Vous êtes sur la page 1sur 13

INTRODUCTION

Actuellement, le monde entier est confronté à un obstacle majeur sur le plan


environnemental qui est devenu de nos jours un problème à l’échelle planétaire atteignant de
nombreux pays et îles comme Madagascar.

Madagascar possède des ressources minières très abondante dont la plupart sont déjà
en cours d’exploitation comme le cas du carrière d’Ambatomaro qui est un lieu d’excavation
et d’extraction des matériaux de construction ; sans oublier la fabrication de briques
artisanales dans la plaine d’Anosizato. Cependant, les études sur les impacts de ces milieux
sont appréciables pour prévenir les effets destructeurs de l’environnement pour notre vie
future. L’homme sera-t-il en mesure de protéger et sauvegarder l’environnement quel que soit
ses activités ? L’étude des impacts environnementaux sert à identifier les impacts d’une
activité sur l’environnement pour prévenir les effets néfastes d’un projet et de prendre les
mesures appropriées.

En tenant compte de cet objectif, les études sur terrain pour analyser des zones
étudiées ont été effectuées dont la première partie expose la généralité de la zone d’étude. La
deuxième partie porte sur les méthodes et matériels. La troisième partie étudie la description
du carrière d’Ambatomaro et enfin la quatrième partie parle de la description de la zone basse
d’Anosizato.

1
CHAPITRE I- GENERALITES SUR LA ZONE D’ETUDE
I- Localisation de la zone d’étude

I.1. Localisation du carrière d’Ambatomaro

Les carrières sont localisées à 5km+800m de la RN2 et à 2,39km en prenant la bifurcation droite
de la route goudronnée vers Ankatso ; ou à 3,98km vers la rue Andriamanelo de la RN2 dont les
coordonnées sont :

X=18°54’50’’Sud

Y=47°33’56’’Est

FIGURE 1 : localisation et accès du carrière d’Ambatomaro

(Source : google earth)

I.2. Localisation de la zone basse d’Anosizato :

La zone d’étude fait partie du territoire de la Commune Urbaine d’Antananarivo. De


point de vue administratif, elle se trouve dans le IVème arrondissement dénommé secteur
d’Anosizato Antsinanana et se divise en deux Fokontany dont Anosizato Antsinana I et
Anosizato Antsinana II. Elle est drainée par la rivière d’Ikopa qui se trouve entre les méridiens :
47° 29’ 46,41’’ Est et 47° 30’ 45,66’’ Est et entre les parallèles 18° 55’ 32,66’’ Sud et 18° 56’
43,09’’. Cette dernière se trouve environs 4km au Sud-Sud-Ouest sur la RN1.

2
FIGURE 2 : Localisation de la zone d’Anosizato

(Source : google earth)

II. Contexte générale de la zone d’étude


II.1. Contexte d’Ambatomaro
Elle consiste par une formation de socle cristallin. Ambatomaro fait partie de
la zone d’Andriamena, cette zone est caractérisée par des roche généralement par des
granites : granite d’Ambatomiranty, microgranite e des orthogneiss.
La carrière admet un relief escarpé au Nord-Est avec un flanc latéritique issu de
l’altération de la roche en place ainsi que des maisons d’habitations à la base. Le côté
Ouest admet un relief accidenté de plusieurs mètres d’altitude.

II.2. Contexte d’Anosizato


Anosizato fait partie des hautes terres centrales Malagasy qui se présentent
comme un ensemble de complexe de plateaux et de plaines marécageuses.
Les trois quarts de superficie de la commune sont couvert d’habitations et l’un quart
restant consacré à l’artisanat. Le sol dans ces endroits et de type hydromorphe avec
apport d’alluvions. Les couches superficielles sont essentiellement caractérisées par
une forte quantité d’argile (matière première pour les briqueries et les poteries)

3
III. Méthodes et matériels

III.1. Méthodologie :

a- Recherche documentaire
Elle consiste essentiellement à collecter toutes les informations nécessaires à
propos des petites exploitations de carrière à ciel ouvert d’Ambatomaro et les
problèmes socio-économiques environnementaux de la zone basse d’Anosizato.

b- Descente sur terrain


Cette démarche permet de faire l’observation de milieu biophysique et les
enquêtes verbales aux habitants ainsi que les prises de photos.

III.2. Matériels

Appareil pour les prises des photos et l’enregistrement.

Stylos et cahier pour les prises des notes.

4
CHAPITRE II : DESCRIPTION DE LA CARRIERE D’AMBATOMARO
La carrière étudiée est à la phase d’exploitation. De ce fait, ce paragraphe consiste sur la
description des étapes de l’exploitation de la carrière, en commençant par les travaux d’abattage, puis
le traitement des roches et enfin le transport.

1- Description du milieu récepteur


❖ Milieu humain
- Démographie : la majorité de la population qui travaille dans la carrière est
d’environ 60% d’homme et 35% de femmes tandis que le 5% restant sont des
enfants.

Photo 1 : photo des travailleurs

Source : prise de photo

- Socio-culturel : sur le plan social, l’existence des terrains de foot et basket est
très important pour le divertissement des jeunes. Elle possède des plusieurs
églises : FJKM, EKAR. Le problème du Fokotany d’Ambatomaro est l’absence
du commissariat de police propre.

- Santé : pas d’infrastructure sanitaire public. Néanmoins, la clinique médico-


chirurgicale LANTOSOA fait bien son travail.

- Economie : l’exploitation de la carrière est la source potentielle du revenu


pour ce Fokontany.

❖ Milieu physique
- Air : la pollution atmosphérique est définie par l’altération de la pureté de
l’air et par des plusieurs substances tels qu’explosives et détonantes.
- Eau : d’après la décente sur terrain on observe la rivière d’Ampasambazimba
qui assure la source d’eau potable pour la population. Il y a aussi la présence
des eaux de surface issus de la précipitation (eaux stagnantes)

Photo 2 : Rivière d’Ampasambazimba Photo 3 : eau stagnante

5
- Paysage : l’exploitation engendre la modification du profil
topographique (ex : excavation).

Photo 4 et 5 : excavations de la carrière

- Sol : on a constaté que la formation géologique est composée de mélange de


roche magmatique et de roche métamorphique(migmatite). La présence du
filonien d’Ambatomiranty marque aussi le périmètre avec l’intrusion des
pegmatites, d’amphibolite et de l’orthogneiss .

Photo 6 et 7 : formation géologique

2- Identification des impacts

L’identification des impacts s’effectue en suivant une méthode (la matrice de


Léopold) qui met une relation les activités prévues dans du projet et les composantes
pertinentes du milieu. Pour chacune de ces interrelations, il s’agit d’identifier la
probabilité d’un impact.

Les impacts sur les composants du milieu sont généralement identifiés dans
l’ordre suivant : ceux du milieu physique, et du milieu humain. Le tableau ci-dessous
montre l’identification des impacts liés au phase d’exploitation de la carrière.

6
Activités sources Milieu physique Milieu humain
d’impact
Eau Air Sol Paysage Social Economie Culture Santé Sécurité

Abattage à l’explosif X X X X X X X X

Concassage et extraction
X X X X X
des blocs de roches

Emission de poussière dû
aux explosions et aux X X X X X X X
transports routières
Transport au sein du site X X X X X X X X
Transport vers les clients X X X X X X
Bruit des équipements et
X X X X X
des moteurs
Insuffisance des
X X X X X X X X X
infrastructures sanitaires
Eau stagnante X X X X X X
Extension de la ville X X X X X X X X X
Vente des produits fini X X X X X
Tableau 1- Matrice d’identification des sources d’impacts causés par les travaux d’exploitation sur
le milieu récepteur d’Ambatomaro

(Source : Matrice de Léopold)

Après avoir utilisé la matrice de Léopold, nous avons vu les dégâts et les futurs impacts. Sur le milieu
humain la présence de cette carrière est un avantage car elle engendre une grande source de revenu
pour la population ainsi que pour la commune grâce aux ristournes versées par les exploitants et par
les titulaires de titre d’exploitation. L’exploitation aide les gens à échapper au chômage. Mais le
milieu humain prend des risques à cause de cette exploitation : conflit entre eux, l’abondant scolaire,
la propagation du paludisme pendant la saison pluvial, alerte au maladie respiratoire, la destruction
des infrastructures causé par la vibration de l’explosion et le poids des camions, le changement de la
mentalité. Les impacts négatifs visent le milieu physique comme la dégradation du sol, les
modifications des paysages, la pollution atmosphérique, et la contamination de la qualité d’eau.

3- Evaluation des impacts :

L’évaluation des impacts environnementaux consiste à déterminer l’importance de chaque impact


probable identifié dans la matrice d’interrelation. L’importance d’un impact dépend toujours du

7
degré de perturbation anticipée pour une composante environnementale donnée. Le tableau ci-
dessous montre l’évaluation des impacts de l’exploitation de la carrière d’Ambatomaro.

Tableau 2- Matrice d’évaluation des impacts négatifs et positifs sur les composantes de
l’environnement d’Ambatomaro

Evaluation
Evaluation par critère
Composante du milieu synthétique
Intensité Portée Durée Importance
Eau - - - -
COMPOSANTE Air Forte Locale Temporaire Moyenne
PHYSIQUE Sol Forte Locale Temporaire Moyenne
Paysage Forte Locale Permanente Moyenne
Social Forte Régionale Permanente Moyenne
Economie Moyenne Régionale Temporaire Moyenne
COMPOSANTE
Culture Faible Locale Occasionnelle Mineure
HUMAIN
Santé Forte Locale Permanente Moyenne
Sécurité Forte Locale Occasionnelle Mineure
(Source : Matrice de Fécteau)

L’évaluation des impacts sur le milieu récepteur représente que sue le milieu physique a une
importance moyenne. Sur le milieu humain au niveau social, économie, santé a une importance
moyenne tandis qu’au niveau de la sécurité et culturel montrent une importance mineure.

4- Mesures d’atténuation :
• Stabilisation des talus
• Utilisation des équipements de protection individuelle
• Amélioration des techniques d’extraction et des matériaux
• Limitations du tonnage des camions
• Assurance pour les transporteurs
• Respect de la loi du commerce
• Arrosage des terrains avant l’extraction ou l’explosion
• Mesure des traitements d’eaux
• Construction et réhabilitation des infrastructures sanitaires

8
CHAPITRE III. ZONE BASSE D’ANOSIZATO
La zone base d’Anosizato est un secteur sous-développé dû à l’absence des infrastructures de base.
Les infrastructures sont anciennes et ne connaissent rarement des entretiens. C’est une zone
inondable et rencontre des divers problèmes d’urbanisme à cause de la croissance démographique.

1- Description du milieu récepteur


❖ Milieu Humain :
- Social : D’après l’enquête, les habitants de ce secteur se livrent à diverses activités. Les
commerçants, les lavandières, les transporteurs, les artisans et les petits travailleurs. Cela
s’explique par un faible niveau intellectuel et le manque d’incompétence pour les autres
activités (travail de bureau…)

Photo 8 : Lavandières Photo 9 : Commerçants

(Source : Prise de photos)

- Economique : la réalité de ce secteur montre le critère du sous-développement. Le


commerce est un surplus et envahit le territoire (environ 80%). Ces commerçant préfèrent
les lieux où il y a le plus de déplacement des gens pour faciliter la vente et pour avoir le
maximum de client.
Photo 10 : Commerçants

(Source : Prise de photos)


❖ Milieu physique :
- Climat : Antananarivo bénéficie d’un climat de type tropical humide caractérisé par une
saison chaude et humide qui se manifeste entre le mois d’octobre-avril et la saison sèche
et fraîche, le déficit de précipitation ce confirme entre le mois de juillet jusqu’à septembre
et mai-juin. Il y a l’alternance de la saison sèche au cours de laquelle l’eau diminue et la

9
saison humide où l’abondance de l’eau entraine l’inondation pendant la période
cyclonique.
- Paysage : le relief à Anosizato Antsinanana est caractérisé par des collines escarpées et
surtout les plaines inondables. Celui de la partie Ouest est constitué par des bidons-villes
et des décharges des déchets. Les 2 parties est séparé par la rivière d’IKOPA.

Photo 11 : Rivière d’Ikopa Photo 12 : Colline escarpé

Photo 13 : plaine inondable

(Source: Prise photos)

- Réseau hydraulique : le degré d’inondation est proportionnel à la précipitation. La zone


d’étude n’est pas drainée par un seul système. L’eau cumulé dans ce lieu provient donc,
soit par la précipitation (eau pluviale), soit par apports extérieur venant des rivières (Ikopa,
Sisaony, Mamba) ou des canaux.

- Sol : il y a 3 grands types de sol : sol squelettique très mince, non cultivé ; sol ferrallitique
acide fortement désaturé ; sol hydromorphe d’apport alluvial.

2- Identification des impacts :

D’après les inventaires de tous les activités susceptibles des effets directs et indirects sur la
zone basse d’Anosizato, cette identification est basée sur le principe du croisement des activités
sources d’impacts avec les composantes pertinents du milieu récepteur. Les composantes de
l’environnement est subdivisé en trois grands parties dont le milieu physique, le milieu humain, et le
milieu biologique. Ce croisement permet l’élaboration de la matrice d’interaction de Léopold (Léduc
2000).

Tableau 3- Matrice d’identification des sources d’impacts dans la zone basse d’Anosizato

10
Milieu
Milieu physique Milieu humain
Activités sources biologique
d’impact Faune et
Eau Air Sol Paysage Social Economie Culture Santé Sécurité
flore
Exode rurale et migration X X X X X X X X X X

Absence du parking X X X X X X

Extension de la ville X X X X X X X X X X

Développement des
X X X X X X
terrains à remblayer

Insuffisance des services


X X X X X X X X
urbaines de base

Délinquance juvénile X X X
Manque d’infrastructure
d’assainissement et X X X X X X X X X X
collecte des ordures
Construction illicite X X X X X X

Mauvaise état des


X X X
infrastructures existantes
Pollution de l’air du aux
X X X X X X X X
activités artisanales
Après avoir utilisé la matrice de Léopold, nous avons identifié les impacts et futurs impacts
de problème socio-économique et environnemental d’Anosizato

Sur le plan environnemental, aucun impact identifié était positif mais sur le plan socio-
économique, on rencontre des divers impacts positifs. Le commerce génère une grande source de
revenue ; on peut dire que le commerce est un surplus et qui apparait à chaque coin de rue.
Concernant le point négatif, le milieu humain est en enjeux car la délinquance juvénile règne partout,
l’exode rurale est un phénomène contournable favorisant la surpopulation et l’augmentation du
chômage d’où l’augmentation de la pauvreté.

3- Evaluation des impacts

L’évaluation des impacts consiste à analyser les caractérisations et hiérarchisations d’impact direct et
indirects sur l’environnement en utilisant la grille de Martin Fecteau,1997. Elle caractérise les impacts
selon ces quatre critères suivants : intensité, portée, durée, et importance.

- Intensité : exprime la force de la perturbation indirecte de l’impact.


- Portée : distribution spatiale des répercutions.

11
- Durée : permet l’évaluation de la période pendant laquelle l’effet de l’activité se fait
sentir.
- Importance : la somme arithmétique des critères ci-dessous.

Tableau 4- Matrice d’évaluation des impacts négatifs et positifs sur les composantes de
l’environnement d’Anosizato

Evaluation
Evaluation par critère
Composante du milieu synthétique
Intensité Portée Durée Importance
Eau Moyenne Locale Permanente Majeure
COMPOSANTE Air Forte Locale Temporaire Mineure
PHYSIQUE Sol Forte Locale Permanente Majeure
Paysage Forte Locale Temporaire Mineure
Social Forte Régionale Permanente Majeure
Economie Forte Régionale Permanente Majeure
COMPOSANTE Culture Faible Locale Occasionnelle Mineure
HUMAIN Santé Faible Locale Occasionnelle Mineure
Locale et ses
Sécurité Moyenne Occasionnelle Mineure
environs
(Source : Matrice de Fecteau)

4- Interprétation et analyse des impacts :

L’analyse des impacts a été réalisé en prenant compte les valeurs des composantes
environnementales et sociales, les durées et étendues des impacts, ainsi que les niveaux de
perturbation.

La résolution de ces impacts potentiels d’importance moyenne ou majeure donne la liste


suivante : extension de la ville, développement des terrains à remblayer, construction illicite, mauvaise
état des infrastructures existantes, manque d’infrastructure d’assainissement, destruction de sol,
destruction des réseaux et infrastructures publics, maladies liée à l’air et l’eau, interruption de la
circulation, pollution de la nappe phréatique, conflits entre ouvriers, accidents de travail,
augmentation des volumes d’eau usées à évacuer, risques sur la qualité chimique de
l’eau(contamination de l’eau).

Malgré ces impacts négatifs, on constate aussi des points positifs comme le redevance et
ristourne pour l’Etat malagasy. Ces revenus peuvent être utilisés pour l’amélioration du secteur
d’Anosizato.

D’après ces activités, la majorité de la population vit dans la misère. Le pouvoir d’achat est
faible. Le gain n’a pas pu satisfaire le besoin de la population, les ménages sont obligés de s’endetter.

5- Mesures d’atténuation :

Pour le développement de ce secteur, ce fait doit débuter au niveau du Fokontany.


L’élaboration et la demande des entretiens des nouveaux canaux d’évacuation est un besoin
primordial pour la population. La réhabilitation des voies de circulation est un besoin à court terme de
la population. La planification urbaine de l’anarchique de l’espace et la restriction de l’espace urbain
doit être effectuées. La sensibilisation et la mobilisation des personnels a la protection de
l’environnement sont un fait essentiel. Le procédure d’acquisition de permis de construction

12
CONCLUSION :

L’étude d’impact environnementale est liée à l’étude d’impact sociale. Elle occupe une place
très importante dans cette étude. Pour entreprendre efficacement un d’impact sur les travaux
d’excavation du carrière d’Ambatomaro et les problèmes socio-économiques environnementaux
d’Anosizato, les démarches à adopter devraient se focaliser sur les impacts socio-économiques
environnementaux du projet.

En résumé, après avoir décrit les différents milieux et les méthodes d’extraction utilisés au sein
de la carrière d’Ambatomaro ainsi que les résultats obtenus, la carrière est un atout majeur
économique et social pour la population locale et ses environs. Elle fait aussi l’objet d’une création
d’emploi et génère une source de revenu pour l’Etat. Malgré ces différents avantages, la carrière doit
être limitée pour respecter l’environnement.

En bref, les enjeux et les problèmes socio-économiques environnementaux reposés dans le


secteur d’Anosizato se résument dans les points suivants : espace urbaine à risque à cause de la
situation du site (zone basse inondable), une forte pression démographique (exode rurale et
accroissement naturel), un problème d’occupation de sol, insuffisance de service urbaines de bases.

En guise de réponse directe à la problématique, les impacts réels et leur projection ainsi que
les mesures d’atténuation pu être déterminés pour atténuer les impacts. En respectant ces mesures,
les travaux pourront facilement continuer sans générés trop de dégâts sur l’environnement. L’objectif
est atteint.

13