Vous êtes sur la page 1sur 93

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬


UNIVERSITE BADJI MOKHTAR- ANNABA ‫عنابة‬-‫جامعة باجي مختار‬

FACULTE : Sciences de l’Ingéniorat


DEPARTEMENT : Électrotechnique

MEMOIRE DE MASTER
DOMAINE : Sciences et Technologies

FILIERE : Électrotechnique

OPTION : Electrotechnique industrielle

Thème

Simulation et réalisation d’un système photovoltaïque à


BASE d’une carte ARDUINO UNO

Présenté par: Dirigé par:


Kharfane younes Bensiali Nadia
Kadri badreddine

Jury de soutenance:
- Zerzouri Nora Président MCB Université d’Annaba
- Ben Si Ali Nadia Rapporteur MCA Université d’Annaba
- Bahi Tahar Examinateur Pr Université d’Annaba
- Kahoul Nabil Examinateur Dc Université d’Annaba

Promotion : Juin 2018


A celui qui m'a indiqué la bonne voie en
me rappelant que la volonté fait
toujours les grands hommes...
A mon Père
A celle qui a attendue avec patience les
fruits de sa bonne éducation...
A ma Mère
A tous mes frères, mes sœurs, mes amis
et tous ceux qui me sont chers…
Que Dieu vous garde
Je remercie ALLAH le Tout-puissant de m’avoir donné le courage, la volonté et
la patience de mener à terme ce présent travail

Je tiens à exprimer mes vifs remerciements et témoigner ma profonde gratitude à


MD. BNCIALI,MCA à l’université Badji Mokhtar Annaba, qui m’a honoré
de son encadrement et qui a accepté la lourde tâche de promoteur.

Nous remercions également:

Mr le professeur EL BAHI de l’université de BADJI MOKHTAR ANNABA


qui nous a fait le grand honneur de présider notre jury de mémoire. Qu’il trouve
ici l’expression de notre gratitude pour l’intérêt qu’il a accordé à nos travaux.

MCA.KERMICH de l'université de Badji Mokhtar Annaba ainsi qu'au

Docteur kahoul de l'université de Badji Mokhtar Annaba, d’avoir acceptés de


participer à mon jury comme examinateurs

Je remercie, tous les enseignants de l'université de Badji Mokhtar Annaba, pour


avoir bien voulu me faire profiter pleinement de leurs compétences scientifiques
et encore de leurs idées illuminatives

Je remercie également mes collègues de la promo 2018.


J’ai toujours pensé faire ou offrir quelque chose à parentes en signe de

Reconnaissance pour tout ce qu’ils ont consenti des efforts rien que pour
me voir Réussir, et voilà, l’occasion est venue.

A ceux qui m’ont donné la vie, symbole de beauté, et de fierté, de sagesse


et dePatience.

A ceux qui sont la source de mon inspiration et de mon courage, à qui je


dois deL’amour et la reconnaissance.

A ma très chère mère ‟ HASSINA” et mon cher père ‘’ABOU BAKAR ;

A mon frère ‟ABD ELHAMID ” et sa femme « FAYZA » et mes


sœurs ‘’ SARA-IHCENE” ;

A mes nièces et mes neveux « BAYLASSAN-ABD ELHAY-SAWAB » ;

A toute ma famille ‟KHARFANE-YOUSFI”;

A toute la famille de ma fiancée ‟MEZDOUR”;

A mes amis ‟ CHEMSSOU-SOUHAIB-MOUHAMED-ZAKI -


BADREDDINE” ;

A tous mes collègues de la promotion ;

Finalement je dédie ce modeste travail à ma fiancé e*NABILA*


YOUNES
A celui qui m'a indiqué la bonne voie en
me rappelant que la volonté fait
toujours les grands hommes...
A mon Père
A celle qui a attendue avec patience les
fruits de sa bonne éducation...
A ma Mère
A tous mes frères, mes sœurs, mes amis
et tous ceux qui me sont chers…
Que Dieu vous garde
Sommaire Page

Remerciement

Dédicaces

Liste des tableaux

Liste des figures

Liste des abréviations

Introduction générale…………………………..……………………………………...1

Chapitre I : généralité sur l’énergie solaire

I.1 Introduction ………………………………………………..................................................2

I.2 L'énergie solaire ………………...……………………………………………………….…2

I.2.1Le gisement solaire …………………………………………………………………........2

I.2.2Le rayonnement solaire……………………………………………………………….…..3

I.2.2.1 Le rayonnement solaire direct ……………………...………………………………..…3

I.2.2.2Le rayonnement solaire diffus ……………………..…………………………………..3

I.2.2.3Le rayonnement solaire réfléchi (albédo du sol) ………………………………….……4…

I.2.2.4 Le rayonnement solaire global …………………………………………………….…….4.

I.2.3 Masse d'air ……………………………………………………………………………….…4.

I.2.4 Les coordonnées terrestres ……………………………………………………………….….5.

I.3 L'énergie photovoltaïque……………………………………………………………………….6.

I.3.1 L'effet photovoltaïque ………………………………………………………………………...6

I.4 Technique pour capter l'énergie solaire ………………………………………………………6

I.5 Le Potentiel Solaire en Algérie ………………………………………………………………….6.

I.6 Conclusion………………………………………………………………………………………..8
Chapitre II :Générateur photovoltaïque

II.1Introduction ………………………………………………………………………9.
II.2.La Cellule Photovoltaïque ………………………………………………………..9
II.2.2.Principe de Fonctionnement de la Cellule Photovoltaïque…...............................9

II.3Rendement Photovoltaïque ……………………………………………………….10

II.4. Modélisation et simulation d’une cellule photovoltaïque……………………..…10

II.4.1. Cas d’une cellule idéale ………………………………………………….……10

II.4.2 Cas d’une cellule réelle………………………………………………………….11

II.4.3.Simulation de la cellule photovoltaïque…………………………………………12.

II.5.Influence des paramètres externes sur une cellule photovoltaïque ………………14

II.5.1Influence de l’éclairement ………………………………...................................14..

II.5.2Influence de la température …………………………………………………..….14.

II.5.4. Influence de l’association série des cellules PV ………………………….……15

II.5.4 Influence de l’association parallèle des cellules PV……………………………...16

II.6 Module Photovoltaïque…………………………………………………………..18

II.6.1 Simulation d’un module photovoltaïque …………………………………………18

II.6.2 Influence des paramètres externes sur un module photovoltaïque………………20

II.6.2.1Influence de l’éclairement……………………………………………………….20

II.6.2.2Influence de la température………………………………………………………21

II.7.Avantages et inconvénients de l'énergie photovoltaïque……………………21


Conclusion…………………………………………………………………………………22

Chapitre III : : Poursuite du point de puissance maximale

III.1.Introduction……….……………..………………………..………………..…….…24
III.2.Les convertisseurs statiques ………………………………………………………24
III.2.1Définition…………………………………………………………………..……24
III.2.2Fonctions de base et terminologie des convertisseurs statiques ……………..…24
III.2.3Les types des convertisseurs de tension DC/DC « HACHEUR » …………… 25
III.2.3.1 Convertisseur élévateur « BOOST » ...............................................................26..

III.2.3.2 Principe de fonctionnement…………………………………………………..26


III.2.4 Convertisseur abaisseur « BUCK »……………………………………………30
III.2.4.1 Principe de fonctionnement……………………………………………….…30

III.3Modèle d'un convertisseur DC-DC sous MATLAB/Simulink …………………. 32

III.3.1.convertisseur survolteur ……………………………………………………… 32

III.3.1.1.Résultat du la simulation ……………………………………………………..33

III.3.2convertisseur dévolteur ………………………………………………………….34

III.3.2.1.Résultat du la simulation………………………………………………………35

III.4. Poursuite du point de puissance maximale ………………………………………36


III.4.1 Les Algorithmes MPPT …………………………………………………………36
III.4.1.1 L’algorithme MPPT de perturbation et observation ………………………….36.
III.4.1.2Algorithme de l’Incrémentation de la Conductance (IncCond) ………………39
III.5.bloc de simulation …………………………………………… …………………..41
III.5.1.Résultat de simulation ……………………………………………………..……42
III.6.Conclusion ……………….......................................................................................43

Chapitre IV : Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.1Introduction………………………………………………………………..............44.

IV.2.Carte Arduino……………………………………...................................................44

IV.2.1 Présentation de la carte Arduino ..........................................................................44

IV.2.2.Description de la carte ARDUINO UNO ………………………………………45.

IV.2.3.Langage de programmation …………………………………………………....46


IV.3Système photovoltaïque proposé …………………………………………............46

IV.3.1Module photovoltaïque …………………………………………………………47

IV.3.1.1Simulation du panneau sous proteus ………………………………..………48.

IV.3.2Convertisseurdévolteur ………………………………...………… …………….48

IV.3.2.1Conception du convertisseur…………………………………………………48

IV.3.2.2.Calcul et choix des composants du convertisseur ……………………….…48.

IV.3.3Simulation du convertisseur dévolteur sous Proteus ………………………...….51..

IV.3.3.1.Réalisation du convertisseur dévolteur ……………………………………..51.

IV.3.4.diviseur de tension …………………………………………………………..…52

IV.3.4.1 Simulation du diviseur de tension sous Proteus ………………………………52

IV.3.5.Capteur de courant ………………………………………………………………53

IV.3.5.1 Simulation du capteur du courant ACS712 sous Proteus ……………………..54

IV.3.6.Afficheur LCD…………………………………………………………………....55

IV.3.6.1Caractéristiques....................................................................................................55

IV.3.6.2 Simulation d’afficheur LCD sous Proteus ……………………………………...56

IV.4Simulation du système PV sous Proteus ………………………………………..……58

IV.5Emplacement des Composants de la carte de Commande …………………………58

IV.5.1Prototype Final de l’Étage d’Adaptation pour GPV ………………………………60

IV.5.2.Tests pratiques du système PV réalisé ……………………………………….……60

IV.6Conclusion ……………………………………..............................................................61

V.Conclusion générale…………………………………………………………........................

bibliographiques..................................................................................................
Numéro Titre Page

Figure I.1 carte du monde de l'irradiation horizontale globale. 3

Figure I.2 Les différents composants du rayonnement solaire. 4


Figure I.3 Le rayonnement solaire et l'air masse 5
Figure I.4 Les coordonnées terrestres 5
Figure I.5 Potentiel solaire en Algérie 7
Figure II.1 Description d’une photopile ou cellule 10
photovoltaïque.
Figure II.2 Schéma équivalent d’une cellule idéale 11
Figure II.3 Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque 11
réelle.
Figure II.4 Schéma de simulation d’une cellule photovoltaïque 13
Figure II.5 Caractéristique I-V et P-V d’une cellule 13
photovoltaïque
Figure II.6 L’influence de l’éclairement 14

Figure II.7 L’influence de la température 15


Figure II.8 Schéma block représentant l`association de Ns 16
cellules solaires en série
Figure II.9 caractéristiques des cellules PV associées en série 16
Figure II.10 Schéma block représentant l`association de 3 cellule 17
solaires en parallèle
Figure II.11 caractéristiques des cellules PV associées en série 17
Figure II.12 Présentation d’une cellule, d’un module et d’un 18
panneau
Figure II.13 Schéma block du module PV dans SIMULINK 19
Figure II.14 Caractéristique P-V et I-V d’un module PV 20
(E=1000W/m2et T=25°C).
Figure II.15 Influence de l’éclairement sur le module PV 21
Figure II.16 Influence de la température sur le module PV 21
Figure III.1 Réversibilité (et non réversibilité) des convertisseurs 25
statiques
Figure III.2 Symbole et signaux du convertisseur DC/DC. 25
Figure III.3 Schéma de convertisseur élévateur « Boost » 26
Figure III.4 Circuit équivalant pour TON 27
Figure III.5 Circuit équivalant pour TOFF. 27
Figure III.6 forme du courant i1. 28
Figure III.7 forme du i2 28
Figure III.8 Chronogrammes du convertisseur élévateur « Boost 29
Figure III.9 Schéma électronique de convertisseur abaisseur « 30
Buck ».
Figure III.10 Convertisseur Buck Durant l’état on 31
Figure III.11 Convertisseur Buck durant l’état off 31

Figure III.12 Chronogramme du convertisseur abaisseur « Buck ». 31


Figure III.13 Modèle de simulation du convertisseur Boost. 33
Figure III.14 Tension d'entrée et de sorti du convertisseur Boost. 33

Figure III.15 Puissance de sorti du convertisseur Boost 34


Figure III.16 bloc Simulink de convertisseur abaisseur (buck) 34
Figure III.17 la tension d’entrée et sortie de convertisseur (buck) 35
Figure III.18 la puissance de sortie du convertisseur ( buck) 35
Figure III.19 Signe de dP/dV à différentes positions de la courbe 37
caractéristique de Puissance
Figure III.20 Organigramme de la méthode P&O 38
Figure III.21 Schéma de converge vers le PPM par P&O 38
Figure III.22 Trajectoire par Incrémentation de Conductance 40
Figure III.23 Organigramme de la méthode IncCond 41
Figure III.24 bloc simulation du panneau photovoltaïque avec ( 41
mppt +buck)
Figure III.25 simulation du panneau photovoltaïque et du 42
convertisseur buck avec et sans MPPT
Figure III.26 Courant et puissance de sorti du convertisseur buck . 42
Fig.III.26 Tension et courant en sortie pour un pas De perturbation 42
de 0.1

Fig.III.27 Tension et courant en sortie du CS pour un pas de 42


perturbation de 0.02

Fig.III.28 Puissance en sortie du CS et rapport cyclique pour un 42


pas de perturbation de 0.02
Figure IV.1 Cartes Arduino : (a) Arduinouno (b) Arduino mini 44
Figure IV.2 Description d’une carte Arduinouno 45
Figure IV.3 Schéma synoptique du système photovoltaïque 46
Figure IV.4 Schéma du panneau pv sous Proteus 48
Figure IV.5 Schéma de principe Opération Buck synchrone 49
Figure IV.6 Schéma du convertisseur survolteur sous Porteous 51
Figure IV.7 Schéma du convertisseur dévolteur réalisé 52
Figure IV.8 Schéma du diviseur de tension sous Proteus 53
Figure IV.9 Principe du capteur à effet Hall (a) ; Capteur de 53
courant ACS712 (b)
Figure IV.10 Schéma du capteur du courant ACS712 sous Proteus 54
Figure IV.11 Programme des capteurs de courant et de tension 55
sous l’interface Arduino
Figure IV.12 Schéma d’afficheur LCD sous Proteus 56
Figure IV.13 Programme d’afficheur LCD sous l’interface 57
Arduino
Figure IV.14 Schéma d’afficher LCD réalisé 57
Figure IV.15 Schéma global du système photovoltaïque sous 58
Proteus
Figure IV.16 Schéma de la carte de commande sous eagle 59
Figure IV.17 Schéma de la carte de circuit imprimé du contrôleur 59
de charge MPPT
Figure IV.18 Prototype finale du carte de command 60
Figure IV.19 Schéma du système photovoltaïque réalisé 61
Numéro Titre Page

Tableau I.1 caractéristiques électriques du module photovoltaïque


panneau
Dans les conditions standards «CST»

Tableau IV.1 Caractéristiques électriques du notre module


photovoltaïque
Tableau IV.2 les composants de convertisseur dévolteur
Δ𝐷 Variation du rapport cyclique

𝐸 Erreur

Δ𝐸 Variation de l’erreur

𝐺 Eclairement

𝐺0 Eclairement nominale

Δ𝐺 Incrément de l’inductance

𝐼𝑝v Photo-courant

𝐼𝑑 Courant diode

𝐼0 Courant de saturation inverse de la diode

𝐼𝑚𝑝𝑝 Courant au MPP

𝐼𝑠 Courant de sortie du convertisseur

𝐼𝑒 Courant d’entée du convertisseur

𝐾 Constante de Boltzmann

𝑁𝑠 Nombre de cellule en série

𝑁𝑝 Nombre de cellule en parallèle

𝑃𝑚𝑝𝑝 Puissance au MPP

𝑅𝑠 Résistance série

𝑅𝑝 Résistance parallèle

T Température

𝑡𝑜𝑛 Temps de fermeture de l’interrupteur

𝑡𝑜𝑓𝑓 Temps de l’ouverture de l’interrupteur

𝑉𝑜𝑐 Tension de circuit ouvert du module PV


𝑉𝑠 Tension de sortie du convertisseur

𝑉𝑒 Tension d’entrée du convertisseur


Introduction générale
La production d'énergie est un défi de grande importance pour les années à venir. En effet, les
besoins énergétiques des sociétés industrialisées ne cessent d’augmenter. Par ailleurs, les pays
en voie de développement auront besoin de plus en plus d’énergie pour mener à bien leur
développement. De nos jours, une grande partie de la production mondiale d’énergie est
assurée à partir de sources fossiles. La consommation de ces sources donne lieu à des
émissions de gaz à effet de serre et donc une augmentation de la pollution. Le danger
supplémentaire est qu’une consommation excessive du stock de ressources naturelles réduit
les réserves de ce type d’énergie de façon dangereuse pour les générations futures. Par
énergie renouvelable, on entend des énergies issues du soleil, du vent, de la chaleur de la
terre, de l’eau ou encore de la biomasse. A la différence des énergies fossiles, les énergies
renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent
un certain nombre de filières technologiques selon la source d’énergie valorisée et l’énergie
utile obtenue. L'exploitation directe de l'énergie solaire au moyen des capteurs relève de deux
technologies bien distinctes : l'une produit des calories, c'est l'énergie solaire thermique, et
l'autre produit de l'électricité, et c'est cette dernière énergie solaire photovoltaïque qui fait
l'objet de ce mémoire. A travers l'effet photovoltaïque, l'énergie fournit est très variable et est
toujours en courant continu: il faut souvent la stocker et parfois la transformer. Cette mémoire
comporte quatre chapitres :
Dans le premier chapitre, généralité sur l’énergie solaire
Dans le deuxième chapitre, on va étudier les cellules pv et la modélisation du module et
générateur photovoltaïque est présentée.
Dans le troisième chapitre les déférents technique de suivre le point de fonctionnement d'un
générateur photovoltaïque avec les déférents types des convertisseurs statiques qu’on peut
utiliser dans le système photovoltaïque .
Dans le quatrième chapitre on a fais la réalisation d’un chargeur automatique a laide d4 un
carte arduino uno
Résumé :
La caractéristique statique courant-tension d'un générateur photovoltaïque présente un
point de fonctionnement où la puissance électrique débitée dans la charge est maximale. Les
coordonnées de ce point dépendent de nombreux paramètres dont l'éclairement, la
température, l'état de vieillissement des cellules. Pour fonctionner à tout instant à la puissance
maximale, nous adaptons la charge à courant continu à l'aide d'un hacheur (convertisseur
DC/DC) à transistor puis nous réalisons sur ce système un asservissement extrémal. Par
principe, ce dispositif recherche en permanence le point de fonctionnement optimal quelle que
soit l'origine des perturbations qui le modifient.

Le suiveur du point de puissance maximale (MPPT : Maximum Power Point Tracker)


joue un rôle très important pour l'obtention de la puissance maximale d'un panneau solaire.
Des simulations des différentes parties du système sont développées sous Matlab/Simulink,
Les résultats ainsi obtenus, sous différentes conditions de fonctionnement, montrent une nette
amélioration des performances de contrôle MPPT d'un système photovoltaïque.
Mots-clés: Générateur photovoltaïque – Optimisation – MPPT – Puissance.

Abstract:
On the static current-voltage characteristic of a photovoltaic generator there is an
operating point where the electric power transmitted to the load is maximum. The location of
this point depends on many parameters (illumination, temperature of the cells). To obtain the
maximum power at each time we first adapt the D.C. load using a transistor chopper. We then
control this system with a maximum power point tracking device so that the generator
operates at the optimum point whatever the disturbances may be.

The maximum power point tracking (MPPT) plays a very important role in obtaining the
maximum power of a solar panel because it ensures optimal operation of a photovoltaic
system, regardless the conditions of irradiation and temperature. This control is carried out by
implementing one technique of tracking the maximum power point (MPP). Simulations of
different parts of the system have been developed under Matlab/Simulink, So, the results
obtained under various operating conditions, show a significant improvement in the
performances of MPPT control of a photovoltaic system.
Keywords: Photovoltaic generator – Optimization – MPPT – Power.

:‫مــلخــص‬
‫إن استغالل جل الطاقة التي یمكن أن یوفرھا لنا مولد یعمل على الطاقة الشمسیة تضل موضوع دراسة و بحث الن‬
. ‫ھذه الطاقة مرتبطة بعدة عوامل طبیعیة كشدة الضوء و حالة الجو‬
‫تقدم ھذه الدراسة في مجملھا حل یمكن المستعمل من استغالل الطاقة التي یوفرھا المولد إلى أقصى حد و ذلك من خالل‬
.‫جھاز رقمي یربط ھذا األخیر باآلالت المستھلكة للطاقة‬
.‫( – الطاقة‬MPPT) ‫ االلواح الشمسیة – التحسین – تعقب نقطة الطاقة القصوى‬: ‫الكلمات المفتاحیة‬
Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

I.1 Introduction :

L'énergie photovoltaïque est la plus jeune des énergies renouvelables, elle a l'avantage
d'être non polluante, souple et fiable.

Dans ce chapitre nous présentons des notions de base indispensable sur l'énergie
photovoltaïque.

I.2 L'énergie solaire :

Le soleil est une étoile, il a un diamètre environ de 1392684 km, soit 110 fois celui de la
terre. II est compose de 70 % d'hydrogène, 28 % d'hélium et 2 % d'atomes lourds. II est une
source d'énergie naturelle, renouvelable, inépuisable, gratuite et non polluante (non toxique).

Le soleil produit une énorme quantité d'énergie sous forme de rayonnement


électromagnétique d'un spectre allant de 0,2µm (ultra-violet) a 4µm (infrarouge) et ça que l'on
désigne par l'énergie solaire.

L'énergie solaire est le rayonnement (irradiation) émis dans toutes les directions de la
terre par le soleil, la terre reçoit la puissance considérable solaire par une surface
perpendiculaire a la direction Terre - Soleil malgré l'énorme distance entre eux qui est estime
par 150 millions de km.

I.2.1 Le gisement solaire :


Le gisement solaire est un ensemble des données décrivant l'évolution du rayonnement
solaire disponible au cours d'une période donnée La connaissance du gisement solaire d'une
région:

 Selon les coordonnées géographiques du site


 Selon le nombre d'années de mesures disponibles
 Selon la saison et le temps (mois, jour, heure)
 Selon les conditions météorologiques (poussière, humidité...)
 Selon la nature du nombre d'heures d'ensoleillement, composante directe et diffuse et
globale du rayonnement solaire, albédo du sol (Figure I.1).(1)
Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

Fig.I.1 : carte du monde de l'irradiation horizontale globale.

I.2.2 Le rayonnement solaire :


Quel que soit la distance considérable qui sépare le soleil de la terre 150. 106Km, la
couche terrestre reçoit une quantité d'énergie importante 180. 106GW, Le rayonnement
solaire se décompose approximativement comme suit :

 5 % dans la bande des ultraviolets (< a 0.4pm)


 40 % dans la bande visibles (0.4à 0.8 /um)
 55 % dans la bande des infrarouges (> a 0.8pm)

II y a quatre types de rayonnement solaire :

I.2.3.1 Le rayonnement solaire direct :


C'est le rayonnement reçu directement du soleil. II est mesure par un pyrheliometre.

I.2.3.2 Le rayonnement solaire diffus :


Rayonnement provenant de toute la voute céleste. Ce rayonnement est dû à l'absorption
et à la diffusion d'une partie du rayonnement solaire par l'atmosphère et a sa réflexion par les
nuages. II peut être mesure par un pyranometre avec écran masquant le soleil
Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

I.2.3.3 Le rayonnement solaire réfléchi (albédo du sol) :


Le rayonnement qui est réfléchi par le sol ou par des objets se trouvant a sa surface (un
obstacle). Cet albédo peut être important lorsque le sol est particulièrement réfléchissant (eau,
neige).

I.2.3.4 Le rayonnement solaire global :


Le rayonnement global au sol est donc fonction de la composition et de l'épaisseur de
l'atmosphère traversée par les rayons lumineux au cours de la journée. II se décompose en
rayonnement direct et rayonnement diffus, et ce sont ces deux rayonnements qui sont
exploites par les générateurs solaires (Figure I.2).(2)

La somme de tous les rayonnements reçus, y compris le rayonnement réfléchi par le sol
et les objets qui se trouvent à sa surface. II est mesuré par un pyromètre ou un polarimètre.

Fig .I.2 :Les différents composants du rayonnement solaire.

I.2.3 Masse d'air :


Masse d'air représente le rapport entre l'épaisseur d'atmosphère traverse par le
rayonnement solaire direct pour atteindre le sol et l'épaisseur traverse a la vertical du lieu
(Figure I.3). Cela dépend de la hauteur angulaire du soleil (h) a l'aide des points O, A et M, on
écrit la longueur du trajet du soleil travers l'atmosphère : OM= OA / sin h.
Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

Fig .I.3 :Le rayonnement solaire et l'air masse

I.2.4 Les coordonnées terrestres :


Chaque point de la surface terrestre est définie par des coordonnes géographiques
suivantes : la longitude, 1'altitude et la latitude (Figure I.4).

La longitude (X) : la longitude d'un lieu correspond à l'angle forme par deux plans
méridiens (passant par l'axe des pôles), Fun étant pris comme origine (méridien de Greenwich
0°) et l'autre détermine par le lieu envisage. La longitude sera désignée par la lettre (ʎ).

L'altitude : c'est la distance verticale en mètre entre ce point et le niveau moyen de la


mer car il est la surface de référence théorique.(3)

La latitude (ɸ) : est une coordonnée géographique représentée par un angle entre une
ligne tracée d'un point sur la surface terrestre avec le centre, et le cercle équatorial de la terre.
Elle se varie entre -90°et 90°. La latitude sera désignée par la lettre (ɸ).(4)

Fig .I.4: Les coordonnées terrestres


Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

I.3 L'énergie photovoltaïque :

Le terme « photovoltaïque » vient du Grec et qui signifie Lumière, il est compose de


deux parties : « photos » (lumière) et du nom de famille du physicien italien (Alessandro
Volta) qui inventa la pile électrique en 1800 et donna son nom à l'unité de mesure de la
tension électrique, le volt.

L'énergie solaire photovoltaïque transforme directement le rayonnement solaire


lumineux (éclairement) en électricité. Elle utilise pour ce faire des semi-conducteurs ce qui
désigne des modules photovoltaïques sont composes de cellules solaires qui réalisent cette
conversion d'énergie.(5)

I.3.1 L'effet photovoltaïque :


L'effet photovoltaïque est la conversion de l'énergie lumineuse (le rayonnement solaire)
émise par le soleil directement en énergie électrique.

L'effet photovoltaïque est le processus physique de base par lequel une cellule solaire
convertit la lumière du soleil (ensoleillement) en électricité et de l'utilisation de
l'ensoleillement pour produire du courant électrique dans un matériau solide semi-conducteur.

Parmi les matériaux semi-conducteurs les plus utilises on trouve le silicium, le


germanium et le Gallium. Cet effet a été découvert en 1839 par le physicien français Edmond
Becquerel a partir de plusieurs essais.

I.4 Technique pour capter l'énergie solaire :

Un panneau solaire est un dispositif destiné à récupérer une partie de l'énergie du


rayonnement solaire pour la convertir en une forme d'énergie (électrique) utilisable par
l'homme. Les panneaux sont habituellement plats d'une surface approchant plus ou moins le
m² pour faciliter et optimiser la pose. Les panneaux solaires sont les composants de bases de
la plupart des équipements de production d'énergie solaire en trouve deux genre: Les
panneaux solaires photovoltaïques et les panneaux solaires thermoélectriques.

I.5 Le Potentiel Solaire en Algérie :

De par sa situation géographique, l’Algérie dispose d’un des gisements solaires les plus
élevés au monde. La durée d’insolation sur la quasi-totalité du territoire national dépasse les
Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

2000 heures annuellement et peut atteindre les 3900 heures (hauts plateaux et Sahara).
L’énergie reçue quotidiennement sur une surface horizontale de 1m2est de l’ordre de 5KWh
sur la majeure partie du territoire national, soit près de 1700KWh /m2 an au nord et
2263kwh/m2/an au sud du pays. Au Sahara, ce potentiel peut constituer un facteur important
de développement durable s’il est exploité de manière économique.(6.7)

Le tableau (I.2) et la figure (I.5) suivant indique le taux d’ensoleillement pour chaque
région de l’Algérie, ce gisement solaire dépasse les 5 milliards de GWh/an.

Fig .I.5: Potentiel solaire en Algérie

Régions Régions côtières Hauts plateaux Sahara


Superficie 4% 10% 86%
Durée moyenne d’ensoleillement 2650 3000 3500
(Heures /an)
Energie moyenne reçue 1700 1900 2650
(KWh/m2/an)

Tableau I.1: Le taux d’ensoleillement pour chaque région de l’Algérie


Chapitre I Généralité sur l’énergie solaire

Le volet de l’énergie solaire le plus utilisé dans notre pays est le solaire photovoltaïque,
les autres volets solaire, thermoélectrique, thermique et thermodynamique, restent toujours au
stade expérimental. Toutefois, la complexité des procédés de fabrication des modules

Photovoltaïques et les rendements de production faibles entraînent des coûts très élevés,
ce qui freine son développement.

I.6 Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons vu des notions sur l’énergie solaire et ses caractéristiques
ainsi que les différents types de captage d’énergie solaire (systèmes photovoltaïques et
thermoélectrique) existants et enfin le potentiel solaire en Algérie.
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

II.1 Introduction :

Ces dernières années de nombreuses recherches se sont intéressées à l’utilisation des


énergies renouvelables notamment l’énergie solaire ; cette dernière constitue une alternative
aux énergies fossiles à plusieurs titres : elle est inépuisable, elle peut être produite localement
et selon les besoins locaux elle préserve l’environnement car elle n’émet pas de gaz à effet de
serre, elle ne produit pas de déchets et n’entraîne aucun risque majeur et aucune nuisance
significative.
Notre étude porte sur la mise en équation des composants d’un système photovoltaïque
(PV) ; à cet effet nous donnerons en premier lieu les notions de base des cellules PV, les
panneaux solaires ainsi que l’influence des paramètres externes sur leur comportement.

II.2.1. La Cellule Photovoltaïque :

Les cellules photovoltaïques (photon : grain de lumière et volt : unité de tension) sont
des composants électroniques à semi-conducteurs (généralement faites de silicium sous ses
différentes formes). Elles convertissent directement l’énergie lumineuse en électricité à
courant continu basse tension (effet photovoltaïque). Comme l’énergie lumineuse est le soleil,
on parle alors de cellules solaires.

II.2.2. Principe de Fonctionnement de la Cellule Photovoltaïque :

Une cellule photovoltaïque est basée sur le phénomène physique appelé effet
photovoltaïque qui consiste à établir une force électromotrice lorsque la surface de cette
cellule est exposée à la lumière. La tension générée peut varier entre 0.3 V et 0.7 V en
fonction du matériau utilisé et de sa disposition ainsi que de la température de la cellule et du
vieillissement de la cellule. La figure (II.1) illustre une cellule PV typique où sa constitution
est détaillée.
Les performances de rendement énergétique atteintes industriellement sont de 13 à 14 %
pour les cellules à base de silicium monocristallin, 11 à 12 % avec du silicium poly cristallin
et enfin 7 à 8 % pour le silicium amorphe en films minces. La photopile ou cellule solaire est
l’élément de base d’un générateur photovoltaïque.

9
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

Figure II.1 : Description d’une photopile ou cellule photovoltaïque.

Cependant, le champ électrique E n’interdit pas le passage des porteurs minoritaires présents
dans les segments de type P et N (courant de "saturation" Is). Ce mouvement est toutefois
équilibré par les porteurs majoritaires qui possèdent l’énergie nécessaire au franchissement de
la barrière de potentiel.

II.3.Rendement Photovoltaïque :

Le rendement photovoltaïque est un facteur très important pour les composants


photovoltaïques, il se définie comme étant le taux de conversion d’énergie des cellules PV. Le
rendement est aussi le pourcentage de l’énergie solaire qui est convertie en électricité par
l’intermédiaire d’une cellule solaire. Il caractérise ces composants et définie leur performance.
Le rendement est fonction du type de semi-conducteur utilisé et est directement lié au «band
gap». Pour le silicium cristallin, le rendement théorique maximum est de 44 %. Le silicium
n’est pas le meilleur matériau, sa «band gap» estde1.10 eV, celui de l’arséniure de gallium
(GaAs) à un «band gap» quasi optimal de 1.4 eV. Le rendement commercial des cellules
monocristallines est de l’ordre de 12 à 17 % maximum.
II.4. Modélisation et simulation d’une cellule photovoltaïque :
II.4.1. Cas d’une cellule idéale :
Dans le cas idéal, la cellule d’une jonction PN soumise à l’éclairement photovoltaïque
Connectée à une charge peut être schématisée par un générateur de courant Iph en parallèle
avec une diode délivrant un courant selon la figure (II.2), qui représente le circuit équivalent

10
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

d’une cellule solaire idéale .

Figure II.2: Schéma équivalent d’une cellule idéale.


♦ Les équations retenues de ce modèle sont:
𝐈𝐩𝐯 = 𝐈𝐩𝐡 − 𝐈𝐝 ……………………………. (Eq.II.1)
♦ Le courant𝑰𝒑𝒉 est assimilé au courant 𝑰𝒔𝒄 avec 𝑽𝒑𝒗 = 0, courant de court-circuit obtenu en
court ci cuitant la charge.
𝐈𝐩𝐡 =𝐈𝐬𝐜 =E /𝐄𝐫𝐞𝐟 …………………………… (Eq.II.2)
E: L’éclairement absorbé par la cellule
𝐄𝐫𝐞𝐟 : L’éclairement de référence (1000 w/m2)
𝑽𝒅
𝑰𝒅 = 𝑰𝟎 (𝒆 𝑽𝒕 − 𝟏)………………………………(Eq.II.3)
𝑰𝟎 : Courant de saturation inverse de la diode
𝐈𝐭 = 𝐍𝐊𝐓/𝐪…………………………………….(Eq.II.4)
𝑽𝒕 : Tension thermique
N : Facteur d’idéalité de la photopile
K : Constant de Boltzmann (1,38.10-23J/K)
q : Charge de l’électron (1,6.10 -19C)
II.4.2 Cas d’une cellule réelle :

Figure II.3: Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque réelle.

11
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

Dans notre travail, nous avons utilisé le modèle mathématique du module solaire à
exponentiel simple.
♦ Le courant de sortie d’une cellule photovoltaïque se met sous la forme mathématique
suivante:
𝐈𝐩𝐯 = 𝐈𝐩𝐡 − 𝐈𝐝 − 𝐈𝐩 ………………………… (Eq.II.5)
𝑰𝒑𝒗 : Courant générer par la cellule photovoltaïque
𝑰𝒑𝒉 : Photo courant créé par la cellule (proportionnel au rayonnement incident)
𝑰𝒅 : Le courant circulant dans la diode.
𝐯𝐝
𝐈𝐝 = 𝐈𝟎 (𝐞 𝐯𝐭 − 𝟏)……………………… (Eq.II.6)

𝐓 𝟑 [
𝐄𝐠
(
𝟏 𝟏
− )]
𝐈𝟎 = 𝐈𝟎𝐫 ((𝐓 ) 𝐞 𝐁𝐊 𝐓𝐧 𝐓 ……………..(Eq.II.7)
𝐧

𝐈𝟎𝐫 :est le courant de court- circuit de la cellule à la température de référence 𝑻𝒏 et


l’éclairementde référence
T : Température de la jonction des cellules PV [°K]
𝑻𝒏 : Température de référence des cellules PV [°K]
B : facteur d'idéalité de la jonction
𝐄𝐠 : Énergie de gap [ev]
𝐑 𝐬 : résistance série symbolise la résistance de masse du matériau semi- conducteur, ainsi
les résistances ohmiques et de contact au niveau des connexions des cellules
𝑽𝒑𝒗 : La tension de sortie
𝑰𝒑 : Le courant circulant dans la résistance RP
𝐑 𝐩 :Résistance shunt représente les fuites autour de la jonction p-n dues aux impuretés et sur
les coins de cellule.

II.4.3.Simulation de la cellule photovoltaïque :

La modélisation et la simulation de l`unité de base d'un système photovoltaïque qui est


la cellule ont été effectués sous le logiciel MATLAB/Simulink

12
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

Figure II.4: Schéma de simulation d’une cellule photovoltaïque

Les figures (II.5) ci-dessous représentent les caractéristiques courant-tension et


puissance –tension d’une cellule photovoltaïque élémentaire, dans les conditions de
fonctionnement standard CFS, pour une température T=25°C et un éclairement E=1000

W/m2.

Figure. II.5 : Caractéristique I-V et P-V d’une d’une cellule photovoltaïque

13
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

II.5 Influence des paramètres externes sur une cellule photovoltaïque :


II.5.1 Influence de l’éclairement :
La puissance délivrée par une cellule PV dépend de l’irradiation qu`elle reçoit. Les
figures (II.6) représente la caractéristique I-V et P-V d’une cellule (PV) solaire en fonction de
l’éclairement, à une température T=25°C et une vitesse de circulation de l’air ambiant
constantes.
Quand l’ensoleillement augmente, l’intensité du courant photovoltaïque croît, les courbes I-V
se décalent vers les valeurs croissantes permettant aux cellules de produire une puissance
électrique plus importante.

la caractéristique I-V la caractéristique P-V


Figure II.6.L’influence de l’éclairement

II.5.2 Influence de la température :


La température est un paramètre très important dans le fonctionnement des cellules
photovoltaïques parce que les propriétés électriques d’un semi-conducteur sont très sensibles
à la température.
Les figures (II.7) représentent les caractéristiques courant-tension et puissance-tension
d’une cellule (PV) solaire en fonction de la température, à un éclairement constante
(E=1000W/m2).

14
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

la caractéristique I-V la caractéristique P-V


Figure II.7 :L’influence de la température

On constate que le courant dépend de la température puisque le courant augmente


légèrement à mesure que la température augmente, mais la température influe négativement
sur la tension de circuit ouvre. Quand la température augmente la tension de circuit ouvert
diminue. Par conséquent la puissance maximale du générateur subit une diminution
II.8. Association des cellules PV

II.5.3.Influence de l’association série des cellules PV :

La cellule individuelle, unité de base d'un système photovoltaïque, ne produit qu'une


très faible puissance électrique, typiquement de 0.5 W avec une tension de moins d'un volt.
Pour produire plus de puissance, les cellules sont assemblées pour former un module (ou
panneau).
Un module de 36 cellules en série (Type GTO136 - 80/2) est suffisant pour obtenir une
tension compatible avec la charge. Pour avoir plus de tension, il faut assembler Ns modules
en série, par contre pour le courant généré, un nombre Np de modules en parallèle permet
d’en ajouter, les diodes de protection série et parallèles protègent le circuit contre le retour de
courant [6].
L’association en série des cellules délivre une tension égale à la somme des tensions
individuelles et un courant égal à celui d’une seule cellule [6].
Dans un groupement en série, les cellules sont traversées par le même courant et la

15
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

caractéristique résultante du groupement en série est obtenue par addition des tensions à
courant donné c-à-d augmente la tension (voir figure II.8).

Figure II.8: Schéma block représentant l`association de Ns cellules solaires en série

la caractéristique I-V la caractéristique P-V


Figure II.9 : caractéristiques des cellules PV associées en série

II.5.4. Influence de
 l’association parallèle des cellules PV :
L’association en parallèle des photopiles délivre un courant égal à la somme des
courants individuels et une tension égale à celle d’une seule cellule [6].
Les propriétés du groupement en parallèle des cellules sont duales de celles du
groupement en série. Ainsi, dans un groupement de cellules connectées en parallèle, les

16
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

cellules sont soumises à la même tension et la caractéristique résultante du groupement est


obtenue par addition des courants à tension donnée c-à-d augmente le courant
(voir figure II.10) .

Figure II.10:Schéma block représentant l`association de 3 cellule solaires en parallèle

Les caractéristiques d’un groupement de Np cellules solaires en parallèle est représentée


par la figure suivante :

Caractéristiques I-V Caractéristique P-V

Figure II.11 : caractéristiques des cellules PV associées en série

17
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

II.6.. Module Photovoltaïque :


Afin d’augmenter la tension d’utilisation, les cellules PV sont connectées en série. La
tension nominale du module est habituellement adaptée à la charge, les modules ont
généralement 36 cellules. De plus, la fragilité des cellules au bris et à la corrosion exige une
protection envers leur environnement et celles-ci sont généralement encapsulées sous verre ou
sous composé plastique. Le tout est appelé un module photovoltaïque.
Les modules peuvent également être connectés en série et en parallèle afin d’augmenter
la tension et l’intensité d’utilisation. Toutefois, il est important de prendre quelques
précautions car l’existence de cellules moins efficaces ou l’occlusion d’une ou plusieurs
cellules (dues à de l’ombrage, de la poussière, etc.).

Figure II.12: Présentation d’une cellule, d’un module et d’un panneau

II.6.1. Simulation d’un module photovoltaïque :


Chaque module PV est caractérisé par des paramètres éclectiques. Dans ce travail on a
utilisé un panneau avec les caractéristiques données dans le tableau (II .1)
notre model et caractérise par les paramètres dans le tableau suivant :

18
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

Les paramètres de module valeur


Le nombre des cellules en série Ns 83
La tension maximale Vr à PPM (V) 94.15 V
La tension en circuit ouvert Voc (V) 48.95 V
Le courant maximal Ir à PPM (A) 6.98 A
Le courant de court-circuit Ir (A) 7.2 A
Puissance maximale Pmax 677.88 W
Eclairement standard 1000 W/m2
Température standard 25 C°

Tableau II.1 : caractéristiques électriques du module photovoltaïque


Dans les conditions standards «CST»
Le schéma d’un module photovoltaïque en l’environnement Matlab-Simulink est
représenté par la figure (II.14)

Figure II.13: Schéma block du module PV dans SIMULINK


Les résultats de simulation du module photovoltaïque Sont représentés par la figure (II.14)
Cette figure représente les caractéristiques P-V et I-V

19
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

Caractéristique P-V Caractéristique I-V

Figure II.14: Caractéristique P-V et I-V d’un module PV (E=1000W/m2et T=25°C).

II.6.2. Influence des paramètres externes sur un module photovoltaïque :


II. 6.2.1.Influence de l’éclairement:
La figure(II.15) montre l’influence de l’éclairement sur les caractéristiques courant-
tension et puissance-tension. A une température constante, on constate que le courant subit
une variation importante, mais par contre la tension varie légèrement car le courant de court-
circuit est une fonction linéaire de l’éclairement alors que la tension de circuit ouvert est une
fonction logarithmique.
On peut remarquer sur la figure (II.16) que l’augmentation de la température se traduit
aussi par une diminution de la puissance maximale disponible.

20
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

Caractéristique I-V Caractéristique P-V

Figure II.15: Influence de l’éclairement sur le module PV

On remarque que la tension Vmax correspondant à la puissance maximale ne varie que


très peu en fonction de l’éclairement, contrairement au courant Imax qui augmente fortement
avec l’éclairement.
II. 6.2.2 Influence de la température :
La figure (II.16) représente la caractéristique I-V et P-Vd’un module (PV) solaire en
fonction de la température, à un éclairement constant (E=1000W/m2).

Caractéristique I-V Caractéristique P-V


Figure II.16: Influence de la température sur le module PV.

21
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

-On remarque que l’augmentation de la température entraîne une diminution nette de la


tension de circuit ouvert et une augmentation du courant de court-circuit, ainsi qu’une
diminution de la puissance maximale.

II.7.Avantages et inconvénients de l'énergie photovoltaïque :

Pour Les Avantages :


La technologie photovoltaïque présente un grand nombre d'avantages à savoir:
 une haute fiabilité – elle ne comporte pas de pièces mobiles qui la rendent
particulièrement appropriée aux régions isolées. D’où son utilisation sur les engins
spatiaux.
 le caractère modulaire des panneaux photovoltaïque permet un montage simple et
adaptable à des besoins énergétiques divers.
 Les systèmes peuvent être dimensionnés pour des applications de puissance allant
du milliwatt au Mégawatt.
 le coût de fonctionnement est faible vu les entretiens réduits et ils ne nécessitent ni
combustible, ni personnel hautement spécialisé.
 Enfin, la technologie photovoltaïque présente des qualités sur le plan écologique car
le produit fini est non polluant, silencieux et n'entraîne aucune perturbation du
milieu, si ce n'est par l'occupation de l'espace pour les installations de grandes
dimensions.
Pour les Inconvénients :
 la fabrication du module photovoltaïque relève de la haute technologie et requiert
des investissements d'un coût élevé.
 le rendement réel de conversion d'un module est faible (la limite théorique pour
une cellule au silicium est de28%).
 les générateurs photovoltaïques ne sont compétitifs par rapport aux générateurs
diesel que pour des faibles demandes d'énergie en région isolée.
.

II.8.Conclusion :

L’énergie solaire photovoltaïque provient de la transformation directe d’une partie du


rayonnement solaire en énergie électrique. Cette conversion d’énergie s’effectue par la

22
Chapitre II : Générateur photovoltaïque

cellule photovoltaïque basée sur un phénomène physique appelé effet photovoltaïque. La


tension générée peut varier en fonction du matériau utilisé pour la fabrication de la
cellule.
L’association de plusieurs cellules en série et/ou parallèle donne lieu à un module
photovoltaïque qui a une caractéristique courant-tension non linéaire présentant un point de
puissance maximale.
Les performances d’un module photovoltaïque sont fortement influencées par les
conditions climatiques, particulièrement l’irradiation solaire et la température du module.
Et ont été décrit ainsi que les avantages et inconvénients de l’énergie photovoltaïque.

23
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III .1 Introduction :

Les systèmes utilisés en électrotechnique permettent de transformer la nature de


l’énergie électrique et de la convertir en une autre forme d’énergie (mécanique, thermique,
chimique, lumineuse…etc.). L’électronique, l’automatique et l’informatique s’intéressent
essentiellement au traitement du signal (ou de l’information).

Les systèmes de l’électrotechnique traditionnelle (machines tournantes, éclairage, chauffage,


climatisation,…) ne peuvent pas toujours être reliés directement à une source électrique. Il
faut alors avoir recours à un dispositif, jouant le rôle d’interface, permettant d’adapter (de
transformer) les caractéristiques de la source afin d’assurer le bon fonctionnement (et
d’introduire des moyens de réglage de transfert d’énergie).

III .2 Les convertisseursstatiques:

III.2.1.Définition :
Un convertisseur statique est un dispositif, à base de semi-conducteurs, qui transforme
de l’énergie électrique disponible, en une forme appropriée pour alimenter une charge [9].Les
convertisseurs statiques sont les dispositifs à composants électroniques capables de modifier
la tension et/ou la fréquence de l'onde électrique.
On distingue deux types de sources de tension :
 Sources de tension continues caractérisées par la valeurV de latension.
 Sources de tension alternatives définies par les valeurs de la tension
efficaceVet de la fréquencef.

Ce fonctionnement de convertisseur est réalisé par des moyens purement


électroniques (semi- conducteurs), et permet:

 Une utilisation plus souple et plus adaptée de l’énergieélectrique.


 Une amélioration de la gestion, du transport et de la distribution de
l’énergie électrique.
 Une réduction des masses et des volumes, mais aussi dubruit.

III.2.2 Fonctions de base et terminologie des convertisseurs statiques :


L’énergie électrique est disponible soit sous forme alternative (réseau de distribution
électrique, alternateurs) soit sous forme continue (batterie d’accumulateurs, génératrice
24
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

àcourant continu, cellules photovoltaïques, pile à combustible, …). La charge peut nécessiter
une alimentation en alternatif ou en continu. Il existe donc quatre fonctions de base des
convertisseurs statiques. Ces convertisseurs transforment directement l’énergie électrique,
sont appelés mono-étages, Un convertisseur statique est dit réversiblelorsque l’énergie, peut
transiter(engénéral,êtrecontrôlée)demanièrebidirectionnelle, c'est-à-dire aussibiendans un sens
que dans l’autre. Les notions d’entrée et de sortie ne sont alors plus évidentes. Un
convertisseur non réversible transfère l’énergie d’une source vers une charge utilisatrice.

Fig. III.1 : Réversibilité (et non réversibilité) des convertisseurs statiques.

III.2.3 Les types des convertisseurs de tension DC/DC « HACHEUR » :

Elles permettent d’abaisser, élever et inverser une tension continue avec de très faibles pertes
(Figure III.2) [12]. Par conséquent ils ont un très bon rendement, peu d’énergie à dissiper par le
transistor.

Figure III.2 : Symbole et signaux du convertisseur DC/DC.

25
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III.2.3.1 Convertisseurélévateur « BOOST » :

Figure III.3 : Schéma de convertisseur élévateur « Boost »

III.2.3.2 Principe de fonctionnement :

Le convertisseur peut alors travailler suivant deux modes de fonctionnement dépendant


de sa capacité de stockage d’énergie et de la période H de commutation. Ces deux modes de
fonctionnement sont :

 Mode continue:dans ce cas, l’énergie emmagasinée dans l’inductanceLest


transféréepartiellement et donc le courant dans celle-ci ne s’annule pas.

 Mode discontinue:dans ce cas, au contraire, l’énergie emmagasinée dans


l’inductanceLest transférée totalement et donc le courant dans celle-ci s’annule.

Dans notre travail, l’étude de fonctionnement est basé sur le mode de conduction
continu, le fonctionnement du circuit peut se diviser en deux selon l’intervalle de
commutation (TON,TOFF).

L’intervalle TON commence quand on ferme le transistor Q à t = 0. Le courant d’entrée,


qui s’élève, traverse l’inductance L et le transistor.

26
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Figure. III.4 : Circuit équivalant pour TON

L’intervalle T OFF commence quand on ouvre le transistor Q à t = t1. Le courant de


l’inductance diminue car l’énergie emmagasinée dans l’inductance L est transférée à la
charge.

Figure. III.5 : Circuit équivalant pour TOFF.

Dans l’intervalle TONle courant de l’inductancevaut :Ve =𝑉𝑃𝑉

𝐝𝐢
𝐕𝐞 = 𝐋 ……………………………(Eq.III.1)
𝐝𝐭

𝐕𝐞
𝐈𝟏 (𝐭) = 𝐭 + 𝐈𝐦 …………………………(Eq.III.2)
𝐋

27
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Où I1est le courant à l’instant initial

Pendant cet intervalle le courant traversant l’inductance augmente

Fig. III.6: forme du courant i1.

Fig. III.7 : forme du i2

En mode de conduction continue la période de commutation est( T= ToN+ ToFF) et le


rapport cyclique

𝐓𝐨𝐧
𝛂= ………………… (Eq.III.3)
𝐓

D’un autre côté, nous pouvons exprimer la tension de sortie en fonction de la tension d’entrée
et du rapport cyclique selon :
28
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

𝟏
𝑽𝒔 = 𝟏−𝜶 𝑽𝒑𝒗 …………………… (Eq.III.4)

Pour le convertisseur boost :

𝐕𝐬>𝐕𝐏𝐕 ∀𝛂 ………………………………… (Eq.III.5)

On peut faire varier la tension de sortie du convertisseur en changeant la valeur du


rapport cyclique α.

La tension de sortie est minimale quand α=0. On ne peut pas avoir α=1 qui
correspondrait à un Q toujours fermé ; pour α proche de 1, la tension de sortie devient
très grande et très sensible au changement du rapport cyclique α. De plus l’influence des
pertes dans le circuit limite la tension maximale de sortie du convertisseur.

Le gain en tension tend théoriquement vers l’infini pour un rapport cyclique


unitaire si nous considérons le circuit sans pertes. Ainsi, en résumé nous pouvons
exprimer la tension et courant de sortie en régime établi selon :

𝑽
𝒑𝒗
𝑽𝒔 = 𝟏−𝛂 …………………………………… (Eq. III.6)

𝐈𝐬 = (𝟏 − 𝛂)𝑰𝑷𝑽 ………………………………………………..(Eq.III.7)

Figure. III.8: Chronogrammes du convertisseur élévateur « Boost ».

29
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III.2.4 Convertisseur abaisseur « BUCK »:

Fig.III.9: Schéma électronique de convertisseur abaisseur « Buck ».

III.2.4.1 Principe de fonctionnement:

Convertisseur dévolteur (Buck convertir), un convertisseur Buck, ou hacheur série, est


une alimentation à découpage qui convertit une tension continue en une autre tension continue
de plus faible valeur. Ce type de convertisseur peut être utilisé comme adaptateur source-
charge, lorsque le point de fonctionnement en couplage direct est à gauche du MPP.

Si le commutateur S1 est activé à t0, un courant circule dans le circuit, mais ne passe
pas par la diode D puisqu’elle est inversement polarisée. Le courant IL n’augmente pas
immédiatement, mais plutôt linéairement avec un taux d’accroissement imposé par

𝐝𝐢𝐋 𝑽𝒑𝒗 −𝑽𝒍𝒐𝒂𝒅


= ……………………. (Eq.III.8)
𝐝𝐭 𝐋
𝑽𝒑𝒗 −𝑽𝒍𝒐𝒂𝒅
𝑰𝑳 = ( ) 𝒕 + 𝑰𝒎 ………………..(Eq.III.9)
𝑳

Pendant ce temps, l’inductance emmagasine de l’énergie sous forme magnétique. Si


S1est désactivé après t = t1, la charge est déconnectée de son alimentation. Le courant est
toutefois maintenu par l’énergie stockée dans l’inductance L et circule à travers la diode D
appelée ≪diode de roue libre≫. Cette dernière permet d’évacuer l’énergie emmagasinée dans
l’inductance à l’ouverture du commutateur sans créer de surtension. Selon l’équation (III.8),
le courant décroit, puisque :

𝐝𝐢𝐋 𝑽𝒍𝒐𝒂𝒅
=− ………………………………(Eq. III.10)
𝐝𝐭 𝐋

−𝑽𝒍𝒐𝒖𝒅
𝑰𝒍 = ( ) 𝒕 + 𝑰𝑴 ………………………...(Eq.III.11)
𝑳

30
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Figure.III.10: Convertisseur Buck Figure.III.11 : Convertisseur Buck

Durant l’état on durant l’état off

Figure. III.12 : Chronogramme du convertisseur abaisseur « Buck ».

Le condensateur C1 permet de réduire les piques du courant tiré du GPV, de soutenir la


tension d’alimentation VPVet d’atténuer les bruits. Le commutateur S1 est activé et désactivé
avec une fréquence de commutation f = 1/ T. Comme l’illustre la figure (II.12), la tension aux
bornes de la charge présente une ondulation qui peut être lissée par l’ajout d’un condensateur
C2. Quoi qu.il en soit, la valeur moyenne Vloadest inférieure àVPV. Dans le cas où la fréquence

31
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

est augmentée, par exemple jusqu.au kHz, l’inductance nécessaire peut être réduite
considérablement. La tension aux bornes de la charge est donnée par :
𝐭𝐨𝐧
𝑽𝒍𝒐𝒂𝒅 = 𝑽𝑷𝑽 = 𝛂. 𝑽𝑷𝑽 ……………..(Eq.III.12)
𝐓

Avec T = ton + toff : est la période de commutation.

ton
α= : est le rapport cyclique (0 <𝜶< 1)
T

On peut voir que la tension de sortie varie linéairement avec le rapport cyclique.
On considère ici uniquement le comportement du circuit en mode de conduction continue
(MCC). Il est à noter que l’interrupteur utilisé est un dispositif à semi-conducteur en
commutation. Généralement, un transistor MOSFET est utilisé pour son faible temps de
commutation afin de minimiser les pertes de puissance.

III.3 Modèle d'un convertisseur DC-DC sous MATLAB/Simulink :

Nous avons réalisé un modèle d'un convertisseur statique (DC/DC) de type survolteur et
dévolteur à partir de Simulink. Ce modèle est illustré sur la figure. (III.13) et (III.16)

.III.3.1convertisseur survolteur :

Le convertisseur survolteur est le plus fréquemment utilisé dans les système


photovoltaïque parce que la protection anti-retour du courant de la batterie sur le générateur
photovoltaïque peut être directement assurée par la diode de convertisseur Boost.[15]

L'utilisation de ce convertisseur permet donc de faire des économies par rapport


convertisseur Buck. En effet, la réduction de composants réduit d'autant le coût de l'étage
d'adaptation mais permet également d'augmenter le rendement global de la chaîne par
l'élimination des pertes dues à la conduction directe de la diode anti-retour

32
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Figure.III.13 : Modèle de simulation du convertisseur Boost.

III.3.1.1Résultat du la simulation :

Les figures(III.14) et (III.15) ci-dessous représentent les courbes de la tension de l’entrée et


de la sortie et la puissance de sortie de convertisseur survolteur

Figure.III.14 : Tension d'entrée et de sorti du convertisseur Boost.

33
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Figure.III.15 : Puissance de sorti du convertisseur Boost

III.3.2. convertisseur dévolteur :

Figure. III.16 : bloc Simulink de convertisseur abaisseur (buck)

34
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III.3.2.1 Résultat du la simulation :

Les figures(III.17) et (III.18) ci-dessous représentent les courbes de la tension de sortie et


l’entrée et la puissance de sortie de convertisseur dévolteur

Figure. III.17 : la tension d’entrée et sortie de convertisseur (buck)

Figure. III.18 : la puissance de sortie du convertisseur ( buck)

35
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III.4. Poursuite du point de puissancemaximale


L’amélioration du rendement du système PV nécessite la maximisation de la
puissance du générateur PV. Cela est possible si le point de fonctionnement est bien
choisi en adaptant l’impédance de la charge à la source de tension. Le convertisseur
DC-DC jouera le rôle d’un adaptateur d’impédance assurant ainsi le fonctionnement
au point optimal qui permet de produire la puissance maximale du générateur PV[4].
Donc, la maximisation de puissance d’une source photovoltaïque, revient à
chercher ce point de fonctionnement optimal. Cette commande est nommée suiveur
du point de puissance maximale. Ces méthodes MPPT sont basées sur des
algorithmes de recherche itérative pour trouver le point de fonctionnement du
module solaire pour que la puissance générée soit maximale sans interruption de
fonctionnement du système. Elles sont basées sur la maximisation permanente de la
puissance générée par les modules photovoltaïque PV.
La puissance extraite du module est calculée à partir des mesures de courant et
de tension du module et la multiplication de ces deux grandeurs. Ces mesures sont
utilisées par diverses méthodes qui poursuivent le MPP réel. Il existe plusieurs types
des commandes MPPT, parmi lesquels, on présente le principe des quelques
méthodes MPPT, comme la méthode de la tension constante, la méthode du courant
constant, l’algorithme d’incrémentation de l’inductance et la méthode de perturbation
et observation. Cette dernière méthode est utilisé dans notre travail à cause sa facilité
d'implémentation.
III.4.1 Les AlgorithmesMPPT :

Il existe dans la littérature plusieurs algorithmes MPPT. Les plus utilisés


sont:

Algorithme de la Tension Constante (CV, ConstantVoltage)

Algorithme du Courant constant (ConstantCurrent)

Perturbation et Observation (P&O, Perturb and Observe)

Conductance Incrémentale (IncCond, IncrementalConductance)


Les algorithmes P&O et IncCond font partie de la technique appelée Hill Climbing
(monté de Pente).[18]

36
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III.4.1.1L’algorithme MPPT de perturbation etobservation :


L’algorithme mis en œuvre dans les premières MPPT conçus était relativement simple. La commande
exposée dans ce mémoire est basée sur un algorithme de contrôle adaptatif, permettant de maintenir le
système à son point de puissance maximum (PPM). Ce dernier est représenté à la figure III.5, et peut
être implanté entièrement en numérique [17].

L’algorithme de perturbation et observation de poursuite du PPM étant le plus utilisé, on mesure la


tension (V) et le courant (I) puis on calcule la puissance (P).

Nous décrivons le fonctionnement de l’algorithme MPPT. Le signe de la dérivée de puissance nous


permet d’exécuter cet algorithme.

dp⁄
 Si la dérivée est positive dV 0;l’augmentation du rapport cyclique D,
indique que nous nous approchons du PPM.

dp
 Si la dérivée est négative dV⁄ <0;la diminution du rapport cyclique D,
indique que nous nous dépassons du PPM.

dp
 Si la dérivée est nulledV⁄ =0; ceci indique que c’est la PPM.

A partir du signe de la dérivée de puissance nous pouvons déterminer le sens


recherche du point de puissance maximal (défini par le paramètre alpha) à l’aide de ce
que nous notons dans la figure ci-dessus :

Figure.III.19 : Signe de dP/dV à différentes positions de la courbe caractéristique de


Puissance

37
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Figure. III .20: Organigramme de la méthode P&O [17]

Figure. III.21 : Schéma de converge vers le PPM par P&O [17]

Deux capteurs sont généralement nécessaires pour mesurer la tension et le courant à partir
desquels la puissance est calculée. Parfois, le courant est estimé à partir de la tension mesurée,
éliminant ainsi le besoin du capteur de courant.
Il existe une variante de l’algorithme P&Oqui utilise uniquement deux mesures, à savoir

38
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

le courant et la tension en sortie du convertisseur. Le but est de maximiser la puissance en


sortie. Le principe de fonctionnement est alors le même moyennant quelques changements.
Bien que cette technique donne de bons résultats en simulation avec un convertisseur
idéal, il n’est pas prouvé en pratique que le MPP soit atteint [19]. L’utilisation d’un
microprocesseur est plus appropriée pour la réalisation de la méthode P&O, même si des
circuits analogiques peuvent être utilisés[19].

III.4.1.2Algorithme de l’Incrémentation de la Conductance (IncCond) :

Cette méthode est basée sur le fait que la pente de la courbe caractéristique de puissance
du panneau est nulle au MPP, positive à gauche et négative à droite (figure III.20).

𝒅𝒑⁄𝒅𝒗 = 𝟎 𝒂𝒖𝑴𝑷𝑷
{𝒅𝒑 𝒅𝒗 > 𝒐 à 𝒈𝒐𝒖𝒄𝒉𝒆𝒅𝒖𝑴𝑷𝑷…(EqIII.13)

𝒅𝒑⁄𝒅𝒗 < 0 à 𝒅𝒓𝒐𝒊𝒕𝒆𝒅𝒖𝑴𝑷𝑷

Puisque :

𝒅𝒑 𝒅𝑰
= I+V
𝒅𝒗 𝒅𝑽

𝐈 𝐝𝑰 𝑰 𝒅𝑰
= 𝑽 + 𝒅𝑽 ……………………….. (Eq.III.14)
𝑽 𝐝𝑽

Alors, l’équation (III.13) peut être écrite comme suit :

𝚫𝑰 𝑰
= − 𝑽 𝒂𝒖 𝑴𝑷𝑷
𝚫𝑽
𝚫𝑰 𝑰
> − 𝑽 à 𝒈𝒐𝒖𝒄𝒉𝒆 𝒅𝒖 𝑴𝑷𝑷 ………………………… (Eq.III.15)
𝚫𝑽
𝚫𝑰 𝑰
{ 𝚫𝑽 < − 𝑽 à 𝒅𝒓𝒐𝒊𝒕𝒆 𝒅𝒖 𝑴𝑷𝑷

Le MPP peut donc être poursuivi en comparant la conductance instantanée (Gci = I/V) à
l’incrémentation de la conductance (Gci = I/V), comme le montre l’organigramme de la figure
(III.19). Vrefest la tension de référence pour laquelle le panneau PV est forcé à fonctionner. Au
MPP, Vref= VMPP. Une fois que le MPP est atteint, le point de fonctionnement correspondant
est maintenu, à moins qu’un changement dans ∆𝐼est noté, indiquant un changement des
conditions atmosphériques et donc du MPP. L’algorithme augmente ou diminue Vrefpour
suivre le nouveau MPP. La taille de l’incrément détermine la rapidité de la poursuite du MPP.
Une poursuite rapide peut être obtenue avec un incrément plus grand, mais le système ne
pourrait pas fonctionner exactement au MPP et oscille autour de celui-ci. Il y a donc, comme

39
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

pour la méthode P&O, un compromis entre rapidité et précision. Cette méthode peut être
améliorée en amenant le point de fonctionnement près du MPP dans une première étape, puis
d’utiliser l’algorithme IncCond pour suivre exactement le MPP dans une deuxième étape.
Généralement, le point de fonctionnement initial est réglé pour correspondre à une charge
résistive proportionnelle au rapport de la tension de circuit ouvert Voc sur le courant de court-
circuit Icc. Ces deux solutions assurent que le vrai MPP est poursuivi s.il existe plusieurs
maxima locaux. Une manière moins évidente pour effectuer la méthode IncCond est d’utiliser
la conductance instantanée et l’incrémentation de la conductance pour générer un signal
d’erreur [18].

𝑰 𝒅𝑰
𝒆 = 𝑽 + 𝒅𝑽 …………………. (Eq.III.16)

D’après l’équation (III.16), l’erreur est nulle au MPP. Un régulateur PI peut donc être
utilisé pour annuler cette erreur. La mesure de la tension et du courant instantanés du panneau
PV nécessite deux capteurs. La méthode IncCond se prête parfaitement à la commande par
microcontrôleur, qui peut garder en mémoire les valeurs précédentes de la tension et du courant.

Fig. III.22: Trajectoire par Incrémentation de Conductance [19]

40
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

Fig. III.23: Organigramme de la méthode IncCond [19]

III.5. block desimulation :


On a analysé, dans l'environ Matlab, le fonctionnement d'un générateur photovoltaïque liée à
un suiveur de point de puissance maximal (MPPT)
Sur la figure (II.18) est représenté le schéma de simulation de l'adaptation (DC/DC) du générateur
photovoltaïque à une charge résistive

Figure.III.24 : bloc simulation du panneau photovoltaïque avec ( mppt +buck)

41
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

III.5.1.Résultat de simulation :

Fig.III.25 Puissance en sortie et rapport Fig.III.26 Tension et courant en sortie pour un pas
cyclique pour un pas de perturbation de 0.1 De perturbation de 0.1

Fig.III.27 Tension et courant en sortie du CS Fig.III.28 : Puissance en sortie du CS et


pour un pas de perturbation de 0.02 rapport cyclique pour un pas de perturbation
de 0.02

Interprétation de des résultats

42
Chapitre III : Poursuite du point de puissance maximale

On remarque que pour un pas de perturbation de 0.1, le point de fonctionnement atteint le MPP
en 7ms contre 24ms pour un pas de perturbation de 0.02. La réponse est donc plus rapide dans le
premier cas. Par contre, l’amplitude de l’oscillation autour du MPP est moins importante dans le
deuxième cas. Par conséquent, la perte de puissance engendrée est réduite. On peut dire que la
réponse est plus précise dans le deuxième cas. Ceci met en évidence le compromis qui existe entre
rapidité et précision. Néanmoins, un temps de 24ms reste su¢sant pour notre application. Une fois le
MPP atteint, le rendement total moyen pour une perturbation de 0.1 et 0.02 est de 93.4% et 98.47%
respectivement., on constate que la tension en sortie du CS est de 12V. L’objectif est donc atteint .

III.6 Conclusion:
Dans ce chapitre, nous avons présenté quelques types des convertisseurs statiques continu-continu
utilisés dans les systèmes PV. Comme le convertisseur dévolteur, le convertisseur survolteur.

Ensuite, nous avons exposé brièvement la commande MPPT des convertisseurs DC-DC. Nous avons
présenté la méthode de l’algorithme d’incrémentation de l’inductance et la méthode de perturbation
et observation.

43
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.1 Introduction :
Ce dernier chapitre sera consacré à la réalisation d’un système photovoltaïque.
Nous présentons en premier temps les cartes Arduino utilisées pour commander les
systèmes PV. Ensuite, on présente les différents composants du système, tel que le
module PVW elion, le convertisseur survolteur, le capteur de courant, le capteur de
tension, la carte Arduino uno, l’afficheur LCD et la commande MPPT perturbation et
observation. Enfin, nous faisons des simulations et des tests pratiques du système PV
ainsi de ses composants.

IV.2 Carte Arduino:

Les cartes Arduino sont conçues pour réaliser des prototypes et des maquettes des
cartes électroniques pour l’informatique embarquée. Ces cartes permettent un accès
simple et peu couteux à l’inform1atique embarquée. De plus, elles sont entièrement libres
de droit, autant sur l’aspect du code source (Open Source) que sur l’aspect matériel (Open
Hardware). Ainsi, il est possible de refaire sa propre carte Arduino dans le but de
l’améliorer ou d’enlever des fonctionnalités inutiles au projet. Le langage Arduino se
distingue des langages utilisés dans l’industrie de l’informatique embarquée par sa
simplicité. En effet, beaucoup de librairies et de fonctionnalités de base occulte certains
aspects de la programmation de logiciel embarquée afin de gagner en simplicité.

IV.2.1 Présentation de la carte Arduino :

L’Arduino est une carte électronique en matériel libre pour la création artistique interactive,
elle peut servir : pour des dispositifs interactifs autonomes simple, comme interface entre
capteurs/actionneurs et ordinateur et comme programmateur de certains microcontrôleurs.

(a) (b)

Figure IV.1: Cartes Arduino : (a) Arduinouno et (b) Arduino mini


44
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Une carte Arduino, comme toutes les cartes à microcontrôleur, permet de piloter un
système de manière interactive à partir du programme que l’on aura défini et mis dans sa
mémoire. Par exemple gérer automatiquement l’ouverture d’une porte de garage, envoyer
un SMS quand le jardin est trop sec et gérer le système d’arrosage à distance, piloter un
nouveau robot. Il faut pour cela associer à la carte Arduino des capteurs comme capteur
de lumière, de température et de position. Et des actionneurs comme moteurs et pompe,
ainsi des organes de sortie comme lampe et chauffage. On peut associe aussi des circuits
de puissance, une alimentation (piles, panneaux solaire, …), des interfaces de dialogue
(boutons, leds , écran,… ), des interfaces de communication (réseau filaire, réseau sans
fil, …).
IV.2.2. Description de la carte ARDUINO UNO :
L’Arduino est une famille de cartes électronique à microcontrôleur open-source née
en Italie en 2005. Ces cartes basées sur une interface entrée/sortie simple et sur un
environnement de développement proche du langage C.
La carte Arduino uno est la première version stable de carte Arduino. Elle possède
toutes les fonctionnalités d’un microcontrôleur classique en plus de sa simplicité
d’utilisation. Elle utilise une puce ATmega328P cadencée à 16 Mhz. Elle possède 32ko
de mémoire flash destinée à recevoir le programme, 2ko de SRAM (mémoire vive) et 1
ko d’EEPROM (mémoire morte destinée aux données) .
Elle offre 14 pins (broches) d’entrée/sortie numérique (donnée acceptée 0 et 1) dont
6 pouvant générer des PWM (Pulse width Modulation). Elle permet aussi de mesurer des
grandeurs analogiques grâce à ces 6 entrées analogiques. Chaque broche est capable de
délivré un courant de 40 mA pour une tension de 5V. Cette carte Arduino peut aussi
s’alimenter et communiquer avec un ordinateur grâce à son port USB. On peut aussi
l’alimenter avec une alimentation comprise en 7V et 12V grâce à son connecteur Power
Jack .

45
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.2: Description d’une carte Arduinouno

IV.2.3. Langage de programmation :


Le langage Arduino est inspiré de plusieurs langages. On retrouve notamment des
similarités avec le C, le C++, le Java et le Procession. Le langage impose une structure
particulière typique de l’informatique embarquée. La fonction setup contiendra toutes les
opérations nécessaires à la configuration de la carte (directions des entrées sorties, débits
decommunications série, etc.). La fonction loop est exécutée en boucle après l’exécution
de la fonction setup. Elle continuera de boucler tant que la carte n’est pas mise hors
tension, redémarrée (par le bouton reset). Cette boucle est absolument nécessaire sur les
microcontrôleurs étant donné qu’ils n’ont pas de système d’exploitation. En effet, si l’on
omettait cette boucle, à la fin du code produit, il sera impossible de reprendre la main sur
la carte Arduino qui exécuterait alors du code aléatoire .

IV.3 Système photovoltaïque proposé :


La figure (IV.3) représente le schéma synoptique du système PV alimente une
charge résistive et charger une batterie qui aura réalisé. Ce système PV est composé d’un
module photovoltaïque et de deux circuits. Le circuit de puissance est composé d’un
convertisseur dévolteur à base d’un MOSFET et d’une charge résistive. Ainsi pour le
circuit de commande, une carte Arduinouno, un deviseur de tension, un capteur de
courant ACS712 et leurs alimentations.

46
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.3: Schéma synoptique du système photovoltaïque

Dans cette partie, nous présentons l’étude des différents composants du système
PV, tel que le module PV Welion , le convertisseur dévolteur, le capteur de courant et le
deviseur de tension. Dans ce mémoire, on a choisi une carte d’entrée/sorties de type
Arduinouno (voir paragraphe IV.2.3) utilisée comme interface entre le bloc de commande
et un PC. Nous présentons aussi un afficheur LCD pour présenter les résultats de la
simulation et des tests pratiques.
Le développement sur Arduino est très simple. On code l'application, avec des
fonctions et des librairies spécifiques à Arduino (gestions des E/S), on relie la carte
Arduino au PC et on transfert le programme sur la carte et on fin utilise le circuit.
La commande MPPT perturbation et observation est utilisée dans ce mémoire. Cet
algorithme est conçu de sorte qu’il fonctionne sur un calculateur et donc à chaque cycle
de L’algorithme, la tension et le courant du module sont mesurés pour calculer la
puissance. Cette valeur de puissance est comparée avec celle déjà calculée à l’itération
précédente. Si maintenant la puissance de sortie à augmenter depuis la dernière mesure, la
perturbation du rapport cyclique dans la même direction que celle qui a été prise au
dernier cycle.

47
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.3.1Module photovoltaïque :

Dans notre réalisation, nous utilisons un module PV, Ce module PV est en silicium
monocristallin et constitué de 72 cellules PV élémentaires. Il peut délivrer dans les
conditions standards de test (CST) une puissance de 10 W, un courant de 0.58 A sous une
tension optimale de 17V. Les caractéristiques électriques de ce module PV sont données
dans le tableau suivant:
Puissance maximal 10W
Tension à puissance maximale ou tension optimale 17 V
Courant à puissance maximale ou courant optimal 0.56A
Courant de court-circuit 0.59 A
Tension à circuit ouvert 21.5V
Nombre des cellules en séries 72
Tension maximale du système 1000V
Dimension (mm) 390*2
50*17

Tableau IV.1: Caractéristiques électriques du notre module photovoltaïque

IV.3.1.1Simulation du panneau sous proteus :


Afin de modéliser un panneau PV dans l'outil Proteus, son circuit équivalent est fait
avec une source de courant contrôlée et une diode avec le code Spice modifié, que pour
concevoir un vrai modèle de panneau PV. La figure IV.4 présente le modèle Proteus et
son code Spice

48
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.4: Schéma du panneau pv sous Proteus

IV.3.2. Convertisseur dévolteur :


Comme nous avons vu dans le chapitre précédent la tension moyenne de sortie est
inférieure à la tension d’entrée dans un convertisseur dévolteur. Cette structure demande
un interrupteur commandé à l’amorçage et au blocage (bipolaire, IGBT,) .

IV.3.2.1Conception du convertisseur :

Dans le convertisseur dévolteur synchrone, la diode est mise en parallèle avec un


autre MOSFET et ce MOSFET Q2 est allumé et éteint de manière synchrone avec le
fonctionnement du commutateur primaire Ql. Son but est d'utiliser un MOSFET comme
redresseur qui présente une très faible chute de tension par rapport à un redresseur
standard puisque la diode présente une chute de tension supérieure à celle d'un MOSFET
qui a généralement des Rds (on) {2mΩ-200mΩ} des pertes de commutation plus faibles,
ceci augmente l'efficacité du convertisseur abaisseur en minimisant la perte de puissance.
Le MOSFET Q2 nécessite un second signal PWM qui est un complément du signal
PWM

49
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

primaire du MOSFET Q1, d'où un fonctionnement synchrone tel que lorsque Q1 est ON,
Q2 est OFF et vice versa. MOSFET Q2 est bridé par une diode schottky pour conduire la
tension de retour de l'inducteur et empêcher ainsi la diode du corps de Q2 de conduire et
de stocker la charge, la diode du corps dans un MOSFET est un redresseur lent et
ajouterait des pertes significatives si permuté. La diode schottky conduit le courant de
crête à travers l'inductance mais ce courant circule pendant une courte période jusqu'à ce
que le MOSFET Q2 s'allume, le courant nominal de la diode schottky peut donc être
beaucoup plus faible que le courant inducteur de crête. Une diode schottky est utilisée car
sa chute de tension directe se situe autour de 0,3V par rapport à 0,7V des diodes
normales. Ceci est illustré à la (Figure IV.5)

Figure IV.5: Schéma de principe Opération Buck synchrone

IV.3.2.2 Calcul et choix des composants du convertisseur :

Dans cette partie, nous allons dimensionner les différents composants constituant le
circuit de puissance à savoir, l’inductance de lissage, le transistor de commutation, les
capacités et la diode. La détermination de ces caractéristiques est une étape critique dans
l’implémentation du MPPT. Certes, tout composant inadapté peut logiquement empêcher un
fonctionnement optimal de la carte, mais surtout risque-t-il d’occasionner des pertes bien plus
importantes que les économies réalisées.
 Transistor
Les transistors doit être dimensionné pour supporter le courant maximal délivré à la
charge. Nous choisissons un MOSFET « IRFZ44N ». Ce MOSFET peut fonctionner avec
une tension VDSS jusqu’à 55V, et un courant ID allant jusqu’à 41A. Il peut aussi
fonctionner à une fréquence de 1Khz

 Diode
La diode utilisée doit être rapide et pouvant supporter le courant maximal fourni à

50
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

la charge, son rôle est d’éviter le retour du courant provenant de la charge. Dans ce
travail, nous avons placé une diode de référence « 1N4007 ».
 Bobine
Le calcul de la valeur de l'inductance est le plus important dans la conception d'un
convertisseur abaisseur. Tout d'abord, supposons que le convertisseur est en mode
courant continu (CCM). CCM implique que l'inducteur ne se décharge pas complètement
pendant le temps d'arrêt. Les équations suivantes supposent un interrupteur idéal
(résistance nulle, résistance à l'infini et temps de commutation nul) et une diode idéale
𝐋 = (𝐕𝐢𝐧 − 𝐕𝐨𝐮𝐭) 𝐱𝐃𝐱𝟏 / 𝐟𝐬𝐰𝐱𝟏 / 𝚫𝐈………………..(Eq.IV.1)
( ). 𝐃 = 𝐕𝐨𝐮𝐭 / 𝐕𝐢𝐧………………. (Eq.IV.2)
 Condensateur
La capacité de sortie est nécessaire pour minimiser le dépassement de tension et
l'ondulation présente à la sortie d'un convertisseur abaisseur. Les
dépassements importants sont causés par une capacité de sortie insuffisante, et une
ondulation de tension importante est provoquée par une capacité insuffisante ainsi qu'une
haute résistance équivalente en série (ESR) dans le condensateur de sortie. Ainsi, pour
répondre à la spécification d'ondulation d'un circuit convertisseur abaisseur, vous devez
inclure un condensateur de sortie ayant une capacité suffisante et une ESR faible.

𝐂 = 𝚫𝐈/ (𝟖 𝐱 𝐟𝐬𝐰𝐱 𝚫𝐕)………… (Eq .IV.3)


Le tableau suivant montre les différents composants de convertisseur dévolteur et leurs
valeurs :

Mosfet IRFZ 44N

IR2104

Condensateur Polarisé 100µF

non 10µF
polarisé
0.1µF

bobine 120µH

diode 1N4007

Tableau IV.2 : les composants de convertisseur dévolteur

51
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.3.3 Simulation du convertisseur dévolteur sous Proteus :


La figure (IV.5) représente le schéma du convertisseur dévolteur sous Proteus. On
fait des tests sur le fonctionnement du convertisseur dévolteur et la diminution de sa
tension. Le convertisseur est bien joué son rôle, la diminution du rapport cyclique au
Diminuer la tension de sortie et vice-versa.

Figure.IV.6 :Schéma du convertisseur survolteur sous Porteous

IV.3.3.1Réalisation du convertisseur dévolteur :

La figure (IV.7) représente le schéma du convertisseur survolteur réalisé. Ses


composants électriques sont donnés dans le tableau (IV.2). Les tests faits sur ce
convertisseur donnent l’efficacité de ce circuit pour jouer son rôle dans le système PV
qu’aura réalisé

52
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.7 : Schéma du convertisseur dévolteur réalisé

IV.3.4 diviseur de tension :

Pour la détection de tension, le diviseur de tension a été utilisé pour détecter les tensions
du panneau solaire et de la batterie. Les entrées analogiques d'Arduino peuvent être utilisées
pour mesurer la tension continue entre 0 et 5V (en utilisant la tension de référence analogique
5V standard) et cette plage peut être augmentée en utilisant deux résistances pour créer un
diviseur de tension. Le diviseur de tension diminue la tension mesurée dans la plage des
entrées analogiques Arduino. Nous pouvons l'utiliser pour mesurer les tensions du panneau
solaire et de la batterie.

 Pour un circuit diviseur de tension :


𝐕𝐨𝐮𝐭 = 𝐑𝟐 / (𝐑𝟏 + 𝐑𝟐) 𝐱𝐕𝐢𝐧……………..(Eq.IV.4)

𝑽𝒊𝒏 = (𝑹𝟏 + 𝑹𝟐) / 𝑹𝟐𝒙𝑽𝒐𝒖𝒕………… (Eq.IV.5)

IV.3.4.1 Simulation du diviseur de tension sous Proteus :

La figure (IV.8) montre la simulation du capteur de tension sous Proteus. Cette


simulation est effectuée sous Proteus, elle montre l’efficacité de ce capteur pour mesurer
une tension continue à partir d’une tension continue.

53
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure.IV.8 : Schéma du diviseur de tension sous Proteus

IV.3.5 Capteur de courant :

Le dispositif ACS712 Allegro (voir ANNEXE D) offre un moyen économique et


précis de détection de courants AC et DC. Ce capteur de courant Allergo ACS712 est
basée sur le principe de l'effet Hall, qui a été découvert par le Dr Edwin Hall en 1879
selon ce principe, quand un conducteur de courant est placé dans un champ magnétique
déposé, une tension est générée sur ses bords perpendiculaires à la direction à la fois du
courant et du champ magnétique. La figure (IV.9.a) représente le schéma de Principe du
capteur à effet Hall et La figure (IV.9.b) représente le schéma d’un capteur de courant
ACS712 utilisé dans notre travail.

Figure IV.9.a :Principe du capteur à effet Hall

54
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.9.b:Capteur de courant ACS712

La sortie du dispositif a une pente positive lorsqu'un courant augmentant circule à


travers le chemin de conduction de cuivre. Le ACS712 peut mesurer le courant jusqu'à ±
5A et fournit la sensibilité de sortie de 66 mV/A qui signifie que pour chaque
augmentation de 1A dans le courant à travers les bornes de conduction dans le sens
positif, la tension de sortie augmente aussi par 66mV. Au zéro de courant, la tension de
sortie est la moitié de la tension d'alimentation (Vcc / 2). Il est à noter que la sortie fournit
ACS712 ratio métrique, ce qui signifie que le courant de sortie de zéro et la sensibilité de
l'appareil sont à la fois proportionnel à la tension d'alimentation VCC.

IV.3.5.1Simulation du capteur du courant ACS712 sous Proteus :


La figure (IV.10) représente le schéma du capteur du courant ACS712 sous Proteus.
On a effectué une simulation sous Proteus pour mesurer un courant continu. Cette
simulation montre la sensibilité de ce capteur pour mesurer le courant.

55
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.10:Schéma du capteur du courant ACS712 sous Proteus

La figure (IV.11) représente le schéma du programme des deux capteurs (courant et


tension) en Arduino pour faire leurs simulations.

Figure.IV.11: Programme des capteurs de courant et de tension sous l’interface Arduino

56
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.3.6Afficheur LCD :
Les afficheurs à cristaux liquides, autrement appelés afficheurs LCD (Liquid
Crystal Display), sont des modules compacts intelligents et nécessitent peu de
composants externes pour un bon fonctionnement. Ils consomment relativement peu (de 1
à 5 mA), sont relativement bons marchés et s'utilisent avec beaucoup de facilité. Plusieurs
afficheurs sont disponibles sur le marché et diffèrent les uns des autres, non seulement
par leurs dimensions, (de 1 à 4 lignes de 6 à 80 caractères), mais aussi par leurs
caractéristiques techniques et leur tension de service.

Un écran LCD de 20x4 caractères répondait aux objectifs du projet avec une
consommation d'énergie minimale pour une qualité d'image suffisante pour afficher
simultanément tous les paramètres vitaux d'une manière non encombrée, L'écran présente
le courant et la tension du panneau solaire et de la batterie, la puissance du panneau
solaire, le mode de charge, le rapport cyclique. Il affiche également l'état de charge de la
batterie.
IV.3.6.1Caractéristiques :
 4 lignes avec 20 caractères par ligne
 Interface: parallèle
 Fond éclairé (Back lit)
 Tension d'alimentation: 5V
 Contraste réglable à l'aide du potentiomètre embarqué

IV.3.6.2 Simulation d’afficheur LCD sous Proteus :


Le schéma d’un afficheur LCD sous Proteus est représenté figure (IV.12). Cet
afficheur représente résultats obtenus.

57
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.12: Schéma d’afficheur LCD sous Proteus

Figure IV.13: Programme d’afficheur LCD sous l’interface Arduino

58
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure IV.14 :Schéma d’afficher LCD réalisé

IV.4Simulation du système PV sous Proteus :


La simulation du système photovoltaïque sous l’environnement Proteus est
représentée par la figure (IV.15). Les résultats de simulations montrent que le
convertisseur DC-DC et la commande MPPT effectuent correctement leurs rôles. Le
convertisseur fournit dans les conditions optimales une tension à sa sortie inférieure à
celle fournie par le générateur PV. La commande MPPT adapte le générateur PV à la
charge par le transfert de la puissance maximale fournie par le générateur PV.

Figure .IV.15 : Schéma global du système photovoltaïque sous Proteus

59
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.5 Emplacement des Composants de la carte de Commande :


Les figures IV.16et IV.17montrent l’emplacement et la connexion des composants
de la carte du circuit de commande. Cette carte électronique a été réalisée à l’aide du
logiciel eagle 8.1.

Figure IV.16:Schéma de la carte de commande sous eagle

60
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

Figure.IV.17: Schéma de la carte de circuit imprimé du contrôleur de charge MPPT

IV.5.1 Prototype Final de l’Étage d’Adaptation pour GPV :

La figure (IV.18) : montre la photographie du prototype final réalisé au cours de ce


projet :

Figure.IV.18: Prototype finale du carte de command


61
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

IV.5.2.Tests pratiques du système PV réalisé :


La figure (IV.19) représente le schéma global du système photovoltaïque réalisé. Il
est composé d’un module photovoltaïque, convertisseur dévolteur, capteur de courant
ACS712, diviseur de tension, carte Arduino uno à base d’un microcontrôleur du type
ATmega328 qui est connectée à un ordinateur PC, multimètres et le capteur de courant
ACS712 (5V).
Les résultats de tests montrent que le système photovoltaïque fonction bien. La
commande perturbation et observation adapte le générateur PV à la charge par le transfert
de la puissance maximale fournie par le module PV.

Figure.IV.19: Schéma du système photovoltaïque réalisé

IV.6Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons réalisé un système photovoltaïque à base d’une carte
Arduino uno. Nous avons présenté les cartes Arduino utilisées pour commander les
systèmes PV. Ensuite, nous avons fait un bref aperçu sur les différents composants du
système PV, tel que le module PV Welion, le convertisseur survolteur, le capteur de

62
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno

courant, le capteur de tension, la carte Arduinouno, l’afficheur LCD et la commande


MPPT perturbation et observation.
D’après les résultats obtenus de la simulation sous Proteus et des tests pratiques, on
remarque que le système PV transfert la puissance maximale fournie par le module PV à
la charge.

63
Chapitre IV: Réalisation d’un système PV à base d’une carte Arduino uno
4

:
V. Conclusion générale

Notre travail présenté porte sur l’analyse d’une étude et réalisation d’un système PV
adapté par une commande MPPT assurant la poursuite de la puissance maximale
fournie par le module PV à base d’une carteArduino.
Dans un premier temps, nous avons étudié le générateur PV pour différentes puissances
générées (cellules, modules) et nous avons fait la modélisation des modules PV ainsi
ses paramètresélectriques.
Nous avons étudié, dans un deuxième temps, quelques types des convertisseurs DC-
DC, utilisés dans les systèmes PV, en particulier le convertisseur dévolteur utilisé dans
ce travail. Ainsi, nous avons présenté la commande MPPT des convertisseurs DC-DC
pour rechercher le point où la puissance du générateur PV est maximale. Nous avons
étudié la commande perturbation et observation qui est utilisée dans ce mémoire cause
de sa simplicité, et son exigence seulement des mesures de tension et du courant du
module PV.
Ensuite, nous avons donné une généralité sur les cartes Arduino utilisées pour
commander les systèmes PV, en particulier la carte Arduino uno. L’Arduino est une
famille de cartes électronique à microcontrôleur open-source basées sur une interface
entrée/sortie simple et sur un environnement de développement proche du langage C.
La carte Arduino uno possède toutes les fonctionnalités d’un microcontrôleur classique
en plus de sa simplicité d’utilisation. Elle offre plusieurs pins (broches) d’entrée/sortie
numérique dont six pouvant générer des PWM (Pulse width Modulation) et permet
aussi de mesurer des grandeurs analogiques grâce à ces six entrées analogiques. Cette
carte Arduino peut aussi s’alimenter et communiquer avec un ordinateur grâce à son
portUSB.
Nous présentons aussi l’étude des différents composants du système PV, tel que le
module PV WELION , le convertisseur dévolteur, le capteur de courant et le diviseur
de tension, la carte Arduino uno comme interface entre le bloc de commande et un PC
et l’afficheur LCD pour présenter les résultats de la simulation et des testspratiques.
Finalement, nous avons fait une simulation sous Proteus et une réalisation du système
PV à base d’une carte Arduino uno. D’après les résultats obtenus de la simulation sous
Proteus et des tests pratiques, nous remarquons que le système PV transfert lapuissance
maximale fournie par le module PV à la charge. Ainsi, la commande perturbation et
observation est ajusté la puissance du système PV à son état stable. Ces résultats
montrent aussi que l’utilisation de la carte Arduino uno comme interface entre le
système PV et le PC permet de simplifier et de faciliter la commande de ces systèmes
PV.
Comme perspective à ce travail, nous proposons de développer notre réalisation pour
des différents modules PV ainsi les déférentes commandes MPPT.
Bibliographie

Références bibliographiques :
[1] : «Energie hydrolique». Ministere de Educacation et Culture d’espagne . Récupéré le 19
février 2016.

[2]: Fthenakis, V.; Kim, H. C. (2009). "Land use and electricity generation: A life-cycle
analysis". Renewable and Sustainable Energy Reviews. 13 (6–7): 1465. ).

[3] : Solar Energy Perspectives: Executive Summary" (PDF). International Energy Agency.
2011.

[4] : Energie solaire photovoltaique.doc / B. Flèche - D. Delagnes / juin 07.

[5] : Dépôt légal–4e trimestre 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN:
978-2-550-72002-7)

[6] : M. Capderou, Atlas solaire de l’Algérie, Tome 1, Vol. 1 et 2 ; OPU, 1987.

[7] : Le gisement solaire de l’Algérie est parmi les trois meilleurs gisements dans le
monde, algerie-focus, 10 décembre 2014

[8] : Source : Projet Maghreb – Europe : Production d’Hydrogène Solaire.

[10] : A. Mcevoy, L. Castaner and T. Markvart: « Solar cells », Edition Elsevier, 2012.

[11] : (F. Lasnier, T. G. Ang,Photovoltaic Engineering Handbook, IOP Publishing Ltd. 1980,
ISBN 0-85274-311-4)

[12] : W. Herrmann, W. Wiesner, W. Vaaben, “ Hot Spot investigations on PV modules-New


concepts for a test standard and consequences for module design with respect to bypass
diodes,” in the proceedings of the 26th IEEE Photovoltaic Specialists Conference, Anaheim,
California (1997) pp. 1129–1132.

[13] Alain Bilbao Learreta, Rapport de stage projet de fin d’études Ingénieur Technique
Industrielle, Septembre 2006, Réalisation de Technique MPPT numérique, Université Virgile.

[14] : A.AZIZ, K.KASSMI, F.OLIVIE, G.SARRABAYROUSE « Synthèses bibliographiques sur les


chaines photovoltaïques » Rapport LAAS N°04348,27p, Juin 2004.

[15] : Abdelhak AZIZ « Propriétés électriques des composants électroniques minéraux et


organiques, Conception et modélisation d’une chaîne photovoltaïque pour une meilleure
exploitation de l’énergie solaire » UNIVERSITE TOULOUSE.

[16] : H. Valderrama-Blavi, C. Alonso, L. Martínez-Salamero, M. F. Shraif, A. Cid-Pastor, R.


Pedrola, J. Caliente, “Multilevel Inverters Adapted to Photovoltaic Energy conversion” . EPE-
PEMC 2002 Dubrovnik & Cavtat, Sept. 2002.
Bibliographie

[17] : C. Cabal, "Optimisation énergétique de l'étage d'adaptation électronique dédié à la


conversion photovoltaïque", Thèse de Doctorat de l'Université Paul Sabatier, Toulouse 15
Décembre 2008.

[18] : A.Aziz K.Kassmi, R.Maimouni, F, Olivier « Composants de puissance utilisés dans les
convertisseurs des chaines PV en régime de commutation » Rapport LAAS n° 04758,27p
Toulouse-France sep2004.

[19] : CONCEPTION ET REALISATION DE MODULES PHOTOVOLTAIQUES ELECTRONIQUES M.


Angel Cid Pastor. l’Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse.