réduire les chances de mariage par
exemple pour leur enfant parce que les gens douteront de son attitude à vivre dans l’unité avec son
futur ou sa future conjoint(e) puisque il a toujours vu de mauvais exemples. Alors Jésus notre Seigneur
prie pour l’unité. Dieu hait la séparation sous toutes ses formes pour des personnes qui vivent suivant
les règles. « Je hais la répudiation », dit Dieu dans le livre du Prophète Malachie.

5.3. Encore un plus


« Et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement ». (Ecc 4 : 12)
Nous avons besoin de plus comme nous le montre ce passage qui est la suite de la sous-section
précédente. Deux peuvent retirer un bon salaire et pourtant une troisième personne vient souder et
renforcer cette unité. Et, c’est Dieu dont nous voulons la présence permanente dans notre unité
(mariage, association, etc.) pour rendre durable notre association. Une unité sans Dieu est appelée à ne
pas résister au temps, elle est alors éphémère. J’ai rencontré dans mon parcours de la vie de
merveilleux couples, avec un homme vraiment beau de figure et de taille ainsi qu’une femme ayant les
mêmes traits mais ces unions se sont hélas soldées par des échecs pour dire soit des abandons et des
divorces. Nous sommes aussi tous témoins de belles Entreprises qui ont fini par se transformer afin de
devenir des lobbies au but de vendre même les armes, de provoquer les guerres pour des gains
sordides. Quels sont les cas que nous n’avons pas rencontrés en plus ? Toutes ces organisations ont
fini par prendre ces formes vue que Dieu n’était pas présent. Les organisations du monde, des pays
avec leur programme de laïcisation 6, ont décidé de mettre Dieu dehors afin de promouvoir l’homme
comme dieu disant que ce dernier est au-dessus de tout et peut décider sur tout. Cela n’a pas d’effet car
l’homme est mortel est dorénavant ne peut être au-dessus des autres hommes. Il suffit de ceux qui se
sont nommés autrefois des dieux, leur sort est connu de tous, ils sont morts et nous avons leur tombe
avec le reste de leurs corps au milieu de nous. Nous avons besoin de Dieu, créateur des cieux et de la
terre, mais avec une condition sine qua non l’acceptation de son Fils unique Jésus-Christ et une vie qui
l’honore. Pour que Dieu vienne souder notre unité, il nous faut nous accorder bien évidemment entre
nous mais plus encore avec lui. Il s’invite dans les unités où il y a une vision qui correspond à son plan
de création pour l’être humain (voir genèse 1 : 28). Il y a jour pour jour que s’est produit la chute des
6
Concept ayant apparu en Occident (Europe et Amérique) qui a pour objectif de donner aux états une nature qui
désapprouve l’autorité de Dieu dans toutes les institutions présentes dans le pays même.
tours jumelles aux Etats Unis d’Amérique, une chose peut être impossible pour certains qui y
travaillaient mais tout en n’ignorant pas que si Dieu l’a permis, il y a de ceux qui ont été sauvé de ce
cataclysme quoi que mort parce qu’ils ont connu Dieu durant leur vie. Aucun système n’est épargné, il
faudra donc à toutes les organisations de se rendre humble et dire que nous avons besoin de Dieu.
Faire la tête dure face à Dieu n’a rien d’impressionnant quoi que nous pensons être puissant parce que
la mort révèlera toujours notre fragilité. Jésus est justement ce fondement dont nous avons besoin pour
avoir une unité solide pour notre mariage, pour notre Entreprise, pour notre famille, pour notre nation,
bref pour tout. Toutes ces organisations doivent être Jésufiée permettez le terme. Sans Jésus le monde
va entrer dans le chao, il doit justement être reconnu comme le Sauveur et le Seigneur de tous les
hommes. Hébreux 13 : 8 dit qu’il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Hommes frères et
sœurs, je vous en supplie de l’inviter dans votre vie, cela n’est pas une anecdote mais plus réel que
vous ne pouvez le pensez et le croire. Je ne vous le recommanderai jamais si je n’avais jamais vu les
preuves de changements qu’il apporte dans ma famille, dans la vie de mes amis, des couples comme
les vôtres, des familles comme les vôtres, etc. Il est capable car durant déjà plus de deux mille ans, il a
amené des réformes significatives dans toutes les formes d’organisations qui l’ont mis à leur tête.
Comme un pilote qui vole avec un avion, Jésus a piloté déjà plus de deux mille ans de vol sans crash.
Un tel homme, un tel Dieu, pourquoi ne peut lui accorder toute notre confiance ? Il a un palmarès sans
échec et cela même durant sa vie sur la terre dans la contrée de la Palestine. Maman, il est temps que
tu vives une unité puissante avec Jésus dans ton foyer pour le sauver, pour le consolider. Toutes ces
batailles perdues que tu connais ne sont que le fruit de l’absence ou de la négligence de la personne de
Jésus-Christ et de son Esprit dans ton foyer. L’Evangéliste Reinhard Bonke relatait ce qu’une femme
essayait de lui relatait lors d’une rencontre : je souffre, mes enfants que j’ai élevé seule avec des
difficultés m’ont abandonné et m’ont laissé tomber. Tout dans ma vie n’est qu’ombre, je ne vois que
de l’ombre. Voilà que l’homme de Dieu va lui donner une très belle réponse inspirée par l’Esprit en
disant : si tu vois l’ombre, c’est parce que tu as détourné ton regard du soleil de la Jésus. Pour ne pas
voir l’ombre et le chasser, tourne ton regard vers Jésus-Christ, fais seulement ce mouvement. Wow
quelle parole forte !
Nos familles, nos pays, nos églises doivent se souder davantage à Dieu afin de bénéficier de
l’efficacité, du poids, du soutien de lui qui est la troisième corde. Il nous faut alors vivre une
communion fraternelle forte comme le décrit le psaume 133 qu’il est doux et agréable pour des frères
de demeurer ensemble… parce que c’est là qu’il envoie la bénédiction et la vie pour l’éternité. Disons
comme Asaph dans le psaume 73, pour moi m’approcher de l’Eternel c’est mon bien ou encore Job
dans le livre du même nom au chapitre cinq verset huit que pour lui, il exposera sa cause à l’Eternel.
Des moments de prière régulière en famille par exemple, ou de rencontre de communion avec les
amis. Où l’on ne prend pas son temps seulement à bavarder sur le football, les stars ou les derniers
styles de vêtement à la mode et que sais-je mais d’avoir des moments d’édification sur la Parole de
Dieu. Je souhaite fermement que vous preniez la décision de mettre en pratique ces stratégies, vous
verrez la puissance de l’unité devenir effective. Par-là, je dirai qu’il ne suffit pas seulement d’affirmer
pour une union que nous sommes unis mais faut-il encore démontrer cette unité par des moments de
communion, d’échange, de renforcement de la communion. Un homme qui dit aimer sa femme mais
qui ne lui donne pas un peu de temps malgré son horaire chargé, l’on se demandera de quel genre
d’union s’agit-il. Il y a des doutes qui vont naitre, des soupçons, des murmures. La désunion fragilise
les relations, brise la communion avec Dieu. Et, même d’ailleurs c’est un signe évident que les gens ne
sont pas unis lorsqu’ils ne prient pas ensemble, lorsqu’une famille n’est pas convaincue de prier dans
une même assemblée. Ce dernier fait renvoie au fait qu’il y ait l’un de vous qui n’a pas su convaincre
les autres à venir avec lui. Parlant seulement de ma propre histoire, je ne voulais plus aller à l’Eglise
où la plupart de membres de ma famille priait parce que je n’avais pas durant plusieurs années vu un
réel amour et une unité y régner. Le Seigneur Jésus-Christ dit que s’ils sont uns, c’est à cela que l’on
reconnaitra que vous êtes mes disciples.
Bien aimé et bien aimée, il y a certes beaucoup à dire à ce sujet sur la puissance de l’unité. Sachons
que l’unité est une nécessité puisqu’elle est un canal par lequel notre influence peut se propager
comme nous le voyons avec les apôtres de l’Eglise primitive. « Un royaume divisé en lui-même ne
peut subsister. Nous ne savons expliquer une situation où une Eglise vient s’installer juste au voisinage
d’une Eglise sœur existante depuis plusieurs années à cette adresse. Alors qu’on se dit partager la
même doctrine, être soumis au même Seigneur. Juda le fils de Jacob a quitté l’union de sa famille pour
s’établir ailleurs pour quelques temps pour des raisons non élucidées et voilà les conséquences qui
s’en sont suivi. Celui qui fuit l’unité des saints, certainement ira s’enfoncer dans le péché. Le méchant
ne résiste pas dans l’assemblée des saints ou mieux dans l’union des saints. L’unité donne un pouvoir
de répulsion de ceux qui n’ont pas la mentalité de cette unité car il est relativement impossible malgré
l’agilité de l’adaptation de l’homme de rester et se sentir en sécurité dans un milieu dont il ne partage
pas l’esprit. Nous devons grandir dans l’unité et pour vivre dans l’unité, il faut beaucoup d’humilité et
de patience dans le chef des membres.
Cependant l’unité n’exclut pas d’avoir un meneur puisque toute société sans leadership est appelée à
ne pas se pérenniser.

6. Principe du pardon
6.1. Une vie de pardon
« Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; »
(Mt 6 : 12)
Tel est le principe que Dieu amène les hommes à se saisir. Avant d’obtenir le pardon, il nous faudrait
alors nous-mêmes pardonné les autres. Le pardon est une action qui doit être inclut dans notre
quotidien car c’est Dieu qui veut que nous puissions le vivre ainsi. Il accorde une grande importance
au pardon vu qu’il a commencé lui-même à pardonner l’homme qui l’avait offensé dans le jardin
d’Eden. Ce dernier a eu à commettre ce que Dieu défendait. Par la suite, les êtres humains ont
continué à offenser Dieu en multipliant le mal sur la surface de la terre (Genèse 6  : 5). Dieu a horreur
du mal comme il l’affirme dans le livre des proverbes (jfhjd), cela le blesse grièvement, ses yeux sont
trop purs pour voir le mal.
Du reste, il n’y a aucun homme qui a souffert comme Jésus-Christ. Il était innocent, n’avait fait aucun
mal à personne sa vie en témoignait. Cependant, les hommes l’ont fait du mal, ils l’ont rendu le mal
qu’il n’a jamais commis. Il fut alors crucifié à Golgotha et vivant une mort honteuse. Alors qu’il
agonisait avec d’autres personnes sur la croix dont l’un pouvait à peine se moquer de lui, il a rendu son
âme tout en poussant un cri disant : Père, pardonne leur puisqu’ils ne savent pas ce qu’ils font.

6.2. Et si on ne voulait pas pardonner


6.3. Comment se faire pardonner

7. Principe de la vision
7.1. Vision et ambition
7.2. Vivre la vision
7.3. Les choses à éviter pour ne pas vivre la vision
7.4. Les pièges de découvrir la vision

8. Principe de l’exception (la grâce)


Mais vous, vous êtes une nation sainte, etc

9. Principe du leadership
C’est l’un de tout dernier problème que le Seigneur jésus Christ a traité avant sa mort et même après
sa résurrection. Le Maître a réellement senti un danger avant de s’en aller. A en croire, la discussion
entre ses disciples sur qui était le plus grand aurait peut-être due mal se terminer puisqu’elle était
mouvementé. Il est enseigner sur comment celui qui
Voir Myles Monroe (Mr Paul), l’art d’être berger (Christian Zeng)
Le caractère du leader
Visionnaire, intègre, serviable, oser (comme Pierre), innovateur, desintéressé de la gloire, bienveillant
(hfjhjjhjyj, bb,le berger connait ses brébis jean 10

Vous aimerez peut-être aussi