Vous êtes sur la page 1sur 6

amnesty international

Vol. IX, n° 4 bulletin mensuel Avril 1979

Prisonniers tués en Guinée équatoriale NM IN MN NI MN MI MI MI 1111NM NM MI

APPEL A MACIAS NGUEMA Fonctionnaires


de lancien regime
II y a maintenant 10 ans que la fête nationale est célébrée le 5 mars en Guinée
équatoriale. En ce jour de l'année 1969, le president MACIAS NGUEMA a pris executes en Iran
tous les pouvoirs apris avoir annoncé la découverte d'un complot visant a le
renverser.
On estime qu'au cours de ces 10 annees de pouvoir absolu II y a eu des milliers
Plus de 45 officiers ou fonction-
naires en service sous le regime du chah

d'arrestations arbitraires. Le taux de mortalité parmi les détenus étant extreme- ont ete executes en Iran apres etre
ment de* ii semble qu'il y ait peu de survivants parmi les prisonniers de longue passes devant des tribunaux révolu- 1
date. tionnaires islamiques.
A l a adressé un appel a l'ayatollah
II y a eu de nombreux cas de mort sous la l'Organisation de l'unite africaine, Al avait Ruhollah KHOMEINY et 'au premier I
torture et d'exécution sommaire et des mil- souligné que, pour un total de 300 000 habi- ministre Mehdi BAZARGAN afin qu'ils •
liers de Guineens ont choisi l'exil. tants, au moins un citoyen guinéen sur 500 fassent cesser toutes les executions en
Dans un appel coincidant cette année avec avait eté execute ces dix derniéres années ; I ran.
la fete nationale, AI a demandé instamment la plupart des victimes n'avaient pas ete I Dans une declaration publiee le 22 !
au president de liberer tous les prisonniers jugees. 111février, A I a instamment demande aux •
detenus pour des motifs politiques ou reli- Apres la prise du pouvoir, en mars 1969, autorités iraniennes de tenir le plus
gieux. par Macias Nguema, de nombreux Guinéens grand compte de la necessite particu-
Al a egalement demande au president parmi les plus éminents du pays ont éte liere de proces publics et de procedures 1
d'ordonner la liberation des prêtres catho- sommairement executes. Parmi eux se trou- de recours adéquates dans les cas qui I
liques. Les prêtres d'origine espagnole ont vaient Atanasio NDONGO, ministre des pourraient donner lieu a des condamna-
ete chassés du pays en juin 1978 mais des affaires etrangeres,et Saturnino !BONGO, tions a mort.
pretres locaux ont été arretés et emprisonnes representant de la Guinee équatoriale auprés A/ ne cesse depuis 17 ans de s'oppo-
sans jugement, pour avoir, semble-t-il, de l'Organisation des Nations Unies. Selon ser a la torture, aux executions, aux 1
celébre des ceremonies comme des baptemes des informations officielles, tous deux se jugements


inéquitables et a l'empri-
et des obseques. Ces ceremonies religieuses seraient suicides peu aprés leur arrestation. sonnement des prisonniers d'opinion
sont désormais interdites. Dans une declaration faite le 3 octobre en Iran. A/ est opposée a la peine de
Al n'a pas divulgue les noms des prêtres 1978, Ondo Obiang ALOGO, représentant mort dans tous les cas. LII
de peur qu'ils ne fassent l'objet de représailles. de la Guinee équatoriale aupres des Nations
Plusieurs centaines de prisonniers seraient Unies, a affirm& : « II n'y a pas en Guinee
detenus dans des conditions trés dures, sans equatoriale de problemes des droits de
avoir eté juges, dans des prisons de la capi- l'homme et encore moins de violations
tale, Malabo, et de la ville de Bata.
Dans un appel adresse en octobre 1978 a
constantes de ces droits ». r
DERNIERE HEURE
Selon une dipeche de ragence Reuter
datée du 16 mars, l'ayatollah Khomeini
aurait ordonne la suspension de tous les
proces politiques en Iran.
Algérie : DEBUT DE PROCES
Ben Bella : quatorzieme annee de detention A TAIWAN
Al a appris au debut du mois de
mars que le proces de Yu Teng-fa et de
L'ancien president de la Republique algé- Ben Bella et dont les conclusions devaient son fils Yu Jui-Ven, inculpis en vertu
rienne, Ahmed BEN BELLA, est encore en servir de base a son procés. Le livre n'a jamais de la loi reprimant la sedition (Bulletin
detention, 14 ans aprés l'arrestation ordon- été publié et le proces n'a jamais eu lieu. de mars), devait s'ouvrir le 9 mars a
nee par son successeur, le president Houari Ben Bella est assign& a residence et vit Taipeh.
avec sa femme dans un petit appartement,
BOUMEDIENE, qui est mort a Alger le Le professeur Toshiyuki Nishikawa,
sous la garde de policiers et de soldats. II
27 décembre 1978. de l'universite Waseda de Tokyo, est
ne peut ni écrire ni recevoir des lettres.
Ben Bella est maintenant l'un des plus Le 15 fevrier, AI a écrit au nouveau pre-
parti pour Taipeh le 8 mars afin d'assis-
anciens prisonniers d'opinion detenus dans sident de la Republique, le colonel Benjedid ter au proces pour le compte d'Al.
la region. CHADLY, pour lui demander instamment Yu Teng-fa, age de 77 ans, ancien
A la suite du coup d'Etat de 1965 qui d'envisager la prochaine levee de l'assi- magistrat, a joué un role actif dans un
avait renverse Ben Bella, le president Bou- gnation a residence de l'ancien president groupe d'opposition qui réclamait la
mediene avait annonce la publication d'un de la Republique. El liberalisation du regime et la levee de
livre blanc enumerant tous les « crimes » de ritat de siege a Taiwan.
Sud-Yemen Les arrestations les plus recentes ont éte
operees pendant la premiere semaine de jan-
coupable d'avoir participe a un assassinat,
a ete pendu le 22 janvier. Daniel Madiwa
D'anciens ministres vier 1979, date a laquelle le gouvernement
militaire a suspendu les garanties constitu-
MOYO, reconnu coupable d'avoir recrute
des guerilleros, délit obligatoirement passible
maintenus en detention tionnelles et decret& l'état de siege pour faire
echouer le projet d'une greve generale qui
de la peine de mort en Rhodesie, a ete pendu
le 29 janvier. Les membres de sa famille ont
devait avoir lieu du 9 au 11 janvier. appris son execution le 2 fevrier, c'est-a-dire
Onze ans apres l'accession a l'indepen- L'armee a promis le retour au gouverne- quatre jours plus tard, lorsqu'ils se sont
dance de la Republique democratique popu- ment constitutionnel pour 1980, mais les rendus a la prison pour lui rendre visite.
laire du Yemen, des ministres et des fonc- elections preliminaires a une Assemblée AI a aussi appris, au debut de février,
tionnaires de l'ancienne administration sont constituante en juin 1978 ont et& serieuse- qu'au moins 11 autres prisonniers politiques,
toujours en prison. ment entravees par des arrestations de masse détenus a la prison de Chikurubi, prés de
Trois ministres juges en 1968 pour haute et des deportations selectives. De nombreux Salisbury, avaient et& condamnes a mort et
trahison et corruption ont purge des peines candidats se trouvaient détenus ou se &taient en instance d'exécution. II semble
de 10 ans de detention mais n'ont pas éte cachaient au moment des elections et 10 can- qu'il s'agisse du premier groupe de prison-
reaches. didats des principaux partis de gauche ont niers condamnes a la peine capitale en vertu
Deux fonctionnaires, condamnes a 15 ans ete temporairement exiles par le gouver- des dispositions relatives a l'etat de siege
de prison, devraient beneficier d'une remise nement. entre en vigueur en septembre 1978. Selon
de peine, mais eux auSsi sont toujours En ce qui concerne le Perou, Al a encore ces dispositions, qui sont maintenant appli-
incarceres. d'autres sujets d'inquiétude cables a 90 pour cent du territoire rhodesien,
Trois autres fonctionnaires emprisonnes la pratique habituelle qui consiste a tra- des tribunaux militaires speciaux ont ete
ne sont jamais passes en jugement. duire des civils devant des tribunaux mili- constitues pour juger les personnes accusees
Le 28 fevrier, AI a ecrit au nouveau pre- taires pour répondre de delits tres divers. de delits politiques. Ces tribunaux militaires
sident du Conseil presidentiel, Abdul Fattah En 1977 et 1978, plus de 2 000 civils ont ont éte dotes de pouvoirs egaux a ceux de la
ISMAIL, pour lui demander instamment que ete traduits devant des tribunaux mili- Cour supreme en matiére de condamnations,
le gouvernement accorde une amnistie gene- taires et qualifies de detenus « socio- y compris celui de prononcer la peine de
rale a tous les prisonniers politiques. Al a politiques ». L'habeas corpus n'est plus mort. Toutefois, ii n'est pas possible de faire
aussi exprime sa preoccupation au suiet de appliqué et Al n'a pas entendu parler d'un appel d'une peine capitale prononcée en
12 personnes dont on sait qu'elles sont seul cas ou.Ia competence des tribunaux vertu de l'etat de siege.
detenues sans jugement et de 9 autres qui militaires aurait et&contestee ; Apres la signature de l'accord de regle-
ont disparu entre 1972 et 1975. Ces 21 cas les allegations de mauvais traitements ment interne du 3 mars 1978, de nombreuses
ont ete pris en charge par AI, qui a demande lors de leur interrogatoire par la police sources d'information avaient laisse entendre
au gouvernement d'informer les families de judiciaire peruvienne des detenus accuses que la peine de mort ne serait plus prononcee
ceux des disparus qui ne sont pas empri- d'avoir mene des activités de guerilla. Le contre les auteurs de delits politiques.
sonnes et doivent donc etre consideres ministre de l'interieur a expressément
comme morts. interdit a la mission d'Al d'avoir des
entretiens avec des prisonniers politiques;
— les mauvaises conditions de detention
aussi bien pour les détenus de droit com-
mun que pour les prisonniers politiques.
Amnesty International Briefing on Peru, docu-
ment de 12 pages, publié en anglais par Amnesty
International Publications, 10 Southampton
Street, Londres WC2E 7HF (Grande-Bretagne):
peut Etre obtenu aupres des sections nationales
d'AI. Line version espagnole est également
disponible.
Grece
Pérou Dix ans de prison pour
Nouveau cahier
un Témoin de Jehovah
d'information
Parce qu'il refusait, pour des motifs reli-
Un cahier d'information de 12 pages de gieux, de servir dans l'armee grecque,
la serie « Documents » publi& par Al en Vassilis SPANOYIANNIS, Temoin de
mars signale le recours frequent a des Jehovah age de 21 ans adopté par Al comme
mesures de detention a court terme, qui prisonnier d'opinion, a éte condamne le 15
paralt etre devenu habituel dans la vie poli-
tique peruvienne.
Rhodesie fevrier a 10 ans de detention par un tribunal
militaire de Joannina.
Ce cahier, redige a la suite du séjour d'une
mission d'Al au Pérou en avril 1978, contient
Nouvelles pendaisons En octobre 1977, le gouvernernent grec a
promulgue une nouvelle loi qui donne aux
aussi des renseignements recus au debut de
cette armee.
de prisonniers Temoins de Jehovah la possibilité d'accom-
plir un service militaire non arme d'une durée
Au cours de manifestations qui se sont
deroulees en mai 1978, les forces de securite
politiques de 4 1/2ans, soit le double de celle du service
militaire normale. Cependant, les Temoins de
ont tue 38 personnes et en ont arreté environ Jehovah refusent cette formule puisque leur
6 000. La pendaison au mois de janvier de deux religion leur interdit tout service militaire
Estimant que les manifestations publiques hommes declares coupables de delits poli- qui n'est pas expressement commande
et les greves de travailleurs avaient un carac- tiques a confirm& ce que l'on soupconnait par Dieu.
tere « subversif » et qu'elles troublaient depuis quelque temps : le gouvernement Depuis la promulgation de la loi, les
l'ordre public, le gouvernement a adopte rhodesien continue d'appliquer la peine Temoins de Jehovah ont generalement &te
des mesures legislatives plus strictes au cours capitale. condamnes a 4 1/2ans de detention. Vassilis
de l'annee ecoulee. Sevias HOVE, pere de 10 enfants, reconnu Spanoyiannis peut faire appel.
3

Campagnepour les prisonniersdu mois


Les cas exposes ci-dessous concernent des prisonniers d'opinion. Tous ont été arretés pour
leurs convictions religieuses ou politiques ou a cause de leur origine ethnique, de leur sexe,

I.
tiff de leur couleur ou de leur langue. Aucun d'eux n'a recourua la violence ni préconisé le recours
la violence. Leur maintien en detention constitue une violation de la Declaration universelle
des droits de l'homme adopt& par les Nations Unies. Les appels internationaux ont pour
objet d'obtenir leur liberation ou l'amilioration des conditions dans lesquelles ils sont
détenus. Dans l'intéret des prisonniers, les lettres adressies aux autorites doivent etre redigies
en termes mesurés et courtois et souligner qu'elles ont pour objet la defense des droits de
l'homme, sans aucun parti pris politique. En aucun cas, ii ne faut écrire au prisonnier
lui-même.

Jassim HADDAD - Bahrein dant lequel il a &tesoumis a la torture : chocs religieuse et politique dans ce pays. En 1970,
Le poete Jassim HADDAD est detenu electriques, station debout prolongee et il a neanmoins ete elu membre du Senat, et
sans inculpation ni jugement a Bahrein depuis sévices infliges par des membres de la section peu aprés il a contribue activement au lance-
aoat 1975. II a éte arrete une premiere fois operationnelle du Departamento de Ordem ment d'un mouvement aPpele Force de
en 1973 aprés avoir participe a une conf&- Politica e Social. reconciliation nationale, qui preconisait un
rence des ecrivains arabes a Beyrouth (Liban), Cinq éveques sont alles le voir en prison reglement negocie pour mettre fin a la guerre.
et il a eté adopt& a l'époque par A/ en tant le 7 juin 1978, a la suite de quoi la Commis- Le 29 avril 1975, alors que les forces
que prisonnier d'opinion. II a ete liber& lors sion pour la justice et la paix d'Olinda et armees du gouvernement revolutionnaire
d'une amnistie en 1974. Recife a publie une declaration dans laquelle provisoire (GRP) assiégeaient Saigon, le
En aotit 1975, Jassim Haddad a ete arrete elle condamnait les autorités pour le traite- gouvernement du president Nguyen Van
a nouveau, quelques jours avant la procla- ment brutal inflige au prisonnier et affirmait Thieu fut remplace par un nouveau cabinet
mation par l'emir de Bahrein d'un décret qu'Edival Nunes Da Silva n'avait jamais dont Bui Tuong Huan faisait partie. Le
portant dissolution de l'Assemblée nationale participe a des activites illegales. Ultérieu- lendemain, ce cabinet ceda le pouvoir au
le 26 amit 1975. Les arrestations effectuees rement, 3 000 etudiants de l'universite de GRP. Par la suite, on annonca que les
a ce moment-là avaient apparemment pour Recife se sont mis en greve pour protester membres du cabinet avaient ete felicités par
objet de prevenir toute protestation contre contre sa detention. le GRP pour avoir pacifiquement remis
cette dissolution, intervenue apres le refus Nunes da Silva a ete accuse de tentative Saigon aux nouvelles autorites.
par l'Assemblee d'adopter une loi sur la de reconstitution d'un parti politique, le Apres le changement de gouvernement,
securite génerale aux termes de laquelle le Partido Comunista Revolucionario. La police un decret enjoignit a tous les militaires et a
gouvernement pouvait faire emprisonner pretend avoir decouvert des documents corn- tous les fonctionnaires du gouvernement
tout citoyen dont il jugeait les actes ou les promettants dans sa cellule de prison, mais precedent de se faire inscrire aux fins de
declarations inacceptables. L'Assemblée Nunes da Silva a oppose un &mend a ces a reeducation ». II avait ete annonce initia-
nationale est toujours dissoute a l'heure accusations et a affirm& que des documents lement que la duree de cette « reeducation »
actuelle. avaient ete places dans sa cellule apres son serait au maximum de trois ans, mais que
Jassim Haddad se trouvait jusqu'à une arrestation. dans la plupart des cas elle serait considé-
date recente a la prison de Safra, ot sont Nunes da Silva est actuellement detenu au rablement plus courte. Quatre ans ont pass&
detenus la plupart des prisonniers politiques secret au Quartel de Cavaleria da Policia depuis mais, d'aprés les indications recues
du pays. Pendant son sejour en prison, il a Militar de Pernambuco, qui est une prison par AI, des dizaines de milliers de personnes,
dO subir deux interventions chirurgicales, militaire. Selon les nouvelles recues a son anciens membres des forces armees et civils,
et le 12 janvier 1979 il a ete transfere sujet, il souffre de troubles intestinaux. lJne sont toujours detenues dans des camps de
l'hôpital pour etre soigné d'une infection demande d'habeas corpus presentee au Tri- reeducation ».
recidivante de l'oreille qui, selon les nouvelles bunal militaire supreme pour obtenir qu'il II y a maintenant trois ans et demi que
recues, est fort douloureuse et affecte son soit mis fin a sa detention preventive a Bui Tuong Huan est en « re&ducation »;
etat general. On ne sait pas s'il est toujours ete rejetee. d'apres les dernieres nouvelles recues a son
a ou s'il a ete reconduit en prison. Ecrire en termes courtois a l'adresse sui- sujet, iI serait en mauvaise sante. Le camp
On a appris que pendant son dernier empri- vante pour demander la mise en liberte dans lequel il est detenu se trouve dans la
sonnement, il a recu de graves blessures immediate d'Edival Nunes da Silva : Presi- province de Thanh Hoa, dans le nord du
resultant de sévices subis. dente da RepOblica Federativa do Brazil, pays.
Ecrire en termes courtois a l'adresse sui- General Joao Figuereido, Gabinete do Bui Tuong Huan est age de 54 ans, il est
vante pour demander la mise en liberte Presidente, Palacio do Planalto, 70.000 marie et pere de trois enfants.
immediate de Jassim Haddad : His Excellency Brasilia D.F., Brésil. Ecrire en termes courtois pour demander
Sheikh Khalifa Bin Sulman al-Khalifa, Prime la liberation immediate de Bui Tuong Huan
Minister, Bahrein, Golfe arabique. : Son Excellence Pham Van Dong, Premier
Ministre, Bureau du Premier Ministre,
Hanoi, Republique socialiste du Viet Nam.
BUI Tuong Huan - République socialiste
du Viet Nam
Edival Nunes DA SILVA - Brésil BUI Tuong Huan, anciennement profes-
Edival Nunes DA SILVA, age de 29 ans, seur de droit dans une universite vietna-
est membre de la Commission de l'Eglise mienne et homme politique, est détenu dans
catholique romaine pour la justice et la paix un camp de « re&ducation » en Republique Prisonniers libérés et cas nouveaux
a Recife, sur la côte nord-est du Bresil. socialiste du Viet Nam depuis l'automne de Le Secretariat international a appris en
II a ete arrete sans mandat le 12 mai 1978 1975. fevrier la liberation de 80 prisonniers
par des hommes armes qui l'ont enleve dans Pendant les annees 60, Bui Tuong Huan, adoptes ou dont le cas &tait a l'enquete
la rue alors qu'il sortait d'une reunion A entierement acquis a la cause bouddhiste, et a pris en charge 69 cas nouveaux.
l'eglise et rentrait chez lui. II a ete conduit a ete emprisonne a plusieurs reprises par les
au quartier general de la police fedérale, oO gouvernements successifs du Viet Nam du
il a ete garde au secret plus d'un mois, pen- Sud pour avoir protest& contre la repression
4

Indonésie avait eté abrogée parce qu'elle n'avait pas


permis de mettre fin a la « subversion ».
AHMAD, qui ont ete condamnés a mort
avec lui.
Etudiants devant Selon les premieres informations recues,
cette decision affectera 48 prisonniers actuel-
Les deux juristes, l'avocat turc Mumtaz
SOYSAL, specialiste de droit constitutionnel,
les tribunaux lement detenus en vertu de cette loi. Cepen-
dant, le décret d'abrogation prévoit le trans-
et l'avocat anglais Louis BLOM-COOPER
ont assiste a la premiere audience de la Cour
fert de certains d'entre eux devant des juri- supreme qui, a la mi-fevrier, a revu son
dictions pénales. II est donc possible que jugement antérieur confirmant le verdict et
Dans cinq villes d'Indonesie se sont ouverts
a la fin de janvier et au debut de fevrier les certaines personnes en vertu de la loi main- la peine de mort prononcée contre Bhutto
tenant abrogée ne soient pas liberées. (Bulletin ae mars).
proces de 21 militants étudiants. Ceux-ci
En annoncant l'abrogation de la loi, le Dans un télégramme d'A / a la Cour
sont notamment accuses d'avoir diffame le
president Romero a exprimé l'espoir que supreme, dont le texte a ete rendu public
president et denigre les corps constitués et
désormais les partis politiques et l'Eglise, le 28 février, les deux juristes ont fait valoir
les institutions nationales. A/ a adopte comme
qui critiquaient les pratiques du gouverne- les arguments suivants :
prisonniers d'opinion 11 d'entre eux, au sujet
ment en matière de droits de l'homme, Le 6 février 1979, la Cour supreme du
desquels on est suffisamment renseigne.
pourraient engager le dialogue avec le Pakistan a confirm& le verdict de culpa-
Les 21 prevenus font partie des centaines gouvernement.
de personnes - etudiants ou musulmans - qui bilite et la condamnation a mort de
Les relations entre le gouvernement et Zulfikar Ali Bhutto et de Mian Muham-
ont éte arretees au debut de 1978 pour avoir l'Eglise sont extremement tendues depuis
participé a la campagne de protestation mad Abbas (par quatre voix contre trois
l'execution a la mitrailleuse d'un prêtre et pour le premier et par cinq voix contre
contre la reelection de Suharto a la prési-
de quatre catechistes par les forces salva- deux pour le second).
dence. La plupart de ceux qui avaient ete
doriennes de sécurite le 20 janvier. En signe L'existence d'une opinion minoritaire
arrêtes a l'epoque ont éte relaches par la
de protestation, l'archeveque Oscar Arnulfo chez les juges doit etre un facteur « im-
suite, mais on croit savoir que 10 autres ROMERO a suspendu les services religieux
etudiants au moins attendent encore de passer portant, voire determinant » en ce qui
dans le pays. concerne l'octroi d'une commutation
en jugement. Le 6 fevrier, le procureur La decision du gouvernement peut aussi
general Ali SAID a annoncé que trois des de peine.
frayer la voie a la liberation eventuelle de Les juges qui ont exprim& une opinion
principales personnalités musulmanes encore
trois étrangers détenus par des guérilleros de dissidente ont estimé que l'accusation
detenues seraient bientôt jugées. Ces trois gauche depuis près de cinq mois.
personnes - Mahbub DJUNAEDI, SUTOMO n'avait pas prouve la culpabilité de
Le groupe de guerilleros dénomme Forces maniére indubitable.
et le professeur Ismail SUNY - ont eté adop-
armées de resistance nationale (FARN) aurait Si la decision finale avait ete prise par ces
tees par Al comme prisonniers d'opinion. LI
fait de l'abrogation de la loi, qui interdit les trois juges, deux des cinq accuses auraient
Le fait que le gouvernement ait décid& rassemblements publics, les manifestations beneficié d'un non-lieu.
que les proces des étudiants se dérouleraient et toute activité politique non autorisee par Les juges dissidents ont estime que la
tous en meme temps est consider& comme le gouvernement, l'une des conditions de la these de l'accusation reposait entierement
une tentative visant a nuire a l'efficacité de liberation des banquiers britanniques Ian sur le temoignage de deux complices, qui
la defense. D'eminents avocats indonesiens MASSIE et Michael CHATTERTON et de ont obtenu leur pardon a ce prix, et que
ont mis sur pied un Collectif pour la defense l'homme d'affaires japonais Takakazu ce temoignage s'etait revélé etre totale-
des etudiants (avec l'appui notamment de SUZUKI. L'enlevement de Massie et Chatter- ment ou partiellement faux ou n'etait pas
l'Association des avocats indonesiens et de ton remonte au 30 novembre 1978 et celui con firme par des preuves suffisantes.
l'Institut d'assistance judiciaire) qui se de Suzuki au 7 decembre. Dans leur rapport, Soysal et Blom-Cooper
propose de coordonner les moyens de defense Dans une declaration publiée en décembre ont declare : « Par consequent, lorsqu'il y
des étudiants. 1978, Al a lance un appel aux FARN pour a le moindre doute au sujet de la culpabilite
Peu apres l'ouverture des proces, le gou- qu'elles épargnent et libérent leurs otages, de l'accuse, la pratique veut que la peine soit
vernement indonesien a interdit de publier disant qu'elle était categoriquement opposée commu&e, soit par une decision judiciaire,
dans les journaux des articles sur les procès au recours a la detention arbitraire et aux soit par l'exercice du droit de grace dont
en cours. Pour riposter a cette interdiction, executions en tant que moyens de contrainte dispose l'executif ».
une delegation d'étudiants de Bandung s'est politique, que ce soit par les organes du Ils ont rappele que, « tout au cours de
rendue a Djakarta, pour se plaindre au vice- gouvernement ou par d'autres. LI l'histoire du débat sur la peine capitale, les
president du Parlement de la situation de la partisans de son abolition comme ses défen-
presse en Indonésie. LI seurs se sont accordes sur le fait qu'on ne
devrait jamais proceder a une execution
lorsqu'on courait le risque de pendre un
innocent ». EL

Pakistan
El Salvador
Deux juristes envoyes CHANGEMENT D'ADRESSE
Abrogation de la lol
d'urgence en mission
sur l'ordre public Amnesty International
Section de la République federale
Deux eminents juristes ont expose, dans d' Allemagne
un rapport a Al, les arguments juridiques Heerstrasse 178
Le gouvernement d'El Salvador a annoncé
l'abrogation de la loi sur la protection et la qui militent en faveur d'une attenuation des 5300 Bonn
peines prononcées contre l'ancien premier Republique fedérale d' Allemagne
garantie de l'ordre public.
Lors d'une conference de presse tenue ministre du Pakistan Zulfikar Ali BHUTTO
la fin de fevrier, le president Carlos Hum- et Mian Muhammad ABBAS, Arshad
berto ROMERO aurait declare que cette loi IQBAL, Ghulam MUSTAFA et Rana Iftikar
5

amnesty international

campagne pour l'abolition de la torture

FATTAH (Bulletin CAT de novembre 1978).


a es Cet enseignant kurde de 29 ans, arrete en
juin 1978, serait devenu fou A la suite de
l'interrogatoire au cours duquel sa tete est
restée enfermee pendant plusieurs jours
Amnesty International est opposée a l'usage de la torture contre des dans une cagoule remplie de fourmis
prisonniers, dans tous les cas et quelles que soient les circonstances. volantes.
Les ambassades d'Iraq ont repondu aux
Tout acte de torture ou tout autre peine ou traitement cruel, inhumain lettres des membres d'AI en indiquant que
ou dégradant constitue une violation des normes internationales Fattah purgeait une peine de cinq ans et un
mois de prison pour « atteinte A la securité
relatives aux droits de l'homme adoptées par l'Assemblée ginérale nationale de l' Iraq ».
des Nations Unies. Les appels internationaux ont pour objet d'amé- Les membres d' A I qui recoivent une
réponse d'une ambassade d'Iraq sont pries
liorer le sort des prisonniers soumis a un traitement cruel. Pour la d'écrire pour remercier, en soulignant
redaction des lettres, il convient de se conformer aux instructions nouveau l'inqui&tude qu'inspirent A Al les
allegations de torture et en demandant
donnees a la fin de l'exposé du cas. qu'une enquête officielle soit ordonnee sur
le traitement reserve A Ma'rouf Abdullah
Fattah dans sa prison. I

Equateur
Indiens d'Amazonie arretes pour meurtre
bre, la police s'est A nouveau rendue au
URSS
Trois Indiens Chouar, originaires de la
jungle equatorienne, sont incarceres sous Centre indien et a arrete Cruz, Jorge, Silvia Detenfion psychiatrique
['inculpation de meurtre a la prison de et leur pere, Ambrosio Tsamaraint, ainsi que
Macas, ville principale de la province de d'autres lndiens. Ils auraient et& maltraites d'un physicien
Santiago Morona. D'apres les renseigne- a coups de pieds et battus par des policiers
ments qui sont parvenus A AI, ils ont et& ivres. Un physicien sovietique, Lev Grigorievitch
violemment battus et soumis a la torture Cruz et Jorge Tsamaraint rest&rent en UBOZHKO, a ete intern& pour la premiere
par Felectricite. detention apres que les autres eurent ête fois en 1972 et, depuis cette date, a et&detenu
II s'agit de trois freres - Cruz, Jorge et liber&s, et le I er decembre leur frere Fidel dans divers h6pitaux psychiatriques speciaux.
Fidel TSAMARAINTS. L'aine, Fidel, etait arrete A son tour. On croit savoir que On pense que, comme d'autres personnes
enseigne au Centre indien de Kaurapi. Les son arrestation est intervenue apres que les internees de force dans ce genre d'etablisse-
deux autres, Cruz et Jorge, ont entre quinze deux jeunes frères eurent ete contraints sous ment, il a ete « trait& » avec des neuro-
et dix-sept ans. la torture A signer des documents en blanc, leptiques puissants.
Les trois freres auraient eu les doigts brises remplis par la suite et incriminant Fidel et Ubozhko a ete arrete A Sverdlovsk en
sous la torture, si bien qu'ils ne peuvent un autre membre de la famille. 1970 pour detention et diffusion de publi-
plus se servir de leurs mains. Les deux plus Ecrire en termes courtois pour exprimer cations « samizdat ». On aurait trouve chez
jeunes ont ete menaces d'etre brüles sur la l'inquietude qu'inspirent les informations lui une copie d'une lettre ouverte de l'histo-
place principale de Macas et d'etre condamnes d'apres lesquelles des membres de la famille rien sovietique dissident Andrei AMALRIK.
A70 ans d'emprisonnement pour un meurtre Tsamaraint auraient eretortures, en deman- Ubozhko a ete condamne A trois ans de
qu'ils disent ne pas avoir commis. dant instamment que ces personnes recoi- detention dans un camp de redressement par
La victime, un marchand de betail, a ete vent un traitement medical et qu'une enquete le travail situe pres d'Omsk.
tue dans l'est de l'Equateur en aofit 1978. soit ordonnee sur leurs conditions de Six mois plus tard, alors qu'il se trouvait
Aussit6t, tous les Indiens vivant dans le detention. encore dans ce camp, il a ete de nouveau
Centre communautaire de Yawints ont ete Ecrire : Don Victor Veintimilla, Gober- jug& pour « agitation et propagande anti-
arretês par la police. Cruz et Jorge Tsama- nador de la Provincia de Morona Santiago, sovietiques » et une commission medicale
raint ont ete inculpes pour meurtre et Macas, Equateur, et à: Contralmirante l'a declare irresponsable de ses actes. II a et&
libéres sous caution. Ils auraient ete tortures Victor Hugo Garcés Pozo, Ministro de interne de force a l'hopital psychiatrique
au cours de l'interrogatoire de police avant Gobierno, Ministerio de Gobierno, Quito, special de Tashkent jusqu'en 1974, puis
d'etre inculpes. Equateur. transf&r& A l'hôpital psychiatrique n° 2 de
La famille Tsamaraint a alors recu l'ordre Cheliabinsk. En 1975, il s'est &vade de
de fournir les certificats de naissance des l'hôpital mais il a ete repris au debut de 1976
deux jeunes gens au tribunal local des et reinterne a l'hôpital special de Tashkent.
mineurs. Elle s'est heurtee A l'obstruction Ubozhko aurait et& avise qu'à moins de
des fonctionnaires de l'etat civil, A la suite
de quoi Silvia Tsamaraint, qui s'etait portee
Iraq renoncer a ses opinions « dissidentes », il
pouvait s'attendre a un internement de duree
illimit&e.
garant pour ses freres, a ete arretee au mois
d'octobre avec son fils age de 18 mois, et Le gouvernement Ecrire en termes courtois au directeur de
detenue pendant trois semaines dans une psychiatrique special de Tashkent,
cellule surpeuplee de la prison pour hommes
de Macas.
répond l'adresse suivante, pour demander la
liberation immediate de Lev Grigorievitch
Après sa liberation, Silvia Tsamaraint a Des ambassades d'Iraq ont repondu aux Ubozhko : SSSR, Uzbekskaya SSR,g.
reussi A presenter les certificats de naissance lettres envoyees par des membres d'AI qui Tashkent, Tashkentskaya Spetsialnaya
au tribunal. Cependant, les 16 et 17 novem- s'inqui&taient du sort de Ma'rouf Abdullah Bolnitsa, Nachalniku. LI
6

« On emprisonne des gens qui sont absolument innocents... »

Un ancien officier presente un temoignage direct


sur la torture en Uruguay
SeIon un ancien lieutenant des forces I NM MI - MIN grand nombre de personnes qui sont tout
armees uruguayennes, Julio Cesar a fait innocentes puisque... le prisonnier
COOPER, dont Al a publie le temoi- n'a pratiquement aucun moyen de démontrer
son innocence de quelque maniere que ce
gnage le 27 Nyder dernier, 90 pour cent Lesautorités : « La vie soit », a declare le témoin. « restime que
des officiers de l'armée uruguayenne du prisonnier est en danger » dans bien des cas, en raison de sa condition,
participent directement ou indirecte- le detenu préferait inventer et s'attribuer
Les membres et les sympathisants d'A /1
ment a la torture des prisonniers qui avaient demand& la liberation d'un 1 des responsabilites qui n'etaient pas reelles,
politiques. prisonnier d'opinion uruguayen, Alberto pourvu qu'on cessât de le torturer. »
ALTESOR (Campagne du prisonnier du. « C'est dans les casernes du bataillon
.mois, aoth 1978), ont rect., des centaines d'infanterie n° 13 et dtr bataillon d'infan-
L'ancien officier a fait ces revelations de reponses identiques des autorités terie n° 14 que la torture est pratiquee avec
lors d'une conference de presse convoquee uruguayennes. le plus de sauvagerie. Ces unites sont sta-
a Geneve par la Section suisse d'AL Cette Les lettres viennent de l'Oficina Central 1 tionnees dans la banlieue de Montevideo,
manifestation coincidait avec la session de Informacion sobre Personas (Bureau presque a la campagne, et d'apres ce que j'ai
tenue recemment par la Commission des central de remeignements sur les personnes), entendu dire, on y a construit de veritables
droits de l'homme de l'Organisation des service cree en mars 1978 et qui releve du 'I salles de torture. Des appal eils et des systemes
Nations Unies, qui a examine la situation ministere uruguayen de la defense. de torture y ont ete mis en place. Je pense
des droits de l'homme en Uruguay. AI a Les autorites uruguayennes affirment 111 qu'on a choisi la campagne pour installer
present& a la Commission des temoignages qu'Altesor est accuse d'avoir appartenu ces unites afin d'assurer le secret indispen-
sur la torture provenant d'Uruguay. a sable », a declare le temoin.
Bien qu'il ne soit pas possible de verifier
de maniere independante le chiffre estimatif
une o association d'élements subversifs »
pour avoir ete dirigeant du parti commu- •
niste uruguayen, qui a ete interdit en 1973. • Toujours en presencede médecins
avancé par l'ancien lieutenant, sa declara- L'Union interparlementaire, organisation Decrivant ce qu'elle avait subi en mars
tion corrobore les affirmations répetees selon mondiale de parlementaires qui s'occupe 1978, alors qu'elle etait entre les mains d'un
lesquelles la torture est devenue une insti- du cas d'Alberto Altesor, a ete informee groupe de tortionnaires uruguayens, Ana
tution dans ce pays. qu'il avait ete condamne a 8 ans de prison N Ferreira a declare ce qui suit lors de la confe-
Au cours de la conference de presse tenue 1 le 31 mai 1978. rence de presse : « J'ai ete emmenee dans
une caserne de la marine, et apres m'avoir
a Geneve, on a pu entendre egalement les Les autorites uruguayennes ont indique
declarations de deux personnes qui avaient qu'Altesor souffre de troubles cardiaques • demande si j'étais en bonne sante, quels
éte torturées en Uruguay, Ann FERREIRA, • graves et que « sa vie est en danger en rai- medicaments je prenais et quelles maladies
âgee de 38 ans, qui a decrit son interroga- son de son etat de sante precaire », mais I j'avais eues, ils ont commence a me frapper
toire dans une caserne de la marine au debut qu'il recoit « des soins medicaux constants I tout en m'interrogeant. »
Ana Ferreira a declare qu'un medecin
de mars 1978, et Nelson Eduardo DEAN
BERMUDEZ, age de 30 ans, qui a eté tor-
1 et aPpropries » en prison.
Les personnes qui ont participe a la etait toujours present pendant les seances de
ture par des officiers uruguayens dans un
centre de detention secret en Argentine en
campagne de lettres d'aoat 1978 sant priees
d'ecrire de nouveau au president de I'Uru- •
• il torture. « Pendant les pires moments, quand
voyait que mon coeur et ma resistance
physique etaient a bout, il criait <Assez »,
juillet 1976. guay pour demander la liberation imme-
Pendans sa declaration, Cooper, qui a éte diate d'Alberto Altesor, a la suite des 11 pour qu'on puisse me ranimer rapidement
force de demissionner de l'armée en 1977 declarations des autorites uruguayennes 1 et recommencer une autre seance. »
« A un moment j'ai supplié le medecin
aprés avoir refuse de torturer des prison-
niers, a dit : « Dans notre unite, ii y avait
deux officiers supérieurs et 13 autres offi-
extremement preoccupant. Li
reconnaissant que son etat de sante est 1
de leur demander de me laisser tranquille,
de se conformer au serment qu'il avait fait
ciers. Sur ces 15, je puis affirmer que deux en tant que medecin de mettre sa science
seulement n'ont pas pris part a la torture. » au service de l'humanite », a raconté Ana
Cooper a indique qu'à sa connaissance Ferreira. « 11 m'a repondu : « Je fais mon
aucun agent coupable d'avoir torture des travail, rien de plus. » C
prisonniers n'a ete puni en Uruguay en depit
des garanties constitutionnelles contre cette
pratique, et que les militaires qui refusent
de torturer des prisonniers ou qui essaient o La torture avait pour seul objet d'obte-
d'empecher d'autres de le faire sont en butte nir des aveux. Cependant, comme les
a des pressions constantes et meme a des methodes ont dégenere, de meme que l'atti- 1.e BULLETIN MENSUEL est la
poursuites. tude des divers hommes qui les appliquaient, traduction francaise de l'amnesty
« J'ai vu des commandants d'unites et des je considere et je peux meme prouver que international newsletter publiee par
officiers manifester du plaisir en pratiquant dans certains cas des officiers ont souvent AMNESTY INTERNATIONAL
la torture et de la satisfaction, meme dans oublie cet objectif, ou sa realisation, et ont PUBLICATIONS, 10 Southampton
des cas tragiques comme ceux qui entrai- simplement pratique la torture pour l'amour Street, Londres WC2E 7HF, Grande-
naient la mort de la victime. rai pu consta- de la torture ou pour la satisfaction qu'ils Bretagne.
ter le plaisir de certains commandants et en retiraient », a-t-il dit.
officiers, allant meme jusqu'au sarcasme, en J'ai toujours pens& et je pense encore
presence d'un mort », a-t-il declare. qu'il y a dans les prisons uruguayennes un