Vous êtes sur la page 1sur 2

Les entiers relatifs : Z

Les entiers naturels : N Ensemble construit en ajoutant à tout entier naturel un


signe : "+" ou "–". Par convention, le signe "+" est omis. Les nombres rationnels : Q
Ensemble construit en partant de 0 et dont le successeur
de tout nombre (en ajoutant 1) appartient à cet ensemble. Z = {. . . , −2, −1, 0, 1, 2, . . . } Ensemble dont les nombres q sont le rapport de
deux entiers :
N = {0, 1, 2, 3 . . . , } La soustraction dans cet ensemble peut être associée à
une addition : 5 − 3 = 5 + (−3). a numérateur
On définit dans cet ensemble les quatre opérations dont q= = avec b 6= 0
seulement l’addition et la multiplication sont toujours b dénominateur
Règles régissant l’addition et la multiplication :
possibles. • Tout entier est rationnel : prendre b = 1
• Dans une addition de deux relatifs,
L’étude des problèmes dans N s’appelle l’arithmétique. • Le signe d’un rationnel se met devant la fraction
1) l’entier le plus grand donne le signe.
L’arithmétique élémentaire comprend, entre autre : ou au numérateur (b > 0).
2) on additionne si les deux relatifs sont de même
• Les règles de divisibilité élémentaire. • On ne change pas une fraction en multipliant par
signe et l’on soustrait dans le cas contraire.
un même nombre numérateur et dénominateur.
• L’ensemble des diviseurs d’un entier. −3 + 9 = 6 et − 3 − 9 = −12
• Le pgcd et le ppcm de deux entiers. On détermine deux opérations dans Q : l’addition
• Dans une multiplication, si le nombre de signes "–" et la multiplication (cf fiche nbres rationnels).
• La décomposition en produit de facteurs premiers. est impaire, le résultat est négatif et positif dans le
cas contraire. (−3)(−9) = 27 et 3(−9) = −27.

Les nombres décimaux : D


L’ensemble des nombres décimaux est construit à l’aide Puissance d’un nombre
1
des fractions décimales : , n ∈ N. Soit n ∈ N ∗ et x ∈ R :
10n 1
Un nombre décimal possède un développement fini Les nombres On note : x n = x × x × · · · × x et x −n = .
| {z } xn
après la virgule. n fois
3 4 Par convention : x0 = 1
= 0, 75 ∈ D mais = 1, 33 · · · = 1, 3 6∈ D
4 3

Les nombre réels : R Règle sur les puissances


L’écriture scientifique
Un nombre est irrationnel lorsqu’il ne peut s’écrire
Un nombre décimal d en notation scientifique est de la comme • an × am = an+m ex : 23 × 25 = 23+5 = 28
forme avec n ∈ N :
√ √ le rapport de deux entiers.
2, 5, cos 27˚ sont des irrationnels. an 37
• = an−m ex : = 37−5 = 32
35
)
Si d > 1, d = a × 10n La construction de l’ensemble R fait appel à la am
avec 1 6 a < 10 convergence de suites, on retiendra que R est l’union
Si d < 1, d = a × 10−n • ( an )m = an×m ex : (72 )5 = 72×5 = 710
des rationnels et des irrationnels.
( • ( ab)n = an bm ex : (4x )3 = 43 x3 = 64x3
12 420 000 000 = 1, 242 × 1010 On peut représenté R par une droite orientée :
On a alors : √ 20  a n an
 2
5 52 25
0,000 000 000 005 607 = 5, 607 × 10−12 −∞ −7 −2.53 0 1 5π 3 +∞
• = ex : = 2 =
| | | | | | | b bn 3 3 9

PAUL MILAN DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2018 à 9:37 SECONDE S


Décomposition d’un entier en produit de facteurs premiers
On retiendra les premiers nombres premiers : 2,3,5,7,11,13,17,19,23,29,31,37,41,43,47
Calculs sur les racines carrées
√ Quotients Diviseurs
La racine carrée d’un nombre réel positif ou nul a, est le nombre réel noté a tel On divise successivement l’entier
que : √ √ 1 287 3 donné par les nombres premiers par
( a )2 = a est le radical et a le radicande 429 3 ordre croissant :
r √ 143 11
√ √ √ a a 1 287 = 32 × 11 × 13
• Simplification d’une racine : ab = a × b et = √ 13 13
b b
r √ √ √ 1
√ √ √ √ 18 9 2 3 2
12 = 4 3 = 2 3 et = √ = Rationnel et décimal
25 25 5
√ √ √ √ √ √
B a + b 6= a + b mais a + b < a + b • Un nombre rationnel est un nombre décimal si et seulement si la décomposition
du dénominateur de sa forme irréductible en produits de facteurs premiers est
exclusivement composé de puissances de 2 ou de 5.
• Distributivité :
√  √ √  √ √ √ √ √ √ √ √ √ 11 11 9 9
6+2 3 − 2 = 18 − 12 + 2 3 − 2 2 = 3 2 − 2 3 + 2 3 − 2 2 = 2 = 2 ∈D mais = 2 6∈ D
20 2 ×5 28 2 ×7
√ 2  √ 2 √ √ √
2+1 = 2 + 2 2 + 12 = 2 + 2 2 + 1 = 3 + 2 2 • Un nombre rationnel non décimal possède dans son développement décimal une
série de chiffres se répétant à l’infini : (principe des chaussettes et des tiroirs)
• Comparaison : pour comparer deux racines, on compare leur carré : 22
√ √ √ √ = 3, 142857 142857 · · · = 3, 142857
5 6 < 6 5 car (5 6)2 = 25 × 6 = 150 et (6 5)2 = 36 × 5 = 180 7

Calculs sur les puissances


• Rendre rationnel un dénominateur : on multiplie soit par la racine soit par la
quantité conjuguée (QC) : 28 × 93 × 252
Calculer le nombre suivant sans utiliser une calculatrice : A =
√ √ 123 × 52
3 3 5 3 5
√ = √ =
5 ( 5)2 5 28 × (32 )3 × (52 )2
QC • On décompose en facteurs premiers : A =
z }|√ { (22 × 3)3 × 52
√ √ 8 6 4
4 4(3 − 5) 4(3 − 5) 4(3 − 5) √ 2 ×3 ×5
√ = √ √ = = = 3− 5 • On enlève les parenthèses : A = 6
3+ 5 (3 + 5)(3| −{z 5}) 9−5 4 2 × 33 × 52
QC • On regroupe les termes : A = 28−6 × 36−3 × 54−2 = 22 × 33 × 52
• D’où : A = 4 × 27 × 25 = (4 × 25) × 27 = 2 700

PAUL MILAN SECONDE S

Vous aimerez peut-être aussi